Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La boîte à l'enchanteur

 | 
Jean-François Lassalmonie

Cinquième partie. Les ressorts d'une politique (1461-1483)

Chapitre XVII. Les idées

Texte intégral

1Dans le domaine technique mais crucial des finances comme dans les autres Louis XI entendait donc mener seul sa barque. Il paraît intéressant de déterminer à présent dans quelle mesure il fit preuve, dans l’exercice de ses prérogatives souveraines, de conformisme ou d’indépendance d’esprit. Les conceptions qui guidèrent sa politique en matière de recettes comme de dépenses furent-elles fidèles aux idées admises par ses contemporains, ou les heurtèrent-elles au contraire ? Le roi refléta-t-il dans ses choix les mentalités de son temps ou s’en démarqua-t-il par des vues originales ? Il ne s’agit pas pour nous de confronter les orientations du souverain aux constructions théoriques de penseurs plus ou moins nourris d’auteurs anciens, qui du reste appartiennent plutôt à l’époque antérieure de la reconstruction de l’État de finance par Charles VII comme l’œuvre de l’archevêque de Reims Jean Jouvenel des Ursins, mais à l’opinion commune telle qu’elle ressort de la pratique et des réactions des Français.

1. « Vivre du sien » : l’illusion domaniale.

  • 1 Cf. Lydwine Scordia, « Le roi doit "vivre du sien". Histoire d’un lieu commun fiscal ? »
  • 2 Éd. Bernier, pp. 364-365.

2Dans la seconde moitié du xve siècle l’idée que le roi devait « vivre du sien »1 assurer son entretien par les seuls revenus de son patrimoine, était devenue parfaitement anachronique depuis plus de cent ans avec le développement de l’État moderne, dont les besoins excédaient de beaucoup la capacité de financement du Domaine : le souverain n’était plus un seigneur au-dessus des autres. Elle conservait néanmoins toute sa force dans les mentalités. Les recettes ordinaires, c’est-à-dire celles dont la perception était conforme à l’ordre naturel des choses, avaient seules une légitimité intemporelle aux yeux de l’opinion et devaient suffire, du moins en temps normal, aux dépenses du prince. S’il en allait autrement, c’était parce que celles-ci étaient excessives et que le Domaine était négligé. Les Français surestimaient largement le produit qu’une gestion consciencieuse eût pu tirer des terres et des droits de la Couronne. On le vit bien aux états généraux de 1484, quand les députés contestèrent les chiffres que leur présentaient les gens des finances : Jean Masselin déclara ainsi que plus d’un dans l’assistance accepterait de prendre à ferme pour 40 000 l.t. par an les revenus ordinaires de la Normandie, officiellement évalués à 22 000 l.t.2

3Ce décalage entre les réalités et leur représentation trouvait sans doute son origine dans le conservatisme foncier des esprits médiévaux, hostiles aux « novelletez » réputées mauvaises, mais aussi dans le secret d’État dont la monarchie enveloppait jalousement tout ce qui avait trait à ses finances. La volonté constante du pouvoir royal de protéger son monopole exclusif dans l’administration de ses deniers contre toute ingérence des sujets ne permettait pas à ces derniers de mesurer l’ampleur de l’abîme qui séparait désormais les ressources traditionnelles de la Couronne de ses charges structurelles, et les entretenait dans une illusion domaniale très généralement partagée. Cette politique d’opacité, dont Louis XI hérita et qu’il reprit résolument à son compte passé les premières expériences, verrouillait sans doute l’emprise sur ses finances d’une royauté française que bien des princes voisins pouvaient envier, mais au prix d’une incompréhension fondamentale entre l’État et la société.

4Le prestige du Domaine conservait d’ailleurs tout son lustre aux yeux des serviteurs mêmes de la monarchie, ainsi qu’en témoigne l’influence dont jouissait toujours le Trésor au sein de l’État de finance sous le règne de Louis XI. Répétons-le, pour l’essentiel des hommes aussi en vue qu’Etienne Chevalier et Jean Bourré, qui jouèrent un rôle de premier plan dans la politique royale, n’occupèrent guère de fonctions officielles que dans l’administration des finances ordinaires. Les trésoriers de France n’étaient guère moins importants que les généraux des finances, et malgré la maigreur des sommes sur lesquelles ils exerçaient ex officio leur juridiction leurs charges étaient plus que de simples prébendes accordées à de grands serviteurs. Elles contribuaient réellement à asseoir leur autorité dans l’appareil financier de la monarchie, et leur activité dépassait largement le Domaine. Par la force de l’habitude et des traditions de l’État les services du Trésor, qui coiffaient la plus ancienne des administrations financières, conservaient au sein des institutions un poids que ne justifiait plus depuis longtemps la participation devenue dérisoire du patrimoine de la Couronne à l’entretien de la puissance publique.

  • 3 Éd. Garand & Samaran, t. III, pp. 292-293, 310-313.

5S’il ne réduisit pas l’importance des officiers supérieurs du Trésor, qui ne gênait en rien l’accomplissement de ses desseins, Louis XI ne partagea jamais l’idéal domanial si vivace encore de son temps. Il en avait déjà fait la démonstration en Dauphiné, sacrifiant le patrimoine delphinal pour obvier à l’insuffisance de ses ressources. Une fois monté sur le trône, il manifesta le même désintérêt pour le Domaine royal ; la révocation générale des aliénations prononcée à son avènement en septembre 1461 ne fut qu’un geste rituel et sans conséquence. Thomas Basin, qui, pour s’être piqué de réforme financière, n’en restait pas moins fidèle aux conceptions traditionnelles, lui fait reproche d’avoir cédé un peu partout le meilleur de son bien au lieu d’en vivre comme le lui imposaient les principes d’un juste gouvernement : « de regali patrimonio, de quo, si juste moderacionem regni administrasset, debuisset vivere, pulcherrimas porciones passim donaret atque alienaret ». Son irréductible opposant ne manque pas de souligner que, ce faisant, il violait en outre le serment de son sacre3.

  • 4 Éd. de Mandrot, t. II, p. 138.
  • 5 Nous relevons tout de même qu’en 1482 et 1483 le quart des crédits - modestes il est vrai -de la C (...)

6Jean de Roye écrit de même que le roi ne pouvait s’empêcher de distribuer ses « biens et possessions, en telle façon qu’[à sa mort] il avoit donné et aliené la pluspart du Demaine de son royaulme »4. Tous les témoins reprennent ces commentaires, reflétant la réprobation de l’opinion envers la conduite du souverain : les organes de contrôle n’étaient pas isolés dans leur condamnation de sa politique d’aliénations. Pragmatique et sans état d’âme, le monarque tirait froidement les conséquences de l’incapacité du patrimoine de la Couronne à financer l’État5, mais il y voyait en revanche un stock non négligeable de biens-fonds et de revenus à dispenser dans le cadre de sa politique de gratification, stock renouvelable au surplus par la mort des aliénataires viagers et les confiscations. Ces présents étaient d’ailleurs très goûtés des bénéficiaires, car ils étaient assis sur la seule source durable de richesse et de prestige social aux yeux des hommes de ce temps : la terre. Les pratiques de Louis XI, dilapidant son Domaine pour rétribuer les services, pourraient être qualifiées de mérovingiennes - tout comme sa dévotion pour saint Martin dans un autre ordre d’idées - mais avec une différence fondamentale. Désormais l’assise réelle de la puissance politique n’était plus foncière mais fiscale, et en se séparant de ses terres le roi ne sapait nullement son autorité. La révolution de l’État moderne avait bouleversé les principes traditionnels des pouvoirs, et le souverain en était sans doute beaucoup plus conscient que la plupart de ses sujets.

7Du moins pourrions-nous nous demander si, dans les terres qui ne furent pas aliénées, le monarque se livra à un effort de valorisation de son patrimoine, auquel le rétablissement de la paix à l’intérieur du royaume depuis la fin de la guerre de Cent Ans et la reprise économique et démographique de la seconde moitié du xve siècle semblaient a priori propices. Il n’est malheureusement pas possible de répondre, car les documents conservés des recettes particulières du Domaine sont rares et nous ne disposons pour aucune d’elles d’une série de comptes qui permettrait de déceler des évolutions au cours du règne. Du moins pouvons-nous faire deux observations. D’une part, l’alourdissement des charges pesant sur les finances ordinaires ne favorisait guère une telle politique ; d’autre part, l’indifférence dont Louis XI fit preuve en général donne à penser que si elle fut jamais entreprise, ce ne dut être de toute façon qu’à l’initiative de l’administration domaniale elle-même.

2. Les finances extraordinaires.

  • 6 Éd. Garand & Samaran, t. III, pp. 294-295.

8Basin l’a très bien vu, si le roi ne faisait pratiquement aucun cas du Domaine, c’est parce qu’il n’attachait réellement de prix qu’aux impôts extraordinaires : « nullam (...) vel permodicam de patrimonio seu Domanio suo estimacionem faciebat, sed solum vectigalia et collectas in precio et estimacione habere videbatur »6. Réaliste là encore et soucieux d’efficacité avant tout, le souverain se bornait à constater que les tailles et les aides assuraient la quasi-totalité de ses ressources et ne jugeait pas utile de consacrer de vains efforts à une source de revenus déjà marginalisée à son avènement. C’est sur les finances extraordinaires que porta son programme de réformes des premières années, c’est sur elles que reposa sa politique fiscale tout au long du règne.

  • 7 Éd. Calmette & Durville, t. II, p. 290.

9Ce parti pris ne pouvait assurément plaire à l’opinion. Commynes écrit qu’en assurant à la monarchie le monopole de la taxation et en instituant la taille des gens d’armes Charles VII « chargea fort son ame et celles de ces successeurs, et mist une cruelle playe sur son royaume, qui longuement seignera »7. Le mémorialiste, il est vrai, venait d’un État où les assemblées représentatives votaient l’impôt et où, comme il aimait à le rappeler, le prince recourait très peu aux prélèvements directs. Néanmoins, un siècle après la première instauration de la fiscalité moderne, les Français eux-mêmes entendaient toujours prendre à la lettre la prudente terminologie officielle héritée de ses origines et ne voir en elle qu’une charge extraordinaire, qui n’était pas dans l’ordre naturel des choses et ne portait pas en soi sa légitimité comme les droits domaniaux, mais n’était justifiée que par une situation d’exception passagère.

  • 8 Ord., t. XVI, pp. 432-433. - Il est vrai que la légitimité des impôts venait d’être remise en caus (...)

10Si les contribuables se résignaient par la force des choses à la perpétuation de fait de leur fardeau, la véritable révolution culturelle que constituait l’acceptation du principe même de la pérennité de l’impôt, conséquence inévitable de la naissance de l’État moderne et de ses coûteuses institutions permanentes, restait encore à faire : elle heurtait trop les intérêts particuliers pour triompher dans les esprits. Le financement de la monarchie continuait donc à reposer sur une fiction, et les mandements d’imposition de la taille commençaient par exposer, ainsi en novembre 1465, que sur l’avis des princes du Sang et du Grand conseil le monarque avait décidé de conserver l’année suivante les gens de guerre soldés à son service8, entretenant formellement l’illusion d’une simple reconduction annuelle des charges de l’État.

  • 9 Contamine, « Contribution à l’histoire d’un mythe : les 1 700 000 clochers du royaume de France », (...)

11En revanche l’opinion comprenait d’autant moins la lourdeur de l’impôt direct que, par le même effet pervers du secret des finances qui nourrissait l’illusion domaniale, elle en surestimait considérablement l’assiette, y compris dans des milieux cultivés et a priori mieux informés. Le mythe des 1 700 000 clochers du royaume de France en témoigne, qui parcourt les xve et xvie siècle et permit à divers auteurs anonymes d’échafauder de mirifiques budgets modèles dans lesquels une taxe de quotité légère assurait au roi des moyens financiers colossaux : ces projets se retrouvent jusque dans des formulaires de la chancellerie royale et de la Chambre des Comptes même, et les diplomates italiens en prirent des copies9. Seul un petit groupe d’initiés au sommet de l’État de finance pouvait avoir une vue d’ensemble réaliste des feux fiscaux du royaume et des possibilités budgétaires : même les hommes d’affaires installés aux échelons inférieurs de l’administration, qui constituaient une source d’information pour leurs parents et associés, n’avaient qu’une vision fragmentaire de la situation. De là une ignorance généralisée qui servait la monarchie en la faisant paraître infiniment plus puissante qu’elle n’était à l’intérieur comme à l’extérieur, mais qui condamnait sa politique fiscale à être jugée elle aussi infiniment plus abusive qu’elle n’était.

  • 10 Éd. Bernier, pp. 344-345, 364-365, 400-401. - Nota qu’en avançant l’idée d’une prise en charge des (...)

12Il semble par ailleurs que la fiscalité indirecte était mieux acceptée que l’impôt direct, sans doute parce qu’elle était moins voyante mais aussi parce qu’en dehors des crues sur le sel son taux était stable. De fait, pour autant que les estimations avancées soient fiables, le rapport des aides ne devait guère être plus élevé en 1483 qu’en 1461, les progrès de la consommation étant compensés par les aliénations de greniers. Il est ainsi remarquable qu’aux états généraux de 1484 les aides et le Domaine aient été le plus souvent associés. Jean Masselin, qui dans son journal réunit leurs produits, affirma pour sa part que le revenu des aides en Normandie était sous-évalué de moitié par les gens des finances tout comme celui du Domaine, et les députés estimèrent que si les généralités les prenaient elles-mêmes à ferme les droits ordinaires et les taxes extraordinaires indirectes rapporteraient ensemble près de 1 900 000 l.t.10 La plus-value annoncée équivalant au montant de la taille jugé par ailleurs suffisant par l’assemblée, celle-ci y voyait - ou voulait y voir - le moyen de se passer de l’impôt direct. Si les aides étaient ainsi rapprochées des recettes domaniales, c’est-à-dire de la fiscalité considérée comme normale, c’est peut-être parce que les unes et les autres étaient soumises au même régime des fermes, mais aussi par opposition à l’impôt direct abhorré qui concentrait surtout les critiques.

  • 11 Cf. Lassalmonie, « L’imposition foraine, un impôt ambigu ».

13Cette légitimation des aides dans les mentalités était particulièrement poussée pour l’imposition foraine, tenue tantôt pour extraordinaire comme le justifiait sa nature et tantôt pour ordinaire11. En revanche, nous l’avons déjà dit, le discours périodiquement tenu par les gens du roi dans les organes de contrôle pour considérer la taille elle-même comme ordinaire, puisque permanente, ne fut jamais accepté. Ni le roi ni les gens de ses finances ne se hasardèrent d’ailleurs à le reprendre officiellement à leur compte. Ici comme en bien d’autres circonstances le souverain s’en tint à la devise : larvatus prodeo. Peu lui importait la doctrine, du moment que le résultat était là.

14L’instrument de prédilection du monarque dans sa politique des recettes, le pilier par excellence de toute sa stratégie de financement fut bien sûr la taille : les chiffres parlent pour eux-mêmes. L’impôt direct présentait à ses yeux un avantage décisif sur les taxes indirectes, sa plus grande souplesse, qui permettait de l’adapter aux besoins de l’État royal. Puisqu’il s’agissait d’un impôt de répartition, son montant et les termes de son paiement pouvaient être librement fixés par la monarchie, encore qu’elle s’en tînt généralement aux échéances accoutumées, alors qu’elle était tenue par le contrat de bail parfois pluriannuel passé entre l’administration financière et les fermiers des aides, qui déterminait l’ampleur et le calendrier de leurs reversements en fonction du rapport réel et des conditions négociées entre les parties. Louis XI poussa plus loin encore l’exploitation des possibilités que lui offrait la taille lorsqu’il se mit à lever des crues en cours d’année en fonction de ses dépenses supplémentaires, arrêtant à sa guise le nombre et le délai des termes de paiement selon l’importance et l’urgence de la levée. Il acheva ainsi de mettre au point l’outil d’une politique fiscale sur mesure, qui suivait au plus près la perpétuelle évolution des besoins suscités par sa politique activiste.

15L’intérêt porté par le roi à l’impôt direct inversa la tendance des dernières années de Charles VII. La fin de la guerre de Cent Ans avait entraîné un recul et une simplification de la taille : celle-ci, qui depuis la grande réorganisation militaire et financière de 1445 se composait du paiement des gens de guerre et de l’aide du roi, fut réduite à son premier élément après 1451. Divers suppléments mineurs venaient s’y ajouter, affectés en particulier aux gages du capitaine local des francs-archers et à leur équipement en brigandines. Dans le contexte de stabilité de la pression fiscale du début de son règne Louis XI n’y changea d’abord rien, sinon que cette dernière surtaxe semble avoir alors disparu ; pour le reste, il se contenta de lever à la fin de 1463 une crue exceptionnelle à la suite du désengagement de la Picardie.

  • 12 BN, ms. fr. 23 898 f° 106-126 pour 1468, f° 173-191 pour 1481.

16C’est après la guerre du Bien public que la structure de l’impôt direct commença à se diversifier, en même temps qu’il entrait dans une phase ascendante qui devait se poursuivre et s’amplifier jusqu’au début des années 1480. La taille des gens d’armes demeurant à peu près figée, fut doublée par une crue annuelle pour les affaires du roi qui finançait le surcroît de charges, militaires aussi bien que civiles, de la monarchie et ressuscitait en somme l’ancienne aide du roi. C’est sur cette nouvelle composante, le seul des éléments permanents de la taille globale à être systématiquement révisé chaque année, que porta l’essentiel de la hausse, si bien qu’elle finit par représenter la plus grande partie de l’impôt direct. En Basse-Auvergne la crue pour les affaires du roi ne représentait encore en 1468 que 76,4% du paiement des lances et entrait pour 29,2% dans le total des sommes levées ; en 1481, à l’apogée de la pression fiscale, ces proportions atteignirent 317,9% et 57,7% respectivement12.

17À côté de ces éléments réguliers, arrêtés par avance pour chaque nouvel exercice, le souverain prit de plus en plus l’habitude dans la première moitié des années 1470 d’imposer en cours d’année des crues ad hoc, nationales ou locales selon leur objet, dès qu’une nouvelle dépense de quelque importance se présentait à lui : cette politique extrêmement pragmatique, que l’on pourrait qualifier de gestion à vue des finances royales, paraît avoir culminé en 1476. Dans la seconde moitié de la décennie certaines de ces crues circonstanciées tendirent à se régulariser à leur tour, en particulier, à partir de 1478 semble-t-il, celle du charroi de l’artillerie dont l’objet s’étendit à d’autres besoins de cette arme. La réforme militaire et fiscale d’octobre 1480 paraît avoir quelque peu simplifié la structure de la taille en englobant dans la nouvelle crue au lieu des francs-archers des éléments antérieurs comme celle de l’artillerie.

  • 13 Lassalmonie, « Les finances de la monarchie française sous le gouvernement des Beaujeu », passim.

18À la mort de Louis XI l’impôt direct n’en restait pas moins fort complexe ; c’est à la régence des Beaujeu qu’il revint d’opérer une clarification à la suite des états généraux de 1484, parallèlement à la chute historique de la pression fiscale. Désormais la taille se composait du principal, considéré comme le montant normal de l’impôt direct, suffisant ordinairement à l’entretien de l’État, et de la crue, complément destiné à financer les besoins exceptionnels comme les guerres ; mais le Conseil royal ne tarda pas à piper les dés en fixant chaque année le principal au niveau de l’ensemble de la taille de l’exercice précédent. En même temps toute référence à l’objet spécifique de chaque composante disparut, l’impôt direct étant globalement affecté aux affaires du roi en général, tandis que son montant total était désormais spécifié dans les mandements d’imposition, grande conquête des états généraux qui leva un coin du voile au moins sur le secret des finances13. Réduction spectaculaire, simplification et relative transparence de la taille suivirent donc la disparition de celui qui en avait usé à outrance ; l’envolée sans précédent de cet impôt explique évidemment l’exécration particulière que lui vouèrent les contribuables, portés par contrecoup à considérer les aides avec davantage d’indulgence. L’on constate en tout cas que la taille n’était nullement une institution figée dans la seconde moitié du xve siècle, mais au contraire un corps vivant en perpétuelle évolution, à l’image de l’État moderne dont elle alimentait la rapide croissance.

19La place centrale occupée par la fiscalité directe dans la politique des recettes de Louis XI ne doit pas nous amener pour autant à conclure hâtivement à son désintérêt pour les impositions indirectes. Les aides aussi bien que la taille avaient leur rôle, rappelons-le, dans le système qu’il avait en tête à son avènement et qu’il s’efforça de mettre en œuvre dans les premières années du règne. Certes le statut d’impôt urbain qu’il avait alors dévolu aux taxes indirectes pâlit devant les nouvelles formes de mise à contribution des villes qui se mirent progressivement en place par la suite, mais il n’est nullement assuré que le roi avait une telle perspective à l’esprit lorsqu’il fit ses réformes. Tant que la pression fiscale resta stable il accorda aux aides une place secondaire sans doute, mais réelle dans sa stratégie de financement. Ce n’est qu’une fois la monarchie entrée dans une ère d’augmentation des prélèvements qu’elles perdirent au fur et à mesure leur importance, car c’est l’impôt direct qui fut l’instrument de cette hausse.

20Les taxes sur le vin et le sel, fleurons de la fiscalité indirecte, ne furent pas négligées par le souverain. Nous l’avons dit, c’est l’imposition du vin qui fut au début du règne l’objet de sa plus remarquable tentative pour assujettir les privilégiés aux contributions communes. Au plus fort du tour de vis fiscal, l’institution du droit d’un écu par queue de vin en octobre 1474 témoigne que l’impôt indirect n’avait pas disparu de l’arsenal de la politique financière du monarque, et si la nouvelle taxe ne frappait pas que le vin, son choix comme article de référence montre qu’il conservait tout son intérêt pour le fisc royal. L’attitude de Louis XI vis-à-vis des droits sur le sel fut plus partagée. Il ne méconnut pas le profit qu’il pouvait en tirer, ses nombreuses mesures contre la fraude et ses crues sur le sel à la fin du règne en font foi ; même, nous savons que l’une de ces surtaxes succéda au droit d’un écu par queue de vin pour financer l’occupation du Barrois. Cependant les greniers étaient l’un des plus beaux joyaux que la monarchie pouvait offrir à la convoitise de ceux que le roi voulait obliger, si bien que les exigences de sa politique de gratification entrèrent en concurrence avec celles de sa politique fiscale. Confronté à ce dilemme, le souverain dut fixer les priorités. Il trancha d’autant plus aisément en faveur de la première qu’il avait par ailleurs fait le choix d’une stratégie de financement centrée sur la taille. Tout comme les finances ordinaires, la gabelle du sel devint un instrument des libéralités royales bien plus qu’une source de revenus pour l’État : cette tendance fut particulièrement marquée dans les dernières années.

  • 14 Cf. les propos du juge de Forez (Masselin / Bernier, pp. 352-353).
  • 15 Ainsi celui des fameuses lettres datées par les historiens de 1483, autorisant les privilégiés à c (...)
  • 16 Cf. l’article de synthèse d’Henri Dubois, « Le commerce de la France au temps de Louis XI », pp. 2 (...)

21Le jeu des prélèvements et de leur redistribution par la puissance publique ayant d’évidentes répercussions sur la vie du pays, il est permis de se demander si le monarque chercha à accompagner par sa politique financière le redressement économique et démographique qui suivit la guerre de Cent Ans. Il convient tout d’abord de remarquer que les contemporains n’eurent pas conscience de cette tendance de long terme : les délibérations des états généraux de 1484 témoignent tout au contraire que l’opinion, défavorablement impressionnée par la flambée de la pression fiscale et sous le coup des récentes calamités, était convaincue que le royaume s’était appauvri sous Louis XI14. Le roi lui-même, s’il ne cessa de manifester pour la prospérité du royaume et surtout le commerce un intérêt traduit par ses secrétaires dans quelques préambules remarquables15, ne fit jamais à notre connaissance de référence explicite au relèvement économique en cours. Gardons-nous donc de guetter les réactions du souverain et de ses sujets à ce que nous savons. Au demeurant les historiens de l’économie enseignent que le redémarrage fut très lent : ce n’est qu’après 1475, à l’approche de la fin du règne, que la reprise commença à tourner à l’expansion16.

  • 17 Op. cit., pp. 405, 407.

22Même si la politique économique de Louis XI se traduisit généralement par des mesures fiscales, puisqu’aussi bien celles-ci constituaient dans ce domaine son principal moyen d’action, il serait excessif d’y voir l’un des moteurs de sa politique financière. René Gandilhon conclut que le roi ne conçut pas la première pour elle-même, mais « comme auxiliaire de son grand dessein politique », la destruction de la puissance bourguignonne17. A fortiori la seconde ne fut pas subordonnée à ce qui n’était qu’un moyen et non une fin en soi, et n’eut jamais d’autre but que sa raison d’être même, le financement de la politique royale et de son instrument, l’État.

3. Les dépenses : le nécessaire et le gaspillage.

  • 18 Rigaudière, Saint-Flour, ville d’Auvergne au bas Moyen Âge, t. II, pp. 873, 875 (années 1358-1365)

23L’attitude des contribuables devant l’impôt était aussi conditionnée par le jugement qu’ils portaient sur les dépenses du roi. Déjà, au plan local, les habitants de Saint-Flour s’estimaient quittes un siècle plus tôt lorsqu’ils avaient réglé la moitié de leur quote-part de la taille municipale, au point que la ville s’était accoutumée à regarder ce rendement comme normal18 : sans doute les Sanflorains opinaient-ils que c’était assez pour pourvoir au bien public de leur communauté et que le surplus n’eût servi qu’à des débours inutiles et des enrichissements indus. Pourtant, cet argent ne quittait pas leurs murs, et ils en tiraient un bénéfice direct et visible, ne fût-ce que par les fortifications qui assuraient leur sécurité immédiate. Quel idée alors devaient-ils se faire de la part des détournements, des vaines dépenses, de l’engraissement des favoris sur les deniers drainés par un prince lointain, pour des besoins ou diffus sur un royaume trop vaste pour n’être pas abstrait, ou concentrés aux frontières sinon à l’Étranger, bien au-delà de l’horizon quotidien, beaucoup trop loin pour qu’ils pussent en surveiller l’emploi ou en éprouver les retombées concrètes ?

  • 19 Éd. Bernier, pp. 330-331.

24Certes, sous Louis XI l’ancienneté de la fiscalité royale, le relèvement de l’autorité centrale et la puissance coercitive de l’État assuraient aux levées de tout autres rendements, mais cet exemple a le mérite de souligner l’importance du débat sur la légitimité des dépenses, puisqu’aussi bien celles-ci, chacun en était conscient, déterminaient l’ampleur des prélèvements. Lors des états généraux de 1484, Jean Masselin déclara au nom des députés que le peuple devait supporter quatre catégories de charges, les hôtels de la famille royale, les gages des officiers, l’entretien des gens d’armes, enfin les pensions et autres dépenses du même ordre19. A priori l’ensemble des besoins de la monarchie trouvait donc sa justification aux yeux des sujets, mais toute la question était de savoir jusqu’où les dépenses qu’ils entraînaient étaient réputées nécessaires, et où commençait le gaspillage.

25Le principe de la légitimité des charges militaires était sans doute le plus solidement ancré dans les esprits. Nulle nécessité ne paraissait plus évidente et plus justifiée que la défense du royaume. C’est à la faveur de la guerre de Cent Ans, on l’a dit, que la fiscalité moderne s’était imposée aux Français ; ni la taille des gens d’armes, dont le montant était expressément défini par le nombre de lances et le coût de chacune, ni les aides officiellement levées pour la guerre n’étaient donc contestées aussi longtemps que la monarchie pouvait justifier d’une menace sur le pays. Les tensions récurrentes avec l’Angleterre et la Bourgogne puis ses héritiers y pourvurent après la libération du territoire, et les sujets s’accoutumèrent peu à peu à l’idée de l’entretien normal d’une force permanente en attendant une improbable paix universelle. Les princes coalisés de la Ligue du Bien public, qui avaient fort bien pris le pouls de l’opinion, ne s’y trompaient pas lorsqu’ils exceptaient de l’abolition des impôts le nécessaire au paiement des troupes : une telle réserve, ils le savaient, portait sur un point acquis et n’était pas susceptible de compromettre leur popularité.

  • 20 Ibid., pp. 332-333, 372-375.

26Encore fallait-il s’entendre sur l’effectif indispensable à la sécurité du royaume et le seuil au-delà duquel le poids des dépenses militaires devenait oppressif. Le développement effréné de l’armée et de l’État en général après 1465 servit de repoussoir aux Français et les conduisit progressivement, dans ce domaine comme ailleurs, à faire de la situation à la mort de Charles VII la norme des charges légitimes, alors même qu’à l’époque ils s’étaient plaints de leur excès à son successeur : leur expérience ultérieure avait relativisé leur perception. Cette idée s’exprima explicitement aux états généraux de 148420, dont elle dicta le programme : revenir à l’état des institutions de 1461, c’est-à-dire effacer le règne de Louis XI dans l’histoire de l’État.

  • 21 Cf. supra, p. 353.

27Ses sujets réprouvèrent donc la construction du colossal appareil militaire qui fut la cause première de l’alourdissement de la pression fiscale. Les levées motivées par des opérations militaires pouvaient apparaître comme un moindre mal, et encore les Français reprochaient-ils à leur maître sa politique impérialiste, qui excédait nettement les besoins de la sécurité du royaume : la deuxième guerre du Roussillon fut très impopulaire21. Surtout, les réformes de la fin du règne rencontrèrent l’hostilité générale. La cavalerie permanente, héritage de Charles VII qui avait permis l’expulsion des Anglais, était admise comme un mal nécessaire, mais le pas suivant, franchi par son fils avec le recrutement des Suisses et des gens de pied du champ de guerre, ne fut pas accepté. Le système des francs-archers, qui pesait directement sur les paroisses et occasionnait mille abus, était très critiqué, mais les esprits n’étaient pas mûrs pour l’infanterie professionnelle, beaucoup plus coûteuse que l’ancienne réserve.

  • 22 Aucun ennemi n’eût de toute façon pu faire plus de mal aux Français que Louis XI lui-même, ajoute (...)
  • 23 Cf. supra, pp. 466-467.

28Tout progrès des institutions permanentes était une nouvelle avancée dans le développement organique de l’État moderne et Louis XI, soucieux de renforcer toujours davantage sa puissance, y tendit de plus en plus dans les dernières années, mais la permanence avait un coût budgétaire énorme pour l’époque : la nouvelle infanterie représentait un tiers des dépenses totales de la monarchie à la fin du règne. Ce fardeau paraissait d’autant plus insupportable qu’il était maintenu en temps de paix comme en temps de guerre. En accusant le roi de brandir la menace d’Edouard IV et du duc d’Autriche pour accabler son peuple au-delà de toute raison sous prétexte de sa défense, Basin se faisait sans aucun doute l’écho du sentiment général22. Celui-ci dominait jusque dans les cercles du pouvoir, atterrés par la conviction que la politique jugée tyrannique du vieux souverain menait à la catastrophe : leur réaction lors de sa première attaque en 1481 est très révélatrice23. Le monarque allait trop vite en besogne et avait pris de l’avance sur son temps. Ses innovations onéreuses, qui heurtaient les mentalités autant que les intérêts matériels de ses sujets, étaient dès l’origine en sursis et ne lui survécurent pas.

  • 24 Cf. supra, p. 44.
  • 25 Lassalmonie, « Les finances de la monarchie française sous le gouvernement des Beaujeu », pp. 20, (...)

29Dans le domaine des dépenses civiles le développement de l’administration fut tout aussi impopulaire. L’opinion souhaitait que les finances extraordinaires, puisqu’aussi bien elles ne devaient pas durer, ou à tout le moins leur contentieux fussent entre les mains des officiers ordinaires au lieu d’être confiées à un service distinct, afin d’éviter la multiplication des agents de l’État royal à la charge des contribuables. Charles VII lui-même, cédant à la pression de ses sujets, avait tenté en 1452 une expérience qui avait tourné court24 ; les réformes administratives de son fils entre 1462 et 1464 s’inspiraient des mêmes revendications et ne réussirent pas davantage. Malgré tout, les Français se refusèrent à tirer de ces deux échecs des leçons qu’ils ne voulaient pas entendre. Cent ans après l’apparition de l’administration des aides, sa légitimité, sapée par le principe même du caractère temporaire de l’impôt qui s’accommodait mal de structures permanentes, n’était toujours pas admise. La croissance de l’administration ordinaire n’était d’ailleurs pas davantage acceptée : les états généraux de 1484 réclamèrent et obtinrent au moins partiellement sa réduction25.

  • 26 Éd. Garand & Samaran, t. III, pp. 290-291.

30Il ne semble pas en revanche que l’essor des dépenses de l’Hôtel ait choqué les contemporains, d’autant que Louis XI avait de son vivant même la réputation bien établie d’être ennemi du luxe et de faire peu de frais pour lui-même ; on lui eût plutôt reproché de ne pas tenir le rang qui seyait au roi de France, mais à tout prendre les contribuables aimaient autant entretenir un maître austère que fastueux. Il n’est pas jusqu’à Basin qui ne le lui concède, fût-ce sous une forme désobligeante, en le disant si parcimonieux souvent qu’on l’eût cru extrêmement avare : « in multis tam parcus et tenax ut eum illiberalem et tenacissimum esse judicares »26. L’attention publique, focalisée sur des postes de dépense plus importants et plus sensibles, ne se porta guère sur la progression du budget domestique.

  • 27 Cf. supra,p. 197.

31Ce fut l’ambitieuse politique de gratification de Louis XI qui, de toutes ses dépenses civiles, fut le plus sévèrement jugée. Elle avait tout en effet pour déplaire à l’opinion. Celle-ci admettait que le souverain, libéral comme il convenait à un prince, dispensât ses largesses aux grands seigneurs du royaume, soutiens naturels du trône, dans l’intérêt de la chose publique, mais à condition toutefois que cette générosité se tînt dans des limites raisonnables et ne tournât pas à l’exploitation des sujets. Cette attitude circonspecte était renforcée par les souvenirs du règne de Charles VI, qui demeuraient vivaces. Elle explique qu’en 1465 la rébellion des princes, en dépit de leurs proclamations alléchantes, ait rencontré dans la population une certaine réserve que le monarque ne manqua pas d’exploiter dans son propre manifeste27.

32Or, non seulement ce dernier ne regardait pas à la rétribution des services, estimant qu’il y allait de son prestige et plus encore de son intérêt bien compris, mais les bénéficiaires étaient bien loin de répondre aux critères admis. Les compères de Louis XI venaient de la petite ou moyenne noblesse et de la bourgeoisie ; qui pis est, plusieurs d’entre eux n’étaient pas Français. Cette débauche de largesses souleva d’autant plus l’indignation de l’opinion qu’à ses yeux des parvenus et des étrangers - tout ce que le Moyen Âge détestait - vampirisaient ainsi le royaume. Cette politique mécontenta aussi bien les princes que les contribuables. Les premiers, quoique largement servis après 1465, se jugeaient écartés par ces concurrents indignes de la part de la manne royale à laquelle ils s’estimaient en droit de prétendre ; quant aux seconds, ils trouvaient abusive la charge que le souverain leur faisait ainsi porter.

  • 28 Masselin / Bernier, pp. 184-185.
  • 29 Ibid., pp. 80-83.

33Dans la harangue qu’il prononça devant Charles VIII au nom des états généraux en 1484, véritable traité politique à l’adresse du jeune roi et de ses tuteurs, Jean de Rély opposa presque terme à terme les bonnes pratiques de Charles VII aux mauvais usages de Louis XI, soulignant que ces derniers avaient engagé le royaume dans un cercle vicieux, car si la mesure appelle la mesure, estimait-il, l’excès nourrit l’excès. « Experience a monstré en ce royaume », exposa-t-il, « que du temps du roy Charles vostre ayeul les grands seigneurs qui servoient bien au roy et au royaume se tenoient plus contens des moderées pensions que on leur assignoit fermement et arrestée-ment, par quoy ilz estoient seürs de leurs estatz, qu’ilz n’ont fait du temps de vostre feu pere les estranges de petites maisons et qui pou servoient au roy et a la chose publique, lesquelz ne se sont contentez des grans et excessives pensions qu’ilz ont euez par cy devant »28. Le parti orléaniste qui menait alors l’opposition aristocratique ne s’y était d’ailleurs pas trompé. Dès le début des états il poussa en coulisse les députés à écarter du Conseil du roi le parti des Beaujeu en arguant qu’il cherchait à maintenir et même accroître ces pensions qui avaient plus que tout écrasé le peuple sous le règne précédent29. Cette question était bien l’un des points les plus controversés de la politique des dépenses de Louis XI.

  • 30 Éd. Garand & Samaran, t. III, pp. 290-291, 292-293.
  • 31 Éd. de Mandrot, t. II, pp. 137-138.

34Les commentaires des chroniqueurs s’accordent pour blâmer sa libéralité excessive. Sa prodigalité leur apparaît d’autant plus condamnable qu’elle accablait inutilement ses sujets pour enrichir des hommes qui, par leur condition surtout, n’étaient pas fondés à leurs yeux à profiter des deniers publics : la redistribution qui s’opérait ainsi était jugée injuste. Basin y insiste avec un lyrisme vengeur, ce n’est pas du revenu de son Domaine, seul légitime pour ce puriste, que le roi tirait ses largesses insensées, mais de la sueur et du sang des malheureux contribuables surchargés d’impôts : « non enim de suo regali patrimonio vel legitimo fisco faciebat hujusce modi inconsultas et temerarias largiciones, sed de sudore et sanguine pauperum regnicolarum, quos immensis et importabilibus vectigalium ac collectarum seu talliarum oneribus aggravabat ». Cette extorsion, vitupérait-il, était d’autant plus scandaleuse que le sang des pauvres ne servait qu’à engraisser des pensionnaires sans mérite et de vile condition, tant les distributions du souverain étaient inconsidérées : « ex hiis pecuniis, sic ex sanguine pauperum extortis, suas largiciones faciebat easque tam temerarias et immoderatas ut plurimis nullius prorsus meriti sed vilis condicionis hominibus magnas pensiones annuatim constitueret »30. Moins passionnément monté contre le monarque, Jean de Roye prononce pour sa part un réquisitoire plus sobre mais non moins sévère : « les biens qu’il prenoit sur sondit peuple, donnoit et distribuoit aux eglises, en grans pensions, en ambassades et gens de bas estat et condicion, ausquelz, pour les exaulcer, ne se povoit tenir de leur donner argent »31.

  • 32 Ibid., Interpolations & variantes, p. 344.
  • 33 Éd. Bernier, pp. 50-51.

35Bien que cet auteur mentionne les ambassades, il ne semble pas que les dépenses liées à l’action diplomatique de Louis XI, malgré les montants considérables qu’elles finirent par atteindre avec l’Angleterre et les Cantons suisses en particulier, aient été la cible des critiques de l’opinion. Les états généraux de 1484, si incisifs par ailleurs, n’ont pas porté leurs attaques de ce côté et les accusations, de Basin, qui reprochait au roi d’avoir fait des Français les tributaires d’Édouard IV, ne paraissent pas avoir trouvé d’écho dans le royaume. C’est que ces sommes servaient à la défense des Français, et d’une manière moins grevable au peuple que l’entretien d’une lourde armée qui le molestait. Pour reprendre la boutade fameuse du souverain que rapporte Jean le Clerc, ses sujets préféraient certainement pourvoir aux « pastés de venoison » et aux « bons vins » par lesquels il était venu à bout des Anglais en 1475 qu’à la « force d’armes » par laquelle son père les avait chassés un quart de siècle auparavant32 car sa méthode, pour avoir moins de panache, épargnait bien des désolations au peuple. La paix n’avait pas de prix et légitimait ce sacrifice financier, plus patiemment supporté que bien d’autres. Lorsque le chancelier de Rochefort, présentant dans sa harangue inaugurale aux états généraux de 1484 la politique menée depuis l’avènement de Charles VIII, affirma qu’une sage ambassade était plus profitable au royaume que les armes ou l’argent33, il savait rencontrer ainsi l’assentiment de l’assistance, mais dans leur empressement à se démarquer de Louis XI les nouveaux gouvernants oubliaient un peu vite que de beaux écus étaient le meilleur auxiliaire d’une « sage » diplomatie.

  • 34 Werner Paravicini a publié en appendice à son article « Sterben und Tod Ludwigs XI. », pp. 140-154 (...)
  • 35 Autrand, Charles V, pp. 681-684.

36Il en alla tout autrement des libéralités pieuses du roi, dont le développement au-delà de toute raison à mesure qu’approchait la fin du règne suscita une réprobation générale34. Par-delà leurs motivations explicites et de toute évidence sincères, la protection du royaume puis la santé du prince, faut-il voir dans leur ampleur l’indice d’une secrète mauvaise conscience du souverain déclinant devant ses prélèvements, qui l’aurait poussé à rendre largement à Dieu l’argent pris aux hommes dans la perspective d’avoir à justifier sa comptabilité dans l’Au-Delà ? Constatons en tout cas que contrairement à son arrière-grand-père il ne consulta jamais juristes ou théologiens sur la légitimité de l’impôt et ses limites35, qu’il ne paraît pas davantage avoir affiché interrogations ni remords devant ses interlocuteurs les plus familiers, et qu’à l’heure suprême l’angoisse métaphysique qui lui avait fait quérir le secours de saint François de Paule ne lui fit pas retrancher pour autant un denier de sa fiscalité. Louis XI n’était pas Charles V : il ne semble pas avoir jamais douté de son bon droit à lever l’impôt à profusion, ni du bien-fondé de l’emploi qu’il en fit. Ses dons aux églises procédèrent de sa politique, puis de sa peur de mourir, mais non de scrupules moraux face à l’impôt.

  • 36 Éd. Calmette & Durville, t. II, p. 220.

37L’opinion ne jugeait pas que la protection céleste du royaume justifiât d’aussi colossales dépenses, d’autant qu’elle n’était certainement pas dupe du détournement qui s’opérait parallèlement vers le salut privé d’un vieillard bigot hanté par la crainte de la mort. Si Basin, homme d’Église, préfère exercer sur d’autres sujets sa verve critique, Jean de Roye, nous l’avons vu, place les dons au clergé en tête de son énumération. Commynes lui-même reconnaît le tort de son maître et reprend à cette occasion l’argument d’injustice de la redistribution invoqué par les premiers à propos des pensions et dons en général : « Il donna beaucoup aux eglises ; en aucunes choses eüst myeulx vallu moins, car il le prenoit des povres pour le donner a ceulx qui n’en avoyent nul besoing »36.

  • 37 Ibid., p. 293.
  • 38 Legeay, t. II, pp. 453-454.

38Le même témoigne d’ailleurs qu’une partie au moins du clergé partageait ce sentiment, tant l’excès des dévotions du vieux souverain apparaissait à tous : « de grandes offrandes faisoit, et trop a l’advis de l’arcevesque de Tours, homme de saincte et bonne vie, cordelier et cardinal, lequel, avec plusieurs aultres choses, luy escripvit qu’il luy vouldroit myeulx hoster l’argent aux chanoynes des eglises ou il faisoit ses grans dons et le departir aux povres laboureurs et aultres qui paient ces grans tailles, que de lever sur ceulx la pour le donner aux riches églises et aux riches chanoynes ou il le donnoit »37. C’est dans l’été de 1482 que ce scrupuleux prélat, Élie de Bourdeille, prit sur lui d’adresser ces remontrances au monarque ; celui-ci les goûta fort peu et l’archevêque dut s’excuser38.

  • 39 Pierre de Brantôme, Œuvres complètes, éd. Ludovic Lalanne, t. I, p. 136.

39Un autre Bourdeille, le seigneur de Brantôme, rapporte une anecdote que nous ne résistons pas au plaisir d’évoquer pour en finir avec la politique de gratification. « Le roy Louis XI (...) voulant un jour faire un present a quelques ambassadeurs d’Angleterre (...) demanda a M. de Brezay [Jacques de Brézé] quel il leur pourroit donner qui luy coutast beaucoup et ne luy servist de rien. L’autre (...) luy respondit : et mon Dieu, Sire, donnez luy fsicj vostre chappelle et tous vos chantres »39. Peu importe que cette histoire soit apocryphe, elle n’en sonne pas moins juste à plus d’un titre : la volonté du roi d’en imposer à l’Étranger par la magnificence de ses présents, son souci de ne rien sacrifier qui lui fût utile, enfin la réprobation de l’opinion devant l’importance de ses dépenses religieuses, tout s’y retrouve.

  • 40 Contamine, « Contribution à l’histoire d’un mythe », pp. 422-423.
  • 41 Masselin / Bernier, p. 265.

40La question du bon emploi des deniers publics débouche en dernier lieu sur celle de la thésaurisation. Dans l’imaginaire collectif le bon prince était celui qui savait constituer des réserves financières sur le produit d’un impôt raisonnable grâce à des dépenses bien réglées, qui pouvait ainsi faire face à des besoins exceptionnels, guerre ou mariage, sans accabler ses sujets d’un surcroît de taxes, et qui laissait à sa mort, tel un seigneur soigneux ou un bourgeois avisé, une fortune à son fils. Cet idéal était, du point de vue des contribuables, celui de la sécurité fiscale, des prélèvements stables et prévisibles. Il était répandu dans les milieux instruits d’où sont issus les projets de budget des 1 700 000 clochers du royaume, dont les auteurs prévoyaient l’épargne d’un trésor de guerre sur l’excédent annuel des finances40. Nous en rencontrons également l’expression aux états généraux de 1484, qui nous éclairent si bien sur l’état des esprits à la mort de Louis XI : dans sa harangue à Charles VIII Jean de Rély cita en exemple l’un des trois grands modèles des députés, qui venait dans leurs références derrière Charles VII et devant saint Louis, le roi Charles V qui « acquist le nom de Charles le Saige » et pour preuve de son bon gouvernement, assurait l’orateur, avait en mourant laissé « en son tresor.xviij. millions d’or »41.

  • 42 Cf. supra, p. 293.

41Cette remarque contenait à l’évidence une critique implicite du souverain défunt qui, lui, n’avait pas laissé de réserves, confrontant sans délai les nouveaux dirigeants aux problèmes financiers. Louis XI avait certes inauguré son règne par un prodigieux effort d’épargne, mais celui-ci n’avait pas un but de prévoyance, il avait été accompli dans la perspective du financement de son grand dessein, le désengagement de la Picardie. Ayant rempli sa mission, la caisse de l’Épargne était devenue un service tout à fait marginal, voué à tenir quelques fonds occasionnels à la disposition du roi ; l’Épargne de la Guerre, dont nous relevons l’unique apparition en août 1470 et qui semble bien témoigner d’une véritable tentative de la part du souverain pour instituer un trésor de guerre régulier, fit long feu selon toute apparence42.

  • 43 Éd. Calmette & Durville, t. II, p. 220.
  • 44 Hamon, L’argent du roi, pp. 426, 534.

42En définitive les économies n’eurent pas leur place dans la politique financière du monarque, dont les dépenses considérables absorbaient la totalité de recettes qui ne pouvaient faire mieux que les couvrir tant bien que mal. Remarquons au demeurant que c’était un moindre mal pour le royaume, car les prélèvements sans précédent de l’État royal étaient du moins intégralement et rapidement réinjectés dans le circuit économique, alors qu’une thésaurisation de quelque importance n’eût fait qu’aggraver la pénurie chronique de numéraire dont souffrait la France comme tout l’Occident. Commynes porte d’ailleurs cette conduite au crédit de Louis XI : « ung bien avoit en luy nostre bon maistre, qu’il ne mectoit rien en tresor, il prenoit tout et despendoit tout »43. Le fidèle serviteur se démarquait en cela de l’opinion commune des Français, mais aussi de la tradition financière bourguignonne, qui avait mis en pratique leur idéal en accordant une place de choix à l’épargne ducale. Sa prise de position témoigne d’une réflexion indépendante du mémorialiste au contact des affaires publiques, annonçant la condamnation au xvie siècle de l’« amas d’or et d’argent » par Jean d’Auton, son contemporain déjà, Jean Bodin, auteur de la formule, ou même Pierre de Ronsard44.

  • 45 Éd. Calmette & Durville, loc. cit.

43Louis XI bouscula généralement les idées de ses contemporains en matière de finances. L’idéal de dépenses modérées et stables qui les sous-tendait était en contradiction avec son objectif fondamental après la guerre du Bien public, donner à la monarchie les moyens de sa montée en puissance, qui entraîna des besoins de financement sans précédent et en constante progression. Il est juste d’ajouter qu’il était monté sur le trône avec un programme inspiré des revendications de l’opinion, d’ailleurs adoptées surtout pour prendre le contre-pied de son père qui n’y avait pas donné suite, et que cette expérience initiale avait conduit à un échec dont il tira les leçons. Il ne fit pas preuve d’inventivité dans les instruments de sa politique et se contenta de l’arsenal existant, mais le mania à son idée et l’adapta à ses desseins. Il ne s’inspira pas de l’Étranger, et semble ainsi ne s’être jamais entretenu des finances italiennes avec les ambassadeurs milanais : c’est sur le modèle français et lui seul qu’il travailla. Ses choix lui furent souvent dictés par la nécessité : la formule de la taille, impôt direct par répartition, s’imposa ainsi à lui comme la plus appropriée pour fournir à des charges élevées et en continuelle évolution. Les conceptions qui le guidèrent témoignent d’un esprit indépendant, pragmatique et autoritaire, soucieux avant tout d’efficacité, mais il ne sut pas se garder d’excès qui amenèrent par réaction les Français à définir leurs idées contre lui, aggravant le divorce entre le roi et ses sujets sur les questions de finances. Comme le dit Commynes, « au fort, en nul n’a mesure parfaicte en ce monde »45.

Notes

1 Cf. Lydwine Scordia, « Le roi doit "vivre du sien". Histoire d’un lieu commun fiscal ? »

2 Éd. Bernier, pp. 364-365.

3 Éd. Garand & Samaran, t. III, pp. 292-293, 310-313.

4 Éd. de Mandrot, t. II, p. 138.

5 Nous relevons tout de même qu’en 1482 et 1483 le quart des crédits - modestes il est vrai -de la Chambre des Comptes de Paris : 5 000 l.t. sur 19 605, était encore assigné sur le Domaine (BN, ms. fr. 23 266 f° 6, 23), ce qui était bien le moins pour une cour qui consacrait tant d’efforts à sa sauvegarde.

6 Éd. Garand & Samaran, t. III, pp. 294-295.

7 Éd. Calmette & Durville, t. II, p. 290.

8 Ord., t. XVI, pp. 432-433. - Il est vrai que la légitimité des impôts venait d’être remise en cause.

9 Contamine, « Contribution à l’histoire d’un mythe : les 1 700 000 clochers du royaume de France », passim. - Il est vrai que cette tendance à la surestimation n’était ni une exception française, ni le fait des seuls profanes : dans une Angleterre qui comptait moins de 8 600 paroisses l’Échiquier évaluait leur nombre à 45 000 en 1371 (Robert Fossier, Sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Âge occidental, coll. « L’atelier du médiéviste », Turnhout, Brepols, 1999, p. 68). Dans la France de la seconde moitié du xve siècle les états des feux nécessaires à l’impôt par répartition, si imparfaits et mal tenus à jour fussent-ils, devaient du moins ramener à de plus justes proportions l’appréciation des dirigeants des finances royales.

10 Éd. Bernier, pp. 344-345, 364-365, 400-401. - Nota qu’en avançant l’idée d’une prise en charge des impôts par les pays eux-mêmes les députés renouaient sans s’en rendre compte avec l’esprit des réformes initiales de Louis XI, dont ils décriaient tant la politique financière par ailleurs.

11 Cf. Lassalmonie, « L’imposition foraine, un impôt ambigu ».

12 BN, ms. fr. 23 898 f° 106-126 pour 1468, f° 173-191 pour 1481.

13 Lassalmonie, « Les finances de la monarchie française sous le gouvernement des Beaujeu », passim.

14 Cf. les propos du juge de Forez (Masselin / Bernier, pp. 352-353).

15 Ainsi celui des fameuses lettres datées par les historiens de 1483, autorisant les privilégiés à commercer sans déroger (Gandilhon, PJ n° 27, pp. 450-451).

16 Cf. l’article de synthèse d’Henri Dubois, « Le commerce de la France au temps de Louis XI », pp. 20-22.

17 Op. cit., pp. 405, 407.

18 Rigaudière, Saint-Flour, ville d’Auvergne au bas Moyen Âge, t. II, pp. 873, 875 (années 1358-1365).

19 Éd. Bernier, pp. 330-331.

20 Ibid., pp. 332-333, 372-375.

21 Cf. supra, p. 353.

22 Aucun ennemi n’eût de toute façon pu faire plus de mal aux Français que Louis XI lui-même, ajoute l’irréductible prélat (éd. Garand & Samaran, t. III, pp. 316-317).

23 Cf. supra, pp. 466-467.

24 Cf. supra, p. 44.

25 Lassalmonie, « Les finances de la monarchie française sous le gouvernement des Beaujeu », pp. 20, 23.

26 Éd. Garand & Samaran, t. III, pp. 290-291.

27 Cf. supra,p. 197.

28 Masselin / Bernier, pp. 184-185.

29 Ibid., pp. 80-83.

30 Éd. Garand & Samaran, t. III, pp. 290-291, 292-293.

31 Éd. de Mandrot, t. II, pp. 137-138.

32 Ibid., Interpolations & variantes, p. 344.

33 Éd. Bernier, pp. 50-51.

34 Werner Paravicini a publié en appendice à son article « Sterben und Tod Ludwigs XI. », pp. 140-154, un répertoire topo-bibliographique des fondations religieuses de Louis XI, plus particulièrement consacré au paroxysme des années 1479 à 1483, mais qui s’étend à l’ensemble du règne et même du delphinat.

35 Autrand, Charles V, pp. 681-684.

36 Éd. Calmette & Durville, t. II, p. 220.

37 Ibid., p. 293.

38 Legeay, t. II, pp. 453-454.

39 Pierre de Brantôme, Œuvres complètes, éd. Ludovic Lalanne, t. I, p. 136.

40 Contamine, « Contribution à l’histoire d’un mythe », pp. 422-423.

41 Masselin / Bernier, p. 265.

42 Cf. supra, p. 293.

43 Éd. Calmette & Durville, t. II, p. 220.

44 Hamon, L’argent du roi, pp. 426, 534.

45 Éd. Calmette & Durville, loc. cit.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540