Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mexique à l’aube du troisième millénaire

 | 
Marie-France Prévôt Schapira
, 
Jean Revel-Mouroz

Deuxième partie. Économie et territoire : les enjeux de l'ouverture

Chapitre 4. L’énergie : perspectives et scénarios pour l'an 2000

Alain Vanneph

Texte intégral

1On connaît toute l’importance actuelle et historique du secteur énergétique mexicain en général, et du pétrole en particulier.

2Il suffit à cet égard de rappeler que le secteur énergie représente 10 % du PIB, 300 000 emplois, et qu’il a induit à l’époque du boom pétrolier jusqu’à 75 % des rentrées de devises et 50 % des recettes fiscales de l’État. Il suffit de rappeler que cette importance stratégique a été reconnue par l’État, précocément, au point d’aboutir à la nationalisation et au monopole de toutes les sources d’énergie.

3On peut aussi souligner que le Mexique sur ce point n’a jamais été déficitaire, sauf courte exception et, au contraire, a le plus souvent compté à la fois sur la disponibilité et le bon marché de son énergie pour servir de base à sa croissance industrielle et agricole et comme important vecteur d’exportations.

4Enfin la position du Mexique dans la hiérarchie internationale conforte définitivement ce caractère spécifique :

  • Second exportateur mondial de pétrole en 1921, quatrième aujourd’hui,
  • Seconde puissance mondiale en géothermie,
  • 18e producteur d’électricité.

5Quelle sera la situation en ce domaine en l’an 2000 ?

LES ZONES PÉTROLIERES DU MEXIQUE

LES ZONES PÉTROLIERES DU MEXIQUE

PROBLEMES DE PROSPECTIVE

6La question comme pour tous les autres secteurs clefs suscite autant d’intérêt que de difficultés.

7L’exercice de prospective comporte peut-être même plus de risques qu’ailleurs, tant les paramètres d’évaluation sont ici complexes et variables, à la fois économiques et techniques, politiques et syndicaux, et surtout à la fois internes et internationaux.

8Rappelons par exemple la prédiction de cet expert qui, en 1970 annonçait que le prix du baril de pétrole ne dépasserait jamais 10 dollars ! Rappelons surtout son nom, c’est là où réside le sel de l’anecdote : il s’agit tout simplement de Milton Friedman, prix Nobel d’économie.

9On peut aussi à l’inverse citer cette brillante analyse prospective émanant de la première mutinationale mondiale, Exxon, et prévoyant en 1980 que le prix du baril atteindrait en 1985, 50 à 60 dollars.

10Il est donc dans ces conditions très hasardeux de notre part, de se lancer dans une perspective sur dix ans, d’autant plus dans le cas mexicain, lorsqu’à la volatilité ainsi démontrée de l’objet s’ajoute un surréalisme du pays, tout aussi typique et tout aussi démontré.

11En fait, la seule certitude de cette étude concerne le maintien, à l’aube du troisième millénaire, et bien au-delà, de la position potentiellement excédentaire du Mexique en matière d’énergie.

12- Pour le pétrole, les réserves assurent plus d’un demi-siècle d’exploitation. Un peu moins pour le gaz.

13Au rythme actuel, bien sûr, mais les progrès dans la récupération, et le potentiel de nouvelles découvertes, avec seulement 20 % du territoire réellement explorés, couvrent largement ces éventuels accroissements de consommation.

14- Pour l’hydroélectricité, existe un potentiel de 80 Twh, dont seulement 30 % est actuellement valorisé.

15- Pour la géothermie, le potentiel de 4Gw n’est utilisé qu’à 10 %.

16- Pour le charbon (non cokéfiable), les 6 000 Mt de réserves équivalent à un potentiel énergétique de 5,5 Gw, dont seuls 10 % ont été mis à profit.

17- Pour l’uranium enfin, les 15 000t répertoriées ne seront consommées qu’à 60 % par le réacteur nucléaire de Laguna Verde.

18Les problemes d’évolution énergétique en l’an 2000 ne tiennent donc pas aux limites techniques, quantitatives, des potentiels mexicains.

19La marge de manœuvre reste donc ouverte, à la fois dans les volumes de production et dans les répartitions sectorielles, pour satisfaire la croissance normale des demandes intérieures et dégager éventuellement des surplus. La politique énergétique mexicaine s’exprime donc en termes de choix. Nous en étudierons les modalités successivement à travers les hydrocarbures, qui représentent 90 % de l’énergie primaire mexicaine (50 % pour le pétrole, 40 % pour le gaz), puis à travers les autres sources d’énergie.

LA RICHESSE PÉTROLIERE

20Dans le domaine pétrolier, notre démarche sera de dégager les tendances profondes, puis les variables externes et internes susceptibles de les infléchir. Le noyau dur dégagé depuis la crise et conforté par les prescriptions à court terme, et à l’horizon 2000 du Programme national d’énergie, comprend stabilisation, diversification et progression qualitative pour l’offre, économies sur la demande. La démarche d’expansion et du “tout pétrole”, en négligeant les gaspillages et les coûts, de l’époque du boom est révolue.

21La priorité est à l’optimisation. Depuis 1982 la plateforme d’exportations reste stable. Elle a même légèrement décru sous les 1,5 Mb/j pour suivre les limitations de l’OΡΕΡ. Les ventes intérieures égalent aujourd’hui en valeur les exportations. L’ajustement de production est d’autant plus faible, qu’il ne porte que sur l’adaptation à une demande intérieure languissante, bridée par la crise, par la hausse des prix intérieurs et les incitations aux économies d’énergie.

22L’effort principal porte sur le contrôle de l’autoconsommation qui représente près de la moitié des consommations énergétiques.

23Les investissements sont réduits et la recherche de nouveaux gisements marque le pas : la déplétion dépasse le renouvellement. Tout se passe comme si le pétrole devait suivre un profil bas et vivre sur les acquis du boom, simplement en optimisant par une politique d’amélioration qualitative moins coûteuse et plus rentable, les résultats obtenus.

24Amélioration de la productivité, de la maintenance et de la gestion, et meilleure vérité des prix étaient inscrits dans le plan : les circonstances économiques difficiles et la chute des prix en accélèrent l’exécution. Le changement est important, car en fait, ni après la nationalisation, où la fonction « nationale et sociale » de Pemex passait avant tout critère de gestion, ni durant les années du boom, cette politique de qualité n’avait été à l’ordre du jour.

25De sorte que le pétrole se banalise, sur le plan intérieur où sa part doit diminuer, et sur le plan extérieur puisque les 6,5 G$ d’exportation obtenus en 1988 ne représentent plus que la seconde source de devises (1/3), derrière les exportations manufacturières. Loin derrière les records des années de bonanza, la « dépétrolisation » du Mexique est bien en cours.

26Mais cette évolution se continuera-t-elle ainsi pendant la prochaine décennie ? Tout dépend aussi de l’influence éventuellement différenciée dans le futur de variables externes et internes.

- Variables internes

27L’évolution actuelle s’inscrit dans le cadre d’une économie de crise et d’une politique d’austérité, et d’ouverture qui conforte la « banalisation » des hydrocarbures.

28Le choix de priorité au tourisme et à la maquila, plutôt qu’à l’industrie lourde, et le choix de valorisation du pétrole comme matière première de l’industrie chimique, classée comme prioritaire, rendent la disponibilité et le prix des produits pétroliers moins déterminants. A partir du moment où la fonction exportatrice du pétrole n’est plus exclusive, la politique d’austérité et de restriction des investissements concerne aussi le pétrole : on l’a bien vu avec l’abandon ou l’ajournement des grands pôles ou complexes portuaires et pétroliers.

29Le coup de force du président Salinas à l’encontre du tout puissant syndicat pétrolier s’inscrit pleinement dans ce contexte, qui à la fois permet de prendre le risque et l’impose comme préalable à la modernisation du secteur.

30Mais cette modernisation se trouve modulée dans sa rapidité et sa profondeur par toutes les rétroactions entre énergie et économie.

31La hausse des prix pétroliers, au-delà de l’inflation, présente ses avantages. Elle améliore la trésorerie et la capacité d’autofinancement de Pemex. Elle dégage des rentrées fiscales supplémentaires. Elle incite aux économies d’énergie et limite la croisssance de la demande. Elle permet enfin des crédits pour améliorer la qualité non polluante des carburants. Elle laisse davantage de surplus disponibles pour l’exportation. Elle pèse peu sur l’essor de la maquiladora et du tourisme.

32Mais elle a aussi ses limites. Limites sociales dans la mesure où la fiscalité indirecte pèse davantage sur les pauvres, et sur les classes urbaines populaires attachées à la voiture individuelle, ou, ce qui revient au même sur le prix des transports en commun. Dans les campagnes, elle se traduit par une hausse des coûts de la mécanisation et des engrais. Ces limites sociales constituent aussi des limites politiques, surtout dans le contexte de “démocratisation” du sexennat de Salinas de Gortari. Et des limites économiques : en diminuant pour l’industrie l’avantage comparatif d’une énergie bon marché, cette politique peut limiter la compétitivité à l’exportation Par ses effets sur le prix du ciment et de l’acier, elle pèse sur le bâtiment et les travaux publics.

33Au total, elle est inflationniste et se heurte donc aux efforts financiers menés dans le cadre du Pacte et solidarité économique.

34Des équilibres plus délicats qu’il n’y paraît modulent donc la politique énergétique. Des équilibres instables, soumis aussi à des paramètres de politique intérieure : la stratégie d'optimisation peut être remise en cause, si une politique de relance se substitue à l’austérité. En ce cas, le pétrole, et son prix intérieur peuvent retouver une importance nouvelle.

35De même la disponibilité des hydrocarbures redevient un problème dans la mesure où cette politique s’accompagnerait d’une expansion de la consommation, avec des différentiels régionaux dans la demande.

36Telle serait en particulier l’alternative en cas de victoire néo-cardéniste, d’autant qu’elle s’assortirait par définition d’une renaissance du rôle de l’État en général et du rôle symbolique de Pemex en particulier, en conformité avec l’idéologie « révolutionnaire » du courant populiste.

37Les choix pétroliers ne sont donc pas seulement techniques. Ils résultent largement d’équilibres entre les groupes de pression politico-économiques ou syndicaux, en fonction de rapports de force et de négociation entre les personnalités dirigeantes, telles que le président, bien sûr, les tendances du PRI, comme le groupe de l’État de Mexico, très impliqué dans les affaires parapétrolières, la technostructure de Pemex ou du ministère de l’Économie et de l’Industrie (SEMIP), le ministère de l’Environnement et du Développement urbain (SEDUE) pour les mesures anti-pollution, le syndicat pétrolier, naturellement, les groupes régionaux, les représentations patronales etc.

38Lorsque tout se décide au coup par coup, en fonction des habiletés manœuvrières de chacun, il devient de plus en plus difficile de traiter ces variables internes et de prévoir une évolution logique...

39D’autant plus qu’il reste à prendre en compte aussi les variables extérieures.

- Variables extérieures

40Elles pèsent d’abord indirectement, mais fortement par leur influence sur l’ensemble de la conjoncture économique mexicaine. En particulier le problème de la dette extérieure réagit sur tous les paramètres economiques. Mais c’est surtout sur le niveau des exportations et sur la quantité de devises générée que le Mexique se trouve dépendant de l’extérieur, malgré la nationalisation.

41Le marché international constitue une variable décisive, à plusieurs niveaux :

  • variable offre ou OPEP, puisque le rapprochement du Mexique avec le cartel conditionne les volumes maximaux d’exportation du pays.
  • variable demande, puisque les contrats clients sont devenus plus difficiles, et tendent à s’intégrer dans des perspectives géopolitiques, parfois concurrentes ou contradictoires, selon que se privilégie le choix politique d’intégration Sud-Sud, d’intégration latino-américaine, de coopération Pacifique ou de zone de libre-échange avec le Canada et les États-Unis.
  • variable prix enfin, encore plus difficile à évaluer puisque le prix du baril dépend de la cohésion de l’ΟΡΕΡ, du découplage PIB/énergie des pays consommateurs, des aléas politiques du Moyen-Orient, de l’évolution de la technologie et de l’économie internationale, et, en dernière analyse des choix politiques et économiques des États-Unis qui, par ailleurs continuent à absorber plus de 50 % des exportatons mexicaines.

42Dès lors deux observations s’imposent :

43La première concerne l’importance des États-Unis dans la définition des perspectives énergétiques en l’an 2000. Ce que nous venons de noter, se rajoutant aux effets amont sur les choix économiques décisifs (maquiladora, tourisme), ou sur les choix géopolitiques (GATT, intégration...).

44Avec toutefois une marge de manœuvre étroite, mais jouable par le Mexique, en sachant profiter des différents pouvoirs régionaux, sectoriels, ou partisans, c’est-à-dire des différents lobbies qui, autant que la Maison blanche font en réalité la politique américaine.

45La seconde remarque conforte l’importance du problème du prix du baril. Non seulement celui-ci pèse sur les rentrées en devises, donc sur les investissements ou remboursements du Mexique, et sur le rythme de production, mais il pèse sur les réserves elles-mêmes.

46Leur niveau est apparemment technique. Il dépend en fait des investissements diponibles pour la prospection. Il dépend de la technologie d’exploration mise en œuvre, en particulier dans l’off-shore, laquelle est moins limitée par les contraintes physiques que par la dépense que l’on accepte d’y consacrer, dépense elle même modulée par le bénéfice escompté, c’est-à-dire par le prix du baril prévu à moyen terme. C’est aussi ce prix qui décide des investisements dans les technologies de récupéation secondaire ou tertiaire, et donc du volume utile d’un gisement.

47Malgré ses efforts, la technologie mexicaine de l’Institut mexicain du pétrole (IMP) compte peu dans cette évolution.

48Une interrogation décisive concerne donc le degré de prise de conscience de l’importance de cette dépendance internationale par les responsables mexicains et la reconnaissance du fait que la nationalisation de Pemex ne saurait continuer à garantir une suffisante capacité d’autonomie.

49Il nous appartient pourtant, malgré toutes ces interrogations de proposer, pour conclure un scénario vraisemblable.

- Un scénario pour l’an 2000 ?

50Sauf bouleversement politique au Moyen Orient ou au Mexique, et mutation technologique majeure, les tendances dessinées en première partie devraient se confirmer :

  • stabilisation des activités pétrolières et des exportations,
  • progression régulière des prix intérieurs et de la demande,
  • expansion des usages pétrochimiques,
  • resserrement des liens technologiques, financiers et commerciaux avec le Japon, les États-Unis d’autre part,
  • lente diminution de la part du pétrole dans le bilan énergétique (de 90 à 70 %) et la balance commerciale.

51Cette évolution suppose des transformations radicales de Pemex. Comment mener à bien une politique très qualitative avec un outil forgé pour d’autres missions ?

52Un problème décisif sera donc celui de la réforme de Pemex, vers l’efficacité et la productivité, ce qui suppose l’abolition des pesanteurs bureaucratiques et syndicales d’une industrie d’État en situation de monopole.

53Le quinazo (arrestation et emprisonnement du leader pétrolier surnommé La Quina) de 1989 et la dénationalisation d’une partie de la pétrochimie vont dans ce sens. Mais, souhaitée par le gouvernement et le patronat, la privatisation de Pemex pose des problèmes politiques et psychologiques bien plus graves que pour les autres désengagements de l’État, étant donnée la valeur symbolique de la nationalisation de 1938.

54Il apparaît vraisemblable que l’évolution se fera par étapes très progressives, suivant un protocole qui pourrait être le suivant :

  1. Elargisssement à l’ensemble de la pétrochimie des mesures de privatisation et d’ouverture aux capitaux étrangers, après filialisation de la pétrochimie de base et développement de joint-ventures.
  2. Désengagement de Pemex de la distribution,
  3. Filialisation de l’off-shore et ouverture aux contrats-risque,
  4. Autonomie du gaz naturel,
  5. Ouverture de nouveaux périmètres d’exploration en association avec des compagnies étrangères.
  6. Abolition officielle du monopole, celui-ci pouvant être avantageusement remplacé, pour le maintien d’un contrôle national optimum, par une préemption de l’État mexicain pour l’achat (puis la revente) de toutes les productions d’hydrocarbures, à l’instar de ce que la Grande Bretagne a fait en Mer du Nord, en s’asssurant ainsi le maximum de contrôle et de rentrées fiscales, sans aucun investissement.

55Le rythme de ces mesures étant fonction des conditions politiques intérieures, c’est-à-dire des marchandages, des stratégies et positions de force entre les différents groupes de pouvoirs, ainsi que de l’évolution du marché international.

56Si celui-ci redevenait porteur, ou si les besoins des États-Unis se faisaient plus pressants, cette évolution devrait être achevée à l’aube du troisième millénaire.

57De même l’intégration Nord-américaine pourrait accélérer les processus, dans la mesure où, pour éviter des coïncidences chronologiques désagréablement vécues par les mexicains, cette réforme devrait précéder les décisions d’intégration. En supposant cette évolution réalisée pacifiquement, le problème principal posé par le pétrole mexicain en l’an 2000 devrait pour nous être celui du gaz naturel.

58A ce moment en effet, le marché le plus valorisant devrait être celui du gaz. Or, les erreurs d’appréciation des volumes dans le Sud-est, et les gaspillages de gaz, pour les usines ou les centrales thermiques, et surtout par combustion dans les torchères ou réinjection dans les gisements d’huile en sous-pression ont hypothéqué les disponibilités. Un effort très important d’investissements s’imposera donc, d’autant plus difficile que les opérations de liquéfaction et de transport de gaz naturel liquide sont coûteuses. Or Le problème décisif pour le Mexique, compte tenu de ses potentiels est bien celui des financements, non seulement pour les hydrocarbures qui en ont déjà beaucoup accaparées, mais pour les autres sources d’énergie qui méritent aussi qu’on s’y intéresse.

59Restera-t-il suffisamment de capitaux pour la promotion des autres énergies ?

LES AUTRES ÉNERGIES

- L’hydroélectricité

60Le charbon est déjà utilisé dans certaines centrales thermiques comme substitut au fioul. Mais sa médiocre disponibilité au Mexique et son caractère polluant en limitent le développement. Il appartient donc à l’hydroélectricité de compléter et de diversifier la production thermique dont la planification mexicaine prévoit qu’elle descende sous les 60 %, contre 70 % aujourd’hui, dont 85 % pour le fioul. Le potentiel est présent. Le rythme de mise en valeur effective dépend de disponibilités financières et donc largement encore du prix du baril : la construction de barrages et de réseaux électriques, notamment en milieu rural est une opération onéreuse.

61La réussite sur ce plan dépend donc :

  • des ressources de l’État, donc de la situation globale de l’économie, et du désengagement de l’État des subventions non prioritaires.
  • des coinvestissement apportés par le secteur privé, si des possibilités de contourner la nationalisation existent.
  • des choix nationaux de lutte contre la pollution La pollution pour l’électricité n’existe qu’à la source, dans les centrales thermiques. Elle est donc très contrôlable.

62En revanche, même avec un développement des tramways et du métro, elle ne saurait apporter de solution au problème de Mexico.

- La biomasse

63La richese du Mexique est indéniable, que ce soit sur l’Altiplano, avec la sylviculture, ou dans la zone tropicale où chaleur et humidité, notamment dans les milieux lagunaires multiplient les possibilités, en particulier avec les traitements enzymatiques ou bactériologiques des jacinthes d’eau. Le problème est donc lié aux priorités de coopération scientifique et de financement.

- L’énergie solaire

64Il en va de même pour le solaire, où le potentiel mexicain est encore plus grand : le prix du baril arbitre les décisions d’investissements. A 18 dollars, il n’en est pas question. Or les pays arabes raisonnables - beaucoup le sont en matière financière- ont, semble-t-il, bien compris le risque.

- La géothermie

65Le Mexique bénéficie ici à la fois de son énorme potentiel lié au volcanisme et de son avance acquise à Cerro Prieto et Los Azufres.

66La production géothermique est assez simple et réclame peu d’investissements. Son décollage ne dépend que de la résolution de problèmes de corrosion. Avec les progrès des matériaux composites, l’effort est à la portée scientifique et financière du Mexique.

67Le problème vient de ce que l’essentiel des crédits disponibles et des efforts technologiques a été dépensé dans le programme nucléaire.

- Le nucléaire

68La mise en œuvre de la centrale nucléaire de Laguna Verde (1,3 Gw) constitue, à notre avis, la plus belle erreur de la politique énergétique mexicaine, avant même celle du boom pétrolier, plus excusable, dans la mesure où les incertitudes étaient plus importantes.

69En laissant de côté le problème des risques d’une telle installation, la bévue réside à la fois dans la faible rentabilité des investissements pour 1 % de la production, et dans l’absence d’intérêt régional dans une région veracruzaine riche en hydrocarbures ou même bien placée pour importer à bon marché du charbon colombien.

70Mais surtout elle réside dans l’immobilisation superflue de capitaux et de matière grise qui auraient été infiniment plus utiles dans les autres potentiels énergétiques d’un pays qui n’a que l’embarras du choix entre hydrocarbures, solaire, biomasse et géothermie, mais où les ressources financières sont elles, limitées.

CONCLUSION

71Ce dernier élément vient donc conforter si besoin était les incertitudes sur un futur énergétique mexicain et sur la fiabilité des scénarios logiques.

72Aux questions de base déjà évoquées, à celles posées par M. Wionczeck, sur la coordination CFE-Pemex, sur l’inefficacité des incitations à la conservation de l’énergie, sur les pesanteurs politiques et syndicales, s’ajoute en effet, à partir de l’exemple de Laguna Verde, l’interrogation fondamentale sur le rôle que la logique est appelée à jouer ou à ne pas jouer, dans la définition et surtout la réalisation de la politique énergétique mexicaine à l’horizon 2000.

73Il est vrai que cette question n’est peut-être pas spécifique au Mexique, au problème de l’énergie, et qu’elle n’est pas non plus dans ce domaine spécifique du Mexique.

74C’est ce que résumait, avec un humour tout britannique cet expert de la compagnie pétrolière Total en Mer du Nord, en répondant à la question sur la durée de prévision fiable des prix pétroliers :

75« Notre capacité de prédiction s’étend, définitivement, jusqu’à Vendredi matin... »

76En mars 1993, l’actualisation de ce chapitre semble confirmer sur plusieurs points l’évolution envisagée :

  • la privatisation discrète et progressive, mais bien réelle de Pemex s’instaure en priorité à travers le secteur de la pétrochimie. Les deux étapes d’octobre 1986, puis août 1989 ont permis de contourner l’essentiel du monopole de la pétrochimie de base en déclassant vers le secteur dit secondaire la majorité des produits autrefois réservés à l’État. Seuls 20 produits demeurent réservés. 66 peuvent dépendre de l’initiative privée, après obtention d’un permis. 100 sont désormais totalement libérés.
  • la division de Pemex (16 juillet 1992) en trois branches largement autonomes, avec exploration-production, raffinage-distribution, et gaz-pétrochimie, parait bien initier un processus de filialisation.
  • la création d’une filiale Pemex-international confirme à priori le fait. Elle va, par son statut particulier et dérogatoire, favoriser les transactions financières. Mais elle peut aussi favoriser certaines formes de privatisation.
  • face aux pesanteurs, et malgré la volonté réformatrice du président Salinas de Gortari, toute cette évolution demeure trop lente. L’État mexicain ne dispose pas des capitaux suffisants pour alimenter les investissements nécessaires à l’expansion de Pemex. La défausse pétrochimique et la hausse des prix de l’énergie sont insuffisants : les réserves d’hydrocarbures ne sont pas renouvelées au même rythme que la déplétion.

77Un cinquième aspect imprévu pose en revanche problème. Il s’agit de l’entrée du Mexique au sein de l’Association de libre échange (Alena) regroupant Mexique, États-Unis et Canada. Même si, officiellement le président mexicain a confirmé le statut de monopole d’État et l’intangibilité de Pemex, le Mexique pourra-t-il résister aux pressions visant à introduire l’énergie dans l’intégration ? Entre les tentations de marchandage sur l’immigration, les besoins en capitaux, et inversement les blocages idéologiques entretenus par l’opposition et par une partie du PRI, le choix du rythme de la longue (et inéluctable ?) marche vers la privatisation de l’énergie devient encore plus important, encore plus politique, et donc encore plus délicat à prévoir...

Table des illustrations

Titre LES ZONES PÉTROLIERES DU MEXIQUE
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1009/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 691k

Auteur

Maître de conférences à l’Université de Paris X/CREDAL

© Éditions de l’IHEAL, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable