Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'instabilité politique de l'Amérique latine

 | 
Jean-Pierre Lavaud

Preface

François Bourricaud

Texte intégral

1Jean-Pierre Lavaud s'attaque à un lieu commun, à une sorte de pont aux ânes, l'"instabilité" politique des Etats sud-américains. En style noble Spengler parlait de l'''anarchie néo-latine". Si l'on en juge par des indicateurs réputés objectifs et mesurables, comme la fréquence des coups d'Etat militaires, la précarité des chartes constitutionnelles, la fraude électorale généralisée, il est vrai que les républiques fondées par Bolivar et San Martin s'écartent grandement du modèle rêvé par les avocats de l'Etat de droit.

2Mais l'instabilité est une notion plus intuitive que vraiment analytique. Elle comporte bien des degrés qui ne sont pas toujours faciles à distinguer. Elle revêt des formes complexes. On ne saurait la réduire au vulgaire cuartelazo, ce tumulte de caserne qui peut hisser un aventurier en uniforme jusqu'au palais présidentiel. En outre, les peuples d'Amérique du Sud n'ont pas depuis la liquidition de l'empire espagnol vécu sans sursis ni rémission dans l'extravagance et la violence. Après tout, le Chili a une longue tradition constitutionnelle. Les Etats andins eux-mêmes ont connu de 1880 à 1930 des administrations à peu près régulières. C'est dans l'histoire péruvienne l'époque que Jorge Basadre nomme La Republica aristocratica, marquée par l'hégémonie du parti civiliste qui ne fut interrompue d'une manière continue que par les onze années de la dictature Leguia. En Bolivie, à peu près vers la même époque, prévalait une situation analogue, qui se maintint jusqu'en 1930 et à laquelle la guerre du Chaco devait porter un coup irrémédiable.

3Mais, après tout, les grandes démocraties occidentales ont-elles été toujours si stables ? Il est vrai que prédomine l'"instabilité" dans l'histoire politique de l'Amérique du Sud, en contraste marqué avec le cas de l'Angleterre du xixème siècle et avec celui des Etats-Unis - si l'on convient d'étendre le manteau de Noé sur l'horrible épisode de la guerre de Sécession. En fait, personne ne va contester l'"instabilité" sud-américaine. Mais elle connaît des rythmes variables et prend des formes différentes selon les périodes. Le mérite de Jean-Pierre Lavaud c'est de nous aider à comprendre pourquoi.

4Merle Kling, dans un article célèbre a proposé une interprétation dont le succès tient sans doute à ce qu'au lieu de se borner à une pure description plus ou moins teintée de culturalisme, l'auteur a cherché à mettre en évidence quelques conditions sociales et institutionnelles permanentes. Si les régimes sud-américains sont instables, surtout après 1930, c'est qu'il s'agit aussi de "sociétés bloquées". L'égoïsme des dirigeants, la stricte "dépendance" dans laquelle se trouvent les pays de la "périphérie" vis à vis des "dominants centraux", la faiblesse des "masses" vis à vis des oligarchies qui appuient leur toute puissance intérieure sur leur soumission à l'impérialisme étranger, condamneraient les pays du sous-continent à une sorte d'"immobilisme à convulsion".

5Pour apprécier la portée de l'article de Merle Kling, il faut se rappeler qu'à l'époque régnait déjà sur les questions relatives au développement en Amérique latine une sorte d'orthodoxie. Il était entendu que les pays du sous-continent offraient des traits "structurels" sinon identiques du moins tout à fait comparables. Cet air de famille provenait sans doute d'un passé colonial commun, mais aussi et surtout de la dépendance actuelle des républiques sud-américaines vis à vis du "centre" de l'économie mondiale, c'est à dire les Etats-Unis, dont ils étaient les fournisseurs en matières premières, minérales et alimentaires, et dont ils recevaient les capitaux nécessaires à leur propre développement. Cette orthodoxie qui avait son sanctuaire, la CEPAL, et son prophète, Raul Prebisch, proposait un ensemble d'hypothèses séduisantes sur les causes du retard du sous-continent et elle offrait un programme de réformes plus ou moins radicales, auquel pouvait se rallier plus ou moins complètement une large fraction des intellectuels et des dirigeants politiques, bref la partie la plus active de l'opinion. L'instabilité politique, les coups d'Etat à la chaîne, devenaient effets ou symptômes de la "dépendance" dont souffrait un pays comme la Bolivie.

6D'ailleurs, on pouvait trouver à cette hypothèse une justification apparemment convaincante. En effet, ne constate-t-on pas l'instabilité la plus intense là où les oligarchies, solidement retranchées, s'opposent à toute réforme ? Le cas se produit quelle que soit la taille du pays considéré. Même si la confiscation du pouvoir et des privilèges qui lui sont associés est aggravé par l'exiguïté de pays comme la république dominicaine de Trujillo, ou le Nicaragua des Somoza, que se manejan como haciendas. Mais l'interminable drame argentin illustre également l'extrême tension de structures sociales caractérisées à la fois par la violence du processus de mobilisation et d'urbanisation, et la rigidité des catégories dominantes. Les avances justicialistes alternent avec les reculs d'un mouvement social contraint malgré sa pétulance à céder la place avant d'avoir sérieusement entamé les bases du pouvoir oligarchique.

7Inversement, l'exemple du Mexique, en gros jusqu'au milieu des années 1970, suggère que là où un jeu politique à peu près régulier était parvenu à s'instaurer, une politique de réformes prétendant briser ou du moins limiter la dépendance vis à vis de l'extérieur comme vis à vis des oligarchies locales, avait été préalablement mise en œuvre.

8Le travail que Jean-Pierre Lavaud consacre à la Bolivie des années 1952-1982 stimule la réflexion sur la question de l'instabilité généralement attribuée aux républiques sud-américaines. Apellera-t-on "monographie" le livre de Jean-Pierre Lavaud ? Ce serait en limiter la portée. Il est vrai que Jean-Pierre Lavaud nous offre une analyse très nourrie de la société bolivienne. Sur le syndicalisme des mineurs comme sur celui des paysans, sur l'institution militaire, sur le fonctionnement d'une administration pléthorique et omniprésente, sur la vie des partis, sur les péripéties qui ponctuent l'histoire bolivienne des cinquante dernières années, l'information rassemblée par Lavaud est aussi précise et complète que possible. Mais ce travail peut satisfaire chez les lecteurs d'autres intérêts que la curiosité monographique pour cette attachante république andine.

9Ce que l'on retient d'abord de l'analyse de Jean-Pierre Lavaud, c'est l'existence de deux cycles dans la politique bolivienne. Entre l'arrivée de Victor Paz Estenssoro qui s'installe au pouvoir en avril 1952 à la suite d'une émeute à La Paz, et le coup d'Etat du général Barrientos, la succession des périodes présidentielles a lieu d'une manière à peu près régulière. Cette période de douze ans terminée, on revient au règne du sabre. Mais ce raccourci ne doit pas nous abuser. Pendant la période 1952-1954, la Bolivie n'appartient pas vraiment à la famille des "démocraties paisibles et réfléchies". Le MNR qui, en 1952, l'emporte les armes à la main, puis gagne les élections présidentielles de 1956,1960 et 1964, ne s'embarrasse guère de scrupules juridiques. Quant aux dictatures militaires auxquelles sont souvent associés des politiciens civils, on ne saurait les confondre avec les régimes de type totalitaire ou autoritaire. Elles se présentent plutôt comme des transitions qui doivent permettre le retour à une normalité constitutionnelle d'ailleurs mythique.

10En lisant Jean-Pierre Lavaud, on commence à comprendre pourquoi le MNR. n'a pas pu devenir hégémonique. Au début, pourtant, il s'appuyait sur des "bases" populaires solides. La réforme agraire ne lui garantissait-elle pas le soutien des paysans, tout comme la nationalisation des mines d'étain semblait devoir lui attacher les mineurs et leurs syndicats ? Solidement étayé par ces deux piliers, le Movimiento n'était-il pas assuré de se maintenir au pouvoir pour une durée indéfinie ? Cette prévision, somme toute raisonnable, ne s'est pas accomplie. Parmi diverses hypothèses permettant d'expliquer l'usure rapide du Movimiento et le retour dès 1964 des militaires, le travail de Jean-Pierre Lavaud permet d'en retenir tout particulièrement trois. Il faut noter d'abord l'extrême vigueur et la radicalisation du syndicalisme des mineurs que le MNR n'a jamais réussi véritablement à encadrer ; des mineurs qui entraînent dans leur sillage, au sein de la Centrale Ouvrière Bolivienne (COB) une grande partie des salariés syndiqués et certaines fractions de la paysannerie. Quel que soit le talent du chef du parti dominant, et dans le cas de Paz Estenssoro, ce n'est pas le talent politique qui lui faisait défaut, sa tâche était extraordinairement malaisée, et elle le devint de plus en plus à mesure que l'armée, dont le pouvoir et l'influence semblaient liquidés après 1952, redevint un acteur politique autonome.

11La difficulté insurmontable du MNR à se constituer durablement en parti dominant, n'a pas empêché Paz Estenssoro, le héros du Movimiento de prendre, au terme d'une carrière exceptionnelle, la stature d'un Père de la Patrie. Mais le MNR, quelle que soit encore aujourd'hui son importance sur l'échiquier électoral et parlementaire, n'est pas parvenu à s'institutionnaliser, au sens où au Mexique on parle d'un "Parti Révolutionnaire Institutionnel", à supposer que cette consécration soit accessible à un groupement politique comme le MNR, tourné par nature plutôt vers la conquête du pouvoir que vers sa légitimation.

12Ce n'est pas non plus du côté de la société militaire que pourrait se trouver le remède à l'instabilité constitutionnelle, dont avec Lavaud nous cherchons la clef. En 1952, lorsque le MNR, dont finalement elle n'a pas pu contenir l'assaut, s'installe au pouvoir, l'armée bolivienne est une institution à la fois divisée et discréditée. Divisée parce qu'elle avait été mêlée depuis une vingtaine d'années à tous les malheurs qui avaient suivi la guerre du Chaco. Discréditée parce qu'elle avait été utilisée comme instrument de répression par des gouvernants qui passaient pour asservis à une oligarchie elle-même au service du capital étranger. La vitesse avec laquelle cette armée, balayée par l'émeute de 1952, avait récupéré ses positions de pouvoir n'en est que plus paradoxale. Sans doute ne revient-elle si vite en force que grâce à l'usure du MNR lui-même et au bon vouloir des Américains qui pilotent sa résurrection. Mais cette explication n'est pas complètement satisfaisante et Lavaud montre bien ce que cette récupération surprenante par sa rapidité doit à la composition et à la position de l'armée dans la société bolivienne. Telle qu'elle s'est reconstituée au début des années 1960, cette armée n'est pas une société close, une caste. Ses chefs ne se prennent pas, comme leurs collègues péruviens pour la "classe universelle", pour l'Etat incarné. Elle est au contact de la société civile et avec tous les secteurs de cette société. Les particularismes régionaux y sont puissants, les compérages fréquents. Les rapports avec les caciques locaux, avec les politiciens nationaux, avec les hommes d'affaires, ne rencontrent pas d'obstacles comme dans les armées refermées sur elles-mêmes, encastées si l'on peut dire par suite de l'effet hiérarchique combiné avec l'éloignement du technocrate et du spécialiste. Il en résulte une aptitude remarquable des militaires boliviens à la combinaison et à l'alliance avec toutes sortes de partenaires, qui explique à la fois l'instabilité des gouvernements militaires et la longueur de la période pendant laquelle des militaires, de tendances politiques diverses, ont occupé le pouvoir directement ou en association avec des partenaires civils.

13Si l'on rassemble les éléments que nous fournit Jean-Pierre Lavaud, on peut revenir à la question initiale sur l'instabilité bolivienne. D'abord, cette instabilité ne doit pas être exagérée. Pendant plus de dix ans, le MNR, a dominé la scène politique. D'autre part, si les gouvernements militaires fonctionnent selon des règles qui n'ont évidemment pas grand chose à voir avec celles de nos polyarchies occidentales, celles-ci ne sont pas dépourvues d'une cohérence dont Lavaud nous restitue les ressorts. On observera aussi que ni le MNR, quasi hégémonique de 1952 à 1964, ni les gouvernements militaires qui ont suivi l'arrivée de Barrientos, n'ont bénéficié d'une authentique légitimité. Inversement, aucun régime bolivien pendant cette période n'a suscité un rejet violent et constant de la majorité de la population - si l'on excepte celui qui est balayé par l'émeute d'avril 1952 qui amène Victor Paz au pouvoir.

14Un observateur cynique serait tenté de voir dans cette sorte d'alternance d'une période de domination civile et populiste suivie d'une période de domination ou de prédominance militaire, (d'ailleurs plus longue, compliquée et plus mouvementée) comme un rythme à peu près régulier de la vie politique bolivienne. Mais cette vue, même si on pouvait lui prêter quelque circonstance par un retour sur l'histoire du XIXème siècle, qui pourrait éventuellement la conforter, laisse dans l'ombre plusieurs points d'une grande importance. D'abord l'environnement international dans lequel se trouvaient insérées l'économie et la société boliviennes pendant la période étudiée par Lavaud a beaucoup changé sans que les intéressés s'en rendent compte. L'économie bolivienne se caractérisait par un certain nombre de traits "structurels" qui s'effacent sous nos yeux. Même s'il n'avait plus la même importance que du temps des trois "barons" (Hochschild, Patiho et Aramayo), l'étain, metal del diablo, restait dans les années 50 la principale rubrique du commerce exterieur péruvien.

15Qu'en est-il aujourd'hui ? On se prend à penser, en lisant Lavaud, que le plus lancinant des problèmes auxquels pendant les trente dernières années se sont trouvés confrontés tous les gouvernements boliviens a été celui de l'étain. Les conflits suscités par les privilèges de l'enclave minière, l'espèce d'exterritorialité dont avaient fini par jouir les trois "barons", le radicalisme du mouvement syndical des mineurs, avaient conduit le MNR à décréter une nationalisation des mines qui, sous couleur de justice sociale et d'indépendance nationale, mettait à la charge de l'Etat en matière de gestion, de financement, de discipline et de maintien de l'ordre des responsabilités qu'aucun gouvernement n'est capable d'assumer. Au contraire, les autorités boliviennes ont été inéxorablement amenées à se dégager de l'impasse où les avait engagées leur politique minière. Mais à quel prix ! En effet, le marché de l'étain se transformait profondément tant du côté de l'offre que de la demande. La rente minière sur laquelle les barons avaient assis leur richesse et que les révolutionnaires de 1952 espéraient récupérer au profit du peuple bolivien, n'était plus, dès la fin de la guerre de Corée, "ce qu'elle avait été". Mais le poids énorme de la COMIBOL sur l'appareil d'Etat et sur la vie politique en général a compliqué et retardé la délicate transition au terme de laquelle la dépendance de l'économie bolivienne à l'égard du marché de l'étain aurait pu être réduite. Cete transformation "structurelle" a bien fini par se faire, mais lentement, confusément et violemment.

16Les dirigeants boliviens, civils populistes du MNR ou militaires de droite comme de gauche, ont longtemps adhéré pour la plupart à l'orthodoxie "desarrollista" qui sous diverses formes a fourni leur credo aux dirigeants latino-américains jusqu'au début des années 1980. Mais le credo "desarrollista" n'a pas résisté aux perturbations fondamentales qui affectent l'économie internationale à partir des années 1970. La fameuse dépendance n'a pas cessé. Elle s'est probablement aggravée. Mais elle a changé de forme et de nature. En même temps, un autre élément intervenait qui, en Bolivie, modifiait le jeu des intérêts et les relations de pouvoir : le trafic clandestin de la drogue.

17Dans sa fonction externe, l'oligarchie bolivienne classique, la fameuse Rosca d'avant 1952, a changé de peau pendant la période étudiée par Jean-Pierre Lavaud. D'abord, du fait de la nationalisation des mines, de la réforme agraire, à la suite aussi des avatars subis par l'institution militaire, la composition de l'oligarchie s'était modifiée au point de la rendre méconnaissable. Mais le pouvoir politique avait-il cessé d'être "oligarchique" ? Les risques classiques d'instabilité s'en trouvaient-ils accrus ou diminués ? Cette question peut sembler vaine. Le pouvoir n'est jamais également distribué, et sa répartition n'est jamais tout à fait satisfaisante pour tout le monde. Tous les hommes sont égaux, mais certains sont plus égaux que d'autres, et les moins "égaux" ne se laissent pas volontiers oublier. En 1990, la classe dirigeante bolivienne est selon tous les critères envisageables moins fermée, moins coupée du reste de la population que la Rosca de 1952.

18Dans les dernières pages de son travail, Jean-Pierre Lavaud évoque une sorte de néo-oligarchie, à l'intérieur de laquelle la ressource décisive serait moins la propriété des moyens de production que le statut social, avec les privilèges que confère sa manipulation astucieuse et opportune. Cette me est en accord avec ce que l'on pouvait attendre de l'élimination de la "féodalité minière" et de la substitution sur les haciendas des propriétaires par les paysans. Tout naturellement, cette "révolution" s'est accompagnée d'un transfert du pouvoir, d'abord au bénéfice des syndicalistes miniers et paysans, puis par élargissement au bénéfice aussi des agents et clients du MNR, bref de tous ceux touchant de près ou de loin au nouveau pouvoir politique, lequel au lieu de rester concentré et séparé, à la manière de la "vieille oligarchie", a essaimé et s'est diffusé un peu partout dans la "société civile". Cette tendance, loin d'être renversée par le retour des militaires en 1964 s'est au contraire trouvée largement confirmée par le populisme de la période Barrientos. La "nouvelle oligarchie", consolidée, puis élargie et brassée par l'adjonction des clientèles liées aux diverses et successives factions militaires, s'est constituée sous la forme de réseaux - de "mafias" - assez étendus, relativement hétérogènes, ouverts et mobiles, qui semblent de plus en plus être régis par une double logique, celle de la connivence et de la complicité, mais aussi celle de l'hostilité et du règlement de compte.

19Cette nouvelle "structure", progressivement décelable au cours des années 1980, finira-t-elle par favoriser la "stabilité" du régime politique ? La porosité accrue de la classe dirigeante ne pouvait manquer d'aviver la goût, le sens et la pratique du compromis. Paradoxalement, la "Révolution" du MNR, suscitée par la passion justicialiste, a produit à long terme un effet inattendu : la généralisation de "l'instinct de combinaison". Celui-ci trouvait un milieu extrêmement favorable dans le type d'économie, non pas "administrée" mais politisée dans laquelle tout, du taux de change au certificat d'importation, en était venu à dépendre de la décision discrétionnaire de "compadres" bien placés.

20Cette transformation que l'on peut lire en filigrane dans les analyses de Jean-Pierre Lavaud, est-elle à son tour menacée par le retour, à partir de 1985, à une politique ostensiblement et agressivement néo-libérale, dont la principale justification était de mettre un terme à une insupportable inflation ? La "nouvelle oligarchie" peut-elle durablement coexister avec une gestion néo-libérale même si certains de ses représentants s'en font les ardents défenseurs ? Ou bien, les disciplines du marché, d'autant plus contraignantes que le marché est plus ouvert, s'avérer ont-elles odieuses, non seulement aux plus pauvres, mais à tous ceux qui peuvent effectivement peser sur les décideurs et la conduite des affaires ? Cette question excède évidemment les bornes que Jean-Pierre avait fixées à son étude, mais elle ne peut manquer de se poser à tout observateur qui réfléchit sur la question de l'instabilité bolivienne.

Table des illustrations

Titre Bolivie
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1037/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 664k

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540