Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Hommes face aux sécheresses

 | 
Bernard Bret

1. Systèmes sociaux et systèmes alimentaires à l'épreuve des sécheresses

Le sertão de la Paraiba à l’épreuve de la sécheresse

Martine Droulers

Texte intégral

1Cette région semi-aride dont la densité est relativement élevée, 25 habitants su km2, s’est équipée pour résister aux années consécutives de rareté et de mauvaise répartition des pluies : quatre périmètres irrigués dont le plus ancien du sertão, São Gonçalo, qui date de 1930, de nombreux barrages-réservoirs, parfois énormes, des stations expérimentales et des fermes modèles. Pourtant la sécheresse de ces cinq dernières années souligne l’inadéquation de ces solutions, le faible impact des programmes gouvernementaux, et réactive les contradictions du système de lutte car l’intervention de l’État est le plus souvent une réponse à court et moyen terme qui ne fait que « repousser » les effets pervers du développement agricole : la reproduction élargie de secteurs toujours plus intensifs en capital.

DES SYSTEMES AGRICOLES EN DESTRUCTURATION

2Les systèmes agricoles traditionnels du sertão reposent sur l’association coton-plantes vivrières-élevage extensif. Les deux premiers sont le fait des métayers-résidents et des petits propriétaires tandis que le dernier est celui des moyens et grands propriétaires qui en font le symbole de leur pouvoir.

3Ces systèmes mis en place au début du siècle subissent d’importantes transformations que les années de sécheresse contribuent à accélérer, intensifiant les migrations campagnes-villes et l’abandon des terres les plus sèches.

4De quel espace s’agit-il ? Représentant le cinquième de la grande région agricole dénommée Sertão Norte, définie comme la zone du système bétail-coton, le Sertao de la Paraiba s’étend sur 3 800 000 ha et comptait en 1980 un peu plus de 90 000 exploitations agricoles. Les deux tiers de celles-ci sont inférieures à 20 ha, limite en dessous de laquelle, l’INCRA considère qu’une famille d’agriculteurs ne peut vivre dans le Sertão. Dans une situation précaire, ces petits producteurs sont en majorité des petits propriétaires dont les lopins se réduisent à chaque génération et qui sont contraints à s’engager comme ouvriers agricoles pour nourrir leurs familles. De plus, leurs cultures vivrières sont aux trois quarts perdues quand les pluies sont insuffisantes ainsi que le coton, en crise depuis une dizaine d’années et dont le déclin est précipité par la sécheresse. Les 15 000 exploitations qui ont entre 20 et 50 ha sont dans une situation à peu près comparable.

5Celles qui ont entre 50 et 200 ha représentent la population cible des programmes gouvernementaux : 13 % des exploitations sur 25 % des terres. Il reste les quelque 3 500 grandes propriétés sur 52 % des terres, où réside le « patron » (celui vers lequel on se tourne en quête de travail et de protection), où se trouve l’essentiel des 830 000 têtes de bovins que compte le Sertão da la Paraiba, les 560 000 têtes de caprins et ovins, étant davantage chez les petits.

6Sur ce fond d’évolution générale du recul de la production agricole et de l’avancée de l’élevage, les cinq années de sécheresse (1979-83) accélèrent la destructuration des systèmes agricoles et des relations de travail et réactivent les courants migratoires : métayers-résidents chassés des fazendas traditionnelles et minifundistes dans l’incapacité de nourrir leurs familles. Les densités rurales ne seront jamais élevées dans ce milieu soumis à de tels aléas climatiques et pédologiques ; l’installation de périmètres irrigués coûte cher et ne peut de toute manière concerner qu’une faible partie du territoire ; les cultures en sec à rendement régulier et un élevage plus intensif exigent aussi des investissements, mais utilisent en revanche peu de main d’œuvre. L’excédent démographique des zones agricoles de la région semi-aride du Nordeste, déjà souligné par Celso Furtado et son « Groupe de Travail pour le Développement du Nordeste » en 1959, conduit à penser que les solutions de fixation de la population se trouvent davantage dans les villes que dans les campagnes.

DES PROGRAMMES GOUVERNEMENTAUX NOMBREUX MAIS SANS MOYENS

7Il ne s’agit pas de faire ici le procès de l’État-Aménageur, mais d’évoquer quelques mécanismes de blocage qui affectent le déroulement de ses programmes, en particulier ceux des dix dernières années, caractéristiques du discours technocratique de l’époque : Polonordeste et Projet Sertanejo.

8Le premier a monté dans le sertão de la Paraiba, à partir de 1976, cinq « projets de développement rural intégré », avec une population-cible moyenne de 6 000 petits producteurs (moins de 50 ha) et des vulgarisateurs chargés d’améliorer leur rendement et leur condition de vie. Le Projet Sertanejo fournissait, lui, une assistance technique et financière aux exploitations de 50 à 200 ha.

9Malgré une conception novatrice de cette stratégie de développement rural intégré (créer les conditions socio-économiques d’une modernisation de la production familiale), l’action de ces programmes s’est trouvée réduite, par manque de crédits de fonctionnement et par incapacité à retenir la main d’oeuvre qualifiée dans les campagnes, à une simple diffusion de quelques techniques de production, et à un meilleur encadrement des petits producteurs.

10La SUDENE, dès 1982, dresse du Polonordeste et du Projet Sertanejo, un bilan extrêmement critique, soulignant la dispersion des efforts dans des programmes qui se superposent et compliquent la mise en œuvre des opérations. Elle s’attelle alors, de concert avec la Banque Mondiale, à formuler un « Grand Projet Nordeste » qui viserait à moderniser 2 millions de petit producteurs, mettant dans ses priorités la restructuration foncière et l’infrastructure commerciale. Un tel programme cherche à unifier pour mieux administrer les divers projets. Sa réalisation dépendra principalement des moyens et mécanismes financiers, ainsi que de la volonté politique. Or, les pressions politiques sont fortes au sein de la SUDENE. Celle-ci semble cependant retrouver avec la Nouvelle République, son rôle de décideur et de coordinateur du développement régional et redevenir l’échelon indispensable entre le pouvoir fédéral et les États nordestins. Si, par ailleurs, les différentes versions du « Grand Projet Nordeste » avaient relégué la priorité foncière en sous-programme, le Plan National de Réforme Agraire s’oriente vers l’élaboration de programmes fonciers spécifiques à chaque région et donc au Sertão. Celui-ci bénéficiera en outre, de la nouvelle priorité retenue par le gouvernement Sarney : l’irrigation, présentée comme l’objectif n°1 (pour la zone du Polygone des Sécheresses. Face aux blocages socio-politiques, on remet en avant la solution technique.

11Ces débats réactivent les attitudes contradictoires des hommes politiques nordestins le plus souvent conservateurs et paternalistes. Ils n’avaient pas ménagé leurs critiques au gouvernement dont ils étaient pourtant les élus PDS, dès 1980, quand les effets de 2 années consécutives de sécheresse devinrent dramatiques. Les gouverneurs s’insurgèrent contre la manière habituelle de Brasilia : envoyer de l’argent quand la calamité prend un tour de catastrophe nationale, alors que la sécheresse est un phénomène cyclique qui ne se résoud pas avec des programmes d’urgence. Les gouverneurs cherchaient aussi à éviter de donner des images négatives du Nordeste et à repousser le mythe de la malédiction. Ils rappelaient aussi qu’ils représentaient le meilleur soutien électoral du PDS et qu’il fallait donc soigner leur électorat.

12Le combat contre la sécheresse serait plutôt celui de la lutte contre la malédiction de l’argent perdu dans les programmes d’urgence, pour devenir celui des programmes de cohabitation avec la sécheresse.

13Dans le souci immédiat de se garder une clientèle électorale, la politique de conjoncture prime sur la politique de structure et retarde les transformations en profondeur de la société.

Auteur

CNRS-CREDAL

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540