Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Hommes face aux sécheresses

 | 
Bernard Bret

2. Les réponses paysannes

Adaptation des systèmes agro-pastoraux aux milieux, au Niger et dans la Paraiba

Jean Koechlin

Texte intégral

1Sahel et Nordeste Brésilien, deux pôles arides où les activités agro-pastorales se heurtent à de difficiles problèmes climatiques liés essentiellement à l’insuffisance et à l’irrégularité des précipitations. Mais les conditions édaphiques surimposent à cette aridité climatique des modulations très sensibles. L’extrême sensibilité des pratiques paysannes traditionnelles à l’égard des contraintes qu’impose un environnement naturel rigoureux justifie que l’on privilégie l’impact des facteurs du milieu physique, la végétation donnant une expression synthétique de leur combinaison, comme élément explicatif des agro-systèmes au sein de l’espace régional.

  • 1 P. BRASSET, J.KOECHLIN, Cl. RAYNAUT : Rapport de mission socio-géographique. Proposition pour un z (...)
  • 2 M. BOYE, J. KOECHLIN, in : Géographie et Écologie de la Paraïba. Travaux et Documents de géographi (...)

2Deux études, réalisées l’une au Niger1, l’autre dans l’État de la Paraiba2, permettent d’apporter des précisions à cet égard.

  • 3 J. CHARRE. Le climat du Niger. Thèse de géographie physique, Grenoble, 1974.

3Au Niger, les pluies estivales obéissent à un système lié à la pénétration sur le continent des masses d’air humides de l’alizé de l’hémisphère austral. Pour la zone étudiée, les précipitations moyennes sont de l’ordre de 600mm à 300mm. Le nombre de mois pluvieux (P > 30mm) est de l’ordre de 3 à 4 au Sud, 2 à 3 au Nord. A Maradi, l’évapotranspiration potentielle annuelle atteint 2 380 mm avec un maximum en mars (228 mm) et un minimum en août (141 mm)3. La variabilité dans les totaux annuels, les dates d’apparition des saisons et la répartition de détail des pluies sont importantes.

4Dans la Paraiba, la situation est beaucoup plus complexe. Le Nordeste est un carrefour de systèmes de perturbations, génératrices de pluies dans la mesure où certaines conditions sont réunies et les reliefs jouent un rôle considérable sur la répartition des précipitations. Ces raisons font que, sur de courtes distances, les conditions climatiques sont susceptibles de changer très rapidement. C’est ainsi que la façade atlantique est très arrosée, avec des précipitations comprises entre 1 000 et 2 000 mm. L’Ouest reçoit encore 800 à 900 mm. La partie centrale, qui nous intéresse ici, se présente comme un pays semi-aride : 300 à 500 mm de pluies annuelles ; saison sèche de mai à décembre. Vient s’ajouter à ces conditions une redoutable variabilité interannuelle qui est la grande originalité climatique de tout le Nordeste intérieur, le trop célèbre « Polygone des sècheresses ». Cependant, il n’y a pas de déficit notable de l’humidité relative et c’est l’absence, en saison sèche, de mécanismes capables d’engendrer des situations généralisées d’instabilité qui est, en partie du moins, responsable de l’arrêt des pluies.

5Ces différences d’ambiance climatique s’expriment bien dans la végétation : au Sahel, c’est une steppe, plus ou moins arbustive. Les ligneux sont le plus souvent microphylles et épineux. Dans le tapis herbacé, les annuelles, souvent dominantes, côtoient des hémicryp-topytes fortement xéromorphes.

6La caatinga du Nordeste a une structure bien différente. Elle est généralement présentée comme une formation ligneuse très xéromorphe et fortement épineuse. Mais si elle se présente effectivement parfois comme une formation très épineuse, ce caractère épineux n’est le fait, pratiquement, en dehors des cactacées, que d’une seule espèce : Mimosa hostilis. La proportion d’espèces épineuses dans la flore est beaucoup plus importante au Sahel.

7Ce sont en réalité les formes caducifoliées qui constituent l’essentiel des strates ligneuses et dominent très largement dans le spectre biologique. En somme, dans la caatinga, l’adaptation à la sécheresse se traduit essentiellement par la perte des feuilles, qui permet de réaliser pendant la période sèche les économies d’eau indispensables.

8On peut remarquer aussi que cette flore ligneuse de la caatinga présente une remarquable amplitude écologique puisqu’on la rencontre dans des conditions climatiques et édaphiques très variées, de moins de 300 à plus de 800 mm de précipitations annuelles, avec une durée variable de la saison sèche et sur des sols formés à partir de nombreux types de roches.

9Dans le Sahel, la plupart des espèces ont au contraire des exigences écologiques très précises, tant en ce qui concerne le sol que le climat. C’est encore plus vrai dans le cas du Sud-Ouest malgache.

10Si, finalement, on compare la caatinga avec les formations végétales d’autres régions du monde tropical à climat comparable, on est frappé par un manque de spécialisation biologique qui paraît peu compatible avec les caractéristiques du milieu. On a en fait une végétation qui présente tous les caractères d’une forêt sèche caducifoliée plus ou moins dégradée.

11Dans les régions arides, les conditions édaphiques jouent également un rôle majeur. Elles interviennent essentiellement par le biais du comportement des sols vis-à-vis de l’eau, de telle sorte que le sol pourra, dans une assez large mesure, compenser, ou au contraire, aggraver l’aridité climatique. Les différents types de sols ont à cet égard des comportements très différents. Dans des sols sableux, l’eau pénètre loin dans le sol et s’emmagasine dans les horizons profonds, à l’abri de l’évaporation. Elle assure de cette manière à la fois un volant de sécurité permettant de parer aux irrégularités de la saison pluvieuse et une réserve pour la saison sèche. Dans les sols argileux, l’eau absorbée va être bloquée près de la surface du fait d’une capacité de rétention élevée et la texture fine favorise les remontées capillaires et l’évaporation. Engorgés en saison humide, vite desséchés et durcis dès l’arrêt des pluies, ces sols sont très peu favorables au développement de la végétation et à l’agriculture, malgré une fertilité potentielle plus élevée.

12La région de Maradi est une parfaite illustration de ces considérations et ce sont en fait les sols sableux dunaires qui constituent l’essentiel des terres cultivées. Les raisons de ce choix, avancés par les agriculteurs, sont les suivantes :

  • Facilité de travail, ces sols ne durcissent pas à la dessication.
  • Résistance de la sécheresse. Les cultures, sur de tels sols, supportent sans trop de dommages, des interruptions de 2 à 4 semaines dans le régime des pluies. Par contre, ils présentent un certain nombre d’inconvénients : faible fertilité, sensibilité à l’érosion éolienne.

13Les sols plus cohérents, plus ou moins argileux, sont le plus souvent délaissés pour des raisons inverses, bien que les agriculteurs leur reconnaissent une fertilité supérieure n’imposant pas des pratiques d’amendement aussi intenses que sur les sols de sable :

  • Difficiles à travailler, car plus compacts.
  • Mauvaise résistance à la sécheresse, les cultures, ne supportant pas une interruption des pluies de plus de 8 jours.
  • Sensibilité à l’érosion hydrique.

14Il existe d’autre part des corrélations étroites entre les types de sols et la végétation naturelle qui représente, surtout à l’égard du comportement hydrique des sols, un indicateur très précis. Dans le contexte climatique de la région étudiée, plus que le climat, c’est l’édaphisme qui est responsable de l’organisation des grands traits de la végétation. La distinction entre sols sableux et sols plus compacts reste fondamentale. C’est le même schéma de végétation qui se retrouvera du Nord au Sud, avec un certain nombre d’espèces à amplitude climatique assez large, toujours dans les mêmes situations édaphiques, auxquelles viendront s’ajouter des plantes plus caractéristiques des nuances climatiques.

15Toutefois, au fur et à mesure que les conditions climatiques deviennent plus limitantes, l’effet correctif du facteur édaphique deviendra plus marquant et le rôle d’indicateur écologique des espèces végétales sera d’autant plus précis que l’aridité climatique sera plus accentuée.

16Il a été ainsi possible d’identifier à partir de la végétation des unités écologique ment homogènes, dans lesquelles les différents facteurs du milieu ne varieront qu’à l’intérieur d’une certaine fourchette de valeurs. Ces unités sont caractérisées chacune par une certaine combinaison d’aptitudes et de contraintes pour la mise en valeur agricole ou pastorale, d’ordre climatique, édaphique ou biologique. Ce potentiel, chaque fois, est utilisé par l’homme au mieux, compte tenu des moyens dont il dispose actuellement. Mais de ce fait, toutes les aptitudes du milieu ne pourront être valorisées qu’en levant certains obstacles, ou en apportant des moyens nouveaux. Les possibilités de développement seront ainsi fonction de ce double aspect :

  • Vocation du milieu, résultant de la combinaison de ses aptitudes et de ses contraintes.
  • Mise en valeur actuelle et solutions à apporter pour le meilleur développement possible.

17En croisant ces deux données, exprimées par les conditions écologiques d’une part, le taux d’occupation du sol par l’agriculture d’autre part, il devient possible de définir et de cartographier des unités de mise en valeur. Chaque unité représente un ensemble où prévaut un assemblage de conditions qui déterminera les potentialités de développement les plus marquantes de l’unité et les moyens à mettre en œuvre pour y arriver.

18Dans le domaine de la caatinga, de la même façon, la texture du sol, liée à la nature de la roche-mère, joue un rôle fondamental et commande étroitement les possibilités d’utilisation du sol. Les roches métamorphiques donnent naissance à des sols peu épais, compacts, imperméables. Par contre, sur des roches donnant des produits de décomposition un peu plus sableux, quartzites ou granites, toutes les terres sont exploitées, ou l’ont été, pour des cultures. Il s’agit pourtant souvent de régosols, avec une fertilité potentielle qui n’est pas supérieure à celle des lithosols, mais ils sont plus profonds, avec une capacité de réserve en eau supérieure ; ils sont aussi moins sensibles à l’érosion et peuvent porter une caatinga de type arboré. De très nombreux cas de ce déterminisme édaphique de l’utilisation des sols peuvent être cités. Le compartimentage édaphique est ainsi parfois responsable d’un maillage très fin, au mètre près, de la végétation naturelle et de l’utilisation du sol. L’exemple le plus frappant se trouve sans conteste dans la partie orientale du Sérido, coupée en deux par une ligne méridienne : à l’Ouest, des crêtes et des ravins sur micaschistes sont utilisés pour l’élevage. Ce sont des lithosols très peu épais, caillouteux, avec une tendance à la solodisation. Dès que l’on passe sur la dorsale granitique en franchissant la faille, toutes les terres sont exploitées par des cultures. Il s’agit pourtant de régosols aréniques et le climat est exactement le même, mais il est évident que les arènes granitiques ont une capacité de rétention en eau nettement plus favorable. Cet exemple illustre parfaitement, une fois de plus, l’importance du facteur édaphique qui interfère très largement avec le déterminisme climatique pour fixer le mode d’utilisation du sol. La végétation de la Paraiba intérieure présente également une diversité de détail, qui traduit de façon très précise l’influence du milieu et la durée des actions anthropiques. Pour une certaine combinaison de ces facteurs, la végétation répond par une certaine uniformité. Un paysage résulte en définitive de la combinaison d’un certain nombre d’unités écologiques de base caractérisées par des potentialités agricoles, pastorales ou forestières propres.

19De ces considérations sur le rôle des facteurs du milieu dépendent fortement les stratégies d’adaptation des systèmes de production agropastoraux aux variations climatiques et particulièrement aux sécheresses, comme celles qui sévissent au Sahel.

20La sécheresse actuelle a imposé aux agro-systèmes de la région de Maradi des contraintes nouvelles, ce qui a conduit les paysans à modifier, parfois profondément, leurs stratégies d’adaptation au risque climatique. Ainsi, par exemple :

  • Remplacement des variétés traditionnellement cultivées par des variétés plus hâtives.
  • Abandon d’un certain nombre de cultures plus exigeantes en eau.
  • Abandon, de plus en plus marqué, de la culture sur les sols compacts, les contraintes hydriques aujourd’hui plus marquées s’opposant de plus en plus à leur mise en culture.
  • Réduction du cheptel à la suite de la diminution des ressources pastorales.

21On voit donc que la sécheresse ne s’est pas traduite que par des mauvaises récoltes ; c’est au contraire toute une nouvelle stratégie qui a été mise en place. Elle montre la grande souplesse dont peuvent faire preuve les agro-systèmes, souplesse qui devra être de règle aussi pour adapter les actions de développement à chaque situation particulière.

Notes

1 P. BRASSET, J.KOECHLIN, Cl. RAYNAUT : Rapport de mission socio-géographique. Proposition pour un zonage agro-écologique du Département de Maradi. Université de Bordeaux II. Projet de développement rural de Maradi, 1984.

2 M. BOYE, J. KOECHLIN, in : Géographie et Écologie de la Paraïba. Travaux et Documents de géographie tropicale, n°41 CEGET, CNRS, Bordeaux, 1980.

3 J. CHARRE. Le climat du Niger. Thèse de géographie physique, Grenoble, 1974.

Auteur

Université Bordeaux III

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540