Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Hommes face aux sécheresses

 | 
Bernard Bret

1. Systèmes sociaux et systèmes alimentaires à l'épreuve des sécheresses

Économie et politique de la faim dans le Nordeste du Brésil

Jaime Alberto Marques-Pereira

Texte intégral

1Le Brésil vit actuellement de profondes mutations politiques. La crise économique de la première moitié des années quatre-vingts a sonné le glas d’un régime autoritaire qui connaissait depuis quelques années, une crise sérieuse. Plus de cinq millions de personnes avaient manifesté dans les rues pour remettre en cause la transition « autoritaire » à la démocratie et réclamer la convocation d’élections présidentielles au suffrage universel et direct. Malgré l’échec relatif de ce mouvement du fait de la conversion rapide de la majeure partie du personnel politique de l’ancien bloc militaire au libéralisme, cette ouverture politique repose les enjeux des luttes et des alliances de classe au niveau national et régional : l’enjeu réel, que cherche précisément à occulter la libéralisation du régime politique est la remise en cause d’un modèle de croissance axé sur l’accumulation industrielle intensive. Ce modèle de croissance axé sur l’internationalisation de l’économie brésilienne a engendré un retard considérable en ce qui concerne la modernisation de l’agriculture vivrière. La crise de l’approvisionnement urbain qui aurait dû s’ensuivre, particulièrement au Nordeste a été, en fait, évitée du fait d’une régression salariale constante depuis plusieurs décennies et accélérée au cours des années 1981-84.

2Dans ce contexte, s’ouvre la question du pouvoir politique dans la région la plus pauvre du Brésil, le Nordeste, une région où une oligarchie latifondiaire, descendante des colonisateurs portugais, doit maintenant reformuler ses stratégies face à la nécessaire démocratisation de l’État brésilien.

3C’est dans cette perspective qu’il faut analyser le problème de la faim au Nordeste.

La pauvreté du Nordeste : Une « distorsion » du miracle économique brésilien ?

4Dans cette nouvelle conjoncture politique imposée par la crise, le Nordeste fut appelé à jouer un grand rôle, car c’est paradoxalement dans cette région que le projet libéral trouve son appui électoral. Les mécanismes traditionnels du pouvoir patriarcal de l’oligarchie terrienne lui garantissent des alliées sûrs malgré le ton régionaliste que cette oligarchie adopte dans ses rapports avec Brasilia. Le Nordeste est la région la plus pauvre du Brésil, où les effets de la crise sont le plus marqués, car elle accélère l’élimination des producteurs les moins concurrentiels. Or le Nordeste est marqué par le retard technologique, si l’on fait exception de quelques pôles industriels récemment installés. C’est également une région où la sécheresse sévit de façon chronique, transformant la moitié de sa population en mendiants ou en assistés sociaux, image la plus dramatique des effets pervers du miracle brésilien des années 1970. En effet, les latifondiaires de cette région ne réinvestissent pas sur place leurs profits, trouvant de meilleures rémunérations à leur capital dans d’autres secteurs et d’autres régions, ce qui contribue à creuser le fossé technologique qui différencie le Nordeste d’autres régions comme le Centre-Sud (l’axe Rio de Janeiro - São Paulo - Belo Horizonte). Seule la bande côtière du Nordeste, où prévaut la canne à sucre, connaît une rapide modernisation. Rien de tel dans le Sertão où l’épuisement des sols finit par vouer ces derniers aux pâturages, au lieu que soient réalisés les investissements d’irrigation qui permettraient aux populations de résister aux sécheresses cycliques.

5L’augmentation constante du prix des denrées alimentaires qu’entraîne cette évolution agricole aggrave la concentration des revenus, soutenue par vingt années de politique salariale régressive. A titre d’exemple, il fallait à Recife, en 1965, 97 heures de travail pour acquérir l’équivalent d’une ration alimentaire de base pour une famille moyenne pendant un mois. En 1980, il faut travailler 187 heures pour acquérir la même ration.

6Depuis les changements de politique économique imposés par le FMI, poussant à une restructuration et réorientant l’effort productif vers les exportations, la pauvreté s’est encore aggravée de 30 à 50 % selon les différentes catégories socio-professionnelles.

7Ceux qu’on dénomme au Nordeste les « coroneis », c’est-à-dire les grands propriétaires fonciers, garantissent à l’État fédéral grâce à leur pouvoir absolu sur les paysans, le nombre de votes nécessaires pour compenser les votes perdus dans toutes les grandes villes du pays, depuis longtemps acquises à l’opposition.

8Cinq années de sécheresse furent nécessaires pour que le pays et le monde prennent connaissance de ce drame régional. Le Nordeste n’en est pas devenu pour autant une question politique nationale, tout au plus gagna-t-il à ce moment un secrétariat d’État spécifique au sein du ministère de l’agriculture.

9Cependant, des négociations discrètes se sont déroulées, depuis trois ans, entre le pouvoir régional, le pouvoir fédéral et la Banque mondiale, pour mettre en œuvre un plan de développement régional, le « Projeto Nordeste », lequel doit restructurer tout l’appareil de planification mis en place jusqu’à présent. Ce projet, qui sans aucun doute, définit l’avenir économique de la région, est le cadre de compromis politiques entre l’État fédéral et les pouvoirs régionaux, aux mains de l’oligarchie sucrière comme des « industriels de la sécheresse », ainsi que sont appelés les coroneis dans le Sertao.

10On leur a attribué ce qualificatif car les secours aux sinistrés de la sécheresse sont pour eux une excellente occasion de grossir leur fortune. Non contents de voir leurs dettes auprès du crédit agricole annulées au nom de la perte des récoltes, ils parviennent, en vertu de leur contrôle du pouvoir communal, à imposer la construction de réservoirs d’eau ou de routes à l’intérieur même de leurs propriétés. Les détournements de fonds destinés aux paiements des sinistrés ou la vente des rations alimentaires qui devraient être distribuées sont, par ailleurs, monnaie courante et furent fréquemment dénoncés par les députés de l’opposition.

11La question régionale du Nordeste existe biel et bien mais son utilisation politique est le lieu d’une mystification d’envergure de la part de l’oligarchie régionale qui récupère ainsi à son profit le drame de la faim et de la sécheresse pour réclamer une part plus grande du budget fédéral. Dans le cadre du Projeto Nordeste, on prétend rendre concurrentielles 600 000 familles paysannes, mais les recherches agronomiques sur l’asperge irriguée qui requièrent des investissements énormes, ont beaucoup plus de succès dans les centres expérimentaux que le trio coton/haricots/maïs en perte de productivité depuis 15 ans, base pourtant de 90 % au moins de l’agriculture de la partie semi-aride du Nordeste. Au vu de ces priorités agronomiques, le discours du « Projeto Nordeste » sur la nécessité de soutenir la paysannerie semble vide de contenu. Il est cependant important, car il marque une rénovation des stratégies de pouvoir des classes dominantes et cache un jeu complexe d’intérêts où les pouvoirs régionaux et le pouvoir central se complètent et s’opposent tout à la fois.

12Ces nouvelles stratégies marquent un glissement de l’autoritarisme vers le libéralisme qui n’a d’autre but, en ce qui concerne l’oligarchie terrienne du Nordeste, que celui de changer sans bouger.

Les nouvelles stratégies de l’oligarchie face à la crise de l’économie régionale : conséquences sur le problème de la faim

13L’économie régionale du Nordeste s’est profondément modifiée depuis trente ans, période au cours de laquelle elle s’est intégrée à l’économie nationale. Une industrie nouvelle s’est implantée grâce aux capitaux du centre-sud ou des firmes multinationales. Cette industrie est souvent qualifiée d’enclave dans la mesure où, travaillant pour le marché extrarégional, à partir d’inputs d’origine également extrarégionale pour leur plus grosse partie, elle n’est pas inductrice d’une modernisation de l’ensemble de l’économie régionale. C’est pourquoi celle-ci se désarticule progressivement. Même si certains secteurs comme la canne à sucre, qui fournissent au pays des devises étrangères, peuvent être sauvés, l’industrie traditionnelle comme le textile ou les productions alimentaires seront condamnés au déclin, laissant ainsi l’espace libre à l’expansion des grands monopoles (nationaux ou multinationaux) du Centre-Sud du pays. Tous les jours à la une des journaux régionaux, les entrepreneurs du textile et les planteurs de coton lancent des cris d’alarme et cherchent, sans grand succès, à mobiliser la classe politique en leur faveur.

14Quelques données statistiques sont révélatrices de l’épuisement des capacités de production de l’économie paysanne. Les trois produits dont les chutes de rendement sont le plus significatives sont précicément cultivés presque totalement dans la partie semi-aride de la Région dans le cadre de petites exploitations (petits propriétaires ou métayers) pour leur plus grosse part (entre 60 et 90 % de la production totale).

Rendement Agricoles (KG/HA) :

Rendement Agricoles (KG/HA) :

Source : SUDENE, Projeto Nordeste-ASPECTOS GERAIS DA AGROPECUARIA DO NORDESTE, RECIFE 1984.

15Les chiffres sont plus éloquents encore si on tient compte des cinquante dernières années et si l’on compare deux États du Nordeste et du Sudeste, comme São Paulo et Pernambouc

Rendements agricoles (kg/ha)

Rendements agricoles (kg/ha)

Source : Homem de Melo, F, O Problema Alimentar no Brasil, Paz e Terra 1983

16Cette évolution a des effets significatifs sur le commerce interrégional du Nordeste, lequel révèle la faillite progressive de l’approvisionnement alimentaire propre à la région.

17Le rapport du Projeto Nordeste note en effet que le solde négatif des échanges de produits agricoles et d’élevage s’est multiplié par six entre 1975 et 1979 (c’est-à-dire avant la sécheresse) malgré une nette augmentation des exportations régionales (bovins, canne à sucre, tabac, etc…). Ce poste, essentiellement composé de produits alimentaires élève sa participation au total des importations à 30 % en 1979 alors que la région est loin de s’être déjà industrialisée.

18En fait, face à cette évolution, la modernisation et l’expansion du complexe textile/coton/production vivrière apparaissent comme la seule alternative économique pour le Nordeste, mais elle est pour l’instant bloquée, essentiellement pour des raisons d’ordre politique.

19Expliquons-nous. Pour réussir à élever les niveaux de productivité dans l’agriculture, il faut encourager la petite paysannerie, voie que les latifondiaires refusent bien sûr de suivre. Ceux-ci, en fait, récupèrent à leur profit tous les projets de développement agricole. Leur main-mise sur les pouvoirs locaux se renforce grâce à leur contrôle sur des électeurs dépendant de leurs faveurs et de leurs terres pour pouvoir travailler. Le pouvoir central ne peut donc pas s’opposer de front aux pouvoirs locaux.

20La crise politique et la crise économique sont en fait intimement liées. La crise au niveau national, tout comme ses répercussions sur la région du Nordeste, n’est pas la simple conséquence de la crise financière internationale, et encore moins de la crise du pétrole. Il s’agit avant tout d’une crise de ce qu’on a appelé le « modèle brésilien », du fait de l’épuisement d’un mode d’industrialisation intensive. La première conséquence, en termes politiques, est la nécessité impérieuse pour l’État de mettre en œuvre des mécanismes de légitimation de son pouvoir techno-bureaucratique.

21Dans ce contexte politique, l’oligarchie nordestine tente, bien sûr, de renforcer son pouvoir et de se tailler une place plus grande dans l’administration fédérale, ce qu’elle n’avait jamais réussi, sauf à l’époque où Celso Furtado monta une agence de développement régional pour le Nordeste (1959) et fut ministre de la planification nationale (1962-1964).

22Le contexte politique était à cette époque, il est vrai, fort différent. Les mouvements syndicaux des travailleurs de la canne à sucre et de la banlieue industrielle de Récife étaient particulièrement actifs, ainsi que les mouvements paysans qui réclamaient l’accès à la terre —les fameuses ligues paysannes—. L’établissement d’un gouvernement de gauche appuyé par la bourgeoisie industrielle fut ainsi rendu possible dans l’État de Permambuco dont la capitale —Récife— était le siège de cette agence de développement. L’oligarchie terrienne qui reprit le pouvoir après 1964 déclencha l’une des répressions les plus sanguinaires de tout le Brésil.

23C’est cette même oligarchie qui a aujourd’hui renouvelé son discours politique, critiquant le centralisme autoritaire de Brasilia en prônant une moralisation de l’appareil administratif.

24Le discours libéral est peut-être déplacé dans le Nordeste puisqu’il n’y sert pas le progrès du capitalisme, mais sa force mystificatrice garde toute son efficacité. Dès lors, peu importe qu’il n’ait pas de logique dans les idées qu’il émet sur les réalités du sous-développement. Le Nordeste, contrôlé par l’oligarchie terrienne, continuera ainsi d’être une victime du développement inégal du capitalisme dans le cadre national. Jusqu’à présent, cette position qui lui fut réservée dans le contexte de son intégration à l’économie de marché en fit ce qu’on appelle classiquement une source d’accumulation primitive pour le développement capitaliste d’autres régions, en l’occurrence le Centre-Sud du pays. C’est ainsi que le Nordeste exporta vers cette région son potentiel productif (matières premières, bénéfices, main-d'œuvre) et se sous-développa ainsi davantage.

25Cette situation dans la conjoncture actuelle devient dramatique car les migrants nordestins n’ont plus où aller. La crise du miracle brésilien leur a fermé les portes de São-Paulo et même celles de l’Amazonie, autre région aujourd’hui laissée à l’abandon après le « rêve » d’y rééditer un nouveau Far-West.

26L’actuelle situation de l’économie nordestine, conséquence du miracle, engendre la disette pour une bonne part de la population. Aucun changement n’est possible sans un renversement du rapport de forces au niveau national, et celui-ci semble difficilement envisageable en raison du poids qu’occupe l’oligarchie régionale sur l’échiquier politique national.

27Le destin auquel semble voué le Plan National de la Réforme Agraire lancé à grand fracas après l’instauration de la démocratie ne permet guère plus d’optimisme. D’ores et déjà, il est évident que cette réforme agraire sera limitée à quelques concessions de parcelles qu’on inaugurera en grande pompe. Les conflits à la campagne semblent néanmoins s’acheminer vers une situation de guerre foncière dans le Centre-Ouest du pays où les latifondiaires se sont armés pour empêcher tout mouvement d’occupation de leurs terres par les paysans. Au Nordeste, la faiblesse des syndicats ruraux, exception faite de ceux des coupeurs de canne, ne permet pas d’entrevoir la possibilité d’une réforme agraire, laquelle est cependant une condition préalable à toute stratégie de modernisation agricole dans l’intérieur semi-aride.

28L’irrigation, dont les techniques, à moindre coût, sont connues des organismes d’assistance rurale, doit bien sûr être étendue au-delà des quelques périmètres irrigués existant à l’heure actuelle pour que soit possible la modernisation de l’économie paysanne. Mais il s’agit là d’une solution qui dépend de la résolution préalable de la question foncière. L’accès à la terre est un problème qui précède celui de l’accès à l’eau.

Table des illustrations

Titre Rendement Agricoles (KG/HA) :
Légende Source : SUDENE, Projeto Nordeste-ASPECTOS GERAIS DA AGROPECUARIA DO NORDESTE, RECIFE 1984.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1285/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Rendements agricoles (kg/ha)
Légende Source : Homem de Melo, F, O Problema Alimentar no Brasil, Paz e Terra 1983
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1285/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k

Auteur

Université Fédérale du Pernambouc

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540