Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transport et commerce en Amérique latine. 1800-1970

 | 
Frédéric Mauro
, 
Soline Alemany

Deuxième partie. Les échanges commerciaux

Chapitre VIII. À New York : les importations en provenance du Brésil en 1890-91 et 1891-92

Jean Heffer

Résumé

En 1890-91 et 1891-92, les importations américaines en provenance du Brésil, telles qu’on les trouve dans les rapports officiels, sont manifestement exagérées. Le fait est reconnu par le chef du bureau des statistiques du port. Est-ce négligence ? Est-ce falsification délibérée ? Jean Heffer ne se prononce pas mais explique les bonnes raisons qui justifieraient l’une et l’autre hypothèse.

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

  • 1 Annual Report on the Commerce and Navigation of the United States, Year ended June, 30, 1893. Appen (...)

1En 1890-91 et 1891-92, les importations américaines en provenance du Brésil, telles qu’on les trouve dans les rapports officiels, sont manifestement exagérées. Le fait n’est pas signalé dans les Annual Report on Commerce and Navigation de ces deux années, mais est abordé par le chef du bureau des statistiques en 18931. Worthington C. Ford explique qu’en 1892-93 il a été obligé de corriger d’environ 9 % la valeur totale des importations américaines, mais qu’il est impossible désormais de revenir sur les chiffres des deux année antérieures, du fait des énormes calculs que cela impliquerait.

  • 2 Outre le Brésil, l’Argentine, le Chili, l’Équateur, l’Uruguay ( ?), les cinq pays d’Amérique centra (...)

2L’origine de l’affaire, selon lui, serait la suivante. Avant février 1892, les marchandises provenant de pays dont la monnaie de papier était dépréciée ne pouvaient entrer aux États-Unis que si elles étaient accompagnées d’un certificat attestant le niveau du taux de change. Pour obtenir ce document, il fallait verser un dollar au consul américain. A juste titre, les négociants qui importaient des produits admis en franchise aux États-Unis se plaignaient de cette paperasserie qui leur semblait dépourvue d’objet dans ce cas, car le but poursuivi était d’empêcher une sous-déclaration des produits taxés ad valorem. L’argument s’appliquait aussi aux marchandises frappées de droits spécifiques. A la suite du vote du tarif McKinley, le département d’Etat avait expédié en février 1892 une circulaire aux consuls précisant que désormais les agents des douanes n’exigeraient plus de certificat quand la valeur de la monnaie n’affecterait pas la valeur imposable de la marchandise — ce qui était le cas du café brésilien, entre autres. Pendant quinze mois, selon W. C. Ford, les États-Unis auraient reçu, à la suite de cette circulaire, les produits des pays à monnaie dépréciée à des valeurs indiquée en papier-monnaie. Treize pays étaient dans ce cas2, mais seul le Brésil jouait un rôle important dans les échanges extérieurs américains. En effet, les négociants tirèrent immédiatement parti de la nouvelle réglementation. Le milréis brésilien étant comptabilisé à sa parité-or, on conçoit que les prix du café augmentent beaucoup nominalement, alors que le commerçant américain achetait cette denrée à un prix moindre de près de moitié correspondant à la dépréciation de fait du milréis.

  • 3 Statistical Abstract of the United States, 1895, note b, p. 384. Le problème est aussi signalé par (...)

3Cependant, la chronologie de W. C. Ford n’est pas convaincante, car c’est à la fois en 1890-91 et en 1891-92 qu’on constate cette surévaluation des importations en provenance du Brésil, donc bien avant la circulaire de 1892. D’ailleurs, le Statistical Abstract de 18953 indique bien que le prix du café, en 1890-91 et 1891-92 est surévalué en raison de la dépréciation du milréis-papier brésilien. Il importe donc de corriger la valeur des importations en provenance du Brésil pour ces deux années. Les chiffres officiels, en dollars, sont les suivants :

4Ainsi, par rapport à une moyenne de 57,8 millions de dollars pour les années 1887-88/ 1889-90, les importations en provenance du Brésil auraient augmenté de 44 % en 1890-91 et de 105 % en 1891-92. Ces taux d’augmentation ne sont pas plausibles. On peut le montrer à partir de l’étude des trois principaux produits exportés du Brésil aux États-Unis : le café, le caoutchouc et le sucre.

1) Le café

5D’après les chiffres officiels, le prix de la livre de café, en cents, serait le suivant, en fonction de la provenance :

Source : Ces chiffres sont calculés d’après les valeurs totales et les quantités indiquées dans les rapports annuels sur le commerce et la navigation aux dates ci-dessus.

6Il apparaît qu’en 1887-88/1889-90, le café brésilien est toujours moins cher que la moyenne des autres cafés. C’est l’inverse en 1890-91 et 1891-92. Il ne faut pas chercher la raison dans une rareté relative du café brésilien, puisque au contraire sa part du marché américain croît sensiblement les deux dernières années. Il y a donc bien une surévaluation du prix du café brésilien en dollars, immédiatement apparente quand on remarque la disparition en 1890-91 et 1891-92 du différentiel de trois cents entre le café des Indes néerlandaises et celui du Brésil.

7Je propose de corriger le prix de la manière suivante : comme le prix du café brésilien est en moyenne, en 1887-88/1889-90, inférieur de 12,7 % à celui des autres cafés, il suffit d’appliquer le coefficient multiplicateur 0,873 (c’est-à-dire 1-0,127) au prix du café non brésilien pour obtenir un prix « authentique » du café brésilien. Il est préférable d’utiliser cette démarche, plutôt que d’employer des cotations du marché de New York, car celles-ci reflètent un prix caf (incluant assurance et fret) et non un prix FAB qui est celui dans lequel sont comptabilisées toutes les importations américaines.

8On obtient
en 1890-91 : (17,7) (0,873) = 15,5 cents
en 1891-92 : (17,3) (0,873) = 15,1 cents

9Le prix du café brésilien est donc surévalué
en 1890-91 de 21,9 % (18,9 ÷ 15,5 = 1,219)
en 1891-92 de 39,7 % (21,1 ÷ 15,1 = 1,397)

10On en tire que la valeur « authentique » du café brésilien importé aux États-Unis s’élève
en 1890-91 à 62 022 022 ÷ 1,219 = 50 879 427 dollars,
en 1891-92 à 95 751 724 ÷ 1,397 – 68 540 962 dollars.

11Les importations de café du Brésil sont donc majorées
en 1890-91 de 11 142 595 dollars,
en 1891-92 de 27 210 762 dollars.

2) Le caoutchouc

12Je suis une démarche identique à la précédente. D’après les chiffres officiels, en cents, le prix de la livre de caoutchouc importée aux États-Unis serait la suivante :

13En 1887-88/1889-90, le prix du caoutchouc brésilien est très voisin du prix des autres caoutchoucs ; il ne lui est supérieur, en moyenne, que de 2,1 %. En 1890-91 et 1891-92, au contraire, il lui est supérieur de 28,5 % et de 30 %, sans qu’on puisse faire intervenir une rareté relative. L’explication réside bien dans la surévaluation du prix en dollars.

14Je corrige le prix de la manière suivante : comme le caoutchouc brésilien, en 1887-88/1889-90, vaut, en moyenne, 2,1 % de plus que les autres caoutchoucs, il suffit d’appliquer le coefficient multiplicateur 1,021 au prix du caoutchouc non brésilien pour obtenir un prix « authentique » du caoutchouc brésilien.

15On obtient
en 1890-91 : (44,9) (1,021) = 45,8 cents,
en 1891-92 : (41,4) (1,021) = 42,3 cents.

16Le prix du caoutchouc brésilien est donc surévalué
en 1890-91 de 26 % (57,7 ÷ 45,8 - 1,26),
en 1891-92 de 27,2 % (53,8 ÷ 42,3 = 1,272).

17On en tire que la valeur « authentique » du caoutchouc brésilien importé aux États-Unis s’élève
en 1890-91 à 12 304 233 ÷ 1,26 = 9 765 264 dollars,
en 1891-92 à 13 723 671 ÷ 1,272 = 10 789 050 dollars.

18Dans les séries officielles, les importations de caoutchouc brésilien sont donc majorées de 2 538 969 dollars en 1890-91 et de 2 934 621 dollars en 1891-92.

3) Le sucre

19D’après les chiffres officiels, le prix de la livre de sucre roux importée aux Etats-Unis serait la suivante, en cents, selon la provenance :

Source : La même que pour le café et le caoutchouc.
N.B. : Hawaii, exempt de droits depuis 1878-79 en vertu du traité de réciprocité, n’est pas inclus dans la moyenne calculée pour les années 1887-88 à 1889-90.

20A la différence de ce qu’on a constaté pour le café et le caoutchouc, il ne semble pas qu’il y ait de surévaluation du prix fab du sucre brésilien en 1890-91 et 1891-92. Les différences de prix entre le sucre brésilien et le sucre philippin, par exemple, ne sont guère sensibles. Il n’est donc pas nécessaire de corriger la valeur du sucre brésilien importé aux États-Unis en 1890-91 et 1891-92.

4) Récapitulatif

21Le chiffre corrigé des importations des trois produits en provenance du Brésil est donc le suivant :

22d’où on tire un coefficient multiplicateur de 1,208 en 1890-91 et de 1,36 en 1891-92. Les importations corrigées s’élèvent à :

23Il faut donc soustraire des chiffres officiels

  • 4 Historical Statistics of the United States. Part 2, 1975, p. 835, 890, 901, 906. Dans son étude sur (...)

24Sans doute, ces chiffres sont-ils approximatifs, mais ils sont meilleurs que ceux qu’on trouve dans Historical Statistics4, où il conviendrait de rectifier les séries U 193, U 219, U 297, U 335, U 336 et U 340 de la façon suivante :

25Pour rétablir les valeurs exactes, une autre méthode serait possible à partir des sources brésiliennes : multiplier les quantités à destination des États-Unis par le prix unitaire corrigé de la variation du taux de change.

26Cette voie présente deux inconvénients : elle est beaucoup plus longue et la qualité des sources brésiliennes laisse trop à désirer.

27Le problème qui se pose est de savoir pourquoi, dans les statistiques américaines de 1890-91 et 1891-92, on n’a pas tenu compte de la dépréciation du milréis. L’explication de W. C. Ford ne vaut rien, pour une simple raison chronologique. Dans une circulaire du 3 janvier 1874, le secrétaire au Trésor, William A. Richardson, avait fixé la parité des monnaies étrangères en dollar-or — et en particulier celle du milréis-or — à 0,5456 dollar (soit 1 dollar = 1 830 réis), équivalent à 27 pence (27 d.). Mais, en fait, le milréis brésilien est souvent une monnaie de papier. L’histoire monétaire du Brésil, dans le dernier quart du xixe siècle, est marquée par de violentes fluctuations du change.

  • 5 Le Brésil, 8 février 1891.

« Variable comme la mer au moindre souffle de vent, remarquait le journaliste Argollo Ferrão, l’agio de l’or monte et descend dans ces pays de papier-monnaie d’une façon si rapide, si instantanée qu’on s’imagine parfois que ce sont les gros bonnets de la finance qui jouent à la hausse ou à la baisse, lorsqu’ils ne font qu’obéir aux lois invariables de l’offre et de la demande5. »

  • 6 Le Brésil, 23 et 30 août 1891. Le Brésil, Courrier de l’Amérique du Sud, Organe hebdomadaire franco (...)

28De 1886 à juin 1889, sous les ministères de Belisario Soares de Souza et de João Alfredo Correia de Oliveira, qui menaient une politique orthodoxe, le papier-monnaie avait connu son « apogée6 »; le milréis avait même dépassé le pair. Après la révolution républicaine du 15 novembre 1889, le taux du change avait baissé un peu, avant de connaître une chute brutale en 1891, mais ce n’était pas la première fois que le milréis était situé très en dessous du pair. Or, quand cela se produisait, les statistiques américaines en tenaient compte. Les consuls certifiant les factures, les autorités douanières étaient en mesure de corriger la dépréciation du milréis par la variation du change sur Londres — et cela d’autant plus que les traites qui servent à payer les importations de café passent par la capitale britannique. Pourquoi n’en va-t-il pas de même en 1890-91 et 1891-92 ?

29Deux interprétations sont possibles :

  1. Les douaniers américains font preuve de négligence, car le café, le caoutchouc, le sucre entrent en franchise. La dépréciation du milréis est si rapide en 1891, année de forte inflation, d’augmentation de la circulation fiduciaire et de troubles politiques qui aboutissent à la démission du président Deodoro da Fonseca, que l’utilisation de déflateurs inadéquats entraîne une surévaluation des importations en provenance du Brésil. Néanmoins, les négociants américains qui ont payé leur café avec des traites sur Londres ont déboursé beaucoup moins de dollars que ne l’indiquent les statistiques douanières.

    • 7 Le traité engendre rapidement un certain scepticisme après quelques émotions chez les représentants (...)

    Ces statistiques sont volontairement fausses. Il faut en effet replacer cette affaire dans le contexte de la politique panaméricaine du secrétaire d’Etat James Blaine. Le 31 janvier 1891, il a signé un traité de réciprocité commerciale avec le Brésil, traité qui entre en application le 1er avril 1891. Pour l’administration républicaine qui attache une grande importance à cette nouvelle politique commerciale, il s’agit d’en montrer l’intérêt7. Or le traité rencontre des oppositions à la fois aux États-Unis et au Brésil :

    • Des Américains trouvent que le Brésil n’a pas fait assez de concessions, que la franchise pour les céréales et une réduction de 25 % sur de nombreux produits manufacturés ne suffit pas à l’emporter sur la concurrence européenne. En montrant que le Brésil tire plus d’avantages que les États-Unis du traité, l’administration républicaine peut espérer amener son partenaire à la renégocier dans un sens plus favorable aux intérêts américains. C’est une première raison de falsifier les statistiques.

      • 8 amre, ccc, Rio, 5 janvier 1892, 26 février 1892. Mendonça pensait qu’en signant le traité, Blaine a (...)
      • 9 Annual Report on Foreign Commerce and Navigation, Year ended June, 30, 1892, p. LXXXII. Les dates d (...)
      • 10 amre, ccc, Rio, 1er août 1891.

      Mais l’opposition au traité est encore plus forte au Brésil. De nombreux Brésiliens ont l’impression de n’avoir rien obtenu en contrepartie de leurs concessions. Le café, le caoutchouc, les peaux entraient déjà en franchise auparavant aux Etats-Unis. Seul le sucre bénéficie du nouveau régime de franchise institué par la loi McKinley. Les céréaliculteurs du Sud se sentent menacés par la concurrence nord-américaine, ainsi que les industriels qui ont développé leur entreprise à l’abri d’un tarif très protecteur. D’autre part, le traité du 31 janvier 1891 ne tarde pas à être l’objet de controverse. Ruy Barbosa, ministre des Finances du gouvernement provisoire, accuse le négociateur brésilien à Washington, Salvador de Mendonça, d’avoir outrepassé ses pouvoirs, alors qu’il était entendu que le Brésil serait seul à bénéficier de la réciprocité, celle-ci ne devant pas être étendue aux Antilles espagnoles8. Or rien dans le tarif McKinley ne légitimait une pareille interprétation et le traité avec le Brésil devait être bientôt suivi d’autres avec l’Espagne à propos de Cuba et de Porto-Rico, avec Saint-Domingue, les républiques centre-américaines, les Antilles et la Guyane britanniques9. Les Brésiliens ont l’impression d’être floués et, dès le début, ils considèrent le traité comme un « essai10 ».

  • 11 Annual Report on Commerce and Navigation. Year ended June, 30, 1892, p. LXXXII, LXXXIV, LXXXV. Walt (...)
  • 12 amre, ccc, Rio, 10 mai 1893. Le ministre français cite les statistiques américaines, « les seules q (...)
  • 13 Ce n’est pas le cas du directeur du journal Le Brésil qui plaide en faveur du traité : « Les conces (...)

30Dans ces conditions, on peut émettre l’hypothèse que, face à cette opposition, pour faire accepter le traité aux Brésiliens, l’administration Harrison ait cru bon de leur montrer que l’accord était très avantageux pour eux. Ainsi le rapport sur le commerce et la navigation de 1891-92 signale-t-il que lorsqu’on compare les dix-huit mois finissant le 31 mars 1891 et les dix-huit mois qui suivent le traité, les exportations du Brésil vers les États-Unis sont passées de 104 à 180 millions de dollars (dont 145 millions pour le café), soit une augmentation de 76 millions de dollars, alors que les exportations américaines à destination du Brésil n’ont progressé que de 1,5 millions de dollars11. Il est étonnant que les Brésiliens acceptent ces données sans les critiquer, mais il semble que ce soit le cas, si on en croit le consul de France à Rio de Janeiro12. Dans cette interprétation, les statistiques officielles américaines, qui n’ont pas à craindre de démenti de la part du Brésil, tant l’appareil statistique de ce pays est alors dans l’enfance et peu centralisé, sont un instrument d’intoxication pour faire accepter une politique dont les Brésiliens, dans leur majorité, ne veulent pas13.

31Ce traité de réciprocité n’est dénoncé par le gouvernement brésilien que le 22 septembre 1894, avec effet à compter du 1er janvier 1895. Aux États-Unis, l’administration démocrate, au pouvoir depuis l’accession de Grover Cleveland à la présidence en mars 1893, n’est pas attachée à la politique de réciprocité. A compter du 8 août 1894, le tarif douanier Wilson-Gorman soumet les sucres brésiliens à un droit de 40 % ad valorem, sans notification préalable aux intéressés. Le projet politique de Blaine ayant perdu toute faveur, on pourrait ainsi expliquer que, dès 1893, malgré la dépréciation continue du milréis, les valeurs du café importé aux États-Unis sont corrigées de la variation du change et qu’il n’y a plus de problème de surévaluation.

32Cet essai de reconstruction logique ne permet pas de conclure d’une manière péremptoire en faveur de l’une des deux interprétations présentées : négligence ou falsification délibérée. Il n’y a pas de preuve décisive. Si le gouvernement américain avait voulu truquer les statistiques, pourquoi le café et le caoutchouc seraient-ils seul l’objet de cette volonté, et non le sucre ? Comme ces produits ne viennent pas des mêmes régions du Brésil, ce ne sont pas les mêmes consuls qui sont en cause. D’autre part, la chronologie pèse fortement en faveur de la seconde hypothèse. En un mot, la question reste ouverte.

Notes

1 Annual Report on the Commerce and Navigation of the United States, Year ended June, 30, 1893. Appendix n° 1 : Values of Imports in 1893 from Countries having depreciated paper currencies (15 août 1893), p. CIX-CXIII.

2 Outre le Brésil, l’Argentine, le Chili, l’Équateur, l’Uruguay ( ?), les cinq pays d’Amérique centrale, l’Italie, la Russie, la Turquie.

3 Statistical Abstract of the United States, 1895, note b, p. 384. Le problème est aussi signalé par Robert E. Lipsey, Price and Quantity Trends in the Foreign Trade of the United States, National Bureau of Economie Research, Princeton, Princeton University Press, 1963, p. 6 et Appendix C, mais je n’arrive pas à voir quelle correction il propose.

4 Historical Statistics of the United States. Part 2, 1975, p. 835, 890, 901, 906. Dans son étude sur la balance des paiements, Matthew Simon, The United States Balance of Payment, 1861-1900, dans National Bureau of Economie Research, Trends in the American Economy in the Nineteenth Century, Princeton, Princeton University Press, p. 643, colonne 1, fait diverses corrections, mais oublie celle-ci.

5 Le Brésil, 8 février 1891.

6 Le Brésil, 23 et 30 août 1891. Le Brésil, Courrier de l’Amérique du Sud, Organe hebdomadaire franco-américain, est publié à Paris depuis 1880 par J. G. d’Argollo Ferrão.

7 Le traité engendre rapidement un certain scepticisme après quelques émotions chez les représentants des pays européens. Voir amre, ccc, Rio, 1er août 1891, septembre 1892. « Les Etats-Unis de l’Amérique du Nord, écrit A. Gérard, le ministre de France à Rio en septembre 1892, ne semblent pas avoir profité, dans une trop large mesure, des avantages que l’Acte de Réciprocité a consentis en leur faveur. L’état des relations maritimes entre l’Amérique du Nord et le Brésil, la cherté du fret, la roideur du commerce américain qui se prête peu aux convenances de la mode brésilienne, ou aux facilités de paiement, ces diverses causes ont atténué jusqu’à présent les dommages dont l’Acte de Réciprocité nous menaçait ». Ces conclusions sont partagées par de nombreux Américains, entre autres par le secrétaire au Trésor Charles Foster, qui écrit : « Quand des lignes régulières de navigation seront complètement mises en service, quand les relations commerciales seront établies plus étroitement, que les pays du Sud auront acquis plus de familiarité avec nos produits et nos méthodes de conduite des affaires et que nos industriels étudieront avec plus de soin les goûts et les désirs des acheteurs du Sud, nos exportations augmenteront fortement sans aucun doute. » Annual Report on Commerce and Navigation, Year ended June, 30, 1892, p. LXXXV.

8 amre, ccc, Rio, 5 janvier 1892, 26 février 1892. Mendonça pensait qu’en signant le traité, Blaine avait pour but de forcer Cuba à rompre avec l’Espagne et à entrer dans l’Union américaine. « Telle est la pensée du gouvernement américain, écrivait-il, et la meilleure garantie de notre, traité. » On sait que la conception américaine de la réciprocité est un peu particulière. Elle ne consiste pas à donner des avantages commerciaux en contrepartie de concessions, mais à menacer de représailles les pays qui ne veulent pas faire de concessions ; leurs produits qui entraient jusqu’alors en franchise seront taxés. C’est ce qui se produit en 1892-1894 en partie pour le café de la Colombie, de Haïti et du Venezuela.

9 Annual Report on Foreign Commerce and Navigation, Year ended June, 30, 1892, p. LXXXII. Les dates d’effet des traités de réciprocité sont les suivantes : 1er avril 1891 (Brésil), 1er septembre 1891 (Cuba et x), 1er février 1892 (Allemagne, Antilles britanniques, Salvador), 1er avril 1892 (Guyane britannique), 15 avril 1892 (Nicaragua), 25 mai 1892 (Autriche-Hongrie, Honduras), 30 mai 1892 (Guatemala).

10 amre, ccc, Rio, 1er août 1891.

11 Annual Report on Commerce and Navigation. Year ended June, 30, 1892, p. LXXXII, LXXXIV, LXXXV. Walter Lafeber, The New Empire, An Interpretation of American Expansion, 1860-1898. Ithaca, Cornell University Press, 1963, p. 119, affirme : « Le commerce avec le Brésil et les Antilles a particulièrement crû en importance. »

12 amre, ccc, Rio, 10 mai 1893. Le ministre français cite les statistiques américaines, « les seules qui aient été faites et le Brésil au reste les accepte ». Et il ajoute : « C’est le Brésil, en conséquence, qui aurait le plus profité, et de beaucoup, de l’Acte du 31 janvier... Ces statistiques, il est vrai, doivent être interprétées. Le grand progrès des importations du Brésil aux Etats-Unis est dû non seulement à l’Acte de Réciprocité, puisque les principaux articles brésiliens, café, sucre, peaux, même avant cet Acte, étaient exempts de tout droit, mais surtout au développement prodigieux qu’a pris depuis 1888 la production du Brésil, notamment la production du café et du caoutchouc, qui a presque doublé. Si l’exportation des Etats-Unis au Brésil n’a reçu, en revanche, qu’un médiocre accroissement, les causes doivent en être cherchées dans l’insuffisance des relations maritimes entre les Etats-Unis et le Brésil, dans la cherté du fret américain, dans le peu de souplesse des exportateurs de l’Amérique du Nord qui ne veulent ni se conformer aux goûts et modes du Sud, ni se prêter à de larges facilités et de longues échéances de paiement » (p. 59). Et de penser que c’est à cause de cet avantage que le gouvernement brésilien est moins désireux de dénoncer le traité en 1893 et attend de voir ce que va décider le président Cleveland. Dans ce texte, il n’est pas question de l’erreur sur les prix unitaires. Quant aux connaissances statistiques du diplomate français sur la production brésilienne, elles sont plutôt infondées. Il lui était pourtant facile de trouver dans la presse locale les chiffres d’arrivages de café à Rio pour des années fiscales du 1er juillet au 30 juin. L’Etoile du Sud, journal publié à Rio, donne les indications suivantes (17 février 1894, p. 465) :

1887-88 1 915 459 sacs de 60 kg
1888-89 4 180 966 sacs de 60 kg
1889-90 2 380 680 sacs de 60 kg
1890-91 2 413 648 sacs de 60 kg
1891-92 3 718 899 sacs de 60 kg
1892-93 2 980 250 sacs de 60 kg
Ce qui frappe, ce sont les fortes fluctuations, plus que le doublement.

13 Ce n’est pas le cas du directeur du journal Le Brésil qui plaide en faveur du traité : « Les concessions en ce qui regarde leur valeur sont toutes du côté des Etats-Unis ; les avantages sont presque entièrement du côté du Brésil. » (15 mars 1891.) Avis, semble-t-il, partagé par les diplomates américains ; voir amre, ccc, Rio, 25 juillet 1894 : le représentant français Imbert rapporte les propos de l’ambassadeur américain Thompson selon lequel, au point de vue commercial, les Etats-Unis ne sont pas le plus intéressés des deux au maintien de l’arrangement de 1891.

Notes de fin

1 Tiré de Le Port de New York et le commerce extérieur américain 1860-1900. Thèse doctorat d’Etat es lettres et sc. hum. Paris I, 1984. M. Heffer est directeur d’études à l’E.H.E.S.S.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1085/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Source : Ces chiffres sont calculés d’après les valeurs totales et les quantités indiquées dans les rapports annuels sur le commerce et la navigation aux dates ci-dessus.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1085/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1085/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Source : La même que pour le café et le caoutchouc.N.B. : Hawaii, exempt de droits depuis 1878-79 en vertu du traité de réciprocité, n’est pas inclus dans la moyenne calculée pour les années 1887-88 à 1889-90.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1085/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1085/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1085/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1085/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1085/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 132k

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable