Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La boîte à l'enchanteur

 | 
Jean-François Lassalmonie

Quatrième partie. Le volontarisme (1477-1483)

Chapitre XII. Le vertige (1477)

Texte intégral

  • 1 Commynes / Calmette & Durville, t. II, pp. 158-162 ; Lettres, t. VI, pp. 111-112 ; Kendall, p. 368.

1Dans les premiers jours de 1477, l’« Araigne » tapie au centre de sa toile guettait les dernières nouvelles de Lorraine. C’est le 9 janvier au petit jour que Louis XI reçut au Plessis-du-Parc, où il s’était comme à son habitude retiré pour l’hiver, le message tant attendu du sire de Craon, chef de l’armée de Champagne. Les forces bourguignonnes avaient été anéanties quatre jours plus tôt sous les murs de Nancy ; Charles le Téméraire, porté disparu, pouvait avoir péri dans les combats. Dès le lendemain le roi eut confirmation de la mort de son grand ennemi, dont le cadavre avait fini par être retrouvé et identifié deux jours après la bataille1.

2Ce dénouement dramatique ouvrait soudain au souverain d’étourdissantes perspectives. Non seulement l’armée ducale n’existait pratiquement plus, mais la mort inopinée du maître tétanisait et désorganisait l’État bourguignon, laissant ses pays sans défense et en pleine confusion aux portes de la France, où le monarque disposait de l’outil financier et militaire que l’on sait. L’occasion et le moyen se trouvaient ainsi réunis : la tentation était trop forte pour Louis XI, obnubilé par cette chance historique d’imposer sa domination jusqu’aux frontières traditionnelles du royaume et même au-delà, de remplir à son profit exclusif le vide politique créé dans ces riches contrées par le subit effondrement de la Maison de Bourgogne, et de concentrer entre ses mains une puissance inégalée. Emporté par un triomphe qui semblait autoriser tous les espoirs, le souverain se rua littéralement sur le fabuleux héritage bourguignon, jetant toutes les ressources de l’État royal dans la réalisation du plus ambitieux de ses desseins.

1. Branle-bas financier.

  • 2 Éd. de Mandrot, t. II, p. 44.

3Le premier soin de Louis XI fut d’exploiter sans perdre un instant la stupeur des sujets du Téméraire pour obtenir leur soumission avant qu’ils pussent se ressaisir, mais ces dispositions d’urgence prises, il se soucia vite de pourvoir au financement de la grande campagne diplomatique et militaire qu’il venait de lancer. Voyant dans la rapidité la clef du succès de ses entreprises, et désireux par suite de réunir des fonds promptement, il recourut l’emprunt. Comme l’écrit Jean de Roye, le souverain « fist le plus grant amas d’artillerie, pouldres, pionniers, gens de guerre et autres preparatifs que jamais on avoit veü (...) et pour faire les choses dessusdictes fut fait de grans empruns a Paris et autres bonnes villes de ce royaume »2.

4L’opération fut lancée le 19 janvier. Le roi invoqua les charges qu’il lui fallait porter pour la conduite de l’artillerie et le paiement de l’arrière-ban, des francs-archers et de l’ordonnance afin de recouvrer l’apanage bourguignon - dans lequel il incluait la Comté de Bourgogne pourtant extérieure au royaume -, revenu à la Couronne par la mort du duc Charles. Cette campagne était présentée comme l’épilogue des guerres bourguignonnes et le prélude à une baisse de la pression fiscale, le monarque exprimant son espoir d’« allegier et soulagier nostre peuple des grans et griefves tailles et charges qu’il a portées et soutenues par cy devant a cause des divisions et usurpacions que s’efforçoit faire a l’entour de nous et de ladicte Couronne ledit Charles de Bourgongne ». Pour fournir à ces dépenses si profitables pour ses sujets, il devait donc solliciter des prêts des « villes par nous affranchies et qui ne contribuent au payement de noz gens de guerre, ne aux tailles ou corvées [sic] qui pour noz affaires sont mises ou assises oultre ledit payement ».

  • 3 BN, ms. fr. 20 685 p. 598. — Le total cité de 5 775 l.t. à collecter doit résulter d’une erreur du (...)
  • 4 Lettres, t. VI, pp. 115-117 (demande de 400 écus à Chartres), 118-119 (demande de 500 écus à Compiè (...)
  • 5 Éd. Quicherat, lettres de commission in Documents historiques inédits s. d. Champollion-Figeac, t. (...)

5Parmi les commissaires alors désignés le notaire et secrétaire Jean le Clerc, qui n’est autre que l’interpolateur de Jean de Roye, fut chargé de la généralité d’Outre-Seine. Il devait collecter un total de 9 600 écus (15 400 l.t.) à Paris, taxée à elle seule à 6 000 écus (9 625 l.t.), à Senlis, Compiègne, Laon, Beauvais, Chartres, au « marché » de Meaux - l’un des critères de la bonne ville - et à Langres. Au cours de sa tournée en février et mars3 il présenta des lettres circulaires par lesquelles le monarque informait les habitants du montant demandé, les exhortait à ne pas lui faire défaut « pour si petite chose » et les invitait à remettre leur prêt au receveur général Pierre de Lailly, promettant leur remboursement sur les premières rentrées de l’année suivante4. Au besoin le Clerc avait pouvoir de les faire contraindre, y compris les plus riches, « pour que les deniers en viennent mieulx et plus promptement ». Il était par ailleurs habilité à ordonner le mode de remboursement que les prêteurs préféreraient, soit sur les finances royales - solution notoirement aléatoire malgré les assurances de Louis XI -, soit sur les finances municipales, soit par la levée dans la ville d’un impôt spécial, direct ou indirect5, par lequel les pauvres rembourseraient en définitive les riches de leur avance.

  • 6 Op. cit., tableau p. 347.
  • 7 Sée parle d’un emprunt de 2 000 écus à Toulouse, mais donne un montant si excessif pour le produit (...)

6Ces dispositions paraissent s’être inspirées des mesures financières qui avaient entouré les accords de Picquigny un an et demi plus tôt. Comme en août 1475 le roi empruntait aux villes, et le tableau comparatif dressé par René Gandilhon tend à montrer que les sommes requises étaient restées les mêmes6 ; mais, nous l’avons vu, la collecte de prêts alors improvisée avait été géographiquement limitée par l’urgence des besoins. Comme en septembre 1475 en revanche toutes les bonnes villes exemptes de tailles du royaume étaient cette fois sollicitées7, ce qui conférait à leur participation, même remboursable - en principe -, le caractère d’une contribution de solidarité à la décharge immédiate des taillables. Pour les villes prêteuses de 1475 les gens des finances n’avaient qu’à se reporter aux archives de cet emprunt, ce qui permettait d’abréger la préparation de la nouvelle campagne ; il est probable néanmoins que l’élargissement de l’assiette en 1477 permit de ramener à de plus justes proportions la quote-part de Paris, qui avait porté précédemment l’essentiel du fardeau.

7L’un dans l’autre, les 75 000 écus attendus de l’emprunt de 1475 peuvent être considérés comme un rapport minimum pour son cadet de 1477. Encore convient-il de noter qu’entre-temps la valeur de l’écu à la couronne était passée de 30 s. 3 d.t. à 32 s. 1 d.t., si bien que le maintien nominal des demandes de prêt, traditionnellement exprimées en écus, recouvrait une augmentation de 6,1 % en monnaie de compte. Si l’emprunt de 1475 avait dû s’élever à 113 437 1. 10 s.t., celui de 1477 montait à tout le moins à 120 312 1. 10 s.t. Même minimale, cette estimation peut paraître modeste pour couvrir les frais d’une campagne d’occupation sur plusieurs fronts, mais le souverain, misant sur une action rapide qui exploiterait le désarroi des esprits dans les États bourguignons par la tractation et la démonstration de force — la carotte et le bâton —, pouvait espérer parvenir à ses fins par une courte promenade militaire.

  • 8 Champion, t. II, note 4 pp. 265-266.
  • 9 Sée, p. 143 ; Caillet, pp. 221-222. - Ces fonds étaient spécifiquement affectés au paiement des Sui (...)
  • 10 Sée, loc. cit. (cet auteur parle de 600 livres) ; Champion, t. II, note 3 p. 195.
  • 11 Sée, p. 173. - Cet auteur semble avoir commis quelques confusions : cf. Gandilhon, tableau cité.

8Ces nouvelles sollicitations furent mal accueillies des villes, mais le monarque n’avait pas l’intention de s’arrêter à leurs récriminations. A Compiègne les notables ne voulaient pas entendre parler d’un emprunt aux particuliers pour réunir les 500 écus demandés, mais les caisses municipales étaient vides ; il fut question d’engager à Paris la cloche de la ville. Les fonds se faisant attendre, les attournés furent emprisonnés aux frais de leurs administrés8. Le même sort advint en mars aux consuls de Lyon, qui durent emprunter 2 000 écus aux marchands français et étrangers de la place et 1 000 autres à la banque Médicis pour réunir dans des délais acceptables la somme réclamée par le receveur général Guillaume de Nève9. À Beauvais, où les égards n’étaient plus de mise pour les héros du siège de 1472, les protestations contre la requête de 600 écus ne réussirent qu’à attirer la venue d’une commission, tandis que le receveur des aides et tailles en charge du recouvrement menaçait d’incarcérer pairs et maire10. Poitiers, qui tardait à acquitter son écot de 2 000 écus, connut semblable mésaventure. Des commissaires royaux survinrent, prirent à parti les magistrats municipaux et ne désemparèrent pas après le versement d’un acompte, menaçant « de destruire ladicte ville et d’en faire une village ». Les habitants eurent beau envoyer un député à Louis XI, cette démarche fut vaine et les commissaires continuèrent à réunir les fonds à force de « grans et excessives execucions »11. Le roi n’admettait nul obstacle à la réalisation de ses rêves de grandeur, et les récalcitrants éprouvaient le poids de sa volonté.

  • 12 Lettres, t. X, Supplément, pp. 397-399 pour Tours ; cf. Sée, p. 140 pour Lyon.

9Devant le choix qui leur était laissé plusieurs villes optèrent néanmoins pour leur remboursement sur les finances royales, repoussant les autres solutions qui revenaient à laisser la monarchie se défausser de sa dette sur ses propres créanciers pour la placer devant ses responsabilités. Elles savaient pourtant par expérience ce que valait la parole royale en cette matière. De fait, un an plus tard le souverain guerroyait toujours dans les territoires bourguignons et avait mieux à faire de ses deniers que de les employer à la restitution des emprunts. Le 9 avril 1478 il fit bien part aux Tourangeaux et aux Lyonnais de son espoir de les en rembourser, avec l’aide de Dieu, l’année suivante, mais cette faible assurance ne servait guère qu’à enrober de nouvelles sollicitations12.

  • 13 Legeay, t. II, pp. 266-267.

10La soumission parfois forcée des villes bourguignonnes, dans le Nord surtout, fut l’occasion d’en retirer de substantielles recettes complémentaires avec bien moins de ménagements encore. Quand Bouchain se rendit au roi à la fin de mai, après un siège où Tanguy du Châtel venait de trouver la mort, un tribut de 5 000 écus lui fut infligé ; assiégé à son tour, le Quesnoy capitula et dut verser 900 écus13. La comparaison de ces sommes avec les prêts obtenus dans le royaume de villes autrement plus importantes donne la mesure de l’exploitation des vaincus.

  • 14 Commynes / Calmette & Durville, t. II, p. 174.
  • 15 Ibid., p. 189 ; Basin / Garand & Samaran, t. III, note 5 p. 53 ; Sée, p. 283.
  • 16 Lettres, t. VI, pp. 164-165 et note 4 pp. 165-166 ; Commynes / Calmette & Durville, t. II, p. 189 ; (...)

11Celle-ci fut aggravée sans profit pour les caisses royales par la rapacité des serviteurs du monarque, tel le seigneur du Lude qui lança jovialement à Commynes : « je m’attends estre gouverneur de Flandres et me y faire tout d’or ! »14 Cambrai, en proie aux rapines de Louis de Maraffin, envoya une députation se plaindre à Louis XI mais celui-ci, sans doute abusé par son agent, fit arrêter les délégués et sanctionna la ville par un emprunt forcé de 40 000 écus. Maraffin et du Lude, chargés de la répression, n’eurent plus qu’à redoubler d’exactions, extorquant 6 000 écus aux bourgeois15. Arras, divisée entre une Cité conciliante et une Ville nettement hostile, fut plus malmenée encore. Insurgée puis réduite par la force, la Ville dut consentir un prêt forcé de 50 000 écus, dont le souverain la remercia le 20 mai. Le soin de la répression échut encore à du Lude, qui avoua plus tard à Commynes y avoir gagné quelque 20 000 écus16.

  • 17 Cf. infra, p. 455.
  • 18 Gandilhon, p. 122 et notes 5 et 7. - Le 10 juin le héraut Normandie vint crier à Arras que ceux qui (...)
  • 19 Ed. Calmette & Durville, loc. cit.
  • 20 Basin / Garand & Samaran, t. III, note 6 p. 53.

12Ainsi pressurés par ces pillards justiciers, Cambrésiens et Arrageois se ruinèrent à payer un emprunt qui, reconnaît Commynes, « estoit beaucoup trop pour eulx » ; le numéraire venant à manquer, les particuliers durent livrer leur argenterie17. Il ne semble d’ailleurs pas que les seconds aient jamais réglé la totalité de leur « prêt », malgré sa réduction ultérieure à 43 000 écus et les menaces des officiers royaux, leur mauvais vouloir s’ajoutant à l’épuisement de leurs ressources18. Commynes rapporte encore que Cambrai fut bel et bien remboursée, et suppose par suite qu’Arras le fut aussi19. Les archives confirment ses dires en ce qui concerne Cambrai, quoique la restitution prévue pour 1479 ait été effectuée avec quatre ans de retard20, nous verrons plus loin dans quelles conditions ; pour Arras en revanche, les tribulations qui s’ensuivirent permettent de douter que ses habitants aient jamais revu leur argent.

  • 21 Gandilhon, tableau p. 347.

13Le monarque paraît s’être par ailleurs de nouveau adressé en août aux villes de l’intérieur, en Normandie en tout cas où Rouen, Louviers, Pont-Audemer, Quillebeuf et Honneur au moins, déjà sollicitées en janvier, durent prêter un total de 3 650 l.t.21 La situation de ces localités dans la basse vallée de la Seine, le libellé de leurs paiements en livres tournois et non en écus laissent conjecturer l’armement d’une flottille peut-être destinée à croiser sur les côtes de Flandre.

  • 22 BN, ms. fr. 20 685 pp. 664, 666. - Laurent Girard était contrôleur général de Languedoïl : son coll (...)

14Enfin, Louis XI recourut sous deux formes au crédit de ses serviteurs. D’une part, une collecte méthodique fut organisée auprès du seul haut personnel des finances semble-t-il, sans doute en même temps qu’était lancée la campagne d’emprunts aux villes du 19 janvier ; une rubrique spéciale lui fut consacrée dans les comptes des recettes générales. Outre-Seine le général Beauvarlet prêta 1 000 écus, le receveur général de Lailly et le contrôleur Girard 500 écus chacun, dont ils furent remboursés dans l’exercice même. Il s’agissait d’écus de 32 s. 1 d.t. pièce22, c’est-à-dire d’écus à la couronne qui, bien qu’ils ne fussent plus frappés, demeuraient la monnaie d’or de référence. Même si cet emprunt parallèle, qui avait dû rapporter 8 000 écus dans les quatre charges du royaume, ne pouvait être qu’un appoint, il convient de relever que chaque membre de la haute administration financière fournit autant qu’une bonne ville : c’est dire la richesse des milieux dirigeants des finances royales, et les facilités de trésorerie qu’ils étaient susceptibles d’offrir à leur maître.

  • 23 Ibid., pp. 671-672.
  • 24 Ibid., p. 598.
  • 25 Lettres, t. VI, pp. 157-159. — Le roi lui mandait en même temps de continuer à pourvoir à tout « de (...)

15D’autre part, les gens du roi firent ponctuellement l’avance de certains paiements, pour des montants parfois importants, qui leur furent souvent restitués en tout ou partie au cours de l’exercice : dans le compte du receveur général de Seine-et-Yonne pour 1476-1477, la rubrique des deniers payés par ordonnance du roi est essentiellement consacrée à de tels remboursements. Le maréchal de Gié fournit ainsi 2 000 l.t. pour solder les gens de guerre installés à Château-Porcien dans le comté de Rethel, le maître d’Hôtel Étienne Bénard dit Moreau 200 l.t. pour payer 230 pionniers, le chancelier d’Oriole 6 000 l.t., le maître de l’artillerie Guillaume Bournel 108 l.t.23 Déjà au début de l’année le Clerc, dans sa tournée des villes, avait fait le détour de Dammartin pour solliciter Antoine de Chabannes au nom du souverain24. Celui-ci n’hésitait pas à se faire envoyer des fonds de ses serviteurs éloignés : le 20 avril il remercia de Hesdin le seigneur de Bressuire pour les 2 000 francs qu’il lui avait dépêchés25

  • 26 Legeay, t. II, p. 282.
  • 27 Sée, note 1 p. 321. - Les avantages que le roi lui avait accordés en 1471 (ibid.), dans une circons (...)

16Le monarque trouva encore à augmenter ses rentrées par divers moyens. Le sire de Chantereine, commandeur de Saint-Jean de Jérusalem, combattant dans les rangs adverses, Louis XI fit saisir par représailles le trésor de l’Ordre à Rodez, qui montait, paraît-il, à 40 000 écus26. Par ailleurs il accorda à la puissante association des marchands fréquentant la Loire le doublement du « droit de boete » qu’elle percevait à son profit, moyennant un don de 12 000 écus27. Que l’initiative fut venue du roi, soucieux de se procurer de nouveaux fonds, ou des marchands, tirant parti de la nécessité où il se trouvait pour acheter une faveur lucrative, chacune des parties y trouva son compte. Tout compris, emprunts organisés ou empiriques, bénéfices de guerre et expédients divers, ce furent quelques centaines de milliers de livres tournois sans doute que la monarchie réunit par ces ponctions multiformes des richesses du royaume, complément non négligeable des recettes fiscales régulières qu’elles venaient souvent anticiper.

  • 28 BN, mss. fr. 23 902 f° 304-315 (Haut-Limousin), 23 903 f° 73-80 (Bas-Limousin).
  • 29 BN, ms. fr. 23 911 f° 100-109 pour 1476, f° 110-117 r° pour 1477 ; cf. supra, tableau 15 p. 332.
  • 30 BN, ms. fr. 23 902 f° 278-289 pour 1476, f° 304-315 pour 1477.

17Comme en 1476, l’impôt direct fut sollicité tout au long de l’année. La taille de 1477, fixée le 3 décembre précédent28 avant la bataille de Nancy qui bouleversa la donne, était une fois encore à la hausse. La crue soumise au vote des états de Rouergue outre le paiement des gens de guerre en février suivant montait à 15 279 1. 10 s.t. sans l’entretien du Parlement de Toulouse, 2,5 % de plus que les 14 900 l.t. de l’année précédente ; au total les charges fiscales directes du pays, avec 42 891 1. 18 s. 6 d.t.29, ne progressaient il est vrai que de 0,9 %. Dans le Haut-Limousin en revanche elles atteignirent 30 501 1. 15 s.t. contre 28 527 1. 17 s.t. en 147630 : l’augmentation s’élevait ici à 6,9 %. Une fois encore, ces inégalités criantes montrent le danger de toute extrapolation hasardeuse.

  • 31 Gilles, p. 69 et note 85 ; cf. supra, tableau 14 p. 330.
  • 32 BN, ms. fr. 23 264 f° 22.
  • 33 Gilles, note 182 p. 192.

18Encore ne s’agissait-il là que de la taille programmée, ordonnée par avance à une date où la conquête des terres bourguignonnes n’était pas encore à l’ordre du jour. Dans un premier temps c’est à l’emprunt, nous l’avons vu, que le souverain demanda un supplément de financement, mais la campagne-éclair sur laquelle il avait misé ne put emporter la décision et, l’effort militaire se prolongeant, le recours aux prêts trahit ses limites. Déjà, quand les états de Languedoc furent assemblés en mai à Montpellier pour voter l’impôt de 1477-1478, le monarque mesurait mieux ses besoins. La crue qui leur fut demandée - nous avons vu que ce terme revêtait ici un sens particulier - s’élevait à 235 083 1. 5 s. 5 d.t., 10,8 % de plus que l’année précédente. L’assemblée broncha devant cette exigence qui rejoignait presque le sommet de 1475, mais n’osa s’y opposer. Constatant que les députés « ne reffusent ne octroyent la creüe », les commissaires du roi estimèrent que « ladicte responce estoyent [sic] assez consentement » et, conformément aux instructions de leur maître, ordonnèrent sa levée31. Les quatre voyages qu’effectuèrent plusieurs ambassadeurs des états auprès de Louis XI32 n’y purent rien changer. La crue, qui constituait désormais l’essentiel de l’impôt royal en Languedoc, finissait par atteindre de tels montants que le pays obtint du moins quelques facilités de paiement. Alors que par le passé elle devait être acquittée aux deux derniers termes de l’aide en cours, les 31 mai et 31 août, à partir de 1477 elle fut perçue plus tardivement et en trois fois, les 1er octobre, 15 novembre et 15 janvier33.

  • 34 AN, K 72 n° 4.
  • 35 Ibid., n°2, 3, 5, 6.
  • 36 BN, ms. fr. 21 427 n° 28 ; cf. supra, note 27 p. 322.

19Dans le reste du royaume les crues de taille, générales ou même locales pour autant qu’il soit possible de le déterminer, se multiplièrent. Dès le 10 mars, 800 l.t. furent imposées en Saintonge pour le paiement des gens de guerre34 ; à partir du 15 mai d’autres suppléments furent levés en divers endroits pour l’entretien des troupes35. Les opérations dans le Nord nécessitaient en effet des effectifs toujours plus importants et le roi ne cessait de lever des renforts dont il lui fallait assurer la solde. Ne pouvant prélever sur l’armée en campagne des lances de l’ordonnance pour installer des garnisons dans les places soumises, le souverain décida de recruter des gens de guerre à cette fin et imposa le 20 juin sur tout le royaume une crue payable dans un bref délai, d’ici le 1er août. La quote-part de l’élection de Coutances et Carentan s’élevait à 1 555 l.t., ce qui suggère un montant total de l’ordre de 50 000 l.t.36

  • 37 BN, ms. fr. 21 427 n° 27.
  • 38 BN, ms. fr. 23 911 f° 117 v°-121.
  • 39 AN, K 72 n° 11.

20Un mois plus tard renforçant l’ordonnance par de nouveaux enrôlements en prévision d’une contre-offensive ennemie, le monarque ordonna le 27 juillet une autre crue générale, beaucoup plus lourde celle-ci. Il ne s’agissait de rien moins que de solder 1 000 nouvelles lances pour le second semestre : c’étaient ainsi 186 000 l.t. qui étaient encore ajoutées au fardeau des contribuables. En considération de l’effort demandé, le paiement était échelonné et son délai allongé : il serait dû en deux termes égaux les 10 septembre et 10 novembre. Par ailleurs, comme en septembre 1475, les villes franches porteraient exceptionnellement leur part de la surtaxe, telle Saint-Lô dans le Cotentin taxé à 5 100 l.t.37 Les états de Rouergue se réunirent spécialement en septembre pour voter leur quote-part, montant à 2 850 l.t.38 : cette seule crue représentait ici 6,6 % d’un impôt direct initial dont il faut se rappeler qu’il atteignait déjà des niveaux records. Il n’y eut plus dès lors de retouche majeure à la fiscalité de l’année. 3 000 l.t. furent imposées le 12 octobre sur l’ensemble de la Normandie, dont l’élection de Vire et Condé porta 120 l.t.39, ce qui démontre à nouveau que Louis XI n’hésitait pas à faire un usage très souple de la crue pour couvrir des charges même infimes au regard des moyens employés.

  • 40 Viala, t. II, p. 372 et note 2.
  • 41 Lettres, t. VI, pp. 161-162.
  • 42 De Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations & variantes, p. 376.
  • 43 BN, ms. fr. 20 685 pp. 597-598.

21Dans cette conjoncture les agents de la monarchie redoublèrent leurs efforts pour améliorer le rendement des tailles ; dans tout le royaume les privilèges légitimes ou abusifs furent en butte à leurs assauts. En Languedoc, les gens du roi au Parlement de Toulouse réaffirmèrent le 13 février dans un réquisitoire le droit du prince d’imposer les possessions temporelles de l’Église au même titre que celles des laïcs40. En Anjou, la petite paroisse de Gesté fut assujettie au printemps à une taille locale pour les fortifications de Montaigu, bien qu’elle eût toujours été exempte de tout devoir envers ce château. En Île-de-France, le bourg de Dammartin fut imposé par les élus de Meaux malgré l’exonération provisoire de taille qu’il avait obtenue, sans doute à l’occasion de la crue de juillet qui, on l’a vu, avait été étendue aux villes franches. Dans ces deux derniers cas l’intervention de l’influent seigneur du lieu put cependant faire reculer le fisc royal. Mû par des considérations diplomatiques, le souverain ordonna le 27 avril que l’exemption de Geste fût respectée pour complaire au seigneur de Clisson, qui n’était autre que le duc de Bretagne41, et vers la fin de l’année les plaintes d’Antoine de Chabannes, comte de Dammartin, furent semblablement couronnées de succès42. Nous ignorons en revanche quelle fut la cause de l’affranchissement de tailles dont bénéficièrent, en bloc semble-t-il, plusieurs « villes et places » de Seine-et-Yonne dont nous ignorons l’identité43, dans une année qui se prêtait si peu à de telles faveurs.

  • 44 Lecoy de la Marche, t. I, pp. 414, 471.
  • 45 Ord., t. XVIII, note (a) pp. 261-262.
  • 46 Lettres, t. VI, pp. 226-227.
  • 47 Ord., t XVIII, pp. 311-312.

22La même intransigeance teintée de quelques concessions circonstanciées se retrouve dans la fiscalité indirecte. En Anjou, les accords de 1476 n’étaient pas respectés et la Chambre ducale des Comptes dénonçait dans ses rapports au roi René la violation de ses droits par les agents de l’État royal : la traite des vins du pays avait été placée dans la main de Louis XI et était perçue en son nom par des commissaires44. La création d’un grenier à sel le 18 avril à Beaufort-en-Argonne45, dans une saillie de la Champagne entre le comté de Rethel, le duché de Luxembourg et l’évêché de Verdun, accrut l’emprise du fisc royal aux portes de la nouvelle zone d’influence française. En revanche le souverain jugea bon de récompenser son lieutenant en Tournaisis Colard de Moy par le don des aides de Saint-Quentin, soulevant l’opposition de la ville qu’il rappela à l’ordre le 7 septembre46. Par ailleurs, la campagne de 1477 n’ayant pas permis de désenclaver Tournai qui restait entourée de pays hostiles au monarque et ne pouvait se ravitailler que dans le royaume, son approvisionnement fut exempté le 8 décembre de l’aide d’un écu par queue de vin perçue aux frontières - du moins dans le Nord - et qui frappait alors de nouveau toutes les marchandises importées ou exportées47.

  • 48 Éd. Fawtier, pp. XXXIX, 160, 223. - Nota que ces comptes énumèrent les trésoriers par ordre d’ancie (...)

23Enfin, un document exceptionnel nous offre pour une fois une vue d’ensemble des finances ordinaires. Les comptes du Trésor pour les termes de la Saint-Jean et de la Noël 1477, c’est-à-dire des deux semestres de cette année, sont parvenus jusqu’à nous, seuls de tout le règne (tableau 22). Il convient toutefois de noter qu’ils ne constituent pas un budget complet du Domaine, car ils ne portent en recette que les fonds mis à la disposition du roi sur son revenu net, et non pas son revenu brut : les gages des officiers ordinaires locaux et les frais d’entretien des équipements domaniaux ne figurent pas en dépense, alors que nous savons par les épaves des recettes régionales qu’ils représentaient l’essentiel des charges du Domaine. Ces comptes ne nous renseignent donc que sur les disponibilités fournies au souverain par son patrimoine et affectées à la caisse centrale du changeur Gilles Cornu, et sur l’emploi qui en fut fait, collégialement ordonnancé par les trésoriers de France Pierre Bureau, Jean de la Driesche, Jean Bourré et Philibert Boutillat et contrôlé par le clerc du Trésor Louis le Maye48.

  • 49 Ibid., tableau synthétique p. LXXI et §§ 1 935 p. 154, 1 936 bis p. 155, 2 453 p. 234, 2 638-2 639 (...)
  • 50 Ibid., pp. 145-157. — Nota que le rôle des paiements suit l’usage moderne en vigueur dans les finan (...)

24Sur l’ensemble de l’année, la dépense ordonnée par les trésoriers dépassa modérément la recette ainsi entendue et l’exercice se solda en apparence par un déficit sans trop de gravité de quelque 6 %. C’était cependant un résultat en trompe-Pœil. Les événements avaient permis au changeur de récupérer au second semestre le produit de quelques confiscations sur les rebelles de Tournai49, ce qui avait accru sa recette de 9,6 %. Surtout, les trésoriers avaient délibérément fait l’impasse sur un grand nombre des paiements prévus. Le montant des versements en souffrance dépassait la moitié de la recette, si bien que le déficit réel masqué par ce gel des dépenses approchait les 60 %. Non seulement le Domaine ne pouvait procurer davantage au roi qu’une crue de taille de moyenne importance levée en cours d’année, mais ces fonds ne suffisaient pas aux dépenses qui leur étaient imputées. Le rôle des paiements ordonnés cette année au changeur par Louis XI totalisait 51 670 1. 9 s. 2 d. ob.p. et 10 000 livres d’Artois50, soit 62 781 1. 11 s. 5 d.t., qui venaient s’ajouter aux autres charges du Trésor : tous les mandements du souverain ne purent être honorés. Les finances ordinaires n’étaient plus pour l’État royal qu’un modeste appoint, au demeurant peu fiable.

  • 51 Ibid., tableaux synthétiques pp. LXX-LXXI. - Rappelons que 4 livres parisis valent 5 livres tournoi (...)

Tableau 22 : Comptes du Trésor pour 147751 ; (en livres, sous, deniers et oboles parisis, d’Artois et tournois)

Tableau 22 : Comptes du Trésor pour 147751 ; (en livres, sous, deniers et oboles parisis, d’Artois et tournois)
  • 52 Pilot de Thorey, n° 1 677, t. II, pp. 253-254 ; cf. supra, p. 343.
  • 53 Pilot de Thorey, t. II, note 3 p. 292.
  • 54 Ibid., n° 1 696 bis, p. 261.

25Force est de convenir que ces résultats étaient disproportionnés aux efforts déployés pour défendre les droits de la Couronne. Outre-Rhône la situation du Domaine delphinal, qui échappait aux trésoriers de France, n’était pas plus brillante. Depuis avril 1475 l’abbaye de Saint-Antoine de Viennois jouissait par don du roi d’une rente de 200 l.t. sur le péage de Chabeuil, mais celui-ci ne put fournir en 1476-1477 que 45 l.t. ; sur les représentations des religieux, le souverain manda le 24 mars au trésorier de Dauphiné de réassigner le restant sur les grandes gabelles de Grenoble, et de procéder chaque année ainsi à l’avenir : manifestement la défaillance de la première recette n’était pas un accident ponctuel52. Des mesures étaient pourtant prises pour relever le Domaine et manifester l’autorité delphinale jusque dans les terres aliénées. Le 27 août, le Parlement statua que le prélèvement du cinquième instauré depuis 1470 sur les revenus ordinaires pour financer la restauration des châteaux et autres édifices domaniaux et la remise à jour des registres des droits delphinaux s’appliquait aussi à la redevance annuelle du Briançonnais, bien que le roi dauphin s’en fût défait53. En novembre suivant des lettres delphinaux renouvelèrent l’obligation faite à tous les châtelains et receveurs particuliers de soumettre chaque année leur gestion à la Chambre des Comptes de Grenoble même dans les parties démembrées du Domaine54.

  • 55 Viala, t. II, p. 68.

26Les nombreuses saisies opérées à cette époque ne furent pas d’un grand profit pour les finances ordinaires par suite de la libéralité royale, quand bien même les seigneuries confisquées n’avaient pas été purement et simplement réattribuées. Jeanne de Foix, veuve du comte d’Armagnac, avait ainsi reçu de Louis XI une rente de 6 000 l.t. dans les anciennes possessions de son époux après sa fin brutale, mais une partie des terres de l’assiette fut par la suite inopinément accordée à Chabannes ; sans doute après une vaine démarche auprès du roi, qui avait dû s’en tenir au dernier don en faveur de son vieux capitaine, la comtesse en appela le 21 avril au Parlement de Toulouse55.

  • 56 Lettres, t. VI, note 2 pp. 1-2.
  • 57 Ibid., pp. 229-231.
  • 58 Ibid., pp. 233-234. - Le roi dut réitérer cet ordre le 29 juin 1478, mais le montant de la rente co (...)

27Le 27 juillet ce fut Jean du Mas, l’un des commissaires chargés du procès du duc de Nemours, qui obtint le produit des francs-fiefs et nouveaux acquêts dans la vicomte de Murat et la seigneurie de Vigouroux saisies sur ce prince56. Guillaume de Menypenny ayant été gratifié de son côté de la seigneurie d’Aubin en Armagnac, le Parlement de Paris qui, une fois n’est pas coutume, empiétait sur les compétences de la cour toulousaine prétendit en excepter le commun de la paix, qui appartenait au Domaine royal, mais le monarque protesta que c’était là le principal de son don et lui ordonna le 14 septembre de l’entériner sans nulle réserve57. Le 22, il l’invita encore à enregistrer la cession au seigneur du Lude d’une rente de 1 300 1.1 sur le Domaine ducal d’Orléans, échue à la Couronne par la forfaiture du prince d’Orange58.

  • 59 Louis XI ratifia cette mesure le 25 mars 1478 (Pilot de Thorey, n° 1 706, t. II, p. 267) ; cf. supr (...)
  • 60 Cf. supra, p. 48.
  • 61 Ord., t. XVIII, pp. 281-283.

28Plusieurs dispositions furent prises cette année en vue de renforcer l’efficacité des juridictions supérieures dans le contrôle des finances royales. Un quatrième office ordinaire d’auditeur fut créé le 8 avril à la Chambre des Comptes de Grenoble par le gouverneur de Dauphiné en considération de l’accroissement de son ressort, étendu comme nous l’avons dit à la principauté d’Orange en 1475 : avec cette nouvelle mesure le nombre d’auditeurs ordinaires de la cour avait doublé en trois ans59. Le 31 août suivant, un vieux serpent de mer de l’île de la Cité, le déménagement de la Chambre des Aides de ses locaux incommodes, dont il était question depuis 1454 au moins60, se concrétisa enfin. Une nouvelle démarche du procureur général du roi, qui décrivit par le menu le parcours du combattant infligé aux avocats et procureurs de leurs bureaux de la Grand-Salle du Palais au siège de cette juridiction en soulignant le préjudice qui en résultait pour la Justice des Aides, temps perdu, renoncement des praticiens les plus âgés et les plus chevronnés, demandes d’honoraires élevés et découragement des parties, décida enfin Louis XI à ordonner son transfert dans les chambres de la Reine, au-dessus de la galerie aux Merciers entre la Grand-Salle et la Sainte-Chapelle61.

  • 62 Ibid., pp. 295-296. — Le Bègue était autorisé à conserver son premier office jusqu’à ce qu’il se fû (...)
  • 63 Jassemin, note 1 p. 187.
  • 64 Ord., t. XVIII, note (a) p. 306 ; cf. Jacqueton, note 10 p. 282.

29En outre, pour que l’absence fréquente des présidents ne perturbât pas l’activité de la Chambre des Comptes de Paris, il y institua le 19 septembre un office de vice-président, aux mêmes gages et droits qu’un président lai, en faveur du vieux correcteur Philippe le Bègue, le mieux qualifié par son expérience aux yeux du souverain qui rappelait que son défunt père et lui avaient servi plus de soixante-dix ans à la cour62. C’est aussi en 1477 que la présence à la Chambre du Trésor d’un procureur du roi distinct de celui de la Chambre des Comptes est avérée pour la première fois63, indice de l’émancipation et de l’affirmation de la haute cour de justice des finances ordinaires. Signalons par ailleurs la création de l’élection de Bernay aux dépens de celle de Lisieux le 15 novembre64, qui resserra l’étau du fisc royal autour des contribuables normands.

2. La course à l’héritage.

  • 65 Commynes / Calmette & Durville, t. II, pp. 161-162.
  • 66 Lettres, t. VI, pp. 111-112.

