Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'instabilité politique de l'Amérique latine

 | 
Jean-Pierre Lavaud

Deuxième partie. Les agents de l'instabilité

Chapitre II. Les paysans

Texte intégral

1Les actions collectives des paysans, sporadiques et localisées, n’ont jamais eu la portée nationale de celles des mineurs, ni même de celles des autres secteurs ouvriers associés aux mineurs au sein de la COB, et leurs organisations ont longtemps été liées aux gouvernements en place. Pourquoi, dès lors, traiter des paysans dans un chapitre consacré aux acteurs sociaux mobilisés ou mobilisables, susceptibles de mettre en péril la stabilité gouvernementale ?

2Pour deux raisons, d’ordre tout à fait différent. En premier lieu pour répondre à cette assertion, couramment admise, surtout dans le passé, et rappelée dans l’introduction de ce livre, selon laquelle les Indiens seraient la cause de tous les maux boliviens. Et en second lieu parce que la Bolivie demeure un pays à dominante rurale où les paysans, majoritaires dans la population active, ont un poids social et électoral décisif depuis l’instauration du suffrage universel.

La modernisation des campagnes et ses limites

3En 1950, 74,4 % des habitants habitent la campagne dans des villages de moins de 2 000 habitants et 70,5 % de la population active travaillent la terre. Les densités de ruraux varient énormément d’un étage écologique à l’autre et au sein de chacun de ces étages : les zones les plus peuplées étant la vallée de Cochabamba aux abords de la ville du même nom (60 habitants au km2) et l’Altiplano-nord près du lac Titicaca (40 habitants au km2) ; le département du Pando est celui où les densités sont les plus faibles (0,13 habitant au km2).

  • 1 L’ayllu est une association de type familial d’individus reconnaissant entre eux des liens de pare (...)
  • 2 Cf. Luis Peñalosa, Historia economica de Bolivia, vol. I, La Paz, Fenix, 1953, p. 281-282.
  • 3 Cf. Amado Canelas O., Mito y realidad de la reforma agraria, La Paz, Los amigos del Libro, 1966, p (...)

4Comment la terre est-elle mise en valeur ? Distinguons d’abord entre les deux types de propriété de la terre : la propriété communautaire, forme altérée de l’ayllu précolombien1 et la propriété privée, dont la forme dominante est l’hacienda. Cette dernière s’est peu à peu constituée pendant la colonisation, mais l’usurpation des terres d’Indiens connaît son apogée à la fin du xixème siècle et au début du xxème siècle. En 1950 il ne reste que 3 779 communautés sur les 11 000 recensées en 18472. Autre forme de propriété privée : la petite exploitation familiale ; 65 % des propriétés recensées en 1950, mais seulement 18,9 % de la surface cultivée. Alors que les haciendas, 9 % des propriétés, contiennent 44,3 % des terres cultivées3.

  • 4 Cf. Amado Canelas 0., op. cit., p. 97.
  • 5 Calcul personnel sur la base du recensement général de la population de 1950 et du recensement agr (...)

5L’inégalité est extrême entre grande et petite propriété, tant pour ce qui est de la quantité de terres possédées que du nombre de propriétés de chaque type : tandis que 6,26 % des propriétés d’étendue égale ou supérieure à 1 000 ha incluent à elles seules 91,1 % de la superficie agricole totale, les propriétés de 2,9 ha et moins, 49,6 %, ne couvrent que 0,13 % de cette superficie.4 Autrement dit, la majorité des terres agricoles est concentrée entre quelques mains et les maigres restes sont émiettés en minifundios de propriété familiale. En réalité la majorité des paysans n’a pas de terre propre (52,9 %)5 et les patrons d’hacienda ne constituent qu’une infime minorité (1,7 %) qui s’approprient la main-d'œuvre indienne.

  • 6 Pour plus de précisions concernant la loi de réforme agraire, cf. Arturo Urquidi, Bolivia y su ref (...)

6La réforme agraire du 2 août 1953 consiste essentiellement à fractionner les domaines d’hacienda en petites propriétés. Seuls ces domaines sont réaffectés tandis que les propriétaires des petites et moyennes propriétés, ainsi que tous ceux qui font usage d’une technologie moderne et emploient des salariés, rangés dans la rubrique “entrepreneurs agricoles”, sont simplement “consolidés ”dans leurs droits6.

  • 7 Jeff Dorsay, Bolivia Country Report, Madison, University of Wisconsin, ronéo, 1975, p. 35.

7Le processus de distribution des nouveaux titres de propriété est extrêmement lent. En 1972, seuls 30 % des agriculteurs ont été satisfaits ; 52 % en 1978. Bien que certains paysans aient reçu leurs titres dès l’année 1954, la procédure d’affectation est telle qu’il faut 3 à 4 années en moyenne depuis son ouverture jusqu’à sa clôture ; “les cas litigieux prennent en moyenne 6 à 7 ans et beaucoup prennent plus d’une décennie”7.

  • 8 Consejo nacional de reforma agraria, La reforma agraria en cifras, La Paz, C.N.R.A., 1975, p. 20.

8Le rythme des affectations va crescendo de 1955 à 1964 ; le second gouvernement de Paz étant le plus empressé à satisfaire les paysans. Il diminue ensuite sous Barrientos et ne reprend à un rythme élevé qu’avec l’arrivée des militaires nationalistes permissifs. Puis il est à nouveau freiné tout en se maintenant à un niveau plus élevé que sous Barrientos8.

  • 9 Jeff Dorsay, op. cit., p. 46.

9Du premier gouvernement MNR jusqu’à la fin de la présidence de Barrientos (1969), le nombre moyen d’hectares par bénéficiaire s’accroît régulièrement : il passe de 15 ha à 103 ha. Cette augmentation des superficies moyennes s’explique par le fait qu’au départ, on a surtout distribué des terres cultivables, individuellement ou collectivement (70,5 %) alors qu’à l’inverse, pendant les dernières années, on a principalement attribué des terres de pâture (76,5 %) sous forme collective. Dans le même temps la part des superficies de terres cultivables affectées à titre individuel est passée de 40 % à 12,5 %, tandis que celle des terres cultivables distribuées collectivement diminuait de 30,1 % à 2,1 %9.

10Ces écarts s’expliquent assez facilement. Il est normal que l’on ait distribué d’abord les terres cultivables dans les zones à forte pression démographique et que l’affectation des terres de pacage soit intervenue plus tardivement : pour beaucoup, il s’agit de pacages d’altitude ou de prairies de llanos. Quant à la diminution de superficies cultivables affectées collectivement, elle tient d’une part au changement de cap politique à l’arrivée de Barrientos à la présidence, et d’autre part au fait que les terres collectives étaient souvent repartagées par la suite.

  • 10 Javier Albó, Bodas de plata ? O requiem por una reforma agraria, (cuaderno n° 17), La Paz, CIPCA, (...)

11Après 1969, les superficies moyennes attribuées par le SNRA (toutes catégories confondues) commencent par diminuer pendant les présidences d’Ovando et Torres, puis augmentent à nouveau sous la présidence de Banzer pour atteindre la dimension record de 119,5 ha entre 1975 et 197810. Ces écarts tiennent principalement aux stratégies gouvernementales. Aussi bien pendant la période movimientista que pendant celle des militaires nationalistes, on essaie de favoriser le plus possible les petits paysans dépourvus, alors que sous les régimes militaires répressifs on “consolide ”des propriétaires anciens dans leurs droits et on affecte de vastes propriétés dans les parties orientales ou nord-orientales du pays.

  • 11 Jean-Pierre Lavaud, Christian Jacquier, Desafio a la agricultura del altiplano. La Paz, CIDOB, ron (...)

12En somme les résultats de la réforme agraire ont été très contrastés selon les régions. Dans les zones de propriétés traditionnelles on a multiplié le nombre des propriétaires terriens, généralisant ainsi la petite propriété parcellaire : en 1975, autour du lac Titicaca la taille moyenne des propriétés était de 5,7 ha. Ces petits propriétaires sont de plus très inégalement dotés : dans l’Altiplano-nord presqu’un tiers ne dispose que d’un hectare ou moins encore11. Cela provient du fait que le plus souvent les colonos ont reçu les parcelles qu’ils cultivaient auparavant en usufruit additionnées d’une parcelle du domaine d’hacienda proportionnelle à cette dernière. En revanche dans les zones orientales les grands domaines se sont multipliés, quelques-uns par consolidation, mais la plupart en raison d’affectation de terres vierges. Finalement, alors que sur l’Altiplano et dans les vallées, la taille moyenne des propriétés a tendance à diminuer progressivement, dans les llanos orientaux, à l’inverse, les grands domaines agricoles et d’élevage prospèrent sur le modèle d’une économie agraire de plantation, si bien que minifundio et grands domaines marquent maintenant deux zones agricoles tranchées.

  • 12 CEPAL, Campesinado y desarollo agricola en Bolivia, Santiago de Chile, Naciones Unidas, 1982, p. 1 (...)

13La brèche entre les deux secteurs est encore aggravée par les politiques gouvernementales qui ont accompagné la réforme agraire, principalement par la politique de crédits. En effet, en regard de leur nombre, les paysans-indiens n’ont eu accès qu’à une part infime du crédit, alors que les agriculteurs et les éleveurs en ont largement bénéficié. La répartition des prêts par le Banco agricola de 1964 à 1971 en offre la preuve éclatante : plus de 90 % des crédits sont allés aux agriculteurs “modernes”, principalement aux crucéniens et aux éleveurs du Beni, les paysans ne bénéficiant que des miettes du festin12.

14La politique des prix des productions agricoles a aussi le plus souvent défavorisé les paysans-indiens, soit en fixant arbitrairement des prix de vente très bas, soit en laissant jouer les lois d’un marché sauvage dans lequel les paysans ont été victimes des transporteurs et des commerçants. A l’inverse, la production de sucre a été régulièrement subventionnée et d’autres productions orientales ont été conjoncturellement aidées.

15Avant 1953, le système de l’hacienda produisait et entretenait une agriculture particulièrement statique et à faible rendement. La masse imposante des paysans ne suffisait pas à nourrir le pays - elle se nourrissait à grand peine elle-même - et la Bolivie était obligée d’utiliser plus du tiers de ses devises pour importer des aliments de première nécessité.

  • 13 Ibid., p. 24.

16Juste après la réforme agraire les produits agricoles se raréfient sur les marchés à cause de la désorganisation du système commercial de la pré-réforme, et surtout en raison de l’augmentation de l’auto-consommation paysanne. Mais rapidement dès le milieu des années 50 la production dépasse celle des années 40 et dès lors augmente à un rythme supérieur à 3 % l’an13. A la fin des années 1950, c’est au tour des produits agricoles tropicaux (canne à sucre, riz, coton...) d’être cultivés en quantités telles qu’ils deviennent excédentaires et que certains d’entre eux sont exportés.

  • 14 Javier Albó, Tomas Greaves, Godofredo Sandoval, Chuquiyawu, la cara aymara de La Paz. El paso a la (...)

17La destruction du système de l’hacienda et la généralisation de la petite exploitation familiale amènent aussi la restructuration de l’ensemble du système de commercialisation des produits agricoles. Les foires des pueblos traditionnels contrôlées par les ex-patronos et les vecinos sont désertées au profit de nouvelles foires paysannes. Des villages naissent bientôt sur ces nouveaux emplacements : une trentaine surgissent ainsi dans le seul Altiplano-nord entre La Paz et le lac Titicaca ; 61 dans l’ensemble du département de La Paz14. De nombreux paysans commercialisent eux-mêmes leurs productions en amenant leurs produits jusqu’aux emplacements des foires ou encore directement à la ville. De plus, un ensemble de commerçants, de transporteurs, d’intermédiaires divers issus de la paysannerie imposent de nouveaux critères de commercialisation et de nouveaux circuits.

  • 15 Informe Musgrave, La Paz, Ministerio de Finanzas, 1977, p. 175.
  • 16 CEPAL, op. cit., p. 120.
  • 17 Ibid., p. 143.

18Globalement, les revenus paysans s’accroissent au fur et à mesure qu’augmentent les parts de la production qui sont commercialisées. Cependant, en 1977, 59 % des paysans appartiennent toujours à la tranche des 40 % des revenus les plus bas lorsqu’on les compare aux autres catégories socio-professionnelles. Seuls 6 % des mineurs et des travailleurs du pétrole entrent dans cette même tranche15. Mais la situation varie énormément d’une région à l’autre - toutes ne sont pas également orientées vers le marché - et au sein d’une même région, étant donné la différence de taille entre les propriétés. Entre 1963 et 1976, le pouvoir d’achat des produits agricoles cultivés en zones froides et tempérées chute de plus de 35 %, tandis que celui des produits agricoles tropicaux augmente au contraire de 30 %16. De plus, à l’intérieur de la zone tempérée froide, l’évolution du pouvoir d’achat est très distincte selon les productions commercialisées. Alors que celui des tubercules chute en moyenne de 4,9 % l’an, celui des fruits augmente de 3,9 % et celui des légumes de 2,2 %17.

  • 18 Cf. Clarence Zuvekas, Rural income distribution in Bolivia : a summary and evaluation of quantitat (...)

19D’une manière générale, les gouvernements militaires (surtout celui de Banzer) ont favorisé les productions orientales exportables (en augmentant les prix par décrets, en dévaluant...) alors qu’ils ont laissé jouer la concurrence pour les productions traditionnelles. Une concurrence sauvage dans la mesure où les commerçants et les transporteurs, profitant des difficultés des paysans pour commercialiser leurs produits (à cause des distances, de la mauvaise qualité des routes, du manque de dépôts, des nécessités monétaires souvent pressantes, etc.) les obligent finalement à vendre ceux-ci au plus bas prix. Si bien que globalement, le pouvoir d’achat des paysans, après s’être accru jusqu’au début des années 1960, diminue ensuite au rythme moyen de 2,2 % l’an et l’écart avec les revenus urbains ne cesse d’augmenter18.

20Cependant, avec la disposition d’un revenu, leurs habitudes de consommation ont commencé à changer lentement. Pour saisir ces changements, on ne dispose malheureusement que de quelques enquêtes ponctuelles. Les plus significatifs d’entre eux concernent l’alimentation (achats de sucre, de riz notamment), le matériel agricole (pesticides, engrais...), l’amélioration de l’habitat (bois, ciment, vitres) et les biens d’usage durable, tels que les machines à coudre, les lits, les lampes à kérosène, les bicyclettes, et les radios.

21Mais c’est probablement sur le plan social que les effets de la réforme agraire sont le plus marquants. Pour mesurer la distance parcourue, il faut bien comprendre qu’avant 1952 l’hacendado est, avant tout, un maître d’Indiens. Dans chaque hacienda les terres sont divisées en deux grands ensembles : celles qui sont exploitées au bénéfice du propriétaire, et celles qui sont attribuées aux colonos à condition qu’ils travaillent pour leur maître ; la surface allouée dépendant de la quantité de travail fourni.

  • 19 Cf. Rafael Reyeros, El pongueaje : historia social del indio boliviano. La Paz, Fenix, 1963.

22Outre son travail agricole, le colono est tenu de s’acquitter d’autres obligations : des travaux artisanaux - menuiserie, maçonnerie, fabrication des dérivés du lait (fromages) ou de la pomme de terre (chuño)-, le transport des produits de la ferme sur les marchés, le ramassage du bois, des travaux saisonniers dans d’autres haciendas du patron... Enfin il est redevable périodiquement d’une corvée domestique, soit dans l’hacienda soit dans la résidence urbaine de l’hacendado : les hommes ou pongos sont portiers, hommes à tout faire, tandis que les femmes ou mitanis sont bonnes, cuisinières, femmes de ménage... Ces dernières obligations connues sous le nom de pongueaje19 sont considérées comme humiliantes et généralement mal vécues. Dans les vallées cette organisation est souvent plus souple et elle ouvre quelquefois la porte à une permission d’échanges monétaires. Le colonato strict s’y dégrade en effet en multiples formes de métayage et de fermage.

  • 20 L'expression est d'Antonio García in Sociologia de la reforma agraria en America Latina, Buenos Ai (...)

23La tutelle de l’hacienda ne s’arrête pas aux frontières du domaine, elle englobe l’ensemble du monde rural dans un réseau dont les mailles sont plus ou moins serrées selon les régions, et fonctionne comme une “constellation sociale ”20 qui inclut même les communautés. A première vue pourtant, ces dernières sont indépendantes. Elles sont propriétaires de leurs terres et désignent leurs propres autorités selon un système de charges (cargos) selon lequel on occupe une position d’autant plus élevée dans la hiérarchie que l’on a démontré sa générosité en organisant et en finançant des fêtes rituelles. Mais c’est oublier un peu vite que la communauté est malgré tout partie intégrante de la République et qu’elle est donc coiffée par un réseau administratif local.

24Le pays est divisé en neuf départements, subdivisés en provinces, elles-mêmes découpées en cantons. Selon les régions et selon la taille des communautés (beaucoup ont été amputées par les haciendas) ces dernières peuvent couvrir tout le territoire d’une province, d’un canton, ou moins encore. Le département est administré par un préfet, la province par un sous-préfet et le canton par un corregidor. On retrouve les mêmes subdivisions en matière de justice et de police. C’est ainsi que chaque canton a son intendant de police et son juge paroissial. De plus, ces autorités civiles sont doublées par la hiérarchie ecclésiastique. Cet aéropage d’autorités siège au bourg cantonal ou provincial, où avec les commerçants, certains hacendados, d’éventuels petits propriétaires miniers, etc., ils composent le monde des vecinos, littéralement les voisins, en fait les notables, par opposition aux indios.

25Or les communautés sont parasitées par cet ensemble de vecinos. Les comunarios sont tenus d’assurer pour eux un ensemble de corvées publiques (la poste, l’entretien des chemins...), et privées auxquelles les soumettent les corregidores, les curés, les juges pour leurs services personnels. Leur liberté est aussi entravée par d’autres dispositions : nécessité d’un passeport pour circuler, taxes pour vendre leurs productions sur les emplacements de foire, impôt (contribución territorial).

  • 21 Oscar Delgado, Reforma agraria y desarollo rural en una area del altiplano norte de Bolivia : estu (...)

26En résumé, “avant la réforme agraire, le pouvoir rural est l’apanage des patrons d’haciendas. Les petits fonctionnaires provinciaux et cantonaux exercent l’autorité formelle mais se comportent comme des hommes de paille des patrons ; métis habitants des bourgades, ils jouent le rôle d’intermédiaire (social, politique et dans certains cas économique) entre les patrons et les élites d’un côté et le paysannat de l’autre. De nombreux vecinos traitent les paysans avec cruauté, les exploitent ouvertement et suscitent donc leur antipathie”21.

  • 22 Georges Balandier, Anthropologie politique, Paris, PUF, 1967, p. 113.

27On peut qualifier de relation féodale celle qui lie l’hacendado et le paysan : entre deux personnes inégales en pouvoir se créent des rapports de protection d’une part, de fidélité et de services d’autre part, qui dérivent souvent en rapports d’exploitation pure et simple. Et, avec Georges Balandier, on peut considérer que “ce rapport féodal est un moyen mis au service d’une stratégie visant à la conservation par une aristocratie réduite et ses dépendants du pouvoir et de l’avoir ”22.

  • 23 Silvia Escobar de Pabón, Hector Maletta, La Paz, 1980 : Población, migraciones y empleo, resultado (...)

28En 1953, le système du colonato est aboli ainsi que toutes les autres formes de prestation de services personnels gratuits. La loi de réforme agraire précise, en outre, que désormais le salariat sera l’unique forme de rémunération reconnue aussi bien dans les contrats de travail individuels que collectifs. Mais pour que le salariat se généralise, il aurait été nécessaire de conserver de grands domaines. Or, ce n’est pas le cas dans les régions d’agriculture traditionnelle où les propriétés parcellaires sont, presque toujours, exploitées en famille, sans main-d'œuvre additionnelle. Les seules régions de l’aire traditionnelle où le salariat a effectué une percée sont les zones de maraîchage et d’élevage laitier de la vallée de Cochabamba, de culture du café dans les yungas (département de La Paz), de vignobles (département de Tarija)..., soit toujours des vallées où se pratique une agriculture commerciale. Mais bien entendu, c’est dans les grands domaines orientaux que l’on rencontre la plus forte proportion de salariés : sur les 81 758 salariés recensés en 1976 (13,8 % du total des agriculteurs), un tiers travaille dans la région de Santa Cruz23.

29La parcellisation de la terre et la pression démographique ont aussi eu pour effet secondaire d’obliger bon nombre de paysans dont les quantités de terre disponibles étaient insuffisantes à se convertir en agriculteurs à temps partiel. Ils sont mi-agriculteurs mi-artisans, ou mi-commerçants mi-ouvriers agricoles saisonniers, mi-contrebandiers mi-ouvriers... Très souvent, la femme participe de cette diversification des activités de travail en se faisant commerçante, contrebandière, vendeuse de chicha (dans les vallées) ou autre. Il est fréquent que l’activité non agricole, saisonnière ou non, rapporte plus à la personne ou au ménage que l’activité agricole. Ce cas de figure est courant dans les régions rurales densément peuplées comme les abords du lac Titicaca et la vallée de Cochabamba.

  • 24 Javier Albó, op. cit., p. 52.

30Autre objectif affiché de la loi de réforme agraire : promouvoir “des courants de migration interne de la population rurale” vers la zone orientale. Pour ce faire, les gouvernements successifs encouragent des programmes de colonisation. Cette colonisation “dirigée” est généralement un échec. Aussi, ces dernières années, la tendance est plutôt d’inciter à la colonisation par la construction d’infrastructures (routes, par exemple) et la fourniture de certains services (santé notamment). Mais la désertion reste forte dans les zones où ce système est pratiqué : selon certaines estimations, 43 % des colons abandonnent leurs concessions24. Tout se passe comme si les paysans fuyaient ce qu’ils semblent considérer comme une tentative d’encadrement par des fonctionnaires. En fait, c’est la colonisation spontanée, démarche volontaire d’un groupe de colons généralement organisés en syndicat qui donne les résultats les plus durables.

31En 1977, on estime que 64 307 familles de colons ont reçu 1 519 742 ha de terres (23,6 ha par famille). Elles sont principalement installées dans trois régions : les vallées tropicales du Chaparé et du Chimoré dans le département de Cochabamba, les vallées chaudes du Nord de La Paz (yungas), et la région située au Nord de la ville de Santa Cruz (Yapacani, San Julian).

32Pour avoir une idée plus complète du phénomène migratoire, il faut aussi prendre en compte l’ensemble des migrations saisonnières vers les zones de plantation de l’Orient bolivien et du nord de l’Argentine, ou encore vers les villes, ainsi que les migrations définitives vers les agglomérations urbaines. Chaque année, ce sont environ 40 à 60 000 travailleurs zafreros et braceros qui descendent à Santa Cruz depuis les vallées des départements de Cochabamba, Potosi, Chuquisaca et Tarija, et entre 50 000 et 80 000 qui, de ces mêmes vallées, entreprennent le voyage vers l’Argentine, à l’occasion des récoltes de la canne à sucre, du riz et du coton. Pour certains, c’est le premier pas vers la recherche d’un travail fixe ou d’un terrain de culture dans la région : la migration temporelle rurale pouvant aboutir dans un second temps soit à une installation comme colon, soit à un établissement urbain.

33Selon les chiffres du recensement de 1976, 69 % des migrants (nés dans une province différente de celle qu’ils habitent) sont d’origine rurale ; parmi eux, 69 % se dirigent vers les villes et 31 % vers d’autres campagnes. Parmi les immigrants de la ville de La Paz, 64 % sont des habitants d’origine rurale originaires de ce même département. Enfin, sur le total de la population masculine agricole économiquement active qui en 1976 atteint 587 461 personnes, 118 779 agriculteurs, soit 20 %, sont des migrants.

  • 25 Silvia Escobar de Pabon, Hector Maletta, op. cit., p. 194.

