Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mexique à l’aube du troisième millénaire

 | 
Marie-France Prévôt Schapira
, 
Jean Revel-Mouroz

Troisième partie. État et société, vers un Mexique post-révolutionnaire ?

Chapitre 9. Revendication démocratique et participation électorale dans la ville de Mexico

Maria Luisa Tarrés B.
Traduction de Thérèse Bunel

Texte intégral

  • 1 Selon les chiffres de Pronasol, il existe 17,3 millions de personnes vivant dans l’extrême pauvret (...)

1Le Mexique vient de surmonter la plus longue crise de son économie après quarante années de croissance continue et la société, et le système politique, ont maintenant à affronter le défi de la démocratisation. Ce qui signifie construire des mécanismes de liaison entre les mobilisations sociales et les processus institutionnels, et mettre en œuvre des programmes destinés à combattre l’exclusion socio-économique qui affecte la moitié de la population.1

2Bien qu’il y ait un consensus sur ces formes d’action, il ne fait aucun doute que la construction d’un système pluraliste et participatif est devenu la pierre d’achoppement du projet de modernisation engagé par l’actuel gouvernement.

3La situation n’est pas simple ; ces dernières années, en effet, la société et le gouvernement ont bien pris une série d’initiatives dans ce sens, mais aucune n’a pu aboutir à une solution politique à laquelle pouvaient œuvrer les deux parties. Il n’est pas facile certes de transformer et un système de parti unique qui a gouverné le pays pendant 65 ans et une société qui a des difficultés à s’organiser au niveau politique et à proposer des projets alternatifs.

4Peut-être pouvons-nous retenir deux facteurs qui font obstacle aux relations de la société avec le système politique. D’une part, les forces d’opposition manquent de consistance et d’homogénéité en raison du caractère intégrateur du régime, si bien que la société civile rencontre des difficultés structurelles à s’organiser politiquement, à mettre en place des organismes qui, d’une façon relativement permanente et autonome, rassemblent les aspirations des différents secteurs. D’autre part, le processus de libéralisation introduit par le groupe au pouvoir, se démarque des préoccupations contenues dans le projet national révolutionnaire, base idéologique du parti officiel et du système politique.

  • 2 Bien que le problème puisse sembler secondaire, il est fort probable que de nombreux conflits élec (...)

5Par conséquent, l’élite gouvernementale a des relations tendues non seulement avec les partis politiques et les groupements d’opposition, mais aussi avec les secteurs traditionnels du parti officiel à qui l’on demande de renoncer aux privilèges et d’abandonner les discours idéologiques au nom d’un projet modernisateur.2

  • 3 Il ne faut pas oublier qu’une des conséquences du mouvement de 1968, est l’instauration par le gou (...)

6Si c’est jusqu’à présent le groupe dirigeant qui contrôle le processus de modernisation économique et les négociations politiques, il faut bien reconnaître que le recours permanent ces quinze dernières années, à la réforme politique3 ainsi qu’au clientélisme, ne résoudra pas à long terme, la demande de démocratisation de la vie publique.

7La revendication de démocratie traverse l’ensemble de la société mexicaine, les secteurs, les classes, les régions et c’est régulièrement que l’on manifeste dans des régions, des villages, ou à Mexico surtout, contre les candidats imposés, la fraude et la corruption, pour la transparence dans les élections et le respect du pluralisme. Dans les régions traditionnelles ou rurales, la solution des conflits passe souvent par la violence tandis que dans les villes où le niveau d’éducation est plus élevé, les classes moyennes plus nombreuses et où il existe des partis d’opposition, elle passe par la négociation avec les groupes dirigeants.

  • 4 Plusieurs exceptions existent, la plus significative étant sans doute celle du syndicat des enseig (...)

8Peut-être la nouveauté de ces actions provient-elle de leur apparition dans des espaces communautaires, généralement urbains, éloignés des appareils de participation traditionnels comme les syndicats, les corporations et les autres organisations promues par l’État.4

9Malheureusement, les interprétations sociologiques n’ont pas contribué à éclair-cir les relations entre la demande sociale et les processus politico-institutionnels. Les analyses se sont polarisées, soit sur une vision qui réduit la relation État-société au fonctionnement de la structure corporative ou qui accorde un rôle dominant à l’initiative présidentielle, soit sur une perspective centrée sur les acteurs et les mouvements sociaux : figés dans leur rôle de créateurs de pratiques culturelles nouvelles ou de porteurs d’une grande autonomie, ils apparaissent éloignés des mécanismes clientélistes et de contrôle qui caractérisent le système politique et d’une façon plus large, la culture politique nationale.

10L’interprétation des mobilisations oublie ainsi, que la pratique du clientélisme est par définition une relation, et que dans cette relation, la population et les communautés appuient le système, lient des accords avec un parti ou favorisent une option politique, à partir d’un réseau de complicités et d’échanges qui leur apporte des bénéfices individuels ou collectifs.

11Il est par conséquent indispensable d’établir un pont entre ces deux approches, si l’on veut comprendre les liens entre une société qui exige de participer aux prises de décision concernant la vie publique et un système politique qui cherche à se légitimer dans le développement de stratégies et d’ajustements pour répondre d’en haut à ces transformations.

  • 5 Bien que la notion de classe sociale soit relativement dévalorisée en Amérique latine (voir Federi (...)

12C’est en partant de là que nous essaierons d’analyser la signification de la revendication démocratique et le comportement électoral des différents groupes et classes sociales, car selon nous des facteurs multiples influencent le comportement social et politique, ce qui nuance les interprétations habituelles. Nous faisons l’hypothèse que l’opposition électorale et la demande démocratique généralisée qui apparaissent comme un tout dans les élections et dans la majorité des analyses conjoncturelles, constituent un phénomène complexe, non seulement pour des questions de préférences partisanes mais surtout parce qu’il acquiert un sens et des acceptions distinctes selon l’origine de classe.5

13Un tel point de vue peut paraître relever de l’évidence si l’on considère l’hétérogénéité et l’inégalité de la société mexicaine, mais elle ne l’est pas si l’on tient compte que ces dernières années, la revendication démocratique a été le porte-drapeau des secteurs sociaux les plus variés et qu’aux élections présidentielles de 1988, pour la première fois dans l’histoire moderne du pays, l’opposition a paru menacer le système de domination, en donnant l’impression que la société affrontait de façon concertée un État qualifié d’autoritaire. On trouvait pourtant des partis bien différents comme le Parti d’action nationale, bien connu pour sa tradition conservatrice et catholique, et le Front démocratique national dirigé par Cuauhtemoc Cárdenas qui au nom du peuple, récupérait dans son discours, le contenu populaire présent dans le projet de la Révolution mexicaine.

14La réflexion sera menée à partir de l’étude de cas de deux quartiers dans la ville de Mexico dont la population se situe aux deux extrêmes de la structure de classe. Le premier, Cerro del Judío, situé au sud de la ville, est un typique quartier populaire. Le second, Ciudad Satelite, est la quintessence de la classe moyenne mexicaine, modèle de la modernisation et du changement des années 1970.

15L’analyse a pour objet de montrer à partir d’exemples que l’étude micro-sociale centrée sur un espace local est indispensable pour comprendre le comportement électoral de la population d’une ville qui constitue par sa taille des mondes hétérogènes à partir desquels il est difficile de généraliser.

LES ORGANISATIONS URBAINES COMME BASE DE LA PARTICIPATION ÉLECTORALE

16Dans des pays comme le Mexique, où les villes se sont développées à un degré inconnu jusqu’alors, l’inégalité des revenus et des styles de vie s’est traduite par une ségrégation spatiale des quartiers. La ville de Mexico, avec près de 20 millions d’habitants, est ainsi socialement polarisée, mettant en pratiques dans les quartiers des modèles de gestion urbaine qui varient selon les classes sociales. C’est ainsi que les secteurs populaires s’organisent, contraints par la nécessité de survivre et d’obtenir des services, tandis que les classe moyennes ou aisées se mobilisent autour d’un certain style de vie qu’elles veulent créer ou maintenir.

  • 6 Ce mécanisme diffère de celui des pays développés ainsi que d’autres pays latino-américains où les (...)

17Si presque toutes les recherches ont souligné l’importance de la mobilisation et de l’organisation des habitants des quartiers populaires, il ne faut pas oublier qu’à Mexico, il est fréquent que les secteurs des classes moyennes et supérieures qui vivent dans des immeubles en copropriété ou dans des lotissements résidentiels, s’associent également pour organiser les services et résoudre les problèmes de la vie urbaine. Ceci s’explique, en grande partie par les difficultés économiques et l’inadéquation des institutions due à la forte croissance urbaine qui, par son rythme, épuise les ressources et empêche un développement satisfaisant des organismes publics. Les habitants s’organisent en communautés qui deviennent de véritables pouvoirs locaux avec leur propre système de représentation, agissant comme intermédiaire entre les individus, les familles et les autorités municipales et fédérales. En ce sens, on peut dire que la ségrégation spatiale pousse les gens à se mobiliser pour satisfaire des besoins collectifs.6

  • 7 Tilly, 1978, Kowarick, 1985.

18Des études menées au Mexique et dans d’autres pays d’Amérique latine ont montré que les mobilisations urbaines concernent des groupes qui partagent des besoins et des revendications. Ce processus permet des alliances, des négociations et des luttes contre le système politique et ses représentants, il permet aussi la création d’identités et de valeurs communes ainsi que la mise en œuvre de pratiques de gestion et de relations sociales basées sur des principes démocratiques qui diffèrent des mécanismes clientélistes prévalant le plus souvent dans le milieu lié à l’État. De telle sorte que si une mobilisation survit et qu’elle contrôle certaines ressources, de nouvelles formes de participation peuvent se créer7 qui selon les cas arrivent à peser sur la vie publique.

19A Mexico, ce réseau de groupes et d’associations de quartiers, invisibles dans la vie quotidienne, a commencé à prendre de l’importance en 1985 et a culminé en juillet 1988 au moment des élections présidentielles.

20Pour la première fois dans l’histoire moderne du pays, le Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) a perdu son hégémonie au niveau national et la majorité dans la ville de Mexico. Dans la région métropolitaine, le Front cardéniste, issu d’une scission du parti officiel, a gagné les élections grâce à l’appui des secteurs populaires, et le Parti d’action nationale a vu sa force augmenter grâce au soutien des classes moyennes et de larges secteurs populaires. A partir de cette date, la relation du gouvernement avec les partis d’opposition a changé, au moins conjoncturellement. D’abord le PAN et les classes moyennes qui avaient été traditionnellement considérés comme les principaux adversaires sont remplacés dans le discours officiel par les forces cardénistes définies alors comme déstabilisatrices. En second lieu, le gouvernement réoriente l’économie vers un modèle néolibéral et cette politique est accompagnée d’actions et d’appels à la solidarité dans le but de pallier les effets de la pauvreté. Et en troisième lieu, au niveau politique, des mesures conjoncturelles sont prises destinées à contrôler l’opposition et à redéfinir le rôle de certains secteurs du parti officiel. Ainsi un pacte est-il établi avec les classes moyennes et le PAN, dans lequel se négocie l’attribution de certains postes de gouverneurs et des fonctions relevant d’élections populaires ; il s’agit d’atteindre la stabilité économique et de favoriser surtout l’accès à la consommation pour les secteurs aux revenus moyens et élevés. Le parti officiel essaie de redéfinir le rôle du traditionnel secteur populaire du parti - la CNOP- qui s’appelle depuis 1990 UNE, avec l’objectif de récupérer l’appui des classes moyennes.

  • 8 La violence locale qui a accompagné ces élections n’a pas été recensée dans sa totalité, mais il s (...)

21L’opposition cardéniste en revanche a été d’abord fortement pénalisée par le départ d’une fraction qui s’est appropriée le sigle du parti, puis par l’annulation d’une série d’élections municipales qu’elle avait gagné dans les états de Guerrero, du Michoacan et dans l’État de Mexico.8

  • 9 Les raisons qui sous-tendent le choix de ces deux cas sont d’ordre pratique, méthodologique et thé (...)

22Il ne fait aucun doute que la démocratie est bien l’enjeu du système politique qui, même s’il réussit à redéfinir en sa faveur le rapport de force, sera bien obligé de prendre en compte les demandes de participation de la société civile aux affaires publiques et son organisation dans des espaces parallèles à ceux investis par le parti officiel. Ancrés dans les grandes villes et dans les centres urbains de taille moyenne, ces espaces offrent un lieu où les gens mieux éduqués, plus préoccupés par les problèmes de la vie quotidienne exigent que soit respecté leur droit à la cité. L’analyse de l’expérience vécue par deux communautés de Mexico, fortement opposées par leur niveau socio-économique et leur style de vie, permet d’illustrer la façon dont se vivent ces processus aux deux extrêmes de l’échelle sociale, de percevoir la signification des élections et de la revendication, si généralisée, de démocratie.9

LE CERRO DE JUDÍO ET CIUDAD SATELITE. CARACTÉRISTIQUES SOCIO-ÉCONOMIQUES

23Comparer l’incomparable est une tâche difficile. D’un point de vue socio-économique Ciudad Satelite et Cerro del Judío paraissent appartenir à des mondes distincts même s’ils se trouvent dans la même ville. Toutefois, ils présentent l’un et l’autre des taux de participation sociale et communautaire très élevés et durables puisqu’ils sont organisés depuis les années soixante dix. Dans les deux cas, une partie importante de la population a voté pour l’opposition et la démocratie : à Cerro del Judío, Cárdenas a supplanté le PRI qui captait traditionnellement les votes ; à Satelite, le comportement abstentionniste, qui avait contribué des années durant au succès du parti officiel, a reculé, permettant au PAN d’être majoritaire.

24Afin de donner une vision très générale de ces deux communautés, nous présenterons d’abord brièvement les caractéristiques des quartiers comme espaces urbains et quelques unes des variables liées au niveau socio-économique des familles. Nous mettrons ensuite l’accent sur quelques-uns des facteurs liés à l’organisation communautaire, à son mode d’action dans l’opposition.

  • 10 On trouvera une analyse détaillée de l’occupation des terres et des premières mobilisations de la (...)

25Cerro del Judío comme son nom l’indique, est situé sur une colline du sud de la ville, sur les pentes de l’Ajusco. Au départ, c’était une zone agricole communautaire qui a été lotie pour accueillir les fils des ejidatarios, puis les gens rejetés du centre ville ainsi que ceux qui avaient été expropriés lors de la construction de la Cité universitaire, du périphérique, de l’opération Jardines de Pedregal et de la liaison San Angel-San Bernabé. Ces travaux ont attiré entre 1950 et 1965 une main d’œuvre importante qui a acheté aux anciens ejidatarios ou à des intermédiaires, des terrains de façon illégale.10 Le quartier qui ressemblait à ses débuts à un bidonville est aujourd’hui une “colonie” populaire de plus de 150 000 habitants possédant les services urbains de base et qui a obtenu, après de longues négociations, en 1990, la régularisation de la propriété des terrains.

26Si ces acquis ont signifié une grande avancée pour la population, le panorama est moins encourageant lorsqu’on s’écarte des rues principales où sont situés les commerçants et les familles les plus aisées. Là, on trouve des trottoirs en terre battue, des rigoles, des bourbiers et des maisons construites par les gens, sans tout-à-l’égout, accrochées à des terrains ravinés par les eaux.

27Les conditions socio-économiques de la majorité des familles dont la taille moyenne est de 7,17 membres (chiffre bien supérieur à la moyenne nationale), sont instables car l’activité des chefs de famille ou des membres de la cellule familiale qui ont une activité rémunérée, s’exerce dans ce qu’on appelle le secteur informel. Si certains travaillent comme ouvriers ou comme employés dans des entreprises déclarées et bénéficient de la sécurité sociale et d’une certaine stabilité, la majorité des emplois sont précaires (maçons, vendeurs ambulants, éboueurs ou domestiques). Pourtant, seul un petit groupe gagne moins du salaire minimum, la majorité des revenus se situant entre 1,2 et 2 salaires minimum.

  • 11 Fortuny, Tarrés,1989.

28C’est pourquoi la recherche d’un emploi stable et de meilleurs revenus est pour ces familles le problème central. Leur reproduction et leur survie reposent sur la solidarité de la famille élargie, sur les réseaux communautaires et sur les distributions alimentaires organisées par l’État. Les stratégies développées au niveau familial se sont intensifiées avec la crise comme le montre une étude réalisée à partir d’un même groupe de familles en 1984 et en 1989.11 L’étude montre l’incorporation dans le marché du travail d’un plus grand nombre de personnes : la taille de la famille a augmenté par l’arrivée de proches qui échangent un toit contre un apport alimentaire à la famille. La consommation a diminué, la désertion scolaire s’est aggravée à cause de l’intégration des adolescents et de leurs mères aux activités rémunérées, et il en est qui ont émigré aux États-Unis.

29Le cas de Ciudad Satelite est complètement différent. Sa population qui dépasse les 100.000 habitants bénéficie d’infrastructures et de services urbains d’excellente qualité. Le projet urbain fut établi d’après les caractéristiques des cités-jardins anglaises. Les maisons appartenant à des familles de différents niveaux de revenus, sont situées sur de grands espaces entourés d’importantes zones vertes. Les promoteurs voulurent imposer un style de vie “moderne” aux futurs occupants qui durent avec le changement des normes habituelles de l’architecture et de l’urbanisation nationales, acheter une seconde voiture pour leurs transports, et échanger l’épicerie pour le supermarché ou le petit commerce pour les grandes surfaces. En effet, c’est à Ciudad Satelite que s’est construit le premier grand centre commercial latino-américain, et que s’est développé un style de vie imitant celui des États-Unis. Il faut souligner cependant que l’architecture, les prix et les modalités de paiement des premières maisons indiquent que l’objectif était d’accueillir des familles à revenus moyens pour lesquelles un crédit bon marché était indispensable. S’il est vrai qu’ensuite, le prix du terrain a monté, il est important de souligner qu’une partie non négligeable de la zone était occupée par des logements sociaux.

  • 12 Différents auteurs définissent la classe moyenne au niveau structurel comme les groupes sociaux qu (...)

30Aujourd’hui, selon les résultats provenant d’un échantillon qui représente 10 % de la population, les chefs de familles sont majoritairement employés dans des entreprises privées ou publiques, et dans une moindre proportion sont à leur compte, soit pour exercer leur profession, soit dans le commerce. En général, le niveau d’éducation est élevé puisque 51 % des chefs de familles ont fait des études supérieures et la majorité de leurs épouses des études secondaires. Le niveau moyen des revenus est de six salaires minimum, bien qu’un pourcentage important de familles ne perçoive que de 3 à 5 salaires minimum. Il s’agit d’une population, qui par ses caractéristiques économiques, peut être assimilée à la classe moyenne mexicaine.12

31Il est intéressant de souligner que contrairement à la population de Cerro del Judío, ici prédomine la famille nucléaire d’une taille moyenne inférieure à la moyenne nationale. Ces familles ont affronté la crise en utilisant l’épargne accumulée auparavant, les revenus d’une seconde propriété que l’on prêtait souvent à un proche, et surtout par la pratique de la double activité du chef de famille. C’est le cas de près de 35 % d’entre eux car les femmes et les enfants n’intègrent le marché du travail que dans des cas limites. En ce sens, la division selon le sexe et les générations est beaucoup plus rigide dans les classes moyennes que dans les secteurs populaires. C’est ainsi que les habitants de Satelite ont réussi à maintenir leur niveau de vie, mis à part un petit groupe d’employés du secteur privé, sans éducation universitaire et âgés de plus de 50 ans qui, eux, ont vu baisser leur niveau de consommation.

32Si les populations étudiées constituent bien, selon les critères de la stratification sociale, des mondes éloignés, il est important de souligner qu’elles partagent au moins une caractéristique commune : la présence d’organisations locales qui ont créé un sentiment généralisé d’appartenance à un groupe et à un territoire.

PARTICIPATION ET MOBILISATION À CERRO DEL JUDÍO ET À CIUDAD SATELITE

33L’histoire de l’organisation collective dans les deux communautés est longue, car elle s’est maintenue pendant plus de 25 ans avec des hauts et des bas. Cela signifie que la formation de groupes n’a pas seulement un caractère instrumental, mais que c’est le signe d’une appartenance à la vie locale. En effet, s’il est vrai qu’au début, la participation était liée à la satisfaction des besoins immédiats ou à la solution d’un problème commun, plus tard, des associations se sont créées autour d’activités culturelles, religieuses ou politiques, avec la participation majoritaire des femmes et des enfants qui restent à la maison au cours de la journée. Les hommes, mais aussi les femmes, se sont intégrés à des activités liées à la politique et à l’administration communale constituant une passerelle entre la municipalité et les institutions externes.

34La participation à ces organismes appelés Associations de résidents a permis l’émergence d’une élite locale agissant au nom de la communauté. Bien que les relations entre les représentations locales et le système politique soient conflictuelles à certains moments, l’action collective des deux populations est marquée par ses liens constants avec l’État et n’échappe pas aux traits dominants du système politique. Les relations entre les organisations de résidents et les autorités se résument à des négociations qui impliquent parfois des pressions et la mobilisation de la population, mais qui se résolvent normalement par la proposition de solutions partielles contrebalancée par un soutien à la légitimité de l’État.

35Au moment des conflits et des crises économiques, ce schéma change car il existe dans la population d’autres groupes qui font pression pour que les revendications non satisfaites par l’État soient entendues. Ces secteurs cherchent à déplacer les dirigeants traditionnels, affaiblissant ainsi le système de médiation.

36Comme nous le verrons, tant à Satelite qu’à Ciudad del Judío, la crise économique et l’ouverture politique ont conduit des groupes qui avaient fonctionné jusqu’alors autour d’autres intérêts, tout en appuyant l’élite locale, à se mobiliser et exiger la démocratisation de la sphère politique. On pourrait peut-être conclure, qu’étant donné le caractère instrumental de l’appui électoral au parti officiel, la population réagit en renversant les dirigeants ou en votant pour l’opposition lorsqu’elle n’obtient pas les ressources attendues. Ce schéma se retrouve, avec quelques nuances, dans les deux localités analysées.

  • 13 Il s’agit du Statut de résidents du Département du District fédéral.

37A Ciudad del Judío, l’organisation collective est née d’un regroupement de voisins, à l’initiative de deux d’entre eux, dans le but d’ouvrir des voies d’accès à leurs maisons. Cela signifie un apport en travail qui était réalisé les samedis et les dimanches de 7 heures du matin jusqu’à la nuit, et une contribution financière permettant d’acheter quelques outils et des matériaux. La solidarité et la coopération permirent aux habitants de se connaître et de définir des besoins communs. Le succès de l’entreprise et le consensus général touchant à de nouvelles revendications, permirent la formation d’une association communale qui sollicita l’aide de la Délégation pour obtenir l’eau potable et le tout-à-l’égout puisque le groupe avait déjà obtenu par ses propres moyens l’électricité. Il est intéressant de noter que la Délégation, en échange de son aide leur a imposé de respecter les règlements légaux et de participer à une “Assemblée de résidents” dépendant de la municipalité et à laquelle participaient d’autres associations de quartier.13

38La reconnaissance légale a signifié une aide de la Délégation en machines et matériaux de construction, la communauté fournissant le travail, mais surtout le contrôle politique des habitants. La Délégation, organe de l’administration de l’État travaille en coordination avec le PRI, parti officiel, qui peut aisément pénétrer et contrôler la population. C’est ainsi que depuis cette date, l’Association a toujours été dirigée par des gens du PRI, qui militaient auparavant dans le parti ou qui l’ont rejoint en tant que dirigeants locaux.

  • 14 Ces arguments proviennent des réponses que les interviewés ont données lorsqu’on leur a demandé po (...)

39Cependant, le PRI n’est pas l’unique parti agissant au niveau local. En 1980, le Parti révolutionnaire des travailleurs, d’orientation trotskiste, s’implante pour essayer d’organiser la population et obtenir de l’État de meilleures conditions de vie. Il gagne, certes, des sympathisants surtout parmi les jeunes -il a même présenté, pour les élections de 1985, la candidature d’un membre de la communauté à la députation- mais son influence reste marginale dans la mesure où, entre autres choses, la discipline du militantisme est étrangère aux habitudes de la population. Jusqu’aux élections de 1988, le PRI a régulièrement eu la majorité ; ne fallait-il pas l’appuyer pour obtenir les ressources demandées, voir réaliser des progrès concrets ? On ne peut pas nier aussi que les habitants se sentaient fiers qu’à travers l’Association des résidents, leur communauté, soit reconnue par la municipalité et d’autres institutions officielles.14

40Durant les cinq dernières années, le niveau de pauvreté a été tel qu’il était difficile de trouver un emploi sûr ; en outre, le travail nécessaire des femmes et des enfants a suscité des conflits à l’intérieur des familles dont l’ordre s’en trouvait menacé.

41Les dirigeants de la Délégation manquèrent également durant cette période de moyens économiques et la population a été obligée d’accepter l’aide alimentaire des organismes de l’État : lait, galettes ou les horribles petits déjeuners scolaires. L’indignation a commencé à s’exprimer dans les paroisses, les clubs sportifs, et les jardins d’enfants autogérés qui existent depuis longtemps Ainsi, lorsque Cuauthemoc Cárdenas s’est présenté comme candidat à la présidence, les habitants ont converti leur colère en adhésion à une personne et à un programme qui prenaient parti pour les secteurs populaires.

42A Ciudad Satelite, la situation n’est pas tellement différente en dépit du décalage entre les ressources socio-économiques dont dispose la population. La rupture du schéma abstentionniste et la naissance d’une conduite électorale d’opposition lors de l’appui au candidat de l’Action nationale, plongent leurs racines dans une longue histoire de mobilisations communautaires faites par des groupes et des réseaux qui présentaient des niveaux élevés de participation.

43Une caractéristique attire l’attention : comme à Cerro del Judío, il y a interaction quotidienne entre les habitants. Les raisons en sont distinctes, mais la fonction est semblable. Au début de l’implantation de la population, beaucoup de besoins n’étaient pas satisfaits. Satelite était isolée et les habitants manquaient de téléphones, de transports, de postes, d’écoles et autres services. Lorsqu’ils s’aperçurent que la municipalité ne pouvait pas couvrir ces manques, ils s’organisèrent en commissions internes ou en commissions techniques pour résoudre directement leurs problèmes au niveau de l’État ou du District fédéral. Cela favorisa les relations amicales et la création d’un projet collectif qui permit plus tard de négocier avec les autorités un projet d’autogestion administrative qui dura plus de 15 ans. L’Association de résidents est un exemple d’efficacité sur le plan de l’administration urbaine et de la négociation politique. Cette expérience contribua également à la formation d’une identité communautaire basée sur l’idée que la population représente l’efficacité et les politiciens la corruption et l’incapacité. L’histoire de l’Association n’est pas exempte de tentatives de manipulation de la part des autorités municipales et du PRI, car en prouvant son autosuffisance et même son influence sur l’organisation de populations voisines, elle se mettait en concurrence avec les autorités. Bien que la municipalité en ait terminé avec l’autogestion totale, on peut affirmer que la population a gardé une autonomie suffisante pour continuer à administrer la commune sur des bases nouvelles. En effet, un espace de participation démocratique a été créé, et il s’est transformé en un mécanisme de socialisation de la population.

44Cette participation passe par une structure organisationnelle qui intervient dans les processus de décision et dans les élections d’un comité exécutif renouvelable tous les deux ans. Le soin que les différents groupes apportent à la désignation des candidats et au décompte des votes est quasiment obsessionnel, au point de devenir une pratique subversive si on fait la comparaison avec ce qui se passe au niveau de la municipalité, de l’État ou de la Fédération

45A travers l’expérience communautaire autour d’intérêts très divergents et la participation à l’association de résidents s’est créée une élite dirigeante en contact permanent avec le système politique et avec une population locale qui fait pression sur elle pour trouver les ressources nécessaires. Cette élite, théoriquement apolitique, s’est lancée dans l’action partisane en raison du mécontentement produit par la crise, mais surtout en réaction contre l’arbitraire des autorités électorales qui l’avaient proclamée battue lors des élections à la députation fédérale de 1982. Le triomphe d’un candidat du PAN, ancien résident et directeur d’un journal local, entraîna l’éclatement de Satelite qui appartenait à un seul district électoral, afin que les votes de la population soient répartis sur différents secteurs. C’était parce qu’il était du quartier que le candidat du PAN avait attiré le vote de ceux qui pensaient que son élection contribuerait au bien être de la communauté ; aussi cette mesure leur parut-elle relever de l’arbitraire, les amenant à discuter sur la démocratie, les mécanismes de représentation, à critiquer le parti officiel et en quelques occasions à travailler avec des organisations liées à l’Action nationale ou directement avec le parti. Sans le vouloir, c’est le parti officiel qui a stimulé la participation électorale de la population.

46Postérieurement, les votes se sont portés sur les deux partis politiques, mais il est évident qu’à Satelite une base du PAN a réussi à s’implanter.

47Satelite comme Cerro del Judío présentent des caractéristiques qui favorisent la participation politique de la population et sa volonté de démocratiser le système de gouvernement. Il ne fait aucun doute que la concentration d’une large frange de population d’une même couche sociale et la présence d’organisations communautaires axées sur la recherche de ressources collectives, contribuent à la formation d’une identité, qui dans certains cas - rupture d’une relation de clientèle comme à Cerro del Judío, ou arbitraire du contrôle politique comme à Satelite -, rompt avec les fidélités traditionnelles, en termine avec l’apolitisme ou encourage l’opposition électorale. Ceci se comprend d’autant mieux si l’on tient compte de la crise économique et du niveau de pluralisme politique à la veille des élections de 1988.

CHANGEMENTS DANS LE COMPORTEMENT ÉLECTORAL

  • 15 D faut cependant rappeler les travaux intéressants de Coleman, et Coleman-Davis.

48C’est peut-être parce que les élections ne furent pas le moyen d’accéder au pouvoir et qu’elles n’eurent qu’un caractère de légitimation que les études rendant compte du comportement politique électoral de la population sont rares. Les Mexicains savaient que leur vote n’aurait d’influence ni sur les personnes, ni sur l’orientation de ceux qui les gouvernent, de telle sorte que l’activité électorale fut davantage la préoccupation des membres du système politique que celle de la société civile. La rare production sociologique sur ce thème s’en ressent et il n’est pas facile de procéder à la comparaison des comportements électoraux au niveau national avec les périodes antérieures.15

49Les réformes électorales ont favorisé l’intégration au débat national des partis et des forces politiques qui étaient indépendants du système corporatif et ont permis, dans ces limites, la création d’espaces pour l’opposition surtout dans le domaine électoral.

50Les élections présidentielles de 1988 présentent des différences avec celles qui les ont précédées et même qui les suivront : un contexte de crise économique et de mise en œuvre de sévères mesures d’ajustement et surtout le mouvement de libéralisation politique lancé par le président de la Madrid à la fin de son mandat. Tout laissait supposer que cette bataille respecterait les règles électorales en vigueur dans la mesure où elle se déroulait dans un cadre concurrentiel et que les trois candidats, Cárdenas (FDN), Clouthier (PAN) et Salinas (PRI) présentaient des projets bien définis.

51Les faits, comme on le sait, démentirent les présupposés de compétition et de confiance dans les règles acceptées, puisque le système de comptabilisation tomba en panne lorsqu’on sut que Cárdenas gagnait avec 60 % des voix dans la ville de Mexico. Il était donc légitime de penser que les résultats officiels ne correspondaient pas aux votes émis par la population.

52Indépendamment des résultats, il est intéressant de noter qu’au cours des mois qui ont précédé les élections, la nature des débats, le style de la campagne avaient laissé croire à une rupture avec le traditionnel modèle de contrôle et de monopole et à l’établissement de conditions pour une réelle concurrence. Ainsi à Satelite comme à Cerro del Judío, intensément mobilisés par cette période préélectorale, les secteurs de l’opposition réussirent à faire participer la population et ses organisations à la campagne électorale. Les manifestations contre l’autoritarisme, les journées pour le respect du vote et le contrôle des diverses élections en sont la preuve. A Satelite, le rôle des femmes de la classe moyenne fut central. Elles participèrent avec leurs groupes et leurs réseaux, et leur entrée dans la politique s’explique en partie par la dimension morale et conservatrice et non partisane du discours du PAN. Curieusement, la participation féminine à Cerro del Judío fonctionne en faveur du parti officiel et de fait, ce sont les femmes qui, au nom des bénéfices obtenus par la communauté grâce au PRI, ont empêché Cárdenas d’atteindre la majorité absolue.

53Dans les deux communautés l’opposition a triomphé. A Satelite, c’est un parti traditionnel conservateur et catholique qui a gagné. A Cerro del Judío, c’est C. Cárdenas et son discours qui tendait à rappeler le contenu populaire et le rôle de l’État présents dans le projet de la Révolution mexicaine. Les résultats obtenus au cours des enquêtes sont les suivants :

TABLEAU N° 1. PRÉFÉRENCES ÉLECTORALES

TABLEAU N° 1. PRÉFÉRENCES ÉLECTORALES

Source : Enquête, 1988

  • 16 Les interviewés ont avancé que le vote était secret, mais ceci provient aussi du fait que l’enquêt (...)

54Dans les deux cas, l’électorat se polarise autour de deux partis politiques : à Cerro del Judío, 85 % des électeurs votent pour le PRI ou le FDN et à Ciudad Satelite, le PRI et le PAN accaparent 70 % des voix. Le taux d’abstention est le même qu’à l’échelle nationale, même si la population de classe moyenne présente une forte proportion desans opinion.16

55Si l’opposition se concentre à Cerro del Judío sur le FDN et à Satelite sur le PAN, ce n’est pas l’effet du hasard. Cela s’explique par le type de discours employé par ces partis qui s’adressent à des secteurs sociaux différents avec des programmes distincts. Le Front démocratique national a orienté sa campagne vers les secteurs populaires en mettant l’accent sur les effets de la crise et les solutions redistributives ; le Parti d’action nationale a mis en avant le refus de l’autoritarisme, la nécessité d’un système représentatif parlementaire, sans proposer de projet de développement alternatif.

56De là, on peut déduire que s’il existe bien une opposition électorale, celle-ci n’est pas unifiée puisque son vote dépend de la classe sociale d’appartenance. Il faudrait cependant nuancer cette affirmation et tenir compte de l’influence que peuvent avoir les communautés locales sur l’orientation que prend le vote d’opposition.

57En tout cas, les résultats indiquent des changements importants dans les fidélités politiques puisque pendant 20 ans au moins, les deux populations ont soutenu le parti officiel aux élections. Si nous nous référons aux réponses, ce changement a été significatif surtout dans les secteurs populaires où 63 % de ceux qui avaient voté pour le PRI, ont choisi Cárdenas.

58A Ciudad Satelite se présente un phénomène similaire mais sous d’autres formes puisque 37 % affirment vouloir abandonner le PRI pour le PAN et 12 % de ceux qui s’abstenaient veulent voter pour le PAN. Cet élément est important car l’abstentionnisme constituait une attitude permanente des classes moyennes face aux élections. En conclusion, les élections de 1988 ont signifié un réajustement des préférences électorales dans les deux populations.

59Il est intéressant de noter que le vote se détermine à partir du rejet ou de l’appui que l’on donne au gouvernement, au système officiel. Très peu d’électeurs justifient leur vote par des raisons idéologiques ou leur adhésion à un programme d’action politique alternatif, qu’ils soient du PRI ou de l’opposition. Jusqu’à présent, les analyses politiques avaient montré que le vote d’opposition avait une connotation de protestation, sans mettre en évidence la faiblesse des fondements idéologiques, faiblesse qui caractérise également les électeurs du PRI.

60Le cas des électeurs du PAN à Satelite est tout à fait significatif. Ils précisent que leur vote est bien un vote de protestation contre les méthodes autoritaires. Le vote PRI qui n’a pas non plus de base idéologique est plus difficile à comprendre puisque les électeurs partagent les critiques envers le système électoral et le gouvernement. Ils soutiennent le PRI par peur de l’instabilité et semble-t-il pour défendre leurs intérêts puisque leur groupe a dans cette communauté les revenus les plus élevés.

61Dans le discours populaire, les relations de clientèle sont explicites. Ceux qui soutiennent le parti officiel à Cerro del Judío précisent qu’ils le font parce que ce parti les a aidés à obtenir des services dans leurs quartiers et parce qu’étant le parti au pouvoir, il contrôle les ressources. Quel que soit donc le résultat des élections, ils pourront continuer à faire pression pour obtenir des faveurs.

  • 17 Sur ce point, voir Tarrés, Sanchez y Selva. Nous montrons les changements dans la division du trav (...)

62Le poids de la culture politique officielle paraît cependant plus faible que celui des mauvaises conditions de vie produites par six années consécutives de crise et d’ajustements économiques. En effet, si une partie du vote pour Cárdenas s’explique par un rejet du parti officiel, la population qui a voté pour lui considère qu’il est nécessaire de changer la politique économique, ce qui est logique puisque l’inflation et le contrôle des salaires n’ont pas seulement affecté leur niveau de consommation mais aussi leurs espérances de mobilité sociale.17 Les secteurs populaires se rendent compte que les filières d’ascension leur sont brusquement fermées, cela influence de façon définitive leur comportement électoral. Ils voient en Cárdenas, fils de la figure mythique de Lázaro Cárdenas, la possibilité d’un changement du système politique qui les avantage.

63Les préférences électorales permettent de connaître l’opinion des votants mais ne permettent pas de définir les revendications qui apparurent sur la place publique ces dernières années. La majeure partie de ces revendications est liée à la démocratisation de la vie politique. Quelle signification peut avoir cette revendication dans une société inégalitaire qui a subi pendant 65 ans un système politique autoritaire et hégémonique et qui a voté pour d’autres partis lors de l’élection présidentielle ?

LA REVENDICATION DÉMOCRATIQUE

  • 18 Il faut souligner que les lois constitutionnelles sont très avancées, ce qui permet de comprendre (...)
  • 19 Voir M. L. Tarrés (International Sociology ) et Tarrés M. L. : Formas de organización popular en l (...)

64Depuis le mouvement de 1968, le Mexique urbain a lutté pour démocratiser la participation politique et sociale. Curieusement, les divers secteurs sociaux, y compris l’élite politique, se sont réclamés de la Constitution de 1917 pour légitimer des revendications différentes selon les groupes. Relever cette particularité de la lutte pour la démocratie dans le Mexique contemporain, permet de souligner en dépit des conflits, que la légitimation du système de domination s’appuie sur le processus révolutionnaire et sur le pacte socio-politique concrétisé dans l’Acte constitutionnel, accepté et revendiqué par les secteurs qui se mobilisent. Il s’en suit qu’une analyse limitée aux demandes ne suffit pas pour comprendre la signification des revendications démocratiques des divers secteurs sociaux ; il faut aussi avoir une connaissance directe des opinions sur la démocratie, leur contenu ainsi que les éléments qui s’y rattachent.18 Cette image d’illégitimité du système politique donnée par ce tableau, doit être relativisée si l’on considère que 9 % des secteurs populaires et 21 % des classes moyennes pensent qu’il y a un style mexicain sui generis de faire de la politique.19

TABLEAU N° 2. LE MEXIQUE EST-IL DÉMOCRATIQUE ?

TABLEAU N° 2. LE MEXIQUE EST-IL DÉMOCRATIQUE ?

65Dans les réponses, ceci fait référence à la reconnaissance d’une forme originale d’exercice du pouvoir, car les gens considèrent qu’en dépit de l’autoritarisme existant, ils jouissent de la liberté d’expression, du droit de grève, et donc qu’on est loin d’un gouvernement dictatorial ou totalitaire. D’autres réponses valorisent le cadre institutionnel en vigueur, mais soulignent qu’il n’est pas respecté par les autorités, de sorte que ce qui serait en cause ne serait pas le système mais les groupes qui le contrôlent.

  • 20 En effet, un croisement entre l’opinion sur la démocratie au Mexique et le choix électoral montre (...)

66Curieusement, les secteurs populaires, plus que les classes moyennes ont tendance à qualifier le pays de démocratique. Ceci peut s’expliquer en partie par l’opinion des femmes et surtout par l’appui du gouvernement à la communauté qui a été relativement important et en conséquence, par le nombre plus élevé des électeurs du parti officiel.20

67En tout état de cause, ce qu’il faut avant tout remarquer, c’est que 43 % des interviewés de Cerro del Judío et 47 % de ceux de Satelite considèrent qu’au Mexique il n’y a pas de démocratie ; résultat significatif, car même si l’échantillon n’est pas représentatif de la population, les chiffres sont suffisamment élevés pour indiquer de façon indirecte que la démocratie est une revendication partagée par différentes classes sociales.

SIGNIFICATION DE LA REVENDICATION DÉMOCRATIQUE DANS LES SECTEURS POPULAIRES ET LES CLASSES MOYENNES

68La généralisation de la revendication démocratique dans les secteurs populaires et la classe moyenne est encouragée par l’existence d’un parti unique qui crée une attitude d’opposition unitaire. Cependant, l’inégalité structurelle permet d’étayer de façon empirique notre hypothèse, que son contenu varie selon les classes.

  • 21 86 % le pensent à Cerro del Judío et 76 % à Ciudad Satelite.

69En effet, si les deux populations ont conscience qu’on ne respecte pas les élections dans le pays,21 les propositions pour y remédier sont totalement différentes. Si nous devions radicaliser les conclusions, nous poumons dire que ce thème est un des points centraux des revendications de la classe moyenne alors qu’il est secondaire pour les secteurs populaires.

70A Ciudad Satelite, la lutte pour la démocratisation du système politique signifie la présence d’un pluralisme, l’alternance des partis au pouvoir, le respect du vote, et la fin de la fraude et de la corruption. Ces exigences qui peuvent paraître élémentaires sont subversives si l’on tient compte des caractéristiques du système politique. Ainsi, la présence d’un parti politique comme Action nationale qui fonde sa position sur des principes de participation démocratique et donc coïncide avec ces revendications, permet de les canaliser vers le système.

  • 22 On peut trouver une information sur ce point dans : Tarrés (1990, Craig Forewaker).

71De telles revendications qui mettent en cause le mode d’exercice du pouvoir, et sa concentration dans un système, pourraient avoir un effet d’entraînement si elles n’étaient pas associées à des positions cherchant à limiter la participation à la démocratie formelle d’autres secteurs socio-politiques. Les classes moyennes de Ciudad Satelite considèrent, en effet, que les Indiens, les marginaux, les analphabètes ou les gauchistes devraient être éduqués avant d’exercer leurs droits de citoyens.22

  • 23 Ces opinions concordent par ailleurs avec diverses questions destinées à connaître la conception d (...)

72Un important pourcentage de la population, qui varie entre 25 et 37 %, met des conditions à la participation de certains secteurs à une démocratie formelle23 concédant à l’État la tâche de s’occuper des secteurs populaires et de contrôler les gauchistes. Si d’un côté, la classe moyenne rejette l’autoritarisme de l’État, d’un autre, elle pense que le contrôle politique et la redistribution relèvent de ses attributions. En effet, consciente des inégalités de la société et craignant les secteurs populaires et la gauche, elle accepte, avec réticence certes, que l’État joue nécessairement un rôle dans le maintien de la stabilité socio-politique. De telle sorte que la revendication démocratique des classes moyennes étudiées se limite au développement du système de représentation, et dégénère en pressions pour étendre leur influence dans le système de domination puisqu’un pourcentage important de ses membres possède une idée élitiste et limitée de la démocratie.

73Il en est tout autrement dans les secteurs populaires de El Cerro del Judío qui réclament, à travers la demande de démocratie, l’égalité des conditions sociales et économiques plus que la mise en place de mécanismes favorisant l’expression de citoyenneté. Une expression qui leur est même étrangère pour deux raisons. La première, peut-être la plus importante, est l’inexistence de partis politiques forts ayant une base populaire. Le Front démocratique national qui appuie Cárdenas est un groupement de partis et d’organisations, faiblement articulés, disposant de peu de ressources et sans organisations de base. Un tel état de fait accentue les divisions internes et débouche sur des scissions et des conflits très éloignés des problèmes et des formes d’engagement de la population. Les secteurs populaires appuient alors leur leader et se retrouvent sans protection par manque de cette médiation que pourraient leur offrir un ou plusieurs partis politiques. La seconde raison qui rend difficile la création de mécanismes de représentation provient de la présence d’une culture populaire basée sur le clientélisme et le contrôle, qui tiennent une place importante dans des secteurs dépendant de la capacité redistributive de l’État. A Cerro del Judío, la population est organisée sur des bases communautaires, les mécanismes de contrôle sont défaillants et l’absence de partis non officiels empêche l’articulation de leurs revendications à la sphère politique.

  • 24 Ces observations proviennent des réponses des interviewés. D faut signaler que les dirigeants du P (...)

74Ces éléments, outre l’impact de la crise sur les conditions de vie de la population, rapprochent les habitants qui développent des stratégies collectives de survie et des comportements éloignés des pratiques de mobilité et d’intégration croissantes qu’ils avaient au cours des années de développement “stabilisateur”. Les secteurs étudiés partagent aujourd’hui un sentiment d’exclusion et une vision du monde où ils se définissent comme pauvres et exclus de l’emploi, de la consommation et du pouvoir. Ceci explique que 98 % pensent, qu’ils soient sympathisants du PRI ou de Cárdenas, que la société mexicaine actuelle ne leur offre aucune opportunité, que les différences proviennent de ce que certains peuvent manger, se vêtir et avoir accès à l’éducation, alors que d’autres ne le peuvent pas. Car certains détiennent le pouvoir, mais ni eux, ni leurs enfants ne pourront le détenir. Enfin, la société est perçue par la majorité de manière dichotomique où les riches jouissent de tout et les pauvres de rien. Cette vision du monde qui est nouvelle dans les secteurs populaires tend à effacer les différences politiques.24

75Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les forces de rupture et d’affrontement sont faibles. La revendication démocratique conçue en termes de pluralisme politique existe bien, mais elle est diluée et son contenu est distinct de celui des classes moyennes. Ainsi les secteurs populaires vivent la fraude électorale comme un acte arbitraire, mais ils ne le dénoncent pas ni ne s’opposent à ses auteurs, car ils les connaissent : ce sont leurs voisins ; le maintien de la communauté, semble-t-il, est plus important que les divisions entre partis. Pour eux, le contenu de la démocratie a des aspects très concrets : la liberté d’expression, le droit de grève et de manifestation d’une part, d’autre part et surtout, l’intérêt de démocratiser le gouvernement s’explique par la possibilité d’accéder aux ressources de l’État. La coïncidence est claire entre ces revendications et le discours de Cárdenas qui reprend le contenu politique et étatique du programme de la Révolution.

76Cependant, quelle que soit la conjoncture électorale, cette orientation oblige le système politique à répondre à un défi qui implique non seulement de moderniser les formes d’exercice du pouvoir et de représentation, mais aussi de mener une politique de redistribution.

EN GUISE DE CONCLUSION

77Ce travail a voulu montrer que la demande de démocratie qui s’est généralisée à Mexico, au moins depuis 1985, a des significations différentes selon les secteurs sociaux. Les classes moyennes seraient satisfaites par une représentation parlementaire qui assurerait l’expression de ses intérêts. En revanche, les secteurs populaires se montrent moins intéressés par les mécanismes de représentation politique car leur idée de la démocratie privilégie la justice sociale.

78Ces valeurs différentes indiquent que dans la société mexicaine, les dimensions qui définissent le contenu même d’un système démocratique n’ont pas réussi à s’articuler. La dimension d’égalité et de justice sociale et économique revendiquée par les secteurs populaires est illégitime pour les classes moyennes, car beaucoup la perçoivent comme une menace qui doit être contrôlée. II est probable que tant que ces dimensions ne s’articuleront pas et qu’elles ne seront pas acceptées dans un climat de respect mutuel, le régime qui a réussi à se maintenir grâce à la réforme, ne pourra continuer à procéder à des adaptations contrôlées. Après les élections de 1988, les élites politiques ont passé des accords avec le PAN et les classes moyennes. Ils ont permis que soient négociées entre les sphères dirigeantes du PAN et du PRI, certaines charges représentatives et une ouverture du marché externe qui favorise la consommation des classes moyennes.

79Le problème central est celui des 41,3 millions de Mexicains qui vivent dans la pauvreté, car si le régime peut compter sur leur soutien lorsqu’il leur assure un certain niveau de distribution de richesses, les conséquences sont désastreuses lorsqu’il ne le fait pas.

80La preuve en est qu’en périodes d’élections municipales, les manifestations dans les zones rurales traditionnelles tendent à dégénérer en véritables batailles rangées sous l’effet de la répression et de la violence avec lesquelles répondent les élites locales.

81Dans la ville de Mexico, comme nous l’avons observé, les secteurs populaires se replient sur leur communauté et développent des attitudes défensives. La population concentre son énergie à essayer de survivre, à un coût très élevé car les mécanismes traditionnels montrent leurs limites.

82L’inexistence d’organisations et de partis indépendants pouvant servir de pont entre les revendications sociales et le système politique, laisse un espace aux programmes officiels comme le Pronasol (Programme national de solidarité) qui cherche depuis 1990 à distribuer des subsides et à apporter une solution aux besoins les plus urgents des plus pauvres.

83Malgré cela, le renouvellement des formes de participation dans l’espace politique mexicain n’est pas exempt de conflits, tant au niveau de l’élite dirigeante, qui doit se définir par rapport au processus de modernisation de l’exercice du pouvoir, que de la société civile elle-même. Les cas de Satelite et Cerro del Judío permettent d’observer que l’individualisation politique ne fait pas encore partie de la culture électorale des gens, qui agissent dans cette sphère comme sujet-communautaire, si nous définissons l’identité à partir de la base sociale, ou comme sujet-clientèle, si nous la définissons en relation avec ses liens institutionnels.

84Ces processus liés à l’inégalité socio-économique favorisent la segmentation des sujets politiques qui adoptent des comportements électoraux et des conceptions sur la démocratie très disparates, éloignés qu’ils sont d’une vision qui tolère des choix différents dans un climat de respect et de confiance mutuels.

85Sans prétendre indiquer des tendances, l’étude des deux communautés a permis de détecter les fissures et les permanences dans les loyautés traditionnelles, la persistance du rôle du clientélisme modelant les préférences électorales, et d’explorer les différents contenus de la revendication démocratique tellement importante dans les deux populations et dans la ville de Mexico.

86Il ne fait aucun doute qu’au Mexique, les difficultés sont grandes pour faire fonctionner un système politique pluraliste et démocratique, car le corporatisme présent chez les élites et dans la société joue un rôle structurant qu’il est impossible de méconnaître.

87Il en ressort que la forme d’organisation que prendront les relations entre les secteurs sociaux mobilisés et les instances institutionnelles reste une question ouverte. A condition qu’il n’y ait pas de régression vers des formes autoritaires niant la participation pluraliste de la société.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Alvarado, A. (ed.), Electoral patterns and perspectives in Mexico, Center for U.S. Mexican Studies, University of California, San Diego, Monograph, Serie 22,1987.

Camp, R. (ed.), Mexico political stability : The next five years Boulder, Westview Press, 1986.

Coleman, Kenneth, Davis, Ch., “Civil and Conventional religion in secular authoritarian regimes : The case of Mexico”, Studies in comparative International Development, XIII. Summer, 1978.

Coleman, Kenneth, “The capital city electorate and Mexico’s Acción Nacional : some survey evidence an conventional hypotheses”. Social Science Quarterly, Vol. 56, №. 2 Sept. 1975 : 502-509.

Cornelius, W., Los inmigrantes pobres en la ciudad de México y la politica, FCE, México, 1980.

Davis, Ch., Coleman, Kenneth, “Discontinuous educational experiences and political and religions non conformity in authoritarian regimes : Mexico”, Social Sciences Quarterly, Vol. 58. n° 3, december, 1977.

Durand, Jorge, La ciudad invade al ejido. Ediciones de La Casa chata, n° 17, México, 1983.

Filgueira, C, Geneletti, C, Estratificación y movilidad ocupacional en América Latina, Cuadernos de la CEPAL, n° 39, Santiago de Chile, 1981.

Fortuny, Tarrés, M. L. Sobrevivencia y participación electoral en El Cerro del Judío. Una réplica cinco años después., manuscrit, 1989.

Garrido, L. J., “Un partido sin militantes”, en Loaeza, S. y Segovia, R. (comp.), La vida politica mexicana en la crisis,CEl, El Colegio de México, 1987.

González Casanova, P., Aguilar Camin, H., México ante la crisis Siglo XXI, Vol. 2, México, 1985.

Iturriaga, José, La estructura social y cultural de México, FCE, México, 1951.

Loaeza, Soledad, Clases medias y politicas en México, CEI, El Colegio de México, 1988.

Loaeza, Soledad y Segovia, R. (comp.), La vida politica mexicana en la crisis CEI, El Colegio de México, 1987.

Lustig, Nora, Economic crisis and living standards in México : 1982-1985. El Colegio de México, México, manuscrit, 1986.

Muñoz, Victor Manuel, “Lucha contra la pobreza. Segunda semana de Solidaridad”, Excelsior, Sección Financiera, 12 de septiembre de 1991.

Porter, A., “Latin American Class Structure : their composition and changes during the last decades”, Latin American Research Review, n° XX (3), 1985.

Reyes Heroles, Federico, El nuevo ciudadano frente a la sectoralización, Ponencia, COLMEX, 1989.

Reyna, J. L., “Control político estabilidad y desarrollo en México”, Cuadernos del CES, El Colegio de México, n° 3,1974.

Samaniego, N., Los efectos de la crisis 1982-1986 en las condiciones de vida de la población en México, CEPAL, Lima, 1986.

Sánchez, Selva, Tarrés, M. L. Formas de organización popular para resolver problemas de abasto y alimentación en la Cd. de México. Informe. El Colegio de México- Universidad de Naciones Unidas, 1988.

Schteingarth, Martha, “Areas socio-económicas y problemas ambientales en la zona metropolitana de la Ciudad de México”, Estudios Sociológicos, vol. 3, n° . 7, enero-abril, 1985.

Smith, Peter dans Camp. R. (comp.), México’s political stability the next five years Boulder, Westview Press, 1986.

Solari, A..“Desigualdad educacional en América Latina”, Planificación social en América Latina y el Caribe, ILPES-UNICEF, Santiago de Chile, 1981, pp. 395-438.

Tarrés Maria Luisa, “Campos de acción de las mujeres de clase media”, Textos y pretextos. Estudios de mujeres, PIEM-COLMEX, 1991.

Tarrés Maria Luisa, “Del abstencionismo electoral a la oposición política : clases medias en Cd Satelite, Estudios Sociológicos, vol. 4 n° 12, sept.-dic. 1986.

Tarrés Maria Luisa, “Más allá de lo público y lo privado : participación social y política de las mujeres de clase media”, Oliveira Orlandina de, (coord.), Trabajo, poder y sexualidad. Estudios de mujeres, PIEM-COLMEX, 1989.

Tarrés Maria Luisa, “Middle class associations and electoral opposition en Foweraker”, J.& Craig, A popular movements and political change in Mexico, Lynne Rienner Publischers Boulder and London, 1990.

Tello, Carlos, “La crisis en 1985 : saldos y opciones”, Varios autores, México ante la crisis, Siglo XXI, México, 1985.

Wilkie, J. M., Wilkins, P. D., “Quantifying the class structure of Mexico, 1895-1970”, chap. 36, Wilkie James W. and Habereds Stephen, Statistical abstracts of Latin America, Center Publications, University of California, Los Angeles, 1981.

Worsley, Peter (éd.), “Comunities and cities”, Modem Sociology, Penguin books, 1985, pp. 407-497.

Zapata, Francisco, Democracia, corporativismo y desigualdad social en América Latina, CES, 1991.

Notes

1 Selon les chiffres de Pronasol, il existe 17,3 millions de personnes vivant dans l’extrême pauvreté et 24 millions dans la pauvreté (Victor Manuel Muñoz, 1991).

2 Bien que le problème puisse sembler secondaire, il est fort probable que de nombreux conflits électoraux proviennent de groupements du parti officiel qui n’acceptent pas la volonté de réforme impulsée d’en haut. C’est pourquoi, la résolution de différents conflits consiste pour l’élite, à temporiser avec la base du parti qui assure finalement le contrôle politique et le lien avec la société.

3 Il ne faut pas oublier qu’une des conséquences du mouvement de 1968, est l’instauration par le gouvernement en 1977, d’une réforme politique qui incorporait des partis indépendants et dynamisait le processus électoral car l’abstentionnisme devenait chronique et menaçait la légitimité de l’ordre politique. Depuis cette date, cette réforme et ses mécanismes d’application ont subi des modifications périodiques.

4 Plusieurs exceptions existent, la plus significative étant sans doute celle du syndicat des enseignants SNTE qui a obtenu ces dernières années de hauts niveaux de mobilisation.

5 Bien que la notion de classe sociale soit relativement dévalorisée en Amérique latine (voir Federico Reyes Heroles, 1989), la réalité s’impose avec une telle force, qu’il est difficile de ne pas tenir compte des inégalités. Dans cet article, le terme de classe sociale est utilisé de façon large, il souligne les différences socio-économiques de la population urbaine. Cette classification qui distingue les classes supérieures, moyennes et populaires est nécessaire pour déterminer de manière fiable les lieux de résidence de la population étudiée que l’on peut caractériser ensuite en fonction de son style de vie et de ses formes de participation.

6 Ce mécanisme diffère de celui des pays développés ainsi que d’autres pays latino-américains où les municipalités et les organismes publics prennent en charge les services urbains, au moins pour satisfaire les besoins des classes moyennes et des classes supérieures.

7 Tilly, 1978, Kowarick, 1985.

8 La violence locale qui a accompagné ces élections n’a pas été recensée dans sa totalité, mais il semble qu’elle ait annihilé temporairement la lutte électorale dans ces régions.

9 Les raisons qui sous-tendent le choix de ces deux cas sont d’ordre pratique, méthodologique et théorique. Tout d’abord, il s’agit de deux cas étudiés directement à partir d’une reconstruction des mobilisations urbaines qui ont une histoire de plus de vingt ans et de la réalisation d’enquêtes appliquées à un échantillon de chaque population et destinées à connaître les formes de vie et le comportement électoral. En second lieu, étant donné que cette étude s’est proposée de mettre en évidence la généralisation et la signification de la revendication démocratique et du comportement électoral d’opposition, nous avons préféré opposer deux cas différenciés. Nous avons pensé que nous pourrions mieux détecter l’existence d’une tendance si elle concernait deux groupes différents plutôt que de l’observer exclusivement dans une strate ou dans une classe sociale. En troisième lieu, ce choix permettait de tester notre hypothèse de travail, à savoir que s’il y a bien une généralisation de l’opposition électorale et de la demande démocratique, leur signification change selon la classe sociale d’appartenance.

10 On trouvera une analyse détaillée de l’occupation des terres et des premières mobilisations de la population de Cerro del Judío dans La ciudad invade al ejido, de Durand Jorge, Editions Casa Chata, 1983.

11 Fortuny, Tarrés,1989.

12 Différents auteurs définissent la classe moyenne au niveau structurel comme les groupes sociaux qui possèdent les caractéristiques suivantes : 1) ils sont situés dans les centres urbains. 2) leurs activités sont non manuelles. 3) leur niveau éducatif est élevé et supérieur à la moyenne nationale. Cette dernière propriété a une grande importance dans les pays latino-américains parce que le niveau d’instruction est un capital social habituellement détenu par ces groupes.

13 Il s’agit du Statut de résidents du Département du District fédéral.

14 Ces arguments proviennent des réponses que les interviewés ont données lorsqu’on leur a demandé pourquoi ils avaient appuyé le PRI en 1988. Il faut signaler que seulement 3 personnes sur les 66 que comportait l’échantillon se sont déclarées militantes de ce parti. En tout cas, tant leur vote que celui du reste de la population se justifie par une sorte de reconnaissance pour les faveurs reçues et aussi pour des raisons instrumentales comme : “je vote pour le PRI parce que c’est le parti officiel qui a le pouvoir et le fric, je ne voterais pas pour un autre, ça nous rapporterait rien”.

15 D faut cependant rappeler les travaux intéressants de Coleman, et Coleman-Davis.

16 Les interviewés ont avancé que le vote était secret, mais ceci provient aussi du fait que l’enquête a été effectuée dans une période préélectorale.

17 Sur ce point, voir Tarrés, Sanchez y Selva. Nous montrons les changements dans la division du travail à l’intérieur des unités familiales : entrée massive des épouses et des mères sur le marché du travail et désertion scolaire très élevée chez les adolescents et particulièrement chez les filles.

18 Il faut souligner que les lois constitutionnelles sont très avancées, ce qui permet de comprendre qu’on s’y réfère. Mais il faut également avoir conscience que la structure juridique sur laquelle elles se basent n’est pas positive mais casuistique et qu’elle s’appuie sur une structure de pouvoir personnel. C’est sans doute pourquoi dans la société mexicaine, la loi est relative et l’État de droit n’existe pas clairement.

19 Voir M. L. Tarrés (International Sociology ) et Tarrés M. L. : Formas de organización popular en la crisis, LASA, 1989, Miami.

20 En effet, un croisement entre l’opinion sur la démocratie au Mexique et le choix électoral montre une corrélation élevée entre le vote et une opinion favorable. C’est ainsi que 78 % des partisans du PRI défendent cette opinion alors qu’elle n’est soutenue que par 22 % de ceux qui appuient Cárdenas.

21 86 % le pensent à Cerro del Judío et 76 % à Ciudad Satelite.

22 On peut trouver une information sur ce point dans : Tarrés (1990, Craig Forewaker).

23 Ces opinions concordent par ailleurs avec diverses questions destinées à connaître la conception de la démocratie dans le secteur.

24 Ces observations proviennent des réponses des interviewés. D faut signaler que les dirigeants du PRI de Cerro del Judío les partagent. L’un d’entre eux affirme “les gens n’appuient pas le parti parce qu’ils ne se nourrissent pas avec les services urbains qu’ils ont obtenus il y a quelques années. Les gens sont désespérés et ils ont raison de chercher des changements”.

Table des illustrations

Titre TABLEAU N° 1. PRÉFÉRENCES ÉLECTORALES
Légende Source : Enquête, 1988
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1017/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre TABLEAU N° 2. LE MEXIQUE EST-IL DÉMOCRATIQUE ?
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1017/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 47k

Auteur

Professeur au Centre d’études sociologiques (CES) du Colegio de Mexico

Thérèse Bunel (Traducteur)

© Éditions de l’IHEAL, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540