Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Solidarité et inégalités

 | 
Chloé Constant

Conclusion

Texte intégral

1Ce n’est que récemment, comme le soulignait Rostaing, que les prisons se sont ouvertes aux universitaires, et plusieurs 137 d’entre eux se sont penchés sur l’univers carcéral en s’attachant tantôt aux relations entre détenus et personnel [Rostaing, 1997], tantôt à la problématique de la réintégration socioprofessionnelle des personnes incarcérées [Combessie, 2005]. Sur la base des travaux préexistants, je me suis proposé d’étudier l’organisation d’une prison de femmes au Pérou, et ce pour plusieurs raisons. Comme je l’ai exposé en introduction, pour avoir séjourné longuement dans ce pays, j’estime disposer d’une connaissance certaine de la société péruvienne, ce qui m’apparaît être indispensable à la réalisation d’une telle étude. D’autre part, j’ai pu constater la rareté des travaux sur les prisons de la part des universitaires péruviens. Il s’avère que ce sont les hommes, au sens sexuel du terme, qui ont fait l’objet des principales recherches sur le sujet. L’ouvrage La construction sociale de la réalité carcérale de José Luis Pérez Guadalupe a permis de diffuser une connaissance des milieux carcéraux latino-américains mais, si dans d’autres pays du continent les femmes emprisonnées ont fait l’objet de recherche et d’enquêtes scientifiques [Rodríguez, 2005 ; Lagarde, 1990], celles-ci demeurent les grandes absentes des travaux péruviens. Par ailleurs, la question des conditions de détention est régulièrement traitée par les organisations internationales et les organismes de défense des droits de l’homme. Si elle demeure d’une importance fondamentale pour aborder le sujet des prisons, une telle présentation de ma part n’aurait fait que compléter, voir répéter, les rapports établis par ces professionnels [Mapelli Caffarena, 2006]. Je me suis donc intéressée, à partir des travaux de Pérez Guadalupe, à l’organisation sociale qui régit la vie de la principale prison de femmes de Lima. D’après mes observations, le centre de détention pour femmes Santa Mónica ne présente pas les caractéristiques de sous-cultures carcérales que Pérez Guadalupe a su révéler dans le cas des prisons d’hommes, et particulièrement dans le cas péruvien de la prison d’hommes de Lurigancho. Tout au contraire, le centre de détention pour femmes qui a constitué l’objet de deux années de recherche et d’enquête se révèle être le reflet fidèle de la société péruvienne en termes d’organisation sociale, économique et culturelle.

2En prison, la femme entretient une relation à l’autre, et à l’homme en particulier, qui la maintient dans un rôle traditionnel, en partie impulsé par la politique pénitentiaire de l’État péruvien. Elle y est introduite à des types de travaux qui confortent le machisme de la société péruvienne et la position qui est traditionnellement attribuée au « sexe faible ».

3L’argent occupe dans l’organisation de l’univers carcéral une place fondamentale comme c’est le cas à l’extérieur. Les femmes détenues, leurs familles, le personnel de la prison et l’ensemble des personnes qui entourent ce lieu ont fomenté et adapté à l’univers fermé un système économique copié sur celui qui préexiste à l’enfermement, avec tout ce qu’il implique d’inégalités et de réseaux.

4Les inégalités trouvent également leur source à un niveau socioculturel. L’éducation des détenues ainsi que leur origine sociogéographique influent considérablement sur les relations qu’entretiennent les femmes entre elles et sur le mode de reproduction des inégalités extérieures, qui trouvent leur pendant dans l’univers carcéral, comme nous l’avons démontré tout au long de ce travail.

5J’imagine que toute personne qui effectue un premier travail de recherche sur la prison et y mène une enquête, quel que soit le sexe des personnes incarcérées, s’attend à trouver un univers noir, dur, à l’image de ce que véhiculent les médias de communication de masse. La première fois que je suis entrée dans la prison Santa Mónica, c’était en visite et la foule présente ce jour-là ne m’avait pas permis d’appréhender l’univers quotidien des détenues. Lorsque, après un entretien avec la directrice de l’époque, j’ai su enfin avec certitude que j’allais pouvoir entrer régulièrement à Santa Mónica, j’ai ressenti le poids de mon choix peser sur mes épaules. Thibault Quinon, qui allait alors être mon compagnon de route durant les deux mois de travail de terrain, me confia qu’il trouvait « courageux » le fait d’avoir entrepris un tel travail. Au fil du temps, je ne sais pas si c’était une question de courage ou plutôt d’un intérêt majeur pour mon sujet. Ce qui m’a le plus surprise dès le début de mon travail de terrain, ce fut le fait, qu’en réalité, la prison n’était pas aussi noire que ce l’on peut imaginer lorsqu’on ne l’a jamais appréhendée, sous quelque angle que ce soit.

6En effet, la prison de femmes Santa Mónica présente plusieurs caractéristiques organisationnelles synonymes de solidarité qui ne correspondent pas à l’idée de solitude et de « chacun-pour-soi » que nous évoque l’univers fermé de la prison. À l’opposé de cet individualisme, on retrouve entre les murs des relations humaines qui reproduisent celles qui existent à l’extérieur. Les détenues parviennent à recréer de petits espaces de liberté, tant dans la prise de décisions quotidienne – choix des ateliers – que dans leur organisation temporelle et ce, toujours, bien entendu, dans les limites imposées par le système carcéral.

7Le problème du système péruvien n’apparaît à mes yeux pas tant carcéral que judiciaire, car très vite je me suis rendue compte du très grand nombre de personnes incarcérées qui se trouvent en attente de jugement. Hubert Lanssiers, un prêtre belge qui a travaillé durant de longues années dans les prisons péruviennes, posait cette question : « Combien de mètres carrés peut faire la cellule d’un innocent ? Une douzaine ? C’est stupéfiant qu’un espace si réduit puisse contenir autant de peine ». La peine semble d’autant plus grande que la présomption d’innocence est une expression que méconnaît le système péruvien.

8Dès le début de mes entretiens, le premier défi à affronter fut celui de la distance que je devais maintenir vis-à-vis des femmes avec qui j’entrais en contact. Nombre d’entre elles avaient à peu près mon âge, certaines me confessaient avoir envie de faire des choses que moi-même je faisais librement tous les jours, comme cuisiner, prendre un verre avec mes amis ou me promener dans mes endroits favoris. L’empathie a donc été la dimension de mon travail la plus difficile à respecter de prime abord. Rapidement, je me suis pourtant habituée à entrer dans la prison et à entendre des témoignages variés, plus ou moins durs, cruels ou tristes, tout en parvenant, je l’espère, à maintenir une distance suffisante à l’élaboration du présent travail.

9Par ailleurs, comme il était à espérer, les femmes ont vu dans notre présence l’opportunité d’un espace de revendication. Les Européennes espéraient que nous transmettrions leurs témoignages aux autorités de leurs pays respectifs, notamment dans le cas des Espagnoles. De même, les Péruviennes nous imaginaient dotés d’un pouvoir communicatif certain avec les autorités locales. Ceci s’est traduit au cours des entretiens par une profusion de références aux conditions de détention, tant sur le plan alimentaire qu’hygiénique et structurel. Il semblait difficile, face à ces femmes qui vivaient dans de telles conditions de surpopulation, de ne pas prendre le temps d’être attentive à leurs réclamations, alors que je sollicitais un autre type d’information en parallèle. Prendre le temps de les écouter et tenter de les comprendre constituaient à mes yeux une espèce de reconnaissance envers celles qui me dédiaient quelques minutes, parfois plusieurs heures, et qui se sont ouvertes à moi, souvent sans retenue. La présence régulière de deux personnes qui s’intéressaient à leur sort, d’une façon ou d’une autre, leur a ouvert un espace de revendication qu’elles n’espéraient probablement pas. Il a donc fallu savoir faire la part des choses dans leur discours, au-delà du mensonge et de la façade qu’elles s’imposaient parfois, et aussi prendre le temps de réorienter leurs propos lorsque cela devenait nécessaire.

10Les femmes emprisonnées à Lima se distinguent par leur type de délit. Le deuxième centre de détention féminin de la ville renferme essentiellement les prisonnières politiques issues des mouvements subversifs des années 1980. Or, les deux centres sont liés, d’une certaine manière, par leur situation géographique. En effet, la prison de Haute Sécurité pour femmes Chorrillos II se situe juste à côté de Santa Mónica. Seul un mur sépare physiquement les deux centres pénitentiaires. Pourtant, la direction de chaque établissement est distincte et le régime auquel sont soumises les détenues, très différent, du fait que l’une se trouve être une prison de haute sécurité et l’autre pas. De plus, les femmes de la prison de Haute Sécurité sont condamnées à des peines en moyenne bien plus longues que les détenues de droit commun de Santa Mónica. Pourtant, à Chorrillos II, quelques femmes jugées dangereuses, ou dont le comportement s’est révélé problématique en prison commune, sont incarcérées auprès des prisonnières politiques.

11En 2009, afin de conférer une dimension professionnelle à mes recherches, j’ai effectué un stage à la Defensoría del Pueblo de Lima, une institution péruvienne dont la mission est de « protéger les droits constitutionnels et fondamentaux de la personne et de la communauté ». J’ai été intégrée au Programme des Questions Pénales et Pénitentiaires, et c’est ainsi que je me suis rendue régulièrement dans les prisons de Lima, notamment dans le centre de détention de Haute Sécurité pour femmes. J’ai alors pu constater que l’organisation informelle qui régit la vie au sein de cette prison diffère de celle de Santa Mónica, car les femmes qui s’y trouvent partagent un capital intellectuel et culturel qui constitue les bases de leurs relations, dans un lieu d’emprisonnement où elles demeurent durant 15 à 25 ans. À la lumière du présent travail et des conclusions que j’ai tirées de mon enquête à Santa Mónica, il me semble désormais intéressant de se demander si la prison de femmes Chorrillos II présente des caractéristiques organisationnelles semblables, en termes de reflet sociétal, à celles de la prison de droit commun. La prison de Haute Sécurité pour femmes de Lima présente-telle les caractéristiques de sous-culture carcérale telles que les a définies Pérez Guadalupe, ou bien constitue-t-elle également un reflet de la société péruvienne dans son ensemble ?

© Éditions de l’IHEAL, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540