Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre glorification et abandon. L’État et les artisans en France (1938-1970)

 | 
Cédric Perrin

Deuxième partie. 1945-1955 : des incertitudes à la crise

Chapitre VI. L’artisanat sacrifié (1948-1953)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’année 1948 est l’acmé du développement de l’artisanat en France. Au terme de dix années de croissance, plus d’un million de Français sont artisans. L’artisanat est prospère, prolifique, pléthorique, excessif. Ce succès masque bien des faiblesses. Trop facilement accessible, l’atelier artisanal attire trop d’individus sans moyen. La fragilité de son développement apparaît avec le déclin qui s’amorce brutalement dès 1949. L’artisanat a un urgent besoin de se moderniser mais, coupé des circuits habituels de financement à qui la petite taille des entreprises n’inspire pas confiance, il dépend beaucoup de la position de l’État. Le tripartisme s’est montré soucieux de lui donner des moyens bien que ses composantes ne soient pas sociologiquement proches des classes moyennes indépendantes. Ces dernières ont plus l’habitude de s’adresser aux radicaux ou à la droite modérée. La guerre froide exclut les communistes du gouvernement, rompt le tripartisme et ramène ces partis dans le jeu gouver...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540