Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pouvoir local, régionalismes, décentralisation

 | 
Jean Revel-Mouroz

II. Stratégies et pouvoirs en milieu urbain et dans les métropoles

Conflits municipaux et émergence de nouvelles territorialités dans la région métropolitaine de Recife

Martine Droulers et Jan Bitoun

Texte intégral

1Quel est le sens des conflits sociaux autour des affaires de la cité, dans l'actuelle transition vers la voie démocratique que tente le Brésil ? Est-ce qu'après vingt ans de régime autoritaire qui s'efforça d'imposer des relations sociales et politiques aseptisées, techniquement neutres, l'idée se consolide que la société peut fonctionner en travaillant politiquement ses conflits ? On étudiera ces transformations à l'échelle de Recife, la plus grande agglomération du Nordeste du Brésil.

2Quelle est l'influence de l'espace dans le conflit social ? en s'inscrivant spatialement est-ce qu'il change de forme et de sens ? On prendra le parti de séparer dans notre analyse les conflits de territoire et ceux de pouvoir, tout en sachant pertinemment qu'ils sont intrinséquement liés et interdépendants.

CONFLITS DE TERRITOIRES

3Le contrôle et l'appropriation du sol urbain sont des enjeux municipaux de première importance qui engendrent des conflits entre les acteurs sociaux urbains (ingénieurs, promoteurs, résidents, usagers...) et les autorités municipales obligeant chaque groupe à une définition plus précise de son rôle et de l'exercice de ses compétences.

LIMITES COMMUNALES

  • 1 Voir le document de recherche CREDAL - Équipe Brésil - n° 10, juin 1986, "Pouvoir local et enjeux (...)

4De nombreux territoires communaux ont été délimités très récemment au Brésil ; par exemple, le Nordeste comptait 584 communes en 1940, 903 en 1960, 1375 en 1970 et 1416 en 1986. Sur ce total les deux tiers sont des communes rurales et comptent moins de 20 000 habitants. Depuis une décennie, le phénomène d"'émancipation municipale", selon la traduction littérale du brésilien pour "création de communes", stagne en zones rurales et progresse essentiellement en zone urbaine où le territoire communal devient un nouvel enjeu de pouvoir1.

5La région métropolitaine de Recife - RMR - instituée en 1974 sur 2200km2, se composait il y a dix ans de neuf communes et 38 districts, trois d'entre eux ont été élevés, en 1982, au rang de communes : Camaragipe, Abreu e Lima et Itapessuma. Ils comptaient respectivement 67 000, 47 000 et 12 000 habitants. La création de ces nouvelles entités politico-spatiales souligne l'importance de la croissance urbaine et la volonté de gérer des territoires à plus grande proximité des habitants.

  • 2 La zone ouest comprend les communes de Moreno, Jaboatão, Camaragibe, São Lourenço da Mata. La zone (...)

6Parmi les douze communes métropolitaines de Recife2, celle d'Olinda est spécifique à plus d'un titre. De création urbaine coloniale, elle a fêté son 450ème anniversaire en 1985 et conserve un patrimoine foncier fort étendu : des terres dans la Bahia et aux fins-fonds de Pernambouc lui paient encore un tribut, plutôt symbolique. Son rôle de capitale lui a été ravi par Recife en 1827 et elle est devenue peu à peu la cité-dortoir de sa voisine où les activités industrielles et commerciales florissaient. Elle a même perdu une partie de sa fonction de loisir lorsque la plage de Boa Viagem, équipée, devint l'attraction balnéaire de l'agglomération. Elle n'a profité d'aucun développement industriel, son sous-sol contenait pourtant de la phosphorite. Ainsi, d'un territoire communal de quelques centaine de km2 au début du siècle, elle s'est retrouvée avec 29km2 selon l'IBGE. Elle semblait payer sa décadence par l'effritement de son territoire communal. La superficie octroyée par l'IBGE ne fait pourtant pas l'unanimité : le SERFHAU lui donnait 36 km2 en 1973, l'organisme d'aménagement métropolitain -FIDEM-42km2 et le maire en revendiquait 53 en 1980. L'affaire suit son cours dans les labyrinthes de la Justice et si Olinda revendique l'espace physique pour faire face à son expansion démographique (sa population est estimée en 1985 à 335 000 habitants) elle met aussi en avant son glorieux passé : pourquoi une des plus anciennes cités du Brésil se retrouve avec un des territoires communaux les plus réduits ?

7La frontière litigieuse n'est pas tant au sud avec Recife, dont elle est séparée par le fleuve Beberibe, qu'au nord avec Paulista, commune créée en 1928, autour d'usines textiles et de cités ouvrières, et qui est passée de 52 000 habitants en 1960 à 165 000 en 1980. La croissance urbaine fait que le territoire devient un enjeu pour les finances municipales et la question des limites exige maintenant la précision topographique : à quelle municipalité les habitants des nouveaux quartiers paieront-ils leurs impôts locaux ? et particulièrement ce fameux IPTU (impôt sur la construction et le sol urbain) qui n'est perçu que sur 50 à 60 % du bâti des grandes villes brésiliennes et que les administrations municipales s'efforcent maintenant de percevoir plus complètement.

8L'entité territoriale de la région métropolitaine connait donc d'anciens et de nouveaux problèmes de limites et son ensemble reste dominé par la commune de Recife qui regroupe la moitié des habitants sur à peine 10 % du territoire de la RMR et demeure le chef de file des aménagements urbains.

APPROPRIATION DU SOL URBAIN

9Des conflits territoriaux d'une autre nature sont relatifs au droit à habiter.

  • 3 Voir l'excellent article de Joaquim de Arruda Falcão Neto et Maria Angela de Almeida Souza sur "Mo (...)

10Le site deltaïque de Recife oblige à des terrassements qui se font progressivement3. A partir des années 1920, les mangroves, jusque-là réservées aux baraques des pauvres, appellées les mocambos, commencent à présenter un intérêt pour les classes les plus riches qui installent des maisons commerciales au bord des voies d'eau et cherchent à profiter de ces réserves de bois et de poissons. Les classes les mieux dotées se mettent à exercer un droit de propriété sur ces terrains appartenant au domaine de la Marine depuis 1831, par l'intermédiaire d'un foro, plutôt symbolique qu'elles versent au gouvernement fédéral. Fortes de ce privilège, elles détruisent les mocambos ou se mettent à exiger le paiement d'un loyer. La mairie aussi à partir de 1939, expulse les pauvres des zones centrales inondables, car ces terrains prennent de la valeur. A cette époque, dans une ville où plus du sixième de la population est sans emploi, 12 000 mocambos sur les 45 000 recensés sont démolis pour laisser la place à de grands axes routiers et à d'importantes opérations immobilières. Les pauvres refluent alors vers les zones de collines. Le droit à résider s'affaiblit devant le droit à spéculer et c'est pour défendre ce droit à résider que les premières invasions, avec les caractéristiques d'une lutte collective organisée, surgissent dans les années 60.

11La favela dénommée "Planète des singes" est démonstrative d'un cas d'invasion. Sur un terrain de quelques dizaines d'hectares, dans le quartier périphérique de Tejipio, plusieurs centaines de familles sinistrées par les inondations de 1975 vinrent édifier des baraques. Le propriétaire, qui n'est autre que l'Institut de Prévoyance Sociale, en appelle à la force publique pour faire expulser les envahisseurs. Deux cents baraques en construction sont démolies par la police, mais une soixantaine de familles déjà installées parviennent à demeurer sur place. Malgré la vigilance policière, les habitants recommencent à construire de nuit. Ils reçoivent le soutien de Dom Helder Camara et de la Commission Justice et Paix, s'organisent, désignent un responsable par groupe de dix familles, font circuler l'information, cherchent à négocier avec les autorités municipales, obtiennent l'eau, l'électricité, puis des matériaux pour aménager des voies de circulation. Le quartier s'étend ainsi dans une sorte de semi-clandestinité. Il faudra attendre novembre 1986, pour que le Ministre de la Prévoyance Sociale, en voyage officiel à Recife vienne lui-même signer le décret de donation de la terre aux cinq mille familles occupantes.

12Ce type de conflit révèle la combativité des mouvements sociaux urbains dans une partie où les promoteurs affirment avec force leur bon droit et où la municipalité s'efforce d'imposer quelques règles du jeu. L'une d'elles est l'institution de ZEIS -Zones Spéciales d'Intérêt Social-promulguée dans la loi d'usage du sol urbain de la ville de Recife (1983). Vingt-trois ZEIS sont définies dans un premier temps, alors que Recife compte 147 zones d'occupation irrégulière. Des dispositions urbanistiques particulières devraient être mises en application dans les quartiers d'invasion pour garantir le droit de propriété aux habitants, éviter la spéculation immobilière et dresser des plans d'urbanisation. En mai 1986, un projet de loi est soumis au nouveau maire, pour obtenir de nouvelles délimitations et la mise en place de mécanismes de protection de l'enregistrement des immeubles, la taille maximum des lots est fixée à 150 m2 et un cadastre établira le modèle moyen du lot de chaque zone. Les habitants en association peuvent maintenant revendiquer auprès des autorités municipales leur insertion dans de nouvelles ZEIS et obtenir l'élaboration de PREZEIS -Plan de Régularisation des Zones Spéciales d'Intérêt Social-. Depuis 1986, des campagnes de conscientisation sont entreprises dans tous les quartiers d'invasion avec la distribution de bandes dessinées démontrant la nécessité de lutter ensemble et aussi de forcer les conseillers municipaux à se battre pour obtenir l'élargissement et l'application de la loi d'usage du sol au bénéfice des plus démunis et contre la spéculation foncière urbaine.

  • 4 Voir l'intéressante approche d'Alexandrina Sobreira de Moura dans les Cadernos de Estudos Sociais,(...)

13Si les invasions désorganisent la structure urbaine, elles sont aussi des remises en cause fondamentales des cadres institutionnels qui actuellement définissent les relations de propriété et les limites du rôle de l'État4.

  • 5 Présenté au colloque qui s'est tenu à São Paulo en mars 198S sur le thème "Crise et métropoles", p (...)

14Un autre cas de conflit autour de l'appropriation du sol urbain a trait à l'usage du sol public pour le plus grand nombre et non pour le secteur privé. Un cas intéressant5 est celui de la lutte à propos de l'usage d'un terrain de 7 hectares limitrophe du centre de Recife dans le quartier populaire de Joana Bezerra.

15Les grandes lignes de la politique nationale des transports urbains avait conduit la municipalité à aménager ce terrain en zone de stationnement pour que les automobilistes y laissent leurs véhicules et rentrent dans le centre-ville par les transports en commun. Mais, cette conception ne reçut pas l'adhésion du public et l'aire de stationnement resta sans objet. En août 1984, dans la vague de démocratisation qui soulevait le pays, un grand débat est organisé pour discuter sur les trois options d'usage de la zone :

  • le secteur privé poussait à la réalisation d'un grand centre commercial, insistant sur les bénéfices financiers que pourrait en tirer la municipalité et sur le nombre d'emploi créés.
  • un conseiller municipal proposait la création d'un "marché de la ville" pour l'approvisionnement alimentaire et le tourisme, conservant la propriété publique.
  • La population des alentours et particulièrement de la favela du Coque, réclamait un espace de loisir et de culture.

16La municipalité garda le silence jusqu'en janvier 1985, où par un message urgent au Conseil Municipal, elle réclamait l'aliénation privée de la zone. Dix-sept associations se mobilisèrent immédiatement pour que le projet soit retiré. Elles obtiennent la constitution d'une commission chargée de proposer un usage du sol pour la zone de stationnement. Le grand objet de discussion tournait autour de l'aliénation d'un bien public, de la vente du patrimoine public au bénéfice des segments privilégiés de la société. La question est toujours en suspens, la zone ne cesse de se valoriser, surtout depuis la mise en fonctionnement du métro aérien de Recife (octobre 1986), dont Joana Bezerra constitue la deuxième station au départ du centre.

DEFINITION D'ESPACES FONCTIONNELS PAR LA MUNICIPALITE

17Les professionnels de la municipalité s'efforcent, pour leur part, de délimiter des espaces fonctionnels nécessaires à l'établissement des réseaux et du zonage urbain. Par exemple, la métropole de Recife a été divisée en 172 unités de référence pour un meilleur relevé de l'assiette de l'impôt, à partir d'orthophotoplans et de cartographie automatique, matériel obtenu grâce à un programme de coopération avec l'Allemagne Fédérale. Les habitants, quant à eux, ont le souci d'obtenir des améliorations pour leurs quartiers, de faire reconnaître leur espace social. Cependant, la délimitation des quartiers n'est pas précise.

18En 1986, l'administration du nouveau maire socialiste de la ville de Recife, Jarbas Vasconcelos, présente une division en 12 régions politico-administratives de la commune (208 km2 et 1480 000 habitants), regroupant 93 quartiers. Outre les similitudes du tissu urbain, le but de cette division est de prendre en compte les dynamiques sociales qui modèlent ces espaces et plus spécifiquement d'identifier les associations de quartier. Celle-ci sont particulièrement nombreuses à Recife, plus de 300 y ont été répertoriées. Au niveau municipal : contrôle-t-on mieux un territoire urbain en y découpant de multiples quartiers ?

19Dans les quartiers où les équipements urbains font défaut, les habitants s'organisent et la lutte en commun consolide un espace qui conquiert son identité et s'intègre peu à peu au tissu urbain. Par exemple, Casa Amarela, le plus important quartier populaire de Recife qui, selon la municipalité, compte plus de 250 000 habitants (alors que pour l'IBGE, le district de Casa Amarela compte 187 000 habitants) et regroupe 16 quartiers (un par colline) et plus de 90 associations, avec une tradition de lutte collective et de mouvements populaires combatifs ayant abouti à une organisation populaire passablement autonome, ce qui n'est pas sans inquiéter le pouvoir qui s'efforce de briser ce trop important ensemble de revendications. La question du découpage interne de la ville reste posée, les divisions spatiales se superposent les unes aux autres.

COMMUNE DE RECIFE : évolution de la population par districts

COMMUNE DE RECIFE : évolution de la population par districts

Source : recensements IBGE

COMMUNE DE RECIFE : caractéristiques des régions politico-administratives

COMMUNE DE RECIFE : caractéristiques des régions politico-administratives

Source : Mairie de Recife-1986.

  • 6 Dans Espaces, Jeux et Enjeux, Fondation Diderot/Fayard Paris 1986, p. 100-102.

20Les douzes régions politico-administratives résultent donc d'un regroupement des quartiers à partir des problèmes urbains que l'on y trouve, des caractéristiques géographiques et des articulations entre les organisations du mouvement populaire. Et, comme le souligne André Vant, si "l'intervention sur l'espace est devenu un mode privilégié de gestion du social, l'ensemble des relations sociales peut aussi être affecté par l'organisation spatiale", le séparatisme spatial pouvant être considéré comme l'essence de la conscience de classe ainsi que le suggère l'hypothèse d'Hobsbawm6.

CONFLITS DE POUVOIR

21Chaque conflit de territoire est au fond l'expression d'un conflit de pouvoir dont l'approche s'opère par une grille d'analyse avec des référents de nature politique.

TRADITION ET MODERNITE DANS L'EXERCICE DU POUVOIR MUNICIPAL

22L'exécutif municipal est entre les mains du maire élu pour six ans au suffrage universel. Le pouvoir législatif est l'apanage du Conseil Municipal. Les conseillers municipaux (vereadores) jouent un rôle important d'intermédiaire entre les habitants et le pouvoir exécutif municipal. Ils manient avec emphase ce rôle pour s'attacher une clientèle, obtenir leur réélection ou se présenter à la députation. Leur "fief électoral est le plus souvent clairement spatialisé, ils sont les représentants de tel ou tel quartier. Hommes politiques de terrain, ils essaient d'obtenir des dérogations ou des autorisations sur les permis de construire, ou le droit d'utiliser les équipements de la municipalité dans leur zone d'influence ou encore de bloquer au conseil municipal les propositions du maire. Ils sont souvent considérés comme conservateurs, représentants d'un pouvoir qu'ils exercent de façon traditionnelle, ils arrangent les problèmes après-coup.

23Par opposition, de nombreux agents municipaux prennent des options plus modernistes, travaillant pour le long terme et mettant en pratique des formes de concertation. On distinguera cependant les ingénieurs traditionnels, compromis avec les entreprises de construction, consommant des grands équipements et des tonnes de ciment ; et les ingénieurs partisans des travaux à réaliser avec les habitants, adeptes de la technologie alternative. Ceux-ci traduisent et canalisent les demandes d'équipement des quartiers en hiérarchisant les priorités. Ils sont à la recherche d'efficacité dans la société locale : urbanisation in-situ des favelas respectant les constructions, la forme des rues, instaurant le ramassage manuel et le compostage artisanal des ordures, des canalisations d'égouts passant par les cours et les jardins...

24Les luttes d'influence sont serrées et chacun s'efforce de coopter les associations de quartiers pour réaliser certaines actions et se légitimer . Soit le pouvoir exécutif délègue aux conseillers municipaux la responsabilité des relations avec les organisations populaires, ce qui facilite le clientélisme, soit il s'efforce de nouer avec celles-ci des relations directes à travers le corps des techniciens, encourageant des pratiques participatives qui par ailleurs engendrent des conflits entre pouvoir exécutif et législatif Par exemple, à Recife. le Département d'Action Sociale qui administre les crèches, les centres sociaux, les bourses scolaires, est devenu un lieu d'affrontement constant avec les conseillers municipaux.

25Ces divergences reflètent d'une certaine façon la crise de l'État, souvent mentionnée par les urbanistes que nous avons interviewés et qui dénoncent la structure archaïque du pouvoir, marquée par l"'assistancialisme", l'inefficacité et une législation rigide. Tous se sont plaints de l'hypertrophie du pouvoir central et du manque d'autonomie des gouvernements municipaux dépendants à la fois du technocratisme des cabinets de Brasilia et du clientélisme des gouvernements des états.

PARTICIPATION ET/OU COOPTATION DES ORGANISATIONS POPULAIRES

  • 7 Histoire minutieusement étudiée par Maria do Céu Cézar dans les Cadernos de Estudos Sociais de la (...)

26Les associations de travailleurs et d'habitants sont de puissants groupes de revendication et si quelques leaders en sont cooptés, elles sont le plus souvent exclues de la vie municipale. Pourtant, on trouve dans les quartiers populaires de Recife, une indéniable tradition associative qui remonte à la période de croissance explosive de la ville durant les années 1920-40. Mais, c'est à partir de 1955 que les associations plus organisée sous la gestion du maire socialiste Pelopidas Silveira, dans le contexte de la consolidation d'une alliance des partis de gauche connue sous le nom de "Front de Recife"7. Tout d'abord, la mairie prépare un modèle de statut, stimulant indispensable pour les associations de quartiers dont les revendications avaient trait à l'accès au sol urbain et à l'amélioration des transports collectifs. Puis le maire organise des "audiences populaires" dans les quartiers, tandis que les revendications collectives s'affirment et que les travaux s'organisent en mutirao.

27Des conseillers municipaux essaient de s'opposer à ce qu'ils considèrent être une atteinte à leur base électorale et accusent alors les associations d'être sous l'influence du Parti Communiste. Mais le mouvement s'amplifie et les associations de quartiers s'organisent en 1963 en une Fédération : la FABEP qui tout en continuant à articuler les revendications au niveau mico-local, soutient ouvertement le gouverneur Miguel Arraes dans ses réformes. Ce processus démocratique est interrompu par le coup d'État du 31 mars 1964, de nombreux leaders de quartiers sont alors emprisonnés.

28Le renouveau des mouvements sociaux urbains n'a lieu qu'à la fin des années 60, avec l'opération "Espérance" organisée par Dom Helder Camara pour reconstruire en commun les maisons détruites par les inondations, ce qui a donné naissance aux Conseils des Habitants. Durant 10 ans, ces Conseils sont sous la protection de l'archevêché d'Olinda-Recife et de la Commission Justice et Paix qui cherchent à promouvoir des solutions face au problème des expulsions et aux actes de violence perpétrés par la police et là justice dans les cas d'invasion. Si les associations parviennent à se fédérer autour d'un thème et à promouvoir des manifestations en commun, il est cependant difficile de les faire travailler sur un programme lorsque se met en place la planification participative.

29Dans le RMR, où sur les douze communes, onze sont gérées par des équipes PMDB, on observe l'émergence de pratiques municipales participatives. Leur mise en œuvre est cependant très complexe.

30Ainsi dans la commune d'Olinda, où dans un premier temps le maire de gauche, José Arnaldo, dispose d'un Conseil municipal favorable (quinze membres sur vingt-et-un) après les élections de 1982, mais d'une majorité en réalité divisée par des querelles de "petite politique" :Ainsi, la présence sous l'étiquette du PMDB de conseillers affiliés au PDT, ceux-ci ont petit à petit bloqué la gestion participative que le maire s'efforçait de mettre en place. Dans un deuxième temps, celui-ci a alors encouragé l'établissement de relations directes avec les organisations populaires en s'appuyant cette fois sur le corps des techniciens nouvellement recrutés, ceux-là même qui défendent des solutions alternatives d'équipement urbain, mais cette alliance engendre un autre conflit avec la technocratie municipale traditionnelle.. Toutes ces divisions affaiblissent le projet initial

31A Recife, le maire élu en 1985, jouit d'une réelle popularité personnelle et d'un corps technique compétent nombreux. Il mène une action systématique d'organisation des relations directes entre le pouvoir exécutif et les associations populaires. Le premier pas en a été la création d'un Secrétariat Extraordinaire de Coordination, qui comprend un département de "décentralisation politico-administrative" chargé d'élaborer une banque de données des revendications populaires et un programme intitulé "la Mairie dans les quartiers". Chaque mois, le maire et ses secrétaires tiennent leurs réunions de travail dans les quartiers pour que la population, par l'intermédiaire de ses groupes organisés, puisse prendre part et accompagner tout ce que la municipalité fait dans la ville. L'équipe municipale est, certes, dans l'incapacité de répondre à tous les besoins de la population, mais au moins elle vient en parler sur place, de plus elle légitime les leaders des associations de quartiers qui seront peut-être les échevins de demain. Il est certain que les pratiques participatives permettent en retour à la municipalité d'encadrer le mouvement associatif.

32Le nouveau groupe d'acteurs sociaux formé par les techniciens engagés, soit du point de vue technique et professionnel dans les associations corporatives (architectes, avocats, journalistes, ingénieurs...), soit au plan politique dans le secteur dit "authentique" du PMDB, se révèle essentiel à la viabilisation de la participation populaire dans la mesure où il permet de rendre concrets les "gains" que la population espère. Cependant leur action rencontre des limites en raison de leur petit nombre et de leur instabilité fonctionnelle. Ils circulent entre les administrations communales, celles de l'état fédéré, de l'organisme métropolitain, la SUDENE et même l'administration fédérale. A l'opposé, les conseillers municipaux contrôlent le terrain et semblent attendre que passe la vague ; populistes et clientélistes, ils croient que les transformations se font sans rupture.

33Nous cherchons à réaliser ensemble la cartographie d'un espace urbain différencié par des pratiques sociales qui, localement, permettent l'amorce d'un processus de participation et qui, en d'autres lieux, ne conduisent qu'à des situations de cooptation ou de clientélisme traditionnel ou modernisé. Nous identifierons l'émergence des lieux à gestion territoriale négociée et des lieux à gestion territoriale autoritaire pour l'élaboration d'une cartographie géopolitique de la ville.

Notes

1 Voir le document de recherche CREDAL - Équipe Brésil - n° 10, juin 1986, "Pouvoir local et enjeux territoriaux au Brésil", 70 p.

2 La zone ouest comprend les communes de Moreno, Jaboatão, Camaragibe, São Lourenço da Mata. La zone centrale, les communes de Recife et Olinda. La zone sud comprend la commune de Cabo. La zone nord comprend les communes de Abreu e Lima, Igarassu, Itapissuma, Paulista, Itamaraca.

3 Voir l'excellent article de Joaquim de Arruda Falcão Neto et Maria Angela de Almeida Souza sur "Mocambos de Recife : o direito de morar" dans la revue Ciencia Hoje, Especial Nordeste, mai-juin 1985.

4 Voir l'intéressante approche d'Alexandrina Sobreira de Moura dans les Cadernos de Estudos Sociais, Recife, vol. 1. n° l, janeiro/junho 1985, p. 69-84, sous le titre "Politica e direito : emergência de contradições urbanas e legais" où elle signale que le Droit n'est pas nécessairement médiateur des conflits urbains, qu'il peut au contraire susciter de nouveaux conflits ou aggraver ceux qui existent et que finalement les luttes urbaines révèlent le caractère de classe du Droit.

5 Présenté au colloque qui s'est tenu à São Paulo en mars 198S sur le thème "Crise et métropoles", par Edileusa Oliveira Da Rocha, architecte à Recife.

6 Dans Espaces, Jeux et Enjeux, Fondation Diderot/Fayard Paris 1986, p. 100-102.

7 Histoire minutieusement étudiée par Maria do Céu Cézar dans les Cadernos de Estudos Sociais de la Fondation Joaquim Nabuco, Recife, vol. 1, n° 2, julho/dezembro 198S dans "As organizaçoes populares do Recife : trajetoria e articulaçao politica (1955-1964)".

Table des illustrations

Titre COMMUNE DE RECIFE : évolution de la population par districts
Légende Source : recensements IBGE
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1165/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre COMMUNE DE RECIFE : caractéristiques des régions politico-administratives
Légende Source : Mairie de Recife-1986.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1165/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 123k

Auteurs

Chargée de Recherche au CNRS/CREDAL. Paris.

Professeur à l'Université Fédérale de Pernambouc. Recife.

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter