Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Solidarité et inégalités

 | 
Chloé Constant

Chapitre 1. La prison au regard de la société péruvienne

Texte intégral

Place de la femme dans la société péruvienne

1En 2005, une enquête menée par l’ONG péruvienne Demus-Estudio para la Defensa y los Derechos de la mujer, a révélé que 80 % de la population péruvienne avait une image négative de la société nationale en termes de discrimination machiste et raciste [Sulmont, 2005]. Si la question du racisme occupe une place particulièrement importante dans notre étude, nous l’aborderons plus loin en lui consacrant un chapitre particulier. Intéressons-nous ici à celle du machisme.

  • 1 Notons à titre indicatif que 1 sol vaut environ à 0,25 euro.
  • 2 Disponible sur le site web www.inei.com.pe. Nous nous intéressons particulièrement aux statistique (...)

2Traditionnellement – nous utilisons ce terme au sens de transmission d’un élément culturel – la femme occupe une place de second rang dans la société péruvienne où la domination masculine s’impose à plusieurs niveaux et dans différents domaines. Comme il est toujours d’actualité dans le monde entier, quelle que soit la région géographique étudiée, la femme salariée gagne moins que ses pairs masculins, comme le soulignait déjà Simone de Beauvoir en 1949 [Beauvoir, 1986]. Pour le trimestre allant de décembre 2008 à février 2009, le revenu moyen des femmes à Lima atteignait 831,60 soles alors que celui des hommes était de 1251,50 soles1. L’augmentation des revenus atteinte en une année est supérieure chez les hommes que chez les femmes, les premiers connaissant une augmentation de 139,20 soles contre seulement 88,60 soles chez ces dernières. Toujours en termes d’emploi, le taux de chômage affecte également davantage les femmes que les hommes. Pour la même période, la ville de Lima enregistrait un taux de chômage de 9,3 %, ce taux s’élevait à 11,2 % dans la population féminine lorsqu’il n’était que de 7,8 % dans la population masculine2.

  • 3 Dans un article intitulé « Reflexiones sobre como enfrentar las necesidades de las mujeres », Kate (...)

3Dans les cas où la femme occupe un emploi, formel ou non, à temps plein ou partiel, la société lui assigne, de manière automatique et sans distinction, le rôle de mère, ce qui lui confère une charge de travail supplémentaire, souvent non reconnue comme charge de travail à part entière mais plutôt assimilée à un devoir inhérent à son sexe. Dans son manifeste féministe Le deuxième sexe, Simone de Beauvoir insistait sur la question des mœurs individuelles pour tenter d’expliquer ces comportements : « Les individus ne sont jamais abandonnés à leur nature, ils obéissent à cette seconde nature qu’est la coutume et dans laquelle se reflètent des désirs et des craintes qui traduisent leur attitude ontologique » [Beauvoir, 1986 : 78]. Ainsi la femme est-elle culturellement associée à l’entretien du foyer conjugal, à l’éducation des enfants et à diverses tâches ménagères comme la préparation des repas. La position des femmes, entendue comme leur place sociale et économique par rapport aux hommes3, demeure celle qui était la sienne dans les sociétés patriarcales traditionnelles. Elles sont assujetties à la figure masculine du chef de famille et dépendent majoritairement des revenus de leur conjoint.

4Le continent latino-américain, s’il n’est pas le plus pauvre du monde, est cependant le plus inégalitaire. Comme le soulignait Bourgois dans le cas de New York :

« […] la restructuration du monde économique opérée par les multinationales, le capital financier et la haute technologie autant que l’épuisement des modèles démocratiques d’intervention du secteur public en faveur des pauvres ont fait monter en flèche les inégalités existantes structurées selon la classe, l’ethnie et le genre. » [Bourgois, 2001 : 365].

  • 4 Dans les années 1990, la Banque mondiale et le Fonds monétaire International ont mis en place le C (...)
  • 5 La question de l’émergence du continent est exposée sous de nombreux aspects, notamment économique (...)
  • 6 « El Perú avanza » ou « El Perú progresa » est un slogan que l’on retrouve sur les panneaux qui in (...)

5Il nous est possible d’appliquer cette observation au cas du Pérou qui a connu une phase de libéralisation très intense depuis la décennie 1990, à partir des politiques de libéralisation économique recommandées par les organismes financiers internationaux tels que la Banque mondiale et le Fonds monétaire International à cette époque4. Aujourd’hui, l’investissement des entreprises multinationales est majeur dans un continent unanimement reconnu comme émergent5. Deux voix se font l’écho de cette vague d’investissement massive, la première est celle qui relie le discours des gouvernements successifs qui soutiennent que le Pérou progresse6, la seconde serait celle des altermondialistes et des intellectuels dits « de gauche » qui soulignent à quel point le fossé ne cesse de se creuser entre riches et pauvres. Les premières victimes de l’augmentation des inégalités se trouvent être les femmes, qui sont structurellement plus exposées aux difficultés économiques que ne le sont les hommes d’une même classe ou d’une même ethnie, comme le montrent les statistiques sur l’emploi que nous avons présentées plus haut. Dans ce contexte d’« aggravation des causes structurelles produisant comportements autodestructeurs et criminalité » [Bourgois, 2001 : 364], le problème de la drogue n’a de cesse d’empirer. La grande majorité des femmes péruviennes que nous avons rencontrées en prison sont issues de quartiers défavorisés de la capitale et se trouvent justement emprisonnées pour trafic de drogue. C’est ce que mettent en valeur Gallegos et Mettifogo lorsqu’ils décrivent les prisonnières chiliennes :

« Les femmes de notre pays sont proportionnellement plus pauvres que les hommes, nombre d’entre elles assument le rôle de chef du foyer, ont la charge des enfants et disposent d’un accès plus limité à l’emploi ou ont des salaires plus bas. Le rôle assigné à la femme en tant que mère s’avère difficile à assumer intégralement, étant donné les conditions de pauvreté, et nombre d’entre elles ont recours à la délinquance pour obtenir de l’argent et satisfaire les besoins de base de leurs enfants ». [Gallegos, mettifogo, 2001 : 81].

La question du genre en prison

  • 7 Coline Cardi, « La difficulté de penser la délinquance au féminin : le rapport de l’altérité », In (...)

6La part des femmes dans la population carcérale péruvienne, même si elle demeure largement inférieure à celle des hommes, a largement augmenté durant les trente dernières années. En 1978, elle représentait 3,66 % des personnes privées de liberté [Escobar, 2007 : 331], en janvier 2009 ce chiffre atteignait les 6,5 % selon l’INPE. Certes ce chiffre est à l’image de l’augmentation globale de la population carcérale du pays, sans distinction de sexe. En 1992, le taux d’enfermement était de 77 pour 100 000 habitants, en 2002 il était de 103 pour 100 000 habitants. Or, la question du genre se pose à travers celle de la conception même du système pénitentiaire. Comme le soulignent Scraton et Moore, le système pénitentiaire a été initialement conçu pour accueillir des hommes et se trouve être inapproprié pour répondre aux besoins spécifiques des femmes [Scraton, Moore, 2007]. C’est ce que souligne également la sociologue française Coline Cardi, lorsqu’elle dénonce l’« indistinction des sexes en matière de traitement carcéral » due au « caractère universaliste du droit pénal ». Elle écrit ainsi : « Au plan institutionnel, les femmes incarcérées ne sont jamais définies comme un public cible des règlements ou programmes pénitentiaires, là où, dans d’autres domaines la catégorie de sexe “femmes” fait l’objet de dispositions particulières7 ».

  • 8 Coline Cardi, op. cit.
  • 9 Le détail des ateliers proposés aux femmes de Santa mónica sera spécifié dans le chapitre III.

7Tout d’abord, ce sont les questions de santé et d’hygiène que ces deux auteurs mettent en exergue en soulignant que « les besoins de santé des femmes en prison, tant au niveau physique que mental, sont beaucoup plus complexes que ceux des hommes » [Scraton, Moore, 2007 : 17]. Selon Carlen et Worrall, ces besoins ne sont traités ni avec respect, ni de manière appropriée [Carlen, Worrall, 2004 : 41]. Pensée pour les hommes, la prison ne se préoccupe pas des spécificités féminines ; ainsi les détenues de la prison Santa Mónica ne peuvent que très difficilement accéder à une consultation gynécologique ou obstétrique. En réalité le terme « difficilement » est un euphémisme, ce type de consultation médicale est quasi inexistant, aucun suivi particulier n’est prévu pour les femmes enceintes par exemple. Les détenues ne bénéficient pas non plus de dépistage du cancer du sein ni de traitement hormonal adapté aux besoins de chaque âge de la vie d’une femme. Nous verrons ce sujet plus loin lorsque nous aborderons en détail les questions de santé. D’autre part, l’hygiène féminine diffère de celle des hommes et ce notamment à travers la menstruation. À Santa Mónica, les autorités ne se préoccupent pas de fournir aux détenues le minimum nécessaire au maintien d’une hygiène corporelle décente. Serviettes hygiéniques ou tampons, l’acquisition de ceux-ci est extrêmement coûteuse au sein de la prison et les faire venir depuis l’extérieur n’est pas une opportunité donnée à toutes les femmes de manière égale. Nous traiterons ce point particulier dans le chapitre consacré aux inégalités entre les détenues. Hormis la question des soins de santé et d’hygiène quotidienne, Scraton et Moore précisent que « les attentes à l’égard du comportement de femmes, leurs réponses et leur participation au régime sont profondément marquées par leur appartenance sexuelle et tous leurs mouvements, leurs actions et réactions sont mesurées à l’aune d’un modèle de “féminité” imposé » [Scraton, Moore, 2007 : 17]. Dans la prison de femmes Santa Mónica, ce problème se pose tout particulièrement dans les ateliers de travail. Bien loin de répondre aux exigences de réinsertion sociale et professionnelle stipulées dans le Code Pénal péruvien, les ateliers de travail proposés aux détenues nous renvoient l’image d’une naturalisation de la domination masculine, par le biais d’une naturalisation des types de travaux qui leur sont traditionnellement assignés. « Les tâches qu’on leur réserve sont pensées comme “féminines” » soulignait Cardi8. Couture, broderie, cuisine et pâtisserie9, les divers types de travaux que les détenues peuvent réaliser confortent un modèle patriarcal traditionnel dans lequel la femme demeure assignée aux travaux liés au foyer. mon but ici n’est pas de stigmatiser ce genre de tâche selon une théorie libérale du féminisme qui vise à atteindre l’égalité à tout prix entre hommes et femmes, loin de là ; mais si l’on considère que nombreuses sont les femmes incarcérées qui sont soit soumises à un conjoint tyrannique ou violent, soit mère de famille isolée, et si l’on se base sur la théorie féministe sociale et la stratégie du Genre et Développement selon laquelle le développement humain est recherché à travers l’empowerment des femmes, il s’avère que les ateliers de travail proposés aux détenues de Santa Mónica sont très loin de leur offrir l’occasion de se réinsérer de manière nouvelle et prometteuse dans la société au moment de leur sortie. La problématique du genre liée au travail en prison a été notamment soulevée par Azaola :

« Au sein de la prison les femmes se voient assigner des travaux qui répondent à une supposition de continuité du rôle de genre, ce qui leur confère très peu d’opportunités d’élever et de dépasser leur condition. On ne prend pas en compte le fait que d’elles dépend, dans la majorité des cas, l’entretien des enfants » [Azaola, 1998].

8Si la place de la femme se joue « entre liberté et égalité » comme le suggérait Fraisse [Fraisse, 1995], la femme péruvienne n’atteindra que difficilement cette place après un séjour en prison. En effet, la reproduction, à l’intérieur des murs, des tâches domestiques traditionnelles, ne permet pas de changement de position – au sens où l’entend Young – de la femme dans la société, et n’ouvre pas non plus d’horizon émancipateur pour ces femmes incarcérées qui, à l’extérieur, doivent souvent assumer seules la responsabilité d’un foyer monoparental.

Caractéristiques des détenues

Disparités socio-économiques

« La prison est un lieu où l’on envoie plus aisément les plus démunis (en travail, en domicile, en argent…) » P. Combette

  • 10 Littéralement « village jeune ». Cette expression désigne les terrains situés aux abords de la vil (...)
  • 11 Le Centre de Jeunes Hermelinda Carrera est l’équivalent liménien des anciennes maisons de correcti (...)
  • 12 Sur le travail des adolescents à Lima, lire Robin Cavagnoud, Les adolescents travailleurs de Lima (...)

9« La délinquance traditionnelle au Pérou et en Amérique latine en général provient des secteurs populaires ou marginaux de la société et, dans certains cas, elle apparaît comme l’“unique” (ou du moins la plus viable) alternative de subsistance. C’est une délinquance basiquement urbaine ou suburbaine. » C’est en ces termes que José Luis Pérez Guadalupe, dans son article « Subculturas delictivas y cárceles en América latina » [Pérez Guadalupe, 1999 : 159-205], présente l’origine sociale de la population carcérale latino-américaine ainsi que le motif de leur comportement criminel ou délictueux. La délinquance apparaît comme l’unique mode de survie pour des populations urbaines à faibles ressources économiques. Ce qu’il nomme « délinquance traditionnelle » regroupe les délits tels que le vol ou le trafic de drogue. C’est ce qui ressort notamment de l’enquête réalisée à Santa Mónica où ces délits représentent les motifs d’incarcération les plus fréquents. Dans leur grande majorité, les détenues de cet établissement proviennent de quartiers défavorisés de la capitale, La Victoria, Comas, El Callao, Ventanilla, Surquillo, entre autres, quartiers frappés par la délinquance juvénile et par la présence de bandes organisées. Elles justifient leur action délictueuse par l’expression « por necesidad », résumant ainsi en deux mots simples leurs conditions de vie. Comme le précise Pérez Guadalupe, il faut cependant distinguer les délinquants prisonniers des prisonniers non délinquants, ces derniers étant en première détention, innocents ou délinquants occasionnels. Les délinquants prisonniers font leurs débuts à l’âge de huit ou dix ans [Pérez Guadalupe, 2000 : 218], ce sont des enfants des rues, « racaille » vivant dans des pueblos jóvenes – Ventanilla est notamment un pueblo jóven10. Pour ce type de population, « la prison est vue comme une phase, bien que non programmée, de leur carrière délinquante ». C’est le cas de plusieurs détenues interrogées qui ont déjà effectué un séjour en maison de correction11 pour fugue ou vol mineur et qui se trouvent aujourd’hui incarcérées pour des délits mineurs comme la microcommercialisation de drogue – à l’échelle de quartier – ou le vol à la tire. Ce genre de délinquance correspond à ce que Pérez Guadalupe appelle la délinquance de subsistance. Livrés à eux-mêmes, ces jeunes, souvent descolarisés, travaillent dans le secteur informel afin de subvenir à leurs propres besoins, les familles ne pouvant y répondre que partiellement12. Ainsi « ils ne considèrent pas la délinquance et le vol comme une profession mais la plupart du temps ce sont des jeunes venus du monde de la drogue ou des bandes de jeunes ». Même si ces considérations s’appliquent à la prison de Lurigancho, centre de détention masculin et lieu d’étude de Pérez Guadalupe, celles-ci demeurent valables, d’après notre enquête, pour les plus jeunes délinquantes de Santa Mónica.

10Cependant, lorsqu’il décrit les caractéristiques des nouvelles formes de délinquance, Pérez Guadalupe précise que la population carcérale, souvent très jeune, « n’est pas nécessairement issue des strates les plus basses de la population ». Parallèlement aux populations pauvres, on trouve des personnes issues de couches sociales plus hautes de la société, c’est le cas notamment de personnes impliquées dans le trafic de drogue à plus grande échelle, personnalités de la « jet-set », issues de quartiers tels que San Borja ou Miraflores. Les délits commis par ce type de population sont liés à des pratiques de consommation courante de drogue ou à une appartenance à des milieux de consommation courante. Dans la description citée plus haut, José Luis Pérez Guadalupe souligne qu’il n’y a pas qu’une seule culture du délit, celle-ci « est d’origine multiple et se manifeste sous différentes formes ». C’est ainsi qu’il rappelle que sont également

  • 13 D’après le néologisme « drogodélinquants » employé par l’auteur dans l’article.
  • 14 La distinction entre détenues étrangères et péruviennes est nécessaire comme nous le verrons plus (...)
  • 15 Les prisonnières politiques et de droit commun sont en effet séparées depuis 1993. Un article de E (...)
  • 16 Le salaire minimum au Pérou est de S./550 mensuel, soit environ 130 euros. Or, même si nos données (...)

1136 impliqués les membres des forces armées et de police ; la délinquance relèverait alors davantage de pratiques de corruption, les « drogodélinquants »13, cas confirmés par plusieurs détenues interrogées, étrangères pour la plupart14. Il précise aussi que cette culture du délit « ne se limite pas à certaines zones ni à certains groupes de personnes ». Tous quartiers et tous types sociaux sont donc a priori impliqués et confondus dans le monde de la délinquance. L’auteur donne enfin une explication historico-culturelle à ces comportements : « au sein de ces caractéristiques particulières (sociologique, économique, politique et culturelle), nous avons, par exemple, le legs de longues dictatures, l’augmentation du trafic et de la consommation de drogue, la présence de groupes guérilleros ou terroristes, le chômage des ex-combattants des conflits armés internes, la corruption des forces de l’ordre, la déstructuration sociale, les grands écarts économiques, l’existence de minorités (parfois même majoritaires) marginalisées, etc. ». C’est sur ce dernier point qu’il semble nécessaire d’insister. Si l’établissement pénitentiaire Santa Mónica n’accueille pas les détenues politiques15 issues de mouvements terroristes tel que le Sentier Lumineux ou le MRTA (Movimiento Revolucionario Túpac Amaru), les détenues de droit commun seraient davantage victimes de ce que Pérez Guadalupe nomme la déstructuration sociale, les grands écarts économiques ou bien encore issues de minorités marginalisées. Ainsi les détenues interrogées ont rarement un emploi stable ou déclaré, elles procèdent majoritairement du secteur informel, sont vendeuses ambulantes, employées de maison ou s’attellent à d’autres menus travaux occasionnels. C’est alors que la délinquance se présente à elles comme une possible forme de subsistance, ces femmes devant faire face aux dépenses domestiques. Le trafic de drogue, motif d’incarcération de la majeure partie des détenues, constitue un revenu supplémentaire non négligeable pour des femmes dont le revenu est variable et faible16.

Monoparentalisme et travail informel

12La majorité des détenues interrogées exprime presque toutes un rapport de dégoût à l’homme, entendu comme sexe opposé, comme le souligne Coline Cardi dans son article « Trajectoires de femmes incarcérées. Prison, ordre social et ordre sexué » [Cardi, 2006 : 41-68]. Elles confessent avoir été battues et/ou trompées par leurs époux. Deux femmes ont été violées par leur père, un membre de la famille ou leur mari. Le discours de l’une d’entre elles démontre à quel point le séjour en prison a accru son rejet de l’homme, entendu comme sexe opposé, l’a confortée dans sa position de femme et l’a rendue indépendante mentalement vis-à-vis de son mari, prisonnier pour le même délit qu’elle – elle est accusée d’avoir loué une maison qui a servi à un enlèvement :

Juana Rosa A.C. : « En tant que femme j’ai beaucoup assimilé, je me suis rendu compte qu’en tant que femme je vaux et je peux beaucoup. Et qu’il n’est pas nécessaire d’avoir un homme à ses côtés pour y arriver. Et si moi je veux y arriver, comme je veux, eh bien les portes me sont ouvertes. Parce que jamais personne n’est mort sans homme, parce que la femme peut faire tout ce que l’homme fait. »

13De surcroît, comme dans le cas de Juana Rosa, plusieurs des femmes ont été entraînées à commettre un délit par un homme, et notamment dans des cas de trafic de drogue, que cette implication se soit faite de manière consciente ou non. « Mon erreur a été de tomber amoureuse » résume ainsi l’une d’elles. Elles participèrent au réseau de leur plein gré, fermaient parfois les yeux sur un trafic qu’elles soupçonnaient ou étaient « victimes » de leur ami ou conjoint. C’est le cas d’une jeune Espagnole de 22 ans qui accompagna un ami au Pérou pour que celui-ci se fasse poser des implants mammaires. Ils voyagèrent à travers le pays durant deux semaines. Lui rentra sans avoir subi aucune intervention, celle-ci étant prétendument plus coûteuse que prévu, mais il était chargé de cocaïne. Elle l’accompagnait et à ce titre fut arrêtée avec lui :

Nieve : « moi je suis venue ici avec un ami, homosexuel et travesti et je suis venue pour l’accompagner car il allait se faire poser des seins, c’est ce qu’il m’a dit. Huit mois avant de voyager il m’a demandé de l’accompagner pour se faire déposer pour son opération de chirurgie esthétique. Et je lui ai dit d’accord, qu’il me laisse économiser et que je venais avec lui sans problème. Et je suis venue ici et ce n’était pas ça, il ne voulait pas se faire opérer. Quand la police l’a arrêté à l’aéroport, il passe par l’arc de sécurité et ils l’emmènent. Et moi je passe l’arc de sécurité et je le suis parce que je ne savais pas qu’il transportait de la drogue, ça ne m’a pas traversé l’esprit, je pensais plutôt qu’ils allaient le fouiller parce que, comme sur son passeport c’est un homme et il était habillé comme une femme, j’ai pensé qu’ils allaient le fouiller, je sais pas. Mais ça ne m’a pas traversé l’esprit qu’il puisse emporter de la cocaïne dans sa valise, non. Je suis allée frapper à la porte de la pièce où ils te fouillent, j’ai frappé, je leur ai demandé ce qui se passait, ils m’ont demandé si j’étais avec lui, je leur ai dit oui, et voilà, je suis restée avec lui jusqu’à maintenant ».

  • 17 Selon une enquête réalisée par la fondation Flora Tristán, chaque année sont pratiqués quelque 350 (...)
  • 18 D’après la bibliothécaire de Santa Mónica, le nombre d’analphabètes s’élevait à trente-trois en 20 (...)
  • 19 D’après l’INPE, en novembre 2007, 30 femmes incarcérées à Santa Mónica avaient terminé leurs étude (...)
  • 20 Selon l’INPE, 496 femmes incarcérées n’auraient pas terminé leurs études secondaires et 201 n’aura (...)
  • 21 À ce sujet, lire notamment : Robin Cavagnoud, op. cit., Alexia Van der Gracht de Rommerswael, La m (...)

14« Je suis père et mère pour mes enfants, c’est pour eux que j’ai fait cela et maintenant je suis là et eux dehors ». Voilà ce que répètent nombre de détenues de Santa Mónica lorsqu’elles racontent leur expérience de délinquante, désireuses de justifier leur acte. Au Pérou, l’avortement est interdit par la loi17 sauf en cas de viol prouvé et de malformation fœtale grave ; de plus, l’accès aux méthodes contraceptives est difficile, onéreux et surtout méconnu. Ce sont essentiellement les basses couches de la population qui sont touchées par le manque d’information et d’éducation. Ainsi les jeunes femmes sont parfois enceintes et deviennent mères de famille dès l’âge de 15 ou 16 ans. C’est le cas d’une détenue que nous avons interrogée. Cette Liménienne de 19 ans, incarcérée pour vol à la tire, a deux enfants de cinq et trois ans à charge. L’irruption d’un enfant dans leur vie a pour conséquence immédiate l’arrêt de la scolarisation, d’où un manque de qualification qui influe sur les conditions de travail par la suite. Le centre pénitentiaire Santa Mónica compte quelques analphabètes, dont le chiffre exact demeure méconnu18, mais une seule détenue péruvienne interrogée a eu accès aux études universitaires19 En janvier 2009, d’après l’INPE, sur l’ensemble de la population carcérale féminine péruvienne, quarante détenues étaient analphabètes et quarante-huit avaient terminé des études universitaires, la majorité de ces dernières étant incarcérées dans la prison de haute sécurité pour femmes de Lima-Chorrillos II. Les autres détenues péruviennes ont rarement terminé leurs études secondaires20. Précisons que la grossesse n’est pas l’unique facteur d’arrêt précoce des études chez les femmes. Dans les milieux défavorisés, souvent les 40 enfants – des deux sexes – travaillent pour apporter un revenu supplémentaire au foyer. Ce travail a lieu en parallèle ou non d’un cursus scolaire21.

15Dans le cas des jeunes mères, le père de leur enfant se trouve souvent être lui-même très jeune et décline rapidement ses responsabilités paternelles. Issus également de quartiers défavorisés et de classes sociales pauvres ou très pauvres, comme les femmes ils évoluent dans une logique de subsistance quotidienne et ne peuvent pas faire face aux dépenses engendrées par l’entretien d’une famille. Certains d’entre eux se trouvent également incarcérés. Ces classes pauvres sont aussi fréquemment touchées par l’alcoolisme qui, combiné à la paternité ou maternité précoce, est une des sources majeures de séparation des couples. Les détenues se déclarant « père et mère » pour leurs enfants avancent toutes, à quelques exceptions près, l’argument de l’alcoolisme et/ou du mauvais traitement comme motif officiel de séparation de leur conjoint. Très majoritairement, c’est la mère qui reste en charge des enfants, le père étant absent, disparu voire inconnu :

Elena P.V. : « mon fils, je lui dis comme ça, regarde, moi je suis allée de l’avant quand je me suis séparée de votre père, il m’a laissée avec trois enfants et je suis allée de l’avant. Je vendais, j’allais au marché aux fruits, j’achetais cent, deux cents bananes, là où ma sœur vivait, vers San Roque à Surco, il y a un endroit où il y a des charapas [termes désignant les femmes d’origine amazonienne] et elles, elles aiment ça. Alors je sortais et je vendais ça. Et je dis à mes enfants, je me suis séparée quand j’étais jeune, j’avais 20 ou 25 ans et je vous avais tous les trois, j’étais père et mère pour vous ».

  • 22 Disponible sur www.inei.gob.pe. Aucune donnée actualisée n’est malheureusement disponible mais au (...)

16En 1998, l’Institut National de Statistiques et Informatique (INEI) soulignait que 43,7 % des femmes ayant au moins un enfant ne parvenaient pas à satisfaire leurs besoins de base, desquelles 14,5 % ne satisfaisaient pas au moins deux besoins de base22. Pour assumer la charge de ses enfants, la mère de famille péruvienne qui répond aux critères exposés ci-dessus effectue de menus travaux et se dédie souvent à la vente ambulante. De petits commerces ou travaux occasionnels comme la couture ne lui permettent pas d’assurer la survie de ses proches. Alimentation, scolarisation, hygiène et habitation constituent les têtes d’une longue liste de dépenses qu’un salaire provenant d’une activité informelle ne permet pas de couvrir. Perçue comme une priorité au plus jeune âge, la scolarisation des enfants est onéreuse au Pérou où l’éducation privée domine l’éducation publique.

17Même dans ce dernier cas, les enfants doivent obligatoirement être vêtus d’un uniforme scolaire et disposer de leur propre matériel didactique de base – cahiers, stylos – ce qui représente une part importante du budget des foyers. C’est donc la réunion de ces conditions qui pousse un jour les mères à commettre quelque délit.

De la production de cocaïne et du trafic de drogue

Le trafic de drogue comme moyen de subsistance

  • 23 Cette étude est citée par plusieurs défenseurs de la culture de la coca, notamment l’association d (...)

18Dans l’imaginaire collectif, le trafic de drogue international est communément assimilé à la Colombie dont les divers cartels 42 ont fait la triste réputation. Or, la culture intensive de la coca, plante des feuilles de laquelle est extraite la cocaïne, y a été implantée relativement récemment comparativement au Pérou et à la Bolivie, pays voisins, où elle constitue une tradition ancestrale. Dans ces pays, la coca est toujours employée de manière rituelle, par les chamanes andins et amazoniens, mais également par une partie importante de la population qui en connaît les vertus médicinales. Il est possible de la trouver sous diverses formes, la plus simple étant la forme naturelle, c’est-à-dire sans procédé chimique. Dans ce cas elle est mastiquée, notamment par les paysans et bergers andins qui passent la journée loin de leur communauté. Une étude intitulée « Valeur nutritionnelle de la feuille de coca » menée par l’Université de Harvard en 1975 a démontré que la mastication de 100 grammes de feuilles de coca par jour satisfait les besoins nutritifs de l’Homme et la mastication de 60 grammes satisfait les besoins quotidiens en calcium23.

  • 24 Le Pérou est le pays du monde dont les habitants consomment le plus de plantes, avec 4 500 types u (...)

19Il est également possible de se procurer la coca sous forme médicinale préparée, chez des distributeurs de produits naturels, commerces très répandus au Pérou24. Là on la trouve sous forme de capsules à ingérer, reconnues pour leurs propriétés curatives. Enfin le mode de consommation de la coca le plus répandu au Pérou, outre la farine de coca qui connaît un développement croissant, est celui des infusions, communément connues sous le nom de Mate de coca, qu’il est possible d’acheter au même titre que le thé. Le mate de coca est notamment consommé pour pallier le mal d’altitude, par les personnes qui voyagent depuis la côte ou la jungle vers la cordillère des Andes, la coca permettrait ainsi d’éviter les maux de tête et la sensation de nausée que provoque l’arrivée subite en haute altitude, syndrome communément connu sous le nom de soroche.

20Bien loin de ces usages premiers, le Pérou est aujourd’hui le deuxième pays producteur de cocaïne au monde, avec 180 tonnes produites en 2006 [Raufer, Lebleux, Quéré, 2007], ce que certains argumentent être la conséquence directe du Plan Colombie, accord mis en place en 1999 entre les gouvernements colombien et nord-américain, qui aurait eu pour effet de déplacer les zones d’action des narcotrafiquants vers le Pérou voisin [Devida, 2007].

  • 25 « El 75 % está detenido por droga », Hoy, Éd. du 20.07.84.
  • 26 Contrairement à la prison d’hommes de Lurigancho, le statut de secuestrador [kidnappeur] n’est pas (...)

21Il y a une vingtaine d’années, 75 % des détenues de Santa Mónica l’étaient pour trafic de drogue25. Aujourd’hui, ce pourcentage demeure inchangé : 74 % des détenues de Santa Mónica sont incarcérées pour TID, Tráfico Ilícito de Drogas. Ce pourcentage est à l’image de l’ensemble de la population pénale du Pérou. Selon le quotidien La República, les détenus pour microcommercialisation de drogue constituaient un quart de la population pénale du pays en 1998. Il s’agit presque exclusivement de trafic de cocaïne. Le trafic de marihuana ne constitue qu’une infime part des motifs de détention. Deux détenues péruviennes interrogées à Santa Mónica disent avoir été en possession d’une petite quantité de marihuana lors de leur arres. Si le trafic de stupéfiants de type ecstasy existe au Pérou, aucun cas de trafic de ce type de produit n’a été relevé à Santa Mónica. La production et la commercialisation de ces types de produit, marihuana, cocaïne ou autres produits chimiques, sont interdites par la législation péruvienne. Or l’interdiction légale incite à la transgression de l’interdit. Au Pérou, le narcotrafic est un fait ancien et si répandu qu’en prison il n’est pas communément perçu comme un délit. Le TID constitue un motif d’incarcération tellement courant qu’il en devient commun et presque banal. C’est pour cette raison qu’il sert souvent de masque pour certaines détenues péruviennes. En effet, s’il paraît aisé de confesser un vol, un détournement de fonds ou une arnaque financière, il est plus difficile d’évoquer un kidnapping et encore moins un homicide. C’est précisément les femmes coupables d’homicides ou de kidnapping qui prétendent être en prison pour trafic de drogue. Celles qui se cachent derrière ce motif se déculpabilisent vis-à-vis d’elles-mêmes et préservent ainsi le déshonneur induit par un crime de sang. Elles se protègent également de leurs codétenues qui, pouvant les juger dangereuses, pourraient les maintenir à l’écart 26[Pérez Guadalupe, 2000 : 215]. m. I. Cunha écrit à ce sujet :

« Outre que la variété des délits est proportionnellement […] réduite, même les crimes contre la propriété sont associés à la toxicomanie. “On est toutes là pour drogue”, me disait une détenue […]. “On est toutes ensemble avec les criminelles”, m’affirmait une autre, entendant par “criminelles” celles qui avaient été condamnées pour homicide. L’homicide est en effet globalement le seul crime qui institue désormais une frontière tangible entre les détenues, pouvant constituer un instrument de disqualification […]. Néanmoins il n’est pas très présent en tant que tel dans la sociabilité quotidienne, et de toute façon la proportion des détenues condamnées pour ce crime est très réduite » [Cunha, 2001 : 81-87].

22D’après nos observations, aucune femme de Santa Mónica n’est particulièrement discriminée par ses codétenues pour le délit ou le crime qu’elle aurait commis. Dans un milieu aussi fermé que celui de la prison, le motif d’incarcération est rapidement connu et répandu parmi les femmes. En mars 2009, alors que je rendais visite à une détenue avec qui j’avais conservé de bonnes relations et maintenu le contact depuis l’enquête de 2007, elle me racontait ainsi, au sujet d’une femme récemment incarcérée : « Tu vois cette femme là-bas, elle a tué son mari, elle en avait marre, il la battait tout le temps. Mais je sais pas si c’est vrai, hein, c’est ce qu’on dit. »

23Ce témoignage nous permet d’avoir une idée de la diffusion des « ragots » en prison, sur le même modèle qu’à l’extérieur. Finalement, même s’il peut exister une première appréhension envers les criminelles, l’ensemble des détenues cohabite de manière pacifique, les trafiquantes de drogue se mêlant facilement aux voleuses ou aux meurtrières. Cette cohabitation pacifique vient également du fait que le centre de détention Santa Mónica est une prison dite de « Mínima seguridad », de faible sécurité, les délinquantes ou criminelles jugées dangereuses ou problématiques sont recluses dans la prison de haute sécurité pour femmes de Lima.

  • 27 « Alrededor de 3,3 toneladas de droga fueron decomisadas en el 2008 », El Comercio, Éd. du 01.01.0 (...)
  • 28 Au Pérou, on désigne communément ces femmes sous le terme de « burrier ». ce néologisme a été créé (...)

24En 2008, selon la Direction Nationale Anti-Drogue, plus de trois tonnes de cocaïne ont été saisies au Pérou27. Toutes les détenues étrangères de Santa Mónica ont été arrêtées pour trafic de drogue, à l’exception d’une femme résidant au Pérou qui est accusée de trafic de cartes bancaires. Les étrangères sont recrutées dans leur pays d’origine par des membres de bandes organisées, elles sont les « mules »28, c’est-à-dire le dernier maillon de la chaîne du trafic de drogue, pour reprendre les termes de Yolanda, une détenue espagnole : « J’ai beaucoup appris ici, j’ai appris que je suis le petit maillon de la chaîne, je suis le tout petit maillon. »

  • 29 Durant notre enquête, une dizaine de détenues se préparaient à présenter leur travail théâtral au (...)
  • 30 Les articles 297, 298 et 299 du Code Pénal péruvien prévoient des peines variables en fonction des (...)

25Comme les détenues l’illustrent dans une de leurs pièces de théâtre29, elles sont sollicitées par des « recruteurs » dans la rue, dans une discothèque ou simplement incitées par une connaissance ou un ami déjà recruté à faire le voyage vers le Pérou en échange d’argent. Les sommes promises varient a priori en fonction de la quantité ramenée. D’après les témoignages recueillis, on leur propose de toucher entre 500 et 3 000 €, pour transporter entre un et cinq kilos de cocaïne. Le billet d’avion et les frais d’hébergement et d’alimentation sur place sont pris en charge par le réseau. Précisons que la quantité initialement prévue est parfois inférieure à ce qui est réellement donné sur place. Par exemple, deux jeunes Hollandaises de 18 ans qui devaient transporter quatre kilos de cocaïne ont été arrêtées avec quatorze kilos. Une telle quantité leur ôte tout espoir de réduction de peine30. Les techniques employées pour le transport de la cocaïne sont variées. La drogue – peut être plus ou moins bien cachée – dans les bagages, collée sur le corps par petits paquets épars ou encore ingérée par capsules et conservées à l’intérieur du corps. Cette dernière technique est notamment employée par les femmes enceintes. Leur grossesse leur interdisant de se soumettre aux contrôles par rayons X, elles constituent des mules faciles et leur état les protège a priori de tout soupçon. Pourtant la méthode étant connue par les services antidrogue, les femmes seules et a fortiori les femmes enceintes sont susceptibles de se faire repérer du fait qu’elles ne voyagent presque jamais accompagnées lorsqu’elles effectuent le trafic. Malgré le risque d’éclatement d’une capsule qui entraînerait le décès de la mère et de l’enfant, nombreuses sont celles qui font le pari. En novembre 2007, on dénombrait 63 femmes enceintes ou avec un enfant à Santa Mónica ; ce chiffre a légèrement baissé en 2009 pour atteindre 47 mères et 48 enfants [INPE, 2009]. Les détenues qui ont un enfant en prison y sont arrivées enceintes puis ont accouché à l’hôpital public. Il est important de préciser que certaines femmes entrent en prison sans savoir qu’elles sont enceintes. Nous verrons ce sujet en détail plus loin.

26Marcela Lagarde distingue deux catégories de femmes incarcérées pour trafic de drogue [Lagarde, 1990]. La première représente les femmes qui sont impliquées dans le trafic de drogue par le biais de leur conjoint, mari ou fiancé. C’est le cas de nombreuses détenues dont nous avons recueilli le témoignage à Santa Mónica. Ainsi relate Elena, une détenue espagnole au cours d’un entretien :

Moi : « Es-tu venue seule ?
Elena : Non, je suis venue avec mon copain. Mon copain est arrivé [en Espagne], il est libre, et moi en prison.
Moi : Il était venu avec toi pour faire ce trafic ?
Elena : Oui, oui ! Il est venu avec moi.
Moi : mais toi seule a emporté la drogue ?
Elena : Non, lui aussi il en a emporté. Mais il est parti avant et moi…
Moi : Et il a gagné ?
Elena : Oui, et moi j’ai perdu, mais c’est mieux comme ça. »

27L’homme apparaît à travers le discours de ces femmes comme le meneur, le décideur, en un mot le coupable, et même dans les cas où l’homme qui les accompagnait ne se trouve pas être le conjoint, c’est lui qui organise le trafic, comme le démontre le récit de Nieve qui figure ci-avant.

28La seconde catégorie définie par Lagarde est formée par les femmes qui sont amenées à commettre le délit de faire entrer de la drogue dans les prisons par leur conjoint détenu. Dans ce type de situation, Lagarde compare le vagin à un « véhicule », la femme est prise pour objet, pour ce qu’elle peut apporter de matériel à l’homme dont elle est éprise. Ainsi est conforté le modèle patriarcal, comme l’indique María Noel Rodríguez, membre de l’Institut latino-américain des Nations unies pour la Prévention du Délit et le Traitement du Délinquant (ILANUD) : « Le trafic de drogue est une activité qui permet souvent aux femmes de continuer à jouer les rôles qui leur ont été assignés culturellement, celui de mère, d’épouse et maîtresse de maison. » [Rodríguez, 2005, p. 22]. Les femmes qui commettent ces actes le font dans le but de conserver l’affection de leur conjoint. D’autre part, on retrouve l’assignation du rôle de la mère dans la description effectuée plus haut : c’est dans le but de subvenir aux besoins de leurs enfants que nombre de femmes se retrouvent impliquées dans le trafic de drogue, notamment dans le cas des foyers monoparentaux. Ainsi l’explique une détenue péruvienne qui purge sa troisième année de prison :

Elena P.V. : « Si je me suis mise là-dedans, c’était pour aider mes trois enfants. J’ai un fils qui est en prison. Il est à Lurigancho, mais pas pour TID, pour autre chose, et moi je l’aidais, parce que ce n’est pas comme ici, là-bas tu achètes ta cellule, j’ai acheté une cellule à mon fils, et il ne mangeait pas, ok, moi je payais le restaurant et en plus je lui laissais de l’argent. J’ai une fille aussi, elle a tellement pas de chance que son mari, le père de mes trois petits-enfants, il travaillait à Mi Vivienda [programme étatique de construction de maisons pour les Péruviens les plus démunis]. J’ai dit à ma fille, tu dois le comprendre car en ce moment il ne travaille pas. Il est tombé du quatrième étage ; il s’est raccroché mais il a failli s’arracher le bras. Finalement heureusement il a été sauvé mais il ne peut pas bouger parce qu’il risque une gangrène, c’est ce que dit le médecin. Alors moi je l’aidais. En fait, j’avais presque la charge de trois personnes […]. Au total j’ai quatre enfants, trois qui sont grands et le dernier, celui de 13 ans, lui, c’est le petit ».

29Comme il a été décrit plus haut, nombre de détenues de Santa Mónica sont des mères seules dont les ressources proviennent majoritairement du travail informel et ne suffisent pas à l’entretien de leur famille. Rodríguez souligne que « la haute rentabilité du trafic de drogue versus la faible rentabilité du travail féminin, surgit comme un facteur décisif pour entrer dans le trafic de stupéfiants, car il apparaît comme une activité qui génère des gains impossibles à obtenir par d’autres biais, que ce soient des travaux formels ou informels » [Rodríguez, 2005 : 22].

30Ainsi que nous l’avons vu jusqu’à présent, les femmes détenues à Santa Mónica connaissent une situation socioéconomique qui relève des couches sociales les plus basses de la société. Nous verrons donc maintenant pourquoi Galeano écrit, avec une ironie non dissimulée, que « la construction de prisons est le plan d’habitat que les pauvres méritent. » [Galeano, 2008 : 320].

Notes

1 Notons à titre indicatif que 1 sol vaut environ à 0,25 euro.

2 Disponible sur le site web www.inei.com.pe. Nous nous intéressons particulièrement aux statistiques liméniennes pour deux raisons. D’abord, ce sont celles qui sont le plus régulièrement tenues à jour par l’Institut National de Statistiques et d’Informatique (INEI), ensuite la grande majorité des femmes péruviennes incarcérées à Santa mónica vivaient à Lima lors de leur arrestation.

3 Dans un article intitulé « Reflexiones sobre como enfrentar las necesidades de las mujeres », Kate Young met l’accent sur la nécessité de distinguer la condition et la position de la femme. La condition renvoie à l’état matériel dans lequel se trouve la femme, tandis que la position renvoie à sa situation sociale et économique par rapport à celle des hommes. [Guzmán, Portocarrero, 1991 : 15-54].

4 Dans les années 1990, la Banque mondiale et le Fonds monétaire International ont mis en place le Consensus de Washington afin de faire face à la « décennie perdue » des années 1980 durant laquelle l’ensemble des pays d’Amérique latine avait connu un endettement record. Pour davantage de détails sur le sujet, lire l’analyse critique de Joseph Stiglitz, La Grande Désillusion, Paris, Fayard, 2002.

5 La question de l’émergence du continent est exposée sous de nombreux aspects, notamment économiques, politiques et culturels, dans l’ouvrage d’Olivier Dabène, Atlas de l’Amérique latine, Paris, Autrement, 2006.

6 « El Perú avanza » ou « El Perú progresa » est un slogan que l’on retrouve sur les panneaux qui informent la population péruvienne des travaux mis en œuvre par le gouvernement actuel d’Alan García. Il en était de même sous celui de son prédécesseur, Alejandro Toledo.

7 Coline Cardi, « La difficulté de penser la délinquance au féminin : le rapport de l’altérité », Intervention Genève, soirée « La Délinquance au féminin », disponible sur Internet.

8 Coline Cardi, op. cit.

9 Le détail des ateliers proposés aux femmes de Santa mónica sera spécifié dans le chapitre III.

10 Littéralement « village jeune ». Cette expression désigne les terrains situés aux abords de la ville de Lima, qui ont été envahis par les migrants andins depuis les années 1970 et qui se constituent peu à peu en de nouveaux quartiers. Le district actuel de Villa El Salvador constitue un exemple emblématique. mariano Castro, Gustavo Riofrío, « La regularización de las barridas : el caso de Villa El Salvador (Perú) » in El acceso de los pobres al suelo urbano, Mexico, Centro de Estudios mexicanos y Centroamericanos. CEMCA-Universidad Autónoma de México. UNAM, Instituto de investigaciones sociales, 1997, p. 45-88.

11 Le Centre de Jeunes Hermelinda Carrera est l’équivalent liménien des anciennes maisons de correction françaises, devenues aujourd’hui les centres d’éducation renforcés, en ce sens qu’il accueille les délinquantes mineures.

12 Sur le travail des adolescents à Lima, lire Robin Cavagnoud, Les adolescents travailleurs de Lima entre école et stratégies de survie. Thèse de doctorat soutenue le 19 décembre 2008 (sous la direction de María Eugenia Cosío Zavala), IHEAL- Université Paris III, Sorbonne Nouvelle, 418 p.

13 D’après le néologisme « drogodélinquants » employé par l’auteur dans l’article.

14 La distinction entre détenues étrangères et péruviennes est nécessaire comme nous le verrons plus loin.

15 Les prisonnières politiques et de droit commun sont en effet séparées depuis 1993. Un article de El Comercio intitulé « Hacinamiento en cárcel de Chorrillos terminará con dos nuevos pabellones » mentionne l’ouverture de Chorrillos II, prison réservée aux détenues politiques qui y entrent alors au nombre de 192. El Comercio, éd. du 20.02.93. Sur le cas particulier des détenues politiques, lire Camille Boutron, Genre et conflit armé : la trajectoire des femmes combattantes du conflit armé interne péruvien (1980-2000) et leur réintégration à la société civile comme éléments d’interprétation de la réconciliation nationale, thèse de sociologie sous la direction de marie Eugénie Cosío Zavala, Institut des Hautes Études de l’Amérique latine, Paris III-Sorbonne Nouvelle, 2009, 568 p.

16 Le salaire minimum au Pérou est de S./550 mensuel, soit environ 130 euros. Or, même si nos données chiffrées sont partielles, la majorité des détenues interrogées déclare gagner moins que cette somme et être en situation de besoin économique.

17 Selon une enquête réalisée par la fondation Flora Tristán, chaque année sont pratiqués quelque 350 000 avortements clandestins au Pérou, ce chiffre atteindrait 410 000 en 2005 selon Susana Chávez, directrice du Centre de promotion et de défense des droits sexuels et reproductifs. Disponible sur www.flora.org.pe et www.mujereshoy.com.

18 D’après la bibliothécaire de Santa Mónica, le nombre d’analphabètes s’élevait à trente-trois en 2007. D’après les statistiques de l’INPE, l’analphabétisme touchait trente-sept femmes en novembre 2007. Pour ces statistiques et les suivantes, se référer aux statistiques de l’INPE en annexe.

19 D’après l’INPE, en novembre 2007, 30 femmes incarcérées à Santa Mónica avaient terminé leurs études universitaires et 40 les avaient entamées sans les achever.

20 Selon l’INPE, 496 femmes incarcérées n’auraient pas terminé leurs études secondaires et 201 n’auraient pas terminé le primaire.

21 À ce sujet, lire notamment : Robin Cavagnoud, op. cit., Alexia Van der Gracht de Rommerswael, La migration des enfants travailleurs au Pérou. Mémoire de maîtrise (sous la direction de Polymnia Zagefka), IHEAL, Université Paris III, Sorbonne Nouvelle, 2003. Consulter également www.unicef.fr et www.manthocperu.org.

22 Disponible sur www.inei.gob.pe. Aucune donnée actualisée n’est malheureusement disponible mais au vu de la situation observée à Santa Mónica, a priori ces statistiques demeurent à peu près inchangées.

23 Cette étude est citée par plusieurs défenseurs de la culture de la coca, notamment l’association de défense des Droits de l’Homme et de l’environnement Mama Coca et l’association péruvienne des consommateurs, ASPEC. Pour plus d’informations sur ces associations, consulter leur site internet, respectivement www.mamacoca.org et www. aspec.org.pe. Consulter en annexe le tableau sur les valeurs nutritionnelles de la feuille de coca établi à partir de l’étude citée.

24 Le Pérou est le pays du monde dont les habitants consomment le plus de plantes, avec 4 500 types utilisés par la population. Le Guide du Routard, Hachette, 2008-2009.

25 « El 75 % está detenido por droga », Hoy, Éd. du 20.07.84.

26 Contrairement à la prison d’hommes de Lurigancho, le statut de secuestrador [kidnappeur] n’est pas perçu comme prestigieux au sein de l’organisation hiérarchique délictueuse de la prison de femmes Santa Mónica. A priori, ce type de hiérarchie est d’ailleurs inexistant chez les femmes.

27 « Alrededor de 3,3 toneladas de droga fueron decomisadas en el 2008 », El Comercio, Éd. du 01.01.09.

28 Au Pérou, on désigne communément ces femmes sous le terme de « burrier ». ce néologisme a été créé à partir de buro et de courrier, c’est-à-dire l’âne et la livraison. Il apparaît entre 1995 et 1996. In Caretas, n° 1428, 22.08.96.

29 Durant notre enquête, une dizaine de détenues se préparaient à présenter leur travail théâtral au concours Teatro Penitenciario II organisé par l’INPE.

30 Les articles 297, 298 et 299 du Code Pénal péruvien prévoient des peines variables en fonction des quantités de drogue détenues ou trafiquées. Le Code d’exécution pénale interdit les bénéfices pénitentiaires (remises de peine ou liberté conditionnelle) pour les personnes concernées par l’article 297. D’après le Code Pénal et l’intervention d’un Fiscal de la Nación qui dicta à l’EP Santa Mónica une conférence sur les droits des prisonniers le 08.10.07.

Table des illustrations

Légende Source : INPE.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/117/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 385k

© Éditions de l’IHEAL, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540