Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mexique à l’aube du troisième millénaire

 | 
Marie-France Prévôt Schapira
, 
Jean Revel-Mouroz

Deuxième partie. Économie et territoire : les enjeux de l'ouverture

Chapitre 5. L’État mexicain et les États-Unis du protectionnisme au libre commerce

Maria Teresa Gutierrez Haces

Texte intégral

1Au début des années quatre-vingt dix, les paramètres traditionnels, qui régissaient, il y a quelques années encore, les relations entre le Mexique et les États-Unis, se trouvent modifiés et le processus de restructuration en cours jette les bases d’un nouvel État au Mexique.

2Aujourd’hui, à la différence de ce qui se passait dans les années quatre-vingt, nous assistons à un débat qui, il y a peu, aurait été impensable dans le contexte mexicain ; en effet, les discussions autour d’un projet de croissance économique reposant fondamentalement sur les prémisses du libre échange transforme de façon substantielle le caractère de la relation Mexique-États-Unis. Les Mexicains ont pris l’habitude de vivre au quotidien des relations complexes avec leur voisin et il est intéressant de constater que c’est la société dans son ensemble qui modifie son attitude et pas seulement les représentants du gouvernement liés plus étroitement à l’action diplomatique.

  • 1 Maria Teresa Gutierrez Haces, “La Política económica de Estados Unidos bajo el libre comercio” dan (...)

3De façon générale, on pourrait dire que l’un des éléments les plus importants de ce changement réside dans la tendance de plus en plus claire à rendre compatible la politique économique du Mexique et les intérêts géoéconomiques des États-Unis : à partir de la première administration du président Reagan, en effet, ceux-ci ont cherché à exporter un projet économique contractualisé sous la forme de traités de libre commerce1. En outre, le changement d’attitude vis-à-vis de l’Amérique centrale, qui a cessé pour un temps d’être un sujet de discussions, de rencontres ou de conflits, affecte directement la relation entre le Mexique et les États-Unis.

LE VOISINAGE MEXIQUE-ÉTATS-UNIS À L’ÉPOQUE DU PROJET DE SUBSTITUTION D’IMPORTATIONS

4Au cours des quarante dernières années, la société civile mexicaine a accepté nombre de “demi-vérités” concernant le voisinage avec les États-Unis sur le plan économique et politique. L’une de ces “vérités” correspond aux manifestations réitérées de nationalisme économique faisant croire que la politique intérieure mexicaine était conçue et mise en oeuvre indépendamment de la relation avec les États-Unis. Or, une analyse sommaire de l’origine de l’investissement étranger et de la balance commerciale révèle le poids énorme de l’économie américaine tandis que les autres pays n’offrent qu’une présence réduite. En outre, les États-Unis, depuis la Seconde Guerre mondiale ont joué un rôle d’appui au développement économique d’autres pays ; si ce rôle a habituellement été pensé en termes d’hégémonie, d’expansionnisme ou de domination militaire, l’on a rarement cherché à caractériser leurs liens avec le Mexique, le Canada et autres pays relevant de leur zone d’influence.

5Depuis les années quarante, les États-Unis ont exprimé la volonté manifeste d’impulser et de partager les projets économiques de leurs voisins. Or, à un moment où le Mexique se trouvait dans l’obligation de consolider la politique d’industrialisation par substitution d’importations, cet objectif n’était pas sans poser quelques problèmes par rapport aux États-Unis car il imposait une prise de décision : fallait-il accepter leur participation active dans l’économie ou devait-on la limiter ?

6Certains faits allaient avoir une influence décisive sur la polémique née autour de cette alternative, comme la nationalisation du pétrole en 1938 dont les implications au niveau international et dans la mémoire collective ont été fortes. En effet, la société dans son ensemble avait été nourrie de l’idéologie d’un État-gouvernement affirmant son autonomie face aux assauts économiques de l’extérieur et la nationalisation du pétrole avait suscité une forte cohésion sociale et politique donnant au gouvernement une grande marge de manoeuvre tant sur le plan politique qu’économique. Autoriser la participation économique des États-Unis dans le projet national représentait une menace pour le consensus.

7On ne pouvait, cependant, nier certaines réalités économiques ; la guerre avait accentué la dépendance mexicaine par rapport au marché nord-américain et distendu les liens commerciaux avec l’Europe ; le processus d’industrialisation du pays était soumis à l’obligation d’importer des biens intermédiaires et des capitaux provenant des États-Unis, et la structure des échanges commerciaux se modifiait au gré des intérêts nord-américains.

Les années 1940-1960 : une certaine cordialité ?

  • 2 “Il serait erroné de considérer que cette stratégie obéissait uniquement à la situation de guerre. (...)

8Sur le plan économique, à partir des années quarante, les États-Unis mettent en place des accords de libre échange pour renforcer leurs liens commerciaux ; plus tard, en pleine guerre froide, ils manifestent un net désaccord devant l’“étatisme économique” qui se profilait derrière la façon dont le Mexique concevait son industrialisation et ils cherchent avec insistance à participer dans des secteurs clés de l’économie comme le pétrole. C’est ainsi que des pressions de plus en plus fortes, dès les années quarante, s’exercent pour que soit adopté le libre commerce comme ligne directrice de la relation Mexique-États-Unis2. Des accords bilatéraux contenant la clause de la nation la plus favorisée avaient été signés auparavant, mais c’est l’accord Mexique-États-Unis de 1942 qui marque un tournant et suscite des opinions et des attitudes très diverses.

9Un premier point de discussion concernait l’utilisation du montant des impôts sur les importations, des droits et des permis préalables pour aider à la réalisation du projet national. Pour certains, l’État mexicain devait utiliser l’impôt de 15 % sur les exportations pour subventionner certaines productions intérieures ; mais d’autres considéraient que c’étaient les impôts obtenus grâce au développement économique interne qui devaient servir à ces subventions et qu’il ne fallait pas prétendre financer le projet d’industrialisation avec les impôts perçus sur les exportations.

10L’autre point de discussion, au cœur des négociations de l’accord de 1942, portait sur le projet même d’industrialisation du Mexique. La délégation mexicaine, constatant que les réductions tarifaires ne protégeaient pas le développement de son industrie et affectait l’équilibre de la balance des paiements, rejeta un ensemble de propositions faites par les États-Unis. Dans le même ordre d’idées, les négociateurs mexicains refusèrent de considérer que les deux économies se trouvaient sur un pied d’égalité et rejetèrent tout accord qui ne tiendrait pas compte de l’évidente asymétrie de leurs économies et des circonstances historiques particulières ; en effet, la Seconde Guerre mondiale privait le Mexique d’une grande partie de ses marchés traditionnels. La majorité de ceux qui avaient en charge le processus d’industrialisation croyaient qu’une fois la guerre terminée, le Mexique retournerait à une diversification de ses marchés et de ses produits ; une minorité seule considérait qu’il fallait se centrer sur un projet étroitement lié à l’économie américaine.

11Du point de vue des États-Unis, l’accord de 1942 rendait possible l’ouverture du marché mexicain à leurs produits manufacturés ; il ne faut pas oublier que la crise de surproduction des années trente était encore présente dans les mémoires, ce qui les amenait à considérer le Mexique comme une “soupape de sécurité” naturelle destinée à éviter un nouvel effondrement économique.

  • 3 Maria Teresa Gutierrez Haces, “Experiencias y coincidencias de una vecindad bajo el libre comercio (...)
  • 4 Pour la valeur stratégique de certains produits comme le plomb et le soufre, consulter : Alma Parr (...)

12Toujours de leur point de vue, il était clair que, face au manque de certaines matières premières ou de certaines ressources naturelles, il était nécessaire de se garantir un approvisionnement continu, surtout en temps de guerre, et donc d’élaborer une politique qui a des conséquences évidentes non seulement sur le Mexique mais aussi sur le Canada3, car ces deux pays étaient considérés comme relevant territorialement et économiquement de la Sécurité nationale américaine4.

13Enfin, c’est autour du pétrole que les États-Unis exercent leurs plus grandes pressions au cours de la négociation. La partie mexicaine cherchait à placer sa production pétrolière sur le marché américain. Les États-Unis, eux, visaient à participer à l’exploitation pétrolière au Mexique, voulant occuper le vide laissé par les compagnies étrangères après 1938, sans succès car la majorité des négociateurs mexicains appuyaient la politique de consolidation de l’industrie nationale. En matière pétrolière, les États-Unis obtiennent donc peu de choses ; mais se référant à la clause sur le Traitement National, ils demandent avec insistance que soient accordés des garanties aux investissements nord-américains face à la concurrence de l’investissement national mexicain.

14L’accord est finalement signé en décembre 1942 : la réduction ou le gel à 50 % est obtenu sur 200 des fractions tarifaires du Tarif général des importations mexicain avec un espace privilégié pour les produits manufacturés, surtout les textiles, les vêtements, les appareils ménagers, les produits agricoles transformés et certains produits semi-durables. Le Mexique obtient, pour sa part, un meilleur placement sur le marché nord-américain pour son pétrole, le plomb et le zinc, provisoirement d’ailleurs puisque la fin de la guerre modifiant les intérêts économique des États-Unis, allait favoriser l’ouverture d’autres marchés.

15Il faut également replacer ce processus dans le climat économique international de l’après-guerre : la Réunion de Chapultepec en 1945 et à la même date, celle qui allait aboutir à Charte de la Havane, puis l’Accord général sur les tarifs et le commerce (GATT) en 1947, sont des moments importants dans le débat concernant le futur du commerce international sur des bases de libre-échange, bases que le gouvernement mexicain ne voulait pas reconnaître invoquant la nécessité de protéger son industrie. Cette position marque clairement les limites de la relation économique du Mexique avec les États-Unis.

16La mise en discussion du choix entre libre-échange et protectionnisme entrait dans un débat plus vaste où se négociaient de nouvelles positions, où s’élaboraient de nouvelles stratégies tendant à créer un ordre économique pour cette période d’après-guerre ; une période difficile pour le Mexique qui craignait l’échec de son projet économique et politique s’il s’ouvrait à la concurrence externe. Ni le Mexique ni les États-Unis n’avaient alors de perspectives claires au-delà de l’accord de 1942. Les discussions se sont donc focalisées sur le projet d’industrialisation du Mexique dont le succès, pensait-on, dépendait, en grande partie, de mesures protectionnistes prises vis-à-vis des marchandises américaines.

17L’accord commercial de 1942 arrivant officiellement à son terme en juillet 1950, on commence à discuter des avantages d’une entrée dans le GATT ou de la négociation d’un nouvel accord commercial, projets restés sans suite sans que cela signifie une détérioration des relations économiques entre les deux pays. En effet, en dehors des rapports entre États, d’importants investissements privés américains avaient réussi à infléchir en leur faveur les mesures protectionnistes prises par le gouvernement mexicain et un grand nombre d’entreprises avaient décidé de produire in situ pour le marché interne, en profitant justement de la quasi absence de concurrence étrangère au Mexique et de l’existence d’un marché captif de consommateurs.

18Dans les années quarante, les deux pays, qui, tous deux, cherchaient à consolider leur projet national, se sont donc affrontés lors de négociations à caractère commercial. D’un côté, les États-Unis étaient en train d’affirmer leur position hégémonique sur le plan international et dans leur logique, il était nécessaire de protéger leurs intérêts au niveau de l’hémisphère, en commençant évidemment par les espaces les plus proches géographiquement. De l’autre, l’État mexicain élaborait sa propre définition de la relation bilatérale. Si le projet d’industrialisation par substitution d’importations était présenté comme l’alternative politique économique, elle ne devait pas déboucher sur un nationalisme économique outrancier, pour des raisons évidentes : l’importation de biens de capital et la négociation d’emprunts étaient des conditions indispensables pour l’aboutissement du projet. En outre les investisseurs étrangers considéraient avec méfiance toute allusion à une perspective nationaliste mais ces difficultés ont été aplanies sous les gouvernements de Manuel Avila Camacho et de Miguel Alemán qui infléchit la politique de Lázaro Cárdenas, en particulier en ce qui concerne le réforme agraire et la question syndicale.

19Ainsi, l’État mexicain entreprenait des changements sur le plan interne destinés à éviter les conflits pouvant mettre en péril l’investissement américain au Mexique tout en adoptant des stratégies d’indépendance à l’échelle internationale ; c’est ainsi que le Mexique n’a pas appuyé les États-Unis dans nombre de débats internationaux, notamment aux Nations unies. Il n’est pas simple de comprendre quelle a été cette relation pendant toutes ces années et encore moins d’apprécier la façon dont les États-Unis se représentaient l’économie et la politique intérieure du Mexique, d’autant plus que toute action gouvernementale, toute manifestation politique du corps social, ou même au niveau individuel, pouvait avoir des répercussions, selon eux, sur leurs intérêts nationaux et sur leur sécurité nationale.

20Durant les années 1940-1960, le Mexique considère la relation avec les États-Unis comme un mal nécessaire. Le Mexique est pour les États-Unis une source d’intérêt et de préoccupation ; c’est ainsi que plus d’une fois, après l’abrogation de l’accord commercial de 1942, ils ont discuté des termes de leurs liens économiques : devaient-ils ou non appuyer le processus d’industrialisation du Mexique ?

21C’est un fait que le protectionnisme instauré par l’État mexicain, dans ses débuts, déplaisait aux États-Unis qui voyaient d’un mauvais oeil la politique tarifaire de son voisin ; avec les années, ils ont fini par s’adapter à ce schéma car avec la dérogation de 1957, la notion de protectionnisme se modifie : quiconque acceptait de produire au Mexique en observant certaines règles était protégé. Dans ces conditions, l’investissement étranger direct devient un élément important du projet de substitution d’importations, en particulier pour la production de biens intermédiaires et de consommation durable. Ce n’était pas un cas isolé ; en effet, à partir des années cinquante, la Commission économique pour l’Amérique latine (Cepal), en tant qu’institution des Nations Unies, voyait dans la politique d’industrialisation par substitution des importations un moyen de sortir du sous-développement. Elle était également convaincue que ce processus impliquait le recours à l’investissement direct et une politique d’intégration économique entre les pays.

  • 5 Voir : Olga et I. Pellicer de Brody, Historia de la Revolución Mexicana, tome 23, El Colegio de Mé (...)

22L’industrialisation comme stratégie de développement devient un objectif indiscutable si bien que les déficiences qui lui sont inhérentes ne sont pas détectées et donc pas corrigées à temps : tout se justifiait au nom de ce projet et c’est dans ce contexte que l’on doit comprendre l’attitude relative à l’investissement américain. Entre 1954 et 1960, le Mexique considère de façon positive les investissements étrangers évitant, jusqu’à un certain point, d’imposer une réglementation qui, à la longue, serait un obstacle. Ainsi, en 1955, le gouvernement lui-même déclare que : les capitaux étrangers doivent partager la responsabilité du développement économique du pays5. Pour les attirer, il fallait ne pas recourir aux dévaluations monétaires, soutenir la liberté de change, ne pas réserver les stimulants fiscaux aux seuls investisseurs mexicains.

23Bien que le bilan de ces deux décennies d’après-guerre soit globalement très favorable, cette relation connaît plusieurs fois des moments de détérioration, notamment à cause du caractère même de l’État mexicain qui prend, en matière de politique extérieure, des positions non alignées sur celles des États-Unis, ainsi en 1954, lors du coup d’État au Guatemala. Une telle attitude fonde, en partie, les bases de la relation future du Mexique avec les États-Unis : en politique extérieure, le Mexique exigeait -au moins au niveau du discours- le respect de sa position en faveur de l’autodétermination et de la non-intervention. Par contre, dans la relation de voisinage, les États-Unis rencontrent de réelles limites à leurs actions en territoire mexicain surtout avec le développement de la migration temporaire des travailleurs mexicains.

Les années soixante

24De fait, le projet de la Cepal concernant l’intégration économique et l’industrialisation de l’Amérique latine a provoqué de sérieuses réticences de la part du gouvernement des États-Unis. Cette attitude est liée à la vision “hémisphérique” qu’ils avaient de l’Amérique latine : le projet de la Cepal offrant une alternative indépendante du projet libre-échangiste, provoquait chez les américains méfiance et insécurité. D’où la création de l’Organisation des États américains (OEA), sous les auspices des États-Unis avec pour objectif la diminution, dans la région, de l’influence de la Cepal dont les idées venaient légitimer une partie du processus qui était déjà en marche au Mexique. Certains économistes mexicains qui avaient participé, aux côtés de R. Prebish, à l’organisation des premiers travaux de la Commission, entraient peu à peu dans le gouvernement mexicain dont ils pouvaient influencer les décisions.

25Les relations Mexique-États-Unis se modifient partiellement, autour des années soixante, sous le gouvernement du président López Mateos : la mexicanisation des compagnies de production et de distribution d’électricité au Mexique (American Foreign Power et Mexican Light and Power Co) ravive le souvenir de l’expropriation pétrolière par Lázaro Cárdenas. Par ailleurs, c’est sous la présidence d’Adolfo López Mateos que la politique extérieure a été utilisée aussi comme instrument de légitimation et de reconstruction sociale autour du projet politique et économique en cours ; il ne faut pas oublier que les multiples voyages du président donnaient au pays et surtout au PRI, une plus grande visibilité tandis que, parallèlement, le Mexique s’ouvrait à d’autres marchés, s’efforçant de réduire le bilatéralisme excessif de la relation Mexique-États-Unis.

DE L’INDUSTRIALISATION A LA “PÉTROLISATION” DE LA RELATION MEXIQUE-ÉTATS-UNIS

26Pratiquement, jusqu’aux années soixante-dix, l’industrialisation a été un facteur de cohésion sociale et politique permettant l’ajournement d’innombrables conflits sociaux et économiques. L’expropriation du pétrole avait déjà joué ce rôle, avec une haute dose d’anti-impérialisme, tandis que le nouveau projet d’industrialisation atteignait les mêmes objectifs sans porter atteinte à la relation avec les États-Unis. Tout était focalisé sur le renforcement de l’État et des groupes qui gravitaient autour du pouvoir : les corporations, les entrepreneurs ainsi que toutes les instances qui pouvaient servir à la modernisation industrielle. Les États-Unis avaient adhéré à l’idée qu’un pays en croissance économique ne pouvait causer de conflits majeurs, aussi acceptent-ils le projet d’industrialisation du Mexique qui peut alors progresser relativement facilement. Durant ces années, les discussions bilatérales portent sur des problèmes très ponctuels, généralement localisés sur la zone frontalière nord du pays.

  • 6 Maria Teresa Gutierrez Haces, “La relación México-Estados Unidos : crisis interna y reajustes exte (...)

27Au cours des années soixante-dix, les choses deviennent moins simples ; en effet, le Mexique commençait à ressentir les limites imposées à son développement par le voisinage des États-Unis et la relation commerciale bilatérale. Les années soixante-dix ont clairement montré que le Mexique avait en matière de politique extérieure deux options géopolitiques : l’adoption d’une vocation plus nettement latino-américaine ou l’acceptation de la nord américanisation. Plus tard, le renforcement des liens avec l’Amérique latine, et pas seulement avec l’Amérique centrale, est devenue une constante pouvant contrebalancer les pressions américaines. Pour la première fois, en effet, le Mexique prend conscience qu’il se trouve au centre d’un axe géopolitique tracé par les États-Unis et dont il constitue une région prioritaire ; il est le point d’union entre le monde latin et le monde saxon, l’anneau central d’une chaîne continentale.6 Cette prise de conscience est à l’origine d’un dilemme éthique opposant sa vocation latino-américaine aux pressions du pouvoir hégémonique des États-Unis sur son économie.

28Pour réduire cette pression, le Mexique a opté pour la construction d’une politique internationale ouverte, à la dissidence calculée, afin de contrebalancer une politique intérieure qui devait tenir compte avec pragmatisme de la dépendance de son économie vis-à-vis des États-Unis. En fait, entre les deux “politiques”, l’interne et l’externe, il n’y a pas de réelle dichotomie ; les assouplissements géopolitiques dans les relations frontalières montrent que l’une et l’autre se complètent Par ailleurs, la participation au groupe Contadora, puis les décisions nées des réunions d’Esquipulas au Guatemala en 1987 ont servi de “révélateur diplomatique”, nécessaire non seulement pour le Mexique mais aussi pour une Amérique centrale qui avait besoin d’une plus grande autonomie dans les discussions.

  • 7 L’analyse des événements survenus entre 1979 et 1988 et leur évaluation, présentées dans ce texte (...)

29L’État mexicain doit reconcentrer ses forces, à l’intérieur comme à l’extérieur :1a reformulation de son projet national ne pouvant pas être ajournée, il ne peut se permettre d’erreurs géopolitiques. C’est en toute connaissance des coûts politiques futurs sur le plan national et international que le Mexique change dans les années soixante-dix l’orientation de sa politique extérieure.7 Avec les événements politiques qui aboutissent au triomphe de la révolution sandiniste, il se voit obligé de sortir d’un certain “assoupissement diplomatique” se transformant en l’un des principaux protagonistes au niveau international dans le processus de pacification de la région centraméricaine.

30Malgré sa situation limitrophe, le Mexique s’était peu intéressé à cette région et ce n’est qu’à partir de 1979 qu’il réorientera sa politique extérieure en appuyant la révolution sandiniste dès ses débuts. Les deux frontières ont joué un rôle surprenant dans la vie intérieure et extérieure du Mexique. Certes, le contraste entre la politique interne et les déploiements diplomatiques à couleur progressiste dans les forums internationaux peut donner l’impression de désarticulation. Mais ce manque apparent de convergence n’est que le résultat de la recherche d’un équilibre entre les principes qui ont servi de pierre angulaire à sa politique extérieure : l’autodétermination des peuples et la non-intervention et le bon voisinage avec les États-Unis, son principal partenaire commercial.

31L’activité diplomatique du Mexique n’a pas toujours été intense dans les forums internationaux ; après la Seconde Guerre mondiale, elle était plutôt modeste et même qualifiée d’“isolationniste”, ceci à cause de la priorité donnée aux problèmes internes. Jusqu’en 1979, en effet, sur le plan international, le Mexique s’était limité à des déclarations de condamnation en termes strictement juridiques et à des prises de position unilatérales. Contrastant avec cette longue trajectoire de discrétion et de réserve, qui intégrait cependant la défense réitérée de l’autodétermination et de la non-intervention, avec ce passé de “dissidence diplomatiquement calculée”, un changement radical apparaît au cours des années soixante-dix qui est une véritable ligne de partage dans la trajectoire nationale mexicaine. Pour le comprendre, il est nécessaire de parler d’un rapport d’équilibres au niveau international où le voisinage des États-Unis imposait au Mexique une conduite extrêmement prudente.

  • 8 Maria Teresa Gutierrez Haces, “Le Canada et le Mexique : autonomie et interdépendance dans les ann (...)

32Le voisinage des États-Unis oblige le Mexique, quoiqu’involontairement, à participer à un système d’équilibre exogène où il est partie intégrante du concept américain de sécurité nationale. Ainsi, le Mexique, non seulement doit se définir une politique propre de sécurité nationale mais encore accepter qu’elle soit forcément soumise à un autre système de sécurité nationale, celui des États-Unis8, admettre de faire partie des intérêts géopolitiques de son voisin. C’est ainsi qu’il cherche, à travers de continuelles interventions diplomatiques, à prendre une position intermédiaire d’ouverture face aux mondes “capitaliste” et “socialiste”.

  • 9 Luis Maira “La Crisis norteamericana y el debate sobre sus raíces en los Estados Unidos” dans Cent (...)

33La politique extérieure des États-Unis a connu un durcissement à partir de l’administration Reagan, ce qui a eu des conséquences graves pour le Mexique du point de vue économique et politique9. Avant 1971, le Mexique avait affirmé l’indépendance de sa politique extérieure vis-à-vis des États-Unis qui avaient accepté une marge de relatif désaccord entre les deux pays. Pendant des années, le Mexique est considéré avec un “mépris indulgent” selon les termes de Nixon ; de son côté, Kennedy, en 1961, évoque “la nécessité de préserver la stabilité politique du Mexique” dans “un monde en évolution”, s’abstenant de lui demander des comptes pour son appui à Cuba.

  • 10 René Herrera Zuñiga et Manuel Chavarria, “México en Contadora : una busqueda de limites a su compr (...)

34En résumé, jusqu’aux années soixante-dix, c’est une cohabitation avec pour règle “l’accord dans le désaccord” : le Mexique, à cause de sa grande faiblesse économique pouvait se permettre une “soupape de sécurité” dans sa politique extérieure qualifiée par les Américains de “politique avec une forte dose de machisme”. Le Mexique fait de cette marge d’indépendance l’expression de son nationalisme révolutionnaire. Cette situation d’équilibre géopolitique où le Mexique jouait le rôle de garde-frontière était relativement commode pour les deux voisins mais n’a pas conduit le Mexique à faire sien le conflit Est-Ouest, refus manifeste à partir de la création du groupe de Contadora (1983) où il rappelle la nécessité d’arriver à une solution politique négociée indépendante des forces étrangères à la région10.

BILATÉRALISME ET POPULISME

35C’est donc dans les années soixante-dix, et surtout à partir de 1979, que le Mexique change sa diplomatie. En effet, sous le gouvernement du président Echeverría (1970-1976), la position isolationniste commence à être sérieusement mise en question par l’État lui-même. Les relations bilatérales avec les États-Unis ne doivent plus se développer au détriment des contacts diplomatiques avec d’autres pays ; la passivité sur le plan international est une erreur car elle affecte directement le processus même de développement économique.

36Voici ce que déclare publiquement le président Echeverría en 1974 : “L’isolationnisme est aujourd’hui, plus que jamais, une doctrine impraticable. Le progrès de chaque peuple dépend toujours plus de la façon dont il établit ses relations complémentaires avec les autres. Nous devons être davantage conscients que notre destin est lié aux transformations qui surviennent au-delà de nos frontières. Nous abstenir d’y participer signifierait transférer à l’extérieur la possibilité de déterminer le futur de la nation et compromettre les traits de son identité.

  • 11 “México ante el Mundo”. Secretaria de la Presidencia. México 1974

37Cela équivaudrait aussi à remettre l’exercice de la souveraineté à des centres de pouvoir extérieurs au pays. Il est pour cela nécessaire de multiplier les contacts avec l’extérieur, de faire de la diplomatie un moyen plus adapté à la défense de nos principes et de nos intérêts, de sortir dans le monde pour affronter les problèmes qui nous affectent”11.

38Le Mexique avait, certes, intérêt à rompre le bilatéralisme excessif de ses relations avec les États-Unis grâce à des actions diplomatiques plus dynamiques et plus intenses mais il n’est pas allé la plupart du temps au-delà de déclarations publiques spectaculaires ; étant donné la faiblesse de son pouvoir politique et économique à l’échelle internationale, il ne pouvait prendre un virage de cette ampleur. Le Mexique, en 1976, subit les effets d’une profonde crise économique qui aboutit à la dévaluation du peso et à l’amorce de négociations avec le FMI. La dette extérieure atteignait alors 19,6 milliards de dollars, alors qu’elle n’était que de 3,776 milliards à la fin de la présidence antérieure (1970) pour atteindre 110 milliards de dollars au milieu de l’année 1988.

39Sous la présidence de José Lopez Portillo (1976-1982), la crise du système politique, qui s’appuyait sur le PRI jette le doute sur la viabilité du modèle de développement stabilisateur et met à nu les contradictions sociales dont a dû tenir compte le premier accord de stabilisation financière avec le FMI.

  • 12 José Lopez Portillo, III Informe de Gobierno, México. 1er septembre 1979.
  • 13 Cf. Mario Ojeda “México : el surgimiento de una política exterior activa”, SEP México, 1986, pp. 6 (...)

40Cependant, la valeur des exportations pétrolières connaît une hausse vertigineuse, passant de 1.019 à 13.303 milliards de dollars entre 1977 et 1981, année où les prix commencent à baisser sur le marché international. Parallèlement, la politique extérieure du Mexique suit le rythme de la production pétrolière, devenant une “diplomatie pétrolisée” : “Le pétrole est notre potentiel d’autodétermination, parce qu’il nous rendra moins dépendants du financement extérieur et qu’il améliorera nos relations économiques internationales”.12 C’est ainsi que la production de pétrole a formé un rideau de fumée devant les pressions du FMI, permettant au Mexique de mener une politique extérieure active, même s’il se limitait à être une puissance diplomatique. La rhétorique antérieure, qui avait, certes, eu une grande résonance mais peu d’impact réel sur le système de relations internationales établi entre pays développés et pays dépendants13 fait place à une activité diplomatique intense qui dépasse les déclarations à coloration progressiste pour apporter un appui réel, tant politique qu’économique à nombre de causes internationales.

41La rupture avec le régime de Somoza, en 1979, sous López Portillo, marque le point fort de ce virage, réalisé sans l’accord des États-Unis ni des secteurs les plus conservateurs du Mexique ; en effet, pour eux, c’était ouvrir “les portes au communisme international”. L’appui ultérieur que le Mexique apporte au régime sandiniste est bien connu. A partir de 1979, de nouvelles variantes apparaissent dans la conduite de la politique extérieure mexicaine : on crée des programme d’aide économique en faveur de l’Amérique centrale et des Caraïbes financés par la “manne” pétrolière et pour la première fois, on réactive la vie diplomatique du parti, qu’Echeverria avait commencé à mettre en place : le PRI, avec ses cinquante années de pratique du pouvoir, assume la présidence d’un regroupement de partis d’orientation social-démocrate (COPPAL) afin de trouver une “troisième voie” pour affronter la crise centraméricaine. C’est la première initiative de nature multilatérale entreprise par le Mexique pour la pacification de l’Amérique centrale.

  • 14 En 1979, Pemex captait près de 40 % des dépenses du secteur parapublic et, selon la revue Fortune, (...)

42La fin de la présidence de José López Portillo voit la chute des prix du pétrole, la hausse des taux d’intérêts internationaux, l’inflation incontrôlable, le déficit des Finances publiques, entre autres facteurs déterminant la crise la plus sévère du Mexique d’après guerre. La perte de la manne pétrolière, la nationalisation surprise de la banque, la dépendance économique accrue vis-à-vis des États-Unis dessinaient un avenir incertain y compris à l’échelle internationale et sur le plan interne, il était de plus en plus évident que le choix d’une croissance économique reposant sur l’exportation massive de pétrole était erroné14.

L’ÉTAT MEXICAIN ENTRE LE PRAGMATISME ET LE VOISINAGE AVEC LES ÉTATS-UNIS

43A partir de 1982, le pays connaît une situation dichotomique : malgré une situation intérieure critique, le gouvernement mexicain maintient ses engagements politiques extérieurs, expression de sa souveraineté dans le milieu international. Miguel de la Madrid (1982-1988) trouve un pays désarticulé à l’intérieur comme à l’extérieur car les États-Unis avaient exprimé en termes publics et diplomatiques qu’ils n’acceptaient pas les changements introduits par le Mexique dans ses relations à l’égard de l’Amérique latine et plus spécialement de l’Amérique centrale. Le pétrole avait octroyé une large marge d’indépendance économique mais paradoxalement, ses succès et ses actions de solidarité au sud du Rio Suchiate étaient comptabilisés à son débit au nord du Rio Bravo qui allait récupérer sans tarder ses créances.

  • 15 Cf. Francisco Lazo M., “Έl Pacto de San José, un ejemplo de comercio y cooperación Sur-Sur ?, Cuad (...)

44A partir de cette date, le Mexique est soumis à de nombreuses pressions. Il doit signer une nouvelle lettre d’intention auprès du FMI qui implique un sévère programme d’austérité d’inspiration monétariste soumettant la croissance économique au paiement ponctuel des intérêts de la dette extérieure. Cet état de fait conduit le Mexique à rectifier souvent ses positions, par exemple à rompre de façon temporaire l’Accord de San José (1980-1984) qui prévoyait des fournitures de pétrole au Nicaragua.15 Malgré cela, en essayant de se soustraire à un bilatéralisme excessif, le Mexique réalise des avancées importantes qui non seulement ont favorisé sa politique internationale mais aussi rendu possible le processus de paix en Amérique centrale.

Le Mexique et le groupe Contadora

  • 16 Cf. Francisco Lopez, “Contadora 1986, Más problemas, menos opciones” et Maria Teresa Gutierrez Hac (...)
  • 17 Pour une analyse détaillée des opérations du groupe Contadora consulter les “Cronologías” publiées (...)

45Le groupe Contadora,16 créé en 1983 a survécu de manière étonnante et parfois héroïque, obtenant des gains importants pour l’Amérique latine : arriver à ce que les ministres des affaires étrangères d’Amérique centrale dialoguent et rédigent un document à vocation pacificatrice est un fait majeur dans la mesure où la communication n’a jamais été la règle d’or dans cette région. La participation du Mexique au groupe Contadora, en dehors des fluctuations dont il a fait preuve,17 représente le point extrême d’une lutte pour sauver douze années d’une pratique diplomatique engagée bien au-delà de simples déclarations.

46La politique extérieure du Mexique s’est donc modifiée. Sa redéfinition, sans transiger sur les principes d’autodétermination et de non-intervention, n’est ni un recul ni un retrait par rapport à l’appui accordé dans le passé aux mouvements révolutionnaires ; elle signifie, au contraire une ouverture, à travers la discussion multilatérale, sur la possibilité d’un changement réel dans la région, indépendamment de l’influence des grandes puissances, États-Unis et Union Soviétique. La participation du Mexique au groupe Contadora, de 1983 jusqu’aux réunions d’Esquipulas en 1987 et à la fin de son intervention dans la Commission internationale de vérification et de suivi (CIVS) est l’expression la plus visible de ce nouveau changement dans la politique extérieure du Mexique en Amérique centrale.

  • 18 Cf. les déclarations du Sénat mexicain qui “considère imprescriptible le droit de l’Amérique latin (...)

47Après deux ans de sérieux problèmes avec les États-Unis, le Venezuela, la Colombie, Panama et le Costa Rica opposés à son approche du conflit centraméricain, la participation du Mexique au groupe Contadora apparaît comme une bonne solution dans la mesure où la présence d’instances multilatérales recherchant la paix, permettait de diminuer le bilatéralisme excessif de la relation Mexique-Nicaragua. Le Mexique s’ouvre alors à la discussion et même à la critique acceptant de modérer, à travers ces contacts, sa politique extérieure à l’égard d’autres pays.18

  • 19 Le 29 juillet 1985, les gouvernements argentin, brésilien, péruvien et uruguayen formèrent le “Gro (...)

48Si, dans un premier temps, c’est-à-dire de 1979 à 1986, le Mexique s’est fortement engagé aux côtés du Nicaragua, il n’était pas prêt à affronter directement les États-Unis en cas d’agression et donc les préjudices internes qui en découleraient. Mais en tant que membre fondateur du groupe, il lui devenait possible, en pleine crise régionale, de se prononcer dans un cadre collectif dans la mesure où les décisions relatives au Nicaragua ou à tout autre pays centraméricain relevaient de la responsabilité de tous les pays intégrant le groupe Contadora mais aussi du Groupe d’appui19. Bref, à travers Contadora, le Mexique a pu marquer des limites à l’action des États-Unis sur le terrain politico-diplomatique tout en reconnaissant son extrême faiblesse économique.

  • 20 Cf. Brigitte Morrissette “Le Mexique sur un volcan” dans L’Actualité, octobre 1988 Montréal, pp. 1 (...)

49A partir de 1988, il est évident que le cadre des discussions pour la paix dans la région n’est pas le même qu’en 1983 ; le Mexique doit maintenant se centrer sur des questions plus urgentes pour lui comme celles de la crise économique, la dette extérieure et le narcotrafic international. Il existe plusieurs options mais toutes doivent prendre en compte et son appartenance au système géopolitique des États-Unis et les indiscutables changements intérieurs ; en effet, la politique extérieure et intérieure a de nouveaux interlocuteurs, au dedans comme au dehors des Chambres des députés et des Sénats du Mexique et des États-Unis. Traditionnellement, les déclarations et les décisions en matière de politique extérieure s’élaboraient dans un milieu homogène, ce n’est plus le cas à la suite des changements politiques que le Mexique a connu avant et après les élections présidentielles de juillet 198820.

  • 21 Cf. PACA (Policy Alternatives for the Carribean and Central America), document interne, 1990. Le d (...)

50Au cours des années quatre-vingt, la liaison par les États-Unis du concept de sécurité nationale à leur capacité militaire a impliqué de coûteux budgets qui, à la longue, sont à l’origine des problèmes qui grèvent aujourd’hui leur économie (déficit budgétaire et commercial, syndrome de récession...). Ronald Reagan a quitté la présidence sans avoir envahi l’Amérique centrale et l’administration Bush fait du commerce extérieur un élément prioritaire dans la définition du concept de sécurité nationale, ce qui suppose le renforcement des relations économiques et politiques avec le Mexique et le Canada. L’intégration économique accélérée du Mexique et le repositionnement militaire au Panama servent donc à clore un espace vital pour les États-Unis. L’intervention à Panama avait également un objectif économique : empêcher qu’une puissance comme le Japon puisse élargir son espace dans une zone qui est stratégique pour le projet du “Bassin du Pacifique”21.

51Dans quel espace va se trouver placé le Mexique alors que la décennie des années quatre-vingt dix s’annonce comme une période où les questions géoéconomiques domineront la relation Nord-Nord ?

LE LIBRE COMMERCE COMME PROJET HISTORIQUE DE L’ÉTAT MEXICAIN

52La mise en place d’un marché commun de l’Amérique du Nord ou la possibilité d’aboutir à un accord de libre commerce entre le Mexique et les États-Unis, semblable à celui signé entre les États-Unis et le Canada en 1988 est une proposition qui gagne du terrain auprès d’importants secteurs du gouvernement et parmi les chefs d’entreprise ; certains secteurs de la société civile, ne l’oublions pas, lui sont aussi favorables car ils estiment, comme sous Miguel Alemán (1946-1952) que le Mexique ne pourra que bénéficier d’un accroissement du poids des États-Unis dans son économie.

  • 22 Maria Teresa Gutierrez Haces, “México y Estados Unidos baja la perspectiva del libre-cambio”, Méxi (...)
  • 23 Cf. des auteurs comme Bagley, Reynolds, Weintraub, 1989.

53Ceci rouvre un débat économique et politique qui, périodiquement, depuis les années quarante se ravive puis avorte à cause de la nature de la relation Mexique-États-Unis. La question de l’intégration fait partie d’une vaste polémique qui déborde largement le cadre de la politique extérieure pour s’inscrire entièrement dans celui d’un “projet national”22. Depuis la fin des années trente, le Mexique a dû se situer par rapport à deux options : le nationalisme et le protectionnisme économique d’une part et d’autre part, une improvisation quotidienne acceptée de ce que l’on nomme “l’intégration silencieuse” ou “l’administration de l’interdépendance”.23

  • 24 R. Benitez, L. Gonzalez, M. T. Gutierrez, Paz Marquez, M. Verea, Viejos desafios, nuevas perspecti (...)

54Les propositions de participer au système global des États-Unis sous la bannière du libre commerce ne relèvent pas en soi d’une initiative novatrice. Nous avons vu que depuis la signature du premier accord commercial, en 1942, les deux pays ont souvent tenté de conclure des accords partiels ou globaux inspirés des postulats du libre-échange. C’est ainsi qu’entre 1944 et 1947, le Mexique rejette les propositions d’accords du type libre-échangiste et dans les années soixante-dix, il repousse les propositions du président Carter pour l’établissement d’un marché commun et la création d’une zone de libre commerce.24

55Depuis la Seconde Guerre mondiale, la politique économique extérieure des États-Unis vise l’approfondissement du bilatéralisme et l’exclusivité dans leurs relations avec leurs voisins immédiats, le Canada et le Mexique. Ils ont donc recherché un modus operandi inspiré du libre commerce pour l’établissement d’une relation commerciale, avec le Canada dès 1854 et avec le Mexique depuis 1934.

56Cette position libre-échangiste a toujours rencontré l’opposition de groupes politiques et économiques à l’intérieur des États-Unis ; ainsi les agriculteurs de Californie et de Floride, les éleveurs du Texas qui avaient manifesté contre l’accord de 1942, mettent en place, dans le Congrès, en 1991, un groupe de pression contre le Traité de libre commerce avec le Mexique.

57La question d’un traité de libre échange s’est inscrite dans le vaste débat sur la modernisation du pays et s’est centrée autour d’un certain nombre de points clés :

  • la part de liberté que l’on doit laisser au marché,
  • le niveau de participation permise à l’initiative privée,
  • le poids économique et politique de la société civile concernée par les bénéfices d’une stratégie particulière de distribution de richesses à un moment donné.

58Celui-ci relançait le débat du choix entre pratiques protectionnistes et libre-échangistes dans un contexte économique où le démantèlement du cadre protectionniste apparaît à beaucoup comme un des éléments d’une possible intégration au marché mondial.

59La nouvelle intégration que proposent les États-Unis au Canada comme au Mexique est différente des projets précédents : cette fois-ci les États-Unis s’érigent en grand organisateur d’un espace possédant une valeur économique et géopolitique. Ce que l’on peut appeler de préférence “continentalisation” est la réponse spécifique à trois crises économiques nationales. Bien qu’ayant des motivations distinctes, les trois pays ont en commun la certitude qu’un accord de libre commerce les relancerait sur la voie de la compétitivité internationale.

60Ainsi donc, la politique de continentalisation cherche à construire progressivement un espace économique et politique intégrant, sur la base de la complémentarité, les trois pays dans un bloc économique ouvert sur l’intérieur et exclusif par rapport à l’extérieur. Tout ceci conduit au constat que la construction de nouvelles instances d’intégration économique correspond directement à une forme d’autorégulation que le système capitaliste utilise pour résoudre les crises de l’ordre économique international.

61Ces dernières années, le débat au Mexique s’est centré surtout sur les options définies à partir du marché conçu comme agent efficace de régulation et non en fonction d’une gestion étatique qui, dans l’opinion de beaucoup, a accéléré la crise économique nationale. Dans ce sens, on assiste à un dédoublement du comportement du PRI-gouvernement dans la mesure où critiques de l’ouverture et mesures en sa faveur proviennent et du gouvernement et du parti alors que, pendant quarante ans, ils ont impulsé une politique économique protectionniste qu’ils condamnent aujourd’hui.

62La quasi obligation de choisir entre une politique économique reposant sur une gestion étatique forte et protectionniste et une politique donnant la priorité à la libre circulation des forces du marché est en réalité un faux dilemme. L’État a rempli au Mexique une fonction d’intégration, appelée traditionnellement le nationalisme économique, une idéologie qui justifiait la mise en oeuvre d’un projet de développement économique s’appuyant sur la création d’un marché intérieur. Certes, tous les éléments composant aujourd’hui la politique économique d’ouverture ne pourraient être mis en place sans l’intervention de l’État mais ce qui a changé dans la pratique, depuis 1982, ce sont ses priorités plus que son mode de participation dans le processus de changement appelé maintenant “modernisation”.

63Cette réduction de l’État n’est pas un signe d’affaiblissement mais la traduction d’un processus de restructuration interne de l’État-parti dominant, qui décide de se repositionner économiquement face aux exigences du Fonds monétaire international et de son propre projet néolibéral. Le projet économique actuel construit une structure qui ne s’appuie plus sur l’industrialisation par substitution d’importations, ni sur le marché intérieur mais sur la consolidation d’une industrialisation liée au projet maquilador qui crée des chaînes de production et de commercialisation dans le nord mexicain orientées vers l’exportation. Ce projet modernisateur d’ouverture économique divise le pays.

64Qui dirige ? l’État ou le marché ? telle est la question qui est au coeur du débat mais un débat qui tend à disparaître puisque c’est le groupe hégémonique lui-même qui, à la fois, cherche à supprimer le vieux nationalisme d’État avec son protectionnisme discutable et favorise un marché ouvert comme régulateur social efficace. Ainsi, la politique économique est, au Mexique, l’instrument d’un État-parti qui veut prolonger son pouvoir hégémonique grâce à une nouvelle distribution des tâches qu’il s’auto-confère et le consolider au travers du Traité de libre commerce ; sur le plan interne, il applique une politique d’“amaigrissement” le faisant passer d’État propriétaire à État solidaire grâce à des mesures populistes en faveur de secteurs sociaux précis et dans le cadre du Programme national de solidarité (Pronasol).

NOUVELLE POLITIQUE ÉCONOMIQUE ET CHANGEMENTS DE L’ÉTAT

65C’est dans les années soixante-dix que cet important changement s’amorce ; pour la première fois il semble pertinent de modifier quelque peu les orientations protectionnistes de la politique économique, ce qui se traduit, grâce à la “manne” pétrolière, par une plus grande ouverture et par... une dette extérieure démesurée. Il en a résulté une avalanche d’importations somptuaires, néfastes pour la balance commerciale, et une crise de la dette externe qui a abouti à la débâcle économique de 1982.

  • 25 United States International Trade Commission, Review of Trade and Investment Liberalization Measur (...)

66A partir de 1983, la politique économique s’appuie de nouveau sur l’ouverture vers l’extérieur, ce qui implique, cette fois-ci, d’importants changements macro-économiques liés aux exigences de la renégociation de la dette et des accords signés avec le Fonds monétaire international ; ces changements ont transformé de façon irréversible la société mexicaine, particulièrement la politique anti-inflationniste : contrôle des prix, quasi blocage des salaires, vente d’un grand nombre d’entreprises publiques, reprivatisation de la banque, ouverture commerciale, libéralisation du régime de l’investissement étranger, sans oublier d’autres mesures prises auparavant comme l’entrée du Mexique dans le GATT (1986), la reconversion industrielle engagée depuis 1982, la signature de deux accords-cadres d’entente économique entre le Mexique et les États-Unis (1987 et 1989) et les réformes récentes de la réglementation de l’industrie maquiladora.25 Toutes ces mesures ont été appliquées depuis 1982 dans le cadre de la stratégie dite de “modernisation” qui a recours à des solutions de choc et à des ajustements économiques et politiques menés avec rapidité mais sans réelle négociation avec les secteurs affectés.

67Il existe des différences qualitatives entre les processus de modernisation antérieurs et l’actuel :

  • historiquement, l’État mexicain, en tant que parti d’État s’était érigé en moteur du développement économique du pays avec l’appui d’un vaste consensus social comme le montrent l’expropriation du pétrole sous la présidence de Lázaro Cárdenas (1938) et la décision, dans les années quarante, de mener un projet d’industrialisation par substitution d’importations, un projet appuyé par les citoyens malgré les sacrifices économiques et sociaux qu’il impliquait.
  • au contraire, depuis 1982, l’intervention de l’État représenté par le PRI-gouvernement est soumise à un profond questionnement de la part de la société : en tant que gérant de l’économie, promoteur du développement économique, l’État ne jouit plus du même consensus.
  • cette remise en question ne se limite pas au rapport société-État, il se manifeste aussi à l’intérieur de l’appareil étatique lui-même ; en effet, un important groupe de technocrates étroitement liés à la personne du président sont partisans du libre commerce ; ils critiquent le protectionnisme et le nationalisme économique en justifiant ainsi l’option du libre-échange. Ceci crée une claire division entre les néolibéraux et les groupes attachés à l’image ancienne de l’État.

68Cet aspect a souvent été minimisé ; or c’est justement l’existence de ces deux tendances au sein du PRI-gouvernement qui explique en grande partie la dynamique déjà engagée dans la période antérieure à la négociation formelle du Traité de libre commerce. La consolidation d’une politique économique reposant sur le libre commerce suppose la négociation d’un nouveau pacte social analogue à celui qu’avait suscité le projet d’industrialisation par substitution d’importations dans les années quarante. Il s’agit donc de convaincre les divers secteurs politiques et sociaux des bénéfices qui résulteraient d’un traité de libre commerce.

69Actuellement, on vit une étape de transition où, face à une absence de consensus réel, l’exécutif, ou plus précisément le président Salinas et ses collaborateurs les plus proches, se voient obligés d’entamer un processus de négociation vertical, appuyé uniquement par la technocratie néolibérale et par les groupes économiques privés liés au processus d’ouverture commerciale. C’est ainsi que l’État, pour mettre en oeuvre cette nouvelle modernisation sur la base d’un projet de libre commerce doit abandonner nombre des éléments qui l’on consolidé il y a quarante ans : protectionnisme, corporatisme, politiques sociales redistributives, éducation populaire etc. et affronter une forte aise de légitimité.

Notes

1 Maria Teresa Gutierrez Haces, “La Política económica de Estados Unidos bajo el libre comercio” dans La Administración Bush., CISEA, UNAM, México, 1991.

2 “Il serait erroné de considérer que cette stratégie obéissait uniquement à la situation de guerre. Alors que l’État mexicain était préoccupé par l’urgence de consolider un projet d’industrialisation par substitution d’importations, les États-Unis, eux, élaboraient, depuis les années trente, une politique économique extérieure basée sur l’élargissement des marchés pour leurs produits”, F.D. Roosevelt, San Francisco, 1932.

3 Maria Teresa Gutierrez Haces, “Experiencias y coincidencias de una vecindad bajo el libre comercio, México, Canada, y los Estados Unidos” dans La Integración comercial de México a Estados Unidos y Canada, Siglo xxi édit., México, 1990.

4 Pour la valeur stratégique de certains produits comme le plomb et le soufre, consulter : Alma Parra, El Comercio del azufre durante los años 60 en la relación México-Estados Unidos et Maria Teresa Gutierrez Haces, “México y Canada frente a sus destino continental”, Revista Nuestra America n° 16. Centro Coordinador y Difusor de Estudios Latinoamericanos, UNAM, Mexico, 1990.

5 Voir : Olga et I. Pellicer de Brody, Historia de la Revolución Mexicana, tome 23, El Colegio de México 1978, et Rafael Izquierdo “El proteccionismo mexicano”, dans Leopoldo Solis, La Economia mexicana, Fondo de Cultura Economica, Mexico 1973.

6 Maria Teresa Gutierrez Haces, “La relación México-Estados Unidos : crisis interna y reajustes externos”, Cuadernos Americanos, n° 15 vol 3 1989, UNAM, Mexico ; et Mario Ojeda, “Las relaciones de México con los países de América Central”, El Colegio de México 1985 et “El Surgimiento de una política exterior activa”, SEP, Mexico, 1986.

7 L’analyse des événements survenus entre 1979 et 1988 et leur évaluation, présentées dans ce texte s’appuient sur différents travaux publiés antérieurement, dont Maria Teresa Gutierrez Haces, “La Política exterior de México a través del conflicto centroamericano”, Cuadernos Americanos, 1989 et “Une décennie dans la relation diplomatique Mexique-États-Unis”, Cahiers des Amériques Latines, n° 8, Paris 1990.

8 Maria Teresa Gutierrez Haces, “Le Canada et le Mexique : autonomie et interdépendance dans les années quatre-vingt”, n° 12, Université du Québec à Montréal, 1987.

9 Luis Maira “La Crisis norteamericana y el debate sobre sus raíces en los Estados Unidos” dans Centroamérica, Futuro y Opciones. Fondo de Cultura Economica, México, 1983, p. 37.

10 René Herrera Zuñiga et Manuel Chavarria, “México en Contadora : una busqueda de limites a su compromiso en Centroamérica”, Foro Internacional, vol XXIV, n° 4, 1984.

11 “México ante el Mundo”. Secretaria de la Presidencia. México 1974

12 José Lopez Portillo, III Informe de Gobierno, México. 1er septembre 1979.

13 Cf. Mario Ojeda “México : el surgimiento de una política exterior activa”, SEP México, 1986, pp. 64-74.

14 En 1979, Pemex captait près de 40 % des dépenses du secteur parapublic et, selon la revue Fortune, cette entreprise occupait le vingtième rang parmi les 500 premières entreprises pour les ventes, au niveau international.

15 Cf. Francisco Lazo M., “Έl Pacto de San José, un ejemplo de comercio y cooperación Sur-Sur ?, Cuadernos de Divulgacion, n° 2, CINAS, México, 1986.

16 Cf. Francisco Lopez, “Contadora 1986, Más problemas, menos opciones” et Maria Teresa Gutierrez Haces “México : el principio de una reconversión diplomática”, Cuadernos CECARI, n° 2 Serie de Estudios Coyunturales, México, décembre 1986.

17 Pour une analyse détaillée des opérations du groupe Contadora consulter les “Cronologías” publiées par le Centro de Estudios Centroaméricanos de Relaciones Internacionales (CECARI) et les Cuadernos CECARI n° 1 et 2, Mexico, 1986 et 1987.

18 Cf. les déclarations du Sénat mexicain qui “considère imprescriptible le droit de l’Amérique latine à résoudre ses problèmes sans ingérence et condamne les actions diffamatoires engagées par certains secteurs des États-Unis”, rapportées dans le quotidien El Dia, Mexico, 1er mars, 1986.

19 Le 29 juillet 1985, les gouvernements argentin, brésilien, péruvien et uruguayen formèrent le “Groupe d’appui” au processus de Contadora, avec pour objectif principal d’exercer une pression diplomatique en faveur de la négociation du processus de paix.

20 Cf. Brigitte Morrissette “Le Mexique sur un volcan” dans L’Actualité, octobre 1988 Montréal, pp. 112-118.

21 Cf. PACA (Policy Alternatives for the Carribean and Central America), document interne, 1990. Le document met en évidence l’importance des relations économiques : le Panama était au premier rang des pays latino-américains pour les investissements japonais.

22 Maria Teresa Gutierrez Haces, “México y Estados Unidos baja la perspectiva del libre-cambio”, México Internacional., janvier 1990.

23 Cf. des auteurs comme Bagley, Reynolds, Weintraub, 1989.

24 R. Benitez, L. Gonzalez, M. T. Gutierrez, Paz Marquez, M. Verea, Viejos desafios, nuevas perspectivas en la relación México-Estados Unidos, Edit. Porrua, México, 1988.

25 United States International Trade Commission, Review of Trade and Investment Liberalization Measures by Mexico and Prospects for Future United States- Mexican Relations, Washington DC, 1990.

Auteur

Professeur à l’Université nationale autonome de Mexico (UNAM)/Centre de recherche sur les États-Unis

© Éditions de l’IHEAL, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540