Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mexique à l’aube du troisième millénaire

 | 
Marie-France Prévôt Schapira
, 
Jean Revel-Mouroz

Troisième partie. État et société, vers un Mexique post-révolutionnaire ?

Chapitre 10. Le syndicalisme mexicain à l’aube du troisième millénaire : quelles nouvelles règles du jeu ?

Marie-France Prévôt Schapira

Texte intégral

1À l’aube du troisième millénaire, les leaders charros, pièce maîtresse du corporatisme mexicain auront-ils été emportés par la crise, le processus de démocratisation de la vie politique et le vent de libéralisme qui souffle sur le pays depuis le début des années quatre-vingt ? La fin de siècle marquera-t-elle la fin du corporatisme comme base du système politique mexicain ? L’entrée du Mexique dans le GATT, la fermeture de la Fundidora de Monterrey, les élections contestées de juillet 1988, l’arrestation du leader pétrolier en janvier 1989 et l’annonce de la reprivatisation de la banque cette même année, sont autant d’éléments cités ici pêle-mêle, qui donnent la mesure du tournant pris par le Mexique depuis le sexennat de Miguel de La Madrid (1982-1988).

  • 1 Cf. A. Touraine, La parole et le sang : Politique et société en Amérique latine, Ed. Odile Jacob, (...)

2La rupture largement consommée avec le modèle national-populaire de développement mis en place dans les années quarante, pose plusieurs questions1 .Y a-t-il incompatibilité entre le modèle néolibéral et les structures corporatistes de l’État mexicain dont les forces les plus solides se situaient dans les grands syndicats, “réservoir de consensus” et à ce titre partenaires privilégiés du régime ?

3Dans quelle mesure le gouvernement de Salinas de Gortari peut-il se passer des “troupes” syndicales qui avaient été un facteur de paix sociale et de l’extraordinaire stabilité du système dans un continent secoué par les coups d’État et les mouvements armés, et si oui, sur quels terrains — celui de la réussite économique, de la démocratisation, de la solidarité — pense-t-il se constituer de nouvelles bases d’appui pour regagner une légitimité de plus en plus contestée ? Enfin, dans un État qui est en train de modifier les règles du jeu à leur insu, les syndicats sont-ils en mesure de proposer autre chose que des formes de résistance au changement ?

L’ALLIANCE HISTORIQUE

  • 2 H. Aguilar Camin, Después del milagro. Cal y Arena, 1989.
  • 3 Cf. Pour plus de détails. Cf. Marie-France Prévôt Schapira, “L’évolution de l’organisation syndica (...)
  • 4 Cf. discours de Tepejí del Río en 1972.

4L’alliance historique entre l’État et le mouvement ouvrier mexicain plonge ses racines, dans les premières années de la Révolution, lorsque la Casa del Obrero Mundial lie son sort à celui du régime constitutionnel de Carranza (1915). L’importance et la précocité des acquis alors obtenus (art. 123 de la Constitution de 1917) par une classe ouvrière encore peu nombreuse, géographiquement concentrée dans les enclaves minières, les grands centres urbains et textiles, apparaissent en profond décalage avec la réalité d’un pays rural, dominé par la question agraire. C’est ce que H. Aguilar Camin a appelé “l’invention politique du prolétariat mexicain2”. Cette alliance signifie discipline et subordination du mouvement ouvrier à un État qui constitua l’agent essentiel du développement et laissa peu d’autonomie aux acteurs sociaux. La Confédération régionale ouvrière mexicaine (CROM), puis la Confédération des travailleurs du Mexique (CTM) en feront l’expérience lorsque leurs dirigeants — L. Morones et L. Toledano — tenteront de prendre une certaine “autonomie” politique3. C’est ce qu’a bien compris Fidel Velasquez, figure emblématique du syndicalisme mexicain, leader vítalicio de la CTM depuis la fin des années quarante dont l’appui aux présidents en place ne s’est jamais démenti, même dans les périodes de très fortes tensions, comme ce fut le cas sous le sexennat de L. Echeverria et tout récemment4. Ces rapports entre l’État et les syndicats ont perduré pendant plus de quarante ans et ont été qualifiés par les dirigeants eux-mêmes de “syndicalisme responsable”.

5C’est donc sous la tutelle de l’État que prospère l’alliance historique entre le mouvement ouvrier et le régime issu de la Révolution. Les années vingt verront se développer de nombreuses luttes pour que les droits inscrits dans la constitution deviennent réalité. La promulgation, en 1931, de la loi fédérale du travail fournit un cadre juridique à la négociation et elle institutionnalise les principaux mécanismes de contrôle mis en place par la CROM. Depuis lors, l’État a toujours été très présent dans la régulation des conflits, comme arbitre ou gestionnaire. L’ingérence croissante des autorités du travail dans la vie syndicale s’est accompagnée du renforcement des bureaucraties qu’elles ont contribué à mettre en place. En dépit de violentes contestations lors de la crise de 1958 et durant la période de l’Insurgencia sindical des années soixante-dix, ces directions ont eu la vie dure et les “vieux dinosaures” se sont maintenus à la tête des grands syndicats jusqu’à la fin des années quatre-vingt.

6L’enregistrement des syndicats et la reconnaissance des directions auprès des autorités du travail, loin d’être une simple procédure de vérification des conditions légales, permet d’intervenir directement dans la vie des organisations.

  • 5 Cf. G. Bensusan Areous, Crise, démocratie et droit du travail : le cas du Mexique (1970-1984), mim (...)
  • 6 Pour une information plus précise sur les travailleurs des paragraphes A et B de l’article 123, Cf (...)
  • 7 Cf. F. Zapata, “Mexique : les conflits du travail depuis 1934”, Problèmes d’Amérique latine, n° 69 (...)

7Durant la période cardéniste, l’idéologie nationaliste/révolutionnaire de l’État est en phase avec le radicalisme des grands syndicats ouvriers et cette alliance culmine lors de la nationalisation du pétrole mexicain (1938). En revanche, la période de la guerre et de l’après-guerre, celle de modernisation à marche forcée, voit la “mise au pas” (charrificación) dans les années 1947-1948 des grands syndicats nationaux (pétroliers, cheminots, électriciens) restés en marge du syndicalisme officiel. Les anciens leaders furent évincés par des dirigeants cooptés et subordonnés à l’État-parti. Cette ingérence fut également l’instrument utilisé pour écarter et affaiblir le syndicalisme indépendant dans les années soixante-dix. La forte articulation entre droit du travail et système politique donne à l’État les moyens juridiques de limiter l’exercice du droit de grève. L’usage de ce droit est devenu dans la pratique, puis dans la législation, à partir de 1980, un droit des bureaucraties syndicales et la possibilité pour les secteurs dissidents d’y avoir recours est de fait très sérieusement limitée5. Enfin, il convient ici de signaler que la législation met de très fortes restrictions à l’exercice des droits collectifs des fonctionnaires (paragraphe B de l’article 123) regroupés depuis 1938 dans une puissante fédération — la Fédération des travailleurs au service de l’État (FSTSE) — rattachée au secteur populaire du parti6. C’est ainsi qu’au Mexique, à la différence d’autres pays comme l’Argentine ou le Chili, on note la faiblesse des conflits du travail, plus nombreux dans les petits établissements que dans les secteurs contrôlés par les grands syndicats. Les grands mouvements de grève ont été liés avant tout à des pressions politiques “qui envahissent le système professionnel”, comme cela a été le cas en 1958 sous López Mateos et ils ont souvent été utilisés par les directions syndicales comme un moyen de pression pour déterminer le poids respectif des secteurs au sein du système corporatiste7. C’est ce que l’on a appelé la “mobilisation contrôlée” qui ne peut être dissociée de la négociation au sommet (negociación cupular), sans véritable participation des bases syndicales.

8La très forte institutionnalisation des conflits du travail a longtemps réussi à canaliser les actions sur la signature des conventions collectives. La réglementation et la pratique de la négociation collective ouvrent également de larges espaces de manœuvre à ces mêmes bureaucraties. En effet, si le pluralisme syndical est reconnu par la loi fédérale du travail, le contrôle de l’embauche (closed-shop) et la titularité des conventions collectives accordés au syndicat majoritaire instaurent un monopole de fait. A ceci s’ajoute, la clause d’exclusion inscrite dans de nombreux statuts qui est utilisée pour contraindre les bases ouvrières, renforçant les effets pervers — clientélisme, corruption, cooptation, ventes des postes de travail — d’un syndicalisme qui ne recrute pas sur la base de l’adhésion, ni du militantisme. L’affiliation est obligatoire, et la cotisation syndicale prélevée à la source. Ces dispositions sont à l’origine du pouvoir des bureaucraties syndicales, de l’encadrement qu’elles exercent sur les travailleurs, de la faible participation et de l’absence de démocratie syndicale.

9Cependant il ne faut pas prendre le mot contrôle dans le sens étroit du terme. De nombreuses études ont montré que le contrôle corporatiste ne s’exerçait pas seulement par la coercition — bien qu’elle soit fortement présente — et que le fonctionnement patrimonialiste des syndicats a été un facteur de consensus et d’adhésion.

  • 8 Cf. B.Garcia Peralta, M. Perlo Cohen, “Estado, sindicalismo oficial y políticas habitacionales : a (...)

10Le corporatisme qui se consolide dans une période de croissance, celle de l’après-guerre, fut accepté car même s’il était autoritaire, il signifiait des bénéfices pour les travailleurs organisés. Pendant cette même période, le welfare state à la mexicaine, a permis la mise en place de politiques sociales qui viennent compléter le salaire et depuis les années quarante, les prestations de santé, d’éducation, d’aide au logement et à la consommation sont allées en s’élargissant, notamment sous le sexennat de L. Echeverria (création du fonds national pour le logement du fonds d’aide à la consommation populaire et extension de la sécurité sociale à de nouvelles catégories de travailleurs non salariés). Ces politiques ont plus largement bénéficié aux salariés des grandes entreprises en raison des dispositions de certaines conventions collectives et des mécanismes de redistribution contrôlés par les directions du syndicalisme officiel présentes dans les organismes paritaires. C’est ainsi qu’à partir du sexennat de López Portillo (1976-1982), la CTM qui avait accepté le blocage des salaires (tope salarial) se voit attribuer, en retour, la gestion du programme de logements sociaux dont l’appui logistique a été le Banco Obrero8.

  • 9 Cf. E.de la Garza Toledo, “La crisis del corporativismo en Mexico”, UNAM/ Friedrich Ebert Stiftung (...)
  • 10 Cf. G. Zaid, La economía presidencial. Ed.Vuelta, 1987.

11Ainsi, la confusion entre démocratie et bénéfice social s’est convertie au Mexique en une culture ouvrière9. Des réseaux informels très denses de type patrimonial font que les dirigeants syndicaux sont investis d’un pouvoir qui leur permet de résoudre toute une série de problèmes par la faveur et non par le cheminement hiérarchique de la bureaucratie. A l’instar de toutes les forces socio-politiques qui constituent le système mexicain, le pouvoir est une chose personnelle, et en ultime instance il se concentre dans la personne du président de la République10. Ce type de relation patrimoniale se répète entre les leaders et les fonctionnaires des ministères de tutelle et du Travail. De fait, les travailleurs coupés des grandes politiques nationales, peu mobilisés, sont rattachés aux organisations corporatistes par les relations qu’ils entretiennent avec les délégués syndicaux au niveau micro-social, sur les lieux de travail et dans le hors travail. Ce sont ces mêmes délégués qui “huilent” les relations et gèrent les conflits au quotidien. Cette pratique de la “délégation”, où les délégués maintiennent le contact entre la base et les directions, fonctionne de manière informelle et clientélaire. D’eux dépendent les primes, l’attribution des heures supplémentaires, le contrôle de l’absentéisme et les promotions. L’arbitraire, la violence, la gestion peu transparente des fonds, la corruption fortement présente dans de nombreux syndicats ont développé une culture autoritaire où les liens personnels et la figure du chef sont essentiels.

  • 11 Evidemment, le Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) créé par Alemán n’est plus tout à fait l (...)

12Enfin, dernier élément de cette subordination, dans un système électoral non compétitif jusqu’à la réforme de 1977, les grandes centrales syndicales ont joué un rôle essentiel dans les mécanisme de contrôle politique et social. Le parti officiel fonctionne depuis Cárdenas, comme un parti d’organisations de masse : les paysans (CNC), les ouvriers (CTM) et le secteur populaire (CNOP)11. Si le poids du secteur populaire est allé croissant parallèlement à l’urbanisation et au développement du tertiaire, la CTM s’est cependant toujours considérée comme le porte-parole de l’ensemble des travailleurs et le garant de l’intérêt national.

  • 12 Cf. M.F Prévôt Schapira, “Espace pétrolier et pouvoir syndical dans le Golfe du Mexique”, Travaux (...)

13Jusque dans les années soixante-dix, l’obligation d’appartenance au parti officiel inscrite dans la majorité des statuts s’accompagne de tout un système de pressions qui a longtemps assuré la discipline de vote. Le contrôle de la source de travail et la formation de clientèles ont favorisé la mise en place de véritables caciquismes syndicaux dans certains secteurs et dans certaines régions du Mexique (contrôle des pouvoirs locaux et régionaux, des autorités du travail, des associations, etc.). Le syndicat pétrolier dont nous avons analysé ailleurs l’extrême efficacité constitua sans aucun doute, jusqu’à la chute de son leader, l’exemple le plus achevé de ce contrôle politico-syndical à fort enracinement territorial12.

  • 13 E. de la Garza Toldeo, op. cit

14Depuis sa mise en place, à la fin des années quarante, la nature du corporatisme mexicain, dont la CTM constitua une des pièces-clé, a été l’objet de controverses. Pour de nombreux auteurs, cette institutionnalisation des droits par voie autoritaire, dans une société civile peu dynamique a permis le contrôle et la manipulation par l’État des organisations ouvrières. Pour d’autres, il convient d’insister sur l’aspect plus complexe du corporatisme mexicain qui présente certes un caractère autoritaire et patrimonialiste mais qui dans le même temps aurait permis aux directions syndicales d’être partie prenante dans la gestion de l’État et de déboucher en quelque sorte sur une cogestion dans une relation certes très asymétrique, verticaliste et peu pluraliste. Ainsi pour E. de La Garza Toledo — des éléments de neo- corporatisme dans le sens donné par P. Schmitter — ont coexisté avec des formes patrimonialistes et autoritaires13. Cette alliance a sous-tendu le développement industriel mexicain. La signature du pacte Obrero-Industrial (1942) et la mise au pas des syndicats les plus turbulents créent les conditions favorables au projet d’industrialisation du gouvernement d’Alemán. La paix sociale assurée par les directions cooptées permet pendant toute la période de forte accumulation (1939-1958) le maintien de bas salaires. C’est ainsi que la grande grève des cheminots de 1958 fut dirigée, de fait, contre les leaders qui avaient accepté une baisse du pouvoir d’achat pendant presque deux décennies. C’est seulement à partir de 1958 que les salaires réels commencent à augmenter, pour retrouver en 1968, le niveau de ceux de 1940. De 1968 à 1976, on assiste à une nette amélioration des rémunérations.

  • 14 le document El combate a la pobreza : lineamientos programaticos. Consejo consultativo del Program (...)

15Cependant, il convient d’insister sur le fait que les principaux bénéficiaires de cette “alliance historique” ont été l’État, les dirigeants syndicaux, les travailleurs des grandes entreprises, les entrepreneurs et les classes moyennes qui prospèrent pendant toute cette période à l’ombre de l’État. En revanche, les exclus de cette alliance en ont chèrement payé le prix. Les années du “miracle”, du desarrollismo, sont aussi celles où les sociologues étudient la marginalité urbaine et le “colonialisme” interne dans un pays où ne cessent de s’approfondir les inégalités sociales et régionales14.

  • 15 A la fin de l’année l982, le salaire réel a baissé de 12,5% par rapport à ce qu’il était au début (...)
  • 16 Certains auteurs ont alors pensé que les prises de position radicales de certaines centrales au se (...)

16Les contradictions de la période développementiste éclatent au grand jour avec la crise. A partir de 1976, les salaires connaissent un mouvement descendant qui s’accélère à partir des années quatre-vingt, avec l’inflation à trois chiffres. Des mouvements de grève animés à la fois par le syndicalisme officiel et le syndicalisme indépendant ont marqué le début du sexennat de Miguel de La Madrid15. La fermeture d’Uramex pour décapiter le syndicat très combatif des travailleurs du nucléaire et les faibles résultats alors obtenus par le mouvement ouvrier annonçaient clairement la aise des relations traditionnelles et la rupture avec les termes du compromis social tel qu’il s’était établi dans la période post-cardéniste16.

LE TOURNANT DES ANNÉES QUATRE-VINGT : LA REMISE EN CAUSE DU MODELE CORPORATISTE

  • 17 La crise de l’Etat débute sous López Portillo par une crise fiscale, lorsque le déficit budgétaire (...)

17Certes, à partir de 1981, l’ampleur de la dette mexicaine infléchit les orientations économiques, mais le virage pris dans les années quatre-vingt tire également sa force de l’échec du modèle antérieur. La crise qui s’ouvre avec le nouveau sexennat n’est plus seulement considérée par l’équipe en place comme une simple crise budgétaire17 qui nécessiterait la mise en place d’une politique d’austérité, mais elle sanctionne l’échec du modèle national-populaire (modèle “semi-autarcique”) et du compromis corporatiste établi depuis un demi siècle.

18La question qui se pose dès lors est celui du maintien ou non du corporatisme, car les relations existantes apparaissent de moins en moins fonctionnelles, voire même un obstacle à la modernisation engagée à partir de 1982 par le gouvernement de M. de La Madrid et son équipe de jeunes technocrates formés dans les universités américaines et non plus au sein du PRI. Dans nombre de secteurs, les relations et les pratiques corporatistes entrent en contradiction avec les normes de productivité et de qualité que le gouvernement veut mettre en place, notamment dans les grandes entreprises publiques.

  • 18 Sur une population de 80 millions d’habitants, 14 millions de personnes sont exclues du système de (...)

19Le discours hérité du cardénisme et des théories cépaliennes, qui avait été celui de la “Tendance démocratique” dans les années soixante-dix, d’un développement national autocentré, travaillant pour le marché intérieur, à l’abri de protections douanières est abandonné. Si l’on continue à se référer à la justice sociale, la rupture est forte avec ce qui pouvait être considéré jusqu’alors comme “l’orthodoxie” priiste. La compétitivité, la productivité, l’ouverture du marché, le projet d’intégration nord-américain, l’appel à l’investissement étranger, le désengagement de l’État du secteur de la production forment les grandes lignes de la nouvelle politique économique. Déréglementation, privatisation, reconversion industrielle en sont les corollaires. Il s’agit pour le gouvernement de Miguel de La Madrid, alors que les prix du pétrole chutent, de développer les exportations non pétrolières en encourageant l’investissement étranger et l’implantation dans le nord du Mexique de l’industrie maquiladora. Cette nouvelle orientation visait dans un premier temps à la réduction du déficit budgétaire comme condition de la relance. A partir de 1982, les dépenses publiques qui étaient allées en augmentant depuis Cárdenas diminuent. Durant le sexennat de Miguel de La Madrid, la baisse de 51 % des transferts fédéraux vers le secteur public entraîne une diminution des dépenses sociales qui se traduit par une détérioration de la couverture médicale bien que le système s’ouvre à de nouvelles catégories, et par une sortie plus massive et plus précoce du système scolaire18.

20Le projet modernisateur du gouvernement passe par la restructuration et/ou la privatisation des grandes entreprises publiques. Ce projet a ouvert le débat sur la rentabilité du secteur public. Si pour certains, la démarche était marquée avant tout par la volonté de casser les grands syndicats afin de permettre la mise en place de nouvelles modalités dans la gestion de la force de travail, il n’en demeure pas moins que nombre d’entreprises publiques aux effectifs pléthoriques étaient fortement déficitaires et largement subventionnées par l’État.

  • 19 C. Alba, “Las respuestas a la crisis en dos metropolis regionales de Mexico : los casos de Monterr (...)
  • 20 E. de la Garza, “Paraestatales y Corporativismo”, El Cotidiano, mars-avril 1989. Le secteur sidéru (...)

