Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pouvoir local, régionalismes, décentralisation

 | 
Jean Revel-Mouroz

2. Acteurs du Développement régional et Pouvoirs locaux

Participation politique des élites sucrières dans le Pernambouc : conflits et stratégies

Paulo Henrique N. Martins

Texte intégral

1. LES ÉLITES SUCRIERES ET LA REPRÉSENTATION POLITICO-PARTISANE

1Les élections de 1986 ont montré le niveau élevé de participation des chefs d'entreprise à la vie politique des partis du Nordeste particulièrement des industriels du sucre, qui, dans la plupart des états producteurs du Nordeste, ont lancé avec succès des candidats dans la course aux responsabilités dans le parti majoritaire, en vue d'être présents à l'Assemblée Constituante.

2Dans le Rio Grande do Norte, l'industriel sucrier Geraldo Melo sortit vainqueur de la campagne pour l'élection du Gouverneur, dans l'Alagoas l'industriel Teotônio Vilela Filho fut élu sénateur, comme dans le Pernambouc l'ancien maire de Recife, et propriétaire de l'Usine Pedrosa. Tous se présentaient sous l'étiquette du PMDB, parti au pouvoir depuis la crise du régime militaire.

3Dans le Pernambouc, la participation des producteurs de sucre au processus politico-électoral a été significative. Outre Antonio Farias, élu sénateur sur la liste de Miguel Arraes, d'autres industriels sucriers étaient présents dans la course électorale : Cid Sampaio, patron de l'Usine Roçadinha, candidat malheureux au sénat pour le Parti Libéral (P.L.) ; Marcos Queiroz, associé de l'Usine Salgado, vainqueur à l'élection du député fédéral pour le PMDB ; Gilson Machado Filho, ex-président du syndicat de l'Industrie du Sucre de l'état du Pernambouc et lié au groupe de l'Usine Matary, également élu député fédéral, pour le Parti du Front Libéral (P.F.L.).

4Au niveau local, le candidat du P.F.L. pour l'élection du Gouverneur est patron d'une usine à sucre, José Mucio Monteiro, neveu de l'ancien ministre Armando Monteiro Filho, propriétaire de deux grandes usines dans le Pernambouc : Cucau et Laranjeiras ; L'annonce officielle de cette candidature a marqué le début d'un processus d'idéologisation de la campagne politique de l'état, dont le résultat fut manifestement désastreux pour le parti au pouvoir qui assiste sans comprendre à l'effondrement de deux de ses principaux leaders : l'ex-Gouverneur Roberto Magalhães, qui perdit une élection considérée comme assurée au Sénat fédéral, et le ministre Marco Maciel, dont le prestige politique en sortit fortement ébranlé.

5La compétition entre Arraes et José Mucio finit par prendre l'apparence -surtout à partir de la présentation quotidienne des programmes du "Guide Electoral" à la télévision- d'une confrontation entre les "privilégiés" et les "non privilégiés", économiquement et politiquement parlant, entre les fils de la dictature et les fils de la démocratie : le "nouveau" étant le "vieux", et le "vieux", le "nouveau" comme disait le chanteur Alceu Valença.

6L'ancienne aversion à l'égard du pouvoir des industriels sucriers dans l'état se ranima de façon passionnée dans l'imagination populaire lorsque la télévision montra les images des routes asphaltées pénétrant dans l'Usine Cucau, au cours des programmes du "Guide Electoral" qui précédèrent les élections proprement dites.

7La présence du "candidat sucrier", ainsi qu'il était appelé à la télévision, aiguisa les divergences qui opposaient traditionnellement les professions libérales et les salariés urbains et ruraux, d'une part, et les propriétaires terriens et les producteurs de sucre, de l'autre. Au passage, on doit signaler qu'un des grands mérites d'Arraes lors de cette campagne fut d'exploiter de façon judicieuse cette divergence historique au niveau de la lutte entre les partis, et d'éviter qu'elle contamine et détériore l'alliance majoritaire du PMDB, défendant l'image de son candidat au Sénat, l'industriel du sucre Antônio Farias.

8En réalité, la participation des élites sucrières dans la politique brésilienne et dans le Pernambouc n'est pas récente. Elle remonte aux siècles passés. Avec l'avènement de la République, et l'apparition des usines à la fin du xixe siècle, ces élites, ayant alors le statut d'industriels du sucre, cherchèrent à remodeler leur participation au sein de la structure politique en créant leurs propres associations et syndicats, en modifiant leurs relations avec le pouvoir de l'État, et en s'intégrant à l'univers politique des partis.

  • 1 Au Brésil, État fédéré, l'interventoria désigne la période pendant laquelle le pouvoir central dél (...)

9Pendant la Première République, quelques industriels sucriers, comme Herculano Bandeira, José Bezerra et Estacio Coimbra devinrent Gouverneurs du Pernambouc (MARTINS, Paulo Henrique, 1980). Entre 1930 et 1937, le gouvernement de l'état fut dirigé par un autre industriel du sucre, Carlos de Lima Cavalcanti qui, coïncidence, était à l'époque propriétaire de l'Usine Pedrosa appartenant aujourd'hui au sénateur Antônio Farias. De 1937 à 1945, pendant l'interventoria1 d'Agamenon Magalhães, Antônio de Novaes Filho, producteur de canne et neveu de José Henrique Cameiro da Cunha, patron de l'Usine Massauassu, fut maire de Recife. Par la suite, Novaes Filho, après sa rupture avec Magalhães, se porta candidat de la dissidence du parti Social-Démocrate au Sénat Fédéral en 1946, et se maintint à ce poste pendant deux législatures jusqu'à ce qu'en 1962 il fût évincé par Pessoa de Queiroz.

10En 1959, l'industriel du sucre Cid Sampaio, propriétaire de l'Usine Roçadinho, est élu Gouverneur de l'état sur la liste d'un vaste front réunissant les courants politiques et idéologiques les plus divers. Au cours des années 60, José Ermirio de Moraes, industriel d'envergure nationale et propriétaire de l'Usine Sao José, est élu sénateur pour le MDB disparu depuis. En 1974, José Francisco Cavalcanti, proche parent des propriétaires de l'usine Nossa Senhora de Lourdes et oncle du député fédéral Joaquim Francisco Cavalcanti et de l'ex-Gouverneur Gustavo Krause est nommé Gouverneur du Pernambouc par le régime militaire. Il faut souligner également que le choix d'Eraldo Gueiros, en 1970, ne fut confirmé qu'après que quelques industriels du sucre pressentis pour occuper la charge de Gouverneur de l'état se furent récusés pour convenances personnelles.

11Il est impossible, cependant, d'appréhender les attentes et les stratégies politiques des élites sucrières du Pernambouc en se limitant à leur seul angle partisan. A diverses époques de notre histoire politique, elles ont utilisé pour s'exprimer différentes formations : dans les années 50, Novaes Filho fut réélu au sénat fédéral sous l'étiquette du Parti Libérateur (Partido Libertador), José Lopes de Siqueira Santos, de l'usine Estreliana, accéda à la Chambre Fédérale pour le Parti Travailliste Brésilien et Cid Sampaio participa avec succès aux élections pour devenir Gouverneur de l'état sous la bannière de l'Union Démocratique Brésilienne.

12D'une façon générale, si l'on raisonne au niveau des stratégies de pouvoir et de participation politique des élites économiques au Brésil, on observe que les partis politiques et la politique des partis n'offrent qu'une vision partielle de ces stratégies. Il convient donc d'étudier les relations entre les élites économiques et les partis dans un cadre plus large, qui permette de visualiser leurs rapports avec l'État.

13La fragilité de la structure des partis au Brésil est précisément, sous de nombreux aspects, le résultat de la dépendance marquante des élites économiques par rapport à l'État. En règle générale, les partis politiques n'ont jamais représenté pour elles une alternative idéologique et l'expression d'une position de classe. Ils ont plutôt servi de courroie de transmission pour faire passer les accords stratégiques de groupes d'intérêt. Dans ce contexte, les ruptures entre le système parlementaire et la participation des élites ont généralement eu lieu dans des circonstances où la représentation des partis, entraînée dans des conflits de classe, ne fonctionnait pas efficacement pour la reproduction de leurs schémas de négociation politique (SOUSA, Maria do Carmo, 1976).

14Dans ce contexte, la participation des élites sucrières du Pernambouc au processus politique des partis, de façon générale, et à la lutte électorale dans l'état en 1986, en particulier, ne peut se comprendre qu'à l'intérieur d'un cadre plus large, où sont pris en considération :

  1. les motivations d'ordre économique et financier qui amènent les élites à chercher, par différentes voies, la protection de l'État ;
  2. les composantes idéologiques et culturelles qui conditionnent la présence des élites dans les conflits sociaux ;
  3. les effets produits par le paternalisme de l'État sur la culture politique et sur le discours des élites sucrières ;
  4. les stratégies qu'elles cherchent à ébaucher face aux changements du régime politique.

2. LE PATERNALISME DE L'ÉTAT ET LA "PRATIQUE POLITIQUE" DES ÉLITES SUCRIERES

15Depuis les débuts de l'industrie du sucre, les élites sucrières entretiennent une très forte relation de dépendance avec l'État. Après avoir réussi à entraver politiquement le contrôle des grandes centrales sucrières qui, au Pernambouc, appartenaient à des entreprises étrangères (par le sabotage de livraisons de matière première, par exemple), les anciens patrons de moulins à sucre furent obligés de prendre directement en charge le processus politique du passage des moulins aux usines (WANDERLEY, Nazareth, 1979). Démunis des moyens financiers nécessaires pour y parvenir, ils durent faire appel à l'aide gouvernementale. Ainsi, dès le début de la République, à la fin du siècle dernier, le Gouverneur Barbosa Lima chercha à satisfaire les demandes des élites sucrières en libérant de considérables crédits publics pour la fondation d'usines à sucre, crédits qui pour la plupart ne furent pas remboursés.

16Plus récemment, au cours de la crise de 1930, l'État se vit à nouveau obligé d'intervenir dans l'économie sucrière pour régler les conflits entre industriels sucriers, fournisseurs de canne et commerçants du sucre, qui n'arrivaient pas à se mettre d'accord : les industriels s'opposaient aux fournisseurs à propos du prix d'achat de la matière première, aux commerçants à propos du prix de vente du sucre (MARTINS, Paulo Henrique, 1982).

17Ainsi, la ronde effrénée des prix du sucre, dans une conjoncture de crise du marché interne, ainsi que la menace de désintégration d'une partie du parc sucrier du Pernambouc, dont les propriétaires ne parvenaient pas à définir un projet commun, sont parmi les causes fondamentales qui ont amené l'État à intervenir dans l'économie sucrière, avec la création de l'Institut du Sucre et de l'Alcool - IAA.

18Mais, dans les années cinquante, quand ces conflits dépassèrent les frontières de la négociation entre élites et se transformèrent en conflits verticaux impliquant les patrons d'un côté et les travailleurs de l'autre, autour de revendications concrètes comme de meilleurs salaires et une et une réforme agraire, les élites sucrières, opposées à ce type de négociation, en vinrent à concevoir d'autres issues, même de caractère extra-légal, afin de rétablir le vieil "ordre des élites".

19Non préparés à négocier avec les travailleurs ruraux, peu disposés à faire des concessions, et se sentant orphelins du gouvernement qui ne leur apportait pas son appui pour le rétablissement de la situation antérieure, les industriels du sucre alliés aux fournisseurs commencèrent à chercher au sein de l'appareil de l'État d'autres alliances, plus efficaces sur le plan politique, qui leur donnent la sécurité qu'ils ne trouvaient pas dans l'administration gouvernementale directe. Ces alliances furent réalisées avec les secteurs les plus réactionnaires des Forces Armées, en particulier de l'Armée de terre, qui n'avaient pas tardé à exprimer ouvertement leur insatisfaction à la suite du coup d'État manqué contre Getulio Vargas en 1935.

20La région sucrière commença à s'armer et la lutte de classe se radicalisa, stimulée également à gauche par les fractions radicales qui, inspirées par l'expérience cubaine, voyaient dans l'exaspération des luttes paysannes le ferment pour une possible révolution socialiste au Brésil. Elles pensait que celle-ci pourrait commencer dans le Nord-Est (CALADO, Antônio, 1979).

21La crise politique dans la région sucrière commença à atteindre un point de non-retour ; les plantations de canne étaient brûlées, les grèves qui se succédaient paralysaient les usines, les propriétaires se munissaient de fusils, de mitrailleuses et de grenades fournies par l'Armée et les "vigiles" des usines en venaient à constituer de véritables forces para-militaires, prêtes à réprimer les manifestations à la campagne.

22L'élection de Miguel Arraes, en 1963, se fit ainsi dans un contexte extrêmement délicat où les relations entre industriels du sucre et travailleurs étaient déjà passablement détériorées (SUARES, Ma Teresa, 1977). Arraes tenta encore de rétablir les mécanismes formels de négociation, parvenant, pour la première fois dans le Pernambouc, à réunir face à face autour de la table de négociation patrons et employés et cherchant à pousser les deux parties à résoudre à l'amiable leurs différends.

23Cependant, la situation critique de la politique du pays arrivait, elle aussi, à un point de non-retour. Les Forces Armées et une grande partie des élites sucrières voyaient dans la solution anti-constitutionnelle, c'est-à-dire en destituant le régime en place, l'unique issue pour le rétablissement de l'ordre. Le durcissement du jeu politique à l'occasion du coup d'État de 1964, avec la répression contre les mouvements sociaux organisés et les partis politiques, et l'interdiction des syndicats permit en fait aux élites dominantes qui contestaient les pratiques populistes de reconstruire leur stratégie de domination, traditionnellement excluante et sélective (WEFFORT, Francisco, 1980).

24Depuis la fin des années cinquante, pourtant, on ne peut nier que le Gouvernement Fédéral et l'Institut du Sucre et de l'Alcool ont cherché à créer de nouveaux mécanismes régulateurs pour permettre de sauver l'activité sucrière du Nordeste et du Pernambouc de la crise dans laquelle elle se trouvait.

25Des efforts ont été faits pour augmenter le quota d'exportation de sucre du Pernambouc vers l'extérieur, lorsque s'est ouvert le marché américain après l'arrêt de l'importation du sucre cubain (MELO, Mario Lacerda, 1975). Les planificateurs gouvernementaux se sont employés à créer de nouveaux mécanismes susceptibles de stimuler l'augmentation de la productivité industrielle et agricole et de rendre le sucre plus compétitif sur le marché externe. Mais ces mesures étaient insuffisantes pour contourner la crise politique de l'activité sucrière. La résistance des industriels du sucre à l'ouverture de la discussion sur la productivité agricole était énorme, surtout quand cette discussion glissait vers des questions plus polémiques comme la libération des terres moins productives pour d'autres cultures, et la réforme agraire. C'était une menace contre le monopole de la propriété rurale.

26Dans ce contexte, la modernisation de la culture de la canne-à-sucre dans le Pernambouc, considérée comme une priorité depuis la gestion de Barbosa da Silva à l'Institut du Sucre et de l'Alcool au début des années soixante et concrétisée dans les années soixante-dix, peut être définie littéralement comme un exemple typique de "modernisation conservatrice" : elle a été faite "au sommet", sans la participation des travailleurs ruraux et dans un cadre de négociation auquel seules les élites sucrières et la bureaucratie de l'État purent participer.

27Les chemins suivis par les efforts de transformation du parc sucrier local au cours des années soixante-dix furent dominés par les conflits présents dans le jeu de négociation au sein des élites qui finit par se traduire par une reformulation partielle de l'activité sans que soient supprimées ses plus graves difficultés structurelles (MARTINS, 1985). On peut classer sur trois niveaux les résistances qui surgirent pendant le processus de négociation de la "modernisation" du secteur. En premier lieu, on vit se vérifier, entre les industriels du sucre eux-mêmes, la résistance à accepter la fusion et l'incorporation des usines plus petites ou mal localisées aux usines importantes, bénéficiant de conditions de déploiement et de productivité plus favorables. Cette attitude s'explique en grande partie par la propre culture des élites sucrières, pour qui le maintien du "statut" d'industriel du sucre est un privilège digne des plus grands sacrifices, même si ceux-ci, à long terme compromettent l'activité elle-même. Le second niveau de résistance opposé par les industriels du sucre ainsi que par les fournisseurs de canne concerne la modernisation de l'agriculture qui ne se fit que partiellement : on remplaça les vieilles machines anglaises, hollandaises et américaines par des camions, on construisit des routes vicinales, on introduisit partiellement la mécanisation.

28Mais les résistances furent énormes contre une rationalisation plus effective de l'agriculture, impliquant la sélection de zones de meilleur rendement pour la plantation de la canne, l'investissement massif dans des recherches pour trouver de nouvelles variétés et des alternatives de mécanisation, des efforts pour l'amélioration des conditions de vie du travailleur (SALES, Teresa, 1982). Le troisième niveau de résistance opposée par les élites se manifesta à propos des processus de gestion de la terre et de l'usine. On privilégiait la vieille pratique de la "fiche de paie dans la poche", au détriment de procédés administratifs plus modernes, offerts par la possibilité d'informatiser les systèmes de contrôle, par la restructuration d'une politique de ressources humaines plus audacieuse, etc. (MARTINS, Paulo Henrique, 1983).

29La "pratique de résistance" opposée par les élites sucrières dans le processus de modernisation eut, au cours des dernières années, pour résultat d'aggraver la situation économico-financière de la plupart des entreprises d'une manière qui peut être résumée ainsi : sous-occupation du parc industriel (les usines ont été techniquement sur-dimensionnées), perte de productivité agricole à cause de l'incorporation de terrains moins fertiles et plus éloignés, perte d'efficacité administrative en raison du maintien de pratiques de gestion traditionnelles et dépassées, et diminution du contingent de main d'œuvre pour la coupe de la canne, à cause des bas salaires et des conditions précaires de travail offertes par l'activité sucrière.

30Du fait de cet ensemble de facteurs, il devint extrêmement difficile pour la plupart des usines de parvenir à amortir les dettes qu'elles avaient contractées pendant la modernisation. Les débits se sont accumulés auprès des banques dans les derniers temps, les plantations sont renouvelées avec difficulté, la canne perd de la saccharose faute de traitement et à cause du vieillissement des récoltes, et la main d'œuvre de l'intérieur, migrante pendant la période de coupe de la canne, préfère rester sur ses champs dans la zone semi-aride, peu attirée qu'elle est par la rémunération offerte dans l'activité sucrière.

31Certains ne survivent que par le placement sur le marché financier des prêts qu'ils ont reçus, d'autres cherchent encore timidement la diversification agricole.

32Le cadre économico-financier qu'on vient d'esquisser détermine naturellement les stratégies politiques des industriels du sucre dans le Pernambouc. Si, d'un côté, la situation fragile dans laquelle ils se trouvent amplifie les risques d'aggravation des conflits sociaux à la campagne, elle les oblige, d'un autre côté, à négocier, et à concevoir des solutions alternatives face au gouvernement fédéral et de l'état Ceci est surtout vrai dans la conjoncture politique actuelle, alors qu'ils se trouvent en position notoirement défavorable sur le plan national et local.

3. LA CULTURE DE LA RÉSISTANCE ET LE DISCOURS SUR UNE SEULE NOTE

33Dans le Pernambouc, quelques facteurs importants ont historiquement déterminé la culture politique des élites sucrières : l'héritage séculier et autoritaire des anciens patrons de moulins à sucre, et l'excessive dépendance vis-à-vis de l'État.

34La plupart des familles sucrières d'aujourd'hui, dans le Pernambouc, sont les héritières des anciens et prospères patrons de moulins à sucre qui ont mené le processus de transition entre les fabriques d'autrefois et les usines modernes (ANDRADE, Manuel Correia, 1973). De leurs ancêtres, ces familles ont hérité quelques traits significatifs, comme le culte des valeurs nobiliaires, et l'habitude de chercher à limiter le mariage de leur descendance au "clan du sucre", expression utilisée à bon escient par Lemos Filho comme titre d'un travail qu'il a réalisé sur le sujet. Cette pratique traditionnelle de la période esclavagiste, aujourd'hui moins rigide mais encore notable, a joué un rôle important dans le maintien de l'unité politique de classe, et dans la reproduction du processus de l'industrie sucrière. La préservation des rites et des coutumes a renforcé les liens de solidarité du groupe administrateur et assuré le monopole du sucre dans la région sucrière de l'état.

35Un autre héritage important concerne les procédés autoritaires qui prévalent dans les relations entre l'industriel du sucre et ses subordonnés, en particulier le travailleur manuel de l'usine ou de la campagne, jusqu'aux années cinquante, les conflits sociaux dans la région étaient modérés par l'efficacité des rapports de commandement et de parrainage. On obtenait la sujétion du travailleur en répétant des pratiques paternalistes symbolisées par exemple par la distribution gratuite d'un litre de lait à tous les enfants des travailleurs permanents.

36Mais, depuis les années cinquante, avec la syndicalisation du travailleur rural, la politisation de la famille ouvrière et la réglementation officielle des relations de travail dans l'agriculture, le cadre des conflits sociaux s'est profondément modifié. Le développement des luttes sociales à la campagne, brutalement touchée par la crise de 1964, reflète des divergences : d'un côté, les travailleurs revendiquent ouvertement leurs droits, de l'autre, les industriels du sucre, "affligés par l'audacieuse désobéissance civile", résistent énergiquement à l'apparition de nouvelles règles du jeu social.

  • 2 Le morador est un résident à l'intérieur de l'exploitation de canne-à-sucre, à qui le propriétaire (...)

37L'expulsion des moradores2 et des travailleurs a accéléré le processus de formalisation des relations salariées et a marqué une nouvelle ère dans la région sucrière à laquelle les producteurs de sucre, d'une façon ou d'une autre, ont dû se soumettre. L'ensemble des règles juridiques de négociation imposées par l'État pour l'embauche de main d'œuvre, depuis lors, a produit des conséquences importantes sur l'idéologie et la pratique des industriels du sucre. Même ainsi, l'adaptation à des temps nouveaux, à l'irréversible urbanisation de la campagne, rencontre encore un foyer de résistance qui s'exprime à travers une façon parfois hostile de traiter le travailleur, et, pour certains, par exemple, par l'ajournement du paiement du treizième mois et des vacances, considérés comme une "appropriation indue" du profit du propriétaire.

38Outre ces aspects de caractère anthropologique, la culture des élites sucrières du Pernambouc vient aussi pour une bonne part des liens de dépendance et de subordination de ces groupes à l'État. A chaque moment du processus d'industrialisation du sucre, depuis ses origines jusqu'à nos jours, le protectionnisme de l'État a été fondamental pour assurer la préservation de l'unité politique de classe, en garantissant l'équilibre de la structure économico-financière des usines de sucre (WANDERLEY, Ma Nazareth, 1977). Mais ce privilège de la protection de l'État s'est établi au prix d'une coûteuse contrepartie politique pour les industriels du sucre dont les effets se traduisent aujourd'hui par les difficultés qu'ils rencontrent, en cette fin du xxème siècle, pour définir de nouvelles stratégies de survie, face au manque d'intérêt notoire à maintenir l'exploitation sucrière sur les modèles de gestion qu'elle possédait jusqu'à présent.

39De fait, dans la mesure où le protectionnisme d'État garantissait, depuis les années trente avec la création de l'IAA, des prix officiels pour la canne et le sucre, et des marchés certains (une politique de subventions, fréquemment pratiquée, apportait artificiellement la certitude du marché), (MELO, Mario Lacerda, 1975), les élites sucrières ont été amenées à reléguer au second plan les préoccupations relatives aux coûts de production. L'absence de risque a atténué l'esprit de compétition, fondamental pour l'expansion du système capitaliste, et renforcé les pratiques conservatrices dans la gestion de l'entreprise et au niveau de la participation politique plus générale.

40Le discours de ces élites, qui s'exprime essentiellement dans la revendication "pour de meilleurs prix" est donc un discours "sur une seule note" : il traduit la pauvreté d'une pratique d'entreprise conservatrice, déphasée et insuffisante pour légitimer une action politique plus dynamique en ces temps où le sucre connaît une crise profonde. La nécessité de définir des stratégies de survie plus audacieuses et plus créatives est entravée par la résistance au changement et à la rénovation. L'inévitable rupture politique avec le passé, signifiant certainement le sacrifice d'une partie des élites les moins capables techniquement, économiquement et financièrement, et solutions d'urgence, sont freinées par le poids significatif de la "solidarité de groupe".

  • 3 massapê : terre argileuse

41Les arguments écologiques (vocation unique de la région sucrière pour la production de canne-à-sucre) ou sociaux (menace de licenciement massif de la force de travail, s'accompagnant d'une possible agonie de l'économie), habituellement utilisés pour renforcer le pouvoir de négociation face au gouvernement dans la lutte pour de meilleurs prix, sont en train de perdre leur efficacité politique. Comme l'affirme, dans une interview à la presse (Diario de Pernambouc, 17/10/1987), le géographe Manuel Correia de Andrade, "marier la canne-à-sucre au massapê3 est une fable. Car seules 17 % des terres utilisées pour la canne-à-sucre sont de massapê".

42C'est ainsi que la participation de représentants des élites sucrières aux élections de 1986, indépendamment des étiquettes partisanes sous lesquelles elles se présentaient, révèle la recherche de définition de nouvelles stratégies politiques adéquates pour affronter la crise économique et financière du sucre et capables de garantir le contrôle sur la propriété de la terre, même s'il était nécessaire de diversifier l'agriculture.

43Le profil personnel et le discours politique des candidats sucriers qui se sont présentés aux élections de 1986 dans le Pernambouc, font apparaître des signes objectifs des nouvelles stratégies qui se dessinent. En principe, ce sont tous des chefs d'entreprise liés à des groupes relativement prospères dans le décor sucrier du Pernambouc, et qui, depuis les années soixante-dix, cherchent à élargir l'éventail de leurs activités dans l'état et dans les états voisins, en s'orientant, entre autres initiatives, vers la production d'alcool et l'élevage. Le candidat battu du P.F.L. José Mucio Monteiro, par exemple, est un pionnier, dans la tentative de diversifier la production agricole dans la région sucrière, où il introduit la plantation de l'hévéa et d'autres cultures.

44Les déclarations publiques d'Antônio Farias et de Marcos Queiroz en faveur de la réforme agraire pendant la campagne, sont, à part les interprétations personnelles qu'ils peuvent faire de ce terme, d'une grande signification sémiologique. Elles reflètent l'effort d'actualiser le discours des élites sucrières, pour chercher des issues politiques à la crise sucrière dans l'état.

45Dans ce sens, on peut dire que Cid Sampaio fut le grand précurseur des industriels du sucre dans la tentative d'élaborer des tactiques politiques plus modernes. Il y a presque trente ans, alors que l'activité sucrière dans le Pernambouc montre des signes de fragilité et connaît des difficultés pour survivre face à la crise du sucre et à l'apparition de mouvements sociaux paysans, il se lança, avec quelques autres, à la recherche d'alliances politiques plus larges et adopta un discours "modernisant", alors considéré comme audacieux et allant même jusqu'à contrecarrer la plupart des responsables politiques sucriers.

46Si, à cette époque, Cid Sampaio était une voix presque isolée au sein de l'univers politique sucrier, de nos jours ses propos commencent à être acceptés plus facilement, et sa proposition initiale de définition de nouvelles stratégies entraîne des adhésions croissantes à l'intérieur des élites sucrières.

47La répartition des candidats de l'industrie sucrière, lors des dernières élections, à travers les différents partis politiques, ne révèle pas, comme pourrait le conclure un observateur inattentif, des divergences de fond quant aux alternatives qui s'offrent au secteur sucrier. Elle traduit plutôt des différences tactiques, peut-être non explicitement exprimées, autour de la définition d'une stratégie plus efficace pour surmonter la crise sucrière, dans un contexte de crise économique et politique nationale.

Bibliographie

ANDRADE, Manuel Correia de. A terra e o homem no Nordeste, Ed. Brasiliense, São Paulo, 1973.

CALADO, Antonio. Tempo de Arraes : a revolução sem violência. Ed. Paz e Terra, 2e édition, Rio de Janeiro, 1979.

MARTINS, Paulo Henrique N. "L'État et la question régionale au Brésil : le cas du rural-Est" thèse de doctorat de troisième cycle, IEDES, Paris, 1980.

- "A propósito de una política regional de desenvolvimento : o caso do Nordeste" in Raizes, n° 213, UFPB, Campina Grande, 1983.

- "As classes açucareiras e a crise de 1930 em Pernambuco", in Revista Clio, n° 5, Maîtrise d'Histoire. (Université Fédérale du Pernambouc), Recife, 1982.

- "A modernização recente da agro-indústria açucareira em Pemambuco", CNPq, mimeo, 1985.

MELO, Mario Lacerda de. O açucar e o homem, IJNPS, Recife, 1975.

SOUSA, Maria do Carmo Campello de. Estado e partidos politícos no Brasil (1930 a 1964), Ed. Alfa Omega, São Paulo, 1976.

SUAREZ, Maria Tereza Sales de M. Cassacos e Corumbas, Ed. Atica, São Paulo, 1977.

WANDERLEY, Maria de Nazareth. Capital e propriedade fundiaáia; suas articulaçóes na economia açucareira de Pernambuco, Ed. Paz e Terra, Rio de Janeiro, 1979.

WEFFORT, Francisco. O populismo na politíca brasileira, Ed. Paz e Terra, Rio de Janeiro, 1980.

Notes

1 Au Brésil, État fédéré, l'interventoria désigne la période pendant laquelle le pouvoir central délègue provisoirement l'autorité pour gouverner dans un État membre lorsqu'il estime cette mesure nécessaire. (N.D.T.).

2 Le morador est un résident à l'intérieur de l'exploitation de canne-à-sucre, à qui le propriétaire accorde, en échange de son travail, l'autorisation de pratiquer certaines activités pour son auto-consommation. (N.D.T.).

3 massapê : terre argileuse

Auteur

Professeur à l'Université Fédérale du Pernambouc. Recife.

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter