Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Génération Y et gestion publique : quels enjeux ?

 | 
Nicolas Matyjasik
, 
Philippe Mazuel

Valeurs et enjeux managériaux

La gestion des « Y » vue du privé : l’exemple de PwC

Anik Chaumartin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au xviie siècle, l’Académie française et le monde littéraire et artistique furent secoués par la querelle des Anciens et des Modernes. Les « Anciens » et leur chef de file, Boileau, soutenaient que l’Antiquité avait atteint une perfection artistique indépassable et que la seule création littéraire valable était l’imitation des auteurs antiques. À l’inverse, les « Modernes », menés par Charles Perrault, affirmaient que la création littéraire devait innover pour avancer et prônaient une littérature et des formes artistiques ancrées dans la période contemporaine. Fallait-il continuer à appliquer les méthodes éprouvées du passé ou se remettre en question pour innover ?

La génération Y remet au goût du jour cette querelle en renvoyant constamment l’entreprise à ses certitudes : ce qui fonctionnait hier n’est pas forcément ce qu’il faudra mettre en œuvre demain.

De par notre modèle économique, les effectifs de PwC comprennent aujourd’hui plus de 60 % de jeunes issus de la génération Y, et c...

Auteur

Après des études à l’École Supérieure de Commerce de Paris Europe, Anik Chaumartin commence sa carrière en 1983 dans l’audit de services financiers. Elle pilote des missions de commissariat aux comptes et de conseil pour des institutions financières françaises et internationales. En 2005, elle devient membre du Comité de direction de l’audit de Pricewaterhousecooper (PwC). En 2009, Anik Chaumartin devient associée en charge des ressources humaines chez PwC et membre du comité de direction de PwC France et pays francophones d’Afrique. Elle est vice-présidente de la Commission Banque de la Compagnie nationale des commissaires aux comptes (CNCC) et membre fondateur de l’Institut de Finance structurée (Paris).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540