Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pouvoir local, régionalismes, décentralisation

 | 
Jean Revel-Mouroz

Conclusion générale

En guise de bilan

Jean Revel-Mouroz

Texte intégral

1D'abord rappelons quelques faits : nous avons affaire à plusieurs Amérique latines si l'on tient compte des échelles, des situations géopolitiques. Il serait dangereux de croire, du fait qu'il existe certaines conjonctures comme la dette qui paraissent homogénéiser les problèmes et les États, qu'il existe des réalités nationales identiques. D'ailleurs il a même été souligné que certaines identités nationales étaient encore à construire.

2Dans l'introduction au colloque on avait signalé ces différences, ces inégalités quant aux projets nationaux, particulièrement ces projets de puissances moyennes, de grande puissance-même, qui ne peuvent être partagés par tous les pays latinoaméricains. Il y a une différenciation importante des situations et des projets nationaux, une différenciation qui s'accentue de part et d'autre du clivage de Panama, du fait de la présence de la première superpuissance mondiale. C'est un fait majeur qui conditionne les types d'intégration régionale dont certains ont des chances de succès comme au Brésil et qui ailleurs rencontrent des handicaps de taille. C'est une première constatation de fond.

3Deuxième constatation : le contrat du colloque était clair : il s'agissait de territoires, de territorialité. Ce n'était certes pas la seule approche possible mais il était nécessaire qu'il y ait une réflexion axée sur les facteurs spatiaux, territoriaux du pouvoir. Cet objectif a été très largement atteint et géographes, urbanistes, sociologues, anthropologues et politistes ont trouvé des langages communs et poursuivi un dialogue comme l'ont montré les différents débats.

4Troisième constatation : l'accumulation des exposés vient du succès des invitations lancées pour ce colloque et pourtant certaines personnes n'ont pu venir d'Amérique latine et présenter des thèmes de communication intéressants qui auraient pu compléter certaines réflexions (sur la Constituante brésilienne par exemple). D'autres communications n'ont pu être présentées oralement en raison des impératifs horaires, du moins seront-elles intégrées dans la publication que le CREDAL entend réaliser à partir de ce colloque. La richesse de la matière présentée est en effet considérable, les comparaisons d'exemples nationaux et de différentes échelles ont été stimulantes pour tous en permettant de dépasser les analyses ethnocentriques.

5Une dernière fois nous remercions tous les exposants et intervenants qui ont contribué à la réussite de ce colloque international et nous souhaitons que le réseau scientifique ainsi rassemblé à Paris pendant quelques jours continue de fonctionner pour des coopérations à long terme.

Auteur

Directeur-Adjoint du CREDAL. Directeur de Recherche au CNRS/CREDAL. Paris.

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter