Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Hommes face aux sécheresses

 | 
Bernard Bret

1. Systèmes sociaux et systèmes alimentaires à l'épreuve des sécheresses

Rapport introductif

Jean Gallais

Texte intégral

1Pour la rédaction de ce rapport, je dispose à la date du colloque de huit communications dont quatre sur le Sahel africain et quatre sur le Nordeste, ce qui est équilibré mais réduit pour tenter des comparaisons et des généralisations assurées. Aussi, il est utile de faire appel à des travaux hors-colloque avec les références qui s’imposent. Il faut également se résigner à des redondances, chacune des communications de cette commision pourrait être ailleurs : l’évolution des systèmes sociaux, c’est aussi une « réponse paysanne » et une « péponse des États ». Comment ne pas s’interroger aussi vers l’amont, en direction des travaux de la commission voisine « écologie ». S’il existe bien un fait objectif, mesurable, essentiel, qui est le fait climatique, le rapport sécheresse/crise du système de production ne peut être éclairé qu’à travers les représentations et les conditions socio-culturelles.

  • 1 Gallais J., Adaptabilité, rigidité culturelle : le Sahélien et la pluie, in Cahiers géographiques (...)

2Sur ce thème précis de la représentation de la sécheresse, il y a peu d’apports dans les communications, sauf dans celle d’E. Bernus qui rappelle la distinction par les Touareg de deux types de sécheresse selon le problème fourrager qu’ils impliquent, définitions « pratiques » qu’on pourrait trouver chez d’autres peuples, paysans ou éleveurs1. Par ailleurs, les faits socio-culturels ne sont pas seulement « objets » à l’« épreuve des sécheresses » comme s’exprime le titre de cette commission, mais conditions, parmi d’autres, qui font de la sécheresse une crise du système de production. Si les Éthiopiens étendent les cultures méditerranéennes à long cycle, orge, blé, teff, là où la première saison des pluies, avril-mai, est très aléatoire, cela est un élément de l’« amaharisation », phénomène socio-culturel et politique ! Que l’on ait développé l’élevage bovin au Sahel là où le mouton et le chameau seraient mieux adaptés, c’est un modèle socio-culturel qui accroît le risque écologique. On pourrait disserter longtemps sur la difficulté et l’appauvrissement d’une compréhension univoque et restrictive de l’évolution des systèmes sociaux comme simple conséquence de la sécheresse.

  • 2 Bret B., Nordeste du Brésil, Dominants et dominés face à la sécheresse, Herodote n°24 pp. 123-135.

3Une autre considération serait la suivante. Selon Bret, dans son article très dense sur « Nordeste du Brésil : dominants et dominés face à la sécheresse »2, les sécheresses sont d’une efficacité considérable pour la révélation des régions géographiques dans l’opinion, l’expression, l’action. Sahel, Nordeste... sont des régions géographiques littéralement « découvertes » par le grand public à l’occasion des sécheresses. Il en est de même pour les types humains « flagelados », « boias frias » d’un côté, « conjonctures », « sinistrés » de l’autre, comme on le dit au Sahel avec un humour noir. Tout cela crée un mouvement scientifico-sentimental très fort et très utile, mais qui risque de dévier de la rigueur nécessaire. C’est Andrade et Pébayle qui ci-dessous insistent sur la nécessité de se défendre contre une atmosphère de panique : les propos recueillis laissent à croire à une turbulence foncière que les enquêtes précises ont infirmée.

4Il est difficile de « mesurer » la gravité des problèmes, ne serait-ce que les effectifs humains atteints. Les Brésiliens peuvent s’appuyer sur le nombre de travailleurs embauchés dans les programmes de « fronts de travail » ; en 1883, 3 130 000 nous dit Cavalcanti. En Ethiopie, l’administration chiffre la population à assister en 1985-1986 à 5 800 000 personnes sur la base d’une estimation du déficit agricole très discutable. Selon la situation administrative et politique, l’importance des besoins et l’ampleur du phénomène sont ou bien diminués, ce qui était plutôt le cas du Sahel sous l’administration coloniale qui recherchait des solutions locales, ou bien surévalués pour obtenir le maximum de l’aide internationale.

  • 3 Seignobos Ch., 1984, La sécheresse 1969-1974 au Tchad :la difficile interprétation des conséquence (...)
  • 4 Beauvilain A., 1981, Un espace de migrations frontalières importantes, le Nord Cameroun in Cahiers (...)

5Partons de la plus élémentaire approche, des faits de surface. La crise du système de production engage évidemment à des substitutions, des combinaisons nouvelles de production. Seignobos3 au Tchad date de la sécheresse de 1969-1974 l’abandon d’un système agricole basé sur les sorghos sous pluie à cycle long, et leur remplacement par le sorgho de décrue, le mouskouari. Beauvilain4 dans le Nord-Cameroun montre qu’après la forte crise de 1930, les cultures d’arachide, de manioc, de mouskouari furent très stimulées. Pour Retaillé au KOUTOUS (Niger), les dernières années ont vu un recul de l’arachide et une augmentation des surfaces en mil, sorgho, niébé. Au Cap-Vert, Lesourd note un repli sur les pois et haricots légumineuses alors que le maïs perd de l’importance. Andrade et Pebayle notent dans le sertao du Sergipe un retour à l’agriculture vivrière, maïs, haricot, manioc. Examinant sur place dans la région d’Irécé, à l’intérieur de l’État de Bahia, les conséquences de la sécheresse de 1975-1976, j’en constatais les résultats désastreux pour la spéculation régionale, le haricot noir (feijao), et l’extension des plantations de cactus inerme à des fins fourragères.

6Changements techniques certes, mais l’inventaire, s’il est nécessaire, n’est pas suffisant et l’interprétation pose des problèmes. Ces changements sont contradictoires : arachide stimulée en 1930 dans le Nord-Cameroun, disparue après 1984 au Niger ; le feijao réduit à Irécé en 1975-1976, stimulé au Cap-Vert en 1984 ! On soupçonne que les changements techniques sont conduits par une combinaison de tendances et que l’avantage de telle alternative est relatif à une situation globale à définir.

7On peut aussi s’interroger sur la durée du changement. Bernus signale qu’à la suite de la première sécheresse de 1972, de nombreux Touareg ont ouvert des jardins autour des puits à exhaure animale, mais qu’en 1975, la plupart ont repris leur nomadisation. D faut donc distinguer la parade de l’orientation à long terme. Par ailleurs, le changement n’est pas toujours possible. Guillot et Dupré remarquent très justement à propos de l’Aribinda (Burkina Faso) qu’une grande partie des cultivateurs n’ont ni l’énergie, ni les moyens de changer quoi que ce soit.

8Enfin, la question précise de notre thème revient à rechercher de quel changement social ces techniques de production nouvelles sont porteuses.

  • 5 Bret B., op. cité.

9Restons encore aux « faits de surface » pour évoquer, après les changements techniques, les nouvelles relations d’hommes à espaces qui peuvent s’établir, la migration sous toutes ses formes. Voilà bien une des conséquences qui pour être visibles n’en sont pas moins profondes. On connaît le rôle des sécheresses dans l’occupation de l’espace brésilien. Bret5 nous rappelle les conséquences migratoires des secas du 19ème et 20ème siècles. Celle de 1877-1979 qui a vu le grand flux des Nordestins vers l’Amazonie et São Paulo ; celles de 1915 et 1919 qui ont expulsé du Ceara 100 000 caboclos ; celles de 1951-1952 et 1958 qui ont, au Ceara, fait passer la population urbaine de Fortaleza de 200 000 à 500 000...

10A une autre échelle de temps et avec une bipartition des acteurs beaucoup plus nette, l’occupation de l’intérieur du Nordeste semble avoir été historiquement influencée par les alternances climatiques. Au 18ème siècle, une « frontière » au sens nord-américain sépare la caatinga des Indiens nomades (gentios do curso) de l’espace des fazendeiros. Cette frontière connaît des flux et reflux. En période de bonne pluviométrie, elle est repoussée vers l’intérieur avec la création de fazendas d’élevage et de roçados de culture de manioc. En période de mauvaises années, les fazendas les plus aventurées à l’intérieur sont abandonnées et la population se replie sur la zone littorale ou dans les serras où les fazendeiros possèdent généralement un « sitio » agricole.

  • 6 Gallais J., 1975, Pasteurs et paysans du Gourma. La condition sahélienne. Paris. Éditions du CNRS. (...)

