Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pouvoir local, régionalismes, décentralisation

 | 
Jean Revel-Mouroz

2. Acteurs du Développement régional et Pouvoirs locaux

Les politiques de décentralisation et les grands projets en Amérique Latine

Elsa Laurelli

Texte intégral

"Boca de la Necesidad tenia, hasta antes del descubrimiento, dos mil habitantes y tres calles de arena. En Boca se hablaba de 'antes del descubrimiento', como si se tratara del descubrimiento de América. Todos distinguian dos épocas en su vida y en la del lugar : la de 'antes' y la de 'cuando llegaron', frase que englobaba a los ingenieros, arquitectos, la Planificadora, los de Marina, las maquinas, gruas, los de la ciudad (...) Ninguno de los de Boca supo cuando se decidio emprender el gran proyecto de desarrollo, el mas grande de América Latina, decian los entendidos, que beneficiaria a la region. Solo que no se haria alli sino en la vecina Benito Juares, otra poblacion pequena que reunia las condiciones. El azorado pueblo contemplaba lo que en las grandes ciudades se llama progreso". (Ing. Fernandez de Alba, Boca de la Necesidad, Ed. Océano, México, 1987).

1La crise des années quatre-vingts relance un débat resté ouvert en Amérique Latine sur le rôle des grands projets en tant qu'agents des politiques de décentralisation de l'État inscrites dans les stratégies de développement élaborées par les régions d'accueil. Ceci dans un contexte de changement à l'intérieur du premier monde avec ses conséquences, la dette qui se perpétue, et un cadre structurel où se reproduisent ces sociétés marquées par des politiques qui ne font qu'élargir la brèche entre ceux qui "dominent" et ceux qui se voient traditionnellement "dominés".

2C'est, en particulier, une question incontournable pour les pays qui viennent de rétablir le système constitutionnel de gouvernement, étant donné les difficultés qu'ils doivent affronter pour consolider et stabiliser cette forme démocratique, constamment mise en péril par la crise économique et sociale accumulée pendant de longues périodes de dictature militaire.

3Cette communication est centrée sur la difficulté à rechercher, élaborer et appliquer des politiques adaptées aux régions où s'implantent les grands projets, des politiques qui favorisent la mise en œuvre des processus réels de décentralisation dans les territoires concernés à un moment où l'on tend vers l'exercice d'une pleine démocratie. Elle se réfère à la théorie récente qui présente le municipe comme le cadre adéquat et les pouvoirs locaux comme les acteurs de la nécessaire légitimation de toute action de décentralisation : se réapproprier l'échelle locale dans le but d'y trouver le point d'inflexion qui permette l'articulation des stratégies nationales et internationales à l'œuvre dans la gestion de ces grands projets (circuits de production de biens industriels, énergie, tourisme etc.) avec les bénéfices que peuvent en tirer les régions.

I. LES TERRITOIRES DES GRANDS PROJETS

4Cherchant à remédier aux disparités entre régions et au phénomène de concentration dû à la croissance, les divers pays latino-américains ont été amenés à mettre en œuvre de grandes interventions planifiées à partir du centre avec le souci d'intégrer le processus de modernisation qu'elles supposaient à la première étape de l'industrialisation par substitution des importations qui se développe à partir des années cinquante. Cette étape se caractérise par la mise en place de grands complexes industriels (production d'énergie, exploitation des ressources du sous-sol associée à une ou deux activités, construction d'infrastructures lourdes, d'ensembles touristiques, de villes nouvelles etc.).

5Les pays qui adoptent ce modèle connaissent des changements dans leur structure sociale et économique ; la répartition de la population entre la ville et la campagne se modifie à la suite des grands mouvements de migration vers ces centres de production qui deviennent des régions de forte attraction pour les zones déprimées. Les centres urbains qui se trouvent à proximité de ces entreprises s'étendent, développent leurs activités et offrent de nouveaux services.

6L'État joue un rôle important dans la construction et l'administration de ces nouveaux travaux que ce soit au niveau de l'entreprise que de l'extension ou l'édification de nouvelles zones urbaines, dans l'offre et la gestion des services et dans la mise en place d'infrastructures sur le plan régional. A tous les niveaux de l'administration, national, provincial et/ou municipal, des actions sont conçues, des mesures de restructuration sont prises afin de pouvoir répondre aux nouvelles exigences imposées par ces implantations.

7C'est un processus complexe de transformation qui, dès son démarrage, intègre des facteurs qui vont déterminer les principales caractéristiques de la structure socio-économique du pays : concentration, dépendance et marginalité. Caractéristiques de vastes secteurs de la population mais qui se reproduisent sur une plus large échelle et de façon particulière dans ces microrégions.

8Il s'agit en général de zones de faible croissance, souvent isolées que vient perturber l'implantation de grandes constructions servant d'appui aux activités industrielles, de complexes énergético-miniers, de barrages, de ponts, de routes etc.. Dans la plupart des cas, la réalisation et le fonctionnement de ces projets nécessitent le recours à des technologies souvent transférées de l'étranger et qui entraînent l'importation de machines et de techniciens. L'énergie, les biens produits ne profitent pas à la région mais sont canalisés vers le centre. La population migrante, toujours supérieure en nombre à la demande créée par la phase de la construction et dont l'excédent s'accroît au moment de la mise en fonctionnement de l'entreprise subit des conditions de vie d'une extrême précarité dès lors qu'elle ne peut s'intégrer au marché formel de l'emploi.

9Comme on pourrait le montrer, l'État intervient dans un grand nombre d'actions concernant le logement, l'urbanisation de nouveaux secteurs, la construction d'équipements pour l'éducation et la santé prenant en charge de façon exclusive dans une première étape les coûts de la réalisation et de fonctionnement. Il investit également dans la réalisation de travaux exigés par la mise en place de l'entreprise et des infrastructures dont la région a besoin pour accueillir les nouvelles activités de production. Pour ce faire, l'administration traditionnelle doit subir des modifications pour s'adapter au nouvel environnement. On assiste à la création ou à l'extension d'entreprises, de corporations, d'organismes, à l'installation de délégations représentant les divers secteurs rattachés au centre. Au niveau de l'état ou de la province, à l'échelle locale, les obligations vont en s'accroissant sans qu'existe pour autant la même marge d'action. Cet état de choses est un reflet de l'hégémonie exercée par les pouvoirs centraux sur les pouvoirs locaux qui doivent fonctionner dans des conditions de subordination et de dégradation qui ne se modifient pas.

10Les sociétés des régions qui accueillent les nouveaux groupes économiques voient leur mode de vie se transformer tandis que les bourgeoisies locales se mettent à créer des liens d'association avec ces nouveaux agents, ceux qui, par exemple, s'adonnent à des activités commerciales ou de services ; ces liens vont supplanter les rapports traditionnels essentiellement issus du monde agricole. Les nouveaux-venus (groupes syndicaux, commerçants, professions libérales, cadres, techniciens, administrateurs etc.) s'installent dans des sociétés à prédominance paysanne, ce qui provoque une nouvelle répartition du pouvoir entre ces groupes dont les rapports sont, par moment, nettement antagoniques.

II. QUELQUES RÉFLEXIONS SUR LA "DÉCENTRALISATION"

  • 1 A l'exception de certains pays qui ont cherché à appliquer, ou sont en train de le faire, des modè (...)

11L'histoire de l'Amérique latine1 est marquée par un processus croissant de concentration, l'absence de toute expression populaire dans les décisions qui, prises au centre, se déversent en cascade sur les différents niveaux du gouvernement d'où sont exclus les secteurs à bas revenus qui n'ont aucun contrôle sur les décisions concernant leurs conditions de vie. Par ailleurs, ce modèle se trouve intégré à ceux qui au niveau international le réglementent progressivement et en accentuent les traits que l'on vient de signaler à cause d'une dépendance croissante de l'économie et de la politique extérieure.

12Il n'existe pas de permanence dans l'histoire du modèle démocratique qui assure une participation croissante de la population sur la base d'un accroissement de leurs droits, c'est le contraire qui a généralement cours, diverses formes de répression venant perturber l'exercice des libertés individuelles.

13Pour comprendre ce processus en Amérique Latine, il est nécessaire de procéder à l'analyse de l'héritage colonial et même de celui des sociétés précolombiennes car c'est dans leurs organisations sociales que l'on trouvera les racines des processus qui à l'heure actuelle œuvrent et élargissent des brèches entre les décisions centrales et les pouvoirs régionaux et locaux.

14Dans l'histoire récente, les pays qui ont pu préserver l'exercice d'un gouvernement constitutionnel ont vu se restreindre peu à peu leurs capacités de réponse par rapport aux objectifs nationaux, d'autres ont vu s'aggraver leurs luttes internes de libération comme en Amérique Centrale avec l'accentuation des inégalités sociales ; le Cône Sud a vécu, au cours de cette dernière décennie, les dictatures militaires les plus dures peut-être de toute l'histoire de l'Amérique Latine.

15Les pouvoirs régionaux et locaux perdent des attributs et des compétences par suite du transfert au centre de bénéfices produits localement, de la forme de captation et de redistribution des revenus comme de l'élection d'autorités choisies par le centre, un processus électoral sur scrutin de listes établies par des partis étant totalement exclu, etc. De même, lorsque l'on délègue aux pouvoirs locaux des fonctions sans leur donner la capacité et les ressources nécessaires à leur exercice cette attribution est destructrice car elle s'explique par un processus de répartition de la crise par le centre.

  • 2 Ces concepts sont amplement développés dans l'ouvrage cité dans la bibliographie.

16Ces réflexions permettent d'évaluer combien il sera difficile, du moins en Amérique Latine, de formuler, ratifier et mettre en application des politiques de décentralisation dans la mesure où leur nature présuppose le développement, l'approfondissement du système démocratique dans une région très vulnérable sur ce point. Cela signifie la constitution et la consolidation d'un État capable d'établir d'une façon permanente un lien dialectique avec l'ensemble de la société. Un modèle de ce type n'est possible que si l'État traditionnel actuel subit une transformation radicale, un État en quelque sorte dégradé par la situation politique interne et par la dépendance croissante vis-à-vis de l'extérieur. Une transformation qui ait pour objectif ce que propose Jordi Borja : "la décentralisation moderne ne cherche pas à se dégager de l'État central en créant un espace propre détaché du Centre, mais se propose d'intervenir, à partir d'entités décentralisées, dans l'élaboration, la réglementation, la programmation, la prise de décision, l'exécution et la gestion des politiques générales"2.

17Cette définition est particulièrement intéressante dans le cas de régions d'implantation de grands projets où l'État central joue un rôle significatif.

18Jusqu'à présent, on a eu tendance à assimiler le concept de décentralisation au transfert de décisions administratives d'un niveau à un autre de la hiérarchie ou à la délocalisation de fonctions intégrant un très faible pouvoir de décision. De même, on a l'habitude de l'appliquer au simple déplacement géographique d'unités importantes par le nombre du personnel et les fonctions concernées.

19Il est évident que le pouvoir central doit perdre certaines de ses fonctions avec la décentralisation et la déconcentration d'unités déjà opérationnelles, mesure opportune dans les cas où la concentration des activités et en dernière instance du pouvoir se révèle inefficace. Normalement, les effets de la concentration territoriale sont en corrélation avec le niveau de présence des fonctions administratives de l'État, le degré de concentration du capital économique et du pouvoir politique.

20Ces caractéristiques se retrouvent à l'échelle de toute l'Amérique Latine quels que soient les systèmes de gouvernement, fédéral ou unitaire, et particulièrement manifestes dans les régions d'accueil de ces grands projets qui connaissent un phénomène de concentration d'activités exogènes n'ayant aucun lien avec celles qui prédominaient auparavant, des activités qui ont été imposées par le centre sans qu'il y ait eu participation locale à la prise de décision ; ce phénomène est accompagné d'un détachement de fonctions administratives qui n'ont pas été harmonisées avec celles qui se développaient localement, d'un mouvement de concentration d'importants groupes migratoires d'origine différente etc.. Ce sont de véritables "enclaves politiques", de véritables territoires centraux sous juridiction locale qui ne présentent aucun de ces facteurs qui pourraient légitimer de possibles politiques de décentralisation comme l'intégration des secteurs écartés du pouvoir dans la gestion de leur propre reproduction.

III. LA DÉCENTRALISATION ET LES GRANDS PROJETS3

  • 3 Il s'agit d'une synthèse de conclusions à propos de thématiques relativement complexes dont certai (...)

21Nous avons souligné dans ce travail les caractéristiques les plus générales, les plus marquantes des phénomènes qui se trouvent associés à l'implantation d'un grand projet financé par des investissements publics. Cette forme d'investissement dont le montant est bien supérieur à ceux qui jusqu'à lors ont été appliqués dans ces régions, impose une nouvelle logique à la production de l'espace, de l'espace d'accueil qui doit s'adapter à une dynamique différente et mouvante, ce qui modifie de façon inéluctable le rôle des pouvoirs locaux.

22La création de conditions locales favorisant l'accueil et l'intégration des nouveaux groupes associés aux activités nouvelles fait apparaître des effets de dissociation entre les groupes et d'autres conséquences parallèles comme la concentration de populations marginales qui sont exclues de la stratégie de production mais qui doivent s'intégrer de toute façon à la société locale.

23Le discours qui accompagne l'élaboration de tels projets s'appuie en général sur des stratégies qui impliquent des décisions de nature "géopolitique", ou concernant le réaménagement du territoire national et le développement "polarisé" associé au "développement régional", à la "déconcentration" souvent même à la "décentralisation" un terme que l'on prétend synonyme de toutes ces actions.

24Dans le premier cas de figure, où l'objectif était de légitimer la nécessité de déconcentrer le pouvoir, d'insérer le pays dans les stratégies internationales, on peut citer : la "marche vers le Centre" pour appuyer le projet de transfert de la capitale au Brésil, la récente "marche vers le Sud" en Argentine avec des motivations diverses et la "marche vers la mer" au Mexique qui vise l'intégration du pays aux marchés extérieurs et la localisation des industries étrangères s'implantant à la suite d'accords internationaux qui accompagnent cette politique.

25Dans le second cas, c'est la logique de répartition, dans l'espace, des activités et de la population qui prévaut avec les objectifs pas toujours explicites provenant des modifications dans l'appareil d'État comme la création et/ou la mise en service d'entreprises étatiques et paraétatiques qui peuvent assumer et les conditions de base pour la production et les actions venant appuyer la reproduction de la force de travail avec les conséquences que l'on a déjà évoquées pour les sociétés locales.

26Lorsque l'implantation s'effectue dans des zones habitées disposant d'une base économique, ce qui est exceptionnel, car ce sont en général des espaces périphériques qui sont concernés, le municipe ne peut faire face avec ses propres ressources à ces processus qui mettent en jeu des montants d'investissements et des processus technologiques inconnus jusqu'alors.

27La restructuration des fonctions qui accompagne un tel processus n'est pas le résultat d'un programme de planification mais obéit à la logique des groupes dominants. Les nouveaux groupes attirés dans ces zones arrivent dans la majorité des cas à dominer la scène socio-politique à partir des activités où ils participent et à consolider leur situation dans les activités qui autrefois étaient dominantes dans la région, en général dans les secteurs de la sphère économique qui sont caractérisés par des rapports de production relativement simples.

28Ces groupes interviennent fréquemment dans la vie locale et éliminent les systèmes de caciquisme traditionnel dont les fonctions sont toutefois transférées, par eux, à des administrateurs, des gérants de société, des profesionales, des techniciens et des leaders syndicaux.

29Dans ces régions, la relation qu'il faut peut-être privilégier pour saisir la voie possible vers la décentralisation est celle qui lie l'entreprise et le municipe, une relation plus forte dans la majorité des cas que celle qui existe d'une part entre le municipe et la province ou l'état et d'autre part entre les pouvoirs au niveau de la province ou de l'état et les entreprises (ces rapports sont pratiquement inexistants) :

  • Le premier thème concerne l'autonomie des grandes entreprises paraétatiques par rapport aux autorités municipales dans la mesure où elles méconnaissent les dispositions, les normes définies par le municipe, où elles ne se soumettent pas au paiement des taxes ou des contributions, d'une façon totale ou partielle, avançant le mauvais usage que pourraient en faire les autorités municipales etc.
  • Cette situation s'aggrave si nous prenons en compte, malgré l'attribution partielle de ces ressources (y compris les profits tirés de l'activité productive) au municipe, son incapacité à gérer les finances, les ressources humaines et le niveau technologique nécessaire à l'élaboration et à la mise en place de programmes relevant de sa responsabilité comme l'entretien des constructions urbaines, même celles qui ont été réalisées par les entreprises et qui maintenant relève du municipe.
  • Les entreprises et/ou les syndicats prennent en charge la réalisation de programmes complémentaires de l'action municipale -ou en dehors d'elle- qui concernent l'aménagement des zones urbanisées, logement, transports, commercialisation des produits etc. et cela en fonction de leurs propres intérêts, de leurs programmes d'investissement et de travaux sans avoir une vision globale de l'ensemble social qui relève de la responsabilité du municipe.
  • Les entreprises créées dans le but de répondre aux besoins des grands projets4 et qui assument de façon marginale ou totale les problèmes de la reproduction de la population concernée, fonctionnent à partir de leur siège central localisé dans les capitales nationales ; elles disposent dans bien des cas d'un budget supérieur à celui des ministères et des secrétariat d'État détachant dans les régions les seules activités de production, ce qui crée une situation d'asymétrie avec les pouvoirs locaux empêchant l'existence de toute forme de relation qui ne soit pas conflictuelle.

30La subordination des pouvoirs locaux est permanente depuis le moment où est prise la décision du projet jusqu'à la mise en œuvre de toutes ses activités ; c'est en fonction de la nouvelle entreprise que l'on évalue le développement et les bénéfices futurs de la région, alors que viennent s'ajouter les effets pervers et marginaux produits par les intérêts personnels qui définissent souvent le mode de comportement des leaders, des fonctionnaires, des propriétaires terriens et des capitales régionales.

31En outre, les formes que va prendre la prise du pouvoir local par les nouveaux groupes constituent une autre étape qui va accentuer les phénomènes que l'on vient de décrire. C'est en général sous une forme progressive que les municipes vont passer des groupes traditionnels aux mains d'un membre, d'un représentant associé ou d'un agent de ces groupes d'entrepreneurs ou des syndicats.

32Ceci peut être l'aboutissement du processus de restructuration du municipe qui devient un espace totalement transformé avec de nouveaux acteurs qui contrôlent d'une manière directe ou indirecte l'ensemble du tissu social et, dans le meilleur des cas, sans perturber le fonctionnement de ses activités mais sans les faire bénéficier de l'excédent produit par la mise en production du projet.

IV. QUELQUES CONSIDÉRATIONS EN GUISE DE CONCLUSION

33Comme toute politique, celle qui s'intéresse à la décentralisation implique que soient analysés l'État existant" et les différentes voies conduisant la société vers l'État souhaité". Elles sont facilitées par tout objectif recherchant la satisfaction des besoins fondamentaux des secteurs les plus défavorisés comme l'obtention et la distribution des biens de consommation individuelle (alimentation, vêtement, logement etc.) l'accès aux services (eau, communication, santé, éducation, salubrité, etc.) réalisation d'infrastructures physiques et technologiques pour la production, création d'emplois productifs et participation à la prise de décision, à la formulation de stratégies et à la mise en place des projets.

34Comme nous l'avons observé, les grands projets d'investissements publics sont gérés dans le cadre de politiques nationales qui souvent répondent à des stratégies internationales de production de biens, d'extraction et de commercialisation des ressources naturelles, de production d'énergie, de mise en place d'importantes infrastructures de communication, de concentration et de transfert d'activités et de fonctions administratives (logement, services urbains, tourisme etc. ) dans des régions plutôt périphériques. Leur niveau de centralisation est contradictoire avec toute politique de décentralisation que l'on cherchera à élaborer et appliquer.

35Jusqu'à présent, même si les objectifs qui sont formulés à partir de ces projets intègrent le discours de la décentralisation, on ne peut que constater que seuls des processus de délocalisation de fonctions administratives ont été mis en œuvre. Par ailleurs, le comportement et l'évolution de ces territoires présentent des caractéristiques qui accentuent les difficultés à appliquer de telles politiques :

  • la fragilité de ces régions en ce qui concerne leur croissance économique et démographique marquée par les avatars de l'évolution des investissements dûs à la mise en place du grand projet qui empêche l'enracinement de différents groupes dans la société locale tant dans la phase de construction que dans celle où il devient opérationnel.
  • les difficultés d'intégration dans les sociétés locales des groupes migrants venant de diverses parties du pays, et celles que rencontrent les groupes formés par les gérants, les techniciens et les administrateurs avec les bourgeoisies traditionnelles locales de tradition agricole.
  • les caractéristiques du projet dans son élaboration et sa gestion : quand bien même il aurait été formulé dans le cadre d'un projet national de développement, il correspond à des stratégies internationales, ce qui ne suscite pas, comme d'autres projets, l'adhésion populaire.

36En prenant en compte ces caractéristiques, il est possible de faire quelques suggestions concernant des aspects qu'il faudrait intégrer aux politiques de décentralisation applicables dans ces territoires au cours des années à venir :

37a) ces grands projets ont tendance à réorienter les migrations internes d'un pays et à constituer, en conséquence, des facteurs de déstructuration pour d'autres régions et de formation d'un nouvel espace national à partir du rôle nouveau joué par ces lieux.

38b) il est indispensable de remodeler les fonctions du municipe et de revitaliser ses activités en consolidant son autonomie et en élargissant sa sphère de représentation ce qui veut dire qu'il est nécessaire :

  • d'obtenir un pouvoir de décision et d'exécution plus large permettant un minimum d'autonomie locale comme base de départ, d'accorder aux représentants la capacité de décision avec la participation des communautés qui pourront faire connaître leurs besoins et leurs revendications, enfin de pouvoir disposer des ressources nécessaires à l'organisation et la mise en œuvre d'activités. En Amérique Latine, il existe différents régimes municipaux qui vont d'une élection directe par la population, ce qui est rare, à la nomination directe par le gouvernement central. La décision directe comme forme de légitimation de la participation populaire dans l'élection des représentants constitue le moyen le plus adapté à la consolidation des pouvoirs locaux dans ces régions qui, autrement, ne font qu'affirmer leurs caractéristiques d"'enclaves politiques"5 c'est-à-dire de portions du territoire national enclavés dans un ou plusieurs municipes.
  • de donner capacité aux administrations et organisations locales d'exercer une autonomie de décision leur permettant de mettre en œuvre les politiques adoptées. Ce qui suppose une meilleure information, une meilleure expérience administrative et une formation en gestion pour qu'elles puissent traiter avec les organismes de l'État central et assumer des responsabilités. Il est nécessaire de connaître et d'analyser les relations entre les institutions, celles qui s'établissent entre les municipes et les gouvernements des provinces et des états, entre les municipes et le gouvernement central pour que les actions au niveau local soient efficaces ; il faut également connaître et analyser les relations entre les municipes ainsi que les conflits et les tensions qui se manifestent entre ces niveaux ; outre les mécanismes opérationnels qui peuvent être renforcés, éliminés ou changés, améliorant ainsi la gestion administrative ; ou le maniement des difficultés et des tensions qui naissent à l'intérieur du municipe entre les différents niveaux de direction, entre la masse des travailleurs et leur direction etc. Il s'agit également d'étudier de façon approfondie dans les finances municipales le revenu réel, le déficit fiscal, de prendre en compte les profits créés par les grands projets, les possibilités de bénéfices économiques que peuvent en tirer ces microrégions si elles ne négligent pas le recouvrement des taxes qui restent souvent impayées. Ceci élargirait la capacité financière du municipe, facteur qui apporterait dynamisme et viabilité aux initiatives locales. Une telle attitude devant les problèmes complexes suscités par ce type d'implantation conduira à y répondre en terme de développement local et à réaliser des projets concrets.

39c) l'incorporation de secteurs dynamiques dans le but de faire adhérer la majorité de la population à des actions de participation collective, la participation populaire se différenciant d'un processus d'intervention plus ou moins volontaire, plus ou moins spontané dans la réalisation de programmes élaborés à l'extérieur des sociétés locales elles-mêmes.

40Dans ces territoires si profondément affectés par des décisions externes, la vigilance est de mise car les mécanismes de captation par le centre perdurent, ce qui écarte la population du pouvoir et la démobilise et peut conduire à des formes de répression lorsque des tensions éclatent à cause du ralentissement ou de la stagnation de la croissance, du retard du développement social.

41Entre autres éléments dont il faut tenir compte, pour pouvoir agir dessus, nous avons les structures des organisations populaires et des groupes corporatifs, (leur insertion locale, leurs relations avec le municipe, leurs revendications et les mouvements sociaux auxquels elles ont donné lieu ainsi que le niveau de réponse des pouvoirs locaux). Il est important d'analyser l'échelle de leurs interventions, leur degré d'homogénéité, d'identifier les intérêts des groupes et le type de projet avancé. Ainsi la gestion de l'espace urbain et le développement socio-économique seront plus viables avec la participation des comités de quartier comme le montrent certaines expériences en cours en Amérique Latine.

42d) les politiques de décentralisation n'impliquent pas de la part de l'État central un désintérêt par rapport au niveau local ni son retrait :

  • en tant que promoteur et source de financement des projets, l'État devra appuyer les gouvernements locaux qui cumulent un grand nombre de responsabilités résultant de l'impact subi par leurs territoires.
  • il devra promouvoir des normes et susciter des recherches liées aux projets.
  • il aura à sa charge la création de nouvelles structures juridico-administratives à différents niveaux comme les fonds municipaux ou autres types d'organismes de financement qui avec les représentants municipaux appuient d'un point de vue technique et financier les projets municipaux productifs comme ceux qui concernent la production de l'espace urbain qui requièrent une certaine spécialisation technique.

43e) l'un des facteurs les plus importants est peut-être la formation des ressources humaines, ce qui implique un changement dans la façon dont elle est considérée et dans la nature des connaissances transmises, or l'enseignement supérieur ignore ce genre de préoccupations. Il s'agirait, en effet, de former des profesionales, et des techniciens qui peuvent aller au-delà de la simple vision technique, au-delà du regard de l'ingénieur c'est-à-dire qui soient en mesure d'établir des liens de cause à effet entre les politiques, les technologies mises en œuvre et les populations concernées, de leur donner accès à l'information et de promouvoir la participation populaire.

44La formation devrait s'adresser aux profesionales et techniciens qui interviennent dans les entreprises, dans les municipes, dans les délégations de l'état ou de la province afin qu'ils puissent promouvoir la mise en place de systèmes d'information simples et accessibles et des structures d'appui aux communautés pour la formulation de projets intégrant leurs propositions. Il leur sera également possible ainsi de faire connaître aux dirigeants et aux groupes politiques des données techniques avec l'objectif d'augmenter leur efficacité et de traduire leurs propositions en projets qui seront évalués selon des critères populaires.

45C'est ainsi que s'établira un dialogue constructif, dialogue qui a été maintes fois suspendu et/ou brisé par l'inefficacité des responsables, une inefficacité qui favorise l'occultation d'autres formes d'agir perverses de la part des pouvoirs locaux dans ces régions en particulier.

Bibliographie

NEIRA, Eduardo, "Una estrategia para la descentralizacion de la gestion de los asentamientos humanos", (mimeo) El Colegio de México, 1988.

HIERNAUX Daniel, "Nuevos polos industriales y desequilibrios municipales", (mimeo), VIe Coloquio de Antropologia e Historia Regionales, Colegio de Michoacan, 1984, México.

DEMYK Noëlle, "Bourgeoisies locales, pouvoir et espace en Amérique Latine" (mimeo), CREDAL, Francia, 1983.

TORRES Blanca (comp.) Descentralizacion y democracia en Mexico, El Colegio de México, 1986.

MASSOLO Alejandro "La corriente hacia abajo : Descentralizacion y municipio", Revista Mexicana de Ciencias Politicas y Sociales, n° 12, UNAM, México, 1987.

BORJA Jordi, "Transformaciones territoriales e instituciones en Europa", Revista Mexicana de Sociologia, XLV, n° 4, Instituto de Investigaciones Sociales, UNAM, México, 1986.

MARTINEZ ASSAD Carlos et ZICCARDI Alicia, "El municipio entre la sociedad y el Estado", Revista Mexicana de Sociologia, XLV, n° 4, Instituto de Investigaciones Sociales, UNAM, México, 1987.

PIREZ Pedro, "Coparticipacion federal y descentralizacion del Estado", Revista Mexicana de Sociologia, XLV, n° 4, Instituto de Investigaciones Sociales, UNAM, México, 1986.

Notes

1 A l'exception de certains pays qui ont cherché à appliquer, ou sont en train de le faire, des modèles de développement qui impliquent des changements structurels socio-économiques

2 Ces concepts sont amplement développés dans l'ouvrage cité dans la bibliographie.

3 Il s'agit d'une synthèse de conclusions à propos de thématiques relativement complexes dont certaines ont été élaborées dans d'autres travaux à partir d'expériences réalisées dans ce type de régions.

4 On peut citer entre autres les corporations de développement régional comme la CVG à Ciudad Guayana (Venezuela), le Fondo Nacional de Turismo (FONATUR) le Fideicomiso Lazaro Cardenas (FIDELAC) la Minera Carbonifera de Rio Escondido (MICARE) au Mexique, la Entidad Binacional Yacireta (EBY), la Comision Tecnico-Mixta de Salto Grande (CTM HIDRONOR) en Argentine etc.

5 Cf. Elsa LAURELLI et Pero PIREZ.- El complejo Lazaro Cardenas-Las Truchas y el entorno urbanoregional: reflexiones teorico-metodologicas. In: Cuaderno del CEUR (17) 1986.

Auteur

Chercheur au CEUR/CONICET. Buenos Aires

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter