Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Hommes face aux sécheresses

 | 
Bernard Bret

1. Systèmes sociaux et systèmes alimentaires à l'épreuve des sécheresses

L'impact de la sécheresse dans le sertão de Sergipe (Brésil)

José Augusto Andrade et Raymond Pebayle

Texte intégral

1— « C’était comme si l’on avait labouré partout »...

2Un habitant du sertão nous a ainsi dépeint sa région durant les terribles années 1981 à 1984, dans l’État brésilien du Sergipe.

3Or, en octobre 1984, cinq mois à peine après la fin de la sécheresse, les pâtures sont vertes, les champs de maïs nombreux et les puits presque pleins.

4Nous n’étions pas trop de deux géographes —l’un permanent, l’autre observateur temporaire en 1980 et 1984— pour tenter de faire le point sur ce que la mémoire collective présente encore comme un cauchemar et que le paysage actuel semblerait vouloir démentir.

I – LE SERTAO DU SERGIPE : ÉCOTONES ET MUTATIONS AGRAIRES

5A l’exception des terres du municipe de Canindé de São-Francisco, l’espace semi-aride de l’État du Sergipe n’est pas aussi rude que celui de l’Ouest du Pernambouc ou du Sertão des Canudos dans l’État de Bahia. L’isohyète de 700 mm le distingue grossièrement de l’Agreste aux terres renommées froides et humides. Le passage de cette dernière région au semi-aride se fait sans brutalité, par une série d’écotones où se mêlent les espèces végétales du sertão, de la forêt sèche et parfois de la Mata atlantique. De faibles différences d’altitude au-dessus de 220-250 mètres suscitent de surprenantes juxtapositions de pays chauds et secs et de pays plus frais et sub-humides. La nature sableuse de beaucoup de sols de ce sertão y explique la pratique ancienne d’une agriculture vivrière à côté d’un élevage extensif. Les exploitations agricoles de la plus grande partie des municipes sertanejos (Nossa Senhora da Glòria, Carira, Pôrto da Folha, Monte Alegre, Poço Redondo, Canindé de São Francisco) ont une superficie moyenne comprise entre 20 et 60 hectares. Les fazendas de plus de 500 hectares y couvrent à peine 20 à 40 % de la surface des municipes. l/6ème environ de la SAU est consacré aux cultures vivrières.

6Même limité aux espaces les plus arides du nord-ouest de l’État (7 à 8 mois éco-secs, moins de 700 mm de pluie annuelle tombant de mars à juillet), le sertão de Sergipe n’a pas connu la sécheresse absolue entre 1981 et 1984. Il a plu à plusieurs reprises dans les municipes du nord-ouest de l’État sans qu’on puisse avancer avec certitude des chiffres de précipitation tant les stations météorologiques y sont élémentaires. Ces pluies n’excédèrent cependant pas quelques dizaines de mm et surtout sont tombées à des périodes anormales pour l’agriculture. Elles furent néanmoins suffisantes —comme l’attestent tous les témoignages locaux— pour entraîner plusieurs reverdissements de la caatinga et même, nous a-t-on affirmé à Monte Alegre, pour susciter de petites récoltes de céréales en 1982.

7Mais ce que le sertão du Sergipe a pu gagner en maigres pluies par rapport aux rudes sertões voisins, il l’a perdu en bonne partie par les mauvais traitements que lui faisaient subir, depuis plusieurs années avant la sécheresse, des exploitants nouveaux qui ont cru trouver dans le semi-aride des espaces de faciles spéculations ou d’abondants profits.

8Sur ce point, le Sergipe n’est certes pas une exception et nous avons vu —et écrit— depuis longtemps les effets néfastes de la charrue et des élevages mal menés sur pâtures artificielles dans l’espace semi-aride du Nordeste. Dans le Sergipe, le sertão a d’autant plus souffert de cette mutation qu’il est plus accessible aux citadins d’Aracaju et de l’Agreste en raison tant de la petite taille de l’État (moins de 500 km séparent le plus lointain sertão de la capitale) que du dessin des excellents axes routiers qui le desservent. Les néo-éleveurs citadins, bien connus au Brésil pour leur appétit de terre, ont rudement sévi ici au point d’engendrer bien des inquiétudes avant même l’époque terrible de la sécheresse. Leur but était simple : créer des fermes d’élevage moderne, en principe beaucoup plus rentables que les établissements traditionnels grâce aux nouvelles graminées fourragères pour le bétail. Ces éleveurs nouveaux ont donc déboisé largement la caatinga et ont semé du « capim » (elefante ou Pennisetum purpureum, pangola ou Digitaria decumbens, sempre-verde ou Helichrysum bracteatum) dans les fonds humides et sur les terrasses fluviales. Sur les interfluves secs, ils ont introduit le Buffel Grass ou Cenchrus ciliares qui, malgré quelques difficultés de germination, semblait devoir résister aux dures conditions du sertão et constituer de cette manière une pâture permanente capable de remplacer les chaumes des cultures dans les terres humides.

9Cette évolution s’est donc soldée par l’expulsion de beaucoup de métayers et tenanciers de tous types qui cultivaient les bonnes terres en plantes vivrières (maïs, haricot, fève, riz, manioc).

10En somme, c’est un sertão en pleine mutation technologique, vidé d’une partie de ses habitants et largement exposé aux aléas climatiques en raison du défrichement très avancé de sa couverture végétale naturelle, la caatinga, qui a dû affronter la sécheresse exceptionnelle des premières années 1980. Du traditionnel utile, on n’avait presque rien gardé : les défrichements n’avaient pas respecté les plantes grasses que conservaient précieusement certains éleveurs traditionnels en raison de leur rôle salvateur en période de sécheresse ; les forêts-galeries des rares cours d’eau permanents commençaient à attirer furieusement la tronçonneuse et la charrue à disques. De la tradition locale, on semblait n’avoir adopté que l’imprévoyance atavique du sertanejo : peu de réservoirs, pratiquement pas de citernes et, par conséquent, peu d’irrigation.

11En 1980, les défrichements de la caatinga et les expulsions de tenanciers allaient bon train, au rythme des achats de terre par les non-résidents sans origines locales qui, cette année-là, avaient acquis 38 % des terres mises en vente dans les quatre municipes du sertão (Glória, Carira, Monte Alegre et Poço Redondo) où nous avons pu faire un relevé complet du marché foncier avant (1980) et pendant la sécheresse (1983).

II – LA SECHERESSE : MANIFESTATIONS ET IMPACTS A COURT TERME

12Du point de vue physique, les trois années de sécheresse n’ont pas ruiné le milieu semi-aride du Sergipe et il n’y a pas eu désertification dans ce sertão. Cinq mois après la fin de la sécheresse, celle-ci n’a laissé que peu de marques dans les paysages. En octobre 1984, seules quelques tâches de sol nu sur les parties convexes des versants rappelaient ce qu’était le sertão en 1982 et 1983 : une immense surface presque parfaitement dénudée. Il fallait par ailleurs l’aide des éleveurs et des agriculteurs locaux pour distinguer les marques, fort discrètes, d’une progression de certaines espèces caractéristiques du sertão dans l’écotone subhumide qui borde à l’ouest l’Agreste d’Itabaiana. Dans cette frange, les graminées les plus xérophiles typiques du sertão, et qui existaient déjà dans les pâtures naturelles, ont non seulement résisté à la sécheresse, mais sont devenues franchement envahisseuses au détriment des autres espèces, plus nutritives, adaptées aux conditions bio-climatiques locales. Le bien nommé Matapasto, ou Cassia uniflora, est l’une de ces graminées pionnières du sertão dans le subhumide. Néanmoins, ces espèces, pour vigoureuses qu’elles soient, sont éradicables et ne présentent guère de risque d’entraîner une progression du semi-aride vers l’est.