11Cependant, le long de ces fronts que sont le Sahel contemporain et le Nordeste des 17ème et 18ème siècles, l’erreur serait encore d’établir l’égalité simpliste : phase humide = progression paysanne ou progression sédentaire. La colonisation paysanne peut être stimulée par des phases de sécheresse sous la forme de desserrement de l’habitat, de recherche de brousse neuve ou peu exploitée, si les conditions politiques le permettent. En 1930-1933, les Matakam du Nord-Cameroun renforcent leur présence sur le piémont des montagnes, et j’ai montré la vague de peuplement de la plaine du Séno (Mali) par les Dogon après la sécheresse de 1912-19146. Ces migrations de famine-colonisation sont d’échelle très variable. Beauvilain, dans le Nord-Cameroun oppose la descente très prudente des montagnards animistes accrochés à leur massif et les migrations beaucoup plus amples des groupes islamisés Bornouan, Haoussa.

12Du côté des éleveurs sahéliens, on est informé de la turbulence inouie qui dans beaucoup de régions a bouleversé l’organisation des espaces pastoraux. C’est en particulier la descente à travers les savanes soudaniennes, voire préforestières : les Peul du Sénégal se retrouvent en Gambie, les Peul du Niger dans les savanes ivoiriennes... Ces déplacements entraînent des risques de désintégration sociale dans la mesure où les structures territoriales traditionnelles supportaient l’organination sociale. M. Schmitz me parle des conséquences de l’abandon des territoires pastoraux de la vallée du Sénégal du fait du retournement des transhumances vers les forages du Ferlo. Par ailleurs, ils ne sont pas sans provoquer des conflits. Seignobos cite l’insertion difficile dans le Bas-Logone des nouveaux éleveurs Baguirmi au milieu des Foulbé et Arabes Choa. J’ai suivi les troubles profonds apportés pour la première fois en 1913-1914 mais accentués depuis 1970 par les éleveurs Touareg dans l’organisation pastorale si réglementée des Peul du Delta intérieur du Niger.

  • 7 Lebay S., 1984, Un aspect original des migrations sahéliennes : l’installation des pêcheurs Bozo a (...)

13Migrations également chez les pêcheurs à la recherche de surfaces d’eau mieux conservées ou mieux exploitées. Ainsi, les pêcheurs du Moyen-Niger s’implantent autour des lagunes ivoiriennes ou des lacs artificiels comme celui de Kossou. Sonia Lebay a montré leur aptitude à réduire progressivement la maîtrise des autochtones Baoulé sur les eaux7. On signale également que les pêcheurs du fleuve Sénégal migrent vers la Basse Casamance où ils pratiqueraient une pêche quasi industrielle à la crevette.

  • 8 Will P.E., 1980, Bureaucratie et famine en Chine au 18ème siècle (p.46), Paris, Mouton E.H.E.S.C., (...)

14Par leur ampleur et leur caractère souvent collectif, ces migrations sont dites des « exodes ». Le scénario est effectivement souvent le même avec un dépouillement progressif sur quelques années des réserves, semences et bétail, puis une décision de panique allant jusqu’à l’abandon des vieillards et des récoltes en cours. Si l’on en croit Will à propos de la Chine du 18ème siècle, « la promptitude des populations affamées ou craignant simplement de le devenir à partir sur la route pourrait bien être l’aspect le plus spécifiquement chinois d’une situation de crise »8.

15Un type particulier de ces migrations exodes est celles qui se dirigent vers les points de secours, concentration des camps et des « chiffons-villes » autour des centres urbains et des postes administratifs distributeurs de secours. Beaucoup de ces « sinistrés » ne reviendront pas chez eux, en particulier parce que l’assistance donne à l’État un moyen jamais égalé de « redéployer » la population.

16Sécheresse et transfert de population, dualité vieille comme le monde. En Chine, dès le début de l’Empire, la sinisation a progressé de cette façon. On sait ce qu’il est advenu en 1985 en Ethiopie où l’organisation chargée des secours dirige en même temps les « resettlements » en manipulant les populations assistées. Les nombreuses entreprises brésiliennes de colonisation offrent un terrain pour l’analyse de beaucoup d’échecs de ces transferts. La migration des Nordestinos n’apparaît plus la solution, ni pour l’Amazonie, ni pour les sécheresses du Nordeste.

  • 9 Guillars E., 1984, Les migrations de travail des Haoussa de l’Ader. Le jeu des conditions locales (...)

17D’effets peut-être moins discutables est l’amplification des migrations saisonnières ou de moyenne durée. C’est aux sécheresses récentes que M. Lesourd impute les effectifs considérables des Cap-Verdiens vivant en-dehors de l’archipel, 450 000 contre 300 000 insulaires, sécheresses qu’évoque E. Guillas9 dans l’Ader Doutchi (Niger) pour expliquer que 68 à 75 % des hommes de 20 à 45 ans sont absents en 1982-83, et auxquelles Dupré et Guillot attribuent le doublement de la migration à partir de l’Aribinda entre 1975 et 1983.

  • 10 Clanet J-C, 1981, L’émigration temporaire des Toubou du Kanem vers la Libye. Cahiers géographiques (...)

18Bien qu’il faille être prudent devant toute généralisation dans ce domaine, la migration de courte ou de moyenne durée n’est pas, le plus souvent, rupture sociale. D’abord, parce qu’elle est fréquemment décidée par le migrant en accord ou davantage sous la pression du groupe. Clanet a montré l’extraordinaire pression féminine qui contraint les hommes Daza à partir pour la Libye au début des années 197010. Ensuite, parce que les revenus sont le plus souvent utilisés à des fins sociales conservatrices. Lesourd pour le Cap-Vert, Guillas pour l’Ader Doutchi l’ont, entre autres, bien montré.

  • 11 Mondot-Bernard J., 1980, Satisfaction du besoin alimentaire et développement agricole au Mali, Par (...)

19A côté des conséquences géographiques apparentes des sécheresses, il faut aborder les conséquences de profondeur, d’observation et d Interprétation plus délicates. Quelques mots sur les conséquences alimentaires, thème sur lequel les communications n’ont apporté aucune information précise. La littérature disponible sur ce thème est peu abondante et rapporte des observations qui, pour les plus durables, n’embrassent qu’une année. Des enquêtes organisées par l’OCDE au Mali11 ont montré qu’il suffit de deux années de relative sécheresse dans la zone soudanienne considérée comme subhumide, pour que les rations alimentaires deviennent nettement insuffisantes. Le suivi de poids intersaisonnier effectué chez les pasteurs montre une perte de 2 à 3 kg entre la saison de pluies et la saison sèche. Ceci est dû tant à la diminution de la production de lait qu’au changement du rapport énergie dépensée/ ration alimentaire par suite de déplacements plus fatigants en direction des points d’eau. Un domaine voisin reste très peu parcouru : les conséquences démographiques à long terme des sécheresses-famines, en particulier la chute de fécondité durant la crise et sa recrudescence après la famine.

20A propos de la crise alimentaire, on se heurte à la question des prix qui me semble être le fait économique de profondeur le plus important à la fois pour en déduire les changements sociaux et pour identifier les mécanismes selon lesquels on passe d’une crise de système de production à une famine. Sur ce point, il y a un modèle spatial de la sécheresse-famine. Pour simplifier, on peut distinguer l’aire de sécheresse et de faible production des régions « périphériques » qui connaissent une crise de subsistance indépendante des conditions climatiques locales, mais déclenchée par la hausse des prix due à la forte demande de la région de famine. Dans ce mécanisme, entre offre et demande interviennent les spéculations et les faits politiques. En décembre 1985, en Ethiopie, les prix du grain restent élevés bien que la récolte s’annonce bonne et que les prix habituellement décrochent dans ces conditions dès septembre-octobre, par présentation sur le marché des réserves. La tendance haussière est liée à la rétention des céréales par des producteurs inquiets et par l’augmentation de la demande due aux bouleversements des structures agraires par l’État.

  • 12 in Stratégies pastorales et agricoles des Sahéliens durant la sécheresse 1969-1974. 1977, Bordeau. (...)

21Le problème des prix n’est pas abordé dans les diverses communications de la commission. Il l’avait été à propos de la sécheresse de 1969-1974 par Santoir chez les éleveurs du Sénégal et par Barrai et Benoit chez les pasteurs du Burkina12. D y avait d’Intéressants développements sur l’évolution des rapports de prix entre céréales, bétail et lait, avant, durant et après la sécheresse.

  • 13 Tilly L.A., 1972, La révolte frumentaire, forme de conflit politique en France, Annales Esc., pp. (...)
  • 14 Gallais J., 1986. L’aide alimentaire à l’Éthiopie en 1986. Climat et révolution in Cahiers géograp (...)
  • 15 Gallais J., 1985, Sécheresse-famine-États : le cas de l’Éthipie, Hérodote numéro 39, pp. 60-88.

22Par le biais des prix, nous prenons en compte l’environnement économique et socio-politique des famines. Les historiens ont montré les mécanismes économiques qui, en Europe de l’Ancien Régime, jouaient à partir d’un accident climatique pour créer la pénurie : 1709, « l’année de Mal-plaquet », c’est l’accident climatique (un hiver particulièrement froid), mais c’est aussi la guerre de succession d’Espagne et les besoins prioritaires de l’armée des Flandres13. Les sécheresses-famines soviétiques entre 1919 et 1923 sont à la fois causes et conséquences des décisions politiques. En Ethiopie, il est incontestable que la demande d’aide alimentaire pour 1985-1986 majore le déficit explicable par la sécheresse pour faire face à des besoins prioritaires qui résultent de décisions politiques14. En définitive, les sécheresses-famines doivent être considérées selon les niveaux d’organisation économique et politique. J’ai tenté de la faire sommairement à propos de l’Ethiopie pour les trois grandes famines récentes15, chacune se plaçant à un stade du développement de l’État : 1888-1892, 1969-1974, 1983-1984.

23Sur l’interférence du pouvoir politique entre le fait climatique et le fait alimentaire, les communications offrent une matière substantielle. Andrade et Pébayle mettent en accusation les néo-éleveurs citadins appuyés par la Banque du Brésil qui étendent les pâturages de capim ; la « pécuarisation » a des conséquences sociales immédiates par expulsion des moradores et métayers, et rend plus vulnérables les pâturages en cas de sécheresse prolongée. L’État brésilien a montré quelquefois une politique plus prudente : un édit de 1736 obligeait les fazendeiros du Ceara à ouvrir des roçados vivriers. Mais, en 1865, on accuse le coton en pleine expansion du fait de la guerre de Sécession d’avoir réduit imprudemment les cultures vivrières. Les mêmes accusations ont été portées à propos de l’arachide et du coton au Sahel africain. Des observations semblables sont présentées plus en détail et plus systématiquement par Jaime Marquez Pereira qui soutient l’idée que pour l’oligarchie terrienne, il est plus rentable de réinvestir dans la « pécuarisation » ou dans le secteur urbain que dans l’agriculture vivrière.

24Il est bien vrai que l’État cible socialement son intervention, explicitement ou non. M. Droulers rappelle ici que la cible des petits propriétaires est choisie dans plusieurs plans. Polo-nordeste vise les exploitants de moins de 50 ha. Le projet Sertanejo fournit l’assistance technique à des moyens propriétaires de 20 à 200 ha. En 1984, le grand projet Nordeste vise 2 millions de petits propriétaires.

  • 16 Pereira de Queiroz, M.I., 1960, Désorganisation des petites communes brésiliennes, Cahiers interna (...)

25Tout cela met bien en évidence les stratégies sociales et politiques qui entrent en combinaison dans le système « sécheresse-famine ». Mais les effets de retour sur les rapports sociaux sont évidents et, à ce propos, les communications sur le Nordeste sont plus informatives que celles portant sur le Sahel. La sécheresse-famine a des conséquences immédiates sur l’ambiance sociale. Effets de turbulence pathologique avec pillages, exacerbation des conflits entre groupes ethniques au Sahel, émergence de types sociaux marginaux, les cangaceiros bien connus du Nordeste. Pereira de Queiroz avait publié en 1960 une étude sur la désorganisation d’une collectivité du nord de Bahia, devenue hors la loi16. Des mouvements religieux d’illuminisme fragilisent la situation sociale... ainsi, dans un contexte de disette, le mouvement du Dieu de Lam, en 1927 dans le Nord-Cameroun.

26C’est à cette pathologie sociale que se réfèrent les discours régionalistes. Marques Pereira dit que ceux-ci sont stimulés au Nordeste lors des sécheresses, la revendication régionale masquant les conflits de classe. Le même discours régional est tenu dans les sphères dirigeantes des pays sahéliens qui parlent d’une façon générale de « dégradation des termes de l’échange », de « désertification » alors que les rapports sociaux et régionaux donnent lieu, en fait, à un apprauvrissement très sélectif de la population.

  • 17 Bret B., op. cit.

27Ce sont ces conséquences sociales sélectives qu’abordent courageusement plusieurs communications sur le Nordeste. La sélection passe d’abord par la migration. M. Lesourd note que ce sont les ruraux qui ont pu réunir les fonds nécessaires à la migration qui, au retour, vont assurer leur avantage en achetant des terres. Au Sahel, plusieurs études ont montré que les détenteurs de filières de migrations intéressantes protègent celles-ci pour en garder l’exclusivité. Ainsi se détachent les « Barakaimbé », ceux qui ont la « baraka ». Au Nordeste, la plus grande complication sociale rend la généralisation difficile. Bret17 semble indiquer que les petits propriétaires voient diminuer leurs revenus agricoles davantage que les fazendeiros éleveurs. Cavalcanti, idenfiant les travailleurs des « programmes d’urgence » établit le recrutement de ces sans ressources sur une grande majorité de non propriétaires. Pour Andrade et Pébayle, au Sergipe, les victimes de la sécheresse sont les ouvriers agricoles tandis que les épargnés sont les grands éleveurs traditionnels qui ont pu organiser le transport de leurs animaux vers des zones de « refrigeração ». Dans une situation intermédiaire, les petits éleveurs s’en tirent s’ils ont des pâturages de cactus inerme.

28Les conséquences vont dans l’ensemble vers une aggravation des inégalités, ce qui est généralement le cas dans toute crise. On en revient aux actions ciblées par l’État : à côté des programmes destinés aux petits propriétaires dont M. Droulers nous parle, Marques Pereira signale que les opérations de creusement d’açudes et d’ouverture de pistes profitent exclusivement aux « coroneis ».

29Il serait aussi intéressant de constater le changement social en termes d’affrontement des intérêts urbains et des intérêts ruraux, en particulier par le biais des transactions foncières lors des sécheresses. Y a-t-il des changements importants dans la carte foncière ? Pébayle et Andrade, au terme d’une analyse nuancée, montrent la contraction des acquisitions urbaines au plus près de la ville et critiquent l’idée de la domination accrue des acheteurs extérieurs. Au Sahel, on peut dire que depuis 15 ans, le mécanisme de contrôle foncier au profit de la classe urbaine est stimulé pour des raisons de pénurie et de tendance haussière des prix alimentaires. Commerçants et fonctionnaires acquièrent des lots dans les périmètres, ouvrent des champs vivrier à proximité des capitales ou des centres régionaux. Tout cela nécessiterait des études précises, difficiles à défaut de cadastre, et explosives du point de vue politique.

30Que ressort-il de ce cheminement compliqué à travers les diverses communications présentées ?

31C’est une banalité de souligner l’ampleur et la réciprocité des influences entre sécheresses-famines et les conditions sociales. Même si les stratégies paysannes sont, au Sahel particulièrement, conservatrices, il y a des changements de profondeur, discrets, mis en branle. Les sécheresses-famines ont des conséquences sociales objectives, mesurables à travers les changements techniques, les migrations, les mécanismes de marché. A travers également les modèles culturels des rapports sociaux, nous aurions pu parler de la relation famine-esclavage au Sahel jusqu’à l’époque contemporaine. A travers enfin l’action de l’État qui est plus ou moins ciblée, même si elle n’exprime pas cette option.

  • 18 Ambirajan S., 1976, Malthusian population theory and Indian famine policy in the nine-teenth centu (...)
  • 19 Frykenberg R.E., 1965, Guntur district 1788-1948. A history of local influence and central authori (...)

32Mais, en conclusion, je voudrais suggérer d’accorder une grande attention aux diverses représentations que le mouvement des idées donne au phénomène. C’est cette représentation, cette interprétation qui ont les conséquences les plus bouleversantes sur le système social ou politique si elles pénètrent dans une opinion accueillante. Citons-en quelques-unes. La colère de Dieu, nous dit la Bible. Les naturalistes inscrivent ces événements dans le processus d’aridification climatique, ou de désertification si l’on englobe l’écosystème. La représentation malthusienne s’exprime dans la littérature anglaise à propos des sécheresses-famines indiennes du 19ème siècle18. Une interprétation socio-économique plus attentive est donnée à propos de la famine de Guntur qui ravage en 1833-1835 les régions côtières du Golfe du Bengale. Les autorités anglaises l’imputent aux méfaits du système fiscal zamindari. De ce fait, elle a été pour beaucoup dans l’abolition de ce système et son remplacement par le ryotwari qui est le statut foncier prédominant actuellement19. La plus redoutable des interprétations est celle du « complot politique ». Le « complot de famine » dont le bruit souterrain est permanent au 18ème siècle en France et sur lequel les historiens ont beaucoup travaillé : « le Roi de France spécule sur les farines pour entretenir une multitude de femmes au Pré aux clercs ». Plus proche de nous, « le Négus a expulsé les pasteurs de la vallée de l’Awash pour implanter l’agro-industrie et affamer les nomades ». On a parlé à propos de la famine 1969-1974 au Mali du « génocide des Touareg », des « villas de la famine ». Je ne doute pas que ces interprétations soient souvent fondées et qu’il soit utile d’Identifier ceux qui profitent d’une catastrophe pour s’enrichir. Je souhaite seulement souligner que ce genre d’Interprétation est une charge explosive redoutable, de portée politique considérable dans l’opinion. De ce fait, la responsabilité des intellectuels n’est nulle part aussi importante et nos devoirs d’exactitude et de pondération aussi impérieux.

Notes

1 Gallais J., Adaptabilité, rigidité culturelle : le Sahélien et la pluie, in Cahiers géographiques de Rouen n°21, 1984, Études Sahéliennes, le Sahel 1973-1983, Observations sur une décennie d’après-sécheresse, pp.27-34.

2 Bret B., Nordeste du Brésil, Dominants et dominés face à la sécheresse, Herodote n°24 pp. 123-135.

3 Seignobos Ch., 1984, La sécheresse 1969-1974 au Tchad :la difficile interprétation des conséquences, Bulletin de la Société languedocienne de géographie, pp. 185-200.

4 Beauvilain A., 1981, Un espace de migrations frontalières importantes, le Nord Cameroun in Cahiers géographiques de Rouen n°15. Études sahéliennes. Mobilité, réserves d’espace et frontières 1970-1980.

5 Bret B., op. cité.

6 Gallais J., 1975, Pasteurs et paysans du Gourma. La condition sahélienne. Paris. Éditions du CNRS. Mémoires du CEGET, 239 p.

7 Lebay S., 1984, Un aspect original des migrations sahéliennes : l’installation des pêcheurs Bozo autour du lac de Kossou, in Cahiers géographiques de Rouen n°21, Études sahéliennes.

8 Will P.E., 1980, Bureaucratie et famine en Chine au 18ème siècle (p.46), Paris, Mouton E.H.E.S.C., 312 p.

9 Guillars E., 1984, Les migrations de travail des Haoussa de l’Ader. Le jeu des conditions locales et de l’économie générale. Cahiers géographiques de Rouen n°21, Études sahéliennes.

10 Clanet J-C, 1981, L’émigration temporaire des Toubou du Kanem vers la Libye. Cahiers géographiques de Rouen n°15 Études sahéliennes.

11 Mondot-Bernard J., 1980, Satisfaction du besoin alimentaire et développement agricole au Mali, Paris OCDE, 3 tomes.

12 in Stratégies pastorales et agricoles des Sahéliens durant la sécheresse 1969-1974. 1977, Bordeau. CEGET. CNRS.

13 Tilly L.A., 1972, La révolte frumentaire, forme de conflit politique en France, Annales Esc., pp. 731-757.

14 Gallais J., 1986. L’aide alimentaire à l’Éthiopie en 1986. Climat et révolution in Cahiers géographiques de Rouen numéro spécial, Études sahéliennes 1986.

15 Gallais J., 1985, Sécheresse-famine-États : le cas de l’Éthipie, Hérodote numéro 39, pp. 60-88.

16 Pereira de Queiroz, M.I., 1960, Désorganisation des petites communes brésiliennes, Cahiers internationaux de sociologie.

17 Bret B., op. cit.

18 Ambirajan S., 1976, Malthusian population theory and Indian famine policy in the nine-teenth century, Population studies 10, 1, pp. 5-14.

19 Frykenberg R.E., 1965, Guntur district 1788-1948. A history of local influence and central authority in South India, Oxford.

Auteur

Université de Haute Normandie
Directeur du LEDRA, Laboratoire d’Étude du Développement des Régions Arides

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable