Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'instabilité politique de l'Amérique latine

 | 
Jean-Pierre Lavaud

Première partie. Les cycles de l'instabilité

Chapitre III. Le chassé-croisé militaires-civils

Texte intégral

1Du 21 octobre 1978 au 10 octobre 1982, la Bolivie ne connait pas moins de neuf périodes présidentielles. Les présidents sont encore plus nombreux : dix, si l’on compte les membres d’un triumvirat militaire qui assure une transition d’un mois en 1981. Huit d’entre eux sont des militaires. Et aucun de ces gouvernements n’est constitutionnel, car les deux civils qui occupent la présidence n’y sont placés que pour assurer un intérim et organiser les élections qui doivent doter enfin le pays d’un président élu dans les formes que prévoit la Constitution de la République.

  • 1 Banzer s’était fait fort de résoudre le problème de la “méditerranéité” bolivienne. En 1975 il ren (...)

2Ayant précédemment détaillé les oppositions entre militaires pendant cette même période, je centrerai surtout mon propos sur les querelles civiles et sur les formes de la mobilisation populaire, réservant pour la conclusion une synthèse générale. Toutefois, il est auparavant nécessaire de préciser pourquoi Banzer organise des élections qui entraînent une ouverture démocratique beaucoup plus large que prévue et marquent finalement le début de ce nouveau cycle d’instabilité. On peut difficilement attribuer cette décision - longtemps différée - à des raisons d’ordre économique, les signes de la crise à venir sont encore relativement discrets. Les augmentations de prix ne suscitent que de faibles protestations. Et c’est seulement à partir de l’annonce des élections, le 9 novembre 1977, que les mass media diffusent largement la nouvelle des premiers symptômes de la détérioration. Ce sont des raisons politiques qui expliquent cette décision. En premier lieu, les luttes internes au sein de l’armée. Le camp des “constitutionnalistes” prend argument du fiasco des négociations avec le Chili afin d’obtenir un couloir d’accès à l’océan Pacifique, pour défendre la thèse du retrait dans les casernes1. En second lieu, la grogne des civils. Les syndicats et les partis étant placés sous l’éteignoir, c’est une organisation humanitaire bénéficiant de la couverture de l’Eglise, l’Assemblée permanente des droits de l’homme, qui conteste le plus ouvertement le régime depuis 1973. En 1977, elle réussit à former des comités régionaux dans les principales villes du pays, à nouer des relations avec des mouvements internationaux du même type et, pendant la seconde moitié de l’année, il ne se passe pas de semaine sans qu’elle se manifeste. Enfin, les Etats-Unis pèsent aussi pour le retour à un régime civil.

3Toutefois, Banzer ne cède à ces pressions conjuguées qu’en raison de l’opportunité que représentent pour lui ces élections d’assurer sa propre perpétuation. Si l’on se souvient qu’aucune des consultations électorales organisées depuis 1952 n’a été perdue par ceux qui les ont convoquées, son calcul parait raisonnable. Mais l’opposition qu’il rencontre dans l’armée l’empêche de poser sa propre candidature et la fissure démocratique que signifie la convocation électorale laisse débonder sept années d’oppositions civiles à peu près contenues, qui nuisent au candidat que l’armée s’est finalement choisi : le général Pereda.

Atomisation partisane et fronts électoraux

4Le MNR, tel que nous l’avons laissé en 1964, est éclaté en diverses factions. Certes, à l’heure du coup d’Etat de cette même année, les opposants à Paz se sont tous unis - ou presque - et il ne reste donc que deux ensembles concurrents, mais passé l’heure chaude de l’affrontement, chacune de ces factions reprend son indépendance. Pendant les années de dictatures militaires, certaines d’entre elles disparaissent mais, d’une manière générale, l’éclatement continue. Des leaders secondaires abandonnent les chefs “historiques” pour former leur propre chapelle, tenter ainsi de leur ravir la vedette, et, dans de nombreux cas, négocier leurs services avec les nouveaux gouvernants. Chaque nouvel officier président voit ainsi se rallier à lui quelque rameau du MNR détaché du tronc principal avant ou après 1964. Mais il demeure toujours des factions opposantes.

5Il faudrait se livrer à une véritable enquête policière pour reconstituer les allées et venues des uns et des autres. Contentons-nous ici de suivre l’itinéraire des chefs “historiques”. Paz Estenssoro, exile en 1964, s’installe à Lima. Il revient en 1971 en allie du général Banzer dont il est le ministre jusqu’en 1973. A nouveau exilé, il ne revient qu’en 1978 pour se présenter aux élections présidentielles. Siles Zuazo, exilé en 1965 par le régime barrientiste, se réconcilie avec Paz en 1971, mais s’en sépare presqu’aussitôt quand Paz commence à conspirer avec Banzer. Il revient en 1978 pour se présenter à la présidence de la République. Guevara Arze collabore avec le général Barrientos dont il devient ministre des Affaires étrangères en 1967. En 1974, il allie ses troupes avec celles du parti démocrate-chrétien (PDC), puis avec celles de Siles Zuazo pour s’opposer à Banzer. Ce qui lui vaut l’exil. Quand il revient, en 1978, il s’allie avec Paz Estenssoro qui lui offre d’être son partenaire pour la vice-présidence. La trajectoire de Lechin est plus linéaire. Constamment réélu à la tête de la FSTMB et de la COB, il maintient son parti, le PRIN, dans l’opposition à tous les régimes militaires. Une opposition quelque peu atténuée pendant la brève présidence de Torres.

6La longue parenthèse militaire n’a pas donc pas réussi à en terminer avec le MNR même si elle en a encore accentué la fragmentation. On retiendra aussi que les deux chefs les plus en vue du parti campent sur des terrains idéologiques à l’opposé de leurs positions respectives des années 50, Siles se retrouvant à la gauche de Paz.

7Pendant ces 18 années, les autres partis politiques de gauche, comme de droite, connaissent un processus semblable d’éclatement qui mène à leur atomisation. Le parti communiste, après s’être séparé d’un rameau pro-chinois, perd ensuite une fraction castriste qui elle-même se scinde en deux. Tandis que le camp trotskyste est progressivement divise en 8 micro-partis. A droite, la phalange essaime aussi - il en sort même un rameau de gauche - et on peut en dire autant des démocrates chrétiens.

8Pour ajouter encore à la confusion, de nouvelles forces politiques apparaissent, pour la plupart sur la base d’un ou de plusieurs rameaux dissidents des partis existants. C’est ainsi que le parti de droite montant de la fin des années 70 et du début des années 80, L’Action democràtica nacionalista (ADN) du général Banzer, officiellement crée en 1979 se constitue avec des groupes qui proviennent de presque tout le spectre politique (PIR, MNR, FSB principalement).

9Outre l’ADN, 3 autres partis ou courants politiques naissent dans les années 70. Le Movimiento de la Izquierda Revolucionaria (MTR) fusionne avec l’aile gauche démocrate chrétienne, un groupe issu du MNR et des marxistes sans affiliation partisane. Il évolue progressivement d’une position radicale vers des options nationalistes modérées. Le parti socialiste incorpore, quant à lui, des phalangistes de gauche, des dissidents du PRIN de Juan Lechin et des personnalités proches de la démocratie chrétienne. Il se scinde en deux dès 1978. Enfin, dernier courant d’apparition récente : les partis indianistes, qui sont une émanation du syndicalisme paysan d’inspiration indianiste. En 1978 deux se présentent aux élections : Le Movimiento indio Tupak Katari et le Movimiento revolucionario Tupac Katari, plus proche des partis de gauche. Par la suite, ces deux partis vont eux aussi éclater.

  • 2 Marcelo Céspedes, Los Bolivianos, estamos maduros para la democracia ?, La Paz, Cruz, 1982, p. 65.

10Ce rapide tour d’horizon ne donne qu’une pâle vision de l’atomisation partisane. Quand Padilla convoque les partis politiques existants, en décembre 1978, pour qu’ils proposent des réformes à la loi électorale, 23 d’entre eux se présentent. Trois mois plus tard, en mars 1979, 53 s’inscrivent à la Cour électorale : “Il suffit de quatre-vingt dix jours pour que naissent trente partis sur le mode de la parthénogénèse d’une cellule qui se divise en deux autres, puis celles-ci à leur tour en deux autres et ainsi de suite jusqu’à l'infini”, note avec humour Marcelo Céspedes2. Et le processus de division ne s’arrête pas là puisqu’en 1980 la Cour é1ectorale recense 72 partis.

11Du fait de leur taille réduite, ces partis représentent soit les intérêts de leurs seuls affiliés soit des intérêts sectoriels très particularisés. En conséquence, chacun d’entre eux campe sur ses positions sans chercher à promouvoir des solutions politiques nationales ou des compromis acceptables par les autres partis, et comme leur autorité repose sur la reconnaissance des qualités uniques de leur chef par leurs troupes, les points d’accord sont difficiles à trouver.

12Cependant, tous ces partis ne pèsent pas le même poids é1ectoral et, à l’heure des élections, ils sont obligés de se regrouper en fronts derrière un candidat à la présidence de stature nationale ; une démarche d’autant plus nécessaire que les élections législatives sont couplées avec les présidentielles et que le même décompte des voix sert pour les deux ; députés et sénateurs sont répartis à la proportionnelle.

13En fait, les présidents éligibles sont peu nombreux : Paz, Siles et Banzer. Et, un cran en dessous, Guevara Arze, Lechin, Quiroga Santa Cruz du PS et Paz Zamora du MTR. En somme, la vieille garde du MNR, le quatuor des années 1950, un autre ex-président, et deux jeunes à l’audience montante mais somme toute encore peu connus en 1978. Les autres dirigeants de partis peuvent être considérés comme des “lieutenants” qui monnayent leur appui pour une députation, une sinécure administrative, une situation (pega), tout en tentant d’acquérir une stature nationale.

14Les résultats aux élections successives de 1978, 1979 et 1980 permettent de préciser plus nettement la physionomie électorale du pays. Seuls comptent vraiment les trois fronts é1ectoraux regroupés derrière Siles, Paz et Banzer. Les chiffres de 1978 ne sont pas significatifs parce que les élections, entachées de fraudes massives, sont finalement annulées. Si l’on compare les résultats obtenus en 1979 et en 1980 par les trois fronts dominants, on constate que l’UDP et l’ADN confirment leur score d’une année à l’autre, tandis que l’audience de la coalition dirigée par Paz diminue. Ses ex-amis du MNR candidats à la présidence lui volent des voix et son appui voilé au coup d’Etat de Natusch Busch lui ôte du crédit.

15On constate par ailleurs l’influence croissante de Quiroga Santa Cruz et les scores négligeables des fronts d’inspiration marxiste lorsqu’ils se présentent seuls, ainsi que ceux, tout aussi négligeables, des partis indianistes. Et on ne peut donc s’empêcher de noter le contraste entre l’audience dont ces courants disposent dans les syndicats et leur faible importance électorale.

16Au total, la Bolivie de la fin des années 1970 continue d’être profondément marquée par le movimientismo dont les variantes idéologiques s’étalent de la gauche modérée au centre droit, un movimientismo dominé par la personnalité de ses dirigeants, dont les visées politiques sont avant tout pragmatiques, et les stratégies avant tout clientélistes. Il est cependant remarquable qu’un dirigeant politique ait réussi à souder la droite en grande partie sur les dépouilles de la Phalange qui manque de leaders d’envergure depuis la mort d’Unzaga de la Vega, en 1959.

Résultats comparés des principaux fronts électoraux en 1978, 1979 et 1980

Résultats comparés des principaux fronts électoraux en 1978, 1979 et 1980

Sources : - J.P. Lavaud, “La démocratie entrevue”, Problèmes d’Amérique Latine, n° 54, décembre 1979.
J.P. Lavaud, “Le retour des militaires” Problèmes d’Amérique Latine, n° 62, 4ème trimestre 1981.

Distribution des sièges au congrès en 1979 et en 1980

Distribution des sièges au congrès en 1979 et en 1980

Source : J.P. Lavaud, “Le retour des militaires”, op. cit.

  • 3 Ibid., p.63.

17Les enseignements des élections permettent donc de nuancer quelque peu ceux qui avaient été tirés de l’examen des partis et de la constitution de fronts électoraux. A étudier la vie des partis, on a l’impression d’une précarité et d’une fluidité idéologiques sans équivalent qui l’ont écrire à Marcelo Céspedes : “Pour celui qui ne se tient pas informé quotidiennement, et de première main, sur la situation politique, il est inopportun d’approuver un leader pour ses critiques acerbes à un opposant lancées une semaine auparavant, car il se pourrait très bien qu’il ait déjà souscrit avec lui un pacte “d’indestructible unité” pouvant durer quelques semaines”3. Tandis qu’à lire les résultats électoraux, on saisit une toute aussi étonnante continuité qui amène les Boliviens, depuis trente ans, lorsqu’il leur est permis de voter avec une relative liberté, à favoriser le centre, à faire peu de cas des courants marxistes, et à maintenir un courant de droite non négligeable, notamment dans les villes.

Présidents intérimaires et tapages parlementaires

18Il nous faut maintenant en venir à la désignation des présidents de la République. Selon la Constitution, si aucun des candidats n’obtient la majorité absolue, c’est le Congrès (réunion de la Chambre des députés et du Sénat) qui doit désigner le vainqueur parmi les candidats arrivés en tête du scrutin. En 1978, Pereda qui, malgré la fraude, atteint à grand-peine cette majorité, demande d’abord l’annulation des élections, puis cède à l’amicale pression de ses partisans en organisant un coup d’Etat. En 1980, Garcia Meza prend d’assaut le pouvoir, à peine les élections terminées. Ce n’est donc qu’en 1979 que l’on peut voir comment ce système fonctionne. Or le résultat des élections de 1979 est particulièrement serré puisque Siles ne devance Paz que de quelques voix tandis que Paz obtient une majorité au Congrès : avec 16 sièges sur 27, il gagne même la majorité absolue au Sénat. De ce fait, Guevara Arze, allié de Paz, est facilement désigné à la présidence du Sénat. A la Chambre des députés, la présidence revient à un candidat de compromis. Et pour la présidence du Congrès, c’est Lidia Gueiler, ex-lechiniste du PRIN, ralliée à l’alliance MNR de Paz, qui l’emporte. La “machine” étant enfin en place, au quatrième jour du débat on amorce l’élection présidentielle proprement dite. Mais avant que le vote ne commence, coup de théâtre, le candidat Siles annonce qu’il se met en grève de la faim, au sein même du palais du Congrès pour défendre la “souveraineté populaire, la démocratie et le droit des Boliviens à assumer leur propre destin”. Après deux jours de débats et six tours de scrutin, il faut se rendre à l’évidence, Paz ayant l’avantage sur Siles, mais n’ayant pas la majorité absolue, il devient nécessaire de chercher une solution de compromis acceptable par les deux parties. C’est ainsi que Guevara Arze est nommé président de la République transitoire le 6 août avec la charge de convoquer à de nouvelles élections le premier dimanche du mois de mai 1980.

19A lire ce récit, on mesure combien le système électoral bolivien accumule les obstacles. Il n’y a pas de problèmes si le candidat à la présidence le mieux place obtient à la fois la majorité absolue en voix et la majorité absolue en sièges dans les deux chambres, mais si tel n’est pas le cas, il est particulièrement périlleux pour la stabilité institutionnelle dans la mesure où des présidents difficilement élus doivent gouverner avec une minorité.

20Ceci posé, pour l’heure, Guevara se trouve dans une situation encore plus précaire. Il propose aux deux fronts arrivés en tête aux élections de former un gouvernement “d’équilibre national”. Mais l’UDP (Siles Zuazo) refuse catégoriquement cette alternative. Et dès lors, le président est contraint de choisir entre gouverner avec la seule alliance MNR (Paz Estenssoro) ou former un cabinet “apolitique”. Il opte pour la seconde solution, en grande partie pour ne pas se sentir prisonnier d’un MNR avant tout soucieux de “préparer” les élections futures de telle sorte que la victoire ne lui échappe point.

  • 4 Cf. Irving Alcaraz, Elprisionero del palacio. La Paz, Amerindia, 1983.

21Et, au bout du compte, il est placé dans l’impossibilité de gouverner, n’ayant plus aucun soutien parlementaire. La stratégie de l’alliance MNR consiste, en effet, à élargir son assise parlementaire tout en faisant de l’obstruction systématique - elle se gagne vite des membres de l’UDP mécontents que leur direction leur interdise de participer au gouvernement - et, très rapidement, à négocier un coup d’Etat avec des militaires, notamment avec le général Natusch Busch4.

22Deux camps s’affrontent alors. D’un côté, ceux pressés de gouverner, amis de Paz, anciens et nouveaux, alliés à un groupe composite d’officiers anti-constitutionnels, de l’autre Guevara Arze qui, sous le prétexte d’amorcer une véritable politique économique de redressement national, propose de repousser les élections à 1981, conjoncturellement soutenu par la COB flairant le coup d’Etat, par les militaires favorables au respect de la Constitution et sans doute aussi par Siles Zuazo, sans que toutefois leur commune aspiration démocratique n’arrive à se traduire en réelle alliance.

23Le premier groupe se lance dans l’aventure golpista puis renonce au bout de 16 jours de tensions extrêmes. Après des négociations complexes, le Congrès est à nouveau chargé de désigner un président de transition. Il élit cette fois Lidia Gueiler, l’ex-présidente du Congres, puis de la Chambre des députés. Celle-ci forme un cabinet qui comprend une très large majorité de ministres de l’alliance MNR dont elle fait partie et quelques transfuges de l’UDP qui tournent le dos à Siles. A la différence de son prédécesseur, elle dispose donc d’une majorité parlementaire mais à un moment ou le Parlement se trouve totalement discrédité parce que certains de ses membres ont participé au coup d’Etat (neuf en sont expulsés) et ou les fronts électoraux de 1979 ont tous éclaté pour cette même raison. Sur un ensemble de 154 membres du Congres, le groupe le plus nombreux, le MNR (Paz) en compte seulement 28 ; l’ADN vient ensuite avec 12, et les mini-partis qui n’en comptent qu’un seul sont au nombre de 13.

24On va voir maintenant que, même si le régime est nettement présidentiel, les deux Chambres ne manquent pas d’atouts pour gêner le gouvernement. Constatons en premier lieu qu’aucune disposition constitutionnelle ne permet au président de dissoudre les Chambres. Il est donc oblige de gouverner avec le Congres élu en même temps que lui. Mis en situation de minorité parlementaire, il ne lui reste qu’à démissionner et à convoquer de nouvelles élections générales - à moins, bien sur, qu’il essaie de tenir le plus longtemps possible en se passant du Parlement. Mais à terme, il est tout de même condamné à la démission.

25Premier attribut du Congrès, le vote des lois. Qu’ils soient proposes par l’une ou l’autre des Chambres, ou qu’ils proviennent de l’exécutif, les textes de lois sont d’abord envoyés en Commission, puis approuvés ou rejetés avant d’être examinés dans la deuxième chambre et de revenir éventuellement pour être approuvés définitivement, dans la chambre de départ. Mais les membres du Congres ne se contentent pas de légiférer. Ils peuvent suggérer des améliorations, des directives au pouvoir exécutif sous la forme de “minutes de Communication”. Et surtout, ils peuvent demander à ce même pouvoir des comptes, des “informations écrites ou orales”, soit en vue de le contrôler, soit en vue de légiférer (article 70 de la Constitution). Ces demandes débouchent quelquefois sur des “interpellations” dont l'aboutissement est le vote de censure, ou la confiance renouvelée. Enfin, le Congres peut intenter des jugements en responsabilité contre le président et tout autre membre du gouvernement, pour tous les délits commis pendant f exercice de leurs fonctions.

26Or, ce qui advient pendant cette courte embellie démocratique montre que les congressistes l’ont un usage pour le moins immodéré des facultés que leur accorde la Constitution et qu’ainsi ils contribuent à fragiliser des gouvernements qui, déjà, vu leur caractère transitoire, manquent d’assises solides. Le pouvoir exécutif est véritablement assailli de demandes et de “suggestions”, quand il n’est pas “interpelle”, tandis que l'Assemblée croule par ailleurs sous les projets de lois, dont la plupart - comment peut-il en être autrement ? - passent aux oubliettes.

  • 5 Cf. German Vargas Martinez, Responsabilidad, juicio o sainete ?, La Paz, Moxos, 1982.
  • 6 Cf. Marcela Quiroga Santa Cruz, Bolivia recupera la palabra : juicio a la dictadura. La Paz, MEP, (...)
  • 7 Il est assassiné le 17 juillet 1980, au moment du coup d’Etat de Garcia Meza.

27Dernier volet de l’arsenal parlementaire utilisé : le “jugement de responsabilité”. Des f ouverture des travaux parlementaires, les deux chambres sont saisies de la demande d’instruction d’un tel procès contre Banzer et ses collaborateurs pour un ensemble de délits qui vont de la haute trahison à l’assassinat en passant par divers types de malversations. Elle n’a évidemment pas pour objectif principal d’importuner les gouvernements en place, mais elle contribue à les fragiliser encore plus. En effet, de nombreux officiers y voient immédiatement une tentative de vengeance contre l’armée et rallient le camp des golpistas. Il faut dire que f instruction-fleuve, qui occupe le Congrès pendant les deux périodes gouvernementales transitoires - sans d’ailleurs que le jugement final soit jamais rendu -, met en accusation 270 personnes pour 78 délits5 et fait à maintes reprises la une des journaux. Marcelo Quiroga Santa Cruz, le plus prestigieux des accusateurs6 - ils sont 33 -, y gagne en renommée, mais il paye sans doute ses audaces de son assassinat7.

  • 8 Cf. La masacre de todos sanios, La Paz, Asamblea permanente de derechos humanos, janvier 1980.

28Finalement, les représentants élus, directement ou indirectement, par leurs querelles internes, leur appel du pied8 ou leur opposition tonitruante aux militaires, et leur “tapage” antigouvernemental sont les artisans de leur propre éclipse. Bien entendu, on ne peut mettre sur le même pian ceux qui vont directement solliciter les bons services des officiers et ceux qui profitent de la tribune parlementaire pour les fustiger. Il reste que ce dernier exercice - au demeurant populaire - pour porter ses fruits, c’est-à-dire ancrer la démocratie dans le pays, aurait nécessité un gouvernement et un parlement relativement unis et forts de leur légitimité. Ce qui est bien loin d’être le cas.

Les turbulences syndicales

29La nature du système politique bolivien, plus particulièrement de ses mécanismes de représentation électorale, et le tapage des parlementaires ne sont pas les seules raisons que l’on puisse attribuer à la fragilité de la tentative démocratique. Comme tous les essais précédents, celui-ci est aussi marqué par le réveil des syndicats, leur mobilisation et la multiplication de leurs actions collectives. Et les gouvernants sont assaillis de demandes qu’ils ne peuvent satisfaire, dans le contexte général d’une crise économique qui va s’approfondissant

30Comme le montre bien le choix d’indicateurs économiques repris dans le tableau suivant, c’est l’ensemble de l’activité économique bolivienne qui est affecté. L’évolution du PIB par habitant est négative à partir de 1979 ; il diminue de plus de 11 % en 1982, ramenant le pays à la situation de 1971. Les pressions inflationnistes s’accroissent jusqu’à des limites extrêmes (le peso est dévalué deux fois en 1982 : 76 % puis 350 %). Le déficit fiscal, constant pendant toute la période, se creuse de plus en plus. La dette et son service s’accroissent jusqu’au point ou, au troisième trimestre de 1982, le pays ne peut plus honorer ses remboursements.

31Fixons rapidement les principales étapes de la “récupération” syndicale. Une fois n’est pas coutume, l’amorce de la mobilisation ne vient pas directement des mineurs syndiqués, mais de leurs épouses. A la fin de l’année 1977, quatre d’entre elles, accompagnées de 14 de leurs enfants, observent une grève de la faim dans le but d’obtenir le réengagement de leurs maris licenciés pour des raisons politiques, le retrait de l’armée des mines, le libre exercice du droit syndical et une amnistie générale. D’autres groupes de grévistes composés de membres de l’Assemblée permanente des droits de l’homme, d’organisations étudiantes, de parents de détenus, puis de mineurs et de paysans, viennent peu à peu s’adjoindre à elles. Le 18 janvier, jour ou le gouvernement cède enfin à leurs revendications les plus pressantes (réengagement des mineurs licenciés et amnistie), on compte 1 200 grévistes et d’autres groupes prêts à les relayer. Les libertés syndicales reconquises dans le mouvement sont officiellement rétablies quelques jours plus tard, le 24 janvier. Cette victoire, somme toute aisée, est bien sur facilitée par l’affaiblissement du gouvernement de Banzer, mais aussi par une conjonction inhabituelle d’opposants (femmes, religieux, jeunes...) rassemblés pour la Défense des droits de l’homme. La forme de leur contestation s’accorde à leur type de réclamation - à la violence du régime, ils opposent la non-violence - et ils suscitent donc très vite l’émotion et l’approbation de larges secteurs de la population. Le gouvernement qui n’ose pas utiliser la force, se retrouve complètement acculé au point que l’on se demande s’il ne va pas être obligé de démissionner. Mais aucune coalition civile n’est prête pour la relève. Syndicats et partis, qui redressent la tête à l’occasion, se contentent d’appuyer la grève ; jamais ils n’en contrôlent les modalités.

  • 9 Juan del Granado, Artemio Camargo, el hombre, el païs, su clase y su partido. La Paz, Papiro, 1983 (...)
  • 10 Cf. Yvon Le Bot, “Le mouvement syndical bolivien a la croisee des chemins (1978-1980), problèmes d (...)

32Pendant les mois qui suivent, alors que la fièvre électorale gagne le pays, les syndicats se réorganisent un à un en élisant depuis la base leurs représentants. Au sein du mouvement ouvrier, ce sont les mineurs qui vont le plus vite. Fin avril, un ampliado national fixe au mois de mai suivant la date du XVIIème Congrès de la FSTMB. C’est la première manifestation d’envergure nationale du monde ouvrier et “elle oriente le cours de l’ensemble de la réorganisation syndicale”, constate fort justement Juan del Granado9. La plupart des autres secteurs tiennent leur Congrès à la fin de l’année 1978 ou au début de l’année 1979. Et le 5ème congrès de la COB, qui marque la culmination de la réorganisation, se réunit le 1er mai 1979 à La Paz. En conséquence, quand les gouvernements issus des élections assurent la direction du pays, le syndicalisme a déjà récupéré toutes ses forces10.

Bolivie : principaux indicateurs économiques

Bolivie : principaux indicateurs économiques

Source : Rapport de la CEPAL, 1982.

33Un des résultats les plus importants de ce processus de réorganisation est la création, en juin 1979, sous l’égide de la COB, de la Confederatión sindical única de trabajadores campesinos de Bolivia (CSUTCB). En fait, il s’agit rien moins que de l’entrée de la fraction syndicale paysanne la plus représentative, celle dirigée par les “kataristes”, au sein de la centrale ouvrière. Si, au départ, cette confédération n’est pas unique, malgré son nom, elle le devient par la suite. Cette réunion - paysans et ouvriers étaient déjà liés au sein de la COB au début des années 1950 -, dans certaines régions tout au moins, traduit très bien l’échec final des militaires à encadrer une paysannerie dont les revendications se l’ont plus pressantes. Et par contraste, elle symbolise la prééminence de la COB, sa vocation à être la seule représentante de l’ensemble du monde du travail.

34Etant donné les difficultés économiques, notamment la hausse des prix, alors que l’étau dictatorial s’est desserré et que les syndicats ont repris leur vigueur, il est logique que les gouvernements successifs se trouvent confrontés à une série de luttes sociales pour des demandes d’augmentation de salaires et pour empêcher les licenciements. Les secteurs l’ont d’abord pression en ordre dispersé, les uns après les autres, puis ils tendent progressivement à unifier leurs revendications jusqu’à ce que la COB élabore une plate-forme revendicative qui se transforme en un véritable contre-programme économique de gouvernement. De plus, le rapprochement et l’articulation croissante des demandes paysannes avec celles des salariés accentuent encore le caractère “social global” du mouvement revendicatif.

35Les menaces de grève, les grèves sur le tas, les grèves de la faim, les marches de la faim, les manifestations, les défilés, se succèdent à un rythme de plus en plus rapide. La manifestation de mécontentement la plus détonante, parce qu’elle associe les paysans de CSUTCB à l’ensemble de la COB se produit au début du mois de décembre 1979, lorsque Lidia Gueiler décrète une série de mesures économiques dont les plus importantes sont une dévaluation du peso de 25 %, une hausse du prix des carburants de 120 % et une hausse des prix des transports. Bien qu’une prime compensatoire soit accordée aux salariés, la COB n’en interprète pas moins ces décisions comme une “déclaration de guerre”. Evidemment, les mesures d’ordre monétaire prises par le gouvernement de Lidia Gueiler à l’instigation du FMI sont loin de répondre aux aspirations des dirigeants ouvriers. Et, bien que timides, elles suscitent une opposition populaire unanime, bien marquée par la manifestation ouvrière-paysanne du 4 décembre 1979, puis par la grève générale du 10 décembre. De leur côté, les paysans barrent les routes, si bien que le pays est paralysé plusieurs jours. Gouvernement et syndicats aboutissent finalement à un compromis mais les grèves, spectaculaires, reprennent rapidement : grèves de la faim de 250 employés de banque en janvier, de 200 dirigeants fabriles en février, etc.

36On aura sans doute remarque qu’étant donné l’ouverture politique, ce ne sont plus les mineurs qui apparaissent sur le devant de la scène, mais la COB. C’est qu’en réalité les mineurs, qui demeurent à l’avant-garde du mouvement ouvrier, sont alors capables d’élargir au maximum leur audience, comme au début des années 1950. Dans ce contexte, leurs revendications sont relativement modérées, sans doute parce qu’ils sont mieux payés que les autres ouvriers, mais aussi parce que, conscients de la fragilité de l’ouverture démocratique, et ayant eu à pâtir sévèrement des menées répressives des militaires ils tiennent à préserver l’acquis. C’est pourquoi, des la fin janvier, la COB, reflet des positions de la FSTMB, décide de négocier directement avec le gouvernement des augmentations de salaires compensatrices de la baisse du pouvoir d’achat occasionnée par les mesures économiques de novembre. A partir du mois de mars, les mouvements de grève sont d’ailleurs moins nombreux et moins tranchants - il est vrai que l’échéance é1ectorale approche et que la pression militaire s’accentue et devient sensible à tous à ce moment-la. Mais il reste que la direction de la COB réussit à s’imposer comme la seule interlocutrice du gouvernement et à dicter sa ligne modérée. Peu de temps avant les é1ections, le 23 mai, ces négociations aboutissent à la promulgation d’un décret accordant une prime exceptionnelle à l’ensemble des salariés.

37Mais l’encadrement de la COB a des limites et il lui est bien difficile de contenir les assauts de ses bases, particulièrement ceux des “cols blancs”, employés de banque et enseignants, qui engagent un combat sévère en janvier-février 1980 - celui des enseignants dure jusqu’en avril -, malgré les réserves de la confédération, alors que celle-ci négocie déjà avec le gouvernement.

38En définitive, malgré leur souci réel de ne pas envenimer les rapports avec les gouvernants afin de préserver la démocratie, les directions syndicales poussées sur les devants de la scène politique par la mobilisation de leurs bases exigent la satisfaction d’un minimum de revendications de celles-ci, et donc contribuent à déstabiliser des gouvernements bien incapables d’exaucer ces demandes.

39Le coup d’Etat du 17 juin 1980 (Garcia Meza) stoppe brutalement les avancées syndicales : de nombreux dirigeants de la COB sont arrêtés, les mines sont occupées, et le régime de terreur impose ses relacionadores en lieu et place des délégués syndicaux. Une nouvelle séquence répression-récupération syndicale s’amorce alors, tout à fait comparable à celle des années 70. A cette différence près que la durée de la répression est beaucoup plus courte.

  • 11 Genaro Flores, le leader paysan aymara, devient même momentanément secrétaire exécutif de la COB.

40C’est dans la clandestinité que le syndicalisme survit puis se réorganise peu à peu : une réorganisation qui doit beaucoup aux paysans de la CSTUCB un peu plus libres de leurs mouvements11. Mais c’est encore une fois des mines que vient l’offensive la plus déterminante contre le régime militaire. Elle se déroule de la fin de l’année 1981 au début de l’année 1982 alors que Torrelio Villa a remplacé Garcia Meza à la présidence du pays.

41En juin 1981, les mineurs de Siglo xx élisent des représentants syndicaux qui écartent les relacionadores nommés par le ministère du travail. En octobre, c’est au tour des mineurs de Huanuni d’élire une équipe syndicale. Mais le gouvernement refuse d’avaliser cette é1ection. Les mineurs répondent par une grève qui se prolonge et qui bientôt gagne la majorité des mines de la COMIBOL. Puis un véritable front de guerre s’organise, composé de diverses représentations de salariés (fabriles principalement), d’étudiants et de paysans, l’église servant de porte-parole aux grévistes. En décembre, les fabriles entament une grève de la faim et le gouvernement finit par céder en acceptant le retour à l’exercice normal du droit syndical.

42Le contre offensive syndicale à Huanuni s’apparente par bien des côtés à la grève de la faim des femmes de mineurs qui amorce l’achèvement de la dictature de Banzer en 1978. Les mêmes droits sont exiges (amnistie, libertés démocratiques, droit syndical) ; les mêmes méthodes sont employées - avec succès (grève de la faim) ; l’Eglise sert de médiatrice ; les femmes de mineurs prennent part aux luttes... Mais surtout, dans les deux cas, c’est le même processus d’écroulement spectaculaire d’un régime de force qui s’opère. Parodiant Lénine, on peut affirmer que “ceux d’en haut” ne peuvent plus et “ceux d’en bas” ne veulent plus. Autrement dit, la coalition gouvernante connaît des divisions internes profondes et une action collective déclenchée à la base opère exactement à la manière d’un coin dans une souche de bois qui s’enfonce jusqu’à l’éclatement de celle-ci. Au départ, tant la grève de la faim des femmes de mineurs de 1977-1978 que la grève de Huanuni paraissent anodines. Mais elles agissent comme des catalyseurs. Et il suffit que les dictateurs, affaiblis et embarrassés, hésitent à employer la manière forte - on ne déloge pas les femmes de mineurs, et seule la police intervient à Huanuni - pour que le processus de la chute soit enclenché.

43Et 1982 ressemble à 1978. C’est la même séquence de réorganisation syndicale accélérée qui reprend. Quand Siles Zuazo occupe la présidence, il se trouve face à une COB mobilisée qui renouvelle ses exigences d’augmentation salariale et ses demandes de cogestion voire d’autogestion des grandes entreprises d’Etat. Encore une fois, la COB est non seulement en position d’influencer les politiques du gouvernement, mais encore de participer à celui-ci. Dans un contexte économique de crise profonde, et de crise politique non moins profonde - les maux précédemment décrits qui affligent l’exécutif et le Congrès continuent leur influence corrosive -, une fois de plus, l’action de la COB mine le gouvernement et hâte sa chute.

44Il faut cependant opérer une distinction claire entre, d’une part l’objectif politique de la centrale ouvrière qui consiste clairement à combattre la dictature et par conséquent à encourager les essais démocratiques, et d’autre part les effets non voulus de sa puissance dans le contexte politique bolivien de fragilisation de l’ensemble des gouvernements, dictatoriaux ou constitutionnels.

  • 12 Cf. El masacre de todos Santos, op.cit.

45Le rôle de la COB pendant les 15 jours du coup d’Etat de Natusch Busch montre bien cette place de premier pian dans la vie politique en même temps que l’ambigüité d’une organisation syndicale qui joue le rôle d’un parti ou tout au moins qui est traitée comme telle par les gouvernants. Au cours de ces journées tragiques, la résistance populaire se manifeste par une grève générale qui paralyse le pays pendant six jours, par des défilés et par des barricades, élevées dans les rues de La Paz. Pour en finir avec cette résistance, l’armée emploie les chars d’assaut et l’aviation, faisant plus de 500 victimes12. Mais en même temps, les responsables de la COB ne cessent de négocier avec l’armée, et à plusieurs reprises le colonel Natusch Busch offre à Lechin, en bloc, la cogestion ouvrière dans les entreprises d’Etat, les libertés syndicales, politiques et de la presse, et la prise en compte des options économiques de la COB pour affronter la crise.

46Pendant ces mêmes journées tragiques, le Congrès propose aussi à la COB de participer au gouvernement. Armée et Congrès l’ont donc à la confédération une offre qu’ils auraient faite à n’importe quelle organisation politique. Et celle-ci refuse au nom des intérêts qu’elle représente, de l’antimilitarisme de ses bases et même de leur anti-”officialisme” depuis l’expérience du co-gouvernement avec le MNR.

47En définitive, par sa puissance de mobilisation, la COB - capable d’imposer une grève générale de 6 jours ; prolongée encore de quelques jours par les mineurs - non seulement s’affirme comme un partenaire politique obligatoire mais encore elle provoque l’échec des putschistes. Dans cette mesure, à cette occasion bien précise, elle est la principale responsable de la continuité constitutionnelle.

Les luttes régionales des Cruceniens

48A partir de la fin du gouvernement du général Banzer, les comités civiques, organisations volontaires de défense des intérêts locaux, déclenchent des manifestations en série qui, elles aussi, mettent en péril les gouvernements. Et c’est le Comité civique de Santa Cruz qui conduit et avive les luttes civiques de la même manière que les mineurs donnent le ton des luttes ouvrières.

49La longue bataille que mènent les Crucéniens contre les gouvernements et contre les instances du département de La Paz pour empêcher que ne s’y installe une sucrerie qui viendrait concurrencer celles qui fonctionnent déjà à Santa Cruz illustre avec 61oquence leur capacité de mobilisation et leur poids politique. La portée de leur action est telle qu’ils imposent leur volonté au gouvernement de Lidia Gueiler (contre celle du Parlement), puis entraînent la chute de Garcia Meza et, par conséquent, hâtent le retour à un régime constitutionnel.

  • 13 Cf. Maria Teresa de Aguirre, The process of regional planning, an analysis of decision making proc (...)

50En 1975, la Corporation de développement de La Paz (CORDEPAZ) propose la création d’un complexe sucrier dans la province Iturralde, au Nord du département, en zone amazonienne, dans le but de favoriser le développement accéléré d’une zone pionnière sur la route en construction de La Paz à Trinidad, la capitale du Béni. Mais, jusqu’à la fin du gouvernement de Banzer, les diverses instances nationales de planification repoussent à plusieurs reprises la mise en exécution de la sucrerie13. Et c’est seulement à partir de la présidence de Lidia Gueiler que Santa Cruz doit mobiliser l’ensemble de ses troupes pour repousser l’initiative pacénienne, aussi centrerai-je mon analyse sur ce moment particulier.

51En décembre 1980, CORDEPAZ adresse au ministère de la Planification un projet révisé qui est considéré comme réalisable par les autorités du ministère. Pour ne pas heurter de front les représentants des intérêts crucéniens (les “sucriers” et le comité civique), le ministre de la Planification invite les parties en présence à une conférence nationale, à Trinidad, afin de débattre des problèmes du sucre en général et du projet de San Buenaventura en particulier.

52Quant à la Chambre des députés, elle approuve quasi unanimement, le 31 janvier, un texte de loi qui autorise CORDEPAZ à convoquer une nouvelle licitation pour la construction de la sucrerie et elle permet au Banco central de concéder des avals à la Corporation. Il reste cependant au texte à passer au Sénat, puis à revenir à la Chambre pour être définitivement entériné par le Congrès. Et pendant ce temps, la liste des institutions qui appuient le projet s’allonge de jour en jour jusqu’à inclure des représentations non départementales telles que celles des institutions civiques de Tanja, du Beni et du Pando.

53L’affaire semble donc entendue. Mais c’est mal connaître la détérmination crucénienne. Le Comité civique crucénien, après une réunion avec l’ensemble des organisations locales représentatives (chambres de commerce et d’industrie, d’agriculture, syndicats ouvriers) et les parlementaires départementaux appelle à une grève civique. Elle est unanimement suivie, et Santa Cruz est paralysée pendant 36 heures.

  • 14 Presencia, 7 février 1980.

54Tandis que la polémique bat son plein et que le ministre du Plan, qui voyage aux Etats-Unis, paraît avoir déserté le pays, la date de la réunion de Trinidad approche. Son maitre d’œuvre étant absent, la Centrale ouvrière de La Paz reprend à son compte l’organisation de la rencontre en accord avec la COD crucénienne. Si les centrales ouvrières prennent ainsi l’initiative, c’est au premier chef parce que, par-delà la querelle de San Buenaventura, se pose le problème autrement plus grave à leurs yeux de la survie du régime parlementaire. Des lors, on s’explique pourquoi les deux centrales départementales, bien qu’affichant des avis contraires sur l’installation de la sucrerie, décident ensemble “la suspension des pressions annoncées de part et d’autre” dans la mesure où elles l’ont le jeu des groupes qui obéissent à des “mobiles réactionnaires et à des menées subversives”14.

55La réunion débute donc finalement le 12 février, sous le haut patronage de la Centrale ouvrière bolivienne, qui en assure l’organisation. A première vue, les avis très opposés des deux départements paraissent s’être rapprochés : Santa Cruz accepte San Buenaventura s’il n’y a pas de compétition déloyale avec l’industrie du sucre déjà établie, et la COB s’engage à demander au pouvoir exécutif de proroger de trois mois la convocation d’une nouvelle licitation publique, soumise à la condition de la réalisation préalable d’une étude pour asseoir les bases d’une nouvelle politique sucrerie et d’une nouvelle composition de la Comisión nacional de la caña y del azúcar (CNECA), l’instance nationale qui régule tout le processus de production et de commercialisation du sucre. L’assemblée insiste aussi sur le fait que les terres de San Buenaventura concédées à des particuliers doivent être rétrocédées à l’Etat. Elle demande, en outre, que toutes les procédures, et notamment les licitations, soient effectuées en toute clarté. Le résultat le plus clair de cette rencontre étant un accord sur le report de la mise en chantier de la sucrerie, la Confédération des institutions civiques pacéniennes (CONCIPAZ) s’oppose avec véhémence aux résolutions de Trinidad et propose de conclure rapidement l’adjudication.

56Autrement dit, si les institutions pacéniennes sont pratiquement toutes favorables au projet, sous une forme ou sous une autre, il y a cependant une coupure politique nette entre les institutions civiques alliées aux parlementaires de droite (Phalange, ADN) et la COB appuyée par les députés de gauche. Cette dernière conteste les procédures, tente de débusquer les fraudes et cherche à isoler le petit groupe de ceux qui sont directement intéressés au projet par les bénéfices qu’ils en ont déjà tirés et escomptent encore en tirer.

57Et le gouvernement ? Il a perdu l’initiative à cause des maladresses du ministre du Plan. La présidente de la République tente, à son tour, de concilier les parties en organisant une réunion au sommet le 25 février. Mais les deux groupes sont aussi intransigeants fun que l’autre dans la Défense de leurs départements respectifs et la presse fait 6tat d’aigres discussions à “l’accent régionaliste marqué”. C’est donc un échec.

58Au Parlement, le débat n’est pas plus serein, loin s’en faut. Revenu du Sénat, le texte de loi concernant la sucrerie est finalement adopt6, le 26 février, après qu’un article eut été ajouté au texte initial : les terres concédées illégalement dans la province Iturralde seront rétrocédées à l’Etat. Les discussions donnent lieu à divers incidents : un échange de coups entre un député ADN de La Paz, ex-président de CORDEPAZ, grand promoteur du projet, ayant reçu des terres dans la zone de San Buenaventura, et un député communiste de La Paz ; et un discours peu amène, très chahuté, d’un député crucénien du MIR.

  • 15 Ce fut sans nul doute le débat le plus agité de la présidence de Lidia Gueiler.

59Mais l’ensemble des députés de La Paz, toutes tendances confondues, approuve finalement le texte de loi, tandis que tous ceux de Santa Cruz s’y opposent en bloc. Tous les partis politiques, y compris des partis de gauche comme le MIR, se divisent donc sur cette question. Et, finalement, les députés crucéniens se retrouvent complètement isolés face au reste de l’assemblée qui s’est alignée derrière La Paz15. Mais ne se déclarant pas battus pour autant, ils déclenchent une procédure d’annulation de la loi en invoquant des vices de procédure. Par ailleurs, le gouvernement, peu pressé maintenant de rendre la loi exécutoire, dénonce les graves irrégularités dont CORDEPAZ s’est rendu jusque-là coupable, notamment en matière de licitation, et demande à la Contraloria de la República d’instruire une enquête à ce sujet.

60Comme le gouvernement ne promulgue pas la loi dans les délais prescrits (10 jours après son adoption définitive par la Chambre des députés), c’est le Congrès qui, en vertu d’une disposition constitutionnelle, la promulgue définitivement, le 28 mars 1980, après avoir été sollicité de le faire par les institutions civiques pacéniennes.

61Bien évidemment, les Crucéniens ne restent pas inactifs. Après le vote du 26 février, le Comite pro-Santa Cruz tient une première assemblée extraordinaire pendant laquelle il demande spectaculairement aux parlementaires crucéniens de se retirer du Congrès. Puis, après la promulgation du 28 mars, il décide une nouvelle série de mesures d’intimidation : l’abstention du département aux prochaines élections, une grève totale des activités, la fermeture de l’oléoduc qui approvisionne le reste du pays, la rétention des impôts collectés à Santa Cruz.

62Le gouvernement, visiblement très préoccupé par les effets déstabilisateurs de telles initiatives dans un contexte politique et social déjà très troublé, consacre son conseil des ministres du 28 avril à traiter du dossier. Il décide que toutes les démarches susceptibles de modifier la situation présente de l’agro-industrie sucrière nationale sont gelées. La mise en œuvre de San Buenaventura est donc reportée.

  • 16 Ce comité fut crée le 5 mars 1980 à l’initiative de la COB, du Parti démocrate chrétien (PDC) et d (...)

63C’est au tour de La Paz de protester. Mais les réactions pacéniennes sont timides en regard de la détermination crucénienne. En fait, les organisations civiques sont pratiquement les seules à réagir, tandis que les responsables de la COB comme ceux du Comite de défense de la démocratie16 qui vient d’être créé condamnent les campagnes civiques lancées aussi bien à La Paz qu’à Santa Cruz, patronnées par les parus de droite : selon eux, leur seul but est de favoriser le retour à la dictature. Le Comite de défense de la démocratie qualifie d’ailleurs le blocus des inscriptions sur les registres électoraux d’actes séditieux anticonstitutionnels et de menace pour l’intégrité nationale.

  • 17 Guillermo Capobianco, Santa Cruz : nueva realidad historico-política en la Bolivia continental, Li (...)

64Santa Cruz réussit donc finalement à préserver ses intérêts. Essentiellement pour deux raisons. En premier lieu parce que, comme l’indique le député du MIR, Guillermo Capobianco, les divers représentants de la région crucénienne travaillent en coordination avec le gouvernement et réussissent ainsi à “engendrer les conditions pour ouvrir un débat national à propos de ce problème”17. Et en second lieu parce que toutes les institutions représentatives de la région parlent d’une seule voix sur ce problème et réussissent, au nom du régionalisme, à mobiliser de larges fractions de la population, rendant ainsi efficaces les diverses pressions exercées à l’encontre du projet de San Buenaventura.

65En regard du problème de l’instabilité, cette phase si riche en événements montre bien comment, dans une situation où le gouvernement, pressé par l’armée, a beaucoup de mal à tenir la barre de l’Etat, une affaire régionale, somme toute mineure, peut se convertir en problème national. Les concurrents régionaux sont arrivés à mobiliser des notables, des grappes de groupements divers (principalement professionnels et civiques), la presse régionale et par moments de larges franges de la population. La carence gouvernementale, ses décisions malheureuses et même contradictoires, son absence d’autorité ont laissa le champ libre à trois types de représentants qui se réclament de la 1égitimité nationale républicaine. Chacune de ces représentation a joué son rôle propre, réuni ses assemblées, fabriqué ses décisions et tenté de forcer la main d’un pouvoir exécutif chancelant qui, par ses maladresses, s’est mis lui-même en situation difficile, et a finalement contribué à son déclin.

66On voit bien aussi que dans un tel contexte, le gagnant est celui qui est capable de mobiliser les plus gros bataillons tout en faisant monter au plus haut les enchères. Gouvernement, Parlement et COB capitulent quand Santa Cruz se met en quelque sorte hors jeu de la République en entravant les élections. Mais il est vrai que l’orage putschiste est chaque jour plus menaçant et que, finalement, le cinquième acteur qu’est l’armée interfère lui aussi dans ce jeu sans y intervenir directement, en ce qu’il est précisément l’ennemi numéro un du gouvernement, du Parlement et de la COB. Autrement dit, comme le soutient la COB depuis plusieurs mois, la mobilisation régionaliste sert effectivement les militaires en ruinant et en discréditant les pouvoirs civils nationaux.

67Mais le “feuilleton” ne s’arrête pas là. Quand Garcia Meza arrive au pouvoir, il apparaît assez vite qu’il entend se fabriquer une clientèle pacénienne en autorisant la construction de la sucrerie ; une manière de faire oublier les épreuves que la capitale a subies pendant et après le coup d’Etat. Il compte sur le président du Comité civique pro-Santa Cruz pour convaincre les Crucéniens d’accepter San Buenaventura. Mais celui-ci échoue dans sa tentative. Et finalement par une suite de maladresses, le gouvernement réveille le régionalisme crucénien au point que même les phalangistes, pourtant nommés interventores dans les divers gremios crucéniens, seuls politiciens bénéficiaires du régime, se tournent contre lui.

68Cependant le général persiste dans son dessein. Le 1er juillet, l’entreprise française Fives-Cails-Babcock gagne l’adjudication de la sucrerie (45 744 millions de dollars) et le 14 juillet, date des fêtes anniversaires de San Buenaventura, Garcia Meza signe sur place le décret autorisant sa construction. Liesse à La Paz. Consternation et colère à Santa Cruz. Le comité civique crucénien, fort de l’appui des institutions et de la presse locales, décide rapidement d’une grève générale départementale pour le 21 juillet. Pour la première fois dans l’histoire du pays, un département tout entier paralyse ses activités pendant 24 heures. Et la presse nationale ne s’y trompe pas qui analyse cette grève non seulement comme une manifestation de refus du projet de San Buenaventura, mais comme un défi populaire au gouvernement de Garcia Meza. Car c’est bien en effet toute la population crucénienne qui s’unit à cette occasion sans se laisser intimider par les régiments venus renforcer la garnison locale. En somme, cette protestation de toute une région est aussi une manifestation antidictatoriale.

  • 18 Ibid.

69Il n’est pas étonnant, dans ces conditions, que les officiers qui cherchent à abattre le général-président trouvent sur place un terrain favorable à leurs menées putschistes. Le 3 août, les généraux Natusch Busch et Añez Rivero entrent en sédition, occupent la ville, et exigent la démission de Garcia Meza. Ils sont suivis par la totalité des régiments stationnés dans la partie orientale du pays ainsi que par ceux de Tupiza et de Potosi. Et ils reçoivent des appuis civils de tous bords :”I1 y eut une ample convergence sociale. Les organisations de travailleurs de tous les secteurs d’activités ainsi que les syndicats paysans se prononcèrent ouvertement en faveur des objectifs du soulèvement militaire. L’ampliado de la COB fonctionna librement et intensément pendant toutes ces journées et finalement il y eut un accord politique tacite : un large spectre de partis politiques, la phalange socialiste bolivienne, l’ADN du général Hugo Banzer, le MNR de Paz Estenssoro, la démocratie chrétienne, les partis de la UDP, le MIR et certains groupes du PS1, établirent des mécanismes de coordination, des trêves politiques et arrivèrent même à des ententes pour affronter ensemble la situation...”18. L’appui local est si “massif et écrasant” que, selon Guillermo Capobianco, Santa Cruz connaît alors le “consensus le plus marquant” de son histoire.

70La tentative de coup d’Etat n’est qu’une demi-réussite, la junte des commandants réussissant à garder le contrôle des puissantes garnisons de La Paz et empêchant tout mouvement d’appui populaire aux mutins dans cette même ville. Mais Garcia Meza reçoit un coup mortel. Un mois plus tard, le 4 septembre, à la suite d’une réunion des commandants des trois armes, le général Torrelio est nommé président de la République.

71Le nouveau président fait son possible pour amadouer les Crucéniens, mais ceux-ci, unis par leur lutte contre la dictature militaire, réclament maintenant avec véhémence le retour à la démocratie. Le 10 juillet 1982, le CPSC lance au gouvernement un ultimatum de 10 jours pour qu’il adopte les mesures nécessaires au retour à un régime constitutionnel, en le menaçant de grève générale, de barrages routiers, de blocage des approvisionnements en gaz et en pétrole, etc. Non seulement il exige le retour des civils à la tête du pays, mais il réclame aussi une véritable décentralisation administrative et propose un ensemble de mesures économiques dont la pièce centrale est la privatisation des entreprises d’Etat. Echo des aspirations populaires qui entendent en finir avec la dictature, le CPSC reprend donc en même temps le discours de la ndo-oligarchie locale attachée à une politique économique libérale. Et il signifie que Santa Cruz, tout en liant son nom à la lutte pour la décentralisation, entend jouer un rôle moteur dans la vie politique nationale. Il envoie d’ailleurs des émissaires dans les autres départements du pays et l’injonction-résolution crucénienne est approuvée par les comités civiques de La Paz, Tarija, Cochabamba et Potosi.

72Une semaine plus tard, Torrelio renonce à la présidence et, le 21 juillet, c’est le général Vildoso qui s’installe à sa place. Les événements se précipitent alors qui aboutissent le 10 octobre au retrait définitif des militaires. Santa Cruz prend encore une fois la tête de la bataille. Du 4 au 10 aout, le CPSC organise et finance, à Sucre, un congrès national des institutions civiques - le premier - qui termine ses travaux en menaçant le gouvernement d’une “grève civique” nationale si on ne revient pas rapidement à un Etat de droit avec un gouvernement légitime. Puis, le 7 septembre, il paralyse Santa Cruz, toujours avec le même objectif. Le 13 septembre, c’est au tour des comités civiques de Cochabamba, Potosi, Sucre et Tarija, d’organiser des grèves civiques ou se mêlent la Défense d’intérêts régionaux et la revendication démocratique.

73Ces diverses manifestations civiques s’engrènent avec celles de la COB et de ses filiales qui, elles aussi, mêlent la Défense des intérêts salariaux de leurs membres à la bataille pour la démocratie. Et on assiste en fait à une sorte de surenchère entre les deux instances de mobilisation, régionale et syndicale, chacune se disputant le bénéfice de la mobilisation populaire. L’ensemble produit un effet de masse considérable et finalement, le 16 septembre, après que la COB eut décidé d’une grève générale nationale pour le lendemain, le gouvernement de Vildoso annonça sa décision de céder le pouvoir aux élus de 1980.

74Comment expliquer l’engouement démocratique inattendu du CPSC crucénien et de la néo-oligarchie locale dont il se fait l’interprète ? Il y a de quoi, en effet, être surpris. N’ont-ils pas été les ardents promoteurs de Banzer quelques années plus tét ? En premier lieu, rappelons que I’intermède démocratique n’a pas si mal fonctionné pour Santa Cruz qui a pu préserver ses intérêts essentiels. En second lieu, nous l’avons vu, Garcia Meza n’est pas Banzer, originaire de l’Altiplano, il dédaigne Santa Cruz. Les deux hommes d’ailleurs n’arrivent pas à s’entendre. Enfin, l’économie du pays part à la dérive dans un contexte international hostile au pays. D’où la conclusion tirée par les patrons crucéniens : pour que les affaires redémarrent, les militaires doivent partir ; il sera toujours plus facile de manœuvrer au mieux des intérêts locaux dans un régime démocratique, décentralisé de surcroît.

75Il est temps maintenant de réorganiser l’ensemble des facteurs qui produisent l’instabilité et l’ont de la Bolivie, pendant ces quatre dernières années, une sorte de pandémonium, ou les cas de figures politiques transitoires et invivables se succèdent à vitesse accélérée il est d’abord patent que la pays connait une crise profonde de son système de représentation politique que l’on peut cerner à l’aide de plusieurs indicateurs. Les partis politiques se multiplient. Ils sont faits de noyaux de militants places sous la tutelle d’un patron auquel ils sont liés par des relations clientélistes. Ces noyaux ont pour beaucoup un très faible ancrage populaire. Et seuls quelques-uns des caudillos, jefes, et autres maestros ou doctores, figures de proue des parus, ont une audience nationale. Celle-ci repose non sur l’activité militante des membres du parti, mais sur l’ascendant du chef, et ne se manifeste qu’épisodiquement au moment du vote. La guerre des chefs et la factionnalisation au sein du MNR sont à l’origine de cette configuration qui accentue ses traits des années 1950 aux années 1970.

76La multiplication des partis, leurs maigres assises militantes, mais aussi leur spécialisation dans la Défense d’intérêts sectaires, produisent un ensemble de députés et de sénateurs dont les alliances sont changeantes, à la fois peu responsables quand il s’agit de traiter des grands problèmes nationaux, et très résolus dans la promotion et la défense des intérêts de leur entourage immédiat.

77La crise de représentation est encore aggravée par la nature même du système de représentation qui accumule les obstacles à l’apparition d’une majorité gouvernementale cohérente : l’existence d’un seul tour aux élections présidentielles et l’élection du président par le Congrès en cas de non-majorité absolue conduit presque inévitablement à une cacophonie entre les deux pouvoirs exécutif et législatif, et à l’entretien d’une fronde continuelle qui fait obstacle à toute politique suivie. Dans un tel désordre représentatif, d’autres organisations que les partis expriment les vœux du gros de la population, l’encadrent et la mobilisent : principalement les syndicats mêmes par la FSTMB et, à un moindre degré, les comités civiques menés par Santa Cruz. Et ces organisations l’ont continuellement pression sur les gouvernements civils au point non seulement de leur faire adopter des décisions conformes à leurs vœux, mais encore de provoquer leur chute s’ils sont trop rétifs.

78Pour arriver à leurs fins, elles se lancent en effet dans de grandes démonstrations de force (grèves, manifestations, blocages routiers, etc.) auxquelles les gouvernements sont obligés de céder, dans des délais plus ou moins longs, à moins bien sur qu’ils ne répondent par la répression.

Manifestations ouvrières et civiques (17 juillet - 16 septembre 1982).

Manifestations ouvrières et civiques (17 juillet - 16 septembre 1982).

79C'est que la crise de représentation se double d'une crise de gouvernement. Les difficultés internes au groupe gouvernant en sont bien sûr la manifestation première. Mais elles sont aggravées par l'impossibilité de compter sur des appareils administratif et coercitif dévoués et obéissants. En effet, l'administration est divisée en secteurs plus ou moins organisés, chapeautés ou patronnés par telle ou telle faction partisane, ou féodalité de quelque leader régional. Quant à l'armée, elle est la grande rivale des gouvernants civils en place. On ne peut donc compter sur elle. Les gouvernements et le Congrès semblent donc flotter au-dessus du pays auquel ils tiennent seulement par quelques amarres plus ou moins solides ; un pays qu'ils ne représentent ni n'administrent ou contrôlent.

80Venons-en à l’armée. Dans un tel contexte politique, elle a plusieurs raisons de sortir des coulisses dans lesquelles le respect de la Constitution l’oblige à se maintenir. D’une part, elle ne peut que constater l’impuissance des civils à gouverner. D’autre part, le jugement de responsabilité intente à Banzer et à ses ex collaborateurs est ressenti comme une offense à l’institution toute entière. Le jeu complexe des intérêts, des promotions et des convictions, développé dans le chapitre précédent, fait qu’il y a des groupes d’officiers décidés au coup d’Etat, qui ne peuvent que bénéficier de cette conjoncture. Enfin, les politiciens civils viennent sonner à la porte des casernes. Si bien qu’au bout du compte, le camp des officiers constitutionnalistes n’est plus en mesure de s’opposer aux putschistes.

81Il reste à expliquer pourquoi les militaires au gouvernement sont aussi impuissants que les civils. Il est évident qu’ils sont confrontés encore plus gravement que les civils au problème de la représentativité. Quand ils reprennent le pouvoir en 1980, ils ne représentent qu’une fraction de l’armée et quelques groupes civils de paramilitaires et de phalangistes qu’ils ont du mal à contrôler. A l’égard des syndicats, ils sont conduits à la répression. Et les comités civiques leur échappent aussi. Dans ces conditions, les officiers constitutionnalistes redeviennent dominants au sein de l’armée et, alliés à l’ensemble des forces civiles, partis, syndicats et comités civiques, ils réussissent par des coups d’Etat successifs à faire en sorte que le pouvoir revienne aux civils.

82Il faut ajouter que les pressions extérieures, notamment des Etats-Unis et des pays du bloc occidental, qui condamnent tous le régime de Garcia Meza et prennent des sanctions économiques à son égard, hâtent aussi le départ du dernier carré des militaires.

83Terminons ce chapitre par une constatation. A partir du moment où les militaires reprennent les rênes du gouvernement en 1964, et à l’occasion de chacun des gouvernements militaires, il devient clair que, le MNR étant éclaté en factions, il n’existe plus dans le pays que trois secteurs organisés. Deux sont d’envergure nationale, l’armée et les syndicats regroupés dans la COB. Et le troisième, uniquement régional, est constitué par les comités civiques. La force de l’armée repose à la fois sur sa discipline interne et sa capacité de feu, en bref sur le fait qu’elle est conçue pour combattre. Tandis que celle des deux autres organisations tient à leur capacité de mobilisation et d’encadrement populaires. Pendant tous ces gouvernements, excepté en 1981 et 1982, la vie politique bolivienne se résume en une sorte de bras de fer entre les syndicats, principalement ceux des mineurs, et l’armée. Dans la plupart des cas, l’armée n’arrive à se maintenir qu’en pratiquant une féroce répression. Mais les syndicats s’engouffrent dans la moindre brèche que laisse subsister le système répressif, se réorganisent rapidement dès qu’ils en ont la possibilité et hâtent la chute des régimes militaires. Et seuls les comités civiques, au nom de la défense des intérêts régionaux, viennent de temps à autre troubler ce mano a mano, soit en faveur des militaires (Banzer, 1971 ; Pereda, 1978), soit contre eux (Garcia Meza, Torrelio, Vildoso, 1981-1982).

84En période de gouvernements civils, les trois secteurs organisés continuent leur propre jeu. Les partis, majoritairement clientélistes, n’arrivent jamais à casser les organisations sectorielles civiques. Et les gouvernements, faits de coalitions partisanes fragiles, ne parviennent pas à mettre l’armée au pas.

Notes

1 Banzer s’était fait fort de résoudre le problème de la “méditerranéité” bolivienne. En 1975 il rencontra Pinochet dans la localité frontière de Charana et reprit les relations diplomatiques avec le Chili. Mais les propositions chiliennes ne satisfirent pas une partie de l’armée et l’intervention du Péirou - qui devait être obligatoirement consulté selon un traité de 1929 -compliqua encore la situation. En mars 1978 la Bolivie rompit à nouveau ses relations diplomatiques avec le Chili.

2 Marcelo Céspedes, Los Bolivianos, estamos maduros para la democracia ?, La Paz, Cruz, 1982, p. 65.

3 Ibid., p.63.

4 Cf. Irving Alcaraz, Elprisionero del palacio. La Paz, Amerindia, 1983.

5 Cf. German Vargas Martinez, Responsabilidad, juicio o sainete ?, La Paz, Moxos, 1982.

6 Cf. Marcela Quiroga Santa Cruz, Bolivia recupera la palabra : juicio a la dictadura. La Paz, MEP, 1982.

7 Il est assassiné le 17 juillet 1980, au moment du coup d’Etat de Garcia Meza.

8 Cf. La masacre de todos sanios, La Paz, Asamblea permanente de derechos humanos, janvier 1980.

9 Juan del Granado, Artemio Camargo, el hombre, el païs, su clase y su partido. La Paz, Papiro, 1983, p. 177.

10 Cf. Yvon Le Bot, “Le mouvement syndical bolivien a la croisee des chemins (1978-1980), problèmes d’Amérique Latine, 62 1981.

11 Genaro Flores, le leader paysan aymara, devient même momentanément secrétaire exécutif de la COB.

12 Cf. El masacre de todos Santos, op.cit.

13 Cf. Maria Teresa de Aguirre, The process of regional planning, an analysis of decision making process regarding public Investment allocation in Bolivia, Master of development Studies, La Hague, Institute of Social Studies, avril 1981.

14 Presencia, 7 février 1980.

15 Ce fut sans nul doute le débat le plus agité de la présidence de Lidia Gueiler.

16 Ce comité fut crée le 5 mars 1980 à l’initiative de la COB, du Parti démocrate chrétien (PDC) et de la UDP. D’autres partis et des organisations humanitaires s’y joignirent par la suite.

17 Guillermo Capobianco, Santa Cruz : nueva realidad historico-política en la Bolivia continental, Lima, ronéo, janvier 1982.

18 Ibid.

Table des illustrations

Titre Résultats comparés des principaux fronts électoraux en 1978, 1979 et 1980
Légende Sources : - J.P. Lavaud, “La démocratie entrevue”, Problèmes d’Amérique Latine, n° 54, décembre 1979.J.P. Lavaud, “Le retour des militaires” Problèmes d’Amérique Latine, n° 62, 4ème trimestre 1981.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1043/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Titre Distribution des sièges au congrès en 1979 et en 1980
Légende Source : J.P. Lavaud, “Le retour des militaires”, op. cit.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1043/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Bolivie : principaux indicateurs économiques
Légende Source : Rapport de la CEPAL, 1982.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1043/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 547k
Titre Manifestations ouvrières et civiques (17 juillet - 16 septembre 1982).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1043/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 855k

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable