Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pouvoir local, régionalismes, décentralisation

 | 
Jean Revel-Mouroz

1. Décentralisation et Régionalisation

Une étude sur la dépendance régionale : le cas de la Région Atlantique au Costa Rica

Guillermo Carvajal Alvarado

Texte intégral

1La théorie de la dépendance appliquée à l'échelle locale permet l'étude, dans un cadre territorial plus réduit, des relations de domination et de soumission entre les régions périphériques et les axes de plus grand développement capitaliste. Cette hypothèse dérive de l'application à l'échelle d'une formation donnée d'une étude des relations économiques entre les États-nations, et cela tout en différenciant des centres de domination et de concentration au détriment des formations spatiales subjuguées et périphériques.

2Le contexte spécifique de la recherche concerne la région Atlantique. Cette région dont la valorisation économique et l'intégration à la périphérie régionale costaricienne a eu lieu dans le dernier tiers du xix siècle, tout d'abord par sa condition de port maritime et plus tard par son grand potentiel agricole avec l'implantation de la culture de la banane, (fig. 1).

3Le développement de la plantation bananière sous la forme d'une économie d'enclave a permis l'intégration de cette région aux circuits économiques du système capitaliste mondial. Cette nouvelle modalité d'exploitation agricole de l'espace régional costaricien et d'Amérique centrale a eu lieu à la fin du xix siècle. L'enclave bananière s'installa sur les régions côtières des caraïbes d'Amérique centrale et ensuite sur la côte pacifique chevauchant le Panama et le Costa Rica, mettant en cause la souveraineté de l'État.

4Ces régions vont être marquées par la présence d'une matrice productive tournée vers l'extérieur et dominée par une monoculture d'exportation, aux mains du capital transnational et de quelques exploitants nationaux. Cette modalité d'exploitation agricole produit un espace régional peu articulé en lui-même et avec de rares échanges de biens et de services avec les autres régions.

5L'enclave bananière comme forme de production correspond à une état avancé du capitalisme et par conséquent dans un premier temps la plantation bananière va être dirigée directement par des compagnies multinationales qui faisaient venir leurs cadres techniques et professionnels des centres du capitalisme avancé, (dans ce cas des U.S.A.).

6Cette forme de capitalisme agraire que l'on pourrait cataloguer comme une forme sauvage et crue du capitalisme dans sa forme de production va produire un espace régional complètement détaché de la mosaïque régionale costaricienne. Les décisions sur la production, la distribution et les formes d'organisation de la production bananière de la région Atlantique du Costa Rica étaient prises à l'extérieur, à Boston (U.S.A.) où se trouvait la maison mère.

7L'enclave bananière en tant que telle permit l'apparition d'un État-Région, tout du moins dans la première période de domination absolue de l'United Fruit Company (UFCO). Entre 1899 et 1934 l'UFCO imposa le modus operandi dans toutes les sphères de la vie régionale. La région fut remise totalement aux dictées de la compagnie bananière : les terres, l'infrastructure des communications, les travailleurs agricoles, et tout ce qui existait dans la région étaient régis par les normes établies par l'UFCO.

8Les régions du type enclave surgissent sur la côte caraïbe de l'Amérique centrale au moment de la consolidation de la politique hégémonique des USA envers l'aire centro-américaine. Les entreprises privées vont appliquer et suivre les dictées de la politique expansionniste avec l'appui officiel des gouvernants. Les élites gouvernementales vont succomber aux copieux bénéfices obtenus par les impôts à l'exportation de la banane.

9La faiblesse économique intrinsèque des Républiques Centro-américaines allant de pair avec le souci de valorisation des terres marginales du littoral tropical humide, favorisa l'implantation des structures économiques centrifuges, particulièrement sous forme d'enclaves bananières.

LE PROCESSUS DE RÉGIONALISATION AU COSTA RICA ET LE SURGISSEMENT DE LA RÉGION ATLANTIQUE COMME RÉGION PÉRIPHÉRIQUE

10Avec l'expansion du monde européen et l'implantation du système colonial, au Costa Rica vont se produire de profondes transformations dans les formes d'organisation de la vie sociale. De nouveaux lieux pour l'établissement de la population sont choisis, et surtout vont être détruites les bases organisatrices des cultures autochtones. Les bases d'établissement territorial de la domination coloniale dans la Province du Costa Rica se réduisaient à quelques emplacements éphémères sur les côtes atlantique et pacifique et à des noyaux de vie permanente dans la ville de Cartago et de petits centres peuplés dispersés dans la vallée centrale.

11Toute la façade caraïbe de l'isthme centro-américain restait en marge de la domination royale, mal reliée aux capitales provinciales. Cela permit la recomposition de formes de vie indigènes, l'incursion de pirates et de corsaires, et surtout favorisa l'établissement de zones sous la souveraineté d'autres empires coloniaux, en particulier de la couronne britannique.

12Le peuplement par les espagnols de la côte caraïbe fut éphémère. Les plantations de cacao déclinèrent à la suite des incursions des pirates anglais et des "zambos mosquitos" qui harcelaient continuellement les planteurs de Matina, en dépit des efforts des propriétaires de Cartago pour maintenir peuplée la région de Matina. Cependant après plusieurs décades d'essor, l'accroissement des actes de sabotage de la part des pirates, des corsaires et des zambos mosquitos mit fin à l'activité cacaoyère.

13Après le déclin des plantations de cacao, au début du xix siècle, les noyaux de population de la région étaient limités aux peuplements indigènes de Talamanca, à quelques fermes de noirs et d'indiens "ladinisés" dans la région de Matina.

14Pendant la longue période coloniale, les différentes portions du territoire costaricien fonctionnèrent comme des unités indépendantes liées à la capitale provinciale seulement par les liens administratifs et ecclésiastiques.

15Pendant les xvi et xvii siècles, la couronne d'Espagne cherche à implanter une activité économique qui briserait l'isolement dans lequel était tombée la province du Costa Rica. Au milieu du xvii siècle on attribue à la province du Costa Rica le monopole de la production du tabac. Avec l'implantation de cette culture et sa commercialisation dans le territoire de la Capitania General du Guatemala vont avoir lieu les premiers faits économiques de différenciation spatiale, à l'intérieur de la société costaricienne.

16Ainsi à la fin du xviii siècle et au début du xix siècle, apparaît une différenciation territoriale entre Cartago, base de la domination coloniale et San José, centre de l'activité productive la plus importante de la province. A Martina, sur la côte caraïbe, on exploite pendant un temps le cacao, cependant aucune de ces activités n'arrive à se convertir en une activité stable pouvant articuler l'espace costaricien. A cause de la prédominance d'une économie de subsistance et de la faiblesse des échanges de biens et de services, la différenciation entre régions se basent plus sur des facteurs naturels que sociaux.

17Une vie politique naissante confère à la ville de Cartago, située dans la partie orientale de la Vallée Centrale, une plus grande hégémonie et le plus haut rang administratif. Mais Cartago est une capitale de province incapable d'articuler territorialement l'espace costaricien, et l'arrière-pays de la capitale coloniale se réduit à son environnement le plus immédiat.

18Avec l'avènement de l'indépendance politique du Costa Rica, le panorama économique et social hérité du monde colonial peu à peu commence à changer. Sur la jeune République du Costa Rica pesaient encore quatre siècles de vie coloniale tandis qu'elle restait isolée économiquement des axes de circulation des courants mondiaux.

19Entre 1830 et 1840 l'agriculture du café fait irruption, une activité qui va transformer l'espace et la vie économique et sociale du pays. Avec la culture du café vont s'établir les premiers modèles de différenciation spatiale et la "Meseta Centrale" devient la région caféière principale du pays.

20Or le processus de régionalisation ne peut être compris uniquement d'un point de vue local ; il est indispensable de recourir au contexte de l'économie mondiale. Ce ne fut que dans la mesure où le Costa Rica trouva un produit qui articula son espace et son économie au marché mondial que les processus de différenciation sociale et de valorisation différentielle prirent de l'essor.

21Après la décade de 1830 la nécessité de commercialiser le café sur le marché international impose la tâche de construire des voies de communication plus rapides vers les côtes où vont se situer les ports d'exportation. Comme la Meseta Centrale occupe une position charnière par rapport aux deux côtes, la principale préoccupation du groupe caféier a été dès le début de construire des voies de communication entre la Meseta et les ports d'exportation.

22La construction de routes en direction de la côte caraïbe et du Pacifique vont permettre la colonisation des terres situées le long de voies ouvertes pour le transport du café, élargissant ainsi la frontière agricole au-delà de la Meseta Centrale. La première région qui s'incorpore activement au mouvement colonisateur est celle des terres en bordure du "camino de carretas" reliant la Meseta au port de Puntarenas sur l'Océan Pacifique.

23Plus tard, entre 1870 et 1890 le mouvement de colonisation prend une autre direction, cette fois induite par la construction du chemin de fer qui reliera la Meseta Centrale au port de Limon sur la côte caraïbe. De cette façon les vallées du Reventazon et de Turrialba vont être incorporées au reste de l'espace national comme terres consacrées à la culture du café.

24Entre 1870 et 1890 surviennent deux faits dont les effets vont approfondir le processus de régionalisation : la construction du chemin de fer vers l'Atlantique et l'installation des plantations bananières.

25A la fin du xix siècle le port de Limon va se convertir en plaque tournante des communications avec le marché international. La demande croissante de café sur les marchés européens et nord-américains rend possible le projet de construction du chemin de fer qui reliera la Vallée Centrale aux basses terres de la région caraïbe ; fait qui modifiera le cours de l'histoire régionale. Parallèlement au chemin de fer se développe dans la région la culture de la banane mais la consolidation de l'enclave bananière ne favorise en rien l'intégration intra-régionale.

26Le chemin de fer et l'enclave bananière engendrent une structure agraire typique des économies de plantation, où les cycles de production sont déterminés par les pulsations du marché international plus que par les besoins du marché régional et national dans la mesure où les terres, le chemin de fer et le complexe portuaire, en raison des manœuvres des entrepreneurs qui ont construit la voie ferrée, étaient dès 1899 le monopole de l'United Fruit Company (UFCO).

LE PEUPLEMENT DE LA RÉGION ATLANTIQUE

27L'histoire de la conquête espagnole de cette région va être jalonnée par des incursions continuelles, du fait de l'armée ou de missions religieuses.

28Ce n'est que pendant la période coloniale que la région de Matina a été sous contrôle de l'administration. Les plantations de cacao, introduites au xviiie s. n'ont pas permis l'établissement d'une population permanente. Elles étaient entretenues par des noirs, des indiens et quelques migrants provenant de la capitale provinciale de Cartago, située à l'intérieur dans la partie orientale de la Vallée Centrale. Ces groupes culturels, dans certains cas, se concentraient dans les parties spécifiques de l'espace régional, comme les indigènes ; les autres groupes ethniques se disséminaient dans toute la région. Le peuplement de la région Atlantique peut donc être considéré comme multiethnique, ceci étant un trait particulier de la façade des caraïbes du Costa Rica.

29Après la formation de l'État costaricien en 1821, les différents gouvernements qui se succèdent au pouvoir cherchent à incorporer le territoire régional à l'espace costaricien. Le peuplement de cette région dans les premières années de vie indépendante a été décrit ainsi : la région Atlantique était pratiquement inhabitée à part quelques ranchs pour protéger et abriter des noirs et une poignée de soldats pour faire le guet Matina pendant la colonisation constituait une zone dangereuse où opéraient les pirates, des gens sans Dieu, ni lois. C'était donc une terre désolée, peu sûre où les colons ne voulaient, ou ne pouvaient pas vivre. (Monge Alfaro 1943).

30Certes en 1852, le gouvernement du Costa Rica avait décrété officiellement la création du port de Limon ; mais malgré une certaine activité commerciale, la présence de colons était rare. Ce ne sera que vers 1870 que le mouvement colonisateur en direction de l'Atlantique prendra de la force, la construction du chemin de fer demandant une grande quantité de main d'œuvre à laquelle ne pouvait répondre le Costa Rica en général et particulièrement la région Atlantique (tab.l). Le gouvernement, tout comme la compagnie chargée des travaux, dut recourir à l'immigration internationale. En 1864, la population non indigène de la côte Atlantique était de 545 habitants. Les centres de population se distribuaient dans ces années-là entre Matina et le Port de Limon qui étaient les deux centres jusqu'alors incorporés au processus de colonisation.

31La région Atlantique passe en 1882 à un total de 7 844 habitants. (Direccion General de Estadistica y Censos : 1864). Ce chiffre exclut les indigènes de Talamanca. L'impact de la migration internationale est notable à partir de 1871, date du premier contrat relatif à la construction du chemin de fer vers le port de Limon.

32Entre 1864 et 1892, la population de la région augmente sensiblement. Pendant ces années-là, la croissance démographique régionale s'explique par le mouvement de colonisation provenant de l'intérieur du pays, principalement des agriculteurs de San José et d'Alajuela dans la Vallée centrale. Déjà à partir de 1870 des agriculteurs provenant de la vallée Centrale avaient commencé à planter de la banane à l'échelle commerciale. La culture de la banane est introduite dans la région par des agriculteurs costariciens. Le 7 février 1880, le bateau à vapeur Noruego Earuholn débarque les premiers régimes de bananes (360) chargés à Limon. En 1884, il existait déjà 350 propriétés agricoles, comptant en tout 2 225 "manzanas" (0,68 ha) de terrains cultivés avec 570 000 pieds de bananes. (Monge Alfaro : 1943, p 118- 119).

33Les recensements de population de la fin du siècle dernier montrent un flux et un reflux de la population régionale et le comportement démographique est hautement influencé par la demande de main d'œuvre pour la construction du chemin de fer.

L'INCORPORATION PÉRIPHÉRIQUE DE LA RÉGION ATLANTIQUE

34La région Atlantique va s'incorporer de manière plus permanente à l'économie nationale pendant l'administration de Tomas Guardia quand commencèrent les travaux de construction du chemin de fer vers l'Atlantique. Cette construction et plus tard les plantations bananières vont transformer radicalement le paysage régional. Le développement de ces deux activités favorisa la migration interne et internationale et donna lieu à un peuplement multiracial. La région se peupla avec des immigrants provenant d'Amérique Centrale, de la Caraïbe insulaire, de certains pays européens et asiatiques. A ceux-ci il faut ajouter les migrants internes provenant particulièrement de la Vallée Centrale. Le tableau 1 montre la quantité d'immigrants internationaux attirés principalement par l'emploi offert par la construction du chemin

TABLEAU 1. RÉGION ATLANTIQUE IMMIGRANTS INTERNATIONAUX 1862-1892

TABLEAU 1. RÉGION ATLANTIQUE IMMIGRANTS INTERNATIONAUX 1862-1892

source : Dirección General de Estadística y Censos.
Censo Nacional de Población 1882-1892. Sección de Publicaciones de la D.G.E.Y.C. 1975.

35Pour 1882, le total d'immigrants internationaux étaient de 1273. Entre 1881 et 1882 une grande partie de la main d'œuvre se retrouve sans emploi avec l'interruption des travaux du chemin de fer. Déjà à cette époque la population travailleuse pouvait se recycler dans les plantations bananières.

36Le mouvement d'arrivée de travailleurs prend un nouvel élan avec l'intensification de la culture de la banane dans la région car la consolidation de l'économie de plantation dépend d'une abondante quantité de main d'œuvre.

37Entre 1883 et 1885, se produit une nouvelle vague de migration vers la région. A partir de 1885, des compagnies étrangères commencent à se former. Des capitaux importants arrivent au pays, la Hoadler Ingalls and Company se constitue à New York. En quelques années un total de 20 compagnies productrices de bananes se créent puis se regroupent en une seule : La Boston Fruit Company. A cette époque apparaît un autre groupe important, la Tropical Trading et Transport Company. Tous les deux s'unissent et forment la United Fruit Company (U.F.C.O.) (Monge Alfaro : 1943, p 119).

38Le style d'administration et les formes de vie implantées par cette compagnie monopolisatrice ont un impact sur le développement de villages qu'elle dote d'une infrastructure minimale de services. Toutes les maisons des travailleurs étaient construites suivant un même plan architectural et les villages étaient entourés de plantations de bananes réunissant quelque 500 travailleurs, chacun ; ils étaient appelés "fincas" et étaient généralement désignés par un numéro. Cette forme de valorisation fait de cet espace une véritable enclave peuplée par des ouvriers agricoles et des fonctionnaires sans lien avec la terre qu'ils travaillaient, et sans contrat personnel avec les propriétaires et les individus qui fixaient les normes et les objectifs du travail.

39On peut comprendre ce style d'administration combiné à la ségrégation sociale et raciale mise en œuvre par l'UFCO, à l'ampleur de la violence qui s'est déclenchée lors de la grève de 1934 et qu'a si magistralement décrit l'écrivain costaricien Carlos Luis Fallas dans le roman Mamita Ynai. (Fallas, 1942). Le nom même du roman reflète la situation de domination qu'exerçait l'UFCO dans la région. Mamita, est le diminutif de mère et Ynai dérive de la prononciation en espagnol du mot anglais united.

40Le développement de la culture de la banane nécessite un fort contingent de main d'œuvre, recruté en grand nombre en dehors des frontières nationales. Au cours des trois premières décennies de ce siècle, le boom économique que connaît la région attire une grande quantité de migrants internationaux, ce qui provoque une croissance démographique soutenue de la population régionale qui passe de 545 habitants en 1864 à 22 000 en 1927 (Direccion General de Estadistica y Censos). Entre 1892 et 1927, la région adquiert une identité ethnique qui la rend différente des autres régions du pays.

TABLEAU N° 2. GROUPE ETHNIQUE D'APPARTENANCE DES HABITANTS DE LA RÉGION ATLANTIQUE : 1892-1950

TABLEAU N° 2. GROUPE ETHNIQUE D'APPARTENANCE DES HABITANTS DE LA RÉGION ATLANTIQUE : 1892-1950

Source : Direccion General de Estadistica y Censos. Censos Nacionales de Poblacion : 1882,1892,1927,1950. Seccion de Publicaciones de la D.G.E.Y.C. San José.

41De nombreux traits socio-culturels que présente actuellement la région ont été acquis pendant cette période (tableau n° 2). La période comprise entre 1882 et 1934 correspond à un cycle d'expansion économique de l'activité bananière dans presque toute la région. Le progrès économique de la région au cours de cette période a été remarquable. La région et particulièrement l'aire d'influence immédiate de la ville de Limon connaissent une période d'essor, les rues de la ville étaient déjà vers 1930 pavées et les maisons et les résidences construites à partir de dessins architecturaux d'influence étrangère manifestent l'opulence et le bien-être économique des populations urbaines.

L'ABANDON DES PLANTATIONS BANANIERES

42Dans les années 1930, l'industrie bananière de la région atlantique entre dans une profonde crise économique. Les facteurs qui l'expliquent sont variés. D'abord des facteurs écologiques, le développement d'une maladie appelée "mal de Panama" ; raffrontement des travailleurs organisés en syndicats aux formes autoritaires et discriminatoires de gestion utilisées par l'UFCO. En 1934 éclate une grève des travailleurs de l'UFCO qui paralyse toute l'activité dans la région. Cette grève qui se prolonge pendant plusieurs semaines entraîne la renégociation d'un nouvel accord, un accord qui permet à l'UFCO l'obtention de la concession de nouvelles terres pour la culture de la banane, cette fois sur la côte pacifique. De cette façon, en 1938, l'UFCO se tourne vers la région de Golfito, Quepos, Parrita, Palmar Sud et Palmar Nord, abandonnant ses plantations sur la côte caraïbe.

43Cette mesure prise par l'UFCO a un effet déprimant sur les activités économiques de la région et sur toutes les manifestations de la vie quotidienne ; le chômage augmente, le chemin de fer décroit, la population s'appauvrit, et Limon comme port commercial agonise. Fuyant la crise, des milliers de travailleurs emigrerà.

LES EFFETS DÉMOGRAPHIQUES DE LA CRISE BANANIERE DE 1934

44Les effets démographiques résultant du transfert de l'UFCO peuvent être synthétisés en trois points :

  1. Le ralentissement des courants migratoires à caractère international vers la région.
  2. L'émigration massive du groupe afrocaraïbéen.
  3. Un processus lent mais continu de repeuplement de la région qui modifie peu à peu la prédominance traditionnelle du groupe des descendants des afrocaraïbéens.

45La région Atlantique se transforme rapidement en une région d'expulsion car, l'abandon des plantations entraîne l'étranglement de l'unique marché de travail pour la population régionale. Le courant migratoire affecte surtout le groupe d'origine afrocaraïbéen. Ainsi, entre 1934 et 1955, une grande partie de la population noire de la région va retourner en direction de la Caraïbe insulaire, certains groupes émigrant aussi vers les U.S.A. Après 1948, et à la suite des politiques gouvernementales visant à une plus grande intégration régionale, des courants migratoires se produisent vers la capitale et les zones urbaines de la vallée centrale. Ces mouvements de population ont pour effet de réduire la part relative des noirs dans la région et particulièrement dans la ville de Limon, traditionnellement le noyau de plus grande concentration de population d'origine afrocaraïbéenne de la région. Entre 1927 et 1950, la population recensée comme d'origine noire dans la région passa de 18 003 individus à 13 749. Nous pouvons donc en conclure que l'abandon de l'activité bananière affecte surtout la population noire.

46Après 1940, le mouvement de colonisation agricole à partir de la Vallée Centrale et du Guanacaste se renforce et nombreuses sont les colonies qui s'installent sur les terres abandonnées par l'UFCO et dans les zones agricoles frontalières.

47Entre 1927 et 1950, en tenant compte des colons provenant des provinces de Alajuela, Cartago, Heredia et San José, on a un total de 3.200 immigrants. Ce mouvement de colonisation interne a provoqué des changements substantiels dans les composants ethniques régionaux, dans la mesure où les hispano-latins sont devenus le groupe ethnique culturel de plus grand poids démographique. En outre, ce mouvement de colonisation agricole va rendre possible l'incorporation de lieux peu peuplés comme Guapiles, Rio Frio et le canton de Jiménez, où vont se former des centres de population très semblables à ceux qui existent dans la Vallée Centrale.

LA RECHERCHE D'UNE CULTURE ALTERNATIVE COMME RÉPONSE À L'ABANDON DE L'ACTIVITÉ BANANIERE DANS LA RÉGION

48Entre 1934 et 1950 l'économie de la région s'est vue réduite pratiquement à une économie de subsistance. Tout au long de ces années l'UFCO elle-même et des groupes de producteurs nationaux essayaient de trouver une culture de substitution comme l'ananas, l'abaca et le cacao. Ainsi pendant la deuxième guerre mondiale, avec l'interruption des livraisons d'abaca en provenance des Philippines vers les USA, le gouvernement de ce pays négocie avec l'UFCO pour que la fibre soit produite sur la côte caraïbe du Costa Rica. En 1943, la surface cultivée atteint déjà 4 700 hectares. Ces plantations étaient situées à Bataan et Monteverde. A la fin de la guerre l'activité tombe et les plantations d'abacà sont complètement abandonnées dans les années 50. (Alfaro Rodriguez : 1985).

49Pour exploiter ses terres de la région atlantique, l'UFCO relance la production du cacao traditionnellement cultivé par la population indigène de la côte caraïbe ; ainsi pendant la période de 1940 à 1960, le cacao devient le premier produit d'exportation de la région. Cependant, aucune de ces cultures n'arrive à maintenir la main d'œuvre in situ., car elles n'ont jamais atteint le degré de production et d'organisation de l'activité bananière.

50En définitive, l'on peut affirmer que la région subit une récession aiguë, dont elle ne se remettra qu'avec la réactivation des plantations bananières quelques décennies plus tard. (Valverde : 1985, p 55). Un des effets les plus tangibles de la crise régionale (1934-1955) a peut être été la détériorisation de l'infrastructure urbaine de la ville de Limon ; dont les parties importantes sont en ruines. A cause de la faiblesse des ressources municipales et de la dégradation de l'économie familiale la population urbaine vit dans des conditions de grande pauvreté.

LES POLITIQUES D'ÉTAT DE L'INTÉGRATION RÉGIONALE 1950-1986

51A son arrivée au pouvoir, en 1948, la "Junta Fundadora de la Segunda Republica" cherche à intégrer la Région Atlantique à l'ensemble du territoire en prenant un certain nombre de mesures comme la revalorisation des ressources humaines de la région. Effectivement, elle abolit l'interdiction qu'avaient les afrocaraïbéens de passer au-delà de la ville de Turrialba. En outre, un décret autorise toute personne étrangère vivant dans la région à prendre la nationalité costaricienne si elle le souhaitait. Ce décret cherchait en fait à intégrer la population afrocaraïbéenne, qui dans la plupart des cas restait en marge de la vie civile car ne possédant pas la nationalité costaricienne, elle était étrangère dans son propre pays : bien que nés sur le territoire costaricien on ne les reconnaissait pas comme citoyens de ce pays.

52En 1956 l'activité bananière reprend dans la région. Cette fois au capital transnational va s'ajouter une fraction de producteurs costariciens qui soutenaient qu'il était possible de réaliser un projet autonome fondé sur la plantation bananière. Ce groupe d'entrepreneurs parvient à imposer son projet et à persuader les autorités gouvernementales et le système bancaire national de le financer. L'objectif de ces producteurs était de produire le fruit et de l'exporter de façon directe, sans intermédiaire et sans l'intervention des entreprises multinationales.

53Ce nouveau cycle de la banane dans la région Atlantique se caractérise par la force accrue du secteur des producteurs nationaux indépendants. A côté des producteurs nationaux s'installent dans la région plusieurs compagnies multinationales. En 1956 on trouvait : La Standart Fruit Company, Bandeco (Banana Development Company) del Monte corporation, R.J. Reynolds industry et Copal, liés à un consortium allemand qui plus tard fera partie de l'United Brands.

54Un autre élément important : le nouveau cycle de la banane ne va pas avoir lieu sur les mêmes terres qui avaient été exploitées dans la période précédente. Les nouvelles entreprises bananières mettent en valeur de nouveaux espaces pour la production : Valle de l'Estrella, Valle Sixaola, Guacimo, Guapiles et Rio Frio, Saraquipi. La valorisation des nouvelles terres de culture de la banane a été favorisée par les politiques de l'État dans la zone nord de la région où existaient encore des terres vierges aux mains de l'État.

55La philosophie nationaliste manifestée par un grand nombre des membres du parti Liberacion Nacional va favoriser les processus de nationalisation du port de limon, du chemin de fer vers l'Atlantique et de grandes étendues de terres. De plus, pendant toute cette période, l'État stimule des initiatives de diversification agricole en cherchant à rompre la structure monoproductrice de la région. Pour stimuler la diversification agricole, l'État soutient d'autres initiatives productives comme l'élevage, le cacao, le tourisme national et international, et plus récemment la culture du riz et de la noix de coco.

56L'État appuie des projets de colonisation agricole dirigée par l'intermédiaire de l'Instituto de Tierra y Colonización (ITCO). Ce qui permet la colonisation de centres peuplés dans des régions où prédominait encore un paysage naturel boisé. Ceci réactive les mouvements migratoires suscités par l'ouverture de nouvelles terres pour la culture de la banane.

57La construction de routes pendant la période 1960-1986 va tenir un rôle de premier plan dans la revalorisation de la région. Ainsi la canalisation des plaines du Tortuguero, la construction de la "carretera rustica", la construction de la route Limon-Siquirres et entre 1980-1986 la voie moderne qui unit l'aire de Guapiles et la capitale San Jose vont transformer la trame régionale. Ce système de voies construites après 1965 va ébranler le modèle de transport hérité du xix siècle, dont la caractéristique essentielle était d'être centré sur le chemin de fer comme colonne vertébrale de la région, (fig. 2)

58Pour donner une cohérence aux politiques de développement régional, on crée en 1963, une institution à caractère régional, La Junta Administrativa Portuaria y de Desarrollo Economico de la Vertiente Atlantica (JAPDEVA). Cette institution assume l'administration du port de Limon, et au début administre aussi le chemin de fer. Grâce à elle les services que prête le port vont être améliorés, le système portuaire modernisé ; pour ce faire on construit le "muelle 70" et plus récemment le port de Moin.

59Pendant ces trente dernières années, l'État a fortement augmenté son champ d'action dans la région ; Ainsi l'investissement public régional s'est accru de manière soutenue depuis 1954. Il a servi non seulement à financer des projets d'infrastructure physique mais aussi à améliorer les services hospitaliers, de l'éducation et d'assistance. De nouvelles sources de travail ont été créées et le secteur public s'est lui-même converti en principal employeur de la région. Ceci grâce à la décentralisation administrative qui a promu l'ouverture d'agences publiques dans la région et principalement dans la ville de Limon (Valverde et. 1985).

60L'État a aussi favorisé les investissements industriels : la Raffinerie Costaricienne de Pétrole (RECOPE) est un organisme public spécialisé dans le raffinement du pétrole brut pour l'obtention de carburants et autres dérivés pétrochimiques. RECOPE constitue un complexe industriel de haute technologie. Les produits obtenus sont distribués par un oléoduc qui relie la côte Atlantique, depuis la ville de Limon, jusqu'à la ville de Cartago, dans la partie orientale de la vallée centrale.

61Actuellement, l'État est en train de mettre en place un projet de zones franches pour attirer le capital d'entreprises internationales et, au moyen d'avantages fiscaux, de les amener à localiser leurs industries dans le parc industriel qui se construit à 3 km de la ville de Limon.

62Dans les dernières décennies l'État a assumé un rôle prédominant dans l'économie régionale et plus particulièrement dans la ville de Limon : nationalisation du chemin de fer après 1960 et du port, constitution d'un nouveau réseau routier. Cependant la liaison entre certaines parties de la région reste insuffisante alors qu'ont été valorisées, ces dernières années, des zones géographiques dont les richesses et leur exploitation permettent de produire un excédent économique de rentabilité nationale ; bien des travaux réalisés répondent davantage à un intérêt national qu'aux intérêts de la région. Actuellement, on pourrait résumer le modèle de développement régional en disant que les bénéfices des activités économiques sortent de la région via les compagnies multinationales ou favorisent directement le trésor national.

63D'un autre point de vue, le fonctionnement d'une économie d'État qui s'est implantée au Costa Rica à partir de 1948, a eu son influence sur l'économie régionale. Bien que certaines institutions aient des sièges régionaux, actuellement l'on peut dire que l'État est le premier employeur de la région.

64D'un point de vue politique les groupes politiques organisés au niveau de la communauté n'arrivent pas à se trouver des interlocuteurs dans les sphères de décision de l'appareil politique national. Ainsi, les députés de la région : Luis Villalobos, Hernan Garron, Thelma Curling et Fredy Menendez expriment la prédominance des intérêts de leur parti sur ceux de la région qui les a élus comme représentants devant l'Assemblée Législative.

65D'autre part le mouvement syndical circonscrit aux activités bananières et à l'activité portuaire a des attitudes généralement revendicatrices à court terme qui, dans la majorité des cas, le mènent à mener des luttes frontales contre les institutions de l'État malgré un antécédent d'un autre type de lutte : effectivement en 1979, face au désastre de la situation économique de la région s'est formé un bloc unitaire avec toutes les forces de la communauté, le Comité Civico Limonense. Ce comité a canalisé un grand mouvement de masse qui a culminé avec la grève du mois de Juin 1979, obligeant les autorités du gouvernement à négocier sur la base d'une pétition qui contenait les revendications de la communauté.

Bibliographie

ALFARO RODRIGUEZ Luis.- Politica del estado y el desarrollo de la Region Atlantica. Thèse. Université de Costa Rica. 1985.

CASEY Jeffrey.- Limon : 1880-1940. Un estudio de la inustria bananera en Costa Rica.- Editorial Costa Rica, San José. 1979.

FERNANDEZ GUARDIA Ricardo.- Resena Historica de Talamanca.-

Instituto Geografico Nacional. San José 1969.

HALL Caroly.- Costa Rica : Una interpretacion geografica con perspectiva historica. Editorial Costa Rica. San José. 1984.

I.F.A.M.- Resumenes cantonales : Sarapiqui, Guapiles, Siquirres. San José. IFAM. 1976.

LEE E.- Basic-Needs Strategies: Frustrated Response to development from below? in Stöhr, W. Taylor, F. (Eds). New York: John Wiley Sons, 1981.

LEMISTRE Annie.- Monografía Historica de la Provincia de Limon. Ministerio de Cultura Juventud y Deportes. San José.

MARTIN Rodrigo.- Limon, Carretera y Desarrollo. Analisis de la Vertiente Atlantica. San José. Imprenta Trejos. 1964.

MATHIEU Pierre.- Un Facteur Primordial de Developpement : La Planification : Le cas du Costa Rica. Thèse présentée a l'École des Gradues de l'Université Laval. 1980.

MIDEPLAN.- Plan Maestro el desarrollo Regional -Region Huetar Atlantica.- MIDEPLAN. San José. 1977. José. Imprenta Trejos.

MONGE Carlos.- Geografía Social y Humana de Costa Rica. Imprenta Nacional. San José. 1943.

NUH Helmunt, PEREZ Samuel.- Estudio geografico Regional. Zona Atlantica Norte de Costa Rica. ITCO. San José. 1967.

OFIPLAN.- Diagnostico : Plan Integral de Desarrollo de la Region Atlantica. OFIPLAN. San José. 1978.

VALVERDE José, VARGAS Jorge, ALLAN Lavell.- Movimientos Sociales Regionales : Teorizacion y conceptualizacion a traves de un analisis de caso : La huelga de 1979 en la Region Atlantica de Costa Rica. CSUCA. San José. 1985.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1. RÉGION ATLANTIQUE IMMIGRANTS INTERNATIONAUX 1862-1892
Légende source : Dirección General de Estadística y Censos.Censo Nacional de Población 1882-1892. Sección de Publicaciones de la D.G.E.Y.C. 1975.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1125/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre TABLEAU N° 2. GROUPE ETHNIQUE D'APPARTENANCE DES HABITANTS DE LA RÉGION ATLANTIQUE : 1892-1950
Légende Source : Direccion General de Estadistica y Censos. Censos Nacionales de Poblacion : 1882,1892,1927,1950. Seccion de Publicaciones de la D.G.E.Y.C. San José.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1125/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1125/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1125/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 269k

Auteur

Professeur à l'Université de Costa Rica, San José.

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter