Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mexique à l’aube du troisième millénaire

 | 
Marie-France Prévôt Schapira
, 
Jean Revel-Mouroz

Troisième partie. État et société, vers un Mexique post-révolutionnaire ?

Chapitre 8. État, économie, société, tout change... Le Mexique n’est plus ce qu’il était

Georges Couffignal

Texte intégral

1Réfléchir sur le Mexique à l’aube de l’horizon 2000 impose de situer les mutations actuelles dans une perspective historique. Celles-ci en effet ne peuvent se comprendre que si on les analyse en fonction des changements opérés, à des rythmes divers, dans tous les secteurs -économique, politique, social - de ce pays depuis un lustre. L’année 1968 constitue en effet une année charnière, celle où le système politique montre son essoufflement. Quinze années plus tard, ce sera le modèle de développement adopté depuis plus d’un demi siècle qui entrera en crise profonde. Le mode de gestion de ces deux crises fut néanmoins très différent. Nous allons voir que le politique fut l’objet d’une très grande prudence, d’une action “à la sicilienne” (il faut que tout change pour que tout reste comme avant), tandis que l’économique était au contraire engagé dans des mutations profondes et irréversibles. La conjonction de ces deux processus a eu des effets ambivalents sur les mentalités et comportements. On est passé ainsi d’une culture souvent défensive vis-à-vis de celle du nord, à une affirmation d’identité conquérante, dont témoignent par exemple les multiples prises de position de l’écrivain Carlos Fuentes. Ceci au moment où l’“américanisation” de la société était chaque jour une réalité difficilement contournable.

  • 1 Les premières années qui avaient suivi la longue Révolution mexicaine (1910-1917) avait vu les mil (...)

2Le système politique mexicain est l’un des plus singuliers qui soit. Ses institutions, inspirées du modèle des États-Unis d’Amérique, nous sont pourtant familières : république fédérale, président élu au suffrage universel, stricte séparation des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire, bicamérisme... tout cela est connu. Mais, au-delà des apparences, la réalité est celle d’un régime assurant une extraordinaire concentration des pouvoirs au profit du président de la République, concentration telle que l’écrivain péruvien Mario Vargas Llosa, peu suspect de gauchisme, a pu qualifier en 1990 le Mexique de “dictature parfaite... parce que dictature camouflée”. Le propos était exagéré, s’agissant d’un pays où les présidents, constitutionnellement non rééligibles (comme d’ailleurs les sénateurs, députés et maires), se succèdent tous les six ans sans heurts depuis plus d’un demi siècle, et où l’armée, à la différence de tant de régimes latino-américains, est faible et soumise au pouvoir civil1. Mais l’exagération du propos de M. Vargas Llosa ne faisait que souligner le fait que le Mexique, longtemps cité comme un exemple de démocratie en Amérique latine, apparaît aujourd’hui en retard par rapport aux changements politiques qu’ont connu tous les pays sortis de dictatures dans les années quatre-vingt. Il est vrai que sur d’autres terrains, en particulier celui de l’économie, il apparaîtrait plutôt avec le Chili à l’avant-garde des mutations que connaît la région.

3Quoi qu’il en soit, le Mexique aujourd’hui n’est plus seulement le berceau de fabuleuses civilisations précolombiennes, terre privilégiée des archéologues et des ethnologues. Il n’est plus seulement un pays connaissant un essor touristique impressionnant, sur sa côte Pacifique et ou sur la mer des Caraïbes. Il est aussi, depuis quelques années, un pays avec lequel, pour des raisons d’ordre très divers, la communauté internationale doit compter. Il fut même un bref moment, pour la diplomatie française en particulier, le pays qui avec l’Inde et l’Algérie pouvait constituer un exemple emblématique des relations Nord-Sud.

4Les décennies 1970 et 1980 furent en effet celles de son émergence sur la scène mondiale, au plan politique tout d’abord, avec une diplomatie très active tant au plan mondial que vis-à-vis des États-Unis, au plan économique ensuite, en raison de l’ampleur de sa crise, du choc provoqué dans les milieux financiers internationaux par son état de cessation de paiements en 1982, et par l’exemplarité de son redressement. Il constitue enfin aujourd’hui un exemple de la profondeur des mutations que peut connaître un pays confronté à des crises multiformes, et du type de réponses que l’on peut y apporter.

L’ÉMERGENCE DU MEXIQUE SUR LA SCENE INTERNATIONALE

5Le Mexique vit au rythme de ses présidents qui disposent, de fait sinon de droit, d’un pouvoir immense. Outre les attributions qu’ils tirent du caractère présidentiel du régime, en particulier celui de l’initiative des lois et celui de pourvoir - généralement sur critères d’allégeance politique- à la quasi totalité des emplois dans l’administration publique et dans les entreprises d’État, ils contrôlent le parti qui, sous diverses appellations, a gagné toutes les élections depuis 1929, à savoir le Parti révolutionnaire institutionnel (PRI). Mais pendant longtemps qui, à part les Mexicains eux-mêmes, connaissait le nom du président en exercice ?

6Après la grande figure du général Lázaro Cárdenas, qui, bravant en 1938 les États-Unis, nationalisa les compagnies pétrolières et réalisa la première grande réforme agraire en Amérique latine, des présidents plus ou moins effacés s’étaient succédés à la tête du pays. Les choses changent à partir de 1970.

7Cette année-là, en effet, est élu Luis A. Echeverria. La société mexicaine est encore sous le choc du massacre des étudiants sur la place de Tlatelolco, en 1968, quelques semaines avant l’ouverture des jeux olympiques. Il prend donc ses fonctions dans une société traumatisée, qui voit une partie des classes moyennes se détacher du régime, et qui connaît des débuts de mouvements de guérilla. Grâce à sa politique étrangère et à son habileté en politique intérieure, toutes deux servies par la découverte de l’immensité des réserves pétrolières mexicaines, il va réussir à ressouder la nation. En politique étrangère, il multiplie les initiatives de type tiers-mondiste, parfois teintées d’anti-américanisme, ambitionnant de voir son pays jouer un rôle de leader des non alignés. On lui doit ainsi l’adoption par les Nations unies de la “Charte des droits et des devoirs économiques des États”. En 1973, il rompt les relations diplomatiques avec le Chili de Pinochet et ouvre toutes grandes les portes du Mexique aux réfugiés chiliens, leur offrant en particulier nombre d’emplois, parfois à des postes très élevés, dans l’administration. Il en sera de même, plus tard, pour les Argentins et les Uruguayens. Le Mexique acquiert en quelques années une image internationale très positive, celle d’un farouche défenseur de la démocratie et du droit des États pauvres. Au plan interne, Luis A. Echeverria relance les grandes politiques sociales (éducation, santé, réforme agraire) des années trente, et réussit à aspirer dans l’appareil d’État nombre des leaders du mouvement étudiant de 1968. C’est un pays apaisé et en plein essor économique, grâce à la manne pétrolière qu’il transmet à son successeur en 1976, José López Portillo.

8Ce dernier est lui aussi animé de grandes ambitions en matière de politique étrangère. Mais la richesse nouvelle de son pays l’amène à changer d’optique et à chercher à lui faire jouer un rôle charnière dans le “dialogue Nord-Sud” qui vient de s’instaurer à l’initiative du président français Valéry Giscard d’Estaing.

9Le Mexique, en particulier, est désormais très présent dans toutes les organisations internationales. Il accueille ainsi en 1982 la grande conférence des ministres de la culture des pays membres de l’Unesco. II ambitionne aussi, mais sans le déclarer ouvertement, d’occuper une place de leader en Amérique latine. J. López Portillo commet cependant une grave erreur : celle de croire que les rentrées pétrolières seraient illimitées. Il se lance dans de vastes projets d’équipements, financés en grande partie par l’emprunt, et mène une politique de hauts salaires qui accroissent considérablement les niveaux de consommation des ménages, et donc les importations. La chute des cours des prix du pétrole, en 1981, le renchérissement des taux d’intérêt et la compression de la demande des pays industrialisés, provoquent le drame : le pays ne peut plus faire face à ses échéances. J. López Portillo avait pourtant déclaré, au début de son septennat, qu’il ne commettrait pas la même faute que le Shah d’Iran, à savoir qu’il ne laisserait pas “pétroliser” son économie. C’est néanmoins un pays au bord de la banqueroute, dont la monnaie vient d’être dévaluée de 100 %, qu’il laisse à la fin de son septennat, en 1982. Dans un sursaut pathétique pour sortir la tête haute de sa charge, il nationalise le secteur bancaire le 1er septembre 1982. Neuf ans plus tard, ce dernier sera rendu au secteur privé...

  • 2 Le Front sandiniste de libération nationale a réitéré en juillet 1979, avec la bienveillance -une (...)

10Son successeur, Miguel de La Madrid, n’abandonne pas pour autant toute ambition diplomatique. N’ayant plus les moyens de mener une diplomatie totalement autonome, le Mexique prend l’initiative de la création, en 1983, du groupe Contadora (Mexique, Colombie, Venezuela, Panama) qui, pendant quatre ans propose inlassablement des solutions négociées aux conflits centraméricains. Ceux-ci se sont avivés après le renversement de la dictature somoziste par le FSLN en 1979.2 Le Front Farabundo Martí de libération nationale (FMLN) au Salvador redouble de pugnacité et lance, peu avant la prise de fonctions du successeur de J. Carter, une “offensive” finale qui fera long feu.

11L’arrivée de R. Reagan à la présidence des États-Unis en 1980 décuple les problèmes, dans la mesure où il n’analyse ces conflits qu’en termes Est-Ouest. Il se donne pour objectif de faire reculer le communisme partout, ce qui pour lui passe par la défaite des sandinistes au Nicaragua. Le Mexique redoute plus que quiconque les conséquences d’un embrasement général de l’Amérique centrale, qui pourrait mettre en péril cette stabilité politique dont il tire sa force. Malgré tout, le groupe Contadora réussit à mobiliser l’opinion publique internationale en faveur des solutions qu’il propose, obtenant le soutien de la CEE, puis ceux des secrétaires généraux de l’ONU et de l’OEA, ainsi que d’une quantité d’organisations ou groupes les plus divers. Contadora est rejoint, en 1985, par quatre pays qui se constituent en “Groupe d’appui” : Argentine, Brésil, Uruguay, Pérou. Il est à noter que les trois premiers viennent tout juste de recouvrer la démocratie, et que leur premier acte en politique étrangère consiste à se démarquer de Washington. Nul doute aujourd’hui que ces efforts ont éloigné la tentation nord-américaine d’une intervention militaire au Nicaragua, similaire à celle de la Grenade en 1983, ou à celle que connaîtra Panama en décembre 1989. Nul doute non plus que les efforts du groupe Contadora ont accéléré la prise de conscience par les pays d’Amérique centrale de la nécessité de prendre en charge leur destin, et ont donc facilité l’adoption en août 1987 du “Plan Arias”, qui devait accoucher de la paix au Nicaragua. Le Mexique pâtira d’ailleurs à plusieurs reprises de ses initiatives au sein de Contadora : il est difficile en effet de ne pas voir de lien de cause à effet entre les initiatives du Mexique au sein de Contadora et les durcissements périodiques de l’Administration américaine en matière de relations commerciales (boycott de certains produits). Ces mesures de rétorsion ne furent cependant pas excessives, tant il est vrai que le gouvernement M. de La Madrid, affaibli économiquement, donnait à partir de 1984 tous les gages de retour à l’orthodoxie financière souhaitée par les États-Unis et le Fonds monétaire international (FMI).

  • 3 Ce groupe, issu de l’ancien “Groupe des huit” (Contadora plus “Groupe d’appui), réunit aujourd’hui (...)

12Son successeur, Carlos Salinas de Gortari, élu en 1988, qui fit de la modernisation des structures de l’économie la priorité absolue de son administration, n’a pas pour autant signifié l’abandon de toute velléité latino-américaine. Contadora avait signifié l’abandon de l’exclusive diplomatie bilatérale (le Mexique s’était toujours distingué de ses partenaires au sein de l’Organisation des États américains), désormais impossible, pour élaborer les prémisses d’une diplomatie multilatérale latino-américaine. C. Salinas a infléchi mais poursuivi cette orientation. Dans la plus pure tradition de la diplomatie mexicaine -préserver les relations au sud afin d’avoir une meilleure position dans ses négociations avec le nord il s’est en effet attaché à cultiver le “latino-américanisme”. Il le fit en saisissant toutes les occasions de rencontres informelles avec ses homologues hors la présence des États-Unis, au moment des prises de fonctions de chefs d’État de la région ou encore en développant les structures de concertation sous-continentales (“Groupe de Rio”3). Il chercha activement (mais sans grand succès) à tenter de trouver une solution acceptable à l’inévitable transformation du régime cubain, afin que ce mythe que constitue la figure de Fidel Castro ne sombre pas dans le “nouvel ordre mondial”. Il prit l’initiative du premier “sommet ibéro-américain”, qui réunit tous les chefs d’État de la région et de la péninsule ibérique à Guadalajara en 1991. L’engagement fut pris de les réitérer annuellement (Madrid en 1992, Rio de Janeiro en 1993). Enfin, il multiplia les accords de libre-échange avec des partenaires du Sud (“Groupe des trois”, Chili, Amérique centrale, cf. infra), cherchant à jouer un rôle de pont entre les deux parties du continent. Il est vrai que cette dernière stratégie s’inscrivait aussi dans sa volonté de moderniser les structures de l’économie mexicaine.

LA RAPIDE MODERNISATION DE L’ÉCONOMIE

13Le Mexique est l’idéal type des deux modèles de développement qui se sont succédés en Amérique latine. Le premier, dit de “substitution d’importations”, fut dominant dans tout le sous continent jusqu’au début des années quatre-vingt, à l’exception notable du Chili, qui s’était, dès le milieu des années soixante-dix, employé à le démanteler. Le second, qualifié de “néolibéral” faute de vocable plus précis, est, à l’aube de la dernière décennie de ce siècle, adopté par tous les pays de la zone, quelle que soit l’appartenance politique de leurs dirigeants. Si le Mexique constitue l’idéal type de ces modèles, c’est parce que la logique interne de chacun d’entre eux n’a nulle part été poussée aussi loin que dans ce pays.

14Pendant plus d’un demi siècle en effet le Mexique a vécu à l’abri de barrières douanières très fortes, cherchant à utiliser ses richesses naturelles pour développer son industrie dans tous les domaines, en s’appuyant sur une législation très restrictive vis-à-vis des investissements étrangers. Ce modèle, par ailleurs fortement préconisé part la Cepal (Commission économique pour l’Amérique latine de l’ONU), connut sa plus forte expansion dans la décennie 1970, grâce aux ressources tirées de l’exportation du pétrole. En 1980, on recensait ainsi 1155 entreprises publiques, intervenant dans les secteurs primaire, secondaire et tertiaire. Leur principale caractéristique était d’être la plupart du temps non compétitives et d’être gérées plus en fonction de logiques politiques et clientélaires que de logiques économiques. Chaque président en effet s’assurait le contrôle de l’appareil d’État en nommant ses fidèles aux postes de commande au moment de sa prise de fonctions. La crise liée à l’endettement allait faire éclater ce modèle dès le début des années quatre-vingt.

15Le gouvernement de La Madrid, par choix ou sous la contrainte des créanciers extérieurs, s’engage dans un premier temps assez timidement dans les réformes économiques, se contentant tout d’abord de politiques assez classiques d’austérité et de maîtrise de l’inflation. Un tournant essentiel a lieu en 1986, avec l’adhésion du Mexique au GATT. La politique de désengagement de l’État dans l’économie s’accélère : réduction du déficit budgétaire, licenciements dans l’administration, privatisation de toutes les petites entreprises publiques déficitaires ou intervenant dans un secteur jugé non stratégique, libéralisation de la législation sur les investissements étrangers, pression très forte sur les salaires (près de 50 % de baisse du pouvoir d’achat de 1982 à 1988), etc.... Si cette politique favorise un temps le retour des capitaux expatriés et permet une très forte reprise des investissements étrangers (qui passent de 683 millions de dollars en 1983 à 3877 millions en 1987), elle n’assure pourtant pas un véritable redémarrage de l’économie. A la fin de son mandat, en décembre 1988, l’inflation a repris (57,7 %) et la dette s’est accrue (110 milliards de dollars).

16Son successeur, Carlos Salinas de Gortari, s’entoure d’une équipe de jeunes économistes pour la plupart formés comme lui aux États-Unis. Ministre des Finances dans l’administration précédente, il accentue la politique initiée en 1984-1985, lui donnant une toute autre dimension. Ce sont désormais des entreprises de première importance qui sont privatisées : compagnies d’aviation, sidérurgie, téléphone, pétrochimie, banques, charbon, phosphates, distribution... Ce sont plus de 900 entreprises qui sont entre 1986 (date de l’adhésion du Mexique au GATT) et 1993 revenues au secteur privé, avec un résultat financier souvent au-delà des attentes (en particulier les banques). Outre le retour conséquent de capitaux mexicains expatriés, la confiance restaurée sur les marchés financiers internationaux s’est manifestée par l’importance des investissements étrangers, le Mexique captant en 1992 60 % de la totalité des investissements étrangers en Amérique latine. Ceux-ci allaient-ils se poursuivre, les créations d’entreprises venant relayer le rachat de celles vendues par l’État ?

17L’extraction pétrolière est le seul grand secteur a être demeuré dans le secteur public, en raison de sa dimension stratégique et de sa force symbolique. Mais pour combien de temps ?... Les États-Unis exercent de très fortes pressions pour qu’il soit privatisé. Quoi qu’il en soit, la société d’État Pemex (Pétroles mexicains) a, en 1992, été profondément restructurée et divisée en quatre sociétés. Le successeur de C. Salinas pourrait éventuellement en privatiser quelques unes...

18Ces chiffres parlent d’eux-mêmes : l’État mexicain aujourd’hui n’est plus, sauf rare exception, un producteur économique. Parallèlement, il a cessé de soutenir les prix du “panier de la ménagère”, recherchant là aussi la vérité des prix. Il ne reste pratiquement que le maïs et le haricot, les deux éléments de base de l’alimentation mexicaine, à être encore subventionnés. Les protections douanières ont par ailleurs les unes après les autres été démantelées. Le taux de protection, qui varie de 10 à 20 %, est l’un des moins élevés du monde. L’appel massif aux investissements étrangers a permis un développement spectaculaire des maquiladoras, entreprises de sous-traitance installées principalement le long de la frontière nord américaine. Elles bénéficient d’avantages fiscaux considérables et ne sont pas tenues d’appliquer rigoureusement toutes les règles de la législation du travail mexicaine.

19Le domaine agricole n’a pas échappé à ce processus de changement de modèle de développement. C’était un secteur de plus en plus sinistré et en même temps apparemment intouchable. Sinistré car la petite taille des exploitations empêchait toute modernisation de la production, et le Mexique, autrefois exportateur en la matière, ne subvenait plus depuis le milieu des années soixante-dix à ses besoins alimentaires. José López Portillo comme Miguel de La Madrid s’étaient essayés sans succès à résoudre ce problème. Mais ils se heurtaient à un problème politique insurmontable. Comment remettre en cause la réforme agraire qui depuis plus d’un demi siècle avait assuré la stabilité du régime en distribuant régulièrement des terres aux paysans miséreux ? La constitution de 1917 avait instauré un droit de propriété communautaire des terres, l’ejido. C’est la communauté qui répartissait les parcelles entre ses membres. Celles-ci, de plus en plus exiguës (moins de cinq hectares pour 60 % des 85 millions d’hectares d’ejidos), n’assuraient quasiment plus l’autosubsistance de leurs exploitants. Mais la puissance symbolique de cette réforme agraire était telle que personne n’osait publiquement la remettre en cause. Là encore, C. Salinas fit preuve d’une détermination que n’avaient pas ses prédécesseurs. En 1992, l’article 27 de la Constitution fut modifié afin de permettre aux ejidatarios de vendre ou louer leurs parcelles, de leur permettre de s’associer ou d’attirer des capitaux désireux de se placer dans ce secteur.

20Les coûts sociaux d’une telle politique sont considérables. La périphérie des grandes villes se gonfle de paysans qui fuient la misère ou la restructuration des campagnes. Les privatisations et restructurations d’entreprises s’accompagnent de licenciements massifs, l’ouverture des frontières provoque la faillite de toutes les entreprises non compétitives, la réduction du déficit budgétaire et la vérité des prix des produits autrefois subventionnés se traduisent par la paupérisation de couches autrefois peu ou prou protégées. Pour éviter l’explosion sociale, le gouvernement a mis en place un Programme national de solidarité (Pronasol) financé par le produit des privatisations, vaste entreprise d’entretien de la caractéristique première du régime, à savoir le clientélisme d’État. Des incertitudes sur ce programme se faisaient néanmoins jour à la fin du mandat de C. Salinas. Il n’y avait en effet plus rien à privatiser et les incertitudes de l’économie mondiale rendaient aléatoire un financement de la solidarité par la fiscalité. Son successeur risquait donc de rencontrer des difficultés dans le champ social.

21Un tournant irréversible a donc été pris : le Mexique vit désormais en économie totalement ouverte sur l’extérieur, plus ouverte que celle des États-Unis. Cette politique lui a d’ailleurs valu au d’être le premier pays à bénéficier (juillet 1989) du “plan Brady” de renégociation de la dette. Au delà de l’effet d’annonce, important pour redonner confiance aux investisseurs internationaux, ce plan a eu pour effet d’alléger le poids du remboursement de la dette, mais non son volume. Le Mexique en a tiré la conclusion que la solution à ses maux passait par la reprise de la croissance, et que le meilleur moyen de l’assurer était de s’intégrer au grand marché nord américain créé par les États-Unis et le Canada.

22Il a en 1990 engagé des négociations globales avec Washington, qui se sont conclues en octobre 1992 par un accord, solennellement signé en décembre par les présidents des trois pays, créant un vaste marché commun en Amérique du Nord. Les États-Unis, après l’élection de Bill Clinton, tardaient début 1993 à le ratifier. L’important est ici de constater que le Mexique aujourd’hui, et ce n’est pas le moindre des changements qu’il connaît, se détache de l’Amérique latine et s’arrime chaque fois plus fortement à l’Amérique anglophone où vivent, de manière permanente ou saisonnière, plusieurs millions de ses ressortissants.

23Son ambition première, avec ses voisins du sud, semble être désormais d’œuvrer à la création de la vaste zone de libre échange de l’ensemble du continent que George Bush avait en 1990 appelé de ses vœux. Il a ainsi signé en 1991 et 1992 des accords avec le Chili, le Venezuela, la Colombie, les cinq pays d’Amérique centrale. Quelles conséquences ces mutations auront-elles dans le champ politique ?

LA LENTE MODERNISATION DU SYSTEME POLITIQUE

24Sur ce terrain aussi, les vingt années écoulées ont été capitales. En 1970, Luis A. Echeverria fut encore élu dans le cadre d’un système où tout l’espace politique était occupé par le Parti révolutionnaire institutionnel (PRI), véritable parti-État qui avait sécrété quelques partis fantoches sur ses marges, afin de donner l’illusion du pluralisme, et ne tolérait en fait qu’un parti d’opposition de droite catholique conservatrice, le PAN (Parti d’action nationale). Les élections, chacun le savait, étaient truquées, mais la majeure partie de la population s’en accommodait, puisque le système était performant dans nombre de domaines, en particulier l’éducation, la santé et l’accès aux produits de première nécessité.

25Les dramatiques événements de 1968 change les données du problème. La classe moyenne engendrée par le régime renâcle, et il apparaît que la survie du régime passe par son ouverture progressive. C’est ainsi que les trois présidents qui se succèdent de 1970 à 1988 vont tous agir sur un double terrain : celui de la modernisation de l’État et celui de la démocratisation des modalités électorales.

26La modernisation de l’État est initiée par le président José López Portillo (1976- 1982), qui entreprend une vaste réforme visant à rationaliser l’action de ce Léviathan qu’est devenu l’État mexicain. C’est en particulier sous son mandat que les entreprises publiques sont classées en grands groupes et placées sous la tutelle des ministres correspondants (auparavant elles relevaient directement du président de la République), Miguel de La Madrid poursuit dans le même sens et tente de mettre en œuvre des politiques de décentralisation, en particulier après le dramatique tremblement de terre de septembre 1985. Surtout il essaie de moraliser la fonction publique, cherchant -avec un succès mitigé- à éradiquer cette plaie de l’administration mexicaine qu’est la corruption. Enfin, et c’est probablement le changement majeur, en l’espace de dix-huit années, on est progressivement passé d’une fonction publique où la fidélité partisane constituait le critère essentiel du recrutement et du maintien dans l’emploi à une fonction publique où, dans les secteurs “modernes” (en particulier l’économie) les critères de compétence et d’efficience deviennent au moins aussi importants que l’allégeance politique. S’il faut toujours être dévoué au Président, qui contrôle l’appareil d’État et le parti, il faut aussi montrer que l’on est opérationnel. La mutation est accomplie avec Carlos Salinas de Gortari, qui fait prévaloir le professionnalisme sur le politique pour les recrutements dans tous les secteurs clés de son projet gouvernemental, sachant cependant que nul ne saurait demeurer en fonctions qui ne serait pas totalement soumis aux impulsions présidentielles.

27Celles-ci, on l’a vu, visent à réduire rapidement la dimension de l’État. Il s’agit de ne lui conserver que ses secteurs d’intervention traditionnels en régime libéral : monnaie, action sur les grands équilibres, politiques publiques limitées à un nombre restreint de domaines, etc. Il se doit dans ces domaines d’être efficace, ce qui passe paradoxalement par le renforcement de ses moyens d’intervention directe. En effet, en se dépossédant des entreprises publiques qui assuraient son train de vie comme son moyen des contrôle politique, l’État doit trouver ailleurs le moyen de continuer à être présent dans la société, en particulier dans le champ social. C’est ainsi que le Mexique, suivant en cela l’exemple chilien et avant nombre d’autres pays latino-américains confrontés au même problème, a opéré une réforme fiscale en profondeur qui a eu pour effet de faire entrer pour la première fois de manière efficace les impôts directs.

28Un secteur pourtant demeure archaïque et est l’objet d’une action beaucoup plus timide : celui du système corporatif, sur lequel est depuis plus d’un demi siècle fondé l’État mexicain. Ouvriers, paysans, fonctionnaires, artisans, commerçants, professions libérales... tous ou presque appartiennent à une corporation, qui par le biais syndical, a des imbrications dans l’appareil d’État et dans le système politique. Ce type d’organisation est aujourd’hui obsolète, ne répond plus aux aspirations des citoyens, est un frein à la modernisation de la société.

29On crut un moment que C. Salinas de Gortari s’y attaquerait, après qu’il ait engagé quelques actions spectaculaires contre plusieurs dirigeants syndicaux corrompus et aux méthodes de maffiosi. Il se contenta en fait de changer les leaders, sans toucher véritablement aux structures internes des organisations. Il est en effet vite apparu qu’elles demeuraient fonctionnelles lorsqu’il s’agissait de limiter les demandes sociales (en particulier dans le domaine salarial) ou organiser la mobilisation politique en faveur du PRI. Mais on touche là au domaine de la modernisation politique, qui est sans conteste le plus lent à s’accomplir.

30De 1970 à 1990, les réformes politiques se sont succédées, visant à permettre une véritable compétition politique au moment des scrutins et à assurer une représentation des oppositions dans les Chambres. Le Mexique est progressivement passé d’un régime de quasi parti unique à un régime pluraliste, même si ce pluralisme a du mal à s’installer dans les mœurs. En 1973, les conditions d’enregistrement des partis, afin de leur permettre de présenter des candidats aux élections, sont assouplies. En 1977, ces conditions deviennent très libérales tandis qu’une réforme de la loi électorale permet d’élire un quart des députés au scrutin proportionnel, les autres demeurant élus au scrutin majoritaire à un tour.

31En 1983 la proportionnelle est introduite pour les élections municipales. En 1986 sont instituées des commissions de contrôle pluripartite des élections. En 1987 le nombre d’élus à la proportionnelle dans la Chambre des députés est doublé (il passe de 100 à 200, le total de la Chambre passant de 400 à 500). En 1990, une nouvelle loi électorale a renforcé le pouvoir de contrôle de la régularité des scrutins par les partis d’opposition. Cette ouverture progressive du système politique a répondu à une double nécessité : satisfaire les attentes d’une classe moyenne nombreuse et d’un niveau culturel élevé dans un premier temps, permettre de faire supporter par la population les drastiques politiques d’austérité ensuite. L’offre publique de démocratie est donc venu tenter de supplanter la baisse de l’offre économique. Pourtant, elle n’a pu empêcher le véritable séisme politique des élections présidentielles de 1988.

32Celles-ci furent les premières de l’histoire électorale mexicaine a être véritablement compétitives. Contre toute attente, le candidat du PRI, Carlos Salinas de Gortari, fut mal élu. Certes, il obtint 50,36 % des suffrages contre 31,12 % à Cuauthemoc Cárdenas, candidat de diverses formations de gauche, et 17,09 % à Manuel Clouthier, candidat du PAN. L’opposition contesta les résultats avec vigueur. S’il n’est pas certain qu’il avait perdu les élections, il est en revanche probable qu’il ne les avait gagné qu’avec une faible marge d’avance par rapport à C. Cárdenas, et qu’il lui fallut trafiquer les urnes pour atteindre la majorité absolue. Ceci à une époque où toute l’Amérique latine retrouvait la pratique d’élections libres. Le Mexique devenait tout à coup le pays le moins démocratique de la région. Divers scrutins locaux (municipales ou élections de gouverneurs) furent depuis lors sujets à de violentes contestations, en particulier par une gauche qui a réussi à se fédérer au sein du PRD (Parti de la Révolution démocratique) sous la houlette prestigieuse de C. Cárdenas, ancien cacique du PRI et fils du général qui nationalisa le pétrole en 1938 et redistribua des millions d’hectares de terre aux paysans sans terre.

33Avec beaucoup d’habileté, C. Salinas a néanmoins réussi à briser l’alliance qui risquait de se nouer entre le PAN et le PRD à la Chambre des députés. Compte tenu de la faible majorité en sièges du PRI, cela aurait empêché l’adoption de toute loi importante requérant une majorité qualifiée, à un moment où il se proposait de démanteler consciencieusement l’État construit depuis la révolution du début du siècle, ce qui nécessiterait de modifier des dispositions constitutionnelles. Il y réussit en reconnaissant, pour la première fois dans l’histoire du pays, la victoire de candidats d’opposition à des élections de gouverneurs (Basse Californie en 1989, Chihuahua en 1992) ou pour des élections municipales. Mais le premier cas de figure ne bénéficia qu’au PAN, qui en contrepartie soutint toutes les grandes réformes proposées par C. Salinas. Le PRD en revanche se vit refuser la victoire, probablement effective, dans l’État de Michoacan. Tout se passe donc comme si le président actuel, obnubilé par la réalisation de son projet de modernisation de l’économie, ne voulait pas prendre le risque de le compromettre par la perte de majorité que pourrait entraîner une trop grande libéralisation politique.

34Les législatives de juillet 1991 sont d’ailleurs venues le conforter dans sa stratégie. Elles virent en effet une victoire éclatante du PRI (61,4 % des suffrages, contre 17,7 % au PAN et 8,26 % au PRD, sans qu’il soit besoin de trafiquer les résultats). Le président a recueilli les dividendes de ses succès en matière économique et de l’image de décision qu’il a su imprimer à sa gestion. Sa popularité était en effet très grande. Son audace face aux caciques syndicaux apparemment intouchables (il a ainsi contraint à démissionner deux dirigeants parmi les plus corrompus, celui du syndicat du pétrole, emprisonné après une rocambolesque attaque de son domicile par l’armée, et celui du tout puissant syndicat des enseignants), la maîtrise de l’inflation (elle passe de 51,7 % en 1988 à 18,8 % en 1991 et 11,9 % en 1992 et sera à un chiffre en 1993), la reprise de la croissance (0,5 % en 1988, 3,6 % en 1991, 2,7 % en 1992), le dialogue résolu de son administration avec toutes les associations issues de la société civile, celles-ci fussent-elles proches de l’opposition, tout cela lui a valu les sympathies d’une partie considérable d’électeurs tentés en 1988 par l’opposition. Elle lui sait gré de montrer une image résolue du pouvoir, acceptant sous sa férule de bousculer ses certitudes.

  • 4 Accord de libre échange nord-américain, ou encore NAFTA (North American Free Trade Agreement) ou T (...)

35Ainsi par exemple des relations avec l’Église, qui depuis la Révolution n’existaient officiellement pas. L’article 130 de la Constitution a été en 1991 réformé pour donner à celles-ci une existence juridique et en 1992 le Mexique a renoué des relations diplomatiques avec le Vatican. Ainsi aussi du rapport passionnel que la population entretenait avec les gringos. Chez ce peuple si profondément et depuis si longtemps méfiant vis-à-vis des États-Unis, l’idée de l’intégration au grand marché nord-américain était, au moment de la signature fin 1992 de l’Alena4, accueillie positivement par la majorité de la population.

36Quel bilan tirer de toutes ces évolutions, à l’aube de la dernière décennie du siècle ? Au plan social, le pays -comme tant d’autres en Amérique latine-continue à connaître des différences très choquantes. La crise a permis aux plus riches d’accroître leurs revenus tandis que le nombre des plus pauvres est allé grandissant On considérait fin 1992 que près de la moitié de la population souffrait de malnutrition grave, et qu’elle ne survivait que grâce aux solidarités familiales et au développement vertigineux de l’économie informelle (au moins 30 % de la population active et près de 20 % du PIB selon les estimations). La modernisation économique se poursuit à un rythme rapide, mais s’accompagne de la destruction d’un grand nombre de structures productives anciennes et les inégalités se sont aggravées malgré la reprise de la croissance. La dépendance s’est accrue vis-à-vis de l’économie nord américaine, dans la mesure où la complémentarité des deux économies, déjà très nette avant la création de l’Alena, ne pourra que s’accroître avec le processus d’intégration en cours. Il sera plus que d’autres soumis aux aléas de la croissance du puissant voisin. Au plan politique enfin, le régime semble en panne de démocratie, incapable (ou non désireux) de répondre aux aspirations au pluralisme et à l’alternance qui se manifestent dans des secteurs croissants de la société. Le paradoxe est que ces demandes n’arrivent pas à se traduire dans les schémas classiques de la compétition politique partisane. Le PRD a chuté électoralement et n’arrive pas à se créer des relais dans la société civile. Il demeure entièrement dépendant de son président, C. Cárdenas, comme le PRI l’est de C. Salinas. Les nouvelles forces qui sourdent de la société civile se détournent des partis. Comment alors opérer la “démocratisation” du régime, inévitable pour des raisons tant internes qu’externes ? Celui-ci peut-il se passer de partis ? Ces derniers n’apparaissent finalement ici, comme dans le cas des États-Unis, que comme des machines électorales au service d’un candidat aux élections. Le régime, qui a souvent montré hier et montre encore aujourd’hui son étonnante capacité d’adaptation ou de transformation, qui arrive à sécréter des élites jeunes et iconoclastes, ne respectant aucun tabou, pourrait à nouveau surprendre...

37Avril 1993

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bailey, John, Gomez, Leopoldo, “The PRI and Political Liberalization”, Journal of International Affairs, 43(2), hiver 1990.

Bizberg, Dan, “Ouverture commerciale, marché du travail et relations industrielles”, Problèmes d’Amérique latine, 5, avril-juin 1992.

Brachet-Marquez, Viviane, “Explaining Sociopolitical Change in Latin America : The Case of Mexico”, Latin American Research Review, 27(3), 1992.

Cornelius, Wayne, Gentleman, (Judith), Smith, (Peter H.), ed., Mexico’s Alternative Political Futures, La Jolla : Center for US-Mexican Studies, University of California, San Diego, 1989.

Couffignal, Georges, - “Mexique : un tournant irréversible ?”, L’état du monde 1993, Paris, La découverte, 1992.

Couffignal, Georges, “Mexique : des élections ‘pas commes les autres’”, Revue Politique et Parlementaire, 91 (940), mars-avril 1989.

Durand, Jorge, Massey, Douglas S., “Mexican Migration to the United States : A Critical Review”, Latin American Research Review, 27(2), mai-août 1992 ;

Foley, Michael W., “Agenda for Mobilization : The Agrarian Question and Popular Mobilization in Contemporary Mexico”, Latin American Research Review, 26(2), mai-août 1991.

Gomez-Tagle, Silvia, “Las estadisticas electorales de la reforma política”, Cuadernos del Centro de Estudios Sociologicos, 34 (1990), El Colegio de Mexico.

Health, John R., “Further Analysis of The Mexican Food Crisis”, Latin American Research Review, 27(3), 1992.

Husson, Michel, “La modernisation libérale de l’économie mexicaine”, Problèmes d’Amérique latine, 2, juillet-septembre 1991.

Loaeza, Soledad, El llamado de las urnas, Mexico, Cal y Arena, 1989.

Loaeza, Soledad, “Mexique : construire le pluralisme”, in Couffignal, George, (sous la dir.), Réinventer la démocratie : le défi latino-américain, Paris, PFNSP, 1992.

Pécaut, Daniel, Prévôt Schapira, Marie-France, “La recherche d’une nouvelle légitimation : le Programme national de solidarité”, Problèmes d’Amérique latine, 5, avril-juin 1992.

Revel-Mouroz, Jean, “Révolution saliniste et intégration économique aux Etats-Unis”, in Etienne E., Gilbert, Revel-Mouroz, Jean, ed., Economies d’Asie et d’Amérique latine : changements de cap, Genève, Olizane-Cram-Iheal, 1993.

Segovia, Rafael, “El PRI : las nuevas circunstancias”, Cuadernos de Nexos, 27, sept. 1990.

Tarres, Maria Luisa, “Middle-Class Associations and Electoral Opposition”, in Foweraker, Joe, Craig, A. L., Popular Movements and Political Change in Mexico, Boulder, Colorado, Lynne Rienner, 1990.

Notes

1 Les premières années qui avaient suivi la longue Révolution mexicaine (1910-1917) avait vu les militaires occuper le devant de la scène. Ce fut l’un des leurs, le général Cárdenas, qui dans les années trente réussit à les faire durablement rentrer dans les casernes. L’équipement de l’armée est aujourd’hui faible et souvent obsolète. La situation géographique du Mexique rend d’ailleurs la fonction de défense quasi superflue. Au nord, les États-Unis ont une puissance militaire telle que le Mexique ne pourrait résister à une éventuelle intervention armée. Au sud, le Belize et le Guatemala sont tous deux trop petits pour pouvoir envisager un conflit militaire avec le Mexique. L’armée n’a donc qu’une fonction de maintien de l’ordre à l’intérieur en cas de troubles graves, comme en 1968 et dans les quelques années postérieures où tentèrent de s’implanter des mouvements de guérilla. De même, depuis le début des années quatre-vingt, avec les flux de réfugiés guatémaltèques au Chiapas, ce furent toujours des militaires qui furent “élus” gouverneurs de cet État. La soumission de l’armée au pouvoir civil est assurée par le bon niveau de salaire des militaires, qui sont à ce titre des privilégiés de la fonction publique, par un poids réel dans les équipes gouvernementales, et, au niveau symbolique, par la présence silencieuse et au garde-à-vous d’un officier derrière le président de la République chaque fois que celui-ci prononce un discours public.

2 Le Front sandiniste de libération nationale a réitéré en juillet 1979, avec la bienveillance -une fois que l’issue du régime était inéluctable- de Jimmy Carter, l’exploit de Fidel Castro à Cuba en 1959, à savoir renverser par les armes un dictateur. Cet événement eut un écho considérable en Amérique latine, légitimant les guérillas partout où elles existaient.

3 Ce groupe, issu de l’ancien “Groupe des huit” (Contadora plus “Groupe d’appui), réunit aujourd’hui treize pays et engage es qualité des négociations avec d’autres partenaires pluri-étatiques, comme la CEE. Cf G. Couffignal, “le système interaméricain après la guerre froide”, Z. Laïdi (dir.). L’ordre mondial relâché : sens et puissance après la Guerre froide, Presses de la FNSP, 2ème édition, 1993, pp. 209-236.

4 Accord de libre échange nord-américain, ou encore NAFTA (North American Free Trade Agreement) ou TLC (Tratado de Libre Comercio).

Auteur

Professeur à l’Université de la Sorbonne nouvelle-Paris III (Institut des hautes études de l’Amérique latine)/CREDAL

© Éditions de l’IHEAL, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540