13L’impact humain, en revanche, a été brutal pour la partie la plus pauvre de la population rurale qui n’avait pas encore été expulsée par les récentes mutations. Les ouvriers agricoles ont été les premiers atteints par la sécheresse et la faim, car les processus d’innovation ont été vite interrompus. En particulier, les gros travaux de déboisement, de nettoyage des pâtures, d’enclosures et de constructions nouvelles ont cessé. Il est vraisemblable que les hommes employés à ces tâches ont constitué le gros du contingent des 18 000 personnes qui recevaient encore un salaire du Programa de Obras Pûblicas de Bolsoes de Seca en avril 1984 dans les municipes sertanejos du Sergipe. S’ils ne l’étaient pas déjà avant la sécheresse, ils sont devenus des « boias frias », lorsqu’ils n’ont pas migré vers les villes de l’Est et du Sud-Est.

14A l’opposé, il y a les rescapés de la sécheresse. Ils appartiennent à deux catégories d’exploitants, comme nous avons pu le vérifier à Poço Redondo. D’une part, les grands éleveurs traditionnels, qui avaient épargné la caatinga, ont traversé sans grand dommage les trois années catastrophiques. Les faibles pluies tombées durant les années 1982 et 1983 ont fourni pour un temps un maigre tapis graminéen et des feuilles aux troupeaux. Par ailleurs, ces fazendeiros ont en général disposé des capitaux suffisants pour aller chercher de l’eau au São Francisco et acheter quelques rations pour le bétail. Lorsque l’argent a manqué, ils ont mélangé les rations aux plantes succulentes du sertão comme le mandacaru (Cereus jamacaru). Les éleveurs les plus aisés ont pu payer le transport routier de leur bétail vers les pâtures toujours vertes des serras du sud-ouest du Sergipe ou vers celles de la Mata de la Cotinguiba (nord d’Aracaju) ou du nord de l’État de Bahia. Cette migration du bétail, dite de « refrigeraçao », a été relativement peu pratiquée, car elle coûtait cher aux éleveurs qui devaient payer des prix de pension élevés par tête et par mois.

15Les petits fazendeiros (moins de 100 hectares) qui possédaient quelques réserves de caatinga et beaucoup de cactus inerme ont également résisté à la sécheresse tant bien que mal. Ils ont aussi utilisé au maximum les moyens les plus traditionnels du sertanejo pour sauver les bêtes. Les faxeiros (Cereus squamosos) soigneusement conservés ont pu être consommés par le bétail après avoir été abattus. D’autres épineux, parfaitement négligés par le bétail à l’état naturel, durent être brûlés superficiellement et coupés en morceau pour être consommés. Les cactus inermes ont naturellement servi de pâtures-hôpitaux durant toute la sécheresse pour les bêtes les plus affaiblies.

16Il resterait à vérifier l’efficacité d’un moyen de salvation dont on nous a dit qu’il avait été fort utilisé par les familles les plus pauvres pour subvenir aux achats essentiels : la fabrication du charbon de bois selon la technique des fours enterrés difficiles à repérer dans les paysages. Cela supposait évidemment l’existence préalable de caatinga ou de forêt sèche, ce qui était loin d’être toujours le cas.

17Entre ces deux catégories de personnes —les ruinées et les épargnés—, se situe la masse des petits agriculteurs et éleveurs qui ne possédaient ni caatinga, ni moyens financiers d’acheter eau et nourriture pour les gens et les bêtes. Les enquêtes de 1984, pour imprégnées qu’elles soient encore par le drame que fut la famine pour les plus démunis, nous indique ce que fut la course à la survie. Une séquence de comportements dramatiques semble s’être répétée un peu partout : d’abord, ce fut la recherche éperdue de nourriture et d’eau qu’on achetait à prix d’or. Puis ce furent les premières ventes de bétail, d’abord non laitier, sans aucune discrimination ensuite. Enfin, on vendait la terre et l’on partait. Dans ce dernier cas, personne n’ignorait la terrible sentence des années de sécheresse dans le sertao : « quem vende a terra na sêca nâo compra mais ».

