Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Hommes face aux sécheresses

 | 
Bernard Bret

2. Comparaison, évolution, conséquences des sécheresses

Le Sud-Est du Piaui : les potentialités d’un écosysteme du Nordeste brésilien semi-aride à l’aube d’une transformation

Laure Emperaire et J. Pellerin

Texte intégral

  • 1 Mission franco-brésilienne au Piaui/CNPq/FUFPi

1Note portant sur l’auteur1

  • 2 Centre de Géomorphologie du CNRS, Caen

2Note portant sur l’auteur2

3Les études sur le milieu naturel que nous menons constituent l’un des aspects du programme interdisciplinaire de la mission franco-brésilienne au Piaui : « L’Homme au Sud-Est du Piaui, de la préhistoire à nos jours ; l’interaction homme-milieu ». Cette recherche a permis de dégager un schéma des modes d’occupation traditionnels de milieu et de leurs répercussions sur les diverses zones écologiques locales. Ce sont les résultats préliminaires de cette étude qui sont ici présentés.

1. LA RÉGION SUD-EST DU PIAUI

4Le Nordeste recouvre des réalités variées de conditions écologiques, de circonstances historiques et de conditions de développement. La région sud-est du Piaui se trouve sur la marge ouest de cet ensemble de un million de kilomètres carrés, en bordure de la zone de transition caatinga-cerrado. Les travaux archéologiques de la mission franco-brésilienne au Piaui témoignent d’une occupation humaine très ancienne et constante depuis plus de 30 000 ans. Mais, après être restée longtemps à l’écart des autres centres d’activité, la région est en train de subir de profondes modifications liées en grande partie à l’extension du réseau routier et à l’implantation de grandes fazendas. Elle apparaît comme un nouveau front de colonisation dont on peut suivre le développement rapide depuis 1978 sur les images Landsat.

5La zone qui fait l’objet de notre travail détaillé s’étend à l’intérieur d’un triangle d’environ 80 kilomètres de côté (fig. 1) ; elle est traversée par la cuesta de bordure du bassin Piaui-Maranhao, relief de 200 mètres d’amplitude qui reconstitue le grand domaine des abris à peintures rupestres entre les plateaux gréseux tabulaires d’âge dévonien de l’Ouest et le socle précambrien de l’Est.

6Une dissection très accentuée du front de cuesta en canyons à parois verticales et une grande variété lithologique du massif ancien faisant alterner reliefs résiduels et vastes pédiments offrent aux établissements humains des potentialités en sol, ressources en eau et réserves en bois qui ont été utilisées au mieux par les modes de vie traditionnels.

7Le socle ancien est constitué pour l’essentiel par une série archéenne et protérozoïque de gneiss et micaschistes à passées calcaires et quartzitiques plissées et mises en relief par érosion différentielle ; l’ensemble recoupé par des batholites granitiques intrusifs tardifs a été modelé en un vaste pédiment recouvert de galets issus de la cuesta et des massifs d’inselbergs résiduels. Les plateaux gréseux de l’ouest sont plus réguliers et entaillés seulement par quelques vallées encaissées à fond plat et versants à relief ruiniforme comme ceux des canyons issus de la cuesta (Pellerin, 1984).

8La moyenne des précipitations (644 mm à São Raimundo Nonato, répartis sur 40 jours annuels entre novembre et mai) place la région en position intermédiaire entre la zone plus sèche du Ceara-Sergipe-Pernambouc à l’est et le climat plus humide du haut Parnaiba à l’ouest. La température moyenne est de l’ordre de 25°C Mais le facteur le plus important reste la très forte variabilité interannuelle et locale ; en bordure du domaine des caatingas, la région subit en effet toutes les contraintes climatiques du « Polygone des sécheresses » et particulièrement l’effet désastreux des grandes sécheresses récurrentes. Les pluies de type convectif ont un pouvoir érosif marqué, mais elles ne semblent pas avoir la violence des régions orientales : de 1912 à 1958 à Sao Raimundo Nonato les 100 millimètres par jour n’ont été dépassés que trois fois.

9L’évapotranspiration potentielle est déficitaire sur tous les mois de l’année. L’application de la méthode de Gaussen n’est pas suffisante à la définition des bioclimats du Piaui : elle fait entrer dans un même ensemble des régions aussi différentes que celles de Teresina et de Sao Raimundo Nonato. Les systèmes de Köppen ou de Thornwaite et Mather permettent de cerner de plus près la répartition des unités biogéographiques, caatinga, cerrado et forêt semi-décidue.

10Les formations végétales du sud-est du Piaui se rattachent aux caatingas. Leurs description n’entre pas dans le cadre de cet article mais il faut souligner qu’il s’agit pour la plupart de formations peu dégradées soumises à une exploitation s’intensifiant rapidement.

2. LES UNITÉS DE PAYSAGE

11Les unités de paysage sont présentées sous forme de tableau superposant les ensembles « données écologiques » et « données d’utilisation ». Treize unités ont pu être ainsi décrites sur les 5 000 km2 étudiés. Leur taille varie de quelques dizaines de kilomètres carrés pour les massifs calcaires à près de la moitié de l’aire d’étude pour les plateaux du revers de cuesta.

12L’analyse du tableau montre que nous nous trouvons à une période déterminante dans l’utilisation des écosystèmes. Deux modes d’exploitation se trouvent juxtaposés : l’agriculture vivrière basée sur l’association maïs, manioc, haricot et sur de petites cultures commerciales comme le ricin et le coton et les grandes fazendas tournées vers l’élevage ou la monoculture de cajous. Le facteur disponibilité en terres ne joue pas encore le rôle de facteur limitant et les deux systèmes se développent dans des unités de paysage différentes.

3. IMPACT DES ACTIVITÉS HUMAINES SUR LE MILIEU

13La centaine d’enquêtes réalisée a permis de quantifier les prélèvements en bois effectués sur la caatinga. Les résultats présentés ici seront ultérieurement comparés aux évaluations de biomasse ; pour l’instant il ne s’agit que d’un bilan des prélèvements en matière et en espace.

14Les deux principales répercussions de l’agriculture vivrière sur le milieu sont liées à la protection des parcelles cultivées et à la transformation du manioc. Si la partie Est de la zone d’étude est encore largement autosuffisante en bois d’oeuvre ou de combustion, le problème est beaucoup plus aigu dans la zone Ouest. Le remplacement des palissades de bois par des clôtures en fil de fer, n’est accessible qu’à une minorité d’agriculteurs. L’achat de bois pour la rénovation ou la mise en place des clôtures reste une solution moins onéreuse. Le problème du bois pour la production de farine de manioc se pose autrement. Seuls les cultivateurs d’une certaine importance, ou très isolés, —la fabrication de la farine devant avoir lieu rapidement après l’arrachage—, ont leur propre « oficina », unité de transformation. Ils sont donc le plus souvent autosuffisants en bois de feu. S’ils prêtent ou louent leur oficina à de petits producteurs, ces derniers doivent assurer eux-mêmes l’approvisionnement en bois. Muchnik et Vinck, 1984, dans leur étude sur la transformation du manioc, font état d’une consommation de 4 m3 de bois par tonne de farine. Cette valeur est proche des 5,4 m3 que nous obtenons pour la région du sud-est du Piaui.

15On peut discuter de la validité de l’échantillon et de la possibilité d’extrapoler les résultats aux 3 305 unités d’exploitation recensées sur la rive gauche du rio Piaui par la SUCAM (organisme d’action sanitaire) mais les données tant qualitatives que quantitatives sont d’une grande homogénéité à l’intérieur d’une unité de paysage. Une des sources d’erreurs dans les estimations provient peut-être de la conversion des unités locales au système métrique ! Si les tarefas (0,3 ha), léguas (6 km), latas (18 1), etc, ne posent pas de problèmes, il n’en est pas de même pour les arrancas (arrachages), cargas (charges), feixes (faisceaux), etc.

16Les données sont présentées avec les éléments du calcul permettant d’estimer les consommations en bois. L’aspect « bois pour la cuisson des aliments » a été négligé. En effet, il s’agit exclusivement de bois mort ramassé en abondance au long des chemins et des clôtures et autour des habitations. Les prélèvements dus au bétail n’ont pu encore être estimés mais ils sont probablement peu importants, les troupeaux ayant été décimés par des épizooties ou par la dernière sécheresse. Cet aspect sera évidemment à développer avec la reconstitution du cheptel.

17Diverses activités, autres que l’agriculture, ont un impact important sur le milieu. Ces activités sont en partie liées au développement de Sao Raimundo Nonato, bourg principal de la région. Une briqueterie semi-industrielle a été implantée en 1983 : 25 m3 de bois y sont brûlés quotidiennement. Il s’agit d’une des fabriques les plus importantes de tout l’Etat du Piaui. Il existe quelques autres fabriques artisanales éparpillées dans la région, mais celles-ci ne fonctionnent qu’occasionnellement. L’exploitation du calcaire, si elle est à l’origine d’auréoles de déboisement autour de certains massifs, ne représente qu’une fraction minime des prélèvements annuels. Installée depuis 1958, son approvisionnement en combustible commence seulement à poser des problèmes et le bois doit venir des contreforts de la serra ou des plateaux du pédiment.

18Les consommations de bois liées aux activités non agricoles se répartissent de la manière suivante :

19Ces 8 000 m3 ne représentent même pas 10 % de l’exploitation du bois à des fins agricoles mais ces deux types de consommation sont soumis à des facteurs totalement différents. La même approche peut être tentée sur les superficies utilisées. Trente mille hectares sont consacrés à l’agriculture traditionnelle, soit seulement 6 % de l’aire d’étude. Les cultures de cajous et les superficies occupées par divers projets ayant plus ou moins échoué ne dépassent pas, elles aussi, trente mille hectares, mais leur implantation est très rapide.

20Il est possible de caractériser la région sud-est du Piaui comme une région ayant encore de grandes réserves en bois d’œuvre, de feu et en espace, même si toutes les zones ne sont pas également utilisables. Si la mise en place du Parc National de la Serra da Capivara, permet le maintien et la conservation des espèces animales et végétales et donc du potentiel génétique, il n’en n’est pas de même pour l’homme qui voit sa réserve écologique s’amenuiser rapidement. Le maintien des activités agricoles traditionnelles (cultures vivrières, cultures commerciales, élevage) exige des quantités de bois de l’ordre de 8 m3/an/personne et des superficies cultivées de presque 2 ha/personne. Les mécanismes de fonctionnement de la région dépendent étroitement des disponibilités en bois.

21Le bilan présenté est un bilan préliminaire, il devra être nuancé en fonction des zones écologiques concernées, des phytomasses correspondantes et de la dynamique des formations végétales. Il montre l’importance des études quantitatives et qualitatives, de la végétation dans la mise en place d’un plan de développement ou dans l’analyse du schéma de fonctionnement d’une région.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

EMPERAIRE L., 1984. La région de la Serra da Capivara et sa végétation. Etudes Américanistes Interdisciplinaires, EHESS/CNRS, Paris, n°3, 29 p.

MUCHNIK J. et VINCK D., 1984. La transformation du manioc. Technologies autochtones. ACCT éd. Paris, 172 p.

PELLERIN J., 1984. Le milieu : Les bases physiques, in « L’Aire archéologique du Sud-Est du Piaui », vol. 1 : Le milieu et les sites, publ. sous direction de N. Guidon. Ed. Recherches sur les civilisations, synthèse n°16, Paris, 112 p., pl.h.t.

Notes

1 Mission franco-brésilienne au Piaui/CNPq/FUFPi

2 Centre de Géomorphologie du CNRS, Caen

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540