Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'instabilité politique de l'Amérique latine

 | 
Jean-Pierre Lavaud

Deuxième partie. Les agents de l'instabilité

Chapitre V. Les pilotes nord-américains

Texte intégral

1Étant donné l’influence considérable des États-Unis en Bolivie, aussi bien sur la vie politique que sur l’économie bolivienne, il convient de se demander maintenant quelles ont été les conséquences des interventions nord-américaines sur les successions gouvernementales. Ont-elles contribué à encourager la continuité constitutionnelle ou, au contraire, ont-elles fragilisé les gouvernements et ont-elles favorisé l’instabilité politique et sociale dans le pays ?

2Malgré la diversité des instances nord-américaines qui interviennent dans les affaires boliviennes (publiques : département d’État, Pentagone, CIA, ou privées : compagnies multinationales, banques...) et leur manque de coordination, voire à certains moments même leur opposition, pour simplifier l’exposé d’une situation d’interrelations complexe entre les deux pays, on admettra comme point de départ que la politique nord-américaine en Bolivie (comme ailleurs) est réglée par deux principes liés entre eux. Le premier est éminemment politique : empêcher ou combattre l’avancée communiste. Le second est plutôt économique : défendre et promouvoir les intérêts économiques nord-américains et, par extension, défendre et promouvoir l’économie de marché.

3Dans l’idéal, il serait donc de l’intérêt des États-Unis que la Bolivie aligne sa politique internationale sur celle de son grand voisin, connaisse une grande stabilité gouvernementale, et engendre une économie capitaliste florissante ouverte aux flux commerciaux venus du Nord. Le moins qu’on puisse dire est qu’il n’en va pas ainsi et les États-Unis sont donc portés à intervenir fréquemment dans les affaires du pays. Mais selon les conjonctures politiques et économiques aussi bien aux États-Unis qu’en Bolivie, l’intensité et la forme des interventions varient et elles ont des effets plus ou moins immédiats ou différés, directs ou indirects, sur la vie politique locale et sur la stabilité gouvernementale.

4Dans les faits, il est quelquefois difficile de débrouiller interventions politiques et incitations ou sanctions économiques car, le plus souvent, ces dernières sont décidées pour appuyer des objectifs politiques, et il arrive, à l’inverse, que des pressions politiques servent à favoriser des projets ou des intérêts économiques nord-américains. Toutefois, pour des raisons de clarté d’exposition, je traiterai d’abord des questions directement politiques, en y incluant les questions militaires, et ensuite seulement des questions économiques.

5On peut facilement distinguer trois grandes phases dans la politique américaine à l’égard de la Bolivie et, plus généralement, dans sa politique sud-américaine de 1945 aux années 1980. A une période démocratisante succède une période militarisante des années 1960 à la fin des années 1970, suivie d’un retour à l’appui des régimes démocratiques à partir de 1976 - 1977. En 1954, 12 pays latino-américains sur 20 sont gouvernés par des militaires, alors qu’en 1960, il n’en reste qu’un, le Paraguay. On a déjà vu comment la révolution cubaine a amené le Pentagone à changer la stratégie du combat anti-communiste et à augmenter considérablement l’aide aux années du Sud. Cette politique d’assistance militaire et la croyance, étayée par un cénacle de sociologues et d’économistes, selon laquelle les officiers peuvent constituer une force de progrès et de modernisation, conduisent les présidents Johnson, Ford et Nixon à appuyer les régimes militaires qui s’imposent alors dans toute l’Amérique latine. Entre mars 1962 et juin 1966, 9 coups d’État portent des militaires à la tête de pays qui ont un gouvernement constitutionnel et, au début des années 1970, il y a une deuxième vague qui frappe des pays aux traditions civiles solides tels que le Chili et l’Uruguay.

  • 1 Alain Rouquié, L'Etat militaire en Amérique latine, Paris, Seuil, 1982, p. 172-173.

6Même si, dans la plupart des cas, on ne peut imputer le déclenchement des coups d’État à une intervention directe de telle ou telle agence nord-américaine, il demeure qu’on ne peut les comprendre sans faire référence au vaste programme d’aide aux armées latino-américaines qui les précèdent, et que tous ces gouvernements reçoivent la bénédiction des États-Unis. Comme le rappelle Alain Rouquié, une commission parlementaire nord-américaine conclut en 1970 que le programme d’aide militaire a notablement contribué à “renforcer la défense du monde libre” notamment en “communiquant efficacement les dogmes anti-subversifs dans plusieurs pays menacés” et qu’il a permis de “développer l’influence militaire dans les pays bénéficiaires avec un rapport coût/bénéfice très bas”1.

7A partir de 1976, le président Carter et ses conseillers, étant donné les effets pervers suscités par les régimes militaires (leurs échecs en matière de développement, l’opposition sociale qu’ils engendrent et la piètre image qu’ils offrent) préconisent une nouvelle politique d’aide à l’égard de l’Amérique latine, plus orientée vers des secteurs sociaux délaissés jusqu’alors (la petite paysannerie, par exemple), et favorable aux démocraties respectueuses des droits de l’homme. Alors que le Brésil paraissait incarner le type de régime souhaité par l’administration américaine pendant la période précédente, c’est maintenant le Venezuela qui semble le plus correspondre à ses vœux et qui lui sert d’ailleurs de relais pour diffuser son nouveau message. Le résultat de cette politique ne se fait pas attendre très longtemps ; divers pays organisent des élections : le Pérou, l’Équateur, la Bolivie, sont de ceux-ci. Encore une fois, même si l’on ne saurait attribuer aux seuls États-Unis les mérites de cette vague de démocratisation, il est évident qu’ils en hâtent l’apparition et qu’ils en soutiennent le mouvement ; d’autant que Reagan ne remet pas en cause la politique du retour à des régimes constitutionnels même s’il en abandonne la vitrine humanitaire de défense des droits de l’homme que lui avait donnée son prédécesseur.

8Ces trois moments de l’interventionnisme nord-américain étant clairement délimités, il reste à voir de plus près comment ils se sont traduits en pressions concrètes sur les gouvernements boliviens et quels ont été les résultats de celles-ci sur la vie politique locale.

9Dans les grandes lignes, nous avons déjà vu que les États-Unis ont aidé le MNR, cautionné l’intervention militaire de 1964, désapprouvé les écarts de conduite des militaires nationalistes, se sont reposés sur Banzer pour ensuite condamner - jusqu’à refuser de reconnaître certains gouvernements - les coups d’État militaires entravant le retour à la démocratie.

  • 2 Cole Blasier, “The United States and the revolution” in James Malloy, Richard Thom (eds.), op. cit(...)

10Au vu des objectifs nord-américains et des trois étapes interventionnistes, telles qu’elles ont été définies plus avant, la seule surprise provient de l’aide qui a été apportée aux révolutionnaires de 1952. En effet, selon Cole Blasier, “la révolution bolivienne est la seule véritable révolution sociale que les États-Unis ont soutenue à la fois rapidement et de façon continue. De 1952 à 1964, les États-Unis ont fourni à la Bolivie une aide économique par tête d’habitant plus importante qu’à n’importe quel autre pays d’Amérique latine. En 1957, ils ont accordé une subvention directe représentant plus de 30 % du budget, et ils ont continué à attribuer des aides moindres pendant des années. Dans une certaine mesure, les États-Unis ont contribué, pendant une douzaine d’années, à l’accomplissement de la révolution bolivienne”2.

11Pourquoi un tel traitement de faveur alors que “les États-Unis ont envoyé des forces armées pour combattre les mouvements révolutionnaires au Mexique, en Russie et aux frontières de la Chine” et que la CIA “a aidé les groupes d’exilés à attaquer les gouvernements révolutionnaires du Guatemala et de Cuba” ? Il y a très certainement un ensemble de raisons complexes qui ont joué en faveur de la Bolivie. On peut citer pêle-mêle la position géographique d’un pays relativement éloigné des États-Unis (contrairement aux pays des Caraïbes ou à l’Amérique centrale), l’absence de gros intérêts américains dans le pays, l’idéologie nationaliste et non communiste des révolutionnaires, la légitimité d’un président qui avait obtenu une majorité électorale en 1951, et enfin l’habileté des chefs de la révolution qui assurent tout de suite au gouvernement américain que les exportations d’étain vers les États-Unis continueront, que les compagnies minières expropriées seront indemnisées, et que le droit de propriété et les libertés civiles seront respectés.

  • 3 Selon Henry Holland, Assistant secretary for interamerican affairs, cité par Cole Blasier, Ibid., (...)
  • 4 G. Earl Sanders, “The quiet experiment in American diplomacy : an interpretation essay on US aid t (...)

12Toutes ces raisons expliquent sans doute la reconnaissance du gouvernement movimientista mais ne justifient pas une aide aussi massive. Celle-ci ne peut pas plus être comprise comme un geste humanitaire en faveur d’un pays menacé de famine qui avait aidé les États-Unis pendant le second conflit mondial en lui cédant de l’étain à bas prix. Si l’aide américaine s’élève à 20 millions de dollars annuels à partir de 1954 (contre les 11 millions de 1953), c’est clairement afin d’assister un gouvernement “courageux et sans ressources qui affronte le problème communiste”3. En fait, l’ambassade américaine à La Paz est rapidement convaincue que le MNR est l’unique force capable de gouverner le pays et les États-Unis s’emploient à renforcer l’aile modérée du parti, “le centre pragmatique” selon l’expression de Malloy, contre la gauche principalement syndicale, influencée par les marxistes. Ils font du gouvernement MNR “une démonstration expérimentale en Amérique latine”, "une expérience silencieuse“ pour reprendre les termes de Earl Sanders, ”dont les objectifs sont principalement expliqués en termes socio-économiques, empêcher ou éliminer la famine, diversifier et accroître la production agricole, élever le niveau de vie, etc., mais dont le but principal est politique : maintenir au pouvoir les forces politiques les plus acceptables en Bolivie. Dès juillet 1953, le département d’État décide que le MNR est cette force, particulièrement Paz et le “centre pragmatique”4.

13Si l’hypothèse de Sanders, d’une visée américaine essentiellement politique de consolidation d’un gouvernement rempart au communisme est exacte, l’aide doit s’atténuer ou prendre fin lorsque cette consolidation est jugée suffisante. Ce n’est pas encore le cas en 1958 quand Siles réussit à diviser le syndicalisme minier. La gauche du parti demeure en effet suffisamment forte pour qu’en 1960 Paz accepte Lechin comme vice-président. Par ailleurs, le succès de la révolution cubaine et l’offre soviétique, en décembre 1960, d’un crédit de 150 millions de dollars pour construire des fonderies obligent les États-Unis à surenchérir, cette fois sous la forme de crédits pour réhabiliter la COMIBOL (Plan triangulaire), construire des routes, stimuler l’industrie pétrolière, etc. L’assistance américaine augmente ainsi de 600 % de 1960 à 1964. Et cette nouvelle vague d’aide américaine engendre une attaque frontale contre la gauche du parti.

14Selon Sanders, “l’expérience silencieuse” ne prend fin qu’avec le coup d’État de Barrientos. Si effectivement le but américain était bien l’émergence d’un gouvernement constituant un solide rempart au communisme, la chute de Paz et l’arrivée des militaires au pouvoir ne peuvent être considérées comme un échec de sa politique, mais au contraire comme un succès, même si c’est au prix d’une rupture de la continuité constitutionnelle. Il est d’ailleurs remarquable que l’aide nord-américaine baisse à partir de 1965, qu’elle prend définitivement la forme de prêts - dans les années 50 elle était majoritairement faite de dons - et que seule l’aide militaire se maintient à des taux à peu près comparables à ceux des années 1960 à 1964. Cette aide militaire, considérable elle aussi (36 % du budget de l’armée de 1960 à 1964) eu égard à l’importance numérique des forces armées boliviennes, est d’ailleurs un autre indicateur pertinent de la volonté américaine, avant tout politique, d’écarter tout danger communiste. Son effet indirect et différé est évidemment le coup d’État de 1964.

  • 5 Walter Gomez d'Angelo, op. cit., p. 104.

15La suite des interventions diplomatiques nord-américaines est sans surprise. Comme le dit Gomez d’Angelo, "dès ce moment-là et par la suite, l’influence des États-Unis en Bolivie a été directe et moins coûteuse. Il a été plus simple d’influencer des militaires boliviens clefs que de dépenser des millions de dollars pour contrôler des gouvernements de gauche"5. Mais il est difficilement prévisible en 1964 qu’il se trouvera des officiers nationalistes permissifs pour préconiser de nouvelles nationalisations, des alliances avec les syndicats, et, pire encore, critiquer la Junte interaméricaine de défense et établir des relations avec les pays de l’Est C’est que l’aide militaire après avoir façonné le pouvoir militaire a pour effet pervers de lui donner un penchant pour l’indépendance. Un penchant qui n’est guère du goût de l’administration nord-américaine. Et il n’est donc pas étonnant de voir figurer des personnalités nord-américaines, aussi bien que brésiliennes, dans le feu de l’action golpista qui, en 1971, ramène la Bolivie dans les chemins de l’orthodoxie dictée par Washington.

16Le retour au pouvoir de ces militaires loyaux est d’abord salué par une récompense (45,9 millions de dollars d’aide en 1972). Puis ensuite l’aide nord-américaine baisse à nouveau pour la même raison qu’elle avait baissé sous Barrientos, et prend encore plus la forme d’une assistance militaire (59,6 % de l’aide accordée en 1976).

17A partir de 1978, les États-Unis condamnent tous les coups d’État qui tendent à perpétuer les régimes militaires, c’est-à-dire ceux de Pereda (1978), de Natusch Busch (1979) et de Garcia Meza (1980). Ils sont impuissants à les empêcher, mais leurs interventions postérieures, notamment sous la forme de pressions économiques, hâtent la chute de tous ces officiers téméraires, lancés dans l’aventure contre l’avis affiché de leurs voisins du Nord d’en revenir à des formes gouvernementales plus “présentables”.

18Le cas le plus intéressant est indubitablement celui du coup d’État de Garcia Meza car il suscite des réactions très vives aux États-Unis. Le président Carter lui-même exprime “son désaccord le plus complet” sur la manière dont Lidia Gueiler est chassée du pouvoir. Puis les États-Unis rappellent successivement leur ambassadeur (qui avait vainement tenté à plusieurs reprises d’empêcher le coup d’État) et leur mission militaire, et enfin stoppent leur programme anti-drogue, ne laissant à La Paz qu’un chargé d’affaires.

  • 6 Informe R, “Elementos para el análisis de las relaciones boliviano-norteamericanas”, Informe espec (...)

19L’arrivée de Reagan à la présidence des États-Unis ne modifie guère la position des États-Unis à l’égard de Garcia Meza. Certes l’administration nord-américiane tait ses critiques sur la violation des droits de l’homme, mais elle fait de la lutte contre le trafic le nouveau préalable de sa reconnaissance. Et ceci alors même que la presse nord-américaine accuse les plus hauts dignitaires de l’État d’être compromis dans le trafic. On mesure mieux l’impact du “blocus” économique qui est alors imposé par les États-Unis et leurs partenaires en chiffrant son manque à gagner : au milieu de l’année 1981, plus de 60 ouvrages et projets sont paralysés, la seule suspension des programmes de l’USAID signifie une perte de 125 millions de dollars en un an ; toutes les négociations pour le refinancement de la dette sont bloquées et il ne reste pratiquement aucun fonds pour la payer6.

20Les relations intergouvernementales se normalisent progressivement avec l’arrivée de Torrelio et, le 1er novembre 1981, un nouvel ambassadeur est envoyé en Bolivie. La reconnaissance est rendue possible par quelques signes tangibles de lutte contre le trafic de drogue et la destitution des deux officiers les plus notoirement liés aux trafiquants. Mais l’assistance américaine ne reprend véritablement qu’après octobre 1982, quand Siles est installé au gouvernement.

21Quels enseignements peut-on tirer de ces données en regard du problème de l’instabilité qui nous intéresse ici ? Il est clair que l’on ne peut pas répondre nettement à la question : les États-Unis ont-ils favorisé ou non la stabilité gouvernementale ? Ils l’ont favorisée lorsque cela correspondait à leurs intérêts tels qu’eux-mêmes les définissaient à ce moment-là. Dans le cas contraire, ils ont effectué des pressions sur les gouvernements qui ont hâté leur chute. On reconnaîtra cependant qu’ils ont été hostiles à la majorité des coups d’État, précisément parce qu’ils n’allaient pas dans le sens de leurs vues, et qu’on peut difficilement leur attribuer - faute de preuves - la responsabilité directe de ceux qu’ils ont soutenus. Comme, par ailleurs, le MNR s’est maintenu douze ans grâce à leur aide, on est tenté de leur reconnaître le mérite d’avoir essayé de stabiliser la politique bolivienne. Mais ce n’est là qu’un bilan provisoire : la réalité est plus complexe. L’aide américaine et les conditions dont elle est assortie entraînent une série d’effets pervers qui, indirectement, empêchent la stabilisation. Outre l’apparition de militaires nationalistes, il y en a d’autres, brièvement évoqués, sur lesquels il faut maintenant revenir : la régénération d’une oligarchie exportatrice et commerçante ; la corruption et la pagaille administrative ; la mentalité d’assistés des catégories dirigeantes.

Aide nord-américaine à la Bolivie (1948-1976)

Aide nord-américaine à la Bolivie (1948-1976)

a) Ce tableau ne prend pas en compte les aides du Social progress trust fund administrées par la banque intéraméricaine de développement.
b) Comprend : 1) les dons destinés à la coopération technique et au développement, 2) les dons en argent et les autres dons, 3) les dons de nourriture sous couvert de la loi publique 480 et de certains programmes locaux depuis 1958, 4) les crédits de développement.
c) Début du programme en Bolivie.
d) Fin du programme en Bolivie.
e) Au-delà de 1973 ces sommes peuvent inclure plus d’1 million de dollars de ventes d’armes par la voie commerciale.
Source: James. W. Wilkie, “US foreign police and economic assistance in Bolivia (1948- 1976)” in: Modern day Bolivia: legacy of the revolution and prospect for the future, Jerry Ladman editor, Tempe (Arizona): Arizona state university, Center for latin american studies, 1978. P. 85-86

  • 7 Richard Thorn, économiste nord-américain, cité par Walter Gomez d'Angelo, op. cit., p. 110.

22La stabilisation monétaire de 1956 est au point de départ de la reconstitution d’une oligarchie. Rappelons que l’octroi de 25 millions de dollars (7,5 du FMI, 10 millions de dollars de dons et 7,5 de prêts) des États-Unis à la Bolivie est subordonné à la liberté totale du commerce et des prix. Le remède de cheval préconisé réduit l’inflation mais, comme le souligne l’économiste nord-américain Richard Thorn, “la souveraineté économique que la Bolivie avait gagnée avec la nationalisation des mines d’étain est alors perdue. Le rôle économique dominant joué par les barons de l’étain dans la vie économique (et politique) de la Bolivie est remplacé par le Bureau de coopération internationale des États-Unis, plus bienveillant, mais aussi étranger, relayé plus tard par l’Agence de développement international (USAID)”7.

23Comment peut-il en être autrement quand, de 1957 à 1964 le total des dépenses des États-Unis en Bolivie équivaut à 91 % du budget de l’État - avec une pointe de 279 % en 1956 - dont 22,8 % servent directement à couvrir le déficit budgétaire ?

  • 8 Cf. James W. Wilkie, op. cit.
  • 9 Cole Blasier, op. cit.

24Par la suite, ces dépenses diminuent - 18 % du budget de l’État de 1965 à 19768 - mais l’important c’est qu’elles persistent car, selon Cole Blasier : “il semble que, d’une manière générale, les États-Unis ont exercé leur considérable influence sur la Bolivie pour engendrer un climat favorable au capital étranger conçu à la fois comme le moyen de promouvoir le développement économique et d’empêcher l’expansion des agences publiques”9. De plus, étant donné le faible investissement interne, le financement étranger, quelle que soit sa nature (d’ailleurs appelé par des séries de Leyes de inversiones successives promulguées depuis le début des années 1960 jusqu’à la fin des années 1970) oriente la plus grande part de l’économie nationale. Or que constate-t-on ? En premier lieu que le capital industriel international investit beaucoup moins en Bolivie que le capital financier international, pour la simple raison que c’est trop risqué (étant donné l’instabilité politique) et que cela rapporte moins. Les financiers étrangers peuvent en effet pratiquer des taux d’intérêts assez élevés et leur remboursement est garanti par l’État. Et même lorsque cela n’est pas le cas, lorsqu’ils n’ont pas canalisé leurs fonds par la Banque centrale, il arrive qu’ils aient assez de poids sur le gouvernement pour qu’ils fassent assumer la responsabilité du remboursement par une banque publique ; il en est allé ainsi pour les crédits “cotonniers” accordés par la First National City Bank et les crédits à l’élevage habilités par le Banco do Brasil, tous deux transférés au Banco agricola de Bolivie.

25Quand il y a un investissement direct, il se dirige plutôt vers le secteur primaire, la banque ou le commerce d’import-export et très peu vers l’industrie, en contribuant dans tous les cas, ou presque, à promouvoir les intérêts des grandes firmes déjà en place, renforçant ainsi la structure oligopolistique des propriétaires des moyens de production. Il est d’ailleurs souvent le fait d’antennes locales de multinationales. Le poids que prend rapidement la Gulf Pretroleum Company aussi bien dans l’économie que dans la vie politique du pays permet d’illustrer les effets internes produits par l’ouverture “sans contraintes” aux capitaux privés étrangers. Il permet aussi de montrer quelle est, en l’occurrence, la part des responsabilités boliviennes.

  • 10 A ce sujet, cf. Sergio Almaraz Paz, Petróleo en Bolivia, La Paz, José Camerlinghi, 1969 ; Amado ca (...)
  • 11 Andrés Soliz, “La actitud frente a los recursos naturales define la naturaleza de los gobiernos”, (...)

26La compagnie entre dans le pays en 1956 dans les conditions extrêmement favorables fixées par le fameux code des pétroles connu sous le nom de Código Davenport10. Ayant les mains libres et n’étant guère concurrencée par la compagnie nationale YPFB qui connaît des difficultés - notamment de financement -, elle devient un oligopole étranger en terre nationale. “Le 31 décembre 1968, la Gulf contrôle plus de 80 % des réserves nationales de pétrole et 90 % des réserves de gaz...11.

27En 1962 - 1963, elle découvre d’importantes réserves de gaz qu’elle se propose d’exporter vers l’Argentine. Une polémique s’ouvre alors entre la compagnie qui prétend commercialiser ce gaz selon les mêmes critères que ceux qui valent pour le pétrole, précisés dans le Code Davenport, et les défenseurs des ressources naturelles boliviennes qui cherchent tous les expédients pour empêcher ce qu’ils considèrent comme une nouvelle rapine.

  • 12 Cf. Rene Rocabado Alcocer, “Gulf Oil y gobierno contra Bolivia”, Letras bolivianas, suplemento 3, (...)
  • 13 Andrés Soliz Rada, El gas en el destino nacional, op. cit., p. 24.

28La Gulf ne lésine pas sur les moyens pour “emporter le morceau”. Elle utilise d’abord la menace en faisant fort d’empêcher de nouveaux investissements étrangers dans le champ de l’industrie pétrolière si le gouvernement ne devient pas raisonnable12. Puis elle achète des alliés au sein du gouvernement - ou plus exactement elle achète le président du pays. En 1964, elle loue un hélicoptère pour le candidat Barrientos, qu’elle lui offre ensuite gracieusement en 1966. “C’est le premier président de la Gulf au niveau mondial, B.R. Dorsey, qui, dans une lettre du 14 mai 1975 au chef de l’État, le général Hugo Banzer, confesse que sa compagnie a acheté l’hélicoptère 110 000 dollars et a dépensé 350 000 dollars de plus pour suborner les collaborateurs de Barrientos. Dans une déclaration à la sous-commission du Sénat nord-américain présidée par le démocrate Franck Church, B.R. Dorsey a confessé que la Gulf a dépensé 4 millions de dollars en dessous de table distribués en Bolivie, en Corée du Sud, au Liban et en Italie”13. Résultat : il a été explicitement admis par un Conseil national du pétrole et de la pétrochimie, créé le 27 septembre 1967, que l’exploration, l’exploitation, le transport, l’exportation et la commercialisation du pétrole, du gaz, de l’asphalte et des autres hydrocarbures sont un droit reconnu aux concessionnaires autorisés.

29Forte de ce nouveau droit, la Gulf négocie avec l’Argentine pour la vente du gaz bolivien. Elle engage le pays pour 20 ans à fournir 150 millions de pieds cubes par jour à un prix fixe. Fort heureusement pour la Bolivie, ce contrat est modifié dans les années 1970, après la nationalisation de la Gulf, les Argentins acceptant les réajustements de leur prix d’achat, mais celui-ci reste toujours en deçà des prix pratiqués sur le marché mondial.

30Ce qui intéresse la Gulf, c’est évidemment de vendre le plus de gaz possible, le plus vite possible. Elle gagne sur tous les tableaux puisqu’elle obtient aussi que le gazoduc Santa Cruz-Yacuiba soit construit par une de ses filiales, la Williams Brothers, qui a déjà mis en place tous les oléoducs boliviens, non sans failles techniques et à des prix excessifs. Son ultime manœuvre dans le pays, la Gulf la réalise en 1969, à la veille de sa nationalisation. Elle consiste à jouer le régionalisme crucénien contre le gouvernement du général Ovando en offrant au département producteur de lui céder gratuitement le gaz nécessaire à sa consommation.

31Finalement la compagnie place le pays dans une situation comparable à celle dans laquelle il se trouvait à l’époque des barons : ses énormes ressources financières (plus de dix fois supérieures au revenu national bolivien) et ses moyens de pression diplomatiques (via l’ambassade nord-américaine à La Paz, notamment), en font rapidement un État dans l’État. Pour récupérer un semblant de souveraineté nationale, il faut la nationaliser.

  • 14 Colé Blasier, op. cit., p. 89-90.

32Bien entendu, le cas de la Gulf, pour spectaculaire qu’il soit n’est pas unique. Chaque fois qu’il aide la Bolivie, le gouvernement des États-Unis tente d’imposer sa conception de l’économie de marché. Paz Estenssoro en témoigne avec éloquence reconnaissant qu’à l’époque où il gouvernait le pays, bien des négociations ont été de ce fait laborieuses et même que : “Dans certains cas, il a été impossible d’arriver à un accord à cause de l’existence de positions diamétralement opposées. Par exemple dans celui des crédits destinés au Banco minero conditionnés à la suppression du monopole d’État de l’achat des minerais et à l’approbation d’un nouveau code minier ; pour préserver les ressources d’YPFB destinées à l’exploration malgré les obstacles nord-américains ; à cause de leurs objections à la construction d’une fonderie d’antimoine offerte par la Tchécoslovaquie et d’une usine hydro-électrique destinée à la COMIBOL, cadeau des Yougoslaves. Il y a eu aussi des difficultés avec la vente des métaux du stock stratégique pour empêcher la tendance à la hausse sur le marché international. Les positions nord-américaines qui nous ont blessés sont nombreuses. Et dans beaucoup de cas, le gouvernement a été obligé d’adopter une tactique attentiste ou de céder (...) parce que l’alternative proposée, implicitement ou explicitement, était l’interruption du financement des projets de développement, ce qui aurait été très grave, les États-Unis étant la source la plus considérable de ressources disponibles, la seule qui incluait les fonds nécessaires au transport des machines et les frais locaux ; elle était indispensable à notre pays à cause de l’absence de fonds propres d’investissement”14. Les conditions de l’aide sont donc aussi importantes que l’aide elle-même pour favoriser la réapparition des “géants” étrangers et d’une oligarchie exportatrice et affairiste en partie liée à des compagnies transnationales.

33Notons au passage que les banques multilatérales (Banque mondiale, BID) qui entrent en Bolivie dans les années 1960 contribuent aussi à façonner cette même structure patronale oligopoliste. Une grande partie de leurs financements consiste en œuvres d’infrastructure économique : 54,1 % de la dette totale bolivienne de 1969 (majoritairement contractée auprès de l’USAID, la BID, la Banque mondiale, Eximbank et divers gouvernements étrangers) ; 44,8 % pour les seuls transports. Or ces contrats profitent principalement à l’entreprise de construction et de travaux publics Bartos, déjà longuement citée, la seule ayant une capacité suffisante pour engager des travaux de grande envergure. Nous avons vu aussi que les crédits internationaux destinés à l’agriculture sont presque tous dirigés vers la grande agriculture d’exportation de l’Orient bolivien.

  • 15 Susan Eckstein, Francés Hagopian, op. cit.

34Quant aux banques d’investissement explicitement créées pour favoriser l’industrialisation nationale comme le Banco industrial, nous savons que, sous la pression conjointe de leurs pourvoyeurs de fonds étrangers et de certains groupes locaux, elles placent progressivement une part non négligeable de leurs crédits dans la mine et dans les services. De plus, en 1978, l’ensemble des banques de développement du pays offre 24 % seulement de leur assistance à l’industrie, contre 48 % à l’agriculture15.

35Enfin, le financement externe provenant principalement des États-Unis, mais aussi d’autres sources, a pour effet de rendre le pays de plus en plus dépendant de ses créanciers et du FMI. Entre 1970 et 1979, les crédits contractés par le gouvernement augmentent de 670 millions de dollars à 3,4 milliards de dollars. Et la nature du crédit change : il devient plus coûteux et plus contraignant. Entre 1971 et 1977, la proportion de la dette contractée avec un intérêt inférieur à 3 % baisse de 55 % à 34 % et celle dont l’intérêt est supérieur à 6 % augmente de 16 à 54 % ; en outre, la proportion des prêts à rembourser en moins de 5 ans fait plus que doubler. Comme à la fin de ces mêmes années 1970, le pays connaît une baisse de ses exportations (minerais, hydrocarbures et produits agricoles) et que le coût des importations augmente considérablement, le service de la dette devient de plus en plus lourd (en 1979, la dette globale équivaut à la valeur du PNB), le déficit fiscal s’accroît, l’inflation augmente. En bref, le pays entre dans une période de grave crise économique. Dès lors, il est encore moins question d’industrialisation qu’auparavant. Et pendant le début des années 1980, le faible tissu industriel en place se désagrège même peu à peu. De plus, la dette croissante amène les créanciers extérieurs à faire pression pour que le pays se soumette aux exigences du FMI. Celles-ci, toujours à peu près identiques, consistent à préconiser la dévaluation de la monnaie locale afin de réduire les importations, à réaménager la dette, à contrôler le crédit, à geler les salaires et les prix, à réduire les dépenses du secteur public, à augmenter la fiscalité et à réorienter les investissements au profit des secteurs qui travaillent pour l’exportation. Certaines de ces mesures vont donc à rencontre de l’industrialisation et d’autres ont pour effet de soumettre encore plus le pays aux marchés extérieurs.

36Autrement dit, les effets s’additionnent qui vont tous dans le même sens pour maintenir l’économie bolivienne comme une économie d’exportation de matières premières ou semi-élaborées et d’importation de matériel et de biens manufacturés. Ce processus conforte la néo-oligarchie déjà tournée vers l’étranger et liée à l’étranger, peu soucieuse du développement national, opposée à toute tentative de contrôle et de régulation étatique, et de ce fait capable de toutes les pressions politiques, y compris avec l’aide de l’étranger, pour contrer un gouvernement adverse et maintenir à la fois sa liberté de manœuvre et ses profits.

37L’aide américaine et, d’une manière générale, l’aide étrangère justifient un droit de regard sur l’utilisation des fonds octroyés. Dans la pratique, il se traduit par l’apparition d’une “caste” d’experts et de conseillers de tous ordres qui s’incrustent dans les rouages de l’appareil d’État pour contrôler, orienter et, soi-disant, “rationaliser” l’utilisation de ces fonds. Ils peuvent aussi bien imposer la création d’entités publiques décentralisées qu’obliger le gouvernement à prendre des mesures particulières : réglementaires, tarifaires, douanières, etc.

  • 16 George Jackson Eder, cité par Colé Blasier, op. cit., p. 87.

38Là encore, l’exemple est donné par Jackson Eder en 1956 - 1957 : “J’ai été forcé de prendre en charge le long travail d’une substitution complète des droits de douanes, et j’ai consacré un temps considérable à l’élimination de taxes dommageables ainsi qu’à la question des cotisations de sécurité sociale... La réforme urgente du système d’imposition de la propriété ... et la mise sur pied d’un impôt sur le revenu effectif... sont restées en plan seulement parce que personne n’a eu le temps de s’y consacrer, que notre espagnol était par trop hésitant, et que nous avons manqué de persuasion pour imposer ces mesures”16. Il va de soi que chaque aide, chaque crédit entraîne des pressions de ce type. A fortiori s’il s’agit de gros crédits. Le plan Triangulaire, par exemple, est non seulement lié à une réorganisation de la COMIBOL mais encore à une modification de la législation sociale jugée trop favorable aux mineurs.

  • 17 Ibid.
  • 18 Laurence Whitehead, op. cit.
  • 19 James Wilkie, op. cit.

39Pour élaborer ces politiques et les faire appliquer, de même que pour mettre en place les instances de gestion des crédits (ou orienter dans le bon sens celles déjà existantes auxquelles ils sont destinés), le gouvernement des États-Unis “a maintenu un personnel nombreux à l’ambassade de La Paz, avec une pointe de 180 employés en 1959 dans la seule mission d’assistance économique, selon la liste du Foreign Service. De plus grands pays comme le Chili et la Colombie ont moins de la moitié de cet effectif et le Brésil, auprès duquel la Bolivie est minuscule, a une mission économique à peine plus nombreuse”17. Cette équipe envahissante est devenue moins dense par la suite mais Laurence Whitehead note qu’en 1967 - 1968, il a pu se rendre compte “à de nombreuses reprises, de la manière dont les États-Unis paraissaient contrôler le pays... Au Banco minero, on m’a informé “dit-il “que le président (bolivien) était dans l’incapacité de donner son approbation à la plus petite dépense sans l’aval de ses conseillers nord-américains. Ceux-ci paraissaient exercer des pouvoirs identiques à la COMIBOL, au Banco agrícola, etc.”18. C’est bien le sentiment que j’ai eu aussi à l’époque après diverses visites au ministère de l’Agriculture et dans les services de réforme agraire. Elle est confirmée par les principaux responsables eux-mêmes. L’ambassadeur Douglas Henderson (1963 - 1968) “sentait qu’il devait en partie gouverner lui-même le pays”19.

40Ces pratiques ont cessé partiellement en 1973 quand l’ambassadeur Stedman a mis fin aux services consultatifs nord-américains en matière de planification, de réforme fiscale, d’administration publique, de réorganisation, etc. Mais la multiplication tératologique des entités décentralisées de développement à financement extérieur, non seulement nord-américain, mais aussi à financement multilatéral, a continué de plus belle à drainer son cortège de conseillers.

41Cette occupation des rouages politico-administratifs amène Laurence Whitehead à utiliser le terme de néo-colonialisme pour définir la situation bolivienne : “Une situation dans laquelle une nation formellement indépendante est en réalité gouvernée par des fonctionnaires nommés par le gouvernement d’un pays différent et qui sont responsables à l’égard de ce gouvernement”. L’opinion publique peut croire en la fiction d’indépendance mais les dirigeants sont au fait que les autorités nominales n’exercent pas le pouvoir réel. Pour Whitehead, la relation néo-coloniale États-Unis - Bolivie est on ne peut plus exemplaire puisqu’elle unit le pays le plus puissant du monde au plus faible du continent latino-américain.

  • 20 Cité par Colé Blasier, op. cit., p. 103.
  • 21 Cf. Laurence Whitehead, op. cit.

42Enfin, la corruption a été encouragée de l’extérieur et, surtout, s’est nourrie des dons et financements étrangers, nord-américains au premier chef. Que cette corruption, en même temps que l’illusion d’une certaine facilité à s’enrichir, aient été provoquées par l’aide nord-américaine est véhémentement affirmé aussi bien par des ultra-libéraux comme Eder, le promoteur du plan de stabilisation de 1956, que par les Boliviens les plus soucieux de l’intérêt national. Eder, qui ne mâche pas ses mots, écrivait en 1968 : “Le pays est ruiné par les conflits civils, corrompu et appauvri par quatorze années d’aide nord-américaine qui, loin de promouvoir le développement économique et le progrès social de la Bolivie, ont uniquement servi à maintenir au pouvoir un gouvernement indigne de l’appui américain aussi bien que bolivien qui, sans cette aide nord-américaine serait certainement tombé au commencement de la révolution. Ce gouvernement incompétent et corrompu a perverti la grande masse du peuple bolivien en permettant que la violence et le vol soient impunis ; en armant la canaille sous l’euphémisme des “milices populaires” ; en apprenant aux travailleurs que les bénéfices de la fainéantise sont supérieurs à ceux du dur labeur ; en décourageant l’épargne par la dépréciation de la monnaie ; en inculquant l’idée que la prospérité et le progrès doivent dépendre de l’action gouvernementale (alors qu’en Bolivie, à tout le moins, personne ne peut être plus éloigné de la vérité) ; et, par dessus tout, en réduisant une nation souveraine au déshonneur d’une mendicité brutale, avec un gouvernement exigeant, comme une compensation légitime pour des préjudices chimériques, ce qui n’est rien de plus qu’une aide gratuite, motivée d’abord par le chantage et la peur du communisme, ensuite par la compassion du peuple américain, et enfin par la culpabilité naïve causée par sa prospérité dans un monde de pauvreté”20. On peut être sceptique sur la compassion nord-américaine. On peut aussi mettre en doute la capacité de Eder à juger d’une situation dans laquelle il était un des principaux protagonistes. Il est facile d’émettre de tels jugements moralisants alors qu’on gagne 75 dollars par jour pour ses services à un gouvernement dont les salaires respectifs du président et de ses ministres sont de 90 à 40 dollars par mois21. Mais que l’aide américaine ait été source de corruption demeure une accusation fondée.

  • 22 Sergio Almaraz Paz, Réquiem para una república. La Paz, Universidad mayor de San Andrés, 1969, p. (...)

43Pour un nationaliste aussi convaincu que Sergio Almaraz, cette “assistance” est non seulement corruptrice mais aussi, par voie de conséquence, corrosive et profondément humiliante. Au bout du compte, elle entraîne une sorte de colonisation mentale : “L’occupation du pouvoir par les Nord-Américains a amené un phénomène plus général et plus imprécis : les Boliviens ont commencé à se sentir mal à l’aise entre eux. Si un étranger s’impose comme intermédiaire permanent, si des plans aussi différents que l’électrification, les routes, les écoles dépendent de lui ; s’il doit nous dire comment nous devons vivre et penser ; si les fonctionnaires ne savent pas comment traiter leurs collègues d’un autre bureau parce qu’ils ne connaissent pas quelles sont leurs relations avec les étrangers ; si enfin, les choses qui se font ou se défont dépendent des intérêts d’une nation étrangère, alors les citoyens demeurent séparés, isolés, ils suspectent que l’unité est atteinte, que la nation commence à se dissoudre. Cette fragmentation se produit au plan administratif, dans la presse et dans les milieux culturels ; elle est visible dans les couches sociales élevées, où de petits cercles se disputent le privilège d’être admis à l’étranger ; elle descend jusqu’au peuple quand le désespoir de la pauvreté fait admettre que l’on peut obtenir quelque avantage en sacrifiant sa dignité. Si le spectacle des bourgeois qui s’entassent autour de l’ambassadeur en souriant servilement pour obtenir un crédit est répugnant, celui des paysans est douloureux, qui fabriquent des arcs de triomphe en fleurs pour témoigner de leur gratitude après avoir reçu pour cadeau une école ou un puits. L’extrême pauvreté facilite la colonisation ; en Bolivie, les hommes s’achètent à bas prix. A un certain niveau, la pauvreté détruit la dignité ; les nord-américains l’ont découvert et y travaillent ; à leurs yeux et pour leurs poches, un Bolivien coûte moins qu’un Argentin ou un Chilien”22.

  • 23 Albert Memmi, Portrait du colonisé, Paris, Jean-Jacques Pauvert, 1966.

44En somme, tout concourt pour créer ce syndrome bien décrit par Albert Memmi23 de dépréciation de soi-même et de surévaluation de l’étranger à l’égard duquel on oscille, par voie de conséquence, entre l’admiration et la haine. A l’égard des Américains, les Boliviens se sont retrouvés placés dans une situation telle que l’on devait leur ressembler ou les chasser ; ces deux solutions étant essayées parallèlement ou successivement par certains groupes dans le pays. Et il n’est pas étonnant que l’accord Paz Estenssoro - Kennedy dans l’alliance pour le Progrès, prolongé par celui de Barrientos et Johnson, ait débouché sur la vague d’anti-américanisme de 1970 - 1971.

45Il reste que cette situation d’assistance a contribué à la dépréciation de soi des Boliviens et de leur pays. Une dépréciation qui pousse nombre d’entre eux, notamment ceux qui appartiennent aux - ou sont issus des - noyaux dominants, à s’expatrier à l’étranger ou à y expatrier leurs capitaux, ce qui concourt encore plus à affaiblir le pays, à le rendre dépendant des décisions prises ailleurs, et donc à accroître le sentiment d’infériorité de ceux qui restent. A ce propos, un étudiant bolivien de l’institut boliviano-américain, venu là pour se perfectionner en anglais, me fit un jour cette confidence : “Si ce pays est si mal gouverné, c’est parce que seuls les médiocres y demeurent ; tous les autres s’en vont”. On ne peut mieux exprimer le doute profond de nombreux habitants que leur pays se sorte un jour de l’ornière dans laquelle il est enfoncé.

46En dépit de toutes les explications que l’on peut en donner, on ne laisse pas d’être surpris par le volume de l’assistance américaine. Cette assistance n’est pas un simple leurre. A l’échelle du pays, les sommes engagées sont considérables et, au moins pendant la période du MNR, sans commune mesure avec ce qui est offert aux autres pays latino-américains.

47Bien entendu, on peut soutenir l’idée que les États-Unis reprennent d’une main ce qu’ils donnent de l’autre ; que précisément les conditions apportées à l’aide ont pour but d’en récupérer une partie (c’est tout à fait évident dans le cas des contrats liés) ; que les entreprises américaines installées en Bolivie ont fait de gros profits (Gulf, mines, banques...) étant donné les conditions avantageuses dans lesquelles elles ont opéré ; que la détérioration des termes de l’échange accentuée à la fin des années 1970 a joué en défaveur de la Bolivie ; que des capitaux boliviens fuient sans arrêt vers les États-Unis, etc. Il reste que la liberté de manœuvre des États-Unis était très grande et qu’ils auraient pu adopter une autre solution que celle d”assister” la Bolivie. D’où cette observation tout de même étonnante que c’est moins par ce qu’il a croqué de la Bolivie que “l’ogre impérialiste” a déstabilisé le pays que par les dons et les prêts qu’il lui a accordés.

  • 24 Cornelius Zondag, La economía boliviana (1952 - 1965) : la revolución boliviana y sus consecuencia (...)

48Mais la richesse relative de la néo-oligarchie bolivienne ne repose pas uniquement sur les “aumônes” nord-américaines. Pour qu’une classe dominante commerçante, spéculatrice et dispendieuse puisse durablement s’installer, il faut bien que le pays produise et canalise des richesses. On peut donc prolonger le raisonnement précédent et soutenir que l’absence d’industrialisation en Bolivie et l’instabilité politique qui l’accompagne proviennent de ce qu’en réalité le pays est “naturellement” riche. Comme le soutient C. Zondag, “en un certain sens, la Bolivie a été la victime d’une richesse trop facile. Les fortunes minières qui ont été amassées pendant la domination espagnole, et plus tard pendant la période de prospérité du caoutchouc (on pourrait y ajouter le cycle du quinquina (1860-1872)), ont été acquises sans grands efforts, et ont laissé à leurs maîtres trop de temps pour dilapider leur argent en campagnes politiques ou en vivant pompeusement à l’étranger”24. A cet égard, rien n’a véritablement changé après la révolution.

49La mine a continué d’alimenter les catégories parasites. A cette extraction se sont ajoutées celles du pétrole et du gaz, et encore celle que pratiquent les agro-industriels orientaux qui épuisent les terres et pillent les forêts. Cette richesse-là repose en grande partie sur la sueur et le sang des travailleurs, qu’il s’agisse des mineurs ou des paysans.

50Les mines en exploitation s’épuisent, mais la source minière est très loin d’être tarie. Le pétrole se fait rare, mais le gaz prend la relève. La frontière agricole recule sans cesse, mais il reste encore beaucoup de forêts à abattre. Alors rien n’est perdu, la richesse peut continuer d’être produite sur le même mode. D’autant qu’un nouveau filon vient d’être découvert, après la veine stannifère et l’or noir, voici venir l’or blanc, la cocaïne. En vérité, l’arbuste à coca est une plante miraculeuse qui pousse aussi bien sur les contreforts andins qu’en plaine, abritée du soleil par les ombrages de la forêt, qui fournit trois récoltes par an et qui semble résistante aux maladies. La transformation en pâte (sulfate de cocaïne), puis en poudre (chlorhydrate de cocaïne) est aisée. La demande ne cesse de croître. Certes, les chemins qu’empruntent les bénéfices de la cocaïne sont plus tortueux que ceux des devises de l’étain. Mais certaines fractions de la classe politique ainsi que la néo-oligarchie commerciale et financière sont excellemment placées pour en capter une partie et la faire fructifier.

51Raisonner de la sorte ne signifie aucunement dégager les États-Unis de toute responsabilité. Mais force est de constater qu’en Amérique latine même, l’aide américaine et ses financements ne produisent pas partout les mêmes effets ni sur la vie économique (l’Équateur connaît une industrialisation beaucoup plus poussée), ni sur la vie politique (le Mexique est stable) et qu’à l’inverse, certains pays moins dépendants des "aides" nord-américaines, tel l’Argentine, connaissent des secousses politiques comparables à celles de la Bolivie.

Notes

1 Alain Rouquié, L'Etat militaire en Amérique latine, Paris, Seuil, 1982, p. 172-173.

2 Cole Blasier, “The United States and the revolution” in James Malloy, Richard Thom (eds.), op. cit. L'auteur ajoute en note qu'Israël est l'unique pays au monde à avoir reçu une assistance économique supérieure par tête d'habitant à celle de la Bolivie pendant cette même période.

3 Selon Henry Holland, Assistant secretary for interamerican affairs, cité par Cole Blasier, Ibid., p. 78.

4 G. Earl Sanders, “The quiet experiment in American diplomacy : an interpretation essay on US aid to the Bolivian revolution”, The Americas 33 (1), juillet 1976.

5 Walter Gomez d'Angelo, op. cit., p. 104.

6 Informe R, “Elementos para el análisis de las relaciones boliviano-norteamericanas”, Informe especial, 1982.

7 Richard Thorn, économiste nord-américain, cité par Walter Gomez d'Angelo, op. cit., p. 110.

8 Cf. James W. Wilkie, op. cit.

9 Cole Blasier, op. cit.

10 A ce sujet, cf. Sergio Almaraz Paz, Petróleo en Bolivia, La Paz, José Camerlinghi, 1969 ; Amado canelas O., Petróleo y nacionalismo. La Paz, Altiplano, 1963 ; Enrique Mariaca, Mito y realidad del petróleo boliviano, La Paz, Los amigos del libro, 1966.

11 Andrés Soliz, “La actitud frente a los recursos naturales define la naturaleza de los gobiernos”, in Gas, petróleo y miseria, Cochabamba, Universidad de San Simon/Federación universitaria local, 1979, p. 169.

12 Cf. Rene Rocabado Alcocer, “Gulf Oil y gobierno contra Bolivia”, Letras bolivianas, suplemento 3, 1 (5), septembre 1968.

13 Andrés Soliz Rada, El gas en el destino nacional, op. cit., p. 24.

14 Colé Blasier, op. cit., p. 89-90.

15 Susan Eckstein, Francés Hagopian, op. cit.

16 George Jackson Eder, cité par Colé Blasier, op. cit., p. 87.

17 Ibid.

18 Laurence Whitehead, op. cit.

19 James Wilkie, op. cit.

20 Cité par Colé Blasier, op. cit., p. 103.

21 Cf. Laurence Whitehead, op. cit.

22 Sergio Almaraz Paz, Réquiem para una república. La Paz, Universidad mayor de San Andrés, 1969, p. 27. Cf. aussi le livre du Movimientista Mario Pando Monje, Los movimientistas en el poder, op. cit. ; et celui de Tristan Marof, Breve biografía de Víctor Paz Estenssoro : vida y trasfondo de la política boliviana, La Paz, Juventud, 1965, pour n'en citer que deux tres différents.

23 Albert Memmi, Portrait du colonisé, Paris, Jean-Jacques Pauvert, 1966.

24 Cornelius Zondag, La economía boliviana (1952 - 1965) : la revolución boliviana y sus consecuencias. La Paz, Los amigos del libro, 1968, p. 59-60.

Table des illustrations

Titre Aide nord-américaine à la Bolivie (1948-1976)
Légende a) Ce tableau ne prend pas en compte les aides du Social progress trust fund administrées par la banque intéraméricaine de développement.b) Comprend : 1) les dons destinés à la coopération technique et au développement, 2) les dons en argent et les autres dons, 3) les dons de nourriture sous couvert de la loi publique 480 et de certains programmes locaux depuis 1958, 4) les crédits de développement.c) Début du programme en Bolivie.d) Fin du programme en Bolivie.e) Au-delà de 1973 ces sommes peuvent inclure plus d’1 million de dollars de ventes d’armes par la voie commerciale.Source: James. W. Wilkie, “US foreign police and economic assistance in Bolivia (1948- 1976)” in: Modern day Bolivia: legacy of the revolution and prospect for the future, Jerry Ladman editor, Tempe (Arizona): Arizona state university, Center for latin american studies, 1978. P. 85-86
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1049/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 158k

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540