Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mexique à l’aube du troisième millénaire

 | 
Marie-France Prévôt Schapira
, 
Jean Revel-Mouroz

Première partie. Le défi démographique et la mégalopole

Chapitre 1. L’évolution démographique

Marie Eugénie Zavala de Cosio

Texte intégral

1Le Mexique termine le second millénaire de notre ère avec une population neuf fois plus nombreuse qu’au siècle précédent. Entre 1890 et 2000, la population aura augmenté de 95 millions, passant de 11,3 millions à 106 millions d’habitants (tableau 1).

  • 1 L’hypothèse haute donne une projection de 108,4 millions en 2000 et l’hypothèse moyenne de 108,3 e (...)

2L’accélération de la croissance démographique a conduit à trois doublements de population dans le siècle. Le premier doublement, entre 1900 et 1950, a vu passer la population mexicaine de 13,5 à 27 millions d’habitants en cinquante ans. Le deuxième doublement s’est effectué en vingt-deux ans seulement, la population atteignant 54 millions d’habitants en 1972. Finalement, le troisième doublement se produira aux alentours de l’an 2000, lorsque la population sera de 108 millions d’habitants, soit en 28 ans ou 29 ans, la date exacte dépendant des hypothèses de projection adoptées1.

3Le tableau 1 présente les estimations de la population totale entre 1900 et 1980, à partir des résultats des recensements de population, et des projections pour 1990 et 2000. Cette croissance démographique exceptionnelle est une conséquence directe des modalités de la transition démographique au Mexique. En effet, alors que la mortalité a commencé à baisser dès la fin du xixe siècle, et que les espérances de vie à la naissance ont plus que doublé entre 1930 et 1990, passant de 34 à 70 ans, la fécondité est restée extrêmement élevée jusque vers la fin des années soixante, avec des indices conjoncturels de fécondité de plus de 7 enfants par femme.

TABLEAU 1. MEXIQUE : POPULATION, 1900-2000

TABLEAU 1. MEXIQUE : POPULATION, 1900-2000

Source : CONAPO, estimations et projections (1989), hypothèse moyenne

4Entre le moment où la mortalité a commencé à diminuer rapidement (vers 1930) et le moment où la fécondité s’est réduite (1965), le décalage de 35 années a été à la source d’un important accroissement de population. Tout concourait d’ailleurs à encourager les naissances dans les années 1940-1970 : une législation pro-nataliste et populationniste datant de la première loi de population de 1936, une réforme agraire permettant l’accès à de nouvelles terres pour l’agriculture de subsistance, une croissance rapide de l’agriculture commerciale, le développement de l’industrie manufacturière et l’expansion des services urbains, consécutive à la croissance des métropoles.

5Les augmentations de population étaient alors facilement absorbées par le marché du travail et le niveau de vie de la population s’est considérablement élevé, grâce à des taux de croissance du produit national brut (PNB) qui ont dépassé en moyenne 6 pour cent par an entre 1940 et 1970, soit environ 3 pour cent annuels d’élévation du PNB par tête sur toute la période de trente ans.

6Ce sont les années du « miracle mexicain », où la croissance démographique et économique allaient de pair et s’encourageaient mutuellement. Les limites de ce modèle ne sont apparues que vers la fin des années soixante.

7Dans la période 1950-1980, les taux annuels moyens d’accroissement démographique ont été de l’ordre de 3 pour cent (tableau 2) et le Mexique a connu, pendant trente ans, une croissance de la population exceptionnelle pour un pays de cette taille. Il a fallu attendre le milieu des années quatre-vingt pour enregistrer des taux d’accroissement naturel inférieurs à 2,5 pour cent (tableau 2).

TABLEAU 2. TAUX ANNUELS MOYENS D’ACCROISSEMENT DÉMOGRAPHIQUE PAR PÉRIODES QUINQUENNALES, 1950-1990

TABLEAU 2. TAUX ANNUELS MOYENS D’ACCROISSEMENT DÉMOGRAPHIQUE PAR PÉRIODES QUINQUENNALES, 1950-1990

Sources : SPP, CONAPO, CELADE : México, estimaciones y proyecciones de población, 1950-2000, Mexico, 1983, tableau 4, p. 11. et projections CONAPO (1989), hypothèse moyenne.

LE MAINTIEN D’UNE FORTE CROISSANCE

8Conséquence des années de croissance accélérée de la population, les taux d’accroissement démographique demeureront élevés jusqu’à l’an 2000, malgré un net infléchissement à partir de la période 1980-1985 (tableau 2). Bien que la fécondité ait baissé, les naissances auront continué à augmenter faiblement entre 1980 et l’an 2000 (tableau 3).

TABLEAU 3. NAISSANCES PAR PÉRIODES QUINQUENNALES, 1980-2000 (milliers)

TABLEAU 3. NAISSANCES PAR PÉRIODES QUINQUENNALES, 1980-2000 (milliers)

Source : CONAPO, projections (1989), hypothèse moyenne.

9L’augmentation des naissances, alors que la fécondité diminue, a pour origine des effets démographiques structurels, en particulier l’augmentation des effectifs de femmes en âge de procréer, de 15 à 49 ans, qui passant de 10 millions en 1970, à 20 millions en 1987, devraient atteindre les 30 millions en 2003. Les générations très nombreuses des années soixante et soixante-dix vont encore alimenter la croissance démographique des prochaines décennies.

  • 2 Urquidi, V. Perspectivas de la economía mexicana, con especial referencia a la deuda externa, Herm (...)

10La population économiquement active (PEA) a enregistré depuis 1980 des taux de croissance de l’ordre de 3 pour cent annuels et il devrait y avoir, en l’an 2000, entre 40 et 42 millions d’actifs (PEA), soit une augmentation de 48 à 55 pour cent par rapport aux 27 millions de PEA de l’année 1988.2

  • 3 En 2000-2005, le taux d’accroissement annuel moyen est de 1,7 pour cent pour l’accroissement natur (...)

11Finalement, la croissance urbaine va aussi être importante d’ici à la fin du siècle. Même si la fécondité a baissé dans les villes et si les mouvements migratoires vers les grandes métropoles enregistrent des taux moins élevés, la jeune se des populations urbaines et leur attraction permanente laissent prévoir un fort accroissement urbain (tableau 4). La croissance naturelle comptera alors pour les trois-quarts de la croissance totale, comme le montre la baisse rapide du taux d’urbanisation vers la fin du siècle3.

TABLEAU 4. PROPORTION DE POPULATION URBAINE ET RURALE ET TAUX ANNUELS MOYENS D’ACCROISSEMENT, 1950-2000 (en pourcentages)

TABLEAU 4. PROPORTION DE POPULATION URBAINE ET RURALE ET TAUX ANNUELS MOYENS D’ACCROISSEMENT, 1950-2000 (en pourcentages)

Source : Nations Unies (1987)
Notes : la proportion urbaine est calculée par rapport à la population totale et la proportion de la ville de Mexico par rapport à la population urbaine ; les taux sur la période quinquennale qui commence à l’année indiquée ; le taux d’urbanisation est le taux d’accroissement de la proportion de population urbaine.

12En 1980, la population urbaine représentait les deux tiers de la population totale, et le taux annuel moyen d’accroissement urbain était de 3,6 pour cent entre 1980 et 1985. Les perspectives de population des Nations Unies estiment que la population urbaine atteindra 77 pour cent de la population totale en l’an 2000, avec un taux de croissance annuel moyen de 2,2 pour cent entre 2000 et 2005, le taux annuel moyen d’accroissement de la population rurale devenant négatif à partir de l’an 2000 (tableau 4).

13La tendance vers une concentration de la population dans les grandes métropoles devrait rester à peu près stable entre 1980 et 2000, avec environ 40 pour cent de la population urbaine dans les trois principales agglomérations (Mexico, Guadalajara, Monterrey), dont 31 pour cent dans l’agglomération de Mexico, proportion presque constante entre 1980 et 2004 (tableau 4).

UNE FÉCONDITÉ EN RAPIDE DÉCLIN

14La réduction de la fécondité mexicaine a commencé vers la fin des années soixante. La fécondité a baissé très rapidement, passant de 7,5 enfants par femme en 1966, le niveau le plus élevé, à 3,8 enfants par femme en 1986, soit une diminution de 50 pour cent en vingt ans (graphique 1).

  • 4 Une étude approfondie des politiques de population au Mexique figure dans M. E. Zavala de Cosio, « (...)

15Dans une certaine mesure, la diminution rapide des niveaux de fécondité est à mettre en relation avec la politique démographique définie par la Loi générale de population de 1973 et le Programme national de planification familiale de 1977. Le Conseil national de population (Conapo) a été chargé de la mise en oeuvre de la politique démographique à partir de 1976 et des Conseils de population ont été récemment mis en place à l’échelon des États (Conepos).4

16L’influence des programmes officiels de planification familiale dans la baisse de la fécondité a été important. Le Programme national de planification familiale a largement diffusé les méthodes contraceptives dans l’ensemble du pays, en utilisant le réseau de cliniques et de dispensaires des instituts de sécurité sociale (IMSS et ISSSTE) et du ministère de la Santé (SSA). Le secteur privé, essentiellement par le biais des pharmacies, a aussi joué un rôle considérable. Un effort particulier a porté sur les services de planification familiale offerts par les unités médicales rurales et les cliniques IMSS-Coplamar implantées dans les petites localités rurales, surtout à partir de 1980.

  • 5 Pour une étude des tendances de la fécondité mexicaine au cours du xxème siècle, voir M. E. Zavala (...)

17Cependant, la baisse de la fécondité a commencé dix ans avant la mise en place du Programme national de planification familiale (graphique 1), et cette réduction a eu pour origine la population des zones urbaines, la plus éduquée, alors même que la fécondité des zones rurales continuait à augmenter jusque vers 19755.

18En effet, dans les années 1960, au moment où se produisait dans le monde développé ce que l’on a appelé la “seconde révolution contraceptive”, soit l’apparition de méthodes modernes de contraception (pilule, stérilet), les premiers programmes offrant des services de planification familiale se sont implantés : clinique ouverte en 1960 à Mexico par l’Association pour la santé maternelle, qui a étendu le champ de ses activités à trois programmes en milieu rural dès 1963. A son tour, la FEPAC (Fondation pour les études de la population A.C) ouvrait quatre centres de planification familiale à Mexico en 1966 ; elle en gérait 98 en 1974, dont 29 dans le District fédéral et 69 dans différents États. La FEPAC réunissait des chercheurs éminents, ainsi que des économistes et des hommes politiques se préoccupant publiquement de la forte croissance démographique et de ses effets sur le développement économique et social.

19Malgré un cadre législatif encore pro-nataliste à l’époque -la première loi de population de 1936 modifiée en 1947 était encore en vigueur et elle voulait le peuplement du pays -l’attitude du gouvernement à l’égard de la planification familiale était largement tolérante et de “laissez-faire”. Les consultations étaient autorisées dans la mesure où elles étaient intégrées à des institutions de recherche. La seule chose explicitement interdite était l’avortement, lourdement pénalisé à partir de 1931.

20La pensée malthusienne reposait au Mexique sur le constat de l’incapacité du modèle de développement économique à absorber la forte croissance démographique, mise en évidence par les tensions sur le marché du travail qui sont apparues après 1965. Ce courant de pensée a gagné des adeptes à la fin des années 1960, parmi un nombre considérable d’économistes prestigieux, qui ont réussi en 1972 à convaincre le président de la République de la nécessité de changer la loi de population en vue de freiner l’augmentation de la population.

21De plus, à la veille de la première conférence mondiale des Nations Unies sur la population de Bucarest (1974), l’environnement international exerçait un effet favorable à l’idée d’une intervention en matière de population.

22Or, il n’y avait pas au Mexique même de véritable opposition à la planification familiale. Bien au contraire, les médecins dans leur grande majorité étaient largement favorables au développement de la contraception, notamment en tant que moyen de lutte contre l’avortement provoqué, reconnu comme un fléau social frappant essentiellement les familles à bas niveau de vie, nombreuses en milieu urbain.

23La seule opposition institutionnelle à l’idée de politique démographique venait des hauts dignitaires de l’Église catholique ; notamment après l’Encyclique Humanae Vitae de 1968 qui réaffirmait l’hostilité du Vatican face aux pratiques contraceptives. Pourtant, différentes enquêtes ont montré que la pratique religieuse avait un effet très limité sur la fécondité des couples catholiques, particulièrement en milieu urbain. La pratique religieuse n’a pas empêché l’adoption de la contraception, devenue pratique courante au cours des vingt dernières années. En 1986, des différences de fécondité importantes sont encore observées, l’indice conjoncturel de fécondité étant de 5,9 enfants par femme dans les localités rurales, de 3,6 enfants par femme dans les zones urbaines et de 3 enfants par femme dans les trois grandes métropoles [Mexico, Guadalajara, Monterrey (tableau 5)1. Même si la baisse de la fécondité a touché l’ensemble du pays, on observe des rythmes très différents à la ville et à la campagne. Les disparités demeurent et ont tendance à s’aggraver en termes relatifs. Par contre, même si la baisse de la fécondité a touché l’ensemble du pays, on observe des rythmes très différents à la ville et à la campagne. Les différences demeurent et ont tendance à s’aggraver en termes relatifs.

24Dans la pratique, les services de planification familiale ont eu plus d’effet sur la population résidant en milieu urbain, dès l’origine plus motivée à limiter la taille de sa descendance. Le tableau 5 montre que les proportions d’utilisatrices de méthodes contraceptives sont beaucoup plus élevées dans les villes que dans les campagnes dès le début de programme (en 1976), et cela reste vrai après dix ans de fonctionnement (en 1986).

25Bien que des progrès importants aient été obtenus en zone rurale, l’utilisation de la planification familiale varie du simple au double entre les grandes villes et les campagnes : en 1986, alors que deux femmes sur trois utilisent des moyens contraceptifs dans les métropoles, cette proportion est seulement d’une femme sur trois en zone rurale (tableau 5). Ainsi s’explique le décalage important dans les niveaux de la fécondité urbaine et rurale, les pratiques de limitation des naissances s’étant diffusées plus tardivement et moins massivement à la campagne qu’à la ville.

TABLEAU 5. PROPORTION D ’UTILISATRICES DE MÉTHODES CONTRACEPTIVES EN 1976 ET EN 1986, SELON LA ZONE DE RÉSIDENCE (pour 100 femmes unies au moment de l’enquête) ET INDICES CONJONCTURELS DE FÉCONDITÉ

TABLEAU 5. PROPORTION D ’UTILISATRICES DE MÉTHODES CONTRACEPTIVES EN 1976 ET EN 1986, SELON LA ZONE DE RÉSIDENCE (pour 100 femmes unies au moment de l’enquête) ET INDICES CONJONCTURELS DE FÉCONDITÉ

Sources : Enquête Mexicaine de Fécondité, 1976 ; Enquête Nationale de Fécondité et Santé, 1986. Notes : Rural : moins de 2500 hab. ; Urbain : de 2500 à 499999 hab. Métropolitain : Mexico, Guadalajara, Monterrey

26S’il est vrai que le Programme national de planification familiale a accéléré la baisse de la fécondité dans des catégories sociales qui n’auraient sans doute pas limité leurs naissances si le programme n’avait pas existé, la fécondité reste malgré tout élevée en zone rurale, de l’ordre de six enfants par femme (tableau 5). Les femmes rurales qui utilisent des moyens contraceptifs y ont recours en général lorsque leurs familles sont déjà nombreuses, ce qui explique la décision de ne plus vouloir d’enfants supplémentaires. Mais ce comportement implique des niveaux élevés de fécondité.

27Dans les villes, les moyens modernes de contraception sont plus souvent utilisés après deux ou trois naissances. Cependant, un effet non prévu des programmes de planification familiale se manifeste par un rajeunissement considérable du calendrier de la fécondité (graphique 2). Les femmes continuent à s’unir très jeunes, à 20 ans en moyenne, et ont très tôt leurs premiers enfants, car aucune alternative sérieuse au mariage précoce n’est encore proposée aux jeunes filles dans la société mexicaine, ni dans le domaine de la formation professionnelle, ni dans le domaine du marché du travail.

28Par conséquent, l’offre abondante de moyens contraceptifs concourt à conserver ces modalités de nuptialité et de fécondité précoces, le recours à la contraception permettant en temps voulu, et souvent encore très jeune, de limiter efficacement la taille des familles. Cela explique le recours à la stérilisation féminine, qui, en 1987, concerne 20 pour cent des femmes unies en âge de procréer (9 pour cent pour la pilule, 11 pour cent pour le stérilet).

29En termes de fécondité, ce phénomène explique pourquoi les indices conjoncturels de fécondité restent supérieurs aux descendances finales des générations féminines nées entre 1937 et 1951 (graphique 1) et, par conséquent, pourquoi les naissances n’ont pas diminué dans les années 1980 autant qu’il était prévu dans la politique démographique (tableau 6).

PERSPECTIVES POUR L’AN 2000 ET AU-DELÀ...

30Le maintien d’une forte croissance démographique en cette fin de siècle, conjugué au déclin de la fécondité, vont conduire peu à peu la population mexicaine vers une stabilisation, mais celle-ci se produira probablement à une date plus reculée que prévu et avec un effectif de population plus important. Il est difficile de calculer ces éléments avec certitude, d’autant plus que l’évolution démographique récente a fait l’objet d’estimations assez controversées et imprécises, dues au manque de fiabilité des statistiques de population.

31Le taux de croissance démographique de 1 pour cent, défini en 1977 comme objectif de la politique de population pour l’an 2000, sera sans doute dépassé, puisque les taux observés après 1982 sont supérieurs aux taux d’accroissement programmés. Le tableau 6 compare les taux observés depuis 1976 et les projections avec les taux programmés en 1977. Au fur et à mesure que le temps passe, la différence relative s’accroît : 14 pour cent en 1988, 31 pour cent en 1994, 41 pour cent en 2000, les effets de structure s’ajoutant pour augmenter les divergences (tableau 6).

32Le taux de 1 pour cent avait été fixé dans le but d’arriver en l’an 2000 avec une population proche de 100 millions d’habitants. Or, les perspectives démographiques les plus récentes donnent une population qui se situe, à la fin du siècle, dans une fourchette allant de 105 à 108 millions (tableau 7).

TABLEAU 6. TAUX DE CROISSANCE ANNUELS OBSERVÉS, PROJETÉS ET PROGRAMMÉS ET DIFFÉRENCE RELATIVE (pourcentages)

TABLEAU 6. TAUX DE CROISSANCE ANNUELS OBSERVÉS, PROJETÉS ET PROGRAMMÉS ET DIFFÉRENCE RELATIVE (pourcentages)

Sources : CONAPO (1977, 1988 et 1989, hypothèse moyenne).

33Cependant, la validité de ces perspectives, vient d’être remise en question par la publication des résultats provisoires du recensement de population de 1990 qui, avec une population estimée à 81 millions d’habitants, se situe en-dessous de toutes les perspectives (tableau 1). Les estimations allaient de 85 à 89 millions, ce qui donne des différences de 4 à 9 pour cent avec les chiffres publiés en 1990.

34Ces différences relatives ne sont pas très élevées. Il ne semble pas y avoir d’éléments pour les expliquer autres que des omissions systématiques, fréquentes dans tous les recensements antérieurs et qui ont toujours été corrigées dans le passé. Ce qui change en 1990, c’est la volonté officielle de maintenir le chiffre des 81 millions coûte que coûte, malgré son incompatibilité avec les estimations les plus raisonnables.

TABLEAU 7. PERSPECTIVES DE POPULATION 1988-2000

TABLEAU 7. PERSPECTIVES DE POPULATION 1988-2000

Source : CONAPO (1989)

35Or, il faut souligner que le nombre de naissances annuelles effectivement enregistrées entre 1980 et 1988 ont régulièrement dépassé les perspectives de l’hypothèse moyenne : de 150 000 à 200 000 naissances annuelles supplémentaires. Cette observation plaide plutôt pour une population plus nombreuse que prévu et rend difficile à accepter l’hypothèse d’une population réduite par rapport aux prévisions.

36D’autre part, les enquêtes démographiques au Mexique ont donné des évaluations fidèles et concordantes des taux et indices de fécondité jusqu’en 1986. Avec un même numérateur et un dénominateur plus petit (la population), les indicateurs ne correspondent plus et la fécondité serait même plus élevée, alors que la croissance de population serait moindre. Pourtant, rien ne permet de penser qu’il y ait eu une brusque élévation des taux de mortalité ou des taux d’émigration internationale, qui sont par ailleurs assez bien connus grâce à d’autres sources de données.

37Les taux d’accroissement naturel annuels moyens, qui correspondraient aux résultats provisoires du recensement de 1990, figurent au tableau 8 et au graphique 3. Dès 1982, ils déclinent plus rapidement que les taux programmés, dont pourtant nous avons mentionné ci-dessus le niveau trop faible par rapport à la fécondité observée.

38Les résultats provisoires du recensement de 1990 donnent un taux d’accroissement de 1,7 pour cent pour 1990, contre 2,1 pour cent dans les perspectives élaborées sur la base des taux observés jusqu’en 1988 : la différence est de 19 pour cent (tableau 8 et graphique 3).

TABLEAU 8. TAUX D’ACCROISSEMENT ANNUELS MOYENS (1980-1990) (pour cent)

TABLEAU 8. TAUX D’ACCROISSEMENT ANNUELS MOYENS (1980-1990) (pour cent)

Sources : Résultats provisoires du recensement de 1990, CONAPO (1989), Perspectives INEGI-CONAPO (1983).

39Cependant, il n’est pas possible d’accepter les résultats provisoires du recensement de 1990 sans corrections. Un redressement des plus fortes distorsions de sexe, d’âge et de certaines régions est un travail indispensables dans tous les cas, au Mexique, comme ailleurs (dont la France).

  • 6 Perspectives à long terme de la Banque mondiale, in ZACHARIAH (1988), p. 212.

40A très long terme, les perspectives fixent la stabilisation de la population vers le milieu du xxiie siècle, d’après les projections de la Banque mondiale. La population stationnaire atteindrait 197 millions (tableau 9), à condition que le taux net de reproduction égal à 1 soit atteint en 20156

41Alors que l’indice conjoncturel de fécondité est projeté à 2,6 enfants par femme pour l’an 2000 selon l’hypothèse moyenne de Conapo (tableau 7), il faudrait descendre en 15 années à 2,1 enfants par femme, seuil de remplacement de la population, pour obtenir un taux net de reproduction égal à 1 en 2015. Dans ce cas, le taux d’accroissement égal à 1 pour cent ne serait atteint que vers 2030. Par rapport à la programmation initiale de la politique démographique, le retard est de 30 ans.

  • 7 Voir deux critiques basées sur des calculs démographiques à l’objectif de 1 pour cent en l’an 2000 (...)

42En effet, pour que l’hypothèse programmée en 1977 se confirmât -un taux d’accroissement de 1 pour cent en l’an 2000- il aurait fallu un indice conjoncturel de fécondité de 1,7 enfants par femme en 2000, inférieur au seuil de remplacement et irréaliste dans le contexte de la population mexicaine d’aujourd’hui, qui affiche un indice conjoncturel de fécondité de 3,8 enfants par femme en 19867

  • 8 M.E Zavala de Cosio, Cambios de la fecundidad en México, Mexico, Secretaría de Salud, octobre 1988 (...)

43Par contre, l’hypothèse de la Banque mondiale n’est pas impossible, bien que l’évolution de l’indice conjoncturel de fécondité soit difficilement prévisible, car des variations de calendrier de la nuptialité et de la fécondité ont des effets importants sur cet indicateur. Pour l’instant, la fécondité est extrêmement précoce au Mexique et la baisse de la fécondité des trente dernières années s’est produite surtout après l’âge de 30 ans, concourant au rajeunissement considérable du calendrier de la fécondité.8

44En l’absence d’un changement dans la précocité des premières unions matrimoniales (mariages et unions libres), pour lesquelles l’âge moyen est encore de 20 ans, l’indice conjoncturel de fécondité s’établit à un niveau supérieur à la descendance des générations, dont les valeurs sont passées de 6,8 enfants par femme pour les générations nées avant 1936, à 6,3 enfants par femme (générations 1937-41), 5,6 enfants (générations 1942-1946), 4,6 enfants (générations 1947-1951) et 4,2 enfants (générations 1952-1956, Cf. graphique 1). Il est probable que les femmes nées entre 1962 et 1966 auront aux alentours de 3,6 enfants, puis que la fécondité s’établira à 3 enfants pour les plus jeunes observées actuellement (nées après 1967).

45Pour arriver vers 2015 au seuil de remplacement, soit 2,1 enfants par femme, il faudrait fortement réduire les niveaux de fécondité des jeunes femmes avant l’âge de 30 ans. Cela ne semble pas possible si l’on compte uniquement sur le programme de planification familiale, c’est-à-dire sur les effets de l’offre de méthodes contraceptives, même si des progrès sont encore réalisés dans les campagnes.

46Il faudrait plutôt prévoir un changement réel de comportement, qui aboutisse à un recul important de l’âge au premier mariage et à la naissance du premier enfant Même si c’est temporaire, l’effet d’un vieillissement du calendrier de la fécondité permettra à l’indice conjoncturel de fécondité de baisser plus vite que la descendance des générations, ce qui est essentiel pour la réduction de la croissance.

EN GUISE DE CONCLUSION

47La fourchette des perspectives de population est étroite en 2000, puisque les perspectives sont calculées à partir d’une évolution observée jusqu’en 1988. Par contre, prévoir la population stationnaire au milieu du xxiie siècle comporte une part plus hasardeuse de spéculation. Quoiqu’il en soit, les perspectives telles qu’elles s’établissent laissent entrevoir un dernier doublement de la population mexicaine d’ici à la stabilisation ultime.

48Il est impossible d’anticiper par rapport aux grands bouleversements qui pourraient se produire dans l’économie ou la situation politique à moyen ou à long terme. Par contre, les perspectives de population établissent clairement un défi réel pour le futur : faire face encore à une forte croissance démographique pendant une cinquantaine d’années, à une augmentation de plus de 100 millions d’habitants après 1990, à une croissance importante de la population active et à une très forte croissance urbaine.

49Ces prévisions de forte croissance démographique sont relativement incontournables, et il faudra y faire face, comme il a fallu accepter la croissance rapide de la population dans la dernière décennie. Quelles que soient les décisions politiques, il est évident qu’il n’y a pas de solution démographique aux problèmes économiques et sociaux. Bien au contraire, les changements démographiques sont lents et l’inertie de la croissance passée persiste longtemps. Alors que la politique de population du Mexique a permis jusqu’ici d’avancer d’un grand pas vers une maîtrise de la fécondité, elle ne peut pas jouer le rôle qui n’est pas le sien, celui de régulateur des problèmes de société. C’est même tout à fait le contraire qui se produit, l’évolution démographique continuant sur sa lancée et se montrant peu sensible aux changements conjoncturels.

50La population mexicaine va suivre encore pendant quelques décennies les traces de sa croissance extraordinaire, commencée dans les 50 dernières années du second millénaire. La marche vers la stabilisation démographique durera peut-être encore un siècle et demi, c’est-à-dire les 150 premières années du troisième millénaire. Au total, en 230 ans environ, c’est à dire en très peu de temps à l’échelle de l’humanité, la population sera passée de 13 millions (en 1900) à 197 millions (en 2150). Jamais, dans l’histoire des temps modernes, un tel changement démographique ne s’est produit et ne pourra plus se reproduire. Il nous est bien difficile d’imaginer comment vivra cette population, équivalente à l’ensemble de la population de l’Amérique latine de 1960. Pour ce faire, elle dispose tout juste de 1,97 millions de kilomètres carrés, soit exactement 100 habitants au kilomètre carré. Encore un chiffre rond pour nous faire rêver…

Graphique 1. INDICATEURS CONJONCTURELS DE FÉCONDITÉ ET DESCENDANCES FINALES DES GÉNÉRATIONS

Graphique 1. INDICATEURS CONJONCTURELS DE FÉCONDITÉ ET DESCENDANCES FINALES DES GÉNÉRATIONS

Graphique 2. RÉPARTITION DE LA FÉCONDITÉ (en pourcentage)

Graphique 2. RÉPARTITION DE LA FÉCONDITÉ (en pourcentage)

Graphique 3. TAUX D'ACCROISSEMENT NATUREL (1980-1990)

Graphique 3. TAUX D'ACCROISSEMENT NATUREL (1980-1990)

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Aguirre, A., “Tasa de crecimiento poblacional de 1 % en el año 2000 : una meta inalcanzable”, Estudios Demográficos y Urbanos, 1 :3, sept-déc. 1986, pp. 443-474.

CONAPO, Actas de la 9a. Sesión del Consejo Nacional de Población, 28 de octubre de 1977.

CONAPO, Comentarios sobre la factibilidad de alcanzar una tasa de crecimiento demográfico del 1 % al afio 2000, versión preliminar, 4 août 1989,22 p., mimeo.

CONAPO, “Niveles y Tendencias de los fenómenos demográficos en México, Informe 1988”, Perspectivas demográficas y socioeconómicas, México, 1988, 86 p.

Nations unies, The Prospects of World Urbanization, revised as of 1984-85, New York, 1987, 268 p.

Urquidi, V., Perspectivas de la economía mexicana, con especial referencia a la deuda externa, Hermosillo, Son., 8 de marzo de 1989, El Colegio de Sonora, 20p., mimeo.

Zachariah, K. C, et al., World Population Projections 1987-88 Edition, Short- and Long-Term Estimates, Washington, Banque Mondiale, 1988,439 p.

Zavala de Cosio, M. E., Cambios de la fecundidad en México, Mexico, Secretaría de Salud, octobre 1988,20 p.

Zavala de Cosio, M. E., Changements de fécondité au Mexique et politiques de population, Thèse pour le Doctorat d’Etat ès-Lettres et Sciences Humaines, Paris, Université René Descartes-Paris V, 1988,637 p.

Zavala de Cosio, M. E., “Politiques de population au Mexique”, Politiques de Population, Etudes et Documents, IV :1, juin 1989, Institut de Démographie de l’Université Catholique de Louvain, 133 p.

Notes

1 L’hypothèse haute donne une projection de 108,4 millions en 2000 et l’hypothèse moyenne de 108,3 en 2001. L’hypothèse basse donne 105 millions en l’an 2000. D’après Conapo (1989).

2 Urquidi, V. Perspectivas de la economía mexicana, con especial referencia a la deuda externa, Hermosillo, Son., 8 de marzo de 1989, El Colegio de Sonora, 20 p., mimeo.

3 En 2000-2005, le taux d’accroissement annuel moyen est de 1,7 pour cent pour l’accroissement naturel et 0,5 pour cent pour le taux d’urbanisation, c’est-à-dire le taux d’accroissement de la proportion de population urbaine, soit un taux d’accroissement urbain égal à la somme de ces deux valeurs de 2,2 pour cent. Nations Unies, The Prospects of World Urbanization, revised as of 1984-85, New York, 1987, p. 218.

4 Une étude approfondie des politiques de population au Mexique figure dans M. E. Zavala de Cosio, « Politiques de population au Mexique », Politiques de Population, Etudes et Documents, IV :1, juin 1989, Institut de Démographie de l’Université Catholique de Louvain, 133 p.

5 Pour une étude des tendances de la fécondité mexicaine au cours du xxème siècle, voir M. E. Zavala de Cosio, Changements de fécondité au Mexique et politiques de population. Thèse pour le Doctorat d’Etat ès-Lettres et Sciences Humaines, Paris, Université René Descartes-Paris V, 1988, 637 p.

6 Perspectives à long terme de la Banque mondiale, in ZACHARIAH (1988), p. 212.

7 Voir deux critiques basées sur des calculs démographiques à l’objectif de 1 pour cent en l’an 2000 : A. Aguirre, “Tasa de crecimiento poblacional de 1 % en el año 2000 : una meta inalcanzable”, Estudios Demográficos y Urbanos, 1 :3, sept-déc. 1986, pp. 443-474 ; CONAPO, Comentarios sobre la factibilidad de alcanzar una tasa de crecimiento demográfico del 1 % al año 2000, versión preliminar, 4 août 1989, 22 p. mimeo.

8 M.E Zavala de Cosio, Cambios de la fecundidad en México, Mexico, Secretaría de Salud, octobre 1988, 20 p.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1. MEXIQUE : POPULATION, 1900-2000
Légende Source : CONAPO, estimations et projections (1989), hypothèse moyenne
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1004/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Titre TABLEAU 2. TAUX ANNUELS MOYENS D’ACCROISSEMENT DÉMOGRAPHIQUE PAR PÉRIODES QUINQUENNALES, 1950-1990
Légende Sources : SPP, CONAPO, CELADE : México, estimaciones y proyecciones de población, 1950-2000, Mexico, 1983, tableau 4, p. 11. et projections CONAPO (1989), hypothèse moyenne.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1004/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre TABLEAU 3. NAISSANCES PAR PÉRIODES QUINQUENNALES, 1980-2000 (milliers)
Légende Source : CONAPO, projections (1989), hypothèse moyenne.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1004/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre TABLEAU 4. PROPORTION DE POPULATION URBAINE ET RURALE ET TAUX ANNUELS MOYENS D’ACCROISSEMENT, 1950-2000 (en pourcentages)
Légende Source : Nations Unies (1987)Notes : la proportion urbaine est calculée par rapport à la population totale et la proportion de la ville de Mexico par rapport à la population urbaine ; les taux sur la période quinquennale qui commence à l’année indiquée ; le taux d’urbanisation est le taux d’accroissement de la proportion de population urbaine.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1004/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre TABLEAU 5. PROPORTION D ’UTILISATRICES DE MÉTHODES CONTRACEPTIVES EN 1976 ET EN 1986, SELON LA ZONE DE RÉSIDENCE (pour 100 femmes unies au moment de l’enquête) ET INDICES CONJONCTURELS DE FÉCONDITÉ
Légende Sources : Enquête Mexicaine de Fécondité, 1976 ; Enquête Nationale de Fécondité et Santé, 1986. Notes : Rural : moins de 2500 hab. ; Urbain : de 2500 à 499999 hab. Métropolitain : Mexico, Guadalajara, Monterrey
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1004/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre TABLEAU 6. TAUX DE CROISSANCE ANNUELS OBSERVÉS, PROJETÉS ET PROGRAMMÉS ET DIFFÉRENCE RELATIVE (pourcentages)
Légende Sources : CONAPO (1977, 1988 et 1989, hypothèse moyenne).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1004/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre TABLEAU 7. PERSPECTIVES DE POPULATION 1988-2000
Légende Source : CONAPO (1989)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1004/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Titre TABLEAU 8. TAUX D’ACCROISSEMENT ANNUELS MOYENS (1980-1990) (pour cent)
Légende Sources : Résultats provisoires du recensement de 1990, CONAPO (1989), Perspectives INEGI-CONAPO (1983).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1004/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre TABLEAU 9
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1004/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Graphique 1. INDICATEURS CONJONCTURELS DE FÉCONDITÉ ET DESCENDANCES FINALES DES GÉNÉRATIONS
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1004/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Titre Graphique 2. RÉPARTITION DE LA FÉCONDITÉ (en pourcentage)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1004/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 417k
Titre Graphique 3. TAUX D'ACCROISSEMENT NATUREL (1980-1990)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1004/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 387k

Auteur

Professeur à l’Université de Paris X/CREDAL

© Éditions de l’IHEAL, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540