Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Hommes face aux sécheresses

 | 
Bernard Bret

Sécheresse, Sociétés et Développement

Rapport général

Paul Pelissier

Texte intégral

1Avoir l’imprudence d’accepter de faire un exposé introductif devant un tel colloque, soulève immédiatement deux risques majeurs. D’abord celui d’entrer dans un débat sémantique, touchant en premier lieu la sécheresse (pour ne pas parler de celui que soulève le « développement » !). Sans méconnaître l’importance de ce débat, je l’éviterai, essentiellement parce que beaucoup d’entre vous l’ont déjà conduit et l’ont clarifié : même si l’unanimité n’est pas faite sur tous les points, nous sommes d’accord, je crois, sur un certain nombre de concepts-clés. Par exemple, nous savons bien que la faiblesse de la pluviosité ou même les indices qui la combinent avec les températures et l’évaporation, ne suffisent pas à caractériser la sécheresse d’un milieu ; la répartition des précipitations dans l’année, l’irrégularité de leur distribution au cours de la saison des pluies, la durée et la rigueur de la saison sèche, enfin et surtout la variabilité interannuelle de ces pluies, ont infiniment plus d importance et de signification pour caractériser la sécheresse climatique que les moyennes pluviométriques. Il en résulte deux différences essentielles entre Sahel et Nordeste. En premier lieu, les isohyètes n’y ont pas la même signifcation, de sorte que lin-sécurité climatique liée à la variabilité des précipitations dans l’espace et dans le temps touche au Brésil des régions qu’un Africain, au vu des moyennes, qualifierait de soudaniennes. En second lieu, c’est la nature même de la sécheresse qui est en cause puisque, aussi indigentes que soient les précipitations au Sahel, il y pleut tous les ans, alors qu’au cœur du « polygone des sécheresses » des pluies torrentielles font couramment suite à des années totalement sèches. Au reste, pour un habitant du Sahel ou du Nordeste, « la sécheresse », ce n’est pas la faiblesse des pluies en soi ou la durée prévisible de la saison sèche, mais un épisode anormalement déficitaire, long ou répété durant lequel le déficit des ressources en eau compromet le fragile équilibre établi entre une société et son milieu de vie.

2De même, le débat sémantique me paraît-il réglé lorsqu’il s’agit de distinguer l’éventuelle expansion spatiale de l’aridité climatique proprement dite (qui serait une aridification spontanée, qualifiée par certains de désertisation), de la dégradation du milieu, mise en lumière ou accélérée par un épisode de sécheresse, due aux activités humaines et à laquelle beaucoup d’entre nous réservent le terme de désertification. Ce qui est important, c’est que les phénomènes soient nettement identifiés, que l’on s’efforce de préciser à quelle échelle ils se manifestent et évoluent, et qu’enfin les corrélations soient attentivement recherchées.

3Ce refus du débat sémantique ne signifie évidemment pas que les questions de fond sont réglées, mais simplement qu’elles sont abordées avec d’autant plus de rigueur, d’exigence mais aussi de modestie, qu’elles sont plus clairement posées. Pour rester dans le domaine que j’évoquais, nous sommes loin d’être du même avis sur la question de savoir si les récentes sécheresses sahéliennes relèvent d’une irréversible aridification du climat ou s’inscrivent dans des cycles qui participent de la nature et de la définition même du Sahel, mais nous sommes, je crois, d’accord sur deux points : d’une part la nécessité de distinguer soigneusement les échelles, en particulier les échelles chronologiques et de ne pas confondre échelle humaine et échelle géologique, d’autre part l’Intérêt d’une convergence entre méthodologie écologique et méthodologie historique.

4Je parlais à l’instant de modestie et de méthode. Toutes deux convergent vers la prudence et le sérieux et je ne peux pas ne pas dénoncer, d’entrée de jeu, la légèreté et l’irresponsabilité avec lesquelles trop de mass-média et parfois de politiques osent affirmer la marche irréversible du désert sur le Sahel africain, et chiffrer sa progression annuelle en kilomègres, voire en dizaines de kilomètres !

5Le second risque d’un tel exposé général — et celui-là je n’y échapperai pas — c’est d’être un tissu de banalités. Il est aggravé dans mon cas par le déséquilibre de mes connaissances et dans mon expérience entre les deux rives de l’Atlantique, mais les organisateurs de la séance en assument, m’ont-ils répondu, la responsabilité... La seule échappatoire qui m’est offerte me semble être d’essayer d’évoquer sans détour les conséquences pratiques, c’est-à-dire l’utilité pour le développement, des quelques évidences et des quelques interrogations que je vais formuler.

6La conséquence la plus universelle et la plus immédiate de toute phase de sécheresse dans les régions que nous évoquons est évidemment la détérioration du manteau végétal. Cette détérioration a des effets d’autant plus globaux que le milieu est plus fragile aux différentes formes d’érosion — je songe par exemple à la vulnérabilité bien connue des ergs fossiles du Sahel africain — et que l’exploitation de ce manteau végétal est à la base des activités pastorales et agricoles qui font vivre la majorité de la population — en dépit de l’effort d’industrialisation du Nordeste, ceci reste aussi vrai du Sertao que du Sahel.

7Au Nordeste et plus encore au Sahel, la vie pastorale occupe une place éminente et la pratique de l’élevage y constitue à la fois un secteur essentiel de l’économie et le support de civilisations particulièrement adaptées à l’indigence des pluies, à l’irrégularité de leur répartition spatiale et aux phases de sécheresse. Or l’équilibre entre exploitation pastorale et manteau végétal est extrêmement fragile. Le caractère aléatoire et discontinu, dans le temps et dans l’espace, des ressources en eau, ne permet qu’une utilisation saisonnière d’une grande partie de l’espace pastoral. D’où la nécessité soit de déplacements en latitude, soit de regroupements à proximité des vallées allogènes. Si le relief du Nordeste y provoque des contrastes climatiques entraînant une grande diversité régionale des pâturages, la sécheresse n’y réduit pas moins rapidement qu’au Sahel les formations herbacées en un tapis discontinu, lignifié et de très faible valeur alimentaire. Aussi, l’arbre fourrager est-il un élément fondamental de la vie pastoral et les récentes sécheresses ont-elles rappelé que son intérêt pour la survie du bétail n’avait d’égal que son rôle dans le maintien de l’équilibre écologique.

8Un autre trait qui me paraît commun au Nordeste et au Sahel est le suivant : les progrès techniques ont rendu possible la multiplication des points d’eau permanents, forages profonds ou barrages ; par contre, l’alimentation du cheptel reste à peu près partout fondée sur la végétation spontanée. D’où une discordance fréquente, rendue dramatique par des épisodes de sécheresse, entre ressources en eau et ressources en pâturages. Différentes politiques d’hydraulique pastorale ont aggravé cette discordance en entraînant des concentrations anormales de troupeaux qui ont elles-mêmes provoqué la ruine du manteau végétal et le développement consécutif de l’érosion. Depuis 15 ans, les troupeaux du Sahel ont été périodiquement décimés par la faim beaucoup plus que par la soif, et c’est au centre de cercles totalement dévastés de 15 à 20 kilomètres de rayon que se dressent aujourd’hui nombre de forages profonds.

9Autre trait commun au Nordeste et au Sahel : le repli, la réduction de l’espace pastoral, qui fait partout figure de peau de chagrin, ce qui aggrave naturellement la surcharge pastorale. Repli qui a partout, sous des formes diverses, un même facteur, à savoir l’expansion des défrichements agricoles. Cette expansion est elle-même un facteur essentiel de dégradation du manteau végétal et n’est que trop lentement, et pas toujours, accompagnée de la constitution d’une couverture végétale anthropique. Des causes générales, largement associées à la notion de développement, ont accéléré, depuis deux ou trois décennies surtout, les défrichements agricoles : expansion des cultures de rente, diffusion d’équipements modernes, conversion de certaines catégories sociales de pasteurs à l’agriculture, et surtout une explosion démographique sans précédent, touchant en particulier au Sahel les agriculteurs, c’est-à-dire les sédentaires. D’où, une course à l’espace où les éleveurs ont à peu près partout le dessous. D’abord parce que les équipements mis en place par les pouvoirs publics sont toujours des pôles de fixation. Même lorsqu’ils sont en principe implantés au bénéfice des pasteurs, ils deviennent très vite des pôles de colonisation agricole. Ensuite parce que l’aménagement des vallées et des mares se fait partout au bénéfice de l’agriculture de sorte que le libre accès des troupeaux à l’eau et aux pâturages des bas-fonds est de plus en plus contesté. De même que dans le Ferlo sénégalais l’ouverture des forages profonds a accéléré et consolidé la marche vers l’Est des cultivateurs mourid et la rétraction de l’espace pastoral peul, de même les barrages établis sur le Sâo Francisco ont fortement contribué à rejeter les éleveurs dans la coatinga.

10En somme, le progrès technique a généralement pour résultat de marginaliser l’élevage, c’est-à-dire la forme d’activité qui, grâce à sa mobilité, est la mieux adaptée à l’exploitation des ressources discontinues et éphémères du Sertão et surtout du Sahel. Du même coup, les sociétés pastorales sont déstabilisées et appauvries, ce qui répond aux vues, plus ou moins explicites, de toutes les administrations modernes, l’État contemporain, quelles que soient sa nature et ses options, étant structurellement hostile à la mobilité, c’est-à-dire à toute exploitation itinérante de l’espace. C’est là l’une des contradictions du développement à propos desquelles les échanges d’expérience entre Nordeste et Sahel pourraient être utiles. Sans pour autant imaginer que les solutions de l’un sont directement transférables chez l’autre, ne serait-ce qu’en raison du caractère diamétralement opposé de leurs systèmes fonciers respectifs.

11Course à l’espace des agriculteurs et marginalisation des éleveurs sont à la fois accélérées et rendues dramatiques par la variabilité des pluies, notamment sous sa forme d’une succession de phases d’années « pluvieuses » et de phases d’années gravement déficitaires. Ainsi la signification, l’ampleur et les conséquences de la sécheresse apparue au Sahel à compter des années 68-69 ne peuvent-elles être appréciées ou expliquées qu’en regard de la situation climatique ayant régné depuis le début des années 50. Avant la récente sécheresse, en effet, le Sahel africain avait connu une série d’une quinzaine d’années de précipitations notablement supérieures à celles des décennies précédentes. Ces « bonnes années » coïncidant avec les premiers effets de l’explosion démographique et une conjoncture économique favorable, avaient provoqué une invasion générale de l’espace pastoral par les cultures, une remontée simultanée en latitude des champs et des troupeaux, une sorte de sahéli-sation des marges désertiques. C’est donc sur des populations aventurées dans des situations qu’elles n’avaient pas occupées depuis des siècles, notamment pour les agriculteurs, que la sécheresse s’est abattue : comment faire face à un repli des isohyètes de quelque 200 km en deux décennies siccessives, quand, dans le même temps, la population a pratiquement doublé et les effectifs de ses troupeaux ont été multipliés par 3 ou par 4 ? C’est-à-dire, quand la combinaison de la surcharge pastorale, des défrichements agricoles et des déficits pluviométriques aboutit à la désertification ? Phénomène que la sécheresse a brutalement accéléré, dont elle a été le révélateur, mais dont elle n’est pas nécessairement, à l’échelle humaine, donc à l’échelle du développement, la cause primordiale.

12Schématiquement, les réponses à ce défi relèvent de trois domaines, et soulèvent elles-mêmes nombre de questions scientifiques irrésolues et de difficiles problèmes humains et politiques.

13D’abord, quel développement pourrait-on envisager si l’on ne maîtrisait pas la dégradation du milieu, en premier lieu la dégradation du manteau végétal, l’élément apparemment le plus directement sensible à toute forme d’intervention humaine ?

14Or, a-t-on tiré des leçons pratiques de la comparaison entre le comportement et les qualités respectifs des associations végétales du Sertao et du Sahel ? C’est ici que les différences entre les deux milieux mériteraient d’être soulignées pour être exploitées de manière rationnelle. Par exemple, tout concourt à l’idée que la caatinga constitue une formation beaucoup plus touffue, beaucoup plus résistante, beaucoup plus protectrice du sol, que ne le sont la plupart des formations sahéliennes, de sorte qu’en dépit de l’agressivité des précipitations et du relief, l’érosion des sols serait moins redoutable au Nordeste qu’au Sahel. Inversement, la végétation arborée sahélienne a des vertus agro-pastorales incomparables dont je ne connais pas l’équivalent au Nordeste. A-t-on tenté l’introduction au Bréil des légumineuses africaines, par exemple celle de l’irremplaçable Acacia albida ?

15N’appartiendrait-il pas à une réunion de Sahéliens et de Nordestins de compléter leurs suggestions d’un examen critique des modes de protection du milieu naturel et de reconstitution du manteau végétal habituellement pratiquées ? Et par exemple des politiques de reboisement, partout regardées comme le fer de lance de la lutte contre la désertification ? N’engageant évidemment que moi, j’ai envie de dire ici mon angoisse devant des politiques qui ne voient dans l’arbre qu’une source de bois et un obstacle matériel au vent, qui ignorent sa fonction fourragère comme son rôle dans l’enrichissement (et pas seulement la protection) des sols, bref qui mènent une stratégie forestière indépendante de l’espace rural et par conséquent de son développement. Je redis donc que sous des climats chauds aux pluies indigentes, périodiquement frappés par des phases de sécheresse, la diffusion de l’Eucalyptus par des opérations de reboisement qui se prétendent protectrices de l’environnement m’apparaît comme catastrophique, alors que cette diffusion est la plus indiscutable réussite des forestiers dans l’ensemble du monde intertropical : le succès de cet arbre qui empoisonne les sols et fonctionne comme une pompe à eau dans des pays secs, et qui n’a pas plus d’intérêt alimentaire pour les bêtes que pour les hommes, va en l’encontre d’un aménagement de l’espace tourné vers le développement. Et si l’on me dit — c’est la réplique habituelle — qu’il s’agit d’abord de faire face aux besoins des populations en combustible, je répondrai trois choses :

  • D’abord que l’on n’a pas fait, dans cette perspective, un inventaire suffisant du potentiel de la flore autochtone.
  • Ensuite qu’il faut strictement limiter l’implantation des espèces à croissance rapide à des périmètres sacrifiés.
  • Enfin et surtout que l’avenir des pays subarides en ce domaine, c’est l’énergie solaire et que c’est dans cette direction qu’il faut orienter la recherche et les investissements.

***

16Le second domaine dans lequel s’inscrivent les réponses à la sécheresse et à ses conséquences est celui de la maîtrise des ressources en eau, et tout spécialement le développement des cultures irriguées. Tout sahélien — mais n’en est-il pas largement de même dans le Sertão ? — est sensible au gaspillage de l’eau dans des régions subarides et notamment à la sous-utilisation des grands fleuves et de leurs vallées. Il ne fait pas de doute que la récente phase de sécheresse, à peu près partout la plus sévère du siècle, a abouti à cette prise de conscience : la grande révolution qui attend l’agriculture du Sahel, c’est celle ce l’irrigation. De leur côté, au Brésil comme en Afrique, gouvernants et techniciens voient partout dans l’aménagement des vallées par des barrages, si possible de grands barrages, le champ privilégié (et spectaculaire) de leur action pour le Développement.

17De l’expérience, des échecs et des réussites rencontrées au Nordeste et au Sahel, ne serait-il pas possible de tirer un certain nombre d’utiles leçons, à tout le moins, de mises en garde réalistes ? Loin d’être une solution-miracle l’irrigation comporte, en effet, nombre de pièges et de difficultés que les scientifiques devraient contribuer à éviter ou au moins à prévoir.

18L’irrégularité annuelle et la variabilité interannuelle des pluies poussent au gigantisme des barrages, gigantisme dont les conséquences écolologiques, humaines et économiques ne s’identifient pas nécessairement — très loin de là ! — au développement. Ainsi, plus un barrage est grand et plus sont aggravées les pertes et la salinité de l’eau. De plus, le risque de remontée des nappes, la nécessité du drainage, l’intérêt du contrôle de la qualité des eaux d’irrigation, l’importance des surfaces menacées par l’alcalisation des sols, sont difficilement appréciés et pris en compte par les promoteurs des grands barrages. Le Sahel africain tirerait grand profit, sur ces sujets notamment, de l’expérience (c’est-à-dire des difficultés et des échecs) brésilienne. Un domaine particulièrement délicat, où le développement technique peut aller à l’encontre du développement social, est celui des conséquences sanitaires de l’irrigation : on sait bien que, faute d’expérience et de moyens, l’irrigation mal conduite est trop souvent synonyme de diffusion du paludisme et de la bilharziose et qu’en Afrique du moins la multiplication des petites retenues s’est accompagnée de l’expansion de l’onchocercose.

19Que de questions pose enfin l’intérêt économique de l’aménagement des vallées ! On ne peut qu’être stupéfait quand on constate que la construction de grands barrages est entreprise (un exemple en cours me brûle les lèvres) sans que l’on sache ce que l’on fera de l’électricité qu’ils produiront et sans que l’on sache davantage quelle utilisation, agricole ou autre, l’on fera de l’eau d’irrigation. Et pourtant les réponses à ces questions ne sont ni simples, ni évidentes, ni passe-partout. Ainsi, dans le Sahel africain, la concurrence souvent victorieuse faite aux périmètres irrigués par les cultures sous pluie aux résultats pourtant si aléatoires, atteste de l’originalité des stratégies paysannes, et démontre, par exemple, que tout projet de développement qui n’entraîne pas la hausse de la productivité du travail paysan est voué à l’échec. En Afrique, compte-tenu de la souplesse des systèmes fonciers et de la répartition actuelle des densités, le rendement du sol n’est pas un objectif en soi, trop d’experts l’oublient ou même l’ignorent. Par contre, il en va tout différemment au Nordeste, où il s’agit de valoriser d’abord la terre puisque toute l’évolution de l’agriculture est commandée ici par un régime foncier strictement privé et fortement inégalitaire. Que dire enfin du coût humain d’entreprises qui, ou bien (c’est trop souvent le cas en Afrique) ignorent l’intérêt et la signification des systèmes de production qu’elles menacent de bouleverser, ou bien même qui ennoient, comme sur le Sao Francisco, les terroirs des petits paysans rejetés dans la caatinga tandis que les aménagements hydro-agricoles qu’elles réalisent, ne répondent qu’aux possibilités et aux ambitions des grands propriétaires fonciers ?

20Quant aux problèmes de gestion des périmètres irrigués, ils sont d’autant moins posés et d’autant plus difficiles à régler que les aménagements sont plus ambitieux : pourtant la participation des producteurs, cultivateurs ou éleveurs, à la gestion et à l’entretien des périmètres irrigués n’est-elle pas le problème-clé de tout aménagement durable et de tout véritable développement ?

21Comment ces questions sont-elles posées et résolues au Brésil, quelles difficultés particulières ou quelles réussites le Sahel a-t-il enregistrées : Quelles sont, en particulier, les échelles les plus appropriées à la réussite agro-pastorale des aménagements, c’est-à-dire à leur efficacité technique et économique, et simultanément les plus propices à leur prise en charge par les communautés villageoises ?

22Voilà quelques interrogations auxquelles conduit le thème que l’on m’a proposé et dont je ne peux qu’esquisser quelques grandes lignes.

***

23Maîtrise de la dégradation du milieu par la reconstitution du manteau végétal, maîtrise des ressources en eau par l’aménagement des vallées et le développement de l’irrigation, telles sont les deux premiers domaines dans lesquels s’inscrivent les réponses aux crises de sécheresse fournies par la technique à des sociétés qui veulent non seulement survivre mais améliorer leur condition et prendre leur part au développement. Le troisième domaine est moins technique, plus institutionnel, mais il n’échappe pas pour autant, à mes yeux, à la responsabilité des scientifiques. Il s’agit du domaine des structures, des encadrements si l’on préfère, et des choix que ces derniers impliquent.

24J’évoquais à l’instant la prise en charge des périmètres irrigués par les communautés villageoises. Mais cette formule séduisante recouvre des situations si diverses et parfois si contradictoires qu’elle est aussi ambiguë au plan opératoire qu’au plan scientifique. En nul autre domaine notre réflexion n’est plus infirme et nos outils ne sont plus pauvres. En nul autre domaine, la confrontation des expériences conduites dans des sociétés où l’irrigation est une innovation révolutionnaire n’est plus précieuse. Qu’il me soit permis de regretter à cet égard la trop faible représentation numérique des Etats sahéliens à cette réunion. En effet, un ouvrage publié ces jours-ci le rappelle avec force, la gestion de l’irrigation par les agriculteurs implique à la fois qu’ils soient organisés et qu’ils soient reconnus comme des partenaires responsables par les pouvoirs publics.

25Sur la même pente de réflexion, comment ne pas souligner qu’une irrigation qui ne viserait qu’à l’autosuffisance alimentaire, à une sorte d’autarcie villageoise, ne serait en rien synonyme de développement ? De même que tout aménagement local doit être techniquement replacé dans un projet global d’aménagement de l’espace, de même la réussite économique de l’irrigation est inséparable de son degré d’insertion à l’économie nationale. A cet égard, les différences entre le Brésil et les États sahéliens, apparemment évidentes, mériteraient d’être soigneusement approfondies.

26Un autre aspect des structures ou des encadrements indispensables au développement touche à la gestion de l’espace et tout spécialement au partage territorial entre domaine pastoral et terroirs agricoles. Pourquoi ne pas reconnaître que nous sommes là au cœur de problèmes authentiquement politiques, même si les choix ne nous appartiennent pas et ne relèvent que des Etats concernés ? On a déjà dit, par exemple, qu’en dépit de l’adaptation de l’élevage à la sécheresse par sa mobilité, l’espace pastoral subissait au Sahel le sort d’une peau de chagrin. D’où l’idée séduisante de réserver aux éleveurs des « territoires pastoraux » protégés contre les empiètements des agriculteurs et dont ils assureraient la gestion. Mais comment alors surmonter cette contradiction capitale : comment affecter aux pasteurs des territoires spécialisés tout en évitant de les marginaliser davantage, c’est-à-dire de les sous-développer, au double plan politique et économique ? Nul à ma connaissance n’a encore répondu à cette question difficile. Enfin, aucun de nous n’ignore qu’aussi bien au Sahel qu’au Nordeste, la survie et a fortiori le développement ne seraient pas actuellement possibles sans l’émigration, les ressources qu’elle procure et la soupape démographique qu’elle constitue. Face aux accidents climatiques de la sécheresse, les sociétés des deux ensembles examinés répondent par une mobilité d’une extraordinaire envergure, qui fait de São Paulo le pôle des migrations nordestines et qui conduisent les Sarakollé du Haut Sénégal jusqu’au fond du Zaïre — je les ai rencontrés au Shaba !

27Face à cette situation, et quels que soient les progrès techniques envisageables à moyen terme, il est illusoire d’imaginer qu’une quelconque forme de développement est compatible avec la poursuite de l’explosion démographique contemporaine, tant au Nordeste qu’au Sahel. En ce domaine comme en d’autres, les récentes sécheresses jouent comme un révélateur d’autant plus brutal que le milieu est plus fragile : il est également de notre responsabilité de contribuer à la prise de conscience collective d’un indispensable contrôle démographique, même si celui-ci débouche sur des choix éthiques. De toutes manières, ni les progrès techniques, ni ceux de la connaissance scientifique, ni les idéologies, n’éviteront de tels choix.

Auteur

Université Paris X-Nanterre

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540