Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mexique à l’aube du troisième millénaire

 | 
Marie-France Prévôt Schapira
, 
Jean Revel-Mouroz

Deuxième partie. Économie et territoire : les enjeux de l'ouverture

Chapitre 6. La nouvelle frontière : au cœur de l’intégration aux États-Unis

Jean Revel-Mouroz

Texte intégral

1La signature en décembre 1992 de l’Accord de Libre Échange de l’Amérique du Nord - Alena - ratifié depuis par les pouvoirs législatifs du Mexique et du Canada et soumis par le président Clinton au Congrès nord-américain avant la fin 1993, ouvre pour les quinze prochaines années la perspective d’un espace économique unique, intégrant Canada, États-Unis, Mexique, où les flux de capitaux, de marchandises, de services, et indirectement de main d’œuvre, seraient régulés. L’Alena, combiné avec l’organisation progressive du libre-échange avec les pays de l’Amérique latine, dans le cadre de l’initiative Bush de 1990 (Enterprise for the Americas), fournirait à une puissance économique nord-américaine moins sûre d’elle-même un champ où affirmer son hégémonie face à la concurrence des pôles japonais et européens.

  • 1 Degré d’ouverture régional : exportations vers la région + importations depuis la région/ ΡIΒ.

2L’Alena vient accélérer une intégration de l’économie mexicaine à son voisin du Nord qui est déjà une réalité : les deux tiers du commerce extérieur mexicain se font avec les États-Unis. Le commerce bilatéral a atteint 49,3 milliards de dollars en 1992, mais avec un déficit croissant pour le Mexique (avec - 11,4 milliards, il a presque doublé en un an). Le Mexique est le troisième partenaire commercial des États-Unis, après le Japon et le Canada. Son degré d’ouverture régionale, 21,7 % en 1990, manifeste l’intensité des échanges existants.1

  • 2 Source : Department of Commerce US, cité dans El Financiero 25/2/1992.

3La polarisation économique entre les deux pays n’est pas à sens unique. Le Mexique constitue en effet un marché croissant pour les exportations nord-américaines ; deux États, le Texas et la Californie, en fournissent à eux seuls 60 %. En outre le Mexique est le premier client extérieur du Texas (29 % des exportations de cet État) et de l’Arizona (19 %), le deuxième client du Michigan (8 %), le troisième de la Californie (8 %).2 Le vote des représentants du Texas au Congrès, en faveur des négociations de l’Alena, trouve ici l’une de ses explications.

4Cette forte présence de trois États du Sud-Ouest dans la relation commerciale avec le Mexique est un indice de l’existence d’un vaste ensemble géographique transfrontalier, caractérisé par l’intensité des relations économiques, mais aussi démographiques, culturelles, où la frontière internationale Mexique-États-Unis, sur quelques 3 200 kms, joue le rôle d’interface et cristallise les flux dans un chapelet de villes jumelles.

5Dans cette interrelation, la dissymétrie est flagrante quand on compare les poids économiques en présence : à lui seul l’État de Californie a un produit brut trois fois supérieur à celui du Mexique tout entier, et le produit du seul comté de San Diego dépasse celui de l’ensemble des États frontaliers mexicains (Basse Californie, Sonora, Chihuahua, Coahuila, Nuevo Leon, Tamaulipas).

6Toutefois à l’échelle nationale mexicaine, les six États frontaliers ont un poids économique équivalent à la moitié du bloc District fédéral/État de Mexico.

LE PRODUIT INTERNE BRUT PAR ÉTATS EN 1990

LE PRODUIT INTERNE BRUT PAR ÉTATS EN 1990

Source : Distribución de la Población y Desarrollo en México. Manuel Urbina Fuentes et Adolfo Sanchez Almanza. Comercio Exterior vol 43 n° 7 1993

TERRITOIRE ET INTERNATIONALISATION. VERS UNE BANALISATION DU MODELE PIONNIER FRONTALIER ?

  • 3 Cohen, Manuel Perlo, “Exploring the Spatial Effects of the Internationalization of the Mexican Eco (...)

7Le Nord du Mexique est devenu une zone d’articulation privilégiée avec l’espace économique des États-Unis, dès le régime de Porfirio Diaz et l’instauration d’un capitalisme moderne, à la fin du xixe siècle. Mais la zone de la frontière Nord n’est pas la seule à avoir développé des liens étroits avec l’économie internationale : Mexico, les pôles touristiques côtiers l’ont également fait. On est finalement étonné que malgré sa contiguité avec les Etats-Unis, le Mexique n’ait pas été plus intégré à ce pays et que son économie n’ait pas constitué un simple appendice de celle de son voisin du Nord.3 Le plus spécifique de la frontière, ce sont la variété sectorielle et l’intensité des relations, et le renouvellement du système d’intégration aux Etats-Unis depuis un siècle. Autre caractéristique, l’extension géographique du système qui, au delà de la bande frontalière elle-même, englobe directement l’espace sur 3 à 400 kms de profondeur, et même s’articule au-delà avec certaines régions intérieures. Ainsi le marché nord-américain des fruits et légumes dicte depuis au moins quatre décennies l’organisation du secteur agro-exportateur dans l’État du Sinaloa et le Sud du Sonora, du financement à la distribution, et ceci à partir des centres financiers et logistiques de Γ Arizona.

8Toutefois la création de la zone franche frontalière de Basse Californie en 1933, son extension à certains périmètres du Sonora, le régime particulier d’importations et les facilités données aux résidents dans une bande frontalière de 20 kms de profondeur, la création en 1965 d’un statut hors-douane pour l’industrie sous-traitante d’exportation (maquiladoras) dans cette même zone, ont concentré des avantages fiscaux et réglementaires dans une frange frontalière plus restreinte, découplée du régime commun en vigueur dans le reste du territoire mexicain.

9Dans quelle mesure une intégration globale du type Alena est-elle susceptible de banaliser la frontière où même d’en rompre le dynamisme ? Déjà le régime de zone franche de la Basse Californie devrait disparaître avec l’Alena, et les industries d’assemblages perdre à moyen terme leur statut particulier. Or il s’agit-là des deux bases les plus importantes de l’accumulation et de l’emploi frontaliers.

RECONQUETE SILENCIEUSE ET ESPACES MIGRATOIRES

  • 4 Bustamante, Jorge, “Undocumented Migration from Mexico to the United States : Preliminary finding (...)

10L’enjeu démographique est au cœur des relations Mexique-États-Unis. La migration mexicaine illégale est ainsi une question récurrente que les autorités nord-américaines considèrent comme relevant de leur doctrine de sécurité nationale. J. Bustamante4 souligne le paradoxe d’une gesticulation politique sur le thème “nous avons perdu le contrôle de nos frontières”, exploité par les républicains lors de la première campagne présidentielle de Ronald Reagan, alors que la tendance démographique pose le problème d’un vieillissement de la population américaine et que bon nombre d’experts soulignaient que pour l’économie les avantages de l’immigration l’emportaient sur ses effets négatifs. A l’époque les chiffres de 7 et même 12 millions d’immigrants illégaux aux Etats-Unis, dont la majorité de mexicains, étaient lancés par les médias américains.

  • 5 espaldas mojadas, “épaules mouillées”, migrants traversant à la nage le Rio Bravo, alambristas, mi (...)

11La suppression du programme officiel nord-américain des Braceros à partir de 1965, qui jusque là avait permis à des centaines de milliers de mexicains de travailler chaque année temporairement dans l’agriculture aux États-Unis, avait effectivement été suivi d’un boom de la migration illégale. Les espaldas mojadas, alambristas, ilegales, indocumentados5, transitaient par la frontière, formant une population flottante nombreuse dans les villes - points de passage, Tijuana voyant à elle seule passer plus de la moitié du flux. Le nombre des travailleurs illégaux (dont une partie passe la frontière non clandestinement, mais avec un statut de touriste, de visiteur) pouvait être évalué approximativement en appliquant un coefficient au nombre d’illégaux arrêtés et expulsés par les services nord-américains.

MEXICAINS EN SITUATION ILLÉGALE “DÉPORTÉS” DES ÉTATS-UNIS

MEXICAINS EN SITUATION ILLÉGALE “DÉPORTÉS” DES ÉTATS-UNIS

Source : Secretaría de Relaciones Exteriores, dans : Présidence de la République Panorama du Mexique, juillet 1992 p. 63 (données arrondies)

12Après plusieurs projets avortés, l’Immigration Reform and Contral Act (IRCA), de 1986, ou Loi Simpson-Rodino, entendait à la fois régulariser sous certaines conditions (présence permanente depuis au moins 1982) la situation des immigrants déjà présents aux États-Unis, avec un volet spécifique pour les travailleurs agricoles, et réduire les flux futurs, en introduisant une répression des employeurs d’illégaux. Les mexicains ont représenté 1,2 million (70 %) des 1 745 000 étrangers pour lesquels l’amnistie était applicable, et 1 060 000 (80 %) des 1 300 000 travailleurs agricoles concernés par la régularisation.

13Mais après un tassement temporaire attribuable à cette régularisation partielle, la migration structurelle vers les États-Unis tend aujourd’hui à retrouver son rythme annuel antérieur, avec trois millions de passages illégaux si l’on en croit la Border Patrol américaine qui estime qu’à chaque arrestation correspondent deux passages réussis, une même personne pouvant tenter plusieurs fois sa chance.

14A l’encontre d’autres nationalités, le flux mexicain est fait d’allers-retours complexes entre les principaux États d’origine (en particulier le Centre-Ouest, Jalisco, Michoacan, Guanajuato) et les grandes agglomérations américaines (en premier lieu Los Angeles, mais aussi Houston, Dallas,...). Tout un réseau migratoire fondé sur des liens de parenté, sur des solidarités d’origine, a structuré depuis plusieurs décennies un espace transfrontalier. Sur la frontière joue un mécanisme de guidage, passage et remise aux employeurs, dont les organisateurs/intermédiaires, les polleros, extorquent des centaines de dollars à chaque migrant.

  • 6 Bean, Frank D. ; Edmonston, Barry ; Passel, Jeffrey S. (ed) Undocumented Migration to the United S (...)

15Si la question de la migration illégale agite un pays comme les États-Unis, pourtant fondé sur l’immigration, c’est que derrière se profile la question du changement d’origine de la migration légale, avec les problèmes d’identité ethnique et culturelle qu’elle pose. Alors que dans les années cinquante 70 % des immigrants venaient d’Europe et du Canada, dans les années quatre-vingt les Asiatiques et originaires d’Amérique latine et des Caraïbes comptèrent pour 75 % des immigrants, ceux-ci devenant “plus visibles”6 ; la migration légale mexicaine variait annuellement entre 75 000 et 90 000 personnes, soit environ 15 % du total de l’immigration légale aux États-Unis.

  • 7 Boquet, Yves, “Le recensement américain de 1990 : organisation et premiers enseignements” Historie (...)

16Sur 248 709 000 personnes recensées en 1990 aux États-Unis, la minorité hispanique compte pour 9 % ; sa croissance est la plus rapide, après celle des asiatiques : elle passe de 14 608 000 en 1980 à 22 354 000 en 1990, soit +53 %, et elle pèse plus du tiers de l’accroissement total du pays. Le recensement aurait en outre sous-évalué de 5,27 millions la population totale, dont quelques 1 240 000 Hispaniques (du fait de très grosses erreurs, notamment en Californie, au Nouveau Mexique) ; de plus une portion des other races est en réalité d’origine mexicaine ou antillaise.7

17La proportion d’Hispaniques est ainsi de 38 % au Nouveau Mexique, 26 % en Californie et au Texas, 13 % dans le Colorado. L’aire métropolitaine de Los Angeles, avec plus de 2,5 millions d’Hispaniques, inclut une communauté culturelle de la taille de Guadalajara ou de Monterrey. La population d’origine mexicaine compte 13 500 000 personnes (5,4 % de la population totale), dont 74 % résident en Californie et au Texas. Cette concentration permet de parler d’une “reconquête silencieuse” des territoires autrefois espagnols puis mexicains, perdus en 1848.

18Sur la frontière même, dans les comtés américains, le différentiel de croissance, de 1980 à 1990, entre population d’origine mexicaine (+49,5 %) et population d’autre origine (+ 20,2 %) confirme que le processus de mexicanisation se poursuit par le double jeu d’une fécondité encore plus forte et de la migration internationale et aussi interne : dans les zones les plus agricoles(Imperial, Yuma, Cameron..) il y a même substitution de population, les résidants d’origine non mexicaine diminuant en chiffres absolus.

POPULATION D’ORIGINE MEXICAINE DANS LES COMTÉS FRONTALIERS LES PLUS PEUPLÉS (1990)

POPULATION D’ORIGINE MEXICAINE DANS LES COMTÉS FRONTALIERS LES PLUS PEUPLÉS (1990)

Sources : population Census of USQ 1980, 1990.

19Les comtés au long du Rio Grande (Rio Bravo pour les Mexicains), ont une population “mexicaine” dans une proportion de 50 à 90 % ; ces pourcentages diminuent en Arizona, et en Californie, mais le nombre de “Mexicains” est comparable à El Paso et à San Diego.

CROISSANCE DE LA POPULATION DES COMTÉS AMÉRICAINS ET MUNICIPES MEXICAINS DE LA FRONTIERE

CROISSANCE DE LA POPULATION DES COMTÉS AMÉRICAINS ET MUNICIPES MEXICAINS DE LA FRONTIERE

Sources : Population Census of the USA 1980, 1990 et Censo General de Población y Vivienda, Mexico, 1980, 1990. * milliers de personnes
Tableau adapté de Roberto Ham Chande “La participación de la población de origen mexicano en el crecimiento demográfico de la frontera entre Mexico y Estados Unidos”.
COLEF. communication au Congrès de population de Veracruz. avril 1992.

Un Nord frontalier attractif

20De part et d’autre de la frontière il est remarquable que, globalement, les populations des comtés américains et municipes mexicains croissent à des taux assez proches (+29,6 % au Nord, +31,0 % au Sud) ; l’hypothèse que nous faisons est que l’émigration mexicaine explique partiellement cet équilibrage, le sous-enregistrement de la population flottante sur la frontière mexicaine jouant dans le même sens.

21La population des États frontaliers mexicains accroît sa part dans la population du Mexique, 15,9 % en 1960 et 16, 3 % en 1990, soit 13,2 millions d’habitants (13,9 selon les données corrigées) ; les migrations internes ont plus que compensé l’impact d’une fécondité diminuant plus rapidement que dans le reste du pays.

POPULATION DES PRINCIPAUX MUNICIPES ET COMTÉS FRONTALIERS (1990)

POPULATION DES PRINCIPAUX MUNICIPES ET COMTÉS FRONTALIERS (1990)

Source : Population Census of USA 1980, 1990 et Censo General de Publicación y Vivienda, Mexico 1980, 1990. Tableau adapté de Roberto Hame Chande.

  • * Population corrigée : population résidente au 30 juin de l’année du recensement, avec correction e (...)

ÉVOLUTION DE LA POPULATON DES ÉTATS FRONTALIERS (1960-1990) POPULATION CORRIGÉE*

ÉVOLUTION DE LA POPULATON DES ÉTATS FRONTALIERS (1960-1990) POPULATION CORRIGÉE*

Tableaux simplifiés et complétés d’après Rodolfo Corona Vázquez “Nota critica : principales caractérísticas demográficas de la zone fronteriza del norte de México”
Colef. Frontera Norte, vol 3, n° 5, janvier-juin 1991 pp. 151-156, tableau 1.

22Des États frontaliers, seul le Coahuila a en 1990 un bilan migratoire négatif au niveau national (différence entre le stock des personnes résidant dans un État mais nés en dehors de celui-ci, et le stock des natifs de cet État résidant dans d’autres), ce qui est attribuable à la crise des zones agricoles de la Laguna et à la reconversion difficile de la région sidéro-charbonnière. Au niveau national, la Basse Californie et le Nuevo Leon arrivent respectivement au second et troisième rang (derrière l’État de México, où se desserrent les activités et les population métropolitaines) pour l’attraction nette ; le Tamaulipas, le Chihuahua et le Sonora se classent respectivement 6e, 7e et 8e. Les États frontaliers concentrent ainsi une population migrante nationale de 2,9 millions de personnes, face aux 5,9 millions attirés par le District fédéral et l’État de Mexico, et aux 824 000 captés par le Jalisco/Colima..

STOCK DES MIGRANTS INTER ÉTATS SELON LE LIEU DE NAISSANCE (1990)

STOCK DES MIGRANTS INTER ÉTATS SELON LE LIEU DE NAISSANCE (1990)

Sources : INEGI, Censo de población, 1990.

La Frontière, porte “à double battant”

  • 8 Duran Arp, Jorge “Migrations internationales dans l’Ouest du Mexique ; conditions sociales, politi (...)

23La Frontière Mexique-États-Unis est connue comme un lieu de migrations alternantes intenses : migration des consommateurs, des touristes, des travailleurs. En 1989 le seul flux Sud-Nord représentait 209 millions de passages annuels (dont 35 % de citoyens américains). Les “ports” d’entrée aux États-Unis de la frontière mexicaine arrivent bien avant ceux de la frontière américano-canadienne, et New York. Les flux Tijuana-San Diego (63 millions), Ciudad-Juarez-El Paso (42 millions), Nuevo Laredo-Laredo (28 millions) et Mexicali-Calexico (25 millions) devancent ainsi Detroit-Windsor (22 millions). La Frontière apparaît comme une “porte à double battant”8, avec ses flots de piétons et d’automobiles, et non comme un rideau de fer hermétique, bien que matériellement celui-ci existe sous la forme d’un mur de tôles, à Tijuana.

  • 9 Zepeda Miramontes, Eduardo, “La Frontera Norte y el Tratado de Libre Comercio : Efecto y Desarroll (...)

24La totalité de la population mexicaine de la frontière n’a pas accès au territoire américain, du moins légalement. Selon les estimations, seuls 51 % des résidents à Ciudad Juarez, 34 % à Nuevo Laredo, 43 % à Tijuana, possédaient un visa pour franchir la frontière9, ce qui aboutissait à une segmentation partielle de l’espace commercial, et un accès sélectif aux produits américains, encore que la contrebande et la libéralisation progressive des biens de consommation abolissent la frontière entre produits.

25Bien que les marchés du travail ne soient pas unifiés, le travail aux États-Unis des frontaliers mexicains est une source de revenus salariaux très importante dans les villes de la frontière mexicaine : 19,5 % des salaires à Tijuana, 13,2 % à Ciudad Juarez, 14,4 % à Nuevo Laredo, alors que les frontaliers ne représentent respectivement que 7,8 %, 4,7 % et 5,1 % des travailleurs urbains. Cela signifie une injection supplémentaire de pouvoir d’achat et de chiffre d’affaire pour les commerces et services locaux, 79 % des dépenses des frontaliers se faisant au Mexique. Pour les villes nord-américaines, cela signifie un abaissement des coûts pour les activités employant les travailleurs mexicains à bas salaire et faiblement syndicalisés, ainsi qu’un potentiel de consommateurs non négligeable.

  • 10 Alegria, Tito, “Ciudad y Transmigración en la Frontera de México con Estados Unidos”, Frontera Nor (...)

26Le nombre des travailleurs frontaliers illégaux ou légaux (“commuters” ou “cartes vertes”), résidant dans les municipes frontaliers mexicains, mais allant travailler régulièrement aux États-Unis, aurait augmenté de 66 % entre 1980 et 1990 (87 300 contre 52 800).10 Cette population inclut des résidents jouissant de la nationalité américaine. Dans ces mouvements pendulaires, la quasi totalité des frontaliers vont travailler dans le comté immédiatement limitrophe.

27A moyen terme, si la croissance du nombre de frontaliers est probable, leur dynamique apparaît plus limitée, plus encadrée que celle des autres secteurs liés au différentiel de coûts : travailleurs des maquiladoras et travailleurs des services dans les villes mexicaines mêmes.

Métropoles binationales et villes jumelles de la frontière

  • 11 Weeks, John R. ; Ham-Chande, Roberto, (ed), Demographic Dynamics of the US-Mexico Border. The Univ (...)

28La Frontière est le lieu d’une collision culturelle qui a créé un environnement de fortes interrelations qui vont à la fois du Nord au Sud et du Sud au Nord.11 Cette frontière est du point de vue démographique une région distincte : depuis les années trente, des deux côtés la population frontalière a augmenté plus fort que les moyennes nationales respectives. Mais cette population frontalière n’est pas homogène, et il y a une grande variété de conditions socio-économiques.

29La croissance urbaine sur la Frontière Mexique-États-Unis a donné naissance à de véritables agglomérations métropolitaines binationales dont les plus importantes San Diego-Tijuana (environ 3,5 millions d’habitants) et El Paso-Ciudad Juarez (environ 1,5 million). Leur singularité tient à une évolution commune associant disparités, coopération et transculturation, aux contrastes des niveaux de vie et des équipements urbains.

30L’évolution récente de l’activité de production, avec le boom des industries maquiladoras, a créé de nouveaux besoins et multiplié les infrastructures. A la simplicité de la ville mexicaine “au service” des trafics frontaliers légaux et illégaux se substitue une complexité de fonctions, et donc une hétérogénéité croissante des équipements et de l’habitat, une concentration des investissements dans les infrastructures spécifiques aux industries exportatrices et à la population qui en dépend directement (parcs industriels, écoles professionnelles, centres commerciaux, programmes de logements subventionnés...), telle la “nouvelle ville industrielle” de Tijuana.

31La ville jumelle nord-américaine surimpose elle aussi des équipements liés à la transnationalisation de son économie tant au niveau de la production industrielle (zones industrielles, centres de stockage et redistribution) que de l’attraction des consommateurs mexicains avec les centres commerciaux du type “Mall” aujourd’hui imités du côté mexicain.

32La prépondérance de tel ou tel secteur d’activités permet de distinguer parmi les villes mexicaines des États frontaliers celles à profil industriel (Saltillo, Monterrey, Reynosa, Piedras Negras, Nogales) ou très industriel (Matamoros, Monclova, Ciudad Acuña, Ciudad Juarez), et celles où les fonctions tertiaires l’emportent très nettement (Ensenada, Mexicali, San Luis Rio Colorado, Hermosillo, Nuevo Laredo).

33Sur la frontière l’emprise spatiale des districts irrigués contraste avec la faiblesse relative des résidents occupés dans l’agriculture : en 1990 quelques 45 000 pour le district du bas Rio Colorado (Mexicali et San Luis), à peine plus de 3 000 dans le district de Juarez, environ 25 000 dans le district du bas Rio Bravo.

LA POPULATION ACTIVE DES VILLES DU NORD FRONTALIER 1990

LA POPULATION ACTIVE DES VILLES DU NORD FRONTALIER 1990

Tableau élaboré à partir de : INEGI. Censo de Población 1990

LA DYNAMIQUE DES RÉSEAUX INDUSTRIELS TRANSNATIONAUX

34La frontière Nord est la zone où la délocalisation de l’industrie transnationale s’est opérée massivement ; les réseaux transfrontaliers qui en résultent se combinent aujourd’hui à d’autres réseaux industriels exportateurs, concernant les secteurs de l’automobile et de l’électronique, et étendent le modèle exportateur “post-fordiste” et de production flexible à l’ensemble du Nord mexicain, avec des antennes plongeant de plus en plus loin vers le sud.

35Depuis la création de leur régime spécial en 1965, les industries d’assemblage en sous-traitance pour l’exportation, les maquiladoras, ont constitué un secteur à part dans l’industrie mexicaine. Du côté mexicain le statut de zones bénéficiant de franchise des droits à l’importation et exportation, et la possibilité d’un capital 100 % étranger leur ont été appliqués. Du côté nord-américain, marché quasi exclusif, grâce aux articles 9802.00.80 et 9602 00 80 (anciens articles 806 et 807) du code douanier américain, des droits ne sont perçus, pour les produits intégrant des pièces d’origine nord-américaine, que sur la valeur ajoutée réalisée au Mexique, constituée majoritairement de bas salaires.

36Troisième fournisseur des États-Unis en 1990, après le Canada et le Japon, le Mexique conserve cette troisième place pour les importations nord-américaines relevant de l’article 980 200 080, et se hisse à la seconde pour les importations hors taxes.

LA SOUS-TRAITANCE MEXICAINE DANS LES IMPORTATIONS DES ÉTATS-UNIS 1990

LA SOUS-TRAITANCE MEXICAINE DANS LES IMPORTATIONS DES ÉTATS-UNIS 1990

Sources : U.S. TTC (1991) UNSIS, Comtrade.

37Les dévaluations du peso mexicain des années quatre-vingt, ramenant les salaires au niveau d’un huitième de leurs homologues aux États-Unis, ainsi que la stratégie générale des transnationales de délocaliser leurs unités de production, ont provoqué un boom des maquiladoras.

COUT HORAIRE DES OUVRIERS DE PRODUCTION DANS L’INDUSTRIE EN 1990 INDICE DES ÉTATS-UNIS = 100

COUT HORAIRE DES OUVRIERS DE PRODUCTION DANS L’INDUSTRIE EN 1990 INDICE DES ÉTATS-UNIS = 100

Source : “International Comparison of Hourly Compensation Costs for Production Workers in Manufacturing. 1975-90”. U.S. Department of Labor, Bureau of labor Statistics, November 1991, Report 817.

  • 12 Selon SECOFI (ministère du Commerce et du Développement industriel) 30/5/90. ; Claude Bataillon, J (...)

38En dix ans, de 1983 à 1993, le nombre d’entreprises a été multiplié par 3,5, celui des salariés par 3,6. Dans une décennie de crise, de récession et de recul de nombreuses branches industrielles, le secteur des industries maquiladoras a été le seul à créer massivement des emplois : 389 000 emplois industriels. Il représente aujourd’hui 1,5 % de la population économiquement active mexicaine et 17,4 % de l’emploi du secteur industriel manufacturier.12 Après un pallier au moment de la guerre du Golfe et du creux de l’économie américaine qui ont réduit la demande, il semble reprendre sa croissance, à un rythme plus faible cependant ; face au retard dans la ratification de l’Alena, certains investisseurs attendent de connaître les règles qui s’appliqueront à leurs industries.

39En mars 1993, l’industrie maquiladora comprenait 2 148 établissements, employait 539 838 personnes et versait en salaires 795 millions de pesos (nouveaux), soit 255 millions de dollars, par mois. Elle exportait mensuellement pour 5,9 milliards de pesos, dont 1,4 milliards de valeur ajoutée mexicaine, répartie entre salaires (56 %), fluides et services (25,6 %), intrants mexicains (1,3 %), bénéfices (12,9 %). La valeur ajoutée de ce secteur est passée de 850 millions de dollars en 1982 à 2,3 milliards en 1988 et 4,7 milliards en 1992. En termes nets, c’est le secteur des maquiladoras qui contribue le plus à équilibrer la balance courante du Mexique.

ÉVOLUTION DE L’INDUSTRIE MAQUILADORA 1989-1992

ÉVOLUTION DE L’INDUSTRIE MAQUILADORA 1989-1992

Source : INEGI. “Industria Maquiladora de Exportación. Avance de Información Económica. décembre 1991 et juin 1993. Pesos anciens.

GRAPHQUE 1. EVOLUTION DE L’INDUSTRIE MAQUILADORA (1975-1992) ENTREPRISES ET TRAVAILLEURS

GRAPHQUE 1. EVOLUTION DE L’INDUSTRIE MAQUILADORA (1975-1992) ENTREPRISES ET TRAVAILLEURS

40Les branches les plus représentées sont celles de l’électronique et des équipementiers automobiles, qui dépassent largement aujourd’hui les industries plus traditionnelles du vêtement ou des jouets.

41L’industrie maquiladora a fonctionné comme modèle pionnier pour l’ouverture et la nouvelle stratégie exportatrice mexicaine. Parmi les principaux arguments avancés pour défendre son statut dérogatoire, ceux de la création d’emplois et de l’attraction de devises demeurent valides. Alors que le tourisme est souvent présenté comme seconde source de devises du Mexique, après les exportations courantes, on constate qu’en valeur ajoutée et en solde exportateur les maquiladoras l’emportent depuis 1985 et jouent ainsi un rôle important dans le rétablissement des équilibres macro-économiques.

42Le poids relatif des maquiladoras dans la captation de devises s’est accru sur la frontière même alors que le bilan des “transactions frontalières”, comprenant les dépenses effectuées de part et d’autre par les consommateurs de biens et services des deux pays s’est détérioré aux dépens du Mexique ; l’effet des dévaluations du peso renchérissant les achats aux États-Unis et rendant attractifs la consommation au Mexique a été gommé par la politique monétaire de surévaluation. Les dépenses des mexicains au Nord (4 milliards de dollars en 1992), croissent plus rapidement que les dépenses des nord-américains au sud de la frontière. (2,l milliards en 1992). Ce solde est négatif (- 1,9 milliards) alors qu’il y a vingt ans il était positif. Seule à court terme une forte dévaluation de la monnaie mexicaine pourrait renverser cette tendance.

LES MAQUILADORAS DANS LES ÉCHANGES EXTÉRIEURS MEXICAINS EN MILLIARDS DE DOLLARS

LES MAQUILADORAS DANS LES ÉCHANGES EXTÉRIEURS MEXICAINS EN MILLIARDS DE DOLLARS
  • hors maquiladoras

Note *
Sources : Banco de Mexico. “La Economía mexicana, 1991” et “Evolución de la economía mexicana en 1992”, Banco Nacional de México “Industria maquiladora de exportación”, 1991, et Comercio Exterior février 1993, “Las maquiladoras en México en vísperas del TLC” p. 160.

L'EMPLOI DANS L'INDUSTRIE MAQUILADORA (1991)

L'EMPLOI DANS L'INDUSTRIE MAQUILADORA (1991)

Source : “Monthly Scoreboard” Twin Flant News vol 7 n° 1 Aout 1991 page 68.

MAQUILADORAS : POIDS RELATIF DES SECTEURS INDUSTRIELS EN 1990 (en %)

MAQUILADORAS : POIDS RELATIF DES SECTEURS INDUSTRIELS EN 1990 (en %)

Intériorisation et intégration des maquiladoras

43En mars 1993, sur 2 148 maquiladoras, 1810 (84,3 %) sont situées dans les États frontaliers, 554 à Tijuana, 273 à Ciudad Juarez, 144 à Mexicali, 94 à Matamoros, 73 à Reynosa, 5 64 à Nogales, 54 à Nuevo Laredo., 338 dans les États non frontaliers. L’ordre change pour le nombre de travailleurs : sur un total de 539 838, 465 393 (86,2 %) sont dans les États frontaliers : 136 465 à Ciudad Juarez, 73 971 à Tijuana, 37 366 à Matamoros, 34 318 à Chihuahua, 30 884 à Reynosa, 20 301 à Mexicali, 19 217 à Nogales, et 15 989 à Nuevo Laredo, 74 445 dans les autres États.

44La saturation des parcs industriels et l’insuffisance de main d’œuvre limitent temporairement l’expansion des zones les plus importantes et les plus anciennes comme à Ciudad Juarez et à Nogales ; ailleurs sur la frontière du Nord-Est (Nuevo Laredo, Reynosa), la gestion corporatiste et le caciquisme syndical ont eu à plusieurs reprise un effet de dissuasion vis à vis des entrepreneurs. Le gouvernement mexicain à entrepris de faire sauter ces verrous, imposant ainsi aux centrales syndicales en 1990 l’exclusion des potentats locaux de Matamoros et de Reynosa. La priorité aux exportations et le soutien des maquiladoras provoquent ainsi une recomposition des systèmes politico-territoriaux locaux.

45Les maquiladoras ont été également un facteur majeur dans le changement de la société et des modèles familiaux sur la frontière. Leur personnel ouvrier d’assemblage est essentiellement constitué de femmes jeunes (16 à 25 ans), ce qui a bouleversé la structure du salariat frontalier. En 1980 le personnel des maquiladoras était à 90 % féminin. Avec les nouvelles générations d’industries, exigeant un nouveau type de personnels plus qualifiés, et pour répondre à une pénurie de main d’œuvre, les entreprises embauchent de plus en plus d’hommes ; pratiquement les seuls à occuper les postes de gérants, ingénieurs, techniciens, ils sont maintenant largement présents sur les chaînes : au niveau ouvrier, il y a en 1993 180 000 hommes et 260 000 femmes (59 %).

46Un processus d’articulation entre le secteur des maquiladoras et celui des entreprises industrielles étrangères plus classiques établies au Mexique, s’est développé dans la dernière décennie, avec une intensité particulière dans certains secteurs industriels (électrique, électronique et plus récemment équipementiers automobiles), et au bénéfice de quelques certaines pôles géographiques spécialisés.

47Les plus grandes facilités douanières et fiscales données par les décrets de 1983 et de 1989 sur les maquiladoras, la déconcentration des démarches au niveau local, se sont conjugués avec les avantages relatifs d’une main d’œuvre plus stable et d’un meilleur climat social, et d’un milieu d’insertion dont la culture industrielle antérieure peuvent compenser l’éloignement des États-Unis, en particulier les coûts supplémentaires de transport.

48L’intériorisation touche d’abord les États frontaliers eux-mêmes, en dehors de la frange frontalière proprement dite.

  • 13 Cf. Mexico Business Monthly, El Paso, mars 1993, p. 14.

49Ainsi l’État de Nuevo Leon qui comptait en 1987 36 maquiladoras employant 4 657 personnes, a à la fin de 1992 92 maquiladoras avec 18 514 travailleurs. La métropole régionale Monterrey profite de sa culture industrielle et de son système réputé de formation technique ; les entreprises nord-américaines y trouvent notamment des possibilités de recherche/développement pour leurs produits comme l’illustre pour les produits électroniques les projets conjoints de Motorola avec l’Institut technologique de Monterrey.13

50Dans le Sonora, entre 1986 et 1990 les municipes non frontaliers ont augmenté leur participation dans l’emploi des maquiladoras de l’État(38 400) de 6,4 % à 29,7 % alors que la ville frontalière de Nogales perdait son rôle de pôle d’attraction, en raison de la crise locale des services et des infrastructures ainsi que de la trop forte rotation de la main d’œuvre (12 % par mois en moyenne).

TABLEAU : LOCALISATION DES MAQUILADORAS

TABLEAU : LOCALISATION DES MAQUILADORAS

Source : “Monthly Scoreboard” Twin Plant News El Paso, vol 7 n° 1 Août 1991 p. 68

51Dans ces deux États, tout comme en Basse Californie, les gouvernements locaux ont mis en place une politique de promotion pour attirer les investisseurs étrangers, en particulier dans les États nord-américains voisins : Texas, Arizona, Californie.

52Dans le Chihuahua, la capitale de l’État (Chihuahua) et un réseau de villes moyennes (Cuauhtémoc, Delicias,..) relaient maintenant Ciudad Juarez.

La maquiladora gagne le Centre-Ouest

53La capitale du Jalisco, Guadalajara, deuxième ville du Mexique, a d’abord attiré un fort noyau d’entreprises de l’électronique non-maquiladoras (IBM, Kodak, Hewlett Packard, Wang...) qui ont elles-mêmes promu des fournisseurs locaux capables de produire des composants de qualité et de livrer “juste à temps”. Par exemple Compbur a quarante fournisseurs localisés dans l’État, et Mitel soixante-dix.

  • 14 Castel, Odile, “Industries et modernisation : les cas de Guadalajara et de Cuernavaca au Mexique”, (...)

54Dans un second temps, le secteur matériel électrique et électronique s’est enrichi de grandes maquiladoras (General Instrument, Motorola, Unisys, Shizuki Electronica...), la majorité d’entre elles intégrées avec d’autres firmes étrangères installées dans la région qui les fournissent en composants. En 1987, 22 % des intrants des maquiladoras de l’État de Jalisco étaient achetés au Mexique alors que ce pourcentage n’était que de 3 % pour l’ensemble des maquiladoras de l’électronique.14

  • 15 Jorge I. Rionda. “La Industria maquiladora de exportación en Guanajuato”. Comercio Exterior, vol 4 (...)

55L’intériorisation se poursuit dans l’État de Guanajuato qui comptait en 1991 29 maquiladoras en fonctionnement, concentrées dans les villes de Leon et d’Irapuato. Différence avec celles du Nord, ces maquiladoras sont dans les secteurs “traditionnels” du cuir/chaussures, de la confection, et de l’alimentation (où l’on retrouve les filiales de multinationales américaines comme General Foods et Green Giant).15 Avec l’Alena ce type d’industrie pourrait se diffuser dans l’ensemble des zones agricoles du Bajio.

L’interdépendance : une délocalisation qui maintient des emplois aux États-Unis ?

56Les maquiladoras sont souvent présentées comme facteur de diminution de remploi aux États-Unis et les exemples de délocalisation dans l’automobile et l’électronique, depuis les États-Unis, abondent. Toutefois le réseau des sièges, des fournisseurs et des clients de leur production intermédiaire absorbe également un emploi dépendant directement de cette activité délocalisée.

57A Tijuana, 42 % des maquiladoras sont apparentées à une entreprise de San Diego où 15 % des entreprises industrielles travaillent avec celles-ci. En Arizona, 4 % de la population industrielle de Tucson et 1,3 % de sa PEA.(soit 3 000 personnes) sont directement liées à l’activité de la maquiladora mexicaine. A El Paso (Texas) un emploi sur huit ou neuf dépend directement (5 000) ou indirectement (8 200) de la maquiladora. Une étude sur les maquiladoras de Ciudad Juarez a démontré cette interdépendance qui touche sélectivement certains États nord-américains, le Texas venant en tête (4 900 des 210 000 emplois dépendants chez les fournisseurs des maquiladoras).

58Des études menées par la Wharton et par le Département du Travail du gouvernement nord-américain ont montré que l’élimination du programme des maquiladoras aurait un effet négatif sur l’emploi aux États-Unis où, selon ces estimations, il y avait en 1988 132 000 emplois dans 426 entreprises américaines apparentées aux maquiladoras, 73 000 emplois dans 550 entreprises achetant les produits des maquiladoras, 171 000 emplois dans 780 grands fournisseurs des maquiladoras.

L’Accord de libre échange remet-il en cause le système des maquiladoras ?

59Que se passera-t-il pour les trois éléments clé du système ?

  • par rapport au statut actuel hors douane, l’Alena, avec la suppression des taxes douanières et ses règles d’origine banalisera les maquiladoras ; mais une période de transition leur restera avantageuse, la libération tarifaire se faisant par paliers ;
  • la relance économique attendue de l’entrée en vigueur de l’Accord, devrait pousser à une hausse des coûts salariaux et diminuer ainsi l’avantage comparatif du Mexique par rapports à d’autres pays assembleurs. Mais l’intégration interindustrielle et l’organisation logistique qu’elle promeut pourront bénéficier à plein de la continuité territoriale.
  • le traité devrait affranchir les maquiladoras de la limitation d’accès au marché mexicain (limite de 50 % des ventes annuelles qu’a fixée le règlement mexicain de 1989). On peut en attendre à la fois une concurrence plus forte avec certaines industries non maquiladoras, mais aussi à une intégration croissante en tant que fournisseurs de biens intermédiaires pour certains pôles industriels intérieurs. Les actuelles maquiladoras devraient incorporer plus de composants mexicains, mais la question de la régularité dans la qualité et l’approvisionnement n’est pas encore résolue dans les entreprises mexicaines.

60Quant à un changement dans la localisation des maquiladoras (en 1992 encore 84 % d’entre elles sont situées dans la zone frontière), si l’Alena devrait augmenter les investissements étrangers directs, l’amélioration des infrastructures de transport conditionne le glissement vers l’intérieur, où les infrastructures sont moins saturées, la rotation des travailleurs inférieure, les salaires plus faibles. Les grandes places frontalières devraient continuer leur propre conversion à des activités de plus haute technologie et plus grande valeur ajoutée. La différenciation des places frontalières en fonction de leur position stratégique de premier ou deuxième niveau devrait s’affirmer : l’exemple de la maintenance aéronautique s’installant à Tijuana est un bon exemple de cette évolution.

61L’origine des capitaux et firmes qui s’est partiellement diversifiée dans les années quatre-vingt avec l’arrivée des Asiatiques et des Européens, peut évoluer sous la contrainte des règles d’origine imposées par l’Alena, vers l’installation d’industries japonaises, coréennes, taïwanaises plus nombreuses, à condition qu’elles accroissent elles-mêmes la part d’intégration de produits mexicains avant d’exporter aux États-Unis.

62Dans le développement du système industriel de sous-traitance, les différentiels de coûts salariaux, le rapport dollar/peso et la conjoncture du marché américain ont été jusqu’ici les éléments clés. Le degré de stabilité du système dépend de la combinaison de ces trois variables, définissant des cycles de prospérité, de boom ou de stagnation.

63A l’échelle nationale l’industrie maquiladora a été un facteur majeur de redéfinition du rapport de force secteur privé/public, industrie transnationale/industrie nationale, ainsi qu’un facteur de déconnexion entre sous-systèmes régionaux et système national.

Reconversion et nouveaux réseaux industriels

64Les industries traditionnelles du Nord frontalier sont en reconversion depuis dix ans et participent du mouvement de globalisation/ intégration internationale. Le rôle majeur de l’accès à la technologie pour rester à un niveau de compétitivité internationale passe par des mécanismes d’association, de co-investissements avec des partenaires étrangers, nord-américains bien sûr, mais aussi européens.

  • 16 Maria de L.A. Pozas “Reestructuración Industrial en Monterrey”. Friedrich Ebert Stiftung. Document (...)

65A Monterrey (cf. ci-dessous) Vitro s’associe avec Whirlpool pour l’électroménager et développe un centre de recherche/ développement, les ciments Cemex achètent des cimenteries américaines en Californie, le groupe Alfa s’associe avec des entreprises italiennes et japonaises pour créer de nouvelles usines de tôles.16

66Cette stratégie est possible là où les entreprises disposent de ressources financières, par leur capitalisation en bourse et par la reconstitution de groupes industriels/financiers lors de la reprivatisation de la banque mexicaine (1990-1992).

  • 17 Cf. Mexico Business Monthly El Paso, Juin 1992.

67Le réseau industriel le plus novateur est celui de l’automobile. L’expansion de l’industrie automobile mexicaine, dominée par les entreprises étrangères installées dans le centre du Mexique pour approvisionner un marché intérieur protégé, culmina en 1981 quand le secteur automobile produisit 584 000 unités. A partir de là, l’industrie automobile traverse une grave crise sous l’impact combiné de l’effondrement du marché interne et d’un grave manque de productivité. A partir de 1982 l’industrie se réoriente, se modernise, dans le cadre d’une stratégie exportatrice vers le marché américain. Il s’agit de l’accélération d’un processus amorcé en 1979/81 quand des usines de moteurs et certains équipementiers américains vinrent s’établir dans le Nord du Mexique pour faire face à la concurrence japonaise. En 1992 les “Big Three” (General Motors, Chrysler, Ford) ont quelques 60 usines d’assemblage et de pièces détachées au Mexique, plus 150 établissements de sous-traitants. General Motors, avec 56 000 employés, est le premier employeur privé. En 1991 le Mexique a produit un million de voitures et camions et exporté environ 400 000.17

68Restructuration des entreprises et relocalisations ont été de pair. Les nouvelles usines s’installent dans les États du Nord : General Motors et Chrysler dans le Coahuila, à Ramos Arizpe, Ford dans le Chihuahua (ville de Chihuahua) et dans le Sonora, (Hermosillo), Renault vient dans le Durango (Gomez Palacio), mais ferme son ancienne usine du Hidalgo, Nissan à Aguascalientes, et tout récemment Mercedes dans le Nuevo Leon, à Monterrey.

  • 18 Koido, Akihiro, “US-Japanese Competition and Auto Component Maquilas”. communication au Seminario (...)
  • 19 Jorge Carrillo. “Maquilización de la Industria Automotriz en Mexico. De la Industria Terminal a la (...)

69Parallèlement un réseau dense d’équipementiers exportateurs, filiales des grands groupes, ou sous-traitants, quadrille les villes de la frontière puis l’intérieur des États frontaliers. L’assemblage de toute une gamme d’équipements pour l’automobile (sièges, câblage électrique, tableaux de bord, air conditionné..) occupe la première place dans l’industrie maquiladora. L’industrie automobile devient un moteur économique et l’instrument d’une organisation transnationale renouvelant les bases de l’industrie du Nord mexicain. Le Chihuahua devient ainsi la “Vallée du câblage électrique” (Wiring Harness Valley), où unités de General Motors et équipementiers japonais colonisent les villes moyennes à partir de Ciudad Juarez et Chihuahua.18 Les avantages décisifs de cette grande région mexicaine du Nord sont le coût moins élevé de la main d’œuvre, certes, mais aussi la non syndicalisation, (ou la complaisance de syndicats “maisons” ou peu représentatifs des bases), qui a facilité l’instauration d’une nouvelle organisation du travail et le recrutement d’un nouveau type de travailleur. C’est sans doute-là l’explication de la venue de Ford à Hermosillo, avec une usine à la pointe de la technique. Un processus d’automatisation et de mise en place de systèmes flexibles est en développement dans tout le secteur automobile. Ceci se traduit également par une plus grande professionnalisation des travailleurs, un changement marquant par rapport au type d’industrie maquiladora présent jusque là.19

QUELS NOUVEAUX SCHÉMAS RÉGIONAUX ?

70La nouvelle géographie des États frontaliers se dessine à partir d’une trame d’infrastructures, avec la forte contrainte d’un potentiel hydraulique restreint. Dans cette trame quelques pôles d’intégration majeurs, sur la frontière même (San Diego/Tyuana-Ensenada-Mexicali, ou El Paso-Ciudad Juarez), où décalés vers l’intérieur (Monterrey-Saltillo) augmentent leur complexité, face à un archipel d’unités économiques et urbaines plus éclatées dans le Sonora, le Coahuila, le Tamaulipas.

  • 20 Les fondements d’une région Frontière Nord sont analysés d’un point de vue historique et socio-éco (...)

71Ce n’est que par approximation que l’on parle d’une “région de la frontière”.20 car même si l’on retrouve partout les mêmes dynamiques migratoires, industrielles, commerciales, et le même type de relations asymétriques entre villes jumelles, l’étendue du système, l’organisation Nord-Sud des relations et la pluralité des centres de décision fragmentent encore cet ensemble géographique.

  • 21 Birdsall, Stephens S. ; Florin, John W., Regional Landscapes of the United States and Canada John (...)

72De même du côté nord-américain, la Southwest border area comme le rappellent Birdsall et Florin,21 est d’abord une “région triculturelle de la frontière” marquée par la coexistence des cultures américaine-hispanique, américaine-indienne et”anglo”. Plus que l’aridité, c’est cela qui caractérise un territoire au sud d’une ligne San Francisco, las Vegas, Santa Fe, Austin.

Communications, énergie, eau

  • 22 Selon Gustavo Garza, coordinateur de l’Atlas de Nuevo Leon, juin 1993.

73La double logique du marché interne (Mexico) et du marché nord-américain (le Nord) structure la répartition du flux général de l’investissement étranger industriel. Ce qui est déterminant dans la localisation, ce ne sont pas tant les coûts du transport lui-même (environ 2 % des coûts de production), que la disponibilité du produit, la rapidité et la ponctualité dans les approvisionnements,22 conditions que cumulent les États frontaliers ; leur avantage est renforcé par la politique d’infrastructures de communications (autoroutes, réseaux de télécommunication) du gouvernement mexicain actuel, soutenu par les investisseurs privés, avec la réalisation des axes rapides Laredo et Colombia-Monterrey-Tampico, Ciudad-Juarez-Chihuahua, Nogales-Hermosillo-Guaymas, Tijuana-Mexicali. Les projets de gazoduc approvisionnant la Basse Californie à partir du réseau Texas-Arizona, de voie ferrée reliant le port d’Ensenada au réseau américain, de canal de navigation côtière entre le Texas et le Tamaulipas vont dans le même sens. Localement la multiplication des ponts et postes de franchissement de la frontière doit assurer la fluidité nécessaire à une production reposant sur le juste à temps et la réduction des stocks.

74Un autre facteur central, l’eau, conditionnant la croissance du Nord frontalier mexicain, mais aussi des pôles d’activité de la South west border area est plus problématique. La pression des différents types d’usagers sur les ressources hydrauliques se fait de plus en plus forte ; le jeu combiné de la pénurie, de la détérioration de la qualité de la ressource et de la hausse des coûts d’accès pourrait pousser plusieurs secteurs économiques à se relocaliser dans des zones où l’eau est plus abondante et son coût plus faible.

  • 23 Sanchez, Roberto, “Cambios climáticos globales en el norte de México. El caso del agua”, Ciencia, (...)
  • 24 Metzner, Clifton G. (ed), Water Quality Issues of the California-Baja California Border Region, Sa (...)

75Le Sud de la Californie, entre Los Angeles et San Diego, dépend à 90 % d’importations d’eau venant du Nord de l’État et du rio Colorado. Une compétition intra-nationale et transfrontalière entre Californie, Arizona, Basse Californie et Sonora se développe pour l’usage de cette ressource. Au tournant des années quatre-vingt/quatre-vingt dix, une sécheresse persistante en Californie a réduit les surfaces cultivées et obligé à des restrictions dans la consommation urbaine. Alors que le Valle Imperial devait réaliser de coûteux équipements de modernisation de son système de canaux pour diminuer infiltrations et évaporation, et partager sa ressource avec les comtés urbanisés côtiers, des entreprises agricoles nord-américaines louaient des terres dans le district d’irrigation mexicain du Valle del Colorado, pour des cultures intensives en une eau dont le prix était quinze fois inférieur par rapport à celui au Nord de la frontière. C’est là le type d’agromaquila susceptible de se diffuser au sud de la frontière et de gagner des zones mieux dotées hydrauliquement.23 Plus à l’Est, El Paso et Ciudad Juarez, prévoient un doublement ou un triplement de leur consommation pour l’an 2000, et se proposent, sans concertation, de puiser dans le même aquifère, à la jonction du Texas, du Nouveau Mexique et du Chihuahua.24

76Pour Monterrey, la retenue el Cuchillo, sur le rio San Juan, va doubler l’approvisionnement déficitaire actuel de la ville (10 m3/s), et laissera une marge pour l’expansion urbaine jusqu’à l’an 2000. Au-delà les solutions envisagées (pompage dans le Rio Bravo ou dans des barrages du Tamaulipas), posent le problème d’une concurrence avec les districts d’irrigation.

Des pôles d’intégration

LE TRIANGLE SAN DIEGO/TIJUANA-MEXICALI-ENSENADA

  • 25 Portais, Michel, “La vallée de Mexicali : un satellite agricole de la Californie ?” ORSTOM Cahiers (...)
  • 26 San Diego Economic Bulletin, Greater San Diego Chamber of Commerce, juillet 1991.

77”Allons nous, avec l’intégration du Mexique dans le grand marché nord-américain, vers la constitution d’un espace totalement éclaté, sans cohésion régionale, où les principales entreprises économiques et les évolutions culturelles seraient les fruits de forces externes, liées à des réseaux financiers, de décisions et d’information de toutes sortes.. ?” s’interrogeait Michel Portais à propos du cas précis de la Basse Californie, qu’il voyait plutôt comme s’intégrant dans une entité régionale nouvelle, un grand territoire californien.25 Cette entité régionale transfrontalière californienne nous semble déjà constituée pour les secteurs du tourisme, de l’industrie, et même une partie du marché du travail ; elle englobe ce triangle San Diego/Tijuana-Mexicali-Ensenada qui a une position stratégique dans les relations économiques Mexique-États-Unis, et Amérique -Japon. San Diego est d’ailleurs devenu le troisième lieu d’investissement japonais dans l’immobilier, aux États-Unis, après Honolulu et Los Angeles.26 Banques et “twin plants” japonaises s’y concentrent.

DYNAMIQUE D’INTÉGRATION DU GRAND NORD/CENTRE-OUEST

DYNAMIQUE D’INTÉGRATION DU GRAND NORD/CENTRE-OUEST

78Les groupes locaux mexicains fondés sur le commerce, la spéculation immobilière, les activités touristiques, doivent compter pour les investissements d’envergure sur les centres de décisions extérieurs, Mexico, Monterrey et Guadalajara pour les grands groupes mexicains, Los Angeles, San Diego pour les américains, Tokyo, Séoul et Hong Kong pour les asiatiques. Ce pôle d’intégration n’est pas autonome.

79Ainsi les plus grands complexes touristiques existants (Bajamar) ou projetés (une chaîne de marinas le long de la côte de la péninsule), associent un groupe de Guadalajara à des financiers nord-américains, les intérêts locaux étant minoritaires. C’est encore Guadalajara et Monterrey que l’on retrouve pour les investissements récents dans l’industrie lourde (acier, verre, ciment). Les grandes maquiladoras récentes sont nord-américaines, mais aussi japonaises, coréennes, et dépendent de filiales ayant leur siège dans le grand Los Angeles ou à San Diego. Dans le plus grand projet en cours de réalisation, l’unité de maintenance d’avions jumbos à Tijuana, le principal groupe local recourt au financement d’investisseurs de Hong Kong.

80Parallèlement aux industries maquiladoras, des industries lourdes visant un marché régional, des deux côtés de la frontière, trouvent à Mexicali l’avantage de la proximité de Los Angeles et d’une grande disponibilité en eau et électricité. C’est ce qui explique, au moment où la sidérurgie mexicaine est en pleine reconversion, l’ouverture en 1993 d’une aciérie électrique, un “mini mill”, dépendant du groupe SIDEK de Guadalajara. Utilisant l’électricité de la géothermique de Cerro Prieto et la ferraille venant de Californie, cette usine doit exporter et approvisionner également Guadalajara.

81La Basse Californie mexicaine, qui dispose encore d’espace est un enjeu pour des infrastructures de transport international au service de la “grande Californie”. Face à la congestion de l’aéroport international de San Diego, les autorités locales du comté ont proposé au Mexique la création d’un aéroport binational, à l’exemple de celui de Genève ou de Βâle, qui réunirait en une unité d’opération une ancienne piste militaire américaine et l’actuel aéroport de Tijuana, localisé le long de la frontière même. Mais jusqu’ici les autorités mexicaines n’ont pas donné suite.

  • 27 D’après les données fournies par la Secretaría de Desarrollo Económico du gouvernement de Basse Ca (...)

82Au contraire le projet de modernisation du port d’Ensenada, comme complément de celui de Los Angeles est envisagé favorablement des deux côtés, ce qui dynamiserait l’économie régionale. Les activités portuaires d’Ensenada sont déjà conditionnées par les décisions et les besoins nord-américains, dans un sens positif ou négatif : le port de pêche subit une baisse d’activité, frappé par l’embargo des États-Unis, principal marché, sur le thon, et la condamnation des méthodes de pêches mexicaines. Le port de tourisme connaît au contraire un flux ascendant de bateaux de croisière venant de Californie (382 000 passagers en 1992). Mais c’est la révolution du transport maritime, où le transport en vrac est remplacé par les bateaux porte-conteneurs, qui donne un rôle stratégique à Ensenada. Comme de Californie à New York il faut 3,5 jours par terre, contre 12 par le canal de Panama, où ne peuvent passer les bateaux, au-delà de 4 000/5 000 unités, le trafic se détourne vers les ports de la côte Ouest ; là s’opère également un transfert de charge dans le flux Asie- ports Pacifique de l’Amérique latine qui ne reçoivent que des bateaux plus petits. Le trafic de la côte Ouest des États-Unis devrait passer de 161 millions de tonnes en 1990, à 258 millions en 2000 et 601 millions en 2020. San Pedro (Los Angeles) qui assure la moitié du trafic des conteneurs, a des problèmes d’extension de capacité. Dans ce contexte, Ensenada, à 8 heures de navigation, pourrait, une fois sa capacité augmentée, jouer un rôle de complément.27 Pour le trafic commercial, Ensenada vise des niches de marché : port de transfert entre le Sud du Mexique et de l’Amérique latine et l’Asie, port intermodal entre les États-Unis et l’Asie, et port approvisionnant les industries asiatiques installée en Basse Californie et Sonora. Déjà les pièces automobiles japonaises destinées à des maquiladoras, et à la Ford d’Hermosillo, arrivent à Ensenada (et non à Guaymas). C’est par Ensenada que sont expédiés les conteneurs fabriqués par le groupe coréen Hyundaï, installé à Tijuana.

LE NORD-EST : RECONVERSION ET INTERNATIONALISATION

83Dans le Nord-Est (Coahuila, Nuevo Leon, Tamaulipas), le territoire se recompose, avec une relative stabilisation des activités sur la frontière même (de Ciudad Acuña à Matamoros), une crise persistante dans la zone sidérurgique et charbonnière, un redéploiement industriel en passe de réussir dans le corridor Monterrey-Saltillo.

MONTERREY, DE LA CRISE A LA RENAISSANCE

84Monterrey, qui en 1982, au moment où la banqueroute menaçait le Mexique avait environ 6 000 entreprises industrielles et 280 000 travailleurs, a dû surmonter une crise profonde. L’endettement en dollars des grands groupes, comme ALFA, les mena au bord d’une faillite évitée grâce à une garantie de risques de change par l’État. Symbole de la sidérurgie régiomontaine, l’entreprise Fundidora ferma en 1986, laissant la marque tragique des friches industrielles en pleine agglomération.

85Le poids du produit industriel de Monterrey/Nuevo Leon, qui était de plus de 10 % du produit industriel mexicain à la fin des années soixante-dix, est retombé à 8,8 % dans les années quatre-vingt. Depuis 1989 reprise et ralentissement se succèdent, aussi est-il prématuré de conclure à une reconversion industrielle achevée et réussie, car des secteurs ne vont pas bien comme la métalmécanique et l’électronique.

86La recherche de marchés et la nécessité de se moderniser (organisation et technologie) pour être compétitif amenèrent l’industrie “régiomontaine” à croître par absorption d’entreprises mexicaines et étrangères, par association avec ces dernières, et à s’orienter plus vers l’exportation. Au bout d’une décennie, l’internationalisation est bien avancée : Vitro a acquis Anchor Glass aux États-Unis, Cemex a acheté Sunbelt Enterprises aux États-Unis et deux compagnies espagnoles. Les “joint-ventures” se multiplient, comme Vitro avec Samsonite et Whirlpool, FEMSA avec Coca Cola, le groupe industriel Ramirez avec Asia Motors et Volvo, Alfa avec Eastmann Kodak.

LES GRANDS GROUPES DE MONTERREY

LES GRANDS GROUPES DE MONTERREY

Source : Expansión 12 mai 1993
Ventes et capital : en millions de nouveaux pesos, au 31 décembre 1992 (1 nouveau peso = 1 000 anciens pesos)

87Les groupes régiomontains poursuivent leur concentration et intégration verticale en rachetant des entreprises mexicaines en difficulté ou privatisées : Femsa a racheté la Moctezuma (brasseries), Cemex en a fait de même avec Cementos Guadalajara et Cementos Hidalgo, Imsa avec les aciers plans de Monterrey, le groupe Villacero avec la sidérurgie Sicartsa. Le tissu industriel piloté par Monterrey recouvre tout le Mexique.

88Parallèlement de grandes compagnies étrangères s’installent dans des secteurs porteurs : Northern Telecom pour le téléphone, Carrier Corp pour la recherche/développement pour l’air conditionné. Mercedes Benz vient construire des autobus.

  • 28 D’après Mariano Montera Zubillaga, Secretaría de Desarrollo Económico del Estado de Nuevo Leon, en (...)

89Le Gouvernement de l’État de Nuevo Leon promeut cette internationalisation28 par un dialogue politique et économique : la réunion des gouverneurs des États frontaliers du Mexique et des États-Unis, en 1993, a donné lieu à la “déclaration de Monterrey”, qui affirme la volonté d’action commune. Une intégration régionale est recherchée avec le Texas, les dirigeants et décideurs du Nuevo Leon prenant la tête de l’ensemble Coahuila, Tamaulipas et même Chihuahua. Les réunions au niveau des maires (Austin, San Antonio, Monterrey, Sautilla, Dallas, Houston, Ciudad Juarez..) révèlent les enjeux de pilotage de cette collaboration inter États, et des clivages entre San Antonio et Austin face à Houston et Dallas.

90Les projets portent sur des infrastructures au niveau régional, pour relier les centres industriels (le canal côtier Texas/Tamaulipas) et sur la collaboration entre centres commerciaux et de service, comme Monterrey et San Antonio. Alors que le Texas a multiplié par trois son commerce avec le Mexique, Monterrey peut jour un rôle de centre de services et de distribution dans cette relation.

91Le profil de l’industrie de Monterrey se modifie, en direction de la sous-traitance et de biens de consommation durables.

92Comme dans le Nuevo Leon, 50 % des établissements industriels sont dans la métalmécanique et fabriquent des pièces, la sous-traitance pour d’autres secteurs apparaît comme la solution pour une reprise : la sous-traitance se fait en direction des maquiladoras dans le Nuevo Leon même (où la maquiladora incorpore 22 % d’intrants locaux, alors que la moyenne nationale n’est que de 2 %) mais aussi vers Ciudad Juarez. Dans l’industrie automobiles, ce qui manque à Monterrey, c’est la phase terminale d’assemblage ; d’où l’effort pour faire venir ce type d’industrie comme Mercedes Benz, installée, comme Daïwo (Corée) en négociation, ou encore Chrysler que l’on essaie d’attirer. Monterrey fait valoir par rapport à d’autres villes mexicaines, sa position, sa culture industrielle. D’autres projets concernent l’industrie de l’équipement ménager, où Whirlpool a déjà beaucoup investi en association avec Vitro. L’avenir ce sont également les industries avancées de l’aéronautique, les projets visant la construction d’avions légers et d’hélicoptères(avec Bell), pour le marché latino-américain.

93La stratégie globale est d’utiliser la main d’œuvre qualifiée et formée existante, ainsi que la base des petites et moyennes entreprises, de fabriquer avec une forte valeur ajoutée, d’être concurrentiel sur les marchés globaux afin d’exporter, enfin de faire venir des industries propres et qui ne soient pas grandes consommatrices d’eau.

94Les fonctions de nœud central de commerce et services se renforcent. Avec la reprivatisation de la banque mexicaine, Monterrey a étendu son emprise sur le secteur financier. Elle contrôle deux des trois plus grandes banques mexicaines (Bancomer et Serfin), plus du tiers du capital comptable bancaire mexicain, et réalise 42 % des bénéfices du système financier national en 1992. A l’heure de l’Alena elle n’est pas mal placée, par rapport à des banques américaines plus liées à une gestion régionale qu’à des réseaux nationaux.

  • 29 The News, Mexico, 11 juin 1993.

95Monterrey s’affirme comme le centre nerveux de chaînes commerciales déjà anciennes (drugstores Benavides) ou récentes (supermarchés Soriana, dont le siège a été transféré de Torréon à Monterrey), comme un nœud logistique majeur pour le commerce de gros et les services avec les entrepôts des compagnies étrangères entrant au Mexique pour y distribuer leurs gammes de produits (comme General Electric) ou pour y organiser des réseaux de magasins franchisés(comme Diamond Shamrock, de San Antonio, Texas). Monterrey participe ainsi à la dynamique de la franchise, qui depuis 1989 a vu naître quelques 4 000 magasins de détail au Mexique, avec un investissement d’un milliard de dollars.29

96Déjà pôle organisateur d’un réseau national de formation d’ingénieurs et de gestionnaires d’entreprises, avec son Institut Technologique (ITESM) créé en 1943 par ses groupes privés, et qui joue un grand rôle dans la reproduction des élites de la bourgeoisie mexicaine, Monterrey développe une activité de services professionnels aux entreprises (par exemple pour l’ingénierie de systèmes, à l’échelle nationale).

LE COAHUILA, UN SYSTEME ECLATE

  • 30 Davila, Alejandro, “Los efectos de la Apertura Comercial en la Frontera Mexico-USA”, Universidad d (...)

97On distingue deux types de régions dans le Coahuila, celles qui sont frappées par la crise comme les zones de la sidérurgie et du charbon, ou de l’agriculture irriguée de la Laguna, et les régions dynamiques avec création d’emplois, sur la frontière (Ciudad Acuña et Piedras Negras) et à Saltillo et Ramos Arizpe. En trois ans la sidérurgie de Monclova (Ahmsa), qui a été privatisée, a perdu 12 000 emplois, et comme la maquiladora ne permet pas de reconvertir cette main d’œuvre, on observe des migrations vers Saltillo et Ramos Arizpe.30 Cette région s’est ouverte dans les années quatre-vingt à l’industrie automobile ; à Ramos Arizpe, il y a 7 000 emplois directs dans les usines de moteurs de Chrysler (moteurs) et de General Motors assemblage et moteurs). Chrysler va délocaliser à Saltillo une partie de la production de son usine du centre du Mexique Le contenu d’intégration régionale est élevé grâce à un réseau de sous-traitants ; ainsi la Cifusa, du Groupe Industriel de Saltillo Gissa fabrique dans ses trois usines des monoblocs et les vend à toutes les usines de moteurs du Mexique (Ford, Chrysler, General Motors) et ouvre une nouvelle usine pour approvisionner l’Allemagne (Volkswagen). Ainsi se constitue un corridor industriel de l’automobile se prolongeant jusqu’à Monterrey.

EL PASO/JUAREZ

  • 31 D’après les données de “El Paso Chamber of Commerce” pour 1989.

98C’est à El Paso/Ciudad Juarez que la symbiose entre villes jumelles de grande taille est sans doute la plus poussée et où l’interdépendance est la moins asymétrique. Si Ciudad Juarez est la grande ville de la maquiladora, du fait de la conjonction du dynamisme de groupes mexicains locaux et de la solidarité de partenaires locaux à El Paso, le Mexique est “la mine d’or d’El Paso” ; 20 000 emplois y sont liés directement ou indirectement aux maquiladoras du Chihuahua, le secteur financier y est particulièrement actif du fait des dépôts mexicains dans ses banques (plus de 700 millions de dollars en 1988), 20 % de l’activité immobilière et jusqu’à 30 % des ventes des centres commerciaux dépendent des acheteurs mexicains. L’autre pilier du dynamisme régional, c’est le secteur militaire nord-américain. A la fin des années quatre-vingt, les bases de Fort Bliss, White Sands, Holloman, et les industries sous contrat (Rockwell, United Technologies, Martin Marrietta, Honeywell..) injectaient un milliard de dollars par an dans l’économie régionale ; 150 000 personnes dépendaient de la Défense (militaires, retraités, employés civils, ouvriers..).31

  • 32 Slosse, Geneviève, “EPJAZ, Coopération dans un désert. Réseaux de services urbains et coopération (...)

99L’évolution de la conurbation, où El Paso se tertiarise alors que Ciudad Juarez s’industrialise avec les maquiladoras, pose le problème des relations futures entre les deux villes. Genevière Flosse se demande ainsi “El Paso sera-t-elle le cerveau et Ciudad Juarez le corps de ce monstre bicéphale qui n’en finit pas de croître ? Le Mexique acceptera-t-il cette autre forme de domination, d’autant plus que la population de Juarez est à ce jour presque le triple de sa jumelle ?”32 Alors que l’Initiative de Défense Stratégique avait donné un coup de fouet à l’activité d’El Paso, les coupures dans les budgets militaires opérés depuis 1989 donnent plus de poids aux activités liés à la maquila mexicaine. Mais il est difficilement imaginable que le rythme de croissance des maquiladoras continue comme dans les années 1984-1990, même si l’ouest de l’agglomération, offre une perspective de nouvelle ville industrielle binationale, du type Mesa de Otay à Tijuana/San Diego. Les promoteurs économiques de Ciudad Juarez cherchent de nouvelles voies, d’une part en poussant à l’installation d’industries de plus grande valeur ajoutée, technologiquement plus avancées, se substituant aux activités de pur assemblage à intensité manuelle, rejetées vers l’intérieur du Chihuahua ; d’autre part certains des groupes locaux, comme le groupe Bermudez, se projettent à l’échelle nationale, comme promoteurs de projets immobiliers et touristiques. Dans l’hypothèse de l’adoption définitive de l’Alena, l’éloignement de El Paso /Juarez par rapport tant au reste du Texas qu’au centre de gravité du marché intérieur mexicain, semble bien les défavoriser, de même que la ville de Chihuahua, 300 kilomètres au sud, par rapport à une métropole comme Monterrey, désormais mieux placée comme centre logistique et de transformation lié aux pôles texans.

100Dans le Tamaulipas, la structure urbaine polynucléaire frontalière est caractéristique ; la capitale politique, Ciudad Victoria, doit négocier avec les pôles économiques centrifuges du pétrole au Sud (Tampico) et de la frontière au Nord (Nuevo Laredo, Reynosa, Matamoros) ; ces derniers, structurés comme des caciquats autonomes autour des activités de transit et de la maquiladora, subissent l’influence croissante de la métropole économique de Monterrey, capitale de l’État voisin du Nuevo Leon. Dans ce système multipolaire, les villes frontalières mexicaines l’emportent de très loin démographiquement sur leurs jumelles américaines (Laredo, Mac Allen, Brownsville), comme elles places centrales de districts irrigués, dont de larges secteurs tertiaires ont vécu pendant longtemps de la consommation mexicaine.

  • 33 Cet exemple est présenté dans le chapitre “Mexique” du volume “Amérique latine” de Claude Bataillo (...)

101Dans le Sonora, une structure d’oasis irriguées (Hermosillo, Ciudad Obregon..) et de pôles miniers (Cananea, Nacozari), a pour colonne vertébrale l’axe de communication Sud-Nord vers l’Arizona, unissant les zones de grande agriculture où “le binôme marché intérieur-exportation est symbolisé par le blé, consommé au Mexique, et le coton.”33 Mais si Hermosillo, la capitale, s’est industrialisée avec l’usine Ford, et si le réseau des maquiladoras se diffuse dans l’État, la frontière reste centrifuge : Nogales est plus proche de Tucson que d’Hermosillo, et les activités de San Luis Rio Colorado, s’articulent plus à celle de Mexicali et de Yuma qu’au reste du Sonora, dont le séparent des centaines de kilomètres de désert.

Le Nord frontalier : Quels centres de décision ?

102Les groupes régionaux ont-ils la masse critique pour des stratégies autonomes ? En dehors de Mexicali, les capitales politiques des États frontaliers sont non pas sur la frontière même, mais à l’intérieur, ce qui contribue à multiplier les centres de décision et les tiraillements entre groupes locaux, entre Ciudad Juarez et Chihuahua, Hermosillo et Nogales, Ciudad Victoria et Nuevo Laredo.

  • 34 Alejandra Salas Porras “Crisis, Maquiladoras y Estructuras sociopolíticas en Chihuahua, Sonora y B (...)

103A l’échelle du Nord, comme l’analyse Alejandra Salas P.,34 des rapports entre groupes régionaux des États frontaliers s’étaient structurés, en particulier avant la crise de 1982, au travers d’investissements communs (les groupes Vallina et Muñoz du Chihuahua étaient actionnaires minoritaires des groupes de Monterrey : Alfa, Visa, Vitro) et du jeu de banques régionales comme Ban Pacifico et Unibanco pour le Sonora et la Basse Californie.

104Une tendance plus récente est au rapprochement entre les groupes du Nuevo León et ceux du Sonora autour des effets multiplicateurs de l’usine Ford d’Hermosillo, ainsi qu’entre les groupes de Basse Californie et ceux du Chihuahua, les premiers souhaitant utiliser l’expérience des seconds dans la promotion/organisation des parcs industriels.

105En effet, si l’industrie maquiladora est à l’origine de la formation et du développement rapide d’un groupe spécifique au sein de la bourgeoisie régionale, on constate que ce sont les fonctions de promotion des infrastructures immobilières (parcs industriels) et de construction qui sont au cœur de ce processus ; l’engagement industriel direct dans la maquiladora est l’exception. Dans des États comme le Sonora ou la Basse Californie, les groupes économiques régionaux les plus forts, bâtis respectivement sur des activités commerciales/touristiques et commerciales/agro-industrielles, ont même tardé à s’intéresser au nouveau secteur industriel, tout en profitant cependant de ses retombées sur la consommation de biens et services.

106A l’heure d’un nouveau bond dans l’internationalisation, une double question se pose quant aux stratégies des groupes régionaux : vont-ils investir dans la production industrielle même, et à quelle échelle ? Vont-ils pouvoir conserver l’initiative dans leurs secteurs de prédilection, le tourisme et le commerce ?

107Sur le premier point la tendance est plutôt à laisser l’activité industrielle aux groupes de Monterrey et à un moindre degré de Guadalajara, et bien entendu aux entreprises étrangères. Pour la seconde question, ce qui risque de modifier les avantages actuels, c’est la suppression de situations de rentes (comme l’utilisation de la zone franche par le commerce de Basse Californie) et une concurrence accrue des grandes chaînes commerciales nationales, qui elles-mêmes doivent déjà composer avec les chaînes américaines. Les groupes frontaliers risquent de n’avoir comme choix que l’association avec des groupes plus puissants ou la disparition ; là encore les chaînes régiomontaines ont une longueur d’avance.

108Un facteur déterminant, pour le développement d’activités industrielles, commerciales, touristiques, sera l’accès aux financements. La reprivatisation des banques opérée depuis 1990 a redistribué les forces, et une fois de plus Monterrey, avec les banques Serfin et Bancomer, bénéficie d’un avantage pour jouer dans la cour des grands.

Quelle recomposition politique ?

  • 35 Rivière d’Arc, Hélène, “Le Nord-Mexique est-il atypique ? : le cas du Chihuahua” Problèmes d’Améri (...)

109Les États de la frontière offrent le paradoxe d’une “tranquillité sociale”, appréciée des investisseurs étrangers, et d’une contestation politique virulente par rapport au PRI, depuis une dizaine d’année. Celle-ci a eu raison du parti hégémonique, pour la première fois depuis 1929, au niveau régional : les élections aux postes de gouverneurs d’États ont donné la victoire aux candidats du Parti d’Action Nationale, d’abord en Basse Californie (1989), puis au Chihuahua (1992). Là où le PRI conserve le gouvernement, dans le Nuevo Leon, le Coahuila, le Sonora, c’est au prix d’un alignement sur la logique du marché et le plein appui aux entreprises privées, et d’une large modification de son comportement interne. Dans le Tamaulipas, les bastions du corporatisme syndical, à Matamoros, Reynosa, Nuevo Laredo, sont également secoués par la double contestation externe (le PAN) et interne : le gouvernement de Carlos Salinas de Gortari a lui-même cherché, et partiellement obtenu, l’exclusion de certains caciques locaux du PRI et de la CTM., qui faisaient obstacle à la mutation des comportements sociaux impliquée par l’ouverture économique. Le Nord du Mexique apparaît ainsi comme pionnier dans un mouvement de démocratisation politique. La question se pose de savoir “si l’on entre dans un processus à l’américaine, qui serait renforcé par le Traité de Libre-échange (...) concernant une société locale considérée comme très mobile, socialement et géographiquement, et qui, dans son ensemble, n’a pas été touchée par “la déception du rêve américain”.35

110Le changement du jeu corporatiste et clientéliste, la percée d’élites dirigeantes de la droite libérale, se conjuguent avec le retrait de l’État, du fait de la privatisation et du redéploiement de ses investissements. La privatisation des entreprises industrielles publiques entraîne un retrait de l’État. Les groupes nationaux privés ont récupéré le commandement dans les secteurs miniers et sidérurgiques (Ahmsa a été acheté par Aceros del Norte, et Aceros Pianos récupéré par le secteur privé de Monterrey). Ceci se traduit par une plus grande décentralisation, au niveau des États et aussi des municipes (notamment en matière de planification et services urbains). Sur la frontière cette plus grande autonomie régionale se manifeste particulièrement dans l’établissement de liens directs avec les gouverneurs et maires des États du Sud-Ouest américain, dans l’ouverture de bureaux de promotion économique, au Texas, en Arizona, en Californie, dans l’intervention du secteur privé américain pour la réalisation d’infrastructures. Les bases d’un nouveau rapport de forces sont ainsi jetées, avec un relâchement de la chaîne de commandement tenue par Mexico. Un verrou bloque cependant ce processus, le passage obligé par un gouvernement fédéral qui joue à fond ses prérogatives de pompage et de péréquations fiscales ; compétences et pouvoirs réels des autorités locales demeurent inégaux de part et d’autre de la frontière.

Évolution des modèles frontaliers

111Le modèle frontalier jusqu’en 1964, était fondé :

  • sur l’existence, de part et d’autre de la frontière, de districts irrigués, certes aux structures agraires radicalement différentes, mais puisant dans la même ressource de travailleurs agricoles saisonniers mexicains. Il s’agissait d’un chaînon dans le large flux transfrontalier des braceros. Des villes comme Matamoros, Juarez et Mexicali avaient des fonctions de places centrales des districts irrigués, tout comme Harlingen, Mac Allen, Calexico. Les productions agro-pastorales exportatrices locales (coton) ou régionales (bétail sur pied, fruits et légumes) insérées dans des réseaux de financement, transformation, transport, distribution pilotés par les banques, agroindustries et brokers nord-américains.
  • sur le développement de fonctions de services (douane, transport,) par prélèvement sur les flux internationaux de marchandises, qui constituaient le ressort de villes comme Nuevo Laredo et Nogales (Mexique), Laredo et Nogales (États-Unis)
  • sur des spécialisations des commerce et services au consommateur qui se déplaçait au travers de la frontière, au gré du différentiels des coûts des produits et de la main d’œuvre. Tijuana, Ciudad Juarez, Matamoros exploitaient des “avantages comparés” particuliers ; elles jouaient sur une demande de consommateurs américains sevrés par une morale et une législation puritaines (la “Prohibition” par exemple) pour développer une industrie du “tourisme du vice” fondée sur bars, prostibules, courses de lévriers et de taureaux, jeux de hasard...

112Le statut particulier réglementaire de la zone frontière la séparait du reste des États frontaliers, et l’intervention de l’administration fédérale était omniprésente dans les fonctions stratégiques (douanes), urbaines (services urbains des Juntas federales de Mejoras Materiales y Aguas), et symbolique (le programme de réhabilitation de la frontière : Pronaf). La politique de “mexicanisation” (au sens de la “nationalisation” en France) menée au travers de la réforme agraire, la nationalisation minière, le développement du secteur industriel public, jalonnait le Nord frontalier d’enclaves d’entreprises publiques : Cananea, et Nacozari (cuivre), Pemex à Reynosa et plus tard à Cadereyta, Ahmsa à Monclova et Piedras Negras, mais avec orientation vers le marché national.

113Dans ce système les plus grandes villes nord-américaines frontalières étaient elles-mêmes subordonnées à une politique fédérale, celle de la Défense, dont les installations militaires et civiles constituaient le cœur des activités de San Diego et d’El Paso.

114Le modèle des années 1970/1980 est marqué par :

  • le flux d’une migration du travail illégale vers des emplois de plus en plus urbains et tertiaires dans les villes californiennes et texanes, servant de catalyseur à la migration interne vers la frontière, et créatrice d’une vaste population flottante.
  • la crise cotonnière et la reconversion des districts irrigués dans des cultures employant moins de main d’œuvre et tournées vers le marché intérieur, ce qui marginalise l’agriculture dans l’économie et l’emploi frontalier.
  • le changement de nature du flux des visiteurs nord-américains ; un véritable tourisme, envahit la Basse Californie où les complexes pour le tourisme balnéaire ou de fin de semaine s’édifient, en contournant l’interdiction constitutionnelle de propriété étrangère le long des côtes et des frontières.
  • l’implantation de l’industrie maquiladora dans toutes les villes ; la frontière dépend désormais des entreprises nord-américaines et de leur marché régional ou national.
  • l’injection de ces nouveaux revenus accroît la consommation des particuliers et les groupes régionaux introduisent la grande distribution, conduisant à une “reconquête” partielle du marché frontalier mexicain (par les commerçants, mais non les produits, qui demeurent largement importés).

115Tourisme, industrie, commerce donnent l’occasion aux groupes locaux de croître sur la base d’une spéculation foncière/immobilière et de la construction de parcs industriels, de zones touristiques et de centres commerciaux concurrençant les “mails” américains jusque là monopolistes.

Quel modèle pour 2000 ?

116Comme nous l’avons vu en analysant les schémas régionaux, l’intégration territoriale transfrontalière du grand Nord mexicain est multipolaire. Les éléments les plus significatifs du modèle qui a déjà émergé sont :

  • l’expansion d’un réseau industriel dont les séquences (technologiques, de produits) successives dans le temps coexistent dans l’espace, par glissement des modules les moins complexes vers l’intérieur et vers un étage de villes moyennes, voire de petites villes. Réseaux des maquiladoras et des industries exportatrices se fondent et l’association avec les entreprises étrangères et la sous-traitance se généralisent.
  • l’interconnexion des réseaux de l’énergie, de l’eau, des transports au travers de la frontière, ce qui conduit à des politiques de partenariat entre États et autorités locales pour la gestion urbaine et de l’environnement, pour l’attraction des investissements et la réalisation des grandes infrastructures.
  • la constitution de pôles de compétition internationale au niveau mondial comme San Diego-Tijuana au cœur de la “Grande Californie”, et peut-être Monterrey si elle conserve sa marge de manœuvre et de décision grâce à son assise financière et sa stratégie globale.
  • une réorientation des terres irriguées prises dans la “maquiladorisation” agricole à l’exemple du Nord-Ouest pacifique.
  • la complémentarité des villes frontière change, avec l’accroissement des liens fonctionnels industriels et logistiques (twin plants, brokers), et une baisse relative de l’intensité du flux de consommation transfrontalière concernant les produits (désormais disponibles à prix voisins), le Mexique conservant un avantage quant aux prix des services de main d’œuvre.
  • une pression migratoire accrue du fait des déstructurations-restructurations en milieu rural et du développement de l’informel au Mexique. L’Alena, une fois signé, ne devrait pas modifier, sinon à long terme, l’existence du flux de migrants du travail vers les États-Unis, et les villes de la frontière devraient continuer à connaître de graves problèmes d’équipements urbains et de gestion de la population flottante.
  • Les réseaux économiques et urbains de Californie, du Texas et à un moindre degré de l’Arizona, devraient accentuer leur emprise sur un Nord mexicain que l’ensemble de ces changements contribue à individualiser encore plus du reste du pays.

LES CINQ "NATIONS" DU MEXIQUE (d’après Louis B. Casagrande)

LES CINQ "NATIONS" DU MEXIQUE (d’après Louis B. Casagrande)

Nombreux Mexiques ?

  • 36 Casagrande, Louis B., “Las Cinco Naciones de México”. Juan Panadero, Guadalajara 1990

117Certains analystes reviennent à l’image des “Many Mexicos”, ou vont jusqu’à soutenir, comme Louis B. Casagrande que le Mexique est la fédération de cinq nations distinctes.36 La caricature - mais est-ce une caricature ?- aboutit à une carte délimitant : Mexamerica, New Spain, Metromex, South Mexico et Clubmex.

118Metromex, la Vallée de Mexico et ses corridors industriels, concentre quelques 18 millions d’habitants et les activités politiques, culturelles et économiques (plus de la moitié de la production industrielle du pays). Mais pauvreté, services lacunaires et pollution mettent en jeu sa viabilité. La redéfinition du système politique et des fonctions de l’État en cours risque de briser la vassalité des “nations” voisines et de tarir une bonne part des dîmes qu’elle y prélève.

119New Spain, avec 30 millions d’habitants recouvre les bassins et hauts plateaux du vieux Mexique colonial, avec un réseau dense de grandes et moyennes villes. Elle est caractérisée par l’importance de l’agriculture, l’émigration et le conformisme politique vis-à-vis de Metromex.

120South Mexico, avec 15 millions d’habitants dont la moitié d’indiens, est la “nation” la plus pauvre, résistante au changement ; son armature urbaine et industrielle est faible, malgré la greffe de pôles pétroliers et touristiques. Là domine encore le système des caciques politiques. On peut ajouter qu’à la différence des autres “nations” la polarisation des migrations s’est effectuée jusqu’ici en direction quasi unique de Mexico.

121Clubmex est une nation insulaire, un archipel d’enclaves touristiques où la population visitante est plus nombreuse que la résidente (moins de deux millions d’habitants).

122Dans ce schéma, Mexamerica, à cheval sur la frontière avec les États-Unis (jusqu’à Los Angeles, Albuquerque et San Antonio au nord, Tampico et Tepic au sud), avec quelques 38 millions d’habitants, ses Hispanos et ses Norteños jaloux de leur autonomie, apparaît comme la rivale de Metromex. La zone frontière y a servi de creuset d’un système interdépendant autour des flux d’investissements et migratoires, aujourd’hui en expansion. C’est là que serait le grand espace dynamique des années à venir, avec pour modèle et partenaire les États-Unis.

123Pour nous, le constat est que la zone frontière Nord du Mexique et plus globalement l’ensemble Nord-Centre-Ouest, jouent un rôle moteur dans l’articulation de l’économie, des territoires et des populations à un système polarisé et dynamisé par le marché nord-américain, selon un modèle différent du modèle mexicain d’intégration nationale ayant prévalu dans la période 1917-1982. On peut se demander si une ligne de fracture entre deux Mexique n’est pas en train de s’ouvrir sous le double jeu de l’internationalisation des structures et flux économiques et de l’émergence de stratégies régionales de développement centrifuges, qui se traduisent par une double polarisation États-Unis/Mexico, de part et d’autre d’un axe Tampico-San Luis Potosi-Aguascalientes-Guadalajara-Manzanillo.

124Dans cette nouvelle figure des villes comme Tijuana, Ciudad Juarez, Monterrey et Guadalajara apparaissent, avec des degrés différents dans le commandement, comme les pôles organisateurs d’un grand ensemble régional échappant de plus en plus au centralisme de México.

125Cette vision d’un Mexique coupé en deux est-elle plausible à long terme ? Elle ne se vérifierait que si l’intégration économique dopée par l’Alena demeurait sélective, exclusive, et n’entraînait pas l’ensemble de la société et du territoire mexicain. Cette représentation doit être complétée par les effets de la “reconquête silencieuse” : la mexicanisation ethnique et culturelle du Sud-Ouest des États-Unis constitue l’envers de l’intégration économique du Nord mexicain par les États-Unis. Il en résulte, des deux côtés de la frontière, à la fois l’expansion de la “mexicanité” et sa combinaison avec une américanisation des mœurs, des comportements, des modèles de consommation, dans un métissage culturel rapprochant Norteños et Hispanos.

  • 37 Herzog, Lawrence Α., “Where North Meets South. Cities, Space and Politics on the US-Mexico Border” (...)

126Plus que jamais la compréhension des configurations spatiales sur la frontière repose sur le croisement des figures culturelles, et la “métropole transfrontalière” devient un microcosme déterminé géographiquement par les relations États-Unis-Mexique.37

Bibliographie

REFERENCES ET NOTES

Pour l’étude du modèle frontalier Mexique-États-Unis et les perspectives de l’Alena, on peut se reporter aux travaux suivants de l’auteur de ce chapitre :

- Revel-Mouroz, Jean, “La Frontière Mexique-États-Unis : Mexicanisation ou Internationalisation ?” dans Frontières. Problèmes de Frontières dans le Tiers-Monde, Pluriel-débat/L’Harmattan/Université Paris VII 1982 pp. 179-193.

- Revel-Mouroz, Jean ; Fourt, Gilles, “Les investissements japonais au Mexique”, Problèmes d’Amérique latine n° 89, 1988.

- Revel-Mouroz, Jean, “Mexique : Révolution saliniste et Intégration économique aux États-Unis”, dans Économies d’Asie et d’Amérique Latine : Changements de Cap, Étienne, Gilbert, Revel-Mouroz, Jean, édit, Éditions Olizane, Genève 1993, 196p.

Notes

1 Degré d’ouverture régional : exportations vers la région + importations depuis la région/ ΡIΒ.

2 Source : Department of Commerce US, cité dans El Financiero 25/2/1992.

3 Cohen, Manuel Perlo, “Exploring the Spatial Effects of the Internationalization of the Mexican Economy”, dans Global estructuring and territorial Development, Henderson, Jeffrey, and Castells, Manuel, édit., Sage Publications, London 1987, 256 p., pp. 136-167.

4 Bustamante, Jorge, “Undocumented Migration from Mexico to the United States : Preliminary finding of the Zapata Canyon Project”, dans Undocumented Migration to the United States. IRCA and the Experience of the 1980s, Frank D. Bean, Barry Edmonston, Passel, Jeffrey S. (ed) Rand Corporation, Santa Monica, CA, The Urban Institute, Washington, DC, 1990, pp. 209-226.

5 espaldas mojadas, “épaules mouillées”, migrants traversant à la nage le Rio Bravo, alambristas, migrants franchissant les grillages et clôtures barbelées, ilegales, illégaux, indocumentados sans visa de travail.

6 Bean, Frank D. ; Edmonston, Barry ; Passel, Jeffrey S. (ed) Undocumented Migration to the United States. IRCA and the Experience of the 1980’s, Rand Corporation, Santa Monica, CA, The Urban Institute, Washington, DC, 1990, 271 p.

7 Boquet, Yves, “Le recensement américain de 1990 : organisation et premiers enseignements” Historiens-Géographes n° 334 1992, pp. 247-276.

8 Duran Arp, Jorge “Migrations internationales dans l’Ouest du Mexique ; conditions sociales, politiques et culturelles”., Thèse de doctorat, Toulouse Le Mirail 1991, 331 p.

9 Zepeda Miramontes, Eduardo, “La Frontera Norte y el Tratado de Libre Comercio : Efecto y Desarrollo” dans “El Tratado de Libre Comercio y la Frontera Norte” Revista Mexicana de Sociologia, UNAM, num 3 juil-sept 1991, pp. 185-200.

10 Alegria, Tito, “Ciudad y Transmigración en la Frontera de México con Estados Unidos”, Frontera Norte n° 4, vol 2 juillet-déc 1990, pp. 7-38.

11 Weeks, John R. ; Ham-Chande, Roberto, (ed), Demographic Dynamics of the US-Mexico Border. The University of Texas at El Paso, 1992, 318 p.

12 Selon SECOFI (ministère du Commerce et du Développement industriel) 30/5/90. ; Claude Bataillon, Jean-Paul Deler, Hervé Théry “Amérique Latine”, - chapitre Mexique pp. 88-153- Géographie Universelle (sous la direction de Roger Brunet), Hachette Reclus 1991

13 Cf. Mexico Business Monthly, El Paso, mars 1993, p. 14.

14 Castel, Odile, “Industries et modernisation : les cas de Guadalajara et de Cuernavaca au Mexique”, Documents de Recherche du CREDAL, 1990.

15 Jorge I. Rionda. “La Industria maquiladora de exportación en Guanajuato”. Comercio Exterior, vol 43 n° 2 février 1993 pp. 132-134).

16 Maria de L.A. Pozas “Reestructuración Industrial en Monterrey”. Friedrich Ebert Stiftung. Documentos de Trabajo 40, Mexico, 1992, 76 p.

17 Cf. Mexico Business Monthly El Paso, Juin 1992.

18 Koido, Akihiro, “US-Japanese Competition and Auto Component Maquilas”. communication au Seminario sobre Reestructuración industrial en la Frontera México-EU, El Colegio de la Frontera Norte. Tijuana. 22 septembre 1992.

19 Jorge Carrillo. “Maquilización de la Industria Automotriz en Mexico. De la Industria Terminal a la Industria de Ensemble”, dans La Nueva Era de la Industria Automotriz en México, Jorge Carrillo coord., El Colegio de la Frontera Norte, 1990 pp. 68-114.

20 Les fondements d’une région Frontière Nord sont analysés d’un point de vue historique et socio-économique par Jesus Tamayo et José Luis Fernandez dans Zonas Fronterizas (Mexico-Estados Unidos). Centro de Investigación y Docencia Económica. Colección Ensayos 2, Mexico 1983, et d’un point de vue économique par Victor Castillo, dans Economia fronteriza y Desarrollo regional, Universidad Autonoma de Baja California, Mexicali 1991, 131 p.

21 Birdsall, Stephens S. ; Florin, John W., Regional Landscapes of the United States and Canada John Wiley & Sons, Inc. N-Y. Fourth edition 1992, 519 p.

22 Selon Gustavo Garza, coordinateur de l’Atlas de Nuevo Leon, juin 1993.

23 Sanchez, Roberto, “Cambios climáticos globales en el norte de México. El caso del agua”, Ciencia, (1992) 43, numéro spécial, pp. 121-127.

24 Metzner, Clifton G. (ed), Water Quality Issues of the California-Baja California Border Region, San Diego State University. Institute for Regional Studies of the Californias, Border Issues Series, 4. 1989, 83 p.

25 Portais, Michel, “La vallée de Mexicali : un satellite agricole de la Californie ?” ORSTOM Cahiers des Sciences Humaines, 28 (4) 1992, pp. 603-623. Le même auteur insiste sur l’expansion du modèle de réseaux au Mexique dans “Reconversion et nouveaux espaces réticulaires au Mexique”, L’Espace Géographique, tome XXI, n° 3, 1992 pp. 231-238.

26 San Diego Economic Bulletin, Greater San Diego Chamber of Commerce, juillet 1991.

27 D’après les données fournies par la Secretaría de Desarrollo Económico du gouvernement de Basse Californie, Ensenada, juin 1993.

28 D’après Mariano Montera Zubillaga, Secretaría de Desarrollo Económico del Estado de Nuevo Leon, entretien du 9/6/93.

29 The News, Mexico, 11 juin 1993.

30 Davila, Alejandro, “Los efectos de la Apertura Comercial en la Frontera Mexico-USA”, Universidad de Coahuila, Saltillo, 1993.

31 D’après les données de “El Paso Chamber of Commerce” pour 1989.

32 Slosse, Geneviève, “EPJAZ, Coopération dans un désert. Réseaux de services urbains et coopération transfrontalière Etats-Unis-Mexique”. LATTS. École Nationale des Ponts et Chaussées, Université de Paris ΧII. 1989, 430 p.

33 Cet exemple est présenté dans le chapitre “Mexique” du volume “Amérique latine” de Claude Bataillon, Jean-Paul Deler, Hervé Théry, dans la “Géographie Universelle” (Roger Brunet coord.), Hachette/Reclus 1991.

34 Alejandra Salas Porras “Crisis, Maquiladoras y Estructuras sociopolíticas en Chihuahua, Sonora y Baja California”, PER-CIDE, 1988 México, 51 p., miméo.

35 Rivière d’Arc, Hélène, “Le Nord-Mexique est-il atypique ? : le cas du Chihuahua” Problèmes d’Amérique latine n° 5 nouvelle série, avril-juin 1992 pp. 45-54.

36 Casagrande, Louis B., “Las Cinco Naciones de México”. Juan Panadero, Guadalajara 1990

37 Herzog, Lawrence Α., “Where North Meets South. Cities, Space and Politics on the US-Mexico Border”, CMAS, University of Texas at Austin. 1990 p. 248.

Notes de fin

* Population corrigée : population résidente au 30 juin de l’année du recensement, avec correction en fonction du taux d’omission censitaire (3,5 % pour 1960, 1970 et 1980, calculés respectivement par Inegi/Conapo, Conapo, Conapo ; 4,5 % pour 1990, calculés par R. Corona).

hors maquiladoras

Table des illustrations

Titre LE PRODUIT INTERNE BRUT PAR ÉTATS EN 1990
Légende Source : Distribución de la Población y Desarrollo en México. Manuel Urbina Fuentes et Adolfo Sanchez Almanza. Comercio Exterior vol 43 n° 7 1993
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1013/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre MEXICAINS EN SITUATION ILLÉGALE “DÉPORTÉS” DES ÉTATS-UNIS
Légende Source : Secretaría de Relaciones Exteriores, dans : Présidence de la République Panorama du Mexique, juillet 1992 p. 63 (données arrondies)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1013/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre POPULATION D’ORIGINE MEXICAINE DANS LES COMTÉS FRONTALIERS LES PLUS PEUPLÉS (1990)
Légende Sources : population Census of USQ 1980, 1990.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1013/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre CROISSANCE DE LA POPULATION DES COMTÉS AMÉRICAINS ET MUNICIPES MEXICAINS DE LA FRONTIERE
Légende Sources : Population Census of the USA 1980, 1990 et Censo General de Población y Vivienda, Mexico, 1980, 1990. * milliers de personnesTableau adapté de Roberto Ham Chande “La participación de la población de origen mexicano en el crecimiento demográfico de la frontera entre Mexico y Estados Unidos”.COLEF. communication au Congrès de population de Veracruz. avril 1992.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1013/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre POPULATION DES PRINCIPAUX MUNICIPES ET COMTÉS FRONTALIERS (1990)
Légende Source : Population Census of USA 1980, 1990 et Censo General de Publicación y Vivienda, Mexico 1980, 1990. Tableau adapté de Roberto Hame Chande.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1013/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Titre ÉVOLUTION DE LA POPULATON DES ÉTATS FRONTALIERS (1960-1990) POPULATION CORRIGÉE*
Légende Tableaux simplifiés et complétés d’après Rodolfo Corona Vázquez “Nota critica : principales caractérísticas demográficas de la zone fronteriza del norte de México”Colef. Frontera Norte, vol 3, n° 5, janvier-juin 1991 pp. 151-156, tableau 1.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1013/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre STOCK DES MIGRANTS INTER ÉTATS SELON LE LIEU DE NAISSANCE (1990)
Légende Sources : INEGI, Censo de población, 1990.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1013/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre LA POPULATION ACTIVE DES VILLES DU NORD FRONTALIER 1990
Légende Tableau élaboré à partir de : INEGI. Censo de Población 1990
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1013/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre LA SOUS-TRAITANCE MEXICAINE DANS LES IMPORTATIONS DES ÉTATS-UNIS 1990
Légende Sources : U.S. TTC (1991) UNSIS, Comtrade.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1013/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre COUT HORAIRE DES OUVRIERS DE PRODUCTION DANS L’INDUSTRIE EN 1990 INDICE DES ÉTATS-UNIS = 100
Légende Source : “International Comparison of Hourly Compensation Costs for Production Workers in Manufacturing. 1975-90”. U.S. Department of Labor, Bureau of labor Statistics, November 1991, Report 817.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1013/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre ÉVOLUTION DE L’INDUSTRIE MAQUILADORA 1989-1992
Légende Source : INEGI. “Industria Maquiladora de Exportación. Avance de Información Económica. décembre 1991 et juin 1993. Pesos anciens.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1013/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre GRAPHQUE 1. EVOLUTION DE L’INDUSTRIE MAQUILADORA (1975-1992) ENTREPRISES ET TRAVAILLEURS
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1013/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre LES MAQUILADORAS DANS LES ÉCHANGES EXTÉRIEURS MEXICAINS EN MILLIARDS DE DOLLARS
Légende Note *Sources : Banco de Mexico. “La Economía mexicana, 1991” et “Evolución de la economía mexicana en 1992”, Banco Nacional de México “Industria maquiladora de exportación”, 1991, et Comercio Exterior février 1993, “Las maquiladoras en México en vísperas del TLC” p. 160.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1013/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre L'EMPLOI DANS L'INDUSTRIE MAQUILADORA (1991)
Légende Source : “Monthly Scoreboard” Twin Flant News vol 7 n° 1 Aout 1991 page 68.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1013/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre MAQUILADORAS : POIDS RELATIF DES SECTEURS INDUSTRIELS EN 1990 (en %)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1013/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 413k
Titre TABLEAU : LOCALISATION DES MAQUILADORAS
Légende Source : “Monthly Scoreboard” Twin Plant News El Paso, vol 7 n° 1 Août 1991 p. 68
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1013/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre DYNAMIQUE D’INTÉGRATION DU GRAND NORD/CENTRE-OUEST
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1013/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre LES GRANDS GROUPES DE MONTERREY
Légende Source : Expansión 12 mai 1993Ventes et capital : en millions de nouveaux pesos, au 31 décembre 1992 (1 nouveau peso = 1 000 anciens pesos)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1013/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre LES CINQ "NATIONS" DU MEXIQUE (d’après Louis B. Casagrande)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1013/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 245k

Auteur

Directeur de recherche au CNRS/CREDAL

© Éditions de l’IHEAL, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540