Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pouvoir local, régionalismes, décentralisation

 | 
Jean Revel-Mouroz

2. Acteurs du Développement régional et Pouvoirs locaux

Microrégionalisation, acteurs sociaux et développement intégral

Nicole de Falen

Texte intégral

1Après avoir recherché durant des décades les formes apparemment les plus appropriées de contrôle territorial, la nouvelle constitution politique de l'État du Pérou signale en 1979 en son article n° 80 que l'État a pour devoir "la promotion du bien-être général reposant sur la justice et le développement intégral et équilibré du pays".

2En conséquence et moyennant le Décret Suprême n° 0040-80 PM la Commission Nationale de Régionalisation (CONAR) a été créée, avec pour but de formuler le Plan National de Régionalisation. Furent membres de la CONAR les institution publiques, les organisations non gouvernementales comme des représentants de municipalités, de partis politiques, des universitaires et même des experts de la Coopération Internationale. La multiplicité des tables rondes, séminaires, forums, revues et publications permit d'atteindre un niveau de communication inconnu jusqu'alors et permit surtout l'expression d'un grand nombre de propositions (Bernex, 1985 : 54-55). Ce furent 22 mois de fièvre politico-scientifique et de dialectique qui n'aboutirent à aucun accord si ce n'est de permettre un débat de plus en plus ample sur la régionalisation. Ce débat se poursuivit de 1980 à 1985, tout au long du second gouvernement du Président Belaunde Terry, prenant la forme d'un mouvement de recherche de solutions régionales et de démarcation territoriale. Ce débat suscite un enthousiasme et une foi démesurés, correspondant en partie à la nouveauté du moment présent mais aussi, comme le souligne à juste titre Lizarroga (1985), il est probable que le modèle politique et économique proposé était capable d'organiser un développement réel et intégré des régions et qu'il fallait seulement l'associer à une nouvelle approche géographique. Approche qui a été et qui est toujours absente.

3Cependant, dès le début du débat, quelques observateurs insistèrent davantage sur le sens et l'orientation de la régionalisation, donnant une moindre importance à sa projection proprement spatiale. C'est ainsi que depuis le Centre Bartolomé de las Casas du Cuzco, Guido Delran montre le besoin "d'impliquer les villes dans un développement régional articulant secteurs urbains et secteurs paysans, problématique agraire et problématique commercio-industrio-financière directement liée au développement agraire (Martin, 1984 : 53), de fait, et avec une certaine constance, les chercheurs des ONG travaillant essentiellement pour la promotion des communautés se sont intéressés à la recherche de stratégies à partir du "vécu" et du développement communal-régional tandis que les chercheurs plus académiques des centres de recherche privés liméniens, éloignés de la sphère régionale, centrèrent leurs efforts sur des modèles de gestion régionale. Le troisième interlocuteur -l'État- voyait comme priorité le nombre et la démarcation des régions. Ces trois interlocuteurs furent toujours les mêmes tout au long des débats, participant à une problématique commune mais parlant un langage différent et laissant de côté les acteurs régionaux et les instruments de la régionalisation.

4Face à une volonté de dialogue constructif, l'impuissance de tous les partenaires due en grande partie à l'ampleur et à l'imprécision des questions permit à l'Institut National de Planification (INP) de présenter au Congrès son propre Plan de Régionalisation. Après avoir répondu à quelques déficiences, le Plan fut finalement approuvé le 31 mai 1984. Les mois suivants virent s'éteindre la grande tempête d'idées, d'études, de luttes et de projets, le dernier ressac ayant lieu en mi-1985. Quelles explications peut suggérer cette évolution ? Est-ce que ce nouveau silence peut découler de la promulgation même du projet ? Est-ce que cette situation est due au nouveau contexte politique du pays ? Est-ce une forme de continuité exprimée différemment ? Ou bien est-ce une réelle transformation des règles de lecture national-régional ?

5Ce serait totalement erroné de supposer une nouvelle tendance du processus de régionalisation à partir de 1985. Tel que le définit la Constitution Politique de l'État, c'est un processus permanent, permettant la structuration, la transformation et la consolidation de l'espace. Ceci permit le 19 mars 1987 la promulgation de la Loi de Bases de la régionalisation du Pérou (loi n° 24 650), laquelle "normalise la délimitation, création et modification des régions, ainsi que la création, la nature, la finalité, la compétence, l'organisation de base, les ressources et les relations des gouvernements régionaux". (Art. 1). Cependant, malgré la promulgation de la loi, l'expectative n'était plus la même que quatre à six ans auparavant, même si à Lima, il y eut quelques commentaires sur le nombre de régions, le budget régional... ; la loi, réponse nécessaire mais tardive, passa innaperçue dans la plus grande partie du pays.

I. Origine de la micro-régionalisation

6Ce n'est qu'après plus de deux ans d'élaboration d'un modèle microrégional et de divers travaux par l'Instituto Nacional de Desarrollo (INADE) et après la création de plusieurs microrégions que fut promulguée la loi de régionalisation. Comment expliquer donc ces mesures micro régionales, comment voulaient-elles à l'origine s'intégrer à la régionalisation ? Ces diverses décisions et actions s'expliquaient par les nouveaux seuils de désarticulation Sierra-Côte, par les conséquences des anomalies climatiques de 1983 (inondations catastrophiques dans le nord, sécheresse dans le sud) ainsi que par des expériences et des situations antérieures favorables. Comme le souligne ORTIZ (1985 :4), il existait "la possibilité de mettre au point une stratégie viable utilisant des éléments simples qu'on avait sous la main et essayant de profiter au mieux des normes en vigeur et de la participation de la communauté". L'enjeu qui était la Sierra ainsi que ses potentialités impliquait un traitement particulier dans le schéma d'intégration territoriale, identifiant des sous-espaces ou micro-régions à l'intérieur des zones stratégique andines.

II. Le cas de la micro-région andine centrale de Piura

7Comme la plupart des autres départements péruviens, celui de Piura est constitué par deux régions clairement différenciées : Côte et Sierra. La première se caractérise par ses populations concentrées dans les deux vallées qui la prennent en écharpe : celle du Chira et celle du Piura ainsi que dans les sites protégés du littoral. Son activité économique dominante est l'agriculture commerciale sous ses différentes formes de production. La seconde région compte des populations plus dispersées et occupe les versants des hauts bassins des fleuves mentionnés. L'activité essentielle et prédominante est l'agriculture de subsistance et le petit élevage. Il est important de mentionner combien cet espace de sierra vit en marge des circuits économiques de par l'absence de communications. C'est pourquoi lorsque son milieu naturel subit de fortes altérations comme en 1983 cette région connaît des moments fort difficiles. C'est justement à la suite des désastres endurés par la Sierra Piurana que la première convention des maires andins de Piura a lieu en août 1983. C'est alors que se fait sentir le besoin de regrouper les districts qui ont entre eux une plus grande articulation et une complémentarité effective ; afin de résoudre le niveau critique de la situation les maires de Frias, Pacarpampa, Santo Domingo, Santa Catalina de Mosa et Chalaco proposèrent la création d'une micro-région Sierra Centrale de Piura appelée aujourd'hui "Micro-région Andine Centrale". Comme conséquence de cette réunion, fut signé en mai 1985 un accord entre la Pontificia Universidad Catolica del Peru (PUC) et la Corporation de Développement de Piura (CORPIURA), les deux entités devant unir leurs efforts pour concevoir un projet de développement rural intégral dans le cadre de la micro-région Andine Centrale.

8D'autres accords furent signés postérieurement par la PUC avec l'ORSTOM, avec le centre de Recherche et Promotion de la Paysannerie (CIPCA) et avec le Ministère de l'Éducation (JUPCE).

9Plusieurs mois après, le Jeudi 2 octobre 1986, se crée officiellement la micro-région à travers le décret suprême n° 53-86-PCM, qui concernait la micro-région Andine Centrale de Piura, soit les districts de Frias et Pacaipampa (Province d'Ayabaca) et ceux de Chalaco, Santo Domingo, Santa Catalina de Mosa et Yamango (Province de Morropon).

10La PUC en signant ces accords répondait aux objectifs qu'elle s'était fixée : "Service à la Communauté et étude de la réalité nationale afin d'atteindre une société juste et solidaire, grâce à la transformation et à l'humanisation des structures du Pérou" (Article 1 du statut de la PUC). On retrouve le même esprit que dans la Constitution Politique du Pérou, affirmant ainsi sa volonté d'atteindre un développement intégral dans la zone concernée. C'est pourquoi dans le troisième paragraphe sera expliqué quelle est notre conception du développement intégral, les stratégies prévues pour l'atteindre, le cadre du projet, ses limites (autant spécifiques que générales).

III. Le développement intégral : du concept à la réalité

11Tant dans ce projet qu' en d'autres occasions (Bernex, 1985-1986), nous avons signalé que le terme de développement signifie pour nous un ensemble synchronisé d'actions de type économique, politique, social et culturel qui élèvent le niveau de vie d'une société et de chacun de ses acteurs sociaux. C'est pourquoi le développement ne peut être que global. Construire un barrage, un tambo, un pont... c'est donner un équipement, améliorer le niveau d'infrastructure, introduire une innovation, ce qui trop souvent a été confondu avec le développement. Il peut y avoir un changement superficiel et momentané mais si ces travaux ne sont pas précédés ni suivis d'une animation et d'une éducation-formation afin de permettre aux intéressés d'assurer la continuité des travaux, le but ne sera pas atteint. C'est ce que souligne Jean Gray (1978 :16) "le développement est de permettre que les homme se satisfassent eux mêmes, se libèrent, s'émancipent. C'est pourquoi la technologie et les investissements massifs sont inefficaces si on ne parle pas d'abord au cœur et à la raison des hommes concernés". Nous sommes en accord avec Alfredo Matte Lira (1976 : 63) quand il signale que le processus de développement d'un peuple, ayant comme fin l'homme et la société, doit être un processus total, intégral, unitaire comme l'est celui de l'homme ; les valeurs scientifiques-technologiques, ne peuvent pas constituer par elles-même le progrès d'une société, si elles ne sont pas accompagnées d'autres valeurs qui permettent l'intégration et l'autoréalisation. La prise de conscience de cette dimension majeure du développement et de son besoin absolu caractérise les années 80, et explique les nouvelles orientations prises par un grand nombre d'ONG non seulement au Pérou et en Amérique Latine mais aussi en Asie et en Afrique.

12Aujourd'hui, en tout projet orienté vers le développement et en dépit des difficultés et de ses limites, il doit retrouver une échelle humaine, permettre aux peuples de prendre conscience de ce qu'ils sont et de ce qu'ils ont, de ce qu'ils voudraient être et avoir. Il est clair que cela dépasse un simple diagnostic d'une situation ou le profil socio-économique d'une société donnée et des ressources de son environnement. Cela va plus loin que l'analyse des besoins économiques, sociaux, culturels et politiques d'un projet de développement (généralement possible dans l'esprit de ceux qui le proposent sans l'assumer et non des personnes concernées qui ne le proposent pas et devront l'assumer).

13Cependant, il doit rester clair que l'évolution de la situation socio-économique, culturelle, financière, politique ainsi que le bilan de l'offre énergétique et environnementale sont en général indispensables pour obtenir cette conscience du "qui sommes-nous ?" "Qu'avons-nous ?" "Que voudrons-nous être et avoir ?". Cependant nous ne pouvons pas réduire le "Qui sommes-nous ?" à une seule dimension et à la dimension la plus artificielle de l'homme, la moins humaine. On ne peut pas penser, parler et faire du développement si auparavant on n'a pas mis l'accent sur la véritable dimension du développement, c'est-à-dire son échelle humaine, celle qui va permettre d'intégrer la personne dans notre société et lui rendre sa capacité d'identité profonde et individuelle, un préalable vers une identité locale, voir régionale. Comme le disaient Reichert et Ramond (1980 : 17) afin de sortir d'un état de crise latente, d'insatisfaction, d'agression et de frustration dans lequel nous sommes "il faut avant tout retrouver les notions de personne, et de communauté, d'être humain et de solidarité, de convivialité vraie, casser toutes les formes, même les plus sophistiquées, d'individualisme, éviter toute forme de banalisation, de réductionnisme, de conditionnement, niant la vie elle-même. Il faut avoir ou retrouver une foi". Comment ces convictions et ce cadre conceptuel vont déboucher sur la pratique. Et il faut ici signaler la première limitation de tout projet de développement. Avant de connaître de façon critique l'espace concerné, il faut présenter et soutenir le projet, élaborer des stratégies afin d'obtenir son financement même minime mais indispensable, et comme il est compréhensible, plus l'espace couvert sera grand, plus il sera difficile d'élaborer ces propositions.

14C'est pourquoi, nous avons élaboré une série de six objectifs accompagnés d'un cadre de référence, genre de guide pour les différentes étapes et actions de tout projet. La connaissance générale que l'on avait de la zone (Cordova et Bernex, 1980-1981-1984) permit de retenir ces objectifs prioritaires

  1. Analyser les ressources naturelles et énergétiques de la microrégion et leurs possibilités de conservation et d'exploitation, et quand cela sera possible, de récupération.
  2. Mesurer les niveaux d'érosion et proposer des alternatives de contrôle ; de même évaluer la qualité des sols et étudier leur possibilité d'amélioration.
  3. Analyser la situation socio-économique et culturelle de la population, en tenant compte de ses besoins et de sa perception du développement.
  4. Mesurer les niveaux d'interaction spatiale entre les groupes humains existants pour la localisation de certains services.
  5. Établir quelques projets de développement micro-régional qui permettent l'amélioration de la qualité de vie des populations affectées : reboisement, élevage ovin, jardins maraîchers familiaux, petites agro-industries, artisanat, etc..
  6. Développer un programme d'éducation qui renforce les actions de développement et permette les innovations.

15Ces objectifs se situent dans le cadre suivant :

  1. la recherche scientifique pour le développement est une étude de base : il s'agit d'une recherche de haut niveau qui ne peut se limiter à des approximations.
  2. les thèmes de la recherche pour le développement doivent être ceux qui permettent aux peuples de diriger la forme de développement, qui assurent leur indépendance. Il est nécessaire de connaître et expliquer le présent, c'est à dire les espaces actuels avec les hommes qui les occupent ou essaient de les occuper ainsi que de donner les moyens de prévoir l'avenir.
  3. l'interdisciplinarité thématique et méthodologique est la voie privilégiée de la recherche scientifique pour le développement.
  4. la recherche scientifique pour le développement ne donne pas ses fruits si on délaisse les problèmes de formation et de valorisation des ressources des espaces concernés.

16Ici intervient le choix des instruments, temps et acteurs de ce développement dont le but était intégral pour les maires de la micro-région, et dont le but intégral est aussi intégrateur et "autosoutenu" pour nous.

IV. Actions et limitations au niveau social

17L'organisation du travail à niveau micro-régional considère :

  1. Les acteurs, c'est-à-dire la population concernée par son propre processus de développement, le gouvernement local et les agents de développement (chercheurs, techniciens, promoteurs).
  2. Les instruments d'auto-développement conscient et volontaire (éducation, législation, financement et gestion).
  3. Les actions à court terme, répondant aux aspirations profondes des populations et les succès espérés, essayant de situer les succès dans l'espace du "possible", en faisant abstraction de l'immense ensemble du "désirable".
  4. Les rythmes du développement, qui doivent suivre les aspirations des populations, sans oublier que, comme le mentionne l'UNESCO (1980 : 29-30), le développement en tant que phénomène social "est avant tout vécu comme changement qualitatif et perçu à travers ses effets immédiats. C'est pourquoi... toute action de développement devrait avoir un sens immédiatement perceptible par ceux qui la vivent ; dans le cas contraire, ils ne pourraient y adhérer. Cela signifie que les effets à court terme ont un rôle moteur, et ceux à long terme une fonction régulière et correctrice".

18Il convient aussi de signaler un fait implicitement reconnu mais difficilement acceptable : c'est que le développement prend du temps et que la notion de temps est totalement différente pour la population, pour les agents de projets, pour le gouvernement local, pour les organismes de financement. Ici sans doute, nous touchons à la plus grande limitation de tout projet de développement intégral. Changement qualitatif, phénomène social, il ne peut se réaliser sans la complète participation des populations concernées, et sans avoir étudié avec elles, et de manière approfondie toutes les alternatives d'actions et leurs impacts dans l'avenir. Cela permettra d'éviter la déstructuration et la dépendance d'une société qui n'utilise pas ses propres forces et son système organisationnel pour se développer.

19La participation consciente et l'association active des populations exigent beaucoup de temps : pour être écouté par les agents du développement et aussi pour être écouté au sein même des communautés. Ce temps est celui exigé par la transformation de la connaissance intuitive en connaissance consciente. C'est le temps de la prise de conscience de son propre potentiel et de ses valeurs comme sources de son vécu. Mais c'est un temps étranger au temps bancaire, au temps administratif et au temps politique, en dépit de leurs relations. Nombreuses sont les dimensions critiques du temps et pour ne citer qu'un second paramètre, l'autre dimension est liée au travail même des agents du développement

20Il est très difficile de mettre en œuvre un projet de développement intégral, réussir à ce que la communauté vive son intégralité à partir d'une vraie prise de conscience des constantes interrelations que lui offrent son vécu, même l'expérience la plus simple, alors que les agents du développement eux-même n'arrivent pas à la pratiquer entre eux "faute de temps". De fait, tout projet de développement intégral compte des agents dont les spécialités sont très différentes et tendent à se compléter pour faciliter la compréhension globale du milieu où ils travaillent et leur rapprochement avec les populations en développement. Le temps attribué aux recherches pluridisciplinaires, à la mise en commun des perceptions et à la recherche collective des alternatives permet d'associer les usagers potentiels à la conception du projet depuis son début, et permet son insertion dans le vécu des communautés.

21Cependant, non seulement les difficultés résident dans les limitations de temps, et elles peuvent être catastrophiques, surtout à partir du moment où "les crédits sont disponibles et qu'il faut les dépenser rapidement sous la double pression financière des organismes bancaires et politique des gouvernements" (Spitz, 1986 : 31), mais les difficultés résident aussi dans l'hétérogénéité même du milieu physique en équilibre fragile, dans la pression démographique et la diversité des populations. La micro-région andine centrale de Lima n'échappe pas à cette règle, outre la complexité créée par son chevauchement sur deux bassins et celle des héritages historiques.

22C'est ainsi que dans les districts de Pacaipampa et Frias, appartenant au bassin du Quiroz, chaque vallon constitue une particularité climatique, dont le centre correspond à un espace sec situé entre les 1 000 et 2 000 mètres ; De même dans les espaces conformés par les hauts bassins des vallées montagneuses du Piura (Yapatera, San Jorge, Las Gallegas, Chalaco, Yamango), l'influence des vents du Sud-Ouest et le caractère cyclique des pluies introduisent une grande flexibilité dans la maîtrise de l'espace, où l'on ne peut pas fixer les limites des régions biogéographiques par étage sans reconnaître l'existence de vastes zones de transition où les cultures d'irrigation ou pluviales dépendent de l'abondance des précipitations annuelles.

23En outre, les populations actuelles ont pu hériter de très vieilles communautés (Communauté de Yamango) ou appartenir à de grandes haciendas d'élevage de la Sierra (Poclus-San Jorge) ou vivre depuis plus d'un siècle en tant que petits propriétaires "blancs", dont les biens ont été transmis de père en fils, se fragmentant de génération en génération.

24L'appartenance à l'un ou à l'autre de ces systèmes sociaux dicte la maîtrise de l'espace et son organisation tant au niveau de l'échelle qu'à celui de la technique. A cette organisation différente de l'espace correspond un comportement différent de l'environnement.

25Cette complexité du milieu exige une plus grande disponibilité de temps, mais surtout de ressources humaines et une plus grande mobilisation des acteurs locaux eux-mêmes pour vivre consciemment cette unité et cette diversité. Face à la lenteur -positive- de la recherche pluridisciplinaire et de sa valorisation, il fut décidé d'un commun accord avec les populations de commencer des Programmes d'Éducation Environnementale pour les maîtres d'écoles ruraux considérés comme agents de changement afin que les communautés prennent conscience de leur situation, de leurs possibilités et réussissent à avoir de nouvelles habitudes dans leurs relations Homme-Milieu. De même, cela permit de travailler avec les couches les plus jeunes de ces populations, de leur faire acquérir des connaissances, des attitudes et habitudes nouvelles, en tenant toujours compte de l'environnement comme principal instrument éducatif.

26La diversité de l'espace est une limite car elle freine la généralisation des actions éducatives, l'expérience des ateliers nous ayant démontré combien il est important de partir des caractéristiques locales tant écologiques qu'économiques, culturelles des communautés et de travailler à l'échelle du vécu. C'est seulement de cette manière qu'il sera possible de mettre en valeur les connaissances des communautés, en respectant réellement leurs opinions quant à leur développement.

27Ceci ne signifie pas qu'il faille considérer chaque communauté comme une entité autonome, mais bien de travailler indépendamment, de développer la capacité d'association des communautés qui partagent les mêmes intérêts, les modes de vie, qui s'affrontent aux mêmes problèmes et se fixent les mêmes buts. Mais il est évident aussi que dans une même communauté, il existe des conceptions différentes du développement, lesquelles doivent "permettre d'explorer les différents aspects de la vie de la communauté et le moment historique dans lequel elle se situe. Il faut voir dans ces conceptions des voies d'accès à la connaissance des habitants du hameau et elles doivent contribuer à la recherche des niveaux de structure de l'espace rural... Seulement ainsi et quelle que soit la conception adoptée par les ONG, celles-ci pourront comprendre les racines culturelles des habitants du hameau, les ONG ayant une fonction d'appui et les habitants se transformant en protagonistes principaux de leurs propres activités et de leurs futures orientations" (Bunpanya, 1986 : 15).

28Nombreuses sont les difficultés et les limitations que vont rencontrer les agents du développement et les communautés impliquées dans cette convivialité exigée à différents niveaux par tout projet de développement intégral. Plus grandes encore vont être les difficultés que tous deux vont rencontrer ensemble dans leur face à face avec les institutions régionales qui détiennent le pouvoir de décision.

V. Actions et limitations de l'administration publique et des Corporations de Développement (Cordes)

29Il n'est plus nécessaire aujourd'hui d'insister sur les besoins et les vertus de la participation et de la planification globale (depuis le haut et vers le haut). Au contraire, il est urgent de comprendre les causes profondes de l'affrontement existant entre la planification depuis le haut et de celle vers le haut (descendante et ascendante).

30Recherchant les raisons des difficultés de dialogue entre les acteurs micro-régionaux et leurs instances (communautés paysannes, associations agraires, rondes paysannes, municipalités) et l'administration publique, nous voyons que d'un côté, au niveau local, il existe un processus continu d'intégration et de coopération tandis que le niveau gouvernemental se caractérise par son sectorialisme, sa fragmentation, sa politisation, ce qui implique une incapacité d'action, et une forte centralisation du pouvoir de décision.

31D'un autre côté, dans beaucoup de cas, il n'existe pas de possibilité de dialogue car la démarcation de la micro-région (même si elle est correcte géographiquement) ne correspond pas à la démarcation officielle du territoire national. Dans le département de Piura, c'est le cas des districts de Frias et de Pacaipampa, qui appartiennent à la Province d'Ayabacay et à la micro-région andine centrale axée sur Chalaco-Morropon. Les secteurs, face à leur incapacité de bien planifier leurs actions, les minimisent. D'où une situation de conflit permanent entre secteurs mais aussi avec les Corporations de Développement et les municipalités, situation qui s'exprime autant au niveau de la prise de décision que de la gestion du budget et de l'administration micro-régionale. Tout cela implique une autre vision plus large de la micro-région : non seulement le promoteur d'un développement local mais aussi un agent de changement régional. Comme l'a dit Dietrich Fürst lors d'une table ronde, la micro-région va obliger à corriger les programmes sectoriels en faveur des régions et aussi permettre le déploiement des initiatives face à la routine insensible de l'administration publique de l'État.

32Évidemment ces changements ne seront possibles que dans la mesure où ils sont de véritables jalons vers la décentralisation, considérant la micro-région comme organisme responsable, qui n'a pas besoin d'un contrôle paternaliste et dévalorisant mais d'un personnel formé et reconnu.

33Finalement il faut reconnaître la fragilité de toute action quand elle se situe hors du dialogue régional-micro-régional, intégrant les besoins de la micro-région : s'articuler de façon interne pour pouvoir s'articuler avec les autres sous-ensembles régionaux et fortifier son développement.

34Ces limitations et ces risques se posent toujours face à l'administration publique et se posent en termes de réformes nécessaires afin d'accéder à un meilleur développement, à un développement intégral de la Sierra, à une articulation sierra-côte, qui est bien l'un des grands buts du Plan National de Régionalisation et de la Constitution Politique de l'État. Arriver à ces buts signifie vaincre une double résistance : éducative et administrative. Comment vaincre les résistances éducatives ? Il est certain que le Pérou progresse dans la ligne de l'Éducation Populaire, l'éducation d'adultes mais atteindre un développement intégral signifie ne pas maintenir deux ligne éducatives séparées et hiérarchisées. Il ne devrait plus exister une éducation urbaine et côtière "supérieure" face à une éducation populaire, pour migrants, pour ruraux, "inférieure" ; l'éducation pour le développement peut et doit être seulement globale.

35Comment vaincre les résistances administratives et éviter à la fois que se reproduisent les mêmes erreurs centralisatrices dans la micro-région, que celle-ci devienne "un État dans l'État". Reprenant les paroles de Dietrich Fürst, "il est nécessaire de changer notre culture bureaucratique fondée sur le contrôle, la méfiance et des styles personnels de décision contre une autre culture caractérisée par la direction constructive, la coopération et l'auto-développement dynamique".

36Dans le Pérou d'aujourd'hui comme dans celui d'hier, le développement intégral des différents espaces territoriaux dépend d'une décision. Il existe des potentiels naturels et humains. Faute de décision politique, la régionalisation, décision constitutionnelle et la micro-régionalisation, instrument institutionnel peuvent seulement masquer cette absence de décision de l'État quant à une vraie politique de développement et aux réformes nécessaires. Le Pérou d'aujourd'hui vit dans l'attente de ces décisions afin de connaître dans son avenir une meilleure qualité de vie et un développement véritablement intégral.

Bibliographie

BERNEX, Nicole, "Estrategias de desarrollo nacional y regionalizacion para el desarrollo" en : Descentralizacion, regionalizacion, microrregionalizacion par A. Stecher S., N. Bernex y J. Gonzales Vigil. Lima : C.E.R. ; 1985.

BERNEX, Nicole, "Estrategias de desarrollo rural integral" Quito : Coloque Ecuador 1986 ; Juillet 1986.

BUNPANYA, Bumroong, "Los Aspectos culturales de la labor para el desarrollo en el campo" in : Ideas de Action -169 1986 : 4.

CORDOVA, Hildegardo, et Nicole BERNEX, "Algunos aspectos fitoeconomicos de Frias" in : Boletin de Lima, Mai-Juin 1980.

CORDOVA, Hildegardo et Nicole BERNEX, "Los efectos del transporte en el desarrollo del Distrito de Frias" (Piura). Lima : UNMSM et Ministerio de Transporte ; 1981.

CORDOVA, Hildegardo et Nicole BERNEX, Importancia de los caprinos en los ecosistemas y la economia campesina del despoblado de Piura. Lima, INIPA, Série Reporte Tecnicos, n° 22,1984.

FURST, Dietrich, Mesa Redonda en la Fundacion Friedrich Ebert sobre "Estrategia de microrregionalizacion y administracion publica" -Lima : Mars 1986.

GONZALO, Martin, "Entrevista al RP. Guido Delran del Centro Bartolomé de las Casas" in Propuestas para el desarrollo -4. Lima : A.N.C., 1984.

GRAY, Jean, Le Développement au ras du sol, Paris : ed. Entente ; 1978.

INADE, Estrategia de desarrollo para la Sierra del Peru. Série : Documentes de Trabajo : Proyectos Microregionales en la Sierra. Lima ; 1984.

LEY de BASES DE LA REGIONALIZACION DEL PERU 19 Mars 1987.

LIZARRAGA B. Raul, "Lineamientos générales para el diseho e una estrategia de desarrollo régional y de descentralizacion. Lima: CER, 1985.

MATTE L., Alfredo, "Desarrollo integrado" in Desarrollo intégral de America Latina, Bogota: CELAM, n°  24,1976. ORTIZ, Rolando, Desarrollo microrregional: problemas y posibilidades. Arequipa; 1984 (mimeo).

PLAN NACIONAL DE REGIONALIZACION 31 de Mayo de 1983.

REICHERT, Henri et Jean Daniel REMOND, Analyse sociale de la ville. Paris : Masson ; 1980.

SPITZ, Pierre, "L'immensité infinie du chantier" in : Croissance des Jeunes Nations - 287,1986.

Auteur

Professeur à la Pontificia Universidad catolica del Peru. Lima.

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter