Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Hommes face aux sécheresses

 | 
Bernard Bret

1. Description, caractérisation et compréhension des phénomènes lies à la sécheresse

Déficits et excédents pluviométriques en Afrique occidentale. Essai de représentation cartographique

Philippe C. Chamard

Texte intégral

  • 1 Compte tenu des caractères du réseau météorologique ouest-africain et de la qualité moyenne de l’i (...)

1Note portant sur l'auteur1

2L’analyse des séries fournies par cent stations météorologiques d’Afrique occidentale et les données hydrologiques du Niger et du Sénégal confirment la nette augmentation des précipitations pendant les années 50 et leur diminution depuis 1968.

  • 2 Compte tenu des caractères du réseau météorologique ouest-africain et de la qualité moyenne de l’i (...)

3Faute de pouvoir aborder dans ce qui suit les variations spatiotemporelles des déficits ou des excédents pluviométriques, il a paru intéressant de présenter et de comparer les cartes de répartition des déficits et des excédents moyens annuels relatives aux périodes 1950-1960 et 1968-19832.

COMMENTAIRE DES CARTES

. Carte 2 - Déficits moyens annuels exprimés en millimètres.
Période 1968-1983

4La répartition spatiale des déficits est très inégale. Les déficits supérieurs à 200 mm ont été observés au sud-ouest du Sénégal et sur l’ensemble du territoire de la Guinée Bissau, régions de plaines et de bas plateaux drainées par la Casamance et les rios Cacheu, Kayanga et Corubal. Les déficits supérieurs à 100 mm ont, outre les régions suscitées, affecté :

  • le bassin du fleuve Sénégal dans sa quasi totalité et le haut bassin du Niger. Le Fouta Djallon et la dorsale guinéenne sont inscrits dans la courbe d’iso-déficit 150 mm ;
  • les régions littorales et forestières ivoiro-ghanéennes, le delta du Niger, le littoral et les hautes terres du Cameroun méridional (Mont Cameroun, Manengouba et Bamboutos ) ;
  • le sud-est du Niger, le nord-est du Nigéria (bassin de la Komadougou), l’ouest du Tchad et le nord du Cameroun (Monts Mandara).

5Les déficits les plus faibles, inférieurs à 20 mm, ont été le fait du Burkina Faso méridional et de l’extrême nord du Ghana, du Togo et du Bénin.

6La carte 2 conduit à deux remarques importantes :

  • la période 1968-1983 a été caractérisée par la diminution des précipitations sur l’ensemble de l’Afrique occidentale ;
  • les déficits, quelle que soit leur valeur, affectent des régions qui s’opposent tant par leur relief que par leur climat et leur régime pluviométrique.

. Carte 3 - Déficits moyens annuels exprimés en pourcentage

7Cette carte complète et précise la précédente. Elle met en évidence :

  • de très forts déficits (> 30 %) localisés dans les régions littorales sénégalo-mauritaniennes, en Mauritanie orientale et au Niger oriental ;
  • de forts déficits (20-30 %) au Mali occidental, en Mauritanie centrale, au Sénégal et dans les régions littorales guinéo-sierra-léonaises ;
  • des déficits moyens (10 à 20 %) dans les régions sahélo-soudanaises, dans les régions occidentales de la Guinée, de la Sierra Leone et du Libéria, et dans les régions méridionales de la Côte d’ivoire, du Ghana, du Nigéria et du Cameroun ;
  • de faibles déficits (< 10 %) dans les régions de forêts et de savanes, montagneuses ou non.

. Carte 4 - Excédents moyens annuels exprimés en millimètres

8La répartition spatiale des excédents présente des analogies avec celle des déficits (carte 2), même si les lignes d’isoexcédent (100 et 200 mm) ont une position nettement plus septentrionale que celle des lignes d’isodéficit d’égale valeur.

9Les excédents supérieurs à 200 mm se situent dans les bas pays de Guinée Bissau, les régions forestières de Côte d’ivoire, le delta du Niger et dans les hautes terres du Cameroun occidental.

10Les excédents supérieurs à 100 mm ont été observés non seulement dans la plupart des régions proches de l’Atlantique, du Cap Vert au Cameroun, mais aussi dans les régions continentales : sud-ouest du Burkina Faso, Mali occidental, centre-ouest et sud du Sénégal d’une part, sud-est du Niger, Nigéria oriental, Cameroun central et septentrional d’autre part.

11Pendant la période 1950-1960, les précipitations furent en moyenne nettement plus abondantes sur les hautes terres du Cameroun que sur le Fouta Djallon ou la dorsale guinéenne (100 à 200 mm contre 60 à 100 mm).

12Dans les bassins supérieurs du Niger et de ses affluents Bagoé et Baoulé, des Volta (Blanche et Rouge), de l’Ouémé, de l’Alibori ou de la Mekrou, ou dans les régions saharo-sahéliennes, l’excédent pluviométrique moyen fut inférieur à 60 mm.

. Carte 5 - Excédents moyens annuels exprimés en pourcentages

13Les excédents de la période 1950-1960 sont, en valeur, plus importants que les déficits 1968-1983 dans les régions saharo-sahéliennes au nord du parallèle 16◦N et dans les régions bordières de l’Atlantique.

14Il est à noter que la bande large de 250 à 500 km qui s’étire sur plus de 3 000 km du Fouta Djallon à l’Adamaoua, et inscrite dans la ligne d’isoexcédent 5 %, est un domaine géographique très hétérogène, dans lequel se juxtaposent ou s’interpénètrent des formations végétales très variées : forêts décidues et semi-décidues, forêts claires et savanes.

15La répartition des excédents relatifs, parce que quasi zonale, diffère quelque peu de celle des déficits relatifs (carte 3).

. Carte 6 - La variabilité de la pluviométrie

16Ce document de synthèse conduit aux constations suivantes :

  • le coefficient de variabilité pluviométrique3 est aussi important (20 à 30) dans les régions sahéliennes continentales que dans les régions côtières et forestières ;
  • il est, dans le domaine saharo-sahélien, plus élevé dans les régions occidentales (Mauritanie et Sénégal septentrional) et dans les régions orientales (Niger oriental, Nigéria nord-oriental, Tchad occidental) que dans les régions centrales comprises entre les méridiens 6◦W et 6◦E ;
  • la courbe d’isovariabilité 20 délimite la partie de l’espace ouest- africain où se situent les bassins supérieurs du Sénégal et du Niger, les bassins de Volta, de la Sassandra, du Bandama, de la Comoé, de l’Ouémé, de la Bénoué..., et où toute la gamme des domaines bioclimatiques, allant du subéquatorial au tropical sec, est représentée.

CONCLUSION

17En Afrique occidentale, où les variations spatio-temporelles des précipitations sont importantes, la diminution et l’augmentation de la pluviométrie peuvent être observées pendant des périodes plus ou moins longues, non périodiques mais seulement récurrentes.

18Les déficits et les excédents, les plus élevés comme les plus faibles, s’observent en général dans les mêmes régions littorales ou continentales. Leur localisation semble indépendante du relief comme de la nature et de l’état des grands ensembles phytogéographiques ou des régimes pluviométriques.

19L’aspect du champ de précipitations pendant les périodes « pluvieuses » ou déficitaires serait imputable soit à certains caractères de la circulation atmosphérique, susceptibles de modifier les modalités d’advection et d’utilisation de la vapeur d’eau précipitable (champs de pression et de vent, dynamisme du JET, intensité des circulations Hadley et Walker...), soit à certains états thermiques de la surface de l’Océan Atlantique.

20Faute de pouvoir en décider, il serait intéressant de tenter d’établir des corrélations entre la température de surface de l’Atlantique et les pluies dans les régions où la variabilité pluviométrique est la plus élevée, c’est-à-dire les régions littorales et les zones sahélienne et saharo-sahélienne.

Notes

1 Compte tenu des caractères du réseau météorologique ouest-africain et de la qualité moyenne de l’information pluviométrique, les cartes présentées ici n’ont pas toute la précision souhaitée.
Les déficits et les excédents moyens annuels (en pourcentage ou en millimètres) expriment les écarts aux moyennes générales et non les écarts aux normales.

2 Compte tenu des caractères du réseau météorologique ouest-africain et de la qualité moyenne de l’information pluviométrique, les cartes présentées ici n’ont pas toute la précision souhaitée.
Les déficits et les excédents moyens annuels (en pourcentage ou en millimètres) expriment les écarts aux moyennes générales et non les écarts aux normales.

3 Expression du coefficient de variabilité pluviométrique : V = 6/x x 100 (6 : écart-type ; x : moyenne générale)

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1227/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1227/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1227/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1227/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende . Carte 5 - Excédents moyens annuels exprimés en pourcentages
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1227/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1227/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k

Auteur

Université Paris X-Nanterre

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540