Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Hommes face aux sécheresses

 | 
Bernard Bret

Introduction

Jacques Chonchol

Texte intégral

1Le phénomène des sécheresses qui affecte d’une façon endémique de nombreuses régions du monde amène avec lui, en plus de son impact physique sur le milieu qui en est atteint, de nombreuses incidences économiques et sociales négatives pour une grande majorité des populations habitant ces régions, et des conséquences désastreuses pour les gouvernements des pays concernés.

2Les sécheresses qui sont confondues quelquefois avec l’aridité, car c’est dans les régions arides ou semi-arides qu’elles sont le plus fréquentes, ont en fait leurs caractéristiques propres. L’aridité est un phénomène climatique constant et régulier auquel les populations apprennent à s’adapter pour survivre. La sécheresse, en revanche, est un phénomène d’extrême insuffisance d’eau qui se présente d’une façon irrégulière et difficile à prévoir : ses conséquences sont beaucoup plus brutales.

3Les sécheresses constituent avec les inondations, les cyclones tropicaux et les tremblements de terre les principales catastrophes naturelles qui affectent les sociétés humaines. Mais, à la différence de ces autres cataclysmes, elles durent beaucoup plus longtemps, et leurs effets directs et indirects, s’ils donnent l’impression d’être moins graves, sont beaucoup plus diffus et insidieux.

4Le colloque qui nous réunit aujourd’hui essaye d’analyser d’une façon comparative le phénomène des sécheresses dans deux régions du monde qui ont été régulièrement touchées par ce fléau et universellement connues à ce titre depuis de longues années : le Nordeste bréslien et le Sahel africain. Mais, à la différence de celles du passé, les accidents climatiques récents y ont touché des masses de population augmentées par la croissance démographique des dernières décennies.

5On doit évidemment se poser la question suivante : y a-t-il un lien de cause à effet entre la plus forte charge démographique de ces régions et l’aggravation du phénomène des sécheresses ? Ou est-ce plutôt l’imprévision et l’incapacité des États à planifier de façon opportune des politiques de contrôle qui sont responsables des désastres observés ces derniers temps ? Dans le Nordeste brésilien, depuis sa première mention en 1583, la sécheresse se répète avec une certaine régularité. La dernière, annoncée depuis quelques années par les météorologues, en était en 1984 à sa sixième année, touchant 1126 communes et 9 États. Les politiques de combat contre les effets de la sécheresse datent déjà de plus d’un siècle. Au fil des années, les techniques anti-sécheresse ont changé, mais les destinataires semblent être restés les mêmes : les grands propriétaires fonciers et les maîtres du pouvoir politique et économique de la région. Dans un document récent, les évêques du Ceara constatent que, depuis trois décennies, les pouvoirs publics ont fait de considérables efforts pour le développement du Nordeste, ce qui s’est traduit par une croissance moyenne annuelle des revenus par habitant de près de 7 % entre 1961 et 1980. Mais ils ajoutent que cette croissance n’a pas conduit à créer les emplois nécessaires pour résorber le sous-emploi des villes et intégrer les migrants du milieu rural au marché du travail. Dans ces conditions, chaque sécheresse aggrave la situation socio-économique de la majorité pauvre de la population.

6Dans le Sahel africain, cette immense région de plus de 5 millions de km2 formée par des États de l’Afrique de l’Ouest où vivaient en 1980 quelque 30 millions de personnes, les sécheresses se répètent aussi depuis des temps très anciens. Mais depuis les années 1970, elles ont eu des conséquences économiques et sociales particulièrement graves, cela dans un contexte de rapide croissance démographique qui a impliqué le doublement de la population depuis une trentaine d’années. Les deux tiers des calories consommées par cette population proviennent des céréales et depuis 1975, les populations du Sahel ont bien du mal à retrouver le niveau alimentaire du début des années 1960, malgré des importations croissantes et une aide alimentaire considérablement accrue. Non seulement le Sahel n’arrive plus à nourrir ses hommes, mais l’effort qu’il fait pour essayer de répondre aux besoins d’une population croissante commence à épuiser ses terres et la déforestation s’aggrave.

7Dans cette situation, les sécheresses risquent de se répéter. Que faire pour les affronter ? Quel type de développement réaliser dans ce contexte naturel difficile où, sans doute, la population continuera à augmenter. Autant de questions importantes à discuter.

8Le colloque que nous inaugurons aujourd’hui et que l’IHEAL a organisé avec le concours du CREDAL et de l’ORSTOM approfondira donc l’étude des sécheresses dans ces deux régions du monde, à la fois si proches par certains de leurs caractères et si éloignées par d’autres. Nous allons essayer de les comparer sur plusieurs aspects : les impacts physiques et écologiques, les incidences sur les systèmes sociaux et alimentaires, les réponses qu’à ces phénomènes apportent les différents acteurs concernés, les organisations paysannes, les organismes de recherche, les organisations non gouvernementales, les organismes publics.

9Nous pensons que cette comparaison sera utile non seulement pour élargir l’horizon de ceux qui travaillent sur ces problèmes dans chacune des deux régions, mais aussi pour enrichir les perspectives d’analyse et de recherche sur le phénomène global des sécheresses.

10Je voudrais avant de terminer ces quelques mots d’introduction et au nom de l’Institut des Hautes Études de l’Amérique Latine remercier l’ORSTOM et son directeur Alain Ruellan pour tout l’intérêt qu’ils ont montré pour ce colloque et la contribution qu’ils ont apportée à sa réalisation. Il m’est agréable de remercier aussi le CNRS, l’UNESCO, la DCRI du Ministère de l’Éducation Nationale, le Ministère des Relations Extérieures, le Ministère de l’Agriculture et l’Université de Paris III pour leur aide qui nous a permis d’inviter un certain nombre de personnalités brésiliennes et africaines qui viennent nous apporter le concours de leur riche expérience.

11Je voudrais de plus remercier l’AFSSAL pour sa collaboration ainsi que le secrétariat du colloque constitué par Bernard Bret et Carmen Falconnet qui n’ont pas ménagé leurs efforts pour que notre réunion soit une réussite. Je voudrais enfin remercier tous ceux qui ont proposé des communications, ainsi que les présidents et rapporteurs des groupes de travail : sur eux repose la responsabilité de diriger nos débats et d’orienter nos réflexions pour que les sécheresses soient à l’avenir non seulement un phénomène mieux connu, mais aussi plus efficacement maîtrisé.

12Outre les travaux ici publiés, le colloque « Comparaison des Sécheresses dans le Nordeste brésilien et le Sahel africain » a entendu ou reçu les textes suivants :

13— Alain RUELLAN, Directeur Général de l’ORSTOM :

14Allocution d’Ouverture.

15— Hugues FAURE, CNRS :

16Histoire des sécheresses, recherches physiques en cours sur le passé des climats.

17— Jacques MERLE, ORSTOM :

18La recherche actuelle sur les relations entre les océans et les phénomènes climatiques.

19— Jacques BUGNICOURT, ENDA-DAKAR :

20Les réponses paysannes dans le Sahel.

21— René BILLAZ, CIRAD :

22Rapport sur l’action des organismes de recherche.

23— Silvio BANDEIRA DE MELLO, Université de Salvador :

24Etude socio-économique des régions semi-arides de Bahia.

25— J. A. DE BARROS PADILHA, DNOCS :

26Note sur un projet du DNOCS.

27— J. M. FARDEAU :

28Note sur l’action de la CIMADE.

29— S. JOST et E. TAIEB :

30Note sur des initiatives de groupes paysans pour lutter contre la sécheresse.

31— Alfred SAWADOGO, Bureau des ONG, Ouagadougou :

32Note sur l’action des ONG au Burkina-Faso.

Auteur

Directeur de l’IHEAL

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540