34Autrement dit, la réforme agraire et plus généralement la révolution, en déstructurant le système de domination de l’hacienda, ont ouvert la porte à une intense mobilité géographique qui, non seulement a amené les ruraux vers les villes, mais encore a incité certains paysans à s’installer loin de leur province d’origine, dans les régions de basses terres tropicales. Cette mobilité géographique d’une région rurale à l’autre n’équivaut pas seulement à la translation d’une force de travail ; elle est aussi la manifestation du lent changement des relations de production dans l’agriculture. En effet, sur le total des migrants “récents” (moins de 5 ans avant le recensement de 1976), 48 % sont des salariés, contre 25 % des migrants plus anciens (migration antérieure à 1971) et 8 % seulement des non-migrants. De plus, sur le total des salariés de l’agriculture, 51 % sont des migrants25.

  • 26 Javier Albó, op. cit., p. 20.

35Finalement, l’ensemble des migrations (rurales-urbaines ou rurales-rurales) a entraîné une sorte de rééquilibrage au profit des plaines de l’Est et du Nord. Et cette profonde mutation qui s’est poursuivie après 1976 a toutes les chances de continuer jusqu’à changer, radicalement cette fois, la physionomie de peuplement du pays26.

  • 27 Cf. Marcelo Sangines Uriarte, Educación y desarollo rural en Bolivia, La Paz, Editorial Don Bosco, (...)

36Libérés du colonato, les paysans sont aussi avides de connaissances qu’ils sont avides de terres et de libertés. Dès les lendemains de la révolution, on les voit s’organiser pour construire des écoles sur les anciens domaines d’haciendas et réclamer des instituteurs au ministère des Affaires paysannes qui prend alors en charge l’éducation en milieu rural ; un ministère qui est très vite débordé par le nombre des demandes mais qui, néanmoins, augmente rapidement et considérablement le nombre des établissements, des enseignants et par conséquent des élèves27.

37Entre 1950 et 1976, le pourcentage des analphabètes a considérablement régressé. A l’échelle du pays tout entier, il est passé de 67,9 % à 37,3 %. Une régression qui a surtout été sensible dans la population masculine qui n’en compte plus que 24,8 %. A la campagne, environ un tiers des hommes sont encore analphabètes ; ils sont nettement plus âgés que la moyenne.

  • 28 Salvador Romero Pittari, El desarrollo reciente de la educación en Bolivia : algunas de sus caract (...)

38De plus, pour la première fois dans l’histoire du pays, des enfants d’agriculteurs, certes en nombre réduit, ont accédé au système d’éducation secondaire, aux écoles normales et à l’université. Et même s’il subsiste un fossé considérable entre citadins et ruraux quant à leurs chances d’accès à ces différents types d’enseignement, il reste qu’il s’est formé une élite d’origine rurale. En 1976, 1 élève sur 5 d’origine rurale de la classe d’âge des 15 à 19 ans est dans le circuit de l’enseignement secondaire, et un centième dans celui de l’enseignement supérieur pour la classe d’âge des 20 à 24 ans28. Evidemment, il est difficile d’estimer combien parmi eux sont fils de paysans. Mais il est sûr qu’il y en a, dont certains constituent les cadres du syndicalisme paysan.

  • 29 Cf. Javier Albó, Lengua y sociedad en Bolivia 1976, La Paz, Instituto nacional de estadística, 198 (...)
  • 30 Cf. Karl Deutsch, “Social mobilization and political development”, American Political Science Revi (...)

39La scolarisation des enfants de paysans et la migration vers les villes ou vers les zones rurales de colonisation ont évidemment entraîné une hispanisation progressive : en 1976, le castillan est la langue usuelle de plus de la moitié des foyers boliviens (53,7 %). En fait, si l’on considère non plus ceux qui parlent usuellement l’espagnol, mais ceux qui savent le parler, ce pourcentage atteint 77 %29. Donc la Bolivie compte de plus en plus de bilingues : d’une part, le castillan est entré dans le campo avec les écoles, d’autre part, le quechua et l’aymara ont pénétré dans les grandes villes sans s’y diluer totalement. Villes et campagnes se sont donc rapprochées culturellement dans un mouvement d’apports réciproques. Et on assiste à un processus global de mobilisation sociale au sens où l’entend Karl Deutsch30, cette “levée en masse ”au cours de laquelle de larges secteurs traditionnels de la population sont exposés à la modernisation et donc mis en relation, connectés, avec les noyaux urbains dynamiques.

40Cette mobilisation sociale est évidemment génératrice d’occasions de mobilité sociale pour certains segments de la paysannerie traditionnelle. Elles sont nombreuses juste après la révolution, car il faut remplir les vides laissés par la désertion de l’oligarchie terrienne et de ses épigones, les vecinos des bourgades. C’est ainsi que des paysans deviennent commerçants, transporteurs, en somme intermédiaires économiques, mais aussi intermédiaires administratifs et politiques, corregidores, maires, juges, policiers, syndicalistes, politiciens... Cependant, passé les premières années il devient de plus en plus difficile de changer de statut social ; les divers canaux ascensionnels se réduisent peu à peu sans toutefois jamais se fermer complètement

Luttes paysannes et instabilité politique

41Dans la mesure où le paysannat est sans aucun doute le secteur social le plus touché par la mobilisation (au sens de Karl Deutsch) pendant les trente années qui suivent la révolution, il est évident que les types de batailles qu’il mène changent selon les moments. Son influence sur les politiques gouvernementales et donc sur la stabilité gouvernementale varie en conséquence.

42Un second indicateur permet aussi de tester les responsabilités de la paysannerie indienne dans les ruptures de la continuité constitutionnelle : sa conduite électorale. En effet, s’agissant de la masse d’électeurs potentiels la plus nombreuse du pays, aussi bien sa participation aux votes que l’orientation de ceux-ci sont fondamentaux en regard du problème de l’instabilité.

43Etant donné la longue interruption du processus démocratique pendant les années 1960 et 1970, sans que cesse pour autant la contestation paysanne, il m’a semblé préférable d’adopter un découpage temporel qui suive les types successifs de luttes paysannes et de voir ensuite, à chaque période, le cas échéant, comment vote l’électorat paysan.

  • 31 Il existe une très abondante bibliographie sur le sujet. En langue française, cf. George Parrenin, (...)

44La généralisation du système de domination de l’hacienda à la fin du xixème siècle et pendant la première moitié du xxème siècle a fait des hacendados les cibles désignées aussi bien des communautés paysannes originaires spoliées de leurs biens que des colonos enserrés et contraints par leurs maîtres. Des révoltes endémiques, isolées ou conjointes, n’ont cessé de secouer les campagnes ; certaines ont dû être matées par l’envoi de troupes (Jesús de Machaca, 1921 ; Chayanta, 1927 ; Los Andes, Ayopaya, 1947, etc.). Parallèlement, entre les années 1930 et 1950, ont eu lieu les premières tentatives de syndicalisation de la paysannerie indienne soutenues par les syndicats ouvriers, certains partis politiques (le PIR et le MNR notamment) et plus ou moins favorisées par les gouvernements réformistes31.

45La révolution de 1952 aiguise et accélère le combat contre les hacendados. Les paysans s’organisent - et sont organisés - en syndicats ; dans certaines régions ils envahissent les propriétés des patrons (par exemple dans la haute vallée de Cochabamba) ; chassant les vecinos des bourgades liés aux patrons, ils deviennent les maîtres de la campagne - du moins dans les zones d’effervescence précitées.

46Du point de vue qui nous intéresse ici, il importe d’insister sur le fait que le MNR, même s’il est un temps dépassé par les événements - notamment dans la vallée de Cochabamba où le POR trotskyste préconise la création d’exploitations collectives sur les terres envahies et anime la nouvelle fédération départementale -contrôle somme toute rapidement l’ensemble des syndicats et des milices depuis le ministère des Affaires paysannes. Et le décret de réforme agraire, en accordant la terre aux paysans et en canalisant les énergies syndicales vers des activités procédurières, ramène le calme dans les zones les plus agitées.

47La mobilisation paysanne anti-patrons ne cesse pas pour autant. Pendant toutes les années 1950, elle irradie depuis deux épicentres, la vallée de Cochabamba et les abords du lac Titicaca, et à un moindre degré depuis la ville de Sucre, vers des zones de plus en plus éloignées. Mais les actions collectives paysannes ne prennent plus la forme de soulèvements spontanés. Quand les haciendas et les pueblos sont occupés et les patronos contraints de les abandonner, c’est avec l’appui, effectif ou tacite, du MNR, du moins de certaines fractions de celui-ci (cas d’Achacachi). Le ministère des Affaires paysannes devient le centre de commandement de l’ensemble de l’édifice syndical.

  • 32 La Nación des 19 et 21 juin 1956.

48Les résultats aux premières élections du cycle MNR fournissent un second indice des liens qui unissent alors les paysans au gouvernement. Dès 1956, alors que Siles Zuazo n’obtient que la moitié environ des suffrages dans les grandes villes, il est largement majoritaire dans les campagnes (82 % des suffrages dans l’ensemble du pays, mais 56 % à La Paz et seulement 48 % à Cochabamba32.

49Le vote en faveur du MNR ne constitue certes pas à lui seul une preuve de l’adhésion paysanne au movimiento, mais il démontre sans nul doute la capacité de ce dernier à truquer les élections en sa faveur : ce qui, on en conviendra, implique tout de même que ses relais en milieu paysan soient bien organisés et efficaces.

  • 33 Cf. Heraclio Bonilla Mayta y Cesar Fonseca Martel, Tradición y conservadorismo en el area cultural (...)
  • 34 Cf. Olen Leonard E., El cambio economico y social en cuatro comunidades del Altiplano de Bolivia, (...)

50Il est vrai que le campo est plus facilement contrôlable que la ville. Au moment des élections, le paru gouvernant met la campagne en “quarantaine”, le syndicat jouant le rôle de relais du parti33. Cependant on aurait tort de penser que le vote est forcé. La plupart des paysans se laissent sans doute manœuvrer passivement, mais il n’en manque pas qui expriment ainsi leur reconnaissance au gouvernement qui leur a redonné la terre. De plus, le danger est toujours présent d’un retour des patronos, et il est habilement invoqué par les agents du MNR. Enfin, dans les régions les plus politisées, on ajoute la menace communiste. Que le régime de propriété antérieur soit rétabli ou que les communistes prennent le pouvoir, le résultat, dit-on aux paysans, sera identique : ils perdront les terres qu’ils viennent de récupérer34.

  • 35 J.P. Lavaud, “La mobilisation politique du paysannat bolivien”. Revue française de sociologie 18,1 (...)

51La mobilisation politique du paysannat bolivien, en 1952 et juste après, ne peut se comprendre que replacée dans un processus global de changements socio-politiques qui démarre dans les années 1930. “L’entrée en lice des masses rurales et la création de nouveaux pôles de pouvoir ne sont rendues possibles que par le surgissement d’une contre-élite militaire et civile qui affermit - on pourrait même dire : met en place - l’appareil d’Etat et fait appel au petit peuple des villes et des campagnes pour combattre les féodalités locales au nom du développement de la nation”35. Le jeu local de la lutte paysanne et le jeu national suscité par la contre-élite rencontrent le même ennemi : l’hacendado.

  • 36 Roberto Laserna, De triunfos en derrotas campesinas, La Paz, CERES, ronéo, 1983.
  • 37 Roberto Laserna, op. cit..

52Selon Roberto Laserna, il convient aussi d’expliquer l’adhésion profonde de la majorité des paysans-indiens à la loi de réforme agraire par le fait que celle-ci n’est que la traduction créole du “programme” qu’ils se sont progressivement tracé au fil de nombreuses années de luttes : devenir de petits propriétaires cultivant leur parcelle en famille36. En effet on comprendrait mal le rôle d’”administrateurs” de la réforme agraire qu’ont joué les syndicats paysans dans tout le pays si ce “programme” n’avait pas eu la faveur de la majorité des paysans-indiens “étant donné qu’il n’est pas possible de supposer que l’Etat embryonnaire qui était en train de naître ait déjà eu la capacité d’imposer un projet distinct de celui que soutenaient ces puissantes institutions de base”37.

53En somme, l’appui qu’apportent les paysans-indiens au MNR tient au fait que le movimiento traduit au mieux leurs aspirations et qu’ensemble ils combattent le même ennemi. Ce faisant, la paysannerie indienne stabilise le gouvernement en place, d’une part en détruisant le réseau de domination des patronos, ruinant ainsi leurs efforts contre-révolutionnaires - à plusieurs reprises les milices paysannes contribuent à stopper des coups d’Etat phalangistes -, d’autre part en augmentant le pouvoir de l’Etat qui étend son administration vers les campagnes. On ne peut donc que conclure en soulignant avec vigueur le rôle central de la paysannerie indienne dans la consolidation du MNR au pouvoir. A dire vrai, dès 1956-1957, la stabilité gouvernementale repose même presque entièrement sur elle.

54Sur le fond général des bagarres pour la récupération de la terre vient progressivement se greffer un deuxième type de conflit : celui qui oppose entre eux des dirigeants paysans qui se disputent le leadership d’une région donnée. La factionnalisation du MNR, au sommet, aiguise et entretient ces querelles locales par le jeu clientéliste : dès 1956-1957, les caciques paysans “officialistes” alignés derrière le président de la République, sont opposés à d’autres qui soutiennent tel ou tel adversaire du président.

55Pourquoi les paysans-indiens se laissent-ils si facilement entraîner à de telles bagarres ? Pour en juger revenons un instant en arrière. Avant 1952 la domination privée des hacendados et de leurs relais (mayordomos d’haciendas et vecinos de pueblos) était loin d’être uniforme et variait selon les régions. De plus, la campagne bolivienne était un champ d’affrontements croisés permanents : rivalités inter-communautaires ancestrales pour des questions de bornage (ce dont profitaient couramment les hacendados en mal de terre), rivalités communautés-haciendas, rivalités communautés-pueblos, rivalités entre haciendas, rivalités encore au sein des communautés et des haciendas ; en bref un concert bruyant de rivalités procédurières et souvent sanglantes.

56Toute la vie du colono dépendait de son patron : non seulement son accès à la terre mais aussi ses liens avec le monde extérieur à l’hacienda. Le comunario étant, quant à lui, soumis à l’arbitraire des vecinos des pueblos. Cette dépendance entraînait un style de conduite bien particulier : celui du serviteur à l’égard de son maître pour qu’il lui consente quelque faveur personnelle. Dans le meilleur des cas, l’hacendado ou le corregidor se comportaient comme de bons pères à l’égard des enfants indiens placés sous leur protection. Dans la pire des situations, le paysan indien était contraint à l’humiliation.

57Passé la révolution et surtout après la promulgation de la réforme agraire, alors que les patronos sont éliminés et les pueblos envahis, de nombreux postes de responsabilité sont à prendre : dirigeant syndical bien sûr, chef de comando du parti et des milices, mais aussi sous-préfet, ou corregidor, maire, juge, notaire... Il est évident que tous ces postes sont âprement disputés. Et la rude bataille pour le leadership local s’effectue sur le fond des rivalités inter-groupes d’avant la révolution ; rivalités qui sont quelquefois anciennes et qui se conjuguent avec les nouvelles surgies au moment même de l’affectation des terres. Mais les querelles du passé suffisent à elles seules à expliquer de très nombreuses bagarres car les hacendados ont souvent rendu les situations locales inextricables en prenant la terre aux communautés, en transplantant de nouveaux groupes à la place d’anciens, en dressant ensuite “leurs” Indiens contre les communautés voisines ou contre les Indiens d’une autre hacienda.

58Dans ces conditions, on comprend aisément que les politiciens, en s’adonnant aux délices des luttes factionnelles, n’aient eu aucun mal à accrocher à leurs basques des dirigeants paysans engagés dans les bagarres sans fin pour le leadership local, la révolution ne réussissant pas plus à effacer d’un coup les conduites d’allégeance personnelle qu’à détruire les germes des rivalités locales. Aussi, dans de nombreux cas, des dirigeants locaux adoptent-ils les conduites prépotentes de leurs anciens maîtres, tandis que les paysans-indiens se conduisent de manière déférente à leur égard

59L’organisation syndicale qui se généralise dans les campagnes a des fonctions diverses. Elle est bien plus qu’une simple association temporaire pour négocier la redistribution de la terre. Elle met aussi en chantier des travaux publics : portions de routes, canaux d’irrigation, postes de santé, écoles - qui, dans un premier temps, fonctionnent aussi sous sa responsabilité - etc. Elle organise les compétitions sportives intercommunautaires et construit des terrains de football. Les syndicats règlent encore les conflits mineurs entre paysans (vols, bagarres et quelquefois adultères ou divorces). En réalité, aucun domaine de la vie sociale ne leur échappe si ce n’est le domaine religieux qui dépend des autorités traditionnelles. Ils constituent le relais politico-administratif ultime, à l’échelon de la plus petite unité sociale, en deçà du canton où siègent les dernières autorités administratives dont les rôles sont explicitement fixés par la loi : le corregidor, le maire, le juge, etc. Et pendant toute l’époque du MNR, le syndicat est incontestablement le creuset de la socialisation politique. Il est souvent sollicité pour soutenir le parti au pouvoir par des pétitions, en participant à des manifestations locales ou nationales ou quelquefois en prenant les armes.

  • 38 Dwight B. Heath, “New patrons for old : changing patron-client relationships in the bolivian yunga (...)

60Bien que la direction syndicale soit habituellement composée d’une bonne dizaine de secrétaires, seul le secrétaire général, quelquefois appelé el general, a un rôle important. C’est lui qui détient l’autorité et qui arbitre en dernière instance. Il peut aussi, dans certains cas, être appointé par un office public, représenter la cellule locale du parti, être chef de milice, et il a toujours des contacts directs avec des responsables du parti et des ministres. “En bref, le statut de secrétaire général est celui de primus inter pares. En tant qu’intermédiaire culturel, il joue un rôle crucial de relais entre ses commettants et les autres systèmes socio-culturels ”38.

61On comprend mieux maintenant - le general étant une sorte de substitut de l’ancien patron - que les paysans se montrent relativement soumis à son égard. Même s’il est tout aussi évident que les solidarités de groupe se renforçant et la compétition pour le leadership étant plus ouverte, ces paysans indiens apprennent peu à peu à négocier leurs appuis et leurs services. Il reste que le modèle de la soumission et de la recherche d’une protection, encore actif, est particulièrement propice à l’ancrage clientéliste et qu’il favorise les allégeances massives aux dirigeants de niveau supérieur : il suffit en effet que le general s’accroche à tel leader provincial ou départemental renommé, lui-même lié à un politicien chef de parti, pour que toute la communauté (au sens général du terme) suive. Elle suivra encore lorsqu’éventuellement ce même leader provincial ou départemental changera de politicien-patron.

62Par ailleurs, dans diverses régions, les hacendados réussissent à se maintenir à la tête de propriétés qui ont été considérées comme moyennes ou petites, et ils continuent donc de dominer la campagne environnante sur le mode habituel. C’est le cas dans de nombreuses vallées du sud du pays. Il n’est pas rare que dans ces zones, les hacendados se soient directement arrangés avec les politiciens du MNR engageant aussi “leurs” paysans indiens dans la même voie.

  • 39 Ibid.

63Enfin, un autre cas de figure montre bien la permanence d’une demande paysanne de liens de clientèle. Dans les régions où les hacendados ont été déplacés, certains de leurs ex-colonos maintiennent des liens personnels avec eux. “Le ressentiment général à l’égard du misti n’interfère pas nécessairement avec les liens de compérage que le paysan noue avec un habitant de la ville qui n’est peut-être pas seulement blanc mais aussi ex-hacendado, commerçant et phalangiste”,39 constate Dwight Heath dans les yungas du département de La Paz.

  • 40 Ibid.

64En somme, d’ex-colonos cherchent à reproduire le modèle idéal de la relation de clientèle de la pré-réforme selon lequel un “bon” hacendado aidait et protégeait un “bon” colono, soit avec leur ex-patron, soit avec les nouveaux dirigeants, soit avec n’importe quel autre intermédiaire disposant d’une fortune ou d’un pouvoir. Comme le note Heath, il y a “une remarquable continuité dans l’organisation sociale (dans les rôles et les fonctions des relations) malgré un changement considérable de structure sociale (dans la forme des réseaux statutaires)40. Cette demande de protection ne peut que convenir à des patrons MNR en mal de clientèle et explique leur réussite.

65La guerre des clientèles concurrentes accrochées aux diverses factions du MNR entraîne, à terme, des incompréhensions et des désaffections à l’égard du parti de la révolution, d’autant que peu à peu, ici ou là, la faction au pouvoir impose autoritairement des hommes qui ne sont pas forcément du goût des paysans. C’est ainsi que, dès la fin des années 1950 dans nombre de bourgades, on assiste à un début de retour des vecinos aux postes de responsabilités.

66Ces batailles de caciques, inscrites dans la grande guerre des factions, sont indéniablement défavorables à la continuité institutionnelle. Malgré tout, jusqu’en 1964, la prépondérance du MNR continue de reposer sur les votes des campagnes. En 1960, les voix movimientistas sont dispersées entre Paz Estenssoro et Guevara Arze, tandis que le crédit de la Phalange s’est amenuisé par rapport à l’élection précédente de 1956. Dans les villes, Paz a du mal à obtenir la majorité absolue (53 % des voix à La Paz, 25,3 % à Cochabamba, 37,4 % à Sucre, 33,8 % à Oruro...). Mais à la campagne, il triomphe largement (74,6 % des voix dans le département de La Paz, 73,7 % dans celui de Cochabamba, 52,4 % dans celui d’Oruro...). En 1964, les résultats sont complètement faussés du fait de l’abstention de l’opposition et Paz Estenssoro n’a aucun mal, dans ces conditions, à obtenir un large succès.

67On a déjà vu comment le général Barrientos réussit à se constituer sa propre clientèle paysanne dans la vallée de Cochabamba alors qu’il est chargé par le gouvernement de Paz de mettre fin à la guerre entre Cliza et Ucureña. Arrivé au gouvernement, il consolide ses liens avec les dirigeants paysans de la vallée, se gagne de nouveaux cadres, et finalement réalise le tour de force d’embrigader l’ensemble de l’organisation syndicale en signant avec sa direction nationale un accord, connu sous le nom de pacte militaire-paysan. Selon ce pacte, l’armée s’engage à respecter les principaux acquis que sont la réforme agraire, le droit syndical, le droit à l’éducation - au grand dam des latifundistes, pour beaucoup phalangistes, qui attendaient des militaires un retour au statu quo ante - ; elle s’engage aussi à élaborer une politique qui permette aux paysans de profiter des avantages de la “société moderne”. Moyennant quoi les paysans sont tenus de manifester leur appui à l’institution armée “en toutes circonstances”, en se mettant sous ses ordres pour combattre les “manoeuvres subversives ”de gauche ou de droite.

  • 41 Javier Albó, Ucureña en el contexto de la revolución en Bolivia, 1935, 1952, 1967, s.l., ronéo, 19 (...)

68Dans le même temps, la campagne est pacifiée. Là où les militaires sont installés, ils désarment les milices. Et peu à peu les échelons moyens du syndicalisme, ou même quelquefois les syndicats de base, souffrent d’une sorte de léthargie. C’est que Barrientos, par sa présence constante sur le terrain, sa politique de petits cadeaux, son charisme personnel, “sa manière verticaliste, paternaliste et très personnalisée copiant les relations de parrainage ou de clientèle41, réussit à rompre les liens horizontaux entre les organisations syndicales de base, au profit de relations directes avec chaque syndicat ou chaque ensemble villageois. Ainsi, en ne remettant pas en cause les acquis principaux des paysans, en gagnant la sympathie d’une partie d’entre eux par son charisme, en désarmant les milices, et en “grippant ”le jeu syndical, il obtient une sorte de neutralité bienveillante dans les campagnes.

69Elle se traduit dans les résultats aux élections de 1966, lors desquelles il est élu à la présidence, devenant ainsi un président constitutionnel. Dans les principales villes du pays, il n’obtient que 49 % des voix (35,6 % seulement à La Paz, mais 62,3 % à Cochabamba) alors que dans l’ensemble du pays, il en obtient 61,6 % (84,8 % dans le département de Cochabamba). Encore une fois, ces chiffres doivent être lus avec précaution, les militaires étant aussi habiles que le MNR à truquer le suffrage. Mais il reste que Barrientos réussit son opération électorale, témoignant ainsi de sa capacité à “tenir” la campagne. Et, finalement, le paysannat, par sa relative docilité, en transférant sa loyauté du MNR à Barrientos, contribue, encore une fois, à l’élection du candidat officiel.

  • 42 Cf. Luis Antezana Ergueta, Congresos de campesinos y estatuto orgánico de la Confederación naciona (...)

70Au début de l’année 1968, le général président est entouré de toute une série de dirigeants paysans, aussi bien des parlementaires regroupés dans la “brigade parlementaire paysanne” que des syndicalistes tandis qu’à la base - aux niveaux provincial, cantonal et communautaire -, la machine syndicale est à la fois inféodée et paralysée42.

  • 43 Cf. Jean-Pierre Lavaud, L'opposition à l'Etat fiscal en Bolivie (1968 -1971), (Document de travail (...)

71Mais cette situation d’une paysannerie indienne soumise et passive cesse brusquement à la suite d’une tentative de réforme de la fiscalité paysanne qui catalyse l’opposition au régime et permet la structuration d’une organisation syndicale paysanne d’opposition : le Bloque independiente43.

72Dès lors, on entre dans un nouveau cycle de luttes paysannes, celui des luttes anti-fiscales et plus largement anti-étatiques. L’ennemi désormais, c’est l’Etat, et les paysans de l’une ou l’autre région du pays se mobilisent pour freiner des réformes, protester contre des mesures économiques, ou obtenir des aménagements divers en leur faveur : politique des prix, crédits, coûts de transports réduits, gestion ou co-gestion d’organismes agricoles (Banque agricole, services de réforme agraire, ou de colonisation), etc. Et il est évident que ces mobilisations anti-étatiques jouent sur la stabilité institutionnelle dans la mesure où elles réussissent ou non à ébranler les gouvernements en place.

73Revenons à l’“impôt unique”. Le gouvernement barrientiste baptise ainsi un impôt sur la terre destiné à remplacer un ensemble de taxes dont le rendement est devenu négligeable (en 1967, l’ensemble des revenus fiscaux agricoles représente moins de 1 % de l’ensemble des revenus fiscaux). L’opposition à l’impôt qui prend la forme de rassemblements plus ou moins importants se déploie principalement sur 1’Altiplano et dans quelques zones de colonisation. Malgré son caractère relativement limité, elle met Barrientos en échec, et il doit reculer sine die la tentative de réforme.

74Le plus important est sans doute que ces protestations paysannes suscitent l’apparition d’un syndicat d’opposition, le Bloque independiente, qui trouve vite des alliés ouvriers et étudiants avec lesquels il signe des accords d’entraide mutuelle, en réplique au pacte militaire - paysan. Il s’implante principalement dans les provinces de l’Altiplano qui protestent le plus vivement contre l’impôt unique (Pacajes surtout, Los Andes, Omasuyos, Murillo, Ingavi dans le département de La Paz ; Pantaleón Dalence et Cercado dans le département d’Oruro) et compte des antennes dans les zones minières (Nord - Potosi) ainsi qu’à la périphérie des grandes villes (La Paz, Cochabamba, Tarija), c’est-à-dire là où il peut s’appuyer sur un syndicalisme ouvrier entreprenant et sur les groupes étudiants.

75Face à une organisation paysanne rivale disposant d’un réseau installé et d’un financement assuré, le Bloque a bien du mal à survivre au régime barrientiste qui réussit à “acheter” son principal leader. Et ce n’est que sous la présidence de Torres, dans la mouvance des syndicats ouvriers qui organisent l’assemblée populaire qu’il acquiert une large liberté de manœuvre et élargit son audience à l’ensemble des zones citées précédemment.

76Finalement, l’influence du Bloque se situe surtout dans l’ordre symbolique : elle signifie que des paysans commencent à couper le cordon ombilical qui les relie aux gouvernements MNR successifs, ou issus du MNR (Barrientos et Ovando ont été longtemps identifiés au MNR) qui leur ont redonné la terre. Ce mouvement d’émancipation ne cessera plus désormais et arrachera chaque jour plus de groupes paysans du giron “officialiste”.

77Deuxième manifestation remarquable de révolte anti-étatique : le soulèvement des paysans de la vallée de Cochabamba, en janvier 1974, qui entraîne une répression féroce de la part de l’armée : la masacre del volle. Il survient alors que le gouvernement vient d’augmenter brutalement (parfois de plus de 100 %) les prix des denrées alimentaires les plus courantes : farine (et donc pâtes et pain), riz, café, sucre... Une augmentation qui succède à une première détérioration du pouvoir d’achat entraînée par la dévaluation du peso d’octobre 1972.

78Les barrages de routes et les manifestations durent une semaine à la fin de laquelle le gouvernement de Banzer envoie les chars et l’aviation pour faire taire les protestations. Comme la révolte anti-fiscale de 1968, la “révolte de la faim” de 1974 a un épicentre local. Comme la précédente aussi, elle éclate spontanément Comme elle encore, elle fait apparaître sur le devant de la scène de nouveaux dirigeants : dans ce dernier cas, ce sont des jeunes dont la plupart ont fait des études secondaires, voire des études supérieures. Enfin, la protestation paysanne est soutenue par les ouvriers et les mineurs qui font grève en même temps pour protester contre les mêmes décrets “de la faim”, ainsi que par une partie du clergé. Mais contrairement à la révolte antifiscale, celle-ci ne donne pas naissance à une nouvelle organisation paysanne. Il est vrai qu’elle est vite matée, et que ses représentants les plus en vue sont emprisonnés.

79Si l’on essaie de comparer ces deux soulèvements paysans de 1968 et 1974, on ne peut qu’être frappé par le fait qu’ils sont localisés dans des parties du pays relativement circonscrites et distinctes alors que les décisions qui les provoquent s’appliquent à l’ensemble du territoire national. Ils s’étalent dans des zones qui ont une certaine similitude et leur audience diminue ou disparaît lorsque des barrières physiques et culturelles, particulièrement linguistiques, séparent les populations.

80Cette limitation facilite la tâche répressive des gouvernants et diminue leur portée déstabilisatrice. Mais on ne saurait trop la sous-estimer : aussi bien Barrientos que Banzer, confrontés, il est vrai, à d’autres opposants, sont obligés de durcir encore leur dictature pour se maintenir en place.

  • 44 Pierre Joseph Proudhon, De la capacité politique des classes ouvrières, Paris, A. Lacroix, 1873, p (...)

81A partir de la fin des années 1960, on voit donc qu’à la volonté étatique d’enrégimentement, de contrôle et d’exploitation économique de la paysannerie traditionnelle (l’écart s’accroît entre les revenus des paysans et ceux des salariés depuis le début des années 1960), s’oppose, défensivement, une visée paysanne qui est celle de la “suzeraineté de la vie agricole”, de 1’”indépendance du travail”, de “communautés libres débarrassées du forain”, comme dit Proudhon44.

82Parmi les régions agricoles qui s’opposent à la mise en place de l’impôt unique, il faut aussi mentionner les zones de colonisation. Après cet acte d’indiscipline, les paysans colonisateurs font rapidement reparler d’eux. Dans le haut Beni, à la suite d’une série de menaces et de barrages routiers, en 1970 et 1971, ils obtiennent que le monopole de la commercialisation du café revienne à une entreprise d’Etat. Ces mêmes années, dans la région de Santa Cruz, des groupes de colonisateurs se réclamant du maoïsme occupent à la fois des plantations et des terres publiques dont ils demandent le partage ; des occupations armées qui accélèrent sans nul doute la chute des militaires nationalistes permissifs en favorisant la mobilisation de la classe dirigeante locale. En février 1971, la fronde des colonisateurs se traduit par la création d’une organisation spécifique, la Confederación de colonizadores, indépendante du syndicalisme officiel, et d’emblée rattachée à la COB.

83Enfin, il ne faut pas oublier la persistance des types de luttes dégagés précédemment. Toujours pendant les présidences d’Ovando et de Torres, il y a toute une série d’invasions de propriétés classées comme moyennes par les services de réforme agraire, restées aux mains de latifundistes, dans les provinces de 1’Altiplano septentrional et central (provinces Omasuyos, Loayza, Aroma...) encouragées aussi bien par le Bloque que par le syndicalisme indianiste naissant. Et les querelles interminables entre les dirigeants paysans de la vallée de Cochabamba, reliés à des chefs militaires rivaux (Barrientos et Ovando, par exemple), offrent encore l’exemple du maintien des caciquismes. Toutefois, les caciques locaux ne disposent plus de la puissance armée et du degré de liberté qu’ils avaient à l’époque du MNR. Et leur influence sur le jeu politique s’en trouve donc amoindrie. Ces deux types de conflits deviennent donc secondaires par rapport aux luttes anti-étatiques qui sont génératrices des premières organisations syndicales paysannes libérées de la tutelle gouvernementale.

84Mais la nouveauté la plus étonnante des années 1970 n’est pas l’apparition de révoltes anti-étatiques, somme toute prévisibles, c’est la naissance d’un syndicalisme qui se revendique spécifiquement indien. Curieusement, c’est au sein du syndicalisme “officialiste ”du département de La Paz, plus précisément de l’Altiplano central (provinces Aroma et Pacajes) que fermente, à partir de 1969, mais surtout pendant les années suivantes, le véritable renouveau du syndicalisme paysan dont les manifestations surprennent tout le pays au moment de l’intermède démocratique de 1978 à 1980.

  • 45 Tupaj Katari fut exécuté à Peñas, actuellement situé dans la province Pacajes, l'autre berceau du (...)

85La principale singularité de ce courant est qu’il met en avant un certain nombre de revendications d’ordre culturel : l’officialisation de l’aymara et du quechua comme langues nationales, des programmes de radio en langues vernaculaires, des coopératives paysannes inspirées par l’organisation indienne communautaire, etc. Pour bien marquer cette inspiration, il se réclame rapidement de Tupaj Katari, chef d’une rébellion contre la couronne d’Espagne qui assiégea la ville de La Paz de mars à octobre 1781. Tupaj Katari était précisément originaire de la région d’Ayo Ayo, aujourd’hui chef-lieu de canton de la province d’Aroma. Capturé, il fut exécuté le 15 novembre 178145. Dans les années 1960, on commence à commémorer à Ayo Ayo l’anniversaire de sa mort, puis on y élève sa statue qui est inaugurée le 15 novembre 1970 ; depuis, chaque année, à cette même date, Ayo Ayo accueille des représentations syndicales et politiques kataristes qui viennent y renouveler leur ferveur indianiste.

86Une autre particularité du syndicalisme “katariste” tient à ce qu’il révèle un chef qui acquiert rapidement une stature nationale, et ce chef, à son tour, contribue à étendre l’audience katariste dans les campagnes. L’ascension-éclair de Genaro Flores dans la hiérarchie syndicale démarre à la fin de l’année 1969, lorsqu’ il est désigné secrétaire-général du syndicat de sa communauté à l’âge de 27 ans. Quelques mois plus tard, il est élu secrétaire général de la sous-centrale cantonale de Lahuachaca. En mars 1970, il dirige la province d’Aroma. Un an plus tard, en mars 1971, il est élu secrétaire exécutif de la fédération de La Paz. Et enfin, en août 1971, il devient secrétaire exécutif de la CNTCB lors du 6ème congrès national qui se tient à Potosi. Loin d’être un dirigeant imposé, Genaro Flores est donc l’expression d’une impulsion venue des syndicats de la base, même si sa promotion du niveau départemental au plan national est largement favorisée par le gouvernement de Tomes soucieux de se fabriquer une clientèle paysanne distincte de celle de Barrientos et d’Ovando.

87Il est probable que le syndicalisme katariste s’impose aussi rapidement dans le département de La Paz en raison du déblocage causé par la protestation contre l’impôt unique qui provoque des élections en chaîne à tous les niveaux de la base syndicale dans l’ensemble de ce département, et qui fait sauter les verrous posés pendant la dictature barrientiste. Il est d’ailleurs remarquable que certains des premiers dirigeants du Bloque deviennent ensuite des kataristes plus ou moins éminents et que la province Pacajes soit à la fois la première mobilisée contre l’impôt et un des berceaux kataristes. Le syndicalisme katariste reprend d’ailleurs à son compte le refus de l’impôt unique aussi bien que celui du pacte militaire-paysan.

  • 46 Cf. Javier Hurtado, El katarismo, La Paz, Hisbol, 1986, p. 37.
  • 47 Fausto Reinaga a écrit de nombreux livres prêchant le credo indianiste. En 1962, il a fondé le Par (...)

88Si le nom de Genaro Flores et l’appellation katariste suffisent à symboliser ce nouveau courant, il est évident que son implantation et son audience tiennent aussi au surgissement d’une nouvelle équipe de dirigeants paysans dont les caractéristiques principales sont l’origine culturelle aymara, la jeunesse, et le niveau d’instruction relativement élevé. Genaro Flores a commencé des études supérieures, Raimundo Tambo, son principal collaborateur et ami, est avocat, etc. Il est tout à fait significatif à cet égard qu’une partie des futurs cadres du katarisme ait fondé, dans les années 1960, au sein d’un collège de La Paz, un mouvement appelé “15 novembre”46, qui se réunissait pour étudier et discuter les livres de l’écrivain indianiste Fausto Reinaga47.

89Toute la dynamique du courant syndical indianiste est stoppée par le coup d’Etat de Banzer (20 août 1971). Les leaders paysans d’opposition au pacte militaire-paysan, de toutes tendances (indépendantes, indianistes, pro-chinoises) sont exilés en grand nombre (Genaro Flores se retrouve au Chili avec une partie des dirigeants de la gauche bolivienne). Mais des organisations parentes, économiques et culturelles, continuent cependant de fonctionner.

  • 48 Cf. Ramiro Condarco Morales, Zarate, el "temible"Willka, historia de la rebelión indigena de 1899, (...)
  • 49 Manifeste de Tiwanaku, La Paz, brochure, ronéo., 1973.
  • 50 Ibid.

90Ce sont ces organisations qui font circuler en 1973 un texte ronéoté synthétisant la pensée indianiste, intitulé : Manifeste de Tiwanaku. Ce manifeste, outre qu’il exalte l’histoire de la résistance à l’occupant espagnol, généralement occultée par l’historiographie officielle (dont Tupac Katari est le symbole, mais aussi Tomas Katari et ses frères), une résistance qui continue sous la république (cf. le soulèvement de Zarate Willka en 1899)48, magnifie divers traits des civilisations pré-colombiennes : surtout un certain “communautarisme” (“le coopérativisme est dans la nature d’un peuple qui créa des modes de production d’aide et de compréhension mutuelle comme l’ayni, la minka, camayos ”49, et des vertus indiennes ancestrales (“Avant la conquête espagnole, nous étions déjà un peuple millénaire avec des vertus qui s’épanouissaient dans une ambiance hautement socialisée... L’Indien est noble et juste, il est sobre et profondément respectueux, il est travailleur et profondément religieux”)50. Pour le présent, il dénonce l’oppression culturelle, politique et économique des paysans, en insistant particulièrement sur l’oppression culturelle (un paragraphe s’intitule : notre culture comme valeur première) et il pose le principe selon lequel l’indispensable développement de la campagne bolivienne ne peut se faire que par le truchement d’un mouvement politique indien autonome tenant compte des valeurs indiennes. L’ennemi est en effet surtout saisi sous l’angle politique (les professionnels de la politique, les hommes politiques corrompus, le MNR, le gouvernement de Banzer, etc.).

91Le manifeste semble oublier la dimension purement syndicale qu’il ne faut pourtant pas perdre de vue. On a déjà remarqué que le syndicalisme Tupac Katari ne se distingue guère de celui du Bloc indépendant. Il est en effet opposé comme lui à l’impôt unique, refuse comme lui le pacte militaire-paysan, a les mêmes exigences en matière d’aide au développement agricole et de poursuite de la réforme agraire (il prône notamment l’occupation des propriétés moyennes...). Ce qui l’en sépare, c’est, bien sûr, le discours indianiste et aussi son indépendance à l’égard de la Centrale ouvrière bolivienne : le Bloc indépendant est aidé par la COB qui lui prête un bureau au siège de la Fédération des mineurs.

92Comment expliquer le surgissement du katarisme ? Il faut rappeler en premier lieu la détérioration des revenus de la paysannerie traditionnelle depuis le début des années 1960 et l'absence quasi totale d'aides au développement agricole. Or cette détérioration surgit dans un contexte d'acculturation politique du paysannat aymara. Depuis 1952, les paysans ont en effet acquis l'expérience de la participation au jeu politique, en même temps qu'ils ont intériorisé leurs nouveaux droits.

93Elle surgit aussi dans un contexte social et culturel de brassage favorisé par l’urbanisation et les migrations rurales-urbaines, l’amélioration du réseau de communications, le développement des mass media et l’extension du réseau éducatif. C’est-à-dire dans un contexte où les différences villes-campagnes deviennent de plus en plus visibles pour les paysans. Ces différences apparaissent d’autant plus insupportables qu’une nouvelle élite paysanne - ou plutôt une élite issue de la paysannerie - est capable de les formuler et d’en fournir une explication pour en faire les slogans d’un combat syndical et politique.

  • 51 François Bourricaud, “Indian, mestizo and cholo as symbol in the peruvian system of stratification (...)

94Cet ensemble d’hypothèses rejoint la proposition de François Bourricaud qui écrit à propos du Pérou : “Il me semble que les problèmes d’ethnicité émergent seulement dans une société où le système de valeurs s’est déjà orienté vers l’accomplissement (achievement) et où les barrières entre les groupes, si elles ne sont pas tombées ou contournées, ont tout au moins été érodées par une multiplicité de transactions économiques et non économiques”51. Le message indianiste est mobilisateur parce que les discriminations, les tracasseries, les mépris dont sont encore victimes les paysans-indiens sont ressentis comme d’autant plus intolérables qu’ils subsistent dans une société post-raciste, au sens où il n’y a plus, depuis 1952, de barrières légales séparant Indiens et non-Indiens. Autrement dit, c’est la conscience de plus en plus aiguë et douloureuse d’une inégalité persistante dans les mœurs, pourtant effacée dans les lois, qui donne sa force au message indianiste : un message qui proclame haut et fort non seulement les droits acquis mais encore, retournant la réalité actuelle, la supériorité et le brillant d’une civilisation et d’une nation (ou de nations) indienne(s) momentanément déchue(s), lui donnant ainsi une portée eschatologique.

  • 52 Javier Albó, Khitipxtansa ¿ Quienes somos ?, Identidad localista étnica y clasista en los aymaras (...)
  • 53 Pour être complet, il faudrait aussi prendre en compte la dynamique indienne internationale : la c (...)

95A ce corps d’hypothèses explicatives tirées de l’évolution des modes de vie de la paysannerie aymara elle-même (et de ses enfants), il faut encore greffer les encouragements et les aides qui, de l’extérieur, stimulent et nourrissent la poussée indianiste, sans lesquels elle n’aurait pas une telle portée. En premier lieu ceux de l’Eglise catholique et de certaines Eglises protestantes, les méthodistes notamment52. En second lieu ceux de l’ensemble des organisations non gouvernementales liées aux Eglises (plus de 40), regroupées dans la Unión nacional de instituciones para el trabajo de acción social (UNITAS). Enfin ceux des relais indianistes européens et nord-américains idéologiquement très divers : écologistes, pacifistes, socialistes, anarchistes53. Cet ensemble d’appuis et de financements finit par engendrer un clientélisme et une dépendance parallèles à celles du syndicalisme “officiel ”en créant l’illusion d’une facilité et en suscitant des bagarres entre leaders s’accusant mutuellement de détournements de fonds ou se disputant âprement ceux-ci ; bagarres qui accélèrent les scissions au sein du mouvement.

  • 54 Depuis 1971, les kataristes cherchaient à se lier à la confédération ouvrière qui soutenait alors (...)

96Il est temps d’en venir à l’influence des luttes indianistes sur la vie politique du pays : celle des luttes syndicales mais aussi celle des luttes politiques et donc au poids électoral de ce nouveau courant. Rappelons d’abord que dans la foulée de la libéralisation obtenue par les grévistes de la faim du début de l’année 1978 (dont les kataristes font partie), le syndicalisme paysan pacénien se réorganise rapidement dans chacune des provinces, chassant les coordinateurs imposés par le gouvernement de Banzer. Cet effort s’étend au reste du pays et un congrès national, convoqué par l’équipe élue au congrès de 1971, se tient à La Paz, les 27 et 28 mars 1978. Outre la réinstallation des kataristes à la tête de la confédération syndicale la plus dynamique et la plus représentative du pays, ce congrès marque la volonté katariste de faire partie de la COB54. Mais il faut attendre le 5ème congrès de la COB (1er au 8 mai 1979) pour que celle-ci réponde à la demande paysanne. Peu de temps après, elle organise la réunification des organisations qui lui sont proches (la Confédération indépendante qui à l’occasion se scinde en deux : les pro-chinois restent en dehors du groupement ; la Federación Juliàn Apaza liée au MIR ; et bien sûr la confédération Tupac Katari) en une Confederación sindical única de trabajadores campesinos de Bolivia (CSTUCB).

97Ce processus de réorganisation est évidemment très important dans la mesure où le syndicalisme paysan le plus mobilisé est alors non seulement indépendant des gouvernants et opposé aux militaires, mais encore associé à la puissante confédération ouvrière dont on connaît déjà le pouvoir déstabilisant. Cette nouvelle alliance trouve une première occasion de s’exprimer pour protester contre les mesures économiques d’austérité prises par le gouvernement de Lidia Gueiler à la fin du mois de novembre 1979 (dévaluation du peso, augmentation du prix des carburants et des transports et blocage du prix des denrées agricoles). La mobilisation paysanne se mêle à celle des ouvriers et même la dépasse rapidement. A l’appel de la CSUTCB, les routes sont bloquées, d’abord sur l’Altipiano, puis bientôt dans tout le pays, les marchés urbains cessent d’être approvisionnés, plusieurs milliers de pélerins partis prier la Vierge de Copacabana sont immobilisés, etc. Les paysans exigent la révision des décrets et rappellent aussi des revendications qui leur sont chères : création de marchés contrôlés par les syndicats, gel des prix de l’outillage importé, augmentation des prix des produits agricoles en fonction de leurs coûts de production, etc.

  • 55 Javier Hurtado, op. cit., p. 159.
  • 56 En mars 1983, le gouvernement de Siles Zuazo doit affronter une mobilisation semblable, toujours a (...)

98Cette protestation paysanne qui, selon Hurtado55 marque le point culminant de la mobilisation katariste est intéressante à plus d’un titre. En premier lieu, parce que, précisément, elle n’a rien de typiquement katariste. Elle s’inscrit dans la ligne des révoltes anti-étatiques. Comme en 1974, les paysans protestent contre une élévation brusque du coût de la vie provoquée par des mesures gouvernementales. On remarquera d’ailleurs qu’elle survient à peu près à la même époque de l’année : au moment où les réserves de l’année antérieure sont sérieusement entamées, sans que les produits de la nouvelle récolte soient arrivés à maturité. Mais évidemment l’action collective paysanne bénéficie de la mobilisation syndicale préalable et de la permissivité du gouvernement de Lidia Gueiler. Il n’est pas étonnant que son épicentre soit situé sur l’Altipiano, là où, sous l’impulsion des kataristes, les syndicats ont été les plus prompts à se réorganiser et à chasser les coordinateurs. Enfin, il est remarquable que les états-majors du syndicalisme ouvrier et paysan soient quelque peu dépassés par l’ampleur d’un mouvement qui dure presque quinze jours, qu’ils ont beaucoup de mal à contrôler et à arrêter, malgré les efforts qu’ils déploient en ce sens, tant ils craignent une nouvelle intervention militaire. A ce moment précis, plus personne ne contrôle le pays et le gouvernement, déjà si peu assuré, se trouve complètement pris en tenaille entre l’action collective populaire et les activistes militaires qui occupent toujours les postes clefs de l’armée. Finalement, après une série de reculades et de promesses - dont bien peu seront tenues -, le gouvernement, relayé par les états-majors syndicaux, réussit à faire lever les barrages56.

  • 57 Cf. Javier Hurtado, op. cit., p. 149 - 159.

99Parallèlement aux luttes anti-étatiques, on voit aussi surgir un second type de luttes paysannes, plus directement “politiques”, spécifiques de cette période, et d’une certaine façon, contradictoires avec les précédentes : les actions collectives de défense de la démocratie. Un premier aperçu en est donné quand s’organise une résistance conjointe mineurs-paysans autour de la mine de Colquiri (province Inquisivi, département de La Paz) pour s’opposer au coup d’Etat de Natusch Busch (1er novembre 1979) : 2 500 mineurs et 1 000 paysans de la région représentant plus de 60 syndicats se forment en milices armées pour attendre de pied ferme une attaque militaire qui finalement ne vient pas, la résistance pacéniennee ayant suffi à faire reculer les putschistes57.

100Bien que de manière assez désordonnée et improvisée, des alliances entre mineurs et paysans se renouvellent au moment du coup d’Etat de Garcia Meza en juillet 1980, qui tentent de s’opposer à l’avancée des militaires dans les mines. C’est le cas à Colquiri, à Siglo xx et à Viloco où, le 6 août, a lieu la dernière grande bataille.

101Alors que les dirigeants de la COB sont emprisonnés ou exilés, c’est Genaro Flores, en tant que secrétaire des milices de la COB, qui prend la direction de la confédération clandestine et de la résistance à la dictature ; une charge qui symbolise bien la nouvelle place des paysans dans l’organisation syndicale. Sous sa direction, la COB clandestine réussit à déclencher une grève générale de 48 heures et des barrages routiers, en janvier 1981. Son travail cesse lorsqu’il est blessé par les militaires qui tentent de le capturer le 29 juin 1981. Mais la résistance paysanne continue en alliance avec les autres secteurs ouvriers et, principalement, les mineurs.

  • 58 Presentici, 13 juillet 1978.

102Avant de conclure, il faut encore examiner les conduites de vote de la paysannerie. Nous savons déjà qu’à la veille des élections de 1978, le courant Tupac Katari se scinde en deux partis : d’un côté, le Mouvement indien Tupaj Katari (MITKA) qui, au nom des nations indiennes et pour la libération nationale, décide de se présenter seul. De l’autre, le Mouvement révolutionnaire Tupaj Katari (MRTK) qui, au nom des paysans aymaras et quechuas et contre les bourgeois, s’allie à la UDP pour promouvoir un gouvernement des exploités. En juillet 1978, MITKA obtient 13 281 voix dont 11 555 dans le département de La Paz, soit respectivement 0,71 % et 1,66 % des suffrages exprimés. On ne connaît pas les résultats par province mais un dépouillement partiel58 permet de repérer les provinces pacéniennes les plus favorables au mouvement indien : Pacajes et Los Andes (plus de 10 %) suivies d’Aroma et de Nor Yungas.

  • 59 Presentici, 8 juillet 1979.

103En juillet de l’année suivante, les résultats sont plus sûrs. La fraude a été moindre. Cette fois, le mouvement indien obtient 28 344 voix (1,67 %) dont 16 557 dans le département de La Paz (2,75 %). Le département d’Oruro apporte aussi un pourcentage de voix supérieur à la moyenne nationale : 2,2 %. Nous disposons encore une fois d’un total partiel par province dans le département de La Paz59 : Pacajes vient en tête (10,8 %) suivie d’Aroma et de Los Andes (7,33 % et 7,16 %). Enfin, en 1980, MITKA, scindé en deux, augmente encore son score : 20 081 voix dans le département de La Paz, soit 4 % des suffrages. Ces résultats sont très modestes. Ils montrent bien le noyau limité et circonscrit du katarisme dans l’Altiplano central.

  • 60 Cf. Jean-Pierre Lavaud, Identité et politique : le courant Tupac Katari en Bolivie (Document de tr (...)

104Mais on ne peut juger de l’audience du katarisme d’après les seuls résultats du MITKA. Malheureusement, les autres votes kataristes sont noyés dans ceux de la UDP en 1978, dispersés entre la UDP et l’AMNR en 1979, puis joints à ceux du PRIN en 1980. On peut tout de même essayer de se poser la question de leur poids électoral. Et un résultat saute aux yeux : en 1979 et 1980, la UDP ne souffre pas de la défection des amis de Genaro Flores ; elle obtient sensiblement le même score chaque année dans le département de La Paz. En conséquence, il paraît évident que le MRTK ne dispose que d’une faible audience politique, ou tout au moins d’une faible emprise sur des paysans qui semblent beaucoup plus attirés - politiquement, s’entend - par les vieilles figures du MNR dont, précisément, les kataristes entendent se démarquer60.

105Observons aussi que les candidats militaires (ou ex-militaires) c’est-à-dire le général Bernai pour le compte du PDC en 1978 et de l’APIN en 1979, le général Pereda (UNP), puis le général Banzer (ADN) arrivent tout de même à drainer de nombreux votes paysans dans les départements de Cochabamba et d’Oruro principalement, recueillant en quelque sorte l’héritage barrientiste. A l’inverse, la candidature présidentielle de Casiano Amurrio, le secrétaire exécutif du Bloque independiente - qui était noyauté par des maoïstes depuis 1971 -, obtient un score tout à fait négligeable.

106Finalement donc, la paysannerie se partage entre les diverses expressions du MNR et les nouveaux fronts de droite, et pas plus le katarisme que le communisme sous sa forme pro-chinoise n’arrivent à capter une partie significative d’un électorat plutôt centriste.

107Les syndicats et partis paysans paraissent donc être dans le même rapport que les syndicats et partis ouvriers. Tout se passe comme s’il y avait aussi pour les paysans une rupture entre le syndicat et le parti. Les leaders syndicaux sont incapables de transformer leur audience en soutien politique. Et à l’image des partis de gauche, les partis indianistes se divisent sans cesse au point de perdre progressivement leur crédibilité.

108A l’évidence, la stabilité politique d’un pays à dominante rurale requiert une alliance entre les groupes urbains gouvernants et la majorité de la paysannerie. Le MNR qui a bien compris cette nécessité obtient cette alliance par la mise en œuvre de la réforme agraire : il favorise et canalise la mobilisation des paysans en les organisant contre leurs ennemis hacendados pour la récupération de la terre. Et comme le manifestent les votes paysans pendant trente ans, votes plus ou moins captifs au début, beaucoup plus libres à la fin, une majorité d’entre eux restent fidèles au movimiento ou, plus exactement, à ses chefs historiques.

  • 61 William J. Mc Ewen, Changing rural Bolivia, a study of social and political organization and the p (...)
  • 62 Ibid.

109On objectera qu’en 1966, Barrientos l’emporte largement sur les fractions du MNR qui se présentent contre lui. Certes. Mais d’une part, les chefs du mouvement sont en exil, d’autre part le nouveau présidentiable militaire est lui-même un pur produit du MNR, déjà élu vice-président à ce titre, et il s’engage à maintenir les acquis de la réforme agraire. Cette situation favorise un transfert de loyautés qui n’est d’ailleurs pas dénué d’arrières-pensées : comme le dit un dirigeant de Sorata de l’époque : “Soutenir le MNR aurait inévitablement signifié une perte de l’influence et du pouvoir que nous avions dans la province”61. En conséquence, voter pour le candidat barrientiste du Movimiento popular cristiano revient à voter avant tout pour un représentant paysan qui, une fois élu, se doit de rester loyal à ses mandants et de défendre les idéaux du MNR : “Nous voulons maintenir l’unité des paysans et tirer parti des circonstances pour envoyer un grand nombre de délégués paysans au congrès national, puisque nous ne savons pas si une occasion comme celle-ci se représentera. Mais nous sommes décidés également à suivre la politique du MNR même si c’est d’une manière déguisée”62. On voit qu’il eût été difficile à Barrientos de gagner des élections dans les campagnes, même en les truquant beaucoup, s’il avait cédé aux pressions des ex-latifundistes et de leurs représentants phalangistes, partisans d’une remise en cause de la réforme agraire.

  • 63 Samuel P. Huntington, El orden político en las sociedades en cambio, Buenos Aires, Paidos, 1972, p (...)

110Par ce choix stratégique, mais aussi par son habilité à manipuler les leaders paysans et à les désarmer, sa politique de petits cadeaux, son charisme personnel, Barrientos réussit donc à neutraliser la paysannerie voire à en séduire toute une frange tenue par le pacte militaires - paysans, réalisant ainsi la condition sine qua non d’une certaine stabilité politique. En effet, comme le dit Huntington, “la capacité des militaires à établir des institutions politiques stables dépend avant tout de leur possibilité d’identifier leur régime aux masses paysannes, et de les mobiliser politiquement en leur faveur”63. Et quand il se mêle de vouloir déguiser une augmentation de la fiscalité agricole sous l’aspect d’une réforme fiscale simplificatrice, il donne le point de départ des révoltes anti-étatiques et, corollairement, de l’organisation d’un syndicalisme détaché de la tutelle gouvernementale ; un syndicalisme qui gagnera progressivement en importance.

111Avant d’aborder le thème des résistances paysannes aux politiques étatiques, revenons un instant en arrière pour apporter un correctif. Si le MNR doit indubitablement sa permanence de douze années au gouvernement aux soutiens paysans, il reste que les affrontements de caciques contribuent à miner cette base de soutien et qu’ils favorisent directement l’implantation barrientiste dans la vallée de Cochabamba. Mais, en l’occurrence, les responsabilités sont largement partagées, la “factionnalisation” au sommet entretient les affrontements à la base.

112A partir de la fin des années 1960, l’existence d’un syndicalisme libre complique singulièrement la situation des gouvernants. Les stratégies clientélistes ou répressives ne calment provisoirement que certaines franges d’une paysannerie qui s’appauvrit et dont les élites, plus instruites, gardent un œil vigilant sur les politiques agricoles.

113On peut distinguer deux types de situations selon que le gouvernement en place est permissif à l’égard des syndicats paysans libres ou, au contraire, répressif. A l’évidence, la mobilisation politique du paysannat - comme celle des ouvriers -augmente en période permissive. C’est le cas, par exemple, sous Torres quand toutes les provinces de La Paz chassent les dirigeants paysans qui font partie de l’appareil mis en place dans le cadre du pacte militaires - paysans, ou encore de 1978 à 1980 quand, après le succès de la grève des femmes de mineurs, la vie syndicale peut reprendre librement et que les coordinateurs mis en place par Banzer sont écartés pour être remplacés par des dirigeants élus. Au contraire, cette mobilisation diminue en période répressive quand les dirigeants sont remplacés par des fantoches coordinateurs et autres interventores (Garcia Meza).

114La portée des actions collectives paysannes, dont on a observé que les plus marquantes étaient des réponses à des mesures gouvernementales qui lésaient leurs maigres ressources, est différente selon les deux types de gouvernements : incontestablement, elles fragilisent plus les gouvernements démocratiques obligés de négocier que les gouvernements répressifs qui n’hésitent pas à faire usage des armes. Et même si le syndicalisme paysan libre n’a de cesse de dénoncer les exactions des militaires, il se montre finalement assez peu capable, même allié aux ouvriers, de freiner leurs avancées. Mais il est pour eux un facteur constant d’insécurité et l’armée doit quadriller la campagne aussi bien que les mines : Cliza, Achacachi, Caranavi et Patacamaya sont progressivement devenues des bourgades garnisons.

115Il reste à traiter de l’indianisme. En tant qu’idéologie, il est indéniable qu’il traduit et catalyse en même temps la montée d’un groupe paysan-indien ou plutôt paysan-aymara. Il favorise son regroupement, son organisation, sa cohésion, le dote d’une certaine fierté et donc le porte au combat. Cependant, eu égard à l’émotion et aux nombreux commentaires qu’il a suscités, force est de constater que sa portée politique a finalement été relativement faible et que son rôle déstabilisateur a été modeste.

116La seule bataille véritablement marquante qu’il a menée est celle de 1979 contre les mesures économiques imposées par le gouvernement de Lidia Gueiler. Or on a vu qu’elle s’inscrit dans la tradition des luttes anti-étatiques, le mérite des kataristes ayant été de reconstruire préalablement, depuis la base, un syndicalisme libre et de le rapprocher de la COB, si bien que naturellement, ils apparaissent comme étant les initiateurs et les coordinateurs des principales actions collectives qu’en réalité ils contribuent à freiner pour éviter que la situation sociale et politique pourrisse au point que les militaires se sentent, une fois de plus, autorisés à intervenir.

117Au bout du compte, sur le plan qui nous intéresse ici, celui de la stabilité politique, la diffusion de l’idéologie indianiste ne change pas radicalement la situation, dans la mesure où elle reste limitée à l’Altiplano (même si quelques autres régions s’y rattachent conjoncturellement) et n’aboutit pas à une expression politique unifiée. Le syndicalisme katariste ne fait que confirmer et approfondir la rupture avec toutes les formes de syndicalisme officiel amorcée par le Bloque independiente en 1968 et donc rendre plus difficile pour les gouvernants la recherche de compromis avec les paysans. Mais les partis kataristes n’arrivent pas à capter les votes paysans qui continuent de se porter majoritairement sur les candidats du MNR et, secondairement, sur les candidats militaires.

118En somme, malgré des politiques gouvernementales qui, excepté pendant les années 1950, ont laissé la paysannerie dans l’oubli ou l’ont obligée à produire à bas prix pour les besoins de la ville, elle a, dans l’ensemble, servi la stabilité politique soit en votant pour le gouvernement en place, soit en dispersant ses votes sur des candidats modérés, et elle ne s’est mobilisée défensivement que pour répondre à des atteintes directes à son faible niveau de vie ; aucune de ses actions collectives n’a directement contribué à la chute d’un gouvernement.

Notes

1 L’ayllu est une association de type familial d’individus reconnaissant entre eux des liens de parenté, réelle peut-être mais surtout spirituelle, les unissant tous à un groupe d’ancêtres communs les achachilas.

2 Cf. Luis Peñalosa, Historia economica de Bolivia, vol. I, La Paz, Fenix, 1953, p. 281-282.

3 Cf. Amado Canelas O., Mito y realidad de la reforma agraria, La Paz, Los amigos del Libro, 1966, p. 98.

4 Cf. Amado Canelas 0., op. cit., p. 97.

5 Calcul personnel sur la base du recensement général de la population de 1950 et du recensement agricole de cette même année.

6 Pour plus de précisions concernant la loi de réforme agraire, cf. Arturo Urquidi, Bolivia y su reforma agraria, Cochabamba, Universitaria, 1969.

7 Jeff Dorsay, Bolivia Country Report, Madison, University of Wisconsin, ronéo, 1975, p. 35.

8 Consejo nacional de reforma agraria, La reforma agraria en cifras, La Paz, C.N.R.A., 1975, p. 20.

9 Jeff Dorsay, op. cit., p. 46.

10 Javier Albó, Bodas de plata ? O requiem por una reforma agraria, (cuaderno n° 17), La Paz, CIPCA, 1979, p. 42.

11 Jean-Pierre Lavaud, Christian Jacquier, Desafio a la agricultura del altiplano. La Paz, CIDOB, ronéo, 1978, p. 34.

12 CEPAL, Campesinado y desarollo agricola en Bolivia, Santiago de Chile, Naciones Unidas, 1982, p. 106.

13 Ibid., p. 24.

14 Javier Albó, Tomas Greaves, Godofredo Sandoval, Chuquiyawu, la cara aymara de La Paz. El paso a la ciudad, (Cuaderno de investigación n° 20), La Paz, CIPCA, 1983, p. 42. Ce processus n'est bien sûr pas limité au département de La Paz. Pour celui de Cochabamba, cf. Katherine Barnes de Marschall, “Cambios socio-económicos en el valle alto de Cochabamba desde 1952, los pueblos provinciales de Cliza, Punata, Tiraque, Arani, Sacaba y Tarata”, Estudios andinos 2 (1), 1971.

15 Informe Musgrave, La Paz, Ministerio de Finanzas, 1977, p. 175.

16 CEPAL, op. cit., p. 120.

17 Ibid., p. 143.

18 Cf. Clarence Zuvekas, Rural income distribution in Bolivia : a summary and evaluation of quantitative and qualitative information, La Paz, US AID, ronéo. 1977, p. 29.

19 Cf. Rafael Reyeros, El pongueaje : historia social del indio boliviano. La Paz, Fenix, 1963.

20 L'expression est d'Antonio García in Sociologia de la reforma agraria en America Latina, Buenos Aires, Amorrortu, 1973, p. 59.

21 Oscar Delgado, Reforma agraria y desarollo rural en una area del altiplano norte de Bolivia : estudio de caso en el cantón Ancoraimes en las riberas del Lago Titicaca, La Paz, CIDA /University of Wisconsin, ronéo, 1972.

22 Georges Balandier, Anthropologie politique, Paris, PUF, 1967, p. 113.

23 Silvia Escobar de Pabón, Hector Maletta, La Paz, 1980 : Población, migraciones y empleo, resultados preliminares. La Paz, Ministerio de Trabajo y Desarollo laboral/OIT/FNUAP, 1980, p. 108-114.

24 Javier Albó, op. cit., p. 52.

25 Silvia Escobar de Pabon, Hector Maletta, op. cit., p. 194.

26 Javier Albó, op. cit., p. 20.

27 Cf. Marcelo Sangines Uriarte, Educación y desarollo rural en Bolivia, La Paz, Editorial Don Bosco, 1968, p. 98 à 101 et Javier Albó, op. cit., p. 26.

28 Salvador Romero Pittari, El desarrollo reciente de la educación en Bolivia : algunas de sus caracteristicas, La Paz, ronéo, 1976.

29 Cf. Javier Albó, Lengua y sociedad en Bolivia 1976, La Paz, Instituto nacional de estadística, 1980.

30 Cf. Karl Deutsch, “Social mobilization and political development”, American Political Science Review, 55, septembre 1961.

31 Il existe une très abondante bibliographie sur le sujet. En langue française, cf. George Parrenin, Les mouvements sociaux paysans-indiens et le système politique dans la société bolivienne (1936 - 1953), Doctorat de 3ème cycle de sociologie, Paris, EHESS, décembre 1982 et “Genèse des mouvements indiens paysans en Bolivie (1900 - 1952)”, Problèmes d'Amérique latine 62, 4ème trimestre 1981. En langue espagnole, cf. les parutions suivantes : Silvia Rivera Cusicanqui, Oprimidos pero no vencidos, luchas del campesinado aymara y qhechwa de Bolivia (1900 - 1980), La Paz, Hisbol / CSUTCB, 1984 ; Fernando Calderón, Jorge Dandler (eds.), Bolivia : la fuerza historica del campesinado, La Paz, UNRISD-CERES, 1984.

32 La Nación des 19 et 21 juin 1956.

33 Cf. Heraclio Bonilla Mayta y Cesar Fonseca Martel, Tradición y conservadorismo en el area cultural del lago Titicaca. Jesús de Machaca : una comunidad boliviana del Altiplano andino, Lima, IEP, ronéo, 1967.

34 Cf. Olen Leonard E., El cambio economico y social en cuatro comunidades del Altiplano de Bolivia, México, Instituto indigenista interamericano, 1966, p. 104.

35 J.P. Lavaud, “La mobilisation politique du paysannat bolivien”. Revue française de sociologie 18,1977.

36 Roberto Laserna, De triunfos en derrotas campesinas, La Paz, CERES, ronéo, 1983.

37 Roberto Laserna, op. cit..

38 Dwight B. Heath, “New patrons for old : changing patron-client relationships in the bolivian yungas”, Ethnology 12 (1), janvier 1973.

39 Ibid.

40 Ibid.

41 Javier Albó, Ucureña en el contexto de la revolución en Bolivia, 1935, 1952, 1967, s.l., ronéo, 1968, p. 103.

42 Cf. Luis Antezana Ergueta, Congresos de campesinos y estatuto orgánico de la Confederación nacional de trabajadores campesinos de Bolivia, La Paz, CIDA/Universidad de Wisconsin, ronéo., 1968.

43 Cf. Jean-Pierre Lavaud, L'opposition à l'Etat fiscal en Bolivie (1968 -1971), (Document de travail n° 3), Paris, ERSIPAL, 1976.

44 Pierre Joseph Proudhon, De la capacité politique des classes ouvrières, Paris, A. Lacroix, 1873, p. 15 - 16.

45 Tupaj Katari fut exécuté à Peñas, actuellement situé dans la province Pacajes, l'autre berceau du katarisme.

46 Cf. Javier Hurtado, El katarismo, La Paz, Hisbol, 1986, p. 37.

47 Fausto Reinaga a écrit de nombreux livres prêchant le credo indianiste. En 1962, il a fondé le Partido indio boliviano (PIB) à Peñas, le lieu où Tupaj Katari fut exécuté. Si son influence sur la pensée des kataristes a été certaine, son propre parti est resté à l'état embryonnaire.

48 Cf. Ramiro Condarco Morales, Zarate, el "temible"Willka, historia de la rebelión indigena de 1899, La Paz, Renovación, 1983 et Marie-Danielle Demélas, “Jacqueries indiennes, politique créole, la guerre civile de 1899”, Caravelle 44, 1985, p.91 - 111.

49 Manifeste de Tiwanaku, La Paz, brochure, ronéo., 1973.

50 Ibid.

51 François Bourricaud, “Indian, mestizo and cholo as symbol in the peruvian system of stratification”, in N. Glazer and D.P. Moynihan (eds.) : Ethnicity, theory and experience, Cambridge, Harvard University Press, 1975.

52 Javier Albó, Khitipxtansa ¿ Quienes somos ?, Identidad localista étnica y clasista en los aymaras de hoy, Cuadernos de investigación n° 13, La Paz, CIPCA, 1977, p. 15.

53 Pour être complet, il faudrait aussi prendre en compte la dynamique indienne internationale : la création de l'American indian movement aux Etats-Unis en 1968, puis l'organisation continentale de l'International indian treaty council en 1976, qui obtient une voix consultative à l'ONU en 1977. On peut encore citer l'appui d'autorités scientifiques, principalement d'anthropologues, qui rédigent une première déclaration de soutien aux luttes indiennes à la Barbade en 1971 et organisent diverses manifestations qui débouchent en 1974 sur la création du premier Parlement indien d'Amérique du Sud (Mink'a y représente la Bolivie).

54 Depuis 1971, les kataristes cherchaient à se lier à la confédération ouvrière qui soutenait alors le Bloque independiente.

55 Javier Hurtado, op. cit., p. 159.

56 En mars 1983, le gouvernement de Siles Zuazo doit affronter une mobilisation semblable, toujours après avoir pris des mesures économiques qui lèsent les paysans.

57 Cf. Javier Hurtado, op. cit., p. 149 - 159.

58 Presentici, 13 juillet 1978.

59 Presentici, 8 juillet 1979.

60 Cf. Jean-Pierre Lavaud, Identité et politique : le courant Tupac Katari en Bolivie (Document de travail n° 24), Paris, ERSIPAL, ronéo., 1982, p. 39 et Javier Hurtado, op. cit.

61 William J. Mc Ewen, Changing rural Bolivia, a study of social and political organization and the potential for development in six contrasting communities, s.1., Peace Corps, 1969, p. 202.

62 Ibid.

63 Samuel P. Huntington, El orden político en las sociedades en cambio, Buenos Aires, Paidos, 1972, p. 217.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable