Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transport et commerce en Amérique latine. 1800-1970

 | 
Frédéric Mauro
, 
Soline Alemany

Deuxième partie. Les échanges commerciaux

Chapitre VII. L’Amérique méridionale et le commerce français. Quelques remarques. 1800-1840

Maria Eurydice de Barros Ribeiro

Résumé

Les quarante premières années du xixe siècle en Amérique méridionale ont offert au commerce des nations européennes un large marché consommateur et une importante source de matières premières. Il fallait vaincre cependant une série d’obstacles naturels. D’où la construction de ports et de routes et l’organisation d’un système de transport, toutefois assez précaire. De plus l’administration interne de ces pays, après leur émancipation, n’inspire pas toujours confiance aux commerçants. D’ailleurs l’instabilité des gouvernements se reflète dans les variations cambiaires et les opérations de douane. Il faut y ajouter les guerres civiles assez fréquentes.
Pour les Français, ils étaient encore handicapés par la concurrence du commerce anglais, le rôle de la contrebande et de la fraude des « pacotilleurs », par les coûts élevés de leur production et de leurs transports, et par le manque de vision commerciale d’ensemble. Mais le commerce français a quand même imprimé sa marque dans cette région de l’Amérique.

Texte intégral

INTRODUCTION

1Le commerce français en Amérique méridionale a depuis toujours vivement intéressé les spécialistes. Fréquemment, les voyageurs français qui avaient parcouru l’Amérique méridionale faisaient état des possibilités que cette région offrait à la France comme marché consommateur de ses produits. Arsène Isabelle, Alfred Brossard et Edouard Gallès sont des exemples significatifs de ces voyageurs qui, tout au long du xixe siècle, ont visité cette région et noté très soigneusement leurs observations. Plus récemment, la présence française dans le Nouveau Monde et particulièrement en Amérique méridionale a été le sujet d’étude et continue de l’être, sous les formes les plus différentes, de la part des historiens sud-américains ou français. Donc on étudie l’importante influence de la France en Amérique méridionale, non seulement du point de vue idéologique, — il faut surtout rappeler la période de l’émancipation —, mais aussi sur le plan économique, c’est-à-dire du commerce et de l’investissement.

  • 1 Voir à ce sujet les travaux de : Ariette Capdepuy, L’Economie de l’Argentine au xixe siècle d’après (...)
  • 2 Voir principalement les ouvrages de : Henri Arnoux, La France dans le développement économique de l (...)

2Nous observerons qu’en ce qui concerne ce dernier aspect, la période évoquée correspond presque toujours à peu près à la deuxième moitié du xixe siècle. Le blocus de La Plata, suffisamment analysé, est considéré comme le point de départ des recherches1. De plus, le nombre des études partant des années 60-70 et s’étendant jusqu’au début du xxe siècle et, plus précisément au début de la Première Guerre, est très remarquable2.

3Le fait que ces périodes 1840-50, 1850-70, 1870-1914 aient soulevé un grand intérêt s’explique par l’importance des événements, importance d’ailleurs rehaussée par les auteurs et aussi, à notre avis, par l’accès facile aux sources. En effet, les moments d’instabilité politique vécus par les anciennes colonies dans leurs premières années de vie indépendante (1816-40) expliquent par eux-mêmes la rareté de quelques données déterminées surtout par rapport au commerce extérieur. De ce fait, la période que nous pourrions délimiter grosso modo de 1800 à 1840, période caractérisée par la pré-émancipation et émancipation, a été étudiée, à notre avis, de façon insuffisante en ce qui concerne le commerce extérieur de la région avec la France.

4Cette étude a pour but de présenter les premiers résultats obtenus d’une recherche plus ample que nous sommes en train de développer sur le thème de la présence française dans cette partie du continent sud-américain. Il n’a pas la prétention de présenter des conclusions mais d’indiquer quelques chemins. Notre plus grande préoccupation fut de chercher à percevoir la réceptivité aux produits français existant dans ces villes ; les conditions et les difficultés concrètes rencontrées par la France dans cette région pour développer son commerce ; de même, les obstacles issus de la propre politique économique intérieure française, pas toujours favorable au développement de son commerce extérieur.

5Les données que nous avons utilisées ont été puisées dans les archives du ministère des Relations extérieures et à la Bibliothèque nationale à Paris. Les descriptions des villes, des aspects de la vie quotidienne et du commerce en Uruguay, en Argentine et au Rio Grande do Sul ont été fondées sur l’œuvre d’Arsène Isabelle, Voyage à Buenos Aires et à Porto Alegre, par la province de Rio Grande do Sul. En ce qui concerne spécialement les opérations douanières et de change, on a eu recours au livre Du Brésil ou observations générales sur le commerce et les douanes de ce pays, d’Edouard Gallès. Toutes les données qui ont trait aux relations commerciales des deux pays, le Rio Grande do Sul et la France, ont été recueillies dans la correspondance consulaire et commerciale de Montevideo (volumes 1, 2, 3, 4), Buenos Aires (volumes 1, 1 bis, 2, 3), Rio de Janeiro (volumes 2, 3, 4, 5, 6, 7, 14, 15, 16, 18, 19).

6Pour une compréhension plus claire de cet article, nous avons pensé le présenter en trois parties : la première définit les positions politiques prises par le Portugal et l’Espagne vis-à-vis de la politique napoléonienne, l’indépendance politique des colonies et les conditions de leurs économies. La seconde s’intitule « Trois ports, trois villes — Bref portrait de Montevideo, Buenos Aires et Porto Alegre au début du xixe siècle ». On a cherché, dans cette partie, à faire une courte étude des conditions d’existence dans ces trois villes favorables aux produits français et aussi à savoir lesquels, parmi les produits locaux, pouvaient intéresser la France. La troisième partie traite des conditions du commerce dans la région, conditions géographiques ainsi que d’ordre administratif et politique.

I. LE CONTEXTE EUROPÉEN LE PORTUGAL ET L’ESPAGNE VIS-A-VIS DE LA POLITIQUE NAPOLÉONIENNE L’ÉMANCIPATION POLITIQUE DES EX-COLONIES ET LEURS CONDITIONS ÉCONOMIQUES

7Il nous semble impossible de pouvoir nous référer au commerce extérieur de l’Amérique méridionale, sans aborder ou rappeler, bien que rapidement, certains événements qui agirent de façon déterminante sur l’histoire européenne. D’une manière générale, les historiens sont d’accord sur le fait que la colonisation de l’Amérique chercha à correspondre aux nécessités économiques de l’Europe mercantile. De la même façon, à notre avis, les ex-colonies indépendantes furent absorbées par les intérêts de l’Europe industrio-capitaliste où le capital industriel se chargea de la continuité du capital commercial et la révolution industrielle détermina un nouvel ordre.

  • 3 Ladislau Doubor dans A formação do capitalismo dependente no Brasil fait une étude sur la dépendanc (...)

8L’Angleterre et la France ne sont pas rivales seulement sur le continent, mais étendent aussi cette rivalité à l’Amérique latine, où elles se disputent âprement les marchés. Le Portugal et l’Espagne, dépourvus déjà de moyens, occupèrent un rôle secondaire en face de leurs excolonies3.

9Au début du xixe siècle, quand Napoléon essaie d’imposer l’hégémonie de la France avec l’intention de soumettre l’Angleterre en décrétant le blocus continental (1806-1813), le Portugal et l’Espagne, sans armée suffisamment forte pour affronter les Français, cherchent une solution par des voies différentes.

  • 4 Caio Prado Junior maintient ce point de vue dans son livre, Evolução política do Brasil, São Paulo, (...)

10La Cour portugaise, sous la protection de l’escadre britannique, se réfugie au Brésil. Le Portugal rompt non seulement le blocus imposé par Napoléon, mais brise aussi le monopole commercial en ouvrant les ports brésiliens aux nations amies. A partir de ce moment, le commerce direct entre le Brésil et la Grande-Bretagne est établi. Les conséquences de cet acte seront les plus grandes. Une fois établie la paix en Europe et avec le retour de D. João VI, il n’y aura plus de raisons pour que le Brésil retourne à son statut de colonie. Paradoxalement, comme nous le montre Caio Prado Junior4, la métropole elle-même avait lancé dans la colonie la base de son indépendance.

11Cependant, le chemin parcouru par l’Espagne fut tout autre.

  • 5 Sur les relations portugaise et espagnole avec l’Angleterre et la France respectivement, consulter (...)
  • 6 Idem.
  • 7 « Pourrait suspendre la prise par les Anglais d’autres endroits de l’empire américain. Pour les Fra (...)

12Dès le xviiie siècle, quand le Portugal donnait pratiquement son économie à l’Angleterre, l’Espagne, au contraire, cherchait la France comme alliée5. Bien qu’elle ait concédé des privilèges économiques à l’Angleterre comme l’approvisionnement d’esclaves (asiento), elle permit à la France d’avoir l’usufruit de l’économie coloniale sud-américaine, en tolérant la présence des commerçants français6. D’après Stanley et Barbara Stein7, l’Espagne croyait qu’une coopération franco-espagnole,

« poderia sustar a tomada pelos ingleses de outras areas no império americano. Para os franceses essa cooperação era valiosa, pois permitiria o acesso de seus fabricantes, comerciantes e financiadores ao império espanhol. Os espanhois aspiravam a uma cooperação que gerasse o florescimento de uma Espanha independente e respeitada ; os franceses por seu lado, acreditavam que e assistência porventura prestada à Espanha afastaria a Inglaterra e permitiria a obtenção das colônias e da metrópole, de prata e matérias-primas para indústria e de consumidores para seus produtos ».

13Cependant, cet accord fut rompu peu après la Révolution française. La situation politique de la France faisait peur à la monarchie espagnole. Après beaucoup d’allées et venues, l’alliance finit par se défaire. En 1808, les forces napoléoniennes arrivèrent en Espagne. La politique napoléonienne touchait seulement indirectement l’Amérique ibérique. La grande préoccupation de Napoléon était sans doute l’Europe elle-même. Il prétendait ainsi établir une hégémonie française, objectif qui, toutefois, ne pouvait être atteint qu’après avoir vaincu l’Angleterre.

  • 8 Raymond Ronze, La Politique générale napoléonienne à l’époque de l’indépendance argentine, p. 317.

14Raymond Ronze8, dans son travail présenté au troisième congrès international de l’histoire de l’Amérique à Buenos Aires en 1960, défendit le point de vue selon lequel

« la politique de Napoléon au sujet de l’Amérique latine fut toujours conditionnée par les intérêts de sa grande lutte contre l’Angleterre ».

  • 9 Idem.

15De fait, en 1808, avec Joseph Bonaparte en Espagne, l’objectif de la France est le maintien de l’attachement des colonies espagnoles à Madrid. La France soutient Buenos Aires dans sa défense contre les Anglais et, comme ceux-ci s’éloignent, elle favorise le commerce français dans la région. Entre-temps, les colonies ayant, en 1809, refusé de reconnaître Joseph Bonaparte et ayant proclamé leur fidélité à Ferdinand VII, Napoléon inverse sa politique et appuie l’indépendance des colonies. Son objectif est clair : il craint qu’une fois indépendantes, les colonies ne se rapprochent de l’Angleterre et rompent ainsi le blocus continental9. En 1810, l’Angleterre triomphe dans sa politique défensive contre le blocus. Cette même année, l’Angleterre signe avec le Portugal les célèbres traités de commerce et navigation en s’assurant une situation privilégiée dans son commerce avec le Brésil. En 1812, tous les efforts de la politique napoléonienne se concentrent dans la campagne de Russie.

  • 10 Raymond Ronze, op. cit., p. 321.

16« Il n’y a plus de politique espagnole ni américaine », écrit Raymond Ronze10.

17Napoléon avait contribué indirectement à l’indépendance de l’Amérique ibérique. Il faut se rappeler, cependant, que, à côté de la pression externe constituée par la politique napoléonienne en Europe, une série de facteurs internes, surtout au Rio de la Plata, rendirent inévitable le processus d’émancipation politique dans cette région.

18Une fois indépendantes, les nouvelles nations qui surgissent en Amérique du Sud continuent d’être dépendantes de l’Europe économiquement. Sans industries, sans technologies, elles maintiendront leur rôle de marché consommateur et fournisseur de matière première en puissance.

  • 11 Dans les relations luso-anglaises, il convient de rappeler que la dépendance du Portugal par rappor (...)

19Rappelons que, depuis longtemps, les métropoles ne satisfaisaient pas la demande intérieure. Il suffit de souligner qu’au début du xviiie siècle, les exportations anglaises vers le Brésil sont bien significatives. En ce même siècle (1778), l’Espagne rompait le monopole en ouvrant 24 ports en Amérique latine11. L’Angleterre industrialisée développe alors une marine marchande incomparable. Ses articles d’une qualité supérieure grâce à une mécanisation efficiente atteignent les ports sud-américains à des prix accessibles. La croissance démographique et les transformations internes que les colonies traversent augmentent une demande à laquelle le Portugal et l’Espagne n’ont pas les moyens de répondre. Le nouvel ordre économique international modifiait aussi le monde colonial. Il ne s’agissait pas seulement de l’incapacité des couronnes ibériques à répondre aux besoins nouveaux de leurs colonies mais, à l’intérieur, elles-mêmes indépendantes des attaches métropolitaines, elles commençaient à faire partie du nouveau système dans lequel l’Angleterre et la France se disputaient la suprématie. Le monde colonial avait besoin des produits manufacturés anglais et français, l’Angleterre et la France avaient besoin d’exporter leurs produits et d’acquérir des matières premières pour leurs industries.

II. TROIS PORTS, TROIS VILLES BREF PORTRAIT DE MONTEVIDEO, BUENOS AIRES ET PORTO ALEGRE AU DÉBUT DU xixe SIÈCLE

20La bande orientale de l’Uruguay est un de ces pays pour lesquels on peut dire que la nature l’a comblé de bienfaits. Située sur le Rio de La Plata, ses frontières sont au nord la province du Rio Grande do Sul (Brésil), à l’est l’océan Atlantique, à l’ouest les provinces d’Entre Rios et de Corrientes (Argentine) et au sud le Rio de La Plata lui-même et l’océan Atlantique. Le sol fertile, entrecoupé de collines, et le climat tempéré avec une température agréable donnent aux premiers colons la certitude de se voir récompensés de leur travail. Dans les champs couverts de végétation herbagère, ces pionniers trouvèrent des troupeaux de bovins et de chevaux qui se multiplièrent prodigieusement après l’arrivée des premiers hommes blancs. Arsène Isabelle, visitant la région au début du xixe siècle, note :

  • 12 Arsène Isabelle, Voyage à Buenos Aires et à Porto Alegre, par la province de Rio Grande do Sul (de (...)

« Dès lors, comme les terrains furent reconnus fertiles partout, même dans les montagnes, on les destina au pâturage, et les habitants se livrèrent exclusivement au soin des troupeaux. Il a continué d’être la principale branche de commerce de ce pays, non seulement par l’extraction des cuirs de bœufs et de chevaux, mais encore par la salaison des viandes et les pintes de suif. Montevideo seul parvint à avoir trente-trois établissements de salaison dans la plupart desquels on tuait cent, bêtes par jour, sans que cette consommation semblât diminuer le nombre des troupeaux parce que la reproduction est favorisée par une foule de circonstances naturelles12. »

  • 13 Arsène Isabelle, op. cit., p. 79.
  • 14 Arsène Isabelle, op. cit., p. 79.

21Au début du xixe siècle, sa capitale Montevideo était une petite ville située sur le versant occidental d’une colline. Les maisons, dans leur grande majorité peintes en blanc, carrées, terminées par une terrasse, donnaient à la ville un aspect original13. Sur les tours de la cathédrale les petites coupoles recouvertes de faïence peinte et vernissée indiquaient le sentiment religieux de la population, hérité sans aucun doute du catholicisme espagnol14. Le plan de la ville régulier avec les rues bien alignées les unes par rapport aux autres révélait une situation géographique magnifique. Montevideo est située sur une petite péninsule ; son port fut presque toujours d’une grande attirance pour les navires de commerce.

22Le voyageur, en quittant le territoire de la bande orientale pour entrer en Argentine, n’oubliera certainement pas de visiter Buenos Aires.

  • 15 Arsène Isabelle, op. cit., p. 133-134.

23Située dans une plaine, les cloches de ses églises et ses couvents indiquent comme à Montevideo l’héritage chrétien de l’Espagne. Les édifices publics s’étendent sur une même ligne dans la ville où l’on aperçoit au milieu le fort, non loin des rues dans lesquelles une grande quantité de charrettes se trouvent stationnées. La prairie très verte qui s’étend en direction du nord de la ville rencontre à la fin un groupe d’arbres derrière lesquels on peut entrevoir les petites embarcations qui passent ou sont rangées le long de la rivière de la Boca ; vers le sud, les maisons riveraines complètent le paysage15.

24Sur le port, le mouvement est intense et de toutes parts le commerce anime la ville.

  • 16 Arsène Isabelle, op. cit., p. 474.

25En entrant au Rio Grande do Sul, on peut voir dans toute le pays un environnement identique à ceux des pays voisins. Sur des pâturages verts et abondants, les troupeaux de bétail et de chevaux sont l’élément commun de la région. A l’est, près de l’océan Atlantique, se trouve Porto Alegre. Les toits roses des maisons blanches ou jaunes caractérisent la ville. Dans le port, le trafic des bateaux est important. Près de celui-ci, les résidences secondaires entourent la baie. En sortant de la ville, les jardins se succèdent, remplis d’orangers, de bananiers et de palmiers et presque toujours de mimosas jaunes, rouges, violets et blancs. Au sud, on trouve les maisons de campagnes quintas, chacaras ou fazendas16.

  • 17 Arsène Isabelle, op. cit., p. 486.
  • 18 Arsène Isabelle, op. cit., p. 486.

26Parmi les rues de la ville, deux sont d’une grande importance : la rue de la Plage et la rue de l’Eglise. Dans la première se trouvent un grand nombre d’établissements commerciaux ainsi que les magasins les plus importants. Dans la seconde, sont situés le siège du gouvernement de la province et l’église principale. Là se réunissent les notables pour commémorer aussi bien les fêtes religieuses que civiles17. Au début du siècle dernier, Porto Alegre possédait cinq églises, un hôpital, une maison de bienfaisance, un arsenal, deux casernes et une prison18.

  • 19 Arsène Isabelle, op. cit., p. 26.

27Montevideo, Buenos Aires, Porto Alegre. Trois ports, trois villes développant entre elles et chacune en particulier à sa manière un commerce prometteur et un marché avide de produits européens. Produits anglais, produits français que le développement des usages et des habitudes transforma en obligation. A l’exception du peigne, les femmes de Montevideo et de Buenos Aires cherchaient à suivre la mode française, les revues de mode arrivées de Paris étaient lues par les couturières et les modistes déjà en nombre croissant, venant de France elles aussi. Bien que les couleurs et certains détails n’aient pas toujours été fidèlement observés, on est sûr de la grande préférence que la France conquit en ce domaine19. Quant aux hommes, ils semblaient hésiter entre la mode anglaise et la française, le nombre de tailleurs des deux pays est assez significatif.

28A Porto Alegre aussi, la mode française rencontra un bon accueil :

  • 20 Arsène Isabelle, op. cit., p. 492.

« La grande parure est une robe de satin blanc brodée et lamée en or ou argent, souliers et gants de satin, beaucoup de bijoux ; coiffure en cheveux avec de fausses fleurs. Le costume ordinaire est différent ; quoiqu’elles suivent volontiers les modes françaises elles aiment surtout les couleurs tranchantes, les dessins bizarres. (...) Les hommes suivent aussi les modes parisiennes ; ils sont, généralement parlant, mieux que les femmes, dans l’ensemble de la physionomie20. »

  • 21 L’immigration française vers le Rio da Prata, selon Alejandro Dussaut (La colonia francesa en el Ri (...)

29Les produits européens rencontrèrent un bon accueil, et pas seulement pour s’habiller. L’habitude de la bonne table, les soirées élégantes faisaient qu’on ne pouvait plus se passer du bon vin français. D’un autre côté, ces articles n’étaient pas uniquement consommés par la population locale de ces villes. Une immigration française croissante21, provenant surtout de Bayonne, augmentait chaque jour les habitudes françaises de ces villes et finissait par constituer une clientèle assurée pour ces produits. Ces villes tenaient à proposer du cuir, de la laine, du suif, des salaisons. Ces dernières, préparées dans des établissements appelés en Uruguay et en Argentine saladeros et au Rio Grande do Sul charqueadas, constituaient un très important produit d’exportation des trois pays. Le charque ou tasajo était très bien reçu, non seulement à l’intérieur de cette région, où il servait surtout au Brésil de nourriture pour les esclaves, mais aussi en Amérique centrale, notamment à La Havane.

  • 22 Arsène Isabelle, op. cit., p. 269-270.

30Les cuirs sont parfois salés, mais la plus grande partie est mise à sécher au soleil. Suit une opération de première importance qui s’appelle estaquear puisque la manière selon laquelle les cuirs seront étirés détermine la qualité de ceux-ci. Dans ce sens, il faut compter avec le goût des consommateurs étrangers : les uns préfèrent le cuir étiré en large, les autres, en long. Après les opérations de préparation des cuirs, ceux-ci sont empilés et rangés dans des barracas, ce qui exige de la part du responsable une grande attention à la conservation. Le barraqueiro est à son tour presque toujours un spéculateur. Dans sa barraca, il garde non seulement des cuirs, mais aussi le crin, le suif, les cornes, la laine de mouton, les peaux de loutre et de chinchilla, finalement la richesse d’exportation de la région. Sa barraca est cependant une charge publique, vérifiée périodiquement par des inspecteurs22.

III. LES CONDITIONS DU COMMERCE LES DIFFICULTÉS D’ORDRE GÉOGRAPHIQUE, ÉCONOMIQUE ET POLITIQUE

31Malgré la plupart des vues optimistes que présentaient les voyageurs de l’époque, le commerce dans la région affrontait de sérieuses difficultés qui ne furent vaincues qu’à la fin du siècle dernier.

  • 23 Alice P. Canabrava, O comercio portugues no Rio da Prata (1580-1640), p. 18-19, São Paulo, 1944.

32Le commerce intérieur était tout de même intense. Le transport des marchandises s’effectuait par voie terrestre ou fluviale. Dans le premier cas, les variations saisonnières décidaient du passage des marchandises qui empruntaient des chemins précaires, d’un accès parfois difficile en période de pluie23.

33Le transport fluvial n’était pas non plus très sûr.

34Présent à Jacuy, c’est encore Arsène Isabelle qui nous raconte :

  • 24 Arsène Isabelle, op. cit., p. 444.

« Le passo du Jacuy est très fréquenté : c’est un mouvement perpétuel de charrettes, de chevaux, de mules, de bœufs, de voyageurs, de marchandises se croisant dans la rivière.
(...) Les costumes ou l’accoutrement des voyageurs nationaux et étrangers, le mélange des figures noires, blanches, cuivrées, olivâtres, basanées, les nageurs métis ou indiens accompagnant, entraînant ceux-là, faisant d’étonnants efforts pour rallier leurs bœufs ou empêcher les charrettes de couler ; les longues et étroites pirogues faites d’un tronc d’arbre, passant avec la rapidité du vent avec leurs passagers que la crainte de chavirer rend attentivement immobiles, ces forêts de cornes s’entrechoquant ; ces immenses chariots couverts de peaux de bœuf à demi enfoncés dans l’eau, suspendus seulement par une légère pirogue ou une simple barrique attachés dans leur intérieur ; les six bœufs attelés que l’arreador dirige d’un bras nerveux ou d’une voix de stentor...
Il n’arrive que trop fréquemment des malheurs dans ces passages de rivières rapides : ou un homme est estropié par les animaux qu’il s’efforce de rallier à la nage, ou noyé dans une charrette qui chavire, ou emporté dans une pelota. Quant aux animaux il est rare qu’il n’y en ait pas quelques-uns d’entraînés par le courant ou noyés sous les charrettes24. »

  • 25 Alice Canabrava, op. cit., p. 35.

35Bien que navigables, la plus grande partie des rivières qui parcouraient les deux pays et la province brésilienne était sujette à des crues fréquentes qui rendaient impossible cette forme de navigation soit de passagers, soit commerciale. La rivière de La Plata, d’une importance fondamentale pour le commerce de Montevideo et de Buenos Aires, présentait aussi des obstacles. L’estuaire avait des conditions naturelles précaires : peu profond et parsemé de bancs de sable la navigation y est difficile. Une bonne connaissance des chenaux qui conduisaient au port de Buenos Aires était nécessaire et, de plus, les navires étaient obligés de se restreindre à un tonnage adéquat pour une navigation en faible profondeur25.

36La construction d’une entrée de port ainsi que d’installations portuaires n’intervint que plus tard. Pour la période qui nous occupe, ces obstacles naturels s’ajoutent à d’autres découlant de la nature administrative et politique de chacune de ces régions. Ce fut le cas pour la monnaie après l’émancipation politique. Très souvent, la valeur du papier monnaie était nulle. Il n’offrait aucune garantie,

  • 26 Arlette Capdepuy, op. cit., p. 2.

« lié à l’existence du gouvernement qui l’émet, sa valeur varie selon la situation du gouvernement26 ».

  • 27 Arlette Capdepuy, op. cit., p. 2.
  • 28 Arlette Capdepuy, op. cit., p. 3.

37La création de papier monnaie en Argentine date de la même époque que celle de la Banque nationale (loi du 28 janvier 1826). En 1832, le gouvernement en prit la direction. Toutefois, les fréquents désordres intérieurs engendraient une inflation croissante qui conduisait ensuite à la dépréciation de la monnaie27. Il convient cependant de se rappeler que la valeur de la piastre forte, à la différence de la piastre papier, varia peu et que le montant des transactions commerciales était toujours effectué en piastres fortes28.

  • 29 Correspondance commerciale, volume I, rapport sur la situation du commerce dans la place de Montevi (...)

38A Montevideo également, il y eut un sérieux problème de monnaie après sa séparation du Brésil. En 1829, dans son rapport à destination du ministre des Affaires étrangères, M. de Cavaillon, consul de France à Montevideo, écrit : « ... pendant l’année de 1829, le commerce n’a pas pris l’essor qu’on avait osé se promettre ; il est même à croire qu’il a été au-dessous de celui des années précédentes29 ».

39Parmi les causes présentées, le consul remarque :

  • 30 Idem.

« Les embarras apportés dans les transactions commerciales, par la quantité énorme de monnaie de cuivre du Brésil que l’empire avait léguée à la province en l’évacuant et qui étant devenue la principale monnaie courante a rendu les opérations très difficiles ; ces entraves, augmentées encore par les fausses mesures financières prises dans la vue d’arrêter la dépréciation de cette monnaie ou de la réduire dans de justes limites, ont empiré le mal30. »

40A côté des facteurs d’ordre interne, les longs moments d’instabilité politique vécus par les deux républiques dus à la rivalité de deux partis constituèrent aussi une sérieuse entrave au commerce extérieur de la région. Les rapports consulaires, la correspondance politique et commerciale sont pleines d’allusions à ce fait. Plus d’une fois, les représentants consulaires suggérèrent ou sollicitèrent directement la France pour une intervention armée qui mettrait fin aux guerres civiles. Celles-ci offraient de graves obstacles au commerce, menaçaient la sécurité de ses ressortissants et surtout compromettaient les intérêts français dans ces pays. La guerre civile paralysa pratiquement le commerce dans la région. Avec les communications terrestres et maritimes interrompues, il devenait difficile aux marchandises de parvenir à leur destination.

  • 31 Correspondance commerciale n° 36. Note du chargé d’affaires du Brésil, conséquences pour le commerc (...)
  • 32 Idem.

41Pendant l’année tendue de 1836, quand les relations entre le Brésil et l’Argentine étaient passablement détériorées, le consul de France à Montevideo écrivait : « La conflagration devient générale et ce serait le commerce anglais et français au Brésil et dans la Plata qui en seraient les premières victimes31. » Et il n’hésite pas à suggérer : « Il me semble que la France et l’Angleterre doivent se consulter pour l’empêcher, la prévenir32. »

  • 33 Edouard Gallès, Du Brésil ou observations générales sur le commerce et les douanes de ce pays, Mari (...)

42En 1828, fut publié à Paris Du Brésil ou observations générales sur le commerce et les douanes de ce pays. Son auteur, Edouard Gallès33, y dévoile quelques informations importantes pour qui voudrait commercer avec le Brésil et utiles aussi pour le commerce dans la région platine.

43Parmi les plus importantes, nous remarquons :

  1. Le change dépend des facteurs les plus divers. La valeur du franc peut varier de 160 reis (sa valeur intrinsèque au terme de la loi) jusqu’à 300 et 320 reis ; quant à la piastre, elle peut valoir de 800 reis (valeur intrinsèque) jusqu’à 1 800 reis (cours des six premiers mois de 1828).

  2. Toutes les écritures au Brésil sont établies en reis. A Montevideo seulement, comme ancienne colonie espagnole, il y a beaucoup de maisons qui tiennent leurs livres et font leurs comptes en piastres. ... Les places qui accordent le plus de termes dans les paiements sont celles qui sont les plus sujettes aux crises financières et aux déconfitures : parmi ces places on trouve Rio Grande et Montevideo.

  3. Il n’y a point encore d’agents de change sur les places publiques du Brésil.

  4. Les courtages d’achat (en denrées) se paient un demi pour cent ; ceux pour articles de luxe varient selon l’importance de l’affaire. Les commissions de vente sont de cinq pour cent et le ducroire, quand il y en a, se fait de un à deux pour cent selon les maisons à qui l’on se consigne.

  5. L’intérêt de l’argent se règle ordinairement de dix à douze pour cent l’an.

  6. Les traites, connaissements et autres pièces de ce genre, ne sont point timbrés.

  7. Les droits de douane se paient au moment même de la sortie des marchandises de la grande salle d’ouverture et si le consignataire est connu par le trésorier, celui-ci le débite du moment où elles sortent.

  8. Il n’existe pas un cours fixe et positif dans les ports du Brésil.

  9. Ce sont l’activité, l’intelligence de l’individu qui contribuent à déterminer le prix de la marchandise.

44Et particulièrement sur les achats de cuirs :

  1. Quand l’on fera des achats en cuirs, il faudra les faire battre à la sortie du trépiche (sorte d’entrepôt) et aussitôt battus, y faire jeter quelques gouttes d’essence de térébenthine pour les préserver des mites et autres insectes rongeurs.

  2. Les cuirs se vendent avant d’avoir été battus. Il est urgent d’assister soi-même à la pesée de la marchandise.

    • 34 Edouard Gallès, op. cit., p. 73.

    Il faudra porter la plus scrupuleuse attention à ne pas recevoir les cuirs dits d’ateras, que nos tanneurs estiment dix pour cent au-dessous des autres, vu qu’ils ont le défaut de rétrécir singulièrement, aussitôt mis dans la fosse34.

45A côté de ces conditions générales qui, d’une façon répétée, rendaient difficile le commerce extérieur de l’Amérique méridionale avec les nations étrangères, difficultés donc rencontrées aussi par la France, s’en ajoutaient d’autres qui toutefois concernaient exclusivement ce pays.

46Nous parlons premièrement de certaines questions générales qui atteignirent le commerce extérieur français. On se rappelle des préjudices occasionnés par la guerre contre l’Angleterre et l’indépendance de Haïti.

47La politique napoléonienne et le blocus continental réduisirent le commerce dans les ports maritimes et un peu plus tard, précisément après 1815 avec l’indépendance de l’Amérique ibérique, il fut nécessaire de modifier les conditions du commerce. Enfin, au début du siècle, la France était affrontée à des difficultés d’ordre interne qui, sans doute, se reflétaient sur son commerce.

  • 35 Jurgen Schneider, Le Commerce de la France notamment dans l’Ouest avec le Brésil en considérant spé (...)

48En 1815, Jurgen Schneider constatait35 :

« La marine marchande à l’exception du cabotage était anéantie. Pour son rétablissement, la Restauration a accordé aux armateurs des privilèges et des subventions indirectes. »

49Plus loin, le même auteur ajoute :

  • 36 Jurgen Schneider, op. cit., p. 278.

« Les armateurs et négociants voyaient dans l’Amérique latine une compensation à la perte d’Haïti36. »

50Si l’on compare le commerce anglais dans la même région et dans la même période soit les quarante premières années du xixe siècle, le commerce français se montre assez en retrait. En particulier avec l’Amérique méridionale, en plus des causes déjà indiquées, certains inconvénients dans le mode d’exportation des fabricants français les mettaient en position d’infériorité par rapport aux Britanniques.

51A ce sujet, il faut considérer que, avant de parvenir au consommateur, les produits ont supporté :

    1. Le bénéfice du fabricant et celui du dépositaire.

    2. Le montant de la commission qui est ordinairement de cinq pour cent, même si le commissionnaire ne la perçoit pas à la vente et à l’achat à la fois.

    3. Les intérêts, jusqu’à l’échéance des règlements qu’il faut calculer à six pour cent.

      • 37 Extrait mémoire du 17 avril 1835, correspondance commerciale n° 12, volume I, Montevideo, p. 366-38 (...)

      L’appréciation des risques du vendeur qu’il serait difficile de fixer37.

  • 38 Idem.

52Par contre, le fabricant anglais obtient encore de son mode d’expédier directement pour son compte un avantage non moins appréciable : il reçoit de son consignataire, à valoir sur les marchandises consignées, des avances plus ou moins fortes. Le fabricant français, au contraire, a toujours inactive, pendant cinq ou six mois ou même plus longtemps, la valeur des objets qu’il a manufacturés ou vendus38.

53A ces inconvénients s’en ajoutèrent d’autres :

  1. Le prix élevé du fret de la marine marchande française qui emploie pour le même tonnage un plus grand nombre de matelots que toutes les autres, dû au prix exorbitant du fer, qui entre pour une valeur très considérable, dans la construction et l’armement des navires (Il paraît que les constructeurs français le paient un tiers de plus que leurs rivaux d’outre-mer.) De là vient que pour arriver à une première économie, et du reste fort mal entendue, les armateurs français refusent à leurs navires l’application de toutes les inventions modernes qui rendent la navigation plus facile, avec un équipage moins nombreux. Le haut prix du fret réagit d’une manière fâcheuse sur toutes les exportations industrielles et plus encore peut-être agricoles.

  2. Le défaut de capitaux et l’intérêt élevé de l’argent agissent encore comme nouvelles causes de l’infériorité commerciale française vis-à-vis de l’Angleterre.

    • 39 Ibid.

    Les négociants français sont très isolés et sans relations entre eux tandis que les Anglais sont unis dans leurs opérations39.

54Ces inconvénients se firent sentir principalement et de façon plus accentuée jusqu’à la fin des années vingt.

55A partir de là, le commerce français commença à gagner une certaine impulsion grâce non seulement à la signature des traités de commerce, mais aussi à la progression croissante de l’immigration française surtout vers Montevideo et Buenos Aires qui vint contribuer à l’élargissement de la consommation locale des produits français.

56Les tableaux des importations et des exportations que nous avons fait à partir de l’état des bâtiments de commerce français sortis du port de Rio de Janeiro à destination du Rio Grande do Sul et de La Plata, nous permettent de vérifier l’instabilité du commerce français dans les années vingt.

TABLEAU D’IMPORTATIONS (1821-1825). Etat des bâtiments de commerce français sortis du port de Rio de Janeiro à destination du Rio Grande do Sul et de La Plata

TABLEAU D’IMPORTATIONS (1821-1825). Etat des bâtiments de commerce français sortis du port de Rio de Janeiro à destination du Rio Grande do Sul et de La Plata

Source : Correspondance consulaire et commerciale, Rio de Janeiro,
1821, volume 1, p. 48, 58, 68.
1822, volume 1, p. 116.
1823, volume 2, p. 146, 162, 170.
1824, volume 2, p. 177.
1825, volume 3, p. 138.

TABLEAU D’EXPORTATIONS (1821-1827). Etat des bâtiments de commerce français sortis du port de Rio de Janeiro à destination du Rio Grande do Sul et de La Plata

TABLEAU D’EXPORTATIONS (1821-1827). Etat des bâtiments de commerce français sortis du port de Rio de Janeiro à destination du Rio Grande do Sul et de La Plata

Source : Correspondance consulaire et commerciale. Rio de Janeiro.
1821, volume 1, p. 48, 58, 68.
1822, volume 1, p. 116.
1823, volume 2, p. 146, 162, 170.
1824, volume 2, p. 177.
1825, volume 3, p. 138.

57De la même façon, les chiffres que nous voyons dans le tableau du commerce général et du commerce spécial de la France avec La Plata indiquent l’importance acquise par le commerce français en Amérique méridionale après la fin des années vingt.

Source : Alfred Brossard, Considérations historiques et politiques sur les républiques de La Plata dans leurs rapports avec la France et l’Angleterre.

58Définissons d’abord deux termes :

59« On entend par commerce général l’ensemble des importations d’un pays avec un autre pays, quelle que soit d’ailleurs la destination ultérieure des produits importés, ou l’origine des produits exportés ; on entend par commerce spécial cette branche du commerce général qui ne comprend que les produits importés pour l’usage et la consommation du pays qui les reçoit, et que les produits exportés originaires du pays exportateur. »

  • 40 Cf. note n° 21.

60Ainsi, le commerce général de la France avec La Plata comprend toutes les importations de La Plata en France, sans avoir égard à leur destination ultérieure et toutes les exportations de France à La Plata, sans avoir égard à leur origine première40.

61Pendant les périodes de crises internes, où le commerce extérieur était atteint, en plus d’avoir fait appel aux autorités françaises, comme nous l’avons déjà indiqué, les navires marchands cherchèrent à effacer ou réduire le préjudice en faisant appel aux ports voisins ou proches ; c’est-à-dire que, quand le conflit avait lieu dans la bande orientale, les navires allaient jusqu’à Buenos Aires et vice versa. Il faut toutefois signaler que la grande préoccupation de la France était pleinement justifiable, puisque la plupart du temps ces conflits ne se limitaient pas seulement à un de ces deux pays. Souvent il se répandait à travers la frontière jusqu’au territoire voisin. Dans le cas de guerre entre deux pays, comme celle de la Cisplatine entre le Brésil et l’Argentine, le commerce extérieur fut directement touché par le blocus de La Plata par l’escadre brésilienne.

62Bien que les relations entre les trois pays Brésil, Argentine et Uruguay soient tendues et difficiles, la fin des années vingt annonce une amélioration dans les relations commerciales avec la France. En ce qui concerne le Rio Grande do Sul, après s’être référé aux difficultés d’ordre naturel présentées par le port et déjà mentionnées par nous, le consul de France au Brésil affirme :

  • 41 Correspondance commerciale, volume 3, rapport sur le Brésil, année 1824, Rio de Janeiro, le 28 févr (...)

« Les Français ont souvent fait de belles spéculations en y apportant de nos produits. Ils y ont plus que doublé leurs capitaux en plusieurs occasions41. »

63Pendant la décennie des années trente, le climat de prospérité matérielle qui anime Montevideo se traduit dans l’optimisme de la correspondance commerciale que le consul de France envoie à Paris.

  • 42 Correspondance commerciale, volume I, Montevideo, 1835, p. 369-370.

« Cette prospérité matérielle est telle qu’elle est sans exemple jusqu’ici. A aucune époque là campagne n’a été aussi peuplée d’animaux. (...) Quelques agglomérations, qui formaient à peine, il y a cinq à six ans, de tristes bourgades, se transforment, comme par enchantement en jolis villages ou en petites villes charmantes. (...) Montevideo, capitale de la République, n’est pas resté en dehors de ce mouvement général. Des maisons au goût européen embellissent tous les jours ses rues et remplacent de vieilles et dégoûtants bicoques42. »

64Dans ce sens, évidemment, Montevideo consolide son rôle important comme marché consommateur de produits de toutes les nations industrialisées. D’un autre côté, la campagne, comme nous l’avons déjà vu, connaît aussi la prospérité et fournit la matière première pour l’industrie de ces pays. En ce qui concerne la France, le consul établi dans la capitale uruguayenne dit encore :

  • 43 Idem, p. 372.

« Notre commerce avec ce pays se trouve donc placé dans une situation d’autant plus avantageuse que nous acquittons ces produits bruts avec des objets de notre industrie augmentés du salaire de l’ouvrier et du bénéfice du fabricant43. »

65En dépit de la continuelle concurrence anglaise, difficile à vaincre, le commerce français obtint cependant l’exclusivité sur des produits déterminés. Il s’agit surtout des objets de nouveauté, la soierie moins les étoffes unies, la librairie, la chausserie pour femmes, la peausserie, des mérinos, des châlits, des bombarines, généralement toutes les étoffes de mode pour femmes dans lesquelles la soie se mêle à la laine. La France parvint aussi à être concurrentielle en ce qui concerne la buffeterie, la sellerie et l’horlogerie. Grâce à l’immigration croissante surtout vers Montevideo dans laquelle la quantité de tailleurs fut assez considérable, on perçut la grande préférence que la draperie française arriva à obtenir sur la draperie anglaise. A Buenos Aires, le même phénomène se produisit.

66Cependant, c’est encore en relation avec la draperie que le commerce français va expérimenter certaines difficultés. Parmi celles-ci, on peut distinguer : l’uniformité et le prix élevé de fabrication (le gouvernement encourageait la draperie fine, alors que les étoffes ordinaires sont de loin les plus consommées), le manque de vision commerciale de l’industrie qui fabriquait toujours les mêmes produits d’après les habitudes et la mode française, sans prendre en considération les différences existant sur les marchés extérieurs. D’un autre côté, le commerce français se trouva encore en mauvaise posture. Tandis que l’Angleterre ouvrait des succursales en Amérique méridionale, cherchant à se tenir informée quant aux coutumes et aux préférences locales, la France ne possédait aucune grande maison de cette catégorie ou avec une représentativité suffisante ni à Buenos Aires, ni à Montevideo et encore moins à Porto Alegre.

  • 44 Correspondance commerciale, volume I, Montevideo, 1835.
  • 45 Idem.

67Son commerce d’outre-mer se fait toujours par des pacotilleurs, véritables commerçants nomades, qui ne restent jamais dans le pays le temps nécessaire pour fournir aux fabricants des informations importantes sur les préférences locales44. Au sujet des pacotilleurs, il faut dire encore que leurs transactions commerciales ne peuvent pas toujours être considérées comme honnêtes. Le manque de scrupules, la fraude et la contrebande finissent par exercer une influence funeste sur l’industrie et le commerce franco-américain45.

68Pourtant, presque toujours dans ces premières années de vie indépendante, les navires marchands arrivant dans les ports de l’Amérique méridionale se voyaient aux prises avec des problèmes pour décharger leurs marchandises et les sauvegarder toutes les fois que le pays traversait un moment de grand conflit d’ordre interne ou même de guerre civile. En 1835 commença au Rio Grande do Sul la guerre dite des « Farrapos ». En 1837, la situation des Français résidant dans la province brésilienne était critique et difficile. Au-delà du risque d’être tués, ceux-ci assistaient impuissants au pillage de leurs marchandises. Une situation similaire se reproduisait dans les pays voisins. En 1837, le ministre des Affaires étrangères recevait du ministère de la Marine et des Colonies le message suivant :

  • 46 Ministère de la Marine et des Colonies. Direction des ports, Marseille, 16 décembre 1837, p. 189.

« Il ne s’agit point ici, monsieur le ministre, d’une expédition importante et coûteuse : l’envoi d’un petit bâtiment de guerre, d’une goélette armée suffit. Cette faible force contiendra la férocité des partis, fera respecter notre pavillon déjà insulté et pourrait tout au moins offrir un refuge aux Français s’il y avait à Rio Grande la reproduction des scènes sanglantes et des massacres [...]46. »

CONCLUSION

69En résumé, nous pourrions dire que les quarante premières années du xixe siècle en Amérique méridionale offrirent au commerce extérieur avec les nations européennes un large marché consommateur et une importante source de matières premières. Cependant une série de difficultés naturelles durent être vaincues et elles le furent seulement pendant la deuxième moitié du siècle. Il faut souligner non seulement la construction de ports et des routes adéquates, mais aussi toute l’organisation du système de transport qui, comme nous avons pu le démontrer, se faisait de manière bien précaire. A côté de ces difficultés, l’administration interne des pays principalement dans la période postérieure à leur émancipation ne paraît pas toujours très sûre pour les commerçants. L’instabilité de leurs gouvernements se reflète directement sur le change et les opérations douanières. Les guerres civiles fréquentes, suivies de périodes d’anarchie qui, plusieurs fois, coupèrent les communications entre les différentes régions, paralysaient ainsi leur commerce. S’ajoutant à tous ces obstacles, il y avait celui d’une France incapable de vaincre la concurrence des produits anglais.

70Sur cette concurrence vient se greffer encore le problème de la contrebande et de la fraude, en partie à cause du système des pacotilleurs, du prix élevé de son industrie et du fret de sa marine marchande, et de l’absence d’une grande vision commerciale de la part des premiers commerçants qui étaient déjà établis soit à Montevideo, soit à Buenos Aires ou soit à Porto Alegre.

71Le commerce français réussit néanmoins à marquer de sa présence cette partie du continent américain.

Notes

1 Voir à ce sujet les travaux de : Ariette Capdepuy, L’Economie de l’Argentine au xixe siècle d’après les Annales du Commerce extérieur, Maîtrise, Paris X, 1969 de Albert-Charles Jéséquel, Le Blocus de La Plata, 1840-1852, (DES Paris 1958) et de Madeleine Laberville, Le Blocus de Buenos Aires dans la presse française (1838-1840), (thèse 3e cycle Paris III, 1975).

2 Voir principalement les ouvrages de : Henri Arnoux, La France dans le développement économique de l’Argentine aux xixe et xxe siècles, (thèse 3e cycle Paris X, 1977), de Sylvia Preteceille, Les Intérêts français en Argentine, au Brésil et au Mexique de 1870 à 1914 (DES Paris 1963) et de Ana Chiari, Le Commerce entre la France et la République argentine (1840-1914), s.l.n.d.

3 Ladislau Doubor dans A formação do capitalismo dependente no Brasil fait une étude sur la dépendance économique du Portugal par rapport à l’Angleterre et, par conséquent, son rôle d’intermédiaire entre celle-ci et sa colonie américaine. Lisbonne, 1977.

4 Caio Prado Junior maintient ce point de vue dans son livre, Evolução política do Brasil, São Paulo, 1957.

5 Sur les relations portugaise et espagnole avec l’Angleterre et la France respectivement, consulter Stanley et Barbara Stein, A herança colonial da América Latina, Rio de Janeiro, 1977.

6 Idem.

7 « Pourrait suspendre la prise par les Anglais d’autres endroits de l’empire américain. Pour les Français, cette coopération était précieuse puisqu’elle permettait l’accès de leurs fabricants, commerçants et financiers à l’empire espagnol. Les Espagnols désiraient une coopération qui amènerait le développement d’une Espagne indépendante et respectée ; les Français de leur côté croyaient que l’aide accordée occasionnellement à l’Espagne éloignerait l’Angleterre et permettrait l’obtention des colonies et de la métropole, de l’argent et des matières premières pour l’industrie et des consommateurs pour leurs produits. » Stanley et Barbara Stein, op. cit., p. 80.

8 Raymond Ronze, La Politique générale napoléonienne à l’époque de l’indépendance argentine, p. 317.

9 Idem.

10 Raymond Ronze, op. cit., p. 321.

11 Dans les relations luso-anglaises, il convient de rappeler que la dépendance du Portugal par rapport à l’Angleterre est très ancienne. Le traité de Methuen signé en 1703 détermine déjà la consolidation de la dépendance portugaise par rapport à la Grande-Bretagne. Pour le cas espagnol, depuis le xviiie siècle, les Bourbons se sont vus obligés de revoir leur politique coloniale. Non seulement dans le but d’améliorer la relation de l’Espagne avec leurs colonies, mais aussi réduire la contrebande largement établie par les puissances étrangères. En 1740 furent établies les premières compagnies privilégiées de commerce espagnoles ; en 1778, 9 ports de l’Espagne et 24 de l’Amérique latine furent déclarés puertos habilitados o de entrada.

12 Arsène Isabelle, Voyage à Buenos Aires et à Porto Alegre, par la province de Rio Grande do Sul (de 1830 1834), p. 101, Le Havre, 1855.

13 Arsène Isabelle, op. cit., p. 79.

14 Arsène Isabelle, op. cit., p. 79.

15 Arsène Isabelle, op. cit., p. 133-134.

16 Arsène Isabelle, op. cit., p. 474.

17 Arsène Isabelle, op. cit., p. 486.

18 Arsène Isabelle, op. cit., p. 486.

19 Arsène Isabelle, op. cit., p. 26.

20 Arsène Isabelle, op. cit., p. 492.

21 L’immigration française vers le Rio da Prata, selon Alejandro Dussaut (La colonia francesa en el Rio de La Plata) commença depuis le début du xviiie de façon embryonnaire. Cependant, c’est seulement à partir du xixe siècle qu’arrivent au Rio da Prata en plus grand nombre des Béarnais, des Basques et des Gascons. En Uruguay où l’affluence est proportionnellement plus importante qu’en Argentine et au Rio Grande do Sul, elle a pris un essor considérable entre 1835 et 1842.
Alfred Drossard (Considérations historiques et politiques sur les républiques de La Plata dans leurs rapports avec la France et l’Angleterre) dit que le commerce français sur la bande orientale avait connu « un développement considérable, incessamment favorisé par l’arrivée successive de nombreux émigrants français, émigration composée en grande partie dans l’origine d’ouvriers du Pays basque. (...) D’une part cette population introduisait dans une population toujours croissante le goût et le besoin de nos produits, elle faisait passer en France des capitaux considérables, fruits de son travail et de son économie ». Op. cit., 154.
Pour encore plus de précisions, consulter Frédéric Mauro,
La emigración francesa a la América Latina, Fuentes y estado de investigación.

22 Arsène Isabelle, op. cit., p. 269-270.

23 Alice P. Canabrava, O comercio portugues no Rio da Prata (1580-1640), p. 18-19, São Paulo, 1944.

24 Arsène Isabelle, op. cit., p. 444.

25 Alice Canabrava, op. cit., p. 35.

26 Arlette Capdepuy, op. cit., p. 2.

27 Arlette Capdepuy, op. cit., p. 2.

28 Arlette Capdepuy, op. cit., p. 3.

29 Correspondance commerciale, volume I, rapport sur la situation du commerce dans la place de Montevideo et de la province pendant l’année 1829, Montevideo, 1830.

30 Idem.

31 Correspondance commerciale n° 36. Note du chargé d’affaires du Brésil, conséquences pour le commerce, Montevideo, 27 août 1836, p. 300.

32 Idem.

33 Edouard Gallès, Du Brésil ou observations générales sur le commerce et les douanes de ce pays, Mario, 1828, p. 26.

34 Edouard Gallès, op. cit., p. 73.

35 Jurgen Schneider, Le Commerce de la France notamment dans l’Ouest avec le Brésil en considérant spécialement la position du commerce français sur les divers marchés du Brésil entre 1815 et 1848, p. 278. S.l.n.d.

36 Jurgen Schneider, op. cit., p. 278.

37 Extrait mémoire du 17 avril 1835, correspondance commerciale n° 12, volume I, Montevideo, p. 366-385.

38 Idem.

39 Ibid.

40 Cf. note n° 21.

41 Correspondance commerciale, volume 3, rapport sur le Brésil, année 1824, Rio de Janeiro, le 28 février 1825, p. 27-28.

42 Correspondance commerciale, volume I, Montevideo, 1835, p. 369-370.

43 Idem, p. 372.

44 Correspondance commerciale, volume I, Montevideo, 1835.

45 Idem.

46 Ministère de la Marine et des Colonies. Direction des ports, Marseille, 16 décembre 1837, p. 189.

Table des illustrations

Titre TABLEAU D’IMPORTATIONS (1821-1825). Etat des bâtiments de commerce français sortis du port de Rio de Janeiro à destination du Rio Grande do Sul et de La Plata
Légende Source : Correspondance consulaire et commerciale, Rio de Janeiro,1821, volume 1, p. 48, 58, 68.1822, volume 1, p. 116.1823, volume 2, p. 146, 162, 170.1824, volume 2, p. 177.1825, volume 3, p. 138.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1083/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre TABLEAU D’EXPORTATIONS (1821-1827). Etat des bâtiments de commerce français sortis du port de Rio de Janeiro à destination du Rio Grande do Sul et de La Plata
Légende Source : Correspondance consulaire et commerciale. Rio de Janeiro.1821, volume 1, p. 48, 58, 68.1822, volume 1, p. 116.1823, volume 2, p. 146, 162, 170.1824, volume 2, p. 177.1825, volume 3, p. 138.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1083/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Source : Alfred Brossard, Considérations historiques et politiques sur les républiques de La Plata dans leurs rapports avec la France et l’Angleterre.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1083/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 215k

© Éditions de l’IHEAL, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540