Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'instabilité politique de l'Amérique latine

 | 
Jean-Pierre Lavaud

Première partie. Les cycles de l'instabilité

Chapitre II. Les présidents en uniforme

Texte intégral

1Voici donc les militaires à la tête du pays. Pour longtemps : 18 années, ponctuées, il est vrai, par de brèves interruptions civiles (les présidences de Luis Adolfo Siles Salinas, du 27 avril 1969 au 26 septembre 1969, de Walter Guevara Arze, du 8 août 1979 au 1er novembre 1979, et de Lidia Gueiler Tejada du 16 novembre 1979 au 17 juillet 1980), d’une durée totale de 16 mois. Ces 18 années sont marquées par des successions de coups d’Etat réussis ou manqués, qui en font une période particulièrement instable pendant laquelle se succèdent 17 présidences, sans compter les présidences éphémères de quelques heures. Et l’instabilité politique est étroitement liée à une instabilité sociale qui s’exprime par de très nombreuses grèves et manifestations, aussi bien dans le monde du travail que dans les régions.

  • 1 Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, t. 2, Paris, Garnier Flammarion, p. 331.

2Comment analyser cette instabilité des gouvernements militaires et l’instabilité sociale qui lui est corrélée ? Doit-on s’intéresser au premier chef à la société des civils ou bien à la Corporation des militaires ? On connaît à ce sujet la célèbre formule de Tocqueville : “Ce n’est pas dans l’armée que l’on peut rencontrer le remède aux vices de l’armée, mais dans le pays”1. En tirer la conséquence que les causes des coups d’Etat sont à rechercher uniquement auprès des civils serait mal comprendre la pensée d’un auteur dont un des soucis majeurs est de cerner les périls que les armées font courir aux démocraties. Dans ce but, Tocqueville, loin de négliger l’analyse de l’institution militaire, s’attache au contraire à construire le type des armées des pays démocratiques par opposition à celui des sociétés aristocratiques, c’est-à-dire à faire correspondre un type d’armée à un type de régime social et politique.

3Le recrutement social des officiers est une des variables fondamentales de ce schéma d’analyse. En effet, selon Tocqueville, ce qui caractérise principalement les armées des pays démocratiques, c’est : a) que les officiers y sont recrutés dans toutes les couches sociales et que le simple soldat peut devenir officier. Au contraire, dans les pays aristocratiques, l’officier est obligatoirement noble tandis que le roturier reste soldat.

  • 2 Ibid., p. 327.
  • 3 Ibid.

4b) Partant, le rang de l’officier dans la société démocratique dépend de son rang dans l’armée : “il ne peut attendre de considération que de ses honneurs militaires”2. En conséquence, “au sein des armées démocratiques, le désir d’avancer est presque universel, il est ardent, tenace, continuel ; il s’accroit de tous les autres désirs et ne s’éteint qu’avec la vie”3. Les officiers ambitieux souhaitent donc la guerre qui permet de passer outre la règle d’ancienneté, et la révolution qui donne l’influence politique. Si l’on doit retenir une leçon de Tocqueville, c’est finalement celle d’une dialectique société/armée. Appliquer son schéma d’analyse à la société bolivienne revient, en conséquence à préciser à quel type cette société appartient, à marquer ce qui en fait la spécificité, puis ensuite à analyser la position sociale des officiers et leurs opportunités de mobilité sociale. On ne peut donc faire l’économie d’une analyse de l’institution armée.

  • 4 Manfred Kossok, “Posibilidades y limitaciones del cambio de la función política y social de las fu (...)

5La société bolivienne post-révolutionnaire n’est pas une aristocratie. Et bien qu’elle se soit donne une constitution démocratique, elle ne fonctionne pas comme une démocratie. Même si ses dirigeants sont é1us au suffrage universel, ils le sont le plus souvent par un électorat pour partie captif et dans une atmosphère de fraudes et de violences ; la liberté de suffrage n’y est donc guère respectée, pas plus que les autres libertés démocratiques. Suivant en cela Huntington, on peut la qualifier de société prétorienne de masse. Les prolétaires et les paysans indiens organisés font, en effet, irruption sur la scène politique en 1952. La politisation y descend donc du plus haut jusqu’au plus bas de l’échelle sociale. Tous les groupes sociaux organisés se dédient à la politique ; ils ne se préoccupent pas seulement des problèmes qui les concernent au premier chef mais aussi de tous ceux qui affectent la société dans sa totalité. Les syndicats, les associations professionnelles, les universités, le clergé même, tout comme la police et l’armée sont politisés. La période des gouvernements du MNR fournit l’éclatante illustration des désordres qu’une telle situation peut produire en l’absence de normes communement acceptées pour régler les principaux conflits sociaux et politiques. Et il est logique que, dans une société troublée et politisée, les groupes organisés qui disposent des troupes armées les plus nombreuses et les mieux équipées, et a fortiori ceux qui se sont spécialisés dans le métier des armes, pèsent lourdement sur le destin politique. Comme le dit Manfred Kossok, “l’indépendance relative et l’importance des forces armées comme facteur politique augmente proportionnellement à l’immaturité ou à l’instabilité des relations de classe et de la situation sociale en général”4. En situation d’instabilité sociale, on ne peut donc comprendre les soubresauts politiques et les enchaînements rapides de gouvernements sans porter un regard très attentif sur l’armée et ses officiers.

6Est-ce à dire que les civils n’interviennent pas dans les coups d’Etat ou que leur présence est négligeable ? Peut-on se contenter d’une interprétation strictement institutionnelle des coups d’Etat militaires ? Peut-on faire l’économie de replacer le corps des officiers dans le contexte social dans lequel ils vivent et envisager les coups d’Etat sous le seul angle des querelles institutionnelles ? Certainement pas. Je me propose au contraire de montrer quelles sont les limites d’une telle analyse, sans toutefois en mésestimer la portée.

Ressources militaires et coups d’Etat

7A l’égal des autres organisations, l’armée peut être analysée comme un ensemble social clos constitué d’un corps professionnel unique assurant sa propre organisation, son propre recrutement et la socialisation de ses membres. Mais l’adoption d’une telle démarche ne préjuge en rien des influences extérieures que subit cette organisation. Dans l’esprit de Tocqueville, il va de soi que l’organisation étant inscrite dans un contexte social plus large, sa taille, son budget, au même titre que ses normes de fonctionnement et ses valeurs résultent de son interaction avec la société des civils. Et s’il est une donnée qui ressort nettement de l’expérience movimientista, c’est bien, en effet, celle d’une dépendance entre les caractéristiques de l’armée, la mobilisation sociale et les décisions gouvernementales : après avoir été affaiblie et bouleversée par la mobilisation révolutionnaire, elle est renflouée puis renforcée par les gouvernements successifs. Autrement dit, si l’armée peut être analysée comme un système clos, cela ne signifie pas qu’elle en est un ; elle est au contraire ouverte aux influences de son environnement politico-social national et même international.

8Il ne faudrait pas pour autant substituer à l’image de la fermeture celle d’une trop grande ouverture. L’armée n’est pas non plus comparable à un buvard absorbant les messages et les influences extérieures sans réactions propres. La conduite des officiers à l’époque du MNR nous en fournit une preuve. En effet nombre d’entre eux ne s’affilient tactiquement au parti que pour mieux réconstruire l’armée dans son dos. Mais la démonstration la plus éclairante, c’est bien qu’à un moment l’armée prend le pouvoir pour elle-même, pesant à son tour d’un poids décisif sur l’environnement dans lequel elle s’inscrit jusqu’à s’infiltrer partout ou les forces dont elle dispose le lui permettent.

9Finalement, analyser les caractéristiques de l’organisation armée, et leur évolution, revient à fournir les indices de l’état des relations qu’entretient l’armée avec son environnement civil.

  • 5 W.H. Brill, Military Civic Action in Bolivia, Ph.D, University of Pennsylvania, 1965 ; Charles D. (...)

10Depuis 1963, année de création de la Fuerza fluvial y lacustre, plus tard appelée Fuerza naval, l’armée bolivienne compte trois forces : l’armée de terre (Ejército), l’armée de l’air (Fuerza aireà) et la marine. C’est l’armée de terre qui compte les effectifs les plus nombreux : 17 000 hommes à la fin des ann6es 70, contre 4 000 dans l’aviation et 1 500 dans la marine. En réalité, ces chiffres sont des approximations et ils divergent d’une source à l’autre pour une période donnée5.

11Une partie de ces écarts s’explique par les difficultés de la conscription en Bolivie. Le service militaire est obligatoire depuis 1907 ; sa durée est fixée à deux ans. Mais il y a diverses exceptions à cette règle. Les bacheliers y échappent très souvent. Les conscrits sont, dans leur très large majorité, d’origine rurale et ils sont incorporés pour une durée relativement plus courte que les deux années fixées par la loi, faute d’un budget suffisant. Les effectifs de l’armée varient donc selon les périodes de l’année, en fonction des vagues de conscription et des disponibilités budgétaires.

  • 6 Cf. World military expenditures, Washington : United States arms control and disarmament agency (1 (...)

12Cependant diverses sources font apparaître leur augmentation continue : ils passent d’environ 17 000 hommes au début des années 60, à plus de 27 000 en 19836.

13S’il est difficile d’appr6cier le nombre des soldats puisqu’il varie constamment, l’estimation du nombre des officiers paraît, au premier abord, plus aisée. Mais, là encore, les décomptes statistiques font défaut. Et nous devons nous contenter de quelques chiffres glanés çà et la dans les journaux ou dans des revues spécialisées.

14Les promotions de sortie du Collège militaire Gualberto Villaroel, qui n’atteignent pas la vingtaine d’hommes à la fin des années 50, dépassent la centaine au tournant des années 60 -70. Mais pour avoir la mesure exacte des promotions de jeunes officiers, il faudrait ajouter à ces sous-lieutenants ceux qui sont formés par le Collège militaire d’aviation et la Escuela naval. Or, ces chiffres ne sont pas disponibles et la seule information dont on soit sur, c’est que, à l’instar des sous-lieutenants de l’armée de terre, ils sont de plus en plus nombreux au fil des ans.

15Combien l’armée bolivienne compte-t-elle donc d’officiers ? A la suite d’un dénombrement effectué à partir de la Orden general del Ejircito n° 5 de 1983, on arrive à un total de 2 420 officiers de l’armée de terre en service actif. Pour cette même année, l’estimation de 4 000 officiers - retenue après divers témoignages - me paraît donc à peu près convaincante. Entre les années 50 pendant lesquelles le nombre des officiers est volontairement réduit et le début des années 80, le corps des officiers a donc plus que doublé. Il s’est surtout accru spectaculairement pendant la décennie 1960-70, principalement après que l’armée se fut à nouveau installée au pouvoir. Mais il est vrai que le mouvement avait largement été amorcé pendant la séconde et la troisième présidences de Paz Estenssoro.

  • 7 Cf. David Wood, Armed forces in Central and South America, Londres, Adelphi Papers, 1967.

16La comparaison des effectifs militaires boliviens, calculés en pourcentage de la population nationale, avec ceux des pays voisins - démarche hasardeuse vu l’approximation des données de base - montre que, pour l’année 1966 la Bolivie se situe dans la moyenne : plutôt dans la moyenne basse. Avec un pourcentage de 0,4, elle est comprise entre le Brésil et le Mexique d’un côté (0,2) et Cuba de l’autre (1,6). Et si l’on excepte le Brésil, elle compte plutôt moins de militaires relativement à sa population que l’ensemble de ses voisins immédiats7.

17Mais l’indicateur effectifs de l’armée/population du pays est assez grossier et s’en tenir à lui revient même à cacher l’essentiel de l’évolution de l’armée bolivienne. En effet, si l’on suit la statistique de la United States Arms Control and Disarmament Agency les effectifs ne varient guère de 1960 à 1970 alors que, pendant cette même période, la population du pays s’accroit. La part relative des militaires relativement aux civils diminue donc légèrement et l’armée parait s’affaiblir. En réalité, c’est le moment ou le nombre des officiers croit le plus vite, ou l’armée acquiert de nouvelles compétences techniques, achète de l’armément, en bref devient beaucoup plus puissante.

18Retenons tout de même que chaque arrivée d’un gouvernement militaire à la fois militariste, c’est-à-dire soucieux de renforcer l’institution armée, et répressif, entraîne par voie de conséquence une augmentation soit du recrutement des officiers (c’est le cas en 1964 et en 1969 quand pour la première fois, l’effectif des sous-lieutenants de l’armée de terre sortis du Collège militaire dépasse la centaine), soit des effectifs d’appelés : ils font un bond à l’arrivée de Banzer en 1972-73, et pendant la dictature de Garcia Meza de 1980 à 1982.

  • 8 Alexis de Tocqueville, op.cit., p. 330-331.
  • 9 Robert D. Putnam, “Toward explaining military intervention in Làtin America”, World politicsx 20, (...)
  • 10 Alfred Stepan, Brasil : los militares y la politica, Buenos Aires, Amorrortu, 1974, 1ère partie, c (...)

19Pour Tocqueville, une armée nombreuse représente un danger grave pour un pays démocratique “parce que le nombre des ambitions s’y accroit toujours exactement dans le même rapport que l’armée elle-même”8. Forts de cette proposition, d’aucuns se sont essayés à lier mécaniquement coups d’Etat, ou plutôt propension au coup d’Etat et effectifs militaires. Mais Putnam,9 puis Stépan,10 ont bien montré que l’hypothèse de ce lien était erronée : il ne suffit pas que l’armée soit nombreuse pour être portée au coup d’Etat et, à l’inverse, une poignée d’hommes peut tenter l’aventure comme ce fut le cas au Togo (200 hommes) peu après qu’il eut accédé à l’indépendance.

20Cela ne signifie pas que l’idée de Tocqueville est erronée. Mais il faut la replacer dans le contexte ou elle s’applique, celui des pays démocratiques, où la démocratie fonctionne, si l’on peut dire. Or la Bolivie n’a jamais véritablement appartenu à cet ensemble. Et tous les coups d’Etat n’ont pas pour effet de chasser des gouvernements civils, beaucoup sont dirigés contre des gouvernements militaires. On se trouve alors dans des conditions distinctes de celles qui ont été posées par Tocqueville ou la considération de la taille de l’armée n’a plus grand sens pour expliquer les turbulences militaires.

21En outre, il est évident que dans le cas des pays communistes, ou les militaires sont nombreux, mais les coups d’Etat rares voire inexistants, cette hypothèse se révèle décevante.

22Considérons maintenant le budget de l’armée. Après le creux historique de l’année 1957, il augmente aussi bien en valeur absolue qu’en pourcentage de l’ensemble du budget national. Les sauts budgétaires les plus marquants coincident avec les trois coups d’Etat de Barrientos (1964-1965), Banzer (1972) et Garcia Meza (1980-1981). Ce sont précisement les trois moments ou nous avons déjà constaté un effort de recrutement de jeunes officiers ou une augmentation des effectifs de l’armée.

23La période ou l’accroissement est le plus soutenu correspond incontestablement à la présidence du général Banzer. En 1971, les dépenses du ministère de la Défense représentent 13,6 % du total des dépenses budgétaires : en 1978, à la fin de son étape présidentielle, elles s’é1èvent à 21,4 % : un pourcentage jamais atteint depuis la révolution de 1952. En dollars courants, pendant ces sept années, le budget du ministère de la Défense est multiplié par 4. En le comparant au budget du ministère de l’Education, on s’aperçoit que ce dernier, tout en lui restant toujours supérieur, voit sa part relative se réduire 1égèrement (29,5 % en 1971 et 26,8 % en 1978 avec un creux de 22,9 % en 1976) : autre preuve de l’importance accordée à l’armée pendant cette présidence.

  • 11 En 1970 et 1971, les pourcentages des salaires par rapport à l’ensemble des dépenses militaires ét (...)

24Si l’on compare maintenant la part des dépenses militaires à l’ensemble des dépenses courantes pendant la même période, on s’aperçoit qu’elle suit évidemment la même évolution que celle du budget de l’armée : de 16,6 % en 1972, elle passe à 22,7 % en 1976. Mais la part des salaires dans les dépenses militaires tend à diminuer relativement aux dépenses militaires lorsque l’armée dispose de plus gros moyens. Autrement dit, le surplus de ressources, s’il permet de mieux payer les militaires, sert surtout à renforcer l’armément et les équipements11.

25Deuxième source de revenus comptabilisables : l’aide militaire étrangère sous forme de prêts ou de dons. L’aide américaine pèse considérablement sur l’évolution de l’armée bolivienne au début des années 60. Elle ne s’arrête pas avec le retour des militaires au pouvoir. En dollars courants, elle se maintient à un haut niveau pendant toute la présidence de Barrientos, de 1964 à 1968. Elle baisse ensuite et ne remonte substantiellement qu’avec l’arrivée de Banzer, après 1972. Sous la présidence de ce dernier, elle devient même le poste le plus important de l’aide américaine : 39,3 % du total en 1975.

Dépenses militaires boliviennes (1948-1982)

Dépenses militaires boliviennes (1948-1982)

Sources : 1948-1976 : James W. Wilkie, “U.S. Foreign Police and Économic Assistance in Bolivia (1948-1976)” in : Modern Day Bolivia : Legacy of the Revolution and Prospect for the Future, Jerry Ladman editor, Tempe (Arizona), Arizona state university, Center for Làtin American Studies, 1978, p. 114-115.
1976-1980 : Budget de la nation.

  • 12 La statistique bolivienne étant médiocre j’ai utilisé trois sources différentes pour effectuer cet (...)

26Pour évaluer les dépenses militaires et les comparer à celles des pays voisins, on a coutume de calculer le pourcentage du PNB qu’elles représentent12. Ces comparaisons permettent tout d’abord de confirmer des résultats déjà mis en évidence précédemment : on retrouve en premier lieu l’effort budgétaire des années 60 (à partir de 1963 jusqu’en 1967) et notamment la pointe de 1965, de même que l’on réconnait la montée des dépenses des années 70, à partir de 1972, quand Banzer est au gouvernement.

27Par ailleurs, si l’on excepte les années 50 pendant lesquelles les dépenses militaires sont réduites et se rapprochent de celles du Mexique, les dépenses boliviennes rapportées au PNB sont très proches de celles des pays voisins : légèrement supérieures à celles du Paraguay mais toujours inférieures à celles du Pérou et, le plus souvent, à celles du Chili. Si la Bolivie ne réduit pas les dépenses militaires au minimum comme elle l’avait fait juste après la révolution, à l’image du Mexique, elle n’accomplit pas non plus un effort de militarisation particulier à l’instar de Cuba. En somme, aussi bien en ce qui concerne ses effectifs que son budget, l’armée bolivienne ne se distingue guère de ses voisines, toutes proportions gardées bien entendu : le Brésil et l’Argentine sont des géants comparés à la Bolivie.

28On voit donc qu’il n’y a aucune explication de l’instabilité politique en Bolivie qui puisse être directement fondée sur les ressources dont elle dispose, qu’il s’agisse de ses effectifs ou de son budget.

Origine sociale, socialisation et politisation des officiers

  • 13 John J., “Los militares latinoamericanos como grupo competidor politico en la sociedad en transicó (...)
  • 14 Edwin Lieuwen, “Militarismo y politica en America latina”, in Los militares y los paises en desarr (...)

29On connaît l’opposition classique, qui remonte aux années 60, entre les tenants de la thèse selon laquelle le recrutement social des officiers influe sur leur vision et leur comportement politiques, thèse dont Johnson13 est le représentant le plus connu, et ceux qui, à l’nstar de Lieuwen14 font dépendre cette même vision et ce même comportement du conditionnement militaire.

30Le premier, observant un recrutement plus populaire des officiers dans les armées du Tiers-Monde, y voit un signe qu’ils peuvent être les artisans d’une politique progressiste, tandis que le second ne perçoit en eux qu’une menace réactionnaire, dès lors qu’ils usurpent le pouvoir, quelle que soit leur origine sociale. Il importe donc de voir dans quel milieu social sont recrutés les officiers boliviens, et la manière dont ils sont socialisés, notamment au Collège militaire.

  • 15 Guillermo Bedregal, Los militares en Bolivia, La Paz, Los amigos del libro, 1971, p. 45-47.
  • 16 Paz Estenssoro, “El militarismo contra la revolución nacional”, Panorama 17, sept. - oct. 1965. Cf (...)

31Avant 1952, l’armée bolivienne apparaissait, à juste titre, comme la gardienne des intérêts de l’oligarchie minière et terrienne, sans pour autant que les militaires en fussent issus. Guillermo Bedregal note qu’après 1920, quand Bautista Saavedra s’empare du pouvoir, l’armée devient attractive pour des jeunes “pauvres”. Plus précisément, “le Collège militaire sert pour une part d’école correctionnelle pour des fils de famille qui, par tempérament ou à cause de leurs mœurs dissipées, s’étaient dévoyés (...). Mais d’autre part, d’amples fractions des couches moyennes des bourgades, ou la structure familiale est solide et cohérente, envoient un de leurs rejetons au COLMTL... Finalement, les jeunes issus des couches moyennes citadines convergent vers cette nouvelle profession qui offre non seulement la possibilité d’une ascension sociale, mais encore, ce qui est plus important, celle de l’accession au pouvoir politique et une stabilité économique”15. Un avis qui Concorde avec celui de Paz Estenssoro pour lequel les officiers provenaient presque tous de la classe moyenne appauvrie. Provinciaux pour la plupart, ils entraient au COLMTL parce que les études étaient payées par l’Etat. Au sein de la société bolivienne dont les compartiments étaient relativement étanches et qui ne permettait guère la mobilité sociale, la carrière militaire offrait “un marchepied pour atteindre individuellement une certaine considération à la condition de se mettre au service de la classe dominante”16.

32A la réouverture du Collège militaire, le MNR veut abaisser un peu plus la barrière sociale. Dans ce but, il impose des quotas (30 % de fils d’ouvriers, 20 % de fils de paysans et 50 % de fils de membres de la classe moyenne appartenant au MNR) et ouvre le Collège militaire à des non-bacheliers qui mènent de front formation militaire et études sécondaires.

33Le 8 août 1954, un premier groupe d’élèves du Collège “Gualberto Villaroel” est promu au grade de sous-lieutenant. Cette promotion, formée rapidement, est composée d’officiers qui proviennent d’institutions ou ils ont déjà reçu une instruction militaire, notamment de la Escuela de clases destinée aux sous-officiers, ainsi que de bacheliers ou d’universitaires ayant accompli leur service militaire. Au nombre de 17, ils sont péjorativement baptisés sietemesinos : littéralement, ceux dont la gestation n’a duré que sept mois.

34Par la suite, une promotion soit régulièrement chaque année du Collège militaire, celle de 1957 étant la première à avoir suivi les quatre années d’études du cursus normal. On s’aperçoit alors très vite que de nombreux postulants d’origine modeste abandonnent en cours de route car ils ne peuvent s’accoutumer au rythme des études et aux brimades qui leur sont infligées. Si bien que l’origine sociale des officiers ne change guère ; elle change d’autant moins qu’à partir de 1964 le général Barrientos réincorpore à l’armée un groupe de 541 officiers (dont 365 cadets) dégradés pour s’être opposés au MNR en 1952 et les années suivantes.

  • 17 La pollera est la jupe évasée, généralement superposée à un ensemble d’autres jupes, que portent a (...)

35Peut-on apprécier de manière plus précise quelle est l’origine sociale des é1èves officiers depuis que les militaires ont pris en main les rênes du gouvernement ? En l’absence de statistiques officielles, force est de s’en remettre aux témoignages. Selon le chef des études du Collège militaire Gualberto Villaroel, dont les estimations ne concernent que les seuls élèves officiers de l’armée de terre, si l’on prend en compte les années 1977 à 1983, environ 70 % des cadets proviendraient des couches moyennes inférieures (dont 15 % de fils de mineurs ou d’ouvriers) : d’après lui, il est possible de vérifier de visu lors des fêtes traditionnelles du Collège, auxquelles assistent les proches parents qu’un certain nombre de mères d’é1èves sont vêtues de la pollera17 traditionnelle-et 20 % appartiennent aux couches moyennes élevées ; les 10 % restants seraient des fils de militaires.

36En usant de cette terminologie (couches moyennes inférieures et élevées), le chef des études entend signifier qu’on ne trouve au Collège ni fils de pauvres (notamment des fils de paysans), ni fils de riches ou de nouveaux riches, ces derniers poursuivant leurs études dans les universités étrangères ou, quelquefois, à l’université catholique de La Paz.

  • 18 J’ai pu réunir trois opuscules du même type pour les promotions 1967, 1968 et 1969. Mais c’est mal (...)

37Quelques données supplémentaires tirées d’un opuscule diffusé par les 66 sous-lieutenants de l’armée de terre promus en 196718 corroborent l’idée qu’une partie des cadets est d’origine sociale relativement modeste mais qu’il faut probablement réajuster l’appréciation selon laquelle ils constituent la majorité : 60 % des futurs officiers ont en effet effectué leurs études secondaires dans un collège d’enseignement privé.

38Il reste que le MNR a tout de même contribué à élargir la base sociale de recrutement du COLMTL, non pas directement puisque son plan initial a échoué, mais indirectement, en favorisant une politique d’éducation publique. En effet, c’est dans la mesure où des enfants d’origine modeste ont fréquenté les collèges d’enseignement public qu’ils peuvent ensuite passer avec succès les épreuves d’entrée au COLMTL et en suivre les études.

  • 19 Alain Rouquié, Pouvoir militaire et société politique en République Argentine, Paris : Presses de (...)

39Si l’on veut bien accorder quelque crédit à des données fondées sur des sources aussi approximatives, on constate que les officiers boliviens ont une origine sociale finalement très proche de celle des officiers des armées voisines : au Brésil, entre 1962 et 1966, parmi les 1 176 cadets qui entrent à l’Acad6mie militaire, Stépan en compte 78,3 % dans la classe moyenne, 6 % dans les hautes classes traditionnelles, 8,6 % dans la classe inférieure qualifiée et 0,4 % dans la classe inférieure non qualifiée (6,7 % sont des orphelins), en Argentine, à la fin des années 60, Rouquié note que les ouvriers fournissent peu de cadets, mais que si on leur ajoute la couche inférieure de la classe moyenne (fonctionnaires d’exécution, petits commerçants, instituteurs...), on obtient un total de 25,7 % auxquels on peut encore joindre les fds de sous-officiers, ce qui porte à 39,3 % les cadets d’origine modeste19. Toutefois, le corps des officiers boliviens tranche avec celui des pays voisins ou des pays occidentaux en ce qu’il est particulièrement ouvert au recrutement civil : les fils de militaires y sont, en effet, peu nombreux (environ 10 %) contre 35 % au Brésil et 42 % en Argentine. Pour tous les civils d’origine modeste qui parviennent à y entrer, le collège militaire continue donc d’être un canal privilégié de mobilité sociale ascendante, une sorte de voie rapide vers une plus grande aisance et, éventuellement, vers le pouvoir et les honneurs.

  • 20 Ce sont là des chiffres avancés dans L’Area Handbook for Bolivia, Washington, US Governement Print (...)

40Passé l’expérience des premières années post-révolutionnaires, les cadets sont tous bacheliers. Dans les années 60-70, sur un total de 800 à 1 000 candidats, 100 à 150 sont retenus chaque année, dont 75 à 85 sortent sous-lieutenants au bout de quatre années d’études20. La première année, l’élève officier reçoit un enseignement général, un enseignement à caractère militaire et un début d’instruction militaire. En séconde année, il passe d’une arme à l’autre pour se familiariser avec elles. C’est en troisième année qu’une spécialisation est décidée, les premiers ayant le droit de choisir leur arme ; la majorité est affectée à l’infanterie. Et la quatrième année est entièrement consacrée à l’étude et à l’entraînement dans la branche retenue. En fin de quatrième année, le cadet sort du collège militaire avec le grade de sous-lieutenant. Après la sortie du COLMIL, le jeune officier doit servir cinq ans (trois seulement dans les années 60), puis il entre à l’Escuela de armas de Cochabamba pour un cours de spécialisation, généralement avec le grade de lieutenant Les officiers ingénieurs, quant à eux, vont directement à la Escuela militar de ingenieros de Sucre pour une durée de cinq ans. Leur formation s’arrête là. Et, selon la loi organique de 1963, ils ne peuvent prétendre aux fonctions de commandement que permet seul le passage par l’Escuela de comando y estado mayor (Cochabamba). Cette école reçoit des capitaines et les forme au commandement d’unités tactiques et aux tâches d’état-major. La formation y dure deux années au bout desquelles l’officier peut accéder au grade de major. Enfin, quand il arrive au grade de colonel, il retourne pour huit mois à la Escuela de altos estudios militares, qui est aussi ouverte à des civils de hauts rang, fonctionnaires, industriels, banquiers, etc. Cette nouvelle formation est nécessaire pour prétendre au grade de général. Après trente ans de service, il passe à la réserve active.

41Des systèmes parallèles de formation et d’avancement existent dans les autres armes. A partir de 1965, et jusqu’au début des années 80, le Collège militaire contribue à la formation initiale des officiers de marine qui vont ensuite se perfectionner à l’extérieur. Quant aux officiers d’aviation, leur formation commence au Collège militaire d’aviation German Busch de Santa Cruz depuis 1952.

  • 21 Cette remarque vaut pour la majorité des officiers sud-américains. Cf. Alfred Stepan, op.cit., p. (...)
  • 22 Charles D. Corbett, op.cit., p. 43.

42A suivre la carrière idéale des officiers boliviens, on s’aperçoit qu’ils passent une grande partie de leur temps dans des instituts de formation successifs. Une formation qui est complétée, pour une proportion non négligeable d’entre eux, par des bourses de perfectionnement dans des armées étrangères (celles des grands voisins : Argentine, Brésil, Pérou ; mais aussi des Etats-Unis et quelquefois de l’Europe de l’Ouest). En l’absence de conflits extérieurs, la carrière de l’officier dépend donc essentiellement de ses performances au sein du système de formation21. Bien que les budgets soient pauvres, chroniquement pauvres, ce système permet une éducation progressive des officiers hautement valorisée. Selon Corbett, après 1952, “l’6ducation professionnelle devient une manie et même si les écoles sont de niveau inférieur à celles des grands pays voisins, le système éducatif est probablement le plus élaboré de tous ceux des pays sous-développés du monde de dimension égale”22. Toujours selon le même auteur, c’est autour du système d’enseignement, “cœur et âme de l’institution”, que l’armée se réorganise et qu’elle refleurit lorsque la possibilité s’en présente à la fin des années 50.

  • 23 Guillermo Bedregal, op.cit., p. 45 - 46.
  • 24 Témoignage officier (1).
  • 25 Ibid.

43Il va de soi que dans cette 6ducation, dans cette socialisation, la forme de l’enseignement est aussi déterminante que son contenu, en ce sens qu’elle façonne des conduites collectives spécifiquement militaires. Il faut donc faire une place à l’organisation de la vie au collège. Elle est principalement caractérisée par la rigidité de l’organisation, l’absence de temps libre et de possibilité de s’isoler, et la brutalité des sanctions. Il y a incontestablement une tradition de violence dans l’instruction délivrée au COLMIL. Selon Guillermo Bedregal, avant 1952 “le châtiment physique se caractérise par sa cruauté extrême et par son caractère vexant et humiliant”23. Après 1953 “les cadets sont encore victimes de nombreuses violences physiques... et non seulement au sein du COLMIL mais dans toutes les institutions militaires... une violence qui aboutit au sadisme”24. Et jusqu’en 1982 ces pratiques n’ont jamais véritablement cessé. Les fameux chocolates ont lieu la nuit. Ce sont les cadets de dernière année qui sont chargés d’administrer les coups : ils ont l’ordre de le faire ; le prétexte est le plus souvent futile. “Quelquefois, les cours les plus avancés rivalisent arme à arme, les brigadiers en tête, à celui qui donnera le plus de coups de bâton sur les jambes des cadets...plusieurs fois, des cadets ont été opérés des testicules ou des reins, parce que la brutalité est très très exagérée... Lorsque j’étais en troisième année, deux cadets se sont suicidés. Le traitement qu’on leur faisait subir était tel qu’ils ont préféré se tirer une balle dans la tête plutôt que de continuer à résister au collège militaire... On ne nous donne pas, disons, une formation de type universitaire comme en d’autres endroits, ici disons que la connaissance entre avec du sang, avec des coups. C’est ce qui prime au collège militaire : les coups”25.

  • 26 Témoignage officier (2)

44Paradoxalement, ce traitement de choc parait plutôt renforcer l’esprit de corps que l’entamer, en ce sens que l’ensemble des cadets se reconnaît comme ayant subi les mêmes épreuves et vaincu les mêmes obstacles. Pour de semblables raisons, il affirme l’é1itisme d’officiers convaincus d’être ainsi bien entrainés à résister et à se battre en cas de guerre. De plus, dans un pays constamment agité, ou les institutions scolaires et surtout universitaires subissent les contrecoups des aléas politiques-l’université est souvent fermée, les programmes et les enseignants changent brusquement -, l’éducation militaire, en comparaison, devient un modèle de continuité et d’efficacit6. L’é1itisme et la loyauté envers l’institution s’en trouvent encore étayés. Et Corbett observe que les “motivations ou les préjugés de classe” sont laminés quand les officiers atteignent les rangs supérieurs et que les officiers de haut rang, quelle que soit leur origine sociale, s’identifient à l’é1ite civile. Il est d’ailleurs caractéristique qu’avec le temps, les deux premières promotions-d’origine plus populaire-se déclassent et se font absorber. Elles deviennent ennemies de la révolution et sont les principales à s’opposer à Paz Estenssoro en 196426.

  • 27 Ibid.

45Le cas de Celso Torrelio Villa (president du 4 septembre 1981 au 19 juillet 1982) illustre à la perfection le processus par lequel, finalement, l’identification de classe change et le sur classement s’opère. “Torrelio est un homme d’extraction très modeste. Il était sous-officier du régiment stationné à Viacha et il fut affecté au ministère de l’Intérieur en tant que mécanicien ou chauffeur alors que Federico Fortún était ministre. Quand le COLMIL ouvrit ses portes, le ministre encouragea sa candidature. Et Torrelio entra au collège. Peu à peu, il ne voulut plus être ce jeune homme de condition modeste qu’il était à son entrée. Il commença à grandir. Et que fit-il en premier ? Il s’éprit de la fille de Federico Fortún. Les samedi et les dimanche, les jeunes se promenaient en voiture, montaient à cheval... Mais peu à peu, il lui déplut que ses camarades l’identifient à la révolution. Et il se convertit en un ennemi par excellence de tout ce qui était révolutionnaire”27.

  • 28 Ibid.
  • 29 Ibid.
  • 30 Ibid.

46Pour bien saisir la volte-face, il faut rappeler quelques éléments du contexte politique de l’époque. Le MNR vient de s’installer en lieu et place du gouvernement qui représentait les intérêts de l’oligarchie des barons de l’étain et des hacendados et il a éliminé les militaires qui les soutenaient. Les nouveaux cadets sont donc totalement exclus de la “bonne société” de cette époque. “Ils fréquentént les filles des chefs de la révolution, les filles des movimientistas. Les filles “bien” les dédaignent. Quelles sont les filles qui leur prêtent attention, celles qui sont é1ues reines du COLMIL : les filles de Paz Estenssoro, les filles des généraux... le même groupe”28. Mais le contexte change et “malheureusement le général Ovando fait son entrée en politique qui commence à rassembler de nouveau tous ceux qui avaient été écartés auparavant et ces gens recommencent à venir au COLMIL et à imprégner les cadets de la mentalité d’avant 52. Ils insultent les officiers entrés juste après la révolution, les traitent de miliciens, d’improvisés, leur dénient la qualité de militaires”29. Dans le même temps, “la société des officiers devient plus ouverte, elle n’est plus repliée sur elle-même comme lorsqu’on les insultait dans la rue et qu’on ne les invitait plus aux fêtes... maintenant ils ont accès à d’autres groupes sociaux... Et ils veulent effacer tous les vestiges de liens avec ceux qui ont fait la révolution, ils deviennent leurs détracteurs...”30.

47En suivant ce témoignage, on s’aperçoit qu’il y a un double changement d’identification. Passant par le moule de l’institution, les cadets d’extraction populaire oublient leur origine et ensuite, en tant qu’officiers, ils tendent de plus en plus à s’identifier, non aux couches moyennes, mais à une é1ite nationale.

48Le schéma me parait donc plus complexe que celui qui est habituellement décrit, notamment par Johnson. Il arrive que, par une sorte d’inversion, des officiers d’origine populaire s’identifiant aux nantis, favorisent une politique économique libérale et se montrent répressifs à l’égard de leur milieu d’origine. Alors qu’on voit, à l’inverse, des officiers d’origine sociale plus élevée promouvoir des politiques populistes. Il n’y a donc pas de relation directe simple entre les orientations politiques des officiers et leur origine sociale. C’est un jeu d’influences complexes ou entrent certes pour une part l’origine sociale, mais aussi la socialisation militaire et la place relative des officiers dans l’ensemble social national.

49A l’évidence, les officiers boliviens n’ont rien de militaires d’opérette, ou de badernes décorées donnant plus de la voix que du sabre, pas plus qu’ils ne sont des caudillos attardés à la tête de bandes de soudards. L’armée bolivienne n’a cessé de se moderniser ; diverses missions étrangères - française, allemande, italienne-, bien que n’ayant rien d’officiel et composées de soldats de fortune, ont contribué à cette évolution pendant la première moitié du xxème siècle. Après 1952, ce processus s’est encore accéléré, notamment grâce à l’aide américaine, tout à fait officielle celle-là. En bref, l’armée bolivienne est une armée professionnelle.

  • 31 Cf. François Bourricaud, “Los militares, porque y para qué ?” in : Fuerzas armadas, poder y cambio(...)

50Mais que faut-il entendre exactement par “professionnalisation” ? En premier lieu, ce que François Bourricaud appelle la “technicisation”31 qui se manifeste dans la formation technique des officiers ; une formation qui les rend capables d’utiliser un armement de plus en plus complexe, d’en assurer la maintenance, et de mettre au point des tactiques guerrières élaborées. En second lieu, la bureaucratisation dont le signe le plus évident est l’introduction d’un système d’avancement hiérarchique qui régule la carrière.

  • 32 Presencia, 31 décembre 1982.
  • 33 Témoignage officier (1).

51Cette “professionnalisation” a des limites. La preuve en est cette déclaration d’un officier, parue dans la presse en 1982, dans laquelle il annonce un plus grand respect de la condition humaine des cadets, la fin des violences (matonaje), ainsi que l’impossibilité future d’entrer au collège pour tous ceux qui n’ont pas le niveau intellectuel32. A contrario, cela revient à dire qu’auparavant, des incapables bénéficiant de passe-droits et de complaisances, étaient admis à suivre les études menant à la carrière d’officier. Cette assertion est confirmée par le témoignage suivant d’un ex-é1ève du Collège : “Je parle en connaissance de cause. Quand nous étions en seconde année (1979), de nombreux postulants échouèrent à l’examen, et les officiers chargés de l’évaluation reçurent de l’argent pour que ces cadets puissent continuer leurs études. Il y a donc une grande corruption. La parenté avec des militaires joue un grand rôle... Ainsi, quelquefois, pour avoir le titre de brigadier-major de la promotion, il n’est pas nécessaire d’être le premier Si vous êtes mettons le cinquième, et que le commandant est de votre arme, si vous avez une tête à peu près passable, ils peuvent vous nommer brigadier-major, par influence. Ce qui prévaut, c’est à la fois l’aspect physique de l’individu et l’aide qu’il reçoit, le compadrerio comme l’on dit”33. Trois mécanismes viennent donc contrebalancer les effets de la “technicisation” et de la bureaucratisation : la corruption (les examens s’achètent) ; le népotisme (on favorise quelqu’un de sa famille, et plus largement de son arme, de sa spécialité) ; le “morpho-favoritisme”, selon la couleur de la peau et la prestance ; et tous trois continuent de jouer à des degrés divers tout au long de la carrière de l’officier.

52A la seconde extrémité de cette même carrière, d’autres influences extra-institutionnelles viennent encore bousculer les normes d’avancement prescrites. En effet, plus on avance en grade, et plus des considérations proprement politiques expliquent certaines désignations. C’est l’évidence même puisque, dans les périodes troublées, quel que soit le régime au pouvoir, civil ou militaire, le pouvoir exécutif, particulièrement le président de la République, en tant que Capitán général des Forces armées, contrôle ou cherche à contrôler les nominations à tous les postes de commandement stratégiques : commandement en chef de l’armée, des trois armes, des unités militaires les plus puissantes, etc. Autrement dit, plus on est un officier proche des hommes du pouvoir, plus on a de chance d’avoir des responsabilités élevées, et plus on a de chance d’être nommé dans une unité clef, près de La Paz ; à l’inverse, les gradés opposants sont souvent privés de commandement et affectés, par exemple, au ministère de la Défense, dans une ambassade, ou dans quelque unité frontalière.

53La lecture de la Orden de destinos (registre des affectations) qui est publiée chaque fin d’année, permet donc à l’analyste averti de situer les amis du gouvernement et ses opposants. C’est l’état-major de l’armée, principalement le commandant de la section “services du personnel”, qui rédige le document préliminaire, lequel doit remonter hiérarchiquement au commandant en chef de l’armée, puis au président de la République. Dans tous les cas, cette rédaction donne lieu à de farouches luttes d’influences et son déchiffrage est un exercice difficile car chaque position est le résultat d’un compromis entre les règles de l’avancement bureaucratique et les favoritismes de quelque type qu’ils soient

  • 34 Samuel Huntington, The soldier and the state : the theory and politics of civil military relations(...)
  • 35 Ibid., p.84.

54En théorie, plus la bureaucratisation est prononcée et plus les règles de promotion tendent à devenir impersonnelles. Samuel Huntington, inspiré par le modèle des armées européennes, émet l’hypothèse que la professionnalisation militaire, parce qu’elle absorbe toutes les énergies de l’officier et lui procure des gratifications professionnelles suffisantes, le conduit à se détacher d’autres rôles qui réclament eux aussi des compétences spécifiques : “Une claire distinction des rôles et des fonctions sépare les dirigeants civils et militaires”. De ce fait, “il devient impossible d’être un expert dans le maniement de la violence pour la défense externe et en même temps d’être spécialisé dans la science de la politique et du gouvernement ou dans l’usage de la force pour le maintien de l’ordre interne. Les fonctions de l’officier deviennent distinctes de celles du politicien et du policier”34. En conséquence, “le contrôle civil n’est pas atteint parce que les militaires partagent les valeurs sociales ou les idéologies politiques de la société, mais parce qu’ils sont indifférents à ces valeurs et à ces idéologies”35.

  • 36 Voir le décret de réorganisation des forces armées du 24 juillet 1953. Ce type de raisonnement fut (...)
  • 37 Cf. Ley orgánica de las FF AA. de 1978, chap. V.

55Ce schéma interprétatif ne s’applique guère à l’armée bolivienne qui, tout en se professionnalisant, demeure politisée. Pourquoi la professionnalisation n’entraîne-t-elle pas la dépolitisation qu’Huntington prédit dans son modèle explicatif ? C’est en grande partie parce que l’officier bolivien assume des missions qui ne sont pas spécifiquement militaires. Examinons en premier lieu celles qui sont d’ordre économique. On a vu qu’à partir de 1953, les forces armées doivent contribuer au développement du pays, au bien-être du peuple : la défense efficace du territoire passe par le développement économique auquel les militaires ne peuvent manquer de participer36. En 1961, l’action civile de l’armée prend le nom d’Action civique. Conçue comme un des volets de la stratégie contre-insurrectionnelle, elle est destinée à montrer aux populations indigènes que leurs gouvernements et leurs forces armées sont engagés et agissent concrètement pour le bien-être du citoyen moyen. Les taches civiles deviennent de ce fait plus valorisantes, d’autant que le volume de l’aide américaine qui leur est consacré a pour effet qu’au début de l’année 1964, les bataillons du génie sont les mieux équipés de l’armée et que leurs officiers sont bien payés (grâce au complément de salaire qu’ils reçoivent pour les travaux civils qu’ils effectuent). Alors qu’à la même époque, de nombreuses unité ont encore beaucoup de mal à assurer leur propre subsistance. Enfin, en 1972, on franchit une troisième étape avec la création de la Corporation de las fuerzas armadas para el desarrollo nacional (COFADENA) dont le but est ni plus ni moins de faire de l’armée le moteur du développement industriel du pays37.

56A chacun de ces stades, loin de détourner le militaire de l’activité politique, sa participation aux travaux de production ou d’aménagement parait au contraire l’y inciter. Dans un premier temps, même si les tâches de production sont présentées de manière exaltante comme la contribution des militaires au développement, elles sont vécues comme une humiliation qui ne peut que nourrir le ressentiment anti-MNR. Par la suite, l’Action civique sert les desseins de Barrientos en lui facilitant ses taches de propagande et en lui permettant de se fabriquer une clientèle paysanne. L’entreprise a un tel succès - du moins un temps et en un lieu - qu’au moment de la guérilla du Che, les paysans de la vallée de Cochabamba se proposent pour aller combattre les guérilleros.

57Enfin, il est non moins intéressant de constater que les promoteurs de la Corporation des forces armées pour le développement national (COFADENA) sont tous de jeunes officiers, entrés au Collège militaire après 1953, plutôt favorables aux projets de modernisation et d’industrialisation que le MNR a échoué à mettre en train et qui rêvent d’une technocratie militaire capable de les réaliser. Ils veulent, en somme, non seulement se substituer aux politiciens civils, mais aussi aux entrepreneurs et aux commerçants civils.

58Au total, la spécialisation “économique” des militaires, quelle qu’en soit la raison, dans la mesure ou elle leur donne des compétences civiles, les incite à s’interroger sur le monde dans lequel ils vivent, les pousse à se lier aux civils, et les conduit à participer activement à la vie politique.

59Autre mission qu’assume l’armée et qui ne peut que la pousser à intervenir dans l’arène politique : les opérations de police. On se souvient qu’après 1953, la création d’une police indépendante a dépossédé l’armée de ces fonctions. Mais Siles puis Paz font à nouveau appel aux militaires pour rétablir l’ordre, replaçant peu à peu l’armée en position d’influencer les luttes de factions le plus souvent en faveur du président en place, jusqu’à ce qu’elle les arbitre en sa faveur. Les leyes orgànicas des forces armées entérinent après coup ces opérations policières en leur donnant une couverture légale. La loi de 1963 mentionne que les forces armées interviendront pour maintenir la sécurité interne du pays quand la police et les organisations destinées à cette fin seront insuffisantes. Un chapitre entier (chapitre VI) détaille les conséquences qui peuvent découler de cet état de fait. En 1978, le problème de la sécurité interne fait toujours l’objet d’un chapitre spécial (chapitre IV). Et les prérogatives de l’armée en cette matière sont encore é1argies puisqu’en situation d’emergencia national, si le pouvoir exécutif le détermine, les Forces armées pourront prendre en charge la direction et l’exploitation d’entreprises et de services publics (article 19).

  • 38 Alfred Stepan, The State and the society : Peru in comparative perspective, Princeton, Princeton U (...)

60Pour contraster ce professionnalisme avec celui des armées européennes qui servent de modèle à Huntington, Alfred Stepan, à partir du cas péruvien, oppose le paradigme de l’ancien professionnalisme de la défense extérieure à celui du nouveau professionnalisme de la sécurité interne et du développement national ; une opposition qu’il schématise dans un tableau synthétique38.

Ancien et nouveau professionnalisme

Ancien et nouveau professionnalisme

Source : Alfred Stepan, The State and the Society : Peru in comparative perspective, Princeton, Princeton University Press, 1978, p. 130.

  • 39 Témoignage du général Ovando, août 1979.

61Apparemment, ce nouveau professionnalisme se met en place après que les Etats-Unis eurent décidé de renforcer les armées sud-américaines pour contrer l’influence cubaine. C’est vrai qu’il trouve à ce moment-là sa forme achevée mais, dans le cas bolivien, ses fondations sont posées antérieurement, étant donné les fonctions économiques et policières dont les militaires se trouvent investis. D’ailleurs, selon le général Ovando, l’Action civique n’est que la suite logique du travail effectué par les forces armées de production. Le général revendique même la paternité de son implantation en Bolivie. A l’appui de ses dires, il cite son intervention lors de la première conférence des commandants d’armées américains, en 1960, à Panama. A la stupéfaction de ses collègues - prétend-il - il demande alors que l’on aide l’armée bolivienne à renforcer ses bataillons du génie en lui faisant don de tracteurs et d’équipements pour le forage de puits. Ann d’6tayer ses demandes, il argue qu’il faut à la fois créer des richesses pour le pays et “professionnaliser” progressivement une armée hors d’état à l’époque d’entretenir un matériel de guerre moderne39.

La mécanique des coups d’Etat

62Comment s’enclenchent les coups d’Etat ? Où démarrent-ils ? Comment se nouent les alliances et comment s’opèrent les ruptures entre militaires ou entre militaires et civils ? Quels sont les facteurs qui favorisent la réussite de l’opération ? Quels sont ceux qui l’empêchent ? Tel est l’objet de ce chapitre qui aboutit à la description d’un coup d’Etat type plus ou moins éloigné de la réalité mais auquel cette réalité pourra être confrontée. A ce niveau de l’analyse, il s’agit moins, on le voit, d’isoler les causes institutionnelles des coups d’Etat, que d’en dévoiler la mécanique, même si certains principes explicatifs apparaissent nécessairement dans le commentaire : les luttes entre générations de militaires, l’importance des liens intra-promotionnels... En fait, ce sont plus là des facteurs explicatifs de la réussite de l’entreprise putschiste que des facteurs explicatifs du montage de celle-ci.

63Il est hors de question de décrire l’une après l’autre les diverses tentatives golpistas qu’a connues la Bolivie entre 1964 et 1982. Il y faudrait plusieurs volumes. Un tri est obligatoire. Mais lesquelles choisir ?

64Quelques-unes sont gagnantes et donnent lieu à des changements de gouvernement ; la plupart échouent. Certains coups d’Etat perdants relèvent de la rumeur - la presse les relate après une dénonciation, ou la mutation précipitée d’un commandant d’unité clef ; d’autres se limitent à de simples menaces d’officiers ; d’autres encore ne sont pas connues sur le moment, on sait seulement quelques jours ou quelques mois plus tard qu’un soulèvement a été” étouffé dans l’œuf. Dans certains cas, il s’agit même de faux coups d’Etat montés par l’appareil de propagande des gouvernements qui veulent arrêter ou intimider préventivement des opposants potentiels. Dans cet ensemble foisonnant, il est difficile d’isoler un échantillon cohérent. Je m’en tiendrai donc aux coups d’Etat réussis.

65Cette première sélection effectuée, tous les problèmes d’ordre méthodologique ne sont pas résolus pour autant. Il faut encore délimiter des séquences temporelles. Quand commence et quand se termine le coup d’Etat ? Ce découpage ne va pas de soi, car il y a indéniablement des enchainements de putschs, coups de boutoir successifs contre le gouvernement en place. On peut, par exemple, soutenir l’idée que le coup d’Etat qui mène Banzer au gouvernement, en août 1971, débute des le jour de l’intronisation de Torres le 7 octobre 1970 (ou n’est guère que la suite de la tentative de Miranda contre Ovando le 3 octobre précédent), et que le putsch raté du même Banzer en janvier 1971 est un 6pisode, parmi d’autres - il suffit de lire la presse de cette période pour s’en convaincre - de cette lutte constante entre les deux hommes et leurs alliés respectifs. D’autres périodes aussi troublées inspirent une remarque identique : de mars 1981 à aout 1981 une bataille acharnée oppose divers groupes d’officiers à Garcia Meza et se traduit par plusieurs tentatives de prise du pouvoir ; et on peut aussi argumenter la thèse selon laquelle l’opposition militaire au dictateur commence des les lendemains de sa prise du pouvoir le 17 juillet 1980. Sans mésestimer cet aspect de la réalité putschiste, j’ai tout de même choisi de privilégier la séquence finale, celle qui amène le remplacement du président par son vainqueur.

66La question de la sé1ection des coups d’Etat et des problèmes relatifs à leur durée étant résolue, il subsiste encore une difficulté. Il arrive en effet que l’affrontement final engendre l’apparition simultanée ou successive de plusieurs présidents. Ainsi, en octobre 1970, le pays compte six présidents en cinq jours : Ovando, puis Miranda - les deux ensemble -, un triumvirat de commandants des trois armes, et enfin Torres. De même, le coup d’Etat des colonels Natusch Busch et Añez Rivera contre Garcia Meza, déclenché le 3 août 1981, aboutit à un résultat inattendu : Garcia Meza est d’abord remplacé par la junte des commandants des trois armes, qui, un mois plus tard seulement, laisse la place au seul commandant en chef de l’armée de terre, le général Torrelio. Comme dans tous les cas, il s’agit d’une seule bataille, aux péripéties diverses et nombreuses. J’ai choisi de la présenter en un seul bloc.

67Il faut enfin sé1ectionner les variables comparatives pertinentes. Je centrerai principalement mon analyse sur les points suivants : quels sont les principaux officiers pustchistes et surtout quel est le gagnant, celui qui devient président ? Quels sont les régiments clés ? D’où part le coup d’Etat ? Quels groupes civils l’appuient ou s’y opposent ? Les conjurés bénéficient-ils d’appuis extérieurs au pays ?

68Remarquons en premier lieu que les officiers qui accèdent à la présidence ont entre 45 (Barrientos, Banzer) et 51 ans (Padilla) et qu’ils occupent tous un poste de haut commandement dans l’armée. Les deux facteurs sont liés : le cursus militaire est relativement rigide et, malgré certains favoritismes politiques, ou des promotions plus rapides pour les sujets brillants, il faut un certain temps pour arriver aux postes de commandement. A l’exception de Banzer et de Natusch Busch, tous les presidents ont été soit commandant en chef des forces armées (Ovando, Torres), soit commandant en chef de leur arme (Barrientos, Pereda, Padilla, Garcia Meza, Torrelio). Banzer et Natusch Busch représentent des exceptions en ce qu’ils sont colonels et non généraux au moment de leur prise de pouvoir. Mais ils ont à leur actif d’avoir été de brillants officiers, premiers de leur promotion, et premiers encore dans les écoles supérieures de l’armée. Tous deux ont été diverses fois boursiers à l’étranger. Et tous deux aussi ont été ministres auparavant : Banzer sous la présidence de Barrientos et Natusch Busch sous celle de Banzer. En somme, ce sont des officiers d’exception et comme tels respectés et écoutés de leurs pairs. Ajoutons que Natusch Busch a aussi pour lui d’être le neveu du président Busch (1936-1937), figure éminente dont se réclament pratiquement tous les autres présidents militaires de l’après 1964. Ovando, Banzer et Garcia Meza sont fils de militaires et Barrientos a un oncle dans l’armée.

69C’est l’armée de terre qui a donné le plus de présidents. Deux sont officiers d’aviation (Barrientos, Pereda). La marine n’en fournit aucun, sauf quand des triumvirats de commandants des trois armes occupent conjointement la présidence. Bien que la cavalerie soit la spécialité la plus prestigieuse de l’armée de terre, seuls deux présidents en sont issus : Banzer et Garcia Meza. L’infanterie en compte quatre (Ovando, Natusch, Padilla, Vildoso). Seul Torres est artilleur. Les unités non directement combattantes (génie, logistique, transmission) n’ont donc fourni aucun président. En somme, une certaine logique du nombre est respectée. Les unités les plus nombreuses donnent le plus de présidents : l’armée de terre et au sein de l’armée de terre, l’infanterie.

70La réussite dans les études, au collège militaire, puis dans les diverses écoles supérieures, augmente le prestige des officiers et favorise leur carrière politique : outre Banzer et Natusch Busch, Ovando, Barrientos, Torres et Pereda se sont distingués à un moment ou à un autre de leurs études. Ce n’est pas le cas de Garcia Meza ou de Torrelio, considérés comme des officiers seulement passables. Garcia Meza est en outre réputé pour sa brutalitée depuis son entrée dans la carrière. Quant à Torrelio, favorisé par le MNR pour entrer au COLMIL, il est considéré par beaucoup d’officiers, avec dédain, comme un milicien, c’est-à-dire plus un civil qu’un militaire. Il y a donc une dégradation du pouvoir militaire. Jusqu’à Natusch, les officiers qui arrivent au pouvoir sont, à des degrés divers il est vrai, considérés comme étant des leaders légitimes ; ensuite, ce n’est plus le cas, les meilleurs s’étant brûlés aux feux de la rampe, il ne reste que les médiocres, artisans d’une politique elle-même douteuse. Au bout du chemin, ils n’ont d’autre ressource que de se retirer, pour laisser le pouvoir aux civils, poussés par les officiers soucieux de redorer le blason de l’armée, et favorables à la démocratie, ou tout au moins au rétablissement du régime constitutionnel.

71Bien évidemment, on ne déclenche pas seul un coup d’Etat ; il faut des alliés. Voyons d’abord quels sont les alliés militaires privilégiés. On peut d’embl6e en distinguer deux types. D’abord ceux qui ont des grades é1evés et d’âge proche de celui du postulant, ou des postulants à la présidence. Ils occupent généralement des postes de commandement au plus haut niveau (état-major, corps d’armée, division). Ils appartiennent à la promotion du vainqueur ou tout au moins ont fréquenté le COLMIL et éventuellement d’autres écoles militaires en même temps que lui. Et ils se connaissent d’autant mieux que les promotions de l’époque sont peu nombreuses (20-30 environ).

72Le coup d’Etat est pour eux une manière de hâter leur promotion interne, d’occuper les plus hauts postes administratifs et d’accrocher les galons les plus prestigieux à leur uniforme avant le passage à la réserve active. Dans certains cas, il permet de reculer l’échéance des trente années de carrière.

73A ces premiers alliés, il faut immédiatement adjoindre les commandants des unit6s qui sont nécessaires pour la réussite du golpe, véritables chevilles ouvrières sans lesquelles rien n’est possible. Etant donné les progressions dans la carrière, c’est aux grades de major et de lieutenant-colonel - après avoir accompli ses études à l’Escuela de comando y estado mayor - que l’on peut se trouver à la tête d’un régiment. En fait, la nomination au commandement de certaines unités constitue, en même temps qu’une promotion prestigieuse, une entrée en politique, tant il est vrai qu’aussitôt divers clans opposés cherchent à se gagner les faveurs du jeune promu. Ce baptême du feu politique peut donc être aussi le point de départ d’une carrière politique personnelle.

74Quelles sont les unités clefs, telles qu’elles ressortent de l’analyse des coups d’Etat ? La plupart sont situées à La Paz, ou près de La Paz, ce qui se comprend parfaitement puisque le candidat à la magistrature suprême doit se rendre maître du palais présidentiel ; il doit le conquérir et l’occuper pour signifier symboliquement sa suprématie.

75Cette importance symbolique du palais est bien marquée lors du ballet successoral de 1970, quand Miranda essaye de ravir le pouvoir à Ovando : il occupe l’édifice quelques heures, puis il doit céder la place au triumvirat des commandants en chef des trois armes qui en est à son tour chasse par Torres, lequel y accède triomphalement à la tête d’un défilé populaire enthousiaste : le tout en moins de 24 heures.

76Certes, le coup d’Etat peut partir d’une autre ville que La Paz - bien que la majorité d’entre eux ait été déclenchée dans la capitale. Ainsi, en 1964, Cochabamba est le centre de la conspiration qui abat Paz Estenssoro. En 1970 (Banzer), la bataille démarre à Santa Cruz. Il est même arrivé que le putsch commence à Trinidad (1980, Garcia Meza). Mais dans tous les cas, la bataille se gagne à La Paz. C’est si vrai qu’en 1981, les insurgés de Santa Cruz (Natusch Busch et Añez Rivera), malgré l’appui d’une majorité de l’armée, ne réussissent pas à ravir le pouvoir à Garcia Meza qui maîtrise la garnison de La Paz. Le contrôle d’un certain nombre de régiments clefs est donc capital pour la réussite de l’entreprise. Parmi les régiments de la région de La Paz les plus techniques (blindés, motorisés...) ont un poids décisif. Or la caractéristique de ces régiments est d’avoir un recrutement é1itiste, de compter un fort pourcentage d’engagés, de disposer d’hommes entraînés. Il est logique que les coups d’Etat partent d’eux ou s’appuient sur eux. Le régiment d’infanterie Colorado, bien qu’il comprenne plusieurs bataillons, soit puissamment armé et dispose d’effectifs nombreux, est très rarement utilisé ; composé d’appelés, il est beaucoup moins docile et beaucoup moins sûr.

77Enfin, un troisième groupe d’officiers tient un rôle important dans les coups d’Etat, celui des officiers à compétence technique - les officiers “intellectuels” -, souvent officiers du génie (ingénieurs, architectes, économistes, informaticiens....) indispensables pour gouverner, places dans les ministères clefs comme les Finances, la Planification, les Mines, etc, et les entreprises d’Etat. Bien qu’ils ne soient pas les seuls à occuper ces postes - d’autres officiers parmi les plus brillants peuvent y être nommés -, et bien qu’ils ne soient pas les seuls penseurs de l’armée, ils sont souvent ses porte-parole idéologiques.

78On doit cependant distinguer nettement les postes de commandement dans l’armée et les postes gouvernementaux. La hiérarchie militaire continue de respecter tant bien que mal les normes bureaucratiques d’avancement à l’ancienneté et au mérite. Tandis que le président dispose de plus de liberté pour nommer les membres de son cabinet. Et il y a incontestablement un contraste entre le cabinet militaire et le haut commandement de l’armée dont les officiers ont souvent 5 à 6 ans de plus que les ministres ; contraste qui ne peut se perpétuer sans mettre en péril les principes hiérarchiques. Si ces principes étaient rigoureusement respectés, l’armée, ayant décidé de gouverner, mettrait à la tête du pays les généraux les plus anciens et les plus titrés et assurerait leur succession selon une sorte de classement. Il en irait de même pour tous les hauts postes civils occupés par des militaires. Mais il n’en va jamais ainsi et toutes les entorses aux principes nourrissent des rancœurs propices aux trahisons et donc aux coups d’Etat en chaine.

79En filigrane, on constate l’importance de la période des études au Collège militaire, et plus précisément de la promotion à laquelle appartient le futur officier. N’ayons garde d’oublier que ses pairs l’accompagneront pendant toute sa carrière, et qu’il les retrouvera régulièrement au sein des écoles de perfectionnement qui occupent un temps relativement long de sa vie d’officier : 1/5 environ. Or, entre les élèves d’une même promotion - qu’il s’agisse des promotions des années 40 ou des années 50, toutes relativement peu nombreuses -, se nouent des liens d’amitié des solidarités consolidées par toutes les épreuves subies en commun - notamment au COLMTL - et les rituels promotionnels. Des liens de parenté et de compadrazgo, si puissants encore dans la société bolivienne, vont naître à l’occasion des mariages des uns et des autres et de la naissance des enfants. Tous ces rituels vont souder des noyaux d’officiers et des alliances nécessaires au démarrage des coups d’Etat s’ancreront à ces noyaux préformés.

80De plus, le collège militaire, puis ensuite les autres centres militaires de perfectionnement, sont des lieux d’apprentissage du rôle politique du militaire, plus spécifiquement de la manière de monter un coup d’Etat. Ce n’est pas tant que les cours du Collège portent à réfléchir sur la marche du pays : et quant au fond et dans la forme ces problèmes sont plutôt occultés. Sauf, il est vrai, à certaines époques. Ainsi, pendant les premières années du MNR, il y a - la situation le commande - des explications sur la révolution, sur le passage de l’”ancienne” à la “nouvelle” armée, etc. C’est surtout que le Collège militaire constitue une des unités clefs des coups d’Etat, et que les cadets, aux ordres de leurs commandants, sont souvent appelés à se battre pour l’un ou l’autre camp, et donc, occasionnellement, à faire le coup de feu. Ils sont aussi constamment sollicités par les opposants politiques, directement ou indirectement : on leur envoie des revues, des informations sur leurs chefs, etc.

  • 40 Témoignage officier (3).

81En fait, on apprend au COLMTL les moyens spécifiques dont dispose le militaire pour se faire entendre. De même que les ouvriers font grève ou que les étudiants manifestent, les militaires utilisent différentes techniques pour exprimer leurs revendications qui vont de la simple pétition (présentée par une délégation) au coup d’Etat, en passant par le casernement d’une unité. A un ami qui, naïvement, demandait à un officier s’il s’était livré à ce genre d’exercices, il fut répondu : “Mais comme un fou, mon vieux, tout le temps. A partir du moment ou tu es militaire, cela fait partie de ta vie ; tu es façonné à la combine ; tu joues à ces choses de toutes les manières... Nous autres au COLMIL, nous avons tramé notre rébellion, tout le bataillon, parce qu’ils ne nous versaient pas notre acompte”40. Si l’université bolivienne est le lieu par excellence de la formation des cadres politiques civils -presque tous ont fait leurs premières armes en politique quand ils étaient étudiants, voire lycéens -, le COLMIL est donc celui de la socialisation politique des militaires.

  • 41 Charles D. Corbett, Military institutional..., op.cit.

82Un des phénomènes caractéristiques des années 70 résulte de la pression des officiers de l’après 52, ceux du collège Gualberto Villaroel, generacionales ou oficialidad joven, pour occuper des postes de responsabilité. Comme le remarque Corbett, quand Banzer arrive au pouvoir en 1971, “les nouveaux commandants et leurs états-majors appartiennent à son groupe (il est de 46), avec des références académiques et professionnelles semblables à celles des membres de l’élite militaire plus âgée”41 alors que sont progressivement éliminés ou marginalisés les officiers prestigieux de l’époque barrientiste et ovandiste (promotions 41 à 44). Mais il se maintient au pouvoir sept longues années et s’il favorise quelques promotions rapides, dans l’ensemble, derrière lui, les jeunes piétinent. Ce qui explique probablement en partie pourquoi l’opération qui aurait consisté à légitimer par des élections sa permanence à la présidence est finalement ratée : le gros des officiers ne lui permet pas de se présenter. Ce qui explique aussi l’obligation dans laquelle il se trouve, à la fin de l’année 1977, de faire passer d’un coup à la réserve active 20 généraux et 26 colonels des promotions 1946 et 1947, ayant terminé leurs 30 ans de carrière, bien qu’ils fussent pour lui de précieux soutiens.

83En fait, Pereda, le premier, commence vraiment à gouverner avec les generacionales. Sorti lui-même du Collège militaire d’aviation en 1952, il incorpore à son cabinet militaire éphémère du 6 novembre 1978 un ensemble d’officiers promus sous-lieutenants de 1954 à 1959.

84Mais ces termes d’oficialidad joven ou de generacionales sont trompeurs en ce qu’ils tendent à accréditer l’idée qu’il existe un seul bloc d’officiers jeunes qui agit de conserve. Or nous avons montré précédemment combien ce groupe était hétérogène tant du point de vue de son origine sociale que de ses opinions politiques. De plus, toutes ces promotions ne jouent pas un rôle équivalent dans Enchaînement des coups d’Etat des années 60 à 80.

85Ainsi il y a un contraste saisissant entre la promotion de 1957 et celle de 1958. Celle de 1957, hostile à la révolution, se manifeste par une désertion collective des sa dernière année de formation, puis cette même année par son soutien à ce qui sera consid6r6 comme la première rébellion militaire contre le MNR (la rébellion du g6n6ral Influentes), et on retrouve ses officiers les plus prestigieux aux côtés du g6n6ral Garcia Meza en 1980. A l’inverse, la promotion de 1958 se signale par ses positions légalistes. Elle organise un coup d’Etat contre Banzer en 1974, et elle porte Padilla au pouvoir en 1979 afin qu’il organise des élections. Dans la lignée du MNR, elle se caractérise aussi par ses prises de position nationalistes.

86Pas un seul des coups d’Etat réussis depuis 1952 n’a été gagné sans la complicité et l’appui de civils - personnalités politiques, partis, gremios, associations patronales, groupes paramilitaires, syndicats même... -, que le coup d’Etat ait été dirigé contre des gouvernements civils ou contre des gouvernements militaires. Autrement dit, l’armée bolivienne, depuis 1954, n’a jamais pris le pouvoir seule. Toujours un groupe d’officiers a été associé à un groupe civil, une fraction de l’armée à une fraction civile. Même si les protagonistes civils du coup d’Etat n’ont pas toujours participé directement à la bataille, leur appui n’a pas été négligeable dans la mesure où il a légitimé les interventions golpistas et, de ce fait, a entraîné l’adhésion d’officiers hésitants.

87En raison de ces appuis civils, le lieu de départ des coups d’Etat revêt une signification particulière. Barrientos, originaire de Cochabamba, débute ses opérations dans cette même ville, là ou il compte sur l’appui des milices paysannes et sur celui de la garnison locale. C’est en quelque sorte sa ville bastion. Banzer démarre à Santa Cruz sa marche vers le pouvoir. C’est aussi son département d’origine et la néo-oligarchie crucénienne finance l’opération. De même Pereda, puis plus tard Natusch et Añez, bénéficient de l’appui de larges fractions civiles dans cette ville devenue la deuxième du pays. Ce ne sont donc pas des raisons strictement militaires qui déterminent le lieu de départ des coups d’Etat.

  • 42 Presencia, 5 juin 1980.

88En réalité, et dans tous les cas, c’est moins l’armée en tant qu’institution qui prend le pouvoir, qu’un groupe d’officiers. L’armée est donc clivée par les courants politiques civils et ses chefs sont liés aux leaders des partis et des associations para-politiques. Associée pendant 18 ans à la gestion des destinées du pays, elle apparaît elle-même comme un parti politique divisé en tendances, à l’instar du MNR qu’elle a combattu puis chass6 du pouvoir en 1964. Mais à l’6vidence, elle ne porte pas seule la responsabilité de ces divisions. Comme le dit très bien le president Siles Salinas, ”derrière chacun d’entre eux (les officiers), il y a toujours dix civils qui leur suggèrent ou leur demandent, comme Olañeta lors de la fondation de la République : un jour de gloire pour la Patrie”42.

  • 43 Le livre de Irvin Alcaraz, El prisionero del palacio. La Paz, Amerindia, 1984, offre une excellent (...)

89Allons un peu plus loin dans l’exploration des liens entre civils et militaires en reprenant les différentes phases des coups d’Etat. Les divers partenaires civils et militaires se rencontrent dans l’ombre, se mettent d’accord sur les modalités de l’intervention militaire, précisent les d6tails de sa préparation, la répartition des postes dans le nouveau gouvernement et au sein du commandement militaire43, et éventuellement quelques mesures politiques d’urgence. Cette phase de gestation peut inclure divers types de manifestations civiles : “proclamations”, communiqu6s, manifestations, grèves..., l’agitation civile précédant souvent le coup d’Etat.

90Si le coup d’Etat est gagnant, la participation des civils au gouvernement dépend de la visée des militaires putschistes : la plupart du temps, ils sont associés à la direction du pays mais il peut arriver qu’ils en soient écartés (Banzer 1974-1978, Padilla 1978-1979, Vildoso 1982). Cependant le relais doit obligatoirement être pris par des civils à un niveau ou un autre de l’administration du pays. On comprend mieux alors quelle est la fonction de l’Ecole des hautes études militaires, qui réunit chaque année une promotion de colonels et un nombre à peu près équivalent de civils. Elle sert de vivier pour recruter des hauts fonctionnaires, des responsables, des porte-parole qui ont déjà été en quelque sorte pré-sé1ectionnés par les responsables militaires.

  • 44 Du moins si l’on en croit le récit d’Irvin Alcaraz, op.cit..

91Les séquences peuvent être plus complexes. Des lors que les populations sont mobilisées pour ou contre les putschistes, les hypothèses d’état-major sont bousculées et l’issue de la bataille devient plus incertaine. C’est notamment le cas en octobre 1970 quand la population de La Paz favorise la victoire de Torres. A l’inverse, en 1979, la mobilisation populaire, toujours à La Paz, oblige Natusch Busch à céder le pouvoir au bout de 15 jours. Et le MNR associé au coup d’Etat se divise à cette occasion, Paz Estenssoro reniant son engagement premier aux côtés des insurgés44.

92Autrement dit, les coups d’Etat peuvent être comparés à des fusées à plusieurs étages. Mais à l’inverse des fusées, moins il y a d’étages qui prennent feu, plus ils sont efficaces, moins ils ont de chance de dévier du cours prévu. Au contraire, si aux civils associés viennent se mêler les foules populaires, la fusée risque de devenir incontrôlable, et le golpe peut profiter à des adversaires.

93L’influence étrangère décide du sort de certains coups d’Etat, joue pour les accélérer ou les retarder, les “armer” ou les “désarmer”. En tout cas, si un groupe de conjurés bénéficie d’aides financières en armement, en techniciens même, il a de fortes chances de l’emporter. Il en est ainsi pour Barrientos - encore que des controverses subsistent sur l’aide réelle du Pentagone, et qu’en l’occurrence le Département d’Etat et le Pentagone ont eu, semble-t-il, des points de vue opposés. Selon Sergio Almaraz, le conseiller militaire américain, le colonel Fox, membre de la CIA, ami de Barrientos, aurait été un des cerveaux du golpe de 1964. De plus, ce coup d’Etat fait partie d’une série de prises de pouvoir militaires en Amérique latine, dont la plus connue est celle du Brésil, toutes plus ou moins inspirées par les Etats-Unis, dans tous les cas en accord avec les doctrines nouvelles de la sécurité intérieure, et consécutives au regain d’aide militaire pour lutter contre les guérillas déclenchées après la Révolution cubaine.

  • 45 Cf. El Diario, 20 decembre 1970, et Presencia, 13 mai 1978, ainsi que Isaac Sandoval Rodriguez, An (...)

94Banzer gagne en 1971 grâce à l’appui conjoint (l’officiers nord-américains et brésiliens. Deux noms sont le plus souvent cités par la presse : celui de l’attaché militaire américain à La Paz, Robert J. Lundin, et celui du général brésilien Hugo Bethlem, ex-attaché militaire du Brésil, qui s’est chargé des envois d’armes jusqu’à Santa Cruz, et a servi de lien entre les officiers boliviens en exil45.

  • 46 Cf Washington Press, 2 novembre 1979.

95Pour ce qui est de Garcia Meza, le problème est plus complexe. Quand il arrive au pouvoir, Jimmy Carter, qui est encore président des Etats-Unis, soutient le processus de démocratisation en Amérique latine et le Département d’Etat s’oppose donc à tous les coups d’Etat contraires à cette visée du retour à la Constitution46. Sur place, l’ambassadeur des Etats-Unis à La Paz s’emploie à freiner les ardeurs du bouillant général. Il y réussit un temps, mais finalement le golpe éclate grâce aux subsides, à l’armement et aux mercenaires argentins. Ces derniers, aidés par des groupes de para-militaires boliviens, se chargent des basses besognes qui permettent la victoire, puis brisent toute velléité d’opposition.

96Que déduire de ces trois cas ? En premier lieu, l’influence constante des Etats-Unis. Cette influence peut contribuer soit à favoriser les coups d’Etat par des mécanismes divers, soit à les freiner. On retiendra en second lieu qu’un coup d’Etat qui a bénéficié d’une aide étrangère, qui peut venir des Etats-Unis mais aussi des puissants voisins que sont le Brésil et l’Argentine, a toutes les chances de l’emporter.

97Nous sommes maintenant en mesure de reconstituer une sorte de séquence type du coup d’Etat en Bolivie durant toute cette période ; séquence plus ou moins proche d’une tentative réelle, à laquelle tout coup d’Etat peut être comparé.

98L’initiative vient généralement d’un groupe d’officiers animés par un ou plusieurs leaders. Ce groupe est composite : il comprend à la fois des officiers d’état-major d’une même classe d’âge, de 45 ans et plus, et des officiers plus jeunes, commandants d’unités clefs. Une phase importante des contacts entre ce groupe et ses alliés éventuels, militaires et civils, boliviens et étrangers, se passe dans l’ombre, préalablement au déclenchement du golpe. L’opinion est préparée par une série d’actions diverses qui peuvent inclure propagande, manifestations de rue, attentats... Elles visent à créer un climat d’hostilité au gouvernement et d’insécurité sociale propre à favoriser la popularité du groupe golpista qui se propose toujours de “rétablir l’ordre”.

  • 47 Reflexiones a un capitán, sans nom d’auteur, brochure, rondo, 1967. On lira aussi avec intérêt les (...)

99Parallèlement à cette phase de préparation qui peut se prolonger de longs mois, les principaux responsables militaires de l’insurrection, qui très souvent cétoient quotidiennement celui qu’ils veulent abattre, cherchent à endormir sa méfiance. Nous disposons à cet édgard de multiples témoignages tous plus spectaculaires les uns que les autres sur l’art et la manière de réussir ce tour de force. Ecoutons le général Ovando louer le MNR à la Convention du parti de janvier 1964, alors que la conspiration contre Paz Estenssoro est déjà en marche : “Nous sommes movimientistas, parce que le MNR représente cette essence. Pour cette raison, monsieur le Président, en tant que chef de la cellule militaire, je déclare solennellement que les forces armées n’ont aucun appétit, n’ont aucun désir de s’imposer et ne se prêteront à aucun coup d’Etat”47

  • 48 Lors de l’entretien qu’il m’accorda en 1979, le général Ovando démentit cette affirmation mais con (...)

100On ne peut guère être plus pompeusement affirmatif. Ovando est si habile à ce jeu de la dissimulation que Paz Estenssoro croit encore en sa fidélité lorsque le général l’accompagne jusqu’à l’avion qui le conduit en exil. A son tour, le général Ovando est trahi par Banzer, un de ses officiers favoris, avec lequel il est lié par des relations de compérage48. Puis Banzer est dupé par Pereda dont il a fait la carrière politique.

101La réussite d’un coup d’Etat exige sans doute, dans bien des cas, la dissimulation, mais en Bolivie la trahison se donne en spectacle. Il y a une sorte d’esthétique de la trahison qui n’est pas propre au général Ovando, mais que l’on retrouve constamment dans la vie politique du pays. Elle n’est pas non plus particulière aux militaires. Mais les civils ne disposent pas des mêmes moyens que les militaires pour organiser le spectacle ; ils ne peuvent du jour au lendemain passer de l’adulation à l’attaque - à moins d’être liés avec des militaires - et s’installer en lieu et place de celui qu’ils encensaient la veille.

102La préparation étant jugée suffisante, le groupe des insurgés prend possession d’un endroit stratégique : une ville, par exemple Santa Cruz, ou même directement La Paz. Il lance un communiqué dans lequel il expose ses objectifs. Suit alors une période d’incertitude, plus ou moins longue, pendant laquelle les garnisons se définissent tour à tour, plus ou moins spectaculairement, pour l’un ou l’autre camp -certaines troupes peuvent se mettre en mouvement. Les volte-face sont fréquentes. La concertation ne cesse jamais vraiment pendant cette guerre des nerfs : on se téléphone, on s’envoie des émissaires, autrement dit on négocie. Il est exceptionnel qu’on en vienne à un véritable affrontement. Tout se passe comme s’il y avait une consigne implicite, respectée de tous : les officiers ne mettent pas en péril l’existence de l’armée, et donc ne se battent pas entre eux. Le spectre d’avril 1952 est encore à l’horizon.

103L’attitude des insurgés vis-à-vis des civils est toujours ambiguë. Ce sont des associés, mais on évite de les armer, de façon à ce qu’en dernière instance ce soient les militaires-qui décident du sort de la partie.

104Pendant la durée de cette guerre des nerfs, les principaux leaders politiques, les secteurs organisés du pays, les pays étrangers - s’ils en ont le temps - prennent aussi position.

105Les unités militaires puissantes, les plus techniques (blindés, motorisés, aviation...), de La Paz et des environs, assurent la victoire du groupe golpista, ou la permanence du groupe au pouvoir, à moins que ne surgisse un troisième larron. En effet, comme la part d’improvisation est importante, même en ayant une idée de l’état des forces en présence, il est souvent difficile de savoir à l’avance à l’avantage de quel camp le golpe va se dénouer ; d’autre part, plusieurs leaders peuvent être en compétition dans un même camp ; enfin, il peut toujours y avoir un coup d’Etat dans le coup d’Etat qui se dévoile si les adversaires ne peuvent se départager. Dans tous les cas, il y a plusieurs présidentiables et chacun joue plus ou moins ouvertement et efficacement son jeu à l’occasion de la crise.

106Le vainqueur de cette joute épuisante occupe le palais présidentiel, se montre au balcon, prononce un discours, est acclamé des siens et nomme aussitôt le nouveau commandement de l’armée, puis son cabinet ministériel.

107Les vaincus sont sanctionnés, envoyés à des postes frontière ou déplacés dans l’administration de l’armée, à moins qu’ils ne soient dégradés, voire exilés.

Idéologie et coups d’Etat

108Les clivages idéologiques qui séparent certains groupes de militaires peuvent-ils rendre compte de la cascade des coups d’Etat survenus pendant ces dix-huit années ?

  • 49 Martin C. Needler, “The Latin American military : predatory reactionaries or modernizing patriots” (...)

109A cet égard, deux conceptions s’affrontent, que j’ai déjà évoquées brièvement : celle de Johnson pour lequel le recrutement d’officiers originaires des classes moyennes entraîne l’arrivée de “patriotes modernisants”, et celle de Lieuwen qui, tout en reconnaissant l’origine plus modeste des officiers, n’y accorde guère d’importance et voit toujours les putschistes comme des “réactionnaires prédateurs”49.

  • 50 Edwin Lieuwen, Generales vs presidentes : neomilitarism in Latin America, New York, Praeger, 1964, (...)

110Pour Lieuwen, qui condamne tout interventionnisme militaire, “les officiers d’aujourd’hui sont originaires de la classe moyenne inférieure, mais leur identification institutionnelle est tellement forte qu’elle oblitère toute identification significative avec des groupes sociaux civils. Les considérations institutionnelles, le rappel traditionnel de la loi et de l’ordre, et la peur morbide presque constante qu’une révolution sociale détruise leur organisation, se combinent en une philosophie fondamentalement conservatrice”50. Aussi les régimes militaires réformistes sont-ils généralement l’exception et se terminent-ils par des contre-coups d’Etat de droite. Selon lui, une des raisons majeures de l’échec des militaires à gouverner tient à leur piètre gestion économique, en grande partie provoquée par la ponction qu’ils opèrent dans les dépenses publiques au bénéfice de l’armée, et à la corruption de l’élite militaire. C’est donc moins l’origine sociale des officiers qui détermine leur idéologie et leur comportement politique, que leur socialisation et la défense de leurs intérêts corporatistes ou sectoriels.

  • 51 John J. Johnson, Op. cit., p. 123.
  • 52 Ibid., p. 129.
  • 53 Ibid., p. 126.

111A l’inverse, selon Johnson, les officiers qui proviennent de plus en plus de la classe moyenne restent “étroitement associés avec elle lorsque leur prestige et leur influence à l’égard des anciennes élites augmentent”51. Il ajoute qu’après leur accession au pouvoir, “l’imbrication du gouvernement et de la société moderne les incite à l’emploi d’un grand nombre de conseillers civils qui adoptent dans de nombreux cas les convictions de la classe moyenne”52. Autrement dit, les officiers deviennent des représentants de la classe moyenne, tant parce qu’ils en proviennent que parce qu’ils la côtoient et adoptent ses valeurs. Johnson observe aussi l’adhésion des militaires au modernisme industrialisant, leur défense du nationalisme, leur ressentiment contre les extorsions de l’impérialisme économique, et donc - puisque l’armée amène en même temps “la suppression des libertés individuelles et l’adoration du pouvoir collectif’ - leur propension au “socialisme national”53.

112Les données rassemblées jusqu’ici offrent des arguments en faveur de Pune et l’autre thèse, et incitent en même temps à une grande prudence. A l’appui de Johnson, on peut faire état de l’apparition de gouvernements militaires réformistes après la guerre du Chaco (”socialistes militaires”, Villaroel). Mais ils sont tous chassés par des gouvernements militaires conservateurs, comme le prédit Lieuwen. Et en l’état actuel des connaissances, il est impossible d’établir un lien entre l’origine sociale des officiers de l’avant 1952 et leur idéologie II n’y a aucune preuve que les socialistes militaires étaient d’extraction sociale plus modeste que les conservateurs qui les chassèrent du pouvoir. Pour ce qui est de la période actuelle, j’ai plutôt souligné l’influence des mécanismes de socialisation militaire et de l’environnement socio-politique extérieurs à l’armée sur l’idéologie, les attitudes et les comportements des officiers.

  • 54 Samuel P. Huntington, El orden pólitico en las sociedades en cambio, Buenos Aires, Païdos, 1972. J (...)

113En fait, les visions de Johnson et Lieuwen sont trop tranchées. Huntington et Nun54 proposent des analyses plus fines qui tentent de lier la propension aux coups d’Etat et leur orientation idéologique au degré de développement économique et politique de la société civile. Tous les deux sortent donc du cadre étroit de l’analyse institutionnelle du coup d’Etat.

  • 55 José Nun, op.cit., p. 117

114Selon Jose Nun, la crise oligarchique latino-américaine n’a pas donné naissance à une véritable bourgeoisie industrielle nettement détachée de l’ancienne oligarchie. L’industrie s’est développée au sein de l’aristocratie terrienne et du groupe des commerçants de gros, principalement agro-exportateurs. Si bien que la classe moyenne a en quelque sorte remplacé la bourgeoisie industrielle comme ennemie de l’oligarchie ; bien que subordonnée à cette oligarchie multipolaire, elle a peu à peu revendique sa part de bénéfices et de pouvoir. Mais cette classe moyenne dépendante n’a pas cherché à changer le système social dans sa totalité, elle a seulement lutté pour une place au soleil. Comme, par ailleurs, elle a manqué de cohésion interne, les officiers recrutés en son sein en ont constitué l’aiguillon et l’aile marchante. C’est donc avec l’appui de l’armée qu’elle a “gagné la reconnaissance politique de l’oligarchie pendant les premières décennies de ce siècle ; c’est avec sa protection qu’elle s’est consolidée ensuite au gouvernement ; c’est maintenant avec son intervention qu’elle essaie de devancer la menace de secteurs populaires qu’elle est incapable de diriger. Ceci explique la pression civile constante en faveur de l’intervention militaire, généralement dissimulée par la chronique des événements”55. Le manque de cohésion interne de la classe moyenne, déjà mentionné, et le fait que l’armée qui la représente ne peut pratiquement jamais accomplir les promesses qu’elle a faites à des couches populaires de plus en plus nombreuses et de mieux en mieux organisées, expliquent aussi les séries de coups d’Etat.

  • 56 Samuel P. Huntington, El orden pólitico..., p. 183.

115De même que Jose Nun, Huntington contraste diverses situations historiques. Quand le pays est gouverné par une oligarchie prétorienne, les militaires interviennent lors de révolutions de palais, par lesquelles un membre de l’oligarchie vient en remplacer un autre. La figure dominante peut être un général ou un colonel, mais elle peut aussi bien être un aristocrate terrien, un propriétaire minier ou un riche commerçant. Avec la modernisation, la composition sociale interne du pays change. De nouvelles couches moyennes apparaissent, techniciens, employés, enseignants, notamment, qui s’ajoutent aux commerçants et aux artisans. L’armée recrute ses officiers dans cet ensemble tandis qu’elle devient plus professionnelle et plus bureaucratisée. Alliés aux civils des couches auxquelles ils appartiennent, des officiers déclenchent alors des coups d’Etat pour éliminer l’oligarchie. On passe ainsi des coups oligarchiques aux coups réformistes de classe moyenne. “Ils promeuvent presque toujours un programme de réformes économiques et sociales et de développement national ; et souvent ils sont plus violents que les précédents”56. Puis l’ouverture sociale progressive favorise la participation politique des couches populaires, notamment des ouvriers dont le nombre est par ailleurs croissant. Le militaire devient alors le conservateur de l’ordre existant, ou tout au moins de la hiérarchie sociale en place, et il intervient par des golpes de veto pour freiner la mobilisation populaire.

116En somme, aussi bien pour Nun que pour Huntington, la position politique des militaires de classe moyenne dépend de l’étape de consolidation de la classe moyenne dans la société nationale. Une hypothèse qui se vérifie pleinement en Bolivie. Les ”socialistes militaires” et Villaroel se sont bien montrés progressistes et réformistes dans un contexte dominé par l’oligarchie des barons de l’étain et de l’aristocratie terrienne, alors que les coups d’Etat de Barrientos ou de Banzer peuvent être rangés sans difficulté dans la série des coups d’Etat de veto destinés à freiner la mobilisation populaire.

  • 57 Alain Rouquié, La politique de Mars, Paris, Le Sycomore, 1981, p. 30.

117Cependant, cette vision évolutionniste a le désavantage de présenter l’armée comme un bloc uni qui réagit soit dans un sens soit dans l’autre, à chacun des stades de l’évolution de la société. En fait, les officiers sont le plus souvent divisés en réformistes, conservateurs et indécis, les changements d’orientation idéologique des uns et des autres étant d’ailleurs monnaie courante : nombreux sont les officiers du MNR qui abandonnent le movimiento en cours de route puis contribuent à sa défaite et qui naviguent ensuite d’un camp à l’autre en fonction des chances de réussite de candidats militaires à la présidence. “L’inconséquence politique des légions - qui n’existe que par rapport à une version partisane de la fidélité à un credo politique (bien rare chez les civils boliviens) - est d’ailleurs une caractéristique souvent relevée, notamment dans les armées latino-américaines”57. Il serait donc superficiel d’analyser les causes des coups d’Etat sous le seul angle de l’idéologie des officiers putschistes. Mais il reste que chacun des gouvernements militaires adopte des séries de décisions politiques légitimées par des discours idéologiques auxquels leurs opposants répondent par d’autres discours préludes à des options politiques divergentes. Et, dans la mesure où discours et décisions vont alors de pair, leur analyse permet de préciser quelles sont les principales “familles” militaires.

118Depuis les années 30, la rhétorique révolutionnaire oppose volontiers la nation à l’anti-nation vendue aux intérêts de l’impérialisme et incarnée par la Rosca des propriétaires miniers, leurs séides locaux et leurs relais aux Etats-Unis et en Europe. On sait que le MNR, à l’origine de cette interprétation, nationalise les mines peu après son accession au pouvoir. Loin d’être une simple mesure économique ou politique, cette nationalisation symbolise la Révolution ; la Bolivie récupère son patrimoine, elle prend ou reprend possession de son territoire. Le débat sur la meilleure manière d’exploiter les ressources naturelles - dont la Bolivie est riche -pour le bien du pays, ne cesse pas pour autant. Il dégénère en polémiques passionnées qui mêlent civils et militaires et provoquent leurs divisions.

119Sur ce chapitre délicat, Barrientos prend le contrepied du MNR. Il remet en question la nationalisation des mines en encourageant l’investissement privé dans les mines moyennes, et en élaborant un nouveau code minier qui institue la libre commercialisation des minerais. Il réduit les surfaces des concessions de la COMIBOL autour des puits de mines et signe avec des compagnies nord-américaines des contrats pour l’exploitation des déchets de mines et du riche gisement de zinc et de plomb de la mine Matilde.

120Cette politique minière n’est que la partie la plus spectaculaire d’une politique économique libérale favorable aux investissements privés nationaux bien marquée par la Ley de inversiones du 20 octobre 1965 destinée à attirer les capitaux, d’où qu’ils viennent et où qu’ils aillent, à l’aide d’exemptions d’impôts et de droits de douanes, de facilités à l’exportation, etc.

121Pour ce qui est de l’exploitation du pétrole et du gaz, Barrientos n’a pas à revenir sur le code du pétrole du 29 octobre 1956 (plus connu sous le nom de Código Davenport) déjà très favorable aux intérêts des compagnies pétrolières privées. Des 14 entreprises étrangères qui ont démarré des recherches dans les années 50, seule la Gulf Petroleum Company s’est finalement lancée dans l’exploitation du pétrole puis du gaz. Très rapidement, elle a dépassé en importance la Compagnie nationale YPFB. En 1968, tandis que YPFB produit 497 000 mètres cubes de pétrole brut et 253 millions de mètres cubes de gaz, sa rivale extrait 1 million 883 000 mètres cubes de pétrole et 672 millions de mètres cubes de gaz.

  • 58 Discours du 20 juillet 1966, citd par Edgar Oblitas Fernandez, Un perfil, una revolucién, La Paz, (...)

122Nouveaux changements de président, nouveaux changements de cap. Ovando, puis Torres avec plus de vigueur encore, s’opposent au libéralisme économique de Barrientos. Dès 1966, Ovando se prononce pour “la planification et la domination étatique des principales branches de la production” afin de sortir l’économie nationale de sa “dépendance semi-coloniale”58. Le jour même de son arrivée au pouvoir (27 septembre 1969), il abolit le Código Davenport, et peu après il nationalise les biens de la Gulf Petroleum Compagny. Il instaure en outre le monopole de la commercialisation des minerais pour le compte de la banque publique qu’est le Banco minero, appelé à encourager l’industrie minière par ses investissements. Et il accélère les études pour la création de nouvelles fonderies (zinc, antimoine, bismuth...).

  • 59 Hoy, janvier 1971.

123C’est finalement au général Torres, devenu président, que revient l’honneur, en janvier 1971, de prononcer le discours d’inauguration de la fonderie d’étain de Vinto, symbole d’une Bolivie “libérée” : “Avec cette fonderie, la Bolivie rompt le principal lien de sa dépendance. Elle commence à élaborer ses matières premières, elle commence à ne plus être une colonie et à se transformer en nation”59. Le même Torres creuse encore le sillon tracé par Ovando en rétrocédant à la COMIBOL l’exploitation des terrils, puis la mine Matilde, et il hâte à son tour les études et les contacts, notamment avec les pays de l’Est, pour installer de nouvelles fonderies.

  • 60 Conférence du général Torres à un débat sur le développement national organisé par l’Université Sa (...)
  • 61 Ibid.
  • 62 Presencia, 27 septembre 1969.

124Pourquoi l’armée - du moins certains de ses officiers - se sent-elle appelée à assumer les taches essentielles du développement national ? Parce que, selon Torres : “Dans les pays semi-coloniaux, il n’existe aucune classe suffisamment forte ; pas plus le prolétariat que les paysans, les classes moyennes ou la bourgeoisie n’ont la capacité de défendre le pays de l’exploitation impérialiste. Dans ces pays, seules les armées disposent de la force”60. Mais le modèle révolutionnaire de développement “reconnaît et admet la coopération nécessaire entre le secteur public, le secteur privé et le secteur coopératif encore embryonnaire”61. Car pour les signataires du Mandato revolucionario, un pays miséreux et dépendant comme la Bolivie ne peut se fonder ni sur un système exclusivement capitaliste, ni sur un système “exclusivement socialiste”, mais sur un modèle révolutionnaire national qui mêle les trois modes de propriété62. Le capital étranger est accepté quand il contribue réellement et effectivement au développement national, et respecte les lois du pays. Mais l’industrie nationale doit être protégée, et le pays doit tendre vers une politique de substitution des importations.

125Banzer, quant à lui, reprend la ligne barrientiste. Il renoue avec une politique susceptible d’attirer les capitaux privés, principalement étrangers. Pour cela, il fait la paix avec les “nationalisés” des gouvernements précédents en les indemnisant. Il annule le décret qui donne au Banco minero le monopole dé la commercialisation des minerais. Une nouvelle Ley de inversiones consent des franchises totales d’impôts et de droits de douane, la concession gratuite de terrains, etc., à qui investit dans le pays. Elle est complétée par d’autres lois du même type : la Ley de integracién national (1975), la Ley de promotion de las exportaciones no tradicionales (1977), puis la Ley de hidrocarburos qui permettent aux compagnies pétrolières étrangères de revenir dans le pays pour des contrats d’opération de 30 ans. Aussitôt, 11 compagnies, dont 9 américaines, commencent des recherches. Il justifie cette politique par la rhétorique habituelle de l’ordre indispensable au développement, d’ailleurs prétexte de l’intervention militaire. L’ennemi n’est plus situé à l’extérieur, il se manifeste dans le pays sous la forme de partis politiques d’opposition et de syndicats fauteurs de troubles.

126Ces options opposées de politique économique entraînent - ou tout au moins sont intimement liées avec des attitudes et des pratiques, elles aussi contrastées, à l’égard des organisations syndicales et partisanes. Le sort réservé aux mineurs fournit un bon fil conducteur pour explorer cette voie.

  • 63 Cf. Simon Reyes, “La masacre de San Juan”, in : Generales y guerrilleros en Bolivia, Buenos Aires, (...)

127Barrientos s’attaque violemment à la puissante Fédération des travailleurs des mines (FSTMB). En mai 1965, il baisse d’un coup les salaires des mineurs (certains jusqu’à 40 %), les bloque pour un an, interdit les grèves, récuse les directions syndicales, puis envoie l’armée occuper les mines déclarées zone militaire, tandis que l’ensemble du pays est placé en état de siège. Une réplique des mineurs en septembre, qui affrontent les militaires à la dynamite, entraîne une répression sanglante à Siglo xx - Catavi : 82 morts, 200 blessés, 139 exilés, 400 licenciements ; tel est le bilan. Deux ans plus tard, dans la nuit de la Saint Jean 1967, alors que les mineurs sont en liesse, les soupçonnant de vouloir établir un second foyer de guérilla dans le pays -Che Guevara est en Bolivie -, il ordonne une nouvelle fois l’attaque de Siglo xx, avec pour conséquence 26 morts et 80 blessés, selon la macabre comptabilité officielle63.

  • 64 Gregorio Iriarte, Los mineros : sus luchas, frustraciones y esperanzas. La Paz, Puerta del Sol, 19 (...)

128Entre ces deux épisodes répressifs, le 24 septembre 1966, le gouvernement a doté le pays d’un règlement syndical qui soumet la reconnaissance des syndicats à une autorisation du ministère du Travail, et qui interdit à tous les dirigeants des partis politiques d’être élus représentants syndicaux. Et ce n’est là qu’un des dispositifs d’un ensemble dont la toile de fond est la réduction des libertés civiles. En bref, Barrientos a imposé la paix civile : “une paix de cimetière” selon Gregorio Iriarte64.

129A l’inverse, aussi bien Ovando que Torres sont conscients du fait que leur politique économique et sociale sera vouée à l’échec si elle ne recueille pas l’assentiment et l’appui populaires. Mais la mobilisation populaire ne va pas de soi pour des militaires directement associés à la répression du régime barrientiste, notamment aux massacres dans les mines, et qui, de plus, entendent se passer des intermédiaires habituels que sont les leaders politiques des différentes fractions du MNR et des diverses chapelles marxistes.

130Peu après son arrivée au pouvoir, Ovando abolit le décret qui limite la vie syndicale, si bien que le syndicalisme renaît et qu’un congrès de la COB (le 4ème) peut se tenir à La Paz en 1970. Lechin, d’abord expulsé du pays par le gouvernement, peut revenir la veille du congrès et il est réélu secrétaire exécutif de la confédération ouvrière.

131Torres va plus loin. Il propose aux leaders syndicaux une place dans son gouvernement, mais ceux-ci, qui gardent en mémoire l’expérience du co- gouvernement avec le MNR refusent son offre. Après avoir revalorisé le salaire des mineurs, il se rend en visite dans les principales mines de la COMIBOL et, le 1er mai 1971, il marche en tête de la manifestation syndicale commémorative. Depuis les premières années de la révolution, on n’avait jamais revu défiler ensemble un président de la République et des syndicalistes. Et jamais on n’avait vu afficher aussi ostensiblement une alliance entre un officier supérieur de l’armée et des prolétaires. Mais, finalement, la dynamique créée par l’ouverture démocratique échappe totalement au contrôle du gouvernement. Elle débouche sur la création de l’Assemblée populaire, sorte de contre-pouvoir ouvrier organise par la COB afin de “contrôler” les mesures gouvernementales et d’en imposer d’autres, et accélère la préparation du coup d’Etat de Banzer.

132Ce dernier reprend la stratégie répressive barrientiste. Sur ce plan, le plus significatif de son mandat s’exprime dans le train de décrets du mois de novembre 1974, quand, se débarrassant des ministres civils, il décide de gouverner avec les seuls militaires. Il bloque alors toutes les manifestations publiques, met en sommeil tous les groupes organisés - partis, syndicats, associations professionnelles,... - et interdit les grèves et les rassemblements. Dans les mines, après avoir - malgré les interdictions mentionnées plus haut - permis la tenue d’un congrès de mineurs en mai 1976, il ordonne à l’armée d’envahir les campements, faisant d’eux, une fois de plus, des zones militaires coupées du reste du pays. Les dirigeants syndicaux sont arrêtés et certains d’entre eux expulsés au Chili, où ils sont parqués dans les iles insalubres du Pacifique sud.

133Avec les options de politique intérieure plus ou moins répressives, et celles de politique économique plus ou moins nationalistes ou libérales, les orientations de la politique étrangère conforment un tout cohérent. Le régime barrientiste est évidemment très ouvert aux échanges et aux appuis du grand allié américain. Et après la révolution cubaine, l’armée tout entière acquise aux thèses sur le péril communiste intérieur s’entraîne à la contre-insurrection. C’est dire que les relations avec les pays de l’Est sont quasiment inexistantes et la guérilla de 1967 vient encore accentuer cette tendance anticommuniste.

  • 65 Cf. le discours de Torres, commandant en chef des forces armées, du 15 novembre 1969, et l’intervi (...)

134A l’arrivée d’Ovando à la présidence, on assiste à un renversement d’alliances qui s’accentue encore avec Torres. Si les relations entre les Etats-Unis et la Bolivie ne sont pas rompues, elles deviennent pour le moins tendues. Les nationalisations de biens américains, l’expulsion du Peace corps, la fermeture de certaines agences nord-américaines entraînent d’aigres protestations et une nette diminution de l’aide dispensée par les Etats-Unis. Les gouvernements d’Ovando et de Torres envisagent même la possibilité d’abandonner la Junte interaméricaine de défense 65 tandis que dans le même temps, ils renouent des relations diplomatiques avec plusieurs pays de l’Est et concluent avec eux des accords d’études et de financements pour de nouvelles fonderies. Ils se rapprochent aussi de Cuba.

  • 66 Sur l’ensemble de la politique extérieure d’Ovando et Torres, Cf. Julio Raul Barrios Moron, Defens (...)

135Sans rompre avec l’U.R.S.S. et ses pays satellites - divers programmes de développement se poursuivent - Banzer reprend quant à lui une politique étrangère alignée sur les grandes options américaines en matière d’alliances stratégiques et de défense continentale66.

136Au total, le choix en matière de politique économique paraît déterminer les autres grandes orientations politiques. Dans la mesure où les nationalisations prennent les Etats-Unis et leurs alliés de l’intérieur à rebrousse-poil, notamment les entrepreneurs et les commerçants d’import-export, elles imposent aux gouvernants de mobiliser les secteurs populaires s’ils veulent se maintenir. A l’inverse, une politique qui favorise l’investissement privé national et étranger semble, pour réussir, devoir garantir un ordre interne nuisible aux travailleurs organisés.

137Les officiers boliviens sont donc divisés en deux groupes dont l’un, plutôt progressiste, est proche de la description que propose Johnson des officiers de classe moyenne, et dont l’autre s’accorde mieux avec l’image de l’officier réactionnaire que propose Lieuwen, les indécis, probablement majoritaires, faisant gagner successivement l’une ou l’autre tendance.

  • 67 Charles D. Corbett, Military institutional development..., op.cit..

138Pour qualifier ces deux grands courants idéologiques, Charles D. Corbett utilise les expressions de populist-developmental et modified-traditional-liberal views67. Mais ces deux expressions peuvent prêter à confusion. En effet, tous les militaires boliviens prônent le développement et, pour ce qui est de la période concernée, une participation de l’armée à ce développement. Aussi le qualificatif developmental ne permet pas, en réalité, de distinguer l’un et l’autre courants. En employant la formule “libéralisme modifié”, l’auteur entend souligner le fait que ce courant, s’il cherche à favoriser l’investissement privé, n’abandonne pas pour autant l’investissement public. Mais, nous l’avons vu, ce semi-libéralisme économique ne s’accompagne pas, loin de là, d’un libéralisme politique : les libertés civiles sont foulées aux pieds et la répression bat son plein. On peut aussi s’interroger sur la signification du terme “traditionnel”. Il semble que Corbett l’emploie pour indiquer le rôle modérateur de l’armée : les officiers du courant libéral modifié ne seraient pas partisans d’un maintien de l’armée au pouvoir mais plutôt d’interventions militaires au coup par coup lorsque la sécurité nationale est en jeu. La “tradition” se rapporterait donc à l’apolitisme d’officiers portés sur les devants de la scène seulement par des circonstances extraordinaires. Il est difficile de suivre Corbett sur ce terrain étant donné que l’armée bolivienne se politise tout en se professionnalisant.

139Aussi, je proposerai plutôt l’opposition nationalistes-tolérants, libéraux-répressifs, qui, sans être parfaite, et avec les réserves que j’ai déjà émises sur le terme liberal, résume plus clairement les deux courants.

  • 68 Ultima Hora, 21 août 1968.

140Dès lors que les militaires tendent à accaparer le pouvoir, la question de la légitimité du gouvernement et du retour à des formes constitutionnelles ne peut manquer de se poser. Déjà, le général Vasquez Sempertegui, auteur d’un coup d’Etat manqué en août 1968, exige “qu’un instant Barrientos et Ovando se débarrassent de leur ambition vorace et insatiable et laissent le pays se gouverner par les voies démocratiques de son choix”68. Mais c’est pendant la présidence de Banzer que le problème de la permanence de l’armée au gouvernement est le plus clairement posé et qu’il entraîne une cassure manifeste dans le corps des officiers. Quand Banzer s’impose au pouvoir, en aout 1971, il parait d’abord rétif à l’idée d’un retour du pays à la constitutionnalité. Mais dès le mois d’octobre, il annonce qu’une fois la paix sociale retrouvée et la stabilité interne rétablie, les forces armées laisseront le gouvernement aux mains d’organisations é1ues par le peuple. Il faut cependant attendre le 23 juin 1973 pour que le président mentionne à nouveau la possibilité d’é1ections en 1974. Et à la fin de l’année 1973, il recule cette échéance d’un an.

141Ces hésitations provoquent de profonds remous dans l’armée, et le coup d’Etat de juin 1974, orchestré par un groupe de jeunes officiers de la promotion 1958 a pour but principal de forcer Banzer à tenir son engagement. C’est un échec. Les officiers putschistes sont arrêtés. Et Banzer décide, en novembre, de confier le gouvernement du pays à l’armée repoussant du même coup l’échéance é1ectorale à l’année 1980.

  • 69 Juan Ayoroa Ayoroa, José Patiño Ayoroa, Miguel Ayoroa Montaño, Remberto Iriarte Paz, et un ensembl (...)

142Il voit alors se regrouper contre lui un ensemble composite de partisans de la démocratisation, comprenant ceux qui s’estiment lésés ou menacés dans leur carrière par sa longue permanence à la présidence, ceux qui désapprouvent tel ou tel aspect de sa politique, et enfin les convaincus des bienfaits du respect de la constitution, sans qu’il soit d’ailleurs toujours aisé de démêler ces différents motifs. Des officiers de renom prennent ainsi le relais des putschistes de 197469.

  • 70 “Desde el receso militar”, Presencia, 8 janvier 1978.
  • 71 Presencia, 5 janvier 1976.

143Attardons-nous un instant sur les arguments que développe ce courant du retrait. Le principal, me semble-t-il, le plus fort aussi, est celui qui souligne les dangers d’éclatement de l’armée des lors qu’elle occupe le pouvoir. Le général Iriarte70 oppose le principe de hiérarchie qui régit l’armée au principe de délibération qui accompagne toute activité politique, en soulignant leur incompatibilité. Pour le général Gary Prado qui reprend cette argumentation, la doctrine militaire établit des normes strictes d’obéissance aux ordres. Mais lorsque l’armée sort de son rôle traditionnel, en se substituant aux partis, ces mécanismes ne fonctionnent plus. Il est difficile aux chefs d’interpréter les attitudes et les opinions majoritaires des officiers, et on ne peut recourir aux expédients de la démocratie sans courir le risque de miner les fondements mêmes de la hiérarchie militaire. Lorsque, malgré tout, ces procédés sont utilisés, les officiers sont placés dans des situations ambiguës, sinon intenables. Ainsi, après que le colonel Ayoroa eut écrit sa lettre, Palobras de un soldado71, le haut-commandement militaire demande aux unités de l’intérieur de faire connaître leur avis sur le contenu de cette lettre. Bien entendu, toutes répondent dans le sens voulu : elles condamnent les propos du colonel et appuient la décision du président Banzer de reculer la date des élections. C’est évidemment le but recherché. Mais il est atteint en employant un procédé de consultation démocratique, alors que les officiers ne peuvent répondre qu’en approuvant leurs supérieurs. Or les militaires gouvernants abusent quelque peu du procédé, s’offrant ainsi continuellement le spectacle d’une armée unie. Peut-être quelques officiers supérieurs sont-ils prisonniers de leur propre supercherie et se laissent-ils griser par l’apparence qu’ils ont eux-mêmes suscitée. Il y a pourtant là un encouragement manifeste à l’hypocrisie, à toutes les sournoiseries, au divorce entre l’attitude de façade et le comportement occulte de chacun. Et l’usage répété des officiers comme marionnettes ne peut guère que nourrir leur ressentiment ; un ressentiment qui, faute de pouvoir s’exprimer, conduit tout droit à la conspiration.

144L’opposition de ces deux principes n’est cependant pas seule en cause. Rappelons qu’au nom de l’armée, c’est en réalité un groupe d’officiers qui occupe le pouvoir, thésaurise richesses et honneurs, et se met en position de favoriser ou de bloquer la carrière - qui peut être civile en même temps que militaire - de leurs camarades. A moins de disposer de ressources considérables, il n’est pas possible de gratifier également, ou selon un quelconque principe hiérarchique acceptable, l’ensemble du corps des officiers. Il est donc inévitable que des inégalités apparaissent.

  • 72 Cf. General Juan Ayoroa Ayoroa, “El institucionalismo de las Fuerzas armadas”, Presencia, 5 novemb (...)

145Enfin, nous l’avons vu, les officiers sont divisés quant à la politique, ou plutôt quant aux politiques, qu’il convient d’appliquer pour le pays. Ils ne le sont pas moins que les civils. Il est donc logique qu’ils s’opposent. De ce fait l’armée ne peut ni ne doit s’installer durablement au pouvoir72.

146Nos deux couples d’oppositions se rejoignent précisément ici. Tout militaire qui a une conviction politique bien forgée, ou un programme de gouvernement élaboré pour guider les destinées du pays, a tendance à vouloir garder les rênes du pouvoir, quelle que soit la couleur de ces convictions et de ce programme. A moins, bien sur, que son unique conviction le porte à croire que seuls les civils sont fondés à s’occuper de la politique du pays.

147On peut donc situer les gouvernements militaires qui se sont succédé depuis 1964 relativement à deux axes : l’axe du “que faire ?” et celui du “avec qui ?”. Les deux pèles du premier opposent les nationalistes tolérants aux libéraux répressifs, tandis que le second voit s’affronter les constitutionnalistes et les militaristes.

La position idéologique des présidents militaires

La position idéologique des présidents militaires

148Cette représentation se veut surtout suggestive. On peut discuter la place de chaque gouvernement et chipoter, par exemple, sur les positions relatives de Banzer, Pereda et Torrelio. Une des difficultés à les situer les uns par rapport aux autres vient du fait que le libéralisme économique et la répression, corrélés dans les cas de Barrientos et de Banzer, pourraient - et dans doute devraient - être disjoints. L’option que j’ai choisie est qu’à libéralisme économique à peu près constant, les degrés de répression varient L’appréciation que j’en fais est subjective, mais elle se fonde tout de même sur des indicateurs précis : les lois et les mesures d’exception, les massacres, les exils, les emprisonnements...

149Jusqu’à Banzer, la question de la bonne voie à suivre pour le développement du pays domine les débats et organise la coupure majeure. Puis, avec Banzer, il y a un glissement vers les questions d’ordre constitutionnel : quelle doit être la place de l’armée dans la nation ? Quand est-elle fondée à gouverner ? Ce sont elles qui semblent alors structurer l’opposition la plus déterminante jusqu’à ce que, le camp des démocrates l’emportant, l’armée se retire du pouvoir en 1982.

150Somme toute, les militaires boliviens épousent les grands courants d’idées de leur temps. Progressivement, dans les années 70, aussi bien aux Etats-Unis qu’en Europe, les débats sur les libertés civiles, et la question de la démocratie, remplacent les débats plus économiques, je dirai plus matérialistes, des années précédentes, non que ces derniers disparaissent, mais ils passent au second plan. Et la condamnation de toutes les formes de dictatures, des fascismes et des totalitarismes, ne peut qu’avoir un écho sur des officiers aussi exposés et perméables que les officiers boliviens.

151Essayons pour conclure de préciser la relation entre l’instabilité politique d’une part et les deux cassures idéologiques qui séparent les officiers.

152Il est clair que le débat sur la légitimité des gouvernements militaires lorsqu’il devient aigu justifie certains coups d’Etat à orientation démocratique (generacionales en 1974, Padilla en 1978, ou la passation de pouvoir à Vildoso en 1982) ou au contraire militaristes (Banzer en 1974, Pereda en 1978, Garcia Meza en 1980). On pourrait évidemment arguer du fait que ce débat existe et suscite des controverses -quelquefois publiques - au sein de l’armée, pour soutenir l’idée que le pays est engagé dans les voies de la démocratie et donc, à terme, vers une forme de stabilité. Mais nous l’avons vu, l’argument démocratique, ou plutôt constitutionnel, n’est souvent qu’une arme parmi d’autres d’opposants au régime militaire en place décidés à s’y substituer, et non le gage d’une volonté de respect de la constitution et d’une avancée démocratique. Retenons cependant que les constitutionnalistes qui l’emportent en 1978 organisent les élections qu’ils avaient promises, qu’ils obligent ensuite Vildoso à remettre le pouvoir aux civils en 1982 et que depuis lors, l’armée est restée dans les casernes. Autrement dit, le groupe des officiers pour lequel il y a adéquation entre le discours constitutionnel et la défense effective de la Constitution est devenu suffisamment fort pour que l’armée laisse la place aux civils.

  • 73 Miles D. Wolpin, Militarism and social revolution in the third World, Totowa (New Jersey), Allanhe (...)

153Peut-on établir aussi une relation entre l’option gouvernementale de politique économique et l’instabilité politique ? Au regard de ces 18 années de gouvernement militaire, il fait peu de doute que l’option militariste des nationalistes-tolérants (celle d’Ovando et de Torres) est extrêmement fragile et peu susceptible de durer. Il est en effet difficile aux militaires réformistes de mobiliser les couches populaires en leur faveur, de même qu’il leur est difficile de maintenir une majorité d’officiers à leurs côtes. Comme le dit Wolpin, “le corps des officiers constitue un groupe social privilégié qui perçoit habituellement les réformes sociales à caractère égalitaire comme des menaces à l’encontre de ses intérêts corporatistes”73. Autrement dit, d’une part les leaders militaires populistes promeuvent leur propre défaite en acceptant des prémices réformistes plutôt que radicales dans un contexte de mobilisation de classe, d’autre part, ce faisant, ils heurtent aussi de front l’idéologie majoritairement conservatrice de leurs camarades officiers. Les tensions sociales aigües font qu’ils sont propulsés sur les devants de la scène politique nationale, mais ils ne peuvent s’y maintenir longtemps du fait de ces mêmes tensions.

Embourgeoisement des officiers et coups d’Etat

  • 74 William R. Thompson, The grievances of military coup makers, Beverly Hills, Sage Professional pape (...)

154Pour aborder de front la question des causes institutionnelles des coups d’Etat, il est logique d’en revenir aux griefs corporatifs des militaires. Les officiers boliviens ont, en effet, des positions et des ressources à défendre ou à améliorer, et ces considérations ne sont pas étrangères à leur comportement “golpiste”. Quels sont donc ces intérêts corporatistes ? Tout d’abord ceux qui concernent les ressources matérielles de l’armée, aussi bien celles de l’organisation en tant que telle que celles des officiers : on peut faire figurer dans cette rubrique les questions de budget, d’équipement, d’armement... et de salaires. Mais il faut aussi ajouter à cette liste les intérêts non matériels relatifs à la position de l’armée et des officiers dans la société. Ces intérêts peuvent faire l’objet de multiples menaces liées entre elles dont W.R. Thompson dresse la liste, la première résumant les autres : menace concernant l’autonomie, c’est-à-dire l’indépendance que les militaires estiment indispensable pour la bonne marche de leur organisation ; menace hiérarchique, qui pèse sur l’organisation du commandement ; menace sur leur situation de monopole légitime de la défense du territoire ; menace sur leur cohésion, leur unité ; menace sur leur honneur, leur dignité ; menace enfin sur leur relation avec le système politique en place : il peut s’agir de la défense d’une position indépendante, ou au contraire de la défense d’une position dominante dans le système politique74.

155Toujours en suivant Thompson, on peut aussi isoler une catégorie d’intérêts partiellement corporatistes (not so corporate), particuliers à des individualités ou à des groupes militaires (cliques, factions, promotions ou groupes ethniques, religieux, tribaux, etc.) qui peuvent bien sur, eux aussi, s’exprimer soit en termes de ressources ou de position.

156Analysant les griefs formulés par les officiers dans 229 tentatives de coups d’Etat sur les 274 qui éclatent dans le monde entier entre 1946 et 1970 (dont 18 ont lieu en Bolivie), Thompson montre l’existence de griefs corporatistes dans 99 cas, et des griefs partiellement corporatistes dans les trois-quarts des cas, les deux types de griefs étant souvent mêlés.

157Il faut évidemment faire la différence entre une analyse de contenu des griefs publics des officiers et une analyse causale. Les griefs peuvent ne pas être des causes. Ils peuvent même les masquer, et leur prise en compte en tant que cause principale ou secondaire ne peut résulter que d’une construction scientifique par le chercheur.

158Il reste que la catégorisation de Thompson est très utile. En reprenant les données du coup d’Etat de novembre 1964, on peut montrer facilement que la Corporation armée travaille effectivement depuis la révolution à reprendre son autonomie à l’égard du parti, à se doter d’un commandement indépendant, à assurer sa cohésion, à défendre son honneur, en même temps qu’à s’équiper, à se doter d’armements modernes et à mieux payer ses officiers ; en bref, à se réarmer matériellement et moralement. Ces griefs poussent les militaires à l’action bien avant le coup d’Etat. Et s’ils ne peuvent seuls suffire à l’expliquer, ils doivent sans nul doute entrer dans l’explication. D’autant plus qu’aussitôt revenus au pouvoir et ayant ainsi recouvré leur dignité et leur autonomie, les officiers augmentent sensiblement, et d’un même coup, leur budget et leur paye.

159Après 1964, il n’est pas étonnant de constater que des griefs partiellement corporatistes sont plus souvent avancés par les putschistes ou plus exactement que des intérêts partiellement corporatistes se cachent derrière leurs discours d’apparence corporatiste. Quelles que soient par ailleurs les factions en présence, elles utilisent le plus souvent, en effet, un discours corporatiste pour convaincre des partisans. C’est toujours pour le bien de l’armée que les officiers se lancent dans des coups d’Etat. Mais les logiques sous-jacentes peuvent s’analyser en termes d’intérêts de génération, de promotion, de leadership, comme cela a déjà été montré, ou d’intérêts matériels de cliques ou de clientèles, comme nous allons le voir maintenant.

160Ce chapitre va être, en effet, exclusivement consacré aux déterminants matériels corporatistes et partiellement corporatistes des coups d’Etat de l’après-1964. Dans le contexte bolivien de rareté relative des biens ou l’armée constitue un canal de mobilité sociale ascendante privilégié, la question des bénéfices qu’elle autorise revêt en effet une grande importance pour expliquer les tentatives golpistas. Certes, les bénéfices éventuels que fon peut retirer d’un coup d’Etat ne sont pas exclusivement matériels, ils se mesurent aussi en surcroît de pouvoir et de prestige et donc au total par un bond dans échelle sociale. Mais ces bénéfices sont liés entre eux et finalement les déterminants matériels, plus faciles à explorer, en sont un indicateur commode.

161Si globalement, les salaires des officiers augmentent des lors qu’ils sont revenus à la tête du pays, au point même qu’ils deviennent de nouveaux riches, leur enrichissement est inégal. Il dépend des postes occupés dans l’appareil militaire et surtout dans la haute fonction publique civile. Bon nombre d’officiers se voient, en effet, attribuer, outre les ministères, des préfectures, des municipalités, des directions d’entreprises publiques, etc, et leurs salaires, leurs possibilités de bénéfices annexes, différent alors de ceux de leurs pairs de grade égal.

162L’accès à des postes de responsabilité civile repose directement sur le bon vouloir de l’officier-président et de ses proches, lesquels se déterminent selon des logiques qui ne sont plus spécifiquement militaires : favoriser des amis politiques ou contrer des ennemis, s’entourer d’officiers compétents pour une mission gouvernementale donnée, etc. Et nous savons déjà qu’à la suite de Barrientos, la plupart des présidents militaires se sont associés de jeunes officiers-ministres auxquels ils ont offert une promotion inespérée au regard de celle de leurs compagnons du même âge, et comparativement aussi aux plus anciens, confinés dans des taches purement militaires. Ces différences de carrière permettent, voire favorisent un enrichissement inégal et engendrent des mécontentements. Ceux qui se considèrent spoliés se coalisent pour obtenir leur part du gâteau. A cette pression, la fraction gouvernante répond en autorisant des bénéfices additionnels à f ensemble des officiers sans toutefois combler les fossés qui les séparent et de ce fait, la surenchère continue.

  • 75 Rene Zavaleta Mercado, “De Banzer à Guevara Arze : la fuerza de la masa”, Cuademos de Marchal I (3 (...)

163De plus, le passage des officiers à des postes publics leur permet de s’enrichir illégalement et impunément. La preuve en est la suite interminable de scandales auxquels ils sont associés qui éclaboussent aussi les chefs d’Etat - qui en sont quelquefois les premiers bénéficiaires. De Barrientos à Garcia Meza, il y a une gradation constante dans la concussion : on passe d’une sorte d’artisanat à une industrie. Comme le dit Rend Zavaleta Mercado, “Ce que Barrientos fit sur le mode pantagruélique, Banzer le fit de manière systématique”75. Et j’ajouterai pour terminer la formule : Garcia Meza de manière crapuleuse.

164Détaillons maintenant les ressources accessibles aux officiers. Tout d’abord, bien sur, leurs salaires. Les données dont on dispose sont malheureusement rares et dispersées. Il est toutefois possible de contraster plusieurs périodes. Après les années de vaches maigres, celles qui suivent la révolution de 1952, la situation des gradés s’améliore lentement, mais leurs salaires restent relativement peu élevés par rapport à d’autres catégories de salariés. Selon W. Brill, en 1963-1964, un capitaine reçoit environ 40 dollars, et un général à peu près 90 dollars par mois. Bien que de nombreux salaires soient doublés par des primes “diverses”, que les officiers obtiennent occasionnellement des produits des fermes de l’armée, et qu’ils soient souvent logés gratuitement, on ne devient pas riche dans l’armée bolivienne.

  • 76 René Canelas Lopez, Teoria del motin y las sediciones in Bolivia, La Paz, Los amigos del libro, 19 (...)
  • 77 Cf. Mariano Baptista Gumucio, Ted Cordova Claure, Sergio Almaraz Paz, Simon Reyes, Guerilleros y g (...)

165Après l’arrivée de Barrientos au pouvoir, les officiers prennent une sorte de revanche. En 1965, les dépenses militaires augmentent de 70 % par rapport à 1964. Le général “flatte les chefs et les officiers, augmente leurs soldes et prend les mesures adéquates pour les corrompre, en admettant des gages, des bénéfices additionnels, des formes d’enrichissement non traditionnelles jusqu’à accepter qu’ils importent des automobiles libérées des droits fiscaux. Les officiers se rendent compte que le pouvoir est une source d’avantages et de bénéfices et ils commencent à le chérir. Pour l’heure, ils aiment leurs deux généraux : Barrientos et Ovando, qui sont généreux et fraternels”76. Si bien qu’en 1968, leur situation est devenue très enviable. Alors qu’un instituteur débutant gagne 38 dollars par mois, un sous-lieutenant en reçoit 216 ; en fin de carrière les différences sont plus fortes : 69 dollars pour l’enseignant et 416 pour le général77.

  • 78 Le revenu annuel moyen des Boliviens était alors de 100 dollars.

166En outre, les officiers qui ont des postes de responsabilité additionnent à leur solde les traitements de préfet, de maire, de directeur d’entreprise d’Etat, de diplomate. Le général Lechin Suarez, gérant de la COMIBOL, gagne alors 3 000 dollars par mois78. Les premières acquisitions privées de biens productifs par des officiers datent aussi de cette époque.

167Les années 1970-1971 marquent une pause, voire même un recul dans cette course à l’enrichissement : la part relative du budget dévolu à l’armée diminue ; de nombreux postes occupés par des militaires sont redonnés à des civils ; plus aucune libération de droits de douanes n’est accordée pour les importations ; on supprime les salaires en dollars, etc.

  • 79 Bolivia Economica, 25 octobre 1978.

168Mais, à l’arrivée de Banzer, la course reprend : entre 1970 et 1975, les salaires des militaires, en pesos courants, s’accroissent de 644 %, tandis que la totalité des salaires n’augmente en moyenne que de 348 %79. A la fin de l’année 1978, la Centrale ouvrière bolivienne (COB) estime le salaire mensuel moyen à 3 305 pesos (paysans 1 575 pesos, travailleurs du pétrole 7 067 pesos). Le salaire d’un instituteur (maestro urbano) débutant est alors de 1 778 pesos. Or, quelques mois plus tard, en aout 1979, un caporal de l’armée gagne 4 150 pesos.

  • 80 Aquí, 1er - 7 septembre 1979.
  • 81 Ces données sont extraites d’une lettre photocopiée, marquée du sceau du président de la Républiqu (...)

169De temps à autre, les officiers s’attribuent quelques compléments sous forme de prime. Ainsi le général Padilla distribue-t-il une prime restée fameuse, en 1979, avant que l’armée ne quitte le pouvoir. Les généraux reçoivent 80 000 pesos en cadeau (4 000 dollars), les colonels 60 000, jusqu’aux sous-lieutenants, frais émoulus du Collège militaire, que l’on gratifie de 2 000 pesos80. Avec “la prime de loyauté” que Garcia Meza fait verser à quelques-uns de ses fidèles, on franchit un pas de géant : d’une part, elle est destinée à un petit groupe de favoris, d’autre part, les sommes attribuées (200 000 dollars aux colonels Rico Toro et Lea Plaza, 100 000 à d’autres...) sont d’un tout autre ordre de grandeur81.

170Mais la seule comparaison salariale est trompeuse, car les militaires disposent en outre d’un ensemble d’avantages qui creusent encore l’écart avec les civils. Le service social de l’armée (Corporation del seguro social militar, COSSMIL), restructuré en 1974, est de loin le plus riche des services sociaux du même type en Bolivie. En 1977, il dispose d’un budget de 321 millions de pesos destinés à quelques milliers d’officiers alors que cette même année, la Caisse complémentaire de sécurité sociale des enseignants compte avec un budget de 316 millions de pesos, pour plus de 50 000 adhérents. Rapportée au nombre des adhérents, la différence entre les deux budgets est, on le voit, considérable.

171Parmi les franchises dont jouissent les officiers, il faut surtout signaler celles qui concernent les possibilités d’achat de produits détaxés : produits manufacturés divers en provenance de Miami ou de Panama vendus dans les “bazars” de l’armée, automobiles exemptées de droits de douane, etc.

172Voyons maintenant les combinaisons grâce auxquelles les officiers accroissent illicitement leurs revenus et qui contribuent à faire d’eux de nouveaux riches. Il y a d’abord les cadeaux que les militaires promus à des postes de responsabilité font à leurs pairs et aux proches de ceux-ci. Il s’agit là d’une pratique courante, héritée des civils. Elle est un échange de bons procédés, un moyen d’entretenir le réseau d’amitiés lorsqu’elle va à des pairs. Elle devient remerciement - presque devoir -lorsqu’elle s’adresse à des supérieurs. Dans tous les cas, elle signifie l’enracinement de pratiques personnalisées et discrétionnaires dans l’administration publique. En. faisant des cadeaux, je m’inscris dans un réseau d’amitiés ; je montre que je n’oublie pas mes amis, que je suis un ami exemplaire. Il y va aussi de mon prestige. La prodigalité et même l’ostentation de prodigalité sont des valeurs positives : aussitôt que je le peux, je montre que moi aussi, je sais dépenser. Etre riche, c’est l’afficher. Le fait qu’il s’agit de l’argent de l’Etat a peu d’importance ; on fait avec ce qu’on a. Et puis, n’est-ce pas la meilleure fontaine ? L’inépuisable source ? Les intéressés n’ont garde de l’oublier, on s’en doute.

  • 82 Aqui, 18, 14 - 20 juillet 1979.

173De petits cadeaux en petits cadeaux, des sommes substantielles sont ainsi réparties. Voici un exemple. Le 19 octobre 1976, la Compagnie pétrolière YPFB paie 88 000 pesos à un joaillier pour la fabrication de 55 bagues en or de 18 carats destinées aux colonels et aux civils de la 17ème promotion de l’Ecole des hautes études militaires82.

174Il arrive que l’entreprise ou le service public soient rançonnés par ordre supérieur -ou par amicale pression : une sorte de rançon de bon voisinage, en quelque sorte. La COMIBOL et YPFB, entre autres, payent des repas de gala aux officiers, lors des fêtes anniversaires des régiments stationnés dans leur zone. Ou encore les employés de la COMIBOL sont obligés de donner un pourcentage de leur salaire pour payer le cadeau et la fête d’anniversaire de l’officier-gérant, voire même de son épouse.

  • 83 Cf. Marcelo Quiroga Santa Cruz, Bolivia recupera la palabra : juicio a la dictadura. La Paz, M.E.P (...)

175Du petit cadeau au gros cadeau, le pas est vite franchi. On “engraisse” les siens, sans s’oublier soi-même. De nombreux hectares de terres de réserve (fiscales) ont ainsi été distribués à des officiers - et à des civils amis - dans les zones pionnières du département de Santa Cruz, ou encore dans les provinces du Nord du département de La Paz83.

176Autre procédé : la corvée du soldat. Dans les années 50, les officiers et les soldats n’ont bien souvent d’autre alternative, pour se nourrir, que d’exploiter les terres attribuées à l’armée. C’est dire qu’en plus de son instruction militaire, le soldat doit consacrer une bonne partie de son temps à des travaux agricoles, et, dans les zones pionnières, au défrichage.

177L’usage de se servir du soldat comme main-d’œuvre s’est perpétué. Même si nécessité ne fait plus loi, les militaires peuvent encore se livrer à des activités “de production”. La loi organique de 1963 prévoit qu’ils peuvent exploiter des ressources locales à des fins commerciales, en particulier dans les zones frontalières, après avoir obtenu l’autorisation du ministère de la Défense qui détermine en outre la destination des fonds récoltés.

  • 84 Le matin de Paris, 6 août 1980.
  • 85 Information diffusée par le Comité de solidaridad por los derechos humanos en Bolivia, Lima, au dé (...)

178Les témoignages sont multiples d’activités de ce type. En accord ou non avec le ministère de la Défense ? Il est difficile de le savoir. Toujours est-il qu’à Trinidad la garnison locale détient - ou du moins détenait en 1980 - une sorte de monopole de la commercialisation des briques et du bois de chauffage84. Les soldats servent de main-d’œuvre à ces entreprises. A Villamontes, les militaires commercialisent le poisson avec les camions de l’armée, etc. Dans ces cas-là, il est difficile de démêler ce qui est de f ordre de l’appropriation privée et ce qui revient à l’armée en tant que corps. Mais l’exemple suivant est sans ambigüité. A la fin de l’année 1980, le colonel Abel Martinez Mendez, commandant de la 10ème division (Tupiza), est depuis deux ans environ locataire d’une mine près de Telamayu. Des conscrits exploitent la mine. Et les camions de la 10ème division sont utilisés pour le transport, en même temps que pour la contrebande vers l’Argentine85.

  • 86 Manifiesto de los cabos y de los sargentos del Ejército, ronéo., juillet 1971.

179Dans leur manifeste de 1971, les sous-officiers ne se privent pas de dénoncer ces obligations de services extra-militaires en se comparant eux-mêmes à des contremaîtres ad honorem au service des officiers pour encadrer des soldats “loués comme des bêtes”86.

  • 87 Enrique Gutierrez, Poder y corrupción en Bolivia, Geneve, s.e., 1978.

180Plus lucratif : les fraudes et escroqueries. Comme le révèle un texte de Enrique Gutierrez87, en septembre et octobre 1977, alors que le général Banzer gouverne avec les seuls militaires et que la plupart des postes de responsabilité des organismes publics sont occupés par les officiers, une impressionnante quantité d’entreprises et de services sont dénoncés publiquement par des fraudes diverses : municipalité et préfecture de La Paz, Instituto nacional de cooperativas (INALCO), Policia de minas, Corporation de desarrollo del Beni (CODEBENI), Empresa nacional de ferrocarriles (ENFE), Empresa national de telecomunicaciones (ENTEL), Corporation boliviana de fomento (CBF), Servicio nacional de caminos (SNC), Ministerio de Urbanismo y Vivienda.

181Une pratique courante consiste à surdimensionner les projets d’équipements publics puisqu’ainsi la Commission à empocher est plus élevée. C’est pourquoi la Bolivie se trouve dotée de la gigantesque raffinerie de pétrole de Palmasola (Santa Cruz) qui tourne à très faible capacité faute de matière première et de la raffinerie d’huile de Villamontes (Tarija) utilisée à 20 % de ses possibilités.

182Quelques-uns de ces “éléphants blancs” comme on les appelle là-bas n’ont jamais abouti : la cimenterie l’acuses près de la frontière brésilienne (Santa Cruz), ou le complexe sucrier San Buenaventura (La Paz)... Mais les seules licitations d’études préalables ont permis à leurs promoteurs, les dirigeants des Corporations de développement de Santa Cruz et de La Paz, d’empocher de coquets pourboires.

183Il faut encore compter avec la contrebande. Tout ce qui s’exporte peut l’être en contrebande (les bois précieux, les peaux d’animaux sauvages, l’essence, l’or, les minerais, etc.). Tandis qu’entrent en Bolivie des produits manufacturés (voitures, chaînes Hi-Fi, appareils photos, vêtements, cigarettes, alcools...).

  • 88 Cf. Marcelo Quiroga Santa Cruz, Bolivia recupera..., op. cit., p. 103 - 110.

184Dans quelques cas, les officiers sont les instigateurs directs de cette contrebande. De 1974 à 1978, des carburants sont vendus directement par la IVème division de l’armée bolivienne à la VIème division de l’armée paraguayenne. Trente mille litres d’essence, 30 000 litres de fuel et 10 000 litres de kérosène passent ainsi en fraude chaque mois, ce qui entraîne une perte sèche de 140 millions de dollars. Or, à cette époque, la production pétrolière baisse et en 1979 la Bolivie doit cesser toutes ses exportations et même importer du fuel88.

  • 89 Cf. Presencia, 12 octobre 1982 et 11 mars 1983.

185Plus spectaculaire encore : l’affaire des pierres semi-précieuses de la Gaiba. En 1981 les commandants en chef des trois armes, dont le général Garcia Meza, alors président de la République, exploitent clandestinement, pour leur compte, un gisement de pierres semi-précieuses, situé sur un terrain de l’armée ; ils commercialisent les pierres au Brésil89.

186Mais de tous les trafics, celui de la cocaïne, de loin le plus considérable, mérite une place à part. Pour diverses raisons. Il autorise des bénéfices rapides et bien plus élevés que n’importe quel autre. Il plonge ses racines dans toutes les couches de la population : des paysans cultivateurs de coca (60 000 à 80 000 familles selon les estimations) aux grands trafiquants, en passant par les transporteurs terrestres et aériens, et tous les ouvriers qui concourent à la fabrication du sulfate de cocaïne. Indirectement, il fait vivre une partie de la contrebande d’importation qui inonde le pays de produits manufacturés en provenance des pays voisins, des Etats-Unis et de Panama ; contrebande qui sert à “blanchir” des coca-dollars. Ces produits sont redistribués par un réseau Commercial très dense qui aboutit à la vendeuse de rue. Enfin, ayant pris son essor pendant des régimes militaires, il implique, pour la période ici considérée, des liens complexes entre les autorités militaires, à différents échelons, et les mafias nationales et internationales, entre le gouvernement et le crime organisé.

  • 90 René Bascopé Aspiazu, La veta blanca, La Paz, Aqui, 1982.
  • 91 Cf. Narcotráfico y política..., op. cit., p. 54 - 58.

187Jusqu’à l’arrivée de Garcia Meza au gouvernement, en juillet 1980, tout le monde sait bien, en Bolivie, que le trafic de la drogue a pris une grande extension, mais l’information reste comme au second plan : le devant de la scène est occupé par la crise économique, et l’agitation électorale. Le coup d’Etat fait éclater le scandale : il met en lumière les connexions du nouveau gouvernement avec les réseaux de la drogue. Par la suite, la presse locale et internationale révèlent de nombreux détails du trafic, avec les approximations et les erreurs inhérentes à ce type d’information. De cette information foisonnante, je soulignerai seulement quelques aspects fondamentaux. La production massive de cocaïne démarre dans les années 1970, pendant le gouvernement du général Banzer. René Bascopé Aspiazu argumente la thèse selon laquelle, à partir de la fin de l’année 1975, alors que l’économie décline, Banzer et les agro-industriels crucéniens du coton - le boom du coton a vécu -décident et planifient l’exploitation de la cocaïne. Ils amorcent ainsi un nouveau cycle économique, celui de la veta blanca (le filon de la blanche), semblable aux cycles précédents de l’argent, du caoutchouc, de l’étain90. Quoi qu’il en soit - car il est difficile d’apporter des preuves décisives à l’appui de cette hypothèse il est sur qu’un certain nombre de proches de Banzer ont été impliqués dans des affaires de trafic de cocaïne91.

  • 92 Latin American Weekly Report, 27 février 1981 et Bolivia Informa 4, 1er - 12 septembre 1980.

188Puis, sous la houlette du duo Garcia Meza - Arce Gomez, (son ministre de l’Intérieur), on assiste à une tentative de contrôle et de “protection” du trafic national, non sans tensions d’ailleurs entre les deux protagonistes. En 1982, selon la US Drug Enforcement Agency (DEA), Luis Arce Gomez prélève une taxe de 40 dollars sur chaque tambor de feuilles de coca commercialisé, dont 10 dollars pour lui-même, ce qui lui assure un revenu annuel de 1,5 million de dollars92. De son côté, Garcia Meza tente d’établir un système de contrôle et d’industrialisation “officier”.

  • 93 Pour les détails, voir le livre Narcotráfico y politica..., p. 100 - 111.
  • 94 Dans la liste, on trouve pêle-mêle des Argentins de la Triple A (Alianza anticomunista argentina) (...)

189Seul un groupe ou plus exactement divers groupes d’officiers trempent dans le trafic. Il en va de la cocaïne comme des autres contrebandes ou fraudes : tous ne s’y lancent pas, tous n’en profitent pas. Dans la mesure ou, justement, la majorité des officiers ne participe pas au trafic, il se développe un réseau de bandes paramilitaires, intermédiaires entre les officiers au pouvoir et les mafias, chargées aussi bien, selon les cas, de tâches de répression politique que de convoyer les chargements de cocaïne. Ce n’est pas un hasard si ces bandes apparaissent et se structurent sous le régime de Banzer93. Elles atteignent leur apogée en 1980-1981, quand elles comptent environ 3 000 hommes. Les premiers mercenaires étrangers arrivent en 1978. Ils sont engagés à la fois pour “protéger” des trafiquants, entraîner les para-militaires locaux, et organiser des provocations durant la campagne électorale94. Deux ans plus tard, aidés des troupes paramilitaires, ils prennent en charge les opérations du coup d’Etat de Garcia Meza.

190L’analyse des fractures au sein de l’armée conduit donc finalement à privilégier celles qui sont provoquées par des griefs corporatistes ou quasi corporatistes. Sous-jacente à cette formulation en termes de griefs (grievances), il y a l’idée que les militaires sont principalement mus par des craintes et donc que de nombreux coups d’Etat sont préventifs : ils ont pour fonction de rassurer les officiers, de les affirmer dans leurs positions sociales. Autrement dit, les guerriers professionnels sont sur la défensive et d’autant moins assurés de leurs statuts que certains d’entre eux se sont rendus coupables de tortures, d’exactions, d’indélicatesses ; pratiques qui vont non seulement à l’encontre des codes militaires de l’honneur et de la dignité, mais aussi de la morale commune.

191De plus, les officiers semblent tiraillés entre des identifications diverses, voire opposées, aux fractions de la bourgeoisie, aux couches moyennes, ou même aux mineurs ; ne sachant pas vraiment de qui ils sont proches et de qui ils sont éloignés, mais se considérant tout de même comme une élite, ils sont conduits à se défendre avant tout eux-mêmes.

192Mais ces griefs corporatistes ou quasi corporatistes se superposent ou s’articulent aux clivages organisationnels (d’arme, de promotion...) et à des oppositions idéologiques d’autant plus accusées que la durée de l’usurpation du pouvoir est prolongée.

  • 95 Cf. Alain Rouquié (ed..), La politique de Mars. Les processus politiques dans les partis militaire (...)

193Et, au fond, l’analyse institutionnelle de chaque coup d’Etat consiste à la fois à isoler les variables pertinentes dans cet ensemble et à les pondérer. II me semble toutefois, à l’instar d’Alain Rouquié, que les tensions entre militaires ne deviennent ”signifiantes et dynamisantes que par leur accumulation”95. Il faut donc comprendre pourquoi et à quel moment elles forment une masse critique propice au déclenchement de l’action golpista.

194Cependant mon objet n’est pas ici d’expliquer tel ou tel coup d’Etat ; il est d’analyser la répétition de ceux-ci qui conduit à l’instabilité politique. Et le problème de fond qui est posé par ce second type d’analyse est celui de l’articulation entre l’explication institutionnelle des ruptures politiques et l’explication des troubles sociaux et politiques de la société civile.

195Il est vrai que, pendant les 30 années ici considérées, les militaires n’ont jamais agi seuls et donc qu’à l’évidence, même pour analyser un coup d’Etat particulier, on ne peut se passer de rechercher les déterminants extra-institutionnels de leurs tentatives putschistes. Mais on peut distinguer deux types de situations ou la part de responsabilité accordée respectivement aux militaires et aux civils est tout à fait différente : la première est celle ou les militaires s’emparent du pouvoir détenu par des civils constitutionnellement élus, et la seconde celle où les militaires se chassent du pouvoir les uns les autres. Dans le premier cas on s’attachera à écrire longuement les erreurs, les divisions, l’isolement des gouvernants civils et on insistera sur la cohésion des militaires et leurs griefs corporatistes (c’est la situation de 1964). Dans le second cas, au contraire, les divisions entre militaires et les griefs partiellement corporatistes seront mis en relief et les troubles civils seront engrenés directement à ces divisions majeures.

  • 96 Cf. Seymour Martin Lipset, L’homme et la politique, Paris, Seuil, 1963.
  • 97 Cf. Jacques Lambert, Amérique latine : structures sociales et institutions politiques, Paris, PUF, (...)
  • 98 Cf. Samuel P. Huntington, El orden político, op. cit.

196A cette première différence d’analyse, en quelque sorte commandée par les faits eux-mêmes, s’en superpose une autre qui dépend de la distance que l’on prend à leur égard. Le modèle explicatif accordera une place plus ou moins grande aux caractéristiques des organisations martiales et de leurs membres selon que l’objectif est l’explication ponctuelle d’un coup d’Etat, voire d’une série de coups d’Etat successifs, en bref d’une séquence temporelle courte, ou bien l’analyse d’un cycle politique plus long incluant aussi des gouvernements civils, ou encore l’étude de phases historiques prolongées. Dans le premier cas, à l’évidence, l’armée sera au centre du schéma et on ne pourra qu’insister, comme dans tout ce chapitre, sur ses grands clivages internes. Dans le second, on s’attachera plutôt aux rapports de la société et de ses gouvernants avec les militaires, pour expliquer les interventions de ces derniers. La proposition de José Nun selon laquelle, à un moment donné de l’histoire latino-américaine, l’instabilité politique se comprend comme l’affrontement entre les oligarchies et les classes moyennes ascendantes dont les officiers représentent l’aile marchante ou le fer de lance, qui s’applique assez bien à l’analyse de certains coups d’Etat boliviens de la fin de la guerre du Chaco à la révolution de 1952 (Toro, Busch, Villaroel, guerre civile de 1949, 9 avril 1952) est un exemple de ce type d’explication. Enfin, pour ce qui est des grandes phases historiques, soit on sera conduit à des analyses typologiques comme celle de Tocqueville faisant dériver un type d’armée d’un type de société (Cf. l’opposition des armées démocratiques et aristocratiques), soit on gommera purement et simplement les études de l’institution armée et on tentera de lier l’instabilité ou la stabilité politique au développement économique (Lipset)96, aux clivages sociaux (Lambert)97 ou aux institutions politiques (Huntington)98.

197L’option de ce travail, en partie déterminée par les faits et la durée de la période étudiée, consiste à essayer d’incorporer les variables institutionnelles dans un modèle d’ensemble qui prenne aussi en compte les variables politiques et sociales propres à la Bolivie. Mais avant d’en arriver à cette tentative, il reste encore à présenter les dernières années d’instabilité de cette période trentenaire.

Notes

1 Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, t. 2, Paris, Garnier Flammarion, p. 331.

2 Ibid., p. 327.

3 Ibid.

4 Manfred Kossok, “Posibilidades y limitaciones del cambio de la función política y social de las fuerzas armadas : el caso de America Latina”, Tareas 37, nov. 1976-fév. 1977.

5 W.H. Brill, Military Civic Action in Bolivia, Ph.D, University of Pennsylvania, 1965 ; Charles D. Corbett, “Military institutional development and socio-political change : the Bolivian case”, Journal of interamerican Studies of World affairs 19 (4), novembre 1972, et James D. Cochrane, “Tendencia del gasto militar y del tamano de las fuerzas armadas en America latina (1961-1970)”, Foro internacional XVI (3), janvier-mars 1976.

6 Cf. World military expenditures, Washington : United States arms control and disarmament agency (1961 à 1970), et The military balance, Londres, International Institute for Strategic Studies (1972 à 1983).

7 Cf. David Wood, Armed forces in Central and South America, Londres, Adelphi Papers, 1967.

8 Alexis de Tocqueville, op.cit., p. 330-331.

9 Robert D. Putnam, “Toward explaining military intervention in Làtin America”, World politicsx 20, octobre 1967.

10 Alfred Stepan, Brasil : los militares y la politica, Buenos Aires, Amorrortu, 1974, 1ère partie, chapitre 2.

11 En 1970 et 1971, les pourcentages des salaires par rapport à l’ensemble des dépenses militaires étaient respectivement de 58,7 % et de 57,5 %. Cf. Internacional Monetary Fund, Bolivia : recent économic developments, ronéo., 11 novembre 1976.

12 La statistique bolivienne étant médiocre j’ai utilisé trois sources différentes pour effectuer cette comparaison : World armaments and desarmament, S.I.P.R.I Yearbook, Stockholm Peace Research Institute, 1978 ; James Cochrane, op.cit., et James Wilkie “U.S. foreign policy and économic assistance in Bolivia (1948-1976)” in : Modern day Bolivia, Legacy of the revolution and prospect for the future, Jerry Ladman editor, Tempe (Arizona), Arizona State University, 1978.

13 John J., “Los militares latinoamericanos como grupo competidor politico en la sociedad en transicón” in : Los militares y los paises en desarrollo, Buenos Aires, Pleamar, 1967, p. 97 - 133.

14 Edwin Lieuwen, “Militarismo y politica en America latina”, in Los militares y los paises en desarrollo, op.cit., p. 13 -163.

15 Guillermo Bedregal, Los militares en Bolivia, La Paz, Los amigos del libro, 1971, p. 45-47.

16 Paz Estenssoro, “El militarismo contra la revolución nacional”, Panorama 17, sept. - oct. 1965. Cf. aussi : Sergio Almaraz Paz, Requiem para una república. La Paz, Los amigos del libro, 1969, p. 84-85.

17 La pollera est la jupe évasée, généralement superposée à un ensemble d’autres jupes, que portent aussi bien les paysannes qu’une large fraction des femmes issues des couches populaires ou moyennes urbaines (par exemple les vendeuses et les commerçantes des marchés).

18 J’ai pu réunir trois opuscules du même type pour les promotions 1967, 1968 et 1969. Mais c’est malheureusement le seul ou figurent quelques renseignements concernant l’origine sociale des cadets.

19 Alain Rouquié, Pouvoir militaire et société politique en République Argentine, Paris : Presses de la l’ondation nationale des sciences politiques, 1977, p. 646.

20 Ce sont là des chiffres avancés dans L’Area Handbook for Bolivia, Washington, US Governement Printing Office, 1974, p. 354.

21 Cette remarque vaut pour la majorité des officiers sud-américains. Cf. Alfred Stepan, op.cit., p. 65.

22 Charles D. Corbett, op.cit., p. 43.

23 Guillermo Bedregal, op.cit., p. 45 - 46.

24 Témoignage officier (1).

25 Ibid.

26 Témoignage officier (2)

27 Ibid.

28 Ibid.

29 Ibid.

30 Ibid.

31 Cf. François Bourricaud, “Los militares, porque y para qué ?” in : Fuerzas armadas, poder y cambio, Caracas, Tiempo Nuevo, 1971, p. 101 - 171.

32 Presencia, 31 décembre 1982.

33 Témoignage officier (1).

34 Samuel Huntington, The soldier and the state : the theory and politics of civil military relations, New York, Vintage Books, 1964, p. 32.

35 Ibid., p.84.

36 Voir le décret de réorganisation des forces armées du 24 juillet 1953. Ce type de raisonnement fut repris par le général Torres lorsqu’il fut Commandant en chef des Forces armées, puis président de la République dans les années 1970 et 1971.

37 Cf. Ley orgánica de las FF AA. de 1978, chap. V.

38 Alfred Stepan, The State and the society : Peru in comparative perspective, Princeton, Princeton University Press, 1978, p. 130.

39 Témoignage du général Ovando, août 1979.

40 Témoignage officier (3).

41 Charles D. Corbett, Military institutional..., op.cit.

42 Presencia, 5 juin 1980.

43 Le livre de Irvin Alcaraz, El prisionero del palacio. La Paz, Amerindia, 1984, offre une excellente narration des contacts noués entre Natusch Busch et le MNR de Paz Estenssoro avant la tragique aventure de novembre 1979.

44 Du moins si l’on en croit le récit d’Irvin Alcaraz, op.cit..

45 Cf. El Diario, 20 decembre 1970, et Presencia, 13 mai 1978, ainsi que Isaac Sandoval Rodriguez, Anulación y ruptura del modelo nacional-revolucionario : Torres en el escenario politico boliviano. La Paz : Urquizo, 1979, p. 61, et Jorge Gallardo, De Torres a Banzer, op.cit., p. 136.

46 Cf Washington Press, 2 novembre 1979.

47 Reflexiones a un capitán, sans nom d’auteur, brochure, rondo, 1967. On lira aussi avec intérêt les déclarations de Barrientos lors de cette même convention in : Gary Prado Salmon, op. cit., p. 137. Dans la même veine voir encore les declarations du lieutenant colonel Armijo au président Villaroel à la veille du 21 juillet 1946 in : Cl Francisco Barrero U., Radepa y la revolucién nacional. La Paz, Urquizo, 1976, p. 258, et celles du général Seleme au président Ballivian en avril 1952 in : Alberto Ostria Gutierrez, Un pueblo en la cruz, el drama de Bolivia, Santiago de Chile, Ed. del Pacifico, 1959, p. 169.

48 Lors de l’entretien qu’il m’accorda en 1979, le général Ovando démentit cette affirmation mais confirma son intime amitié avec Banzer.

49 Martin C. Needler, “The Latin American military : predatory reactionaries or modernizing patriots”, Journal of Interamerican Studies IX (2), avril 1969.

50 Edwin Lieuwen, Generales vs presidentes : neomilitarism in Latin America, New York, Praeger, 1964, p. 104.

51 John J. Johnson, Op. cit., p. 123.

52 Ibid., p. 129.

53 Ibid., p. 126.

54 Samuel P. Huntington, El orden pólitico en las sociedades en cambio, Buenos Aires, Païdos, 1972. José Nun, “El golpe militar de clase media”, in : Claudio Véliz, El conformismo en América latina, Santiago de Chile, Universitaria, 1970.

55 José Nun, op.cit., p. 117

56 Samuel P. Huntington, El orden pólitico..., p. 183.

57 Alain Rouquié, La politique de Mars, Paris, Le Sycomore, 1981, p. 30.

58 Discours du 20 juillet 1966, citd par Edgar Oblitas Fernandez, Un perfil, una revolucién, La Paz, Burillo, 1970.

59 Hoy, janvier 1971.

60 Conférence du général Torres à un débat sur le développement national organisé par l’Université San Simon de Cochabamba en janvier 1970, reprise dans Cuademos de Marcha 51, juillet 1971.

61 Ibid.

62 Presencia, 27 septembre 1969.

63 Cf. Simon Reyes, “La masacre de San Juan”, in : Generales y guerrilleros en Bolivia, Buenos Aires, Alvarez, 1967.

64 Gregorio Iriarte, Los mineros : sus luchas, frustraciones y esperanzas. La Paz, Puerta del Sol, 1984, p 168.

65 Cf. le discours de Torres, commandant en chef des forces armées, du 15 novembre 1969, et l’interview d’Ovando par la revue uruguayenne Cuademos de Marcha, repris dans Siglo xx, op.cit. (19 décembre 1969).

66 Sur l’ensemble de la politique extérieure d’Ovando et Torres, Cf. Julio Raul Barrios Moron, Defensa y seguridad nacional en Bolivia : el proceso Ovando-Torres, 1969 - 1971, Tesis para obtener la licenciatura en sociología, Mexico, 1983.

67 Charles D. Corbett, Military institutional development..., op.cit..

68 Ultima Hora, 21 août 1968.

69 Juan Ayoroa Ayoroa, José Patiño Ayoroa, Miguel Ayoroa Montaño, Remberto Iriarte Paz, et un ensemble d”autres officiers regroupés dans l’association civique Topater.

70 “Desde el receso militar”, Presencia, 8 janvier 1978.

71 Presencia, 5 janvier 1976.

72 Cf. General Juan Ayoroa Ayoroa, “El institucionalismo de las Fuerzas armadas”, Presencia, 5 novembre 1978.

73 Miles D. Wolpin, Militarism and social revolution in the third World, Totowa (New Jersey), Allanheld-Osman, 1981, p. 2.

74 William R. Thompson, The grievances of military coup makers, Beverly Hills, Sage Professional papers, 1973.

75 Rene Zavaleta Mercado, “De Banzer à Guevara Arze : la fuerza de la masa”, Cuademos de Marchal I (3), sept-oct. 1979.

76 René Canelas Lopez, Teoria del motin y las sediciones in Bolivia, La Paz, Los amigos del libro, 1983, p. 271. Voir aussi : Philippe Labreveux, Bolivia bajo el Che, Buenos Aires, Replanteo, 1968, p. 157 ; et Mario Padilla, Bolivia : la Cuba ignorada, Bogotá, Universo, 1969, notamment le chapitre “La generación Mercedes-Benz”, p. 246 - 252.

77 Cf. Mariano Baptista Gumucio, Ted Cordova Claure, Sergio Almaraz Paz, Simon Reyes, Guerilleros y generales sobre Bolivia, Buenos Aires, Ed.. Jorge Alvarez, 1968, p. 46.

78 Le revenu annuel moyen des Boliviens était alors de 100 dollars.

79 Bolivia Economica, 25 octobre 1978.

80 Aquí, 1er - 7 septembre 1979.

81 Ces données sont extraites d’une lettre photocopiée, marquée du sceau du président de la République, signée par le général Garcia Meza, qui a été largement diffusée, mais dont l’authenticité n’est pas tout à fait certaine.

82 Aqui, 18, 14 - 20 juillet 1979.

83 Cf. Marcelo Quiroga Santa Cruz, Bolivia recupera la palabra : juicio a la dictadura. La Paz, M.E.P., 1982, p. 96.

84 Le matin de Paris, 6 août 1980.

85 Information diffusée par le Comité de solidaridad por los derechos humanos en Bolivia, Lima, au début de l’année 1981.

86 Manifiesto de los cabos y de los sargentos del Ejército, ronéo., juillet 1971.

87 Enrique Gutierrez, Poder y corrupción en Bolivia, Geneve, s.e., 1978.

88 Cf. Marcelo Quiroga Santa Cruz, Bolivia recupera..., op. cit., p. 103 - 110.

89 Cf. Presencia, 12 octobre 1982 et 11 mars 1983.

90 René Bascopé Aspiazu, La veta blanca, La Paz, Aqui, 1982.

91 Cf. Narcotráfico y política..., op. cit., p. 54 - 58.

92 Latin American Weekly Report, 27 février 1981 et Bolivia Informa 4, 1er - 12 septembre 1980.

93 Pour les détails, voir le livre Narcotráfico y politica..., p. 100 - 111.

94 Dans la liste, on trouve pêle-mêle des Argentins de la Triple A (Alianza anticomunista argentina) (Mingolla, Silva), des nazis (Fiebelkorn, Stellfeld, Koplin, Kullman), le Beige Jean Schramme un ex-mercenaire du Katanga, puis du Zaïre, le Français Napoleon Leclerc (OAS), etc. Plus tard viendront se joindre à ce groupe les poseurs de la bombe qui tua quelques dizaines de personnes à la gare de Bologne (Della Chiaia, Pagliai, Giorgi).

95 Cf. Alain Rouquié (ed..), La politique de Mars. Les processus politiques dans les partis militaires contemporains, Paris, Le Sycomore, 1981, p. 35.

96 Cf. Seymour Martin Lipset, L’homme et la politique, Paris, Seuil, 1963.

97 Cf. Jacques Lambert, Amérique latine : structures sociales et institutions politiques, Paris, PUF, 1963.

98 Cf. Samuel P. Huntington, El orden político, op. cit.

Table des illustrations

Titre Dépenses militaires boliviennes (1948-1982)
Légende Sources : 1948-1976 : James W. Wilkie, “U.S. Foreign Police and Économic Assistance in Bolivia (1948-1976)” in : Modern Day Bolivia : Legacy of the Revolution and Prospect for the Future, Jerry Ladman editor, Tempe (Arizona), Arizona state university, Center for Làtin American Studies, 1978, p. 114-115.1976-1980 : Budget de la nation.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1042/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Ancien et nouveau professionnalisme
Légende Source : Alfred Stepan, The State and the Society : Peru in comparative perspective, Princeton, Princeton University Press, 1978, p. 130.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1042/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 415k
Titre La position idéologique des présidents militaires
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1042/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 126k

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540