Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pouvoir local, régionalismes, décentralisation

 | 
Jean Revel-Mouroz

III. Stratégies ethniques et dynamique des pouvoirs locaux

Pouvoir ethnique, aménageurs et comportements institutionnels

À propos de la fédération Shuar

Roberto Santana

Texte intégral

"La meilleure contribution que le gouvernement peut faire au développement des organisations indigènes est de les épauler dans leur rôle de représentants légitimes de leurs peuples. Cela implique d'éviter les actions tendant à affaiblir les organisations ou à provoquer l'émergence de directions parallèles" (Rapport du gouvernement équatorien à la Première Réunion Technique sur les Affaires Indigènes des pays amazoniens, juillet 1981).

  • 1 A notre connaissance trois textes ont été publiés en France concernant la FCSH : Le projet Shuar e (...)

1Il paraît opportun de revenir aujourd'hui1 sur la Fédération des Centres shuars non seulement à cause des difficultés qu'elle traverse mais également à propos de l'avenir des projets ethniques car l'évolution récente de cette organisation indienne amazonienne montre à quel point les tentatives d'affirmation d'un développement local ou régional sous le signe de l'autonomie ethnique sont fragiles. L'expérience Shuar semble résumer les difficultés que rencontrent actuellement (la situation pouvant s'exacerber dans les prochaines années) d'autres groupes ethniques sur la voie de l'affirmation politique.

2L'organisation "jivaro", la plus prestigieuse des organisations indiennes aux yeux des autres groupes ethniques de l'Amérique Latine, considérée depuis plus de 20 ans comme organisme représentatif, responsable et efficace des affaires Shuars par les divers gouvernements équatoriens, se voit aujourd'hui contestée dans sa légitimité par le gouvernement en place. La légalisation expéditive, en juillet 86, d'une organisation Shuar parallèle à la Fédération, dont l'aspect politicien ne pourrait être démenti (voir plus loin) n'est qu'un élément formel, le dernier en importance, d'un climat de détérioration des rapports entre les Shuars et le gouvernement dans ses différentes instances.

  • 2 Les incidents auxquels donne lieu régulièrement l'expansion de la colonisation peuvent être suivis (...)

3La tentative de division de la FCSH s'oriente de toute évidence vers un affaiblissement de l'institution indienne afin de l'obliger à abandonner la politique ethnique de modernisation qu'elle mène au niveau régional avec un considérable degré d'autonomie. L'on pourrait facilement qualifier la politique du gouvernement conservateur actuel d'absurde, d'irresponsable ou irrationnel car, en s'attaquant à la seule institution capable d'assurer dans cette partie de l'Amazonie la cohésion et la discipline sociale d'une moitié de la population régionale, elle met du même coup en danger la coexistence, toujours conflictuelle, entre la population indigène et les colonisateurs métis2.

4Toujours est-il que cette politique officielle n'est pas le fait automatique du remplacement d'un gouvernement centriste soucieux de démocratie (1979-1984) par un gouvernement conservateur, partisan d'un néo-libéralisme outrancier mais est, surtout, le point culminant d'une situation qui se dégrade pour la FCSH depuis quelques années et dont les origines remontent à la fin de la décennie précédente. En fait, les projets ethniques amazoniens apparaissent de plus en plus contestés par l'État, en raison de la crise économique qui traverse le pays (l'Amazonie étant toujours l'échappatoire facile à toutes les grandes difficultés) et se développent dans un environnement institutionnel et légal particulièrement hostile. Tout cela en dépit d'une prolifération, dans le pays, de discours ethno-écologiques, plus ou moins officiels, plus ou moins savants et toujours amplement relayés par les médias.

5L'objet de cette communication est précisément d'attirer l'attention sur deux aspects de cet environnement hostile dans lequel et avec lequel, la FCSH doit survivre : il s'agit d'abord d'analyser la question des responsabilités de ces "médiateurs culturels" -le terme est emprunté à C. Raffestin- que sont les aménageurs de l'Amazonie et ensuite celle des comportements institutionnels face à l'émergence du pouvoir ethnique. Tout en soulignant l'importance du sujet, nous n'insisterons pas ici sur l'analyse de ce terrain d'exception qu'est la véritable "forêt légale" équatorienne contre laquelle se battent inlassablement les groupes ethniques.

  • 3 Voir la documentation relative au projet Palora-Gualaquiza, dans les Archives et la Bibliothèque d (...)

6Les difficultés actuelles de la FCSH commencent à vrai dire vers 1978-79 avec la mise en place d'un projet de développement maladroit3 destiné à la province de Morona-Santiago ciblant à la fois la population métisse et la population Shuar. Le projet concernait l'ensemble du territoire de la province et l'organisme responsable était le CREA (Centre de Reconversion des provinces de l'Azuay et Morona-Santiago). Dans cette opération, le rôle des aménageurs va apparaître avec une signification particulière car leur fonction n'était pas purement technique mais aussi en l'occurrence, chargée d'implications sur le plan ethno-politique. En réalité, les aménageurs, consciemment ou inconsciemment allaient favoriser un changement de logique dans les équilibres du pouvoir au niveau régional, où, grâce surtout à la prudence de la FCSH, une coexistence relativement consensuelle s'était établie depuis plusieurs années entre les deux populations. Du fait des orientations des aménageurs, la Fédération ne pouvait que sortir affaiblie de cette entreprise.

7Ayant assumé la responsabilité tant dans la formulation, l'élaboration que dans l'exécution du projet, le CREA constitua une équipe multidisciplinaire intégrant chercheurs, techniciens et experts, nationaux et étrangers ; dans le cadre d'un accord d'assistance technique passé entre le gouvernement équatorien et la BID (Banque Interaméricaine de Développement) il est autorisé à avoir recours aux services du Consortium Canadien SORES/SNC ainsi qu'à ceux du bureau d'études CIC, organisme équatorien.

Une lecture aliénée de la réalité

8Les enquêtes de terrain en vue d'obtenir les données de base permettant un diagnostic de la situation nécessaire à la formulation du projet Palora-Gualaquiza sont réalisées durant le premier semestre de 1978, en commençant naturellement par des prises de contact avec les autorités locales et les personnalités représentatives de l'activité économique et sociale. C'est à ce moment là qu'ont lieu les premiers contacts avec les dirigeants de la FCSH. Une réunion formelle destinée à discuter des modalités de travail de l'équipe auprès de la population Shuar et des grandes orientations du projet se tient à Sucua, siège de la Fédération. La partie indienne est représentée par les responsables des différents niveaux de la structure : membres de la direction centrale, représentants directs des Centres Shuars (communautés), des Associations (groupements de Centres selon l'aire géographique) et également par certains conseillers Shuar de la direction.

  • 4 Les conversations CREA/FCSH se trouvent dans les Archives du CREA sous forme d'enregistrements

9Dès le début des conversations, les interventions des uns et des autres montrent tant au niveau de la conception et du contenu du développement que de la philosophie de la participation sociale, il se dégage bel et bien deux points de vue profondément contradictoires. En effet, lorsque les aménageurs essaient de faire accepter une méthodologie et une lecture de la réalité en apparence anodine en fait, ce qu'ils mettent en avant, ce sont les fondements d'une politique d'intégration classique ; en revanche les représentants Shuars tentent eux, sans succès, d'orienter la discussion sur les deux points qu'ils considèrent essentiels avant de passer aux aspects pratiques des enquêtes : la stratégie du développement telle que l'envisage et la pratique la FCSH et la question de la responsabilité, du niveau de la gestion du plan de développement, en ce qui concerne la population autochtone. A l'évidence l'équipe de l'aménagement régional ne voulait pas s'attarder sur de telles discussions et un dialogue de sourds semble s'être instauré au cours des séances de travail. Cette situation pouvant se prolonger indéfiniment, les questions soulevées comme questions de principe par les représentants Shuars ont été systématiquement escamotées par les membres de l'équipe CREA et leurs associés4.

10Une fois écartée l'idée d'attribuer à la FCSH le rôle d'interlocuteur valable pour une opération touchant à la modernisation de la société Shuar et à l'aménagement des territoires appartenant aux Centres Shuars, les aménageurs n'avaient plus qu'une alternative possible : ou bien la mise à l'écart de la population autochtone dans le projet, mesure qui affaiblirait son caractère régional en laissant de côté plus de 40 % de la population et qui, pire encore, entraverait fortement la planification au niveau des infrastructures physiques censées être localisées en territoire Shuar ; ou bien le "détournement" afin d'éviter la FCSH et pouvoir ainsi mener à bien "leur" méthodologie de diagnostic.

11Le problème de la participation ethnique ainsi résolu, l'enquête ne pourra pas être appliquée de façon systématique sur la population Shuar organisée, mais elle le sera en revanche sur des familles isolées habitant certains Centres, et cela sans aucune préparation et, surtout sur des Shuars formant partie de l'infime minorité restée volontairement en marge de la FCSH (les Shuars "pauvres"). Enfin, les enquêtes informelles menées auprès d'observateurs extérieurs à l'organisation seront largement privilégiées, tout comme les informations fournies par certains membres de la Mission Salésienne de Sucua.

12Les résultats de l'enquête, ainsi que la mécanique d'application montrent que les enquêteurs et bien entendu leur "méthodologie" de diagnostic n'avaient d'autre but que de "recueillir" les "demandes paysannes" (même au prix d'avoir à les imaginer), dans le sens où normalement les entendent les experts et les techniciens du développement rural à savoir, un répertoire de biens et de services "manquants", permettant un montage facile de sous-programmes sectoriels dont la somme donne l'image finale du projet. Ce mode de lecture de la réalité est, en fait, applicable à n'importe quelle région du monde et à n'importe quelle population : la "demande paysanne", les aménageurs la connaissent a priori, car il s'agit bien du modèle urbain de consommation de biens et de services et c'est précisément pour cela que dans n'importe quel scénario l'aménageur jouera toujours le même rôle. Rien d'étonnant donc, à ce que l'équipe du CREA en soit arrivée, presque sans se rendre compte, à sous-estimer l'aspect fondamental qui fait la spécificité de cette région de l'Amazonie équatorienne et qui est au centre de tous les enjeux au niveau de l'espace : le partage de ce territoire entre deux réalités culturelles, deux histoires différentes d'implantation, deux formes différentes de rapports à l'espace, deux formes différentes de concevoir l'articulation à la société équatorienne et à l'État.

13Cette méconnaissance de l'existence de deux "sujets différents" de développement, sans aucune articulation entre eux et, par là même, exigeant un traitement spécifique et des stratégies particulières, ont conduit les planificateurs "associés" à élaborer un projet complètement "dépersonnalisé", banal jusqu'à la caricature où nul ne peut reconnaître les enjeux ethniques, écologiques et de colonisation, propres à cette région tropicale humide. Nous reviendrons sur les vertus du projet Palora-Gualaquiza. Pour l'instant ce qui nous intéresse c'est un autre aspect qui fait également partie des grands principes de l'aménagement équatorien : celui de la "participation des populations concernées" dans le développement.

Une participation prétendument neutre

14L'incapacité des aménageurs (car de quelle autre manière interpréter ce refus ?) à identifier les singularités des populations "orientales" est aussi la raison principale qui explique ce paradoxe selon lequel un diagnostic de la réalité se voulant "participatif" (publicité du projet) a permis précisément, la mise à l'écart aussi bien dans la phase de préparation que dans celle d'exécution du projet, de la plus puissante organisation de l'Oriente équatorien, certainement l'une des plus respectées du pays. Paradoxe d'autant plus grand que le discours sur la participation est indissolublement lié à cet autre, de "participation des bénéficiaires du développement" ou encore à celui du "renforcement des structures participatives".

15Les aménageurs vont faire table rase de plus de 20 ans d'expérience accumulée par la FCSH pour mener à bien la tâche de modernisation et de sauvegarde de la société indienne, une tâche assumée avec rigueur et courage. Plus grave encore, ils vont porter atteinte à un droit, péniblement conquis d'ailleurs, par lequel l'État lui reconnaissait depuis plusieurs années la capacité de signer des accords de coopération avec les institutions gouvernementales sur plusieurs sujets. De tels accords se faisaient au titre de "la coopération entre institutions", de "la collaboration et de l'assistance technique" et de "la responsabilité partagée", la gestion et l'exécution des programmes sur le terrain engageant la responsabilité de la FCSH. Comment les aménageurs ont-ils pu s'égarer à ce point ? Question grave car, quoi de plus différent dans cette partie de l'Amazonie que l'état organisationnel, la capacité d'agir collectivement, le sens et la pratique de la solidarité de la population Shuar et de la population métisse de colonisation.

16En effet, face à une société intérieurement structurée, dotée d'une forte cohésion sociale et d'une organisation régionale qui a fait ses preuves dans la gestion du développement et qui jouit de l'autorité et du prestige, n'importe quel observateur pouvait constater à la fin des années 70 la précarité de la vie sociale ainsi que la misère organisationnelle de la population métisse des zones de colonisation.

  • 5 Réalité intimement liée aux conditions d'extrême précarité dans lesquelles se fait la colonisation (...)

17En effet, aussi bien dans les zones de colonisation spontanée que dans celles de colonisation "planifiée" le niveau organisationnel des colons était très faible : les coopératives agricoles, ou pré-coopératives, n'avaient à l'époque qu'une existence formelle et ne servaient en fait que de cadre juridique obligé donnant droit à la possession de la terre, ou à l'occasion de caution vis-à-vis de la bureaucratie locale. Si elles fonctionnaient, c'était généralement parce qu'à la tête se trouvait un dirigeant actif, isolé des bases bien sûr, mais agissant au nom de la coopérative, par initiative personnelle. De leur côté, les Centres Agricoles cantonaux, en théorie, sorte de Chambre locale de l'agriculture, chargés de "dynamiser le développement agricole", ne faisaient guère plus que l'organisation d'élections annuelles ou la tâche importante de tamponner les cartes des sociétaires, utiles certes pour l'obtention d'un crédit... Les aménageurs n'allaient donc pas se soucier du fait le plus frappant de l'Oriente : cette sorte d'inaptitude collective à l'organisation, voire à toute autre forme associative, qui caractérisait la population de colonisation5. L'on peut s'imaginer sans risques que leur indifférence ou leur incapacité à cibler "les sujets du développement" était plus forte que tout esprit "ethnocidaire" vrai ou supposé.

18Assurément, le contraste est grand entre la société (?) des colons et la société autochtone. Les résistances, ou tout simplement l'inertie, de la population métisse à l'unification sociale et culturelle, à la participation civique active sont les traits marquants d'un conglomérat social sans projet. Comportements difficiles à expliquer si l'on ne tient pas compte des bases d'une colonisation qui est l'aboutissement d'une histoire individuelle, de l'aventure dramatique de gens déracinés des Andes, isolés et aux prises avec la forêt implacable, en un mot d'une colonisation marquée par l'absence de toute identité collective. Il semblait évident dans ces conditions que les possibilités d'organisation et de participation sociale des colons dépendaient dans une grande mesure et moyennant un processus plutôt long, de la création d'une société articulée autour de la culture paysanne propre au tropique humide. Cela signifiait en tout cas de donner la priorité à l'édification, à la formation professionnelle à une forme de préparation à la vie associative et bien sûr à un renforcement de l'activité culturelle, or, les auteurs du projet Palora-Gualaquiza, n'ont pas perçu cet aspect de la question pas plus qu'ils n'ont perçu la problématique Shuar.

19Ainsi, face au seul interlocuteur organisé de la région, l'équipe du CREA ne s'est pas posé la question qui s'imposait, la plus importante concernant la population Shuar : dans quels termes la FCSH pouvait-elle, ou devait-elle, participer au projet Palora-Gualaquiza ? La réponse à cette question était le préalable nécessaire à toute discussion concernant l'engagement de la Fédération Shuar, avec ses possibilités et ses limites, sinon dans la totalité, au moins dans une partie importante des programmes envisagés.

20Cette expérience montre que la "participation au développement" ne va pas de pair avec la constitution d'un sujet politique ethnique, même si ce sujet jouit d'une représentation légitime, ceci sans doute parce que la planification, elle-même, se prétend neutre ; c'est ainsi que les colons n'ont pas eu, de leur côté, l'aide nécessaire pour sortir de l'anomie organisationnelle.

21Les responsables de l'élaboration du projet en négligeant l'expérience de la FSCH au lieu de la rentabiliser, n'ont sans doute pas pris au sérieux les références, plus ou moins floues, certes, évoquées ici ou là dans les documents concernant le "respect et l'appui aux entités culturelles existantes dans la province", ou la préservation des nationalités indigènes. Mauvaise conscience ? Incapacité de comprendre ?, ou plutôt artifice visant à la récupération, ou à la manipulation, des éléments de l'identification ethnique ?

La contestation de la rationalité technocratique

22Quoi qu'il en soit, le CREA termine l'élaboration de son projet Palora-Gualaquiza à la fin de 1980. La mouture finale avait tous les traits d'un travail technocratique banal. En revanche, ce qui l'était moins c'était le montant de l'investissement prévu pour les cinq ans programmés : il s'élevait à 36.895.200 dollars, dont 48,46 % en devises américaines et 51,54 % en monnaie nationale.

23Sur cette somme (1 milliard de sucres), les aménageurs accordaient généreusement à la population Shuar moins de 1 million de sucres. A cause des procédures employées et de l'octroi aux Shuars de cette aide économique ridicule, la FCSH ne pouvait que faire opposition au projet et concrètement faire obstacle à la décision finale de la BID concernant les fonds accordés en principe au gouvernement et dénoncer les agissements du CREA.

24La FCSH allait attaquer le projet sur deux points : les implications directes affectant les intérêts de la population et de l'organisation Shuar et les impacts du projet considérés comme négatifs pour les intérêts régionaux.

25Sur le premier plan, la Fédération insistait avant tout sur la menace que constituait le projet pour la sauvegarde de leur cohésion sociale et pour la défense de l'identité Shuar. Identification ethnique et identification spatiale allant de pair dans ces contrées amazoniennes, les Shuars se sentaient atteints dans la représentation symbolique de leur espace ancestral, territoire intouchable sans leur consentement, et donc dans leur identité même.

26La FCSH s'attaquait ensuite à des décisions concrètes concernant la population autochtone, notamment aux programmes d'infrastructures. Comme l'expansion des routes et des chemins secondaires tracés en grande partie sur des territoires actuellement occupés par la population indienne. Or beaucoup de Centres Shuars n'avaient pas encore accédé au titre légal de propriété si bien qu'ils pouvaient craindre de nouvelles expropriations à la suite d'une pénétration incontrôlée de colons, dans la mesure où la capacité de l'équipe de topographie de la FCSH était limitée et l'intérêt de l'État pratiquement inexistant ; c'est, à peu près, en ces termes que les Shuars s'exprimaient sur ce point : "Des chemins ? peut-être, pourquoi pas ? mais, nous souhaitons que la priorité soit donnée à la remise des titres de propriété aux Centres Shuars, car il y a danger. De plus notre économie marchande est encore trop faible et la forte densité de chemins programmés ne nous paraît pas réaliste".

27Sur un terrain plus technique la FCSH faisait état du fait que, parmi les programmes visant la production, notamment celui du crédit agro-pastoral et celui concernant le reboisement et d'autres activités forestières, aucun investissement, aucune aide n'était accordée aux exploitations des Centres Shuars. Elle faisait le même constat pour ce qui était de l'assistance technique, la commercialisation agricole et le développement agro-industriel.

28Les Shuars se montraient également préoccupés par certaines actions marginales touchant l'éducation ; la Fédération dénonçait la tendance, suspecte à ses yeux, des aménageurs à impliquer dans la programmation quelques groupes isolés de la population indigène. Ces actions étaient perçues comme des interférences dangereuses pour les orientations et les contenus du système éducatif Shuar, d'ailleurs reconnu et maintes fois loué par l'institution scolaire officielle. La Fédération y voyait "des agissements intégrationnistes" et attirait l'attention sur les "impacts déstructurants pour la société Shuar". Même s'il s'agissait de la somme la plus forte jamais attribuée aux Shuars, le financement de telles actions restait très faible.

29Quant à l'autre volet, celui concernant les retombées régionales du projet Palora-Gualaquiza, la FCSH soulignait les faiblesses techniques et méthodologiques de programmes qui ne pouvaient qu'entraîner une inflation inconsidérée des coûts de l'opération au détriment de l'économie régionale. Elle allait démontrer, entre autres choses, que le coût des infrastructures apparaissaient surévaluées par rapport à ceux qui était pratiqués localement à la même époque. Ainsi, dans le domaine de la construction scolaire, une salle de classe type Shuar (celles du système éducatif radiophonique), adaptée aux tropiques humides et bâtie en matériaux locaux, ne dépassait pas 150.000 sucres (1981) tandis que celles proposées par les aménageurs qui utilisaient des matériaux externes à la région atteignaient 1.000.000 de sucres.

30Autre exemple de coûts également plus ou moins fictifs : dans l'établissement des dépenses exigées par le relevé cadestral, la Fédération montrait qu'il n'y avait aucune commune mesure entre les chiffres du CREA et ceux de l'équipe spécialisée de la FCSH, tant les montants étaient disproportionnés.

  • 6 Cf. Communication citée.

31A un niveau plus général, mais chargé d'implications stratégiques, la FCSH avait sans doute raison de reprocher aux auteurs du projet de confondre les problèmes de la conservation du milieu naturel avec une simple et banale activité de reboisement sans prendre en considération les systèmes d'adaptation écologique traditionnels (pratiqués dans certains cas jusqu'à nos jours par les Shuars) ainsi que les contraintes naturelles des systèmes actuels de pâturage et d'élevage. En fait, la Fédération soulevait un problème crucial posé par le développement amazonien : celui de l'utilisation diversifiée de chaque portion de l'espace, autrement dit d'une planification rigoureuse menée à une échelle régionale6.

32En mettant en évidence les insuffisances des études de marché pour la promotion de certaines productions, le caractère discutable des calculs établis sans référence à une quelconque stratégie des prix officiels, ou encore la faible représentativité des "unités type" choisies dans l'analyse de la commercialisation de la viande et du lait... la FCSH mettait à nu les faiblesses de l'élaboration des programmes dans ses diverses étapes.

33Dès la fin de 1980 et au cours de l'année suivante une hostilité permanente, aux formes diverses d'expression, va s'installer entre le CREA et la FCSH, qui a demandé au gouvernement central l'annulation pure et simple du projet Palora-Gualaquiza et même l'élimination du CREA de la province de Morona-Santiago. Par ailleurs, la Fédération s'est adressée aux instances internationales où la voix des indiens pouvait être entendue et, bien sûr, menait la contestation au sein de la BID, qui en 1982 décidait de se retirer du projet Palora-Gualaquiza.

La réaction institutionnelle

34A son corps défendant, mais c'était inévitable, la FCSH s'est mise en position inconfortable vis-à-vis des institutions équatoriennes. Arguant des qualités attribuées au projet et s'appuyant sur la raison bureaucratique, le CREA fera tout pour en assurer le financement et sa mise en œuvre. Cette réaction de l'organisme régional révèle une conception peu sérieuse de l'aménagement régional et sa rigidité institutionnelle et par conséquent son incapacité à agir avec efficacité, prudence et imagination, sur une réalité par nature complexe, puisqu'il s'agit de la rencontre conflictuelle entre la tradition (représentée en l'occurrence par l'ethnique) et la modernité.

35Le CREA s'est aussi acharné à infirmer à tout prix les positions Shuars, même si pour y arriver, il lui était nécessaire de porter atteinte au prestige de la Fédération, voire même, de se servir de l'affaiblissement de son unité interne. Un fois cette stratégie définie, il s'agissait de jouer sur les contradictions affectant la vie organisationnelle Shuar.

36Certes, les contradictions internes ont toujours existé dans la vie déjà longue de la Fédération, -comme dans toute organisation d'ailleurs-. Néanmoins, l'histoire de ces vingt dernières années montre que le jeu des conflits internes avait toujours cédé le pas devant les intérêts supérieurs de la cohésion institutionnelle ; et on peut dire, sans grand risque, qu'une telle stratégie était bénéfique à la population. Du fait de la complexité de telles contradictions venant à la fois d'anciennes rivalités tribales et des tensions créées par le choc avec la modernité, il était important de bien connaître la nature et la profondeur des tendances contradictoires qui parcouraient la société Shuar mais surtout celles qui opposaient les élites dirigeantes. D'un point de vue moral et politique, on ne pouvait admettre qu'elles soient utilisées de manière unilatérale, et accentuées en fonction d'intérêts non Shuars... C'est pourtant ce que feront les responsables du CREA. Les problèmes existant au sein de l'élite dirigeante, les points de vue divergents notamment entre les Shuars favorables à une accélération du rythme de développement et les autres, désireux de garder la maîtrise sur le processus, les courants idéologiques d'origine religieuse ou marxiste, tout cela créait un terrain propice au développement des objectifs de l'organisme régional.

37C'est ainsi que le CREA va multiplier des initiatives au cours des années 81 et 82 : tentatives de captation de dirigeants, publicité faite à de fausses prises de position compromettant des dirigeants ou les structures de la FSCH, utilisation malveillante des relations entre la Mission Salésenne et la FCSH, "matraquage" des autorités locales et provinciales, enfin, campagne d'obstruction auprès des institutions de l'État partenaires de la Fédération. Le CREA avait décidé d'"assiéger" la FCSH. Au début de 1982 il était évident que de telles initiatives eurent des répercussions sérieuses sur la marche des activités normales de la FCSH menacée d'un blocus institutionnel aux conséquences économiques graves. Conscients de ce risque, les dirigeants cherchaient à négocier directement avec le gouvernement central, en insistant sur le rôle plutôt néfaste des intermédiaires, notamment le personnel politique lié au CREA.

  • 7 Une grande partie du projet concernant les colons a été mise en route à partir de 1983 par le CREA (...)

38Dans cette conjoncture, la FCSH a été obligée d'investir la meilleure partie de ses forces dans une série d'activités "défensives" destinées à neutraliser les effets pernicieux des initiatives de l'organisme régional, initiatives qui allaient se prolonger après l'abandon du projet dans sa mouture originale7. Jusqu'à la fin du gouvernement centriste de la Démocratie Chrétienne (DP) la Fédération est cependant arrivée à éviter une dégradation rapide de la situation. Mais les choses allaient changer avec l'arrivée du gouvernement conservateur, à partir de 1984.

Crise et dissidence après 1984

39La période entre 1984 et 1986 allait en effet être très difficile. A partir de 1985 d'autres institutions refusent de collaborer avec la Fédération, notamment l'IERAC, organisme clé pour les problèmes de terres (relevés topographiques et légalisation de la propriété). Il décide de ne plus renouveler l'accord de collaboration avec la FCSH, établi plusieurs années auparavant. Le blocus financier a des effets visibles et les Shuars doivent puiser dans leurs ressources propres celles tirées de la commercialisation du bétail en particulier et ceci au risque de rompre les équilibres économiques de la stratégie de modernisation. Face à eux, la colonisation progresse : Macas, la capitale provinciale, qui n'était qu'une bourgade délabrée jusqu'en 1980, devient une ville au allures modernes ; à Sucua se construisent un terminal routier et un marché municipal ; ce sont des structures coûteuses, surdimensionnées de 3 à 4 fois par rapport aux besoins actuels. En outre, il y a toujours les offres conditionnées faites à la FCSH par l'organisme de développement régional.

  • 8 Le lecteur peut s'informer des détails dans la publication Chicham notamment les n° s de janvier e (...)

40Dans ce contexte la résistance de certains dirigeants va être minée s'ouvre alors une période durant laquelle les responsables du plus haut niveau de la Fédération vont prendre des initiatives qui s'écartent du mandat de la XXII Assemblée Générale de janvier 84. Une fissure importante se produit entre le sommet dirigeant, les bases et les organismes intermédiaires qui voient dans les agencements de la direction une perte d'indépendance de la FCSH, les dirigeants étant victimes de "manipulation politique" et d'entreguismo partidista8. Certains dirigeants sont contestés et soupçonnés, ou directement accusés, de collusion avec des fonctionnaires responsables du gouvernement et des hommes politiques du régime, enfin, de corruption ; l'on parle de mauvaise administration et d'abandon des intérêts de la Fédération.

41Le malaise existant provoque vers la mi-85 l'émergence d'un mouvement recuperacionista qui culmine dans la formation d'un Comité de défense des droits de la FCSH qui exige la démission de la direction contestée et installe une "Direction intérimaire". Certains parlent de "coup d'État" : le nouveau groupe dirigeant déclare la Fédération en "état d'urgence et d'austérité économique".

42En janvier 86, l'Assemblée Générale a pour tâche de faire le bilan des deux années précédentes et d'élire la nouvelle direction : le jugement est sévère pour l'administration des dirigeants en disgrâce qui, mis en minorité, ne se verront pas reconduits (37 représentants sur un total de 307). N'acceptant pas les décisions majoritaires, cette fraction décide de quitter la FCSH formant ainsi la première dissidence importante de son histoire.

  • 9 Les informations provenant de sources très diverses ne permettent pas d'assurer que la nouvelle as (...)

43D'emblée il apparaît que cette dissidence ne peut compter sur les bases Shuars et pour essayer de gagner du terrain elle va solliciter l'appui des agences gouvernementales. Le Ministère de tutelle de la FCSH montrera pour la première fois dans les affaires Shuars une promptitude et une efficacité exceptionnelles : dans un temps record une nouvelle organisation Shuar est légalisée malgré une absence de bases sociales reconnues9. Pour sa part, l'administration tend à contourner les dirigeants légitimes, à méconnaître leur légitimité, et à faire obstacle aux activités normales de la FCSH. Nous n'allons pas ici faire la chronique des événements et des incidents multiples qui jalonnent les années 86 et 87, mais seulement ajouter que la dissidence reçoit un appui financier et surtout publicitaire du gouvernement, ce qui ne permet pas à la Fédération de résoudre facilement cette situation de crise.

  • 10 Le seul corpus légal "fonctionnel" quant à la survie des ethnies date de 1937, sous forme de Loi r (...)
  • 11 Voir quelques réflexions concernant la participation politique des indiens et la nécessité de stat (...)

44Il est intéressant de souligner, et ce sera notre conclusion, à quel point les rapports État/FCSH sont fragiles et jouent au détriment de celle-ci. Il est évident qu'une organisation d'une telle ampleur démographique et géographique, d'une telle complexité de structures et d'une telle diversification d'activités, capable de mobiliser d'importantes ressources financières et matérielles et de négocier directement avec des agences nationales et internationales, ne peut plus continuer de fonctionner dans un cadre juridique et administratif aussi étroit, contraignant et historiquement dépassé10. Cette législation d'esprit "protectionniste" à l'égard des indiens est aux sources du pouvoir quasiment discrétionnaire de l'administration de tutelle. Entre la réalité Shuar et la réalité juridico-administrative il existe et se creuse un hiatus fondamental que seul un statut constitutionnel des projets ethniques peut combler11. Entre temps, aménageurs et autres intervenants extérieurs devraient prendre conscience des multiples aspects de ce contexte et en tenir compte.

Notes

1 A notre connaissance trois textes ont été publiés en France concernant la FCSH : Le projet Shuar et la stratégie de colonisation du Sud-est équatorien, de R. Santana in Travaux et mémoires de l'IHEAL, n° 32, 1978 ; de Ph. Descola : Ethnicité et développement économique : le cas de la Fédération de Centres Shuars, in Indianité, ethnocide, indigénisme en Amérique Latine, GRAL, ed. CNRS, 1982 ; et Ch. Gros dans Luttes indiennes et pratiques autogestionnaires au Pérou, en Colombie et en Équateur, Cahiers des Amériques Latines, été-automne 1985.

2 Les incidents auxquels donne lieu régulièrement l'expansion de la colonisation peuvent être suivis dans Chicham, publication trimestrielle de la FCSH, ainsi que dans les coupures de presse équatorienne publiées dans Kipu, éditions Abya-Yala, Quito.

3 Voir la documentation relative au projet Palora-Gualaquiza, dans les Archives et la Bibliothèque du CREA, Cuenca

4 Les conversations CREA/FCSH se trouvent dans les Archives du CREA sous forme d'enregistrements

5 Réalité intimement liée aux conditions d'extrême précarité dans lesquelles se fait la colonisation dans ces contrées de l'Amazonie. Voir à ce propos notre communication "Contraintes agraires et production alimentaire en zone de colonisation. Sud-Est équatorien. Journées de Géographie Tropicale, CEGET/Bordeaux III, 20-22 février 1986.

6 Cf. Communication citée.

7 Une grande partie du projet concernant les colons a été mise en route à partir de 1983 par le CREA grâce à des financements provenant du budget de l'État.

8 Le lecteur peut s'informer des détails dans la publication Chicham notamment les n° s de janvier et avril 1986. Également dans les bulletins de presse que la Fédération publie régulièrement.

9 Les informations provenant de sources très diverses ne permettent pas d'assurer que la nouvelle association a le contrôle d'un quelconque Centre Shuar.

10 Le seul corpus légal "fonctionnel" quant à la survie des ethnies date de 1937, sous forme de Loi réglant la vie des Comunas, entités de population rurale inférieures à la Parroquia, dernier degré politico-administratif du pays.

11 Voir quelques réflexions concernant la participation politique des indiens et la nécessité de statuts ethniques dans R. Santana, La cuestion etnica y la democracia en Ecuador. Document de Travail n° 37 d'ERSIPAL, mars 1986.

Auteur

Chargé de Recherche au CNRS/CREDAL. Toulouse.

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter