Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre glorification et abandon. L’État et les artisans en France (1938-1970)

 | 
Cédric Perrin

Deuxième partie. 1945-1955 : des incertitudes à la crise

Chapitre IV. Le retournement de l’économie artisanale

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La Libération ouvre des interrogations sur l’avenir de l’artisanat à l’heure de profonds changements tant politiques qu’économiques et sociaux. Politiquement, la démocratie doit gérer l’héritage complexe de la politique artisanale de Vichy alors que les radicaux, soutiens traditionnels de l’atelier et de la boutique, reviennent affaiblis et qu’une partie des dirigistes de la Libération a déjà fait son deuil de la petite entreprise. Le 25 juin 1943, dans un déjeuner où Henri Queuille s’inquiète des conséquences électorales de certaines mesures prônées, Georges Boris répond : « mais le petit commerce a disparu »1. Économiquement, les perturbations engendrées par la guerre, et qui n’ont pas épargné les artisans, persistent dans l’immédiat, puis la priorité est donnée à la modernisation des structures économiques en tablant sur la productivité. Or, dans l’entre-deux-guerres, l’artisanat a été défini selon une conception inverse (limitation de la main-d’œuvre, des outillages…). Socialeme...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540