Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'instabilité politique de l'Amérique latine

 | 
Jean-Pierre Lavaud

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Merle Kling, “Toward a theory of power political instability in Latin America”, Western Political (...)

1Pour assembler les principales propositions explicatives énoncées jusqu’ici en un modèle d’intelligibilité valable pour les 30 années post-révolutionnaires, il me paraît judicieux de partir des hypothèses de Merle Kling1. Il observe en 1956 que l’instabilité politique latino-américaine est chronique, accompagnée de violences limitées et qu’elle n’affecte pas fondamentalement les systèmes économiques, sociaux et politiques des pays concernés. Malgré l’agitation incessante, les sources traditionnelles du pouvoir économique restent relativement stables et sont aux mains d’oligarchies locales pour beaucoup tournées vers l’étranger : c’est aussi bien le cas des terres que des ressources du sous-sol ou encore de l’industrie balbutiante. Autrement dit, l’environnement économique des pays latino-américains est à la fois stable et basically colonial.

2Dans ces conditions, le gouvernement lui-même est l’unique base “du pouvoir économique dont la possession est sujette à des variations, contrairement aux bases conventionnelles de ce même pouvoir” et, de ce fait, la carrière politique offre un chemin particulièrement attractif permettant d’acquérir à la fois richesse, pouvoir et honneurs. D’où la forte compétition pour accéder aux responsabilités gouvernementales. En somme l’instabilité dérive de la contradiction entre les réalités d’une économie “coloniale” et les exigences politiques de la souveraineté légale.

3La force de cette proposition tient au fait qu’elle articule les facteurs exogènes et endogènes de l’instabilité et resitue donc les pays dans leur contexte international. Elle tient aussi à ce qu’elle intègre des données d’ordre économique, politique et social, embrassant ainsi tous les champs de détermination. Enfin, elle cible correctement les principaux responsables de l’instabilité : les propriétaires des moyens de production fixes et la classe politique mobile.

4Une objection vient cependant immédiatement à l’esprit. Si, avant la révolution de 1952, on se trouve dans la situation classique décrite par Kling, il n’en va plus de même après, quand les “barons” sont chassés et les hacendados expropriés : l’oligarchie ne bloque plus les ambitieux et ne fait plus obstacle à la compétition économique au sein du secteur privé. Ne faut-il pas, dès lors, changer de système explicatif ?

5On serait tenté de le croire. Mais en fait, après la révolution, se lancer dans des investissements économiques représente un défi. Les grandes branches de l’économie sont nationalisées, les sources de financement sont principalement publiques et, de plus, les secteurs populaires sont mobilisés. Relever ce défi implique que l’on ait obtenu auparavant des autorisations et des garanties politiques, c’est-à-dire que l’on soit lié à la classe politique. Autrement dit, la voie de la fortune privée demeure étroite tandis que les allées du pouvoir politique s’élargissent encore : on est obligé de les emprunter pour s’enrichir ou, tout simplement, pour survivre. Et la classe politique qui a besoin de s’affirmer face aux contre-révolutionnaires, en rémunérant généreusement des clientèles variées, accroît encore le parasitisme public. Les postes politico-administratifs constituent des proies tout aussi convoitées après la révolution qu’avant.

  • 2 Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, Paris, Garnier-Flammarion, tome II, 3ème part (...)

6Au vu d’une telle situation, on peut se demander si le premier terme de la formule de Kling, l’existence d’une classe possédante fixe, exportatrice et liée à l’étranger, ne fait pas que typer un contexte socio-économique parmi d’autres qui rend possible la course aux places politiques. Selon Tocqueville, ne suffit-il pas, en effet, que “les lumières restent incomplètes ou les esprits timides, ou que le commerce et l’industrie gênés dans leur essor, n’offrent que des moyens difficiles et lents de faire fortune”2, dans un pays à la fois démocratique et centralisé, pour que se déclenche la frénésie des postes publics ?

7Dans le cas bolivien, il importe de rappeler que le pays reste entièrement dépendant des exportations de minerais pour se procurer les devises nécessaires à l’importation des produits manufacturés et des denrées alimentaires dont il a besoin ; que pour faire front à cette situation, le gouvernement, soucieux de se concilier les grâces des États-Unis, son principal acheteur de minerai, s’engage à garantir la propriété privée ; et qu’il demeure dans le pays une fraction de l’ancienne oligarchie constituée de commerçants d’import-export et de propriétaires miniers “moyens”. Rapidement, grâce aux facilités accordées à l’investissement et aux échanges privés (code des pétroles, stabilisation monétaire de 1956), ce noyau de propriétaires des moyens de production s’élargit aux autres secteurs de l’activité économique et tend à reformer un groupe d’oligopoles, pour beaucoup liés à l’étranger.

8Et on se retrouve dans une situation bloquée où il y a deux types de positions particulièrement profitables. Celles où l’on est lié avec quelque groupe étranger dont on est le sous-traitant ou le représentant sur place. C’est le cas des responsables de maisons d’import-export, de certaines banques, de plusieurs mines moyennes, etc. Ces postes restent effectivement fixes, échappent en partie, mais en partie seulement, aux turbulences politiques locales (cf. la nationalisation de la Gulf, la rupture du contrat d’exploitation de la mine Matilde, etc.). Et, étant donné leur nature oligopolistique, ils sont difficiles d’accès. En second lieu, il y a les positions politiques qui permettent toutes les affaires plus ou moins véreuses, qui se mènent dans l’ombre de l’appareil d’État, dont il a été amplement traité précédemment. Ces affaires se font d’ailleurs souvent avec les représentants des groupes étrangers, mais ce n’est pas obligatoire. La politique est donc doublement attrayante :

  • parce qu’il y a de faibles possibilités d’enrichissement dans le secteur privé hors des oligopoles étrangers ou liés à eux, et qu’elles sont risquées,
  • parce qu’il y a toujours - du moins le pense-t-on - la possibilité de “bons coups” dans un secteur public envahissant.

9On voit donc qu’il est fondamental de maintenir la contradiction entre les deux catégories dirigeantes prises en compte par Kling : celle des propriétaires privés des moyens de production et celle des politiciens. Cependant, le groupe des propriétaires des moyens de production n’est pas aussi stable et fixe que le laisse entendre sa formulation. Dans le cas bolivien, il subit des revers, est même menacé de disparition et change de composition : plutôt minier avant la révolution, il devient commercial - financier après. Ce qui demeure, c’est la donnée contextuelle d’une économie exportatrice de matières premières, principalement des minerais ; une économie que les gouvernements boliviens successifs n’arrivent pas à modifier fondamentalement et qui les place dans une situation de faiblesse vis-à-vis de leur acheteur et fournisseur principal : les Etats-Unis.

10Ce premier correctif en amène aussitôt un autre. A lire Kling, on peut avoir le sentiment que les principaux acteurs de l’agitation politique sont les politiciens, et secondairement les officiers quand il n’y a plus d’autre choix que de faire usage de la force pour accéder au gouvernement. Tout se passe comme s’il y avait, d’un côté quelques possédants assurés et tranquilles, quasiment invulnérables, et de l’autre des légions de politiciens agités. Nous avons déjà vu que les possédants pouvaient être dépossédés. Il faut encore souligner qu’ils sont partie prenante à la compétition politique directement ou indirectement, par politiciens et officiers interposés. Ils le sont pour préserver ou faire fructifier leurs acquis - souvent aux dépens des autres possédants ou des non-possédants. Et la classe politique est d’autant plus profondément divisée qu’elle se partage en un camp conservateur promoteur des intérêts de ces possédants et un camp réformiste le plus souvent soucieux d’élargir les prérogatives de l’État au nom du nécessaire développement du pays. En d’autres termes, c’est moins la séparation analytique propriétaires des moyens de production/classe politique qui importe, que la rupture qui s’opère au sein même de la classe politique (en y incluant la haute administration) entre les politiciens liés au groupe des possédants et quelquefois appointés par eux, et ceux qui ne le sont pas.

11Comme cela a été montré précédemment, l’image que l’on doit garder présente à l’esprit est donc celle de réseaux d’enrichissement possédants-hommes politiques qui jouent constamment à la charnière du secteur public et du secteur privé. Autour d’eux, il y a une kyrielle de politiciens moins fortunés, aspirant à être admis dans l’un d’entre eux ou à en constituer d’autres avec quelques amis, qui attendent fébrilement qu’une occasion se présente.

12En somme, ce que Kling n’avait pas imaginé, c’est que dans un contexte de vulnérabilité économique, même si à l’occasion d’une crise politique profonde, “les bases conventionnelles du pouvoir” sont altérées, sous la double pression interne de réseaux d’enrichissement public-privé, et de leurs correspondants externes appartenant eux aussi au secteur public ou au secteur privé, il peut se reconstituer une oligarchie qui tend à figer à nouveau ces bases économiques et engendrer une situation politique telle que, selon un aphorisme français que reprend l’auteur, “plus ça change et plus c’est la même chose”.

13Au point où nous en sommes, l’instabilité s’explique principalement par le fait que l’Etat bolivien constitue une proie convoitée aussi bien par ces réseaux d’enrichissement public-privé que par des bataillons de politiciens, parce qu’il est soit le moyen de faire fortune (ou de subsister), soit le moyen de préserver sa fortune et qu’au fond, à tort ou à raison, chacun de ces aspirants à la fortune et au pouvoir pense qu’il n’y en a pas d’autre, ou que c’est la voie la plus aisée et la plus sûre. En ce sens, l’instabilité serait un effet d’agrégation, l’effet pervers d’une compétition acharnée.

  • 3 Jorge Sabato et Jorge Schvarzer, “Fonctionnement économique et pouvoir politique en Argentine : la (...)

14Il y a un autre point de départ possible adopté par deux économistes, Schvarzer et Sabato3, pour expliquer l’instabilité politique argentine. Ces deux auteurs partent de la constatation que la stagnation voire le chaos économique et l’instabilité politique qui vont de pair en Argentine depuis les années 1930, non seulement n’ont pas appauvri les secteurs privilégiés de l’économie qui, malgré tout, exercent leur influence sur les gouvernants (au moins depuis 1955), mais au contraire les ont enrichis. Dès lors, ils se demandent si ces bénéficiaires du désordre économique et politique n’en sont pas les responsables directs.

15Leur démarche consiste à typer le modèle de développement économique argentin pour en tirer ensuite des conséquences politiques. “Une bonne partie du processus économique argentin a pour point de départ des conditions qui favorisent la captation des ressources plutôt dans les circuits de circulation que dans ceux de la production de richesse” et “la prépondérance historique des circuits commerciaux et financiers - à travers le commerce extérieur, le contrôle des mécanismes de la distribution interne ... et la manipulation de l’argent - a imposé une logique différente de celle que l’on peut observer quand l’hégémonie de la production se combine avec la concurrence entre les entreprises, insufflant ainsi à l’économie une nouvelle dynamique”. En conséquence, a) la croissance est faible sinon nulle par manque d’investissement productif. D’où à la fois une détérioration de la base de légitimité politique des gouvernements bourgeois, et une dégradation du climat social qui se manifeste principalement par une lutte de plus en plus acharnée pour la distribution de revenus. Les conflits ne pouvant être momentanément résolus que par la violence, b) La contradiction entre l’existence d’un groupe d’oligopoles relativement solide et homogène aspirant à gouverner et une société démocratique imposant le suffrage universel entraîne rapidement des alternances de périodes où fonctionne un système démocratique large avec celles où ces élections sont limitées, à moins que ne s’impose un gouvernement de force, c) Le contrôle du pouvoir étatique devient un enjeu fondamental dans la mesure où il fixe les conditions de fonctionnement de l’économie (taux de change, prix, impôts, droits de douane, etc.) et donc permet ou interdit certains bénéfices ; dans la mesure aussi où il signifie le contrôle de l’appareil répressif. L’armée prend une place de plus en plus considérable parce que les dirigeants de l’économie ont besoin d’elle pour renverser les gouvernements élus adverses, et faire taire les clameurs populaires. Mais cette armée devient progressivement un nouveau personnage politique indépendant dont les options de politique économique entrent en contradiction avec celles de l’oligarchie (elle participe directement à la production de certains biens). D’où un cercle vicieux : les possédants font appel à l’armée qui les évince à son tour soit en s’alliant aux secteurs populaires, soit en appelant à des élections et ainsi de suite, d) Enfin, les dirigeants de l’économie se livrent à un intense travail de démolition des organisations sociales en exacerbant les conflits et en usant de la répression. Ils démantèlent aussi le pouvoir d’État “de telle sorte qu’il soit de plus en plus difficile de le manipuler à son propre détriment”, notamment en créant un système financier qui transfère la capacité de gérer la monnaie au secteur privé et aux créanciers étrangers.

16Mais une divergence de fond provient de ce que les deux auteurs argentins mettent l’accent sur la volonté consciente de déstabilisation des oligopoles commerciaux et financiers. Or, s’il paraît fondé de prétendre que les noyaux de privilégiés ont cherché à abattre les gouvernements qui tentaient d’encadrer ou de réguler leurs activités, cela ne recouvre pas tous les cas de figure de changements gouvernementaux. De plus on ne voit pas pourquoi, s’ils parvenaient à s’installer au gouvernement, ils le quitteraient aussitôt au prétexte que cela engendrerait encore plus d’instabilité qui servirait encore mieux leurs intérêts. C’est évidemment absurde, et on ne peut donc soutenir que l’oligarchie cause l’instabilité politique. D’ailleurs Sabato et Schvarzer sont obligés de mettre en scène d’autres acteurs de la compétition politique, les couches populaires qui doivent être “désorganisées” et réprimées, et l’armée qui se constitue en acteur politique propre. Autrement dit, la responsabilité de l’oligarchie dans l’instabilité politique ne se comprend que replacée dans le cadre général de la compétition qui l’oppose aux autres secteurs sociaux organisés et à la classe politique. Ce qui revient à dire que même si l’on accorde une importance particulière à l’oligarchie, l’instabilité résulte malgré tout d’une compétition acharnée pour l’occupation de l’appareil d’État, et donc d’effets d’agrégation.

17Résumons maintenant les principaux acquis de l’analyse des textes de Kling, Sabato et Schvarzer, qui constituent le noyau de l’explication de l’instabilité.

  1. Dans un pays à Constitution démocratique, lorsque la catégorie des possédants des moyens de production constitue un ensemble relativement figé, tourné vers l’étranger ou dépendant de lui, la politique constitue la voie privilégiée de l’ascension sociale sinon la seule ; d’où une vive compétition pour les “emplois” politiques.
  2. La nationalisation des sources essentielles de la richesse nationale et la réforme agraire, tout en altérant les bases du pouvoir économique, peut stimuler encore “l’industrie des postes publics” en multipliant les places si elle ne crée pas une émulation du secteur privé et notamment un courant d’industrialisation ; par ailleurs, dans un contexte général d’économie exportatrice dépendante, de nouveaux oligopoles peuvent surgir sur la base des anciens avec la complicité d’une fraction de la classe politique et engendrer ainsi une néo-oligarchie. En somme, les vicissitudes subies par les catégories possédantes n’entraînent pas forcément un moindre attrait pour les postes publics et n’ouvrent pas plus obligatoirement les voies de la richesse privée.
  3. Un type de catégorie possédante est particulièrement intéressé au contrôle de l’appareil d’Etat : la catégorie des commerçants d’import-export et des financiers en général qui, réalisant ses bénéfices par des échanges avec l’étranger, veut à tout prix empêcher tout type de réglementation contraignant. La compétition s’en trouve encore accrue.

18A ce noyau explicatif initial peuvent maintenant être articulés aussi bien les facteurs exogènes de l’instabilité qui résultent principalement de l’influence des Etats-Unis (sur laquelle je ne reviendrai pas ici), et les facteurs endogènes qui permettent de typer le cas bolivien.

  • 4 Samuel P. Huntington, El orden político en las sociedades en cambio, Buenos Aires, Paidos, 1968, p (...)

19Dans le pays, la politisation qui résulte de l’industrie des places publiques ne se limite pas aux catégories dominantes, elle regarde l’ensemble de la société. C’est pourquoi à l’instar de Samuel Huntington on peut qualifier la Bolivie de société prétorienne de masse, pour signifier que non seulement l’armée est politisée, mais aussi les universités, les syndicats, le clergé ... Dans un tel contexte, chacun de ces secteurs utilise les moyens de pression qui sont à sa portée pour obtenir gain de cause : “les riches subornent, les étudiants se mutinent, les ouvriers font grève, les foules manifestent et les militaires font des coups d’État…”4. Les revendications présentées au gouvernement sont appuyées par des mécanismes de violence civile et des interventions militaires au point que l’emploi de la violence est la norme. Il est donc logique que chaque groupe d’intérêt organisé cherche à se doter d’une force armée. C’est bien le cas dans la Bolivie des années 50 où coexistent des milices ouvrières, paysannes et partisanes, une armée et diverses forces de police. Et la tendance à une mobilisation milicienne a subsisté après que les militaires eurent désarmé les milices les plus voyantes et actives, car ils ne sont jamais arrivés à légitimer leur occupation du pouvoir aux yeux de la population, n’ont pas plus réussi à jouer les arbitres entre les secteurs sociaux, et enfin ont le plus souvent abusé de la répression.

20Un tel type de mobilisation rend le parti extrêmement vulnérable puisque chaque groupe professionnel n’y adhère que pour défendre ses intérêts sectoriels et le lâche, ou s’y oppose, s’il n’est pas satisfait. Le secteur l’emporte sur le parti et le leader sectoriel est plus respecté que le chef de parti. Si, en outre, le libre jeu des partis est empêché par des suites de coups d’Etat, aucun parti n’arrive plus à s’implanter largement et durablement, tandis que l’organisation sectorielle demeure même si elle pâtit de la répression ; quelquefois elle y gagne encore en crédit.

21Enfin, dernière précision, qui permet de caractériser la situation bolivienne : mobilisation sectorielle et milicienne s’opèrent dans une société où l’ensemble des relations sociales et politiques sont très marquées par des pratiques clientélistes. Les partis prennent donc la forme de pyramides : un grand patron au sommet, des chefs intermédiaires clients de ce patron et disposant eux-mêmes d’une cohorte de clients. Etant donné que la relation de clientèle est personnalisée, elle joue surtout pour coaliser les adhérents des couches moyennes urbaines. Mais elle permet aussi d’articuler les secteurs au leader politique par le truchement du dirigeant sectoriel. En effet, dans le meilleur des cas, il faut et il suffit qu’un accord soit passé entre ces deux hommes pour que tout le secteur bascule dans l’orbite du parti. C’est la politique du MNR à l’égard des syndicats ; une politique à l’économie puisqu’il suffit de gagner le dirigeant pour avoir les troupes ; mais une politique en partie imposée par la mobilisation sectorielle. Le parti gouvernant rétribue ses clients syndicalistes en leur offrant des postes au gouvernement, ou des fonds et des moyens matériels divers qui sont partiellement redistribués au sein du secteur, en cascade, du sommet à la base. Les ressources n’étant pas extensibles à l’infini et les clients potentiels ayant tendance à se multiplier, un procédé de ce type trouve rapidement ses limites. Et le MNR subit le choc en retour de ses largesses sous la forme de la désaffection des secteurs ouvriers. S’il n’en va pas de même avec les paysans, c’est en partie pour une double raison : la promotion des dirigeants syndicaux paysans à des postes d’administration territoriale (juges, notaires, corregidores, etc.), et la très lente distribution des titres de propriété ; en somme à cause de la possibilité de les rétribuer longtemps par des faveurs non monétaires ou non coûteuses pour le trésor public.

22Tant que l’ensemble du MNR s’aligne derrière Paz Estenssoro, que les secteurs sont rattachés au parti et que, dans le même temps, il existe un seul camp d’opposants politiques encadré par les phalangistes, le clientélisme, ou plus exactement le patronage politique, favorise la stabilité gouvernementale.

23Mais cet équilibre fragile n’a qu’un temps relativement bref. Il est rompu par la guerre des chefs du MNR qui se déclenche à la fin du premier mandat de Paz Estenssoro. Pour assurer sa domination sur le parti et les secteurs qui lui sont liés, le nouveau président, Siles Zuazo, favorise la création de factions fidèles au sein du MNR. Si les factions gouvernementales arrivent à se gagner certains secteurs et les milices qui leur sont liées, d’autres secteurs leur échappent qui se tournent contre lui. Dans ces conditions, le clientélisme ne suffit plus à assurer la stabilité. Et il tend à s’instaurer un cercle vicieux de pressions réciproques entre le gouvernement et tous les groupes d’intérêts organisés (secteurs, partis, factions partisanes, comités civiques, entités publiques...) qui nourrit l’insécurité civile et concourt à l’instabilité générale aussi bien sociale que politique. D’un côté le gouvernement exige des preuves de loyauté des groupes d’intérêts, sinon il les sanctionne ou les réprime, et de l’autre, les groupes d’intérêts organisés soit pour se défendre, soit avec l’espoir d’obtenir des gains rapides, exercent des pressions répétées plus ou moins violentes sur les instances gouvernementales (pétitions, manifestations, grèves, démonstrations armées, assassinats).

24Dans un tel climat d’insécurité, si le gouvernement perd le soutien des secteurs populaires majoritaires et de leurs milices, ou même s’il n’arrive pas à suffisamment les mobiliser à son profit, hormis quelques clientèles politiques peu nombreuses, il ne lui reste plus que le soutien des forces armées. Ce qui donne à celles-ci une importance considérable dans le jeu politique, d’autant plus considérable que dans un contexte de mobilisation milicienne, où les affrontements prennent la forme de combats violents, ce sont elles les mieux organisées qui imposent en dernier ressort leur puissance de feu. Il n’est donc pas étonnant que l’armée bolivienne restructurée et renforcée grâce à l’aide nord-américaine, progressivement devenue le secteur le mieux organisé du pays, prenne à un moment donné le pouvoir pour elle-même.

25A ce premier grand axe conflictuel s’en ajoute un second plus classique dans l’ensemble latino-américain : celui des conflits civiques régionaux qui prend ici la forme d’une opposition Santa Cruz - La Paz. Une fraction dirigeante locale, en voie d’enrichissement rapide, arrive à coaliser la population contre le centre, accusé de freiner le développement régional. La mobilisation civique est très différente de la mobilisation sectorielle puisqu’elle traverse les couches sociales et relie les patrons crucéniens aux secteurs populaires. Elle peut donc être considérée comme marchant à l’inverse de celle des mineurs, puisqu’au fond, c’est la seule qui aligne des fractions populaires derrière des patrons, qui sont par ailleurs à la pointe du combat pour le libéralisme et la déréglementation. En 1970, effectivement, le patronat crucénien entraînant à la fois le patronat national et la fraction libérale-répressive de l’armée, chasse la fraction nationale-permissive de celle-ci alliée aux mineurs. Mais que les militaires, fussent-ils de droite, se mêlent de mettre au pas la région et celle-ci se tournera contre eux comme en 1981 et 1982, se retrouvant sinon alliée des mineurs, du moins agissant de conserve avec eux.

26Ce qui fait la spécificité bolivienne, c’est donc finalement que la compétition acharnée pour l’occupation de l’appareil d’État ne se limite pas aux dominants. Elle comprend aussi les mineurs qui ont une capacité exceptionnelle de mobilisation et entraînent derrière eux d’autres secteurs populaires. Elle inclut encore les habitants de Santa Cruz organisés pour défendre leur région mais dont les possibilités d’appel dépassent le strict cadre régional. Et ces deux types d’agents sont d’autant plus menaçants pour les gouvernements en place qu’ils mobilisent selon des schémas miliciens.

27Essayons maintenant de tester les hypothèses précédentes pour rendre compte de la situation politique postérieure à l’année 1982. Il est fondamental, en effet, d’essayer de comprendre pourquoi, depuis cette époque, l’instabilité chronique a laissé place à une étonnante continuité constitutionnelle ; pourquoi, pour la première fois depuis 1952 - et même depuis la fondation de la République -, le passage ordonné et paisible d’un gouvernement à un autre de tendance idéologique distincte s’est effectué par deux fois, en 1985 et en 1989.

28De 1982 à 1985, Siles Zuazo a présidé le pays à la tête d’une coalition de gauche qui avait gagné les élections de 1980, mais n’avait pas pu gouverner à cause du coup d’Etat de Garcia Meza. En 1985 c’est Paz Estenssoro qui est élu à la présidence, amenant au gouvernement des hommes de centre droit. En 1989, Paz Zamora, à la tête d’un MIR de plus en plus modéré, accède à son tour à la présidence.

29Caractérisons d’abord d’un mot le gouvernement le plus marquant de cette période d’ouverture démocratique : celui de Paz Estenssoro. C’est tout simplement le gouvernement de la néo-oligarchie, d’une néo-oligarchie qui a triomphé. La majorité des hommes politiques qui comptent ne sont pas des hommes politiques traditionnels mais bien des représentants directs d’intérêts privés, propriétaires ou actionnaires d’affaires importantes, ou responsables d’associations patronales. Comment leur victoire a-t-elle été rendue possible ?

30Premier temps : 1982. Les militaires se discréditent entièrement à cause de Garcia Meza. Ils tirent leurs dernières cartouches. L’opinion publique devient farouchement anti-militariste. Les patrons aussi, notamment ceux de Santa Cruz. Au sein de l’institution militaire, le camp des constitutionnalistes s’impose, et le pouvoir est abandonné aux civils.

31Deuxième temps : de 1982 à 1985. La gauche politique se discrédite à son tour. La coalition menée par Siles Zuazo perd rapidement son aile dynamique : le MIR quitte le cabinet ministériel. De plus le gouvernement, en minorité au parlement, est empêché de gouverner et il ne parvient pas à faire face à la profonde détérioration économique du pays due à la conjonction d’une grave crise nationale et de la crise internationale, dont la manifestation la plus spectaculaire est l’hyperinflation. Il doit affronter des syndicats à nouveau très remuants et portés à lui imposer leurs solutions politiques. La faiblesse du gouvernement est telle qu’en septembre 1983, la Fédération des mineurs s’empare de la COMIBOL pour la “cogérer majoritairement”, tandis que d’autres syndicats essayent aussi de cogérer des agences publiques. Puis les syndicats se décomposent à leur tour. D’une part le jeu démocratique ouvert sert de révélateur aux oppositions politiques entre dirigeants syndicaux et contribue à les aiguiser. D’autre part, la cogestion de la COMIBOL ne manque pas de créer des conflits entre les syndicalistes gestionnaires et les autres, d’autant qu’elle se met en place dans une conjoncture adverse, alors que l’entreprise est lourdement endettée et produit à perte. Enfin, Lechin le maestro vieillissant, multiplie les gaffes et perd à la fois son prestige et son autorité à un moment où les syndicats auraient eu particulièrement besoin d’un dirigeant vigoureux et rigoureux.

32En somme, les deux antagonistes de premier plan, l’armée et les syndicats de mineurs, ayant perdu leur superbe, et la gauche politique étant plus que jamais affaiblie, les allées du pouvoir sont ouvertes aux partis politiques de droite.

33Et donc, troisième temps, la droite remporte les élections de 1985. L’ADN de Banzer obtient 29 % des suffrages, le MNR de Paz 26 %, tandis que le premier parti de la gauche éclatée, le MIR, n’en recueille que 9 % - encore s’agit-il d’un MIR regroupé autour d’un seul de ses dirigeants historiques, Jaime Paz Zamora, amputé de deux fractions de gauche, et très porté au compromis. A 79 ans, Paz est élu président par le Congrès pour la quatrième fois, grâce aux voix des élus du MTR qui veulent à tout prix empêcher le retour de Banzer.

34Les choix politiques du nouveau président rompent brutalement avec ceux du gouvernement précédent. Tandis qu’il s’entoure d’une équipe ministérielle en majorité composée de représentants directs des intérêts privés dominants, au Congrès il s’allie avec Banzer, dès octobre 85. L’effacement des mineurs et des militaires laisse ainsi le champ libre à la néo-oligarchie ; une néo-oligarchie qui triomphe- ce n’est pas le moindre des paradoxes - par le biais du suffrage universel ; un biais indirect il est vrai, car les professions de foi du candidat Paz Estenssoro ne laissaient pas présager un virage aussi radical. Dès le 29 août, le gouvernement fixe par décret une Nouvelle Politique Économique nationale (NPE) qui se veut à la fois anti-inflationniste et en rupture avec le modèle d’accumulation fondé sur le capitalisme d’Etat mis en vigueur en 1952, et poursuivi au fil des années malgré de nombreux aménagements. Elle consiste notamment en une libéralisation des marchés de l’argent, du crédit, du commerce extérieur et du travail, alors que dans le même temps les salaires sont bloqués, le peso est dévalué et mis en flottement, et les prix des carburants augmentés. Enfin une partie des entreprises publiques sont soit fermées, soit décentralisées, et on licencie 10 % des employés du secteur public.

35Pour ce qui concerne le budget de l’Etat, l’inflation et le marché des changes cette politique est un succès. Mais la récession s’accentue : entre 1981 et 1986 la production minière diminue de 60 % et la production manufacturière de 40 %. Toutefois, l’important est que cette politique aboutit à la diminution de l’offre et de l’attrait de postes publics et, d’autre part, au démantèlement de la COMIBOL. Les entreprises les plus rentables de l’ex-corporation sont scindées en sept établissements régionaux, les autres sont louées ou cédées à des coopératives ouvrières. En 1988, ses effectifs ne représentent plus qu’un cinquième de ceux de 1985. Et l’opposition des mineurs, considérablement affaiblie et acculée à la défensive, ne constitue plus un danger pour les gouvernants - en août 86, la marche de 12 000 d’entre eux entre Oruro et La Paz signifie leur chant du cygne. En revanche, le boom de la cocaïne et de tous les trafics qui lui sont liés offrent le mirage d’une réussite économique possible et rapide pour des Boliviens de toutes origines sociales. La baisse de l’offre de postes publics est donc accompagnée d’une offre croissante d’issues privées-réelles ou supposées. Le filon de la blanche succède à l’eldorado de la mine.

36Finalement donc, dans un contexte où l’Etat ne fait plus figure de grande mamelle nourricière, et où beaucoup peuvent convoiter quelques bribes de la richesse engendrée par le trafic de la drogue, la néo-oligarchie parvient à s’imposer durablement à la tête du pays et à éliminer l’opposition des mineurs syndiqués, déjà affaiblie et déconsidérée. Si bien qu’il n’y a plus contradiction entre gouvernement oligarchique et démocratie. Il s’agit toutefois d’une démocratie “musclée” : pour faire appliquer sa nouvelle politique économique, le gouvernement de Paz Estenssoro doit placer le pays en état de siège à deux reprises.

37Dans quelle mesure les conditions qui ont favorisé l’adoption et l’apprentissage de la voie constitutionnelle peuvent-elles persister ? L’expérience constitutionnelle actuelle constitue-t-elle un bon terreau démocratique ?

38La seconde transition présidentielle de l’après 82 se produit en août 89. Le représentant du MNR, Sanchez de Losada, principal artisan de la NPE, arrive en première position avec seulement 23 % des voix, juste devant Banzer 22,6 % ; Paz Zamora les suit avec 19,6 % des suffrages. Quant à la gauche (Izquierda únida) elle n’obtient que 9,7 % des suffrages. La surprise vient d’une nouvelle formation politique, Conciencia de Patria (CONDEPA) qui recueille 11 % des voix à l’échelle nationale, grâce à un score étonnant dans le département de La Paz. Finalement, les relations envenimées entre les associés gouvernants d’hier amènent le Congrès à élire Paz Zamora à la présidence du pays. Il reçoit le soutien de CONDEPA et de Banzer ; un soutien chèrement monnayé : l’ADN obtient de nombreux ministères dont celui des finances. En conséquence, la néo-oligarchie figure toujours en bonne place dans l’équipe gouvernante et, à première vue, ce gouvernement ressemble à s’y méprendre à celui de l’équipe précédente, à ceci près que le MIR remplace le MNR.

39Cette première impression est confortée par l’analyse des résultats du scrutin. En effet, globalement, ils signifient que la droite se maintient plutôt bien malgré la purge qu’elle a administrée au pays ; d’autant que le MIR avait annoncé par avance son adhésion à la NPE. La gauche, bien qu’ayant progressé par rapport à 1985, fait un score médiocre ; une partie des mécontents se tournant vers CONDEPA : parti qui trouve ses bases au sein d’une population miséreuse dont la survie quotidienne est devenue la principale préoccupation. Il est dirigé par le compadre Palenque, présentateur de radio et de télévision qui, depuis 20 ans, en offrant aux pacéniens d’origine populaire une tribune publique où ils peuvent non seulement s’exprimer dans leur langue à eux, de cholos pacéniens, mais encore trouver des appuis pour résoudre certains de leurs problèmes, a su capitaliser leur besoin de survie et de reconnaissance à la fois et tisser avec eux des relations de réciprocité fondées sur l’échange de services.

40Aux élections municipales de décembre 89 les Condepistas ont remporté un nouveau succès (17 % des voix) et un autre parti populiste est apparu L’Unión Civica de Solidaridad (UCS), animé par un industriel célèbre par ses bonnes œuvres, qui réalise le score de 15 % des suffrages. La position des partis gouvernants est donc plus fragile, d’autant que ces nouveaux opposants ne se contentent pas de voter, ils disposent de tribunes médiatiques.

41A cette protestation populiste, il faut ajouter celle des syndicats à nosuveau mobilisés : tour à tour les mineurs de ce qu’il reste de la COMIBOL - ils ont, semble-t-il - réussi à empêcher son complet démantèlement-, les ouvriers, les enseignants, et finalement la COB toute entière ont revendiqué de septembre à novembre 89. Le conflit le plus dur, déclenché par les enseignants qui réclamaient une augmentation de salaire, a pris la forme d’une grève de la faim qui a inclus jusqu’à 4 000 personnes. Submergé, le gouvernement a eu recours à l’Etat de siège et a fait arrêter plusieurs centaines de grévistes. Les deux expressions les plus marquantes de l’opposition gouvernementale se sont donc retrouvées dans la rue lançant des cris de mort à l’oligarchie.

42La poursuite de la NPE devient donc plus problématique. En effet l’orientation néo-libérale n’est tenable à long terme qu’avec un gouvernement uni et fort. Et de ce point de vue la rupture de l’alliance MNR - ADN n’a pas été une péripétie sans importance. Si malgré tout le gouvernement maintient ce cap il sera sûrement conduit à multiplier les mesures d’exception, mettant ainsi le régime constitutionnel en péril. Si au contraire il fait face à l’opposition actuelle soit en tentant d’incorporer certains de ses représentants au gouvernement, soit en cédant à certaines de ses revendications - encore faudrait-il qu’il le puisse ! - la NPE devra être abandonnée ; le futur économique aussi bien que politique devenant alors très incertain.

43Enfin pour ce qui concerne l’avenir démocratique du pays la réapparition d’hommes providentiels à clientèles n’est pas de très bon augure. D’autant que malgré un retour inattendu et spectaculaire aux formes constitutionnelles de gouvernement, le maigre tissu industriel du pays s’est défait, la cocaïne gangrène le pays, le réseau éducatif est perturbé ; en somme le terreau social bolivien paraît peu propice à l’essor des vertus démocratiques chères à Montesquieu et Tocqueville.

Notes

1 Merle Kling, “Toward a theory of power political instability in Latin America”, Western Political Quarterly 17, mars 1956.

2 Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, Paris, Garnier-Flammarion, tome II, 3ème partie, chap. 20, p. 307.

3 Jorge Sabato et Jorge Schvarzer, “Fonctionnement économique et pouvoir politique en Argentine : la démocratie entravée”, in Alain Rouquié, La démocratie ou l'apprentissage de la vertu, Paris, A. M. Métailié, 1985, p. 172 - 173.

4 Samuel P. Huntington, El orden político en las sociedades en cambio, Buenos Aires, Paidos, 1968, p. 179.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540