Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pouvoir local, régionalismes, décentralisation

 | 
Jean Revel-Mouroz

3. Le Municipe

Modernisation agricole et faiblesses du pouvoir municipal

L'exemple de Quevedo, centre urbain intermédiaire de la Costa équatorienne et de son canton

Henry R. Godard et Gaïtan Villavicencio

Texte intégral

1Le canton de Quevedo bénéficie d'une situation géographique favorable dont a profité son chef-lieu Quevedo : contact Costa/sierra ; passage obligé sur la Panaméricaine reliant Guayaquil à Quito, les deux métropoles du pays ; carrefour routier d'importance régionale ; terres tropicales fertiles.

  • 1 La division administrative du territoire équatorien se présente de la manière suivante :

2Si l'espace quévédénien est rattaché à la province de los Rios depuis 1860 -année de création de cette province de la Costa-, il fut d'abord intégré à la Sierra et dépendant du canton de Latacunga. La paroisse de Quevedo appartient successivement au canton de Vinces, puis à celui de Pujilf avant d'être de nouveau rattaché à celui de Vinces. En 1943, la paroisse de Quevedo accède au rang de canton, duquel dépendent les paroisses de Mocache (créée en 1913), Valencia (1944), Buena-Fé (1977) et San Carlos (1983) et les recintos (annexe I)1.

3La première partie, consacrée au développement du canton, mettra en évidence l'étroite corrélation existant entre l'histoire économique -périodes de croissance, de prospérité puis de crise des produits tropicaux destinés au marché extérieur, et redéploiement actuel des stratégies agricoles (modernisation, reconversion et diversification de la production)-, la croissance du pôle urbain cantonal et l'aggravation des problèmes quotidiens auxquels se heurte la majorité de ses habitants.

4La seconde partie cherchera à dégager les causes de cette situation apparemment paradoxale -dynamisme agricole du canton et situation critique dans laquelle se trouve aujourd'hui la ville de Quevedo-, en insistant sur les caractéristiques des structures municipales du chef-lieu de canton et en analysant les faiblesses de ces pouvoirs locaux.

5En conclusion, nous tenterons de répondre à la question suivante : la Municipalité de Quevedo représente-t-elle un cas "atypique" dans l'évolution des pouvoirs locaux équatoriens et dans la lutte qu'ils mènent pour obtenir les ressources financières nécessaires à l'affermissement de l'espace administratif, économique comme un "modèle" des municipalités équatoriennes de la Costa ?

6Il sera aussi nécessaire de dégager les répercussions de la crise sur les structures urbaines et municipales.

I. DYNAMISME AGRICOLE ET CROISSANCE URBAINE INCONTROLÉE

7Les périodes économiques axées sur l'agro-exportation d'un produit tropical ont toutes influé sur la croissance de Quevedo, à l'exception de l'ère cacaoyère (1890/1920).

8La croissance sans précédent de Quevedo est donc intimement liée à la période bananière (1950/1965) qui a permis le désenclavement de certains espaces de la Costa grâce à la construction des infrastructures routières indispensables à l'évacuation des régimes de bananes vers le port principal.

I.1. La période bananière et le développement urbain accéléré de Quevedo (1950/1965)

  • 2 Les informations démographiques, économiques et sociales antérieures à 1950 sont inexistantes ou p (...)

9Si l'ère cacaoyère a peu influé sur la croissance de Quevedo, la deuxième guerre mondiale "a permis" à la paroisse de se développer -exportation du balsa et du caoutchouc- et accéder au rang de canton. Cette période de prospérité de courte durée (1940/1944), fait place au cycle économique bananier qui voit le canton et son chef-lieu entrer dans une dynamique de croissance accélérée. C'est à partir de 1950 que la ville de Quevedo développe ses fonctions commerciales et de services qui caractérisent aujourd'hui ce centre urbain dominant son hinterland agricole2.

10Pendant la période cacaoyère, l'espace se structurait autour du réseau fluvial du bassin du Guayas et le centre en était Guayaquil ; si le port principal reste l'unique débouché pendant l'ère bananière, l'espace s'organise autour du réseau routier. Grâce à l'accroissement des ressources publiques (taxes aux exportations bananières), l'État investit et remédie ainsi au problème de l'absence de voies de communication rapides qui entravait le développement de Quevedo. En 1955 est inauguré le pont V. Ibarra qui unit le centre urbain à la route de Latacunga et en 1965 est achevée une route qui permet aux camions d'éviter le centre-ville.

11L'amélioration des communications permet non seulement d'accélérer le trafic routier entre le port principal et les régions bananières mais encore de faciliter les migrations vers cette région dynamique. Entre 1950 et 1962, la population de Quevedo passe de 4 168 à 20 600 habitants ; le taux de croissance annuel, qui atteint 13,3 % est l'un des plus élevés des centres urbains intermédiaires du

  • 3 Entre 1966 et 1970, le BNF (agence de Quevedo) a octroyé 1 409 prêts (3,5 M de sucres) ; en 1970, (...)

12Si Quevedo profite indirectement -accroissement des revenus de l'État, prêts accordés aux petits exploitants bananiers par l'intermédiaire du Banco Nacional de Fomento (BNF)3 -et directement- la municipalité de Quevedo taxe chaque régime de bananes sortant du canton- de l'ère bananière, l'amélioration des infrastructures urbaines ne touche que le centre-ville qui concentre les activités et les infrastructures (réseau d'eau potable, évacuation des eaux usées, électricité,...). La ville "formelle" et productive est privilégiée au détriment des quartiers d'invasion qui se développent malgré la prospérité économique ; en effet, les possibilités d'emploi sont toujours restées très en retrait du volume de migrants.

13La crise bananière (concurrence des pays d'Amérique centrale, restructuration des firmes multinationales,...) entraîne l'accélération des migrations vers les pôles urbains intermédiaires et vers la métropole de la Costa et nécessite une reconversion agricole de l'espace rural.

I.2. Crise bananière, diversification agricole et spécialisation fonctionnelle de Quevedo (à partir de 1965)

14La crise bananière entraîne une restructuration de l'espace rural autour de productions agricoles tournées vers le marché national et vers l'agro-exportation (mais, riz, oléagineux,...).

15Aujourd'hui, la SAU du canton de Quevedo se répartit ainsi : cacao (50 %) ; maïs (17,6 %) ; café (14,0 %) soja (12 %) ; riz (3,2 %) ; banane (3,2 %).

16Si la culture bananière est passée au second plan, la diversification, la reconversion et la modernisation agricoles ont entraîné l'accroissement du poids du canton, non seulement au sein de l'espace provincial, mais encore à l'échelle nationale : le canton produit 66,5 % du soja cultivé dans la province et 56,1 % du total national ; 47,2 % du cacao de la province et 18,5 % du cacao produit dans le pays ;... (CEDEGE, 1983, pp. 103-104).

  • 4 ÉVOLUTION DE LA CULTURE DU SOJA (1973/1980)
    (...)

17Alors qu'en 1973 le soja n'était encore qu'une culture marginale, en 1980, il était devenu une des bases de la richesse du canton4

  • 5 60,8 % des prêts profitent à l'agriculture, 13,2 % à l'élevage, 10,9 % sont investis dans l'achat (...)

18La réussite de cette restructuration agricole est en partie due à la politique du BNF qui a prêté 1 240 M de sucres (8 470 prêts) entre 1971 et 1980 ; la ventilation de cette somme met en évidence le poids de l'agriculture et de l'élevage (74,0 % des investissements) au détriment des autres secteurs5.

19Quevedo vit de son hinterland agricole et le fait vivre en lui fournissant les services -institutions financières privées et publiques, réparation de machines,...- et les produits -engrais, équipement agricole,...- indispensables à l'agriculture.

  • 6 NOMBRE D'ÉTABLISSEMENTS DANS LE CANTON ET LA VILLE DE QUEVEDO (1982)
    (...)
  • 7 Plus de 70,0 % des prêts octroyés par le BNF à l'industrie et à l'artisanat sont destinés à la pet (...)

20Si le centre de Quevedo s'est donc spécialisé fonctionnellement, l'agriculture n'a pas imprimé de dynamique industrielle ; la diversification agricole n'a pas entraîné de diversification des fonctions urbaines puisque l'agro-industrie et le secteur industriel sont peu développés6, alors que le commerce et les services sont hypertrophiés par rapport à la taille de la ville7 ces fonctions d'appui au secteur agricole font de Quevedo un centre urbain dont l'influence est extra-cantonale.

  • 8 Bien que le taux annuel de croissance démographique ait diminué -13,3 % entre 1950 et 1962, 6,4 % (...)

21Cette richesse agricole et cette prospérité urbaine n'ont pas entraîné l'amélioration des infrastructures dans leur ensemble et n'ont pas profité à toutes les catégories sociales. Si l'attraction de Quevedo est évidente -la population est passé de 20 600 en 1962 à 43 100 en 1974, 67 000 en 1982 et 83 500 en 1987 (projections pour l'année 1987) les migrants, bien souvent sans emploi, doivent occuper illégalement certaines terres urbaines en raison de leur impossibilité d'accéder au marché "formel" de l'habitat8.

I.3. Dynamique agricole et aggravation des problèmes urbains

22En raison de la crise bananière, de la restructuration des haciendas dans une optique de modernisation et de diversification -concentration de la propriété, modernité et technicité de certains travaux agricoles contrastant avec l'archaïsme de la récolte, ce qui entraîne un taux de sous-emploi très élevé-, de l'échec de la réforme agraire de 1964, du moins pour les petits propriétaires et de l'attraction du pôle urbain cantonal, Quevedo se heurte à de graves problèmes.

23"Surmontant avec enthousiasme et persévérance les limitations d'ordre économique, le personnel municipal et le maire,..., ont obtenu le financement d'infrastructures indispensables, ce qui prouve le désir du pouvoir local d'administrer dignement les intérêts de la population...

24Sans pécher par optimisme, on peut anticiper en affirmant que les démarches nécessaires à l'obtention du financement qui permettra de réaliser le réseau d'égouts du chef-lieu de canton et des paroisses qui en dépendent se solderont par un succès" (MUNICIPALIDAD DE QUEVEDO, 1980, p. 8).

  • 9 La ville est divisée par le fleuve Quevedo en deux secteurs : le "centre", au sens d'aire centrale (...)

25Malgré les discours remplis d'optimisme et de satisfaction des autorités municipales, les problèmes urbains auxquels se heurtent quotidiennement les habitants de Quevedo sont de plus en plus aigus9.

26La CEDEGE est certainement plus réaliste, en affirmant que : "... les invasions de terres sont devenues si nombreuses que les projets d'installation ou de développement des réseaux d'eau potable et d'égouts seront incapables de répondre aux nécessités qui sont aujourd'hui supérieures aux besoins qui seront satisfaits lorsque ces travaux d'infrastructure seront achevés" (CEDEGE, 1983 p. 103).

27En effet, l'étude de certaines données extraites des recensements de 1974 et de 1982 permet de mettre en évidence la carence des services de base à l'intérieur des habitations (annexe II).

28Ces déficiences sont confirmées par les enquêtes réalisés par G. Villaviencio auprès des organisations sociales et populaires et par les coupures de presse extraites des journaux locaux.

  • 10 Ces données sont en cours de traitement ; elles serviront de base pour l'élaboration du troisième (...)
  • 11 Une enquête réalisée auprès de 880 unités familiales met en évidence les problèmes de légalisation (...)

29Les deux principaux problèmes que doivent affronter les plus démunis sont le manque d'eau potable et l'insuffisance ou l'inexistence du réseau d'égouts10 ; viennent ensuite, les difficultés liées à l'habitat -légalisation des terres et manque de ressources financières pour améliorer le confort de l'habitation et les services de base11- et ceux qui touchent à l'emploi. Si ces problèmes sont prioritaires, d'autres habitants insistent aussi sur le mauvais état des rues (aucune voie du quartier San Camilo n'est asphaltée), sur la déficience des services de ramassage des ordures ou sur la carence du secteur santé (l'hôpital de Quevedo ne possède que 72 lits),...

30Ces difficultés, certainement accrues en raison de la crise économique qui secoue le pays, sont en partie dues à l'incapacité technique et financière des pouvoirs municipaux.

II. LES FAIBLESSES DU POUVOIR MUNICIPAL : DES CAUSES STRUCTURELLES

II.1. Modernisation agricole et hypertrophie urbaine : une situation paradoxale ?

31L'analyse du pouvoir local ne peut pas laisser de côté l'évolution des relations villes/campagnes (CIUDAD, 1986) ; en effet, celles-ci déterminent un modèle spécifique de comportement étroitement lié au système agro-exportateur. L'agro-exportation produit une série de distorsions dans les relations ville/campagne. Les plus importantes sont les suivantes : incohérence des liens unissant l'espace rural et l'espace urbain -réseau routier insuffisant ou inadéquat, isolement géographique, absence de communication au sens de transmission de l'information- ; permanence de la fuite de l'excédent économique vers le centre hégémonique le plus dynamique ; existence de liens de dépendance entre la ville intermédiaire et d'autres centres de même rang qui bénéficient d'un dynamisme et d'une croissance supérieurs.

32Dans le cas de Quevedo, l'hinterland agricole non seulement dynamise le centre urbain mais encore aggrave ses faiblesses structurelles -dépendance vis-à-vis de la demande extérieure et/ou secteur agro-industriel, selon les cycles économiques. L'influence paradoxale de l'hinterland agricole sur la ville de Quevedo se caractérise, d'un côté, par la conformation et la croissance du centre urbain -utilisation du sol, types d'activités,...- et d'un autre côté, par l'intensification des faiblesses de la Municipalité -problèmes financiers, dépendance des pouvoirs municipaux vis-à-vis du gouvernement central, lutte et sécession des paroisses et des recintos, incapacité de réaliser les plans urbains élaborés et de tenir les promesses électorales,...

33Il est donc paradoxale qu'une ville, située à l'intérieur d'une zone agricole dont le niveau de développement est satisfaisant, soit incapable de redistribuer vers cet espace rural une partie de l'excédent productif. Cette situation nous indique que le centre urbain de Quevedo est dans l'incapacité de générer les circuits spécifiques d'accumulation, en raison de son rôle d'intermédiaire et d'appui exclusivement tourné vers la production agricole ; il ne fait que reproduire à une échelle micro les relations qui existent à échelle macro, d'une part, entre le centre hégémonique régional et l'espace national, et d'autre part, entre la métropole et le marché mondial.

34L'excédent productif de Quevedo est donc capté par Quito et Guayaquil et par d'autres centres urbains intermédiaires qui intègrent une valeur ajoutée à sa production (cas de Santo Domingo de los Colorados ou de Manta) ; en effet, dans ces quatre villes sont concentrées les huileries et les industries d'aliments pour le bétail.

  • 12 Le développement agro-industriel du canton de Quevedo est modeste : 46 petites et moyennes entrepr (...)

35En raison de cette situation, le canton se trouve dans l'impossibilité structurelle et fonctionnelle d'orienter et de contrôler la mobilité spatiale de l'excédent productif ainsi que la récupération de cet excédent au travers de son réinvestissement à l'intérieur de l'espace urbain. En effet, l'économie urbaine de l'espace quévédénien est incapable de développer un processus industriel en raison de la division du travail à l'échelle nationale12.

36Cette situation influe également sur la Municipalité qui ne peut pas récupérer, ne serait-ce qu'en partie, les plus-values générées par les terrains ruraux productifs ; celles-ci sont recouvrées par la Direction Nationale des Estimations Cadastrales (DINAC) qui dépend du gouvernement central. Enfin, en raison de l'impossibilité de canaliser les bénéfices du développement économique dans son intérêt et dans celui de la population, la Municipalité de Quevedo se présente comme une institution faible au plan économique, inorganisée au plan administratif et conflictuelle au plan politique ; elle est le terrain privilégié des luttes et du clientélisme qui voit les différents groupes de pression cantonaux s'affronter dans le but de bénéficier de la générosité du pouvoir central.

II.2. Des actions municipales incohérentes et inachevées

37La pénurie chronique de l'économie municipale, due à la faiblesse des ressources financières directes et à la dépendance qui la lie aux vicissitudes du budget alloué par l'Exécutif, empêche la reproduction, tant du capital fixe nécessaire à l'appareil productif que de la force de travail (biens de consommation collectifs indispensables). L'impossibilité de surmonter ces obstacles met en relief l'irrationalité administrative de l'institution municipale qui est incapable de conclure les œuvres projetées et/ou entreprises.

38Quelques exemples mettent en évidence les carences des pouvoirs municipaux quévédéniens : travaux publics inutiles (restructuration du Malecon qui est aujourd'hui utilisé comme aire de stationnement par les camions, illumination de l'avenue principale...), constructions inachevées (marchés non terminés et mal réalisés, programmes de construction d'un réseau d'eaux usées jamais terminés...), irrationalité des travaux récents -la voie d'accès au nouveau pont en construction sur le fleuve Quevedo voit son tracé interrompu par les abattoirs, achevés dans les années quatre-vingt-, etc.

39Si ces aberrations sont particulièrement marquantes dans le chef-lieu de canton, elles ne sont pas absentes des centres urbains les plus importants des paroisses. Le mécontentement de ces unités administratives se manifeste par le désir de réduire leurs liens de dépendance financière vis-à-vis de Quevedo en cherchant à accéder au rang de canton

40Si la ville de Quevedo s'est vue dotée de deux schémas directeurs (1969 et 1974), ils n'ont malheureusement jamais été reconnus légalement et n'ont donc jamais été mis en application. De plus, en raison de la forte croissance démographique et de la crise structurelle de la Municipalité, ils devenaient obsolètes dès leur publication. Il faut souhaiter que le nouveau Plan, en cours de réalisation, ne se heurte pas aux mêmes problèmes.

41Enfin, il est nécessaire de signaler que les efforts, stériles, de planification urbaine entrepris par les pouvoirs municipaux se heurtent à la détérioration progressive du cadre de vie et à l'acuité de la crise urbaine qui se manifeste par la prolifération des quartiers d'invasion -organisés en coopératives d'habitat- et par la taudification du secteur central de la ville.

II.3. Une municipalité toujours plus dépendante du pouvoir local

  • 13 Le problème le plus grave de la gestion municipale touche le chapitre "financement des travaux mun (...)

42De tout temps, la majorité des infrastructures et des services de base a été financée par l'intermédiaire des ressources provenant du gouvernement central13 qui ont été obtenues, dans la plupart des cas, soit grâce aux liens politiques et clientélistes, soit par la pression populaire -les barrages sur les grands axes, visant à paralyser l'économie de la région, sont une pratique courante dans le canton de Quevedo.

  • 14 En 1980, 78 professeurs payés par la Municipalité de Quevedo ont été transférés sur le budget du M (...)

43Les municipalités, qui avaient la charge de financer les services d'éducation, de santé et certaines infrastructures et d'en assurer le bon fonctionnement, se sont vues progressivement dépossédées de ces fonctions au profit des institutions spécialisées du gouvernement central ;14 en raison, d'une part, des ressources financières issues de l'exploitation pétrolière, et d'autre part, des nécessités de domination et de centralisation, l'État a diversifié et régionalisé son appareil administratif, entrant ainsi en concurrence avec les organismes locaux, les privant de certaines de leurs fonctions et rognant leur budget. Les pouvoirs provinciaux se heurtent aujourd'hui aux mêmes problèmes que les institutions municipales, en raison des importantes ressources financières gérées par les Gouverneurs et des pouvoirs étendus qui leur sont octroyés par le régime politique actuel (contrôle des Unités Exécutrices).

44Cette situation accroît la dépendance de la municipalité vis-à-vis des ressources financières de l'État et limite ses capacités lui permettant de satisfaire la demande sociale urbaine ; lorsque l'administration cantonale a des liens ténus avec le gouvernement central ou lorsqu'elle s'oppose franchement à ce dernier, cette situation, déjà critique quand les relations entre les deux pouvoirs sont bonnes, s'aggrave. Si le Fonds National de Participations (FONAPRE) et la Banque Equatorienne de Développement (BEDE), financés grâce aux ressources provenant de la rente pétrolière, doivent permettre aux municipalités de réaliser certaines infrastructures -cas de Quevedo qui bénéficie de l'appui du BEDE pour mener à bien son programme de construction du réseau d'égouts-, leurs ressources financières sont contrôlées et distribuées par l'Exécutif.

CONCLUSION

45Dans une période de crise économique comme celle que traverse le pays actuellement, la dépendance croissante des municipalités des centres urbains intermédiaires vis-à-vis du gouvernement central se manifeste de deux façons :

  • La crise de l'économie cantonale se répercute sur les activités urbaines ; en effet, les fonctions commerciales et de services des pôles urbains intermédiaires souffrent de la baisse des revenus des agriculteurs et des travailleurs agricoles ;
  • La diminution des ressources fiscales des municipalités affecte les travaux projetés par les pouvoirs locaux et l'économie urbaine en général.

46Ces deux facteurs aggravent la crise urbaine et la faiblesse de l'institution municipale.

47S'il n'est pas question de généraliser les structures de la Municipalité de Quevedo et les problèmes auxquels elle se heurte à l'ensemble du pays, il nous semble que le "modèle" quévédénien peut être étendu à la quasi-totalité des centres intermédiaires de la Costa. En effet, les villes moyennes de la Sierra, qui se caractérisent par une croissance démographique relativement faible et parfois négative, sont liées aux productions alimentaires destinées à la demande urbaine ; les centres intermédiaires de la Costa, qui voient leur population s'accroître rapidement, sont lés à l'agro-exportation et/ou aux productions agro-industrielles.

48Les problèmes auxquels se heurtent les pouvoirs locaux de Quevedo -faiblesse administrative et financière, croissance urbaine incontrôlée et mal planifiée, autonomie relative remise en cause par l'ingérence toujours accrue de l'État dans les affaires municipales-, sont généralisables aux centres intermédiaires de la Costa dont les pouvoirs locaux sont bien souvent dans l'incapacité d'affronter seuls, les conséquences urbaines d'une croissance démographique accélérée.

Bibliographie

ARIAS, M. -Quevedo : 1973-1995, plan director y plan regulador-, Quito, 1976, 209 p., fig., cartes.

BANCO ECUATORIANO DE LA VIVIENDA (BEV) -Expediente de la ciudad de Quevedo, programa BIRF II-, Guayaquil, 1980, 32 p., tabl., fig., annexes, mimeo.

COMISION PARA EL ESTUDIO DEL DESARROLLO DE LA CUENCA DEL RIO GUAYAS (CEDEGE) –Diagnostico centros urbanos intermedios-, volume II, 1983, pp. 99-122, cartes.

CESPEDES, A. ; URVAES, J. -Los immigrantes asiaticos y su impacto en la economia de la ciudad de Quevedo-, Quito, Revis ta Geografica del Instituto Geografico Militar, N° 11, pp. 121 -149, talb., 3 fig., 5 réf. bibliogr.

CHANG, R. -Quevedo : vision socio-economica-, Guayaquil, 1984, 258 p., 54 tabl., 2 annexes, 31 réf. bibliogr., Universidad de Guayaquil, Thèse d'économie.

CIUDAD -Ciudades en conflicto : poder local, participation popular y planification en las ciudades intermedias de América Latina-, Quito, CIUDAD/EL CONEJO, 1986, 360 p., tabl., fig., bibliogr.

CONSULTORA INALDEZ C. Ltda -Memoria tecnica del catastro multifinalitario de Quevedo-, Quito, 1982, 9 chapitres, 4 plans.

INSTITUTO NACIONAL DE ESTADISTICA Y CENSOS (INEC) -Censos poblacional y de vivienda-, 1950, 1962, 1974, 1982.

MUNICLPALIDAD DE QUEVEDO -Quevedo- 1980, 30 p., phot.

ORELLANA, A. ; VILLAVIENCIO, G. -Plan de desarrollo urbano y esquema fisico conceptual de centros secundarios-, Municipalidad de Quevedo/FONAPRE/CONPRODI, 1987, 7 p., tabl.

Annexes

ANNEXE I LIMITES ADMINISTRATIVES DU CANTON DE QUEVEDO

ANNEXE I LIMITES ADMINISTRATIVES DU CANTON DE QUEVEDO

Annexe II.1. Évolution de la population de la province de los rios et des cantons qui en dépendent (1950, 1962, 1974 et 1982)

Annexe II.1. Évolution de la population de la province de los rios et des cantons qui en dépendent (1950, 1962, 1974 et 1982)

Annexe II.2. Évolution de la population des paroisses du canton de Quevedo (1950, 1962, 1974 et 1982)

Annexe II.2. Évolution de la population des paroisses du canton de Quevedo (1950, 1962, 1974 et 1982)

Annexe II. 3. Evolution des canditions de vie à Quevedo et dans le canton de Quevedo

Annexe II. 3. Evolution des canditions de vie à Quevedo et dans le canton de Quevedo

SOURCES : INEC, recensements, 1950, 1962, 1974 et 1982. Les données extraites du recensement de 1974 sont d'une fiabilité douteuse.

ANNEXE III LA VILLE DE QUEVEDO EN 1980

ANNEXE III LA VILLE DE QUEVEDO EN 1980

Source : BANCO ECUATORIANO DE LA VIVIENDA, 1980.

Notes

1 La division administrative du territoire équatorien se présente de la manière suivante :

  • La PROVINCE (20) est administrée par le Gouverneur (nommé par le pouvoir exécutif) et par le Préfet (élu par le peuple) qui dirige les sessions du Conseil Provincial. Dans certaines provinces, le Gouverneur et le Préfet s'affrontent au détriment de l'intérêt provincial ; de plus, dans 4 provinces existent des organismes de développement régional qui entrent parfois en concurrence avec les autorités provinciales. Dans la conjoncture actuelle, le Gouverneur dirige les Unités Exécutrices qui sont créées dans une capitale provinciale pour réaliser une œuvre spécifique.
  • Le CANTON (126) est administré par le Conseil Cantonal (élu par la population) dirigé par le Maire (élu par le peuple) dans les villes de plus de 50 000 habitants ou par le président du Conseil (élu par les membres du Conseil Cantonal) dans les villes de moins de 50 000 habitants. Le canton tire ses ressources des impôts et des taxes diverses, du budget annuel accordé par le gouvernement central et des fonds financiers nationaux (par exemple, un pourcentage des ressources issues de la rente pétrolière est alloué à chaque canton).
  • La PAROISSE (720 rurales et 227 urbaines) est administrée par la Junte Paroissiale qui tire ses ressources des budgets accordés par le gouvernement central, le Conseil Provincial et la Municipalité.
  • Le RECINTO, unité administrative de base, dépend économiquement du canton et ne dispose d'aucune autonomie.

2 Les informations démographiques, économiques et sociales antérieures à 1950 sont inexistantes ou peu fiables. Les données des années 1950, 1962, 1974 et 1982 sont extraites des recensements INEC.

3 Entre 1966 et 1970, le BNF (agence de Quevedo) a octroyé 1 409 prêts (3,5 M de sucres) ; en 1970, elle en octroya 530 (48,3 M de sucres). De 1966 à 1970, le volume prêté est ventilé de la manière suivante : 45,6 % sont investis dans le secteur agricole, 40,5 % dans le développement de l'élevage, 7,5 % dans l'amélioration des terres, 3,2 % dans l'achat de matériel agricole, 3,2 % dans le secteur artisanal et industriel et 0,1 % dans les activités commerciales (CHANG, R., 1984, p. 70).

4 ÉVOLUTION DE LA CULTURE DU SOJA (1973/1980)
Image img01.jpg
SOURCE : CHANG, R., 1984, p. 158

5 60,8 % des prêts profitent à l'agriculture, 13,2 % à l'élevage, 10,9 % sont investis dans l'achat d'équipement agricole, 4,3 % dans l'amélioration des terres, 6,8 % dans la petite industrie et l'artisanat, 2,9 % dans les activités commerciales, 0,4 % dans le secteur des transports et 1,6 % dans la consolidation des dettes.
Les cultures privilégiés sont celles dont le cycle est court : 45,0 % des prêts agricoles sont destinés au maïs, 31,5 % au soja et 23,8 % au riz (CEDEGE, 1983, p. 111).

6 NOMBRE D'ÉTABLISSEMENTS DANS LE CANTON ET LA VILLE DE QUEVEDO (1982)
Image img02.jpg
SOURCE : CHANG, R.- 1984. p. 185

7 Plus de 70,0 % des prêts octroyés par le BNF à l'industrie et à l'artisanat sont destinés à la petite industrie du bois, principale composante du secteur secondaire.

8 Bien que le taux annuel de croissance démographique ait diminué -13,3 % entre 1950 et 1962, 6,4 % entre 1962 et 1974 et 5,2 % entre 1974 et 1982-, il reste fort ; de plus, les infrastructures sont incapables de répondre aux besoins de la population actuelle.

9 La ville est divisée par le fleuve Quevedo en deux secteurs : le "centre", au sens d'aire centrale, qui concentre les activités et les infrastructures et la "périphérie" regroupant la majorité des plus démunis sur les terrains inondables du quartier San Camilo ; ces deux secteurs correspondent aux deux zones de recencement 01 et 02.

10 Ces données sont en cours de traitement ; elles serviront de base pour l'élaboration du troisième Plan de Développement de Quevedo qui devrait être achevé à la fin de l'année 1987.
Le réseau d'égouts, construit en 1960, est incomplet, insuffisant et en mauvais état. Alors que les rues ont une longueur de 74 kilomètres, les systèmes d'évacuation des eaux usées et pluviales s'étendent sur moins de 13 kilomètres (CHANG, R., 1984 p. 204).

11 Une enquête réalisée auprès de 880 unités familiales met en évidence les problèmes de légalisation des terres ; si 63,5 % des chefs de famille se disent propriétaires du lot qu'ils occupent, 53 % d'entre eux ne sont pas en possession des titres de propriété (BANCO ECUATORIANO DE LA VIVIENDA, 1980, tableau C9).

12 Le développement agro-industriel du canton de Quevedo est modeste : 46 petites et moyennes entreprises de transformation de riz et de café ; 3 petites fabriques d'aliments pour le bétail.

13 Le problème le plus grave de la gestion municipale touche le chapitre "financement des travaux municipaux" ; en effet, ceux-ci doivent obligatoirement être approuvés par les organismes du pouvoir central.

14 En 1980, 78 professeurs payés par la Municipalité de Quevedo ont été transférés sur le budget du Ministère de l'Éducation.

Table des illustrations

Titre ANNEXE I LIMITES ADMINISTRATIVES DU CANTON DE QUEVEDO
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1157/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 561k
Titre Annexe II.1. Évolution de la population de la province de los rios et des cantons qui en dépendent (1950, 1962, 1974 et 1982)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1157/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Annexe II.2. Évolution de la population des paroisses du canton de Quevedo (1950, 1962, 1974 et 1982)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1157/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Annexe II. 3. Evolution des canditions de vie à Quevedo et dans le canton de Quevedo
Légende SOURCES : INEC, recensements, 1950, 1962, 1974 et 1982. Les données extraites du recensement de 1974 sont d'une fiabilité douteuse.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1157/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre ANNEXE III LA VILLE DE QUEVEDO EN 1980
Légende Source : BANCO ECUATORIANO DE LA VIVIENDA, 1980.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1157/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

Auteurs

Chercheur à l'ORSTOM. Quito.

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter