Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'instabilité politique de l'Amérique latine

 | 
Jean-Pierre Lavaud

Deuxième partie. Les agents de l'instabilité

Chapitre IV. La néo-oligarchie

Texte intégral

Les dirigeants du secteur privé

  • 1 Amado Canelas Orellano, Mito y realidad de la industrializaciόn boliviana, La Paz, Los amigos del (...)

1Aussitôt installé au gouvernement, le MNR cherche à fortifier l’industrie et à promouvoir une véritable bourgeoisie industrielle. Selon Amado Canelas, Victor Paz est même le politicien qui lie, avec le plus de clarté, le développement économique de la Bolivie au renforcement de la bourgeoisie industrielle1.

  • 2 Pablo Ramos Sanchez, Temas de la economía boliviana, T. 1, La Paz, Puerta del sol, 1983, p. 173.

2A l’époque, l’industrie bolivienne importe presque la moitié des matières premières nécessaires à la production et la quasi-totalité de son capital fixe. Comme il existe un contrôle des changes, et que les devises sont vendues à des taux différents selon les produits d’importation, la concession de devises fournit un bon indicateur de la volonté industrialisante du gouvernement révolutionnaire. De 1953 à 1956, “la bourgeoisie importatrice reçoit 110 millions de dollars pour financer ses opérations et la bourgeoisie industrielle 64 millions de dollars. Compte tenu du change préférentiel de 190 bolivianos (duquel ces financememts ont bénéficié) et du change libre qui, aux derniers moments, atteint 12 000 bolivianos, on comprend comment et dans quelle mesure le nouveau pouvoir révolutionnaire finance la bourgeoisie importatrice et industrielle2. En conséquence, l’industrie nationale connaît un élan qui se traduit par une augmentation de 15 % de la production industrielle entre 1953 et 1955, tandis que le nombre d’entreprises industrielles enregistrées à la Direction nationale de la statistique s’élève de 1109 en 1950 à 1682 en 1956.

  • 3 A la fin de l’année 1955, "La banque centrale suspendit ses crédits à l’industrie en alléguant que (...)

3Mais ces chiffres donnent une idée fausse de la réalité. Les caractéristiques générales de l’industrie bolivienne ne changent pas : elle continue à fabriquer des biens de consommation, à n’utiliser que très partiellement ses capacités de production et à produire à des coûts élevés... Et le capital fixe n’augmente que de 5 % entre 1952 et 1956. Pour quelles raisons ? Principalement parce qu’environ 40 % des devises accordées aux industriels sont utilisées pour spéculer sur le marché libre, ou placées à l’étranger3. De plus, une partie des matières premières et des machines importées est aussitôt réexportée vers les pays limitrophes. Autrement dit, mise au défi par le gouvernement de constituer une véritable industrie nationale, la maigre bourgeoisie en place répond par l’évasion des capitaux, la spéculation, et la consommation ostentatoire. Le MNR souhaite des industriels, il multiplie les négociants.

4En fait, ces commerçants-industriels dont le noyau dur incarne les restes de l’ancienne oligarchie sont effrayés par la Réforme agraire et l’établissement du suffrage universel qu’ils vivent comme la négation même d’un ordre bourgeois. Et la situation leur apparaît comme d’autant plus intolérable que les ouvriers obtiennent un ensemble d’avantages tels qu’il devient pratiquement impossible de les licencier. De plus, étant donné la facilité du trafic de devises et de la contrebande, la conduite générale qu’ils adoptent est tout à fait logique et rationnelle : pourquoi se donner la peine d’investir si, par de simples jeux d’écritures, ou par des astuces commerciales, on peut gagner de l’argent plus vite, sans grands efforts et sans risques ?

  • 4 Richard Thorn, op. cit., p. 211.

5Quand, en 1956, le gouvernement prend des mesures monétaires sévères et rétablit à la fois la liberté des changes et celle du commerce, le fragile édifice industriel s’effondre. Sur les 1682 établissements industriels recensés en 1955, seuls 898 survivent en 1960 et les 25 376 emplois industriels de 1956 régressent à 15 379. Ce n’est qu’en 1966 que la valeur de la production industrielle atteint à nouveau puis dépasse celle de 1955. A cette époque, l’économie bolivienne retrouve incontestablement une meilleure santé, mais, malgré ces bons résultats généraux, l’économiste Richard Thorn fait remarquer que “même l’attitude extrêmement favorable de l’administration barrientiste à l’égard des affaires ne permet pas de déclencher la plus légère augmentation des investissements dans les entreprises manufacturières”4.

  • 5 Ley de inversiones (1972), Ley de promociόn de las exportaciones no tradicionales (1977), Ley de i (...)
  • 6 De plus, "la charge fiscale pesant sur le secteur privé diminue brusquement de 77 à 44 % entre 197 (...)
  • 7 Rolando Morales Anaya, "Elementos para la comprensiόn del desarrollo industrial boliviano en la dé (...)

6Dans les années 1970, les conditions sociales et politiques ne sont plus celles des années 1950 ; l’ordre public est garanti par la répression. L’économie bolivienne connaît une période faste : du fait de la hausse des prix de vente des hydrocarbures et des métaux non ferreux sur le marché mondial, la balance commerciale est largement excédentaire. De plus, les pétro-dollars ne demandent qu’à se fixer dans le pays. Le gouvernement de Banzer favorise alors l’investissement par un ensemble de lois qui consistent en crédits préférentiels, en réduction d’impôts et en protections douanières5. Une grande partie de l’épargne interne en forte croissance (en 1975, le total des dépôts du public s’accroît de 35,3 % et en 1976, de 64,8 %) est mobilisée en faveur du secteur privé et notamment de l’industrie : en pesos courants, le montant des crédits qui lui sont destinés augmente de 39 % par an entre 1970 et 19796. Or, cette politique de crédits faciles ne provoque pas de développement accéléré du secteur industriel. Certes, le taux annuel moyen de croissance de la production industrielle pour toute la décennie est de 5,4 % (7 % entre 1970 et 1976 et 3 % entre 1976 et 1980). Mais il est légèrement inférieur à ce qu’il avait été dans les années 1960 et, pour Rolando Morales, “la faible réponse du secteur privé à l’incroyable extension du crédit en sa faveur illustre de manière éloquente aussi bien l’insuffisance de l’initiative industrielle que l’inefficacité productive du secteur”7.

7A la fin de la décennie, la configuration interne de l’industrie bolivienne reste grosso modo la même. En 1976-1977, 84 % des établissements ont moins de 25 ouvriers ; 3 % en ont entre 100 et 499 et moins de 0,4 % en ont plus de 500. 35 % de la production sont composés de produits alimentaires et de boissons, 24 % de produits textiles, et 23,4 % de produits chimiques dérivés du pétrole. Seul vrai changement, celui qu’a entraîné la naissance des industries métalliques (52 % de croissance annuelle entre 1970 et 1979). Mais il est principalement dû à l’ouverture des fonderies d’étain de l’Entreprise nationale de fonderie (ENAF), une entreprise d’Etat ; la fabrication de produits métalliques (20 % de croissance annuelle) est elle aussi, en partie, financée par l’Etat, l’assemblage automobile notamment.

8La production industrielle d’un secteur donné tend à être dominée par une ou quelques firmes (textiles : Saïd ; boissons : Cervecería boliviana ; chaussures : Manaco (un des rares exemples d’une entreprise industrielle complètement étrangère). Et cette structure oligopolistique décourage la formation de nouvelles entreprises en même temps qu’elle contribue aussi à l’inertie d’industries locales traditionnelles privées de concurrence qui peuvent survivre sans véritablement se moderniser.

9En l’espace d’une trentaine d’années, le pays n’a donc pas réussi à se doter d’un véritable tissu industriel. L’industrie vit, vivote le plus souvent, protégée par les facilités diverses que lui accordent les gouvernements successifs. Il est donc vain de chercher une bourgeoisie industrielle en Bolivie ; elle n’existe pas. Ces pseudo-bourgeois sont des assistés perpétuels dont les revendications relèvent d’une sorte de mendicité chronique. Et la bourgeoisie industrielle “introuvable” déploie la plus grande partie de son énergie à dévier, canaliser, le maximum d’argent frais vers elle : l’industrie lui sert de prétexte, mais produire ne semble pas sa principale préoccupation.

  • 8 Cf. Susan Eckstein, Frances Hagopian, "The limits of industrialization in the less developed world (...)

10A l’inverse, les grandes maisons commerciales d’importation ont très largement accru leurs activités et leur influence. Cinq d’entre elles, toutes en place avant 1952, succursales de multinationales ou montées par des immigrants en contact avec les marchés internationaux ayant des droits exclusifs de distribution pour les produits qu’elles représentent, dominent très largement le marché national de l’importation. Elles continuent de marquer très fortement l’ensemble des catégories dirigeantes de leur empreinte et à imposer une mentalité plus commerciale qu’industrielle8.

11Mais continuons à explorer le secteur privé de l’économie. Trois autres groupes attirent l’attention qui, à l’inverse de l’industrie, ont pris leur essor après 1952 et jouent un rôle de plus en plus important, tant dans la vie économique que dans la vie politique du pays. Le premier est celui de la mine privée dite moyenne, le second est celui de l’agro-industrie orientale - déjà étudié -, le troisième est celui des financiers du secteur bancaire et des assurances.

12A partir des années 1960, les exploitants miniers du secteur privé regroupés dans l’association des mineurs moyens, constituent sans nul doute une des catégories dirigeantes les plus dynamiques du pays. En effet, alors que leur part relative de production de minerais oscille de 10 à 19 % entre 1949 et 1959, elle grimpe à 30 % et plus entre 1960 et 1970 (36 % en 1970).

  • 9 13 compagnies minières privées et 45 coopératives sont autorisées à travailler sur les propriétés (...)

13Pourquoi la mine moyenne connaît-elle un essor aussi rapide ? Sans nul doute en raison des politiques gouvernementales de cette période ; tout d’abord le Plan triangulaire mis en place pendant la seconde présidence de Paz Estenssoro, puis les décisions de Barrientos qui dénationalise en partie la COMIBOL9. Mais si le bilan des mines moyennes est nettement positif, c’est aussi parce que les compagnies minières privées n’ont pas eu à rembourser la nationalisation, à financer les universités ou à alimenter clandestinement le gouvernement bolivien. Elles n’ont pas plus été obligées de faire produire des mines presque épuisées ou de financer des expérimentations métallurgiques coûteuses... Moins soucieuses de la législation sociale et moins contrôlées par les syndicats, elles ont produit les minerais à des coûts plus bas.

  • 10 Sergio Almaraz Paz, Requiem para una república, La Paz, Universidad Mayor de San Andrés, 1969, p. (...)

14Qui sont donc ces mineurs “moyens” ? Sergio Almaraz Paz brosse d’eux, avec talent, un portrait suggestif : “Les ”moyens“, lancés dans une course spectaculaire, représentent essentiellement des intérêts étrangers. Leur appétit est contagieux. De nouvelles compagnies s’organisent qui rencontrent facilement des appuis financiers... Les nouveaux arrivés et les ”moyens“ traditionnels comme Grace et Fabulosa, maintiennent des relations et présentent un front uni quand ils ne se disputent pas le même butin. Ils disposent d’avocats et d’hommes d’affaires, gérants et ex-gérants de la mine, au sein de l’USAID, de la Corporaciόn minera de Bolivia, du Banco minero, de la presse et, pour ce qui concerne Roberto Arce, des Nations Unies. De plus, ils ne manquent pas d’argent... S’il ne s’agit pas de crédits officiels (BID, USAID, etc.), il s’agit de prêts bancaires ou de consortiums qui cherchent des alliances avec les producteurs locaux”10.

  • 11 José Maria de la Cueva, Bolivia : imperialismo y oligarquia, La Paz, Roalva, 1983, p. 181.

15En réalité, il est difficile de démêler l’écheveau des relations entre la mine moyenne et les intérêts étrangers auxquels fait allusion Sergio Almaraz. De fait, jusqu’en 1974, le groupe américain Grace possède trois des principales mines moyennes (Avicaya, Estalsa et International Mining) qui extraient à elles seules 50 % de l’étain et 85 % du wolfram en provenance des mines moyennes. La Compania minera del Sur qui la suit en importance (et qui a absorbé la Fabulosa) compte aussi des capitaux américains et panaméens (38 % des actions appartiennent à la First National City Bank). Elle est la seconde productrice d’étain du groupe et la seconde productrice de zinc. D’autres entreprises telles que Churquini (filiale de la Anschutz Mining Corporation, Etats-Unis), productrice d’antimoine, ou Nitto (intérêts japonais) productrice d’étain, sont nettement identifiées comme étant des entreprises étrangères11. Mais il n’en manque pas de boliviennes dont la plus importante, la Empresa minera unificada (EMUSA), est la principale productrice d’antimoine.

16En 1974, les actions de la Grace sont vendues à un groupe privé bolivien dirigé par Guillermo Guttierez Vea Murguia, ex-collaborateur du “baron” Aramayo. Dans le nouveau groupe Estalsa, les capitaux boliviens sont depuis lors majoritaires ; ils sont complétés par des capitaux canadiens et suisses, cependant, même si les propriétaires ont changé, les marchés, la technologie, les sources de financement, les lignes d’importation sont restés les mêmes. Et l’“empire” de la Grace, sous un autre nom, loin de se dissoudre, s’est encore consolidé.

  • 12 Cf. Susan Eckstein, Frances Hagopian, op. cit.

17Comme les autres catégories de dirigeants, la catégorie des moyens propriétaires tend vers l’oligopole puisque les trois groupes principaux (ESTALSA, EMUSA et COMSUR) produisent 44 % de l’étain, 92 % du wolfram, 88 % du zinc, 67 % de l’antimoine et 40 % du bismuth extraits par le secteur privé12.

18Une autre caractéristique des principaux actionnaires des mines boliviennes est qu’ils ont très largement diversifié leurs activités. La Grace est sans nul doute la première entreprise d’importation, notamment d’équipements d’exploitation minière ; elle commercialise les minerais, est actionnaire de plusieurs banques (Banco industrial, Banco boliviano americano, Banco hipotecario nacional, Banco de inversiόn boliviano) de diverses compagnies d’assurances et possède des entreprises industrielles et des sociétés agricoles (soit une cinquantaine d’entreprises). EMUSA est présente dans 32 entreprises en plus des mines ; son affaire la plus florissante est le Banco hipotecario nacional. COMSUR importe des équipements miniers, etc. Ajoutons que ces divers groupes ont des liens entre eux. La Grace et EMUSA possèdent en commun des actions du Banco hipotecario national, contrôlent les Industrias alimenticias Savoy SA et sont aussi actionnaires SOFOGAN (Sociedad de fomento ganadero). De même, Grace et COMSUR ont des intérêts communs au travers de la First National City Bank.

19Il semble que l’axe le plus solide auquel s’articulent les autres activités éventuelles soit celui qui lie le commerce d’import-export à l’activité minière. Chacun des grands groupes miniers possède sa maison d’import-export : Grace et PEMSA, EMUSA et Rica-Cruz, COMSUR et MINESA. Mais ce schéma vaut aussi pour d’autres : l’entreprise Barrosquira et la maison Hansa, l’entreprise Pabόn et la maison Gundlach, les entreprises Dowa Mining Co Ltd et Ochiay hermanos et la maison Kanematsu Gosho Ltd... Juste après la révolution, ce sont les activités commerciales d’importation qui ont été les plus fructueuses, puis, peu à peu, l’extraction et la vente des minerais sont redevenues des activités hautement lucratives.

20En somme, les propriétaires de mines les plus en vue, ceux qui possèdent les principales mines, sont aussi des financiers, des commerçants et des industriels avisés. Seuls quelques-uns des plus petits propriétaires moyens ont tous leurs intérêts dans les mines. Pour les plus grands, l’extraction de minerais n’est donc qu’une activité parmi d’autres, plus ou moins fondamentale et lucrative selon les cas.

  • 13 José Ortiz Mercado, Bolivia : estrategia econόmica del desarrollo nacional, 1971-1979, cité par Gu (...)

21Reprenons le cas de l’entreprise Grace. Dans les années 1960, elle extrait et commercialise la plus grande partie du wolfram, effectue toutes ses opérations bancaires avec des banques étrangères (First National City Bank, Bank of America...) et peut ainsi sortir du pays “tout l’excédent de devises qu’elle produit ; étant donné qu’elle peut compter sur d’autres mécanismes pour se pourvoir en monnaie nationale, elle n’a pas besoin de changer les dollars obtenus grâce aux exportations pour payer les productions nationales”13. De plus, “un des mécanismes grâce auxquels ces maisons (d’import-export) s’assurent la captation d’un excédent considérable est celui de l’exclusivité des importations. Grace et Hansa sont les agents exclusifs de firmes américaines et suédoises, productrices d’équipements miniers. Ce système oblige les entreprises publiques, particulièrement la COMIBOL à réaliser ses acquisitions par leur biais”. Enfin, Grace acquiert un droit exclusif de vente du sucre et du lait, produits par la Corporaciόn boliviana de fomento. Ainsi, l’infrastructure commerciale domine jusqu’au secteur public bolivien.

22Il est donc évident que c’est au moins autant de la maîtrise des importations d’équipements miniers et des exportations de minerais que de l’exploitation des mines elles-mêmes que ces industriels miniers tirent leur richesse et leur pouvoir. Les entreprises du secteur public sont leurs principaux clients quand ils ne figurent pas aussi, comme la COMIBOL ou la CBF au nombre de leurs fournisseurs. Et c’est en s’imposant à la jointure des marchés commerciaux et financiers internationaux qu’ils arrivent à influencer de manière décisive la politique économique du pays.

23En définitive, quand on analyse avec soin le petit monde des moyens propriétaires miniers, on en arrive à des constatations analogues à celles qu’inspirait l’étude des industriels. Bien que l’extraction de minerais soit une activité lucrative, ce qui est moins le cas des activités industrielles (sauf exception : les industries de boissons, par exemple), elle est en quelque sorte pilotée et chapeautée par des intermédiaires commerciaux et financiers. Et rappelons qu’il en va aussi de même pour les plus en vue des agro-industriels crucéniens, à la fois liés aux maisons commerciales et propriétaires des banques locales.

24Si, dans un premier temps après la révolution, il faut chercher du côté des grandes maisons commerciales d’import-export les dirigeants qui orientent l’activité économique nationale, à partir des années 1960, il faut aussi les chercher du côté des banquiers.

  • 14 José Maria de la Cueva, op. cit., p. 201. Entre 1965 et 1970 les dépôts bancaires s’étaient accrus (...)

25On peut, me semble-t-il, émettre quatre hypothèses pour expliquer le développement de l’activité bancaire. Les deux premières tiennent à la durée des deux gouvernements militaires répressifs et libéraux à la fois, de Barrientos et de Banzer. Pendant ces deux périodes, le mouvement des capitaux est peu réglementé, il est même favorisé et la stabilité politique relative donne confiance aux banquiers. La troisième raison tient à l’augmentation de la masse monétaire et des crédits en provenance de l’étranger. A cet égard, la conjoncture est extrêmement favorable entre 1974 et 1978 : les pétro-dollars ne demandent qu’à se placer dans le pays, et les dépôts bancaires, notamment les dépôts sous la forme de comptes d’épargne, s’accroissent considérablement (528 % en 4 ans)14. Enfin, il faut que l’activité bancaire soit lucrative. Ce qui est précisément le cas pendant le gouvernement du général Banzer puisque le taux de rendement annuel des capitaux atteint 30 % si bien qu’au bout de 4 ans, on peut récupérer le capital initialement investi. On assiste donc à un véritable engouement pour l’activité bancaire : en 1978, dans ce pays comptant à peine cinq millions d’habitants, dont le pourcentage de ceux qui sont liés au système bancaire est infime, il y a 27 banques (23 privées dont 7 étrangères) - en 1952, il n’y avait que 3 banques privées nationales - et 4 publiques, comptant plus d’une centaine de succursales et employant 2 800 personnes.

26Chacun des grands groupes commerciaux d’import-export travaille avec une banque donnée, ou, si l’on préfère, chacune des banques a des attaches privilégiées avec certaines maisons commerciales. De plus, les banques boliviennes adoptant une logique commerciale, le pas est vite franchi entre ces deux activités qui présentent la particularité d’un jeu financier à la charnière des marchés nationaux et internationaux.

27A la fin des années 1970, on retrouve donc l’élite des catégories dirigeantes boliviennes (industrielles, agro-industrielles, minières et commerciales) au sein du monde bancaire. Tous les groupes importants sont liés soit à des banques étrangères (le groupe minier COMSUR et la First National City Bank), soit possèdent des portefeuilles d’actions dans les banques nationales, ou les administrent directement.

28Terminons ce rapide aperçu du monde bancaire bolivien par un examen un peu plus minutieux des actionnaires et des opérations du Banco industrial SA. Créée en 1963, cette banque a pour objet exclusif de promouvoir l’industrie. Dans ce but, elle offre des financements à moyen ou long terme à des taux inférieurs à ceux des banques commerciales. Ses fonds proviennent de grandes institutions de crédit internationales (BID, BM) ou étrangères (USAID), de banques commerciales, et de la Banque centrale bolivienne. Ses actionnaires sont divisés en 4 catégories qui, en 1975, sont réparties de la manière suivante :

  • Les banques privées nationales (11 actionnaires : 155 950 actions) ;
  • Les entrepreneurs privés (251 actionnaires : 151 650 actions) ;
  • Les investisseurs étrangers (6 actionnaires : 357 124 actions) ;
  • Les compagnies minières (17 actionnaires : 151 650 actions)15.

29La lecture de la liste des actionnaires offre une vision synthétique des entreprises et des banques “qui comptent” dans le pays. Leur classification par catégories est quelque peu artificielle, puisque, ainsi que cela a été montré précédemment, chaque grand groupe se retrouve dans plusieurs catégories, sinon dans toutes. Si bien qu’en fait, 48,1 % des actions sont détenues par 6 grands groupes. Les deux premiers sont des investisseurs étrangers : la Organizaciόn para el fomento de inversiones en América latina (ADELA) et la Corporaciόn financiera international, un des bras de la Banque mondiale. Viennent ensuite les groupes Grace, Said (dominante textile), Johnson (dominante brasserie), Hansa (dominante import-export), EMUSA et COMSUR (dominante mines). On mesure donc une fois de plus l’étroitesse du groupe des grands propriétaires des moyens de production. En effet, si tous les entrepreneurs privés boliviens ne sont pas actionnaires de cette banque, peu de ceux qui comptent en sont absents.

  • 16 Susan Eckstein and Frances Hagopian, op. cit.

30Il est non moins intéressant de constater que cette banque originairement vouée à favoriser le développement industriel ne destine plus la totalité de ses crédits à l’industrie. En 1978, 20 % des crédits sont accordés aux propriétaires miniers et 6 % aux entreprises de tourisme. De plus, “... les montants moyens des prêts accordés aux miniers moyens sont 6,5 fois plus élevés que ceux des prêts consentis aux industriels ; ceux des prêts aux entreprises de tourisme sont 2,25 fois plus élevés. Enfin, on constate que les prêts accordés aux industriels vont majoritairement aux secteurs traditionnels (viande, textile, construction...)”16. Toutes ces données réunies montrent donc, une fois de plus, les résistances considérables aussi bien de la part des financiers étrangers que des patrons boliviens à développer une véritable industrie nationale moderne.

  • 17 Jan Bartlema, Augusto Soliz, Bolivia, estudio de la poblaciόn econόmicamente activa a nivel depart (...)
  • 18 Selon Susan Eckstein et Frances Hagopian, op. cit. L’échantillon retenu par ces deux auteurs inclu (...)

31Rassemblons nos diverses informations sur la catégorie des propriétaires des moyens de production. Ils sont peu nombreux. Le recensement de 1976 compte seulement 13 992 “patrons et employeurs” dans l’ensemble du pays, soit 0,93 % de la PEA. La plupart d’entre eux dirigent de petites entreprises réparties presqu’également dans les secteurs primaire (32,56 %), secondaire (30,02 %) et tertiaire (36,39 %)17. Indication subsidiaire : la banque privée, dont l’importance a été soulignée, est la propriété de 8 700 actionnaires. Evidemment, ce chiffre n’est pas directement comparable au précédent. Il donne une simple idée de la concentration de la richesse si l’on admet l’hypothèse préalablement défendue selon laquelle les plus en vue des Boliviens sont intégrés au système bancaire depuis les années 1970. Finalement, étant donné la tendance oligopolistique de chaque branche, l’élite des propriétaires des moyens de production ne dépasse pas une quinzaine de groupes18.

  • 19 François Bourricaud, Pouvoir et société dans le Pérou contemporain, Paris, Presses de la Fondation (...)

32Dans l’ensemble des catégories dirigeantes, y compris dans les groupes clefs, les affaires, même diversifiées, sont le plus souvent des affaires de famille, comme en témoigne la lecture des listes d’actionnaires. Selon un schéma analogue à celui de l’entreprise péruvienne dépeinte par François Bourricaud, “l’actionnaire typique est une famille ou une gens. Chacun de nos puissants seigneurs ne parle et décide pas seulement pour lui, mais au nom et pour le compte de fils, neveux, cousins dont il administre la fortune”19. Ce qui ne rend d’ailleurs pas les décisions faciles, car cette structure familiale prépondérante ne semble pas toujours, loin s’en faut, un modèle de discipline. Elle ne semble pas non plus, aussi clairement que dans l’exemple péruvien, ou dans la mafia italienne, structurée autour d’un maître ou d’un “parrain” incontestable, et les tâches ne paraissent pas distribuées selon des principes fermes et bien réglés. Enfin, ces familles sont relativement ouvertes, au sens où les alliances ne sont pas sévèrement contrôlées, comme en témoigne le cas crucénien.

33Au-dessus de cette structure familiale assez élastique, il est un autre cercle influent que l’on pourrait définir comme communautaire ou “ethnique”. Ce n’est un secret pour personne que les intérêts allemands - on devrait dire des familles d’origine allemande, toujours liées, pour la plupart, à des groupes de familiers restés en Europe - sont étroitement associés et promus de concert. La Chambre de commerce et d’industrie boliviano-allemande qui compte 145 membres (30 % de l’industrie privée du pays et 23 % des entreprises de La Paz) est particulièrement efficace. Peu de noms à consonance hispanique figurent dans les listes d’actionnaires des principaux groupes allemands, les Germains d’origine tendant toujours à s’associer entre eux pour créer de nouvelles affaires. Citons encore la communauté arabe avec les familles Saïd (textiles), Asbun (commerce). Et il faut de plus en plus compter avec les Japonais : groupe Tanaka-Kawaï-Soto (import-export Toyota, et tourisme), groupe Ochiay (mines et industrie). Outre les structures formelles directement liées à leurs activités, ces communautés se regroupent dans des associations spécifiques (clubs, cercles sociaux), où elles développent une sociabilité propre et renforcent leurs liens internes.

34Sur l’ensemble des groupes dirigeants, seuls deux d’entre eux ont une vocation industrielle. Les autres sont principalement faits de marchands ou d’entrepreneurs miniers. Autrement dit, il s’est progressivement reconstitué une économie d’enclave à prédominance d’exportations primaires (mine, hydrocarbures, et produits agricoles) à cette différence près que ce ne sont plus des barons de la mine qui la contrôlent, mais plutôt le monde composite des intermédiaires commerciaux et financiers. Les plus puissants des propriétaires sont en réalité des maîtres des circuits de la circulation de l’argent et des marchandises, plus que des producteurs, qui réalisent leurs profits à la jointure des marchés nationaux et internationaux.

Les commis de l’Etat

  • 20 Prescripciones para el ordenamiento del sector público descentralizado, Directiva presidencial n° (...)

35Dans un pays comptant un secteur public qui, en 1977, représente 31 % du PIB, 23 % de l’épargne nationale, 89 % des exportations, 70 % de l’investissement et 11 % de l’emploi (20 % de l’emploi non agricole), les grands commis de l’Etat ont incontestablement un rôle économique de premier plan20.

  • 21 Cf. Informe de la misiόn de asistencia técnica de Las Naciones Unidas a Bolivia (Informe Keenleysi (...)

36Depuis les années 50, les effectifs de fonctionnaires ne cessent de croître : 3 % de la population active en 1950 ; 11 % en 1976. Bien entendu, ils font un bond juste après la révolution, notamment à cause de la création ou du renforcement des ministères sociaux et par suite de la nationalisation des mines. Mais en la matière, les gouvernements militaires ne font que continuer la politique du MNR. De 1949 à 1964 le nombre des fonctionnaires de l’administration centrale passe de 24 174 à 37 000 et il atteint 99 988 en 1981. Cette même année l’ensemble du secteur public compte 199 962 employés21.

  • 22 Jan Bartlema y Augusto Soliz, op. cit.

37Quelle est la part des hauts fonctionnaires dans cet ensemble ? Le recensement de 1976 ne distingue pas les emplois du secteur public et ceux du secteur privé. On est donc obligé de se contenter d’une approche assez grossière et d’opérer par déduction. Les hauts fonctionnaires sont répartis dans deux catégories socio-professionnelles : les profesionales, 85 497, soit 5,70 % de la population active, et les gerentes et administradores, 9 091 personnes, 0,61 % de la population active. Les profesionales sont plutôt salariés (86,5 %), d’origine urbaine (72,20 %) et une faible majorité d’entre eux sont des hommes. L’importance du contingent féminin dans cette catégorie s’explique par le fait qu’elle inclut les enseignants. Quant aux gerentes et administradores, ils sont salariés pour moitié (48,56 %), dans leur grande majorité de sexe masculin (82,36 %) et 87,96 % résident à la ville22.

38Une comparaison entre les données des recensements de 1950 et de 1976 montre que l’ensemble regroupé des profesionales et des gérants-administrateurs de sexe masculin connaît une forte progression relative : son indice de croissance vient en second après celui des routiers et chauffeurs de taxi ; il est immédiatement suivi de celui des employés. Et si l’on prenait en compte la population féminine, la progression des profesionales et des empleados serait sûrement encore plus élevée, du fait de l’accroissement de la population enseignante féminine.

39Que déduire de ces approximations dont il faut bien se contenter faute de statistiques mieux appropriées ? Principalement, que le secteur public a absorbé la plus grande part des nouveaux emplois hautement qualifiés (profesionales) et des emplois de bureau dans l’intervalle de temps qui sépare ces deux recensements. On ne saurait s’en étonner puisque, d’une part, l’administration centrale a embauché de plus en plus d’enseignants et de personnel de santé, mais aussi nombre d’économistes (ministère des Finances, de la Planification, de l’Industrie), d’architectes (ministère de l’Urbanisme, etc), qui sont venus s’ajouter aux occupants traditionnels des postes de haut niveau que sont les juristes et autres avocats. De plus, la COMIBOL, ENAF, YPFB, constituent des viviers d’ingénieurs et de techniciens, de même que certaines institutions décentralisées (Comisiόn de energia nuclear, Servicio geologico de Bolivia, Instituto de investigaciones minero-metalurgicas). Quant aux corporations régionales de développement, toutes en place en 1976, elles peuvent être considérées comme des bureaux d’études et comme telles concentrent des personnels hautement qualifiés.

L’emploi en 1950 et en 1976

L’emploi en 1950 et en 1976

Source : Jan Bartlema, Augusto Soliz, Bolivia : estudio de la poblaciόn econόmicamente activa a nivel departemental segun el censo de 1976, La Paz : Instituto nacional de estadistica, 1980, p.46.

40A partir de données de 1974, voyons maintenant comment le secteur public est organisé. Il est composé d’une administration centrale (présidence de la République et ministères), d’une administration décentralisée (institutions publiques, entreprises publiques, entreprises mixtes, corporations régionales de développement et comités régionaux de travaux publics), d’une administration déconcentrée (préfectures) et enfin d’une administration locale (municipalités).

41On dénombre 172 entités publiques réparties de la manière suivante :

42Présidence de la République 1

43Ministères 19

44Institutions publiques 82

45Entreprises publiques 35

46Entreprises mixtes 9

47Corporations régionales de développement 4

48Comités de travaux publics 5

49Préfectures 9

50Municipalités urbaines 9

51Chacune des institutions décentralisées est rattachée à un ministère. Les préfectures sont quant à elles dépendantes du ministère de l’Intérieur, les corporations régionales de développement du ministère de la Planification et les comités régionaux de travaux publics du ministère de l’Urbanisme (ils disparaissent au cours des années 1970 et chaque département compte une corporation de développement). Quant aux municipalités, elles sont autonomes depuis 1942, mais en fait, il n’y a pas eu d’élections municipales entre 1950 et 1985, et les maires ont été désignés par le pouvoir exécutif.

  • 23 Presidencia de la República, Estudio sobre la situaciόn actual de la administraciόn pública bolivi (...)

52La pléthore d’institutions publiques décentralisées n’est pas sans poser de nombreux problèmes aux gouvernants souvent incapables d’imposer leur politique. La constitution de chaînes d’autorité cohérentes est compliquée par les chevauchements de compétences entre ces diverses entités et les ministères. Il arrive fréquemment que plusieurs organismes soient responsables d’une même activité : en 1974, 14 s’occupent de promouvoir les exportations, 4 de transports ferroviaires, 9 de financement de projets de développement23. Comme chacun de ces organismes développe un esprit de corps et défend jalousement ses emplois, ses méthodes, son originalité, il ne peut qu’en résulter gaspillage et cacophonie.

  • 24 Presencia, 4 septembre 1972.

53Une directive présidentielle de l’année 1977 intitulée Prescripciones para el ordenamiento del sector publico decentralizado constate, en introduction, qu’en effet, bon nombre d’institutions décentralisées ont une “sensibilité institutionnelle si marquée qu’elle les porte à ignorer le fait qu’elles sont des propriétés publiques sujettes au jugement de la nation au travers des mécanismes adéquats d’information, de supervision et de contrôle”24. Diffusée à la fin de la plus durable des présidences militaires, elle donne la mesure exacte des graves problèmes d’autorité que les officiers n’ont pas été en mesure de régler.

  • 25 Bulletin IPE, 12 septembre 1977.
  • 26 Bulletin IPE, 24 octobre 1977. Cet impôt avait été décrété en 1969.
  • 27 Bulletin IPE, 24 octobre 1977.

54Elle est d’ailleurs rendue publique par voie de presse alors qu’un conflit oppose l’entreprise pétrolière YPFB au ministère des Finances au sujet du paiement des royalties du pétrole ; royalties que l’entreprise se refuse à régler au trésor public, alors qu’elle “se vante d’avoir gagné 52 millions de dollars US l’année précédente”25. Elle n’est d’ailleurs pas la seule dans son cas puisque, selon le rapport de la mission Musgrave qui a réalisé une étude approfondie du système fiscal bolivien, “au moins quatre entreprises clairement assujetties à l’impôt de 20 % sur les utilités (Empresa siderurgica boliviana SA, SIDERSA ; Empresa nacional de electricidad, ENDE ; Centro nacional de computacion, CENACO ; Lloyd aéreo boliviano, LAB) ne sont même pas enregistrées à la Direccion general de la renta interna26. Dans ces conditions, rétablir l’autorité gouvernementale relève de l’exploit. A tel point que, selon Lopez Muñoz, l’application de la directive présidentielle “paraît plus difficile que de trouver une solution sans échange à la claustration géographique de la patrie”27.

55Paradoxalement, plus le pays se centralise et plus il devient difficilement administrable. D’un côté, l’Etat crée sans arrêt de nouvelles institutions publiques, prend sans cesse en charge de nouvelles activités économiques - on le voit par ailleurs essayer de rationaliser son appareil administratif (c’est du moins l’esprit et la lettre des diverses réformes administratives entreprises) - mais de l’autre, le maquis des institutions publiques décentralisées favorise les écarts et les pressions de tous les “lobbies” nationaux (syndicats, partis, comités civiques, familles et réseaux patronaux...) et étrangers, empêche l’élaboration de politiques cohérentes, mine l’autorité gouvernementale et joue donc contre la rationalisation. L’expression quelque peu contradictoire d’une centralisation décentrée permet de rendre compte de cette situation : centralisation car finalement le centre vorace tend à tout absorber ; décentrage parce qu’à l’intérieur de ce fourre-tout, chaque institution n’en fait qu’à sa tête.

56Pour mieux juger de la conduite des bureaucrates et des profesionales boliviens du secteur public, rappelons les principales caractéristiques de l’idéal weberien de la bureaucratie. Les fonctions administratives sont spécialisées et différenciées ; des examens de compétence règlent l’accès à l’emploi ; les transferts et les promotions sont réalisés selon des critères universalistes ; les décisions sont prises en fonction de calculs rationnels. Ainsi s’établit une hiérarchie de fonctionnaires disciplinés et responsables. De plus, comme l’administration est au service de la collectivité, elle se caractérise aussi par son impartialité et le fonctionnaire, pour être en mesure de répondre efficacement et sans pressions aux tâches qui lui sont imparties, reçoit un salaire et bénéficie d’une certaine sécurité.

  • 28 Gerald Brenan, Le labyrinthe espagnol : origines sociales et politiques de la guerre civile, Paris (...)
  • 29 Laurence Whitehead, "El Estado y los intereses seccionales", Estudios andinos 10, 4 (1), 1974-1975 (...)

57En reprenant une idée de L. Whitehead, opposons-lui le modèle de l’administration espagnole du début du siècle telle que la décrit Gérald Brenan28. Les créations d’emplois administratifs obéissent aux pressions politiques, il en va de même de nombre des décisions concernant la marche des services ; le recrutement et les promotions se font par cooptation selon des critères particularistes et discrétionnaires, sans qu’il soit tenu compte des compétences ; enfin, la machine administrative est inefficace et les fonctionnaires sont partiaux et peu scrupuleux. Comme l’indique Whitehead de manière concise, “Alors que le type idéal du bureaucrate wébérien doit être capable d’agir de manière désintéressée, le bureaucrate type de Brenan est incapable d’agir de manière détachée. Alors que l’Etat prussien est décrit comme flottant au-dessus de la “société civile”, presque au-delà de sa portée, l’Etat espagnol apparaît submergé sous le poids de la “société civile”, apparemment incapable de se libérer d’elle pour mettre sur pied des politiques d’intérêt général”29.

58Le modèle administratif bolivien se situe quelque part entre ces deux types, à une distance qui varie selon l’organisme public, souvent selon le service, selon la tâche même que le fonctionnaire doit accomplir, toutes n’étant pas définies avec le même degré de précision.

  • 30 Nations Unies, Report ot the technical assistance mission to Bolivia, New York, Nations Unies, 195 (...)

59Il faut souligner en premier lieu que l’administration bolivienne des années 1960-1970 ne manque plus de personnel qualifié. Nous avons vu qu’elle a recruté des profesionales en grand nombre. On ne peut donc plus reprendre à son propos l’observation de la mission Keenleyside de 1950, selon laquelle “les qualifications techniques et les capacités pratiques de nombreux cadres ne semblent pas atteindre un niveau très élevé”30, même si, nous le verrons plus loin, les compétences sont loin d’être également réparties selon les services.

  • 31 Cette pré-enquête a pu être réalisée grâce à la collaboration de Salvador Romero Pittari, professe (...)
  • 32 Presencia, 6 avril 1978.

60Mais le recrutement des fonctionnaires, si l’on en juge par les résultats d’une enquête exploratoire31 que j’ai entreprise en 1978 dans les ministères des Finances et du Travail, s’opère principalement par relations personnelles : un parent ou un ami recommande l’impétrant, à moins que ce ne soit le ministre en place ou quelque autre supérieur qui appelle le parent ou l’ami à ses côtés (49 % des cas). Cependant, certains fonctionnaires sont recrutés à la suite d’offres publiques d’emploi sur dossiers ou par concours (39 %). Mais l’existence d’un concours ou d’un examen n’est évidemment pas une garantie d’impartialité. En 1978, le président du Consejo nacional de ingenieria, une association corporatiste de défense professionnelle, affirme même dans son discours d’entrée en fonction : “les concours organisés pour attribuer certains postes sont une véritable fraude et une tromperie”, au point que les profesionales boliviens à la recherche d’un emploi public “doivent traverser une véritable muraille impénétrable de haine, d’envie et d’égoïsme”32. Une appréciation qui, on le voit, ne s’embarrasse pas de fioritures. Parmi les réponses non classées, mais qui relèvent toutes en fait de la cooptation, j’ai retenu les suivantes : “Parce que je suis footballeur, je joue bien et je suis entraîneur” ; “pour des raisons politiques” ; “parce que j’étais dirigeant syndical”... Si les influences politiques sont peu citées, c’est qu’en fait elles se confondent avec les influences amicales. La muñeca ou la cuna sont des aides que l’on ne saurait refuser à un frère en politique.

61Quand on les questionne sur la possibilité d’une future promotion, les fonctionnaires se divisent d’abord en deux groupes à peu près égaux selon qu’ils valorisent leur travail, leur expérience, leurs capacités, en bref leur prestation de service ou l’appréciation de leur chef. Mais ces deux réponses ne s’excluent pas forcément et aboutissent à une formulation du style “que mes chefs prennent en compte mes capacités, mes mérites” ; elle signifie qu’il est loin d’en être toujours ainsi. Le jeu des influences amicales et politiques est quatre fois plus fréquemment cité que les concours et examens internes, et l’ancienneté n’est mentionnée qu’une fois. Autrement dit, l’avancement comme le recrutement est surtout affaire de relations avec des supérieurs immédiats, ou avec quelque parrain haut placé : “Ils nomment le neveu ou le filleul” constate un de mes interlocuteurs.

62Abordons maintenant la délicate question de la stabilité de l’emploi. On entend souvent les fonctionnaires se plaindre de ce qu’à chaque changement de cabinet ministériel - et ils sont nombreux - s’opèrent des licenciements ou des déclassements en cascade. Dans l’enquête, l’instabilité de l’emploi apparaît souvent comme un des inconvénients majeurs que doit subir l’employé du secteur public. Et pour cette raison, la quasi-totalité des fonctionnaires de l’échantillon déconseillerait à ses enfants d’embrasser la carrière de fonctionnaire. Deux catégories de personnel paraissent particulièrement exposées en cas de revirement politique : les hauts fonctionnaires, principalement les directeurs de cabinet (troisième poste en importance, juste au-dessous du secrétaire d’Etat, subsecretario) - dès que l’on est nommé directeur, on a un pied dehors, me disait l’un d’entre eux ; et le petit personnel sans qualification des portiers, messagers, auxiliaires de bureau... Les postes intermédiaires sont plus sûrs, surtout ceux pour lesquels des compétences techniques définies sont requises, a fortiori dans certains ministères clefs comme celui des Finances.

63Mais cette présentation d’ensemble mérite d’être nuancée. Au ministère des Finances, sur 10 directeurs et chefs de service interrogés, 8 ont plus de 10 années d’ancienneté dans ce même ministère, et au ministère du Travail, 3 sur 10 présentent un état de service équivalent. De plus, une large majorité de ces cadres administratifs ont fait l’intégralité de leur carrière dans l’administration publique et ont des profils de carrière sans à-coups. En cas de licenciement, il semble donc que l’on peut retrouver un emploi sinon équivalent (pour les directeurs notamment), du moins immédiatement inférieur, dans un autre ministère, ou dans une des nombreuses autres institutions publiques, jusqu’à ce qu’une opportunité se présente de regagner un poste de responsabilité plus élevée. C’est seulement chez les plus jeunes que l’on constate des déplacements rapides, généralement d’une administration à l’autre, qui répondent plus, en réalité, à des désirs personnels d’amélioration de leurs revenus ou d’ajustement de leur emploi à leur formation, qu’à des nécessités de mutation pour des raisons politiques.

64En 1950, le rapport de la mission Keenleyside notait déjà qu’en dépit des changements fréquents de ministres et de la brièveté du passage de certains hauts fonctionnaires à un poste de responsabilité donné “... dans certaines agences gouvernementales, la coutume se développe de conserver les mêmes hauts fonctionnaires et les mêmes employés qualifiés voire même la majorité du personnel, d’une administration à la suivante. Cette évolution est particulièrement nette dans certains ministères et municipalités qui emploient un nombre considérable de salariés des services administratifs, fiscaux et autres depuis 10 ans, 20 ans ou plus, et où les promotions internes sont fréquentes”. Cette remarque peut être généralisée à une plus grande partie de la fonction publique à la fin des années 1970. Mes observations plaident donc plutôt en faveur d’une sécurité, toute relative bien sûr, de l’emploi.

65Il est toutefois possible que ce diagnostic effectué à la fin d’une période d’exceptionnelle continuité - les sept années de la présidence de Banzer - pèche par excès d’optimisme. En réalité, il faut opérer une distinction entre la stabilité de l’emploi et le sentiment que les fonctionnaires en ont. Tous s’inquiètent de ce que la Ley del sistema de personal y de carrera administrativa du 24 août 1973, qui prévoit des dispositions uniformes pour toute l’administration aussi bien pour ce qui concerne les examens d’entrée, les promotions, les procédures d’évaluation du travail, la formation et le perfectionnement, que les garanties de l’emploi, ne soit toujours pas en vigueur en 1978 ; on a tout juste terminé une classification des emplois avec une échelle des correspondances entre les différents postes. Ils réclament aussi le droit de se syndiquer et de disposer ainsi d’un moyen de défense collectif ; ce droit qu’ils avaient conquis en 1952 et qui a été supprimé en 1964. On peut donc opposer la stabilité partielle du corps administratif au sentiment d’insécurité que ressentent tous les fonctionnaires, principalement dû aux pratiques discrétionnaires qui règlent l’entrée et la progression dans la carrière.

66Demandons-nous maintenant quel attrait peut bien présenter un travail dans la fonction publique dont on vient de voir qu’il apparaît comme aléatoire et qu’il est généralement mal payé - si on excepte les quelques hauts salaires des cadres des institutions décentralisées ? Notons d’abord que certains emplois de type administratif notamment, ou d’autres liés à des spécialités particulières, telle que l’énergie nucléaire, par exemple, ne peuvent être exercés qu’au sein du secteur public. Ecartons-les pour revenir au cas général. Les plus jeunes considèrent parfois leur travail dans l’administration comme une sorte de formation complémentaire indispensable permettant d’acquérir, en même temps, une expérience professionnelle et une bonne connaissance des rouages administratifs et politiques. Certains avancent que le secteur public offre un poste d’observation privilégié de la vie socio-politique bolivienne, ou allèguent la possibilité de “faire quelque chose pour le pays”. Et au ministère des Finances, d’autres disent leur satisfaction de se trouver au cœur des mécanismes d’élaboration de données comptables qui orientent toute la politique économique.

67En fait, tous ceux-là, d’une manière un peu voilée, disent leur désir d’être mêlés au jeu politique, voire de faire une carrière politique. La pratique administrative étant déjà une pratique politique, entrer dans l’administration, c’est entrer en politique. Par ailleurs, l’horaire continu, mis en pratique dans les années 1970, et d’une manière générale une grande tolérance quant aux absences, permettent à beaucoup de continuer des études supérieures ou d’occuper un emploi secondaire. Quelquefois, cette activité annexe est l’activité principale - ou plus lucrative. Tel est le cas de cet ingénieur des mines qui, après des études à l’étranger, a fait toute sa carrière au ministère du Travail (où il dirige un service au moment de l’enquête) et se trouve en même temps à la tête d’un bureau d’études. Tel autre possède une entreprise forestière. Certains comptables ont des cabinets privés. Il en va de même pour de nombreux avocats. Tous se servent habilement de leur insertion administrative pour faire prospérer leur entreprise privée, leur négoce, leur agence. Aux plus bas échelons de l’administration, l’activité parallèle dans le privé fournit le complément de salaire le plus souvent bien nécessaire.

68Abordons maintenant le thème des relations hiérarchiques. A la question : selon vous, est-il préférable d’avoir des relations étroites avec ses supérieurs ou de garder ses distances ? 70 % répondent que les relations étroites sont préférables ; la plupart d’entre eux ayant effectivement des relations hors travail avec leurs supérieurs. Et quand on demande à ces derniers s’ils se réunissent avec leurs employés hors du lieu de travail, seuls 25 % répondent que non. Quelles sont les occasions de rencontre hors travail ? Ce sont généralement les anniversaires, certaines fêtes annuelles, mais aussi n’importe quand, d’un commun accord. Pour la majorité des hommes, les fins de semaine donnent lieu à une réunion quasi rituelle, le vendredi du célibataire (viernes de soltero). A cette occasion, ils se rassemblent par petits groupes dans des lieux idoines, le plus souvent des restaurants où ils jouent aux dés, se lestent d’un picante et alignent soigneusement les bières de 75 cl qu’ils boivent pendant la soirée. Là, ils étalent leurs griefs, se confient les uns aux autres, et “refont le monde”. Au total, excepté 5 personnes sur l’ensemble de l’échantillon, tous considèrent les réunions hors travail comme nécessaires à la bonne marche du travail : “de nombreuses idées pratiques de travail sortent de là”, “pour qu’il puisse y avoir une plus grande élasticité dans l’accomplissement du travail”, “on parle des problèmes et on trouve des solutions” ; pour qu’il y ait des relations plus amènes entre chefs et employés : “au cours de ces réunions, les craintes s’effacent, la glace est rompue entre supérieurs et subalternes”, “pour une plus grande confiance entre chefs et subalternes”, etc. L’idéal étant d’arriver à une relation d’intimité, de compañerismo, qui serait en quelque sorte le sel de la vraie vie. Souvent ces réunions prennent l’allure de fêtes. Elles marquent donc une rupture dans la monotonie du travail : “on oublie tout”, “à cause du soulagement que cela procure”.

69Les quelques personnes en désaccord avec cette façon de voir et de procéder, chefs ou employés, allèguent à l’inverse qu’elles sont contraires à la nécessaire autorité et à l’impartialité du chef, car elles se terminent souvent par des saoûleries et des disputes.

70En somme, l’atmosphère du bureau est une atmosphère familière - pour ne pas dire familiale - où les liens affectifs primaires sont très forts, avec les avantages inhérents à ce type de liens, et aussi les inconvénients : entre autres, celui de devoir se soumettre à des nonnes de groupe assez contraignantes, avec le danger d’être vite écarté si l’on ne participe pas aux sorties communes hors du travail. Les rôles sociaux ne sont pas clairement séparés et, pour le chef, le paternalisme est toujours de rigueur : “Le chef doit être l’ami des employés ; le chef ne doit pas être un joug, il doit aider l’employé à résoudre non seulement ses problèmes de bureau mais aussi ses problèmes particuliers”. A l’autre pôle, l’employé déploie toute une stratégie de séduction pour amadouer le chef et s’en faire, dans la mesure du possible, un ami.

71Les noyaux de profesionales incorporés au secteur public ont donc beaucoup de mal à faire triompher les valeurs et les normes bureaucratiques et professionnelles qu’ils réclament (progressions de carrière codifiées, inamovibilité du fonctionnaire, prise en compte des compétences et des expériences...). Ils en sont empêchés en amont par les turbulences de la vie politique, et en aval par les “traditions familiales” qui ont cours dans les administrations.

Les politiciens

72Nombre de données concernant la conduite des politiciens sont déjà connues, dispersées dans la première partie de cette étude. Rappelons pour mémoire leur tendance au caudillisme, le peu de cas qu’ils font des idéologies ou leur manque d’éthique de conviction, de même d’ailleurs que leur manque d’éthique de responsabilité, et, par voie de conséquence, leurs alliances labiles. Toutes ces caractéristiques qui ont trait à leur conduite et à leur mentalité ont des incidences directes sur les mécanismes de l’instabilité qui ont été détaillés précédemment. Il reste à examiner plus attentivement comment se bâtit une carrière politique et, bien entendu, quels sont les rapports entre la classe politique et les autres catégories dirigeantes.

73La composition sociale du Congrès fournit un indicateur commode de l’origine sociale de la classe politique. Malheureusement, l’absence de statistiques régulières oblige à des approximations plus ou moins convaincantes selon les époques.

  • 33 Cf. Laurence Whitehead, "Miners as voters : the electoral process in Bolivia’s mining camps", Jour (...)

74Rappelons qu’aux dernières élections précédant la révolution, celles de 1951, le nombre des votants atteint tout juste 211 000 personnes33 (257 519 hommes alphabétisés ont été recensés en 1950). Mais entre 1940 et 1951, le nombre des votants a doublé et aussi bien l’entrée de représentants des mineurs au parlement (en 1944 et 1946) que le succès du MNR en 1951 sont sans nul doute provoqués par ce premier élargissement spectaculaire du jeu politique.

75Les premières élections au suffrage universel, celles de 1956, amènent au Congrès de nombreux députés et sénateurs d’origine modeste (mineurs, ouvriers, employés, paysans...), pour la plupart des meneurs syndicaux, proches de Lechin. Ce dernier ayant obtenu la majorité à la Convention du MNR qui précède les élections use en effet largement de son influence pour imposer ses partenaires de la COB. Par la suite, le même jeu des influences au sein du parti gouvernant réduit considérablement la place des leaders syndicaux, et les politiciens traditionnels reprennent leurs positions d’antan.

  • 34 Elle est élaborée à partir des listes publiées dans Coyuntura n° 26, août 1979. Il faut considérer (...)

76Une analyse grossière des qualifications professionnelles des parlementaires élus en 1979 donne une idée des proportions auxquelles on est revenu depuis le début des années 196034. Au Sénat, les avocats sont très nombreux : sur les 19 sénateurs dont on connaît la qualification - le Sénat compte 27 membres -, il y a 11 avocats. Et les autres professions représentées sont dispersées selon un éventail qui va du dirigeant paysan au curé, en passant par l’officier. Insistons sur le fait qu’il ne s’agit que de simples qualifications professionnelles. Il est impossible de savoir à l’aide de ces seules données si le futur sénateur a effectivement exercé sa profession et s’il l’exerçait à la veille des élections. On s’aperçoit aussi que 10 d’entre eux ont déjà appartenu à la haute fonction publique (certains ont été ministres) et que 8 sont des chefs de file ou de hauts responsables de partis politiques.

77A la chambre des députés, l’éventail des professions est plus large. Sur les 74 cas connus (il y a 117 députés), on trouve 20 avocats (ils sont toujours les plus nombreux) et 17 profesionales, auxquels on pourrait rattacher les 5 militaires ou policiers et les 4 écrivains. Et il y a 18 dirigeants syndicaux (ou ex-dirigeants syndicaux) dont la moitié (8) - c’est un peu la surprise de ces données - sont des paysans. Il n’y a que 6 ouvriers ou mineurs et 2 employés. Enfin, signalons que l’on trouve tout de même 4 entrepreneurs. On voit donc que, si ce n’était la présence de responsables syndicaux, surtout paysans, la composition de ce Congrès ne serait pas très éloignée de celle des Congrès de l’avant-révolution. Les avocats et autres “docteurs” y sont à peine moins présents. Les professions à caractère technique (ingénieurs, notamment) et les entrepreneurs n’y font qu’une timide percée. Le grand nombre relatif de dirigeants paysans syndicalistes dispersés dans les différents fronts s’explique aisément : chaque coalition espère ainsi canaliser les voix paysannes majoritaires dans le pays ; voix paysannes qui, nous l’avons vu, se sont effectivement dispersées sur l’échiquier politique.

78Un tiers des députés de l’échantillon a déjà occupé des postes publics et un peu moins d’un tiers a des responsabilités dans un parti. Ce dernier chiffre s’explique lui aussi aisément : il faut bien que chaque front électoral satisfasse les partis qui en forment la coalition. Ainsi le Congrès est-il un puzzle où l’on trouve un dosage minutieux de leaders politiques et syndicaux et de proches du candidat à la présidence.

  • 35 José Maria Centellas G., Democracia imperfecta, Estado inconcluso, La Paz, Instituto boliviano de (...)

79La classification des sénateurs et des députés selon leur qualification nous donne seulement une indication de leur niveau culturel, mais elle ne permet guère une estimation de leur revenu ou de leur niveau de vie. Or, selon José Maria Centellas, “une étude sur les moyens économiques dont disposent les parlementaires durant les sessions 1979-1980 mène au résultat suivant : “10 % d’entre eux sont des entrepreneurs très influents, 20 % des profesionales ayant du prestige et des rentes personnelles, et le reste, 70 %, sont presque indigents. Ils proviennent de la classe moyenne pauvre, de la classe ouvrière et du monde paysan”35. Ces pourcentages, aussi approximatifs que les précédents, nuancent les données concernant les qualifications : d’une part, ils signifient que les congressistes de la liste dont les qualifications ne sont pas connues sont pour beaucoup d’origine modeste et, d’autre part, que parmi ceux ayant décroché le titre d’avocat, bon nombre n’exercent pas cette profession et tentent une carrière politique précisément pour gagner leur vie. Autrement dit, une majorité de congressistes n’ont pour revenu principal que leurs indemnités parlementaires. On comprend mieux dès lors qu’un président de la République minoritaire au Congrès - s’il n’est pas trop minoritaire évidemment - puisse tenter de regagner la majorité “en recourant à un débauchage individuel de sénateurs et de députés, par l’offre d’un pouvoir, d’une position éminente dans le gouvernement en plus de cadeaux en argent”. Et on entend mieux aussi que tous les militants zélés qui n’ont pas eu la chance d’être choisis par le candidat à la présidence du groupe auquel ils appartiennent pour figurer sur la liste des futurs congressistes fassent ensuite des pieds et des mains pour trouver un ancrage dans la fonction publique. En reprenant une autre distinction classique de Weber, on dira donc que la majorité du personnel politique bolivien vit moins pour la politique que de la politique. Il s’agit d’un corps de politiciens professionnels qui dépasse largement le cénacle des élus pour englober des ensembles de hauts et moins hauts fonctionnaires, plus ou moins clients et dépendants de l’éligible.

80Les destins personnels des ténors de la vie politique bolivienne sont connus. Ils ont tous subi des hauts et des bas, ont passé une partie de leur vie en exil ou dans la clandestinité, quand ils n’ont pas fait de la prison. Mais tous ont réussi à survivre dans une relative aisance, soit que leur famille d’origine ait été fortunée, soit qu’ils aient fait valoir d’autres qualifications, soit qu’ils aient profité de leur passage au gouvernement pour se monter une cagnotte qu’ils ont su préserver. Mais on ne dispose malheureusement d’aucune étude qui retrace le destin de tous ces militants-responsables politiques à mi-chemin entre la base et le sommet, qui finalement constituent le cœur de la catégorie des politiciens car l’existence même des partis repose sur eux.

  • 36 Oscar Barbery Justiniano, Yo un boliviano cualquiera, Buenos Aires, Insula, 1976. L’auteur du roma (...)

81C’est pourquoi il me paraît suggestif de suivre la trajectoire d’Anibal Lopez, héros malheureux du roman Yo, un boliviano cualquiera qui essaie de faire métier de la politique36. Anibal Lopez est né dans un village proche de Santa Cruz de la Sierra : “C’était une sorte de station balnéaire des hautes lignées crucéniennes qui y commandaient sans protection ni justice pour le peuple”. Rejeton illégitime d’un de ces fils de famille, il est élevé par une mère d’origine modeste qui lui sacrifie sa vie et il peut poursuivre des études dans la ville voisine. A 17 ans, il est envoyé sur le front du Chaco. Par chance, la guerre est en train de se terminer. Rapidement de retour, il crée un journal qui “servait la cause de la Bolivie dans sa guerre avec le Paraguay et celle du peuple qui se mourait de faim”, puis il organise une centrale syndicale. Ainsi débute sa carrière politique.

82Anibal Lopez n’est pas un quelconque Bolivien, mais certainement un politicien quelconque dont les plus puissants s’entourent et profitent. Dans les années 1940, au nom d’un socialisme uni, il est élu député d’un des gouvernements de droite du sexenio et, de ce fait, il rate le coche de la révolution de 1952. Il se rend compte que son chemin aurait dû être celui de ce grand rassemblement populaire et il finit par le rejoindre, mais si tardivement qu’il ne fait que l’accompagner dans sa chute qui survient 3 ou 4 ans plus tard.

83Pourquoi entre-t-il au MNR ? “J’ai déjà parlé de l’étrange fascination que les foules exercent sur moi. Pour comprendre ma décision vieille de quelques années d’entrer au MNR, il faut y ajouter les ingrédients suivants : la faim me serrait les entrailles ; je devais trouver des protections pour échapper aux mandats judiciaires d’emprisonnement...”.

84Qu’y fait-il ? “Chienne de vie que la mienne ! Comme un ancien sédiment mon origine faisait que les autres voyaient en moi le simple collaborateur de cabinet ; le messager, le dactylographe, le confident de cochonneries, le rédacteur de communiqués et de résolutions ; finalement l’écrivain de discours, rôle obscur et médiocre. Je devais accepter de déclencher, par délégation, des cris d’enthousiasme et des applaudissements... J’eus plusieurs maîtres. Tous passèrent pour intelligents avec mes travaux, en échange desquels ils me laissaient des miettes pour vivre, des hôtels de seconde catégorie pour me loger et des espérances pour le futur”.

85Un temps, il obtient une avance d’argent pour fournir en viande la mairie d’Oruro, puis il étend ses contrats aux mines de la COMIBOL. Mais un jour, un avion s’écrase contre la montagne ; une autre fois, la viande qui pourrit à l’aéroport est refusée par la COMIBOL. Et criblé de dettes, il doit abandonner son négoce sans avoir réussi à asseoir sa situation.

86On peut se demander pourquoi il n’arrive pas à s’installer plus durablement sur les sommets de la vie politique, à occuper les postes qu’il convoite. C’est le thème du livre. Une partie de la réponse tient aux complexités d’un personnage qui n’est pas un vulgaire arriviste et qui n’est pas non plus guidé par le seul désir de s’enrichir. Mais une autre tient aux données de la vie politique bolivienne. Selon lui, il y a trois moyens d’arriver au pouvoir : intriguer, disposer d’une force armée, ou compter avec les masses. N’étant pas militaire, il ne lui en reste que deux. Avant la révolution, il est élu député parce qu’il encadre un syndicat, malheureusement, il met ses troupes au service de gouvernements balayés par la tourmente révolutionnaire. Plus tard, quand il est enfin entré au MNR, on le voit bien encore haranguer les foules dans son ancien fief, mais c’est pour faire des promesses qu’il ne peut satisfaire car sa position au sein du parti ne lui permet pas de les tenir.

87Après la chute du parti, il ne lui reste que l’intrigue. A l’heure où il écrit son histoire, sans emploi, malade et affamé, il cherche une occasion d’offrir ses services aux militaires qui sont devenus les nouveaux maîtres du pays. Il dispose d’un capital : son expérience de journaliste et ses liens avec le milieu de la presse. Voici comment il s’y prend : “Je me mis donc à agrandir fébrilement le cercle de mes relations personnelles, en m’efforçant de me lier de préférence avec les militaires et secondairement avec les civils”. Certes, l’art de tisser des relations utiles n’est pas cultivé par les seuls politiciens boliviens. Mais ce qui est plus spécifique de la situation bolivienne, c’est que notre héros n’a pas d’autre moyen d’arriver à ses fins et que sa nourriture quotidienne en dépend. Il est pressé par l’urgence. “Peu de temps après avoir suivi scrupuleusement ce plan, je commençais à être indispensable pour tous ces gens du pouvoir”. Alors, il accomplit des tâches qui ressemblent à s’y méprendre à celles qu’il assumait pour les figures en vue du parti : il participe aux conférences de presse, rédige des articles, relie les dirigeants syndicaux et les autorités du moment, inspire des projets, etc. A une différence près cependant, il n’a plus de clientèle propre plus ou moins réelle, plus ou moins fictive à organiser pour un vote, à réunir pour une manifestation. Il est seul.

88L’occasion se présente enfin pour “émerger en pleine lumière”. Une insurrection éclate à Santa Cruz. Sa connaissance du milieu local, aussi bien civil que militaire, lui permet de saisir rapidement que le soulèvement est voué à l’échec. Il se met aussitôt à la disposition des militaires en place et leur propose un plan d’action qu’ils acceptent, mettent en œuvre et qui réussit. En récompense, les militaires le nomment pompeusement Coordinador general civil. Avec le commandant militaire du district, il désigne le nouveau personnel politique local et il préside une commission chargée d’étudier les agissements des fonctionnaires.

89Mais la Coordinaciόn general civil ne connaît qu’une existence éphémère : elle cesse ses fonctions le jour où le gouvernement considère que la vie a repris un cours normal à Santa Cruz. Et Anibal Lopez qui a laissé échapper les postes politico-administratifs légaux, tels maire ou préfet, n’a d’autre ressource que celle de devenir le secrétaire du général qui commande la zone. Mais le général tombe en disgrâce.

90Sentant venir le moment où il se retrouvera sans travail, il essaie de diversifier encore ses relations. Il se lie d’amitié avec un puissant industriel local en offrant un travail administratif à l’un de ses proches. Puis il incite son nouvel ami à intervenir en sa faveur auprès du gouvernement afin de pouvoir conserver une fonction officielle. Mais le couperet tombe depuis La Paz : le ministère de l’Intérieur lui reproche son passé politique. Ses divers contacts personnels ne compensent plus son manque de représentativité d’un courant d’opinion réel. Tirant la leçon de cette dernière déconvenue, il affirme sentencieusement “la politique est une épreuve de force dans laquelle même le plus habile est impuissant”.

91Il est facile de s’indigner de ses zigzags politiques, de son passage d’un parti à l’autre. En fait, il maintient une ligne idéologique, au demeurant assez vague, réformiste-nationaliste, plutôt centriste, quelque part entre la gauche et le centre-droit, à l’image du MNR. Et à un de ses amis qui l’accuse d’être cynique dans sa recherche d’un poste politique, il réplique : “As-tu déjà ressenti la faim ? Si tu n’es pas capable de voler pour te sauver ou sauver tes enfants, qui es-tu ? A peine un être domestiqué chez qui même les instincts les plus purs de l’espèce sont bloqués par une morale décadente. La morale est le fruit de la richesse”.

92Or le chemin est étroit pour trouver un travail quand on appartient au monde des “employés” de la classe moyenne qui “ont proliféré comme des champignons”. “Marginalisés de la possession des biens, éloignés de la production”, que peuvent-ils faire d’autre “que poursuivre cet incommensurable pouvoir de l’Etat bolivien avec son énorme appareil militaire et économique, sans aucune entrave juridique ou de classe” ? Cet Etat “avec son intromission fantasque dans toutes les sphères d’activités, même privées, (...) tentation et proie des déclassés et des “décastés” qui le poursuivent jour et nuit, à la lumière et dans l’obscurité, depuis les casernes, les journaux, les bordels, les églises, les hôtels, les tables familiales, les universités et même les jardins d’enfants, sans perdre une minute, volant des heures au sommeil et au travail, avec des hautes études ou sans elles, sans jamais prononcer une parole qui ne serve leurs fins, sans cesser d’utiliser en leur faveur une seule amitié ou une seule rencontre, considérant chaque homme, chaque femme et même chaque enfant comme un instrument en vue de leurs objectifs”.

93A écouter Anibal Lopez, on saisit mieux à quel point la classe politique et l’administration sont imbriquées l’une dans l’autre : politiciens en vue et fonctionnaires-militants sont absolument nécessaires les uns aux autres ; les politiciens aux fonctionnaires pour trouver du travail et les fonctionnaires aux politiciens pour faire leur travail.

  • 37 Alcides Arguedas, Pueblo enfermo, La Paz, Puerta del Sol (offset ed. 1936), s.d., p. 218.
  • 38 Carlos Romero, Las taras de nuestra democracia, La Paz, s.e., 1920, pp. 194- 95.

94On pourrait penser que la fièvre politique a gagné le pays après la révolution de 1952 et qu’elle est due à la fois à l’élargissement du jeu politique à l’ensemble de la nation et à la multiplication des postes de fonctionnaires. En fait, les observateurs politiques boliviens du début du siècle avaient déjà noté cette fébrilité au point que leurs écrits paraissent toujours d’actualité. Ils en fournissaient même des explications qui complètent celles d’Anibal Lopez. Pour Alcides Arguedas, “la politique (...) -c’est la seule activité qui passionne les Boliviens - n’est plus l’art de conduire avec adresse les affaires publiques, c’est le moyen de se procurer des situations et d’accumuler des richesses. Aujourd’hui, en Bolivie, la politique est le commerce le plus lucratif, le plus sûr, le plus commode...”37. Et pour Carlos Romero : “L’incapacité des classes dirigeantes du pays à gagner leur vie par leur propre initiative dans l’industrie, le commerce ou l’agriculture, les amène à profiter du budget de l’Etat... Cette forme de parasitisme favorise les arrivistes et permet l’organisation et la prospérité de groupes d’exploiteurs sans scrupules qui dissimulent leurs appétits en s’affichant comme des partis politiques”38.

  • 39 Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, Tome II, Paris, Garnier -Flammarion, 1981, 3è (...)

95Il est remarquable de constater que l’explication de Carlos Romero s’ajuste parfaitement à une des judicieuses déductions de Tocqueville dans le tome II de son livre De la démocratie en Amérique : “Mais si dans le même temps que les rangs s’égalisent, les lumières restent incomplètes ou les esprits timides, ou que le commerce et l’industrie, gênés dans leur essor, n’offrent que des moyens difficiles et lents de faire fortune, les citoyens désespérant d’améliorer par eux-mêmes leur sort, accourent tumultueusement vers le chef de l’Etat et demandent son aide... La recherche des places devient la plus suivie de toutes les industries”39. Non seulement Tocqueville donne une bonne explication du désir “immodéré des fonctions publiques” qu’il constate dans les monarchies centralisées dont le modèle est bien sûr la France d’alors, mais encore il en déduit la précarité gouvernementale ou, si l’on préfère, l’instabilité politique. En effet, le gouvernement ne peut plus satisfaire rapidement avec des moyens limités des désirs qui se multiplient “sans limite”, et vit dans la crainte que le “peuple des solliciteurs“ renverse la constitution du pays et change la face de l’Etat” “par le seul besoin de faire vaquer des places”. Voici donc établie une relation directe et fondamentale entre absence ou faiblesse du développement industriel, passion politicienne et instabilité politique qui sans nul doute doit figurer au cœur de l’explication des turbulences politiques et sociales boliviennes.

Les réseaux d’enrichissement

  • 40 Melvin Burke et James Malloy, "Del populismo nacional al corporativismo nacional : el caso de Boli (...)
  • 41 Salvador Romero Pittari, Las fuerzas sociales y el sistema burocratico-autoritario : el caso boliv (...)

96Les propriétaires des moyens de production, les hauts fonctionnaires et la classe politique, civile ou militaire, forment-ils un bloc cohérent ? Apparemment non puisque leurs déchirements internes font l’actualité politique. Dans les années 60 -70, divers théoriciens ont pourtant cru cerner l’apparition d’une classe dirigeante portée par un idéal commun ou plus exactement une vision commune du développement national caractérisée par l’adoption d’une forme “technocratique de capitalisme d’Etat” pour Melvin Burke et James Malloy40, ou par l’apparition d’une “bureaucratie autoritaire à orientation technocratique” pour Salvador Romero41.

97Mais s’en tenir aux visées de modernisation économique et politique en régime autoritaire revient à privilégier l’apparence au détriment du fonctionnement. La COMIBOL est peut-être une grande corporation “moderne”, mais elle fonctionne empiriquement, comme le souligne à juste titre René Ruiz Gonzalez. Traiter de la haute fonction publique bolivienne comme d’une “techno-bureaucratie” occulte l’omniprésence des réseaux serrés de parents, co-parents et fidèles, dans un pays où le microcosme de “ceux qui comptent” est si réduit. Le fait que les dictatures militaires aient imposé un style administratif plus rigide, et des prises de décisions en petits comités dans le secret des cabinets, ne signifie pas pour autant que ces décisions aient été plus rationnelles, plus efficaces, ou plus inspirées par une vision responsable du bien public. Bien qu’ils aient essayé de fonder leur légitimité sur la nécessité de “moraliser” la vie politique - celui de Barrientos au premier chef -, non seulement ils n’ont pas réussi dans cette entreprise, mais encore, ils ont permis voire encouragé la corruption. Il me paraît donc plus judicieux d’orienter la recherche vers l’analyse des réseaux d’enrichissement et des mentalités qu’ils révèlent.

  • 42 Mario Pando Monje, Los movimientistas en el poder. La revoluciόn boliviana : sus grandezas y sus f (...)
  • 43 Cf. Walter Gomez d’Angelo, La mineria en el desarrollo de Bolivia, La Paz, Los amigos del libro, 1 (...)

98Les premiers d’entre eux se constituent dès après la révolution. Etant donné la nouvelle puissance de l’Etat la classe politique montante dont les hauts fonctionnaires font partie en constitue le cœur. Cependant leur pouvoir n’est pas aussi considérable qu’on pourrait l’imaginer à première vue, à la seule considération de leur victoire politique. En effet, pour engendrer cette nouvelle bourgeoisie industrielle dont ils rêvent, pour faire “tourner” les entreprises nationalisées, la COMIBOL au premier chef, les movimientistas n’ont d’autre recours que celui des commerçants et des industriels en place : ils ont besoin de leur savoir-faire. De ce fait, le MNR accueille très rapidement un noyau d’entrepreneurs regroupés dans un des comandos fonctionnels du parti, la célula de importadores, soutenus par divers ministres42. Le couple commensal, classe politique-bourgeoisie commerçante (accessoirement industrielle) prend ainsi consistance, sous la forme de réseaux plus ou moins durables qui, loin d’être habités par une ferveur industrialisante, sont attirés par les profits immédiats des commerces divers qu’ils réalisent43. La plupart sont occultes ou tout au moins discrets, mais les scandales périodiquement révélés par la presse nationale permettent de les démasquer et d’en amorcer l’analyse.

99Pour ne pas revenir sur la période du MNR pendant laquelle tant les devises engendrées par la vente des minerais que les dons nord-américains ont servi à alimenter nombre de trafics, examinons quelques exemples, plus récents, sous la présidence du général Banzer.

  • 44 CEPAL, Los bancos transnationales, el Estado y el endeudamiento externo en Bolivia, Santiago de Ch (...)

100Cette présidence se caractérise notamment par la mise en œuvre de projets grandioses, par l’ensemble des entreprises publiques, qui ont pour principales particularités d’être financés par des crédits commerciaux de banques transnationales dans des conditions désavantageuses (taux élevés et courts délais de remboursement), d’être pour la plupart mal sélectionnés, mal exécutés et terminés avec du retard. Pourquoi en va-t-il ainsi ? Un secrétaire d’Etat à la planification, Enrique García, fournit les premiers éléments d’élucidation de cette multiplication d’“éléphants blancs”44. Après avoir noté qu’un système de planification moderne, en avance sur celui de la majorité des pays latino-américains a été mis en place par le gouvernement de Banzer, il ajoute que les normes édictées ne sont en réalité suivies que pour les projets de faible envergure. A l’inverse, le grands projets “sont conçus, approuvés et exécutés en marge des systèmes en place”. C’est le cas de l’aéroport de Viru-Viru (Santa Cruz), de l’industrie automobile, de la sidérurgie du Mutún, du gazoduc à destination du Brésil, des fonderies de plomb, d’argent et de zinc. “Soit, on a oublié les normes d’élaboration voire les études de factibilité, soit les projets, protégés par des décrets ou des résolutions suprêmes exceptionnels, n’ont même pas été soumis aux mécanismes légaux d’évaluation.... Il en résulte que, dans la pratique, il n’y a pas plus de 10 % de l’investissement public national qui est conforme aux normes légales”. Autrement dit, un certain nombre de personnes imposent des critères discrétionnaires de sélection de projets. Enrique García les rassemble en quatre groupes :

  1. “Les entreprises multinationales vendeuses de technologie et d’équipements qui, de plus, influencent les organismes financiers gouvernementaux et privés de leurs pays d’origine en vue d’obtenir les ressources requises... ;
  2. Les firmes commerciales locales qui représentent les multinationales et qui, comme telles, ont intérêt à augmenter les ventes de leurs commettants, pour obtenir elles aussi de gros profits, sans se soucier des mérites des projets et de l’intérêt national ;
  3. Les protecteurs locaux des projets, fonctionnaires des entreprises d’Etat et du gouvernement, qui donnent leur appui inconditionnel par conviction dans certains cas, ou par convenance personnelle dans d’autres ;
  4. Les groupes civiques régionaux, convaincus par les trois groupes antérieurs des mérites apparents ou réels des projets et de l’impact formidable qu’ils sont supposés avoir sur le développement de leurs régions, de leurs départements, de leurs villes ou de leurs localités, qui constituent les groupes de pression politique les plus déterminants pour l’approbation de ceux-ci par le gouvernement”.

101Si analytiquement on peut parfaitement distinguer, comme le fait Garcia, entre les représentants des firmes commerciales locales, les fonctionnaires ou les responsables politiques promoteurs des projets, et les membres des comités civiques régionaux, il serait tout aussi judicieux de déterminer, dans chaque cas de projet, quel réseau particulier le promeut. Mon hypothèse est que la plupart sont dominés par des noyaux d’alliés assez restreints, ayant un pied dans chacune des instances mises en évidence par García ; principalement articulés par les politico-administratifs et les commercialo-financiers - les comités civiques servant de caisse de résonance - ils se comportent comme des collectifs d’enrichissement. C’est ce que Garcia nomme pudiquement la “convenance personnelle” quand il parle des fonctionnaires, et les “gros profits” lorsqu’il désigne les firmes commerciales. Tous ont intérêt à ce que les projets aboutissent et à ce qu’ils soient surdimensionnés ; leurs gains en dépendent. D’où cette frénésie de projets et leur gigantisme.

  • 45 Cf. Enrique Gutierrez, Poder y corupciόn en Bolivia, Genève, brochure, s.e., 1978.

102Prenons le cas de la construction de l’autoroute La Paz - El Alto (ville satellite de la capitale), qui suscite un des scandales les plus retentissants de la présidence de Banzer45. Elle a été confiée à l’entreprise Bartos, la plus grande et la plus renommée des entreprises de travaux publics et de construction bolivienne. Le scandale provient à la fois du coût de l’ouvrage et de ses malfaçons. Tous les écarts au contrat initial, par trop voyants, provoquent de véhémentes protestations dont la plus retentissante est celle de la Sociedad de ingenieros de Bolivia, preuves et chiffres à l’appui, publié dans la presse. Ils suscitent un rapport de la Contraloria general (équivalent de la Cour des comptes), lui aussi rendu public. Passons sur les détails pour ne retenir que la liste des anomalies les plus criantes dont le rapport n’indique pas comment et pourquoi elles ont été possibles :

  • Le ministère des Transports et des Communications a exercé des pressions pour qu’il soit procédé rapidement à la licitation de l’ouvrage alors que le représentant du BID, l’organisme qui a financé la construction, a émis de fermes réserves étant donné le caractère incomplet des études préalables effectuées par le Servicio nacional de caminos et les bureaux d’études Forrest and Cotton (nord-américain) et Ingenieria politécnica boliviana (bolivien).
  • La firme Bartos est accusée d’avoir perçu illégalement des rallonges de subvention. Celles-ci ont été accordées par le ministère des Transports (9 500 000 dollars, le 17 juin 1977) alors même qu’une première commission d’enquête avait été formée à cause de la lenteur des travaux.
  • La Contraloria general fait aussi grief à la firme Bartos d’avoir profité des libérations de taxes autorisées pour l’importation de biens d’équipement et de matériel lourd afin d’acquérir des biens personnels à raison d’un “considérable pourcentage” du montant des libérations : entre autres matériels, elle a importé des véhicules légers et des pièces de rechange pour ces mêmes véhicules alors que par ailleurs, elle a été obligée de louer du matériel lourd à des entreprises chiliennes pour renforcer son équipement disponible.
  • Enfin, en marge de la construction de l’autoroute, la Contraloria accuse le Consejo nacional de vivienda, dépendance du ministère de l’Urbanisme et du Logement, d’avoir disposé indûment de 66 logements exclusivement destinés à faciliter la libération du droit de passage. Parmi les fringants nouveaux propriétaires, on trouve des officiers de l’armée et de la police.

103On peut rapprocher ce scandale d’un autre qui le précède, impliquant la même entreprise Bartos, la municipalité de La Paz et la présidence de la République : celui de la canalisation du rio Choqueyapu, ruisseau qui traverse toute la ville de La Paz. L’ouvrage municipal est mis en chantier grâce aux fonds du Programa de arranque para el desarrollo (PADES), dépendant de la présidence de la République. L’entreprise Bartos gagne la licitation en présentant les coûts les plus bas. Mais les réajustements successifs demandés par l’entreprise après le commencement des travaux font monter l’addition de 50 % par rapport au prix initialement prévu. Le travail, commencé en septembre 1973, est terminé en novembre 1975, avec près d’un an de retard. Et on s’aperçoit à la fin de l’année 1977, qu’il présente de nombreux défauts.

104Dans l’affaire de l’autoroute, les noms des principales personnes impliquées ne sont pas communiqués au public par la Contraloria general, et l’affaire du rio Choqueyapu ne donne lieu à aucune enquête. Mais le scandale de l’autoroute fait suffisamment de bruit pour amener la destitution de deux ministres, celui de l’Urbanisme et du Logement, et celui des Transports et des Communications, ainsi que la réorganisation du Servicio nacional de caminos ; cependant il ne donne lieu à aucune poursuite judiciaire.

105Un deuxième exemple va permettre de révéler un autre type de pratiques de concussion. Le 19 février 1976, une petite bombe journalistique éclate à La Paz. Un jeune économiste, fils d’un ministre du gouvernement Banzer (le ministre des Transports, cité dans le cas précédent) et un dirigeant du Mouvement de la gauche révolutionnaire (MIR) dénoncent, preuves à l’appui, un système de fraude fiscale concernant des entreprises industrielles, commerciales et bancaires du secteur privé. L’accusation est la suivante : les entreprises ont un double système de comptabilité, un qui reflète leur situation réelle et qui est destiné aux banques pour obtenir des crédits, un autre, avec des chiffres falsifiés mais dûment légalisés, fait pour être présenté au ministère des Finances en vue du calcul de l’impôt. La documentation exhibée devant la presse met en cause huit entreprises industrielles ou commerciales et une banque : le Banco mercantil. L’ampleur du scandale se comprend mieux si l’on ajoute que le ministre des Finances du moment, Carlos Calvo, est un des principaux actionnaires du Banco mercantil. Les plus hauts responsables du gouvernement sont donc au fait de cette pratique, apparemment généralisée : le jeune économiste précise en effet que sa dénonciation “n’est pas une critique personnelle contre le Banco mercantil... Au cours de ma carrière dans la banque, j’ai abordé ce thème avec les cadres de plusieurs établissements et ma conclusion est que le Banco mercantil est seulement un exemple type de tout le système bancaire national. Cette pratique est générale aussi bien dans les banques nationales qu’étrangères”.

106Fait exceptionnel, les documents fournis à la presse révèlent la liste des actionnaires, des gérants et des comptables des principales entreprises incriminées. L’analyse de ces listes montre bien que la norme est de jouer sur les deux tableaux du secteur public et du secteur privé pour défendre des intérêts personnels ou de groupe : les membres du gouvernement et de la haute bureaucratie d’Etat peuvent provenir du secteur privé et y conserver des intérêts, à moins que leur passage à des postes de décision ne leur permette de prendre des parts dans la constitution de sociétés privées. Quand ce ne sont pas les mêmes personnes qui sont à cheval sur les deux univers, l’entreprise privée dispose de relais dans la haute fonction publique pour obtenir autorisations, franchises ou prêts. Les relais les plus sûrs sont familiaux.

107Bref, on est en présence d’un même monde d’affairistes qui se partagent les tâches pour un enrichissement rapide : aux uns la charge des autorisations, des prêts, des garanties d’impunité, aux autres le rôle de faire fructifier le capital ; un monde d’affairistes qui fonctionne au plus haut niveau de la hiérarchie nationale puisque les plus proches collaborateurs du président de la République en sont les principaux acteurs.

108Enfin dernier cas, celui des profiteurs crucéniens. En 1973, le gouvernement du général Banzer lance une gigantesque entreprise de promotion de l’agriculture cotonnière crucénienne par la concession d’importants crédits. Le Banco agrícola et le Banco central accordent environ 20 millions de dollars de prêts et deux banques privées, la First National City Bank et le Banco do Brasil, en autorisent un montant de 8,7 millions de dollars.

  • 46 Bulletin IPE, 25 avril 1977.
  • 47 Presencia, 9 au 23 janvier 1984.

109Quels sont les bénéficiaires de cette opération ? De vrais agriculteurs bien sûr, mais aussi de nombreux amis et soutiens politiques des gouvernants. Comme le souligne le journaliste Lopez Muñoz, il est certain que dans un premier temps, la tendance du régime est de favoriser et d’enrichir ceux qui ont contribué à sa victoire sur le régime antérieur, mais, au fil des jours, cette manière de procéder qui aurait dû disparaître lentement, continue et même s’accentue46. Une lecture rapide de la liste des débiteurs parue en 1984 dans le journal Presencia47 permet de constater que les records de dettes sont battus par des personnalités connues : un préfet, un président de la Chambre d’agriculture orientale puis de l’Association des producteurs de coton, deux vice-présidents de la Fédération des producteurs de canne à sucre, un président de l’Association des producteurs de lait, un candidat aux élections au comité de direction de l’Association des producteurs de coton, un vice-président de la Chambre de commerce agricole orientale etc. Le colonel Luis Arce Gomez, plus tard ministre de l’Intérieur de Garcia Meza, chassé de l’armée pour trafic de cocaïne en fait lui aussi partie.

110La plupart des crédits ne sont pas remboursés et dès 1975, le gouvernement oblige le Banco agrícola à racheter les portefeuilles en souffrance de la First National City Bank et du Banco do Brasil. Le 30 juin 1976, la perte accumulée du Banco agrícola, qui a aussi pris à son compte, quelques semaines plus tôt, les dettes des éleveurs à l’égard du Banco do Brasil (5 millions de dollars), est telle qu’il ne dispose plus que de 63 % de son capital. Au début de l’année 1984, le total des retards de remboursement imputables à l’agriculture orientale est évalué à 70 millions de dollars, intérêts compris.

111On pourrait penser que l’Etat s’est rattrapé en imposant les entrepreneurs agricoles, la plupart des impôts en provenance de l’agriculture étant des impôts à l’exportation. En fait, entre 1970 et 1976, époque du plus gros effort gouvernemental en faveur de l’agriculture crucénienne, l’ensemble des taxes tirées du secteur agricole a seulement représenté de 0,12 à 5,15 % du total des impôts, alors que l’agriculture engendrait 20 % du PNB environ. Cette maigre collecte provient du fait que de nombreux entrepreneurs agricoles, et particulièrement les producteurs de coton, ont échappé à l’impôt.

112Dans ce dernier cas, très directement et sans artifice aucun, la classe politique a donc rémunéré grassement ses amis agro-industriels (ou pseudo-agro-industriels) avec des fonds publics.

113Il est donc clair maintenant que les catégories dirigeantes sont chapeautées et en quelque sorte guidées par deux d’entre elles :

  1. la bourgeoisie commerciale-financière dont nous avons vu qu’elle intègre la “crème” du secteur privé de l’économie nationale ;
  2. la classe politique partiellement confondue avec la bourgeoisie d’Etat ou “bourgeoisie bureaucratique”.

114L’importance du secteur public porte à croire que la classe politique et la bourgeoisie d’Etat imposent leurs arbitrages. Mais cette proposition logique est trompeuse. Ces deux ensembles ne forment pas un tout cohérent. Les grandes entreprises telles que la COMIBOL ou YPFB disposent d’une ample marge de manœuvre et se soucient peu du ministère des Mines et des Pétroles, ou du ministère de la Planification. Outre le président de la République, seul, en fait, le ministre des Finances leur dicte de temps à autre sa loi par ses politiques financières en faisant varier les formes et les taux d’imposition, en fixant les politiques monétaires, en jouant sur le montant des droits de douane, etc. Des conflits naissent donc fréquemment du fait de l’opposition entre les orientations générales du gouvernement que tentent d’appliquer les fonctionnaires des ministères concernés et les politiques sectorielles d’entreprises qui obéissent à des logiques internes. Ce cas de figure se reproduit à moindre échelle entre certains ministères et les autres unités décentralisées qui tendent à développer des stratégies propres, indépendantes des grandes options planifiées, et ce d’autant plus que, bien souvent, leurs budgets dépendent directement de financements étrangers.

115D’autre part, il est inévitable qu’il y ait des conflits pour les répartitions d’un budget chroniquement déficitaire. Ils sont d’autant plus aigus que chaque groupe politique, et chaque réseau privé-public, disposent d’agents directs ou indirects qui plaident leur cause dans les diverses agences et aux divers échelons de la bureaucratie d’Etat.

116Le groupe qui dicte sa logique et sa mentalité, celui qui donne sa tonalité à l’ensemble des catégories dirigeantes, c’est le groupe commercial-financier. Pour deux raisons au moins. La première tient à l’ancienneté et à la permanence de son implantation dans le pays : ses représentants les plus connus (Grace, Hansa, Bedoya, Chambre de commerce boliviano-allemande, etc.) avaient pignon sur rue avant la révolution et constituaient alors une des antennes de l’oligarchie de l’étain ; il est même le seul groupe qui se soit maintenu jusqu’à nos jours sans avoir souffert des vicissitudes et des aléas des changements politiques. La seconde tient à son caractère oligopolistique et à ses liens avec les compagnies transnationales qui lui donnent à la fois une certaine indépendance à l’égard de l’Etat bolivien et une grande capacité de pression. A la charnière des marchés nationaux et internationaux dans un pays dont il a contribué à maintenir l’économie d’exportation de biens primaires, il est capable aussi bien de mobiliser d’abondants capitaux que de les tarir en les plaçant ailleurs, et donc d’imposer ses choix à la classe politique ou à la bourgeoisie d’Etat, notamment en matière d’importation d’équipements et de produits manufacturés indispensables aux entreprises publiques avec lesquelles il réalise la majeure partie de son chiffre d’affaires.

  • 48 Juan Antonio Morales, "The Bolivian external sector after 1964" in Jerry Ladman (ed.), op. cit., p (...)

117En corollaire, il faut encore insister sur l’absence de bourgeoisie industrielle et donc sur l’échec de la visée révolutionnaire. Pas plus les devises obtenues grâce aux exportations de minerais ou d’hydrocarbures que les apports étrangers n’ont suffi à enclencher une dynamique industrialisante aussi bien pendant la période du MNR que sous les gouvernements militaires. Depuis 1964, “une grande partie des bénéfices d’exportation ont été utilisés pour importer des biens de consommation ainsi que des produits de luxe. Et les fonds étrangers ont été fréquemment investis dans d’énormes projets aux bénéfices douteux”48. Evidemment, cet argent n’a pas été perdu pour tout le monde. Il a contribué à engraisser “un cercle social lié à l’Etat et les secteurs privés improductifs”, un ensemble que l’économiste Jordan Pozo n’hésite pas à dénommer “cleptocratie étant donné que pour obtenir ses bénéfices et ses privilèges, il a uniquement besoin du contrôle effectif de l’Etat”.

118Une des fonctions occultes du commerce d’import-export comme des circuits financiers consiste, en réalité, à sortir l’argent du pays. Et on reste pantois devant le montant des capitaux qui quittent chaque année la Bolivie. Les estimations de ce genre de fuites étant toujours délicates, il m’a paru judicieux d’en juxtaposer deux. Celle d’un économiste bolivien, Ramiro Carrasco Quiroga, et celle d’un économiste péruvien, Oscar Ugarteche. On voit que l’évasion des capitaux augmente au cours des années 1970 : selon Ugarteche, elle triple. En 1977, année record selon Carrasco, elle atteint presque 300 millions de dollars.

Fuite des capitaux (millions de dollars)

Fuite des capitaux (millions de dollars)

Sources : Temas en la crisis, n° 21, octobre 1983, p. 39, et Oscar Ugarteche, "Lo interno de la deuda externa : los casos de Peru y Bolivia", Nueva Sociedad, n° 87, janvier-février 1987, p. 73.

  • 49 Temas en la crísis 21, octobre 1983, p. 39. Selon la Banque mondiale, c’est plus de 80 % de la det (...)

119Pour prendre la mesure de ces fuites, on peut les rapprocher du montant des financements externes. Pour les neuf années prises en compte par Carrasco, l’évasion des capitaux (1 341,6 millions de dollars) atteint 72 % du financement externe (1 866,1 millions de dollars). Ugarteche l’estime quant à lui de 65,57 à 78 % de la dette publique pour les trois périodes qu’il prend en compte. Selon Carrasco, “dans aucun pays du tiers-monde ce pourcentage n’est aussi élevé”49. Pour ce même auteur, le principal canal de sortie des capitaux est la banque commerciale privée qui a acheté 86 % des devises produites par les exportations. Ce qui, une fois de plus, nous ramène au rôle fondamental du système bancaire dans la conformation de la classe dominante bolivienne, du moins dans les années 1970.

  • 50 Max Weber, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon, 1964, p. 73.

120La domination des prébendiers et des courtiers qui est manifeste dans les réseaux d’enrichissement est aussi le signe d’une mentalité spécifique qui nous est maintenant familière. Le capitaliste bolivien est bien loin du type idéal de l’entrepreneur tel qu’il est construit par Weber. “Des hommes avant tout sobres et sûrs, perspicaces, entièrement dévoués à leur tâche, professant des opinions sévères et de stricts principes bourgeois”50 qui considèrent le travail comme une obligation morale jusqu’à en faire une vocation, “redoute(nt) l’ostentation et la dépense inutile tout autant que la jouissance consciente de sa puissance” et “se sent(ent) gêné(s) des signes extérieurs de considération sociale dont (ils sont) l’objet”. A ces entrepreneurs, Weber oppose les “spéculateurs”, les “risque-tout sans scrupules”, les “aventuriers” et même simplement les “grands financiers”.

121Ceux que l’on trouve en Bolivie ne se veulent pas des travailleurs mais au contraire professent un certain mépris pour le travail, font ostentation d’une richesse souvent dépensée en biens somptuaires, et “montent des coups” en nouant des relations pour obtenir le plus possible tout de suite et vivre comme des seigneurs ; dans ce but, toutes les combines sont permises et les protagonistes ne s’embarrassent guère de scrupules. Non seulement, la corruption administrative est la norme mais encore la richesse des uns se nourrit ouvertement (en dernière instance) du travail des autres.

  • 51 L’inattendue stabilité : quelques règles de la vie politique bolivienne, 1880-1930, Table ronde AF (...)

122Cette mentalité que l’on peut brutalement résumer en disant qu’elle est aventurière, peu scrupuleuse, violente et oisive, a des racines profondes. Marie-Danielle Demélas souligne qu’au début du siècle, “beaucoup des activités de l’oligarchie ne se développeraient pas si elle n’avait recours à la violence ; celle qui s’exerce dans les mines, celle de la selva pour le caoutchouc de cueillette sont connues par les œuvres littéraires qu’elles ont inspirées ; moins décrites, celles de la contrebande et des bandes circulant aux confins du pays qui, dirigées souvent depuis La Paz, se livrent aux trafics de toutes sortes, entreprennent des actions punitives contre des serfs récalcitrants, ou se mêlent aux conflits du moment, en Bolivie comme au Pérou. Les factieux vivent de la frontière. Les fortunes s’édifient en contestant les concessions minières, en campant sur les filons du voisin, en faisant alterner corruption des fonctionnaires et intimidation des rivaux. Sur l’hacienda, le fouet, parfois le meurtre. Dans les basses terres, la razzia de captifs, la mort des tribus, le pillage des entrepôts concurrents après la récolte”51.

  • 52 Bautista Saavedra, La democracia en nuestra historia, La Paz, 1921, p. 24. Cf. aussi Carlos Romero (...)

123Quant à la corruption générale, celle des fonctionnaires et des hommes politiques, elle est dépeinte par tous les observateurs politiques de l’époque : “Toute notre histoire n’est que le témoignage de ce déséquilibre psychologique, de cette fracture interne qui fait que seuls triomphent l’astuce créole, l’expédient procédurier, la ruse avocassière, sur l’impératif moral élevé et noble”, se plaint Bautista Saavedra52.

124Les citations pourraient être multipliées montrant que les mentalités n’ont guère changé depuis le début du siècle. Il est certain que leur persistance est liée à l’absence d’entrepreneurs industriels vigoureux et à la permanence d’une économie d’exportation dominée par les bureaucrates et les marchands. Mais il est bien difficile de savoir si elles précèdent ou suivent les développements économiques, si nos “hommes des frontières”, au sens où ils se meuvent à toutes les frontières (territoriales, publiques et privées, morales...) sont le produit de cette mentalité particulière, ou si leurs activités économiques ont engendré leurs habitudes d’esprit. Toutefois l’important est d’avoir cerné une mentalité commune aux catégories dirigeantes après avoir mis en évidence les réseaux qu’elles conforment.

  • 53 Cf. François Bourricaud, "Remarques sur l’oligarchie péruvienne", Revue française de science polit (...)

125On peut donc conclure des précédentes observations qu’il s’est reconstitué une nouvelle oligarchie sur la base de ce qui restait de l’ancienne avec la complicité des occupants successifs de l’appareil d’Etat : un groupe réduit de “familles à clientèles” qui tend à contrôler la richesse du pays, manifeste des orientations de politique économique libérales proches du “libéralisme créole”, dépeint par François Bourricaud dans le cas du Pérou, et pratique une sorte de contrôle des gouvernants sans être exclusivement lié à une formation partisane particulière53.

  • 54 Sergio Almaraz, op. cit., p. 140.

126Cependant cette néo-oligarchie se distingue nettement de l’ancienne sur plusieurs points. Les barons de la Rosca dominaient le marché mondial de l’étain alors que “les hommes de novembre (il s’agit du mois de novembre 1964, mois du coup d’Etat de Barrientos) se savent dépassés et acceptent avec humilité l’emploi que leur fixent les Américains. Ce manque d’énergie montre la faiblesse de leur enracinement de classe ; un bourgeois bolivien qui opère dans une banque minuscule et doit de l’argent aux Nord-Américains, ou un industriel en semi-faillite, n’a ni l’ambition ni la perspective de classes bourgeoises plus puissantes ... Ils se sentent les maîtres du pays mais ils ne peuvent se comparer à Patiño. Ils possèdent des associations d’entrepreneurs, sont influents dans les banques, écrivent dans la presse : ils font comme s’ils étaient les maîtres mais ils doutent de l’être”54.

127La source même de leur richesse change radicalement. L’exportation de minerais n’en constitue plus l’essentiel qui provient plutôt de la maîtrise des circuits de circulation des biens et de l’argent : monopole des importations, contrôle de crédits, spéculations et trafics, etc. Et si un ensemble de groupes anciens, déjà installés avant la révolution, liés à la Rosca, notamment les quelques grands groupes d’import-export, continuent d’en faire partie, d’autres se sont formés plus ou moins assistés par certains gouvernants, ou au gré des possibilités offertes par la spéculation. A cet égard, depuis la fin des années 70, le trafic de la cocaïne et la contrebande qui lui est plus ou moins liée, ont contribué sans nul doute à en modifier la physionomie.

128De plus cette recomposition, ou plutôt ces recompositions successives autour d’un noyau ancien se sont accompagnées d’un élargissement de l’oligarchie sans que pour autant elle cesse d’être “un réseau de familles à clientèles”.

129Enfin, il est évident que tant l’environnement économique et politique international - on mesurera plus loin le poids des Etats-Unis dans la vie du pays - que l’environnement socio-politique local dans lequel se meut cette néo-oligarchie ont profondément changé. La Rosca d’avant 1952 était relayée par la quadrillage des hacendados qui assuraient le contrôle dans les campagnes. La révolution qui a brisé ces feudataires et a instauré le suffrage universel a évidemment imposé de sérieuses entraves à un nouvel ordre oligarchique. C’est bien pour cette raison que la néo-oligarchie a mis du temps pour ressurgir, et qu’elle ne s’est vraiment recomposée qu’à l’ombre des dictateurs.

  • 55 Raymond Aron, "Classe sociale, classe politique, classe dirigeante", Archives européennes de socio (...)

130S’imposant par la force, sans véritablement être suivie par la population, excepté par des fractions plus ou moins fluctuantes des autres catégories dominantes, de la classe politique et des hauts fonctionnaires notamment, elle ne saurait être considérée comme une classe dirigeante au sens où l’entend Raymond Aron dans la mesure où “une société ne comporte pas une classe dirigeante si les dirigeants de l’industrie, ceux des syndicats ouvriers, ceux des partis politiques se considèrent comme ennemis les uns des autres, au point de n’avoir aucune conscience de solidarité”55. De plus, si l’on excepte les meneurs de masse, les usages et les manières de voir des autres catégories dirigeantes ne les portent guère à cette solidarité que réclame Aron, pas plus qu’ils ne jouent en faveur de l’“intérêt commun au régime et à l’Etat” ; ils tendent plutôt à exacerber la compétition et il est clair - c’est précisément le thème de ce travail - qu’elles ont bien du mal à diriger le pays.

  • 56 Samuel Huntington, El orden político en las sociedades en cambio, Buenos Aires, Paidos, 1972, p. 6 (...)

131Huntington soutient que “l’absence relative d’une classe dirigeante enracinée implique aussi le manque relatif d’une éthique de classe gouvernante, avec son esprit de “noblesse oblige”56. On peut tout aussi bien proposer une formule inverse, et légèrement différente : la domination du pays par une néo-oligarchie prédatrice et spéculative, à l’éthique douteuse, empêche qu’elle se constitue véritablement en classe dirigeante. Il est en effet difficile de se mobiliser durablement et de créer un consensus minimum autour d’individus dont les fortunes sont suspectes, les mérites incertains, et les décisions arbitraires.

132Le fait que la mentalité des dirigeants soit relativement répandue dans un pays où le cholo vivo, le malin, est plus considéré que l’intègre (le bobo), le filou que l’honnête homme, ne change rien à ce constat. Les adhésions qu’une telle attitude emporte et la généralisation du “système D” déconsidèrent plutôt ces dominants qui sont surtout perçus comme ayant eu simplement, un jour, plus de chance que les autres : eux-mêmes, leurs ancêtres, ou un membre de leur famille ont réussi quelque fameux coup qui les a hissés sur le pavois. Dans l’ensemble donc, la néo-oligarchie n’est pas crédible, elle ne peut entraîner le pays derrière elle pour un projet commun qu’elle n’a d’ailleurs pas.

133Et la révolution bolivienne est d’abord un échec moral. Les nouveaux maîtres du pays, au lieu de donner l’exemple de l’austérité et de la fermeté, se sont accordé des privilèges, ont encouragé la corruption et gaspillé la richesse nationale. Une telle ambiance n’a guère été propice au développement d’une éthique de sacrifice dans la collectivité ; elle a découragé l’effort productif en même temps qu’elle a entraîné des demandes en chaîne aux gouvernants que ceux-ci ne pouvaient évidemment pas satisfaire. Elle a en conséquence renvoyé dans l’opposition le monde des travailleurs qui étaient ses principaux soutiens, creusant ainsi sa propre tombe et amorçant le cycle du conflit sanglant militaires-ouvriers.

Notes

1 Amado Canelas Orellano, Mito y realidad de la industrializaciόn boliviana, La Paz, Los amigos del libro, chapitre : "Victor Paz, ideologo frustrado de la burguesia industrial", p. 55 -64. Cf. aussi Richard Thorn, "The economic transformation", in James Malloy and Richard Thorn (eds.), Beyond the revolution : Bolivia since 1952, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 1971, p. 159.

2 Pablo Ramos Sanchez, Temas de la economía boliviana, T. 1, La Paz, Puerta del sol, 1983, p. 173.

3 A la fin de l’année 1955, "La banque centrale suspendit ses crédits à l’industrie en alléguant que nombre d’entre eux avaient servi pour acheter des dollars sur le marché libre", CEPAL, El desarrollo econόmico de Bolivia, Mexico, Naciones Unidas, 1958, p. 76.

4 Richard Thorn, op. cit., p. 211.

5 Ley de inversiones (1972), Ley de promociόn de las exportaciones no tradicionales (1977), Ley de integraciόn nacional (1975).

6 De plus, "la charge fiscale pesant sur le secteur privé diminue brusquement de 77 à 44 % entre 1972 et 1974 et... entre 1972 et 1978, elle reste au-dessous de 60 % en moyenne alors que son niveau historique était jusqu’alors de 85 % du total". Los bancos transnacionales, el Estado y el endeudamiento externo de Bolivia, Santiago du Chili, Naciones Unidas, 1983, p. 129. Notons aussi que le change fixe du dollar à un prix sous-évalué favorise les importations.

7 Rolando Morales Anaya, "Elementos para la comprensiόn del desarrollo industrial boliviano en la década del setenta", Puntos de vista I (1), 1982.

8 Cf. Susan Eckstein, Frances Hagopian, "The limits of industrialization in the less developed world : Bolivia", Economic development and cultural change, 1983.

9 13 compagnies minières privées et 45 coopératives sont autorisées à travailler sur les propriétés de la compagnie, et la riche mine de zinc Matilde est louée à un groupe nord -américain.

10 Sergio Almaraz Paz, Requiem para una república, La Paz, Universidad Mayor de San Andrés, 1969, p. 95. Voir l’ensemble du chap. VII.

11 José Maria de la Cueva, Bolivia : imperialismo y oligarquia, La Paz, Roalva, 1983, p. 181.

12 Cf. Susan Eckstein, Frances Hagopian, op. cit.

13 José Ortiz Mercado, Bolivia : estrategia econόmica del desarrollo nacional, 1971-1979, cité par Guillermo Bedregal Gutierrez, El poder en la revoluciόn nacional, La Paz, Juventud, 1982, p. 292.

14 José Maria de la Cueva, op. cit., p. 201. Entre 1965 et 1970 les dépôts bancaires s’étaient accrus d’environ 7 fois. Les banques étrangères installées dans le pays avaient capté un tiers du total. Cf. "Analisis del decenio de desarrollo, 1960- 970", Revista de planificaciόn y desarrollo 2, 1970.

15 José Maria de la Cueva, op. cit., p. 218.

16 Susan Eckstein and Frances Hagopian, op. cit.

17 Jan Bartlema, Augusto Soliz, Bolivia, estudio de la poblaciόn econόmicamente activa a nivel departamental según el censo de 1976 con algunas comparaciones intercensales, La Paz, INE, p. 44, 15, 24.

18 Selon Susan Eckstein et Frances Hagopian, op. cit. L’échantillon retenu par ces deux auteurs inclut seulement les compagnies centrées à La Paz. Il faudrait sans doute y ajouter 2 ou 3 groupes supplémentaires dont le centre opérationnel est à Santa Cruz (Roda Daza, Gasser-Bowles, Elsner).

19 François Bourricaud, Pouvoir et société dans le Pérou contemporain, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1967.

20 Prescripciones para el ordenamiento del sector público descentralizado, Directiva presidencial n° 2, Presencia, 4 septembre 1977. L’Etat contrôle totalement ou partiellement les secteurs suivants de l’économie : mines (70 %) ; hydrocarbures (100 %) ; électricité (70 %) ; ciment (70 %) ; sucre (45 %) ; transport aérien (80 %) ; chemins de fer (100 %) ; banques (40 %). Cf. Georges Irving, Planning investment in Bolivia : the changing role of the public sector, The Hague, Institute of Social Studies Research, 1979.

21 Cf. Informe de la misiόn de asistencia técnica de Las Naciones Unidas a Bolivia (Informe Keenleyside), New York, 1951 ; Presupuesto de la naciόn ; Ministerio del Trabajo y Desarrollo laboral, Estadística laboral (1971-1976), Año II, n° 2, octobre 1977, et : Anuario de estadísticas del Trabajo, Año I, n° 5, septembre 1982.

22 Jan Bartlema y Augusto Soliz, op. cit.

23 Presidencia de la República, Estudio sobre la situaciόn actual de la administraciόn pública boliviana y propuestas para el reordenamiento de los sistemas administrativos y sectores de actividad pública, La Paz, Presidencia de la República, ronéo, p. 22.

24 Presencia, 4 septembre 1972.

25 Bulletin IPE, 12 septembre 1977.

26 Bulletin IPE, 24 octobre 1977. Cet impôt avait été décrété en 1969.

27 Bulletin IPE, 24 octobre 1977.

28 Gerald Brenan, Le labyrinthe espagnol : origines sociales et politiques de la guerre civile, Paris, Ruedo Iberico, 1962, p. 17.

29 Laurence Whitehead, "El Estado y los intereses seccionales", Estudios andinos 10, 4 (1), 1974-1975, p. 88.

30 Nations Unies, Report ot the technical assistance mission to Bolivia, New York, Nations Unies, 1951, p. 8.

31 Cette pré-enquête a pu être réalisée grâce à la collaboration de Salvador Romero Pittari, professeur de sociologie à l’Université catholique de La Paz. Les questionnaires ont été présentés à 72 personnes : 21 directeurs et chefs de services, et 51 employés. J’ai en outre réalisé quelques entretiens approfondis de responsables de service.

32 Presencia, 6 avril 1978.

33 Cf. Laurence Whitehead, "Miners as voters : the electoral process in Bolivia’s mining camps", Journal of Latin American Studies 13 (2), 1981.

34 Elle est élaborée à partir des listes publiées dans Coyuntura n° 26, août 1979. Il faut considérer ces résultats avec beaucoup de prudence. D’une part, le document de base qui sert à l’analyse est une liste provisoire publiée avant l’installation du Congrès et qui connaîtra quelques modifications par la suite. D’autre part, les renseignements relatifs aux professions des candidats sont incomplets.

35 José Maria Centellas G., Democracia imperfecta, Estado inconcluso, La Paz, Instituto boliviano de estudios de la comunicaciόn social, novembre 1982, p. 31.

36 Oscar Barbery Justiniano, Yo un boliviano cualquiera, Buenos Aires, Insula, 1976. L’auteur du roman, Oscar Barbery Justiniano, connaît on ne peut mieux le sujet qu’il traite puisqu’il a joué un rôle politique de premier plan à Santa Cruz pendant toute l’époque du MNR quand il était un des grands rivaux de Luis Sandoval Moron. Dernièrement, pendant la seconde présidence de Siles Zuazo, il est réapparu aux premiers plans en devenant un temps maire de Santa Cruz.

37 Alcides Arguedas, Pueblo enfermo, La Paz, Puerta del Sol (offset ed. 1936), s.d., p. 218.

38 Carlos Romero, Las taras de nuestra democracia, La Paz, s.e., 1920, pp. 194- 95.

39 Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, Tome II, Paris, Garnier -Flammarion, 1981, 3ème partie, chap. XX, p. 307.

40 Melvin Burke et James Malloy, "Del populismo nacional al corporativismo nacional : el caso de Bolivia, 1952- 970", Aportes 26, octobre 1972, p. 93.

41 Salvador Romero Pittari, Las fuerzas sociales y el sistema burocratico-autoritario : el caso boliviano, La Paz, ronéo, 1978.

42 Mario Pando Monje, Los movimientistas en el poder. La revoluciόn boliviana : sus grandezas y sus frustraciones, La Paz, El Siglo, 1968, p. 120.

43 Cf. Walter Gomez d’Angelo, La mineria en el desarrollo de Bolivia, La Paz, Los amigos del libro, 1978, p. 107 et Richard Bath, The Bolivian MNR and the Mexican PRI : a structural functional comparative analysis within the context of their political system, Ph.D, Tulane University, 1970, p. 216.

44 CEPAL, Los bancos transnationales, el Estado y el endeudamiento externo en Bolivia, Santiago de Chile, Naciones Unidas, 1983, p. 154- 55.

45 Cf. Enrique Gutierrez, Poder y corupciόn en Bolivia, Genève, brochure, s.e., 1978.

46 Bulletin IPE, 25 avril 1977.

47 Presencia, 9 au 23 janvier 1984.

48 Juan Antonio Morales, "The Bolivian external sector after 1964" in Jerry Ladman (ed.), op. cit., p. 225.

49 Temas en la crísis 21, octobre 1983, p. 39. Selon la Banque mondiale, c’est plus de 80 % de la dette externe des années 1970 qui ont alimenté la fuite des capitaux. Cf. Fernando Baptista Gumucio, Estrategia nacional para la deuda externa, La Paz, Hoy, 1985, p. 190.

50 Max Weber, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon, 1964, p. 73.

51 L’inattendue stabilité : quelques règles de la vie politique bolivienne, 1880-1930, Table ronde AFSSAL, Paris, 30 novembre-1er décembre 1984.

52 Bautista Saavedra, La democracia en nuestra historia, La Paz, 1921, p. 24. Cf. aussi Carlos Romero et Alcides Arguedas, op. cit.

53 Cf. François Bourricaud, "Remarques sur l’oligarchie péruvienne", Revue française de science politique 14 (4), août 1964 et "La classe dirigeante péruvienne : oligarques et industriels", Revue générale belge 11/12, 1967.

54 Sergio Almaraz, op. cit., p. 140.

55 Raymond Aron, "Classe sociale, classe politique, classe dirigeante", Archives européennes de sociologie I, 1960, pp. 260-281.

56 Samuel Huntington, El orden político en las sociedades en cambio, Buenos Aires, Paidos, 1972, p. 68.

Table des illustrations

Titre L’emploi en 1950 et en 1976
Légende Source : Jan Bartlema, Augusto Soliz, Bolivia : estudio de la poblaciόn econόmicamente activa a nivel departemental segun el censo de 1976, La Paz : Instituto nacional de estadistica, 1980, p.46.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1048/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Fuite des capitaux (millions de dollars)
Légende Sources : Temas en la crisis, n° 21, octobre 1983, p. 39, et Oscar Ugarteche, "Lo interno de la deuda externa : los casos de Peru y Bolivia", Nueva Sociedad, n° 87, janvier-février 1987, p. 73.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1048/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540