Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La boîte à l'enchanteur

 | 
Jean-François Lassalmonie

Quatrième partie. Le volontarisme (1477-1483)

Chapitre XV. Le rêve interrompu (1483)

Texte intégral

  • 1 Affichant comme à son habitude un optimisme de principe vis-à-vis des destinataires de ses missives (...)
  • 2 Gandilhon, p. 393.
  • 3 Basin / Garand & Samaran, t. III, pp. 222-223.

1Dans les tout derniers jours de 1482 Louis XI adressa à ses bonnes villes les lettres royaux les plus agréables peut-être qu’elles aient reçues sous son règne. Il leur ordonnait de publier la paix avec Maximilien, de faire chanter un Te Deum, d’organiser des processions d’action de grâces à Dieu et Notre-Dame et d’allumer des feux de joie1. Rarement sans doute des festivités de commande furent célébrées par ses sujets avec autant d’enthousiasme et de ferveur. En France comme aux Pays-Bas, où dès le mois d’avril les états généraux avaient menacé leur prince de s’entendre directement avec le roi s’il ne le faisait lui-même2, l’annonce du traité conclu le 23 décembre à Arras fut saluée par une explosion de liesse générale3. La classique solution matrimoniale adoptée, qui conservait tous ses acquis au souverain, tournait la page d’une longue et pénible guerre de succession, issue elle-même du grand duel franco-bourguignon. Pour la première fois depuis douze ans le royaume était vraiment en paix.

2Si cependant les Français espéraient, comme après la guerre de Cent Ans, un recul de la pression fiscale ils furent déçus dans leur attente. A présent qu’il avait enfin les coudées franches le vieux monarque entendait réaliser des projets sans doute nourris de longue date. La tendance qui s’était peu à peu affirmée dans les années précédentes s’épanouit pleinement en 1483 : Louis XI revint aux grands desseins et aux innovations hardies. Les derniers mois de sa vie évoquent de ce point de vue le début du règne. Nous y retrouvons la même volonté de brusquer les changements que lui avait dictée jadis un désir de revanche sur les années perdues à attendre le trône, mais il était mû à présent par le sentiment que son temps lui était compté ; de fait, aucun des plans grandioses qu’il agita alors ne se concrétisa. Libéré du bourbier de la Succession de Bourgogne le roi déclinant poursuivait ses rêves, et dans ces conditions il n’était pas question pour lui de rien abandonner de ses moyens : ce fut l’ultime déconvenue qu’il infligea à ses sujets.

1. L’entêtement fiscal.

  • 4 BN, ms. fr. 23 898 f° 213-235 ; cf. supra, p. 462.
  • 5 BN, ms. fr. 23 901 f° 80-82 (diocèse de Maguelonne) ; Spont, « La taille en Languedoc (conclusion)  (...)
  • 6 BN, ms. fr. 21 421 f° 85-91 et 92-98 respectivement.

3Louis XI paraît avoir attendu la conclusion des accords de paix avant de fixer la taille de 1483 : ce n’est que le 26 décembre 1482 que les mandements d’imposition furent enfin émis. Le montant de l’année écoulée était simplement reconduit, l’élément variable de l’impôt direct, la crue pour les affaires du roi, demeurant inchangé. La quote-part de la Basse-Auvergne s’élevait ainsi à 188 045 1. 3 d.t. comme l’année précédente, auxquels s’ajoutaient les gages d’un élu extraordinaire et le supplément pour les affaires du pays ; ce dernier ayant été relevé à compter de 1483 comme nous l’avons vu, ce sont en tout 189 161 1. 13 s. 7 d.t. qui devaient être levés dans le pays, 0,2 % de plus qu’en 14824. De même, les états de Languedoc votèrent en mai une crue maintenue à 326 424 1. 15 s. 11 d.t. en sus du fixe de 187 975 l.t. Il s’y ajoutait il est vrai une surtaxe de 4 125 l.t. pour acquitter le souverain d’une dette envers les héritiers de l’archevêque de Toulouse, si bien qu’au total les subsides accordés au monarque s’élevaient à 518 524 1. 15 s. 11 d.t., 0,8 % de plus que l’année précédente. Encore ces sommes n’étaient-elles votées que pour 1483-1484 : entre le reliquat de la crue de 1482-1483 et l’avance due sur la suivante, les contribuables languedociens devaient payer d’ici le 1er septembre le même impôt exactement qu’un an plus tôt5. La Normandie fut moins favorisée si l’on en juge par la quote-part imposée à l’élection de Caudebec, qui s’éleva de 30 050 l.t. en 1482 à 30 950 l.t. en 1483 (+ 3 %)6.

4Ces exemples concordent en tout cas pour montrer que les « dividendes de la paix » n’étaient pas au rendez-vous : la fiscalité directe ne poursuivait même pas la très timide décrue amorcée l’année précédente et semblait s’arrêter à un palier. La politique des recettes reposait pour 1483 sur le simple maintien du statu quo de la dernière année de guerre, sans augmentation d’impôt en général - ce qui était bien le moins - mais sans réduction non plus. Ce choix qui illustrait la volonté de Louis XI de garder intacte sa capacité de financement reflétait peut-être une attitude d’attentisme de sa part, dans la perspective des développements à venir de sa politique générale.

  • 7 AN, K 72 n° 74.
  • 8 Pilot de Thorey, n° 1 822, t. II, pp. 334-335.

5Quelques crues locales vinrent s’ajouter en cours d’année à la taille initiale. Dès le 24 janvier le roi imposa 1 275 l.t. en Agenais, peut-être pour sa quote-part d’une crue sur tout le Languedoc, pour compléter la solde de la nouvelle infanterie7 ; un mois après le retour à la paix, cette mesure dut faire l’effet d’une douche froide. Si les feux de la guerre s’éteignaient dans le Nord ils se ranimaient ailleurs, entraînant de nouvelles surtaxes. Le 6 mars le souverain ordonna en Dauphiné la levée de 2 500 l.t., en sus de l’aide votée par les états, pour l’entretien de l’artillerie qu’il envoyait en Savoie où la guerre civile se rallumait. Les exemptions accoutumées ne s’appliquaient pas à cet impôt exceptionnel8 qui représentait un surcoût de 6,6 % si, comme il est probable, l’aide du pays était la même qu’en 1482. Les besoins financiers de cette intervention mineure restaient toutefois sans commune mesure avec ceux de la lutte contre Maximilien.

  • 9 BN, ms. fr. 21 427 n° 32 (mandement d’imposition sur l’élection de Coutances et Carentan).
  • 10 BN, ms.fr. 23 266 f° 31.
  • 11 BN, ms. fr. 23 905 f° 62-68.
  • 12 . Sée, note 1 p. 21.

6Le nord du royaume régla pour sa part les derniers frais du conflit qui venait de s’achever. Ayant accordé 20 000 l.t. au seigneur d’Esquerdes pour ses débours au « siège » d’Aire et pour avoir fêté durant les négociations de Franchise les ambassadeurs de son « très cher et très amé cousin le duc d’Autriche », le monarque imposa cette somme le 11 mars « en aucuns pays et ellections de nostre royaume9, vraisemblablement l’ancien hinterland du front nord car la Normandie était mise à contribution à hauteur de 7 000 l.t.10 L’élection de Caudebec en portait 217 l.t.11, ce qui ne représentait guère qu’un supplément de 0,7 %. Le reliquat incombait sans doute à la Picardie et à la Seine-et-Yonne. Enfin, flattant l’opinion bordelaise, Louis XI engagea des démarches d’ailleurs vaines auprès du Saint-Siège pour obtenir la canonisation du populaire archevêque Pey Berland, mais leva à cet effet 3 500 l.t. sur la contrée, dont 1 166 sur la ville même12.

  • 13 Gilles, notes 32 p. 132, 36 p. 173.
  • 14 Dupont-Ferrier, Etudes sur les institutions financières de la France, t. II, p. 13.

7De même qu’elle maintenait le niveau de ses recettes, la monarchie ne cédait pas un pouce de ses prérogatives fiscales. Lorsqu’en mai les députés languedociens revinrent à la charge pour obtenir l’application des lettres de 1481 sur la présence de représentants du pays à l’assiette des tailles, les commissaires royaux répondirent avec hauteur « qu’ilz feront le departement selon Dieu et leurs consciences »13. S’ils pouvaient se retrancher commodément derrière une recherche générale en panne, à la même époque une opération semblable de redéfinition de l’assiette en vue d’une meilleure répartition de l’impôt s’achevait sans encombre dans le duché de Bourgogne, où un fouage de 12 000 francs - notons les progrès de l’assimilation monétaire - put être imposé au lendemain de la mort du roi, en septembre et octobre, selon la nouvelle « serche des feux »14. Par ailleurs, le souverain n’était pas si jaloux de ses tailles qu’il ne consentît encore quelques grâces.

  • 15 Ord, t. XIX, note (a) p. 97. - Cette référence évoque, d’après un mémorial sans doute reconstitué d (...)
  • 16 Selon Jean de Roye Louis XI l’avait nommé « son lieutenant gênerai par tout son royaume « jusqu’à s (...)
  • 17 Ord., t. XIX, note (a) en haut de la p. 105. - Beaujeu avait reçu cette terre du roi en octobre 147 (...)

8En février les habitants de Beaumont et Saint-Étienne entre Loire et Cher, sans doute sinistrés lors des crues, furent assez heureux pour obtenir une tardive exemption : leur proximité de la résidence royale n’y fut probablement pas étrangère15. De même, quand le monarque reprit en avril le commun de la paix de la Roque-Valzergues au sue de Beaujeu, devenu à l’extrême fin du règne le second personnage de l’État16, il lui céda en retour des revenus des tailles et aides17 : son gendre ne perdait pas au change.

  • 18 . Legeay, t. II, p. 496.
  • 19 Dans le cadre d’un don de terres (cf. infra, p. 634).

9Le même immobilisme prévalut dans le domaine des impositions indirectes. Le traité d’Arras dut cependant avoir deux conséquences sur cette fiscalité, dont la première intéressait la monarchie et la seconde les contribuables. D’une part, le rétablissement des échanges commerciaux entre la France et les Pays-Bas dopa vraisemblablement les rentrées de l’imposition foraine, et l’on peut penser d’autre part que la fin de l’expérience de Franchise entraîna la suppression de la crue sur le sel qui lui était affectée, mais nous n’en avons pas la certitude. La lutte contre la contrebande du sel, qui se poursuivait notamment dans les marches de Bretagne, pouvait être d’une extrême violence comme en témoignent les lettres de rémission accordées en mai à un sergent du Maine qui avait tué un faux-saunier en se défendant18. Louis XI n’en continua pas moins à dilapider les recettes de la gabelle, abandonnant en février le grenier de Saint-Jean-de-Losne à son premier médecin Coictier19.

  • 20 Lettres, t. X, pp. 93-95.
  • 21 Sée, pp. 140-141.
  • 22 Caillet, pp. 227-228.

10Par ailleurs sa politique de sollicitation des villes continua d’évoluer vers une fiscalité urbaine régulière. Quand, le 2 avril, le roi demanda comme chaque année aux Lyonnais 5 000 l.t. pour l’aider à payer à la Confédération helvétique le terme dû à Pâques dans leur ville en vertu du traité de 1479, pour la première fois il ne fut plus question d’emprunt mais bel et bien d’un don, et la restitution des emprunts passés ne fut pas davantage évoquée20. Le commissaire royal, le secrétaire Jean Noël, reçut des instructions rigoureuses pour imposer cette innovation : il devrait réclamer l’argent « par manière de sommation », recourir au besoin à la force et, si les deniers communs de la ville n’y suffisaient pas, exiger une avance des bourgeois « les plus aysez et apparens »21. La déconvenue fut cruelle pour la cité, qui le 26 février avait précisément envoyé un député demander au souverain et aux gens des finances le remboursement des prêts des trois dernières années, espérant ainsi échapper au moins à de nouvelles requêtes. Devant la fermeté des officiers royaux le Consulat dut se soumettre et fit voter le 20 avril une nouvelle taille municipale, qui fut la dernière du règne22.

  • 23 Ibid, p. 253, note 1 p. 254. — Le 27 janvier 1480 déjà le Consulat avait agité cette idée, mais il (...)

11Un pas décisif semblait franchi dans la taxation de la grande place commerciale : rien d’autre que le mot ne distinguait plus un don régulier d’un impôt pur et simple. Les consuls réagirent le 22 juin contre ce qu’ils jugeaient être la cause majeure de l’intérêt du fisc pour leur cité : depuis « le commencement des foyres (...) de ladite ville les habitans d’icelle s’estoyent merveilleusement eslevez en grans et pompeulx estaz et habillemens plus que en ville de ce royaume, et a ceste cause ladicte ville avoit plus grant apparence de richesse et pour ce estoit plus chargié [sic] que les autres ». Pour effacer cette image pernicieuse la municipalité décida au nom du salut fiscal des Lyonnais une mesure très rare dans la France du temps : un édit somptuaire. Celui-ci paraît avoir été promulgué le 29 août23 ; dès le lendemain la mort du monarque régla la question.

12Louis XI n’alla pas si vite en besogne, toutefois, avec les villes du Nord de plus récente obédience, que la prudence lui recommandait de ménager davantage. Ce n’est que le 12 mars qu’il leur présenta sa requête annuelle, deux mois et demi après l’imposition de la taille cette fois-ci, soit qu’il n’eût pas décidé dès l’abord s’il continuerait de les mettre à contribution, soit qu’il eût souhaité leur donner le sentiment que ses sollicitations s’espaçaient. De même, c’est toujours un emprunt que le général Boucquel était chargé de recueillir auprès d’elles, ainsi 400 écus à Saint-Quentin comme l’année précédente, en fixant avec elles les modalités - théoriques - du remboursement.

  • 24 Lettres, t. X, pp. 83-85.

13Le roi invoquait la nécessité d’honorer « certains grans dons et promesses que nous a convenu faire en faisant [sic] la paix finalle entre nous et nostre tres chier et tres amé cousin le duc d’Autriche » : c’était donc le prix de la paix. Mais il se disait aussi dans l’obligation d’entretenir de grosses armées et de conserver dans son camp le même nombre d’archers qu’en 1482 « afin de resister aux mauvaises et dampnables entreprises d’aucuns noz adversaires, lesquelz n’ont voulu ne veulent aucunement entendre ne eux condescendre audit bien de paix », si bien que « contraincte et neccessité nous est encore pour ceste présente année faire cueillir et lever en et par tout nostre royaume, pays et seigneuries, tant par maniere de tailles et forme d’emprunts, plusieurs grans sommes de deniers »24. Relevons l’aveu du lien établi entre ces deux formes complémentaires de sa politique fiscale, mais surtout la très vague désignation des ennemis qui menaçaient toujours le royaume. A présent que la guerre de Succession de Bourgogne était finie, il s’agissait pour le souverain d’amener ses sujets à accepter l’idée qu’il leur faudrait continuer à financer à grands frais une armée devenue presque entièrement permanente, ce qui interdisait tout recul significatif des prélèvements de l’État royal.

  • 25 BN, mss. fr. 20 685 p. 737, 23 266 f° 33 ; Basin / Garand & Samaran, t. III, pp. 306-307. — Nous po (...)

14Un ultime emprunt fut enfin occasionné par la maladie du monarque. Georges Bissipat fut chargé de « faire armer et équiper deux navires et une barque que ledict seigneur envoya pour lors en l’isle Vert », sans doute l’archipel du Cap-Vert, « querir aucunes choses qui touchoient très fort le bien et santé de sa personne ». Louis XI écrivit aux villes de Normandie, point de départ de l’expédition, de lui prêter les 10 000 l.t. nécessaires à son financement et commit le général Lourin à en tenir le compte. Pour hâter le départ de la flottille les comptables du pays durent avancer une partie au moins des fonds à Lourin : Ravant Regnault, commis à la recette du paiement des gens de guerre dans l’élection de Caen, fournit ainsi 500 l.t. qu’il devait récupérer sur Bayeux, Caudebec et Louviers. Vains efforts : quand Bissipat revint le roi était mort25.

  • 26 Legeay, t. II, p. 474.
  • 27 Basin / Garand & Samaran, t. III, note 6 p. 53.
  • 28 Legeay, t II, p. 516 ; Champion, t. II, p. 370.
  • 29 Masselin / Bernier, pp. 348-349. - Il est à noter que Jean Masselin prend ici ses distances avec le (...)

15Le déclin du souverain eut pourtant ceci de bon que sa conscience inquiète le poussa à rembourser certains emprunts au moins. Le traité d’Arras avait d’ailleurs garanti la restitution des prêts obtenus durant la guerre26 ; en exécution de cette clause Cambrai, brutalement taxée en 1477, rentra dans ses fonds au début de l’année27. Dans les derniers temps c’est sous l’influence de saint François de Paule, qu’il avait fait venir de son ermitage de Calabre pour prolonger ses jours, que le monarque manifesta la volonté de solder ses dettes envers les bonnes villes28, mais nous n’avons pas trouvé trace à vrai dire de l’exécution de ces dispositions tardives. Il est possible qu’après sa disparition un consensus tacite entre la monarchie et les villes ait réglé la question, la première abrogeant la fiscalité urbaine en gestation et les secondes renonçant à un remboursement rendu d’autant plus problématique par la baisse même des impôts. La discrétion à ce sujet des représentants de la bourgeoisie urbaine aux états généraux de 1484, qui se livrèrent à un réquisitoire en règle de la politique financière du roi défunt, est en effet remarquable : les gens des finances citèrent bien le paiement des emprunts de Louis XI parmi les charges extraordinaires mais nécessaires qui incombaient à l’État29, mais les députés ne réagirent pas et il n’en fut plus question.

  • 30 Dès avant la consolidation de la dette et la banqueroute de Law sous la Régence, la caisse mise sur (...)
  • 31 Gérard Sivéry, Les Capétiens et l’argent au siècle de saint Louis, pp. 10, 145-146, 172.

16Faut-il alors parler de banqueroute ? Oui et non, selon le point de vue adopté. Le technicien des finances ou du droit, s’appuyant sur une analyse objective, fera valoir que la monarchie paraît bien s’être soustraite à ses obligations envers ses créanciers, tandis que l’historien, plus sensible aux représentations des contemporains, relèvera que non seulement il n’y a pas eu de banqueroute formelle comme à la mort de Louis XIV30, mais qu’il ne semble pas davantage y en avoir eu aux yeux des Français de l’époque. L’un conclura à la banqueroute de fait, l’autre à un marché tacite entre les parties, et tous auront raison. Au surplus Louis XI n’était pas l’inventeur du procédé : les « prêts à fonds perdus » exigés des villes par la royauté, dont seule une partie était remboursée dans le meilleur des cas, apparurent sous saint Louis31. En cela Louis XI marcha donc dans les pas de son illustre aïeul : faut-il voir en celui-ci le saint banqueroutier ?

  • 32 BN, ms. fr. 20 685 p. 736 ; cf. supra, p. 489. - Ce sont en fait 1 600 l.t. qui lui avaient été ord (...)
  • 33 BN, mss. fr. 20 685 p. 736, 23 266 f° 31 ; Lettres, t. IX, note 2 pp. 268-269 ; cf. supra, pp. 486- (...)

17De nouveaux retranchements furent par ailleurs opérés dans les états des finances aux dépens des prébendiers de la Couronne, tel l’amiral de Bourbon en Normandie ; celui-ci reçut dans le courant de l’exercice même 1 500 l.t. sur ses arriérés de 1482 et 1483, mais ils ne lui furent accordés qu’après l’avènement de Charles VIII32. C’est bien Louis XI en revanche qui dans cette même généralité fit rembourser à son maître d’Hôtel Jean du Plessis et au général de la Justice des Aides Jacques Louet tout ou partie des sommes retenues sur leurs pensions de 1478 à 148233.

  • 34 Lettres, t. X, pp. 87-88 (17 mars), 133-134 (20 juillet).
  • 35 Legeay, t. II, p. 496.
  • 36 La convention fut ratifiée le 23 août par Louis XI et confirmée en septembre par Charles VIII (Ord, (...)

18S’il maintenait le niveau de ses recettes extraordinaires et poursuivait sa politique d’institutionnalisation des expédients, le monarque confirma l’abandon de ses finances ordinaires. Il est vrai qu’il récupéra en avril, nous l’avons vu, le commun de la paix d’une seigneurie cédée au sire de Beaujeu, mais pour le reste il offrit le 25 février au général de Genas tout ce qui pouvait lui être dû pour le rachat du prieuré angevin de Cunault, revenu entre ses mains par la mort du prieur34, exonéra en juin les Orléanais de franc-fief pendant dix ans35 et confirma l’exemption d’aubaine des Hanséates dans un nouveau traité qui ne fut promulgué qu’après sa mort36. Casuels ou réguliers, les revenus du Domaine n’étaient plus que matière à dispenser des faveurs.

  • 37 Ord, t. XIX, pp. 105-108.
  • 38 L’exonération accordée en 1466 aux soyeux italiens que Louis XI avait fait venir à Lyon n’était à n (...)

19Aucune nouvelle mesure ne fut prise dans le domaine monétaire durant ces derniers mois, mais le roi s’attacha à stimuler l’extraction des métaux précieux. Averti que la vicomté de Couserans et ses environs étaient riches en or, argent et autres métaux, il concéda en avril le monopole de l’exploitation minière dans ce pays et à vingt lieues à la ronde à six associés dont trois Allemands, parmi lesquels son canonnier ordinaire Alexis Heim, et à leurs descendants, à charge d’acquitter le droit du dixième dû à la Couronne et le droit du seigneur foncier selon la coutume des mines du royaume. Il les exemptait à perpétuité, ainsi que leurs ouvriers, de tous impôts, emprunts et droits quelconques, notamment d’aubaine, et leur accordait les mêmes privilèges qu’aux maîtres et ouvriers des Monnaies et des autres mines, ce qui montre bien dans quelle optique la monarchie s’intéressait à l’industrie extractive. Surtout, afin d’attirer les Allemands réputés « expers et congnoisseurs a ouvrer et besoigner esdictes mynes », le souverain étendit ces avantages à tous ceux d’entre eux qui s’étaient déjà installés ou s’établiraient dans le royaume pour se livrer à cette activité37. Après les mercenaires suisses, les mineurs allemands : le monarque tendait à créer de nouvelles catégories d’exempts définies sur des bases à la fois nationales et professionnelles, qui devaient contribuer de quelque manière à l’augmentation de sa puissance38. Au reste les seconds étaient mieux lotis encore que les premiers, car le privilège était cette fois définitif.

  • 39 BN, ms. fr. 20 685 p. 730. — Nous ne savons si cette somme prend en compte la taille initiale ou s’ (...)
  • 40 Masselin / Bernier, pp. 423-424.
  • 41 « Sans l’artillerie et autres choses semblables », c’est-à-dire les crues (éd. Calmette & Durville, (...)

20Diverses indications permettent de reconstituer avec quelque certitude le montant total des recettes de l’État royal à la mort de Louis XI. Nous savons d’une part qu’en Normandie les revenus dont le receveur général fut comptable en 1483, c’est-à-dire le produit des impôts extraordinaires et de quelques expédients, montèrent à 1 176 616 1. 19 s. 9 d.t.39, et d’autre part que le pays, au témoignage de ses députés aux états généraux de 1484 que les gens des finances ne contredirent pas, supportait bien alors le quart de la charge du royaume40. Il est aisé d’en déduire que les tailles et les aides s’élevèrent en tout à quelque 4 700 000 l.t., ce qui est précisément la somme rapportée par un membre de l’entourage du roi, Commynes lui-même41 : remarquable concordance, qui nous autorise à considérer cette estimation comme fiable.

21Les chiffres communiqués un an après à la commission financière des états généraux par l’administration royale nous éclairent sur le montant de l’impôt direct et sa répartition géographique en 1483 (tableau 38 et graphique 12). Ils appellent toutefois quelques observations préalables. D’abord, le cas du Languedoc montre qu’il s’agit bien là des sommes imposées par Louis XI, avant le rabais qui suivit sa disparition ; remarquons aussi que les gens des finances comptèrent l’équivalent dans la contribution de ce pays à la taille, bien qu’il y prît la forme de taxes indirectes. Ensuite, nous devons ces renseignements aux notes prises par le député Jean Masselin, d’une honnête véracité mais non d’une rigoureuse exactitude. Nous relevons ainsi une légère erreur de 327 l.t. (moins de 0,1 %) dans l’exemple languedocien ; de même, les quotes-parts des généralités qui portaient la taille du royaume ne forment pas un total rond, alors qu’il n’y aurait eu ni rime ni raison à fixer au denier près le montant global d’un impôt par répartition. Ces défauts sont au demeurant de peu de conséquence sur la fiabilité du tableau d’ensemble. Celui-ci comporte enfin quelques lacunes, qui peuvent être comblées avec vraisemblance quant au Dauphiné et aux Bourgognes ; nous ignorons en revanche ce que pouvait représenter l’impôt direct en Roussillon et Cerdagne et en Provence, mais tout porte à penser qu’il devait y être modeste.

  • 42 Éd. Bernier, pp. 460-461 ; cf. supra, pp. 472-473, 603 pour les Bourgognes et le Dauphiné.

Tableau 38 et graphique 12 : Répartition géographique de la taille en 1483 d’après Jean Masselin42 ; (en livres, sous et deniers tournois)

Tableau 38 et graphique 12 : Répartition géographique de la taille en 1483 d’après Jean Masselin42 ; (en livres, sous et deniers tournois)

Note * : Hors comtés catalans et Provence.
Note ** : Hypothèse.

  • 43 Masselin nous apprend qu’elle s’éleva à 45 000 l.t. en 1484 (loc. cit.).

22Même en tenant compte des ravages causés par la conquête encore récente, en Picardie comme dans les Bourgognes la participation des nouvelles généralités était sans commune mesure avec leur richesse. Avec le Dauphiné et selon toute vraisemblance la Provence, terres extérieures au royaume à l’instar de la Comté, elles n’occupaient qu’une place symbolique dans les revenus directs de l’État ; au surplus, nous l’avons vu, les recettes de ces pays de marche trouvaient leur emploi sur place. L’expansion territoriale n’avait apporté que des charges supplémentaires aux quatre vieilles généralités de l’intérieur, qui fournissaient toujours la quasi-totalité de la taille. Le fait que la quote-part de la Picardie et celle des Bourgognes43fussent fixées en milliers, voire en dizaines de milliers de livres tournois suggère d’ailleurs qu’elles avaient un caractère forfaitaire qui les mettait à l’abri des hausses de la fiscalité directe, reportées à peu près tout entières sur le vieux royaume. Remarquons enfin qu’au sein de celui-ci, si la Normandie portait bien un quart de la taille, le Languedoc était sollicité au-delà d’un dixième à la mort de Louis XI, même en déduisant l’équivalent.

  • 44 Ord., t. XIX, pp. 399-401.
  • 45 Spont, « La taille en Languedoc (conclusion) », p. 490. —Ce chiffre est certainement arrondi.
  • 46 Ainsi que la crue pour les héritiers de l’archevêque de Toulouse (BN, ms. fr. 23 901 f° 83-84).

23Par ailleurs nous savons que les 1 500 000 l.t. votées en 1484 par les états généraux étaient en recul de 1 800 000 l.t. sur la taille de l’année précédente44, qui avait fait l’objet d’une remise après la mort de Louis XI : 150 000 l.t. furent retranchées en Normandie45 et 58 498 1. 14 s.t. en Languedoc46, ce qui suggère un rabais total de 600 000 l.t. La taille définitive du royaume pour 1483 devait donc s’établir à 3 300 000 l.t., et la taille initialement ordonnée à 3 900 000 l.t. : de fait, si nous ajoutons aux quotes-parts des quatre vieilles charges indiquées par Masselin celles des autres terres du royaume stricto sensu, Picardie et Bourgogne, nous retrouvons à peu près ce chiffre.

  • 47 Masselin / Bernier, p. 389.
  • 48 « La taille en Languedoc », pp. 367-368.

24Il est vrai que le chancelier Guillaume de Rochefort déclara aux états généraux que « l’an passé les tailles montaient.iiij. millions.iiijcm. frans, qui est grant chose »47. Alfred Spont s’est appuyé dans ses calculs sur cette affirmation positive et a vu dans les 3 900 000 l.t. auxquelles il parvenait par ailleurs le rapport réel de l’impôt, concluant à une moins-value de 500 000 l.t. (12,8 %)48. Le cas du Languedoc contredit toutefois cette thèse car la quote-part du pays présentée à la commission financière, nous l’avons dit, correspond bien au montant initialement fixé pour 1482-1483 ; d’ailleurs, comment l’entourage du nouveau souverain eût-il pu connaître en septembre la moins-value sur l’ensemble de l’année et fixer le rabais de taille en conséquence ? Il n’est pas impossible que le chancelier ait délibérément exagéré le montant de la taille de 1483 devant une assemblée qui en ignorait tout, afin d’amplifier à ses yeux la chute de la pression fiscale et d’en obtenir le vote du subside le plus élevé possible.

  • 49 Masselin / Bernier, pp. 346-347.
  • 50 Il parle - vaguement - des levées « en toutes choses » (éd. Calmette & Durville, t. II, p. 290).

25La fiscalité extraordinaire indirecte rapportait pour sa part 655 000 l.t. environ et les finances ordinaires un peu plus de 100 000 l.t., selon les renseignements fournis aux états généraux, qui jugèrent ces sommes grossièrement sous-évaluées49 ; sans préjuger de rien, constatons que les dirigeants du royaume avaient intérêt à minimiser les autres rentrées pour obtenir une taille d’autant plus forte. En ce qui concerne les aides, la comparaison de l’ensemble des recettes extraordinaires et de la seule taille suggère un montant de quelque 800 000 l.t., mais il est vrai que dans un second passage Commynes paraît inclure les ressources ordinaires dans son total de 4 700 000 l.t.50 : si nous ajoutons à la taille du royaume les nombres avancés pour les aides et le Domaine nous obtenons de fait la somme de 4 655 000 l.t., très proche de la sienne. L’exemple normand nous indique en tout cas que les aides devaient y rapporter 180 000 l.t. environ, ce qui suggère un produit de l’ordre de 720 000 l.t. dans le vieux royaume.

  • 51 Il s’agit bien du revenu net car les charges ordinaires ne furent pas présentées en dépense.
  • 52 Masselin / Bernier, pp. 364-365.
  • 53 Cf. le premier chapitre inédit de notre mémoire de maîtrise, Les finances de la monarchie française (...)
  • 54 Spont admet cette somme pour le vieux royaume en 1483 et cite à l’appui le revenu de 70 299 1. 2 s. (...)

26Par ailleurs, il est surprenant de voir le revenu net du Domaine51 doubler pratiquement en six ans, en dépit des aliénations et des récentes calamités. Deux éléments peuvent expliquer cette progression : les annexions réalisées depuis 1477-les Bourgognes étaient ainsi comptées pour 18 000 l.t., qui comprenaient d’anciennes aides locales il est vrai52 - et surtout la politique de restauration domaniale mise en œuvre dès l’avènement de Charles VIII53. Selon toute vraisemblance, avant la mort de Louis XI le produit annuel des recettes ordinaires nettes devait être sensiblement inférieur à 100 000 l.t. dans l’ensemble de ses possessions54 ; que la somme de 4 700 000 l.t. les ait en fin de compte incluses ou non ne fait probablement pas grande différence.

27L’un dans l’autre, il est possible de retenir des approximations satisfaisantes pour chacun des revenus de la monarchie en 1483 (tableau 39 et graphique 13). Nous constatons sans surprise que l’impôt direct s’y taillait la part du lion, au point que le poids relatif non seulement des droits domaniaux, mais des taxes extraordinaires indirectes mêmes avait régressé depuis le début du règne.

  • 55 Le graphique est établi sur la base de 750 000 l.t. pour les aides et 50 000 l.t. pour les finances (...)

Tableau 39 et graphique 13 : Recettes de l’État royal en 1483 (reconstitution)55 ; (en livres tournois)

Tableau 39 et graphique 13 : Recettes de l’État royal en 1483 (reconstitution)55 ; (en livres tournois)

28Certes cette prééminence caractérisait déjà les finances de la monarchie française à la mort de Charles VII, mais les proportions écrasantes qu’elle avait prises désormais étaient bien la conséquence des choix opérés par Louis XI dans sa politique fiscale. Pour nous en tenir aux sommes initialement ordonnées chaque année, la taille avait plus que triplé au cours du règne, et encore n’est-ce qu’une moyenne : quelques exemples locaux révèlent des hausses encore plus spectaculaires, qui illustrent de nouveau l’impossibilité d’extrapoler à partir d’un cas particulier (tableau 40 et graphique 14). L’escalade de la taxation directe explique l’essentiel des quelque 160 % d’augmentation des recettes en vingt-deux ans, tandis que le produit des aides progressait au mieux de 15 % et que le faible montant des revenus, ordinaires ôtait de toute façon à leur évolution tout impact sur le budget de l’État.

  • 56 Pour le Languedoc Spont, « La taille en Languedoc », tableau p. 495 pour 1460-1461, ibid., p. 498 ( (...)

Tableau 40 et graphique 14 : Augmentation de la fiscalité directe au cours du règne56 ; (en livres, sous et deniers tournois)

Tableau 40 et graphique 14 : Augmentation de la fiscalité directe au cours du règne56 ; (en livres, sous et deniers tournois)

Note* : Exercices 1460-1461 et 1482-1483, hors Lyonnais, Forez et Beaujolais.

  • 57 Kerhervé, L’État breton, t.1, p. 162, note 239 pp. 162-163, tableau 9 p. 163.

