Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transport et commerce en Amérique latine. 1800-1970

 | 
Frédéric Mauro
, 
Soline Alemany

Première partie. Les moyens de transport

Chapitre V. Un exemple de la présence économique française au Brésil : « l’empire Bouilloux-Lafont »

Flavio Somogyi

Résumé

L’auteur étudie les différents aspects de « l’empire Bouilloux-Lafont » : banques, chemins de fer, compagnies portuaires (port de Bahia, Compagnie brésilienne de ports, port de Vitoria). Il montre la déconfiture du groupe après la crise de 1929. Son échec est dû en partie à la stature archaïque du groupe malgré l’influence de la Caisse commerciale et industrielle de Paris. L’échec du groupe a été fortement ressenti par la France dans ses relations avec le Brésil. Le contentieux né dans les années 30 a même contribué au refroidissement des liens économiques entre les deux pays.

Texte intégral

INTRODUCTION

1Le Brésil étant un client presque exclusif des banquiers britanniques, les flux des capitaux français vers ce pays n’ont démarré qu’à l’aube du xxe siècle. Entre 1904 et 1913, le nombre des capitaux français placés au Brésil a augmenté de telle sorte que la France était devenue, derrière l’Angleterre, le deuxième investisseur étranger et le Brésil, le premier client des capitaux français en Amérique latine, ainsi que le deuxième dans le monde.

  • 1 Rippy Fred, « French Investments in Latin America », Inter-American Economic Affairs, New York, aut (...)
  • 2 Selon les chiffres mentionnés par le ministère français des Affaires étrangères, cette somme s’élev (...)

2Selon les chiffres cités par Fred Rippy1, en 1902, le Brésil avait accueilli 696 000 000 de francs français, dont 490 000 000 de francs d’emprunts publics. En 1913, cette somme s’élevait à 3 500 000 000 de francs, dont les trois quarts investis dans les entreprises économiques2. Ce changement s’explique par l’importance considérable prise par les investissements dans les secteurs de travaux publics.

3En effet, l’arrivée des capitaux français coïncidait avec la politique économique du président brésilien, Rodrigues Alves et son successeur, Alfonso Pena, qui ont cherché des sommes importantes sur les marchés extérieurs afin de financer les travaux de construction des ports, des chemins de fer et de l’assainissement urbain ainsi que la politique de défense du café. Cette demande, de la part du Brésil, fit progresser la dépendance du pays envers les marchés financiers européens et a accentué son orientation économique, tournée vers l’exportation des matières premières, sous la domination de son principal produit, le café.

4L’épargne française a été également attirée par la haute rémunération du capital investi au Brésil. Ce dernier accordait un taux d’intérêt variant entre 5 % et 6 % et des garanties d’intérêt du gouvernement brésilien pour les constructions des chemins de fer et des ports. En outre, la fixation d’un taux de change, relativement bas, mais stable, a donné une certaine confiance au milieu financier français qui pouvait ainsi remettre sans difficulté, à l’étranger, les dividendes d’actions et les intérêts d’obligations émises à Paris ou à Londres.

5En dépit de tout cela, l’analyse des investissements français au Brésil nous démontre que l’investisseur français, en général, se comportait comme un rentier, à la recherche de placements fructueux. La plus grande part de cet argent était représentée par des titres d’obligations à revenu fixe et la grande majorité des banques a joué le rôle d’intermédiaire, attirées par les commissions retenues lors des émissions.

6En outre, la plupart des capitaux français placés au Brésil a été absorbée par des entreprises de nationalités diverses, brésiliennes, anglaises, belges et nord-américaines, où le personnel administratif français faisait défaut. Malgré les tentatives officielles de la part des représentants diplomatiques français de lier ce flux d’investissements aux exportations de produits industriels, nous pouvons affirmer que les capitaux français au Brésil ont contribué d’une façon tout à fait éphémère au progrès de l’industrie française, concurrencée surtout par les marchandises d’origine anglaise, allemande, belge ou nord-américaine.

7Ce flux de capitaux s’arrêta brusquement avec le déclenchement de la Première Guerre mondiale. Entre 1920 et 1930, nous assistons à un véritable désinvestissement de la France dans cette partie de l’Amérique du Sud. Pendant la crise des années 1930, le retrait des capitaux français s’accentua devant la politique nationaliste des nouveaux dirigeants brésiliens et par le repli de la France sur elle-même.

8L’originalité des activités au Brésil, du groupe dit Bouilloux-Lafont, représenté par la Caisse commerciale et industrielle de Paris, est due à sa participation effective dans plusieurs affaires, en tant que financier et administrateur de ses propres entreprises.

9Le groupe possédait l’une des plus importantes maisons de crédit françaises établies au Brésil, à l’époque même où un établissement similaire faisait largement défaut. Il fonda et assura la gestion de ses propres entreprises de chemins de fer, de ports, d’aviation et de constructions. A l’inverse de la plupart des capitalistes français, le groupe Bouilloux-Lafont apporta un nombre considérable de capitaux dans le Nord-Est du pays. En dépit de la poursuite du désinvestissement français au Brésil, tout au long des années vingt, ce groupe fut le seul à connaître une remarquable expansion, jusqu’à la crise de 1930, crise qui le rendit très vulnérable et le vit sombrer dans la faillite.

I. LE GROUPE BOUILLOUX-LAFONT AU BRÉSIL

10La création en 1907 du Crédit foncier du Brésil et de l’Amérique du Sud marqua le début des activités du groupe de la Caisse commerciale et industrielle de Paris dans la république fédérale. La majorité des entreprises ayant été fondées par la suite, entre 1907 et 1914. Le capital, employé jusqu’à 1914, atteignit 326 000 000 de francs, ce qui représentait 10 % du total du capital français placé au Brésil.

  • 3 Malheureusement, les études plus détaillées sur cette compagnie font défaut.

11Entre 1918 et 1930, son capital bancaire fut multiplié par six ; les concessions pour les travaux et exploitations de ports se succédèrent les unes après les autres et Bouilloux-Lafont créa la Compagnie aéropostale et la Société générale d’aviation3. En 1932, le capital du groupe était représenté par la somme d’un milliard deux cents millions de francs et cent quatre-vingt mille contos de réis.

Les activités du groupe entre 1906 et 1914

a) Les banques

12La plus grande faiblesse des affaires françaises au Brésil fut le manque absolu d’un système de crédit purement français dans ce pays. Or, à cet égard, le Crédit foncier du Brésil et de l’Amérique du Sud a pu être considéré comme la plus importante banque française implantée au Brésil. Sa prospérité et son importance étaient dues à sa longue expérience dans les affaires brésiliennes, à son nombre important de capitaux en provenance du marché financier français et à sa participation, dans les années vingt, à plusieurs entreprises brésiliennes et françaises. Créée en 1906, autorisée à fonctionner au Brésil dès 1907, elle fut l’émanation de trois grandes banques d’affaires françaises : la Caisse commerciale et industrielle, la Société centrale de banques de province et la banque J. Loste qui ensemble ont réuni la somme de 100 000 francs du capital initial, porté à 1 000 000 de francs en 1909. A partir de 1910, le capital social de la banque augmenta considérablement pour atteindre 12 500 000 francs à la fin de cette même année et 50 000 000 de francs en 1913. En outre, la banque émit sur le marché français, entre 1910 et 1913, 137 153 obligations de 500 francs chacune, portant le capital actions et obligations de la banque à environ 120 000 000 de francs. Trois ans après sa fondation, les opérations de la banque ont été enrichies par l’acquisition de la majorité des actions du « Banco Hipotecario do Brasil », privilégié par le décret 1036 B de l’année 1880, qui lui accordait des droits fiscaux et des exemptions d’impôts. Les activités du Crédit foncier du Brésil, avant 1914, s’orientèrent vers les prêts hypothécaires sur la place de Rio de Janeiro et à quelques participations financières, telles la « Banco Hogar Argentino » dont la banque française possédait un certain nombre d’actions.

13La Banque du crédit hypothécaire et agricole de l’Etat de Bahia, résulta de la transformation, sur des bases plus larges, de l’ancien Crédito de Lavoura dans lequel le gouvernement de l’Etat de Bahia possédait 40 000 actions. Le Crédit foncier du Brésil a fourni un capital nécessaire de 20 000 000 de francs en obligations pour le fonctionnement normal de la nouvelle banque, créée en 1913, après l’intervention du contrat entre l’Etat de Bahia et le Crédit foncier du Brésil. Selon ce contrat, la banque jouissait, pendant trente-cinq ans après la date de sa création, d’une garantie d’intérêt de 5,5 % or, concédée par l’Etat de Bahia et prélevée par un impôt spécial sur l’exportation de cacao.

14Les opérations de la banque se dirigèrent vers les prêts hypothécaires et agricoles, dans la région productrice de cacao et vers les investissements immobiliers. On note ainsi que les activités du Crédit foncier se développèrent rapidement dès l’instant où la banque pratiqua sa politique d’expansion, caractérisée par l’achat des actions de ses plus proches concurrents et dès la fondation des compagnies des chemins de fer de l’Est brésilien et du port de Para.

b) Les chemins de fer

15La Compagnie chemins de fer fédéraux de l’Est brésilien était la seule entreprise de chemins de fer, purement française, établie au Brésil.

16Son histoire commença au début de l’année 1910, lorsque le groupe Bouilloux-Lafont conclut le contrat d’affermage avec le gouvernement fédéral brésilien de presque tout le réseau « estadual » et fédéral des chemins de fer de l’Etat de Bahia qui se trouvait entre les mains d’une compagnie brésilienne. Cette compagnie, qui se débattait contre une administration ruineuse et une gestion lamentable, connut entre 1909 et 1910 des mouvements de grève qui ont amené le gouvernement fédéral à chercher une autre compagnie d’exploitation, capable d’apporter les moyens financiers nécessaires et une gestion solide. Après avoir entamé des négociations avec le Crédit mobilier français, le gouvernement brésilien décida de signer le contrat avec le groupe de la Caisse commerciale. Par ce contrat, le groupe en question créa la Société des chemins de fer fédéraux de l’Est brésilien, pour une durée de soixante-quinze ans. La nouvelle compagnie devait exploiter le réseau déjà existant d’environ 950 kilomètres, et construire 1 500 kilomètres de nouvelles lignes dans les Etats de Bahia, Minas-Gerais et Sergipe. Les coûts de construction ont été évalués à environ 200 000 000 de francs et, en 1911, le gouvernement brésilien lança en France, par l’intermédiaire de la Caisse commerciale et industrielle, un emprunt de 60 000 000 de francs en obligations, portant 4 % d’intérêt par an. La construction de nouvelles lignes resta à la charge du gouvernement fédéral, payé par ce dernier en titres de la dette fédérale, à raison de 30 contos or par kilomètre.

17Parallèlement, le groupe Bouilloux-Lafont fonda la société « franco-sud-américaine de travaux publics », qui tout en assurant la construction de nouvelles lignes, accumulait des bénéfices considérables, permettant ainsi l’équilibre des comptes, étant donnés les déficits annuels d’exploitation de la Compagnie des chemins de fer de l’Est brésilien. Ces déficits étaient dus en partie aux tarifs de la compagnie, considérés comme les plus bas parmi l’ensemble des réseaux de chemins de fer ; et d’autre part aux problèmes inhérents à l’exploitation de ces lignes. En effet, à part quelques régions agricoles, productrices de coton et de tabac, elles traversaient surtout des régions semi-désertiques, ou reliaient des zones misérables, enfermées dans une économie de subsistance. Même sa ligne principale, entre Bahia et Juazeiro, qui reliait la capitale bahiannaise avec le sud du pays, par l’intermédiaire du fleuve São Francisco, ne pouvait assurer les bénéfices nécessaires pour équilibrer les comptes de la compagnie concessionnaire.

18La construction des nouvelles lignes fut toujours une source de conflit systématique entre le gouvernement brésilien et le gouvernement de l’Etat de Bahia d’une part et la Caisse commerciale et industrielle d’autre part. Les travaux, qui s’effectuèrent d’une manière anarchique, furent visiblement mal accomplis et les déraillements étaient presque quotidiens ; dans les régions plus humides, près de la côte, les pluies détériorèrent périodiquement les rails et leur remplacement prenait parfois plusieurs mois.

  • 4 Ambassadeur français au Brésil, Lettre au ministre des Affaires étrangères, M.A.E., Paris, archives (...)

19Les conditions de travail des ouvriers et employés étaient également très précaires. En effet, ce réseau traversait une zone très aride du « sertão » bahiannais où la sécheresse entraînait des difficultés d’approvisionnement en eau et en aliments en général. En 1913, aux environs de la ville de Machado Portela, les directeurs de la compagnie furent obligés d’aller chercher l’eau, pour les ouvriers, à 23 kilomètres de leur chantier, celle-ci transportée à dos de mulets. A Jacobina, pendant la même année, la pluie tomba deux fois en sept mois et la moyenne de la température sur les chantiers de travail, approchait 40° à l’ombre. Dans les chantiers de vallées du Piaui et de Pitinga, les ouvriers étaient constamment atteints par le paludisme4.

20Quoi qu’il en soit, les déficits constants d’exploitation, la mauvaise construction de nouvelles lignes et la situation des ouvriers, n’empêchèrent pas l’avancement des travaux, grâce surtout à la garantie offerte par le gouvernement fédéral. En juillet 1913, le trafic fut ouvert entre Bahia et Aracajú, mais les trains déraillèrent constamment ; il suffisait d’une grande pluie pour endommager les matériaux appartenant à la compagnie. Malgré le nombre élevé de capitaux français placés dans les projets de construction et en dépit de l’article 1 du contrat de concession qui accordait à la compagnie les fournitures de tout le matériel nécessaire à l’établissement définitif des nouvelles lignes, le groupe Bouilloux-Lafont a commandé en France une part infime de son matériel fixe et roulant, celui-ci ayant été acheté surtout aux Etats-Unis, mais également en Belgique et en Allemagne.

c) Le port de Bahia

21C’est en 1871 que l’Empire brésilien autorisa la création de la société du port de Bahia, dénommée Bahia Docks Ltd., dont les actions, d’une valeur de 8 000 contos de réis, étaient détenues par le concessionnaire brésilien, M. Ignacio Ferreira. La construction du port n’ayant pas été réalisée, la compagnie fut dissoute en 1880 et deux ans plus tard une nouvelle autorisation fut accordée à M Ferreira, qui fonda, avec le même nombre d’actions la nouvelle compagnie, l’Anglo-French Company Ltd. Un emprunt obligataire de 70 000 000 de francs fut émis sur le marché français, avec le concours de la banque Etienne Muller et Cie, mais seulement 20 000 titres, de 500 francs chacun, purent être négociés.

22En raison de l’échec de la banque E. Muller, la Société de construction du port de Bahia fut créée en 1909 à Paris, avec l’appui de la Caisse commerciale et industrielle. Un emprunt de 62 500 000 francs, divisé en 125 000 obligations de 500 francs chacune, fut aussitôt émis à Paris, tandis qu’un autre emprunt de 25 000 obligations fut placé à Londres, sous les auspices de la banque Boulton Brothers. Cette dernière tomba, peu après, en faillite, entraînant de graves préjudices pour la compagnie. En 1913, les travaux durent être interrompus, par manque de ressources.

  • 5 Bahia, Lettre pour l’ambassadeur français au Brésil, M.A.E., Paris, archives S.N., chemins de fer, (...)

23En 1916, arriva au Brésil M. Marcel Bouilloux-Lafont, représentant des obligataires n’ayant pas touché les revenus de leurs titres depuis trois ans. Par un accord passé avec le président de la compagnie, un deuxième emprunt, hypothécaire de 38 000 000 de francs à 6 %, fut lancé sur le marché financier et les obligataires français se contentèrent de voir le taux de l’intérêt de leur emprunt passer de 5 % à 5,5 % et le délai d’amortissement prolongé de vingt ans. Avec une partie du deuxième emprunt, M. Bouilloux-Lafont acquit la totalité des actions, détenue par M. Ferreira. Désormais, le groupe de la Caisse commerciale contrôla entièrement la concession de l’exploitation et de la construction du port de Bahia5.

L’expansion du groupe entre 1918 et 1930

a) L’expansion du réseau bancaire

  • 6 D’une somme de plus de 700 000 000 de francs de son capital actions et obligations, la banque consa (...)

24Le Crédit foncier du Brésil et de l’Amérique du Sud surmonta les difficultés survenues pendant la Première Guerre mondiale et connut une remarquable expansion dans les années 1920. Son capital social fut porté à 100 000 000 de francs en 1925 et à 200 000 000 de francs en 1927. Le capital obligations atteignit la somme de 570 000 000 de francs à la fin de l’année 1930. La banque, dès lors entièrement contrôlée par la Caisse commerciale, bénéficia d’une internationalisation rapide. Une partie de son capital social fut utilisée pour l’acquisition de grands immeubles dans l’avenue des Champs-Elysées, à Paris ainsi qu’à des prêts hypothécaires et à des participations directes dans les entreprises du groupe Lafont au Brésil6.

25La crise mondiale de 1930 a ébranlé la bonne marche des affaires de la banque, qui s’est vu obligée de fermer ses guichets et de laisser son administration à la charge d’un syndic, responsable de son éventuelle liquidation.

26La Banque hypothécaire et agricole de l’Etat de Bahia a traversé la décade de 1920 dans une situation financière très difficile. En effet, l’Etat de Bahia cessa dès 1924 les versements de la garantie 5,5 % par an, qui permettaient à la banque de pratiquer ses opérations de crédit. Désormais, les prêts hypothécaires et agricoles s’amenuisèrent et avec la débâcle du groupe Lafont dans les années 1930, la banque fut vendue à un groupe de capitalistes bahiannais qui ont essayé, en vain, de relever le crédit de l’entreprise.

27En 1923, le groupe Lafont fonda, avec l’Etat de Sergipe, le Banco Estadual de Sergipe, ayant son siège social à Aracajú. Le capital social de 10 000 contos fut partagé entre le Crédit foncier du Brésil, qui apporta la moitié de cette somme et le gouvernement de l’Etat, au moyen d’une émission de rentes intérieures.

28L’Etat de Sergipe accorda à la banque des exemptions d’impôts, le droit exclusif de vendre des timbres de l’Etat et lui attribua les fonctions liées aux dépôts publics. La banque devait également remplir le rôle de caisse d’épargne. Elle devait affecter 35 % à 40 % de son capital à des prêts à l’agriculture, 20 % à des prêts à l’industrie et le reste aux autres opérations.

29Malgré toutes les garanties accordées par l’Etat de Sergipe, les activités financières de la banque n’ont été guère fructifiantes. Les titres de rente de l’Etat de Sergipe ont trouvé un placement extrêmement difficile et la banque devenait, peu à peu, un instrument politique, contrôlé par le pouvoir local en place. A cet égard, l’ambassadeur français au Brésil, Conty, ne mâchait pas ses mots :

  • 7 Ambassadeur français au Brésil, Lettre au ministre des Affaires étrangères, M.A.E., Paris, archives (...)

« ... On peut estimer que le gouvernement de cet Etat, comme tous les gouvernements locaux du nord du Brésil, manque de maturité politique et financière. Tout capital placé à la disposition d’un de ces gouvernements risque d’être dissipé en opérations de caractère politique. Il faut alimenter la caisse d’un parti ; consentir des avances hasardeuses de fonds aux amis du gouvernement et telle opération qui en France inspirerait une crainte salutaire de la police correctionnelle est considérée par certains Brésiliens comme d’un usage commun [...]7. »

30Heureusement pour le groupe français, la garantie accordée par l’Etat de Sergipe n’a pu être tenue, ce qui amena le Crédit foncier du Brésil à entrer en pourparlers avec le gouvernement de cet Etat, afin de changer le statut de la banque. A l’automne 1927, le contrat fut résilié et un nouvel accord intervint aux termes duquel la banque perdait la formule de « banque d’Etat » pour reprendre sa liberté d’action. Son capital social fut porté à 7 500 contos de réis, son siège social transféré à Rio de Janeiro et la nouvelle banque, toujours sous le contrôle du Crédit foncier du Brésil, prit le nom de Banco Federal Brasileiro.

31Dès lors, la banque fonctionna comme une maison de crédit commercial, jusqu’à sa liquidation en 1934.

b) Les chemins de fer

32La lutte entreprise par la Compagnie des chemins de fer fédéraux de l’Est brésilien pour l’augmentation des tarifs commença à la fin de l’année 1917. En 1920, la compagnie réussit à obtenir des autorités brésiliennes la révision de son contrat, l’élévation des tarifs, l’amélioration de la formule d’exploitation et surtout l’accord pour une émission de 40 000 contos en obligations de l’Etat fédéral, sous la condition d’effectuer le dépôt de la valeur correspondante à la Caisse commerciale et industrielle. Cette émission, placée dans le marché brésilien, devait servir à financer les métrages et les travaux de construction des lignes.

  • 8 Ambassadeur français au Brésil, Lettre au ministère des Affaires étrangères, M.A.E., Paris, archive (...)

33Ce nouveau contrat semblait donner de tels avantages à la compagnie, que l’un des négociateurs français, interrogé par son ambassadeur, affirma que le ministre des Finances brésilien « ... n’est pas si dur qu’on ne le pense, il consent à accorder ce qu’on lui demande, à la condition qu’on partage avec lui... »8. En dépit du nouveau contrat et de nouvelles formes de crédit, les travaux s’effectuèrent très lentement et d’une manière précaire. L’exploitation du tronçon ouvert au trafic accusa toujours de grands déficits et son état était assez médiocre.

  • 9 Idem.

34En 1920, les lignes en exploitation s’étendaient sur 1 941 kilomètres, ainsi partagés9 :

1) Lignes du chemin de fer du São Francisco 1 184 kilomètres

a) Bahia à Juazeiro 575 kilomètres

b) Embranchement

Agua-Comprida à Buranhém 52 kilomètres

c) Embranchement

Alagoinhas à Propria 427 kilomètres

d) Embranchement

Murta à Capela 12 kilomètres

e) Embranchement

Bonfim à Jacobina 118 kilomètres

f) Embranchement

Itinga à Campo-Formoso 10 kilomètres

2) Chemin de fer central de Bahia 315 kilomètres

a) São Felix à Machado-Portela 259 kilomètres

b) Embranchement

São Felix à Feira-de-Santana 47 kilomètres

c) Embranchement

Queimadinha à Bandeira-de-Melo 9 kilomètres

3) Chemin de fer de Bahia à Minas 442 kilomètres

Ponta de Areia à Ladainhas

35Les lignes restant encore à construire augmenteraient l’étendue du réseau de 1 500 kilomètres.

36Sept ans plus tard, les nouvelles constructions n’atteignirent que 218 kilomètres. La compagnie reporta la responsabilité du ralentissement de la construction sur le gouvernement fédéral, prétextant les difficultés pour obtenir de ce dernier le remboursement périodique des dépenses engagées pour les travaux. Selon la compagnie française, ces dépenses dépassaient le dépôt de 40 000 contos de réis consentis par l’Etat brésilien. L’opinion publique bahiannaise et les politiciens locaux accusèrent la compagnie de ruiner le trésor national avec des profits exorbitants dans les travaux de construction, laissant les lignes presque à l’abandon. En mai 1927, une grève de vingt jours intervint sur le réseau du chemin de fer de São Francisco, causant de grands préjudices à la compagnie concessionnaire. Le personnel en grève revendiquait une augmentation substantielle des salaires et l’expulsion des employés français. A l’occasion de cette grève, le gouvernement de l’Etat de Bahia télégraphia au gouvernement fédéral pour lui signaler l’opportunité d’évincer à la fois l’administration et les services d’exploitation étrangers.

37La guerre contre la direction de la compagnie ne faisait que commencer. En 1931, les déboires économiques de la Caisse commerciale et industrielle entraînèrent d’énormes problèmes entre la compagnie et les représentants du gouvernement brésilien. Le 1er juin 1934, le gouvernement de Getulio Vargas prit la décision de résilier le contrat entre la compagnie française et le gouvernement brésilien.

c) Les compagnies portuaires

1) Le port de Bahia

38En décembre 1919, après dix ans des travaux effectués, la compagnie française obtenait du gouvernement brésilien la révision de son contrat et le complément de nouvelles clauses afin de poursuivre la construction du port. Le gouvernement fédéral autorisa une garantie annuelle sur un maximum de 600 contos de réis or, ce qui entraîna dans l’immédiat le ralentissement des travaux d’amélioration.

39En dépit de cela, le port de Bahia était devenu en 1920 l’un des plus importants ports du Brésil, possédant à son actif l’une des plus grandes rades du monde. Ce ne fut pas suffisant pour rééquilibrer les ressources financières de la compagnie, atteinte par la perte de la valeur réelle du cacao exporté et par les déficits annuels d’exploitation. De ce fait, la compagnie française qui, de droit, pouvait jouir de l’usufruit des terrains gagnés sur la mer, fonda une société immobilière, acheta en bloc ces mêmes terrains et les vendit au fur et à mesure des besoins du Crédit foncier du Brésil et de la compagnie du port. Ces procédés ne purent pas empêcher les responsables locaux, déjà mécontents de la compagnie des chemins de fer appartenant au même groupe, de soulever de sévères critiques à l’égard de la compagnie française.

40Le 11 novembre 1926, le Diario Oficial publia un décret autorisant l’achèvement définitif des travaux du port et en conséquence procéda à l’ouverture de nouveaux crédits pour les travaux de construction et d’aménagement. Entre-temps, les porteurs français de titres de la compagnie, représentés par un comité de défense, revendiquèrent le paiement de leurs coupons en francs « Poincaré », ceci depuis que la monnaie française s’alignait sur la base de l’or. Les jugements divers et contradictoires, tant en France qu’au Brésil, n’aboutissant pas à une décision finale, la solution fut prise au cours de l’année 1932 ; devant la défaillance du groupe Bouilloux-Lafont et la chute des recettes du port, le service de l’emprunt émis en France fut suspendu et un moratoire de quatre ans accordé à la compagnie.

2) La Compagnie brésilienne de ports

41Cette société brésilienne, constituée le 30 novembre 1923, pour une durée de dix ans, eut pour objet l’exploitation et les travaux d’amélioration du port de Rio de Janeiro ainsi que la concession du port de Niteroi et celui d’Angra-dos-Reis. En fait, cette société appartenait entièrement au groupe Bouilloux-Lafont qui détenait 23 660 actions de 200 000 réis chacune sur les 30 000 constituant le capital social et de 17 295 obligations sur les 25 000 titres de 200 000 réis chacun, émis sur le marché brésilien, produisant un intérêt de 8 %.

42Les travaux et l’exploitation de ces trois ports se sont poursuivis normalement jusqu’à 1931, lorsque le trafic diminua considérablement en raison de la crise mondiale. Le conseil d’administration de la compagnie demande, à ce moment-là des pourparlers avec le gouvernement brésilien pour arriver à une révision amiable du contrat de concession. En 1934, un décret signé par le président Vargas, résilia, purement et simplement, le contrat entre la compagnie et le gouvernement brésilien, avec perte pour celle-ci des titres déposés en caution.

3) Le port de Vitoria

43En avril 1926, le groupe Bouilloux-Lafont conclut un contrat avec le gouvernement de l’Etat d’Espirito Santo, pour les travaux du port de Vitoria. Le groupe français obtint l’adjudication, contre quatre concurrents, pour les services afférents au dragage, au prolongement et remblais des quais, au décrochement sous-marin et à la construction de l’infrastructure du port. Malgré le crédit de 7 000 contos de réis accordé par le gouvernement de cet Etat, les travaux ont dû être interrompus dès la déconfiture du groupe de la Caisse commerciale et industrielle.

II. LA DÉCONFITURE DU GROUPE AU DÉBUT DES ANNÉES 1930

44A l’aube de l’année 1930, l’ensemble des entreprises du groupe Bouilloux-Lafont formait un véritable empire économique au Brésil. Il détenait sous sa coupe une partie du crédit hypothécaire et agricole du pays et un nombre important de ports brésiliens. A Bahia, il contrôlait presque tout le réseau de chemins de fer qui débouchait sur l’un des plus importants ports brésiliens. Enfin, le groupe français possédait la compagnie Aéropostale qui liait l’Amérique du Sud au continent européen.

45Un an plus tard, l’empire s’écroula comme un château de sable. Les raisons de cette déconfiture étaient certes liées à la crise mondiale qui, en 1931, a entraîné en France la liquidation de la Caisse commerciale et industrielle et du siège parisien du Crédit foncier du Brésil. Mais la débâcle du groupe au Brésil mérite d’autres explications, centrées surtout sur la personnalité même de Marcel Bouilloux-Lafont et sur la prise de position du gouvernement Vargas, à l’égard des entreprises du groupe.

46En effet, Bouilloux-Lafont avait au Brésil la réputation, parfois peu digne, de favoriser certains de ses amis afin de faciliter la marche de ses affaires. Ces procédés étaient monnaie courante au Brésil, pendant la vieille République, mais avec l’arrivée de Vargas au pouvoir, les amis de Lafont subirent une lourde déconvenue.

  • 10 Ambassadeur français au Brésil, Lettre au ministre des Affaires étrangères, M.A.E., Paris, archives (...)

47Pendant la révolution d’octobre 1930, Lafont commit de graves erreurs, en essayant de s’immiscer dans les affaires politiques du pays. Il entama des négociations avec plusieurs partis politiques brésiliens afin d’empêcher la victoire de Getulio Vargas. Lorsque ce dernier prit le pouvoir, la survie des affaires du groupe français était déjà fortement compromise10.

48N’oublions surtout pas que Vargas, alors ministre des Finances du gouvernement Washington Luis, était déjà à l’époque un adversaire intransigeant du jugement du tribunal international de La Haye, qui obligeait le gouvernement brésilien à effectuer le service en or, de ses trois emprunts placés en France, dont celui de 60 000 000 de francs 1911, émis par la Caisse commerciale et industrielle, afin de financer les travaux de construction des chemins de fer de Bahia. Devant ces faits, nous pouvons affirmer que les relations entre Vargas et Lafont ne se sont certainement pas soldées par une forte et longue amitié.

  • 11 Idem.

49M. Bouilloux-Lafont était, de son côté, un homme d’affaires très autoritaire et désorganisé, exigeant de son haut personnel une obéissance passive. Le directeur de l’Aéropostale ignorait tout de l’ensemble de l’organisation de la ligne. Il ne connaissait ni les chiffres, ni les dépenses de sa compagnie. Il n’était même pas au courant d’une éventuelle liquidation de cette entreprise. Le directeur du Crédit foncier du Brésil, à Rio de Janeiro, ne connaissait pas le nombre d’obligations émises par la banque, ni le passif général de la société, ni les opérations effectuées par le siège social et les engagements pris par celui-ci. Dans les affaires du port de Bahia, son directeur recevait directement de Paris les ordres concernant sa société et il signait des traites sans percevoir exactement les responsabilités qui l’engageaient directement dans ces opérations11.

50M. Bouilloux-Lafont était le maître de ses affaires et fut probablement le responsable direct de sa propre faillite.

  • 12 Ambassadeur français au Brésil, Lettre au ministre des Affaires étrangères, M.A.E., Paris, archives (...)

51De l’avis de l’ambassadeur français au Brésil, « ... M. Lafont était un homme vaniteux, mégalomane, distant et sans ménagement à l’égard de son haut personnel... » et il ajoutait par la suite « ... désordonné pour la conduite de ses affaires, il consacrait des journées et des nuits à étudier les affaires nouvelles mais il négligeait en même temps celles qui existaient au point de laisser pendant des mois sans instruction les agents qui les dirigeaient et sans répondre aux lettres de ses directeurs, posant les questions les plus graves...12 ».

52M. Bouilloux-Lafont avait rassemblé un nombre important d’affaires, quelques-unes très bonnes, d’autres très mauvaises. Il ne manquait pas, en créant une société, de former trois ou quatre compagnies filiales dont l’existence était étroitement liée au fonctionnement de la principale et qui, le plus souvent, avaient pour objet de fournir du matériel ou d’exécuter des constructions pour la société principale. Au début du gouvernement révolutionnaire, les accusations sans nombre, sur les bénéfices ainsi obtenus, amenèrent le gouvernement Vargas à mieux surveiller les affaires du groupe. Néanmoins, après la défaillance du groupe en France, les déficits constants de la plupart de ses compagnies ont entraîné peu à peu la faillite l’ensemble des principales entreprises et sociétés établies au Brésil.

53Quoi qu’il en soit, la raison principale de la déconfiture du groupe au Brésil, fut due aux incessants appels démesurés de fonds, qui pendant trois ans, furent effectués par la compagnie Aéropostale, auprès du Crédit foncier du Brésil, entraînant cette banque à la faillite. En fait, l’Aéropostale était une très mauvaise affaire. Son administration, partagée entre Paris, Rio de Janeiro et Buenos Aires, était très désorganisée. Pendant la crise mondiale, le trafic se ralentit considérablement et les dépenses pour les fournitures de matériel, pour l’achat des champs d’aviation et pour les études dans plusieurs pays, ont dépassé de loin les recettes de la compagnie qui se trouva rapidement en faillite.

54Devant tous ces événements, le gouvernement brésilien décréta le 1er juin 1934 l’arrêt des activités de toutes les sociétés appartenant au Crédit foncier du Brésil qui avait cessé depuis très longtemps de faire des prêts hypothécaires pour financer les autres affaires du groupe. Le 14 juin de la même année, deux administrateurs de cette banque furent inculpés d’infraction à la loi des sociétés pour publication de faux bilans et distributions, en 1929 et 1930, de dividendes fictifs. Le 12 mars 1935, le gouvernement fédéral brésilien s’appropria définitivement la Compagnie des chemins de fer fédéraux de l’Est brésilien, sans verser les indemnités requises.

  • 13 Ambassadeur français au Brésil, Annexe de la lettre au ministre des Affaires étrangères, M.A.E., Pa (...)

55Désormais, le groupe Bouilloux-Lafont disparaissait du pays et avec lui la présence économique française au Brésil13.

CONCLUSION

56En dépit de l’influence des affaires du groupe de la Caisse commerciale et industrielle de Paris au Brésil, le groupe Lafont a maintenu dans les années 1930 une structure archaïque, dépassée par les transformations économiques en cours au Brésil. Malheureusement pour la France, la fermeture des affaires du groupe, a provoqué une nette diminution de la participation financière et économique de celle-ci au Brésil. Nous pouvons peut-être affirmer que la méfiance commune, due aux contentieux survenus pendant les années 1930, a contribué au refroidissement des relations économiques entre ces deux pays. En effet, il faudra attendre un contexte bien différent de celui des années d’avant-guerre, pour parler à nouveau de présence économique française au Brésil.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

SOURCES

Ministère des Affaires étrangères, Paris, archives, série nouvelle, volumes 32 et 33 (chemins de fer) ; 61 et 62 (navigation et ports).

Ministère des Affaires étrangères, Paris, archives, série B Amérique, volumes 54, 55, 146 et 147 (banques) ; 75, 76 et de 167 à 172 (chemins de fer) ; 83, 84 et 173 (navigation et ports) ; 148 à 159 (dette extérieure brésilienne).

Ministère des Finances, Paris, archives, série Brésil, cartons B 31.339 et B 31.340 (chemins de fer).

Archives nationales, Paris, série 65 AQ, volumes A44, A300, A307 (banques et chemins de fer).

OUVRAGES ET ARTICLES

Rocha Geraldo, Pais espoliado, Rio de Janeiro, Alba, 1940.

Luz Nicia Vilela, A luta pela industrialização do Brasil, São Paulo, Alfa-Omega, 1978.

Villela Anibal Villanova et Suzigan Wilson, Politica do governo e crescimento da economia brasileira, 1889-1945, Rio de Janeiro, ipea, 1973.

Bouvier Jean, Girault René, Thobie Jacques, La France impériale, l’impérialisme à la française, Paris, Megrelis, 1982.

Conty François, L’Indépendance financière des Etats fédérés du Brésil, Paris, 1926, thèse de doctorat, université de Paris, faculté de droit, Marcel Girard, 1926.

Rippy Fred, « French investments in Latin America », Inter-American Economic Affairs, New York, automne, 1948, p. 52-71.

Cruz de Ravagni Leda Almada, « Les investissements français au Brésil 1889-1930 », Cahiers des Amériques latines, Institut des hautes études de l’Amérique latine, Paris, n° 16, 1977, p. 107-126.

Mauro Frédéric, « Les investissements français au Brésil xixe-xxe siècles », Colloque de l’ahila, Stockholm, 1981.

Annexes

ANNEXE

Les entreprises du groupe Bouilloux-Lafont au Brésil :

Le Crédit foncier du Brésil et de l’Amérique du Sud

Banco Federal Brasilieiro

Companhia Brasileira de Portos

Companhia de Expansão Industrial e Imobiliaria

Companhia Cessionaria de Docas do Porto da Bahia

Companhia Imobiliaria da Bahia

Banco de Crédito Hipotecario e Agricola do Estado da Bahia

Société de construction du port de Bahia

Companhia Brasileira de Imoveis e Construções

Compagnie des chemins de fer fédéraux de l’Est brésilien

Credito Financeiro Sul-Americano

Companhia Brasileira Agro-Pecuaria

Banco Hipotecario do Brasil

Companhia Sogeral

Groupe aviation :

Compagnie générale Aéropostale

Companhia Aéropostal Brasileira

Aeroposta Uruguaia

Aeroposta Argentina

Société générale d’aviation

Companhia Auxiliar Radio Emissora do Brasil

Companhia Aérienne France-Algérie

Groupe parisien :

Caisse commerciale et industrielle de Paris

Compagnie Sud-Lumière

Crédit foncier d’Afrique

Foncière des Champs-Elysées

Foncière de la Côte de l’Afrique

Compagnie électronique pour la France et l’étranger

Société financière générale

Société parisienne des hôtels du centre

L’Immobilière de l’Ile-de-France

Société française de combustion économique

Société foncière du quartier de l’Opéra

Compagnie française de salubrité

Société auxiliaire d’entreprise et de Travaux publics

Société immobilière de Seine-et-Oise

Compagnie des chemins de fer du Sud-Ouest

Société universelle de combustion économique

Société immobilière Artois-Washington et Washington-Friedland

Crédit foncier du Brésil : administrateur unique de chacune des sociétés

The Conquista Xicao Gold Mines Limited

Société chérifienne d’hivernage

Compagnie des chemins de fer du midi de l’Italie

Societa Siciliana di Lavori Publici

Société belgo-française de produits réfractaires

Crédit foncier de Monaco.

Notes

1 Rippy Fred, « French Investments in Latin America », Inter-American Economic Affairs, New York, automne 1948, p. 52-71.

2 Selon les chiffres mentionnés par le ministère français des Affaires étrangères, cette somme s’éleva à 4 050 000 000 (quatre milliards et cinquante millions de francs). Voir également Conty François, L’Indépendance des Etats fédérés du Brésil, Paris, 1926, thèse de doctorat, université de Paris, faculté de droit, Marcel Girard, Paris, 1926, p. 74.

3 Malheureusement, les études plus détaillées sur cette compagnie font défaut.

4 Ambassadeur français au Brésil, Lettre au ministre des Affaires étrangères, M.A.E., Paris, archives, B Amérique, Banques et établissements financiers, vol. 146, 27.03.1931.

5 Bahia, Lettre pour l’ambassadeur français au Brésil, M.A.E., Paris, archives S.N., chemins de fer, vol. 32, 07.06.1913.

6 D’une somme de plus de 700 000 000 de francs de son capital actions et obligations, la banque consacra moins de 100 000 000 de francs aux opérations foncières. « ... Le fait, pour un crédit foncier à employer tout au plus une septième partie de son capital à des entreprises qui devraient former l’objet même de son activité sociale me paraît peu compatible avec le nom même de l’établissement qui était de nature à induire en erreur les porteurs des titres sur l’emploi fait de leurs fonds... » Ambassadeur français au Brésil, Lettre au ministre des Affaires étrangères, Paris, archives, B Amérique, Banques et établissements financiers, vol. 146, 27.03.1931.

7 Ambassadeur français au Brésil, Lettre au ministre des Affaires étrangères, M.A.E., Paris, archives, banques (dossier général), vol. 54, 26.12.1923.

8 Ambassadeur français au Brésil, Lettre au ministère des Affaires étrangères, M.A.E., Paris, archives, B Amérique, chemins de fer, vol. 76, 26.03.1923.

9 Idem.

10 Ambassadeur français au Brésil, Lettre au ministre des Affaires étrangères, M.A.E., Paris, archives, B Amérique, Banques et établissements financiers, vol. 146, 27.03.1931.

11 Idem.

12 Ambassadeur français au Brésil, Lettre au ministre des Affaires étrangères, M.A.E., Paris, archives, B Amérique, banques, vol. 146, 18.03.1931.

13 Ambassadeur français au Brésil, Annexe de la lettre au ministre des Affaires étrangères, M.A.E., Paris, archives, B Amérique, banques, vol. 146, 27.03.1931.

Auteur

Brésil

© Éditions de l’IHEAL, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540