21La fermeture de la Fundidora de Monterrey en mai 1986 — la plus ancienne sidérurgie d’Amérique latine — et le licenciement négocié au sommet de 11000 travailleurs, sans que cette décision ne suscite une véritable mobilisation, donne le signal du processus de reconversion19. Hautement symbolique, la fermeture de l’aciérie au nom de la rentabilité et de l’efficacité, marque la fin de toute une culture politique centrée sur les nationalisations, la défense du secteur public et de l’emploi. Le processus de privatisation est aujourd’hui largement amorcé. Il a touché en tout premier lieu la sidérurgie avec l’application du plan Hiriart, les secteurs minier et sucrier et les services publics (téléphone et transports aériens)20.

  • 21 Alors que les prix du sucre chutaient, les travailleurs des usines à sucre touchaient sur chaque k (...)

22Or c’est précisément dans ces secteurs que s’étaient consolidés les grands bastions syndicaux. Les privilèges et les prébendes accordés à certaines catégories de travailleurs comme les pétroliers, les sucriers, les électriciens étaient apparus plus criants en période de crise21 Et, il n’est pas indifférent de signaler que le discours sur la nécessaire “rénovation” syndicale est associé à celui de la démocratisation de la vie politique à un moment où l’incrédulité des travailleurs à l’égard des directions syndicales grandit et que l’idéologie “modemisatrice” a gagné de nombreux secteurs de la population. On assiste à la convergence de critiques venues d’horizons différents, — le patronat, les travailleurs, le gouvernement — pour dénoncer le pouvoir syndical et demander un changement dans son organisation.

  • 22 Cf.“Tamaulipas, cacigazgo sindical versus modernizacion”, El Financiero, point de vue de la Coparm (...)

23Les critiques viennent tout d’abord des entrepreneurs. S’ils avaient été nombreux à s’accommoder de la CTM qui assurait aux dires de beaucoup la paix sociale dans leurs entreprises lorsqu’ils travaillaient pour le marché intérieur, ils élèvent aujourd’hui — à travers l’association patronale indépendante, la Coparmex — la voix pour insister sur le fait que la modernisation syndicale doit accompagner la modernisation économique. Ils dénoncent le contrôle excessif, le chantage syndical et les formes de “racket” auxquels étaient soumises les entreprises, en particulier les PME sous la férule des syndicats de protection22.

24Il faut préciser que dans le cas du syndicalisme de protection, la référence à la loi du travail est précisément ce qui permet de la contourner puisque c’est sur la “dérogation” de son application qu’est passé un accord entre patrons et leaders syndicaux. Certes, le discours antisyndical n’est pas nouveau mais il est plus virulent, et il bénéficie désormais de la tribune du Parti d’action nationale (PAN), notamment dans les villes du nord du pays. De plus, il s’inscrit aujourd’hui, sur le registre de la modernisation et de la bonne marche de l’entreprise. La perte de légitimité des syndicats officiels et les pratiques clientélistes sont dénoncées comme un obstacle à la concertation dans l’entreprise et à la mise en place de nouveaux rapports sociaux favorisant la productivité. Pour une partie du patronat, le plus engagé dans le processus de modernisation, le faible coût de la main d’œuvre ne peut plus être considéré comme un facteur suffisant pour entrer dans la compétition internationale. Elle suppose d’établir de nouvelles relations de travail et une plus grande flexibilité que ne permettent pas les conventions collectives et l’actuelle loi fédérale du travail.

25Cette offensive intervient dans une période où la perte de l’espace traditionnel de négociation des syndicats — sur les salaires et l’emploi — réduit également leur légitimité auprès des travailleurs.

  • 23 Dans le cas des travailleurs au service de l’État (paragraphe B de l’article 123), les salaires so (...)
  • 24 “Quand nous voyons des syndicats forts comme celui de Mexicana de Aviación, d’Aeromexico, des télé (...)
  • 25 Cf. G. Couffignal, la grande faiblesse du syndicalisme mexicain, La revue de LIRES, n° 2, Hiver 19 (...)

26L’érosion du salaire réel remonte nous l’avons vu à 1976. La politique de blocage des salaires mise en place sous J. López Portillo a été acceptée par les directions officielles dans le cadre de “l’Alliance pour la production”. Dans le même temps, elles voyaient leurs prérogatives s’élargir au niveau de la représentation politique et de leur participation dans les organismes paritaires. Ceci a largement contribué à saper la crédibilité du syndicalisme officiel. Depuis 1976, toutes les études ont montré que la baisse salariale s’est opérée de manière très sélective. Elle touche beaucoup plus les travailleurs de la fonction publique et ceux de la petite et moyenne industries payés sur la base du salaire minimum que les travailleurs des secteurs stratégiques de l’industrie qui ont eu recours aux mécanismes de la négociation contractuelle pour obtenir des augmentations substantielles de leur salaire et de leurs prestations23. Les déclarations triomphalistes du leader pétrolier de la section de Salina Cruz après la signature du contrat collectif de 1983 montrent l’absence de solidarité horizontale dans un mouvement syndical où les avantages semblent toujours obtenus dans la compétition avec l’autre24. Dans les négociations au sommet, chaque syndicat, chaque centrale paraît plus soucieux de défendre des espaces de pouvoir — qu’ils soient sectoriels ou territoriaux (nombre de sénateurs et de députés) — que de définir des politiques d’intérêt général. Cette compétition met en évidence le rôle formel du Congrès du travail qui abrite depuis 1966 les différentes centrales (CTM, CROC, CROM et certains syndicats “indépendants”) nées des scissions successives au sein du syndicalisme officiel ainsi que la vacuité du discours unitaire25.

27Cette érosion s’accélère avec la crise. Estimée à 50 % entre 1982 et 1989, cette chute brutale révèle l’impuissance du syndicalisme officiel. Il apparaît de plus en plus clair que les directions syndicales qui sont pieds et poings liés par “l’alliance historique” ne font qu’entériner les décisions prises au niveau de l’exécutif, par la Commission nationale des salaires mimina. Créée en 1962, celle-ci apparaît aujourd’hui sans objet, car depuis plusieurs années, le salaire minimum ne suit plus l’inflation. La fixation du salaire minimum est déterminée à partir de 1987 par la signature du “Pacte de solidarité” rebaptisé “Pacte pour la stabilité et la croissance économique” qui gèle les augmentations de salaires. Bien que ses modalités d’application et de calcul aient créé de fortes tensions, le Pacte a été depuis lors reconduit chaque six mois, avec le même rituel de dénonciation. Ainsi en juin 1990, alors que la CTM venait de signer sa reconduction, Fidel Velasquez en dénonçait le contenu dérisoire et appelait ses adhérents à lutter contre la politique salariale du gouvernement. Les discours incantatoires du leader vitalicio semblent avant tout destinés à conjurer un certain désarroi syndical et à masquer l’absence de perspective d’un mouvement pour qui le “passage à l’acte” apparaît impossible. Pris au piège des règles qu’il a lui même contribuées à mettre en place, le syndicalisme officiel — à partir des directions nationales — semble être de moins en moins capable d’inquiéter, de négocier et de recueillir le vote urbain et ouvrier.

  • 26 Cf. J. Sánchez Susarrey, “La XIV Asamblea Nacional del PRI”, Vuelta, oct. 1990, n° 67. Lors de sa (...)

28Lors des élections présidentielles de 1988, c’est le secteur ouvrier du PRI qui a connu le plus fort recul. Sur les 18 candidats du PRI battus dans la ville de Mexico (DF), six sont des dirigeants syndicaux : parmi eux Gamboa Pascoe, bras droit de Fidel Velasquez. Le désaveu est d’autant plus grand que la Fédération des travailleurs du District fédéral qui encadre plus de 300 000 membres dans une multitude de petits syndicats, constituait jusqu’alors la véritable citadelle du pouvoir de la CTM. L’opposition cardéniste l’a également emporté dans de solides bastions ouvriers jusqu’alors bien tenus en main par le parti officiel (zones pétrolières et sidérurgiques). Enfin, les syndicats se sont montrés hostiles à la démocratisation de la vie politique qui, à terme, remettait en cause leurs positions acquises. C’est ainsi qu’ils ont pris parti contre le projet de réforme électorale dans la ville de Mexico et qu’ils se sont violemment opposés à la réforme du parti qui prétendait aboutir à la suppression des secteurs26.

  • 27 Cf. article de M. Husson dans ce même ouvrage. Entre 1988, la population active a augmenté de 3,6% (...)
  • 28 Cf. S. Zermeño, “Hacia una democracia como identidad restringida : sociedad y politica en Mexico”, (...)
  • 29 M. F. Prévôt Schapira, “Société locale et corporatisme dans la région de Tampico Ciudad Madero”, P (...)

29Par ailleurs, dans un pays où il arrive chaque année un million de jeunes sur le marché du travail et où la diminution de l’investissement public réduit les créations d’emploi, le syndicalisme mexicain perd du terrain27. Il n’encadre plus aujourd’hui qu’environ 20 % de la population active. Par ailleurs la réduction de la part des salariés s’accompagne de l’augmentation des travailleurs à leur compte. Si dans les États du Nord, cette évolution se fonde en partie sur le dynamisme de la petite et moyenne entreprise, dans le reste du pays, elle se traduit par le gonflement du secteur informel et du sous-emploi évalué à 40 % de la population active. C’est pourquoi les syndicats sont de moins en moins en prise sur la société Dans la dernière décennie, les mouvements sociaux les plus significatifs se sont situés en dehors des canaux traditionnels du corporatisme : colonos, étudiants, mouvements régionalistes, luttes municipales. Généralement, ces luttes tendent à se réfugier dans des identités restreintes. Le plus souvent fondées sur une logique “communautaire défensive”, ces formes d’organisation apparaissent comme une option face à la pauvreté croissante d’une large partie de la population28. C’est ce qu’avait perçu de longue date le leader pétrolier, en mettant en place dans ses fiefs régionaux, un système clientélaire de redistribution qui ne se limitait pas aux seuls travailleurs de l’entreprise, mais s’adressait à l’ensemble de la population des quartiers populaires (magasins du syndicat, restaurants, programme RUTA -Revolución Urbana Tampico-Altamira)29.

30Dans l’ensemble, les directions officielles se sont opposées à l’émergence d’organisations populaires autonomes, a fortiori lorsqu’elles mettaient en question le système.

OU VA LE SYNDICALISME MEXICAIN ?

  • 30 Cf. I. Bizberg, “Estado y sindicalismo in Mexico”, Foro Internacional, El Colegio, 1990.

31Que peut donc offrir le syndicalisme, s’il n’est plus en mesure de maintenir le niveau des salaires, de défendre l’emploi et de contrôler le vote urbain ? Le dilemme pour les grands syndicats, c’est de se situer dans un État qui est en train de changer les règles du jeu30. Depuis le début de la présidence de Miguel de La Madrid, les centrales ouvrières n’ont pas caché leur hostilité à des mesures qui les menaçaient. A partir de 1982, on observe un décalage de plus en plus net entre les projets de la technostructure et le discours du syndicalisme orthodoxe qui continue à miser sur le développement du secteur social — contrôlé par les syndicats — aussi bien au niveau de la consommation que de la production. Alors que se profilaient les privatisations et que les épreuves de force se multipliaient (Dina, Aeromexico, etc.) pour faire “sauter” les clauses des contrats collectifs qui apparaissent comme des obstacles à la modernisation souhaitée, les directions continuaient à se réclamer des vieilles règles de l’État interventionniste sans aggiornamento, ni dans le discours ni dans l’analyse.

  • 31 Pour une analyse des tensions entre l’exécutif et la CTM, Cf. A. Aziz Nassif, El Estado mexicano y (...)
  • 32 M.F Prévôt Schapira, “Mexique, après les élections, la chute d’un cacique syndical” Problèmes d’Am (...)

32Pendant, tout le sexennat, on vit des tensions sourdes opposer le syndicalisme officiel au gouvernement, sans que jamais le conflit éclate au grand jour, à l’exception du secteur pétrolier31. Le leader pétrolier avait bien compris qu’il ne pouvait pas rester sur la défensive et l’immense puissance qu’il avait acquise pendant les années du boom pouvait lui laisser croire qu’il était en mesure de défier le pouvoir présidentiel. A partir de 1985, s’engage ouvertement une partie de “bras de fer” entre la direction de l’entreprise et le syndicat, lorsqu’est votée la nouvelle loi sur les travaux publics qui réduisait les prébendes accordées au syndicat des Travailleurs du pétrole de la République mexicaine. Ce dernier appelle alors à voter pour le Parti socialiste des travailleurs (PST) aux élections plurinominales de 1985 et se prononce à mots couverts pour les cardénistes aux élections présidentielles de 198832.

  • 33 Les négociations entre le syndicat et la Compagnie de téléphone (Telmex) ont fait l’objet de nombr (...)

33Sans aucun doute, l’arrestation du leader pétrolier au lendemain de l’élection sans gloire de C. Salinas de Gortari marque une rupture forte. Elle a été suivie d’une offensive contre de nombreux syndicats. Le projet de “décentralisation” du syndicat national des travailleurs de l’Éducation (SNTE) pour briser la force des maîtres d’école “dissidents”, le déploiement militaire à Cananea, la défaite infligée aux travailleurs de la Ruta 100, l’issue de la grève de la brasserie Modelo, la révision des contrats collectifs à Pemex ou à Sidermex et l’introduction de la sous-traitance dans de nombreuses entreprises publiques sont autant de déroutes qui mettent en évidence l’affaiblissement d’un mouvement syndical pris au dépourvu. Bien que le syndicalisme indépendant ait fait preuve d’une certaine combativité, mais plutôt sur le mode défensif, tout s’est passé comme si le mouvement ouvrier avait cherché à éviter le débat sur les deux grands défis qui se posaient à lui : la démocratisation des organisations syndicales et la flexibilité du travail. Fortement discrédité auprès de l’opinion publique mexicaine, le mouvement n’a pas été capable d’opérer un renouvellement de ses directions et cette situation a permis l’intervention autoritaire de l’État. De même, l’absence de débat sur la productivité et la participation n’a guère favorisé la réflexion sur la privatisation, le changement technologique et la flexibilisation de l’emploi. Seuls les électriciens du Syndicat mexicain des électriciens (SME) et les téléphonistes ont su négocier pour continuer à exister. Ces accords ont d’ailleurs été l’objet de nombreuses controverses au sein de la gauche mexicaine33.

  • 34 Notre analyse s’appuie sur les travaux de nombreux auteurs mexicains, notamment ceux de I. Bizberg (...)

34De nouvelles règles du jeu se mettent en place dont on mesure encore mal les implications. Ces changements ont donné lieu à bien des interrogations et des interprétations sur l’avenir du syndicalisme mexicain. La situation actuelle où sont à l’œuvre des mouvements parfois contradictoires rend l’exercice prospectif hasardeux. Cependant, en posant évidemment l’hypothèse que le modèle “libéral-productiviste” se poursuive, on peut voir se dessiner trois scénarios qui ne s’excluent pas l’un l’autre, en fonction des régions et des secteurs concernés. Ils permettent de baliser le champ dans lequel évoluera le syndicalisme mexicain à l’aube du troisième millénaire. Ces scénarios définissent des territoires et tracent la carte du nouveau compromis social, mettant en évidence l’éclatement et la fragmentation d’un syndicalisme trop souvent présenté comme monolithique34.

Les enclaves corporatistes

  • 35 Interview du candidat du PRI à la présidence municipale de Ciudad Madero, B.Santamaria, Ciudad Mad (...)

35Tout d’abord, le maintien des relations corporatistes apparaît toujours nécessaire dans cette période de transition car le système n’est pas encore capable de se légitimer à l’aune du modèle des démocraties libérales : les urnes et l’efficacité économique. En ce qui concerne les grandes féodalités syndicales, le gouvernement s’efforcera de “refonctionnaliser” le corporatisme. Dans ces secteurs contrôlés par l’État, en crise et/ou en voie de reconversion brutale et dans la fonction publique, le gouvernement cherche à mettre en place des directions dociles, des “alliés subordonnés”, capables de faire accepter la politique d’austérité, la révision des conventions collectives et d’élaguer certains privilèges jugés aujourd’hui trop scandaleux ou présentés comme un obstacle à une plus grande flexibilité interne. Ces changements sont venus “d’en haut”. Ils ont été associés dans le discours présidentiel à la démocratisation du système, même si dans les faits, ils ont été menés de manière très autoritaire. C’est une voie étroite car le gouvernement veut continuer à faire exister les vieilles relations tout en supprimant certains des avantages qui forgeaient le consensus et permettaient le contrôle des travailleurs. Dans ce jeu, les directions corporatistes sont en porte-à-faux à la fois avec la politique gouvernementale de modernisation et avec les bases à qui elles doivent faire accepter l’austérité. Dans quelle mesure, cette politique peut-elle rendre combatifs, en réaction, des noyaux de travailleurs où le syndicalisme a produit une forte identité collective, et provoquer un débordement des directions comme à Cananea, articulant à terme leurs luttes à l’opposition cardéniste ? Ainsi, dans le fief des pétroliers, lors des élections municipales de 1989, le PRI a dû aller chercher un ancien lieutenant du leader déchu pour barrer la route au candidat du Parti de la Révolution démocratique (PRD)35. A tout le moins, le gouvernement peut tabler sur l’inertie et le poids des traditions, la démoralisation des travailleurs qui ont subi de nombreuses défaites et sur la peur des licenciements. Enfin le système est encore en mesure de jouer des vieilles rivalités pour maintenir des directions dociles, sans prestige qui ne sont pas prêtes à rompre avec le parti, car cette rupture gommerait cinquante ans d’histoire et de privilèges. Ces directions peuvent encore rendre des services comme syndicats-gendarmes et cette situation semble assurer au corporatisme que d’aucuns jugent désormais obsolète, une période de rémission.

Le front des maquiladoras

  • 36 Cf. C. Quintero Ramirez, “Sindicalización en la maquila”, Ciudades, n° 5, et La sin-dicalizacion e (...)

36A côté, des enclaves corporatistes, véritables peau de chagrin, on assistera à une généralisation du syndicalisme de protection dans les industries de montage travaillant pour l’exportation : les maquiladoras. Dans ce secteur en pleine expansion qui se situe principalement le long de la frontière nord du Mexique et dans les États du Centre-Ouest, le taux de syndicalisation est faible. Le plus souvent, le syndicat est présent sur le lieu de travail, mais la négociation se fait par le haut, avec les multinationales, les entrepreneurs locaux et/ou les autorités locales36. Évidemment, les situations varient d’un État à l’autre. Et le Tamaulipas n’est pas le Chihuahua. Le faible respect de la loi, n’exclut pas, au contraire, selon les situations locales, un certain paternalisme de la part des entrepreneurs qui cherchent à retenir la main d’œuvre. On peut imaginer que comme dans l’Europe des années soixante-dix, l’absence de tradition syndicale, l’intégration des femmes, des jeunes, le fort turn-over, permettent dans un premier temps le maintien de la “discipline”, favorisant ce que de nombreux auteurs mexicains nomment la “reconversion sauvage”, c’est-à-dire une reconversion fondée sur une plus grande précarisation de la main d’œuvre.

37Cependant, pour d’autres auteurs, la jeunesse et le faible encadrement syndical sont le gage, à terme, d’une plus grande combativité d’une main d’œuvre qui n’est pas façonnée par la vieille culture ouvrière et qui revendiquera sous de nouvelles formes de meilleures conditions de travail, mettant en péril la paix sociale et le faible coût salarial sur lesquels repose le modèle. Par ailleurs, il faut aussi compter avec les modifications rapides de la main d’œuvre, de plus en plus qualifiée et de moins en moins féminine.

“Les îlots de modernité”

  • 37 Cf. interview du directeur des relations publiques du syndicat de la pétrochimie, sur le site d’Al (...)
  • 38 Cf A. Artega J. Carillo, “Automovil, hacia la flexibilidad productiva”, El Cotidiano, janv-fev.198 (...)

38Enfin, dans les “îlots de modernité” situés également dans le nord du pays où se concentrent les industries liées aux investissements étrangers se mettraient en place de nouvelles relations de travail. Dans ces secteurs fortement automatisés, celui de l’automobile, de la chimie, de l’électronique, ce qui compte avant tout c’est la proximité du marché nord américain et la productivité plus que le bas coût salarial. Dans ces unités modernes, le développement d’une culture d’entreprise, centrée sur la firme devrait favoriser la contractualisation des rapports — moins de loi, plus d’accords — et la révision des conventions dans le sens d’une plus grande flexibilité, d’une polyvalence de la main d’œuvre, du salaire au mérite, en totale rupture avec toute la tradition du syndicalisme mexicain37. On peut se demander si ces nouvelles relations de travail sont compatibles avec toute une tradition syndicale. Le risque de cette logique, c’est une fragmentation plus grande de l’action syndicale au sein d’une même branche, voire d’une même entreprise38. Enfin, ces nouvelles relations supposent que les entrepreneurs soient prêts à jouer le jeu de la négociation véritable et qu’il existe des syndicats disposant d’une forte légitimité pour négocier des accords qui suppriment certains “acquis” et permettent de déboucher sur un syndicalisme de proposition. Michel Husson parle dans ces secteurs de la possible mise en place d’un cercle vertueux productivité/salaires mais dans le cadre d’un strict cloisonnement des entreprises et des régions et d’une absence de diffusion de ce modèle à l’ensemble de l’économie et du territoire.

Les territoires de la solidarité

  • 39 Discours prononcé à l’Université de Brown, nov. 1990.
  • 40 P. Rosanvallon, La question syndicale., Hachette/Pluriel, 1988.

39Ces nouvelles règles du jeu s’accompagnent de la mise en place de politiques sociales destinées aux plus pauvres exclus des bénéfices liés à la salarisation et qui “nécessitent un traitement préférentiel”. Dans un récent discours sur la réforme de l’État, Salinas de Gortari insistait sur le fait que la privatisation devait permettre à l’État de mieux assumer son rôle social et de mieux diriger ses actions39. A un moment où la menace d’émeutes urbaines plane sur de nombreux pays d’Amérique latine, l’État mexicain met en place des politiques plus décentralisées comme le programme national pour l’emploi ou plus ciblées comme le Plan national de solidarité (Pronasol) avec la participation de la population, car c’est dans les quartiers populaires et tout particulièrement dans les grandes métropoles que l’on veut assurer l’ordre social. A côté des paysans exclus de la production, les secteurs populaires urbains constituent sans aucun doute la principale clientèle du plan Solidaridad. On assiste au Mexique comme dans d’autres pays d’Amérique latine, au développement de politiques “assistantialistes” s’appuyant sur de nouveaux acteurs que l’État est désormais disposé à reconnaître (Église, ONG, associations, organisations populaires), “la notion de représentativité comme technique de régulation sociale n’est plus l’apanage du syndicat” et d’autres pôles, d’autres structures, plus en prise sur les demandes sont institués, tels les “comités de Solidarité40”. A cet égard, la réponse de l’actuel dirigeant du PRI à des syndicalistes qui accusaient le parti d’être trop silencieux lors de certains conflits, laissant ainsi le terrain libre aux partis d’opposition, est tout à fait significative de la manière dont est repensée l’action de l’État. “Nous devons être plus présents dans le quartier, la communauté, la colonie, Y ejido”, la sphère du travail n’est plus perçue comme le centre privilégié d’application des politiques sociales et de légitimation du régime.

  • 41 Pour une actualisation, d’une part des nouvelles règles du jeu syndical, cf. I. Bizberg, “Ouvertur (...)

40La fin du siècle sonnera-t-elle le glas de l’indestructible pacte historique ? N’enterrons pas trop vite Fidel Velasquez, mais l’ère post-fidéliste semble d’ores et déjà ouverte41.

41Avril 1992

Notes

1 Cf. A. Touraine, La parole et le sang : Politique et société en Amérique latine, Ed. Odile Jacob, 1988.

2 H. Aguilar Camin, Después del milagro. Cal y Arena, 1989.

3 Cf. Pour plus de détails. Cf. Marie-France Prévôt Schapira, “L’évolution de l’organisation syndicale au Mexique”, Problèmes d’Amérique latine, n° 69, 1983.

4 Cf. discours de Tepejí del Río en 1972.

5 Cf. G. Bensusan Areous, Crise, démocratie et droit du travail : le cas du Mexique (1970-1984), mimeo. 27 pages, 1986.

6 Pour une information plus précise sur les travailleurs des paragraphes A et B de l’article 123, Cf. F. Zapata, “Estructura y representatividad del sindicalismo en Mexico”, Tres estudios sobre el movimiento obrero en Mexico, Mexico, El Colegio de Mexico, 1976.

7 Cf. F. Zapata, “Mexique : les conflits du travail depuis 1934”, Problèmes d’Amérique latine, n° 69, 3e trimestre 1983.

8 Cf. B.Garcia Peralta, M. Perlo Cohen, “Estado, sindicalismo oficial y políticas habitacionales : análisis de una decada del INFONAVIT”, El obrero mexicano, tome 2, Siglo xxi/ UAM, 1984.

9 Cf. E.de la Garza Toledo, “La crisis del corporativismo en Mexico”, UNAM/ Friedrich Ebert Stiftung, 1989, mimeo.32 pages, dont nous reprenons ici les principales idées.

10 Cf. G. Zaid, La economía presidencial. Ed.Vuelta, 1987.

11 Evidemment, le Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) créé par Alemán n’est plus tout à fait le même que le Parti de la Révolution mexicaine (PRM) de Cárdenas Cf. L. J. Garrido, El partido de la revolución institucionalizada : la formación del nuevo estado mexicano, 1928-1945, Mexico, Siglo xxi, 1982.

12 Cf. M.F Prévôt Schapira, “Espace pétrolier et pouvoir syndical dans le Golfe du Mexique”, Travaux et Mémoires de l’IHEAL, 1983. La chute du leader a entraîné un demantèlement des œuvres sociales et la disparition des clauses de sous-traitance qui font perdre au syndicat son rôle économique décisif dans les régions pétrolières.

13 E. de la Garza Toldeo, op. cit

14 le document El combate a la pobreza : lineamientos programaticos. Consejo consultativo del Programa nacional de Solidaridad, El Nacional, 1990, montre la très forte concentration des richesses. Plus de 17 millions de Mexicains se trouvent en situation d’extrême pauvreté.

15 A la fin de l’année l982, le salaire réel a baissé de 12,5% par rapport à ce qu’il était au début du mandat du président Echeverria (1970).

16 Certains auteurs ont alors pensé que les prises de position radicales de certaines centrales au sein même du syndicalisme officiel lors de la vague de grèves de 1983 marqueraient un nouveau départ dans l’action de la classe ouvrière mexicaine. D n’en a rien été Cf. R. T Delarbre, J. Woldenberg, “Sindicatos y proyecto nacional en la crisis de hoy”, Jorge Alcocer (compilador) Mexico, presente y futuro, 1985.

17 La crise de l’Etat débute sous López Portillo par une crise fiscale, lorsque le déficit budgétaire passe de 14,3% à 31,5% et qu’il est financé par le recours à l’endettement extérieur.

18 Sur une population de 80 millions d’habitants, 14 millions de personnes sont exclues du système de santé, Cf. El combate, op.cit.

19 C. Alba, “Las respuestas a la crisis en dos metropolis regionales de Mexico : los casos de Monterrey y de Guadalajara”, XIe colloque du Colegio de Michoacan, oct.1989, 20 pages mimeo.

20 E. de la Garza, “Paraestatales y Corporativismo”, El Cotidiano, mars-avril 1989. Le secteur sidérurgique a été un des plus touchés ave la fermeture de la Fundidora, les licenciements à AHMSA (Monclova) et à Sicartsa (Lázaro Cárdenas), par la révision des contrats collectifs et la privatisation annoncée.

21 Alors que les prix du sucre chutaient, les travailleurs des usines à sucre touchaient sur chaque kilo vendu un certain pourcentage ; ceci était ressenti par beaucoup comme un véritable “impôt syndical”.

22 Cf.“Tamaulipas, cacigazgo sindical versus modernizacion”, El Financiero, point de vue de la Coparmex, 13 juin 1989. Le cas du Tamaulipas est particulièrement intéressant, car après la chute du leader pétrolier, les langues se délient et remettent en cause les nombreux caciquismes syndicaux qui structurent l’espace de cet État.

23 Dans le cas des travailleurs au service de l’État (paragraphe B de l’article 123), les salaires sont déterminés par le budget fédéral, sans qu’ils disposent du droit de conclure des contrats collectifs, ce qui favorise l’application de la politique salariale du gouvernement.

24 “Quand nous voyons des syndicats forts comme celui de Mexicana de Aviación, d’Aeromexico, des téléphonistes et des travailleurs du cinéma obtenir entre 15 et 18% d’augmentation et que nous nous obtenons 40%, ceci signifie que notre syndicat continue d’être à la tête du mouvement ouvrier national. Et en dépit des attaques injustifiées de l’intérieur et de l’extérieur, nous continuerons à aller de l’avant”, Discours prononcé devant les travailleurs de la raffinerie de Salina Cruz, par le leader de la section 38, lors de la sigature du contrat collectif de 1983, en pleine période de crise.

25 Cf. G. Couffignal, la grande faiblesse du syndicalisme mexicain, La revue de LIRES, n° 2, Hiver 1990.

26 Cf. J. Sánchez Susarrey, “La XIV Asamblea Nacional del PRI”, Vuelta, oct. 1990, n° 67. Lors de sa XIVème assemblée, le PRI s’est défini comme un parti de “citoyens, d’organisations et de secteurs”, affaiblissant, mais pas autant que le voulaient certains les secteurs du PRI.

27 Cf. article de M. Husson dans ce même ouvrage. Entre 1988, la population active a augmenté de 3,6%, alors que l’emploi formel n’augmentait que de 0,9%.

28 Cf. S. Zermeño, “Hacia una democracia como identidad restringida : sociedad y politica en Mexico”, Revista Mexicana de Sociologia, avril-juin 1987, n° 2.

29 M. F. Prévôt Schapira, “Société locale et corporatisme dans la région de Tampico Ciudad Madero”, Pour l’étude du pouvoir local dans le Golfe du Mexique, Documentent du CREDAL, publication n° l de l’équipe de recherche sur “Les nouvelles configurations du pouvoir local au Mexique”, juillet 1990.

30 Cf. I. Bizberg, “Estado y sindicalismo in Mexico”, Foro Internacional, El Colegio, 1990.

31 Pour une analyse des tensions entre l’exécutif et la CTM, Cf. A. Aziz Nassif, El Estado mexicano y la CTM, Ed. de la Casa Chata 32, 1989, 345 pages.

32 M.F Prévôt Schapira, “Mexique, après les élections, la chute d’un cacique syndical” Problèmes d’Amérique latine, juillet 1989.

33 Les négociations entre le syndicat et la Compagnie de téléphone (Telmex) ont fait l’objet de nombreuses controverses. Pour certains, l’acceptation de la revision des clauses permettant une plus grande flexibilité est la preuve de la maturité du syndicat, car l’accord a permis l’introduction de nouvelles technologies tout en sauvant l’emploi. Pour d’autres, l’absence de contrôle sur le procès de travail met le syndicat sous la coupe de la direction.

34 Notre analyse s’appuie sur les travaux de nombreux auteurs mexicains, notamment ceux de I. Bizberg, G. Bensusan, E. de la Garza, L. Meyer et F. Zapata. Cf. entre autres, G. Bensusan, G. Garcia, (cordinadores), Estado y sindicatos, crisis de una relación, UNAM-Xochimilco/Friedrich Ebert Stiftung, 1989.

35 Interview du candidat du PRI à la présidence municipale de Ciudad Madero, B.Santamaria, Ciudad Madero, nov. 1989.

36 Cf. C. Quintero Ramirez, “Sindicalización en la maquila”, Ciudades, n° 5, et La sin-dicalizacion en las maquiladoras tijuanenses, 1970-1988. Ed. Consejo nacional para la Cultura, 1990.

37 Cf. interview du directeur des relations publiques du syndicat de la pétrochimie, sur le site d’Altamira, oct. 1990.

38 Cf A. Artega J. Carillo, “Automovil, hacia la flexibilidad productiva”, El Cotidiano, janv-fev.1988. A cet égard, la manière dont a été réglé le conflit à la Ford Cuaútitlan — on change le contrat, on met à la porte tous les travailleurs, et puis on embauche individuellement — met en évidence les nouvelles règles qui s’instaurent dans les secteurs de pointe comme celui de l’automobile.

39 Discours prononcé à l’Université de Brown, nov. 1990.

40 P. Rosanvallon, La question syndicale., Hachette/Pluriel, 1988.

41 Pour une actualisation, d’une part des nouvelles règles du jeu syndical, cf. I. Bizberg, “Ouverture commerciale, marché du travail et relations industrielles”, et F. Zapata, “Crise du contrôle syndical sur le marché de l’emploi”, et d’autre part sur le programme de solidarité, D. Pécaut, M. F Prévôt Schapira, La recherche d’une nouvelle légitimation : le Programme national de solidarité, Problèmes d’Amérique latine, Spécial Mexique, n° 5, nouvelle série, avril-juin 1992.

Auteur

Chargée de recherche au CNRS/CREDAL

© Éditions de l’IHEAL, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable