Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pouvoir local, régionalismes, décentralisation

 | 
Jean Revel-Mouroz

2. Acteurs du Développement régional et Pouvoirs locaux

L'évolution du pouvoir local au Cuzco (Pérou) de 1966 à 1985. La montée des organisations populaires

Jeanine Brisseau-Loaiza

Texte intégral

1Un fort sentiment régional existe depuis longtemps au Cuzco notamment dans l'élite traditionnelle des propriétaires terriens. Les changements démographiques et sociologiques d'une ville en pleine croissance et les vicissitudes politiques d'un pays à la recherche de solutions démocratiques, vont créer des modifications profondes et susciter des mouvements populaires urbains et ruraux. A partir de 1965, une politique régionale est entreprise par l'État, dans un but essentiel d'intégration politique, économique et culturelle. Cette politique se fait surtout pendant le gouvernement militaire (1968-78), sans l'élite terrienne affaiblie économiquement par la Réforme agraire, et favorise au contraire l'émergence des mouvements populaires. Ceux-ci se sont surtout mobilisés pour la conquête et le renforcement de la démocratie et arrivent à contrôler la mairie et plus récemment, et en partie seulement, les représentations parlementaires. Leur projet régional est par contre plus flou, surtout du point de vue urbain, comme en témoigne la difficile expérience du FUDIC (Front de Défense des intérêts du Cuzco), né en 1982.

Conscience régionale et politique régionale de l'État

A. L'ancienneté de la conscience régionale :

1. DANS L'ÉLITE :

2Il existe depuis longtemps au Cuzco un fort particularisme régional exprimé par les élites notamment et fondé autant sur des critères historiques et culturels que sur une méfiance, voire une certaine résistance, face au centralisme liménien. Ce sentiment régional s'exprime dans de nombreuses associations défendant notamment la langue quechua ou cherchant à préserver et faire connaître l'importante production artisanale ou artistique de la région. A partir des années 20-30, une partie de ce courant a pu se radicaliser dans le mouvement indigéniste dont Cuzco fut un des foyers les plus actifs. Ce sentiment de sympathie, voire de solidarité, avec la culture indienne ne manquait pas d'ambiguïté dans la mesure où il n'empêchait pas l'élite cuzquénienne de dominer et d'exploiter les paysans et les provinciaux grâce au contrôle de la terre et des pouvoirs locaux administratifs, judiciaires, voire même religieux.

3En fait, ce sentiment régional était essentiellement urbain et même s'il exaltait le particularisme ou la richesse des traditions spécifiques il entrait dans le rapport de domination existant entre la ville et chacune des provinces. La même ambiguïté se retrouvait au niveau des provinces toujours elles-mêmes prêtes à affirmer leurs liens historiques et culturels avec l'ancienne capitale incaïque, mais disposées à la sécession dès que leurs intérêts économiques le leur permettaient. C'est ainsi que Sicuani, la capitale de la laine, et Quillabamba, celle de la Convencion et du café, ont pu revendiquer la création autour d'elles de nouveaux départements, cependant qu'Espinar et, avec moins de netteté, Chumbivilcas, demandaient leur rattachement au département d'Arequipa.

4Le sentiment de méfiance face aux pouvoirs de Lima était beaucoup moins ambigu. La ville et la région avaient beaucoup pâti, notamment au cours du xixe siècle de leur éloignement, de leur enclavement, des difficultés de communication avec la capitale et la côte. Cuzco comme les autres départements de la Sierra ne sortait de l'oubli que pour les prélèvements fiscaux et le recrutement de soldats. Il y eut un temps un rêve de sécession avec la reconstitution d'une confédération peruano-bolivienne s'étendant du Cuzco à l'ensemble de l'altiplano, projet auquel s'associaient les élites de Sicuani malgré des intérêts économiques divergents. Ce sentiment régional des élites traditionnelles a été exprimé par les parlementaires et les maires à travers la pratique courante des pliegos de reclamos (pli de doléances) adressés au pouvoir central à Lima, ou lors de la venue de personnalités au Cuzco.

2. DANS LES MOUVEMENTS POPULAIRES :

5Eux aussi sont anciens notamment dans le domaine agraire, mais ils associent tout au plus quelques revendications locales ou au niveau de chaque province en matière de services sociaux, de routes, à des luttes concernant en premier lieu la terre et les structures agraires. Ces mouvements vont s'amplifier, se radicaliser, après la chute du dictateur Odria en 1956. Ils vont trouver à s'exprimer à travers deux syndicats très puissants : la FDCC (Fédération départementale des paysans du Cuzco, affiliée à la CCP, Confédération paysanne du Pérou) et dans la ville la FDTP (Fédération départementale des travailleurs péruviens). Ces mouvements viseront à briser le pouvoir des élites par des actions très violentes : grèves générales, invasions de domaines, guérillas même pendant la décennie 1958-68.

B. Les facteurs d'évolution du mouvement régional :

  • 1 Recensements de la population de 1961 et 1981.

6Il y a tout d'abord la croissance de la ville dont le nombre d'habitants fait plus que doubler entre 1961 et 1981, passant de 79 857 à 181 604 habitants1 avec un notable renouvellement sociologique d'une population qui se rajeunit, comporte de plus en plus de ruraux, de provinciaux, voit se développer des classes populaires et moyennes. En second lieu, le désenclavement conduit à une meilleure intégration nationale sur le triple plan des communications, de l'économie (commerce et services notamment) et du rôle grandissant du pouvoir central ; ajoutons à cela le tourisme qui entraîne une ouverture nationale ou internationale. Troisième facteur, l'agitation agraire puis la Réforme agraire de 1969 qui affaiblit considérablement, dans la ville où ils résidaient ou en province, le pouvoir des grands propriétaires terriens, les gamonales. Tout ces faits sont à replacer dans un contexte général de difficile émergence de la démocratie parlementaire, suspendue lors du gouvernement militaire de 1969 à 1980 qui toutefois n'interdit pas aux partis et aux syndicats d'exercer et même de développer leurs activités. C'est aussi un contexte où les fluctuations économiques sont très fortes depuis 1976 et surtout 80 sous l'impact d'une crise que certains jugent cependant moins aiguë au Cuzco qu'à Lima.

C. L'évolution de la politique régionale de l'État :

7Elle se fait sous deux types de gouvernement différents : la démocratie parlementaire jusqu'en 1968, puis à nouveau mais dans une optique ultra-libérale en 1980 et la dictature militaire populiste.

I. LES AMBIGUITÉS DE LA POLITIQUE DE RÉGIONALISATION DU PREMIER GOUVERNEMENT BELAUNDE :

8Comme toutes les réformes entreprises sous les gouvernements péruviens démocratiques et notamment celles de la première présidence de Belaunde, la régionalisation vise à une meilleure intégration de l'espace à l'État péruvien et au système capitaliste national et mondial. Elle est renforcement du rôle de l'État dans tous les domaines, y compris économique et semble donc se heurter directement à la conception du pouvoir régional des élites locales traditionnelles même si elle suppose plus de contacts, des liaisons améliorées, une plus grande écoute de la part de la capitale, éventuellement plus de crédits. Cependant dans la mesure où cette politique se fait en renforçant certains centres régionaux choisis comme "pôles de développement", dont on accroît les rôles administratifs et économiques, les élites locales peuvent adhérer au projet. Ainsi, dans un premier temps, ces élites ont été utilisées par le pouvoir central surtout lorsqu'elles possédaient des compétences techniques d'ingénieurs civils, agronomes, architectes.

9Jusqu'en 1969 les responsables des grandes dépendances ministérielles et du premier organisme de développement local, la CRYF créée en 1951, sont tous cuzquéniens et dans leur grande majorité liés par leur famille ou même leurs biens fonciers, à la classe des propriétaires terriens. Devenus fonctionnaires, ils sont chargés d'appliquer la politique et les réformes gouvernementales, très timides au au début mais qui, pourtant, en visant à développer les communautés paysannes et certaines provinces grâce à des programmes de "Développement communal", de "Coopération populaire", de construction de routes, d'écoles, de dispensaires, de vulgarisation agricole, pouvaient ébranler directement leur autorité et leur pouvoir économique. D'où les ambiguïtés de cette politique qui contribuera à l'affaiblissement du pouvoir des élites et au renforcement des mouvements populaires et également provinciaux.

Pendant le gouvernement militaire : affaiblissement du pouvoir des élites, essor des mouvements populaires, sommet de la politique régionale

10Les réformes du gouvernement militaire visaient autant à rompre le pouvoir des élites traditionnelles qu'à affaiblir par des réformes les revendications populaires. En fait, elles réussissent sur le premier point seulement.

  • 2 SINAMOS : Système national de Mobilisation sociale.

11La loi de Réforme agraire, la suppression des parlementaires, la nomination des maires, rompent le pouvoir des notables, grands propriétaires notamment. De nouveaux fonctionnaires sont nommés, non cuzquéniens, pour la plupart des chefs d'administration, et, issus des classes moyennes urbaines, liméniennes souvent. Cela se fait sous le contrôle des chefs militaires et du SINAMOS2

12Au niveau des classes populaires, l'action de la Junte est beaucoup plus contradictoire. Chez les paysans, le gouvernement prétendait à la fois en finir avec les luttes existantes en promulgant la loi de Réforme agraire, et, en second lieu, susciter une adhésion populaire à sa politique. Ce dernier aspect devait être assumé par les "promoteurs" du SINAMOS et par un nouveau syndicat agraire, la CNA (Confédération nationale agraire), organisée en Ligues et Fédérations, ici la dynamique FARTAC (Fédération agraire révolutionnaire Tupac Amaru du Cuzco), visant ainsi à diviser le mouvement paysan. En fait, les lenteurs et contradictions de la Réforme, les luttes d'influence et les oppositions politiques entre le Ministère de l'Agriculture et SINAMOS, de nouvelles revendications sur la commercialisation des produits, ne firent que développer les résistances des Fédérations dont les positions n'ont cessé de se rapprocher, sans qu'on soit arrivé cependant à une unification.

  • 3 Pueblos Jovenes, nouveau nom donné par la Junte aux quartiers pauvres périphériques.

13En ville, dans les Pueblos Jovenes3, en pleine croissance, l'action du SINAMOS contribua à la formation ou à la consolidation de nombreuses organisations populaires regroupant les gens par quartier sur des problèmes de logement, de services, mais aussi d'emploi pour des travailleurs que leur type d'activité "informelle" ou précaire empêchait d'adhérer à la FDTC. Ce dernier syndicat loin d'être affaibli fit preuve d'une grande combativité dirigée contre le gouvernement militaire et organisa pendant la "seconde phase" de la Junte, après la dissolution du SINAMOS, de puissantes grèves et manifestations populaires au côté du SUTEP, le très actif syndicat des enseignants, et de la FUC (Fédération Universitaire du Cuzco).

  • 4 Dans un premier temps, la région SUR ORIENTE (Cuzco, Apurimac, Madre de Dios) appartenait à une gr (...)

14Sous le fort contrôle du pouvoir central, le sommet de la politique régionale administrative se traduit par une autonomie plus grande de Cuzco séparé désormais de la tutelle hiérarchique d'Arequipa4, la mise en place d'une politique intersectorielle de développement exercée par le comité de développement de la région Sur Oriente, (CODESUR.) et même au niveau national, un projet de création de gouvernements régionaux par une loi de 1976.

15On peut étudier l'évolution de la CRYF pour illustrer celle d'un organisme régional : créée à l'origine pour reconstruire la ville après le tremblement de terre de 1950, en particulier les monuments historiques, elle acquiert sous Belaunde des pouvoirs en matière économique d'abord pour la modernisation de l'agriculture, puis pour une politique industrielle (construction et gestion de centrales électriques, usine d'engrais de Cachimayo, parc industriel).

16En 1967, sous la tutelle de l'Institut National de Planification, elle est censée avoir une fonction régionale sur les trois départements de Cuzco, Apurimac et Madre de Dios.

17En 1971, la politique régionale passe à un organisme nouveau, ORDESO, désormais soustrait à la tutelle d'Arequipa, mais toujours dépendant de l'INP, et qui préside le CODESUR ; la CRYF, elle, est absorbée par le SINAMOS, avec un glissement de ses attributions en matière d'urbanisation et de monuments historiques, au profit du Ministère du logement ou du COPESCO qui est un programme de coopération entre le Pérou et l'UNESCO en matière de tourisme.

18Cela entraîne parallèlement un incontestable affaiblissement du rôle de la Municipalité qui reste cependant un enjeu social important bien que les maires soient nommés.

19Le retour des civils et de la démocratie parlementaire va développer les revendications et la politisation des classes populaires et moyennes, à cause de la crise économique, de la croissance du chômage, de la forte inflation qui affaiblit le niveau de vie de chacun, et à la campagne avec les difficultés des organismes coopératifs et les menaces de retour des gamonales. Les diverses batailles électorales qui vont s'organiser depuis 1979 leur offriront un cadre d'expression ainsi que les nouvelles organisations s'ajoutant aux anciennes toujours actives (clubs de Mères, de Jeunes, de Défense des Droits de l'homme) en milieu urbain ou rural, avec des tentatives de regroupement en Fronts de Défense cherchant à associer les autorités locales. Deux faits capitaux élargissent la participation des classes populaires aux élections : en 1978 l'abaissement de la majorité de 21 à 18 ans, et, dans la Constitution de 1980, le droit de vote aux analphabètes écartés des élections depuis 1882.

20En ce qui concerne la politique régionale, avec la Présidence Belaunde, on en revient à la création des Corporations, à nouveau sur une base départementale et non plus régionale. Le rôle du CODESUR est d'abord affaibli, puis supprimé. Celui de l'Institut de Planification est transformé : il élabore le Plan et des projets qui généralement passent par les Corporations, puisqu'il n'a plus d'antenne locale et qui sont élaborés sur la base des micro-régions. Cette échelle locale n'est toutefois choisie que pour des raisons de meilleur contrôle des fonds investis qui se concentrent sur un nombre désormais limité de projets, travaux d'infrastructure pour la plupart (routes, petite irrigation) qui ne sont le lieu ni d'une véritable décentralisation, ni d'intégration des populations locales à leur développement Mais lorsque les organisations populaires sont suffisamment fortes pour ajouter leurs propres projets, elles peuvent déborder ce cadre restrictif.

II. L'APPARITION D'UN NOUVEAU POUVOIR REGIONAL ?

A. les contradictions du pouvoir des élites au niveau de la ville :

21Politique régionale ne signifie pas forcément pouvoir régional, car les responsables sont pour la plupart non-cuzquéniens, souvent nommés pour un temps assez court et un peu ignorants des réalités locales. Par ailleurs, comment parler de pouvoir régional quand il n'y a pas de réelle base économique ? Les entrepreneurs cuzquéniens sont peu nombreux ; le développement économique depuis les années 50 accentue la dépendance vis à vis des capitaux non plus seulement d'Arequipa mais de Lima ou des villes de la côte Nord, malgré la résistance des cuzquéniens à travers les 2 associations de commerçants et d'industriels et surtout avec la création en 1967 de la Banque des Andes qui a été finalement absorbée en 1981 par un établissement liméniea En troisième lieu, la politique économique gouvernementale n'a pas contribué à l'affermissement des bases économiques de la région. Elle a privilégié la création d'un nombre limité de grosses unités industrielles (centrale électrique, usine d'engrais de Cachimayo) qui connaissent d'ailleurs de nombreuses difficultés de fonctionnement, et s'est surtout orientée vers le tourisme. Ce faisant, elle favorisait l'évasion des capitaux vers Lima et fortifiait le rôle de la ville de Cuzco au détriment de ses provinces, à quelques exceptions près. On en revient donc à une situation de domination de la ville sur sa région et à un pouvoir régional qui cherche bien davantage à renforcer cette situation qu'à développer réellement les provinces.

22Parallèlement à l'affaiblissement de l'élite, on assiste au développement de la classe moyenne. Mais au Cuzco, les limites entre les deux groupes sociaux ne sont souvent pas nettes, en raison de l'importance des liens familiaux et des situations professionnelles très variées de leurs membres, y compris désormais des femmes, phénomène accentué par la pratique, fréquente ici, de la pluriactivité pour s'assurer un niveau de vie et de relations sociales jugé décent. D'où l'influence des groupes professionnels, des associations culturelles ou de quartier. Cette classe moyenne a encore moins que l'élite une vision régionale du développement. Malgré des origines souvent provinciales, elle pense en fonction des intérêts de la ville et à la rigueur de sa province natale.

B. Le rôle des forces populaires sur l'évolution du pouvoir local :

23On assiste entre 1966 et 1986 à une montée des forces issues des classes populaires et aussi des couches moyennes urbaines. Elles éliminent le pouvoir de la droite traditionnelle à travers les élections parlementaires et surtout municipale, mais se manifestent aussi dans l'organisation d'un Front de défense des intérêts du Cuzco, le FUDIC.

L'évolution vers une bipolarisation IU/APRA à travers les élections

24Présentons rapidement les étapes de l'évolution du pouvoir au niveau de la mairie, des élections parlementaires et présidentielles.

a) Les luttes pour la mairie

25Elles ont un enjeu important, que l'on doit restituer dans la tradition espagnole des cabildos élus, car la fonction d'alcade jouit d'un grand prestige ; Cuzco, rappelons-le, est la sixième ville du pays et en reste la capitale archéologique. Pourtant les pouvoirs réels des municipalités ont été progressivement réduits au profit des Ministères et depuis 1950 de la CRYF, en particulier en matière d'urbanisme. En fait le maire est consulté pour tout ce qui, dans les Ministères, concerne la ville ; il préside les commissions et les grands débats organisés, mais c'est Lima qui possède la pouvoir de décision, notamment en matière de finances. Les ressources de la municipalité sont, du reste, limitées et ne peuvent permettre de gros investissements en dehors des subventions spécifiques du pouvoir central.

26L'évolution du pouvoir au niveau de la mairie doit être étudiée sur le plan sociologique autant que politique. Les grands propriétaires terriens soutenus par les forces conservatrices, quittent la scène en 1966. Depuis, les élections se sont beaucoup politisées ; même lorsque les maires sont nommés sous la junte militaire, leur profession reflète l'évolution de la société cuzquénienne. En 1966 c'est un maire ingénieur et universitaire, soutenu par l'APRA qui triomphe. Parmi les quatre maires nommés ensuite par les militaires, deux sont des propriétaires terriens "touchés" par la Réforme agraire, mais modernistes et possédant en outre des commerces ou des entreprises industrielles, les deux autres étant artisan ou commerçant. Un seul se présentera aux élections de 1980 sous l'étiquette PPC (Parti populaire chrétien), les autres figurant, sans succès, sur des liste APRA ou Action Populaire.

27En 1980, Action Populaire porte à la mairie un avocat, une universitaire qui reflètera toutes les contradictions entre son appartenance politique et les forces de gauche qui agitent son milieu professionnel et la ville. En 1983, ce sont ces forces qui font triompher le candidat de la tranche unie (IU), également avocat et toujours cuzquénien d'origine, mais elles ne seront plus assez importantes en Novembre 1986 pour le maintenir face au candidat soutenu par l'APRA et qui est d'ailleurs celui de 1966.

28Alors que les anciens maires se contentaient d'appartenir au seul Club Cuzco et à la Société Nationale Agraire, les nouveaux élus sont actifs dans les organismes professionnels (collège des ingénieurs ou des avocats, Chambre de Commerce, Société des Artisans) et donc particulièrement concernés par le développement économique de leur ville ; ils représentent les intérêts des nouvelles classes sociales. On observe également leur sensible rajeunissement (entre 35 et 50 ans) mais la permanence de leur qualité de cuzquéniens.

b) La difficile accession de la gauche au Parlement

29Les étapes électorales sont les suivantes :

  • 1979, élections à la Constituante, premier "test" électoral depuis 1964. L'APRA triomphe au Cuzco, comme au niveau national avec un peu plus du tiers des voix. Elle apparaît, surtout en l'absence d'Action Populaire qui ne présentait pas de candidat, comme le parti le plus structuré, capable de prendre la relève des militaires. La gauche, très divisée réalise cependant un score comparable à celui de l'APRA (39 % des voix), supérieur même si on y ajoute les 10 % des voix du Centre gauche, soit plus que les 30 % nationaux. Tous les partis de gauche et notamment le PCP ou le FOCEP, font au Cuzco un de leurs meilleurs résultats nationaux. Le recul de la droite traditionnelle est net, mais moins dans la ville que dans le département : le PPC appuyé par AP recueille 14 % des voix, contre 24 au niveau national, les autres partis de droite 2 % (4,6 % dans le pays).
  • présidentielles, parlementaires et municipales de 1980 : on assiste à un "raz de marée" d'Action Populaire encore plus fort au Cuzco qu'au niveau national (voir Tableau) et plus élevé en ville que dans le département. Le succès d'AP se fait au détriment de l'APRA qui tombe en un an de 39 à 13,5 % des voix mais réussit à sauver 1 siège de député et 1 de sénateur ; le PPC n'attire plus que 2 % d'électeurs, les autres partis de droite n'ayant plus désormais qu'une influence insignifiante. Mais le progrès d'AP se fait aussi au détriment de la gauche ; Celle-ci n'a plus en 1980 qu'un peu moins des 2/3 de ses voix de 1978 et n'obtient aucun mandat au parlement.

30Le succès d'Action Populaire en 1980 est dû, au Cuzco comme ailleurs, à un regroupement des voix de la droite et du centre, à l'exception des éléments les plus fidèles à l'APRA, parti en plein processus de réorganisation après la mort de son fondateur V.R. Haya de la Torre, l'année même des élections. Mais toute une partie de l'électorat populaire des pueblos jovenes a également voté pour l'AP, ainsi qu'à la campagne les paysans les moins radicalisés et en ville une partie de la classe moyenne (commerçants et fonctionnaires). L'ancien Président récupère à son profit, de manière ambiguë, la capacité d'organisation associative des quartiers populaires et rappelle que c'est sous son gouvernement qu'ont démarré les premières mesures régionales dont la ville du Cuzco a profité.

31Il est remarquable de constater que les parlementaires ont beaucoup moins évolué que les maires, puisque les députés et les sénateurs de l'AP et l'APRA présentent le même profil en 1980 qu'en 1963 : la plupart son de grands avocats des ingénieurs civils auxquels s'ajoutent un journaliste, un médecin, un propriétaire de mines provincial. Plusieurs d'entre eux sont liés par leur famille à la classe des propriétaires terriens touchés par la Réforme agraire.

32On peut s'interroger sur cette permanence des parlementaires malgré les évolutions signalées. Précisons, d'abord, que leur représentation concerne l'ensemble du département, avec une répartition par groupe de provinces, et non la ville seule. Plus que la mairie, les fonctions de parlementaire permettent de tisser des liens entre la capitale départementale et ses provinces et de contrôler ces réseaux de relations très hiérarchisées où s'insèrent les conseillers municipaux, les sous-préfets, les gouverneurs et même les juges et les fonctionnaires ; l'appartenance de classe y joue un très grand rôle ainsi que les liens créés par le compadrazgo et le clientélisme. Ces réseaux largement contrôlés par les notables évoluent plus lentement que dans une ville. Les élections parlementaires traduisent, par ailleurs, les mouvements de fond de la vie politique et des grands partis ; elles exigent un personnel confirmé, spécialisé sur les grandes questions nationales. Les municipales reflètent des réactions plus conjoncturelles, plus soumises aux évolutions sociologiques locales et à la personnalité du candidat, de son dynamisme au service de la collectivité. C'est ce qui peut expliquer les échecs de la gauche aux législatives (très relatifs d'ailleurs quant au nombre de voix) car ces partis sont souvent moins structurés, plus divisés ; elle a, en outre, beaucoup moins d'appuis financiers ce qui limite son expression au niveau de la presse nationale ou même locale, de la radio, de la télévision, des grandes affiches, la peinture des murs, de modestes tracts restant souvent ses seuls moyens de propagande. Par contre, l'efficacité de son travail de terrain est beaucoup plus payante au niveau des municipales.

  • 5 Le Gauche Unie conquiert au total 6 mairies de capitales départementales dont 3 dans le Sud : Areq (...)

33Dans la foulée des élections générales, c'est, nous l'avons vu, Action Populaire qui conquiert la mairie du Cuzco ainsi que celle des autres districts de l'agglomération à l'exception de San Geronimo où un maire de gauche s'impose. Dans le reste du département la gauche progresse aux municipales, avec la Gauche Unie qui récupère 33 % des voix (AP n'obtenant qu'un peu plus de la moitié de ses voix des Présidentielles) et gagne de nombreuses mairies, notamment dans les provinces "hautes" (Chumbivilcas, Canas), manquant de très peu la mairie de Sicuani, seconde ville du département5.

34- Municipales de 1983 : la progression de la gauche depuis 1980 se consolide et lui permet de triompher au Cuzco. L'unité qui n'avait pu se faire trois ans auparavant autour du médecin Julio Castro porte à la mairie un avocat cuzquénien, n'appartenant à aucun parti, mais membre très actif du Comité de Défense des Droits de l'Homme (CODEH). IU gagne 8 autres municipalités provinciales et le FNTC celle de Sicuani, ce qui fait 10 capitales de province sur 13 contrôlées par la gauche dans le département. Ce succès serait à rapprocher de celui réalisé dans d'autres villes du Pérou, à Lima notamment avec Alfonso Barrantes, si n'avait pas été perdue dans le Sud la mairie d'Arequipa. Action Populaire perd la moitié de ses voix des municipales de 1980 ; l'APRA récupère une partie de son électorat, tandis que le PPC ou le centre gauche triple presque ses voix, il est vrai peu nombreuses ici.

35Observons la forte participation électorale dans la province du Cuzco : 82,62 % contre 60,73 % dans le département où l'absentéisme est plus important à cause des difficultés de transport dans les zones rurales, et 70,74 % au niveau national.

36Le succès d'Action Populaire avait été éclatant et son recul est à l'image de la déception qu'a provoqué ce parti incapable de résoudre la crise économique et de maîtriser le conflit entre le groupe terroriste Sentier Lumineux et les forces armées ou policières. Il est lâché, à la fois, à droite par le PPC qui présente son candidat à la mairie du Cuzco, et surtout par une grande partie de l'électorat populaire et de la classe moyenne qui reporte ses votes sur la gauche ou sur l'APRA.

37Cette bipolarisation du débat politique s'accentue aux élections générales de 1985. Le recul de la droite est très important : à peine 10 % des suffrages pour A.P. et aucun siège parlementaire pour le PPC. L'APRA, réorganisée sur des bases autres et autour d'un candidat nouveau, remporte largement les élections présidentielles. Le Cuzco, (la ville surtout), suit comme en 1980 les grandes vagues de la politique nationale et vote l'APRA assez largement, le candidat de la Gauche Unie réalisant cependant un des meilleurs scores du pays avec plus de 30 % des suffrages. On a donc, notamment dans la ville, une conformité avec les grandes évolutions nationales. Face aux échecs de la droite, à la crise économique sévère, au développement de la lutte entre Sendero Luminoso, et les forces de répression, le Pérou, dans un fort élan populaire, tente sa chance avec un parti qui n'a jamais accédé au pouvoir et avec un homme jeune, nouvellement venu en politique, bien préparé sur le plan professionnel, au parler direct et aux accents souvent révolutionnaires. On doit souligner au passage le goût des Cuzquéniens, comme de leurs autres compatriotes pour les personnages dotés d'un réel charisme, les véritables tribuns populaires ainsi de Belaunde en 1980, et d'Alan Garcia 5 ans plus tard.

38Les élections parlementaires reflètent mieux, cette foi-ci, la situation politique locale : 4 sièges pour chacun des deux partis APRA et IU, ce dernier obtenant pour la première fois une représentation au Congrès (il est également présent au Sénat avec le poète Luis Nieto) précisons en outre que chaque parti a une femme député ce qui prouve une fois de plus l'évolution de la société locale et illustre le rôle de plus en plus important des femmes dans les organisations populaires de quartier ou paysannes. Sur le plan professionnel chaque groupe parlementaire comprend un médecin, un avocat, des professeurs, parfois liés par leur famille à l'ancienne classe des propriétaires fonciers un député ouvrier.

39Au municipales de novembre 86, la lutte sera à nouveau serrée entre l'APRA et le Gauche Unie qui se présente avec un double handicap : les difficultés normales d'une réélection et la qualité du candidat indépendant, l'ancien maire de 66, soutenu par l'APRA.

  • 6 L'expression est le François Bourricaud dans "Problèmes d'Amérique Latine" n° 80, 2° trimestre 198 (...)

40La poussée des partis populaires semble donc la grande dominante de l'évolution politique du Cuzco depuis 1966. Celle de la gauche, depuis qu'elle a décidé de participer au jeu électoral, la plus forte, connait un rythme soutenu tandis que les succès de l'APRA semblent plus conjoncturels, liés à "l'état de grâce"6 dont bénéficie le Président Alan Garcia, mais il est banal de répéter que, malgré son nom, la coalition de gauche est faite de tendances souvent rivales ; Elle continue à effrayer, une partie des classes moyennes et est menacée par l'actuelle poussée du Sentier Lumineux dans les provinces "hautes" et le département voisin de Puno.

41Si cette évolution est significative pour le renforcement de la démocratie qui reste un des objectifs fondamentaux des mouvements populaires, dans un pays où elle est de conquête récente, on ne saurait affirmer que ceux-ci ont un véritable projet régional global et les capacités de le faire aboutir. L'expérience du FUDIC va nous le montrer.

L'expérience du FUDIC

42Il a pour origine immédiate le Cabildo abierto (Assemblée populaire) organisé par le maire d'Action Populaire, au début de l'année 1982 à la demande des Associations populaires qui se retrouvaient, depuis les dernières années du régime militaire, dans deux comités, en quelque sorte les ancêtres du FUDIC : le COCOP (Comité de coordination des organisations populaires) dont un dirigeant en 1978 avait tenté de réaliser en vain une rencontre des fronts de défense de l'ensemble de la région Sud-Est, et le CODEH (Comité de défense des droit de l'homme). Dans la formation du FUDIC, la FDTC, le SUTEP et la FUC jouent un rôle moteur mais également les deux syndicats paysans qui apportent les préoccupations du monde agricole (notamment en matière de politique de prix de l'orge pour la brasserie et de la coca) à une plate-forme de revendications surtout urbaines. Deux personnalités se placent à sa tête : le maire, avocat d'Action populaire, critiqué immédiatement par son parti et qui ne pourra ainsi jouer qu'un rôle personnel souvent ambigu, et l'archevêque du Cuzco, partisan de la "théorie de la libération" mais qui va disparaître accidentellement peu après.

43Une grande manifestation est organisée en mars, suivie d'une grève (que le maire condamnera) qui aboutira à une liste de 28 doléances envoyées au gouvernement. Celui-ci répond par une lettre jugée injurieuse pour le peuple cuzquénien, lettre qui, d'ailleurs ne s'adressait pas au FUDIC, considéré comme illégal, mais aux présidents des associations qui le composaient. Une grève générale est alors envisagée en réponse pour le mois d'août 1982, mais elle ne se concrétise pas ; le FUNIC se réunissait encore au début 1983 mais ni les élections municipales de 1983 gagnées par IU et le responsable du CODEH, ni les grèves de cette année-là (à l'exception de celle du secteur des Transports) ne reçurent son appui.

  • 7 Une grande partie de l'activité du maire IU fut consacrée à une lutte contre la brasserie du Cuzco (...)

44Le semi-échec du FUDIC repose sur trois causes principales : tout d'abord les oppositions existant entre son Président, maire d'Action Populaire, et les organisations le composant, situées à gauche pour la plupart. Le premier voulait réduire le Front à n'exercer qu'une pression morale sur son parti pour qu'il respecte son programme régional et notamment la loi Tupac Amaru de novembre 1980 qui comportait la réalisation de plusieurs œuvres d'infrastructure, des aides économiques, alors que le Pli de doléances adressé au gouvernement exprimait un rejet de sa politique économique et sociale, critiquait le centralisme et allait jusqu'à réclamer la démission des ministres responsables de cette politique. Face à ce conflit, le Président tenta toujours de substituer son autorité à celle des divers représentants ou présidents des organisations, Il faut cependant constater qu'avec le nouveau maire IU, le FUDIC n'eut guère plus d'activités7, ce qui nous conduit à examiner les deux autres raisons de ses difficultés.

45Elles proviennent essentiellement des différences d'expérience, de niveau politique, de combativité existant entre les diverses associations, ce qui facilita, nous venons de le voir, les manœuvres bureaucratiques et autoritaires du maire Action Populaire. La troisième cause réside dans la base trop urbaine des revendications du Front. Au premier plan sont posées les demandes touristiques qui concernent essentiellement la ville. Vient ensuite le développement industriel lui aussi surtout urbain même s'il concerne un peu les provinces de Canelis et la Convencion. Deux revendications seulement concernent l'agriculture et les paysans malgré l'appui soutenu des deux centrales syndicales paysannes au FUDIC. S'y ajoutent les grands projets régionaux de routes qui servent surtout au développement de la capitale départementale, et, au niveau des provinces, l'implantation de quelques petites centrales électriques ou de dispensaires ruraux, l'amplification du réseau des lignes téléphoniques ou des réalisations pour l'au potable, les égouts, l'électrification. La seule revendication sur les pouvoirs locaux exprime la nécessité d'une nouvelle loi municipale, et, en attendant, l'urgence de transferts financiers des Corporations ou d'organismes comme Coopération populaire au profit de budgets municipaux. On peut dire du FUDIC qu'il est régional par sa localisation mais que les organisations qui le composent et le dominent sont surtout préoccupées de problèmes rubains, aussi, malgré l'origine provinciale de leurs membres, elles n'ont pas, en général, une vision du développement régional. L'idée de regrouper tous les fronts de défense existant dans les autres provinces ou ou districts, lancée dès 1978 par le COCOP semble donc de plus en plus actuellement nécessaire.

46Le fait le plus important de ces vingt dernières années du point de vue social et politique est donc l'émergence d'organisations populaires tant urbaines que paysannes, phénomène général au Pérou mais particulièrement marqué dans le Sud. Ces organisations utilisent pour s'exprimer le vote (désormais accordé aux analphabètes) les fronts de défense, les grèves, les meetings, voire des manifestations culturelles, prennent des initiatives comme les "restaurants populaires", les garderies enfantines, les bibliothèques, les clubs de mères ou de jeunes. Leurs revendications se sont élargies : elles concernent non seulement le contrôle sur la terre mais sur la commercialisation des produits, les services urbains ou les emplois mais aussi la défense des droits de l'homme, des éléments de politique régionale. Les partis de gauche ou du centre mais à caractère populaire (comme l'APRA) ont largement mobilisé les voix de ces organisations au Cuzco lors des élections de 1983 et 1985. Le gouvernement démocratique actuel s'il ne veut pas tromper leurs attentes devra trouver des solutions à la crise politique et surtout économique, car il ne faut pas oublier que dans notre région une partie des forces populaires s'exprime aussi à travers les activités du Sentier Lumineux et que l'affrontement entre cette organisation et l'armée ou la police ne peut que menacer la démocratie.

RÉSULTATS DES ÉLECTIONS AU CUZCO DE 1978 À 1983 (chiffres absolus)

RÉSULTATS DES ÉLECTIONS AU CUZCO DE 1978 À 1983 (chiffres absolus)

(1) total I.U. + F.O.C.E.P.
(2) total I.U.

RÉSULTATS DES ÉLECTIONS AU CUZCO DE 1978 À 1980 (en %)

RÉSULTATS DES ÉLECTIONS AU CUZCO DE 1978 À 1980 (en %)

RÉSULTATS DES ÉLECTIONS SUR LE PLAN NATIONAL DE 1978 À 1980 ( %)

RÉSULTATS DES ÉLECTIONS SUR LE PLAN NATIONAL DE 1978 À 1980 ( %)

(1) Total F.O.C.E.P. - I.U.
F.N.T.C. : Parti démocrate chrétien
(2) Centre gauche : A.R.S.-F.N.T.C.-P.D.C.

47Dans les provinces, s'opposant à la vision trop technocratique et urbaine du développement régional, certaines organisations paysannes montrent qu'elles sont capables d'envisager et de réaliser des programmes au niveau local. Ainsi en 1980, la FICAE (Fédération intercommunale d'Espinar), dans le Sud du département, qui naît à partir d'une Ligue agraire, demande pour financer ses revendications en matière de services, routes, transformation de produits d'élevage, le prélèvement d'un impôt provincial sur la mine de cuivre locale de Tintaya, en début d'exploitation. D'autres projets intègrent des principes d'écodéveloppement, échelle locale, conception et gestion communautaire, comme à Chumbivilcas ou dans les départements voisins de Puno et Arequipa (prov. de la Union et Cailloma). Ce sont là des éléments à prendre en compte au moment où on relance les projets agricoles, et où, au niveau de la planification régionale, on cherche à appuyer les projets micro-régionaux mais aussi à envisager à nouveau la formation de régions plus vastes auxquelles serait accordée une certaine autonomie.

Bibliographie

BERNALES Enrique. Crisis politica : solution electoral ? DESCO, Centro de estudios y promocion del desarrollo. Lima 1980.

COTLER Julio. Clases, Estado y Nacion en el Peru. Instituto de estudios peruanos (IEP). Peru problema n° 17. Lima 1978.

DESCO : Cronologia politica (sur plusieurs années)

Municipalidad y gobierno local. 1979.

America latina 1980 : Democracia y movimiento popular. (Séminaire) Lima 1981.

Sur. Centre d'études rurales Bartolomé de las Casas. Cuzco. Plusieurs numéros sur les élections, les organisations populaires, el FUDIC. Au centre Bartolomé las Casas, conversations avec Gerardo LOVON, Guido DELRAN.

Notes

1 Recensements de la population de 1961 et 1981.

2 SINAMOS : Système national de Mobilisation sociale.

3 Pueblos Jovenes, nouveau nom donné par la Junte aux quartiers pauvres périphériques.

4 Dans un premier temps, la région SUR ORIENTE (Cuzco, Apurimac, Madre de Dios) appartenait à une grande région Sud, ORDESUR, commandée par Arequipa.

5 Le Gauche Unie conquiert au total 6 mairies de capitales départementales dont 3 dans le Sud : Arequipa, Puno, Moquegua.

6 L'expression est le François Bourricaud dans "Problèmes d'Amérique Latine" n° 80, 2° trimestre 1986.

7 Une grande partie de l'activité du maire IU fut consacrée à une lutte contre la brasserie du Cuzco, symbole du capitalisme étranger qu'il voulait imposer plus lourdement sur sa consommation en eau et même sur le passage des canalisations, afin d'augmenter les recettes municipales.

Table des illustrations

Titre RÉSULTATS DES ÉLECTIONS AU CUZCO DE 1978 À 1983 (chiffres absolus)
Légende (1) total I.U. + F.O.C.E.P.(2) total I.U.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1134/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Titre RÉSULTATS DES ÉLECTIONS AU CUZCO DE 1978 À 1980 (en %)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1134/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre RÉSULTATS DES ÉLECTIONS SUR LE PLAN NATIONAL DE 1978 À 1980 ( %)
Légende (1) Total F.O.C.E.P. - I.U.F.N.T.C. : Parti démocrate chrétien(2) Centre gauche : A.R.S.-F.N.T.C.-P.D.C.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1134/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 184k

Auteur

Professeur à l'Université de Pau et des Pays de l'Adour. Pau.

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter