Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pouvoir local, régionalismes, décentralisation

 | 
Jean Revel-Mouroz

2. Acteurs du Développement régional et Pouvoirs locaux

Usines d'assemblage et bourgeoisies régionales. Le cas de Basse Californie, Sonora, Chihuahua et Tamaulipas

Alejandra Salas-Porras

Texte intégral

1Le développement de l'industrie d'assemblage au Mexique ne peut être dissocié de la formation d'un groupe d'entrepreneurs sur la partie frontalière : d'une part, ce groupe lance une grande campagne de promotion aux États-Unis destinée à convaincre les consortiums américains des avantages que leur offrirait un transfert vers le Mexique de segments du procès de production, le prix de la main d'œuvre et des transports abaissant les coûts de production ; de l'autre, il réalise des démarches multiples pour obtenir des autorités mexicaines qu'elles facilitent et garantissent l'implantation et la sécurité de ces usines sur le territoire.

2Les parcs industriels constituent pour ces promoteurs la forme la plus incitative pour l'implantation d'une usine car ils permettent, grâce à la socialisation, une baisse des coûts des infrastructures, des installations spécifiques et des services multiples comme une assistance-conseil, l'entretien, les transports, les douanes etc.

3En 1986, dans les quatre zones que nous allons étudier (Basse Californie, Chihuahua, Sonora et Tamaulipas) il n'existait pas moins de 20 parcs privés pour maquiladoras, 13 complexes relevant de l'état et 7 mixtes. En général, les parcs privés se destinent exclusivement à l'accueil de maquiladoras (sauf El Vigia à Mexicali) mais la majorité des entreprises installées dans les parcs publics frontaliers sont aussi des usines d'assemblage, exception faite des parcs du Sonora où la proportion de ces usines est bien moindre.

Tableau 1. PARCS INDUSTRIELS EN BASSE CALIFORNIE, SONORA, CHIHUAHUA ET TAMAULIPAS

Tableau 1. PARCS INDUSTRIELS EN BASSE CALIFORNIE, SONORA, CHIHUAHUA ET TAMAULIPAS
  • 1 Prenons pour exemple Promotora de la Industrie Chihuahuense. Cet organisme décentralisé qui dépend (...)

4On observe une collaboration très étroite entre les organismes privés et ceux relevant de l'état, particulièrement dans les tâches de promotion et de diffusion ou dans l'organisation de séminaires, expositions et forums. En outre à Chihuahua et en Basse Californie, les complexes publics vendent des terrains équipés d'une infrastructure industrielle de base à des groupes privés qui construisent les bâtiments car, même si les organismes publics offrent les mêmes services, de nombreuses transnationales préfèrent négocier leurs contrats avec des firmes privées1.

ROLE DES PROMOTEURS

  • 2 CAMCO, Mexico's Maquiladora Handbook, 1986. P. 6.

5Les promoteurs ont pour tâche principale le développement de parcs industriels disposant d'une infrastructure de base. En règle générale, les entreprises importantes dont le fonctionnement exige une infrastructure et des services sophistiqués préfèrent s'installer dans des parcs ; sur les 780 usines d'assemblage existant au Mexique au début de 1986, 229 étaient implantées dans des parcs accueillant exclusivement des maquiladoras. Et si nous prenons en compte le nombre des travailleurs ou la complexité de l'usine, l'importance de ces ensembles, de ces parcs industriels est encore plus grande : c'est le lieu où se concentrent 29 % des usines et plus de 60 % des travailleurs ; dans certaines villes comme Nogales et Reynosa, ce pourcentage peut atteindre 80 %2.

6Les promoteurs, en outre, peuvent offrir une large gamme de services : depuis la construction du bâtiment, la vente ou location d'installations, l'obtention du financement -une fois signé le contrat de location- jusqu'à une assistance juridique pour obtenir du Secrétariat aux Finances et de Secofi les permis requis ; un appui financier pour constituer un fidéicommis ou, plus récemment, pour bénéficier de la transformation de la dette en capital (equity-swaps) ; une assistance administrative en matière de comptabilité et de gestion de la main d'œuvre.

  • 3 Les coûts de la construction indirecte (sous contrat) varient de 20 à 50 %.

7Les groupes les plus gros présentent leurs nombreux services sous forme de "paquets" comme : 1) le programme de sous-traitance selon lequel le client apporte la matière première, l'outillage, la machinerie spécialisée et le matériel d'emballage ; l'entrepreneur mexicain a la responsabilité de tout le processus de production, de l'administration et des transports ; 2) le programme d'accueil (plus largement connu sous la dénomination de "shelter program" qui stipule que, outre les dispositions antérieures, le client étranger doit fournir le personnel technique spécialisé pour administrer et diriger la production et le promoteur mexicain apporte les murs ou les installations, les services (électricité, gaz etc.) le recrutement des travailleurs, l'administration, les services de douane et de transport jusqu'à des dépôts situés près de la frontière des États-Unis. 3) le programme half way house selon lequel le promoteur loue le local et offre des services administratifs, une assistance pour l'installation, les débuts de la manufacture, l'ingéniérie industrielle et un service de consultants. 4) le programme build to suit qui demande au promoteur d'offrir non seulement les murs mais aussi une assistance pour choisir la meilleure localisation pour les installations industrielles. On comprend l'importance de ce programme quand on songe aux difficultés rencontrées actuellement au Mexique lorsqu'il s'agit de construire, à cause des pressions inflationnistes sur les coûts et les grandes inégalités existant sur le marché en termes de prix et de qualité3.

8Ces programmes peuvent être accompagnés de multiples services en ce qui concerne la main d'œuvre (recrutement, embauche, formation, licenciement, gestion des feuilles de paye, rapports internes, contrôle et surveillance) le procès de production (contrôle de qualité, essais, tests) les constructions (entretien, assurances) ou les douanes (autorisations données sous le régime des maquiladoras) services d'import-export, impôts, transports) la comptabilité, l'installation de dépôts dans les villes frontalières, les permis de travail, les services de relations publiques, etc.

HETEROGENEITE DU GROUPE DES ENTREPRENEURS

9Le groupe maquilador n'est pas homogène ; il est très stratifié. Si l'on tient compte du nombre des services offerts, le poids économique et politique, on peut identifier trois grands niveaux :

  1. le premier comprend les entrepreneurs qui, en dehors des parcs pour usines d'assemblage et leurs services, investissent dans d'autres activités économiques au Mexique et aux États-Unis ; ils exercent une grande influence aux trois niveaux de l'administration publique. Dans cette catégorie, on trouve les groupes Bustamante et Lutherot en Basse Californie ; Obregon dans le Sonora ; Bermudez et Vallina à Chihuahua : Longoria Argüelles et Rodriguez Camino dans le Tamaulipas.
  2. le second niveau regroupe les entrepreneurs qui investissent majoritairement dans la promotion des maquiladoras. Ils possèdent des parcs et des établissements industriels et ont du pouvoir dans l'administration publique au niveau du municipe, parfois de l'état. Ce sont, par exemple, les groupes Omega, Lintel et Juarez à Chihuahua ; Limon et Salman en Basse Californie.
  3. Enfin, nous trouvons tous ces entrepreneurs qui réalisent une ou plusieurs tâches de promotion ou qui s'efforcent de s'ouvrir un chemin dans le secteur de montage, l'élément dynamique de l'économie de plusieurs états frontaliers.

10A cette classification, il faudrait ajouter tous ces groupes privés qui n'effectuent aucune tâche de promotion mais qui bénéficient indirectement de la présence des usines d'assemblage grâce à la manne qui se déverse, particulièrement dans l'industrie de la construction et dans les autres services (financiers et professionnels).

11La manne salariale de l'industrie maquiladora a conforté la position des groupes frontaliers qui avaient investi dans le commerce et attiré vers les municipes de cette zone les groupes de l'intérieur du pays, surtout de Monterrey, Coahuila et du District Fédéral. Ainsi, Astra, qui vient de Monterrey, possède plusieurs établissements dans les municipes frontaliers du Tamaulipas et de Basse Californie. La Soriana de Torreon est implantée à Ciudad Juarez et Tijuana et la Comercial Mexicana du D.F. à Hermosillo et Tijuana.

RENTABILITE DE L'ACTIVITE DE PROMOTION DES MAQUILADORAS

12Il est difficile d'évaluer la rentabilité de ce secteur d'activité, néanmoins, certains faits montrent qu'il représente le meilleur choix d'investissement dans les états frontaliers :

  1. En premier lieu, la récupération rapide du montant investi : on calcule que dans un délai de 7 à 10 ans, on récupère, à travers le loyer, les sommes investies dans la construction du bâtiment. La majorité des promoteurs finançant cette construction avec un crédit interne ou externe, ils deviennent propriétaires d'une usine avec pour seul investissement le temps et l'effort nécessaires à la mise en œuvre de leurs relations et aux démarches auprès des banques.
  2. Si l'on ajoute le fait que certains promoteurs sont aussi propriétaires d'une entreprise de travaux (Bermudez et Federico Barrio par exemple) qui leur offre un taux de rentabilité entre 25 et 50 % sur le coût de la construction et que les services multiples professionnels d'assistance et de gestion produisent des revenus additionnels, on comprend comment, pour ce groupe d'entrepreneurs, les usines d'assemblage se transforment en une source de revenus généreuse et diversifiée.
  3. L'activité de promotion exerce, en outre, un effet d'attraction dans la mesure où tous les services sont cotés et rémunérés en dollars qui, en grande partie, restent hors du pays (sauf la quantité strictement nécessaire pour couvrir les frais de l'opération).
  4. Le gouvernement mexicain concède de nombreux stimulants et des appuis divers : infrastructure des parcs industriels, crédits préférentiels pour la construction des bâtiments, exonération ou stimulants fiscaux et facilités administratives et douanières croissantes.
  5. La possibilité de transformer la dette publique en capital (les fameux equity-swaps) et de l'investir dans la promotion des usines d'assemblage a créé un effet d'attraction supplémentaire : outre l'apport en capital, les banques étrangères offrent l'avantage de permettre le développement de relations avec des consortiums étrangers intéressés à transférer des usines au Mexique.

13Ces faits expliquent l'intérêt croissant que les bourgeoisies du nord du Mexique ont d'étendre à ce secteur d'activité leur champ d'influence, même pour ces groupes et ces familles qui ont une base économique traditionnelle autre : ainsi du groupe de Bustamante à Tijuana dont les investissements étaient concentrés dans l'importation et la distribution de gaz, dans l'immobilier et l'industrie de la construction ; Longoria de Nuevo Laredo, lié à la commercialisation du sorgho, à l'immobilier et à la finance ; Vallina de Chihuahua a fait sa fortune dans la banque et l'exploitation du bois ; Obregon de Sonora s'est enrichi par l'agriculture.

14Comme toutes les fractions de cette bourgeoisie ne se trouvent pas dans les mêmes conditions optimales, il se produit des mouvements internes qui provoquent des réajustements dans le réseau de relations et de contradictions qui forme le système de domination régionale. Le degré de transformation subie par les structures dépend du poids et des orientations des activités traditionnelles, de la capacité de résistance des groupes politiques et sociaux de la région et bien entendu du rythme d'expansion de l'industrie maquiladora et des préférences marquées par les consortiums transnationaux qui retiennent les municipes qui offrent les plus grands avantages. A notre avis, c'est Chihuahua qui a connu les changements les plus profonds non seulement à cause du nombre et du type d'usines qui y ont été implantées -ce sont les plus grandes et les plus sophistiquées du point de vue de la technologie- mais aussi à cause de la force décisive et croissante du groupe maquilador qui comprend 14 promoteurs dont la zone d'influence s'étend de plus en plus au-delà de la région.

RESEAU DE RELATIONS DU GROUPE DES ENTREPRENEURS

15A mesure que se consolide la position de l'industrie d'assemblage, le groupe maquilador devient un axe de redéfinition des rapports entre les diverses fractions, segments et couches de la bourgeoisie, qu'elle ait une origine régionale ou extrarégionale. D'abord les relations se resserrent avec les groupes commerciaux qui profitent de la croissance de l'industrialisation. Les cas les plus notables sont constitués par les groupes Bermudez (qui a investi dans les établissements commerciaux "super Amigo") Gallina (qui a des intérêts dans Futurama) Omega (idem) et Juarez (dans le Centre Commercial Coloso). A Mexicali, la famille Wong est propriétaire du parc industriel Mexicali et de plusieurs commerces.

16Deuxièmement, les liens se multiplient, complexes et variés, entre le groupe maquilador et les cabinets d'avocats, les bureaux de comptabilité, les ingénieurs, également les cabinets-conseil, les entreprises de construction, les agents de change et toutes ces professions qui sont liées au bon fonctionnement des usines.

17Troisièmement, apparaissent -ou se consolident- des organisations qui défendent les intérêts des maquiladoras ; tous les lieux où se concentrent les usines possèdent son association d'industriels ; certaines villes en ont parfois deux.

  • 4 Un des plus grands groupes qui rassemble plus de 80 000 entreprises de l'industrie de transformati (...)

18Parallèlement, l'attribution d'une des quatre vice-présidences renforce la position de l'industrie de montage dans la structure de Canacintra4. Cette chambre a, dans les plus importantes villes frontalières, des délégations qui offrent aux entreprises une large gamme de services. Bien que les promoteurs mexicains préfèrent contourner cette instance de médiation et négocier directement leurs problèmes avec le Secrétariat aux Finances, la Secofi, les Douanes et le Secrétariat au travail, y compris avec les syndicats eux-mêmes, les délégations de Canacintra ont occasionnellement prouvé leur utilité surtout là où les organisations d'entrepreneurs ont une grande force politique ; à Monterrey, par exemple, Canacintra sur demande du promoteur mexicain a fait pression sur le gouvernement et sur la CTM pour obtenir l'abandon de revendications gênantes pour le fonctionnement de Mattel en 1986.

19Les organisations d'entrepreneurs, au Mexique, ne participent pas directement à la prise des décisions les plus importantes ; elles ont un rôle consultatif, de médiation, de pression mais dans certaines circonstances, _surtout lorsque s'aggravent les contradictions entre le gouvernement et les entrepreneurs- elles ont une influence ouverte sur la politique économique. En 1983, la vice-présidence de l'Industrie maquiladora de Canacintra a contribué à l'élaboration du décret du 15 Août 1983 concernant le développement de l'industrie d'assemblage pour l'exportation ; ce décret, on s'en souvient, facilite les démarches nécessaires pour l'implantation des usines auprès du Secrétariat au commerce et au développement industriel (Secofi) et le Secrétariat aux finances et Crédit public (SHCP) ; il autorise la vente d'une partie de la production -jusqu'à 20 %- sur le marché intérieur dans la mesure où elle ne crée pas de concurrence injuste avec l'industrie nationale ; il permet que le contrôle douanier soit effectué conjointement par les autorités mexicaines et américaines (le "joint-customs-office idea") ; il facilite les démarches concernant le transport et prévoit des mesures incitatives qui confèrent à l'industrie maquiladora une place privilégiée dans l'économie mexicaine.

20Le réseau de plus en plus complexe de relations et de flux économiques et politiques qui se forme et se modifie sous l'action des industries d'assemblage a une tendance croissante à déborder le cadre du municipe et de l'état non seulement par suite de l'action coordonnée mise en place par les organisations des entrepreneurs qui fonctionnent sur une échelle nationale mais aussi à cause de l'intérêt manifesté par certains groupes économiques à profiter de l'expérience des maquiladoras et partager le prestige dont jouissent les plus importants de ses promoteurs. Des groupes privés de Basse Californie (Bustamante) de Sonora, Coahuila, Querétaro et du Yucatan se sont rapprochés des groupes de Chihuahua en quête de diverses formes d'association et de collaboration afin de perfectionner et intensifier les tâches de promotion.

RELATIONS AVEC L'APPAREIL D'ETAT

21La configuration du groupe maquilador a, dès le début, eu besoin d'ouvrir ou d'amplifier des espaces dans l'appareil d'État afin de développer dans les couloirs du pouvoir une campagne destinée à influer sur le cadre légal réglementant l'industrie, à vaincre ou affaiblir la résistance et l'opposition de certains courants à l'intérieur de l'État et promouvoir la création de l'infrastructure de base.

22A cet égard, il convient de rappeler qu'Antonio J. Bermudez, un des plus importants promoteurs privés et pionnier dans le développement des parcs des usines d'assemblage, était aussi directeur du Programa Nacional Fronterizo au moment où les premières usines ont été approuvées dans le cadre du Programme d'Industrialisation de la Frontière.

23Plus tard, ce sera à nouveau le groupe maquilador qui va exiger du Secrétariat à l'Industrie et au Commerce que soient établies les dispositions légales et administratives destinées à réglementer l'importation temporaire des machines, de l'équipement et des intrants requis par les usines de montage et de façon générale, à définir les modes d'opération du programme. Le Plan en Cinq points, qui a cherché à correspondre à ces exigences, en 1968, ne va pas donner satisfaction aux entrepreneurs qui vont exercer de nouvelles pressions pour qu'y soient apportées des modifications.

24Leur activité de gestion d'influences auprès des trois niveaux de l'administration publique n'a jamais cessé. Ils sollicitent sans arrêt des modifications dans la réglementation afin de légaliser et accorder à ces établissements toutes sortes de garanties et de facilités.

  • 5 "Les configurations du pouvoir local combinent les relations verticales au sein des institutions c (...)

25S'ils ne s'épargnent aucun effort pour multiplier des actions diverses dans toutes les directions, ils s'adressent aux niveaux centraux de l'administration publique pour influer sur l'orientation du cadre légal et pour obtenir des appuis et des concessions en matière de financement et de fiscalité ; c'est ce qui s'est passé en 1983 lors de discussions qui ont accompagné l'élaboration du Décret pour le Développement et la Mise en œuvre de l'Industrie Maquiladora d'Exportation ; en 1985, à la suite des réunions de Jaime Bermudez et Eloy Vallina avec Miguel de la Madrid, cette activité économique a pris un nouvel essor5.

26En revanche, les démarches concernant le développement de l'infrastructure industrielle se font au niveau de l'état, auprès des gouvernements des différentes entités frontalières. Récemment, les gouvernements de Coahuila et de Durango ont offert aux groupes Vallina et Bermudez de réaliser des investissements dans l'infrastructure pour qu'ils implantent des parcs de maquiladoras à Torreon et Gomez Palacios respectivement.

27Comme nous l'avons vu, les gouvernements de Basse Californie, Sonora, Chihuahua et Tamaulipas ont développé un système de complexes industriels incluant l'infrastructure de base pour les parcs et usines d'assemblage.

28Les problèmes qui concernent le transport, les routes, le logement, la main d'œuvre, entre autres, et qui influent sur le développement de l'industrie de montage se discutent et se règlent au niveau municipal.

  • 6 Roland Trabis, Industrie et politique à Frontière Mexique-U.S.A. Le cas de Nuevo Laredo. 1985. P. (...)

29Il n'est pas rare que ce soient les promoteurs mexicains qui négocient les accords avec les représentants syndicaux à niveau local afin de garantir la stabilité de la main d'œuvre. Parfois ils interviennent pour résoudre des conflits concrets. Ceci amène à une restructuration de leurs rapports avec les syndicats, surtout à Nuevo Laredo, Nogales et Ciudad Juarez. A Nuevo Laredo, le groupe Longoria a resserré ses liens avec la délégation locale de la CTM, une fois prise la décision de créer le parc industriel O. Longoria6 ; à Nogales, il existe un accord entre les entrepreneurs et les organisations syndicales visant à empêcher l'apparition d'un syndicat indépendant ; à Ciudad Juarez, -où existent de nombreuses organisations syndicales (CROC, CTM, CROM et CRT)-les représentants et les leaders de ces syndicats rencontrent les entrepreneurs des maquiladoras et collaborent étroitement avec eux en échange de concessions au niveau du transport et de l'élection de députés locaux et fédéraux.

30La gestion assumée par le groupe maquilador modifie ses relations avec l'administration publique en les orientant vers toutes ces institutions, organismes et fonctionnaires publics chargés de réglementer, contrôler, appuyer et financer ce secteur industriel, c'est-à-dire la Secofi, les Finances, les Douanes, la SAHOP, Banobras et autres banques qui affectent des ressources à la construction de parcs, de bâtiments et autres installations industrielles.

31Sous la pression constante de ce groupe, quelques-uns de ces organismes décentralisent certaines de leurs fonctions, le lieu où s'effectuent les démarches nécessaires acquérant ainsi plus de poids au niveau du municipe et de l'état ; c'est le cas de la Secofi et des douanes par exemple dont les représentants municipaux ont l'autorisation de concéder, renouveler et accroître la majorité des permis requis par la mise en fonctionnement d'une usine. Par contre, les institutions bancaires et financières, au niveau de l'état et du municipe, ne jouissent que d'une faible autonomie dans la mesure où les opérations et les financements les plus importants doivent s'effectuer au niveau central, dans la maison-mère (à l'exception de la Banque commerciale de Monterrey, toutes les banques ont leur siège dans le D.F.).

TRANSNATIONALISATION DU GROUPE MAQUILADOR

  • 7 Alonso AGUILAR M. Dialéctica de la economia mexicana. Mexico. Ν.Τ. BERMUDEZ reconnaît ce caractère (...)

32Sans doute est-ce dans les relations avec l'extérieur que les changements sont les plus notables. Avec l'extension et l'intensification des liens avec les transnationales et divers organismes internationaux publics et privés, le caractère dominant-dominé de cette fraction de la bourgeoisie mexicaine s'affirme7.

33Il est clair que toute cette activité de montage se trouve dans une situation de dépendance par rapport non seulement à l'économie américaine en général mais aussi aux consortiums qui deviennent des clients et sa principale source de revenus. Ce n'est donc pas un hasard si les entrepreneurs se sentent plus liés au futur des États-Unis qu'à celui du Mexique. Mais la gestion quotidienne de leurs affaires les obligeant à traiter, discuter et négocier avec des entrepreneurs et fonctionnaires américains qu'ils retrouvent dans les multiples forums ou dans les espaces économiques et politiques qu'ils doivent partager accentue cette tendance, comme le montre cet éventail de situations, fonctions, obligations que ce groupe projette sur l'extérieur, particulièrement les États-Unis.

34En premier lieu, la relation directe établie avec les entreprises étrangères implantées dans leurs parcs et auxquels ils offrent divers services de promotion. Cette relation varie dans ses modalités selon la localité : alors qu'à Tijuana, elle prend des formes multiples définies par la diversité des branches et la taille des entreprises (depuis le Swet shop jusqu'à la grande usine sophistiquée), les groupes de Chihuahua, plus sélectifs, s'intéressent davantage aux activités de pointe qui les lient aux grandes transnationales de l'industrie automobile et électronique.

  • 8 Cet organisme qui a aussi contribué au développement de l'industrie d'assemblage a souvent été sou (...)
  • 9 Au cours des deux derniers séminaires sont intervenus entre autres Rex Mingot, John Christman, Car (...)

35En deuxième lieu, la majorité des entrepreneurs du groupe maquilador sont membres d'organisations d'industriels nord-américains et participent aux rencontres qu'elles mettent sur pied souvent sur le thème de l'industrie d'assemblage. Pratiquement, tous les parcs de maquiladoras sont membres actifs de la fameuse National Association of Industrial and Office Park (NAIOP) et les promoteurs les plus importants appartiennent à la section maquiladora de la Chambre Américaine de Commerce qui, on le sait, a joué un rôle de premier plan dans la promotion de l'industrie de montage non seulement auprès du gouvernement mexicain mais aussi celui des États-Unis, auprès du Département du commerce particulièrement8. Parmi les exposants les plus importants au Séminaire Annuel sur l'industrie d'assemblage organisée par la CAMCO, qui est considéré comme la principale manifestation de cette branche d'activité, on trouve des membres ou des représentants du groupe maquilador9.

  • 10 La Citibank, Bank of America et les autres banques commerciales frontalières ont des programmes sp (...)
  • 11 Roland Trabis, Op. Cit. p. 95.

36Troisièmement, la nécessité de solliciter un crédit pour la construction des bâtiments industriels et les difficultés pour obtenir un financement des banques mexicaines (taux d'intérêt élevés, lenteur du processus) ont obligé les promoteurs à recourir aux banques américaines qui accordent rapidement les moyens financiers une fois établi le contrat de location avec un consortium étranger10. Parmi les promoteurs mexicains les plus puissants, certains sont actionnaires et membres du conseil d'administration de banques américaines, ce qui facilite, sans aucun doute, l'accès au financement. Jaime Bermudez, par exemple, est vice-président de l'ΙΜ Bank à El Paso, Texas ; Eloy Vallina, ancien propriétaire de Multibanco Comermex est maintenant vice-président de la EL Paso National Bank tandis que la famille Longoria qui, avant sa nationalisation, possédait une banque au Mexique, figure également dans le conseil d'administration d'une banque de Laredo11.

37Quatrièmement, les entrepreneurs des usines d'assemblage incorporent dans leurs filiales des fonctionnaires et des cadres américains renommés qui facilitent les relations avec les transnacionales et les institutions américaines. Notamment, John Christman, ancien président de la CAMCO, actuellement directeur de la Business International Corporation qui faisait partie de la direction de American Industries, filiale du groupe maquilador Las Americas de Vallina ; Rex Maingot, un des promoteurs les plus connus des États-Unis qui est actuellement directeur de American Industries et Chuck Dudson, le président de Elamex, filiale du groupe Bermudez.

38A ceci il faudrait ajouter d'autres investissements et divers intérêts économiques, politiques et même familiaux aux États-Unis qui attirent le groupe maquilador vers l'extérieur.

CONCLUSIONS

39Mouvantes, les alliances du groupe maquilador avec les différentes forces économiques, politiques et sociales provoquent des désajustements et des réajustements dans le système de contradictions :

  1. au sein des bourgeoisies régionales, à cause de l'aggravation de la concurrence entre les entrepreneurs pour l'obtention des meilleurs contrats ; tous n'ont pas la même expérience, ni les mêmes relations avec les banques étrangères ; ils ne jouissent pas tous non plus du même capital de confiance auprès des transnationales.
  2. entre les entrepreneurs liés aux usines d'assemblage ou bénéficiant indirectement du processus d'industrialisation et ceux qui, concernés par les activités traditionnelles (agriculture, élevage, mines et certaines branches de l'industrie) sont exclus des mesures préférentielles mises en œuvre par le gouvernement et sa politique économique.
  3. au sein de l'appareil d'État, entre ceux qui appuient ouvertement le programme des usines de montage et ceux qui s'y opposent avançant le risque d'une plus grande dépendance.
  4. entre le groupe maquilador et les transnationales à cause du retard dans le paiement des loyers, le non-respect des accords contractuels et la faible marge de décision relevant de l'initiative mexicaine.
  5. finalement, entre le groupe maquilador et les travailleurs syndiqués ou non qui, cherchant à améliorer leurs conditions de vie et de travail, mènent parfois des actions revendicatrices mettant en danger, selon les entrepreneurs, la stabilité sociale.
  • 12 "... Il apparait qu'une analyse vraiment exhaustive de l'histoire récente des maquiladoras à Nuevo (...)

40La résistance manifestée par les forces politiques et sociales les plus touchées par le processus confirme, à notre avis, la thèse de Roland Travis selon laquelle les usines d'assemblage ne s'implantent pas dans un espace vide mais dans un milieu vivant dont les réactions peuvent modifier de façon décisive leur impact sur la société12. Mais sur la frontière nord du Mexique, la crise, la pénétration plus forte des États-Unis et les liens traditionnellement très étroits entre la bourgeoisie frontalière du Mexique et des États-Unis, accentuent la vulnérabilité de la structure politique et affaiblissent sa capacité de résistance.

41En résumé, l'expansion de l'industrie d'assemblage a suscité des déséquilibres et des distorsions dans la structure du pouvoir régional. Dans ce processus de recomposition, le groupe maquilador, surtout dans sa composante la plus puissante, a progressé aux trois niveaux de l'administration publique. Cette tendance va s'accentuer à cause de l'importance croissante des maquiladoras dans la stratégie économique et parce que les entrepreneurs se sont dotés d'une meilleure organisation tactique partout où leur développement était en jeu.

  • 13 Excélsior, 22 mai 1987.
  • 14 Alejandra SALAS-PORRAS. "Crisis, maquiladoras y estructura sociopolitica en Chihuahua, Sonora y Ba (...)

42La force du groupe est telle que la Secretaria de Gobernacion se préoccupe de voir "qu'en certaines circonstances l'industrie d'assemblage joue un rôle de pression contre l'autorité centrale"13. En effet, elle tend à utiliser les contradictions du système politique -particulièrement aiguës dans les états du nord- pour s'imposer sur le plan économique et politique. Toutefois, pour ce faire il existe deux stratégies : 1) Celle des groupes qui appuient plus ou moins ouvertement le PAN pour manifester leur mécontentement et exercer des pressions sur le gouvernement comme l'ont fait Bermudez, Vallina et Mares pendant le processus électoral de 1983 à Chihuahua dans le but de rétablir avec l'État des relations qui soient plus favorables à leurs intérêts (aujourd'hui, ils appuient à nouveau le PRI, le premier étant même le maire priiste de Ciudad Juarez) et 2) la stratégie des fractions de la bourgeoisie les plus touchées par la crise pour lesquelles le PAN ne représente pas une option politique réelle leur permettant de s'opposer au système et de participer au pouvoir (Adalberto Rosas, Javier Castelo Parada à Sonora, les Terrazas, les Mesta et Fernando Montero à Chihuahua et Elorduy et Corella à Mexicali en Basse Californie14

Notes

1 Prenons pour exemple Promotora de la Industrie Chihuahuense. Cet organisme décentralisé qui dépend du gouvernement de Chihuahua et qui regroupe 6 grands complexes industriels dans la région (Chihuahua, Cd Juarez, Delicias, Cuauhtémoc, Casas Grandes et Parral) a vendu dans d'excellentes conditions au groupe Vallina environ 80 ha relevant du complexe industriel Chihuahua pour créer un "miniparc" (Las Américas II). A Tijuana, les groupes privés qui s'occupent de promotion disposent de terrains dans la ville industrielle de Nueva Tijuana qui appartiennent également au gouvernement de Basse Californie.

2 CAMCO, Mexico's Maquiladora Handbook, 1986. P. 6.

3 Les coûts de la construction indirecte (sous contrat) varient de 20 à 50 %.

4 Un des plus grands groupes qui rassemble plus de 80 000 entreprises de l'industrie de transformation.

5 "Les configurations du pouvoir local combinent les relations verticales au sein des institutions centralisées d'envergure nationale et les relations horizontales -institutionnalisées ou non- fondées sur l'assise territoriale et les rapports de proximité : l'analyse des cas particuliers montre que l'enjeu est triple. Il s'agit de contrôler non seulement les groupes dominés mais aussi les institutions locales de l'appareil d'État, soit pour utiliser cette parcelle de la puissance publique, soit pour faire pression sur l'État central. Enfin, au sein des bourgeoisies locales se manifestent des conflits entre factions oligarchiques et de plus en plus entre groupes sociaux nettement antagonistes" Noëlle DEMYK "Bourgeoisies locales, pouvoir et espace en Amérique Latine" Cahiers des Amériques Latines 2/3, P. 37-38.

6 Roland Trabis, Industrie et politique à Frontière Mexique-U.S.A. Le cas de Nuevo Laredo. 1985. P. 87-90.

7 Alonso AGUILAR M. Dialéctica de la economia mexicana. Mexico. Ν.Τ. BERMUDEZ reconnaît ce caractère "dominant-dominé" lorsqu'il dit "C'est un fait, l'industrie d'assemblage perpétue le sous-développement. Mais c'est là que se manifestent les intérêts de l'industriel mexicain. D doit se marier avec la maquiladora, il lui faut profiter de la situation, il ne peut rester statique parce que tout évolue" Excelsior, 22 mai 1987.

8 Cet organisme qui a aussi contribué au développement de l'industrie d'assemblage a souvent été soumis à des pressions de la part de syndicats et d'organisations du travail américains pour empêcher ou arrêter le transfert d'usines au Mexique.

9 Au cours des deux derniers séminaires sont intervenus entre autres Rex Mingot, John Christman, Carlos et Federico Barrio.

10 La Citibank, Bank of America et les autres banques commerciales frontalières ont des programmes spéciaux pour la construction des bâtiments. CAMCO, Mexico's Maquiladora Handbook, 1986.

11 Roland Trabis, Op. Cit. p. 95.

12 "... Il apparait qu'une analyse vraiment exhaustive de l'histoire récente des maquiladoras à Nuevo Laredo, de la situation actuelle de ce secteur d'activité (en 1980-81) et de ses perspectives d'avenir, ne peut pas faire abstraction de l'espace social concret dans lequel s'inscrit le fonctionnement de ces entreprises. Si notre objectif premier est bien de déterminer quels sont les effets de l'installation des maquiladoras sur la structure socio-économique locale, la méthode utilisée pour l'atteindre cherche à prendre en compte la dialectique qui s'établit entre "l'espace, d'accueil" et les "maquiladoras". Le milieu d'accueil n'est pas un espace abstrait, neutre que l'activité des maquiladoras est supposée modifier en changeant quelques "paramètres" (volume d'emploi, des flux, de revenus, ou bien création d'un nouveau prolétariat, etc...), c'est aussi un milieu vivant qui exerce un effet de retour sur les caractéristiques de ce secteur de maquila. Roland Trabis, Op. Cit. p. 91.

13 Excélsior, 22 mai 1987.

14 Alejandra SALAS-PORRAS. "Crisis, maquiladoras y estructura sociopolitica en Chihuahua, Sonora y Baja California".PERCIDE. Mimeo. p. 411-42.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. PARCS INDUSTRIELS EN BASSE CALIFORNIE, SONORA, CHIHUAHUA ET TAMAULIPAS
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1138/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 33k

Auteur

Chercheur au CIDE. Mexico.

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter