Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'instabilité politique de l'Amérique latine

 | 
Jean-Pierre Lavaud

Introduction

Texte intégral

  • 1 Jacques Lambert, Amérique latine : structures sociales et institutions politiques, Paris, PUF, 196 (...)
  • 2 Carlos D. Mesa Gisbert, Presidentes de Bolivia entre urnas y fusiles, La Paz, Gisbert, 1983, p. 80
  • 3 Ibid., p. 98.

1“Régime politique latino-américain est devenu à l’étranger et même en Amérique latine synonyme de régime arbitraire incohérent et fragile. C’est presque un article de foi pour la science politique que l’Amérique latine n’a rien d’autre à offrir dans ce domaine que l’exemple d’échecs si incessamment renouvelés que l’on est tenté de les attribuer à une incapacité congénitale des peuples latino-américains pour se gouverner”, notait en 1963 Jacques Lambert dans l’introduction de son livre Amérique latine : structures sociales et institutions politiques1. S’il est, un pays qui a largement contribué à accréditer cette opinion commune ainsi que l’argumentation qui s’y rattache, c’est bien la Bolivie. Non seulement, en effet, les changements de présidents de la République y sont fréquents, mais encore la durée moyenne des mandats présidentiels y présente la particularité d’être plus courte au xxème siècle qu’au xixème siècle (2 ans et 6 mois au xixème ; 1 an et 11 mois au xxème2 ) et de s’être encore raccourcie de 1964 à 1982 (1 an et 1 mois)3.

2La rotation accélérée des présidents n’est que l’aspect le plus immédiatement visible du phénomène de l’instabilité politique. Elle n’en fournit qu’une première approximation d’ailleurs difficile à manier car il n’y a bien évidemment pas de durée naturelle des mandats présidentiels fixée une fois pour toutes. Cette durée ne peut être considérée comme normale ou singulière qu’au regard de l’histoire constitutionnelle du pays, ou par comparaison avec celle des pays voisins.

3La plupart des 18 constitutions politiques boliviennes adoptées depuis l’indépendance du pays ont fixé des périodes présidentielles de 4 ans, et celles d’entre elles qui n’ont pas adopté cette norme ont arrêté des cycles plus longs. Les moyennes observées se situent donc bien en deçà des 4 années prescrites. Une statistique qui porte sur les années 1825 à 1982 fait clairement apparaître la proportion des présidences éphémères (moins d’un an) : 33 sur 73, soit 45 % dont 8 sont qualifiées par l’auteur de ce dénombrement de présidences-éclair (de 1 heure à 8 jours).

  • 4 Ibid., p. 170.

4Si l’on compare maintenant la moyenne de la durée des présidences boliviennes à celle des autres pays d’Amérique latine de l’indépendance à nos jours, on a le sentiment que la Bolivie est moins atypique qu’il n’y paraît au premier abord. En effet, si elle est bien en tête du peloton des pays instables (2, 13 ans), elle est à égalité avec la Colombie, dépassée par le Salvador (1, 56) et Panama (1, 86), et talonnée par le Mexique (2, 25), l’Equateur (2, 41) ou l’Uruguay (2,42)4. Mais elle s’en distingue par son instabilité récente dans un contexte où, malgré l’agitation militaire des années 1960 et 1970, la tendance est plutôt à un allongement des périodes gouvernementales. Seule l’Argentine offre des situations d’instabilité à peu près similaires.

Présidents boliviens de 1952 à 1982

Présidents boliviens de 1952 à 1982

C.M. : civil ou militaire.
Durée : année, mois, jours.
J. : jours.
Type : Const. : constitutionnel.
Int. ; intérimaire
Source : Carlos D. Mesa Gisbert, Présidentes de Bolivia : entre urnas y fusiles, La Paz : Gisbert, 1983, p. 152.

5En somme, que l’on adopte l’une ou l’autre estimation, la Bolivie apparaît bien comme un pays particulièrement instable relativement à ses voisins latino-américains. Cependant, si l’on se contentait de mesurer l’instabilité à la rotation rapide des gouvernants, l’Italie actuelle ou la France de la IVème République seraient à ranger aux côtés de la Bolivie dans le groupe des pays instables. Or, plusieurs différences sautent immédiatement aux yeux. Les rotations italiennes et françaises sont réglées, respectent des procédures constitutionnelles et se font sans violence ; de plus, elles adviennent dans des régimes parlementaires et ne concernent donc pas les présidents de la République qui restent précisément les garants de la Constitution. Alors qu’en Bolivie, le passage d’une présidence à l’autre s’opère souvent par un coup de force de l’armée qui peut être accompagné de violences limitées à certains membres de la classe politique ou affectant de plus larges fractions de la population, et d’une suspension plus ou moins prolongée des libertés civiles inscrites dans les Constitutions.

  • 5 Irving Louis Horowitz, “La norma de ilegitimidad : hacia una teoria general del desarrollo politic (...)

6Comme le souligne à juste titre Horowitz, “le coup d’Etat est un mécanisme qui sert pour redistribuer périodiquement le pouvoir en l’absence d’agences de légitimation communément acceptées par la société civile... L’illégitimité se convertit en norme dominante du changement social”5. De fait, la moitié des 74 présidences qui se sont succédé en Bolivie depuis l’indépendance jusqu’à 1982 ont été des présidences de facto ; et 26 d’entre elles ont été amenées par des coups d’Etat (14 sur 18 dans la période 1964-1982). La Constitution n’est donc pas plus appliquée en ce qui concerne les procédures de succession qu’en ce qui concerne les délais de succession.

  • 6 Merle Kling, “Toward a theory of power and political instability in Latin America”, Western Politi (...)

7Chemin faisant, nous sommes passés d’une description de l’instabilité en termes de rotations présidentielles à une lecture institutionnelle de celle-ci. De ce dernier point de vue, certains régimes apparemment stables, tels le Paraguay de Stroessner, le Chili de Pinochet ou la Bolivie de Banzer ne le sont pas car des caudillos ou des clans d’officiers ayant usurpé le pouvoir se succèdent à eux-mêmes par une série de “révoltes anticipées réussies”6 et le continuismo n’est que l’envers de la même médaille de l’instabilité.

  • 7 François Bourricaud, “Dictadura, dictablanda, et la question de l’hégémonie en Amérique du Sud”, i (...)

8Ce qui permet de déterminer si l’on se trouve ou non dans un pays où les régimes politiques sont instables, c’est donc moins la rotation rapide des gouvernants que les procédures d’entrée en gouvernement et de sortie de gouvernement, un régime n’étant considéré comme institutionnalisé que s’il “contrôle durablement les conditions de son propre fonctionnement, et en particulier les conditions absolument critiques qui concernent l’accès des dirigeants au pouvoir et les règles de leur succession”7. Cette situation se réalise rarement en Bolivie et, dans tous les cas, imparfaitement.

  • 8 Cf. François Bourricaud, “La question de la démocratie en Amérique du Sud : régimes constitutionne (...)

9La violation de la Constitution ne s’arrête pas aux usurpations de pouvoir, ou aux tentatives de le conserver par des moyens illicites, elle s’apprécie encore à la suppression ou à la réduction des libertés publiques (droit de circuler, liberté de la presse, d’association, etc) au nom de la sécurité intérieure, aux exactions et aux brutalités de l’armée, de la police, éventuellement de polices parallèles, aux interventions intempestives et discrétionnaires de l’exécutif dans l’administration, etc., toutes ingérences arbitraires dans la vie des civils qui font des régimes qui s’y laissent entraîner des “régimes d’exception”8.

  • 9 François Bourricaud, in Léo Hamon, La fin des dictatures, op. cit.

10Au sein de ces régimes d’exception, François Bourricaud distingue deux sous-ensembles : la dictadura et la dictablanda, la forme dure et la forme molle de la dictature, dans lesquels on peut ranger pratiquement tous les régimes boliviens : “En fin de compte, les régimes de dictablanda s’opposent aux régimes de dictadura en ce que, sans respecter les règles constitutionnelles de la concurrence électorale et de l’alternance, ils n’interfèrent pas trop brutalement avec les droits personnels des citoyens ; ou s’ils les bousculent, ils ne bousculent pas simultanément les droits de tous les citoyens”9. En somme, la Constitution est pratiquement toujours violée, mais elle l’est plus ou moins.

11L’instabilité politique bolivienne qui a été décrite jusqu’ici et qui se caractérise par la rotation rapide des gouvernants, des successions présidentielles non réglées et souvent violentes, la suspension récurrente des garanties civiques, sape continuellement l’édification de la démocratie qui serait précisément son contraire. Mais n’y aurait-il de stabilité politique que dans les démocraties ? N’est-ce pas là une vision européo ou occidentalo-centriste ?

  • 10 Octavio Paz, “L’Amérique latine et la démocratie”, Esprit, 82, 1983.
  • 11 François Bourricaud, op. cit. in Homenaje a Luis Alberto Sanchez, op. cit. Voir aussi Jacques Lamb (...)
  • 12 François Bourricaud, in Homenaje a Luis Alberto Sanchez, op. cit.

12Il est certes possible d’imaginer d’autres formes de stabilité politique que celle des démocraties occidentales : divers modèles de monarchie, les “démocraties” socialistes, les régimes autoritaires asiatiques permettraient de typer ces autres cas de figure. Mais il me paraît légitime de mesurer la stabilité des pays latino-américains au regard des constitutions démocratiques qu’ils se sont eux-mêmes conférées. N’oublions pas, en effet, comme l’a encore souligné récemment Octavio Paz, que “toutes les révolutions de palais, les coups d’Etat, les mutineries se déroulent sur un fond de constitution démocratique donné lors de l’indépendance”10, ou plus exactement que “les régimes latino-américains ne sont compréhensibles à la fois dans leurs règles de fonctionnement et dans leur pathologie ou leurs “dysfonctions” que si l’on commence par les inscrire dans la tradition et la culture politiques à laquelle ils appartiennent : la tradition démocratique occidentale”11. C’est seulement très récemment que certains régimes militaires ont envisagé de se perpétuer comme tels (Banzer et Garcia Meza en Bolivie) en faisant fi des constitutions ; tous sont tombés ou ont été obligés de revenir à des formes constitutionnelles. La “difficulté à institutionnaliser un pouvoir militaire tient sans doute à ce que celui-ci ne peut jamais invoquer qu’une légitimité d’exception et que cette légitimité même étroite et conditionnelle entre dès l’origine en conflit avec des principes de légitimité plus essentiels et plus élevés profondément inscrits dans la tradition culturelle des pays latino-américains, ceux du gouvernement républicain ou institutionnel cher à Bolivar”12.

  • 13 Cf. Octavio Paz, op. cit.

13Nous verrons qu’il en va bien ainsi en Bolivie. En Amérique du Sud, la vraie rupture, c’est le régime de tradition révolutionnaire cubain qui l’opère13 (et peut-être le régime nicaraguayen). Sans nul doute, il est attrayant pour toute une frange, principalement intellectuelle, de Latino-Américains, mais, pour l’heure, il reste une exception, et notons au passage qu’il n’a pas encore fait la preuve de sa stabilité puisqu’aucune succession présidentielle n’y a encore eu lieu.

14Un dernier aspect de l’instabilité politique me paraît fondamental : le fait qu’elle s’accompagne d’une grande instabilité sociale. Il faut d’abord souligner que la rotation rapide des présidents entraîne une rotation accélérée de l’ensemble du personnel politique et des fonctionnaires de haut rang, mais aussi des directeurs de ministère, des préfets, des maires, des principaux chefs de l’armée, de la police, etc. Ce spoil system descend parfois en cascade jusqu’au petit personnel des ministères et de l’ensemble des institutions publiques et, souvent, la frénésie du remplacement affecte aussi les responsables patronaux (dans les chambres de commerce, d’industrie, d’agriculture...), syndicaux et civiques (associations de défense d’intérêts locaux) et s’étend au domaine culturel et universitaire.

15Il arrive également qu’une apparente stabilité au sommet - le maintien prolongé d’un président ou d’un parti à la tête du pays - masque de grands remous à des niveaux divers de la classe politique ou de l’administration : pendant les régimes du MNR, les autorités du département et de la ville de Santa Cruz ont été renouvelées constamment ; Banzer a changé fréquemment de cabinets ministériels et a aussi bousculé à de nombreuses reprises les commandements militaires avec les déplacements de responsabilités que l’on imagine dans un pays où de nombreux postes civils étaient alors occupés par des militaires...

16Enfin, troubles politiques et troubles sociaux sont si intimement liés les uns aux autres en un tout complexe qu’il est quelquefois très difficile de débrouiller, pour un cycle d’effervescence donné, si c’est l’agitation à la base qui pousse à 1’instabilité au sommet ou si c’est l’inverse.

17Voilà donc, dépeinte à grands traits, l’instabilité politique bolivienne, qui s’apparente étroitement dans ses manifestations à celle que l’on peut observer à l’une ou l’autre époque dans l’ensemble des pays d’Amérique du Sud - cette anarchie néo-latine que déplore Spengler - mais qui s’en distingue en ce qu’elle en constitue un des cas extrêmes - tout au moins pour ce qui est de la virevolte des gouvernants dans la période récente. Il reste maintenant à en tenter une explication et ce n’est assurément pas une tâche commode.

  • 14 Cf. Raymond Boudon, La place du désordre, Paris, PUF, 1984. Voir notamment le chapitre 5.
  • 15 Alcides Arguedas, Pueblo enferma, La Paz, Puerta del Sol, (offset ed. 36), s.d

18Il faut écarter d’emblée une tentation : celle d’attribuer les malheurs de la Bolivie -aussi bien son état d’arriération et de sous-développement économique que l’agitation politique et sociale dans laquelle elle se débat - à un quelconque primum mobile14. Les plus souvent cités sont d’une part le problème racial, c’est-à-dire la prépondérance du "sang" indien dans le pays, l’’’atavisme indien", la psychologie indienne, et, d’autre part, l’influence délétère de l’impérialisme nord-américain qui entretient le pays dans une dépendance funeste. Alcides Arguedas, l’auteur de Pueblo enfermo15, est le représentant le plus connu de la première proposition qui est aussi la plus ancienne, tandis que l’ensemble de la gauche marxisante bolivienne propage la seconde depuis les années 1950.

19Observons simplement qu’à s’en tenir à la première proposition, on aurait beaucoup de peine à expliquer l’instabilité politique de l’Argentine qui, à l’instar des Etats-Unis, a éliminé en grand nombre les Indiens qui peuplaient son territoire et n’en conserve aujourd’hui qu’une poignée. Et à n’envisager que la seconde, on ne peut guère analyser l’instabilité du xixème siècle dans l’ensemble des pays latino-américains, sauf à faire des contorsions peu convaincantes sur la succession des impérialismes (espagnol, anglais, nord-américain). Notons aussi au passage que, dans ces deux versions commodes, les dirigeants du pays éludent à bon compte leurs responsabilités ; ce n’est pas leur faute, c’est celle des autres, de l’intérieur ou de l’extérieur.

  • 16 La Bolivie a perdu son débouché maritime à la suite de la guerre du Pacifique qui l’a opposée au C (...)

20En fait, ces fausses explications ne sont guère que des invocations justificatives, souvent vécues comme des fatalités et qui donnent par conséquent lieu à des lamentations infinies. D’autres pourraient être rangées dans ce même ensemble, qui sont avancées séparément ou groupées : le traumatisme de la conquête, la géographie tourmentée du pays, l’absence de débouchés maritimes ou leur perte16, etc. Toutefois, ces fausses explications contiennent pour la plupart des intuitions justes qui demandent seulement à être converties en propositions vérifiables : aussi bien les problèmes raciaux que l’influence politique nord-américaine, ou la géographie physique - en ce qu’elle conditionne les formes de l’existence collective - ont sans nul doute des incidences sur la vie politique locale. Encore faut-il préciser lesquelles, à quel moment, et comment elles se combinent pour aboutir à telle ou telle forme de l’instabilité : dictadura ou dictablanda, dictature prolongée ou succession de coups d’Etat.

21Pour tenter une véritable analyse scientifique de l’instabilité politique bolivienne, on peut donc sélectionner une période temporelle déterminée, clairement délimitée, et tenter de contraster la Bolivie avec d’autres pays sud-américains comparables à certains égards mais présentant la particularité d’une certaine stabilité politique (ce pourrait être le Mexique), ou bien opposer divers types de régimes plus ou moins instables, en Bolivie même. Et, que l’on adopte l’une ou l’autre solution, il faut caractériser chacune de ces situations par un ensemble de traits pertinents, reliés entre eux, et voir comment ils évoluent selon les situations de plus ou moins grande instabilité. J’ai choisi d’étudier les trente années qui vont de la révolution de 1952 à 1982. Elles offrent l’avantage de former un tout car les idées et les hommes de la révolution influencent les politiques du pays pendant ces trois décennies, et de comprendre cependant des cycles politiques contrastés : 12 années de régime constitutionnel sous la gouverne du populisme movimientista, 14 années de régime militaire, puis enfin 4 années particulièrement agitées, d’un méli-mélo de gouvernements tour à tour civils et militaires. Ces périodes peuvent donc être comparées au regard des facteurs qui freinent, ou au contraire favorisent, l’instabilité politique.

  • 17 Jacques Lambert, op. cit., p. 15.
  • 18 Ibid.

22L’idée centrale de ce travail, directement déductible des manifestations de l’instabilité politique préalablement présentées, est que celle-ci est liée à l’instabilité sociale : elle s’en nourrit et la perpétue en retour. C’est loin d’être une idée nouvelle ou particulièrement originale. Elle a inspiré de nombreuses analyses des troubles politiques des pays du Tiers-Monde dans les années 1960, et notamment en France celle de Jacques Lambert pour lequel c’est même “la société (latino-américaine) à laquelle les institutions politiques doivent s’appliquer qui, à tous égards, est des plus instables”17. Pour lui, ce sont les nécessités du développement ou sa rapidité qui, en bouleversant le tissu social, engendrent l’instabilité sociale, source elle-même d’instabilité politique : “Une cause évidente des troubles qui se produisent en Amérique latine se trouve dans la contraction de l’histoire qui y impose en quelques années des changements qui, en Europe, se sont étalés sur un demi-millénaire”, souligne-t-il18. En somme, on observerait la séquence suivante : développement économique accéléré, troubles sociaux, troubles politiques.

23Sans récuser la pertinence de cette analyse et, d’une manière générale, des statistiques internationales qui tentent de lier développement économique et “développement politique”, ce n’est pas précisément dans cette voie-là que j’ai engagé cette étude du cas bolivien. La raison principale en est simple. Si le fond du développement économique doit indéniablement être considéré, il n’en demeure pas moins indispensable de l’étudier en relation avec des variables sociales et politiques plus directement liées à l’instabilité et qui la rendent compréhensible. La Bolivie demeure un des pays les plus pauvres d’Amérique latine. Sous-développement et instabilité politique y coexistent donc. Mais outre que l’on a du mal à savoir quel phénomène cause l’autre, il reste à expliquer comment ils s’articulent l’un à l’autre et si possible pourquoi. Or, le principal intérêt d’une étude de cas qui n’exclut pas les comparaisons d’un cycle politique à l’autre (et même de différentes phases de développement économique) et, sur tel ou tel point, le rapprochement avec des pays voisins, est principalement d’isoler des variables intermédiaires, d’élaborer des propositions explicatives plus fines et finalement de construire un modèle plus élaboré qui intègre ces diverses propositions.

24J’ai donc choisi une approche véritablement sociologique qui fait dériver l’instabilité des confrontations plus ou moins violentes d’agents sociaux organisés dont la conduite obéit à des rationalités propres.

25Pour réussir ce pari, il faut identifier, pour chacune des trois périodes, -gouvernements civils du MNR (1952-1964), gouvernements militaires (1964-1978), méli-mélo civils-militaires (1978-1982) - les agents sociaux déterminants susceptibles d’ébranler les pouvoirs en place voire de s’y substituer. Il s’agit de la classe politique proprement dite aussi bien civile que militaire, ainsi que des autres fractions de la classe dirigeante (les gestionnaires du travail collectif, notamment), mais aussi des syndicats de mineurs et de paysans (plus généralement de la Centrale ouvrière bolivienne, COB), et enfin des comités civiques régionaux (celui de Santa Cruz, principalement). A la concurrence de ces groupes nationaux, il faut ajouter celle des agents étrangers dont les décisions et les pressions modifient aussi le cours de la vie politique nationale : les principaux se trouvent aux Etats-Unis.

  • 19 Cf. Paul Veyne, Comment on écrit l’histoire, Paris, Seuil, 1971.

26Il faut ensuite trouver une manière d’organiser l’ensemble des données en une “intrigue compréhensible”19 ; ce qui ne va pas sans difficulté dans un pays instable où les nouvelles sociales et politiques sont foisonnantes. Pour répondre à cette exigence, une première partie, diachronique, présente successivement les trois cycles politiques de ces trente années. Elle met en scène les principaux agents de cette histoire mouvementée, précise les mécanismes proprement politiques de l’instabilité et, pour ce qui est de l’étape militaire, énonce les motifs corporatistes des coups d’Etat. C’est seulement dans la seconde partie qu’est entreprise l’étude plus fouillée, et plus proprement sociologique, de la mobilisation des agents de l’agitation sociale et politique qui débouche finalement sur l’ébauche d’un modèle heuristique de l’instabilité politique bolivienne reliant entre elles les diverses propositions explicatives retenues. Cette ébauche n’est évidemment valable que pour ce pays et pour cette période, mais il va de soi que certaines des propositions qui le constituent conviennent aussi pour des phases antérieures et peuvent éventuellement s’appliquer à des pays voisins.

27Ces parti-pris d’analyse et d’exposition signifient que l’analyse des comportements sera privilégiée relativement à celle des discours et des idéologies ; qu’on s’intéressera plus à l’action qu’au verbe. Et ce d’autant plus - cela apparaîtra à maintes reprises - que les discours des agents, nombreux et changeants, paraissent souvent obéir à des logiques propres indépendantes de celles de l’action, quand ils ne contribuent pas à la masquer.

28Ils signifient en outre que l’on ne saurait considérer ce travail comme une monographie de la Bolivie contemporaine qui viserait à une certaine exhaustivité Son seul but est bien de tenter de répondre à une question singulière : pourquoi ce pays se montre-t-il si turbulent et instable ?

29Ma réponse consiste à montrer que beaucoup plus que dans d’autres pays, étant donné l’influence conjuguée de divers agents internes au pays - une néo-oligarchie à orientation commerciale et financière, un syndicat de mineurs particulièrement actif, un régionalisme militant...-, d’agents externes principalement situés aux Etats-Unis et de circonstances - le caractère particulier de la révolution de 1952 qui place les syndicats en position de force vis-à-vis du MNR, par exemple -, de nombreux secteurs de la société bolivienne se trouvent être si dépendants de l’Etat ou si imbriqués dans ses appareils qu’il est vital pour eux de les contrôler. Cela entraîne une extension démesurée des phénomènes de clientélisme qui par un effet boomerang, renforce encore les liens de l’Etat et de la société civile et nourrit l’instabilité. Autrement dit, la démarche adoptée dans cette étude permet de comprendre l’instabilité bolivienne comme un effet d’agrégation, c’est-à-dire comme l’effet non voulu de comportements parfaitement intelligibles d’agents sociaux replacés dans un environnement institutionnel économique et social singulier.

Notes

1 Jacques Lambert, Amérique latine : structures sociales et institutions politiques, Paris, PUF, 1963, p. 12 et 13.

2 Carlos D. Mesa Gisbert, Presidentes de Bolivia entre urnas y fusiles, La Paz, Gisbert, 1983, p. 80.

3 Ibid., p. 98.

4 Ibid., p. 170.

5 Irving Louis Horowitz, “La norma de ilegitimidad : hacia una teoria general del desarrollo politico latino-americano”, Revista mexicana de sociologia, XXX (2), avril -juin 1968.

6 Merle Kling, “Toward a theory of power and political instability in Latin America”, Western Political Quaterly IX (7), mars 1956.

7 François Bourricaud, “Dictadura, dictablanda, et la question de l’hégémonie en Amérique du Sud”, in Léo Hamon, La fin des dictatures, Paris, Economica, 1983, p. 199.

8 Cf. François Bourricaud, “La question de la démocratie en Amérique du Sud : régimes constitutionnels et régimes d’exception”, in Homenaje a Luis Alberto Sanchez, Madrid, Insula, 1983, p. 81-94.

9 François Bourricaud, in Léo Hamon, La fin des dictatures, op. cit.

10 Octavio Paz, “L’Amérique latine et la démocratie”, Esprit, 82, 1983.

11 François Bourricaud, op. cit. in Homenaje a Luis Alberto Sanchez, op. cit. Voir aussi Jacques Lambert, op. cit. pour lequel “le paradoxe de la vie politique latino-américaine est que bien peu de peuples manifestent une aussi grande fidélité à l’idéal de la démocratie politique et que bien peu de peuples ont aussi souvent connu la dictature”, p. 164.

12 François Bourricaud, in Homenaje a Luis Alberto Sanchez, op. cit.

13 Cf. Octavio Paz, op. cit.

14 Cf. Raymond Boudon, La place du désordre, Paris, PUF, 1984. Voir notamment le chapitre 5.

15 Alcides Arguedas, Pueblo enferma, La Paz, Puerta del Sol, (offset ed. 36), s.d

16 La Bolivie a perdu son débouché maritime à la suite de la guerre du Pacifique qui l’a opposée au Chili de 1879 à 1880.

17 Jacques Lambert, op. cit., p. 15.

18 Ibid.

19 Cf. Paul Veyne, Comment on écrit l’histoire, Paris, Seuil, 1971.

Table des illustrations

Titre Présidents boliviens de 1952 à 1982
Légende C.M. : civil ou militaire.Durée : année, mois, jours.J. : jours.Type : Const. : constitutionnel.Int. ; intérimaireSource : Carlos D. Mesa Gisbert, Présidentes de Bolivia : entre urnas y fusiles, La Paz : Gisbert, 1983, p. 152.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1039/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 758k

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540