Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'instabilité politique de l'Amérique latine

 | 
Jean-Pierre Lavaud

Deuxième partie. Les agents de l'instabilité

Chapitre III. Les Crucéniens

Texte intégral

  • 1 José Luis Roca, Fisionomía del regionalismo boliviano, La Paz, Los amigos del libro, 1979, p. 9.

1Un historien bolivien, José Luis Roca, a récemment soutenu la thèse lapidaire selon laquelle “l’histoire de la Bolivie n’est pas l’histoire de la lutte des classes ; c’est l’histoire de ses luttes régionales”1. Hypothèse qui ne manque pas d’arguments aussi bien dans le passé lointain (les republiquetas des guérilleros de l’indépendance, la lutte des départements du nord contre ceux du sud pendant tout le xixème siècle...) que de nos jours.

2Nous avons déjà vu comment, dans les années 1950, les élites crucéniennes (entrepreneurs naissants, politiciens de droite, intellectuels) réunies dans le Comité civique pro-Santa Cruz, ont su mobiliser les habitants de la ville et ainsi, non seulement obtenir les royalties du pétrole, mais encore s’approprier la direction des affaires locales pendant deux années et, au bout du compte, desserrer l’étau du gouvernement le plus centralisé qu’ait jamais connu la Bolivie. En affaiblissant ainsi le centre, Santa Cruz a sans nul doute accéléré la chute du MNR et, partant, contribué à l’instabilité politique du pays.

3En l’absence de conseils municipaux élus - les dernières élections datent de 1950 -, chaque capitale départementale a vu surgir un, ou plusieurs, comités civiques - c’est le cas à La Paz - qui entendent représenter les habitants de la ville ou du département. Leur degré de représentation effectif varie selon les régions. Mais dans la plupart des cas, à l’instar du Comité pro-Santa Cruz, ce sont des organisations élitistes. Dans certains départements, il existe aussi des comités civiques provinciaux plus ou moins rivaux de celui de la capitale départementale (Potosi, Beni). Il arrive encore que des comités départementaux soient associés comme ceux de Potosi, Sucre et Tarija organisés en Bloque cívico del Sur. Bien évidemment, la capacité de mobilisation de chacun d’eux, et donc la pression qu’ils peuvent exercer sur le gouvernement et ses agences locales varient énormément d’un département à l’autre, et d’une époque à l’autre.

  • 2 Fernando Calderόn, Roberto Laserna, Naciόn, Estado y movimientos sociales en Bolivia (1971- 1983), (...)

4C’est dans les années 1970 que l’on a assisté à la multiplication des comités et que les menaces civiques se sont faites le plus pressantes. Et “les grèves régionales (ou grèves civiques) ont probablement alors été les mobilisations les plus massives du pays. Leurs motifs ont été très variés explicitement ou implicitement, puisqu’il y a eu des grèves pour défendre les entrepreneurs du coton (Santa Cruz) ou les enseignants universitaires (Cochabamba), pour exiger les royalties de la mine (Oruro) ou l’exécution des projets d’irrigation de grande envergure (Sucre, Potosi, Tarija)”2.

5Ces batailles régionales ont été accentuées par le fait que chaque département s’est doté d’une corporation de développement. Les corporations se distinguent des anciens Comités de obras públicas (apanage de quelques départements seulement) en ce qu’elles ne sont pas tenues d’administrer leurs fonds en vue des seuls aménagements ou équipements publics mais peuvent aussi les investir dans des projets régionaux de développement. Elles sont nées entre 1967 et 1971. Elles disposent de ressources propres qui proviennent des royalties du pétrole (Santa Cruz, Chuquisaca, Tarija), de la mine (Potosi, Oruro, La Paz, Cochabamba) ou du Trésor public (les départements du Beni et du Pando ne reçoivent que des fonds en provenance du Trésor public). Et elles peuvent accroître leur budget en faisant appel à des financements extérieurs. Un simple coup d’œil sur les budgets respectifs de chacune d’entre elles, de 1974 à 1978, montre l’écart exorbitant qui les sépare. Si on considère les seules ressources d’origine nationale, Santa Cruz a des revenus 8 fois supérieurs à ceux de Tarija, du Beni et du Pando et 4,5 fois supérieurs à ceux de La Paz. En comptant les ressources extérieures, on s’aperçoit que la corporation crucénienne administre un budget annuel qui, en 1977, était équivalent à 12 fois celui de la corporation de La Paz (7 fois en 1978).

6Jusqu’en 1978, le fonctionnement des corporations n’a été régulé par aucune loi, si bien que chacune d’entre elles a plus ou moins disposé de son budget comme elle l’entendait. Plus exactement, les comités civiques ont pesé sur les corporations pour qu’elles réalisent certains projets spécifiques qui leur tenaient à cœur. On a donc assisté à une sorte de guerre de projets, chacun des départements voulant implanter, sur son territoire, la sucrerie, la cimenterie, l’industrie textile qui ailleurs avaient déjà engendré quelque richesse, sans tenir véritablement compte des nécessités nationales et des contraintes du marché. Et la loi des corporations de 1978 n’a rien changé à cette situation dans la mesure où le rôle du ministère du Plan dans la définition des politiques départementales a été volontairement minimisé. Au total, comme le dit José Luis Roca, “les corporations de développement ont pour ainsi dire institutionnalisé les pratiques régionalistes”.

7Il est frappant de constater que, dans la bataille régionaliste, La Paz se distingue par son atonie tandis que Santa Cruz aligne un palmarès de championne toutes catégories. La faiblesse relative des organisations pacéniennes éclatées en groupes concurrents provient en grande partie du fait que la ville étant le siège du gouvernement central, ses problèmes ainsi que ceux de sa région sont directement pris en charge par des ministères jaloux de leurs prérogatives. Si bien que chaque organisation, chaque particulier même peut s’adresser aux gouvernants du pays sans intermédiaire.

8A l’inverse, Santa Cruz a tracé la voie des institutions et des luttes régionalistes, a su s’approprier les moyens financiers les plus importants pour réaliser ses objectifs, a suscité les mobilisations régionalistes les plus imposantes et finalement a fait trembler le MNR, promu le général Banzer et abattu les généraux Garcia Meza et Torrelio. C’est donc sur Santa Cruz qu’il faut faire porter l’analyse des effets du régionalisme sur l’instabilité gouvernementale.

Développement économique et néo-oligarchie locale

  • 3 Cf. Roxana Ibarnegaray Ponce, El desarollo del capitalismo en la agricultura de Santa Cruz (Bolivi (...)

9Jusqu’aux années 1950, l’économie régionale se résume à une agriculture extensive dans la périphérie de Santa Cruz, un gros bourg assoupi au soleil (42 746 habitants en 1950), à l’écart du reste du pays faute de voies de communications. Le boom du caoutchouc (fin xixème - début xxème siècles), puis la guerre du Chaco contre le Paraguay (1931-1935) lui donnent de brefs coups de fouet sans lendemains ; cependant les productions de canne à sucre, de riz et de viande bovine augmentent régulièrement depuis la guerre tandis que les premiers essais de sucreries industrielles sont mis en œuvre3.

10Avant l’ouverture de la route asphaltée Cochabamba - Santa Cruz, les petits camions de moins de 3 tonnes mettent 6 jours pour parcourir les 500 km de distance d’un chemin seulement carrossable en saison sèche, entre Cochabamba et Santa Cruz. Aussi, en 1953, seuls 5 927 camions transitent dans les deux sens ; il y en a 20 000 en 1956 et 77 500 en 1973. Cette route est ensuite prolongée dans les années 1960 par un réseau local de Montero à Guabira, puis de Guabira dans trois directions jusquaux rios Yapacani, Chané et Rio Grande. Il constitue depuis l’épine dorsale de ce que l’on a coutume d’appeler la région intégrée de Santa Cruz. Simultanément, la ville est aussi reliée par chemin de fer au marché brésilien (Santa Cruz - Corumba) en 1955, et argentin (Santa Cruz - Yacuiba) en 1957.

11Le gouvernement révolutionnaire, arrivé au pouvoir en 1952, s’applique à promouvoir les intérêts crucéniens, notamment en stimulant l’agro-industrie locale par l’injection d’importantes ressources publiques. Le plus spectaculaire est sans nul doute l’établissement des complexes sucriers. D’une part, la Corporaciόn boliviana de fomento (CBF), organisme public créé en 1943, construit une sucrerie-distillerie à Guabira, qui entre en fonctionnement en 1958, et d’autre part, l’Etat accorde des crédits et des devises à des sucreries privées qui peuvent ainsi accroître leur capacité de concassage ou s’installer. Les agriculteurs locaux sont eux aussi soutenus par des crédits mais également par des aides techniques au défrichage et à la commercialisation.

12Aidé par diverses organisations internationales, le gouvernement subventionne en outre l’installation de migrants venus de l’intérieur du pays et de familles paysannes étrangères : Menonnites d’origines diverses (10 000 personnes de 1950 à 1970) et Japonais (3 000 personnes depuis 1954). Enfin, pour résoudre la difficulté de trouver les fonds nécessaires à l’intensification de l’exploitation pétrolière, il fait appel aux capitaux privés étrangers et promulgue en 1955 le Cόdigo del petroleo qui ouvre le pays à des compagnies américaines.

13Cette politique ne tarde pas à donner des résultats spectaculaires. La Bolivie devient autosuffisante en viande en 1958, en riz en 1963, en sucre en 1964 et en coton en 1969. Le PIB de la région quadruple de 1952 à 1964, progressant de 10 millions de dollars annuels à 40 millions de dollars (2,6 % du PIB à 9,1 %). Puis la production pétrolière vient fortifier l’économie locale. En 1960, la Gulf Petroleum Company commence à exploiter le pétrole crucénien et découvre d’importants gisements de gaz. Le pétrole est exporté à partir de 1968 après la construction d’un oléoduc jusqu’à la côte Pacifique (Arica), et le gaz à partir de 1970 par un gazoduc qui rejoint l’Argentine. En conséquence, la valeur de la production des hydrocarbures extraits du département quintuple de 1965 à 1971.

14Le département de Santa Cruz peut enfin engranger les 11 % de royalties pour lesquels il s’est tant battu dans les années 1950. Gérés par le Comité de obras públicas, ceux-ci sont d’abord employés pour améliorer l’infrastructure urbaine. Et la capitale locale devient ainsi une vitrine du modernisme en même temps qu’elle est capable d’accueillir les cohortes de migrants qui viennent chaque année s’ajouter à la population locale.

  • 4 Gerrit Köster, Santa Cruz de la Sierra, desarrollo, estructura interna y funciones de una ciudad e (...)

15Dans une troisième phase, amorcée en 1971, la production pétrolière diminue notablement alors que l’expansion agricole continue grâce à l’exportation des productions excédentaires, notamment de sucre et de coton. De nouvelles entreprises industrielles s’installent, stimulées par la création d’une zone industrielle conçue et financée par la corporation régionale de développement. En 1979, 67 entreprises sont fixées sur cette zone, occupant 1 360 personnes4. Mais surtout, on assiste à une sorte de boom dans le développement de tous les services (commerce, finances, transports...), la part du commerce dans le produit régional devenant aussi importante que celle de l’agriculture.

  • 5 Cf. Corporaciόn regional de desarrollo de Santa Cruz, La crisis agropecuaria regional y sugerencia (...)

16A partir de 1975-1976, l’agriculture crucénienne entre en crise. L’exportation du coton, cultivé à grande échelle depuis le début de la décennie, cesse rapidement à cause de la baisse de ses cours sur les marchés mondiaux, des difficultés de sa commercialisation depuis la Bolivie, et de l’improvisation culturale de nombreux agriculteurs dont les rendements sont insuffisants. Un problème équivalent se pose pour le sucre, produit à des coûts trop élevés alors que son prix diminue sur le marché international. Vers la fin des années 1970, les agriculteurs crucéniens se tournent donc vers d’autres cultures, celle des oléagineux (soja, arachide) pour alimenter les nouvelles huileries, et des céréales traditionnelles, le maïs notamment, pour fabriquer des aliments pour le bétail. Cependant, cette reconversion n’empêche pas une décroissance de 5,87 % du produit interne brut agricole entre 1976 et 1978 et en conséquence la baisse de sa part dans le PIB départemental (20, 84 % en 1976 et 16,71 % en 1978)5.

17De plus, sur les 9 puits de pétrole en activité dans le département, 5 entrent en voie d’épuisement. Mais le secteur industriel enregistre une faible progression (15,3 % du PIB départemental en 1976 ; 16,3 % en 1980) et la part des services s’accroît encore jusqu’à procurer 54 % du PIB départemental en 1980 (51 % en 1977).

18A la fin des années 1970, Santa Cruz n’est donc plus seulement la ville d’appui aux activités agricoles et agro-industrielles qu’elle était dans les années 1950 ; elle s’est convertie en une métropole industrielle et surtout commerciale et financière.

  • 6 Cf. Jan Bartlema, Migraciones recientes en Bolivia, La Paz : Naciones Unidas. Instituto nacional d (...)

19Le boom régional entraîne d’importantes migrations tant vers la ville de Santa Cruz que vers les campagnes environnantes. De 1950 à 1976, le nombre des habitants de la ville s’accroît de 7,1 % par an de telle sorte que l’année du recensement, Santa Cruz talonne Cochabamba pour la seconde place au classement des villes boliviennes. Et 37 % des habitants de la province Andrès Ibañez, à laquelle la ville de Santa Cruz appartient, sont des migrants ; plus de la moitié d’entre eux proviennent des régions andines6. Depuis, les migrations se sont encore accélérées. En 1980, la ville compte 337 707 habitants - elle a largement dépassé Cochabamba - dont 41,7 % de migrants.

  • 7 Cf. Resultados del censo nacional de problaciόn y vivienda, departamento de Santa Cruz, vol. 7, La (...)

20Au niveau départemental, le groupe d’actifs de loin le plus important est celui des agriculteurs : 91 063 en 1976, soit 39 % de la population économiquement active. Et dans cette catégorie d’emplois, ce sont les travailleurs indépendants qui sont les plus nombreux (54 % de la catégorie si on leur ajoute les aides familiaux) alors que les patrons occupant des ouvriers agricoles ne sont que 2 105 (soit 2,3 % du total des agriculteurs)7.

  • 8 Cf. Roberto Casanovas, Silvia Escobar de Pabon, Enrique Ormachea, Migraciόn y empleo en la ciudad (...)

21Pour ce qui est de l’emploi urbain, selon les résultats d’une enquête de 1980, une large majorité de la PEA, (64,6 %), est constituée de salariés (77 % des migrants récents) ; un résultat qui contredit les présupposés habituels selon lesquels les migrants sont des travailleurs indépendants en quête d’une sécurité d’emploi. On observe plutôt ici une tendance inverse, les migrants anciens cherchent à passer d’emplois salariés à des emplois non salariés dans le commerce, les services ou l’artisanat. Le fort pourcentage de salariés est principalement dû au développement des services publics de l’Etat et de la ville (administration, éducation, santé...), du commerce et des activités financières, des services domestiques et à un moindre degré, des activités industrielles et de la construction. Ce sont d’ailleurs les secteurs qui absorbent la majorité de la force de travail urbaine : services (33,9 %), commerce (22,5 %), industrie, artisanat compris (16,6 %) et construction (10,8 %)8.

22Commerçants et transporteurs réunis représentent en 1966 20,6 % de la population active, 21,2 % en 1976 et 29,7 % en 1980. Pendant la période de crise, leur nombre continue donc d’augmenter au point qu’ils constituent près du tiers de la population active. Et ces catégories d’emplois sont sous-estimées car les statistiques ne prennent pas en compte - ou tout du moins ont du mal à répertorier - les commerçants parallèles, contrebandiers notamment. Notons aussi le grand nombre des employés domestiques (11,4 % en 1966, 11,8 % en 1976, 19,2 % en 1980, soit 29,5 % de l’emploi féminin à cette dernière date) qui est une indication de la prospérité de la ville, même en période de crise. Et globalement, c’est la classe moyenne qui est majoritaire, subdivisée en deux grands groupes : les employés salariés (33,4 %) et les travailleurs pour leur compte (30,3 %) principalement commerçants. Les ouvriers ne représentant que 21,9 % du total, bien que leur nombre ait augmenté entre 1976 et 1980.

  • 9 Cf. Dwight B. Heath, Charles J. Erasmus, Hans C. Buechler, Land reform and social revolution in Bo (...)

23Avant la révolution de 1952, le département de Santa Cruz est entièrement dominé par une oligarchie locale à caractère rural qui s’est appropriée la majeure partie des terres. En réalité, de nombreux terrains sont simplement accaparés ; ils appartiennent au domaine public (tierras fiscales) et leurs occupants se soucient peu de posséder des titres légaux de propriété, car il n’y a aucune pression de la part de concurrents éventuels. Après qu’eut été décrétée la réforme agraire, nombre d’entre eux sont obligés d’en faire établir de faux pour appuyer leurs réclamations9. Sur ces immenses terrains dont les limites sont vaguement situées, les portions mises en valeur sont infimes et ne dépassent pas 100 ha dans la micro-région crucénienne.

  • 10 Cf. Roxana Ibarnegaray Ponce, op. cit., p. 55-64.
  • 11 Cf. Dwight B. Heath, Camba : A study of land and society in Eastern Bolivia, Ph. D., Yale Universi (...)

24Contrairement aux finqueros de l’Altiplano, ceux des llanos manquent moins de terre que de main-d’œuvre. Une main-d’œuvre qu’ils essaient de maintenir captive par un système de crédits qui fait des jornaleros de perpétuels endettés10. L’oisiveté est le grand luxe de cette oligarchie fière de ses origines blanches hispaniques, réelles ou supposées, qui ne se conçoit ni comme capitaliste- il est vrai qu’elle ne l’est pas -ni comme commerçante - même si certaines familles possèdent des fonds de commerce voire font du commerce d’import-export -, mais comme une sorte de noblesse terrienne : somos gente se plaisent-ils à dire11. Les agences locales de l’Etat, les administrations diverses, les charges de police et de justice sont, bien sûr, détenues par des membres de cette oligarchie traditionnelle et par ses épigones.

25Ce schéma de domination très simple se modifie légèrement après la guerre du Chaco, lorsqu’un secteur commercial d’importation, principalement régi par quelques familles allemandes, prend de l’importance pour répondre aux débuts d’intensification de l’agriculture locale. Ces mêmes familles sont aussi à l’origine de l’agro-industrie sucrière. Mais pour l’heure, ce sont encore les finqueros traditionnels qui “hégémonisent” le pouvoir local en occupant les différents postes de pouvoir et qui donnent le ton de la bonne société crucénienne dans leurs associations : la Junta rural del Norte et le Club social 24 de septiembre.

  • 12 Cf. Susan Eckstein, "El capitalismo y la revoluciόn agraria en Bolivia", Revista mexicana de socio (...)

26Les bouleversements politiques et sociaux provoqués par la révolution, puis la croissance économique de la région modifient ce schéma, et entraînent des transformations dans la composition comme dans les façons d’être de ce noyau dirigeant. Au départ, les grands propriétaires terriens sont peu touchés par la réforme agraire. C’est qu’il n’y a pas de véritable volonté de redistribuer les propriétés dans cette région où la pression sur la terre est faible, où les paysans sont éparpillés et peu organisés, et dont le gouvernement compte faire une “vitrine” de l’agriculture moderne. Ainsi, la plupart des finqueros sont-ils confirmés dans leur droit de propriété (seules, quelques haciendas sont partiellement réaffectées, surtout autour de la capitale), tandis que des familles proches du nouveau gouvernement profitent de la loi pour obtenir des terres de réserve qui leur permettent de constituer de nouveaux domaines12.

  • 13 Cf. Grupo de estudios Andrés Ibañez, Tierra estructura productiva y poder en Santa Cruz, La Paz, C (...)

27Dans le même temps, les paysans colons qui proviennent des vallées andines n’obtiennent que de petites unités inférieures ou égales à 50 ha. Progressivement, la frontière agricole s’éloigne de l’agglomération crucénienne selon un schéma toujours identique qui favorise les agriculteurs et l’oligarchie locale ainsi que les familiers du régime au détriment des colons. Si bien qu’à la fin de l’année 1979, alors que plus de 8 millions d’hectares de terres ont été affectés au titre de la réforme (18 % seulement sont des réaffectations), on peut constater de très fortes inégalités dans la répartition des propriétés : les propriétaires de 10 000 ha et plus qui représentent 4,79 % du total possèdent 33,02 % de la terre13. Cette concentration varie selon la spécialisation agricole : elle est surtout forte dans l’agriculture cotonnière et plus faible dans l’agriculture sucrière et l’élevage ; quant aux producteurs de riz, ce sont presqu’exclusivement de petits agriculteurs, colons pour la plupart. Et il demeure d’immenses superficies attribuées à des particuliers, qui ne sont pas mises en valeur, et sont quelquefois utilisées à des fins spéculatives.

28Si l’on excepte les activités liées à l’extraction des hydrocarbures, l’industrie locale se développe en étroite relation avec l’agriculture et avec l’exploitation de la forêt. En 1980, l’industrie alimentaire et de boissons représente à elle seule plus de 60 % de la valeur de la production locale et 46 % de l’emploi. C’est un secteur industriel peu diversifié, dominé par des activités traditionnelles à technologie simple et dont la capacité est médiocrement utilisée. C’est aussi un secteur de petites entreprises : en 1980, seuls 13 établissements comptent plus de 90 salariés : 4 sucreries, 1 filature de coton, 2 huileries, 3 complexes d’exploitation du bois, 1 brasserie, 1 entreprise de boissons gazeuses et 1 de céramiques. Mais ce jugement un peu sévère doit être relativisé. C’est à Santa Cruz que l’on observe l’accroissement le plus spectaculaire du nombre des entreprises pendant la décennie 1970. Ce qui constitue une preuve évidente du dynamisme des patrons locaux en regard de ceux du reste du pays.

29A observer attentivement la liste des entrepreneurs agricoles et industriels à la fin des années 1970, on s’aperçoit qu’un groupe possède en même temps des maisons commerciales, principalement d’importation, ainsi que des actions bancaires du Banco de Santa Cruz. Fondé en 1966, cet établissement est devenu la première banque commerciale du pays ; la seule aussi à posséder une succursale à Panama. Sans doute stimulées par cette réussite, d’autres banques se sont créées par la suite sur la base de fonds majoritairement crucéniens, Bigbeni qui se veut la banque des éleveurs et le Banco de la Uniόn, dont le capital provient d’un groupe d’ex-actionnaires du Banco de Santa Cruz.

30Autrement dit, les principaux capitaux crunéniens sont toujours concentrés dans les mains de quelques familles qui ne dépassent pas la centaine, plus ou moins liées entre elles, plus ou moins concurrentes. Toutes ont diversifié leurs activités de telle sorte que ceux qui étaient agriculteurs au départ ont investi peu à peu dans le commerce d’importation, la construction, l’industrie, les services, et que les gros commerçants se sont mis à l’agriculture. De cette manière, les plus puissants d’entre eux sont aussi bien représentés à la Chambre d’agriculture qu’à la Chambre de commerce et d’industrie ou à la Fédération des entrepreneurs privés.

31Cette suite d’organisations est hiérarchisée, la Chambre d’agriculture occupant la place inférieure en raison du fait que, dans le vaste ensemble des propriétaires terriens, les entrepreneurs sont peu nombreux et que la plupart des agriculteurs sont placés dans une situation de dépendance à l’égard des industriels qui achètent leur production. Mais le plus important, c’est qu’une part croissante des capitaux locaux ait été investie dans les activités commerciales et de services, au point qu’à la fin des années 1970, ce soit le secteur bancaire qui réalise l’intégration de cette néo-oligarchie crucénienne.

  • 14 Cf. Grupo de estudios Andrés Ibañez, op. cit., p. 78-79 et p. 36 à 96.

32A regarder de près les noms des principaux actionnaires de la banque de Santa Cruz, on s’aperçoit que l’on y retrouve les familles allemandes déjà implantées dans la région avant 1952, quelques noms de vieille souche crucénienne, et un ensemble de nouveaux patronymes souvent étrangers (arabes, juifs, yougoslaves...), mais aussi boliviens, pacéniens notamment. Autrement dit, d’une part les capitaux privés investis à Santa Cruz ne sont plus exclusivement crucéniens (ils peuvent provenir d’une autre région ou même d’un autre pays)14 et, d’autre part, la composition interne de l’oligarchie crucénienne a changé. Cependant, “... les descendants des immigrants et les “nouveaux riches” se légitiment vis-à-vis de l’oligarchie traditionnelle par la voie des alliances matrimoniales (avec des membres de l’aristocratie crucénienne) et idéologiquement par leur intériorisation et leur conformité avec l’idéologie du cruceñismo”. Il n’y a donc pas eu de rupture entre l’ancienne oligarchie terrienne et la néo-oligarchie actuelle, sinon détachée des activités agricoles, du moins attirée par les activités commerciales et financières.

  • 15 Cf. Cooperativa cruceña de cultura, Los cruceños y la cultura : un diagnostico de la cultura en Sa (...)

33Il est une autre caractéristique qui relie ancienne et nouvelle oligarchie crucénienne : l’agro-industrie aussi bien que l’industrie en général est l’affaire de groupes familiaux. Un patron possède et gère son bien avec une cohorte plus ou moins nombreuse de familiers. Les sociétés anonymes sont rares (5 seulement des 126 entreprises agricoles ; 12 entreprises agro-industrielles sur 158) qui transforment leur capital en actions négociables. Selon un étude récente sur l’identité crucénienne, “le clan familial et sa coopération mutuelle sont encore naturels pour le crucénien et... sont perçus comme une protection pour l’individu”15 quel que soit le milieu social. Ce clan est patriarcal, dominé par la figure du père dont l’autorité s’exerce surtout à l’égard des femmes de la famille et les fils sont associés aux affaires paternelles.

34Mais un trait différencie cette oligarchie de l’ancienne : il s’agit d’un noyau d’assistés qui n’a pu prendre corps et survivre qu’à l’ombre de l’Etat. C’est particulièrement vrai pour les agriculteurs et les agro-industriels - mais pratiquement tous les membres de la néo-oligarchie sont devenus à un moment ou à l’autre des agriculteurs - nourris par des programmes de crédits avantageux successifs. Leur principale agence de financement est le Banco agrícola. Dans un premier temps, les fonds de cette banque proviennent surtout de sources nationales, mais à la fin de la deuxième décennie post-révolutionnaire, la plus grande partie d’entre eux ont une origine étrangère. Au fur et à mesure que la source première du financement change, les sommes d’argent créditées aux agriculteurs augmentent et leurs destinataires aussi. Pendant la première décennie, la banque aide surtout les agriculteurs du haut plateau et des vallées, puis à partir du milieu des années 1960, elle assiste presqu’exclusivement les agriculteurs orientaux.

  • 16 Susan Eckstein, "Transformation of a revolution from below. Bolivia and international capital", Co (...)

35Entre 1968 et 1973, tandis que les sommes attribuées sont multipliées par 6, la part des producteurs orientaux est passée de 68 à 90 %. De plus, alors que juste après la révolution, les crédits financent surtout les productions domestiques, vers la fin des années 1960, ils sont consacrés au financement de quelques produits seulement, dont les excédents peuvent alimenter le marché extérieur. Pendant le régime de Banzer, ceux qui sont destinés à la production du sucre, du coton, et des oléagineux augmentent de 421 %, tandis que ceux qui soutiennent l’élevage s’accroissent de 344 %16. La majorité des crédits va donc à des entrepreneurs agricoles et agro-industriels et non aux petits paysans.

36Après 1967, le Banco del Estado et diverses banques commerciales commencent aussi à distribuer des crédits à l’usage des agriculteurs, le Banco del Estado devenant même la plus importante source de financement agricole. Mais la politique générale de financement ne connaît aucune modification notable, les fonds étant principalement destinés au secteur exportateur, les “cotonniers” s’appropriant les volumes de crédits les plus élevés.

  • 17 Susan Eckstein, "Transformation of a revolution from below...", op. cit.

37Autrement dit, comme le soutient Susan Eckstein, les régimes successifs ont utilisé les ressources financières de l’Etat pour aider un groupe naissant d’agriculteurs capitalistes et les asseoir en tant que classe17. De fait, si la promotion de l’agriculture obéit, dans un premier temps, à une logique de développement économique national par substitution des importations de produits agricoles de première nécessité, cet objectif étant atteint, la manne des crédits qui s’abat ensuite sur Santa Cruz ne répond guère à une rationalité économique. En effet, les entrepreneurs agricoles de l’Orient bolivien, en dépit des appuis de toutes sortes qu’ils reçoivent, sont loin d’être efficaces. Les rendements de la canne à sucre sont connus pour être très bas et ne se maintiennent qu’en raison de l’avancée de la frontière agricole, les sols anciennement cultivés ayant tendance à s’épuiser faute de soins adéquats ; on assiste même à des phénomènes de désertification. Il en va de même pour les rendements du coton. C’est pourquoi on raille les agro-industriels crucéniens - et, par extension, la néo-oligarchie crucénienne - en évoquant leur mentalité extractive. A l’image des industriels miniers, les agriculteurs orientaux paraissent plus piller le sol que le féconder ; là où ils passent, rien ne repousse, ironisent certains. Ce phénomène est particulièrement net en ce qui concerne l’exploitation de la forêt, peu à peu dépouillée de ses essences précieuses qui ne sont jamais replantées.

  • 18 Ibid.

38De plus, les agriculteurs crucéniens se montrent très peu pressés de s’acquitter de leurs dettes, quand ils les remboursent. Environ un cinquième des sommes avancées par le Banco agrícola entre 1964 et 1971 ne sont pas remboursées et la proportion augmente dans les années 1970. Il est remarquable que les producteurs de coton, parmi lesquels les fraudeurs sont les plus nombreux, aient aussi échappé dans les plus grandes proportions à toute poursuite légale (29,9 % de fraudeurs, dont 8 % ont donné lieu à des actions légales ; en comparaison, les 12,3 % de fraudeurs parmi les producteurs de pommes de terre ont été poursuivis à 91 %)18. Comme, par ailleurs, l’agriculture crucénienne n’est pratiquement pas imposée, il faut donc bien concevoir son financement comme une opération politique au premier chef. Plus exactement, celui-ci ne peut être compris qu’en raison de la connivence qui s’instaure entre la néo-oligarchie locale et les gouvernements militaires successifs.

39Mais il faut nuancer ce portrait peu flatteur en comparant la néo-oligarchie crucénienne à l’ensemble de la classe dirigeante bolivienne. Elle s’en distingue par deux caractéristiques. La première, c’est la haute intégration des activités locales qui fait que chacun des membres de cette néo-oligarchie est en quelque sorte dépendant des autres. L’industrie s’appuie sur l’agriculture et l’agro-industrie a fortifié un secteur de commercialisation et de financement des productions locales ; les plus en vue des membres de cette néo-oligarchie se livrant, souvent en famille, à l’ensemble de ces activités. En second lieu, la croissance ininterrompue, pendant trois décennies -freinée seulement ces dernières années, mais la crise a été moins ressentie à Santa Cruz qu’ailleurs en Bolivie - a contribué à créer un climat d’entreprise. La dynamique a en quelque sorte engendré le dynamisme des patrons. Ces deux facteurs, l’intégration locale des activités de production et, somme toute, la “réussite” crucénienne (même si c’est une réussite subventionnée) contribuent à une homogénéité de la classe dirigeante. Et il n’est pas douteux que la dynamique de la richesse entraîne le consensus dans la mesure où beaucoup, en ville surtout, en sont plus ou moins directement bénéficiaires. Il est d’ailleurs significatif à cet égard que les salariés caressent le rêve d’embrasser une profession indépendante ; les nouveaux riches font des émules.

Organisations crucéniennes et cruceñidad

40Le Comité pro-Santa Cruz (CPSC) est sans nul doute l’organisation dirigeante des luttes crucéniennes. En effet, étant donné le mode traditionnel de désignation des parlementaires, ceux-ci sont plus des antennes du président ou des présidentiables que des représentants de la région. Et, de plus, le préfet aussi bien que le commandant de la région militaire et du Comité de obras públicas sont nommés par le centre. La création des comités civiques régionaux - ou leur réactivation dans d’autres départements- paraissent donc obéir à la nécessité d’une défense des intérêts locaux dans un contexte politique centralisé où les canaux d’expression légale sont soit obstrués soit inefficaces.

41Réorganisé en 1957, le CPSC est ouvert à un ensemble d’associations populaires (gremiales, mutuelles et coopératives, groupes sportifs, etc.) et ses statuts sont révisés. Il reste malgré tout largement dominé par les associations d’entrepreneurs et de profesionales et leurs dérivés, les institutions étudiantes, les comités féminins, les clubs sociaux, etc. qui assurent des représentations multiples aux diverses “familles” dirigeantes locales. Mais ces “familles” dirigeantes ont indéniablement réussi de la sorte à capitaliser un large soutien populaire et à fixer des relais dans toutes les couches sociales locales, principalement dans la classe moyenne aussi bien dans le milieu étroit des profesionales que dans celui plus large de l’artisanat, du commerce et de la petite entreprise de services. Les transporteurs sont leurs alliés fidèles depuis sa création. Politiquement, le comité est d’abord un bastion phalangiste - on peut même dire que c’est le principal outil de la phalange pour conquérir et conserver le pouvoir local de 1957 à 1959 -, puis, dans les années 1970, un repaire de partisans du général Banzer.

42C’est précisément parce qu’il n’est plus au diapason démocratique de la population locale pendant la période d’ouverture politique de la fin des années 1970 (il dirige les opérations armées qui empêchent le candidat présidentiel Siles Zuazo de faire sa campagne à Santa Cruz en mai 1979, félicite le général Natusch d’avoir pris le pouvoir en novembre de cette même année, etc.) qu’il est réorganisé une nouvelle fois au début de l’année 1980. Dans cette ultime version, il intègre 15 groupes d’institutions locales : les institutions civiques féminines, les associations de jeunes et d’étudiants, de profesionales de niveau supérieur (avocats, architectes, médecins, etc.), d’entrepreneurs, d’agriculteurs, de transporteurs, de profesionales de niveau moyen (professeurs...), d’ouvriers, de paysans, de gremiales, d’anciens combattants et de mutuelles, les clubs sociaux et sportifs, les institutions éducatives et culturelles, les coopératives, et les juntas vecinales. Chacun de ces groupes est représenté par un membre dans le bureau. Le président et le vice-président sont élus en assemblée générale. Celle-ci est composée de 6 délégués de chacun des groupes, d’un délégué des comités civiques provinciaux, du président, du vice-président et des autres membres du bureau en exercice, et des ex-présidents.

43La représentation populaire est donc mieux assurée avec l’entrée des délégués syndicaux. Cependant, elle ne l’est pas en proportion de leur représentativité réelle. D’une part, les dirigeants locaux figurent toujours dans diverses instances, ce qui n’est pas le cas des paysans ou des ouvriers. D’autre part, certaines associations comme la Uniόn juvenil cruceñista, un groupuscule peu représentatif passé les années 1950, ont le même poids électoral que la Fédération universitaire locale (FUL) ou même que la Centrale ouvrière départementale (COD).

  • 19 Grupo de estudios Andrés Ibañez, op. cit., p. 141.

44Cette ultime réorganisation, tardive pour la période qui nous intéresse ici, n’a d’ailleurs rien changé à l’origine sociale des présidents du comité : la majorité d’entre eux sont des profesionales de renom, principalement des médecins. Comme le souligne à juste titre le groupe d’études Andrés Ibañez, les dirigeants d’entreprises, quelle que soit leur branche, laissent donc “aux mains des intellectuels le soin d’organiser les institutions chargées des aspects idéologiques, juridiques et politiques”19.

45Dans la plupart des élections, des accords préalables interviennent avant le vote, de telle sorte que les délégués des divers groupes d’associations n’ont pas d’autre choix que d’entériner les désignations antérieures. Ce qui prouve bien la capacité du bloc dominant de réguler les responsabilités en son sein et de conforter sa domination. Cette machine ne s’est déréglée qu’en de rares occasions : en 1972 et au début des années 1980.

46Cette capacité de régulation interne du bloc dominant crucénien s’explique par son réseau serré d’associations internes et par les liens de parenté et de coparenté qui unissent ses membres. Les rencontres dans le travail et hors travail sont multiples qui favorisent l’expression d’intérêts solidaires, ainsi que d’une idéologie et d’un système de valeurs commun.

  • 20 Cooperativa cruceña de cultura, op. cit.
  • 21 Ibid., p. 272.

47Une enquête récente auprès d’un échantillon de Crucéniens20 montre nettement qu’en deçà de la grille des intérêts matériels (par exemple le réseau des actionnaires du Banco de Santa Cruz) et de celle des associations professionnelles (Chambre de commerce et d’industrie, Chambre d’agriculture, etc.), il y a en effet une trame d’associations sociales qui distinguent les dominants des autres couches sociales. Ce sont principalement des associations récréatives. En premier lieu, les fraternités et les comparsas de carnaval. A l’origine, les fraternités avaient un caractère religieux, mais au cours du xixème siècle sont nées ce qu’il conviendrait mieux d’appeler des sociétés dont les activités peuvent être aussi bien sociales (organisations de fêtes, de rencontres) que culturelles ou sportives. Selon l’enquête précitée, “les fraternités de notre siècle se sont presque toujours développées à partir d’ensembles carnavalesques, de promotions de bacheliers, de voisins de quartiers affins et proches”21. Quant aux comparsas, elles réunissent les différentes personnes qui fêtent le carnaval en commun. Actuellement, la comparsa se préoccupe de donner tout le brillant possible à son char, à son groupe de danseurs, à sa reine, qui doivent rivaliser avec les autres lors du défilé ; un long travail de préparation est nécessaire. Et la fête elle-même dure longtemps puisque les bals du pré-carnaval débutent dès le mois de janvier.

  • 22 Grupo de estudios Andrés Ibañez, op. cit., p. 143. Cf. la liste des présidents et des vice-préside (...)

48En second lieu, les clubs et cercles sociaux. Ils ne se distinguent en rien de leurs parents du monde entier (Rotary, Lion’s, etc.). Certains réunissent les individus d’ascendance commune (Allemands, Arabes...). Le plus connu est le Club 24 de septiembre organisé en 1902 “avec l’élite de la société crucénienne” qui continue d’accueillir aujourd’hui, bien qu’ayant perdu son lustre d’antan, la “crème” de la société crucénienne, notamment les divers types d’entrepreneurs locaux : “Une grande partie des dirigeants ... sont descendants des fondateurs du club social, c’est-à-dire de la vieille élite crucénienne, cependant, la composition sociale du club a varié lentement par l’incorporation des nouveaux riches de la nouvelle bourgeoisie dont les ancêtres étaient des Crucéniens ordinaires”22. Tandis que les clubs sont typiquement des associations de la néo-oligarchie locale, les comparsas et les fraternités sont plutôt les institutions typiquement crucéniennes : à moins d’appartenir aux catégories favorisées, les immigrants n’en font pas partie. Ces données montrent aussi la faveur des couches les plus populaires pour les syndicats et les coopératives - ces dernières se sont développées dans la foulée des sociétés de secours mutuel particulièrement actives chez les artisans pendant la première moitié du siècle - et la faveur unanime des clubs sportifs.

49Dans la mesure où le CPSC a été créé pour défendre les intérêts de la patria chica auprès du (et contre le) gouvernement central de La Paz, il est évident qu’il s’efforce de contrôler l’organisme par lequel transite la majeure partie des ressources locales : le Comité de obras públicas de Santa Cruz fondé en 1945, transformé ensuite en Corporation régionale de développement de Santa Cruz. Mais au sein de la corporation se constitue progressivement un groupe soudé de cadres et d’experts de haut niveau, au fait de l’économie régionale.

50D’origine locale pour la plupart, indépendants du pouvoir national, mais aussi partiellement, du pouvoir local, dans la mesure où ils disposent d’un budget propre, il était prévisible qu’un jour ou l’autre, ils entreraient en conflit avec le comité pro-Santa Cruz. Cette opposition se manifeste pleinement pendant les années d’ouverture démocratique de 1978 à 1980, quand CORDECRUZ élabore un nouveau modèle de développement économique pour la région qui prend en compte les intérêts des secteurs sociaux défavorisés (petits agriculteurs, artisans...) et des provinces périphériques du département, cherchant en fait à intégrer le département aussi bien géographiquement que socialement Ce projet apparaît raisonnable à un ensemble hétérogène de secteurs crucéniens à une période où l’économie locale (particulièrement l’agriculture) est entrée en crise. Une alliance se cristallise donc autour de l’équipe de la corporation qui dispute la vedette au Comité pour la défense des intérêts régionaux. C’est cette opposition qui explique la concurrence de deux listes aux élections de ce même Comité, en 1980 : l’une conservatrice et l’autre plus modérée, soutenue ouvertement par CORDECRUZ, favorable à une plus grande avancée démocratique dans le pays. Les conservateurs gagnent la présidence d’une voix, mais la formule opposée qui obtient les deux vice-présidences est légèrement majoritaire au sein du bureau. Ultérieurement, la bataille contre Garcia Meza et par-delà, pour la démocratisation du pays en même temps que pour la décentralisation régionale ressoude les deux instances du pouvoir local, toutes tendances politiques confondues.

51En somme, la mobilisation crucénienne repose non seulement sur une conjonction d’intérêts particulièrement imbriqués les uns aux autres, mais encore sur un réseau d’associations capables de rassembler l’ensemble des couches sociales locales derrière la néo-oligarchie lorsque le besoin s’en fait sentir.

  • 23 Cf. Camara de indus tria y comercio de Santa Cruz, El Estado empresario 1970-1980 : fracaso de un (...)

52Elle se nourrit aussi d’une idéologie régionaliste qui enflamme les esprits et pousse au combat. Celle-ci n’est pas directement construite par la néo-oligarchie. Avant tout occupés à leurs affaires, les dirigeants crucéniens n’élaborent directement qu’une idéologie libérale exaltant les mérites de l’entreprise privée en regard des entreprises nationalisées, diffusée par leurs représentations directes comme la Chambre de commerce et d’industrie ou la Fédération des entrepreneurs privés23. Ils délèguent au Comité pro-Santa Cruz, et notamment aux intellectuels de ce comité (professeurs, historiens surtout, journalistes, profesionales, étudiants...), le travail de construire le discours régionaliste. Un discours qu’ils sont au demeurant en mesure de contrôler puisque leurs différentes instances et leurs groupes alliés sont majoritaires au Comité et que, par ailleurs, ils sont propriétaires de la presse locale (El Mundo et El Deber), de radios et de divers canaux de télévision.

53Les chantres de la cruceñidad se nomment principalement Cruceños, cambas (ensemble des Indiens des basses terres, par opposition aux Collas des hautes terres), ou encore Orientales. Leurs ennemis sont les Pacéniens, plus exactement “l’hégémonie pacénienne”, le “centralisme pacénien”, la “bureaucratie pacénienne” et plus largement les Collas, les Altoperuanos.

  • 24 Carlos Valverde Barbery, Hablemos de federalismo, Santa Cruz de la Sierra, brochure, 1983, p. 122.
  • 25 Cf. la littérature de Gabriel René-Moreno et d’Alcides Arguedas entre autres. Sur la manière dont (...)
  • 26 Orlando Arauz Aguilera, Hernán Molina Barberi, Santa Cruz y el desarollo nacional. Sin ganancias, (...)
  • 27 Ibid., p. 54-58.
  • 28 Cf. Guillermo Kenning Voss, "Altoperuanismo paceño, sinόnimo por antonomasia de regionalismo", El (...)

54Pourquoi cette opposition entre le “bas” et le “haut”, l’orient et l’occident du pays ? Presque inévitablement dans ce type de discours, il se trouve des thèses sur l’existence d’une substance ou d’une nature humaine propre dont on cherche l’origine dans le passé le plus reculé. “Nos ancêtres appartenaient à une race qui ne s’est jamais laissé conquérir” alors que les aymaras et les quechuas du haut-plateau se sont soumis à la domination espagnole, argumente Carlos Valverde Barbery, pour signifier cette différence fondamentale entre les uns et les autres24. Mais la plupart de ceux qui évoquent le passé crucénien font plutôt référence à la permanence sur place d’un noyau blanc hispanique, alors qu’ailleurs dans le pays, et particulièrement sur le haut plateau, le métissage vient rapidement foncer les physionomies25. Pour mieux ancrer encore le caractère crucénien dans la nature, on évoque aussi la géographie et le climat : “Nous ne commettrons pas d’erreur en affirmant qu’un homme qui vit dans une contrée froide ne peut comprendre un homme qui vit sous les tropiques. Ses nécessités, son esprit et ses réactions sont distincts”26. L’environnement tropical et l’histoire lointaine ont forgé un caractère crucénien qui présente de nombreuses et incomparables qualités : “Nous sommes un peuple qui a toujours vécu de lui-même, depuis la colonie, qui a atteint son intégration raciale et pratique l’espagnol sur toute l’étendue de son territoire. Il est probable qu’il y a très peu d’analphabètes à Santa Cruz... A nous, Cruceños, on nous a enseignés à respecter la morale, la Constitution et les valeurs humaines... Les anciens Crucéniens ont créé un peuple homogène familier, hospitalier, sans groupes ethniques différents, avec des habitudes d’austérité où rien n’excède les besoins ordinaires, un peuple simple, ennemi du superflu, toujours en lutte pour le bien-être social... C’est cela nos habitudes ancestrales, héritage de grands conquérants espagnols et de merveilleuses indigènes”27. A ces qualités morales dont on a sans doute déjà remarqué l’étroite ressemblance avec celles dont se targuent les indianistes collas sont venues s’ajouter récemment d’autres qualités, telles que l’esprit d’entreprise, de création, d’innovation, le dynamisme, qui expliquent “naturellement” l’avancée crucénienne28.

  • 29 Cf. José Luis Roca, op. cit., p. 179-232.

55Le cruceñismo puise aussi dans l’histoire plus récente divers arguments anti-pacéniens. La région a longtemps souffert de son isolement par rapport aux centres économiques et politiques du pays et depuis le début du siècle jusqu’aux années 50 ses réclamations auprès des nombreux gouvernements successifs pour qu’ils l’aident à en sortir n’ont rencontré que de faibles échos29.

  • 30 Susana Seleme, Mario Arrieta, Guadalupe Abrego, Mito ideologico y democracia en Santa Cruz, Santa (...)

56Enfin, la bureaucratie locale, émanation du “centralisme” gouvernemental, se manifeste principalement par la voie de l’exigence et de la coercition, et l’origine colla des délégués bureaucratiques renforce l’impression de domination dans toutes les couches de la population “régionale”30. Après avoir été trop isolé, voilà donc Santa Cruz trop lié ou trop surveillé. Et la reconnaissance ne joue pas envers un centre politique qui a pourtant permis le rapide décollage post-révolutionnaire.

  • 31 Cf. Daniel Perez Velasco, Andrés Ibañez, caudillo del Oriente, Santa Cruz, San José, 1972.

57Dans l’amalgame historique qui donne vigueur à la cruceñidad, l’opération guerrière des paysans d’Ucureña envoyés à Santa Cruz pour mater les phalangistes en 1957, le “massacre” de Terebinto, s’apparente à une expédition punitive de la fin du siècle dernier (1877) ordonnée par le président Daza pour en finir avec la sédition d’Andrès Ibañez31 : toutes deux signifient la barbarie de l’ennemi colla.

  • 32 Comité pro-Santa Cruz, Ser cruceño, discursos, mensajes y resoluciones del Comité pro-Santa Cruz e (...)
  • 33 Ibid.
  • 34 Ibid.
  • 35 Hernán Fernandez Añez, "Lo cruceño : definiciόn perentoria", El Mundo, 17-18-19 décembre 1981.

58Enfin, plusieurs textes parmi les plus récents expriment de diverses manières la peur, la crainte d’une sorte de dissolution ou de perte de la “substance” crucénienne. “Notre département où prévalent la prépotence, l’abus, la violence et le manque de respect des normes élémentaires de cohabitation s’est converti en terre de personne”32 ; “c’est un département occupé”33 ; “le taux de croissance élevé de la population du département et spécialement de la ville de Santa Cruz... crée une communauté culturelle hybride”34 ; “je crois fermement que notre société consomme avec excès... sans cette élaboration nécessaire du goût et de l’affection qui viennent avec la culture..., dans ces conditions déplorables, on comprend que le Cruceño est, plus que jamais, menacé de mort certaine et rapide”35.

59Comme dans le cas du katarisme sur le haut plateau, l’ouverture de Santa Cruz au monde extérieur, son désenclavement matériel et culturel, a créé les conditions de la naissance d’une recherche d’identité culturelle. On la reconnaît, on l’étudie, on la promeut - ou on veut la promouvoir -, en réalité, on la fabrique aussi, au moment où elle semble échapper.

  • 36 Cf. aussi les nombreux textes de Hernán Fernandez Añez, parus dans les journaux crucéniens El Debe (...)

60La culture est, en effet, devenue un champ de bataille déterminant, et les Crucéniens pourraient très bien reprendre à leur compte ce titre d’un des paragraphes du manifeste indianiste de Tiwanaku : “Notre culture comme valeur première”. Il ne faut donc pas s’étonner si le Comité pro-Santa Cruz s’active à mobiliser tous les chantres de la cruceñidad et à mettre en place une véritable politique culturelle régionale. Il modèle ainsi l’instrument de la cohésion crucénienne, et il investit pour assurer la continuité. C’est dans ce but qu’il organise, en janvier 1984, le premier séminaire sur la politique culturelle crucénienne qui aboutit à un projet de création de l’Institut crucénien de culture36.

  • 37 José Luis Roca, op. cit., p. 193.

61L’image du futur crucénien fait aussi partie intégrante du discours de la cruceñidad. Elle est principalement politique. Deux solutions extrêmes paraissent se concurrencer : le séparatisme ou l’hégémonie, Santa Cruz devenant la capitale du pays. L’option séparatiste n’a jamais été sérieusement avancée ; elle surgit le plus souvent dans des moments de crise comme un argument de l’une ou de l’autre partie pour faire monter les enchères (en 1957, chacun des deux camps accuse l’autre d’avoir diffusé cette “calomnie”), mais ce n’est pas une solution envisagée sérieusement par les Crucéniens qui savent bien qu’ils seraient alors la proie désignée des puissants voisins que sont le Brésil et l’Argentine. Le véritable rêve, c’est le rêve hégémonique. Un rêve au demeurant ancien. C’est en 1924 que le député crucénien Saucedo Villa affirme avec netteté : “Santa Cruz aspire à être la capitale de la Bolivie et non la queue d’un pays voisin”, un formule suffisamment lapidaire pour être transformée en slogan des futures luttes régionales37. Ce qui pouvait prêter à sourire en 1924, étant donné le déséquilibre entre les deux métropoles, relève maintenant de l’hypothèse plausible.

  • 38 José Maria Serrate Paz, Cochabamba sede del gobierno nacional, imperativo de un traslado, Cochabam (...)

62Curieusement - ou habilement -, les partisans de cette solution s’avancent masqués. Les porte-parole successifs du comité civique crucénien n’ont jamais réclamé directement le transfert de la capitale nationale à Santa Cruz. Il a seulement été suggéré que ce soit Cochabamba, située au centre géographique du pays, qui devienne la ville capitale. C’est du moins le projet lancé en 1975 par José Maria Serrate Paz, Crucénien d’origine, secrétaire privé du président Banzer de 1971 à 1974, avec l’appui du leader phalangiste Mario Guttierez38.

63En fait, les deux issues contraires du séparatisme ou de l’hégémonie sont commandées par une seule et même aspiration : plus de pouvoirs pour Santa Cruz jusqu’à atteindre tout le pouvoir pour Santa Cruz. En attendant le “grand jour”, les Crucéniens s’appliquent donc à desserrer le “centralisme effréné” pacénien et à combattre la “bureaucratie vexatrice” ou “l’agression administrative” en se faisant la championne de la déconcentration administrative et de la décentralisation politique par le rétablissement des municipalités élues et la création d’assemblées départementales. Et peut-être qu’en s’appropriant ainsi pièce par pièce des éléments de pouvoir, ils sont en train de créer les conditions de leur future hégémonie.

64La pugnacité crucénienne s’explique donc par la capacité à s’organiser et à se coaliser pour réaliser des objectifs communs au nom de l’idéologie crucénienne. A l’origine de cette capacité, on trouve une néo-oligarchie particulièrement intégrée, qui peut faire étalage de ses réussites, et qui a su à la fois se donner très tôt cet instrument de mobilisation qu’est le Comité et mêler à l’idéologie traditionnelle de la cruceñidad des valeurs d’entreprise, d’initiative et d’audace pionnière. Les citadins crucéniens sont sensibles à ce credo idéologique dans la mesure où, membres de la classe moyenne pour la plupart, ils bénéficient du développement local, et participent donc de cette même idée qu’à Santa Cruz se forge la nouvelle Bolivie. Dans ces conditions, tout ce qui entrave ou paraît entraver cette marche vers le futur (centralisme pacénien, maladresses gouvernementales, projets concurrents, ou non-réponse à des exigences locales) est à combattre.

65Si cette idéologie marche si bien, c’est aussi parce qu’une large fraction des couches moyennes locales s’identifie sans conteste aux patrons : les commerçants, les transporteurs notamment, et tous ceux qui, salariés, souhaitent s’établir à leur compte. Même si l’oligarchie pré-révolutionnaire n’a pas totalement disparu, les exemples ne manquent pas de réussites locales qui autorisent le rêve d’une fortune personnelle ou familiale. De plus, l’idée qu’à Santa Cruz se forge la nouvelle Bolivie, accréditée par les réalisations effectives dont peut se glorifier la région, ne peut que séduire toute une frange de profesionales et d’intellectuels.

66Enfin, par sentiment xénophobe, les fractions populaires marginalisées, promptes à rendre les Collas responsables de leurs malheurs, s’alignent aussi derrière les organisations crucéniennes lorsque celles-ci combattent le centre pacénien. Et on n’aurait sans doute aucun mal à trouver des Collas d’origine modeste qui, mesurant l’écart entre leur nouvelle situation à Santa Cruz et leur ancienne position ailleurs et sensibles au mirage crucénien, surenchérissent dans la vindicte anti-centraliste pour faire oublier leur provenance sociale.

Régionalisme crucénien et instabilité

67Pour faire le bilan de l’influence du régionalisme crucénien sur l’instabilité politique bolivienne, il faut distinguer clairement deux périodes séparées par le coup d’Etat d’août 1971 qui porte Banzer à la présidence. Pendant les années qui suivent la révolution, la vie locale est marquée par l’affrontement entre le MNR qui coalise la majorité des secteurs populaires locaux et la phalange qui regroupe l’élite locale. Celle-ci, en faisant habilement sienne une bataille régionaliste démarrée depuis le début du siècle, en s’abritant derrière un comité civique à façade unitaire et apolitique, et en exaltant le cruceñismo, affaiblit un MNR local d’autant plus vulnérable qu’il est en même temps miné d’en bas par des luttes de clans et d’en haut parce que les gouvernements du MNR décidés à faire de Santa Cruz une vitrine du développement national répugnent à s’attaquer de front aux patrons crucéniens. Le principal responsable de la mobilisation politique de la néo-oligarchie crucénienne est donc, paradoxalement, le centre pacénien qui lui donne les moyens de sa puissance locale (terres, crédits, appuis divers...). Les bagarres intenses qui résultent de ces oppositions locales entraînent une instabilité politique et sociale chronique qui se traduit par des changements constants de toutes les autorités politiques, administratives, syndicales, gremiales, etc.

68Finalement le centre pacénien ne peut maintenir son pouvoir que par l’envoi de l’armée. Toutefois, à cette époque, le département de Santa Cruz n’est pas en mesure de peser à lui tout seul sur les destinées nationales. Il ne fait que contribuer, avec d’autres secteurs sociaux mobilisés, à l’affaiblissement des gouvernements du MNR.

69On peut considérer les six années qui suivent la chute du MNR, pendant lesquelles l’armée règle les destinées locales en accord avec la néo-oligarchie en formation, comme une étape d’intense mobilisation politique de cette même néo-oligarchie ; étape pendant laquelle elle conforte ses appuis locaux, lamine ses adversaires, s’enrichit et s’élargit à de nouveaux venus, grâce à l’appui des militaires installés au gouvernement.

70Puis survient le tournant. Avant 1971, la politique locale subit les aléas de la politique nationale ; à partir de 1971, c’est la politique nationale qui subit les pressions locales : la succession des présidents du pays devient dépendante des réactions d’une néo-oligarchie crucénienne suffisamment aguerrie, et appuyée par la population locale, pour tenter d’imposer ses candidats, ou au contraire entraver ceux qu’elle considère comme des ennemis. Du moins en va-t-il ainsi pour les présidents militaires. Le jeu crucénien est évidemment plus subtil avec les présidents civils : il consiste à la fois à les influencer au mieux des intérêts locaux et à réclamer avec vigueur une plus grande autonomie locale ; stratégie que l’on pourrait résumer par la formule suivante : toujours plus de moyens et toujours moins de comptes à rendre.

71Puisque c’est le coup d’Etat de Banzer qui marque ce retournement, voyons dans le détail quel est, à cette occasion, le comportement des Crucéniens.

  • 39 Jorge Gallardo Lozada, De Torres a Banzer : 10 meses de emergencia en Bolivia, Buenos Aires, Perif (...)

72A examiner attentivement certaines mesures prises par les gouvernements nationaux-populistes des généraux Ovando et Torres, on comprend pourquoi la néo-oligarchie crucénienne s’emploie à fomenter le conspiration qui met fin à cette expérience. Passons sur les orientations économiques d’ensemble pour ne retenir que des mesures qui affectent plus directement la région. Le premier coup de massue est donné avec la nationalisation des biens de la Gulf Petroleum Company. Comme le dit Jorge Gallardo Lozada, ancien ministre de Torres, “la nationalisation de la Bolivian Gulf Co a eu un impact destructeur sur la bourgeoisie féodale de l’Orient et a engendré une réaction en chaîne de sa part. Elle a notamment fait courir le bruit que l’entreprise nationale du pétrole (YPFB) n’honorerait pas ses engagements régionaux comme le faisait ”généreusement“ l’ex-entreprise américaine”39. Le gouvernement ne se risque pas à une telle audace, mais il a la mauvaise fortune de voir baisser les cours internationaux du pétrole. Comme, par ailleurs, la Gulf organise une sorte de blocus des exportations du pétrole bolivien pour obtenir un indemnisation, les ressources crucéniennes chutent d’un coup.

73Puis vient le gouvernement du général Torres dont une des premières idées est de nationaliser l’industrie sucrière. Jusqu’à ce moment-là, en dépit de l’existence de deux sucreries publiques, le sucre était contrôlé par des entreprises privées (Gasser y Cia) et la puissante entreprise nord-américaine Grace jouait un rôle hégémonique dans sa commercialisation. La création, en décembre 1970, de la Empresa nacional del azúcar chargée de commercialiser l’ensemble du sucre produit dans le pays est un premier pas dans la direction de la nationalisation. Puis, quelques jours avant le coup d’Etat, le 24 juillet, le ministre des Affaires paysannes annonce l’étatisation définitive de l’industrie sucrière “pour la sauver du collapsus”.

74Autre dure épreuve pour la néo-oligarchie crucénienne : l’apparition au nord de Santa Cruz d’un mouvement contestataire de paysans colons, bientôt dirigé par le parti communiste pro-chinois (PCML) qui, à la tête de groupes armés, envahit plusieurs grandes propriétés de la zone, pour y installer des coopératives agricoles.

  • 40 Ibid., p. 178.

75Bien entendu, les propriétaires terriens ne restent pas inactifs face à ces attaques. “Les riches hacendados de Santa Cruz menacent... d’organiser leurs propres milices armées pour se défendre contre les pièges communistes”40. Le gouvernement ne s’oppose pas brutalement aux “envahisseurs communistes”, il négocie plutôt avec eux, et finalement, comme le reconnaît l’ex-ministre de l’Intérieur de Torres, tandis que les attaques contre les propriétés continuent, l’autorité du gouvernement décline.

76Enfin, d’autres menaces rendent fébriles les oligarques crucéniens. A partir du mois de mars, le gouvernement discute - non sans divergences internes - la mise en place d’une plate-forme économique qui envisage rien moins que la création d’un système bancaire unifié et d’une Entreprise nationale du commerce extérieur, chargée de l’ensemble des opérations commerciales du secteur nationalisé.

  • 41 Aquí, La Paz, 8 au 14 septembre 1979, et 14 au 20 juillet 1979.
  • 42 Isaac Sandoval Rodriguez, Culminaciόn y ruptura del modelo nacional revolucionario : Torres en el (...)

77La néo-oligarchie crucénienne ayant été particulièrement touchée, on comprend mieux dès lors pourquoi elle est au cœur du complot. Selon Jorge Gallardo, l’état-major des comploteurs se met en place à Santa Cruz dès la fin juin autour de Banzer et de Mario Guttierez, chef du parti phalangiste. Une grande partie des fonds nécessaires pour gagner les militaires à la conjuration est collectée à Santa Cruz, notamment au sein du groupe des descendants germaniques. Les frères Gasser, propriétaires de la sucrerie La Bélgica, déclarent d’ailleurs à un programme de télévision allemande en janvier 1972 : “Cela n’a pas été facile, ni économique, de convaincre les officiers commandants d’unités de se joindre au coup d’Etat” ajoutant que “tous les Allemands, certains plus que d’autres, ont étroitement collaboré avec Banzer en donnant de l’argent, des armes, en cachant les conspirateurs, etc.41. “Il en a été de même des représentants de l’Association des producteurs de coton, qui ont directement financé la subversion”42. Le gouvernement de Torres est d’ailleurs parfaitement au courant, qui fait arrêter, le 19 août, à Santa Cruz, 45 civils, membres de la néo-oligarchie ou politiciens crucéniens parmi lesquels E. Gasser, ainsi que le colonel Banzer.

  • 43 Cité par la Carta semanal IPE, 29 septembre 1973.

78Il est, dans ces conditions, on ne peut plus normal que le militaire appelé à mener les conjurés soit de lointaine ascendance allemande et d’origine crucénienne. Deux ans plus tard, Banzer, dans un discours adressé aux Crucéniens, rappellera non sans emphase combien son ascension est indissolublement liée à celle de la capitale orientale. “Je suis né dans ce département. Mes yeux se sont ouverts pour contempler cette nature éblouissante. Ici, j’ai cultivé les premiers et les plus purs sentiments d’amitié, ici, j’ai appris à prononcer le nom sacro-saint de Bolivie. Et c’est là que s’est allumée la flamme des rébellions nationales qui, après des journées épiques, ont culminé avec l’historique victoire d’août 1971. C’est avec le peuple crucénien, avec la menace de ses femmes et la poussée virile de ses hommes que nous avons exalté le nom de Santa Cruz, en l’élevant au siège d’honneur qui lui convient”43. En somme, à partir de Banzer, et avec lui, commence une nouvelle ère pour la Bolivie : celle qui consacre le rôle moteur de la Bolivie orientale.

79La coalition de la néo-oligarchie, avec ses troupes de choc phalangistes, et des militaires suffit à expliquer la victoire militaire de Banzer à Santa Cruz. Déjà le 19 août les groupes de phalangistes sont maîtres du centre ville. Et le 20 au soir, après un attentat manqué contre les chefs de l’insurrection réunis sur une tribune pour haranguer une foule de manifestants, le régiment des rangers du Guabira contrôle toute l’agglomération non sans massacrer un groupe d’étudiants résistants.

  • 44 En réalité, c’est toute la politique de crédits qui est destinée à favoriser la néo-oligarchie cru (...)
  • 45 Cf. Grupo de estudios Andrés Ibañez, La reforma agraria en Santa Cruz, Santa Cruz, CIDCRUZ, ronéo, (...)

80On a déjà vu avec les crédits cotonniers une des manières dont la néo-oligarchie crucénienne a été récompensée de ses services44. Mais il y en a d’autres comme la dévaluation du peso en 1972 (67 %) pour favoriser les agro-industriels exportateurs, la décision en janvier 1974 d’augmenter de plus de 100 % le prix de productions crucéniennes (sucre, riz, huile), l’attribution généreuse de nouvelles terres au point que c’est pendant la période du gouvernement de Banzer que Santa Cruz bénéficie le plus de la réforme agraire (aussi bien le nombre de bénéficiaires que les superficies moyennes des terres qu’ils reçoivent augmentent à cette époque : en 1974, le nombre d’hectares distribués, 2 359 277 ha, dépasse le total des superficies affectées de 1955 à 1970, soit 2 153 433 ha)45, et bien entendu la place qui est faite à des ministres crucéniens dans le nouveau gouvernement : un tiers des ministères.

81On pourrait encore joindre à cette liste le projet de création d’un complexe pétrochimique et de pesticides (qui débouche sur la construction d’une raffinerie de pétrole surdimensionnée), le prolongement du chemin de fer Yacuiba - Santa Cruz vers Trinidad, l’étude d’une ligne de chemin de fer Santa Cruz - Cochabamba, les 8 millions de dollars d’investissements dans la région des rios Abapo-Izozog, etc.

82Ensuite, entre 1971 et 1982, la ville de Santa Cruz s’est trouvée mêlée, de près ou de loin, à tous les changements de gouvernement non constitutionnels et les chefs militaires de la garnison locale ont agi en étroite collaboration avec la classe dominante locale. Certains coups d’Etat sont souhaités et provoqués par l’ensemble de la population crucénienne, toutes origines sociales et tendances politiques confondues (Garcia Meza, Torrelio, Vildoso), d’autres sont seulement appuyés par la néo-oligarchie locale et des fractions plus ou moins larges de citadins (Banzer, Pereda, Padilla). Dans le cas de Pereda, la garnison locale est au coeur du combat puisque le pronunciamiento du candidat président est lancé depuis la base aérienne locale. Quant à Padilla, il trouve lui aussi appui dans cette même garnison. Seul le coup d’Etat de Natusch de novembre 1979 échappe à ce schéma.

83L’opposition centre-périphérie ou La Paz - Santa Cruz structure donc un ensemble de conflits générateurs d’instabilité. Elle se surajoute à l’opposition mise en évidence précédemment des forces armées aux mineurs. Dans les grandes occasions, aux moments de crises socio-politiques aiguës, ces deux oppositions jouent ensemble. Mais dans la polarisation du jeu politique, les couples d’acteurs ne se retrouvent pas forcément alliés de la même façon.

84Au moment du coup d’Etat de Banzer, l’Oriente et la quasi-totalité de l’armée qui soutiennent les putschistes sont associés contre un centre pacénien soutenu par les mineurs, plus largement par la COB, et quelques fractions de régiments.

Les opposants de 1971

Les opposants de 1971

85De 1980 à 1982, quand Santa Cruz, au nom de la démocratie, s’oppose aux dictateurs militaires (Garcia Meza, Torrelio, Vildoso), les mineurs poursuivent le même combat. Si on ne peut les considérer comme des alliés objectifs des Crucéniens (ou inversement), comme l’étaient militaires et Crucéniens dans le cas de figure précédent, on conviendra qu’ils se battent contre le même ennemi. Le schéma s’en trouve donc renversé.

Les opposants de 1981

Les opposants de 1981

86On remarquera que dans le premier cas de figure, les deux axes d’opposition sont presque confondus, Santa Cruz et l’armée faisant corps. Le coup d’Etat passé, La Paz redevient centre, mais la conjuration militaires-Santa Cruz laisse la trace indélébile d’un nouvel avantage crucénien, bien marqué par toutes les faveurs qui lui sont consenties par la suite qui confortent encore sa mobilisation, et ses exigences. Dans le deuxième cas, les deux axes sont plus éloignés. Les coalitions sont plus conjoncturelles et atypiques. Mais leur existence même montre bien la spécificité et l’autonomie du jeu crucénien quelle que soit la situation politique.

  • 46 José Luis Roca in, Temas en la crisis, 20, juillet 1983.

87Si les régimes militaires ont été victimes des attaques régionales, force est de constater que c’est en partie parce qu’ils ont contribué à entretenir et à vivifier le régionalisme, celui de Banzer au premier chef. Et si le régionalisme est bien une conséquence de la centralisation, les mêmes conditions qui ont favorisé son surgissement à la fin des années 1950, perpétuées par le MNR, sont encore plus agissantes sous les régimes militaires : il n’y a plus d’assemblées élues à quelque niveau que ce soit et les organisations populaires représentatives (partis, syndicats...) sont entravées. Mais il y a plus, dans de telles circonstances, seuls les comités civiques sont des canaux admis de l’expression populaire ; ils sont même encouragés. C’est que les miliaires savent très bien que ces comités sont dirigés par des élites locales et ils comptent sur elles pour contenir et freiner la mobilisation populaire. Mais, par un effet pervers, cette politique leur est finalement fatale. Et donc, comme le soutient José Luis Roca, “De la même manière que le MNR a creusé sa propre tombe en promouvant le développement des régions les plus oubliées de Bolivie, les dictatures militaires ont creusé la leur en promouvant le régionalisme”46.

Notes

1 José Luis Roca, Fisionomía del regionalismo boliviano, La Paz, Los amigos del libro, 1979, p. 9.

2 Fernando Calderόn, Roberto Laserna, Naciόn, Estado y movimientos sociales en Bolivia (1971- 1983), La Paz, CERES, ronéo, 1983.

3 Cf. Roxana Ibarnegaray Ponce, El desarollo del capitalismo en la agricultura de Santa Cruz (Bolivia), Tesis de maestria en ciencias sociales, Facultad latinoamericana de ciencias sociales, Mexico, FLACSO, juillet 1981, p. 30-31.

4 Gerrit Köster, Santa Cruz de la Sierra, desarrollo, estructura interna y funciones de una ciudad en los llanos tropicales, Cochabamba, Centre pedagogico y cultural Portales, 1983, p. 59.

5 Cf. Corporaciόn regional de desarrollo de Santa Cruz, La crisis agropecuaria regional y sugerencias de una nueva politica economica para el sector (Documento de trabajo n° 79), Santa Cruz, CORDECRUZ, ronéo, juillet 1979.

6 Cf. Jan Bartlema, Migraciones recientes en Bolivia, La Paz : Naciones Unidas. Instituto nacional de estadística, 1980, p. 7.

7 Cf. Resultados del censo nacional de problaciόn y vivienda, departamento de Santa Cruz, vol. 7, La Paz, Instituto nacional de estadística, 1981, p. 152.

8 Cf. Roberto Casanovas, Silvia Escobar de Pabon, Enrique Ormachea, Migraciόn y empleo en la ciudad de Santa Cruz, La Paz, ministerio de Trabajo y Desarrollo laboral/OIT/FNUAP, 1982, p. 123.

9 Cf. Dwight B. Heath, Charles J. Erasmus, Hans C. Buechler, Land reform and social revolution in Bolivia, New York, Praeger, 1969, p. 333.

10 Cf. Roxana Ibarnegaray Ponce, op. cit., p. 55-64.

11 Cf. Dwight B. Heath, Camba : A study of land and society in Eastern Bolivia, Ph. D., Yale University, 1959.

12 Cf. Susan Eckstein, "El capitalismo y la revoluciόn agraria en Bolivia", Revista mexicana de sociología 41 (2), avril - juin 1969.

13 Cf. Grupo de estudios Andrés Ibañez, Tierra estructura productiva y poder en Santa Cruz, La Paz, CEUB, 1983, p. 24.

14 Cf. Grupo de estudios Andrés Ibañez, op. cit., p. 78-79 et p. 36 à 96.

15 Cf. Cooperativa cruceña de cultura, Los cruceños y la cultura : un diagnostico de la cultura en Santa Cruz, Santa Cruz, Cooperativa cruceña de cultura, 1986, p. 349.

16 Susan Eckstein, "Transformation of a revolution from below. Bolivia and international capital", Comparative studies in society and history 1, 1983, Cf. aussi Grupo de estudios Andrés Ibañez, op. cit., p. 55-56.

17 Susan Eckstein, "Transformation of a revolution from below...", op. cit.

18 Ibid.

19 Grupo de estudios Andrés Ibañez, op. cit., p. 141.

20 Cooperativa cruceña de cultura, op. cit.

21 Ibid., p. 272.

22 Grupo de estudios Andrés Ibañez, op. cit., p. 143. Cf. la liste des présidents et des vice-présidents de 1952 à 1975, p. 145.

23 Cf. Camara de indus tria y comercio de Santa Cruz, El Estado empresario 1970-1980 : fracaso de un modelo, Santa Cruz, Camara de industria y comercio de Santa Cruz, ronéo, 1982.

24 Carlos Valverde Barbery, Hablemos de federalismo, Santa Cruz de la Sierra, brochure, 1983, p. 122.

25 Cf. la littérature de Gabriel René-Moreno et d’Alcides Arguedas entre autres. Sur la manière dont le métissage a été perçu au tournant du siècle Cf. Marie Danielle Demélas, "Darwinisme à la créole : le darwinisme social en Bolivie, 1880-1910", Pluriel 23, 1980.

26 Orlando Arauz Aguilera, Hernán Molina Barberi, Santa Cruz y el desarollo nacional. Sin ganancias, no hay progreso !, Santa Cruz, s. e., 1972, p. 57.

27 Ibid., p. 54-58.

28 Cf. Guillermo Kenning Voss, "Altoperuanismo paceño, sinόnimo por antonomasia de regionalismo", El Deber, 31 août 1981.

29 Cf. José Luis Roca, op. cit., p. 179-232.

30 Susana Seleme, Mario Arrieta, Guadalupe Abrego, Mito ideologico y democracia en Santa Cruz, Santa Cruz, CIDCRUZ, ronéo, 1984.

31 Cf. Daniel Perez Velasco, Andrés Ibañez, caudillo del Oriente, Santa Cruz, San José, 1972.

32 Comité pro-Santa Cruz, Ser cruceño, discursos, mensajes y resoluciones del Comité pro-Santa Cruz en la gestiόn 1983, Santa Cruz, Comité pro-Santa Cruz, brochure, 1984.

33 Ibid.

34 Ibid.

35 Hernán Fernandez Añez, "Lo cruceño : definiciόn perentoria", El Mundo, 17-18-19 décembre 1981.

36 Cf. aussi les nombreux textes de Hernán Fernandez Añez, parus dans les journaux crucéniens El Deber et El Mundo entre 1981 et 1983.

37 José Luis Roca, op. cit., p. 193.

38 José Maria Serrate Paz, Cochabamba sede del gobierno nacional, imperativo de un traslado, Cochabamba, Canelas, 1975.

39 Jorge Gallardo Lozada, De Torres a Banzer : 10 meses de emergencia en Bolivia, Buenos Aires, Periferia, 1972, p. 234.

40 Ibid., p. 178.

41 Aquí, La Paz, 8 au 14 septembre 1979, et 14 au 20 juillet 1979.

42 Isaac Sandoval Rodriguez, Culminaciόn y ruptura del modelo nacional revolucionario : Torres en el escenario politico boliviano, La Paz, Urquizo, 1979, p. 174.

43 Cité par la Carta semanal IPE, 29 septembre 1973.

44 En réalité, c’est toute la politique de crédits qui est destinée à favoriser la néo-oligarchie crucénienne. ”Depuis le milieu des années 1970, le gouvernement exige que les banques nationales investissent 30 % de leurs utilités à Santa Cruz“, Susan Eckstein, El capitalismo..., op. cit.

45 Cf. Grupo de estudios Andrés Ibañez, La reforma agraria en Santa Cruz, Santa Cruz, CIDCRUZ, ronéo, 1982, p. 30.

46 José Luis Roca in, Temas en la crisis, 20, juillet 1983.

Table des illustrations

Titre Les opposants de 1971
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1047/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Les opposants de 1981
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1047/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540