30La réflexion de Louis XI sur la conduite à tenir après la bataille de Nancy fut de courte durée. Il avait appris la nouvelle, nous l’avons dit, à l’aube du 9 janvier ; au début de l’après-midi son parti était pris. Avant même d’être fixé sur le sort du duc de Bourgogne, il avait résolu de se rendre maître de ses États. En sortant de table il dépêcha Philippe de Commynes et l’amiral de Bourbon dans le Nord avec mandat de négocier la soumission de tous les sujets bourguignons qui s’y prêteraient. Les deux hommes se mirent en chemin séance tenante65, tandis que le roi écrivait au sire de Craon en réponse à sa lettre : « maintenant est temps d’employer tous vos cinq sens de nature a mettre la ducé et conté de Bourgongne en mes mains ». Le chef de l’armée de Champagne devrait occuper ces territoires si Charles le Téméraire était bien mort, en veillant par-dessus tout à ce que la discipline de la troupe fût aussi irréprochable que si elle était à Paris, et les assurer que l’intention du souverain était de les traiter mieux qu’aucun autre pays du royaume et de conclure le mariage jadis ébauché de sa filleule Marie de Bourgogne, unique enfant légitime du duc, avec le dauphin66. Le monarque se présentait à l’opinion comme un suzerain bienveillant prenant sous sa protection, en vertu du droit féodal, l’héritière de fiefs tombés en quenouille.

  • 67 Éd. Calmette & Durville, t. II, p. 163.
  • 68 Ibid., pp. 163-164.
  • 69 Éd. Garand & Samaran, t. III, pp. 10-11.

31Louis XI se livra donc comme on l’a vu à d’imposants préparatifs guerriers, réunissant une puissante artillerie et levant l’arrière-ban et les francs-archers. Les opérations se dérouleraient sur deux fronts : au nord l’armée principale investirait les Pays-Bas sous les ordres du roi lui-même, tandis qu’à l’est l’armée de Champagne soumettrait les deux Bourgognes sous la direction du sire de Craon. Les émissaires du souverain devaient cependant obtenir le ralliement des places en sorte que l’occupation se fît sans coup férir. Commynes et l’amiral de Bourbon traitèrent ainsi à Abbeville avec les officiers ducaux, mais quand ceux-ci eurent fait évacuer la garnison flamande le peuple de la ville, qui s’était entendu avec Jean d’Estouteville, lui ouvrit les portes, « qui fut le grant dommaige des capitaines et autres officiers de la ville », explique Commynes, « car Hz estoient sept ou huyt a qui nous avions promis des escuz et aucunes pensions, (...) dont ilz n’eurent riens pour ce que les places ne furent point baillées par euh »67. Le mémorialiste noua encore avec Jean de la Vacquerie, pensionnaire de la Ville d’Arras et bientôt président du Parlement de Paris, et les seigneurs d’Esquerdes et de Ravenstein, commandants de la place, les contacts qui allaient conduire à sa réduction68. Selon Basin, le Ponthieu et l’Artois furent ainsi gagnés à force de pensions et de charges69.

  • 70 Éd. Calmette & Durville, t. II, pp. 173-174.
  • 71 Ibid., pp. 174-175.

32Cependant sa réprobation de la politique royale, qu’il jugeait trop brusquée et agressive, valut à Commynes sa seule et d’ailleurs courte disgrâce du règne. Expédié en Poitou le 2 février, il remit au souverain la liste d’« aucuns, lesquelz s’estoient tournez de son party par mon moyen », expose-t-il, « par quoy leur avoye promis pensions et biensfaictz de luy ; (...) et leur tint ledict seigneur ce que je leur avoye promis »70. Juste avant son départ arriva un chevalier de ses parents, venu proposer la soumission des principales places du Hainaut. Il en prévint son maître mais Louis XI, rendu trop sûr de lui par les succès, dédaigna ces avances. Commynes adressa malgré tout son parent au sire du Lude mais les tractations tournèrent court, car le premier « estoit venu esperant faire son proffit et s’enrichir, et ledit seigneur du Lude luy demanda d’entrée ce que les villes luy donne-royent en conduisant leur affaire »71 L’occasion fut donc perdue.

  • 72 Les élus firent remettre 40 s.t. à chacun d’eux par le Consulat le 17, avant leur départ (Caillet, (...)
  • 73 Champion, t. II, note 2 p. 282, p. 284.
  • 74 Legeay, t. II, pp. 250, 255, 269-270.

33Pendant ce temps, les seigneurs de Craon et Chaumont et le prince d’Orange avaient occupé sans difficulté les Bourgognes à la tête de 700 lances. Les francs-archers du Sud-Est leur avaient sans doute été adjoints, tels ceux de Lyon, mobilisés à la mi-février72. Devant cette invasion les états locaux avaient négocié leur soumission. Conformément aux accords conclus et aux consignes de ménagement de Louis XI, l’occupation était légère : quelques centaines d’hommes dans le duché, moins encore dans la Comté73. Craon avait été nommé gouverneur de ces pays au début de février, mais son avidité compromit la cause royale. Le parti bourguignon, s’étant ressaisi, chassa en mars les Français de la Comté ; à la fin du mois ceux-ci n’y tenaient plus que la place de Gray74, à la frontière du duché où ces revers mirent leur présence en péril.

  • 75 Basin / Garand & Samaran, t. III, pp. 14-17 et note 3 pp. 15-17, pp. 48-49 et note 4 pp. 48-49 ; de (...)
  • 76 BN, ms. fr. 20 494 f° 100.

34Le souverain était plus heureux dans le Nord. Le 4 mars, les négociations avec les autorités d’Arras lui permirent d’entrer dans la Cité. Il fit à la Ville la même offre qu’aux autres places d’Artois : si elle se soumettait, il se contenterait d’en nommer les officiers et en laisserait les revenus à Marie de Bourgogne. Malgré une émeute des habitants, d’Esquerdes et la Vacquerie acceptèrent sur ces bases un accord de neutralisation, qui fut publié le 1er avril. Le monarque exercerait sa tutelle sur la Ville en l’absence de seigneur mâle jusqu’à ce que sa vassale « lui eüst baillé homme » ; il n’y installerait pas de garnison et reverserait les recettes fiscales à Marie75. Hesdin, l’ancienne résidence favorite de Philippe le Bon, avait fait sa soumission aux représentants royaux dont le trésorier Bourré six jours plus tôt, le 26 mars76.

  • 77 Lettres, t. VI, pp. 157-159.
  • 78 Éd. Calmette & Durville, t. II, pp. 206-207.

35Louis XI pouvait énumérer ses récents succès dans sa lettre du 20 avril au seigneur de Bressuire : prise d’Hesdin, de Boulogne, de Fiennes et du château de la Montoire, déroute infligée par le seigneur du Lude cantonné dans la Cité d’Arras aux garnisons ennemies de Lille, Douai, Orchies et Valenciennes réunies pour un coup de main77. Le roi contrôlait alors le Ponthieu, le Boulonnais et l’Artois, mais le Hainaut et surtout la Flandre lui échappaient. Les grandes villes flamandes en révolution, Gand, Bruges et Ypres, avaient levé une armée de 12 à 15 000 hommes qui alla brûler les faubourgs de Tournai, soulevant l’ironie de Commynes pour ces troupes très bien payées par les riches cités, mais très mal employées à quelques ravages « en lieu dont il ne challoit gueres au roy, car il n’y lieve ne tailles ne aydes »78.

  • 79 De Roye / de Mandrot, t. II, pp. 49-50.
  • 80 Kendall, p. 376.

36Après la seconde réduction de la Ville d’Arras le 4 mai, le souverain donna congé aux nobles et aux francs-archers de Normandie, tandis que lui-même gagnait Notre-Dame-de-la-Victoire près de Senlis, mais cette accalmie ne dura pas. À peine arrivé il repartit pour Péronne, qui avait refusé d’accueillir des archers de l’ordonnance. Plus que d’insubordination, il s’agissait sans doute d’une réaction de défense contre les abus des gens de guerre. Toujours est-il que sur place le monarque apprit les préparatifs belliqueux des partisans de Marie de Bourgogne et convoqua de nouveau l’arrière-ban, dont la levée fut criée dès le 18 à Paris79. En effet le mariage de l’héritière au fils de l’empereur Frédéric III, Maximilien d’Autriche, célébré par procuration à Gand le 21 avril80, avait marqué un tournant dans la Succession de Bourgogne : un rival entrait en lice pour se faire le champion de Marie, l’opposition à l’expansion française s’organisait.

  • 81 Ibid., p. 377.
  • 82 Lettres, t. VI, pp. 175-176.
  • 83 Ibid., notes 2 p. 182 et 2 pp. 188-189 ; Kendall, p. 377.
  • 84 Kendall, loc. cit.

37Louis XI reprit donc l’offensive et conquit le sud du Hainaut, emportant Bouchain et le Quesnoy81, mais les nouvelles les plus alarmistes lui parvenaient. Le 1er juin, il écrivit à Antoine de Chabannes qu’ayant appris la révolte de la Bourgogne et du Charolais et la perte de presque toutes les places qu’il y tenait, mais aussi de Bohain et Beaurevoir aux portes de Saint-Quentin, il mandait à l’ordonnance, à l’arrière-ban et aux francs-archers « qu’ilz s’en vieignent a toute diligence »82. Les opérations se durcirent en Hainaut : Avesnes, où le souverain avait reçu seize ans plus tôt la soumission de son royaume, étant tombée le 11 juin après une âpre résistance, les habitants furent massacrés et la ville rasée « pour donner exemple aux autres »83. Vers le 25, reprenant la tactique de la terre brûlée déjà utilisée en Roussillon, le monarque envoya 3 à 4 000 faucheurs détruire les récoltes entre les places ennemies de Douai et Valenciennes sous la protection de 400 lances et 4 000 francs-archers84.

  • 85 Gilles le Maire était spécialement commis au paiement de ces deux garnisons (BN, ms. fr. 20 685 p. (...)
  • 86 Contamine, Guerre, État et société, p. 285 ; id., « Un traité politique inédit de la fin du xve siè (...)
  • 87 AN, K 72 n°4.

38C’est à cette époque, nous l’avons vu, que Louis XI enrôla des gens de guerre pour tenir garnison dans ses conquêtes - sans doute des mortes-payes, comme celles qu’il installa à Hesdin et Boulogne85 — puis engagea 1 000 lances supplémentaires à compter du 1er juillet pour compléter l’effectif de chaque compagnie d’ordonnance et le porter au « nombre entier » de cent lances, posé dans le principe depuis 1445 et rarement atteint. Cette mesure, unique par son ampleur dans les annales du règne, accrut d’un tiers les forces de la cavalerie permanente, portées d’un coup à quelque 4 000 lances86. Il est significatif que quatre semaines se soient écoulées avant que le roi ne prenne ses dispositions pour assurer l’entretien des nouvelles lances. Dirigeant les opérations sur le front, il était accaparé par les questions militaires, battant une fois de plus le rappel des réserves et ordonnant le 21 juillet la levée des nobles du bailliage de Rouen87 ; le problème du financement, si important fût-il, n’était pas son premier souci.

  • 88 BN, ms.fr. 21 427 n° 27.
  • 89 Kendall, p. 378.
  • 90 Legeay, t. II, pp. 290-291, 294.

39Lorsqu’il ordonna enfin une crue de taille le 27 pour les lances de renfort, il justifia leur recrutement par les nouveaux apprêts guerriers de ses ennemis88 : de fait les Flamands concentraient alors une armée derrière le canal de Neuf-Fossé, sur la frontière de l’Artois. Prenant les devants au début du mois d’août, les troupes royales ainsi renforcées culbutèrent l’adversaire et s’emparèrent de Cassel89. Ce fut le dernier succès notable de la saison. Le 18 septembre une trêve, d’ailleurs mal observée, fut conclue avec Maximilien qui avait rejoint son épouse à Gand un mois plus tôt après avoir reçu d’elle un viatique, car il était sans le sou90. Au début d’octobre le monarque quitta le Nord : la campagne était terminée pour cette année.

  • 91 Caillet, note 3 p. 236.
  • 92 Lettres, t. VI, pp. 203-204. - Sans s’en apercevoir Vaesen réédite cette missive sous la date de 14 (...)

40Comme en 1475, toutes les ressources militaires du royaume avaient été mobilisées pour soumettre les États bourguignons, mais cette fois l’on se battit vraiment et les pertes humaines vinrent s’ajouter au fardeau des Français. Les réserves de l’armée royale restèrent de longs mois en campagne : le Consulat de Lyon reçut le 24 août, non des élus du pays mais de Louis XI lui-même, l’ordre de verser 135 l.t. pour un semestre de solde de ses 30 francs-archers, levés depuis février91. La lassitude se manifestait d’ailleurs dans les rangs, et les désertions étaient devenues quotidiennes quand le 6 juillet le roi ordonna aux habitants de Saint-Quentin d’établir des contrôles aux portes de leur ville et dans les passages des environs, pour arrêter comme traîtres et criminels de lèse-majesté les francs-archers partis sans congé92. Les moyens dont la monarchie disposait ayant malgré tout des limites, et l’essentiel de l’effort portant sur les Pays-Bas, les Bourgognes durent être traitées comme un théâtre d’opérations secondaire et il lui fallut en supporter les conséquences.

  • 93 Contamine, Guerre, État et société, p. 300.
  • 94 Lettres, t. VI, p. 127.
  • 95 Ibid, pp. 128-130.
  • 96 Ibid., pp. 130-131.
  • 97 BN, ms. fr. 23 264 f° 5.
  • 98 Lettres, t. VI, p. 143.— Sans s’en apercevoir Vaesen publie de nouveau cette lettre sous la date du (...)

41De fait, c’est en Artois que le champ de guerre du roi fut mené d’Orléans93 ; c’est dans le Nord encore que le souverain concentra son artillerie et veilla à la pourvoir en munitions. Le 12 février, il ordonna aux Compiégnois de dépêcher en hâte vingt des meilleurs maçons du pays avec leur équipement à Péronne pour y fabriquer des « pierres de bombarde et canon » sous la direction du receveur de cette ville, Baudouin Boucquel dit Buffard, responsable de la production, en promettant de les rémunérer « si bien qu’ilz deuvront estre contens »94. Dès le 16 il envoya deux commissaires, dont l’ancien général de Reilhac, requérir de Compiègne de nouveaux maçons et charpentiers pour Péronne ; cette fois leurs concitoyens devraient les payer pour quinze jours à leurs frais95. Le lendemain le monarque annonça aux Rémois la venue de l’ex-changeur du Trésor Jean de Mineray, chargé de ramener toutes les pièces disponibles de Champagne, y compris celles des villes qui devraient fournir le charroi96. La mission de Mineray est d’autant plus remarquable que ce pays était la base arrière naturelle de l’armée de Bourgogne : les priorités étaient claires. Les dépenses de l’artillerie ainsi réunie dans le Nord étaient acquittées par le commis Robert Paon, doté de crédits sur toutes les recettes générales du royaume sans doute, jusqu’à celle de Languedoc, la plus lointaine et vraisemblablement la moins sollicitée, qui lui fournit 4 812 1. 10 s.t.97 De nombreux pionniers étaient encore employés aux travaux de fortification dans le Nord. Certains étaient recrutés par des agents royaux, qui poussèrent jusqu’en Bretagne leur quête de main-d’œuvre. Ces humbles tâcherons étaient plus soucieux de gagner quelques deniers que d’exposer leur vie en pays hostile : le 27 mars Louis XI ordonna à Saint-Quentin d’intercepter à ses portes les voyageurs parlant breton et de les lui renvoyer, car les pionniers venus du duché rentraient chez eux sous des déguisements après avoir été payés, sans avoir encore eu l’occasion de travailler, alors qu’il allait avoir besoin sous peu de leurs services98.

  • 99 Ibid., t.VI, pp. 150-151.
  • 100 Ibid, pp. 196-197.

42D’autres étaient réquisitionnés : le 7 avril, le roi réclama ainsi l’envoi d’urgence par Abbeville de 800 à 1 000 pionniers qu’il ferait payer, avec pics, pelles et hoyaux. Si elle ne pouvait en réunir tant à la fois, la ville devait dépêcher sans délai ceux qu’elle avait sous la main au général de Normandie Guillaume le Picard à Hesdin99. Le 30 juin, il exigea encore 50 pionniers munis de leurs outils pour achever la démolition de l’enceinte de la Ville d’Arras du côté de la Cité, mais leurs trois semaines de salaire seraient cette fois à la charge des Abbevillois. Rendu prudent par l’expérience, le souverain prescrivait pour ces hommes une rémunération journalière, « car s’ilz estoient paiez tout a une foiz on ne les pourroit tenir »100. L’ampleur du contingent requis d’une seule ville, toute proche il est vrai, donne une idée des effectifs réunis au moins dans les moments de plus grande mobilisation. Par ailleurs, comme pour les ouvriers de l’artillerie, la monarchie commençait par prendre les réquisitions à sa charge mais ne tardait pas à s’en défausser sur les villes.

  • 101 Éd. Fawtier, §§ 1 871p. 146, 2 062 p. 174, 2 070 p. 176, 2 077 p. 177, 2 326 p. 210.
  • 102 Lettres, t. VI, p. 223. - Nota que le paiement de ce quartier de solde, qui pour 100 lances devait (...)

43Une fois encore les exigences de la guerre finissaient en effet par excéder les capacités des finances royales. Le Domaine lui-même avait dû être mis à contribution : 8 000 l.t. furent assignées sur les recettes des trois sénéchaussées de Languedoc pour payer en partie les 100 lances à la mode d’Italie de Boffile de Juge. Faute d’autre compte du Trésor nous ne savons si ce procédé était coutumier, mais le financement de la défense du royaume revenait en principe aux revenus extraordinaires et il est possible que l’entretien de ces forces stationnées en Roussillon, qui ne participaient pas aux opérations, ait été reporté cette année sur les caisses ordinaires - où il reçut tout de même la priorité101 - pour soulager les tailles et aides d’une charge militaire d’importance secondaire. Les finances domaniales ne pouvaient cependant être que d’un secours limité, et c’est aux villes qu’il revenait en dernier ressort de suppléer aux défaillances des comptables militaires. Quand, au début de septembre, le monarque préleva 5 500 écus (8 822 1. 18 s. 4 d.t.) sur la solde du deuxième trimestre qu’un clerc des trésoriers des guerres devait porter à la compagnie d’ordonnance du seigneur de Moy cantonnée à Tournai, c’est à la municipalité qu’il ordonna le 5 de rembourser cette somme au clerc, et rien n’indique qu’il s’agissait là d’une simple avance102.

  • 103 Ibid., pp. 141-142.
  • 104 Legeay, t. II, pp. 264, 298.

44Le fardeau était d’autant plus lourd que le royaume le porta seul. La disparition même de Charles le Téméraire mit en péril la coalition qui en avait triomphé : désormais le prince le plus dangereux d’Occident était Louis XI, et ses alliés inquiets s’abstinrent de lui prêter main-forte dans la réalisation de ses desseins. Les relations s’aigrirent surtout avec les Habsbourg quand le fils de l’empereur germanique, à l’évidence encouragé par son père, disputa au roi l’héritage bourguignon. Le duc Sigismond, parent de Maximilien d’Autriche, se retrouva dans une position délicate et le souverain français joua à son encontre de l’arme financière. Quand le duc lui adressa en mars des protestations d’amitié assorties de demandes de paiement de sa pension, le monarque évoqua les charges qui l’accablaient mais promit néanmoins de le satisfaire dans les meilleurs délais, tout en l’invitant à faire cesser les incursions de certains de ses sujets dans la Comté de Bourgogne103 : le marché était à peine voilé. Sigismond dut adopter un profil bas, et ses 10 000 l.t. lui furent finalement versées104.

  • 105 Basin / Garand & Samaran, t. III, note 3 p. 89.
  • 106 Lettres, t. VI, pp. 172-175.
  • 107 Basin / Garand & Samaran, t. III, note 2 pp. 92-93.

45L’alliance franco-helvétique elle-même fut ébranlée. Le 25 avril 1477, les Cantons avaient donné leur accord au recrutement de 6 000 hommes par Louis XI105. Le roi leur exprima sa gratitude le 29 mai en les assurant qu’il était résolu à traiter leur nation mieux que ses autres troupes et en leur annonçant l’envoi de trois émissaires, dont le secrétaire des finances Louis Tindo, pour payer scrupuleusement la solde de ces gens de guerre et les subsides de ses alliés106. En fait, ces derniers venaient de faire volte-face l’avant-veille en interdisant à leurs ressortissants d’entrer à son service107. Le parti antifrançais marquait en effet des points, fort d’un argument de poids, les ambitions royales sur la Comté de Bourgogne voisine qui heurtaient les intérêts des Suisses et les alarmaient fort.

  • 108 Lettres, t. VI, pp. 185-187.

46Le souverain s’efforça de les rassurer le 16 juin. Affectant d’ignorer les contre-ordres, il annonçait de nouveau sa satisfaction des récents accords, l’envoi prochain de l’argent des mercenaires et son intention de les choyer quand ils lui seraient parvenus. Il s’attachait ensuite à réfuter les assertions des ambassadeurs de Marie de Bourgogne et affirmait que les lettres de constitution d’apanage rendues jadis par Jean le Bon en faveur de Philippe le Hardi prouvaient l’appartenance de la Comté au Domaine royal. Il certifiait qu’une fois ce pays reconquis ses alliés auraient en lui un bien meilleur voisin que Maximilien, et se disait confiant dans la solidité de leur entente face aux manigances de l’empereur pour la briser108. Ses ennemis exploitant la question comtoise, le monarque faisait vibrer une autre corde sensible des Cantons, leur hostilité traditionnelle aux Habsbourg.

  • 109 Ibid., pp. 148-150. - Pâques tombait précisément le 6 avril en 1477.
  • 110 Éd. Fawtier, §§ 1 945 p. 157, 2 649 p. 263.
  • 111 Lettres, t. VI, pp. 261 -262 et note 1 p. 261.

47Cette contre-offensive diplomatique devait être appuyée par des arguments sonnants et trébuchants, mais l’intendance peinait à suivre. Dès le 6 avril, les Suisses s’étant plaints en pleines négociations du retard apporté au paiement de leur terme de Pâques, Louis XI l’imputa à la négligence et à la lenteur des gens de ses finances, bien que ceux-ci protestassent qu’ils avaient toujours effectué ce versement aux foires lyonnaises de Pâques et que les caisses étaient obérées par la guerre, ce qui était certainement la vérité. Le roi assura positivement ses alliés qu’il tiendrait tous ses engagements et que ce terme serait réglé sans faute au moment des foires109. En octobre et novembre, le souverain rentré du front nord fit venir à Tours le changeur du Trésor Gilles Cornu, chargé du paiement des Suisses, pour examiner les articles de sa dépense110 ; le trésorier de la Confédération, Werner Loubly, envoyé le 1er novembre demander le versement des subsides, fut reçu au Plessis-du-Parc vers le 9 décembre111.

  • 112 Legeay, t. II, pp. 264, 299.
  • 113 BN, ms. fr. 23 264 f° 11 ; sur Scharnachtal cf. Lettres, t. X, Supplément, note 1 p. 306.

48Malgré les retards les subventions royales, revues à la hausse, atteignirent cette année 32 500 l.t., auxquelles s’ajoutèrent 38 500 l.t. pour les 6 000 combattants convenus112. Parmi les pensions alors versées sur la recette générale de Languedoc, à côté des 400 l.t. de Jost de Silenen et des 340 l.t. de Guillaume de Diesbach apparaissent pour la première fois 270 l.t. accordées à Nicolas de Charnantal, de son nom allemand Scharnachtal, l’un des chefs du parti français à Berne113. En dépit de ces efforts financiers nous ne trouvons nulle trace d’une présence helvétique dans les forces royales en 1477. Si le monarque ne put apparemment surmonter les préventions des Cantons inquiets de ses appétits, du moins ménagea-t-il l’avenir par ses investissements.

  • 114 Calmette & Périnelle, p. 222.
  • 115 Ibid., note 5 pp. 222-223.

49Louis XI ne fut pas plus heureux dans ses tentatives pour entraîner l’Angleterre à ses côtés. Dans un premier temps il ne rechercha d’ailleurs pas cette intervention, espérant faire main basse par ses propres forces sur l’héritage de Charles le Téméraire et tout garder pour lui. La disparition du glacis bourguignon de Calais et la réduction de leurs principaux partenaires commerciaux étaient autant de menaces pour les intérêts anglais. L’expansion française dans le Nord était accueillie sans sympathie par Édouard IV, qui réclama au début de l’année le respect des places qui constituaient le douaire de la duchesse de Bourgogne, sa sœur114. De son côté le roi de France était assez ouvert à l’idée de menées souterraines, si nécessaire, contre le royaume d’outre-Manche pour que le seigneur de Ravenstein, son nouveau serviteur, lui proposât le 20 mai son entremise auprès des Danois, qu’il s’était permis de recevoir à l’Écluse : « iceulx Danois sont de mortelle haine aux Anglois (...) [au besoin] je me tiens bien certain que a l’encontre desdits Anglois je vous feray par eulx faire plusieurs bons et grans services sans en rien vostre charge ou despense »115. Exploiter la rivalité de deux nations pour servir sa cause sans bourse délier, voilà qui avait de quoi séduire le souverain.

  • 116 Ibid., p. 223 ; cf. BN, ms. fr. 23 264 f° 4.
  • 117 Calmette & Périnelle, p. 224 et note 1 ; cf. BN, ms. fr. 23 264 f° 2. - Un certain Rogerin le Lieur (...)
  • 118 Ord, t. XVIII, note (d) pp. 272-273 ; Calmette & Périnelle, p. 224.

50Il n’en vint pas là cependant, car au début de l’été il lui apparut plus expédient d’associer l’Angleterre à une curée qui s’avérait décidément plus difficile que prévu. Le moment semblait propice pour de telles avances. Les versements convenus deux ans plus tôt se poursuivaient, et après la remise du terme de la rançon de Marguerite d’Anjou pour la Saint-Michel 1476 par le receveur général Parent à une ambassade anglaise vers le mois de février116, Guillaume Restout venait de passer la Manche avec l’échéance des pensions de Pâques, dont Édouard IV avait donné quittance le 5 juillet117. Le 21 une nouvelle convention fut conclue à Londres, qui à vrai dire n’innovait en rien sur les accords de Picquigny, mais les prolongeait jusqu’à un an après la mort du premier des deux princes à disparaître118.

  • 119 Ibid., pp. 224-227.

51Louis XI profita de ce réchauffement pour requérir l’aide de son allié contre Marie de Bourgogne, invoquant le cas du vassal rebelle prévu par le traité d’assistance mutuelle de 1475 ; une fois encore il lui fit miroiter le partage des États bourguignons. Ses diplomates eurent beau faire le siège d’Édouard IV, celui-ci n’entendait contribuer à aucun prix au développement de la puissance française119.

  • 120 Commynes / Calmette & Durville, t. II, pp. 248-249 ; Calmette & Périnelle, pp. 229-230.

52Quand les ambassadeurs anglais vinrent signifier le refus de leur maître à la fin de l’année, dans un suprême effort de séduction le roi de France les reçut en personne le 26 décembre et fit les offres les plus mirobolantes. Si le souverain anglais débarquait aux Pays-Bas à la tête de ses troupes, Louis XI conquerrait lui-même les quatre principales places du Brabant pour le compte de son allié, occuperait l’ennemi tandis que celui-ci soumettrait la Flandre, lui abandonnerait ces deux pays sans même en retenir l’hommage, et fournirait en outre la solde de 10 000 hommes pendant quatre mois, l’artillerie et son charroi120. Le roi était décidé à acheter au prix fort l’engagement de l’Angleterre et la réduction finale des États bourguignons en 1478.

53À cette occasion un curieux mémoire fut composé, qui récapitulait les arguments échangés avec les diplomates anglais et s’achevait sur une estimation de ce que les Valois de Bourgogne avaient coûté à la branche aînée : 7 ou 8 millions d’écus (11 à 13 millions de livres tournois environ) pour les impôts indûment levés depuis 1467 dans leurs possessions françaises par Charles le Téméraire et sa fille sans avoir prêté hommage au souverain, plus de 20 millions (32 millions de l.t.) pour les dommages causés au royaume par les guerres du défunt duc, plus de 6 millions (9 millions et demi de l.t.) pour les dépenses militaires que le monarque avait supportées de ce fait ; en outre les archives de la Chambre des Comptes montraient que les ducs de Bourgogne avaient reçu plus de 6 millions d’écus des rois de France, en comptant les frais de la campagne de Rozebeke où Philippe le Hardi avait conduit Charles VI en 1382. Toutes les preuves seraient produites au roi d’Angleterre pour établir le bon droit de son allié.

  • 121 Ibid., PJ n° 73, pp. 378-382. - Calmette reporte ce document non daté au mois de novembre, mais ses (...)
  • 122 BN, ms. fr. 20 685 p. 598.

54Ainsi, non content d’avancer d’abord la lèse-majesté du Téméraire et le droit de conquête sur l’ennemi déclaré pour justifier respectivement la confiscation de l’héritage bourguignon dans le royaume et son occupation à l’extérieur121, Louis XI développait toute une argumentation financière pour achever de légitimer ces annexions par les dettes de la Maison de Bourgogne envers la Couronne. Ce mémorandum est d’autant plus intéressant que ses évaluations, tout approximatives qu’elles fussent, n’avaient rien d’arbitraire : elles étaient le fruit des recherches ordonnées par le roi, peut-être à son retour du Nord au maître des Comptes Martin le Picard qui avait vaqué cinquante-neuf jours à extraire des livres et registres de la Chambre tout ce qui pouvait étayer ses prétentions et à lui porter le résultat de ses investigations122.

  • 123 Éd. Calmette & Durville, loc. cit. ; Calmette & Périnelle, pp. 229-230.

55Tous ces efforts furent cependant peine perdue. Édouard IV répondit que Flandre et Brabant étaient de bien grosses proies à conquérir et à conserver, que les liens économiques de ses sujets avec les Pays-Bas rendaient cette guerre impopulaire, et fit à dessein une contre-proposition inacceptable, offrant d’envoyer des troupes aux frais de la France moyennant la cession de places déjà conquises en Picardie comme Boulogne, second Calais en puissance ; ce que Commynes jugea « bien saige responce »123. En Angleterre comme en Suisse l’or français garantissait Louis XI contre tout acte d’hostilité ouverte, mais ne rompait pas son isolement : comme le roi l’avait déjà éprouvé en Bretagne quelques années plus tôt, les intérêts nationaux parlaient les premiers et la diplomatie des pensions avait ses limites.

  • 124 Lettres, t. IV, note 1 p. 223 ; Sée, p. 283 ; Basin / Garand & Samaran, t. Ill, note 1 pp. 54-55.
  • 125 Basin / Garand & Samaran, t. III, pp. 70-71.
  • 126 Legeay, t. II, p. 277 ; Sée, p. 271 et notes 3-4.
  • 127 Lettres, t. VI, pp. 264-265, 266-268 (16 décembre), 279-282 (31 décembre), 291-292 (13 janvier 1478 (...)

56À la fin de l’année, le souverain en était toujours à ne pouvoir compter que sur ses propres forces. Il se tint donc sur la défensive dans ses nouvelles conquêtes puissamment défendues, ainsi Cambrai où cantonnaient 400 lances sous son spoliateur Maraffin124. Le ravitaillement des garnisons du Nord pendant l’hiver fut mis à la charge de la Normandie, de l’Île-de-France et des pays voisins, où cet impôt en nature aggrava encore le poids de la fiscalité125. Aux portes de la Comté rebelle le duché de Bourgogne était lui aussi bien gardé et la population ne laissait pas de s’inquiéter de ce déploiement de forces. Au lendemain du limogeage du sire de Craon, remplacé le 18 novembre par le seigneur de Chaumont comme lieutenant dans les Bourgognes, les gens du roi à Dijon s’étant plaints des excès de la soldatesque, le chancelier les assura du mécontentement de Louis XI qui entendait, leur répétait-il, « que vous soyez aussy bien traictez que ceulx de sa bonne ville de Paris ». Il promit que seuls des effectifs de l’ordonnance royale seraient envoyés dans leur ville - les Bourguignons craignaient sans doute la venue de Suisses - et que leur solde serait scrupuleusement versée « afin que ilz ne preignent riens sur le peuple sans payer et qu’ilz ne leur [sic] fassent nulle violence »126. En même temps le monarque mettait les Lyonnais en garde contre les entreprises du comte de Bresse, du prince d’Orange, voire du duc de Bourbon même et les invitait à renforcer leurs défenses tandis qu’il pourvoyait à leur sûreté127.

  • 128 De Roye / de Mandrot, t. II, p. 63. - La chevrette est un engin de siège et le taudis, ici, un abri (...)

57Louis XI ne se limita cependant pas à ces mesures conservatoires et lança en décembre un ambitieux programme d’armement. Il passa commande de douze énormes bombardes de fonte à Paris, Orléans, Tours et Amiens à raison de trois dans chaque ville - nous ne savons qui en assumait les frais -, confia à l’ancien général de Reilhac, décidément reconverti dans ce domaine, la fabrication de boulets de fer en grand nombre dans les forges forestières des environs de Creil, ordonna la production de nouveaux boulets de pierre dans les carrières de Péronne et fit enfin construire dans les bois du matériel de siège, chevrettes et taudis128. On le voit, ce plan concernait l’artillerie et l’équipement poliorcétique de l’armée royale. Puisqu’il n’avait pu cette année soumettre toutes les terres bourguignonnes ni obtenir le concours de ses alliés, le souverain, loin de désarmer, mettait la mauvaise saison à profit pour refaire et même augmenter ses forces avant de repartir seul à la charge en 1478. Sa détermination, ou si l’on préfère son obstination ne laissait guère d’espoir aux finances royales, et aux contribuables, d’être enfin soulagés de l’épuisant effort militaire dans un avenir prévisible.

3. Le butin.

  • 129 BN, mss. fr. 20 685 p. 666, 23 264 14.
  • 130 Ibid., 19 ; cf. ms. fr. 20 685 p. 669.
  • 131 AN, K 72n° 1.
  • 132 Lettres, t. VI, pp. 122-124.
  • 133 Legeay, t. II, p. 281.

58Si inachevée fût-elle, l’expansion française fit tomber entre les mains de Louis XI une large part des terres et des richesses des grands ducs d’Occident et de quelques-uns de leurs partisans. Persévérant dans sa politique de redistribution, d’autant plus opportune en temps de guerre pour resserrer les liens de fidélité, il fit amplement profiter de sa fortune ses alliés et serviteurs anciens ou nouveaux : la manne royale déversa ses flots sur les prébendiers de la monarchie. Le héros du jour, le duc de Lorraine, reçut outre ses 12 000 l.t. de pension129 un don de 30 000 l.t. « pour lui aider a supporter les tres grans et comme insupportables charges, fraiz et despenses qu’il a eues et soustenues tant en l’année passée que en ladicte année presente »130, autrement dit pour ses éminents services à Nancy. Le 5 février, le roi écrivit à René II qu’il s’était occupé de son trésorier, venu sans doute chercher les subsides ; le versement du don fut complété le 28 avril131. Dans la même lettre le souverain s’étonnait que le duc ne lui eût pas encore envoyé Antoine, grand bâtard de Bourgogne, capturé à Nancy, et le priait instamment de le lui remettre, promettant qu’il en serait récompensé « tellement que en serez bien content »132 : il le lui racheta en effet 10 000 écus (16 041 1. 13 s.4 d.t.)133.

  • 134 Lettres, t VI, pp. 125-126.
  • 135 Ibid., p. 139.

59Les chefs de guerre employés par Louis XI à la réduction des territoires bourguignons étaient évidemment les premiers servis. Les seigneurs de Craon et de Chaumont lui ayant écrit de Bourgogne pour demander à conserver une partie des trésors de Charles le Téméraire sur lesquels ils avaient fait main basse, en précisant candidement qu’ils lui laisseraient le reste, s’attirèrent le 9 février une ironique répartie : « messeigneurs les contes, j’ay receü voz lettres et vous mercye de l’honneur que me voulez faire de me mettre a butin entre vous ». Le roi consentait à leur abandonner les caves du duc et la moitié des fonds trouvés dans ses caisses, mais leur mandait de réunir l’autre moitié pour lui et de l’employer à la mise en état des places qui gardaient la frontière allemande « en façon que je ne perde rien » : il craignait manifestement que ses alliés d’hier ne lui disputassent sa proie. Ces précautions prises, le reliquat de l’argent devrait lui être expédié134. De même, autorisant le 23 mars le sire de Craon à s’approprier les meubles et la vaisselle du duc qu’il lui avait donnés, il ajoutait : « touchant ma part des restes, prenez les entre voz mains pour les employer en ce que verrez qui sera necessaire par dela »135. Le souverain ne voyait aucune objection à ce que ses agents profitassent largement des dépouilles - si loin de lui et maîtres du terrain, ils se fussent servis de toute façon - dès lors que ses intérêts étaient préservés et sa domination confortée.

  • 136 Basin / Garand & Samaran, t. III, note 1 p. 40.
  • 137 Ibid., note 4 p. 41.
  • 138 Ord., t. XVIII, pp. 227-229, 229-231. -La « Bourgogne royale » comprenait également le Sénonais, de (...)
  • 139 Ord., t. XVIII, pp. 304-305, 306-308.—Nota que les lettres de constitution de la sénéchaussée d’Art (...)

60La disparition de l’apanage de Bourgogne, les conquêtes et les confiscations valurent certes au Domaine royal sa plus spectaculaire extension depuis la fin de la guerre de Cent Ans, mais furent aussi l’occasion pour le monarque de dispenser à profusion de nouvelles terres à ses fidèles. Le traité passé le 29 janvier entre les états du duché de Bourgogne et les représentants du monarque sanctionna le rattachement du pays à la Couronne136, et les états de la Comté firent à leur tour soumission le 18 février à Louis XI en qualité de tuteur de Marie137. Dès le mois de janvier le roi avait indissolublement réuni au Domaine le comté d’Auxerre, l’ancienne « Bourgogne royale » du temps de Charles VI, et rétabli le même jour le bailliage d’Auxerre tel qu’il avait existé depuis sa création par Charles V en 1371 jusqu’au traité d’Arras, avec le comté même, les terres enclavées dans ses limites et tout le diocèse entre Loire, Yonne et Cure138. En novembre suivant il réunit semblablement les Ville et Cité d’Arras et le comté d’Artois à la Couronne, rappelant qu’ils étaient de son ancien Domaine, et y institua une sénéchaussée dont la Ville d’Arras, « qui est le chief et principale ville dudit pays », fut promue chef-lieu dans un geste de bonne volonté139.

  • 140 AN, Xla 8 607 f° 74 v°, 107 v ; une troisième seigneurie plus modeste, la baronnie de la Bove en La (...)
  • 141 AN, Xla 8 607 f° 94 r°.
  • 142 Ibid, f° 87 v°, 89 r°, 91 r°, 92 v° pour Pot ; Ord., t. XVIII, note (a) en haut de la p. 275 pour L (...)
  • 143 Ibid., note (a) en haut de la p. 298.

61La distribution des terres, avant tout des confiscations prononcées contre les ennemis du roi, commença sans délai. Dès le mois de janvier le maréchal de Gié reçut ainsi le comté de Porcien saisi sur Philippe de Croy, dont le comté de Chimay échut en juin au prévôt de Paris Robert d’Estouteville140. Le grand bâtard de Bourgogne lui-même, racheté comme nous l’avons vu par le souverain qui l’avait pris à son service, obtint en mars le comté de Guînes141 récupéré sur le Téméraire. La réattribution de la confiscation de Saint-Pol fut relancée quand la conquête de l’Artois et du Boulonnais eût fait tomber entre les mains du monarque les possessions du connétable sises dans les terres du duc de Bourgogne et échues à ce prince dans le partage de 1475. Le bailli de Vermandois Guyot Pot reçut en quatre fois, en février et décembre, quelque dix-sept châtellenies tandis que Jacques de Luxembourg devait se contenter en juin des seigneuries de Lens et la Bassée ; encore cette dernière avait-elle été d’abord concédée à Pot, qui put faire enregistrer ce don avec les autres par le Parlement de Paris le 20 février 1478142. Dans ce partage des terres bourguignonnes au nord, citons encore l’octroi de la seigneurie de Béthune à Antoine de Chourses en septembre143.

  • 144 Éd. Fawtier, §§ 1 935 p. 154, 2 453 p. 234, 2 638 p. 261 pour le premier don ; §§ 1 936 bis p. 155, (...)

62Des saisies furent également opérées dans l’enclave royale de Tournai à l’encontre des membres du parti bourguignon, tel l’évêque Ferry de Clugny Olivier le Dain, commis à l’administration des revenus du prélat, se fit attribuer pour ses services un don de 10 000 livres d’Artois sur sa propre caisse, mais il devait avoir vu trop grand et le quart seulement lui fut assigné ; il se fit encore gratifier de 2 150 l.t. sur les recettes des confiscations des autres Tournaisiens rebelles confiées à d’autres commis144.

  • 145 Lettres, t. VI, pp. 139-140.
  • 146 Champion, t. II, pp. 283-284.
  • 147 Ibid., p. 289.
  • 148 Ord., t. XVIII, note (a) p. 264.

63Les principes qui guidaient Louis XI furent clairement résumés dans les directives qu’il adressa le 24 mars au seigneur de Craon sur la conduite à tenir en Bourgogne : son lieutenant, qui lui demandait diverses places et seigneuries, pouvait en prendre ce qu’il souhaitait, mais en veillant d’une part à ne rien ôter à des hommes qui pourraient par dépit nuire aux Français, d’autre part à partager avec ceux qu’il jugerait pouvoir être utiles à son maître ; « et entretenez tout le mieulx que vous pourrez », concluait le roi145. Ces consignes venaient bien tard cependant pour le « gros Georges » et ses comparses, dont l’avidité était en train de faire perdre la Comté au souverain et de compromettre sa position dans le duché146. Les confiscations de terres paraissent néanmoins y avoir été peu nombreuses147 ; l’un des conquérants, le seigneur de Chaumont, reçut le 18 mai du monarque la petite seigneurie de Cruzy-le-Châtel sur l’ancienne frontière franco-bourguignonne148.

  • 149 Legeay, t. II, p. 271 ; de Roye / de Mandrot, t. II, note 1 p. 53 ; Champion, t. II, p. 283.
  • 150 Lettres, t. VI, pp. 154-156.
  • 151 Legeay, loc. cit. - En même temps sa pension lui fut ôtée : 10 000 l.t. furent radiées à ce titre d (...)
  • 152 Lettres, t. VI, pp. 240-241, 251-253 (contrairement à l’opinion de Vaesen, il nous paraît manifeste (...)

64Un autre des conquérants, le prince Jean II d’Orange, mécontent du parti qui lui était fait dans les Bourgognes, frustré par le sire de Craon de places comtoises sur lesquelles sa famille avait des droits et que le roi lui avait promises, passa à Marie qui en fit son lieutenant dans ces pays et participa en mars à l’expulsion de la Comté de ses compagnons trop gourmands149. Le 13 avril, le souverain pressa le premier président du Parlement de Grenoble Pierre Gruel de faire prononcer par la cour la confiscation de sa principauté, qu’il entendait rattacher au Domaine delphinal, comme de ses terres dauphinoises, et lui demandait de lui livrer les noms de ses partisans au Parlement et ailleurs afin de les mettre hors d’état de nuire, en l’invitant par une injonction révélatrice à s’y employer « en maniere que je cognoisse que les biens que vous avez de moy ne soient point perduz en vous »150. Conformément aux desseins royaux le rebelle fut condamné à mort par contumace et ses biens confisqués le 5 mai, puis la principauté, fief de la Couronne delphinale depuis deux ans, fut réunie à son patrimoine le 20 septembre151. Cette confiscation s’étendait aux créances du prince, telles les 6 000 l.t. que lui devait le seigneur de Saint-Aignan. Ce dernier ayant refusé de les remettre aux gens du roi, le Parlement de Paris fit saisir ses biens ; pour finir il accepta de s’exécuter et le monarque, pressé d’employer cette somme « en aucunes noz affaires tres urgentes et necessaires », ordonna en novembre à la cour de lever la saisie152.

  • 153 Ibid., note 1 p. 233. - Le roi ordonna l’entérinement des lettres au Parlement de Paris le 22 (pp. (...)
  • 154 Pilot de Thorey, n° 1 691, t. II, pp. 258-259.
  • 155 Ibid., n° 1 692, p. 259 ; Legeay, t. II, p. 255.
  • 156 Pilot de Thorey, n° 1 693, t. II, pp. 259-260. - Le 5 mai 1478 le nouveau général de Bourgogne Andr (...)

65L’essentiel de la confiscation d’Orange fut toutefois réparti entre trois des serviteurs de Louis XI. Dès le mois de septembre le sire du Lude, dont nous avons vu le rôle dans la soumission du Nord, reçut six seigneuries éparpillées du Valois à la Bretagne153 et en octobre Ymbert de Batarnay obtint plusieurs terres en Dauphiné154, mais la part du lion, la principauté elle-même, finalement aliénée, revint le même mois à Philippe de Hochberg, marquis de Rothelin, un capitaine du Téméraire rallié au roi et promu par ce dernier maréchal de Bourgogne155. Celui-ci, retenu par la défense du duché, ne pouvant faire enregistrer les lettres de don avant longtemps, le souverain manda aux officiers delphinaux de lui en laisser néanmoins la jouissance immédiate avec les revenus échus depuis le 1er avril156.

  • 157 Legeay, t. II, p. 286.
  • 158 AN, Xla 8 607 f° 128 v° (août 1477) ; f° 81 r°, 85 v°, 99 v°, 101 v°, 106 r°, 108 v°, 109 v 115 r°, (...)
  • 159 Cf. supra, pp. 398, 426.

66Parallèlement, et indépendamment des péripéties de la Succession de Bourgogne, le procès du duc de Nemours aboutit le 10 juillet à sa condamnation à mort, exécutée le 4 août, et à la confiscation de ses biens157, donnant le signal d’une nouvelle curée. Le Parlement de Paris enregistra au total quatorze lettres de don. Dès le mois d’août Boffile de Juge reçut le comté de Castres et la seigneurie de Lézignan, mais le gros des terres fut attribué en septembre, quand dix et sans doute onze lettres furent rendues par le monarque à Arras ; deux autres suivirent à distance en mai 1479 et février 1482. Outre de Juge, les principaux bénéficiaires étaient le sire de Beaujeu, grand ordonnateur du procès, gratifié du comté de la Marche, et le vicomte de Narbonne Jean de Foix, pourvu du comté de Pardiac. Tout ce qui comptait dans l’entourage royal en avait sa part, Philippe de Commynes, le sire du Lude, Ymbert de Batarnay, ainsi que des serviteurs de moindre envergure mais aux services appréciés158. Certains, tels Batarnay ou Jean du Mas, s’étaient déjà ménagé une option sur leurs acquisitions, dont l’administration leur avait été confiée ou les revenus octroyés depuis plusieurs mois159.

  • 160 Luchaire, pp. 208-209 ; Viala, t. II, p. 60 et note 6.
  • 161 Lettres, t. VI, pp. 271-273 et note 1 pp. 273-274 ; t. VII, pp. 6-7, 63-64, 245-247.

67Comme de juste, la validation de cette vaste redistribution par les organes de contrôle s’avéra cependant laborieuse. Quand les cours royales elles-mêmes ne s’opposèrent pas à une telle dilapidation, ainsi le Parlement de Toulouse pour le comté de Castres160, l’entérinement des lettres royaux fut contrarié par les gardiens du duc, Philippe Luillier et Eustache de Sansac, qui réclamaient le remboursement prioritaire de leurs frais, obligeant Louis XI à intervenir à plusieurs reprises jusqu’à ce qu’enfin il se fût entendu avec ses deux pugnaces serviteurs161.

  • 162 Ibid., t. IV, note 2 pp. 160-161 ; Basin / Garand & Samaran, t. III, note 1 p. 31.
  • 163 Lettres, t. VI, note 1 p. 317.

68Enfin, comme à l’accoutumée, quelques dons portèrent non sur les conquêtes et les confiscations, mais sur le vieux Domaine. Olivier le Dain se fit ainsi attribuer une partie de l’ancien comté de Meulan, dont il était capitaine, le 19 novembre162 et en décembre la seigneurie de Fontenay-le-Comte fut cédée au maréchal de Gié en échange de la vicomté de Fronsac en Guyenne, que le roi souhaitait s’approprier pour son importance militaire163. Au total, l’année 1477 vit sans nul doute le plus grand transfert de seigneuries opéré par la Couronne depuis la fin de la guerre du Bien public, mais avec une différence fondamentale : cette fois le souverain ne subissait pas, il orchestrait.

  • 164 Champion, t. II, p. 282.
  • 165 De Roye / de Mandrot, t. II, p. 62 et note 3 pp. 62-63.

69La libéralité royale ne se manifesta pas seulement par ces dons de terres, nous en avons vu bien des exemples dans les pages qui précèdent. Dans cette année cruciale, si les hommes furent comblés de présents, le Ciel ne fut pas en reste. Louis XI ne se départit pas de sa générosité envers les églises, notamment en Bourgogne164 où il souhaitait se concilier le clergé et sans doute racheter les inévitables déprédations de ses gens de guerre au préjudice des saints et de leurs serviteurs. Désireux de s’attirer la faveur de prédécesseurs canonisés ou réputés tels, il fit installer avec une statue de la Vierge les effigies de saint Charlemagne et saint Louis, alignés jusque-là avec les autres rois de France contre les piliers de la Grand-Salle du Palais à Paris, dans la chapelle du Parlement qui fut refaite à cette occasion ; les travaux duraient toujours en 1478-1479, quand le receveur des aides de la capitale Robert Cailletel, commis à leur paiement, reçut à cet effet 1 130 1. 11 s.t. sur la recette générale de Seine-et-Yonne165.

  • 166 Kendall, p. 375.
  • 167 Lettres, t. VI, pp. 180-181.
  • 168 BN, ms. fr. 20 685 p. 665.
  • 169 Lettres, t. IX, note 1 p. 99.

70En avril, le roi entré à Boulogne-sur-Mer offrit à son église Notre-Dame un cœur d’or d’une valeur de 2 000 écus en confiant à la Vierge la protection de la ville166. Le 7 juin, il ordonna à Bourré de recueillir au plus vite auprès du receveur général Parent 4 000 écus, qu’il destinait à la dotation d’une messe à Notre-Dame-du-Puy en Anjou, et de veiller à ce que la rente fût constituée avant un an sans faute car, expliquait-il, « je ne seray a mon ayse jusques a ce que ladicte messe soit fondée »167. Le souverain craignait pardessus tout que le Ciel l’abandonnât s’il manquait à honorer ses vœux. A la même époque il n’oublia pas Tanguy du Châtel, tombé à son service devant Bouchain, et se fit remettre le 16 juin 100 marcs d’argent qu’il offrit à Notre-Dame-de-la-Victoire pour le salut de l’âme de ce vieux serviteur de la monarchie ; à 8 1. 5 s.t. le marc, il en coûta 825 l.t. au receveur général de Seine-et-Yonne168. A son retour au Plessis à la fin de l’année, ses attentions se portèrent encore en décembre sur les Carmes de Notre-Dame-de-Pitié de Tours169. Sa dévotion mariale ne se démentait pas.

  • 170 Calmette & Périnelle, note 3 p. 223.
  • 171 AN, K 72 n° 13 ; Sée, p. 319.
  • 172 BN, ms. fr. 23 264 f° 19.

71Les attentions prodiguées aux Anglais par un Louis XI soucieux de leur être agréable participaient également, quoique indirectement, de sa politique bourguignonne. Une ambassade d’Edouard IV repartit ainsi au début de mars avec 400 marcs d’argenterie en présent170, et le 23 décembre, tout à son offensive de charme, le roi de France accorda une indemnité de 1 000 écus à des marchands anglais attaqués par des pirates - peut-être des corsaires trop zélés à son service — au large de la Saintonge et du Poitou171. D’autres gratifications en revanche n’avaient à voir ni de près ni de loin avec les grands événements de 1477 : nouvellement transféré en Languedoc, le général Gaillard reçut 1 604 1. 3 s. 4 d.t. pour un don de 1 000 écus octroyé par le monarque, qui au milieu de tant de préoccupations au nord et à l’est ne perdait pas tout à fait de vue sa politique commerciale en Méditerranée, « pour soy habituer, loger et utenciller oudit païs de Languedoc ou il convient d’ores en avant qu’il face plus grant residence qu’il n’avoit acoustumé, tant pour la charge qu’il a desdictes finances que pour la conduicte des galeaces de France, dont ledict seigneur l’a fait cappitaine et grant patron »172.

72L’impact sur les dépenses publiques de cette ivresse de domination qui saisit Louis XI à la mort de son vieil ennemi, tant pour la guerre que pour la rémunération des serviteurs, des alliés et des ralliés, et tout atténué qu’il fût par les distributions de terres, est difficile à cerner. Une fois encore, nous ne disposons que d’une documentation lacunaire. Tout au plus pouvons-nous confronter les rôles des paiements ordonnés au receveur général de Languedoc pour 1474-1475 et 1476-1477 (tableau 23), mais trois remarques préalables s’imposent. D’abord, il s’agit là d’une comparaison à deux années de distance, qui n’intègre pas seulement l’évolution de 1477 mais aussi celle de 1476, sans qu’il nous soit possible de faire la part de l’une et de l’autre. Ensuite, le Languedoc, situé à l’opposé du principal théâtre des opérations, a sans doute moins qu’une autre généralité supporté le coût de la politique royale, si bien que la progression des dépenses dans ce pays est probablement en deçà de l’évolution générale. Enfin et au contraire, c’est entre ces exercices que l’extension du ressort du receveur général de Languedoc au Lyonnais, au Forez et au Beaujolais a mécaniquement accru les charges de sa caisse, gonflant fallacieusement les chiffres. C’est dire combien il est périlleux de tirer des conclusions générales de l’exemple languedocien, dont il nous faut bien nous contenter pourtant faute d’alternative.

  • 173 BN, ms. fr. 23 263 f 25.

73Entre 1474-1475 et 1476-1477, les versements aux services de l’État royal chutèrent de plus d’un quart, par suite essentiellement de l’effondrement des deux tiers des crédits du trésorier des guerres, qui dans le second exercice était pourtant le Languedocien Guillaume de la Croix. Ce constat confirme notre remarque préliminaire. En 1474-1475, au moins dans les premiers mois, une notable partie de l’armée royale était encore engagée dans la guerre de Roussillon et les deniers de son entretien étaient assignés au plus près du front : dans les crédits du trésorier des guerres 17 922 1. 3 s. 3 d.t. étaient d’ailleurs spécifiquement alloués à l’Extraordinaire des renforts envoyés dans les comtés catalans173, outre les paiements ordonnés à d’autres comptables de l’armée de Roussillon. Deux ans plus tard, c’est dans le Nord qu’était massé le gros des forces françaises et les finances languedociennes s’en trouvaient beaucoup moins sollicitées ; même les frais d’occupation des comtés catalans laissés à leur charge avaient baissé de près de 30 % avec la fin des opérations.

  • 174 Ibid., f° 6-7 pour 1469-1470, f° 24-30 et ms. fr. 23 264 f° 1 pour 1474-1475, f° 2-20 pour 1476-147 (...)

Tableau 23 : Évolution des paiements ordonnés sur la recette générale de Languedoc en 1476-1477174 ; (en livres, sous et deniers tournois)

Tableau 23 : Évolution des paiements ordonnés sur la recette générale de Languedoc en 1476-1477174 ; (en livres, sous et deniers tournois)

Note * : Part des crédits des services de l’État.

  • 175 Les 9 382 1. 1 s. 2 d.t. réglés en 1476-1477 à quatre armuriers royaux et quinze brigandiniers de T (...)

74Parmi les charges civiles, alors que les paiements aux hôtels restaient étales et que les versements au roi ou en son acquit, à nouveau en recul, étaient marginaux175, le phénomène le plus spectaculaire fut le bond en avant des gages et pensions, qui firent plus que doubler en deux ans, et des dons et récompenses dans une moindre mesure, qui progressèrent des deux tiers. Contrairement au rôle de 1474-1475, mais comme celui de 1469-1470, le rôle de 1476-1477 consacrait deux rubriques distinctes aux gages et aux pensions, ce qui nous renseigne plus précisément sur la part des uns et des autres. Depuis sept ans le montant des gages n’avait que modestement progressé, tandis que celui des pensions avait pratiquement été multiplié par trois et demi ; désormais celles-ci dépassaient à elles seules l’ensemble des crédits des comptables civils et militaires de l’État, et avec les dons elles représentaient plus de la moitié du total des paiements. Les effets de la libéralité royale sont ici frappants. La régression des dotations de l’armée en Languedoc ne suffisait pas à y compenser la flambée des dons et surtout des pensions, mais il semble que l’agrandissement de la généralité dut suffire dans l’immédiat à amortir la forte progression globale de ses charges.

4. Une intégration en douceur.

  • 176 Éd. Calmette & Durville, t. I, pp. 188-189.
  • 177 L’Italie n’était guère mieux lotie au témoignage de Commynes, qui juge que ses princes « dominent a (...)
  • 178 Éd. Garand & Samaran, t. III, pp. 20-21.

75Si la conquête des territoires bourguignons fut parfois sanglante, si les populations eurent à souffrir de la rapacité des représentants de Louis XI et des exactions de ses gens de guerre, c’est avec d’infinies précautions que le roi organisa l’entrée des pays soumis dans l’État de finance. Il avait pleinement conscience que les anciens sujets de Charles le Téméraire, qui avaient subi depuis le début de la décennie une fiscalité galopante bien contraire à leurs usages, espéraient à présent en voir la fin et redoutaient beaucoup, comme le dit Commynes en une autre occasion, « de se mectre en ceste subjection où ilz veoient le royaulme de France »176. Avec sa taille et ses aides permanentes, la France faisait figure de royaume des impôts, au moins dans le nord-ouest de l’Europe177. C’est cette raison, à en croire Basin, qui poussa les états généraux des Pays-Bas à marier l’héritière de Bourgogne à un prince allemand plutôt qu’au dauphin178 ; ce n’était pas la seule sans doute, mais il n’est pas douteux qu’elle ait pesé dans leur décision.

  • 179 On voit que la définition de l’assiette de cette taxe n’est pas la même que dans les lettres d’exon (...)
  • 180 Ord., t. XVIII, pp. 225-227.

76Le souverain s’appliqua en tout cas à prévenir ces craintes qui portaient le plus grand tort à sa cause. Le 23 janvier, il manda au gouverneur du comté d’Auxerre de publier dans son ressort que tous les négociants qui lui feraient soumission pourraient librement circuler dans le royaume sans acquitter l’aide d’un écu par queue fiscale sur les exportations de vins et les importations d’autres marchandises179, ni les nouvelles taxes récemment instituées sur les produits échangés dans les deux sens entre le royaume et les États de son défunt « frere et cousin ». Cette première mesure visait les milieux d’affaires ; le meilleur restait à venir. Le gouverneur devrait encore faire crier l’abolition par le monarque de tous les impôts créés par Charles le Téméraire dans ses États, désormais échus à la Couronne, au bénéfice de tous les pays qui lui avaient fait ou lui feraient allégeance. Le nouveau maître tenait les contribuables quittes de leurs arriérés, en interdisait la levée « sur grandes et grosses peines » et ordonnait la restitution de toutes les saisies opérées pour cette cause qui n’avaient pas encore été vendues180.

77Ces dégrèvements, qui devaient en principe ramener la pression fiscale dix années en arrière et eussent fait rêver plus d’un Français de l’intérieur, étaient une concession pleine d’habileté. Par cette faveur qui répondait au vœu le plus cher des Bourguignons, le retour à la mansuétude fiscale d’autrefois, Louis XI renversait la situation : de répulsive, sa domination devenait attractive — à condition toutefois que les intéressés ne considérassent pas que, le duc mort et sa fille dépourvue d’autorité, ils pouvaient parvenir au même résultat sans s’assujettir à un maître aussi impérieux.

  • 181 Sée, p. 275. - Notons que la fiscalité déguisée par le biais de l’emprunt n’était pas inconnue des (...)

78Le roi et ses émissaires se montrèrent fidèles à cette ligne dans les accords conclus avec les assemblées représentatives des Bourgognes. La convention passée le 18 février entre les agents royaux et les députés de la Comté stipulait, entre autres conditions de sa soumission, que le pays serait « deschargié a tousjours mais, tant pour le passé que pour le temps advenir, de tous affouaiges, quises, gabelles, aides, subsides, emprumptz et autres prestacions et charges extraordinaires quelconques »181.

  • 182 Ord., t. XVIII, pp. 244-249. - Sée (op. cit., p. 268) reproduit la demande d’exonération des marcha (...)
  • 183 Ord, t. XVIII, pp. 249-252.

79De même, la véritable « Charte aux Bourguignons » que, son Grand conseil entendu, le souverain octroya en mars en réponse aux requêtes des états du duché et de ses dépendances, comté de Charolais et terre de Noyers, disposait qu’aucun subside ne pourrait y être levé sans le consentement de l’assemblée (article 16), confirmait la suppression de toutes les taxes qu’il avait instituées sur les échanges franco-bourguignons depuis la mort de Philippe le Bon (article 20) et tous les privilèges accordés au pays par les rois et les ducs, notamment le droit concédé par Philippe d’adjuger l’approvisionnement des greniers à sel au plus offrant (article 22)182. Le 18 - sans doute le même jour - il ratifia encore une convention négociée entre les états et ses représentants : les privilèges généraux ou particuliers dont jouissaient les habitants à la mort de Philippe étaient maintenus et les charges nouvelles levées depuis lors abolies (article 4), les officiers laissés en place (article 3) et les pensions accordées par les deux derniers ducs continuées sans changement dès lors que les bénéficiaires ne soutenaient pas ses ennemis (article 5)183. Dans son offensive de charme le monarque s’attachait d’une part, touchant les libertés du pays et la fiscalité, à faire table rase du règne oppresseur de Charles le Téméraire, et d’autre part à rassurer les prébendiers de l’État ducal en leur conservant leurs positions en échange de leur loyal ralliement.

  • 184 Sée, p. 267.
  • 185 Ibid., note 5 p. 272.

80Parmi les questions financières, ce fut surtout la fiscalité du sel qui occupa l’attention de Louis XI en Bourgogne. Nous l’avons vu, il avait laissé au duché le droit de pourvoir lui-même à l’approvisionnement de ses greniers, qu’il reconnut également à Auxerre184 ; ce privilège apprécié permettait aux villes, maîtresses de leur choix, de négocier avec les fournisseurs des conditions avantageuses pour les consommateurs, ou pour les finances municipales. Le souverain manifesta encore sa bienveillance lorsque, confirmant les libertés de Mâcon, il supprima sur les plaintes de la ville le grenier que le seigneur de Chaumont avait prétendu y établir185.

  • 186 Ord., t. XVIII, p. 291.
  • 187 Viala, t. I, note 6 p. 152.

81Cette complaisance ne l’empêchait pas néanmoins, ici comme ailleurs, de défendre ses droits contre la fraude. Le procureur du roi dans les Bourgognes - il affectait d’ignorer la perte de la Comté - lui remontra ainsi que le prix du sel était plus élevé dans leurs greniers que dans ceux des pays environnants, et que certains personnages, ayant reçu des greniers en don, procuraient du sel à des marchands qui le revendaient clandestinement en-dessous du cours légal, si bien que les greniers bourguignons étaient désertés et que la gabelle ne rentrait plus. Le monarque prescrivit donc le 15 septembre au général des Bourgognes d’ordonner en son nom aux grenetiers et contrôleurs des greniers aliénés de sa charge et des alentours de ne fournir que les habitants de leur ressort, et à ceux de tous les greniers bourguignons de ne vendre de sel qu’au prix fixé par le général, « sur certaines et grosses peines a nous a appliquer ». Tous les Bourguignons devraient par ailleurs être contraints à prendre le sel au grenier - aliéné ou non - dont ils relevaient, et ce en telle quantité que le général ferait déterminer par le grenetier et le contrôleur pour la consommation annuelle de chacun186. Louis XI voulait bien laisser le pays jouir de ses libertés en matière de sel selon l’usage local, mais il entendait que le régime des greniers ainsi aménagé fût du moins appliqué dans toute sa rigueur. C’est d’ailleurs par une crue locale sur le sel qu’il pourvut à l’entretien du nouveau Parlement des Bourgognes187, s’inspirant en cela du mode de financement du grand frère parisien.

  • 188 Ord., t. XVIII, note (b) p. 239.
  • 189 Gandilhon, p. 121.

82La situation faite aux pays conquis dans les Pays-Bas bourguignons nous est moins bien connue, mais les quelques indications que nous ayons pu relever témoignent de la même volonté de ménagement et des mêmes manifestations de la faveur royale. Le 4 février, ratifiant les privilèges d’Abbeville, le souverain exempta ainsi ses habitants de certaines taxes188, et au mois de mars, confirmant à Arras l’étape des vins qui faisait sa fortune, il les exonéra d’imposition foraine sous certaines conditions189.

  • 190 Telle était du moins la situation sept ans plus tard (Masselin / Bernier, pp. 468-469 ; cf. Jacquet (...)

83L’intégration dans l’organisation financière du royaume de ce que le monarque avait pu recueillir de l’héritage bourguignon se traduisit par la création de deux généralités nouvelles. Au nord, contrairement à ce qui s’était passé lors du rachat de la Picardie en 1463, les acquisitions de Louis XI ne furent pas purement rattachées à la Seine-et-Yonne. Cette fois en effet l’ensemble était plus important et, à côté des terres picardes recouvrées comme le Ponthieu et le Boulonnais, comprenait des pays comme l’Artois dont les liens politiques avec le royaume étaient rompus de longue date, voire le sud du Hainaut qui n’en avait jamais eu, et dont le particularisme devait être d’autant plus ménagé. Une nouvelle charge, dite de Picardie et Artois ou plus fréquemment de Picardie, fut donc constituée ; elle n’incluait d’ailleurs qu’une partie du pays picard, Boulonnais, Ponthieu et prévôtés de Péronne, Roye et Montdidier tandis que le Vimeu et l’Amiénois au sud de la Somme restaient rattachés à l’Outre-Seine190.

  • 191 Spont / Jacqueton, pp. 296, 297, 298.

84Le roi paraît ne s’en être occupé que lorsque sa trêve avec Maximilien lui en eut laissé le loisir : Guillebert de Canteleu en fut nommé receveur général le 26 septembre. C’est un officier local des finances rallié au souverain, Baudouin Boucquel dit Buffard, qui fut promu au généralat à une date postérieure au 12 février, quand, nous l’avons vu, il participait à l’effort d’armement comme simple receveur de Péronne. Son arrivée à la tête des finances picardes illustrait bien leur mise au service des dépenses de guerre. Quant au contrôle de la recette générale, il semble avoir été assuré par le contrôleur général de Seine-et-Yonne191 : la nouvelle généralité entretenait avec sa grande voisine des rapports semblables à ceux du Roussillon avec le Languedoc.

  • 192 Ibid., p. 297 ; Champion, t. II, pp. 282, 283-284.
  • 193 Legeay, t. II, p. 301 ; Spont / Jacqueton, p. 296 ; Borrelli de Serres, t. III, p. 201 sur les fonc (...)
  • 194 Spont / Jacqueton, p. 298.
  • 195 Ord., t. XVIII, pp. 288-289.
  • 196 Borrelli de Serres, t. III, pp. 149-150.
  • 197 Ibid., p. 149. - Cette disposition dut toutefois être transitoire dans le sud de la Picardie, intég (...)
  • 198 Ord., t. XVIII, pp. 521-522.

85De même, une autre charge fut créée à l’est qui englobait le duché et la Comté de Bourgogne avec leurs dépendances. Jean Vurry en fut nommé receveur général le 18 avril, mais son avidité ayant été l’une des causes des révoltes il fut disgracié et remplacé le 17 décembre par Jean Riboteau192 ; entre-temps le commis à la Chambre du roi Pierre Symart avait été promu général le 25 juin193 et Guillaume de Laval contrôleur de la recette générale le 22 juillet194. Enfin un trésorier avait été nommé pour diriger les finances ordinaires des Bourgognes, s’il faut en croire le mandement final de lettres royaux rendues au mois d’août195, mais son nom nous échappe ; il en allait de même en Picardie. Les recettes domaniales de ces pays ne relevaient pas en tout cas du changeur du Trésor à Paris196, et semblent bien avoir été gérées par les mêmes comptables locaux qui s’occupaient des revenus extraordinaires. Déjà le receveur de toutes les finances ducales à Amiens, Jacques de Filescamps, avait conservé ces attributions sous la domination française197, et un mandement royal du 5 décembre 1479 montre que dans le duché de Bourgogne les receveurs des circonscriptions domaniales, bailliages, comtés et châtellenies, percevaient le fouage et effectuaient des versements sur les ordres du général et les décharges du receveur général198.

  • 199 Jean, « Les institutions financières centrales des anciens Pays-Bas », pp. 148-149, 151, 153-154.
  • 200 La pratique d’une gestion commune finit cependant par entraîner en Bourgogne l’unification de la di (...)

86La gestion unifiée des revenus ordinaires et extraordinaires dans ces anciens pays de la Maison de Bourgogne était conforme aux pratiques du défunt État ducal. Charles le Téméraire s’était orienté vers la séparation de ces recettes lorsqu’il avait réorganisé ses finances par une série de réformes administratives inspirées du modèle français entre 1467 et 1473, afin de lutter à armes égales contre son rival199. Ce dernier au contraire, qui s’était fixé pour règle de respecter le particularisme bourguignon et d’effacer le règne du dernier duc, avait permis le retour à l’usage ancien. C’est ainsi que par un apparent paradoxe, des considérations politiques avaient successivement poussé le Téméraire à adopter le système français, et Louis XI à restaurer le régime bourguignon. En revanche la direction des finances ordinaires et extraordinaires demeurait bien distincte en Picardie comme dans les Bourgognes, la première étant confiée à un trésorier et la seconde à un général comme nous l’avons dit200.

  • 201 Jassemin, p. 101.
  • 202 Ord., t. XVIII, pp. 244-249.
  • 203 Ibid., pp. 252-254 et note (a) p. 253.
  • 204 Nous avons vu que l’ordonnance de mars date très vraisemblablement du 18, comme les lettres royaux (...)
  • 205 Jean, art. cit., pp. 151, 152.

87La question des organes de contrôle fut en revanche tranchée différemment au nord et à l’est. De même qu’elle dépendait du Parlement de Paris, la Picardie retourna dans le ressort de la Chambre des Comptes de la capitale201. Dans les Bourgognes au contraire, l’ordonnance de mars institua un Parlement (article 3), dont l’entretien serait assuré par leurs recettes ordinaires et extraordinaires (article 5), et installa à Dijon des « gens ordonnez sur le fait de nostre Domaine et Comptes d’iceulx pays » (article 13)202. Si le Parlement des Bourgognes, instauré le 18 en remplacement des Grands Jours du duché de Bourgogne tenus à Beaune et du Parlement de Saint-Laurent pour le comté d’Auxonne et les terres d’outre-Saône203, constituait une innovation, la création formelle d’une Chambre royale des Comptes à Dijon, sans doute le même jour204, n’était en fait que le maintien de la Chambre ducale organisée dès 1386 par Philippe le Hardi205.

  • 206 Jassemin, p. 101 et note 4.
  • 207 Ord., t. XVIII, pp. 215-216. — C’est par une erreur manifeste que ce texte est daté de 1476, d’auta (...)

88Toutefois le comté d’Auxerre qui, cédé à Philippe le Bon en 1435, ne faisait pas partie de l’ancien apanage de Bourgogne fut rendu le 12 mars à l’autorité de la Chambre des Comptes de Paris206 ; cette mesure peut-être provisoire fut confirmée le 12 décembre par des lettres royaux qui, à la demande de ses habitants, transférèrent le pays du ressort des Parlement et Chambre des Comptes des Bourgognes à celui des Parlement, Chambre des Comptes et Chambre des Aides de Paris, mais aussi - conséquence logique - de la généralité des Bourgognes à celle de Languedoïl207.

  • 208 Lettres, t. VI, pp. 204-207.
  • 209 Ord, t. XVIII, pp. 283-284.
  • 210 Cf. Champion, t. II, p. 290.
  • 211 Jassemin, p. 301 et note 4.

89Le roi, nous l’avons vu, n’entendait pas inquiéter les officiers en place qui se ralliaient à lui. Nous ne savons dans quelle mesure le personnel de la Chambre des Comptes de Dijon fut renouvelé à l’occasion de ce nouveau départ, mais elle fit montre d’un parfait loyalisme envers le souverain, qu’elle informa avant le 6 juillet de l’insurrection de Dijon208. Le monarque comptait sur sa collaboration, et lui renouvela le 31 août le pouvoir que lui avait donné le duc Charles de négocier les compositions pour les droits casuels du Domaine échus dans les Bourgognes et de commettre un homme solvable à en faire la recette. Les gens des Comptes de Dijon y vaqueraient de concert avec le général Pierre Symart et le receveur général de Normandie Jean Raguier, auquel ils feraient remettre sur ces revenus les fonds nécessaires aux travaux que Louis XI avait ordonnés au château de Talant209, aux portes de la capitale bourguignonne, pour mieux la tenir en respect au lendemain de son soulèvement210. Soucieux de faciliter les recherches dans les archives de la Chambre en vue d’étayer plus solidement ses droits sur la Bourgogne et de mieux en connaître les revenus, le roi chargea par ailleurs les gens des Comptes d’en faire l’inventaire à une date que nous ignorons : deux maîtres, un correcteur, un clerc et un greffier vaquèrent à cette vaste entreprise qui, on le voit, mobilisa une bonne part de l’effectif de la cour211.

  • 212 Gandilhon, pp. 324, 336. - À ce qu’il nous semble les cours cités par cet historien sont erronés.
  • 213 Lettres, t. VI, pp. 170-171 et note 2 pp. 171-173.

90Le monarque fit preuve dans sa politique monétaire de la même prudence à l’égard des pays soumis, qui entrèrent dans la juridiction de la Chambre des Monnaies de Paris. En Bourgogne, le système monétaire ducal fut laissé en place mais les généraux maîtres des Monnaies alignèrent les espèces frappées à Dijon sur le monnayage royal : le cours du gros à la croix de saint André fut ainsi ramené à parité avec celui du gros de France212. Ces mesures habiles, en complétant la réforme monétaire bourguignonne de 1474 qui, nous l’avons vu, était allée nolens volens dans le même sens, préparaient l’intégration en douceur des anciens domaines de Charles le Téméraire dans le système monétaire du royaume sans bouleverser les habitudes. L’enclave de Tournai fut traitée différemment : le 28 mai Louis XI envoya le sire de Moy et Olivier le Dain ordonner aux habitants d’utiliser ses monnaies et de leur donner sans plus attendre le même cours que dans le royaume puisque, entourés de pays rebelles, ils ne pouvaient avoir de rapports qu’avec lui : coupés par l’état de guerre du reste des Pays-Bas, ils ne pouvaient plus prétendre à un statut monétaire particulier, du moins pour le moment213.

  • 214 Ord., t. XVIII, pp. 265-266. - Le marc d’œuvre est le marc d’alliage prêt à la frappe.
  • 215 Ibid., p. 310.

91Deux jours plus tard, dans la perspective de l’arrivée des mercenaires suisses qui ne vinrent apparemment pas, le roi commanda la frappe dans ses Monnaies et spécialement à Paris de gros d’argent de 2 s. 10 d.t. afin de régler leur solde « plus aisement et a moindres frais ». Le métal blanc se faisant rare, il fit mener « certaine quantité de vaisselle d’argent venue et issue des composicions des villes d’Arras et de Cambray » dans la capitale pour y être fondue. Par ailleurs, ayant récemment prohibé la production de cette espèce qui en définitive s’avérait la plus commode pour payer les Suisses, il ordonna aux généraux maîtres des Monnaies d’en autoriser la frappe par dérogation jusqu’à concurrence de 1 000 marcs d’œuvre214. Le 8 décembre, il leur manda d’en laisser à nouveau frapper, à Tournai cette fois, en quantité illimitée tant que la guerre durerait et jusqu’à nouvel ordre. Il invoquait une requête des Tournaisiens215, mais peut-être anticipait-il la venue pour de bon des mercenaires suisses.

92Au total, les nouvelles généralités pouvaient se flatter de jouir d’une position favorisée. L’assujettissement tant redouté à la fiscalité du royaume n’avait pas eu lieu : le souverain, conscient de ces craintes et du danger politique qu’elles représentaient pour sa domination, se conformant d’ailleurs à une politique déjà mise en œuvre dans le Roussillon et la Cerdagne il est vrai moins prospères, leur laissa le bénéfice de statuts particuliers qui, pour l’administration financière, les impôts, la monnaie même, les laissaient en marge du droit commun du royaume et à l’abri de l’exploitation effrénée des contribuables de l’intérieur. Le souci de financer sa politique ne faisait pas oublier au monarque son intérêt bien compris. Après la Guyenne en 1451 et les comtés catalans en 1463, la captation de l’héritage bourguignon réunit au royaume de nouveaux pays de marche qui furent intégrés en douceur dans l’État de finance.

5. La secousse.

93L’effondrement brutal de la puissance bourguignonne, le vide politique qu’il créa brusquement dans l’Europe du Nord-Ouest déstabilisèrent brièvement mais profondément la région. La réaction des sujets de Charles le Téméraire après la fin de son règne autoritaire, surtout dans les Pays-Bas forts d’une longue tradition d’indépendance et de libertés, leur crainte de voir la tyrannie de Louis XI succéder à celle du maître défunt embrasèrent les anciens États bourguignons, et l’onde de choc se répercuta au-delà de leurs frontières. C’est dans cet inquiétant climat insurrectionnel, dont les échos se propageaient dans le royaume, que le souverain menait sa grande offensive en imposant sans ménagements de nouveaux efforts à ses sujets.

  • 216 Basin / Garand & Samaran, t. III, pp. 4-5.
  • 217 Ibid., pp. 6-7 et note 3 pp. 5 et 7 ; Legeay, t. II, p. 252.

94Si le soulèvement des grandes villes du Nord, Gand, Bruxelles, Bruges, Liège ou Anvers au début de l’année était dirigé en général contre la politique centralisatrice du dernier duc de Bourgogne, il n’en prit pas moins un caractère antifiscal très marqué : c’est en premier lieu la disparition de toutes les taxes dont il les avait accablés que ses sujets attendaient après sa mort216. Les impôts ne furent plus payés, les collecteurs furent molestés ; les habitants de Mons arrêtèrent le 15 mars le contrôleur des finances ducales Jean Gros, tandis qu’à Ypres éclatait contre la cueillote, un impôt sur les blés, une émeute populaire qui se poursuivit jusqu’en juillet217. C’était un bien mauvais exemple pour les contribuables français plus pressurés que jamais.

  • 218 Ord., t. XVIII, pp. 276-278.
  • 219 Lettres, t. VI, pp. 204-207 et note 3 p. 205 ; cf. Sée, p. 269.
  • 220 Ord., loc. cit.

95Le roi lui-même, nous l’avons dit, essuya plusieurs révoltes en pays occupé, dans la Comté de Bourgogne qui échappa à son autorité en mars, dans la Ville d’Arras en avril et enfin à Dijon en juin. Ici la Mutemaque, comme on l’appela, fut « faitte (...) par le menu peuple contre le gros par la suggestion d’aucuns qui les cuidoient subvertir et mettre hors de nostre obeissance », selon les propres termes de Louis XI218. L’émeute dura trois jours mais les élites dijonnaises, satisfaites du sort que leur avait ménagé le monarque, restèrent fidèles à sa cause ; le président du nouveau Parlement des Bourgognes Jean Jouard fut tué en tentant de procéder contre les émeutiers. Finalement la municipalité réussit à rétablir l’ordre et à arrêter les meneurs, ce dont le souverain la remercia le 6 juillet en annonçant l’envoi du grand sénéchal de Normandie, le seigneur de Saint-Pierre Jean Blosset, et du receveur général Raguier pour prendre la répression en mains219. Le jour même il donna à Blosset tout pouvoir à cette fin, notamment celui « de prendre et faire prendre, des deniers de nos finances tant ordinaires que extraordinaires de nostre pays de Bourgogne, telles sommes que bon luy semblera et les faire distribuer par son ordonnance où et ainsi que le cas le requerra »220. L’état d’exception justifiait que la procédure régulière de l’administration des finances fut court-circuitée et que le commissaire royal disposât de pouvoirs discrétionnaires sur les deniers publics pour mener sa mission à bien.

  • 221 Lettres, t. VI, pp. 201-202. - C’est nous qui soulignons.

96Toutes ces insurrections étaient dirigées contre l’occupation française et n’étaient en rien des révoltes fiscales, mais elles contribuaient à entretenir un climat de fièvre. Le monarque lui-même, échaudé par les nouvelles de la Mutemaque de Dijon, lança ce même 6 juillet à Reims, théâtre de la Mique-maque de 1461, où ses serviteurs venaient d’éprouver des déboires, ce sévère rappel à l’ordre : « vous debvoit suffire de la Mutemaque que vous fistes quand nous vinsmes a la Couronne, sans en faire maintenant une aultre ; et vous tenés seürs que l’aultre ne vous fut point sy cher vendu que vous sera cest cy si vous failliés a faire ce que nous vous escrivons »221. Louis XI alarmé se crispait.

  • 222 Dupont-Ferrier, Études sur les institutions financières de la France, t. II, p. 94.

97De fait, deux émeutes fiscales au moins éclatèrent bel et bien dans le royaume à cette époque ; s’il n’est évidemment pas possible d’établir un lien direct entre ces événements et la vague insurrectionnelle des anciens États bourguignons, reste que la conjonction de ce spectacle aux portes de la France et d’une pression fiscale sans précédent à l’intérieur favorisait de telles explosions. Comme toujours, ce furent des incidents qui mirent le feu aux poudres. A Clermont-en-Beauvaisis, les bouchers s’insurgèrent contre le fermier de la chair vendue au détail, entraînant les habitants dans la révolte ; l’affaire était en jugement le 20 juin devant la Chambre des Aides222.

98A la même date le Parlement de Toulouse jugeait de son côté le soulèvement survenu au Puy-en-Velay. Ironie du sort, c’est l’affranchissement de tailles accordé par le roi l’année précédente qui en fournit le prétexte, dans un climat de tensions sociales aiguës entre une oligarchie fermée qui monopolisait le Consulat de la ville et les capmestiers, ou chefs des métiers, qui aspiraient à participer aux affaires municipales. Les consuls prétendirent en effet que l’exemption ne s’étendait pas aux contributions en retard alors que la population, qui accusait ses édiles de détournements massifs, affirmait leur avoir déjà trop versé. Quand un commissaire royal vint percevoir les arriérés ce fut l’émeute populaire, menée par plusieurs des capmestiers au cri de « liberté », et les officiers royaux furent malmenés. La question fiscale avait servi ici de révélateur à un conflit interne à la société urbaine. Le sénéchal de Beaucaire instruisit l’affaire non sans mal et assigna par-devant lui plus de huit cents prévenus, mais avant la fin de ce procès monstre la cour toulousaine se saisit de la cause ; notons une fois encore l’absence totale de la Chambre des Aides de Languedoc, complètement disqualifiée, dans cette procédure qui eût dû en principe relever de sa juridiction.

  • 223 Léguai, pp. 476-480

99Détail plus qu’anecdotique, le souverain, tout affairé qu’il fût dans cette année cruciale de son règne, accepta de donner audience à une dépuration des habitants venue lui exposer l’affaire, mais les propos que lui tinrent certains délégués furent si peu de son goût qu’il fut pris d’une violente colère et « commanda qu’on en jectat ung en la riviere » ; son entourage eut bien de la peine à l’en dissuader223. La patience n’était pas la vertu première de l’impérieux monarque, qui ne souffrait pas d’obstacles à la réalisation des desseins dans lesquels il s’était lancé à corps perdu. Conforté par les succès et par la réduction des oppositions à l’intérieur comme à l’extérieur, il acceptait de moins en moins qu’on s’élevât en quelque manière contre son autorité.

100Au total la secousse venue des anciens États bourguignons en révolution ne put ébranler la monarchie française, bien que les ingrédients fussent réunis pour une fronde antifiscale dans le royaume, à une exception près cependant, mais décisive : l’affaiblissement du pouvoir central. Dans les possessions mêmes du duc de Bourgogne, ses sujets avaient protesté de son vivant contre son autoritarisme centralisateur et sa politique fiscale, ils avaient grondé plus fort dans les derniers temps, quand les défaites avaient atteint son autorité, mais c’est seulement après sa mort, quand l’État ducal décapité avait définitivement défailli, que l’insurrection avait éclaté. Or, la puissance de Louis XI était à son zénith au dedans comme au dehors, et son intransigeance énergique suffisait à étouffer le feu qui couvait avant qu’il ne prît de l’ampleur.

101Devant la mort inopinée de celui contre qui il avait si longtemps lutté, devant l’effondrement inespéré de la puissance qu’il avait dès son avènement travaillé à abaisser, devant l’extraordinaire héritage soudain livré à sa convoitise, Louis XI avait été pris de vertige. Perdant toute mesure, repoussant les conseils de modération d’un Commynes, sourd aux plaintes de ses sujets sollicités à l’extrême, aveugle aux alarmes de ses alliés d’hier, le roi avait éperdument suivi son unique idée fixe, faire main basse sur la plus grande partie des États bourguignons. Une fois encore, toutes les ressources de l’État et du royaume avaient été mobilisées. À la fin de l’année, le bilan que le souverain pouvait dresser dans ses quartiers d’hiver du Plessis-du-Parc était mitigé. La conquête était inachevée et un nouvel ennemi, moins formidable certes que Charles le Téméraire, se dressait devant lui dans le Nord. Les orientations prises en 1477, guidées par l’émotion plus que par la raison, fixaient le cadre de la politique financière pour les années à venir : il faudrait encore supporter le coût de la guerre.

Notes

1 Commynes / Calmette & Durville, t. II, pp. 158-162 ; Lettres, t. VI, pp. 111-112 ; Kendall, p. 368.

2 Éd. de Mandrot, t. II, p. 44.

3 BN, ms. fr. 20 685 p. 598. — Le total cité de 5 775 l.t. à collecter doit résulter d’une erreur du copiste.

4 Lettres, t. VI, pp. 115-117 (demande de 400 écus à Chartres), 118-119 (demande de 500 écus à Compiègne).

5 Éd. Quicherat, lettres de commission in Documents historiques inédits s. d. Champollion-Figeac, t. I, pp. 710-712. - Sur l’identité de ce secrétaire et de l’interpolateur de Jean de Roye cf. Lettres, t. VI, note 1 p. 117.

6 Op. cit., tableau p. 347.

7 Sée parle d’un emprunt de 2 000 écus à Toulouse, mais donne un montant si excessif pour le produit de la collecte en Languedoc – 235 000 l.t. - que ses dires ne peuvent être accueillis sans réserve (op. cit., p. 130).

8 Champion, t. II, note 4 pp. 265-266.

9 Sée, p. 143 ; Caillet, pp. 221-222. - Ces fonds étaient spécifiquement affectés au paiement des Suisses.

10 Sée, loc. cit. (cet auteur parle de 600 livres) ; Champion, t. II, note 3 p. 195.

11 Sée, p. 173. - Cet auteur semble avoir commis quelques confusions : cf. Gandilhon, tableau cité.

12 Lettres, t. X, Supplément, pp. 397-399 pour Tours ; cf. Sée, p. 140 pour Lyon.

13 Legeay, t. II, pp. 266-267.

14 Commynes / Calmette & Durville, t. II, p. 174.

15 Ibid., p. 189 ; Basin / Garand & Samaran, t. III, note 5 p. 53 ; Sée, p. 283.

16 Lettres, t. VI, pp. 164-165 et note 4 pp. 165-166 ; Commynes / Calmette & Durville, t. II, p. 189 ; Basin / Garand & Samaran, t. III, note 2 p. 52 ; Gandilhon, p. 122.

17 Cf. infra, p. 455.

18 Gandilhon, p. 122 et notes 5 et 7. - Le 10 juin le héraut Normandie vint crier à Arras que ceux qui ne paieraient pas l’impôt du roi seraient « exécutés rigoreusement » (Champion, t. II, p. 270).

19 Ed. Calmette & Durville, loc. cit.

20 Basin / Garand & Samaran, t. III, note 6 p. 53.

21 Gandilhon, tableau p. 347.

22 BN, ms. fr. 20 685 pp. 664, 666. - Laurent Girard était contrôleur général de Languedoïl : son collègue Outre-Seine, François Boursier (ibid., p. 673), ne paraît pas avoir contribué.

23 Ibid., pp. 671-672.

24 Ibid., p. 598.

25 Lettres, t. VI, pp. 157-159. — Le roi lui mandait en même temps de continuer à pourvoir à tout « de par dela », vraisemblablement dans le Centre-Ouest (cf. t. II, note 1 p. 331 ; t. V, pp. 355-356, 356-357).

26 Legeay, t. II, p. 282.

27 Sée, note 1 p. 321. - Les avantages que le roi lui avait accordés en 1471 (ibid.), dans une circonstance similaire, avaient certainement fait l’objet d’une semblable transaction.

28 BN, mss. fr. 23 902 f° 304-315 (Haut-Limousin), 23 903 f° 73-80 (Bas-Limousin).

29 BN, ms. fr. 23 911 f° 100-109 pour 1476, f° 110-117 r° pour 1477 ; cf. supra, tableau 15 p. 332.

30 BN, ms. fr. 23 902 f° 278-289 pour 1476, f° 304-315 pour 1477.

31 Gilles, p. 69 et note 85 ; cf. supra, tableau 14 p. 330.

32 BN, ms. fr. 23 264 f° 22.

33 Gilles, note 182 p. 192.

34 AN, K 72 n° 4.

35 Ibid., n°2, 3, 5, 6.

36 BN, ms. fr. 21 427 n° 28 ; cf. supra, note 27 p. 322.

37 BN, ms. fr. 21 427 n° 27.

38 BN, ms. fr. 23 911 f° 117 v°-121.

39 AN, K 72 n° 11.

40 Viala, t. II, p. 372 et note 2.

41 Lettres, t. VI, pp. 161-162.

42 De Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations & variantes, p. 376.

43 BN, ms. fr. 20 685 pp. 597-598.

44 Lecoy de la Marche, t. I, pp. 414, 471.

45 Ord., t. XVIII, note (a) pp. 261-262.

46 Lettres, t. VI, pp. 226-227.

47 Ord., t XVIII, pp. 311-312.

48 Éd. Fawtier, pp. XXXIX, 160, 223. - Nota que ces comptes énumèrent les trésoriers par ordre d’ancienneté dans leurs fonctions.

49 Ibid., tableau synthétique p. LXXI et §§ 1 935 p. 154, 1 936 bis p. 155, 2 453 p. 234, 2 638-2 639 p. 261 ; cf. infra, pp. 441-442.

50 Ibid., pp. 145-157. — Nota que le rôle des paiements suit l’usage moderne en vigueur dans les finances extraordinaires : il est rédigé en français et libellé en monnaie tournois (hormis un article en monnaie d’Artois), alors que les comptes eux-mêmes restent fidèles au latin et à la monnaie parisis.

51 Ibid., tableaux synthétiques pp. LXX-LXXI. - Rappelons que 4 livres parisis valent 5 livres tournois, et qu’au milieu des années 1470 9 livres d’Artois valent 10 livres tournois (Desportes, art. cit., p. 103 ; celles que nous rencontrons ici proviennent des confiscations).

52 Pilot de Thorey, n° 1 677, t. II, pp. 253-254 ; cf. supra, p. 343.

53 Pilot de Thorey, t. II, note 3 p. 292.

54 Ibid., n° 1 696 bis, p. 261.

55 Viala, t. II, p. 68.

56 Lettres, t. VI, note 2 pp. 1-2.

57 Ibid., pp. 229-231.

58 Ibid., pp. 233-234. - Le roi dut réitérer cet ordre le 29 juin 1478, mais le montant de la rente concédée n’était plus alors que de 1 075 l.t. (t. VII, pp. 102-104).

59 Louis XI ratifia cette mesure le 25 mars 1478 (Pilot de Thorey, n° 1 706, t. II, p. 267) ; cf. supra, p. 361.

60 Cf. supra, p. 48.

61 Ord., t. XVIII, pp. 281-283.

62 Ibid., pp. 295-296. — Le Bègue était autorisé à conserver son premier office jusqu’à ce qu’il se fût lui-même trouvé un remplaçant convenable.

63 Jassemin, note 1 p. 187.

64 Ord., t. XVIII, note (a) p. 306 ; cf. Jacqueton, note 10 p. 282.

65 Commynes / Calmette & Durville, t. II, pp. 161-162.

66 Lettres, t. VI, pp. 111-112.

67 Éd. Calmette & Durville, t. II, p. 163.

68 Ibid., pp. 163-164.

69 Éd. Garand & Samaran, t. III, pp. 10-11.

70 Éd. Calmette & Durville, t. II, pp. 173-174.

71 Ibid., pp. 174-175.

72 Les élus firent remettre 40 s.t. à chacun d’eux par le Consulat le 17, avant leur départ (Caillet, p. 236).

73 Champion, t. II, note 2 p. 282, p. 284.

74 Legeay, t. II, pp. 250, 255, 269-270.

75 Basin / Garand & Samaran, t. III, pp. 14-17 et note 3 pp. 15-17, pp. 48-49 et note 4 pp. 48-49 ; de Roye / de Mandrot, t. II, pp. 44-45 et note 2 p. 45.

76 BN, ms. fr. 20 494 f° 100.

77 Lettres, t. VI, pp. 157-159.

78 Éd. Calmette & Durville, t. II, pp. 206-207.

79 De Roye / de Mandrot, t. II, pp. 49-50.

80 Kendall, p. 376.

81 Ibid., p. 377.

82 Lettres, t. VI, pp. 175-176.

83 Ibid., notes 2 p. 182 et 2 pp. 188-189 ; Kendall, p. 377.

84 Kendall, loc. cit.

85 Gilles le Maire était spécialement commis au paiement de ces deux garnisons (BN, ms. fr. 20 685 p. 665).

86 Contamine, Guerre, État et société, p. 285 ; id., « Un traité politique inédit de la fin du xve siècle », Des pouvoirs en France, p. 232 et note 28 ; cf. supra, p. 422.

87 AN, K 72 n°4.

88 BN, ms.fr. 21 427 n° 27.

89 Kendall, p. 378.

90 Legeay, t. II, pp. 290-291, 294.

91 Caillet, note 3 p. 236.

92 Lettres, t. VI, pp. 203-204. - Sans s’en apercevoir Vaesen réédite cette missive sous la date de 1478 (ibid., t. VII, p. 109) ; l’itinéraire de Louis XI n’étant ici d’aucun secours, faute d’argument positif nous la plaçons en 1477 d’après une autre lettre à Saint-Quentin qui soulève la même difficulté (cf. infra, note 98).

93 Contamine, Guerre, État et société, p. 300.

94 Lettres, t. VI, p. 127.

95 Ibid, pp. 128-130.

96 Ibid., pp. 130-131.

97 BN, ms. fr. 23 264 f° 5.

98 Lettres, t. VI, p. 143.— Sans s’en apercevoir Vaesen publie de nouveau cette lettre sous la date du 29 mai 1478 (ibid., t. VII, pp. 79-80) ; nous optons sans certitude absolue pour 1477 en raison de la missive royale du 7 avril à Abbeville, qui témoigne effectivement d’un besoin urgent de pionniers à cette époque (cf. infra, paragraphe suivant).

99 Ibid., t.VI, pp. 150-151.

100 Ibid, pp. 196-197.

101 Éd. Fawtier, §§ 1 871p. 146, 2 062 p. 174, 2 070 p. 176, 2 077 p. 177, 2 326 p. 210.

102 Lettres, t. VI, p. 223. - Nota que le paiement de ce quartier de solde, qui pour 100 lances devait monter à 9 300 l.t., avait deux mois de retard.

103 Ibid., pp. 141-142.

104 Legeay, t. II, pp. 264, 298.

105 Basin / Garand & Samaran, t. III, note 3 p. 89.

106 Lettres, t. VI, pp. 172-175.

107 Basin / Garand & Samaran, t. III, note 2 pp. 92-93.

108 Lettres, t. VI, pp. 185-187.

109 Ibid., pp. 148-150. - Pâques tombait précisément le 6 avril en 1477.

110 Éd. Fawtier, §§ 1 945 p. 157, 2 649 p. 263.

111 Lettres, t. VI, pp. 261 -262 et note 1 p. 261.

112 Legeay, t. II, pp. 264, 299.

113 BN, ms. fr. 23 264 f° 11 ; sur Scharnachtal cf. Lettres, t. X, Supplément, note 1 p. 306.

114 Calmette & Périnelle, p. 222.

115 Ibid., note 5 pp. 222-223.

116 Ibid., p. 223 ; cf. BN, ms. fr. 23 264 f° 4.

117 Calmette & Périnelle, p. 224 et note 1 ; cf. BN, ms. fr. 23 264 f° 2. - Un certain Rogerin le Lieur s’était rendu en juin de Paris à Rouen « y porter argent » (BN, ms. fr. 20 685 p. 598).

118 Ord, t. XVIII, note (d) pp. 272-273 ; Calmette & Périnelle, p. 224.

119 Ibid., pp. 224-227.

120 Commynes / Calmette & Durville, t. II, pp. 248-249 ; Calmette & Périnelle, pp. 229-230.

121 Ibid., PJ n° 73, pp. 378-382. - Calmette reporte ce document non daté au mois de novembre, mais ses indications renvoient plutôt à l’extrême fin de l’année, quand Louis XI tenta de convaincre les envoyés d’Édouard IV.

122 BN, ms. fr. 20 685 p. 598.

123 Éd. Calmette & Durville, loc. cit. ; Calmette & Périnelle, pp. 229-230.

124 Lettres, t. IV, note 1 p. 223 ; Sée, p. 283 ; Basin / Garand & Samaran, t. Ill, note 1 pp. 54-55.

125 Basin / Garand & Samaran, t. III, pp. 70-71.

126 Legeay, t. II, p. 277 ; Sée, p. 271 et notes 3-4.

127 Lettres, t. VI, pp. 264-265, 266-268 (16 décembre), 279-282 (31 décembre), 291-292 (13 janvier 1478).

128 De Roye / de Mandrot, t. II, p. 63. - La chevrette est un engin de siège et le taudis, ici, un abri pour les assiégeants.

129 BN, mss. fr. 20 685 p. 666, 23 264 14.

130 Ibid., 19 ; cf. ms. fr. 20 685 p. 669.

131 AN, K 72n° 1.

132 Lettres, t. VI, pp. 122-124.

133 Legeay, t. II, p. 281.

134 Lettres, t VI, pp. 125-126.

135 Ibid., p. 139.

136 Basin / Garand & Samaran, t. III, note 1 p. 40.

137 Ibid., note 4 p. 41.

138 Ord., t. XVIII, pp. 227-229, 229-231. -La « Bourgogne royale » comprenait également le Sénonais, demeuré à la Couronne (Rey, Le Domaine du roi et les finances extraordinaires sous Charles VI, p. 44) ; jusqu’en 1435 le bailli de Sens était aussi bailli d’Auxerre (Ord., loc. cit.).

139 Ord., t. XVIII, pp. 304-305, 306-308.—Nota que les lettres de constitution de la sénéchaussée d’Artois fournissent trois des rares cas d’emploi du mot province dans son sens moderne que nous ayons relevés sous Louis XI.

140 AN, Xla 8 607 f° 74 v°, 107 v ; une troisième seigneurie plus modeste, la baronnie de la Bove en Laonnois, alla en avril à Hector de l’Écluse, écuyer d’Écurie du roi (ibid., f° 83 v°). -Philippe, fils d’Antoine, lui avait succédé comme chef de la Maison de Croy ; le comté de Chimay venait de son oncle Jean, gouverneur du Luxembourg et du Namurois sous Philippe le Bon (Legeay, t. I, pp. 339-340).

141 AN, Xla 8 607 f° 94 r°.

142 Ibid, f° 87 v°, 89 r°, 91 r°, 92 v° pour Pot ; Ord., t. XVIII, note (a) en haut de la p. 275 pour Luxembourg.

143 Ibid., note (a) en haut de la p. 298.

144 Éd. Fawtier, §§ 1 935 p. 154, 2 453 p. 234, 2 638 p. 261 pour le premier don ; §§ 1 936 bis p. 155, 2 639 p. 261 pour le second.

145 Lettres, t. VI, pp. 139-140.

146 Champion, t. II, pp. 283-284.

147 Ibid., p. 289.

148 Ord., t. XVIII, note (a) p. 264.

149 Legeay, t. II, p. 271 ; de Roye / de Mandrot, t. II, note 1 p. 53 ; Champion, t. II, p. 283.

150 Lettres, t. VI, pp. 154-156.

151 Legeay, loc. cit. - En même temps sa pension lui fut ôtée : 10 000 l.t. furent radiées à ce titre dans l’état du receveur général de Languedoc, dont 2 000 furent réaffectées au paiement partiel d’une nouvelle pension, celle du grand bâtard Antoine de Bourgogne (BN, ms. fr. 23 264 f° 17).

152 Lettres, t. VI, pp. 240-241, 251-253 (contrairement à l’opinion de Vaesen, il nous paraît manifeste que ces deux lettres n’en font qu’une malgré la différence de date) et note 1 pp. 251-252.

153 Ibid., note 1 p. 233. - Le roi ordonna l’entérinement des lettres au Parlement de Paris le 22 (pp. 233-234) mais dut réitérer ses injonctions le 29 juin 1478 (t. VII, pp. 102-104) ; cf. supra, pp. 426-427 et note 58 p. 427.

154 Pilot de Thorey, n° 1 691, t. II, pp. 258-259.

155 Ibid., n° 1 692, p. 259 ; Legeay, t. II, p. 255.

156 Pilot de Thorey, n° 1 693, t. II, pp. 259-260. - Le 5 mai 1478 le nouveau général de Bourgogne André Brinon, ayant appris que le Parlement et la Chambre des Comptes du Dauphiné avaient fait payer à Hochberg l’entérinement de son don, leur écrivit : « par ma foy, se le roy le scet, il n’y va que de la destruction de corps et de biens de celui qui l’a fait, soit le greffier ou autre ; et ferez bien d’y pourveoir » (ibid., note 3 pp. 268-269). - Il semble par ailleurs que Louis XI ait renouvelé ce don le 23 août 1478 (Lettres, t. VII, note 1 p. 27).

157 Legeay, t. II, p. 286.

158 AN, Xla 8 607 f° 128 v° (août 1477) ; f° 81 r°, 85 v°, 99 v°, 101 v°, 106 r°, 108 v°, 109 v 115 r°, 137 r° et 142 v°, 144 v° (septembre 1477) ; f° 156 v° (1477) ; f° 151 v° (mai 1479 Xla 8 608 f° 152 v° (février 1482) ; cf. Legeay, loc. cit.

159 Cf. supra, pp. 398, 426.

160 Luchaire, pp. 208-209 ; Viala, t. II, p. 60 et note 6.

161 Lettres, t. VI, pp. 271-273 et note 1 pp. 273-274 ; t. VII, pp. 6-7, 63-64, 245-247.

162 Ibid., t. IV, note 2 pp. 160-161 ; Basin / Garand & Samaran, t. III, note 1 p. 31.

163 Lettres, t. VI, note 1 p. 317.

164 Champion, t. II, p. 282.

165 De Roye / de Mandrot, t. II, p. 62 et note 3 pp. 62-63.

166 Kendall, p. 375.

167 Lettres, t. VI, pp. 180-181.

168 BN, ms. fr. 20 685 p. 665.

169 Lettres, t. IX, note 1 p. 99.

170 Calmette & Périnelle, note 3 p. 223.

171 AN, K 72 n° 13 ; Sée, p. 319.

172 BN, ms. fr. 23 264 f° 19.

173 BN, ms. fr. 23 263 f 25.

174 Ibid., f° 6-7 pour 1469-1470, f° 24-30 et ms. fr. 23 264 f° 1 pour 1474-1475, f° 2-20 pour 1476-1477.

175 Les 9 382 1. 1 s. 2 d.t. réglés en 1476-1477 à quatre armuriers royaux et quinze brigandiniers de Tours pour des fournitures livrées un an plus tôt auraient cependant dû figurer dans la rubrique des deniers payés en acquit du roi, alors qu’ils ont été inscrits dans celle des deniers versés aux comptables (BN, ms. fr. 23 264 f° 5).

176 Éd. Calmette & Durville, t. I, pp. 188-189.

177 L’Italie n’était guère mieux lotie au témoignage de Commynes, qui juge que ses princes « dominent assez cruellement et violentement sur leurs peuples quant a leurs deniers » (ibid., t. II, p. 208).

178 Éd. Garand & Samaran, t. III, pp. 20-21.

179 On voit que la définition de l’assiette de cette taxe n’est pas la même que dans les lettres d’exonération de Tournai en décembre suivant (cf. supra, p. 424) : nous ne savons si l’un de ces actes pèche par approximation, ou si l’assiette a effectivement été remaniée dans le courant de l’année.

180 Ord., t. XVIII, pp. 225-227.

181 Sée, p. 275. - Notons que la fiscalité déguisée par le biais de l’emprunt n’était pas inconnue des Comtois.

182 Ord., t. XVIII, pp. 244-249. - Sée (op. cit., p. 268) reproduit la demande d’exonération des marchandises bourguignonnes par les états, arguant que « lesdis subjets dudit pays ne sont plus étrangers dudit royaume ».

183 Ord, t. XVIII, pp. 249-252.

184 Sée, p. 267.

185 Ibid., note 5 p. 272.

186 Ord., t. XVIII, p. 291.

187 Viala, t. I, note 6 p. 152.

188 Ord., t. XVIII, note (b) p. 239.

189 Gandilhon, p. 121.

190 Telle était du moins la situation sept ans plus tard (Masselin / Bernier, pp. 468-469 ; cf. Jacqueton, Appendice I, p. 283). - Cette dénomination abusive de généralité de Picardie était favorisée par le contexte de la conquête, dans lequel ce pays était la base de la domination française dans le Nord : l’armée royale qui opérait dans le sud des Pays-Bas était souvent qualifiée d’armée de Picardie. Écartelés entre deux charges et davantage tournés vers la France, les Picards ne paraissent d’ailleurs pas avoir fait bon ménage avec leurs voisins dans la nouvelle généralité : aux états généraux de 1484 ils se plaignirent que leur contribution restât inchangée alors que Charles VIII venait d’exonérer le Boulonnais et l’Artois, et revendiquèrent leur rattachement à l’Outre-Seine (Masselin / Bernier, pp. 468-469, 472-473).

191 Spont / Jacqueton, pp. 296, 297, 298.

192 Ibid., p. 297 ; Champion, t. II, pp. 282, 283-284.

193 Legeay, t. II, p. 301 ; Spont / Jacqueton, p. 296 ; Borrelli de Serres, t. III, p. 201 sur les fonctions comptables de Symart dans l’Hôtel du roi. - C’est à tort que cet auteur le dit par ailleurs général de Bourgogne dès 1476 v. st. (p. 149), c’est-à-dire avant le 6 avril.

194 Spont / Jacqueton, p. 298.

195 Ord., t. XVIII, pp. 288-289.

196 Borrelli de Serres, t. III, pp. 149-150.

197 Ibid., p. 149. - Cette disposition dut toutefois être transitoire dans le sud de la Picardie, intégré à l’Outre-Seine et au vieux royaume : dès le 26 juin 1465 Filescamps était seulement qualifié de receveur des aides de l’élection d’Amiens (éd. Quicherat, « Documents sur la guerre du Bien public », p. 319).

198 Ord., t. XVIII, pp. 521-522.

199 Jean, « Les institutions financières centrales des anciens Pays-Bas », pp. 148-149, 151, 153-154.

200 La pratique d’une gestion commune finit cependant par entraîner en Bourgogne l’unification de la direction, réclamée par le pays, après les états généraux de 1484 (Borrelli de Serres, t. III, p. 149).

201 Jassemin, p. 101.

202 Ord., t. XVIII, pp. 244-249.

203 Ibid., pp. 252-254 et note (a) p. 253.

204 Nous avons vu que l’ordonnance de mars date très vraisemblablement du 18, comme les lettres royaux rendues en réponse aux requêtes des états ; or les mandements finals de ces deux actes s’adressent au Parlement, effectivement créé le même jour, mais aussi à la Chambre des Comptes de Bourgogne.

205 Jean, art. cit., pp. 151, 152.

206 Jassemin, p. 101 et note 4.

207 Ord., t. XVIII, pp. 215-216. — C’est par une erreur manifeste que ce texte est daté de 1476, d’autant qu’il évoque expressément la soumission du comté après la mort de Charles le Téméraire.

208 Lettres, t. VI, pp. 204-207.

209 Ord, t. XVIII, pp. 283-284.

210 Cf. Champion, t. II, p. 290.

211 Jassemin, p. 301 et note 4.

212 Gandilhon, pp. 324, 336. - À ce qu’il nous semble les cours cités par cet historien sont erronés.

213 Lettres, t. VI, pp. 170-171 et note 2 pp. 171-173.

214 Ord., t. XVIII, pp. 265-266. - Le marc d’œuvre est le marc d’alliage prêt à la frappe.

215 Ibid., p. 310.

216 Basin / Garand & Samaran, t. III, pp. 4-5.

217 Ibid., pp. 6-7 et note 3 pp. 5 et 7 ; Legeay, t. II, p. 252.

218 Ord., t. XVIII, pp. 276-278.

219 Lettres, t. VI, pp. 204-207 et note 3 p. 205 ; cf. Sée, p. 269.

220 Ord., loc. cit.

221 Lettres, t. VI, pp. 201-202. - C’est nous qui soulignons.

222 Dupont-Ferrier, Études sur les institutions financières de la France, t. II, p. 94.

223 Léguai, pp. 476-480

Table des illustrations

Titre Tableau 22 : Comptes du Trésor pour 147751 ; (en livres, sous, deniers et oboles parisis, d’Artois et tournois)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/823/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Tableau 23 : Évolution des paiements ordonnés sur la recette générale de Languedoc en 1476-1477174 ; (en livres, sous et deniers tournois)
Légende Note * : Part des crédits des services de l’État.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/823/img-2.png
Fichier image/png, 498k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540