Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre glorification et abandon. L’État et les artisans en France (1938-1970)

 | 
Cédric Perrin

Première partie. 1938-1944 : Vichy et l'héritage de l'entre-deux-guerres

Chapitre II. Les artisans dans la révolution nationale (1940-1941)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En juin 1940, la France subit la défaite face aux armées allemandes. Le 16, le président Albert Lebrun nomme un des partisans de l’armistice à la tête du conseil des ministres : le maréchal Pétain. Il signe l’armistice puis se fait octroyer les pleins pouvoirs le 10 juillet. Né de la défaite, le nouveau régime fonde sa politique sur sa lecture de cet événement. Pour Pétain, l’état de la France avant la guerre est la cause de la défaite. Il en appelle, en réaction, à une révolution nationale. Une célèbre affiche de propagande de Vichy oppose deux maisons France. La maison d’avant-guerre est en ruine. Les Juifs, les Francs-maçons et les communistes en sont rendus coupables. Cette maison s’est écroulée car ses fondations n’étaient pas solides. La république parlementaire est dénoncée ainsi que sur le plan économique le capitalisme industriel. L’autre maison est celle de la révolution nationale. Sous les étoiles du maréchal, c’est une maison bien entretenue. C’est une maison solide car ...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540