Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La boîte à l'enchanteur

 | 
Jean-François Lassalmonie

Cinquième partie. Les ressorts d'une politique (1461-1483)

Chapitre XVIII. Les contraintes

Texte intégral

1Toute politique résulte de la rencontre des hommes et des idées, mais aussi des réalités ; c’est à ce troisième ingrédient qu’il convient de nous intéresser pour finir. Bien que cette remarque n’eût sans doute pas agréé à Louis XI, sa politique financière n’était pas la manifestation pure de sa volonté, elle était déterminée pour une part non négligeable par l’intervention d’un certain nombre d’éléments extérieurs qu’il ne commandait pas et avec lesquels, quoi qu’il en eût, il lui fallait composer. Non seulement l’art de gouverner consiste à répondre aux événements peut-être plus encore qu’à les conduire, mais lors même que le roi avait l’initiative et qu’il pourvoyait au financement de ses desseins propres sa conduite s’inscrivait nécessairement dans les limites fixées par les possibilités de l’État. Les circonstances et les pesanteurs matérielles étaient les deux grandes catégories de contraintes qui bornaient sa liberté d’action, en matière de finances comme ailleurs : examinons en quoi, et dans quelle mesure.

1. Le poids des structures.

2La politique financière n’avait pas seulement pour objet le financement des entreprises, du souverain, mais aussi et en premier lieu l’entretien de l’appareil de l’État, qu’il fût l’instrument direct de son action personnelle ou qu’il assurât en général les missions permanentes de la puissance publique. Ces deux finalités en principe complémentaires pouvaient devenir concurrentes quand l’argent manquait pour les satisfaire simultanément. Le financement des institutions était en principe régulier et prévisible, réserve faite du surcroît de charges fréquemment entraîné en cours d’année par la croissance de la plus considérable et la plus onéreuse d’entre elles, l’armée. Il pouvait donc être préparé à l’avance dans les états prévisionnels de chaque exercice, qui assignaient leurs crédits sur les recettes à venir.

  • 1 Cf. supra, p. 304.

3Le soin de ces dépenses courantes, qui constituait la routine de la politique financière, était habituellement abandonné aux gens de ses finances par le monarque. Lui-même n’y intervenait que rarement, le plus souvent à la suite d’une démarche des intéressés. C’est ainsi que le 12 novembre 1465 il accéda à la requête des gens de ses Comptes à Paris, qui venaient de lui soumettre une assiette de leurs gages sur diverses recettes ordinaires et extraordinaires en le priant d’ordonner aux trésoriers et généraux de leur fixer désormais ces assignations automatiquement, comme au temps de Charles VII, afin qu’ils ne fussent plus distraits de son service par les démarches accomplies chaque année auprès de ces ordonnateurs1.

  • 2 Cf. supra, pp. 160, 467-468.

4Les besoins de la politique royale, l’on s’en doute, étaient quant à eux beaucoup plus variables et difficiles à anticiper, dans la mesure où ils dépendaient en grande partie de l’évolution de la situation générale, sur laquelle Louis XI n’avait guère de prise. Ainsi les aléas des relations internationales déterminaient-ils au fil des mois la mise en branle de l’effort de défense ou le déclenchement d’une offensive diplomatique : par ces décisions très onéreuses le roi ne faisait que répondre aux développements en cours. Lorsqu’il prenait l’initiative, décidant par exemple une campagne militaire, ses serviteurs et lui avaient le loisir de préparer l’action et de déterminer à l’avance le besoin de financement. Ils y vaquaient avec conscience, ainsi qu’en témoignent l’état des forces prévues pour le siège de Perpignan à la fin de l’été 1462 ou les dispositions prises pour assurer le charroi de l’artillerie sur le front nord au début de 14782. Ces offensives n’étaient pas lancées à l’aventure, elles étaient le fruit d’efforts d’organisation aussi poussés que l’appareil administratif le permettait.

  • 3 Cf. supra, p. 56.

5Néanmoins, là encore, il était impossible au souverain et à ses spécialistes d’anticiper la tournure des hostilités, leur durée et leur coût. Ils péchaient généralement par optimisme et les sous-estimaient, si bien que des mesures de financement complémentaires devaient ensuite être prises ; Charles VII et ses conseillers n’avaient d’ailleurs pas fait mieux lors de la seconde reconquête de la Guyenne en 14533. Quelles que fussent l’habileté du prince et la compétence de ses serviteurs, la monarchie ne maîtrisait guère plus ses dépenses lorsqu’elle conduisait les événements que lorsqu’elle les subissait : les circonstances pesaient de toute leur tyrannie sur les finances royales.

6Dans ces conditions la tentation était forte de pourvoir aux exigences imprévues de la grande politique au détriment des dépenses courantes de l’État, en récupérant une partie des fonds qui leur avaient initialement été assignés dans les prévisions budgétaires. Nécessité faisant loi, les premières se voyaient aisément accorder la priorité sur les secondes, si bien qu’en dehors de quelques secteurs privilégiés l’allocation de crédits en début d’exercice n’était pas une sécurité pour les comptables de l’administration. Ceux-ci devaient en effet attendre l’échéance des recettes sur lesquelles ils étaient appointés pour tâcher de recouvrer leur dû, en espérant qu’un mandement royal n’avait pas entre-temps disposé autrement de cet argent.

  • 4 Cf. supra, p. 577.

7Louis XI usa sans état d’âme de ce procédé qui lui permettait de parer au plus pressé, alors que le préjudice entraîné ailleurs par ses retranchements ne constituait pas une menace aussi immédiate pour les intérêts de la monarchie : c’était en somme la politique du moindre mal. Certains services jugés essentiels étaient épargnés par ces transferts de dotations, en particulier l’Hôtel du roi qui lui fournissait ses moyens immédiats d’existence mais aussi de gouvernement, et par extension ceux de la reine et du dauphin : ce furent les seules réserves qu’émit le souverain lorsqu’en septembre 1479 il donna carte blanche au général de Languedoc pour prélever partout dans les états financiers de sa charge les fonds destinés au roi René4.

  • 5 Jassemin, p. 82. - Cette curieuse opération pourrait avoir été une forme d’emprunt, les droits aya (...)

8Les organes de contrôle eux-mêmes n’étaient pas toujours ménagés. En une occasion le monarque alla jusqu’à revenir sur des paiements déjà effectués par une mesure rétroactive : il supprima les droits d’Écurie traditionnellement perçus, d’ailleurs avec retard, par les gens de ses Comptes à Paris et les contraignit à restituer ceux qu’ils avaient touchés au titre des années 1466 à 1474, mais il rétablit finalement cette indemnité5. Les pensions, nous l’avons vu, furent une cible privilégiée de ces coupes sombres ; par leur régularité et leur fréquent caractère de rétribution complémentaire des officiers royaux, ces charges participaient autant de l’entretien courant de l’État que de la politique de gratification du prince. Louis XI ne pouvait néanmoins pousser très loin ces coups portés au financement de l’administration, sous peine de compromettre son activité et de décourager ses agents. L’indisponibilité d’une part considérable des ressources de la monarchie, mobilisée par des dépenses de fonctionnement largement incompressibles qui augmentaient avec le développement de l’État, fut pour sa politique financière un facteur de contrainte dont l’importance ne doit pas être négligée, même s’il est vrai que l’expansion de ces structures était bien l’effet de sa volonté.

9D’autres pesanteurs tenaient à l’état des techniques financières mais aussi matérielles. Pour commencer, si le mécanisme du prélèvement et de la redistribution se traduisait dans les comptes des receveurs généraux par un simple jeu d’écritures en recette et en dépense, il n’en recouvrait pas moins des opérations concrètes. Le numéraire collecté, nous l’avons dit, n’était pas centralisé mais restait disséminé entre un grand nombre de recettes particulières. La guerre du Bien public dut en partie sa physionomie à cette dispersion spatiale de l’argent du roi : la course aux deniers ne put se focaliser sur un ou plusieurs points où le produit des impôts aurait été réuni, mais dut s’étendre sur l’ensemble du royaume. Dominer des territoires, ce n’était pas seulement s’assurer des positions et prendre le contrôle des rentrées fiscales à venir, c’était aussi mettre la main sur les disponibilités de la monarchie, source de financement immédiat.

10Cette forte déconcentration des liquidités offrait l’avantage d’une souplesse certaine tant qu’il ne s’agissait que d’acquitter les dépenses locales de l’État, dont l’action couvrait après tout l’ensemble du royaume. La lourde procédure d’un double transfert de fonds de la recette vers une caisse centrale, puis de celle-ci vers le lieu du besoin était ainsi évitée, le règlement pouvant être assuré sur place. Il n’en allait pas de même, en revanche, pour les charges d’intérêt plus général. Le système des assignations permettait alors à la monarchie de contourner largement la difficulté : en renvoyant directement les comptables des services de l’État ainsi que ses prébendiers et la plupart de ses créanciers à une ou plusieurs recettes particulières, elle se défaussait sur eux des questions pratiques du recouvrement de leur dû, qu’ils devaient aller chercher par leurs propres moyens.

11Ce procédé avait néanmoins ses limites. Par leur importance et leur urgence certains ordres de paiement, ceux précisément qui relevaient de la grande politique, n’admettaient pas de tels renvois qui équivalaient à un règlement différé. Il s’agissait principalement des frais de la guerre et de la diplomatie. L’approvisionnement de l’Extraordinaire des guerres ou de l’artillerie, improvisé par définition au contraire du financement de l’Ordinaire régulièrement prévu et assigné, devait être assuré sur place et sans délai si le roi voulait éviter, comme il le disait pour amadouer les contribuables et aiguillonner les gens de ses finances, « la totale rompture et perdicion » de l’armée et par suite du royaume. De même, il était hors de question d’obliger un prince ou un État étranger, Philippe le Bon en 1463, les Cantons suisses après 1474, Édouard IV à partir de 1475, à affronter les embarras de l’administration financière. Les subsides promis devaient leur être portés à Abbeville, Lyon ou Londres : il y allait non seulement du simple usage diplomatique, mais aussi du prestige extérieur de la monarchie. Enfin, dans les dernières années les offrandes grandissantes aux églises créèrent une troisième catégorie de charges prioritaires à acquitter sur les lieux mêmes.

  • 6 Cf. supra, p. 150.
  • 7 Cf. supra, p. 259.

12Or Louis XI, qui frayait volontiers avec les milieux de la haute finance et avait tenté avec leur concours de mettre sur pied une banque à monopole pour les envois de fonds à Rome au début de son règne6, ne se tourna pas vers les grandes compagnies à l’envergure internationale et aux techniques financières sophistiquées qui eussent pu opérer pour son compte ces versements à longue distance. Sans doute, là encore, les considérations de prestige lui dictèrent-elles ce choix. La royauté française devait être capable d’assurer partout ses propres paiements et dans sa propre monnaie d’or ; en outre ces compagnies étaient étrangères, italiennes principalement, et échappaient donc à sa tutelle, la banque des transferts romains ayant fait long feu et les compagnies françaises proches du pouvoir comme celle de Jean de Beaune ne pouvant intervenir hors du royaume que par l’entremise de leurs puissantes consœurs transalpines7. Une fois de plus, plutôt que de recourir à des structures extérieures l’État royal préféra reposer sur ses propres forces pour ses versements importants.

13Le souci matériel des transports de fonds ne pouvait donc être toujours évité. Les rares renseignements que nous livrent les archives sur ces opérations suffisent à nous en faire une idée assez exacte. D’abord, ils étaient pragmatiquement organisés : aucun service de l’État n’en était spécialement responsable. Même à la fin du règne, quand Louis XI manifesta une inclination marquée pour la mise en place de structures logistiques régulières ou même permanentes avec le charroi de l’artillerie, le convoyage du salpêtre ou l’institution des postes, rien de tel ne fut prévu pour les transferts de numéraire, bien que leur montant atteignît alors des sommets et que certains d’entre eux fussent devenus périodiques comme les subsides anglais et helvétiques.

  • 8 Cf. supra, pp. 171 -172 et infra, PI n° II.
  • 9 Cf. supra, p. 222.

14Ensuite, les moyens nécessaires au transport des sommes les plus colossales, nous l’avons déjà dit, frappent par leur modestie. Un chariot suffit en 1463 pour transporter 200 000 écus à la fois lors du rachat de la Picardie8, et deux ans plus tard c’est avec seulement trois bêtes de somme, mules ou chevaux, que les Bourguignons menèrent 100 000 écus à leur armée près de Paris9. Lorsqu’il ne s’agissait que de conduire des fonds déjà réunis, le voyage pouvait être relativement rapide. Selon nos estimations il fallut au plus une semaine au chariot chargé des derniers 200 000 écus envoyés au duc de Bourgogne pour parcourir les quelque 165 kilomètres de Paris à Abbeville en octobre 1463 ; sa vitesse peut être évaluée à 30 kilomètres par jour.

  • 10 Cf. supra, p. 570.

15Quand l’argent devait en revanche être collecté de recette en recette, même en tâchant de suivre le circuit le plus court - ce qui n’était pas simple en l’absence de carte - l’opération était beaucoup plus longue, d’autant qu’à chaque étape les agents du roi devaient passer outre aux probables récriminations du caissier et le presser de fournir une contribution qu’il n’avait pas toujours à sa disposition immédiate. Rappelons qu’il ne fallut pas moins de vingt-huit jours à deux sergents royaux, chargés au début de 1479 de compléter le montant des pensions d’Angleterre, pour faire le tour des receveurs des tailles de Normandie avec une voiture10. Les retards de paiement chroniques qui venaient assombrir les rapports internationaux et valurent tant de transes au souverain, et aux gens de ses finances tant d’admonestations, étaient sans doute plus souvent le fruit des limites que l’état des techniques opposait à l’efficacité de la monarchie que des calculs et des arrière-pensées de Louis XI. Ses ordres traversaient l’espace à la vitesse d’un coursier au galop, mais ses deniers ne suivaient qu’au pas lourd d’un sommier ou d’un cheval de trait.

  • 11 Cf. Miskimin, Table IV, pp. 141-142.
  • 12 Avant la réforme de décembre 1473 l’écu d’or à la couronne contenait ainsi 23 carats l/8e de fin, (...)
  • 13 Commynes / Lenglet du Fresnoy, t. II, p. 400 (la leçon « le change » nous paraît plus satisfaisant (...)

16Il est vrai que des montants plus modestes sans être négligeables pouvaient à la rigueur être portés par un cavalier. Une somme de 1 000 écus ne représentait ainsi que quelque trois kilogrammes et demi en monnaie d’or ; en revanche la même valeur en espèces d’argent représentait une masse trente fois plus importante, un quintal environ. En effet, non seulement ce métal était à peu près onze fois moins précieux que le premier11, mais le titre de fin des pièces blanches était presque trois fois moins élevé que celui des pièces jaunes12. L’or était donc préférable pour la commodité des transports, comme Étienne Chevalier le faisait remarquer à Jean Bourré dans sa lettre déjà citée du 19 mai 1463, pendant la préparation du rachat de la Picardie, à propos de 25 000 l.t. disponibles à Tours « en monnoye », comprenons en petite monnaie sans doute d’argent : « il me semble qu ‘il vaut mieux compter ladite monnoye en or et y perdre quelque chose [en frais de conversion] que porter ladite monnoye avec nous, car qui la porteroit, ce seroit une merveilleuse peine, et avec ce cousteroit autant la voiture comme fera le change de monnoye »13. Toutefois le métal jaune était rare et certains versements comme la solde des troupes nécessitaient de toute façon des moyens de paiement plus précis.

  • 14 Cf. supra, p. 218.
  • 15 Cf. supra, p. 220.

17La faiblesse de l’appareil de sécurité qui entourait ces convois n’est pas moins étonnante. Lors du transfert de fonds le plus important du règne, le premier versement de 200 000 écus dépêché à Philippe le Bon en août 1463 n’était protégé que par la moitié d’une compagnie d’ordonnance jusqu’à l’approche de la frontière, ce qui paraît bien peu si l’on songe que cette somme équivalait à un sixième des revenus annuels de la monarchie à l’époque ; et encore le dispositif fut-il peut-être allégé lors du second envoi, d’une valeur supérieure puisqu’en écus vieux, en octobre suivant. Lorsqu’au début de la révolte du Bien public, en avril 1465, le clerc Antoine de Beaune fut chargé de porter à Louis XI 30 000 écus de Tours à Saumur, il dut apparemment monter son escorte de toutes pièces, puisqu’il lui fallut acheter de ses deniers les arcs des dix hommes qui l’accompagnèrent avant d’en être remboursé14. Quant à la troupe qui convoya des fonds du Languedoc à Paris dans l’été suivant, elle fut suffisamment discrète pour n’avoir pas attiré l’attention de l’ennemi en pleine guerre civile15.

  • 16 Cf. supra, p. 570.

18De même, en mer, la monarchie paraît avoir attendu 1480 pour affecter trois navires à la traversée semestrielle de la Manche par 28 000 écus, devant le danger représenté par la piraterie bretonne et surtout la course flamande. En février 1479 encore le commis Guillaume Restout avait effectué son dernier voyage sur un seul bâtiment, gardé par 50 hommes embarqués ; en mars 1482 la flottille qui conduisit son successeur Pierre le Roy était protégée par 240 gens de guerre fournis par les capitaines aux frais du souverain16. Les moyens déployés dans les toutes dernières années du règne, dans ce cas au moins, finirent par être respectables. Au surplus il est vraisemblable - mais ceci n’entre pas dans nos considérations - qu’une escorte anglaise attendait l’envoyé du roi de France à son débarquement.

  • 17 Cf. supra, p. 295.

19Tout de même, si l’on songe aux fréquents transports à travers le royaume de sommes plus modestes de l’ordre de quelques milliers de livres tournois, très suffisantes néanmoins pour éveiller les convoitises et qui ne devaient être convoyées que par quelques hommes, l’apparente rareté des coups de main contre ces proies relativement faciles pour une troupe organisée mérite d’être remarquée. Les bandits de grand chemin nous semblent bien timides ; le seul fait divers de cet ordre que nous ayons rencontré au cours de ces vingt-deux années, l’assassinat de deux clercs du trésorier des guerres et le vol de leurs fonds en juin 1470, fut le fait de deux hommes d’armes de l’ordonnance, qui d’ailleurs ne tardèrent pas à être pris et pendus17. Sans doute nous faut-il accuser l’insuffisance de notre documentation, peut-être aussi l’argent du roi suscitait-il la révérence des simples gens, et les maraudeurs craignaient-ils la colère du souverain et la rigueur de sa justice s’ils s’en prenaient à ses deniers ; peut-être enfin ces mouvements de numéraire étaient-ils assez efficacement protégés par le secret général des finances, qui entravait la circulation de l’information et se prêtait mal par conséquent à la préméditation d’une embuscade. Reste qu’au siècle des attaques de fourgons blindés ce constat laisse songeur et porte à relativiser, sans le sous-estimer par un excès inverse, le degré d’insécurité dans la France de Louis XI.

2. L’urgence.

20Les problèmes de temps auxquels l’État de finance pouvait se trouver confronté n’étaient pas moins sérieux que les problèmes d’espace. C’est dans l’urgence des besoins à satisfaire que la tyrannie des circonstances se manifestait tout particulièrement. En dehors même des délais de transport, faute de disposer de réserves le roi devait trouver des recettes supplémentaires et les recueillir au plus vite chaque fois qu’il lui fallait faire face à des dépenses imprévues qu’il ne pouvait différer sans préjudice. Celles-ci, toujours les mêmes, relevaient de la grande politique, guerres ou diplomatie. Le drame des finances royales était au fond que les besoins les plus impérieux et les plus importants de la monarchie fussent généralement aussi les plus imprévisibles. Une bonne part de la politique financière consistait alors à improviser promptement les moyens ; c’est là surtout que les gens des finances faisaient leurs preuves aux yeux du souverain.

21Le maintien au moins approximatif de l’équilibre budgétaire imposait qu’à un surcroît de charges correspondît un complément de revenus, donc de nouvelles rentrées fiscales. Le choix fait par le monarque d’une politique des recettes fondée essentiellement sur la taille permettait en principe, nous l’avons dit, de satisfaire commodément à cette exigence par l’imposition d’une crue proportionnée au besoin ; qui plus est, c’était cet impôt qui autorisait la levée la plus rapide grâce au libre choix du terme du paiement. La souplesse de cette formule avait tout de même ses limites. La procédure de la répartition, avec ses étapes successives, exigeait un certain délai : il fallait que les généraux fissent l’assiette de la crue entre les élections, que les mandements royaux fussent rédigés et envoyés dans tout ou partie du royaume, que les élus fixassent à chaque paroisse sa quote-part et l’en informassent, que les assemblées paroissiales se missent d’accord sur la part de chaque contribuable, et que celui-ci eût enfin un minimum de temps pour fournir son dû.

  • 18 Cf. supra, p. 470.

22Tout compris, il fallait vraisemblablement compter un minimum d’un mois entre la date de l’imposition et l’échéance pour que celle-ci eût quelque chance d’être respectée. Quand Louis XI, ordonnant le 10 août 1480 la crue de l’artillerie de ce mois, chargea les receveurs des tailles d’en remettre le produit quinze jours plus tard au commis Pierre Fauchet18, il leur assignait à l’évidence une mission impossible. En outre, quand le montant de la surtaxe était trop élevé, force lui était d’en échelonner le règlement sur plusieurs termes. L’imposante machine administrative et fiscale de l’État de finance était indubitablement capable de prouesses remarquables pour l’époque et parvenait en général à remplir convenablement sa mission, mais il lui fallait du temps, et c’est précisément ce qui, autant que l’argent, manquait souvent au roi.

23Devant l’impossibilité d’obtenir des rentrées fiscales immédiates, il n’y avait d’autre solution que d’en anticiper le produit. Il n’existait au fond qu’un seul moyen efficace pour réunir très rapidement des liquidités, l’emprunt. L’urgence assujettissait la politique financière à un véritable déterminisme de la nécessité : le souverain et ses techniciens pouvaient tout au plus exercer leur libre arbitre sur les modalités de l’opération, mais sur la formule elle-même ils n’avaient pas le choix. La crue de taille permettait de créer le complément de recettes requis et d’assurer l’avenir, mais pour le présent seul l’emprunt pouvait assurer effectivement la satisfaction du besoin. La première, si promptement levée fût-elle, n’était susceptible d’offrir à la monarchie qu’un financement différé ; le second uniquement était à même de lui garantir la collecte presque instantanée qu’exigeait la situation. Par suite la crue de taille n’était pas destinée dans la pratique à régler directement les dépenses, mais à rembourser - en principe - les prêts qui y avaient pourvu, presque toujours sans intérêt.

24L’expérience acquise par Louis XI avant de monter sur le trône de France, et particulièrement durant les mortifiantes années de son exil brabançon, le portait à nourrir de fortes préventions contre une telle pratique. Prince besogneux, il avait trop connu alors les affres et l’humiliation d’un débiteur au crédit suspect pour ne pas considérer l’emprunt comme une déchéance, et l’endettement comme une dépendance dont son arrivée à la tête d’un vaste royaume et d’une riche monarchie devait le délivrer à jamais : de là, sa volonté de réunir par ses propres moyens l’argent du désengagement de la Picardie. Au demeurant, il s’efforça au début de son règne de se conformer à l’image reçue du bon roi, réduisant ses dépenses pour accumuler des fonds sans augmenter les impôts ; or, un sage souverain ne s’endettait pas.

  • 19 Cf. supra, pp. 162, 166-169.

25Dès cette époque pourtant il lui fallut prendre des accommodements avec ses principes. Ne souhaitant pas financer un objectif secondaire, l’expansion en Catalogne, en puisant dans des réserves qu’il destinait à son dessein principal, il sollicita à l’automne de 1462 auprès des riches Languedociens un prêt qui fut le premier à notre connaissance ; de même, quand l’occasion s’offrit enfin à lui de racheter les terres picardes l’année suivante, le trésor qu’il avait amassé ne put lui fournir la totalité du prix convenu et il dut emprunter la différence19. Encore ces années de relative tranquillité et de stabilité financière épargnaient-elles le plus souvent au roi les situations d’urgence. Il en alla tout autrement à partir de la guerre du Bien public, quand les tribulations du règne et la politique ambitieuse du souverain lancèrent ses besoins et ses moyens dans une interminable course-poursuite, accroissant les risques de rupture de paiement et leur importance. Les emprunts prirent alors, par nécessité, une place croissante dans sa stratégie de financement.

26Il nous faut cependant distinguer entre plusieurs types de prêts, qui correspondent à plusieurs catégories de prêteurs. Les emprunts du roi à ses principaux serviteurs étaient ceux qui revêtaient le plus ce caractère de collecte d’urgence : c’est par ce moyen que le monarque pouvait se procurer des liquidités sur-le-champ, ses fidèles étant d’autant moins susceptibles de manifester des réticences qu’il en faisait un test de leur loyauté et que leur faveur pouvait dépendre de leur empressement. Il arrivait que le secours de son entourage constituât lui-même l’avance d’un dispositif d’emprunt plus vaste et qui demandait plus de temps. Ces créanciers privilégiés étaient généralement remboursés avant la fin de l’exercice en cours ; en outre leur maître avait intérêt à ce qu’ils fussent toujours en mesure de lui remettre sans délai l’argent demandé, si bien que leur position de bailleurs de fonds immédiats trouvait sa large contrepartie dans les libéralités qui ne cessaient d’augmenter leur fortune.

27À un échelon plus modeste les receveurs particuliers jouaient à l’occasion un rôle semblable de prêteurs institutionnels - ou captifs, si l’on préfère -lorsqu’ils étaient requis par Louis XI de lui faire l’avance au moins partielle de leurs rentrées sur leurs propres deniers, ce qui n’était qu’une forme spéciale de prêt ; ils remplissaient ainsi une obligation officieuse de leur fonction. Eux aussi étaient bien placés pour obtenir la restitution de leurs versements, le roi les habilitant à s’en rembourser eux-mêmes sur le produit des impôts qu’ils avaient anticipé. Ce type d’emprunt demandait cependant de plus longs délais, du fait même de leur dispersion à travers tout le royaume. Il en allait de même des retranchements opérés sur les gages ou les pensions. Ceux-ci, contrairement à leur nom qui montre que le souverain se réservait de les passer par pertes et profits, étaient dans la pratique de simples reculements puisque la monarchie faisait rarement des difficultés pour accepter le principe de leur versement ultérieur. Toute la question était de savoir quand, les finances étant continuellement obérées : c’était affaire de ténacité et d’influence pour le prébendier. Le remboursement de cette forme d’emprunt forcé, s’il n’était pas rare, était beaucoup plus aléatoire néanmoins que dans les cas précédents. En revanche, pour la royauté le recouvrement était cette fois encore assez long puisqu’il embrassait lui aussi l’ensemble des caisses particulières, sur lesquelles ces charges étaient assignées à travers le royaume.

  • 20 Op. cit., p. 95.
  • 21 Cf. supra, p. 177.

28Enfin, René Gandilhon a attiré l’attention sur une dernière catégorie, officieuse celle-là, de bailleurs de fonds institutionnels : les membres des grandes sociétés commerciales20. Si dès le début de son règne Louis XI avait souhaité nouer une alliance avec les milieux d’affaires, c’était en général pour nourrir sa puissance de la prospérité de ses États à l’exemple de son oncle de Bourgogne, ainsi qu’il l’avait laissé entendre à son avènement, plus que dans le dessein arrêté de tirer profit de leurs abondantes disponibilités par des emprunts dont il ne voulait alors pas entendre parler. Cependant, par la suite l’essor de ses besoins de financement d’urgence l’amena bel et bien à recourir régulièrement à leur crédit : le grand marchand tourangeau Jean de Beaune fut la figure de proue de ces banquiers du roi sans le titre. Le souverain se tourna notamment vers le commerce du sel, source de profits particulièrement lucrative, en se faisant avancer par les marchands une crue de gabelle dont ils se rembourseraient à la vente sur les consommateurs : c’est à l’automne de 1463 qu’il semble avoir usé pour la première fois de ce procédé, après le rachat de la Picardie21.

  • 22 Gandilhon, loc. cit.

29Le développement de ces nouveaux rapports accrut encore la place dans l’État de finance du monde du négoce, dont les grandes sociétés détenaient déjà les principales fermes des impôts comme celles du tirage du Rhône. La filiale lyonnaise de la banque Médicis était mise elle aussi à contribution soit directement, soit le plus souvent à travers les emprunts collectifs à la ville. Elle avait d’ailleurs partie liée avec les principaux personnages de l’État louis-onzien comme Ymbert de Batarnay ou Philippe de Commynes, qui lui confiaient leurs capitaux privés pour les faire fructifier, au point qu’un agent de la banque italienne pouvait écrire à son maître en parlant du second : « vous pourrez disposer de lui comme par le passé »22. Il y avait à l’évidence, entre une monarchie avide d’argent frais et de puissants groupes d’affaires soucieux de leurs intérêts, un échange de services continuel qui nous échappe trop souvent.

  • 23 Cf. supra, pp. 169, 327.
  • 24 Cf. supra, pp. 257-258.

30Les campagnes d’emprunts auprès du clergé et de la bourgeoisie présentèrent dans un premier temps le même caractère d’avance sur les recettes fiscales : ce fut très net en 1463, lorsque le monarque chercha à réunir au plus vite l’argent qu’il devait remettre à Philippe le Bon. Néanmoins, là encore, il fallait compter plus d’un mois pour contacter tous les intéressés et surmonter les réticences ; quand l’urgence était vraiment aiguë, comme dans l’été de 1463 ou durant les négociations d’août 1475 avec Édouard IV, l’aire des sollicitations était réduite pour gagner du temps23. Surtout, à partir du moment où, Louis XI ayant pris l’habitude de réviser pragmatiquement son budget en cours d’exercice, cet expédient ne fut plus véritablement improvisé dans l’instant, mais préparé avec un peu d’avance en vue d’un besoin imminent mais prévu, son rôle commença d’évoluer. Dans les plans de financement complémentaire périodiquement élaborés par le roi et les gens de ses finances ces sollicitations n’étaient en effet qu’un élément du dispositif, concurremment aux crues de taille : elles ne constituaient plus tant une anticipation des rentrées d’impôts qu’une véritable recette en soi. C’est en février 1468, à l’occasion de la première grande campagne méthodiquement organisée, que paraît se situer le tournant24.

31Certes, en général ces prêts étaient officiellement remboursables sur les revenus fiscaux de l’exercice suivant, si bien qu’ils conservaient leur caractère formel de simple avance sur les ressources régulières de l’État, mais nous avons vu qu’il en allait tout autrement dans la pratique. Par ces procédés le souverain engageait le produit des impôts à venir, alors que celui-ci devait financer des charges toujours aussi lourdes : entre les nécessités du présent et les dettes du passé la priorité était vite établie. Qui pis est, alors que les premières crues de taille de la fin des années 1460 paraissent avoir souvent été effectivement dévolues - au moins en théorie - au remboursement des emprunts, dans la décennie suivante les chances de restitution des prêteurs s’amenuisèrent à mesure que ces expédients se répétaient, tandis que la hausse des impôts n’avait plus d’autre objet que de faire face à l’augmentation incessante des dépenses. Les anciennes préventions du monarque contre l’endettement étaient alors tout à fait levées, car le rapport de forces entre ses créanciers et lui s’était inversé : il était le maître, ses sollicitations étaient des ordres et les remboursements dépendaient de son bon plaisir. Son autorité lui tenait lieu de crédit.

  • 25 Cf. supra, pp. 318-319.

32Moins habituée à donner qu’à recevoir, l’Église résista à ses prétentions et les saisies de temporel se multiplièrent lors de la deuxième grande campagne en février et mars 147125, mais Louis XI n’entendait pas s’aliéner le clergé de France et le passage de la formule des prêts particuliers à celle des prêts collectifs vers le milieu de la décennie semble s’être accompagné, nous l’avons dit, d’un recentrage de ses exigences sur la seule bourgeoisie.

  • 26 Loc. cit.

33Dès lors le caractère parafiscal de ces emprunts ne cessa de s’affirmer et ils tendirent de plus en plus, par leur régularité et leur absence de remboursement, à la mise en place d’un régime spécifique d’imposition des villes. Nous sommes bien loin ici de la satisfaction immédiate de besoins inopinés et pressants : d’une formule imposée par l’urgence, le roi avait fini par faire l’instrument d’un financement régulier. Il n’en demeure pas moins que la perpétuelle nécessité de réunir des fonds pour faire face aux aléas de sa politique avec une promptitude que ne permettait pas la puissante mais lourde machinerie fiscale exerçait une contrainte bien réelle sur la conduite de ses finances : comme l’écrit René Gandilhon, « les difficultés d’argent qu’il ne cessait de rencontrer pesaient terriblement sur sa façon d’agir »26.

3. Le casse-tête monétaire.

  • 27 Ibid., pp. 323-324.

34Support matériel des finances, la monnaie était une autre source de lancinantes préoccupations pour la monarchie. L’hétérogénéité de la masse monétaire posait un premier problème. Une grande variété de pièces d’époques et de nationalités diverses circulait dans le royaume, et bien que le roi prétendît en principe n’accepter l’impôt que dans ses propres espèces force était à ses receveurs de passer outre, faute de numéraire royal en quantité suffisante. Il semble d’ailleurs que plus d’un en profitait pour prendre des contribuables les monnaies litigieuses à un cours inférieur à celui auquel ils prétendaient ensuite les délivrer aux créanciers de la Couronne, réalisant ainsi un bénéfice personnel27 ; c’est par ce type de pratiques que les caissiers de la monarchie se dédommageaient, avec le tacite assentiment du souverain qui fermait les yeux, du rôle de bailleurs de fonds de l’État royal auquel ils étaient astreints ex officio.

  • 28 Cf. supra, p. 173 et infra, PJ n° II.
  • 29 Cf. supra, pp. 349-350.

35Cette bigarrure des rentrées compliquait en effet singulièrement le règlement des dépenses, la valeur des espèces pouvant donner lieu à d’infinies contestations. La querelle qui, au plus haut niveau, opposa les experts du monarque et de son oncle de Bourgogne lors du premier versement du désengagement de la Picardie en septembre 1463 offre une illustration exemplaire de ces difficultés28. Quand Louis XI entendit en janvier 1471 interdire toutes les autres monnaies que les siennes il manqua d’asphyxier l’État, ses receveurs n’étant plus à même d’encaisser ses deniers tandis que ses officiers et pensionnaires refusaient en paiement un numéraire à la veille d’être démonétisé. Devant le chœur des récriminations le souverain dut faire machine arrière29. Lui-même, on l’a vu, mettait un point d’honneur à ne verser ses subsides à ses obligés étrangers et ses offrandes aux églises qu’en écus à la couronne exclusivement. Cela lui coûtait plus cher car cette belle pièce d’or était recherchée et les changeurs en demandaient une prime importante, d’ailleurs en hausse, mais il y allait du prestige du roi de France devant Dieu et - hors du royaume - devant les hommes.

  • 30 Cf. supra, p. 76.

36L’omniprésence des espèces étrangères, perpétuel affront à la souveraineté royale, était la bête noire de la politique monétaire traditionnelle de la monarchie. Sur ce point Louis XI, échaudé par son expérience malheureuse de 1445 en Dauphiné30 et hanté comme ses contemporains par le traumatisme de l’effondrement monétaire qui avait accompagné le naufrage de la royauté au début du siècle, fit montre d’un grand conservatisme. Reprenant scrupuleusement l’héritage de Charles VII, il se livra à un difficile exercice de grand écart entre le dogme de la bonne monnaie et la réalité économique de la disette monétaire dont souffrait alors tout l’Occident. Pris entre la volonté de réagir contre un malaise grandissant et la crainte des conséquences, le roi réunit plusieurs assemblées de techniciens qui ne débouchèrent sur rien. Dans son incertitude il s’en fût peut-être remis à ses spécialistes, les généraux maîtres des Monnaies, mais ceux-ci ne paraissaient guère plus fixés sur la conduite à tenir, et au demeurant étaient peut-être divisés. La première décennie du règne s’écoula ainsi dans un immobilisme prudent, qui ne put qu’aviver les tensions sur la monnaie.

37L’entrée en lutte ouverte contre la Maison de Bourgogne entraîna alors cinq années de réformes tâtonnantes, contradictoires et déstabilisatrices. Les mesures adoptées en janvier 1471, expression la plus intransigeante de l’idéologie monétaire de la monarchie, étaient impraticables et durent être annulées en catastrophe comme nous l’avons dit ; il en resta du moins l’uniformisation de la monnaie de compte tournois dans tout le royaume et le Dauphiné. Les nouvelles lettres royaux rendues en mars 1473 et surtout entre décembre suivant et juin 1474, sous l’influence des généraux maîtres Jean Clerbout et Germain Braque s’il faut en croire le souverain, marquèrent un net virage vers le réalisme mais ces incessantes mutations monétaires perturbèrent l’économie et provoquèrent un large mécontentement dans l’opinion.

  • 31 Cf. supra, pp. 350-352, 363.

38La grande ordonnance de novembre 1475 fit table rase de ces désordres et institua un nouveau monnayage, tandis que la Chambre des Monnaies, rendue responsable des récentes tribulations monétaires, était purgée. Peut-être la nouvelle ligne, compromis délicat et imparfait entre les principes et les réalités, était-elle inspirée par le général maître Simon Anjorrant, qui échappa seul aux révocations31. Cette réforme, la plus importante du règne, fixa les traits des huit dernières années, qui virent une restabilisation monétaire réelle mais aussi la persistance des difficultés engendrées par la pénurie chronique de métaux précieux. À aucun moment Louis XI ne se départit des conceptions qui avaient guidé Charles VII avant lui : les pressions à la hausse de la valeur de l’or et de l’argent étaient imputées aux espèces étrangères, qui circulaient à un cours excessif au regard de leur qualité et soumettaient sa bonne monnaie à une concurrence déloyale. Ni le roi ni ses conseillers ne paraissent avoir eu conscience des causes profondes de cette tendance de long terme, accentuée au demeurant par le développement des exportations d’or qu’entraînait sa propre politique de gratifications extérieures.

  • 32 Cf. supra, pp. 326-327 et infra, PI n° V.
  • 33 Cf. supra, p. 455.
  • 34 Cf. supra, pp. 556-560.

39La « famine monétaire » du xve siècle, c’est-à-dire l’insuffisance du stock de métaux précieux en circulation pour satisfaire les besoins de l’économie occidentale en instruments de paiement, n’est certes pas douteuse : nous en avons rencontré plusieurs exemples. Lorsque Jean de Vendôme, vidame de Chartres, dut consigner au Parlement de Paris une énorme caution de près de 13 000 l.t. à l’occasion d’un procès il en fournit les trois quarts au moyen d’espèces d’or et d’argent de provenance diverse, mais ne put s’acquitter du reste qu’en déposant au greffe un assortiment disparate d’argenterie, un diamant et un collier ; c’est ce lot incommode que les commissaires royaux venus emprunter les consignations de la cour en août 1475 eurent le désagrément de devoir réaliser32. La pénurie touchait tout autant le métal blanc que le métal jaune : quand le souverain ordonna en mai 1477 la frappe de 1 000 marcs de gros d’argent à Paris surtout pour la solde des Suisses dont il espérait la venue, il dut faire conduire dans la capitale l’argenterie remise par les Arrageois et les Cambrésiens en règlement de leurs compositions33. Contrairement à Louis XIV c’est la vaisselle des autres que le monarque menait fondre dans ses Monnaies. Qui pis est, des initiatives telles que la réquisition de quelque 17 000 marcs d’argent en 1478 et 1479 pour le monumental treillis de Saint-Martin de Tours34 ne pouvaient qu’aggraver le mal.

40Cependant, il est permis de se demander si l’ampleur de cette pénurie n’a pas été surestimée. Le volume de la production de numéraire d’or et d’argent restitué par Harry A. Miskimin paraît en effet excessivement faible. Pour nous en tenir au métal jaune, pour lequel nous disposons d’éléments de comparaison, la quantité totale d’or fin frappée dans l’ensemble des Monnaies du royaume et du Dauphiné au cours des vingt-trois années 1461 à 1483 s’élèverait ainsi à 377,8 kilogrammes. Or, sans même parler des subsides helvétiques, nous savons que de 1475 à 1482 Louis XI versa à Édouard IV et ses serviteurs un total de 461 000 écus à la couronne, représentant au minimum 1 531,2 kg d’or fin. Faut-il en conclure qu’il puisa largement dans la masse monétaire battue sous Charles VII ? Celle-ci était pourtant fortement écornée si l’on en croit les mêmes statistiques, car le volume d’or fin remis à Philippe le Bon en 1463, qui se composait en partie d’espèces étrangères il est vrai, représente à lui seul l’équivalent de toutes les frappes de métal jaune indiquées pour les vingt et une années de 1440 à 1460.

  • 35 Éd. Fawtier, Comptes du Trésor, §§ 2 091-2 092 p. 179, 2 424 p. 230.

41En outre pas une seule pièce d’or ne serait sortie des Monnaies du roi, au nombre de trente-trois sans le Dauphiné en 147735, pendant pratiquement une année du règne sur trois, de 1470 à 1474 et à partir de 1482. 700 grammes d’or fin seulement, soit un peu plus de 200 écus à la couronne, auraient été monnayés entre la réforme monétaire de janvier 1474 et celle de novembre 1475, ce qui est bien peu pour donner prise aux plaintes du souverain, à cette dernière date, contre l’exportation de ces espèces allégées par la précédente ordonnance. Au surplus, comment Louis XI eût-il pu mettre fin à la frappe des écus à la couronne, alors même qu’à Picquigny il venait de s’engager pour une durée indéterminée à en expédier chaque année outre-Manche par dizaine de milliers, si ses experts et lui n’avaient compté sur la présence dans le royaume d’un stock suffisamment abondant issu des émissions passées ? L’avenir leur donna raison : les comptables peinèrent comme toujours à se les procurer, il fallut verser des primes aux changeurs, mais enfin les disponibilités ne firent pas défaut et les Anglais eurent leurs écus.

  • 36 Miskimin, Table III, pp. 136-138.

42De même, à suivre Miskimin les ateliers royaux n’auraient frappé que 11,3 kg de métal fin, et produit par conséquent que 3 350 écus au soleil environ, de 1476 à 148336 si bien que la nouvelle pièce n’aurait guère existé qu’à l’état d’échantillon du vivant de son créateur. Il est vrai que sa production ne fut pas massive de toute évidence, et si le monarque repoussa la revendication formulée en 1478 par Édouard IV d’un paiement en écus au soleil et non plus à la couronne, ce n’était pas seulement par refus d’augmenter son subside, mais aussi parce que cette réclamation eût sans doute été impossible à satisfaire matériellement.

  • 37 Cf. supra, pp. 555-556.
  • 38 Caillet, PJ n° CCCXXVII, pp. 635-636.
  • 39 Éd. de Mandrot, t. II, p. 128.

43Néanmoins, plusieurs indices nous montrent que les nouveaux écus commençaient lentement à se répandre. Nous l’avons déjà signalé, sur les dix-sept versements effectués comptant à Louis XI, pour ses dévotions principalement, par le commis à la recette de la traite de la Rochelle Simon Brahier dans l’exercice 1479-1480, seize furent acquittés en écus à la couronne mais le dernier fut réglé pour l’essentiel en écus au soleil37. A Lyon, un compte municipal de 1482-1483 mentionne un emprunt de 600 écus à la couronne et 100 au soleil, et un autre de 624 écus à la couronne et 369 au soleil le 8 avril 148338. Enfin, à en croire Jean de Roye le souverain fit aux ambassadeurs de Maximilien et des états des Pays-Bas, venus recevoir au début de cette année la ratification du traité d’Arras, le présent véritablement royal de 30 000 écus au soleil39. Même en relativisant cette dernière information, les nouveaux écus étaient à l’évidence beaucoup plus répandus que ne le suggère le tableau de Harry Miskimin, ce qui implique une fois encore des frappes autrement importantes.

  • 40 Op. cit., p. 33.

44Comment expliquer de telles incohérences ? Sans doute faut-il remettre en cause l’hypothèse de départ de ce chercheur. Celui-ci a postulé en effet que chaque émission de monnaie ayant donné lieu, selon la procédure en vigueur, à l’établissement d’un grand nombre de documents aux divers stades de la fabrication et du contrôle, le risque que des frappes n’aient laissé aucune trace dans les sources conservées était infime, et que ses séries statistiques pouvaient par suite être considérées comme fiables et pratiquement complètes40. Peut-être a-t-il raison pour une période antérieure, sur laquelle ses observations corroborent effectivement des faits connus par ailleurs, mais sa démonstration devient moins convaincante passé le premier tiers du xve siècle. Force nous est d’admettre, pour résoudre la contradiction manifeste entre les niveaux de production ainsi restitués et les indications que nous livrent par ailleurs les documents du temps, que les archives de la production monétaire sont très lacunaires pour la fin du règne de Charles VII et celui de son successeur.

  • 41 Ibid., p. 53.
  • 42 Cf. supra, p. 565.
  • 43 Éd. Fawtier, op. cit., tableaux pp. LXX-LXXI.
  • 44 Op. cit., pp. 31-32.
  • 45 Ibid., Table III, p. 138

45A l’appui des chiffres très faibles qu’il trouve, Miskimin cite le produit des Monnaies du royaume mentionné dans les comptes du Trésor de 1477, qui atteint en effet le montant dérisoire de 160 l.p.41, soit 200 l.t., mais il n’a pas compris qu’il s’agit là du revenu net à la disposition du roi ; or, non seulement les ateliers monétaires devaient rétribuer leur personnel sur leurs profits, mais comme toute source de recettes ils pouvaient être grevés par des dons ou des rentes : rappelons que le bénéfice net de celui de Tarascon en Provence fut cédé par Louis XI à Sainte-Marthe en mai 148242. La faiblesse extrême du produit net laisse certes supposer une activité médiocre, mais non pas nulle dans les Monnaies, de même que le maigre rapport tiré par la monarchie de la gabelle en Languedoc à la fin du règne ne signifie pas qu’il s’y vendait très peu de sel. Les mêmes comptes du Trésor indiquent d’ailleurs que les boîtes des Monnaies fournirent 1 686 1. 9 s.4 d.p., soit 2 108 1. 1 s. 8 d.t., en 147743 ; comme Harry Miskimin le rappelle lui-même, lors de chaque émission les gardes des Monnaies déposaient dans ces boîtes, à fins d’expertise par les généraux maîtres, une pièce d’or sur 500 et une pièce d’argent sur 1 000 en principe, parfois une sur 200 pour le métal jaune, une sur 720 pour le métal blanc et une sur 2 400 pour la monnaie de billon44 : la valeur du contenu des boîtes suggère donc des frappes d’une valeur totale de 400 000 l.t. au grand minimum vers 1476-1477, chiffre très éloigné des 8 121 l.t. avancées par cet auteur pour le numéraire d’or et d’argent produit dans ces deux années45. La pénurie de monnaie est certes flagrante tout au long de notre période, mais ne doit pas être exagérée toutefois.

46Si jaloux de ses prérogatives et si indépendant d’esprit qu’il se montrât dans sa politique financière, Louis XI n’en dut pas moins composer, comme tout prince de son temps, avec les multiples contraintes que lui imposaient le poids même des structures de l’État, dont l’entretien ne pouvait être négligé, l’état des techniques financières ou matérielles, la tyrannie des circonstances ou l’indispensable mais délicat instrument monétaire. Ces pesanteurs et rigidités diverses constituaient pour ainsi dire la part d’inertie inhérente à toute action de l’État ; le roi les affronta avec des fortunes variées. Si sa volonté ne put surmonter la force des réalités économiques qui se dissimulaient derrière les difficultés monétaires, il sut en revanche tirer parti de la nécessité de l’emprunt à laquelle le contraignait l’urgence pour perfectionner l’arsenal de sa politique de recettes. En tout ceci il se montra une fois encore prudent, pragmatique et avisé.

Notes

1 Cf. supra, p. 304.

2 Cf. supra, pp. 160, 467-468.

3 Cf. supra, p. 56.

4 Cf. supra, p. 577.

5 Jassemin, p. 82. - Cette curieuse opération pourrait avoir été une forme d’emprunt, les droits ayant finalement été remboursés aux intéressés ; par ailleurs, n’étaient les années concernées, elle aurait pu dater du début du règne de Charles VIII, l’auteur se référant ici à un document cité par Vaesen et daté de 1485, qui l’attribue au « roy » et non au « feu roy » (Lettres, t. VIII, note 1 pp. 144-145).

6 Cf. supra, p. 150.

7 Cf. supra, p. 259.

8 Cf. supra, pp. 171 -172 et infra, PI n° II.

9 Cf. supra, p. 222.

10 Cf. supra, p. 570.

11 Cf. Miskimin, Table IV, pp. 141-142.

12 Avant la réforme de décembre 1473 l’écu d’or à la couronne contenait ainsi 23 carats l/8e de fin, soit 964 millièmes, et le grand blanc d’argent 4 deniers 12 grains d’argent-le-roi, soit 359 millièmes de fin (Ord., t. XVIII, p. 144).

13 Commynes / Lenglet du Fresnoy, t. II, p. 400 (la leçon « le change » nous paraît plus satisfaisante que celle de cette édition : « la charge »). — Le problème fut aussi durable que la monnaie réelle et le bimétallisme : trois siècles plus tard, un mémoire du 5 ventôse an V (23 février 1797) au ministre des Finances du Directoire justifiait l’utilité du numéraire d’or en arguant qu’« une somme de cent mille francs en argent, et qui pèse un peu plus (...) de 1 000 livres pondérales, ne peut être transportée qu’à l’aide d’une voiture, tandis que le cheval du voyageur pourrait s’en charger en or, et ne recevrait pas une augmentation de poids plus considérable que 64 livres » (« Un mémoire des envoyés extraordinaires du commerce sur les monnaies en ventôse an V », éd. Guy Thuillier, Études & documents, Comité pour l’Histoire économique et financière de la France, vol. VII, 1995, pp. 557-558).

14 Cf. supra, p. 218.

15 Cf. supra, p. 220.

16 Cf. supra, p. 570.

17 Cf. supra, p. 295.

18 Cf. supra, p. 470.

19 Cf. supra, pp. 162, 166-169.

20 Op. cit., p. 95.

21 Cf. supra, p. 177.

22 Gandilhon, loc. cit.

23 Cf. supra, pp. 169, 327.

24 Cf. supra, pp. 257-258.

25 Cf. supra, pp. 318-319.

26 Loc. cit.

27 Ibid., pp. 323-324.

28 Cf. supra, p. 173 et infra, PJ n° II.

29 Cf. supra, pp. 349-350.

30 Cf. supra, p. 76.

31 Cf. supra, pp. 350-352, 363.

32 Cf. supra, pp. 326-327 et infra, PI n° V.

33 Cf. supra, p. 455.

34 Cf. supra, pp. 556-560.

35 Éd. Fawtier, Comptes du Trésor, §§ 2 091-2 092 p. 179, 2 424 p. 230.

36 Miskimin, Table III, pp. 136-138.

37 Cf. supra, pp. 555-556.

38 Caillet, PJ n° CCCXXVII, pp. 635-636.

39 Éd. de Mandrot, t. II, p. 128.

40 Op. cit., p. 33.

41 Ibid., p. 53.

42 Cf. supra, p. 565.

43 Éd. Fawtier, op. cit., tableaux pp. LXX-LXXI.

44 Op. cit., pp. 31-32.

45 Ibid., Table III, p. 138

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540