Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La boîte à l'enchanteur

 | 
Jean-François Lassalmonie

Pièces justificatives

IV. Rapport au roi sur l’état de ses finances (26 février 1470)

Texte intégral

  • 1 C’est ce passage qui a jadis permis à Joseph Vaesen de dater le document, l’apanage de Guyenne aya (...)

1Sire, nous avons tous ensemble besongné au mieulx de nostre povoir touchant le fait de voz finances de ceste presente année ; et au regard de la recepte, comprins la creue semblable sur chacun païs a celle de l’an passé et la creue nouvelle qu’il vous a pieu ordonner pour les lances qui se souloient paier es païs que avez baillés en appanage a monseigneur vostre frere1, qui montoient cinquante mil livres, deduit aussi et rabatu toute la revenue des païs dudict appanage qui, oultre le paiement desdictes lances, estoit bien grande, et sans riens icy comprandre du fait de vostre Dommaine, des traictes d’Aniou, imposicion foraine, greniers et autres choses par vous données qui montent bien grant sommes de deniers tournans en diminucion de vostredicte recepte,

2Encore vous demeure il de net pour la recepte de cestedicte année

3.xviijc liiijm iiijc lxv. 1. v. s. x. d.

4Et au regard de la despense :

5Les parties ordonnées pour le fait de vostre guerre, tant pour le paiement des lances fournies que tenez ordinairement que pour l’Ordinaire acoustumé de l’artillerie et autres choses, montent

6.ixc vijm iijc lxij. 1. j. s. x. d. ob.

7Les charges pour voz faiz, tant de vostre despense, Argenterie et Escuierie, et de la royne, les ediffices d’Amboise, de Nostre Dame de Clery et autres choses qui par vostre ordonnance ont esté baillez comptans, montent

8.iijc xxvjm viijc xxix. 1. iij. s. x. d. ob.

  • 2 Sic : lire «...qui se paient sur l’Ordinaire des guerres » (lequel est déjà compté dans le premier (...)

9Les charges pour gardes de places, sans compter les mortes paies qui se paient2, montent

10.xvijm cl. 1.

11Les gages des quatre cappitaines generaulx des francs archiers, sans y comprandre riens pour les gages des cappitaines particuliers pour ce qu’ilz se assient sur le pais et ne tournent point a diminucion de voz finances, fors en Normandie seulement que leur paiement se compte en recepte et en despense, montent

12.ijm viijc xl. l.t.

13Les pensions des cappitaines de vostre arriere ban montent

14.vm vijc. 1.

15Les gages des commissaires des monstres.ixc. 1.

16Les pensions et autres charges pour les seigneurs du Sang, sans riens compter de la traicte d’Aniou, de l’imposicion foraine, des greniers et autres choses qu’ilz prennent par don de vous, montent

17.iijc xxvjm c xxiij. 1.

  • 3 L’Ordre de Saint-Michel, souvent appelé « l’Ordre du roy ».

18Les pensions de ceulx de l’Ordre3 et autres chevaliers prouchains de vous, des chambellans estans entour vostre personne, [f° 89 r°] // [f° 89 v°] de cinq de voz maistres d’Ostel ordinaires, grant veneur, faulconnier et autres de vostre Hostel et de vostre

  • 4 Sic ; peut-être faut-il lire «...suyvans la Cour ».

19Conseil suyvans4, montent.ijc xxjm iijc iiijxx xij. 1. x. s.

20Les gages des cours de parlement de Paris, de Poictiers, de Languedoc et de Parpignen, de la Chambre des Comptes, des generaulx, esleuz, receveurs et autres officiers qui se paient sur voz finances montent

21.iiijxx xviijm iijc xij. 1. xviij. s. j. d.

22Les autres parties de pensions, tant du temps passé que des nouvelles par vous ordonnées, dons et autres charges sur lesdictes finances montent

23.iiijxx xiiijm iiijc iiijxx. 1. xiiij. s. vj. d.

24Somme toute de ladicte despense millions

25.ij..m iiijxx x. 1. viij. s. iiij. d.t.

26A laquelle somme toute vostre recepte ne peut fournir, et s’en fault qu’elle ne y fournisse

27.vijxx vjm vjc xxv 1. ij. s. vj. d.

  • 5 Jean Bourré.

28Ainsi que pourrez veoir, se vostre bon plaisir est, par l’estat et declaracion des parties particulieres que avons baillé a monseigneur du Plessys5 pour vous monstrer.

29Et pour ce, Sire, que desdictes parties il en y a pluseurs que savons bien que avez a cueur et voulez qu’elles soient appoinctées, et que nous congnoissons qu’il est impossible de toutes les appoincter sur vosdictes finances et par neccessité fault qu’il en demeure beaucoup derriere, apres ce que avons eu expedié les parties du fait de vostre guerre et autres touchans voz faiz avecques aucunes parties forcées que avez mandé, nous n’avons touché au seurplus, et impossible nous seroit de y toucher ne prandre conclusion sans savoir les parties qu’il vous plaira estre couchées en l’estat et celles qu’il vous plaira qu’on laisse arriere pour le present. Si vous plaise, Sire, sur ce nous mander vostre bon plaisir.

30Sire, nous prions le benoist Filz de Dieu que par Sa saincte grace Il vous doint trés bonne vie et longue et acomplissement de voz très nobles désirs. Escript a Tours le.xxvje. jour de fevrier.

31Voz trés humbles et trés obeissans subgectz et serviteurs les gens de voz finances estans a Tours.

32FLAMENG.

33[f° 89 v°] // [f° 90 v°] Au roy nostre souverain seigneur. (Original sur papier, BN, ms. fr. 20 485 f° 89 r°-90 v°)

Notes

1 C’est ce passage qui a jadis permis à Joseph Vaesen de dater le document, l’apanage de Guyenne ayant été constitué pour Charles de France en avril 1469 (« Catalogue du fonds Bourré », Bibliothèque de l’École des Chartes, vol. XLV, 1884, p. 158 et note 1, sous le n° 633). Précisons qu’il ne peut s’agir ici de la constitution de l’un de ses précédents apanages, celui de Berry en novembre 1461 ou celui de Normandie en octobre 1465, car le texte mentionne plus bas les capitaines généraux des francs-archers, institués à la fin de 1466, et l’Ordre de Saint-Michel, créé le 1er août 1469 ; au surplus les articles relatifs aux capitaines des francs-archers et aux parlements témoignent respectivement que la Normandie est sous l’autorité de Louis XI, puisque les capitaines normands sont pris en charge par le budget royal, et que la Guyenne ne l’est plus, puisque l’ex-Parlement de Bordeaux siège à Poitiers.

2 Sic : lire «...qui se paient sur l’Ordinaire des guerres » (lequel est déjà compté dans le premier article)

3 L’Ordre de Saint-Michel, souvent appelé « l’Ordre du roy ».

4 Sic ; peut-être faut-il lire «...suyvans la Cour ».

5 Jean Bourré.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540