Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre glorification et abandon. L’État et les artisans en France (1938-1970)

 | 
Cédric Perrin

Deuxième partie. 1945-1955 : des incertitudes à la crise

Chapitre VII. La pause et l’inflexion (1953-1955)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Une prise de conscience s’opère au sein du personnel politique de la République. Dès le début des années 1950, les débats de l’Assemblée nationale abordent les problèmes fiscaux des artisans puis le crédit mais plus tardivement. Les partis précisent leur position et des évolutions se produisent notamment chez les radicaux qui progressivement renouvellent et enrichissent leur approche de l’artisanat. Des projets de loi sont déposés et les interpellations se multiplient. La prise de conscience demeure plus tardive au niveau ministériel où elle se traduit d’abord par des créations d’organismes un peu vide de sens. Mais cette réaction ne produit pas de véritables effets avant 1953. Au contraire, l’État qui a favorisé l’émergence de l’artisanat (comme corps organisé) dans l’entre-deux-guerres paraît s’en éloigner dans la période 1948-1953. Entre 1953 et 1955, une nouvelle inflexion s’opère. Les artisans conservent des soutiens qui évoluent et deviennent plus efficaces. Si le premier plan...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540