18Cette sagesse populaire n’a été démentie que dans un seul cas : celui où les petits propriétaires ont, très tôt, vendu leur troupeaux, parfois leurs terres, pour acheter des lots de forêts très loin dans les franges pionnières du Rondônia ou du Maranhão. Certains les ont achetés à crédit et ont attendu les premières récoltes amazoniennes pour vendre à perte ce qui leur restait dans le sertão et solder ainsi une partie de leurs dettes. Poço Redondo offre quelques exemples de ces petits exploitants qui furent relativement heureux dans leur décision de fuir le sertão assez tôt, dès les premiers signes de sécheresse anormale.

19Reste le groupe de ceux qu’on voyait à peine : les non-résidents, citadins pour leur majeure partie, qui ne dépendaient pas de leurs terres sertanejas pour survivre. Ces gens ont créé le drame de la sécheresse d’abord en défrichant systématiquement la caatinga, se privant de cette manière des recours traditionnels des vieux éleveurs expérimentés ; ensuite en semant des pâtures artificielles qui, à l’exception du Buffel Grass dans certaines conditions, n’ont pas résisté à la sécheresse. Ces « éleveurs de l’asphalte » ont ainsi ruiné l’écosystème sertanejo et en même temps entraîné la grande misère des ouvriers agricoles qui dépendaient d’eux pour leur survie. Il est certain que, sans la présence de ces nouveaux exploitants, l’impact de la sécheresse eût été infiniment moins grave qu’il ne le fut dans le sertão du Sergipe.

III – SPÉCULATION ET TURBULENCES FONCIERES

20Deux ensembles de comportements nés de la calamité et connus depuis longtemps dans le sertão sous l’épithète d’« industrie de la sécheresse » ont précipité le drame chez les plus fragiles des habitants du sertão. L’un concerne une série d’attitudes parfaitement malhonnêtes comme la vente d’eau polluée ou de rations défectueuses à des prix excessifs. La spéculation était aussi présente avec des maquignons qu’on a dit venus de Minas Gerais et qui parcouraient le sertáo pour y acheter à vil prix des vaches laitières qu’ils revendaient ensuite dans le Maranhão, réalisant de cette manière de coquets bénéfices.

21L’autre comportement a consisté dans une sorte de turbulence foncière qu’on nous a bien souvent décrite comme étant le résultat d’achats massifs de terre par des citadins d’Aracaju. Ceux-ci, profitant des bas prix des terres brûlées, auraient acquis d’immenses superficies de terre à seule fin de les revendre beaucoup plus cher après la calamité agricole que fut la sécheresse.

22A cet égard, on mesure aujourd’hui combien il faut être prudent dans l’appréciation des enquêtes paysannes surtout durant ou immédiatement après les grands traumatismes collectifs que sont les sécheresses exceptionnelles de l’espace semi-aride du Brésil. Car l’étude systématique des transferts de propriétés rurales avant la sécheresse (1980) et au plus fort de celle-ci (1983) dans quatre municipes du sertão (Glória, Carira, Monte Alegre, Poço Redondo) montre une certaine continuité dans les rythmes et les types de transaction foncière, mais aussi de remarquables situations particulières à certains municipes en fonction de leur situation géographique et des impacts différents de la sécheresse.

23En général, les ventes de terre ont assez fortement baissé durant la sécheresse, phénomène que ne semblaient guère annoncer les enquêtes de terrain. Ainsi, en 1983, le nombre des transferts de propriété a diminué de près du quart par rapport à 1980 dans les quatre municipes étudiés. Les surfaces ayant fait l’objet de vente n’ont, elles, diminué que de 18 %, ce qui montre que les acheteurs sont en général moins nombreux, mais que les surfaces échangées sont plus importantes.

24On retrouve également les quatre catégories habituelles de transferts fonciers du sertão (figure 1). Parmi ceux-ci, la part la plus importante concerne toujours les ventes et achats entre habitants locaux. Ces derniers ont acquis 63,8 % des surfaces vendues en 1983 et 62,2 % en 1980. Il serait donc faux d’affirmer, comme on l’a fait souvent après la sécheresse, que les achats de terre ont été massifs de la part des seules personnes extérieures au municipe. Celles-ci étaient d’ailleurs, pour près d’un tiers d’entre elles, domiciliées dans les municipes voisins du sertão lui-même.

25Il demeure néanmoins que l’acheteur extérieur est beaucoup plus goulu que le local en matière de terre. En 1983, il a acquis en moyenne 93,4 ha contre seulement 35 ha pour l’acheteur local. Les mêmes chiffres étaient de, respectivement, 68 et 34 ha en 1980. A n’en point douter, c’est en se basant sur cet accroissement des quantités de terre acquises individuellement par les acheteurs extérieurs que nos enquêtes pouvaient affirmer avec beaucoup d’assurance, en octobre 1984, la forte emprise foncière citadine face à une déprise catastrophique des exploitants et propriétaires locaux.

26Cela dit, l’étude des municipes du sertão montre combien il faut se méfier des moyennes. La distance aux terres humides, d’une part, l’inégale sévérité de la sécheresse, d’autre part, introduisent de sérieuses nuances dans l’évolution générale, au point que chaque municipe apparaît comme un cas d’espèce.

271— Nossa Senhora da Glória, municipe situé sur le grand axe routier reliant le sertão au littoral, le plus proche de la capitale du Sergipe et le moins affecté par la sécheresse, a attiré l’investissement extérieur au point de contrarier totalement les tendances générales notées plus haut. A cet égard, il serait fort intéressant de savoir dans quelle mesure Glória, située à quelques kms de l’Agreste, représente une évolution foncière caractéristique des franges subhumides de l’est du sertão brésilien. C’est là, en tout cas, qu’on vérifie d’une façon presque caricaturale ce qu’on a souvent dit de l’évolution du foncier dans le semi-aride brésilien nordestin dans le cadre de la sécheresse. En 1983, les surfaces ayant fait l’objet de vente dans ce municipe ont augmenté de 25,5 % par rapport à 1980 ! Le nombre des acheteurs résidents dans un autre municipe n’a guère augmenté (respectivement 12,3 % et 13 % en 1980 et 1983). En revanche, les ambitions de ces gens ont beaucoup évolué : en 1983, ils ont acquis 37,6 % des surfaces vendues.

28La déprise locale paraît évidente, car non seulement les ventes entre les habitants du municipe, après avoir représenté les 2/3 des surfaces transférées en 1980, ne s’élèvent plus qu’à 56 % en 1983, mais encore c’est en majeure partie à des habitants du municipe de Glória que les non résidents ont acheté leurs terres. Enfin, la déprise locale paraît d’autant plus grave que la majorité des habitants extérieurs habitaient hors du sertão, 71 % d’entre eux demeurant à Aracaju même.

292— Carira, aussi bien desservi par les routes que Glória, mais un peu plus éloignée d’Aracaju et plus enfoncée dans le sertão, a connu une évolution foncière un peu différente. Ainsi, au lieu d’avoir augmenté entre 1980 et 1983, les transferts fonciers ont légèrement diminué (-10,8 %). On n’est guère surpris par la faible participation des locaux aux ventes de terre (53,6 % des surfaces en 1983), car, dans ce municipe où la SAU est relativement pulvérisée (la moyenne des exploitations est comprise entre 20 et 40 ha), les petits exploitants semblent avoir mieux résisté à la déprise foncière. Ils ont été aussi un peu aidés par quelques pluies d’été, les fameuses « chuvas de trovão », qui font du secteur méridional du Sergipe intérieur un milieu relativement favorisé. La relative proximité des serras du sud-ouest a aussi permis des migrations de bétail peu onéreuses vers les pâtures vertes au dessus de 400 mètres d’altitude. Aussi, au lieu d’augmenter, les ventes de terre aux non résidents ont diminué durant la sécheresse : 24,6 % des ventes totales en 1983 contre 35 % en 1980. Mieux, ici, ce sont les ventes des extérieurs aux locaux qui ont augmenté durant la crise.

30Parallèlement, une étrange nervosité semble s’être emparé des citadins propriétaires durant la même période. Demeurant en majorité à Itabaiana et Aracaju et vivement intéressés par l’achat de terres du sertão en 1980, ces non-résidents ont vendu leurs biens d’une manière quelque peu désordonnée soit à des locaux, soit — le plus souvent — à d’autres citadins. Ils ont manifestement douté de leurs investissements dans ce municipe plus isolé que Glória. Cette sensibilité aux. contingences du marché foncier rural ne doit pas surprendre, car elle a toujours constitué un des aspects fondamentaux des relations ville-campagne au Brésil.

313 — Plus loin encore des villes de l’Agreste et de la Mata de Sergipe, le municipe de Monte Alegre semble confirmer la pusillanimité des spéculateurs extérieurs face à l’investissement en période difficile. Les années antérieures à la sécheresse avaient vu l’entrée relativement importante des acheteurs extérieurs sur le marché foncier du Monte Alegre. Nos observations de 1980, autant que l’étude des actes notariés de cette année-là, confirment cette mainmise des défricheurs de la caatinga. Près d’un tiers des surfaces vendues en 1980 le fut au profit de ces nouveaux propriétaires qui cependant n’étaient pas tous des citadins de la Mata et de l’Agreste de Sergipe. Certains en effet étaient de Pernambouc et d’Alagoas. En 1983, au plus fort de la sécheresse, le retrait des extérieurs est clair : ils ont alors acquis seulement 16,3 % des surfaces mises en vente par les locaux ou par d’autres non-résidents. Simultanément, d’autres extérieurs ont cédé 39,1 % des surfaces totales vendues dans le municipe cette année-là.

32On comprend mieux maintenant le fait foncier durant les années de sécheresse : loin d’avoir systématiquement attiré l’investissement citadin et extérieur, le sertão en crise l’a plutôt repoussé ou au moins ébranlé. C’est seulement lorsqu’elles se situaient relativement près des franges humides pour ne pas avoir trop souffert de la sécheresse et n’être point menacées par cette désertification dont on parlait alors beaucoup que les terres de l’intérieur semi-aride ont attiré les capitaux extérieurs.

334 — Poço Redondo, espace le plus aride des quatre municipes étudiés, bien que localement servi par de bons sols de structure sableuse, confirme cette relative déprise extérieure. Dans un marché foncier en net retrait (les surfaces transférées en 1983 ont diminué de 37 % par rapport à 1980), les acheteurs extérieurs ne sont plus présents que dans 21,4 % des transferts et un tiers des surfaces vendues. Signe d’inquiétude chez ces anciens prétendants à la fazenda, les transactions augmentent entre eux. On ne note pas de reprise spectaculaire des locaux, mais une présence certaine de nombreux habitants de Poço Redondo parmi les petits acheteurs. Toutefois, bien que moins nombreux, les acheteurs extérieurs continuent d’acquérir de grandes surfaces (généralement supérieures à 100 ha).

34Pour divers qu’ils soient, ces comportements n’en obéissent pas moins à certains principes, simples et logiques, où les considérations géographiques et écologiques ne sont pas absentes. La distance géographique en particulier retrouve à l’occasion de la catastrophe climatique une importance qu’elle avait perdue en année normale dans cet État de petite dimension. Avant 1981, en effet, le Sergipe attirait l’investissement citadin presque aussi facilement à 300 km qu’à 50 km de la capitale. Les acteurs en étaient connus : titulaires de professions libérales, commerçants, fonctionnaires et divers spéculateurs. On pense alors à la fameuse théorie de von Thünen qui, après avoir trouvé au Brésil d’ardents défenseurs, se trouvait totalement contrariée au début des années 1980 par les poussées de spéculations et d’innovations agricoles qui déferlaient sur les terres les plus lointaines du Brésil sans grande considération pour les marchés et les grandes concentrations humaines. Il a suffi d’une sécheresse, donc d’un épisode bioclimatique relativement anormal, pour qu’on assiste à la contraction brutale de l’influence citadine et à un retour au moins provisoire des techniques et parfois des habitants traditionnels dans les terres lointaines. Parallèlement, les spécialités et les spéculations liées aux marchés citadins se sont limitées aux terres proches des grandes villes.

35Dans les grands espaces ouverts et encore très imprégnés de comportements pionniers, la très logique réflexion de von Thünen ne s’appliquerait-elle qu’aux seuls espaces maîtrisés et aux sociétés peu dynamiques ou en crise ? En tout cas, elle ne convient manifestement pas aux grands espaces neufs et à la croissance économique à-tout-va comme on les trouve au Brésil en année normale.

IV – LES IMPACTS A LONG TERME. TENTATIVES DE BILAN

36Cette évolution n’est donc pas dépourvue d’enseignements. Dans la mesure où la sécheresse a suscité une certaine déprise foncière des non-résidents, on pourrait lui attribuer l’intérêt d’un retour des terres aux authentiques agriculteurs et éleveurs locaux. Malheureusement, ce ne sont pas tous les locaux qui ont acheté ces terres, mais seulement ceux qui en avaient les moyens. Il est trop tôt encore pour prouver ce fait, mais il est vraisemblable que les statistiques de l’INCRA montreront qu’une des conséquences de la sécheresse aura été une concentration accrue de la propriété foncière.

37D’autre part, on a vu que la majorité des terres vendues à la hâte par les citadins de l’Agreste et de la Mata l’ont été à d’autres non-résidents. Ainsi une partie des transferts de propriété intéressant les municipes sertanejos du Sergipe se fait hors du marché foncier local et il est peu probable que les propriétaires locaux puissent un jour avoir accès à ces terres qui sont trop étendues et trop valorisées pour leur pouvoir d’achat. Ainsi malgré l’évolution foncière de la période sèche, la déprise locale amorcée bien avant la sécheresse risque de se poursuivre.

38Mais au moins la sécheresse aura-t-elle enseigné aux uns et aux autres certaines vertus de la tradition. Certes, il est peu probable qu’on en revienne aux systèmes extensifs d’élevage dans une caatinga reconstituée. Néanmoins, on sait d’une façon indubitable désormais que certaines pratiques culturales (labours profonds, défrichements des versants convexes et des bassins de réception, brûlis excessifs) sont inadaptés et qu’au contraire la culture de certaines plantes fourragères relativement anciennes comme le cactus inerme, ou récentes, comme le Buffel Grass, peuvent être d’un grand secours en période critique.

39Les paysages agraires du printemps 1984 montrent à l’envi une autre tendance récente : le retour de l’agriculture vivrière. Sur ce point, toutefois, on doit se poser la question de l’intérêt de ces cultures de maïs, haricots, fèves, manioc dans le semi-aride brésilien. En année normale, le sertão de Sergipe peut parfaitement supporter de telles plantes. Mais en année moins pluvieuse, ces cultures souffrent. Par contre, on sait que le sorgho vient très bien dans de telles conditions. Il est malheureusement obstinément refusé par les roceiros traditionnels pour la nourriture humaine.

40Et puis, il y a l’eau. Dans ce domaine, des progrès notables ont été réalisés par les fronts de travail dont il faut souligner l’efficacité dans le Sergipe. Mais curieusement on continue à tourner le dos au rio São Francisco pour irriguer le sertão dont on sait pourtant bien qu’il possède des terres parfaitement arables et souvent riches. La liste des travaux opérés sous l’égide du Ministère de l’Intérieur, de la SUDENE et de la Compagnie de Développement de la Vallée du São Francisco (CODEVASF) est très révélatrice à cet égard : 68 grands barrages, 91 réservoirs, 309 tanks, 31 puits et un canal d’irrigation de... 500 mètres de long. Aucun travail d’intérêt véritablement régional n’a donc été entrepris dans ce sertão.

41Certes, en 1984, on parle beaucoup du Projet Chapeu de Couro. Il s’agit effectivement d’un programme important et en principe bien intégré. Mais on y note la construction d’un seul aqueduc sous la forme d’un tube de faible diamètre d’une longueur de 326 km. Prenant l’eau dans le São Francisco, il dessert presque exclusivement les villes. Son coût est évalué à 11,4 millions de dollars, alors que près de 30 millions de dollars seront consacrés au forage de puits et à la confection de réservoirs. Manifestement, le Sergipe continue d’ignorer que la solution aux drames de la sécheresse réside dans l’irrigation des terres du sertão à partir d’un réseau collectif utilisant les eaux, permanentes et abondantes, du São Francisco.

42Enfin, on a découvert officiellement l’arbre. L’EMATER, ou Entreprise d’Assistance Technique et d’Extension Rurale, et le Secrétariat de l’Agriculture du Sergipe diffusent aujourd’hui trois variétés de légumineuses qui paraissent bien adaptées aux milieux et aux besoins du sertão, car toutes trois ont la particularité d’améliorer la fertilité des sols sans gêner les plantes vivrières et les fourrages qui leur sont associés. Elles fournissent aussi leur feuillage permanent et leurs gousses aux animaux d’élevage. L’espèce la plus connue est l’Algaroba (Prosopis juliflora) dont Prost a depuis longtemps montré l’intérêt sur les franges de l’Agreste. Bien qu’introduit dans le Nordeste depuis un demi-siècle environ, cet arbre y prospère d’une façon remarquable, s’adaptant en particulier à la plupart des sols et aux périodes de sécheresse. A l’inverse des espèces locales qui pourraient être éventuellement plantées (comme la caatinga de porco ou Caesalpinia pyramidalis, l’angico ou Anadenanthera macrocarpa et le Pau-ferro ou Diallium guianense) l’algaroba n’engendre pas de micro-climat chaud et des sols acides. Sa richesse en protéines et en éléments carbohydratés en fait l’équivalent d’un Acacia albida qui n’exigerait aucun traitement particulier durant sa croissance. L’EMATER, toujours remarquable dans le domaine de l’innovation rurale, n’ignore pas cela et distribue aujourd’hui des jeunes plants d’algaroba à tous les exploitants du sertão.

43Le Sabiá, ou Mimosa caesalpinae folia, est une espèce arborée nordestine qui, dans les sols profonds du sertão, peut jouer un rôle de légumineuse fourragère et de barrage forestier contre une éventuelle progression du semi-aride dans les franges agro-pastorales de l’Agreste occidental. Elle présente en outre l’avantage d’être une espèce connue localement.

44La leucena, ou Leucoena leucocephala, est un arbre américain, de croissance rapide, qui partage avec les deux espèces précédentes les avantages d’être une légumineuse et de conserver en permanence ses feuilles très appétées par le bétail.

45Et déjà on parle de boisements homogènes créateurs de microclimats plus amènes que celui du sertão défriché. On n’ignore pas les difficultés qui surgiront de l’inévitable pullulement des chenilles et insectes prédateurs de ces légumineuses. Mais comment ne pas approuver une tentative intelligente de reboisement dans ce sertão où l’éleveur comme l’agriculteur exploitent des milieux fragiles depuis des siècles plus souvent contre l’arbre qu’avec lui ?

CONCLUSION

46Dans le sertão en partie dépeuplé du Sergipe, la sécheresse a donc laissé des marques que sa rapide récupération apparente de 1984 ne permettait guère de soupçonner. Bien des leçons ont été tirées. Des solutions sont en cours et, pour la première fois peut-être, on ne se préoccupe plus seulement de rentabilité économique, puisqu’on envisage la récupération partielle de l’écosystème sertanejo. La tâche reste immense car les aménageurs ne dominent ni l’eau, ni la terre si mal répartie entre les hommes, ni la géographie du semi-aride.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1280/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 663k

Auteurs

Université Fédérale de Sergipe. Aracaju

Université de Bretagne Occidentale. Brest

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540