29Il n’est pas dénué d’intérêt de relever qu’à la même époque en Bretagne les recettes de l’État ducal affleuraient les 400 000 livres bretonnes, soit 480 000 l.t, un dixième à peu près des revenus de l’État royal pour une superficie et peut-être une population dix fois moindres elles aussi57. Faut-il dire alors qu’au début des années 1480 les Français ne payaient pas plus d’impôts que les Bretons, ou que ceux-ci en payaient autant que ceux-là ? La première formulation revient à considérer que la pression fiscale atteinte lors du pic de prélèvements de la fin du règne n’avait somme toute rien d’extraordinaire en Occident à cette époque : les niveaux beaucoup plus bas des périodes antérieure et postérieure auraient donc fait du royaume un véritable paradis fiscal, malgré le coût de la cavalerie permanente et le témoignage contraire des contemporains. Avec Jean Kerhervé nous nous rallions à la seconde interprétation, qui met au contraire en valeur l’importance de l’effort alors demandé aux Bretons.

  • 58 . Ibid, tableau cité ; sur les dépenses de l’État royal cf. infra, tableau 44 et graphique 15 p. 62 (...)

30Pour la dernière principauté indépendante du royaume il s’agissait non seulement de défendre une liberté plus menacée que jamais depuis la destruction de la puissance bourguignonne, mais aussi de financer un État moderne et un prince soucieux de tenir son rang face aux souverains d’Occident. De fait le budget de François II ne ressemblait pas à celui de Louis XI : si l’impôt direct du fouage fournissait les deux tiers des recettes tout de même, celles-ci allaient davantage à l’Hôtel ducal, responsable de près de 40 % des dépenses, qu’aux besoins de la défense qui n’en représentaient qu’un quart58. L’envolée des charges militaires était encore à venir, et avec elle une pression fiscale encore accrue, quand la menace française prendrait corps sous les Beaujeu. Du moins le péril extérieur déjà bien réel pouvait-il mobiliser les contribuables bretons, tandis que depuis le nouveau traité d’Arras une telle motivation faisait défaut à ceux du roi de France pour soutenir un effort comparable.

  • 59 Éd. de Mandrot, t. II, pp. 137-138.
  • 60 Éd. Calmette & Durville, t. II, pp. 220, 317.
  • 61 Ibid., p. 289.
  • 62 Masselin / Bernier, p. 257.

31Cet alourdissement sans précédent de l’impôt ne fut pas sans conséquence, tous les contemporains, et pas seulement Basin dont le témoignage partisan est toujours sujet à caution, s’accordent à le dire. S’il faut faire la part de la dramatisation rhétorique dans ces sources littéraires, leur unanimité n’en reflète pas moins le profond sentiment d’accablement de l’opinion, mais aussi la réelle pesanteur de ponctions à leur zénith sur une économie que frappait de plein fouet la grande crise agricole et démographique du début de la décennie. Le vieux monarque, écrit Jean de Roye, « avoit mis son peuple si au bas que au jour de son trespas estoit presque au desespoir »59 ; « seürement c’estoit compassion de veoir et sçavoir la povreté du peuple », reconnaît l’honnête Commynes, qui ajoute que le royaume, « combien qu’il fust grant et estendu, si estoit bien maigre et paouvre »60. Selon le mémorialiste Louis XI lui-même en avait conscience : « il sçavoit bien n’estre point aymé (...) de beaucoup de menuz, et si avoit plus chargé le peuple que jamais roy ne feit, combien qu’il eust bon vouloir le descharger (...), mais il devoit commancer plus tost »61. C’est vers son successeur que se tourneraient tous les espoirs, exprimés par Jean de Rély, orateur des états généraux, dans sa harangue au jeune Charles VIII le 12 février 1484 : « Sire, passé a cinq cens ans ce royaume de France ne fut plus uny ne estendu qu’il est, ne plus flourissant qu’il seroit se par bonne conduite on laissoit ung petit respirer le peuple »62. Comme souvent dans l’Histoire, la grandeur de l’État et la puissance du prince avaient fort pesé aux sujets.

2. D’une guerre à l’autre ?

  • 63 Éd. Calmette & Durville, t. II, p. 292. —Nota ce rare emploi du mot État dans son sens moderne, seu (...)
  • 64 De Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations & variantes, pp. 398-399.
  • 65 Contamine, Guerre, État et société, p. 286.
  • 66 BN, mss. fr. 20 685 p. 736, 23 266 f° 30.
  • 67 De Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations & variantes, p. 398 ; Commynes / Calmette & Durville, t (...)

32Commynes rapporte que dans ces derniers mois Louis XI ne s’intéressait plus dans l’administration des affaires courantes qu’à ce qui « touchoit la préservation de l’Estat et deffence du royaulme, car de toutes autres choses ne luy challoit »63. Malgré la paix revenue le vieux roi conserva intégralement son appareil guerrier, et poursuivit même le développement des forces du camp. Il en est loué par Jean le Clerc, digne porte-parole de l’aristocratie militaire, pour qui les « quatre grans tresors » qu’il laissa à son fils étaient « oune grosse, puissante et bonne armée », « un gros et merveilleux nombre d’artillerie et (...) l’equipage qui y failloit », des villes parfaitement fortifiées et, il est vrai, la paix qu’il accorda « de grace especiale » à tous ses voisins bien qu’il fut le plus fort64. L’effectif de la grande ordonnance fut maintenu et s’élevait à 3 992 lances, réparties en 43 compagnies65. Si nous y ajoutons diverses troupes auxiliaires montées comme les gens de guerre de Guillaume de la Marck, que le souverain entretenait toujours « sur les frontieres de Luxembourg et d’ailleurs » malgré le drame de Liège66, nous rejoignons sans doute les 4 500 lances évoquées par Jean le Clerc, conforté par Commynes qui parle plus vaguement de « quelque quattre ou cinq mil » hommes d’armes67.

  • 68 Op. cit., p. 293.
  • 69 . Éd. Calmette & Durville, loc. cit.
  • 70 De Roye /de Mandrot, loc. cit.

33A ces forces, qui représentaient 24 000 hommes dont 16 000 combattants pour les seules lances fournies de l’ordonnance, s’ajoutaient les mortes-payes, dont Philippe Contamine estime le nombre à quelque 8 000 après les conquêtes de la Succession de Bourgogne68, et les troupes du champ de guerre, 14 000 hommes en principe pour les deux bandes du seigneur d’Esquerdes et celle du bailli de Rouen, ainsi que les pionniers : Commynes parle de plus de 25 000 « gens de pied tant pour le camp que mortes payes »69. Avec les 6 000 Suisses et les 2 à 3 000 soudards du Sanglier des Ardennes, 65 000 hommes environ devaient être au service permanent du monarque, dont quelque 55 000 guerriers à proprement parler, nombre peu éloigné de l’estimation de « soixante mil combatants a sa souldée » rapportée par Jean le Clerc70.

  • 71 Contamine, op. cit., note 121p. 298.

34Avec des effectifs maintenus, le budget militaire était aussi considérable qu’en 1482, voire même en légère progression. 726 4001. 17 s. 6 d.t, comprenant un subside inchangé au capitaine de Wiltz et à ses hommes, furent ainsi alloués au trésorier des guerres Jean le Gendre, 1 % de plus qu’à son prédécesseur Denis le Breton un an plus tôt. Les crédits gérés par les deux comptables de l’Ordinaire des guerres devaient alors atteindre quelque 1 450 000 l.t. A côté de cette somme les 28 725 1. 10 s.t. affectées au commis Clérembaud de Champanges pour la solde de l’artillerie paraissent dérisoires, mais cette enveloppe s’était tout de même accrue des deux tiers depuis sept ans (+ 66,8 %, soit + 7,6 % en moyenne annuelle) et avait pratiquement été multipliée par six depuis le début du règne (+ 494,9 % depuis 1463)71.

  • 72 Ce corps fut passé à montre le 21 janvier 1483 à Amiens, sans doute avant de recevoir sa solde du d (...)

35Un constat similaire prévaut pour les forces nouvelles de l’armée royale. Le trésorier des guerres Jacques Hurault et le trésorier du champ de guerre du roi Robert Poilevilain - qualifié cette fois de simple commis - reçurent le même budget que précédemment, le premier pour les Suisses et le second pour les 4 000 hommes du bailli de Rouen. Nous supposons que tel était aussi le cas de Nicole Chartier pour la bande de 4 000 hommes du seigneur d’Esquerdes, dont la dotation nous échappe72, et du successeur de Raoul de Hacqueville, le secrétaire Jean de la Primaudaye, lui aussi qualifié de commis, pour ses 6 000 autres hommes, dont les crédits ne nous sont connus que cette année-là. En revanche l’enveloppe allouée au commis Pierre Fauchet pour les officiers et pionniers du camp était en forte hausse : elle atteignit 113 120 l.t., 33,1 % de plus qu’en 1482, ce qui suggère que Louis XI et d’Esquerdes avaient développé le génie, qu’il s’agît des tâcherons ou des spécialistes. Par suite les crédits de solde du champ de guerre s’élevèrent au bas mot à 972 360 l.t., en progrès de 3 % sur l’année précédente.

  • 73 BN, ms. fr. 23 266 f° 20-24 pour 1483 ; cf. supra, tableau 26 et graphique 10 p. 528, pp. 544-545 p (...)

36Les Suisses compris, les dotations des forces nouvelles montaient donc à 1 404 360 l.t. à tout le moins (+ 2 %), et avec les recettes des divers autres comptables militaires, les subsides aux auxiliaires étrangers (toujours 18 000 l.t. à Guillaume de la Marck et ses gens), les subventions aux capitaines de la marine royale (3 200 l.t. sur les finances de Normandie)73, le budget total de l’armée, encore en légère hausse sur celui de 1482, était toujours de l’ordre de 3 000 000 l.t. Sans même compter la Maison militaire du souverain l’armée engloutissait près des deux tiers des revenus de la monarchie. En Normandie, grenier à finances des forces royales, les dotations initiales des comptables militaires progressèrent à nouveau cette année, un peu plus vite, que l’ensemble des crédits ordonnés par Louis XI pour les services de l’État, mais moins que la somme des dépenses assignées sur cette recette générale en 1483, si bien qu’elles repassèrent juste en dessous de la barre symbolique des 80 % du total, ce qui ne les rendait pas moins écrasantes pour autant (tableau 41).

  • 74 BN, ms. fr. 23 266 f° 20-24, 36 pour 1483 ; cf. supra, tableau 27 p. 545 pour 1482.

Tableau 41 : Poids des crédits des comptables militaires sur la recette générale de Normandie en 148374 ; (en livres, sous et deniers tournois)

Tableau 41 : Poids des crédits des comptables militaires sur la recette générale de Normandie en 148374 ; (en livres, sous et deniers tournois)

Note* : Crédits ordonnés du vivant de Louis XI.

  • 75 Cf. la harangue inaugurale du chancelier aux états généraux de 1484 (Masselin / Bernier, pp. 50-51)
  • 76 Ibid, pp. 374-375.
  • 77 BN, ms. fr. 23 266 f° 24.

37Dans ces conditions il n’est pas étonnant que l’armée ait été la cible principale de la politique d’économies engagée aussitôt après la mort du roi, dans les quatre derniers mois de l’année, pour rééquilibrer le budget royal après la remise de taille (tableau 42). Comme il était prévisible, ce furent les Suisses et le champ de guerre qui en firent les frais : les retranchements opérés sur leurs assignations, souvent à hauteur d’un quart, montrent que, comme l’entourage du souverain en avait manifesté l’intention lors de sa première attaque, les forces nouvelles furent licenciées à peine Louis XI disparu, dès la fin du troisième trimestre un mois plus tard75 ; la mesure ne fut cependant pas radicale, car l’année suivante les états généraux exigèrent avec succès la suppression complète du camp du roi76. Les radiations de crédits touchèrent aussi le Sanglier des Ardennes et ses reîtres ; il n’est pas indifférent de noter que l’un des nouveaux maîtres du royaume, le sire de Beaujeu, était le frère du malheureux évêque de Liège. Ces coupes sombres, d’un montant total de 103 760 l.t. en Normandie, épargnèrent en revanche l’armée traditionnelle : elles financèrent en partie une rallonge de 50 709 1. 15 s.t. accordée dans ce pays au trésorier le Gendre pour compenser la perte d’assignations que lui causa le « rabaiz fait au peuple sur le dernier quartier de leur [sic] impost"77

  • 78 Ibid, f° 20-21, 24. — Le retranchement indiqué (f° 24) pour Guillaume de la Marck n’est que de 4 15 (...)

Tableau 42 : Retranchements sur les assignations militaires en Normandie à la mort de Louis XI78 ; (en livres et sous tournois)

Tableau 42 : Retranchements sur les assignations militaires en Normandie à la mort de Louis XI78 ; (en livres et sous tournois)

Note* : Remplacé par Jean de la Primaudaye au moment du retranchement.

  • 79 Lettres, t. X, pp. 72-73 et note 3 pp. 73-74.

38Malgré la fin de la guerre de Succession de Bourgogne le ciel n’était pas sans nuage dans les derniers mois du vieux monarque. Nous l’avons vu, il lui fallut intervenir en Savoie au début de l’année. Le 19 février il ordonna au seigneur du Lau, sénéchal de Beaucaire, de tenir l’arrière-ban de son ressort prêt à marcher si le seigneur de Baudricourt, gouverneur de Bourgogne, qu’il envoyait assiéger « Lulle » (Lully ou Lullin), en demandait le renfort ; la noblesse de la sénéchaussée fut mise en état d’alerte le 15 mars seulement79. À cette date les forces royales avaient changé d’objectif ou multiplié les opérations, car c’est pour entretenir l’artillerie qu’il dépêchait au siège de Nice, tenue par les ennemis du duc, que Louis XI leva le 6 une crue en Dauphiné.

  • 80 Calmette & Périnelle, p. 253.
  • 81 . Ibid., pp. 254-256 et notes 5 p. 254, 1 p. 256.
  • 82 Tel était le montant de la recette assignée au commis Pierre le Roy en 1482 (BN, ms. fr. 23 266 f° (...)
  • 83 . Ed. Calmette & Durville, t. II, p. 316. - C’est nous qui soulignons.

39Le plus grave danger venait cependant d’Angleterre car le traité d’Arras, qui reposait sur le mariage du dauphin et de Marguerite d’Autriche, brisait les accords de Picquigny. Edouard IV adopta alors une attitude menaçante et se lança dans de grands préparatifs financiers et militaires qui, manœuvre d’intimidation ou non, laissaient présager une nouvelle descente80. En fait, il semble bien que le vieux roi de France cherchait délibérément l’affrontement. Pour commencer, il cessa de payer les pensions anglaises une fois la paix conclue avec Maximilien : ni le terme de la Saint-Michel 1482, ni celui de Pâques 1483 ne furent envoyés outre-Manche81. Ce faisant, le souverain soulageait d’ailleurs ses finances d’un fardeau de 90 533 l.t. par an82. Surtout, un passage de Commynes qui n’a pas été suffisamment relevé montre qu’il préparait avec le chef de ses armées la reconquête de Calais quand il entra dans sa dernière maladie : sur son lit de mort le monarque « dist entre autres choses qu’il vouloit que le seigneur des Cordes [d’Esquerdes] ne bougeast d’avec le roy son filz de six mois et que on le priast de ne mener nullepraticque sur Callaix ne ailleurs, disant qu’il estoit conclud avec luy de conduyre telles entreprises »83. Ainsi Louis XI, à présent qu’il avait les mains libres dans le Nord, était revenu à un vieux dessein qu’il n’avait pu accomplir au début de son règne et qui était resté depuis en sommeil, les circonstances ne s’y étant jamais prêtées.

  • 84 Basin / Garand & Samaran, t. III, notes 2 p. 269,1 pp. 270-271, pp. 278-279 et note 2 p. 279.
  • 85 Lettres, t. X, note 1 p. 135 ; Calmette & Périnelle, pp. 254-255 ; Basin/Garand & Samaran, t. III, (...)

40A présent le moment semblait propice. Lié par le mariage de sa fille, Maximilien était en outre occupé à réduire la rébellion dans le nord de ses Etats : il assiégeait Utrecht quand le roi de France s’éteignit84. L’Angleterre même entrait dans une nouvelle période d’instabilité politique avec le décès inopiné d’Edouard IV le 9 avril, la minorité d’Edouard V, l’usurpation de son oncle Richard III le 26 juin, l’assassinat sur son ordre des enfants d’Édouard les 7 et 15 août85. Certes une agression française contre Calais risquait de provoquer le ralliement de l’opinion anglaise autour d’un trône fragilisé, mais si l’armée française, la plus puissante et la plus moderne du temps, réussissait à emporter la place, portant à son comble le discrédit du pouvoir, l’Angleterre promettait fort de retourner aux séditions qui avaient suivi la perte de la Normandie et de la Guyenne. Qui sait si la démonstration du Pont-de-l’Arche, qui avait tant alarmé les Anglais en 1481, n’avait pas été une répétition générale inavouée ? De toute façon, que l’occasion fût idéale ou non, le vieux roi qui se voyait décliner n’avait pas le choix s’il voulait réaliser un rêve qu’il avait dû secrètement nourrir toute sa vie. Ceci permet d’expliquer qu’il ait choisi de supprimer les pensions anglaises au lieu de chercher au contraire à amadouer Edouard IV après la rupture de leurs accords matrimoniaux, et que le traité d’Arras n’ait pas été suivi de la moindre réduction de ses forces.

  • 86 Lettres, t. X, p. 135. - Ce document le prouve, c’est à tort que Commynes affirme que son maître ne (...)
  • 87 Calmette & Périnelle, pp. 254-255 et note 1 p. 256.
  • 88 BN, mss. fr. 20 685 p. 738, 23 266 f° 35. - Richmond était le neveu du comte de Pembroke ; capturé (...)
  • 89 BN, mss. fr. 20 685 p. 736, 23 266 f° 30.
  • 90 Basin / Garand & Samaran, t. III, pp. 228-229.
  • 91 Calmette & Périnelle, p. 254.

41A l’avènement d’Edouard V le souverain proclama son intention de respecter la trêve, qui selon la convention de 1477 devrait durer encore un an, et répondit le 21 juillet par une lettre fort aimable aux avances de Richard III86, mais il ne reprit pas ses paiements pour autant87. Il ne négligeait pas non plus la carte lancastrienne pour ajouter à la confusion outre-Manche et dépêcha son écuyer d’Écurie Henri Carbonnel auprès du comte de Richmond, héritier de cette cause, qui avait débarqué à « la Hoque » (la Hague) pour se rendre à Saint-Sauveur de Redon, afin de prendre toutes ses dépenses en charge jusqu’à la frontière bretonne88. Si les trêves se poursuivaient officiellement, et si l’amiral de Bourbon continuait à percevoir une indemnité à ce titre89, la guerre de course n’en avait pas moins repris entre la France et l’Angleterre après le traité d’Arras90, d’autant que les armateurs privés comme les Dieppois devaient y trouver un palliatif à la fin des opérations contre les navires flamands. Le vice-amiral Coulon fut chargé en mars de préparer la flotte de guerre, tandis que sur le sol français des arrestations commençaient à frapper les Anglais du vivant même d’Edouard IV91.

  • 92 Ce pouvait être simplement, il est vrai, pour le tenir en respect comme les Flamands dans le Nord ( (...)
  • 93 Calmette & Périnelle, p. 253.

42S’il désigne explicitement Calais comme la principale cible des plans du vieux monarque et de son ministre, le passage des Mémoires cité plus haut suggère qu’elle n’était pas la seule. La Bretagne aussi était peut-être visée, car après avoir décommandé les projets contre l’enclave anglaise le roi mourant ordonna « qu’on ne print point de debat en Bretaigne et que on laissast vivre le duc Françoys en paix et sans lui donner doubtes ou crainctes », au témoignage de Commynes qui rapporte que son maître avait massé des forces importantes à la frontière des États de ce prince « a qui il portoit grand hayne »92. Il était prévisible que le duc, qui venait de resserrer ses liens avec son allié, d’outre-Manche, prît part à un conflit franco-anglais ; le 20 février Edouard IV lui avait promis d’épauler l’armée bretonne par 4 000 archers soldés pour trois mois93.

  • 94 Éd. Calmette & Durville, t. II, p. 317.
  • 95 Lassalmonie, « Les finances de la monarchie française sous le gouvernement des Beaujeu », pp. 36, 8 (...)

43Cette nouvelle guerre ne pouvait cependant être entreprise que par une royauté forte. L’entrée en agonie de Louis XI, le 25 août, changea tout. Lorsqu’il se vit perdu, le vieux souverain annula l’entreprise. Commynes affirme que dans ses ultimes recommandations le moribond « vouloit sur toutes choses que après son trespas on tint le royaume en paix cinq ou six ans, ce que jamais n’avoit peu souffrir en sa vie ; et a la verité, le royaume en avoit besoing »94. Moins que par le remords tardif d’un Louis XIV chapitrant son arrière-petit-fils, ces exhortations lui étaient dictées par la conscience qu’une minorité royale, fragilisant la monarchie, ne se prêtait pas aux aventures belliqueuses. En définitive, c’est fortuitement qu’il laissa à ses sujets le « quart tresor » de Jean le Clerc : la paix. Par chance pour les Français, leur terrible maître mourut dans l’accalmie qui séparait deux tempêtes, comme vingt-deux ans plus tôt Charles VII s’était éteint à la veille de porter les armes contre la Bourgogne. Héritiers politiques de Louis XI, les Beaujeu devaient reprendre le flambeau, mais à bien moindres frais. Avec leur aide le comte de Richmond renversa Richard III en Angleterre deux ans plus tard, et la Bretagne fut soumise huit ans après sa mort95 ; en revanche son vieux rêve inassouvi, le recouvrement de Calais, s’en trouva retardé de soixante-quinze ans.

3. Maintien des dépenses civiles.

  • 96 Contamine, Guerre, État et société, p. 296.
  • 97 BN, ms. fr. 23 266 f° 24.

44Si les charges militaires ne reculèrent pas après le traité d’Arras, a fortiori les dépenses civiles se maintinrent en 1483. S’il ne désarmait pas, Louis XI, d’autant plus crispé sur son pouvoir qu’il craignait de le voir lui échapper avec la perte de ses forces physiques, ne cédait pas davantage de ses moyens de gouvernement, à commencer par les services de l’Hôtel autour de sa personne. Sa Maison militaire devait compter à la fin du règne plus de 160 gentilshommes, 400 archers et 40 arbalétriers96, mais les crédits n’en étaient pas assignés sur les finances de Normandie, dont les archives comptables sont notre unique source pour cette année-là, en sorte qu’ils nous échappent ; sans doute dépassèrent-ils notre estimation pour 1481-1482, car le vieux roi devint de plus en plus défiant dans ses derniers mois. Quant au budget de sa Maison civile, il nous amène à distinguer entre les évolutions parfois contradictoires de la recette ordinaire et de la recette totale affectée à l’exercice, crues d’assignations comprises (tableau 43). À l’immuable dotation ordinaire de l’Argenterie s’ajoutèrent à la fois un supplément de recette et une subvention spéciale de 400 l.t. « pour certaine vaisselle d’argent pour servir a la table dudict feu seigneur », en sorte que les crédits propres de l’exercice dépassèrent de 18,3 % ceux de l’année précédente. En revanche la hausse de la recette ordinaire de l’Ecurie n’intégra que partiellement la crue non reconduite de 1481-1482, si bien que globalement sa dotation pour l’année baissa de 6,2 %. Une crue de 3 000 l.t. fut aussi appointée en Normandie pour la Chambre aux Deniers du roi97, mais sa recette ordinaire nous est inconnue.

45

  • 98 Ibid, f° 21-22, 24 ; cf. supra, tableau 32 p. 587.

Tableau 43 : Crédits des principaux services des hôtels royaux en 1482-148398 ; (en livres, sous, deniers et oboles tournois)

Tableau 43 : Crédits des principaux services des hôtels royaux en 1482-148398 ; (en livres, sous, deniers et oboles tournois)

Note * : Recette ordinaire.
Note ** : Supplément.

  • 99 Du moins l’était-il encore au 15 décembre 1479 (BN, ms. fr. 20 684 p. 905).
  • 100 Labande-Mailfert, p. 29.

46Par ailleurs, tandis que la recette de l’Hôtel de la reine était de nouveau en recul, celle de l’Hôtel du dauphin augmenta d’un tiers, cette forte augmentation devant notamment lui permettre à lui aussi d’« avoir de la vaisselle d’argent neccessaire ». Sans doute faut-il y voir l’effet de ses fiançailles : un quatrième hôtel fut d’ailleurs institué pour Marguerite d’Autriche, « femme future de monseigneur le daulphin ». Le trésorier et receveur général des finances de la duchesse d’Orléans99 Louis Ruzé fut nommé trésorier, argentier et maître de la Chambre aux Deniers de la petite princesse de trois ans, que les gens de son père remirent aux Beaujeu le 13 mai à Hesdin100. Cette création n’était qu’un geste symbolique destiné à honorer Maximilien à travers sa fille, comme en témoigne l’extrême modestie des crédits affectés au nouvel hôtel.

  • 101 BN, ms.fr. 23 266 f° 21.
  • 102 Cf. supra, tableau 33 p. 588. - Ce phénomène était également chronique à l’époque dans l’Hôtel duca (...)

47Comme par le passé, il fallut doubler ces dotations propres de l’année par des suppléments destinés à éponger les déficits de l’exercice précédent. Ceux-ci ne résultaient pas toujours d’un excès des dépenses sur les crédits alloués, mais pouvaient être dus à la défaillance des assignataires, qui ne permettait pas de recouvrer les fonds prévus : 15 396 l.t. furent ainsi appointées au maître de la Chambre aux Deniers du roi pour sa dépense de 1481-1482 « qui ne peüst estre fournie de l’assignacion »101. Le surcoût entraîné par le remboursement du passif de l’année écoulée continua à croître en 1483, particulièrement dans l’Argenterie du roi où il était déjà le plus important : avec la rallonge affectée au passif de 1481-1482 les crédits totaux de ce service atteignirent 50 101 1. 4 s. 4 d.t. après 37 562 1. 16 s. 11 d.t. dans le précédent exercice (+ 33,4 %)102. Même si ces déficits étaient en principe rattrapés dès l’année suivante, leur tendance à la hausse entraînait avec un an de décalage l’augmentation des budgets domestiques, indépendamment même de la progression des dotations ordinaires. Avec près de 350 000 l.t. peut-être pour le seul Hôtel du roi (sans doute plus de 200 000 pour sa Maison civile et de 120 000 pour sa Maison militaire), leur coût global ne dut pas être éloigné de la barre des 400 000 l.t. en 1482-1483, s’il ne l’avait franchie.

  • 103 Jassemin, p. 10.
  • 104 BN, ms. fr. 23 266 f° 23 pour 1483 ; cf. supra, p. 590 pour 1482.

48Parmi les organes de contrôle, la chasse aux officiers extraordinaires qui avait frappé en 1482 la Chambre des Comptes de Paris n’affecta pas le Parlement de la capitale, où leur entretien fit au contraire l’objet d’une dotation spéciale de 2 6371. lOs.t. l’année suivante, ce qui augmenta de 9,1 % les crédits de la grande juridiction pour les porter à 31 637 1. 10 s.t. A la Chambre même la révocation générale du personnel surnuméraire, nous l’avons vu, n’avait guère été suivie d’effet : à la mort de Louis XI cette cour ne comptait pas moins de treize conseillers extraordinaires103. Son budget resta fixé à 19 605 l.t. comme l’année précédente, de même que les modestes 1 650 l.t. de la Chambre des Aides de Rouen étaient reconduites sans changement104. Tout compris, la masse salariale des officiers royaux qui n’étaient pas payés sur le revenu brut du Domaine était certainement supérieure, par suite du développement de l’appareil civil de l’État, à son niveau de 1470 et devait donc excéder de plusieurs dizaines de milliers de livres la barre des 100 000 l.t.

  • 105 . BN, ms. fr. 23 266 f° 13 pour 1482, f° 29 pour 1483.
  • 106 Elles s’élevaient alors à 607 812 1. 3 s. 6 d. ob.t. (Lassalmonie, « Les finances de la monarchie f (...)

49Par ailleurs nous constatons que le montant des pensions assignées sur les finances extraordinaires de Normandie chuta brutalement de 98 600 l.t. en 1482 à 65 290 l.t. en 1483 (-33,8 %)105, mais il faut se souvenir que Louis XI ne régna que durant les deux tiers de cette dernière année, et voir là l’effet des mesures d’économie prises entre septembre et décembre. De fait, le rôle des paiements que nous utilisons ne fut rédigé qu’en 1485 et les pensions normandes s’élevèrent sensiblement à la même somme en 1484 : 63 795 l.t. Il est probable que le vieux roi avait ordonné à l’origine des versements au moins égaux à ceux de 1482. Nous savons d’autre part qu’en 1484 la recette générale de Normandie portait 10,5 % de l’ensemble des pensions dispensées par la monarchie106 ; si, faute d’une meilleure méthode, nous supposons arbitrairement que les coupes sombres avaient été équitablement réparties entre les différentes généralités et le Trésor - ce qui n’est nullement prouvé - nous trouvons que dans sa dernière année Louis XI aurait prodigué quelque 940 000 l.t. de pensions.

  • 107 BN, ms. fr. 23 266 f° 30-31 pour 1483 (nous restituons le total, coupé par Gaignières lors de la tr (...)
  • 108 Éd. de Mandrot, t. II, p. 128.
  • 109 BN, ms. fr. 23 266 f° 22.
  • 110 Perret, art. cit., p. 210.

50Il est tout à fait impossible en revanche d’estimer le montant global des dons et récompenses, manifestement sous-représentés en Normandie. Eux aussi régressèrent dans le duché, vraisemblablement pour la même raison que les pensions quoique le recul fût moindre cette fois, et s’établirent à 18 240 l.t. (- 17,1 %)107. Certaines des libéralités royales étaient diplomatiques. Ainsi les députés flamands venus au début de l’année recevoir les serments de ratification du traité d’Arras par le souverain et le dauphin repartirent comblés de bienfaits : 30 000 écus au soleil selon Jean de Roye, qui exagère sans doute, « et de belle vaisselle d’argent largement »108. Si l’interruption des subsides anglais allégeait le poids des gratifications extérieures, le vieux monarque les maintint à l’adresse de ses autres alliés, à commencer par les 41 000 l.t. des Suisses109. Citons encore, à l’intérieur, le don fait le 9 août par le vieux monarque à son « cousin » le vice-roi de Roussillon et Cerdagne, Boffile de Juge, des restes dus pour la gestion passée et à venir jusqu’à la fin du mois de toutes les recettes ordinaires et extraordinaires des comtés, sur lesquelles il exerçait ses pleins pouvoirs financiers depuis trois ans, et de toutes les assignations faites ailleurs pour les travaux de la citadelle de Perpignan110.

  • 111 BN, mss. fr. 20 685 p. 730 (compte de 1483, recette), 740 (dépense) et 23 266 f° 36 (rôle des paiem (...)

51Étudier la structure des dépenses de la recette générale de Normandie ne serait pas pertinent cette fois en raison des importantes modifications apportées en cours d’exercice par les nouveaux maîtres du royaume après la mort de Louis XI, qui nous masquent l’état initial fixé de son vivant. Il faut observer toutefois que, s’il ne laissa pas de réserves à Charles VIII, en sorte que les dégrèvements de la fin de l’année et surtout de 1484 mirent le Conseil royal au pied du mur, le vieux souverain ne semble pas non plus lui avoir transmis une monarchie endettée - compte non tenu des « emprunts » aux villes, s’entend. Nous pouvons donc estimer qu’à la fin du règne les revenus égalaient à peu près les charges. Dans la mesure où le roi avait assez d’autorité pour fixer à sa guise le montant des prélèvements, cette conclusion n’a rien qui puisse surprendre. Les données globales exceptionnellement connues pour la Normandie en 1483 le confirment d’ailleurs : la recette des finances extraordinaires s’y éleva à 1 176 616 1. 19 s. 9 d.t., les assignations à 1 172 419 1. 10 s. 3 d.t. et la dépense effective à 1 176 901 1. 6 s. 6 d.t.111, ce qui montre également que les coupes sombres opérées par les Beaujeu dans les charges militaires et civiles suffirent dans l’immédiat à compenser le rabais de taille et à maintenir l’équilibre auquel le défunt monarque avait atteint.

52Dès lors nous pouvons esquisser en dépense, comme nous l’avons fait en recette, le dernier budget de Louis XI tel qu’il l’avait fait établir par les gens de ses finances (tableau 44 et graphique 15). Les charges militaires devaient en absorber près des deux tiers, les charges civiles de l’État (où l’Hôtel du roi entrait lui-même pour près des deux tiers) un peu plus d’un dixième sans les officiers ordinaires locaux, payés sur le revenu brut du Domaine ; les gratifications et les autres dépenses ordonnées par le roi, pour ses travaux notamment, mobilisaient le dernier quart. Peut-être surévaluons-nous le poids des pensions aux dépens des dons et autres paiements, mais il paraît certain que l’élément stable de la libéralité royale l’emportait sur l’élément variable, signe de l’institutionnalisation et de la permanence de la politique de gratification.

Tableau 44 et graphique 15 : Dépenses de l’État royal en 1483 (reconstitution) ; (en livres tournois)

Tableau 44 et graphique 15 : Dépenses de l’État royal en 1483 (reconstitution) ; (en livres tournois)

53Il n’est malheureusement pas possible d’établir une comparaison entre ce budget reconstitué et celui que le roi avait trouvé à son avènement en 1461, faute de données suffisantes et fiables. Si cependant nous le confrontons au fameux rapport prévisionnel de 1470, établi précisément à la veille de l’ère des guerres dont le royaume venait enfin de sortir en 1483, nous pouvons mesurer les effets de ces douze années de politique agressive sur les finances royales. Certes une analyse fine nous est interdite, d’une part parce que la structure des dépenses pour 1483 n’est qu’une hypothèse reposant en partie sur des estimations, d’autre part parce que la nomenclature n’est pas exactement la même dans les deux cas : en 1470 les pensions sont réparties entre deux rubriques, auxquelles les dépenses diverses sont en outre rattachées. En l’état, nous pouvons néanmoins nous livrer à un certain nombre de constats.

  • 112 Éd. Calmette & Durville, t II, pp. 313-314. —Nota ce rare emploi du mot Europe, unique occurrence q (...)

54Le premier est évidemment la vive croissance de l’État royal dans cette période : en treize ans ses besoins de financement se sont accrus de 135 %. Les prélèvements se sont donc développés à proportion : si nous admettons que le déficit de 1470 était devenu un équilibre en 1483, leur progression aurait atteint quelque 155 %. Autrement dit, entre le début de la lutte ouverte entre Louis XI et Charles le Téméraire et la fin de la guerre de Succession de Bourgogne, en un peu plus d’une décennie, la taille des moyens humains et matériels de la puissance publique, et par suite leur poids sur le pays, avaient beaucoup plus que doublé. Nous avons là la clef matérielle des succès du roi, abstraction faite de son habileté personnelle et de celle de ses grands commis, la clef aussi de son pouvoir incontesté - « tant a esté obey qu’il sembloit que toute l’Europe ne fust faicte que pour luy porter obeyssance », écrit Commynes, non sans emphase certes, de la fin du règne112 - et du catastrophisme des contemporains devant une évolution saisissante autant que persistante.

  • 113 Cf. supra, tableau 12 et graphique 6 p. 312 pour 1470.

55L’essentiel de cette croissance, rien d’étonnant à cela dans un contexte belliqueux, a porté sur l’appareil militaire, dont le coût a plus que triplé (+ 210 à 220 %). L’État moderne, dans son enfance du Moyen Âge finissant, c’était avant tout l’armée permanente, et c’est parce qu’elle disposait des forces régulières les plus nombreuses et pour finir les plus modernes d’Occident que la monarchie française a atteint à une puissance nonpareille dans les dernières années du souverain. Ce trait majeur ne doit pas nous dissimuler pour autant d’autres progrès, même s’ils sont moins spectaculaires et, distancés par le formidable essor de l’armée, sont masqués par un recul relatif. Tel est le cas de la politique de gratification, deuxième pilier de l’autorité intérieure et de l’influence extérieure de la royauté : les sommes distribuées sous diverses formes pour entretenir le réseau de solidarités reconstitué après 1465 autour de la Couronne et pour tisser la toile de l’« Araigne » ont dû augmenter de près de 80 %. Enfin le développement de l’appareil de l’État a concerné aussi, quoique dans une moindre mesure, l’administration civile. Cette évolution paraît le plus marquée dans les services centraux de l’Hôtel du roi où elle illustre la place prééminente du pouvoir personnel de Louis XI au cœur du système : les dépenses des hôtels, le sien essentiellement, se sont accrues d’un tiers au moins113. Le bilan est sans surprise : la politique royale a coûté cher.

4. L’ombre de la mort114.

  • 114 Cf. Paravicini, « Sterben und Tod Ludwigs XI. »
  • 115 Jean de Roye va jusqu’à parler en une occasion du « Plessis du Parc autrement dit les Motiz lez Tou (...)
  • 116 Éd. Calmette & Durville, t. II, p. 291.
  • 117 BN, ms. fr. 23 266 f° 33.
  • 118 Ibid, f° 22-23. — Barraud, qui fait ici sa première apparition dans notre documentation, fut ensuit (...)
  • 119 Lettres, t. X, pp. 125-126.

56À la fin de septembre 1482, après avoir passé l’été à Cléry et Meung-sur-Loire au retour de Saint-Claude, le vieux roi souffreteux s’enferma dans ses résidences voisines du Plessis-du-Parc et des Montils, sises dans un même domaine aux portes de Tours115, et n’en sortit pratiquement plus. Ceint d’une forte grille, sa muraille hérissée de pointes, ses fossés flanqués aux quatre coins de bastions de fer dans chacun desquels dix arbalétriers montaient la garde en permanence, le Plessis prit des allures de camp retranché. Le souverain ne regarda pas à la dépense pour se barricader ainsi. Commynes affirme que les bastions métalliques coûtèrent plus de 20 000 francs116 ; nous savons par ailleurs qu’en 1483 le monarque ordonna le paiement de 13 300 l.t. aux marchands tourangeaux Guillaume de Brion et Guillaume de Montbazon pour réaliser la grille « selon le deviz sur ce fait »117 et dota Olivier Barraud, commis à l’aménagement des fossés, de 8 000 l.t. de crédits qu’il porta ensuite à 15 000 l.t.118 Il semble que des travaux étaient toujours en cours le 4 juillet, peut-être aux Montils cette fois, d’où Louis XI semonça son secrétaire Christophe Jamelot et le général de Gênas qui n’avait pas envoyé l’argent de ses « ediffices » en menaçant : « je suis deliberé y en mettre d’aultres qui m’y serviront »119.

  • 120 Commynes / Calmette & Durville, t. II, pp. 288-289, 291-292, 296, 318-319, 322.

57Cette réclusion et ces mesures exceptionnelles lui étaient dictées par une défiance grandissante, qui finit par prendre des dimensions maladives. Le roi était en effet travaillé par la crainte qu’on ne tirât prétexte de son affaiblissement physique pour le mettre sous tutelle et s’emparer du pouvoir par un coup de main sur le Plessis. Il envoya donc ses familiers vaquer à leurs fonctions officielles ou retourner chez eux et ne garda près de lui qu’une ou deux créatures de basse extraction qui, lui devant tout, avaient intérêt à ce qu’il conservât le gouvernement, mais elles ne lui soumettaient que les affaires de la grande politique car il n’avait plus goût à l’administration courante, si bien que l’État se paralysait lentement. Devant cette situation certains de ses serviteurs agitèrent effectivement le projet de forcer l’entrée du Plessis pour prendre les choses en main, « mais ilz ne le oserent entreprendre », dit Commynes, « dont ilz feirent saigement, car il y avoit bien pourvu ». L’incapacité du vieux souverain commençait à se manifester, mais il était impossible d’y porter remède : la France était bien entrée dans une fin de règne. L’un des seuls à avoir encore ses entrées au Plessis, le sire de Beaujeu tâchait d’y pallier, présidant même le Conseil royal dans la résidence de son beau-père du consentement de celui-ci, mais dans les derniers temps les Beaujeu et le dauphin même furent enveloppés dans l’universelle méfiance du vieillard déclinant, qui dispersa un jour une séance du Conseil tenue par son gendre120.

  • 121 Ibid, p. 289.
  • 122 Ibid, p. 297.

58S’il négligeait les affaires courantes le monarque ne se désintéressait pas des détails de la vie de l’État, dans lesquels il multipliait au contraire ses interventions. Celles-ci ne procédaient plus cependant d’une véritable activité d’administrateur, mais d’une gesticulation que lui dictaient la peur, à présent qu’il se dérobait aux regards, qu’on ne le crût mort ou empêché, et le souci de montrer qu’il était toujours le maître. Le fidèle Commynes, à qui nous devons le tableau de ces derniers mois, reconnaît qu’il « fit de bien estranges choses, dont ceux qui ne le connoissoient le tenoient a estre diminué de sens ; mais ils ne le connoissoient »121. Les serviteurs de la monarchie, le mémorialiste en témoigne, firent les frais de cet arbitraire inquiet. Le valétudinaire « faisoit d’aspres pugnitions pour estre craint et de peur de perdre obeÿssance, car ainsi me le deist luy mesmes. Il remuoit offices et cassoit gens d’armes, rongnoit pensions et en ostoit de tous poinctz, et me dist peu de jours avant sa mort qu’il passoit temps a faire et a desfaire gens et faisoit plus parler de luy parmi le royaulme qu’il n’avoit jamais faict ; et le faisoit de paour qu’on ne le tint pour mort, car (...) peu de gens le véoyent, mais quant l’on oyoit parler des œuvres qu’il faisoit chascun en avoit doubte et ne povoit l’on a peine croire qu’il fust malade »122. Cette instabilité ne pouvait qu’ajouter à la paralysie de l’État.

  • 123 BN, ms. fr. 23 266 f° 6 pour 1482, f° 21 et 22 pour 1483.
  • 124 Ord, t. XIX, note (b) en bas de la p. 79.
  • 125 . Jacqueton, Appendice I, note 2 p. 280.

59Nous relevons de fait durant ces quelques mois plusieurs changements dans l’administration financière, qui concernèrent moins les institutions que les hommes. En 1483 l’assiette de certaines dépenses dans le royaume distinguait ainsi la Guyenne des autres généralités, mais tel était déjà le cas en 1482123 et seule la défaillance des sources nous empêche sans doute de faire ce constat dans les années précédentes ; selon toute vraisemblance ce n’était là qu’une survivance de l’ancienne autonomie du Sud-Ouest, qui demeura sous l’autorité du haut personnel des finances de Languedoïl. Louis XI innova en revanche lorsqu’en janvier il érigea en élection la vicomté de Châtellerault, réunie un mois plus tôt au Domaine, en démembrant celle de Poitou124, la plus vaste de France il est vrai ; il semble d’ailleurs que la nouvelle circonscription resta sous la juridiction des élus de Poitiers et n’eut que le receveur en propre125.

  • 126 Ord, t. XIX, pp. 110-111.
  • 127 Spont, « L’équivalent en Languedoc », p. 250. — Les généraux de la Justice des Aides ne se privaien (...)

60Par ailleurs, le 21 mai le roi reprit entre ses mains le droit de nommer aux offices vacants des Eaux et Forêts, qu’il avait cédé à son avènement au souverain maître et général réformateur du royaume Jean de Montauban et confirmé en 1466 à son successeur le sire de Châtillon. Officiellement, cette mesure était motivée par les abus qui s’en étaient suivis au détriment du Domaine, mais aussi et surtout par la multiplication des procès en contestation d’office, le monarque ayant fait usage de ce droit concurremment avec le souverain maître malgré sa concession ; il confirma d’ailleurs toutes ses nominations depuis un an contre celles de Châtillon126. Le vieux prince ne voulait plus partager son pouvoir de « faire et (...) desfaire gens ». En revanche, malgré l’épée de Damoclès qu’il se plaisait à suspendre ainsi sur l’administration, les requêtes présentées une nouvelle fois le 26 mai par les états de Languedoc pour obtenir la suppression des conservateurs de l’équivalent et de la Chambre des Aides du pays127 n’avaient pas la moindre chance d’aboutir : le souverain entendait tenir l’État en respect pour mieux le contrôler, mais nullement le diminuer.

  • 128 Pilot de Thorey, n° 1 820 bis, t. II, p. 334. — Peut-être faut-il corriger en 2 février, date à laq (...)
  • 129 C’est lui que Spont mentionne en Provence en 1483 sous le nom de Guion de Rollot (Jacqueton, p. 297 (...)
  • 130 Op. cit., t. III, p. 153.
  • 131 BN, mss. fr. 20 685 p. 729, 23 266 f° 34.
  • 132 Spont / Jacqueton, p. 291 ; sur Gilbert cf. Lettres, t. XI, Table alphabétique, p. 285 et Jassemin, (...)
  • 133 Op. cit., t. III, p. 144 ; sur Desnorp cf. Stein, PJ n° CXXXIX (1471-1472), p. 798. — La date du 9 (...)

61La carole des gens de finances s’accéléra donc. Un premier mouvement eut lieu au début de l’année, lorsque le contrôleur de la recette générale de Normandie Jean Guyon fut nommé trésorier et receveur général du Dauphiné le 3 février128 au lieu de Jean de Vaux. C’est sans doute alors qu’il prit également en charge la recette générale de Provence129, comme son prédécesseur avant lui peut-être, et que ce dernier fut promu au généralat du Dauphiné, office qu’il occupait en avril selon le colonel Borrelli de Serres130 ; il y avait donc succédé à Nicole Tilhart. Par ailleurs, dès le 2 février le roi avait confié le contrôle général de Normandie à son secrétaire André Erlant pour compter du jour même131. Décidément évincé de toutes ses responsabilités financières, Tilhart dut encore céder en avril le généralat de Languedoïl au secrétaire Jean Gilbert, auquel le souverain avait déjà accordé en décembre un office extraordinaire de maître des Comptes132. Au 23 avril, s’il faut en croire le colonel Borrelli, Jean Desnorp, seigneur du Rullet, un ancien général des finances du duc de Guyenne, avait déjà succédé dans la trésorerie de Languedoc à Léonard des Potots133.

  • 134 Lettres, t. X, p. 125 ; sur Jacques Erlant cf. ibid., t. IX, note 2 pp. 254-255. — Vaesen avait d’a (...)
  • 135 AN, Xla 8 609 f° 42 v°.
  • 136 Jassemin, note 2 p. 190.

62Vers le 3 juillet ce fut la charge de général des Bourgognes qui fut ôtée à André Brinon au profit du commis au paiement du Parlement et, depuis cette année, de la Chambre des Comptes de Paris, Jacques Erlant, frère d’André et comme lui notaire et secrétaire du roi ; Brinon, qui devait encore lui céder son office de maître des Comptes à Dijon, avait déplu au capricieux vieillard, qui contre l’usage ne le qualifia pas d’« amé et féal » dans sa lettre de ce jour à la Chambre des Comptes du pays134. Enfin, trois jours avant sa mort, nous voyons apparaître dans des lettres royaux du 28 août, les dernières qu’il ait rendues à notre connaissance, un mystérieux receveur général Jean Bouvard135 qui n’a pas laissé d’autre trace dans notre documentation. Il ne paraît pas s’agir d’une erreur de lecture, les receveurs généraux ainsi prénommés étant alors l’Allemand, Guyon et Riboteau. Cet inconnu fut-il l’ultime et éphémère créature du vieux roi ? Sur le tard cette frénésie de nominations s’étendit en tout cas aux organes de contrôle : deux conseillers furent institués dans la petite Chambre du Trésor les 21 juin et 26 juillet136.

  • 137 Cf. le premier chapitre inédit de notre mémoire de maîtrise, Les finances de la monarchie française (...)

63Le renouvellement du haut personnel des finances déjà engagé depuis quelques années s’emballa donc dans les derniers mois, et le fait du prince se manifesta plus crûment que jamais dans ces changements de plus en plus arbitraires. La vieille garde des financiers de Louis XI avait été largement supplantée par des hommes nouveaux élevés par la faveur du maître, mais celui-ci disparu, elle devait très vite obtenir des Beaujeu, dirigeants du parti royal dont elle restait un pilier malgré ses avanies, sa revanche sur ces parvenus de la fin du règne137.

  • 138 Éd. Calmette & Durville, t. II, pp. 296-298.

64Le souverain égrotant, qui « sembloit, a le voir, myeulx homme mort que vif, tant estoit maigre », cherchait pathétiquement à dissimuler son état en portant de luxueuses robes de satin cramoisi fourré de martre, lui qui s’était toujours vêtu si simplement ; il en faisait d’ailleurs porter en présent à diverses personnes, ne relâchant en rien ses libéralités. Il dépensait sans compter pour se procurer les animaux les plus exotiques, mais c’était cette fois pour donner le change à l’Étranger bien plus que pour satisfaire sa vieille passion. « De tous costez faisoit achapter ung bon cheval ou une mulle quoi qu’il luy coustast, mais ce estoit es pays ou il vouloit qu’on le cuydast sain, car ce n’estoit point en ce royaume ». Il acquit des chiens de races diverses en Bretagne et en Espagne, « qu’il faisoit achapter plus cher que les gens ne les vouloyent vendre », quelque mule en Sicile, « la payant au double », des chevaux à Naples138.

  • 139 Paravicini, « Des animaux pour un roi mourant », pp. 109-115, 117, corrigé par Delort, « Le prince (...)

65Peut-être sous l’influence de son luxe vestimentaire nouveau, peut-être pour mener la chasse aux rats et souris en chambre dont ce nemrod impénitent semble avoir diverti son impotence, il se mit en tête de faire venir en grand nombre de petits animaux à fourrure. Vers le 12 mai le bourgmestre de Bruges et d’autres intermédiaires transmirent aux marchands hanséates de la ville une commande de zibelines, hermines, belettes blanches et écureuils des neiges, jusqu’à dix spécimens par espèce. Il n’y avait ni contrat, ni prix fixé d’avance : le monarque paierait sans discuter. La confédération hanséatique se mit en branle pour satisfaire une lubie qui tenait très à cœur à Louis XI, d’autant que, nous l’avons vu, elle avait alors une trêve décennale à renouveler avec lui ; mais il fallait aller chercher les bêtes vivantes dans les forêts du Grand Nord russe, et les comptoirs de l’Est baltique n’avaient pu se les procurer encore quand le roi mourut, une semaine après avoir conclu le nouveau traité139.

  • 140 Éd. Calmette & Durville, t. II, pp. 298-299.

66En fait son intérêt pour les animaux semblait s’éteindre : « quant toutes ces choses luy estoyent amenées, il n’en tenoit conte ». Sa prodigalité calculée visait avant tout à faire impression sur les vendeurs que le monarque choisissait à dessein, s’adressant en Sicile « especiallement a quelque officier du pays ». Cette agitation fébrile à l’intérieur comme à l’extérieur du royaume atteignit son but, s’il faut en croire Commynes : « il faisoit tant de choses semblables qu’il estoit plus crainct de ses voysins et de ses subjectz qu’il n’avoit jamais esté ; car aussi c’estoit sa fin, et le faisoit pour ceste cause »140.

  • 141 Ibid., pp. 292, 314, 319.
  • 142 AN, Xla 8 608 f° 157 ; Lettres, t. X, pp. 78-79. — Le contenu de cette missive montre que ses desti (...)

67Ni les défenses du Plessis, ni celles des Montils dont il fit son séjour la belle saison revenue ne pouvaient en effet empêcher la mort de rôder autour de Louis XI. Celui-ci rechercha plus que jamais le secours de l’art des hommes. Le premier médecin Jacques Coictier fut alors à l’apogée de sa fortune. Selon Commynes, qui le détestait, il affirmait à son royal patient, qu’il ne craignait pas de rabrouer, qu’il ne vivrait pas huit jours s’il le renvoyait, si bien que le terrible vieillard le craignait « et ne le faisoit que flatter et luy donner ; qui luy estoit ung grantpurgatoire en ce monde, veüe la grant obéissance qu’il avoit eue de toutes gens, et de grans hommes ». Durant les cinq derniers mois le roi aurait porté à 10 000 écus la rémunération mensuelle de Coictier, qui aurait reçu en tout 54 ou 55 000 écus (86 625 l.t. à 88 2291. 3 s. 4 d.t.) dans cette ultime période141. Vers le 24 février, le souverain se portant mieux le dota une nouvelle fois en Bourgogne par le don des châtellenies de Brazey et Saint-Jean-de-Losne dans le bailliage de Dijon ainsi que d’une maison domaniale attenante à la Chambre des Comptes du duché « en reconnoissance des grans, louables et recommandables services que nostredit conseiller nous a faictz [et] continue [de faire] nuit et jour a nostre personne, tellement qu’il nous a guery de la très grieve maladie que nous avions, moyennant la grace de Dieu, et mis en bonne santé, laquelle en grant diligence et sollicitude il conserve en bonne prospérité »142.

  • 143 Commynes / Calmette & Durville, t. II, p. 292.
  • 144 Lettres, t. X, pp. 62-64.
  • 145 De Roye / de Mandrot, t. II, pp. 131-132.

68Plus que dans la science du siècle, cependant, c’est dans la « grace de Dieu » et le secours du Ciel que le monarque plaçait ses espoirs, « congnoissant qu’il ne povoit gueres durer sans miracle »143. Les villes et les corps de l’État furent mobilisés. Le 3 février le roi manda aux Chambres des Comptes et du Trésor de Paris de se rendre en procession à Saint-Denis et de s’y joindre aux moines dans des cérémonies pour la fin du mauvais temps et le soulagement du « pauvre peuple », mais aussi pour sa santé, celle du dauphin et la paix du royaume ; ces célébrations eurent lieu cinq jours après144. Trois mois plus tard, le 3 mai, les trois états de la capitale, la municipalité et l’administration royale au grand complet, prévôt, juge ordinaire, élus, Châtelet, Parlement, Chambres des Comptes, des Aides, des Monnaies et du Trésor gagnèrent la basilique royale en procession générale sur l’ordre du vieux prince afin d’y prier pour sa prospérité, celle de la reine, du dauphin, des seigneurs du Sang et enfin des cultures145. Louis XI avait beau noyer l’objet principal de ces solennités parmi divers prétextes, celles-ci n’en ressuscitaient pas moins l’ambiance des derniers jours de Charles VII.

  • 146 Lettres, t. X, pp. 109-110.

69Si plus d’un pensionnaire pâtit des dispositions du souverain à l’extrême fin du règne, l’un d’eux au moins sut les exploiter pour tirer son épingle du jeu. Le sénéchal de Quercy Guinot de Lozières, qui lui avait amené saint François de Paule, profita de la gratitude de son maître pour se plaindre à lui de ce que le général de Genas lui avait ôté la moitié de sa pension de 600 l.t. en prétextant des ordres royaux. Le monarque écrivit donc le 15 mai une lettre assassine à Genas où il affirma n’avoir rien mandé de tel, lui ordonna d’acquitter intégralement cette pension, sans quoi il ne resterait pas une heure de plus à son service, et, pour mieux le décider, suspendit ses propres gages et pension jusqu’à ce qu’il se fût exécuté146. Le général de Languedoc était pourtant apprécié du monarque, qui recourait beaucoup à ses services, et malgré ces fréquentes menaces de révocation il conserva son poste jusqu’à la mort de Louis XI.

  • 147 Éd. Garand & Samaran, t. III, pp. 338-341 et note 3 p. 341.
  • 148 . Legeay, t. II, p. 503.
  • 149 Lettres, t. X, pp. 101-102 et note 1 p. 101.
  • 150 Ibid, pp. 105, 106. — Il leur écrivit de nouveau à ce sujet le 8 juin (p. 119).

70Néanmoins la grande bénéficiaire des terreurs métaphysiques du vieillard fut naturellement l’Église, sur laquelle ses largesses continuèrent de pleuvoir sans mesure dans ses États comme à l’Étranger. Basin rapporte que la rumeur chiffrait ses dons aux chanoines de Notre-Dame de Cléry à 6 ou 7 000 l.t. dans la dernière année de sa vie, voire chacune des deux dernières, et qu’en 1483 ses libéralités au monastère de Saint-Adrien, dans le diocèse de Cambrai, atteignirent 20 000 l.t.147 Saint-Jacques de Compostelle reçut pour sa part 2 000 l.t.148 Vers le 18 avril le roi dépêcha son secrétaire Jean le Fèvre à Maastricht avec 2 000 écus afin de constituer des rentes pour les sept messes quotidiennes qu’il avait fait vœu d’instituer dans la chapelle du Saint-Sauveur que lui-même avait fondée en l’église de Saint-Servais ; le chapitre décida le 30 mai de créer trois chapellenies sur cette donation149. Le souverain fit enfin réaliser une nouvelle châsse pour saint Claude et, tout en s’enquérant auprès des moines de l’assignation de sa fondation de 1482, les pressa les 1er et 5 mai de lui faire savoir si le reliquaire était achevé et si le corps du saint y avait été déposé, car il voulait célébrer l’événement150.

  • 151 La Normandie ne fournissait qu’une partie de l’argent, et n’était d’ailleurs pas mise à contributio (...)
  • 152 Ibid, f° 24.

71Le monarque dispensait par ailleurs des offrandes de moindre importance, mais régulières. L’état des paiements du receveur général de Normandie montre que chaque vendredi de janvier à mars Louis XI se faisait remettre comptant des fonds pour quatre offrandes de 31 écus aux Saints-Innocents de Paris, Lyon, Bourges et Avranches et une autre de même montant à la chapelle de Saint-Jean du Plessis151. A partir du 1er avril ces paiements furent réorganisés sur une plus grande échelle : le receveur général de Bidant fut chargé du versement de dix-huit offrandes ordinaires hebdomadaires, le lundi une à Saint-Jean du Plessis, le mercredi une à Notre-Dame de Saint-Antoine de Viennois, le jeudi quatre à la nouvelle chapelle du Saint-Esprit de Bayonne et autant à Saint-Jean du Plessis, le vendredi enfin trois aux Saints-Innocents de Paris, une à ceux de Lyon et quatre à Saint-Jean du Plessis. La chapelle domestique du souverain, lieu de ses dévotions personnelles et d’un rapport direct entre le saint et lui, était comme on le voit la plus favorisée. De Bidant reçut à cette fin des crédits pour six mois qui, si chaque offrande montait à 31 écus, devaient s’élever à 23 273 1. 5 s.t., ce qui n’eût pas représenté moins de 46 546 1. 10 s.t. sur une année entière. De fait 5 500 l.t. étaient assignées pour le semestre en Normandie, mais dès la mort du monarque le Conseil royal arrêta les frais car le receveur général du pays n’eut à délivrer en définitive que 4 583 1. 6 s. 8 d.t.152, ce qui correspond exactement aux quatre mois d’avril à août.

  • 153 Lettres, t. X, Supplément, pp. 441-442. — Vaesen avait d’abord publié à tort cette missive au 16 ma (...)
  • 154 Pilot de Thorey, n° 1 823, t. Il, p. 335 et note 1 ; Lettres, t. X, note 2 pp. 113-114.
  • 155 Pilot de Thorey, n° 1 825, t. II, p. 336 (mai).
  • 156 Lettres, t. X, pp. 112-113.
  • 157 Ibid., pp. 121-122, 123-124. — Le Parlement s’exécuta le 31 juillet (Pilot de Thorey, n° 1 825, loc (...)

72Louis XI se préoccupait fort de savoir si les offrandes auxquelles il s’était engagé par ses vœux envers la Vierge et les saints étaient bien acquittées. Le 26 mars il pria le chapitre de Notre-Dame d’Embrun de lui indiquer au plus vite si celle qu’il avait ordonné en 1482 de présenter chaque mercredi en son nom dans cette église était dûment honorée par le trésorier général de Dauphiné, car « autrement nous ne serions jamais a nostre aise »153. Le 7 avril il envoya dans ce pays son secrétaire Martin Rissent asseoir sur le Domaine delphinal les 2 619 1. 10 s.t. de rente qu’il avait donnés à l’abbaye de Saint-Antoine de Viennois pour financer son offrande de 31 écus chaque mercredi dans la chapelle de Notre-Dame-de-Grâce, que le receveur général de Bidant assurait en attendant comme nous l’avons vu. Rissent ayant achevé l’assiette le 10 mai154, le roi confirma ce don par de nouvelles lettres155 que le 27 il enjoignit au Parlement de Grenoble d’entériner sans faute « sur tant que aymez nostre santé et le bien et descharge de nostre conscience »156. Les parlementaires résistèrent néanmoins à cette nouvelle aliénation des revenus domaniaux. Le souverain s’en dit « fort esmerveillé, veü que tant de foiz leur ay escript l’affection que ay a mes veuz et devotions, qui est [sic] la chose en ce monde que plus j’ay a cueur », quand le 28 juin il leur réitéra ses ordres et manda au gouverneur de faire enregistrer ses lettres sans plus de délai par les organes de contrôle « sur tant que aymez ma vie et santé, (...) car jamais ne seray a mon aise » jusqu’à ce que les religieux jouissent sans restrictions de ces bienfaits157.

  • 158 Lettres, t. X, p. 125.
  • 159 Ibid., pp. 138-139.

73De même le monarque qui, on l’a dit, avait interrogé le 1er mai les religieux de Saint-Claude sur l’assignation de leur rente cita le 3 juillet « la fondation de monseigneur saint Claude » parmi les affaires dont le nouveau général Erlant aurait à s’occuper en Bourgogne et le chargea d’un message à ce sujet pour les gens des Comptes de Dijon158. Le 17 août encore il écrivait une fois de plus à leurs collègues de Paris pour leur enjoindre d’entériner sans faute le don fait en décembre à Saint-Denis « sur tant que desirez nostre salut et santé »159.

  • 160 Pilot de Thorey, n° 1 819-1 820, t. II, pp. 333-334.
  • 161 Ord., t. XIX, note (a) p. 97. — Nous ne connaissons pas la nature de ce don.
  • 162 AN, Xla 8 608 f° 201 v ; Basin / Garand & Samaran, t. III, pp. 340-341. — Bien informé sur le monta (...)
  • 163 AN, Xla 8 608 f° 166 ; Ord, t. XIX, note (a) pp. 100-101.
  • 164 Lettres, t. X, pp. 91-92 ; cf. ibid, note 2 pp. 92-94 (5 avril).

74Tandis qu’il veillait ainsi à faire honorer ses fondations anciennes, Louis XI ne cessait d’en créer de nouvelles. Vers le 29 janvier il voua une rente annuelle de 4 328 1. 13 s. 4 d.t. au monastère provençal de Saint-Maximin, par dévotion pour sainte Marie Madeleine dont le chef y était conservé ; le Domaine delphinal en portait 2 440 1. 3 s. 4 d.t., le reliquat étant sans doute assis sur le Domaine comtal de Provence160. Il gratifia Saint-Eutrope de Saintes en février161, puis donna en mars à Notre-Dame d’Aix-la-Chapelle, tant en l’honneur de la Vierge que de son fondateur saint Charle-magne, un revenu de 4 000 l.t. par an assigné sur le Domaine du nord de l’Île-de-France et du Vermandois162. Le même mois il offrit en aumône aux chanoines de Saint-Jean de Latran, outre le commun de la paix de Périgord qu’il leur avait récemment cédé, toutes les recettes ordinaires des sénéchaussées de Rouergue et de Rodez et plusieurs autres droits domaniaux tant dans les environs qu’en Agenais163. Vers le 23 mars enfin il augmenta de 1 000 l.t. la rente qu’il avait constituée en 1482 aux chanoines de sa chapelle de Saint-Jean du Plessis sur le Domaine d’Anjou, et chargea ce jour son secrétaire Jean Ménon d’établir aussi l’assiette de cette crue sur les recettes ordinaires angevines. Le 31 il manda aux sénéchal, juge et gens des Comptes d’Anjou d’assister ce dernier dans sa mission et, « sur tant que aymez la santé de nostre personne », de faire payer aux chanoines les arriérés de leur rente, dont ils n’avaient encore rien perçu à son grand déplaisir164.

  • 165 AN, Xla 8 608 f° 170.
  • 166 Ibid, f° 204.
  • 167 BN, ms. fr. 20 492 f° 127 (liste des dépositaires de ces fonds, sans date).
  • 168 AN, X,a 8 608 f° 188.
  • 169 ibid, f° 190 v°; Ord, t. XIX, note (a) p. 111.
  • 170 La cour parisienne s’inclina le 29 (Lettres, t. X, p. 136 et note 3 pp. 136-137).

75Ces libéralités culminèrent en mai, quand le roi ne fonda pas moins de trois chapitres. Il institua un collège de treize chanoines, six chapelains ou vicaires, quatre enfants de chœur, un maître de musique et un bedeau dans l’église du Saint-Esprit de Bayonne165 et le dota en lui accordant des revenus sur le Domaine, dont il modifia l’assiette en juin166, mais aussi un capital pour constituer d’autres rentes en propre167. Il créa encore sept chapelains dans l’église de Saint-Gilles de Cotentin168 et, s’étant installé aux Montils à la fin du mois, instaura dans la chapelle du château, placée comme celle du Plessis sous l’invocation de saint Jean l’Évangéliste, un chapitre de vingt chanoines qu’il dota préalablement d’une rente de 4 000 l.t.169 portée par la suite à 13 600 l.t. Le Parlement de Paris ayant rechigné à entériner les diverses lettres relatives à cette dernière fondation, s’attira le 23 juillet les désormais classiques injonctions du souverain, qui lui ordonna de s’exécuter « sur tant que aymez nostre vie et santé, (...) car autrement nous ne serons jamais a nostre aise »170.

  • 171 AN, Xla 8 608 f° 166.
  • 172 . Ibid., f° 167.

76Ces aliénations ne se limitèrent pas aux seuls revenus du Domaine. Le don au chapitre de Saint-Jean de Latran s’accompagna de la cession d’une partie au moins des terres concernées, telles la châtellenie de Monflanquin en Agenais171 ou la seigneurie d’Aubin dans le Rouergue, ôtée à Guinot de Lozières ; celui-ci ayant eu la bonne fortune d’arriver à cette époque au Plessis avec François de Paule, en fut dédommagé par le don de la terre de Saint-James-de-Beuvron172. Surtout, c’est peut-être mû par ses scrupules religieux et pour obtenir le concours du vicaire du Christ dans ses efforts pour prolonger sa vie que le monarque renoua avec le projet de céder au Saint-Siège le Valentinois à l’est du Rhône, qu’il avait voulu réaliser au début du règne pour des raisons politiques.

  • 173 Pilot de Thorey, t. II, n° 1 814-1 814 bis, pp. 328-330 ; n° 1 818, pp. 332-333 ; note 3 pp. 328-33 (...)

77Le 1er octobre 1482 il autorisa le pape à jouir des droits auxquels il prétendait sur le Valentinois et le Diois, avec cette seule réserve qu’il ne lui cédait ni les siens propres ni ceux d’autrui pour autant, et commit le bailli d’Autun Antoine de Lamet à l’en mettre en possession. Cette décision l’entraîna dans une nouvelle épreuve de force avec le Parlement et la Chambre des Comptes de Grenoble, qui firent échec au commissaire royal. Son maître le remplaça alors par le grand sénéchal de Normandie Jean Blosset, le bailli des Montagnes de Dauphiné Etienne de Poisieu et le bailli de la Montagne en Bourgogne Pierre d’Aux, avec ordre de passer outre aux oppositions. Plusieurs places furent remises au mandataire pontifical Guglielmo de Ricci à l’insu des organes de contrôle, ce qu’apprenant, le procureur général fiscal et le procureur des états de Dauphiné firent assigner ce dernier devant le Parlement par exploits des 8 et 16 janvier 1483. Le statu quo perdura jusqu’à la mort du vieux prince, qui permit aux institutions delphinales d’employer les grands moyens avec l’appui du Conseil royal. Le 10 octobre le Parlement ordonna la restitution des places au roi dauphin et son commissaire Jean de Ventes, conseiller à la cour, fit exécuter l’arrêt par la force du 15 au 23173.

  • 174 Lettres, t. X, p. 105 (1er mai) pour Saint-Claude ; ibid., pp. 112-113 (27 mai), 121-122 (28 juin) (...)
  • 175 Éd. Calmette & Durville, t. II, p. 293.
  • 176 Ord., t. XIX, note (a) pp. 100-101.
  • 177 . AN, Xla 8 608 f° 205 v°.

78Ce nouvel abandon du Valentinois par le souverain l’avait d’ailleurs contraint à réassigner en Dauphiné stricto sensu une partie des rentes accordées à Saint-Claude et à Notre-Dame-de-Grâce de Saint-Antoine du Viennois, dont l’assiette s’étendait au comté rétrocédé174. Les aliénations au profit du clergé, multipliées hors de toute mesure par la dévotion déréglée du vieux monarque déclinant dans les dernières années de sa vie, furent la cible privilégiée de la politique de restauration domaniale qui suivit son trépas. « De terres donna grand quantité aux églises, mais ce don (...) n’a point tenu ; aussi il enyavoit trop », reconnaît Commynes175. La part des hommes paraît bien mince à côté de cet ultime déferlement de largesses. Le seigneur de Taillebourg reçut en mars la terre de Rochefort en Saintonge176 et le sire de Beaujeu plusieurs seigneuries du bas Languedoc le mois suivant en échange d’autres possessions177, peut-être d’ailleurs des terres qu’il avait reçues dans le Rouergue après la confiscation d’Armagnac et qui lui étaient ôtées au profit de Saint-Jean de Latran. L’ombre de la mort aidant, la part de Dieu était devenue la part du lion dans la politique de gratification de Louis XI.

5. Le rêve unitaire.

  • 178 Éd. Calmette & Durville, t. II, p. 308.
  • 179 Op. cit., p. 157 et note 1, PJ n° 24, pp. 444-445.

79Si la peur de mourir du roi et son désintérêt pour les affaires courantes perturbaient de plus en plus le fonctionnement de l’État, le souverain ne se renfermait pas pour autant sur lui-même ; tout au contraire, le sentiment que le temps lui manquait le décida à précipiter les vastes desseins qu’il nourrissait. Il était alors au faîte de sa puissance, et nul dans le royaume n’osait lui tenir tête : « ses subgectz trembloyent devant luy », écrit Commynes178. N’avait-il pas démontré sa capacité à lever l’impôt à sa volonté ? Son pouvoir semblait assez fort pour imposer d’audacieuses réformes et bouleverser les traditions sans que le mécontentement pût menacer son trône comme au début du règne. Le 7 janvier 1482 déjà, devant les disettes régionales, il avait ordonné la libre circulation du blé - en acquittant cependant les péages - à travers tout le royaume : selon René Gandilhon ce fut la seule fois dans l’Histoire de France qu’une telle mesure fut prise avant le fameux édit de Turgot du 13 septembre 1774179.

  • 180 Lettres, t. X, pp. 8-9.
  • 181 Gandilhon, PJ n° 27, pp. 450-452. - Cet historien édite la copie par l’abbé Le Grand d’une pièce am (...)

80Sur la fin de l’année il s’intéressa aussi à la taxation des privilégiés, les ecclésiastiques y compris malgré ses dispositions d’esprit. Le 23 octobre le monarque annonça aux gens de ses Comptes à Paris qu’il leur dépêchait son grand commis l’évêque d’Albi avec d’autres envoyés, car il souhaitait savoir « quelz deniers, du temps du roy Philippe [le Bel] nostre prédécesseur, furent prins des églises et nobles de nostre royaume » ; il leur ordonna donc de nouvelles recherches dans leurs archives « et partout ailleurs ou besoing sera » afin « que en puissions estre acertenez a la vérité »180. Sa curiosité ne reculait pas devant les tabous du temps, mais s’il faisait peu de cas de la coutume et des privilèges il ne dédaignait pas, plus astucieux en cela qu’à son avènement peut-être, de rechercher dans le passé des précédents qui pouvaient le servir. Cette idée est sans doute à rapprocher des lettres par lesquelles il aurait autorisé en 1483 la noblesse et le clergé à commercer sans déroger, ainsi que les officiers royaux181 : l’imposition des deux premiers états eût été, au moins à terme, la conséquence logique de cette innovation.

« pour mettre ordre et abréviation en la justice de son roialme, et aussi pour mettre bon et ample cours en la marchandise, et pour mettre, s’il est possible, une loy, ung poix et une monnoie en son roialme ». er
  • 182 Champion, t. II, pp. 364-365 et note 1 (nous rectifions les dates d’après Legeay, t. II, pp. 485-48 (...)
  • 183 Gandilhon, loc. cit.

81Pour finir le monarque pria chaque ville d’envoyer un délégué six semaines plus tard à une assemblée qu’il réunirait à ce sujet, avant de conclure par une boutade sans doute forcée sur son déclin physique, que chacun avait pu constater : « il sçavoit bien que ceulx desdictes villes amoient mieulx le veoir viel homme que mort ». Ce fut la dernière de ses apparitions publiques, devenues très rares. Il fut alors question de réunir les treize bonnes villes de Basse-Auvergne pour débattre de la question avant la tenue de l’assemblée du royaume182. Cette dernière, comme le pense René Gandilhon, n’eût selon toute vraisemblance été, une fois encore, qu’une chambre d’enregistrement destinée à se faire signifier et à cautionner la volonté du maître183. Mais les délais annoncés ne furent pas tenus et la mi-août arriva sans qu’une convocation écrite confirmât l’invitation orale de Louis XI, qui entra en agonie dix jours après.

82Ainsi, ce trop tardif programme était l’expression ultime de l’ambition du vieux roi : uniformiser pour mieux l’unifier le royaume immense et divers qu’il tenait d’une main de fer, le remodeler selon sa volonté en lui imposant une loi, une mesure, une monnaie uniques. Pour ce qui nous concerne, cette politique exprimait de façon radicale le vieux rêve de la monarchie de s’assurer le monopole de la circulation monétaire en éliminant les dernières espèces régionales et surtout le numéraire étranger ; par ailleurs elle eût pu prétendre, au nom de la loi unique, instituer un régime fiscal commun à tout le royaume en supprimant les particularismes régionaux.

83Était-ce pure utopie ? Le souverain s’inspirait en partie de l’exemple anglais ou transalpin, dont il se réclama. Dès le xiie siècle les Plantagenêt avaient pu imposer outre-Manche leur Common law au-dessus des traditions locales ; celle-ci, il est vrai, était une jurisprudence royale pragmatiquement constituée, et non la coutume artificiellement uniformisée vers laquelle le monarque paraissait se diriger. De même, un système unifié de mesures eût pu jouir du soutien de la bourgeoisie marchande, mais l’exemple du système métrique nous suggère qu’il n’eût pas commencé à s’enraciner dans l’usage avant un bon demi-siècle, et il eût fallu que les successeurs de l’audacieux réformateur reprissent le flambeau après lui.

84C’est en définitive dans le domaine monétaire et fiscal que le succès était sans doute le plus improbable. Nous l’avons vu, faute de métaux précieux en quantité suffisante dans l’Occident de ce temps, les frappes royales ne pouvaient satisfaire aux besoins de l’économie et l’homogénéisation de la masse monétaire sous les coins du prince demeurait hors d’atteinte. Quant à l’uniformisation de l’impôt, qui eût exigé des bouleversements aussi considérables que le passage de la taille réelle à la taille personnelle, elle eût suscité des résistances d’autant plus formidables que Louis XI eût immanquablement été soupçonné de vouloir accroître la pression fiscale sous couvert de ces changements ; le roi semblait d’ailleurs s’en tenir prudemment à l’unification du droit civil et criminel. Ne nous attardons pas dans l’Histoire-fiction et bornons-nous à constater que lorsqu’il s’éteignit aux Montils dans la soirée du samedi 30 août 1483, au sixième jour de son agonie, ce souverain visionnaire et révolutionnaire emporta dans la tombe son grandiose rêve unitaire, qui dut attendre trois siècles encore et la Révolution française, précisément, pour se réaliser.

85Le maître mot de la politique financière de Louis XI dans les dernières années de son règne fut le volontarisme. S’il se manifesta souvent par de nouvelles expériences, celui-ci se distingua toutefois de l’aventurisme du début du règne par deux différences fondamentales, l’expérience acquise par le roi et son omnipotence. L’impuissance de ses ennemis à l’extérieur après la chute de la Maison de Bourgogne, la disparition de toute opposition à l’intérieur, la taille même de l’appareil d’État qu’il avait forgé et qui, comme l’a bien vu Philippe de Commynes, se nourrissait de sa propre force lui conféraient assez d’autorité pour fixer à discrétion les besoins de la monarchie, puis tirer du royaume des moyens financiers en conséquence. Redoutable pouvoir, dont il tendit à abuser. D’abord, son caractère ne le portait pas à modérer ses ambitions ; ensuite, la vieillesse et la maladie amenèrent leur lot de rigidités, voire d’aberrations mentales. L’État de finance finit par être emporté dans l’inévitable dérapage d’un système où un être souffrant et mortel s’était identifié à la chose publique ; son trépas seul y mit un terme.

Notes

1 Affichant comme à son habitude un optimisme de principe vis-à-vis des destinataires de ses missives, le roi commença à les envoyer avant même la conclusion du traité, mais l’événement lui donna cette fois raison (Lettres, t. X, pp. 41-42 [à Chalon-sur-Saône, 22 décembre], 44 [à Compiègne, le 26], 45 [à Lyon, le 27]).

2 Gandilhon, p. 393.

3 Basin / Garand & Samaran, t. III, pp. 222-223.

4 BN, ms. fr. 23 898 f° 213-235 ; cf. supra, p. 462.

5 BN, ms. fr. 23 901 f° 80-82 (diocèse de Maguelonne) ; Spont, « La taille en Languedoc (conclusion) », Appendice Ier, p. 491, Appendice II, p. 492 ; Gilles, note 88 p. 70 ; cf. supra, tableau 24 p. 461.

6 BN, ms. fr. 21 421 f° 85-91 et 92-98 respectivement.

7 AN, K 72 n° 74.

8 Pilot de Thorey, n° 1 822, t. II, pp. 334-335.

9 BN, ms. fr. 21 427 n° 32 (mandement d’imposition sur l’élection de Coutances et Carentan).

10 BN, ms.fr. 23 266 f° 31.

11 BN, ms. fr. 23 905 f° 62-68.

12 . Sée, note 1 p. 21.

13 Gilles, notes 32 p. 132, 36 p. 173.

14 Dupont-Ferrier, Etudes sur les institutions financières de la France, t. II, p. 13.

15 Ord, t. XIX, note (a) p. 97. - Cette référence évoque, d’après un mémorial sans doute reconstitué de la Chambre des Comptes, une énigmatique paroisse de Beaumont-Saint-Étienne ; nous sommes redevable à Bernard Chevalier d’y avoir reconnu les paroisses de Beaumont-lès-Tours et Saint-Etienne de Tours extra muros, effectivement victimes des inondations.

16 Selon Jean de Roye Louis XI l’avait nommé « son lieutenant gênerai par tout son royaume « jusqu’à son retour du pèlerinage de Saint-Claude l’année précédente (éd. de Mandrot, t. II, p. 111).

17 Ord., t. XIX, note (a) en haut de la p. 105. - Beaujeu avait reçu cette terre du roi en octobre 1470, lors du partage de la confiscation d’Armagnac (AN, Xla 8 606 f° 246).

18 . Legeay, t. II, p. 496.

19 Dans le cadre d’un don de terres (cf. infra, p. 634).

20 Lettres, t. X, pp. 93-95.

21 Sée, pp. 140-141.

22 Caillet, pp. 227-228.

23 Ibid, p. 253, note 1 p. 254. — Le 27 janvier 1480 déjà le Consulat avait agité cette idée, mais il imputait alors l’image de Lyon aux seuls « marchands ytaliens (...), lesquelz sont pompeulx en abillemens et apparence » (ibid., p. 243).

24 Lettres, t. X, pp. 83-85.

25 BN, mss. fr. 20 685 p. 737, 23 266 f° 33 ; Basin / Garand & Samaran, t. III, pp. 306-307. — Nous pouvons mesurer ici l’imprécision et l’exagération de l’auteur, qui parle d’une taille de 30 ou 40 000 l.t.

26 Legeay, t. II, p. 474.

27 Basin / Garand & Samaran, t. III, note 6 p. 53.

28 Legeay, t II, p. 516 ; Champion, t. II, p. 370.

29 Masselin / Bernier, pp. 348-349. - Il est à noter que Jean Masselin prend ici ses distances avec les gens des finances, en écrivant que ces dépenses sont nécessaires « à ce qu’ils disent » (« ut aiunt »).

30 Dès avant la consolidation de la dette et la banqueroute de Law sous la Régence, la caisse mise sur pied par le contrôleur général Desmarets dans un ultime effort pour assurer les versements prioritaires de l’État avait fait faillite le 25 avril 1715, à quatre mois de la fin du Grand Règne (Guy Antonetti, « De la banqueroute du Roi Soleil aux mirages du Mississipi, les tribulations du banquier Noé Dufour », Etudes & documents, Comité pour l’Histoire économique et financière de la France, vol. IX, 1997, p. 150) : cette première cessation de paiements, du vivant même de Louis XIV, est généralement ignorée des historiens.

31 Gérard Sivéry, Les Capétiens et l’argent au siècle de saint Louis, pp. 10, 145-146, 172.

32 BN, ms. fr. 20 685 p. 736 ; cf. supra, p. 489. - Ce sont en fait 1 600 l.t. qui lui avaient été ordonnées ; cette somme visait aussi à le défrayer de ses dépenses dans le Nord au service de Louis XI en 1482 et 1483 (ms. fr. 23 266 f° 30).

33 BN, mss. fr. 20 685 p. 736, 23 266 f° 31 ; Lettres, t. IX, note 2 pp. 268-269 ; cf. supra, pp. 486-487.

34 Lettres, t. X, pp. 87-88 (17 mars), 133-134 (20 juillet).

35 Legeay, t. II, p. 496.

36 La convention fut ratifiée le 23 août par Louis XI et confirmée en septembre par Charles VIII (Ord, t. XIX, pp. 135-140 ; Paravicini, « Des animaux pour un roi mourant », pp. 113-114).

37 Ord, t. XIX, pp. 105-108.

38 L’exonération accordée en 1466 aux soyeux italiens que Louis XI avait fait venir à Lyon n’était à notre connaissance qu’une mesure particulière limitée à ce seul contingent, et ne valait d’ailleurs que pour douze ans (Gandilhon, p. 178).

39 BN, ms. fr. 20 685 p. 730. — Nous ne savons si cette somme prend en compte la taille initiale ou s’il s’agit bien des rentrées effectives, auquel cas il faudrait y ajouter la remise accordée après la mort du roi.

40 Masselin / Bernier, pp. 423-424.

41 « Sans l’artillerie et autres choses semblables », c’est-à-dire les crues (éd. Calmette & Durville, t. II, p. 220).

42 Éd. Bernier, pp. 460-461 ; cf. supra, pp. 472-473, 603 pour les Bourgognes et le Dauphiné.

43 Masselin nous apprend qu’elle s’éleva à 45 000 l.t. en 1484 (loc. cit.).

44 Ord., t. XIX, pp. 399-401.

45 Spont, « La taille en Languedoc (conclusion) », p. 490. —Ce chiffre est certainement arrondi.

46 Ainsi que la crue pour les héritiers de l’archevêque de Toulouse (BN, ms. fr. 23 901 f° 83-84).

47 Masselin / Bernier, p. 389.

48 « La taille en Languedoc », pp. 367-368.

49 Masselin / Bernier, pp. 346-347.

50 Il parle - vaguement - des levées « en toutes choses » (éd. Calmette & Durville, t. II, p. 290).

51 Il s’agit bien du revenu net car les charges ordinaires ne furent pas présentées en dépense.

52 Masselin / Bernier, pp. 364-365.

53 Cf. le premier chapitre inédit de notre mémoire de maîtrise, Les finances de la monarchie française sous le gouvernement des Beaujeu, pp. 20-22.

54 Spont admet cette somme pour le vieux royaume en 1483 et cite à l’appui le revenu de 70 299 1. 2 s. 3 d.t. indiqué par un document « du temps » pour trois des quatre charges (art. cit., p. 368), mais les noms des trésoriers mentionnés montrent que cette pièce non datée a été établie entre octobre 1483 et janvier 1495 (BN, ms. fr. 20 499 P 120-121 ; cf. Spont / Jacqueton, pp. 289-290).

55 Le graphique est établi sur la base de 750 000 l.t. pour les aides et 50 000 l.t. pour les finances ordinaires.

56 Pour le Languedoc Spont, « La taille en Languedoc », tableau p. 495 pour 1460-1461, ibid., p. 498 (aide) et id, « La taille... (conclusion) », Appendice II, p. 491 (crue) pour 1482-1483 ; pour l’élection de Caudebec BN, ms. fr. 21 421 P 77-84 pour 1461, 92-98 pour 1483.

57 Kerhervé, L’État breton, t.1, p. 162, note 239 pp. 162-163, tableau 9 p. 163.

58 . Ibid, tableau cité ; sur les dépenses de l’État royal cf. infra, tableau 44 et graphique 15 p. 627. - En 1482-1483 les crédits du trésorier des guerres breton, d’abord fixés à 99 608 l.br. (119 529 1. 12 s.t.), furent rapidement ramenés à 94 000 1. br. (112 800 l.t.), et encore les dépenses qui lui furent ordonnées n’atteignirent-elles que 92 254 1. 3 s. 1 d.br. (110 704 1. 19 s. 8 d. ob.t.) pour la garde ducale, l’ordonnance et l’artillerie réunies (Kerhervé, « Le budget de la guerre en Bretagne d’après l’“estat” de 1482-1483 », p. 366) : c’était près de trente fois moins que le budget militaire français sans la garde royale (cf. infra, p. 618).

59 Éd. de Mandrot, t. II, pp. 137-138.

60 Éd. Calmette & Durville, t. II, pp. 220, 317.

61 Ibid., p. 289.

62 Masselin / Bernier, p. 257.

63 Éd. Calmette & Durville, t. II, p. 292. —Nota ce rare emploi du mot État dans son sens moderne, seul exemple que nous ayons rencontré.

64 De Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations & variantes, pp. 398-399.

65 Contamine, Guerre, État et société, p. 286.

66 BN, mss. fr. 20 685 p. 736, 23 266 f° 30.

67 De Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations & variantes, p. 398 ; Commynes / Calmette & Durville, t. Il, p 290.

68 Op. cit., p. 293.

69 . Éd. Calmette & Durville, loc. cit.

70 De Roye /de Mandrot, loc. cit.

71 Contamine, op. cit., note 121p. 298.

72 Ce corps fut passé à montre le 21 janvier 1483 à Amiens, sans doute avant de recevoir sa solde du dernier quartier de 1482 (AN, K 72 n° 73).

73 BN, ms. fr. 23 266 f° 20-24 pour 1483 ; cf. supra, tableau 26 et graphique 10 p. 528, pp. 544-545 pour 1482.

74 BN, ms. fr. 23 266 f° 20-24, 36 pour 1483 ; cf. supra, tableau 27 p. 545 pour 1482.

75 Cf. la harangue inaugurale du chancelier aux états généraux de 1484 (Masselin / Bernier, pp. 50-51).

76 Ibid, pp. 374-375.

77 BN, ms. fr. 23 266 f° 24.

78 Ibid, f° 20-21, 24. — Le retranchement indiqué (f° 24) pour Guillaume de la Marck n’est que de 4 150 l.t. (50,6 %), mais il semble s’agir d’un lapsus calami car il est écrit plus loin que seules 2 050 l.t. lui furent finalement ordonnées sur 8 200 (f° 30).

79 Lettres, t. X, pp. 72-73 et note 3 pp. 73-74.

80 Calmette & Périnelle, p. 253.

81 . Ibid., pp. 254-256 et notes 5 p. 254, 1 p. 256.

82 Tel était le montant de la recette assignée au commis Pierre le Roy en 1482 (BN, ms. fr. 23 266 f° 6).

83 . Ed. Calmette & Durville, t. II, p. 316. - C’est nous qui soulignons.

84 Basin / Garand & Samaran, t. III, notes 2 p. 269,1 pp. 270-271, pp. 278-279 et note 2 p. 279.

85 Lettres, t. X, note 1 p. 135 ; Calmette & Périnelle, pp. 254-255 ; Basin/Garand & Samaran, t. III, notes 4 p. 231, 2 p. 237.

86 Lettres, t. X, p. 135. - Ce document le prouve, c’est à tort que Commynes affirme que son maître ne voulut ni entendre le message d’amitié de Richard III, ni lui répondre, le jugeant « tres cruel et mauvais » (éd. Calmette & Durville, t. II, pp. 304-305) : quoi qu’il pût penser de cet usurpateur, Louis XI restait fidèle à son habituel réalisme diplomatique.

87 Calmette & Périnelle, pp. 254-255 et note 1 p. 256.

88 BN, mss. fr. 20 685 p. 738, 23 266 f° 35. - Richmond était le neveu du comte de Pembroke ; capturé en mer avec son oncle par les Bretons en 1471, il avait finalement été libéré par François II sur les instances de Louis XI (Calmette & Périnelle, p. 145 et note 4).

89 BN, mss. fr. 20 685 p. 736, 23 266 f° 30.

90 Basin / Garand & Samaran, t. III, pp. 228-229.

91 Calmette & Périnelle, p. 254.

92 Ce pouvait être simplement, il est vrai, pour le tenir en respect comme les Flamands dans le Nord (éd. Calmette & Durville, t. II, p. 313).

93 Calmette & Périnelle, p. 253.

94 Éd. Calmette & Durville, t. II, p. 317.

95 Lassalmonie, « Les finances de la monarchie française sous le gouvernement des Beaujeu », pp. 36, 81, 85-87, 90-91.

96 Contamine, Guerre, État et société, p. 296.

97 BN, ms. fr. 23 266 f° 24.

98 Ibid, f° 21-22, 24 ; cf. supra, tableau 32 p. 587.

99 Du moins l’était-il encore au 15 décembre 1479 (BN, ms. fr. 20 684 p. 905).

100 Labande-Mailfert, p. 29.

101 BN, ms.fr. 23 266 f° 21.

102 Cf. supra, tableau 33 p. 588. - Ce phénomène était également chronique à l’époque dans l’Hôtel ducal en Bretagne (Kerhervé, L’État breton, 1.I, pp. 166, 261, tableau 14 p. 263).

103 Jassemin, p. 10.

104 BN, ms. fr. 23 266 f° 23 pour 1483 ; cf. supra, p. 590 pour 1482.

105 . BN, ms. fr. 23 266 f° 13 pour 1482, f° 29 pour 1483.

106 Elles s’élevaient alors à 607 812 1. 3 s. 6 d. ob.t. (Lassalmonie, « Les finances de la monarchie française sous le gouvernement des Beaujeu », Annexe V, A, p. 119).

107 BN, ms. fr. 23 266 f° 30-31 pour 1483 (nous restituons le total, coupé par Gaignières lors de la transformation du rôle en codex) ; cf. supra, tableau 37 p. 598 pour 1482.

108 Éd. de Mandrot, t. II, p. 128.

109 BN, ms. fr. 23 266 f° 22.

110 Perret, art. cit., p. 210.

111 BN, mss. fr. 20 685 p. 730 (compte de 1483, recette), 740 (dépense) et 23 266 f° 36 (rôle des paiements ordonnés en 1483).

112 Éd. Calmette & Durville, t II, pp. 313-314. —Nota ce rare emploi du mot Europe, unique occurrence que nous ayons relevée.

113 Cf. supra, tableau 12 et graphique 6 p. 312 pour 1470.

114 Cf. Paravicini, « Sterben und Tod Ludwigs XI. »

115 Jean de Roye va jusqu’à parler en une occasion du « Plessis du Parc autrement dit les Motiz lez Tours » (éd. de Mandrot, 1.1, p. 354), mais il s’agit bien d’édifices distincts (Lettres, t. III, note 2 p. 136 ; Champion, t. II, pp. 353-354).

116 Éd. Calmette & Durville, t. II, p. 291.

117 BN, ms. fr. 23 266 f° 33.

118 Ibid, f° 22-23. — Barraud, qui fait ici sa première apparition dans notre documentation, fut ensuite commis au paiement des pensionnaires bretons de la monarchie le 11 janvier 1485 (Lassalmonie, « Les finances de la monarchie française sous le gouvernement des Beaujeu », Annexe V, B, p. 120) avant de devenir en 1494 le deuxième trésorier et receveur général des finances de la Bretagne finalement intégrée dans l’État royal (Le Page, Finances et politique en Bretagne au début des Temps modernes, pp. 32, 400) : il fut ainsi un exécutant de la politique de Louis XI continuée par les Beaujeu.

119 Lettres, t. X, pp. 125-126.

120 Commynes / Calmette & Durville, t. II, pp. 288-289, 291-292, 296, 318-319, 322.

121 Ibid, p. 289.

122 Ibid, p. 297.

123 BN, ms. fr. 23 266 f° 6 pour 1482, f° 21 et 22 pour 1483.

124 Ord, t. XIX, note (b) en bas de la p. 79.

125 . Jacqueton, Appendice I, note 2 p. 280.

126 Ord, t. XIX, pp. 110-111.

127 Spont, « L’équivalent en Languedoc », p. 250. — Les généraux de la Justice des Aides ne se privaient pas de contre-attaquer en accusant les députés de s’en prendre à leur cour parce qu’ils « reformoient et corrigoient des mangeries qu’ils faisoient esdits consulats » (Vidal, note 331 p. 64 ; cet auteur a lu « mangenes »).

128 Pilot de Thorey, n° 1 820 bis, t. II, p. 334. — Peut-être faut-il corriger en 2 février, date à laquelle les lettres de provision de son successeur en Normandie le disent déjà nommé (BN, ms. fr. 20 685 p. 729).

129 C’est lui que Spont mentionne en Provence en 1483 sous le nom de Guion de Rollot (Jacqueton, p. 297) : le colonel Borrelli le rencontre en effet à la même époque dans ces fonctions sous celui de Jean Guyon du Rollot (op. cit., t. III, note 3 p. 578).

130 Op. cit., t. III, p. 153.

131 BN, mss. fr. 20 685 p. 729, 23 266 f° 34.

132 Spont / Jacqueton, p. 291 ; sur Gilbert cf. Lettres, t. XI, Table alphabétique, p. 285 et Jassemin, Index alphabétique, p. 338. — Il convient de l’identifier au général Jean « Albert » qui transmit le 9 juin les volontés du roi aux religieux de Saint-Claude touchant la châsse du saint (Lettres, t. X, note 1 pp. 119-120 ; sa missive a été éditée par Camille Davillé sous le nom correct de Jean Gilbert, « général de France » — mauvaise lecture pour « des finances »7 — et sous la date supposée de 1482, dans son article « Sur les relations de Louis XI et de l’abbaye de Saint-Claude », pp. 112-113).

133 Op. cit., t. III, p. 144 ; sur Desnorp cf. Stein, PJ n° CXXXIX (1471-1472), p. 798. — La date du 9 octobre suivant donnée par Spont (Jacqueton, p. 289) serait alors celle de sa confirmation par Charles VIII.

134 Lettres, t. X, p. 125 ; sur Jacques Erlant cf. ibid., t. IX, note 2 pp. 254-255. — Vaesen avait d’abord publié cette missive sous la date de 1482 (t. IX, pp. 254-256), incompatible avec l’itinéraire de Louis XI.

135 AN, Xla 8 609 f° 42 v°.

136 Jassemin, note 2 p. 190.

137 Cf. le premier chapitre inédit de notre mémoire de maîtrise, Les finances de la monarchie française sous le gouvernement des Beaujeu, pp. 22-24.

138 Éd. Calmette & Durville, t. II, pp. 296-298.

139 Paravicini, « Des animaux pour un roi mourant », pp. 109-115, 117, corrigé par Delort, « Le prince et la bête », note 18 p. 191.

140 Éd. Calmette & Durville, t. II, pp. 298-299.

141 Ibid., pp. 292, 314, 319.

142 AN, Xla 8 608 f° 157 ; Lettres, t. X, pp. 78-79. — Le contenu de cette missive montre que ses destinataires sont bien les gens des Comptes de Dijon, et non de Paris comme l’écrit Vaesen.

143 Commynes / Calmette & Durville, t. II, p. 292.

144 Lettres, t. X, pp. 62-64.

145 De Roye / de Mandrot, t. II, pp. 131-132.

146 Lettres, t. X, pp. 109-110.

147 Éd. Garand & Samaran, t. III, pp. 338-341 et note 3 p. 341.

148 . Legeay, t. II, p. 503.

149 Lettres, t. X, pp. 101-102 et note 1 p. 101.

150 Ibid, pp. 105, 106. — Il leur écrivit de nouveau à ce sujet le 8 juin (p. 119).

151 La Normandie ne fournissait qu’une partie de l’argent, et n’était d’ailleurs pas mise à contribution toutes les semaines ; ces paiements avaient parfois un jour de retard (BN, ms.fr. 23 266 f° 18-19).

152 Ibid, f° 24.

153 Lettres, t. X, Supplément, pp. 441-442. — Vaesen avait d’abord publié à tort cette missive au 16 mars 1472, sur la foi d’une quittance qui concernait en fait une offrande différente dans la même église (ibid, t. IV, pp. 308-309 et note 2 p. 309).

154 Pilot de Thorey, n° 1 823, t. Il, p. 335 et note 1 ; Lettres, t. X, note 2 pp. 113-114.

155 Pilot de Thorey, n° 1 825, t. II, p. 336 (mai).

156 Lettres, t. X, pp. 112-113.

157 Ibid., pp. 121-122, 123-124. — Le Parlement s’exécuta le 31 juillet (Pilot de Thorey, n° 1 825, loc. cit.).

158 Lettres, t. X, p. 125.

159 Ibid., pp. 138-139.

160 Pilot de Thorey, n° 1 819-1 820, t. II, pp. 333-334.

161 Ord., t. XIX, note (a) p. 97. — Nous ne connaissons pas la nature de ce don.

162 AN, Xla 8 608 f° 201 v ; Basin / Garand & Samaran, t. III, pp. 340-341. — Bien informé sur le montant de la rente, cet auteur en situe à tort l’assiette en Champagne.

163 AN, Xla 8 608 f° 166 ; Ord, t. XIX, note (a) pp. 100-101.

164 Lettres, t. X, pp. 91-92 ; cf. ibid, note 2 pp. 92-94 (5 avril).

165 AN, Xla 8 608 f° 170.

166 Ibid, f° 204.

167 BN, ms. fr. 20 492 f° 127 (liste des dépositaires de ces fonds, sans date).

168 AN, X,a 8 608 f° 188.

169 ibid, f° 190 v°; Ord, t. XIX, note (a) p. 111.

170 La cour parisienne s’inclina le 29 (Lettres, t. X, p. 136 et note 3 pp. 136-137).

171 AN, Xla 8 608 f° 166.

172 . Ibid., f° 167.

173 Pilot de Thorey, t. II, n° 1 814-1 814 bis, pp. 328-330 ; n° 1 818, pp. 332-333 ; note 3 pp. 328-330.

174 Lettres, t. X, p. 105 (1er mai) pour Saint-Claude ; ibid., pp. 112-113 (27 mai), 121-122 (28 juin) pour Notre-Dame-de-Grâce, dont 391 l.t. de rente sur 2 6191. 10 s.t. étaient appointées dans le Valentinois.

175 Éd. Calmette & Durville, t. II, p. 293.

176 Ord., t. XIX, note (a) pp. 100-101.

177 . AN, Xla 8 608 f° 205 v°.

178 Éd. Calmette & Durville, t. II, p. 308.

179 Op. cit., p. 157 et note 1, PJ n° 24, pp. 444-445.

180 Lettres, t. X, pp. 8-9.

181 Gandilhon, PJ n° 27, pp. 450-452. - Cet historien édite la copie par l’abbé Le Grand d’une pièce amputée du début et de la fin, si bien que ni la date, ni même l’identité de l’auteur ne sont sûres.

182 Champion, t. II, pp. 364-365 et note 1 (nous rectifions les dates d’après Legeay, t. II, pp. 485-486, Gandilhon, note 4 p. 103, Kendall, p. 426 et la concordance des jours de la semaine).

183 Gandilhon, loc. cit.

Table des illustrations

Titre Tableau 38 et graphique 12 : Répartition géographique de la taille en 1483 d’après Jean Masselin42 ; (en livres, sous et deniers tournois)
Légende Note * : Hors comtés catalans et Provence.Note ** : Hypothèse.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/825/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/825/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Tableau 39 et graphique 13 : Recettes de l’État royal en 1483 (reconstitution)55 ; (en livres tournois)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/825/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/825/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Tableau 40 et graphique 14 : Augmentation de la fiscalité directe au cours du règne56 ; (en livres, sous et deniers tournois)
Légende Note* : Exercices 1460-1461 et 1482-1483, hors Lyonnais, Forez et Beaujolais.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/825/img-5.png
Fichier image/png, 110k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/825/img-6.png
Fichier image/png, 267k
Titre Tableau 41 : Poids des crédits des comptables militaires sur la recette générale de Normandie en 148374 ; (en livres, sous et deniers tournois)
Légende Note* : Crédits ordonnés du vivant de Louis XI.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/825/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Tableau 42 : Retranchements sur les assignations militaires en Normandie à la mort de Louis XI78 ; (en livres et sous tournois)
Légende Note* : Remplacé par Jean de la Primaudaye au moment du retranchement.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/825/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Tableau 43 : Crédits des principaux services des hôtels royaux en 1482-148398 ; (en livres, sous, deniers et oboles tournois)
Légende Note * : Recette ordinaire.Note ** : Supplément.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/825/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Tableau 44 et graphique 15 : Dépenses de l’État royal en 1483 (reconstitution) ; (en livres tournois)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/825/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/825/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 171k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable